Détermination de la qualité de la betterave sucrière par spectroscopie proche infrarouge et chimiométrie.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Détermination de la qualité de la betterave sucrière par spectroscopie proche infrarouge et chimiométrie."

Transcription

1 DOCTORAT DE L UNIVERSITE DE LILLE 1 1 Ecole Doctorale : Sciences Pour l Ingénieur (SPI) Discipline : Instrumentation et Analyses Avancées Détermination de la qualité de la betterave sucrière par spectroscopie proche infrarouge et chimiométrie. Y. ROGGO Laboratoire de Spectrochimie Infrarouge et Raman (LASIR - CNRS UMR 8516) Université des Sciences et Technologies de Lille Villeneuve d Ascq cedex

2 Plan 2 1. Méthodes d analyses a. Méthode chimique de référence b. Mesure spectrale 2. Faisabilité du dosage du saccharose par SPIR dans un laboratoire de référence 3. Gestion d un réseau de spectromètres 4. Automatisation de la mesure SPIR

3 1.a Méthode chimique de référence 3 L échantillon de betterave est Lavé, Râpé avec un instrument normalisé, Homogénéisé pendant 9 s. Ajout de 165 ml d une solution acétate de plomb à 40 g d échantillon. Agitation pendant 15 minutes. Filtration. Mesure polarimétrique sur un jus limpide. D après le Bulletin Officiel de la République Française (24 avril 1964).

4 1.b Mesure spectrale 4 FOSS NIRSystems modèle Mesure en réflectance. Gamme visible proche infrarouge nm. 25 spectres moyennés de l échantillon en 1 minute.

5 1.b Mesure spectrale Spectre proche infrarouge de la betterave 5 2, nm Elongation O-H seconde harmonique 1,5 log(1/r) nm Elongation C-H troisième harmonique 2 1 0, Longueurs d'onde (nm) nm Combinaison élongation O-H et déformation ROH nm Combinaison élongation C-H et déformation CH 2 D après F. Cadet, M. Safar et E. Dufour, Glucides. La spectroscopie infrarouge et ses applications analytiques, D. Bertrand et E. Dufour (Ed.), Tec&Doc, Paris, 2000, p 171.

6 1.b Mesure spectrale 6 Base de données représentative Environ 4500 spectres 4 récoltes de 1999 à 2002 Degrés de maturité différents 8 régions de culture 10 variétés identifiées

7 Plan 7 1. Méthodes d analyse 2. Faisabilité du dosage du saccharose par SPIR dans un laboratoire de référence a. Principe de l analyse quantitative b. Résultats de la validation c. Répétabilité de la méthode d. Stabilité des modèles e. Bilan 3. Gestion d un réseau de spectromètres 4. Automatisation de la mesure SPIR

8 2.a Principes de l analyse quantitative Première étape: l étalonnage 8 Échantillons : 2210 (1016 spectres de l année 1999, 669 de 2000 et 525 de 2001) SPIR Prétraitements Méthode de régression Equation d étalonnage Analyses de référence

9 2.a Principes de l analyse quantitative Deuxième étape: la validation échantillons de 2001 SPIR Prétraitements Utilisation de l équation y j concentrations prédites par SPIR Analyses de référence y j concentrations de référence Erreur Standard de Prédiction SEP = SEP corrigé du biais SEP(C) = Biais n j= 1 (y n n j j= 1 j= 1 y' n (y (y j j n j ) 2 y' biais) n 1 y' Avec n: nombre d échantillons dans le lot de validation. j j ) 2

10 10 2.a Principes de l analyse quantitative Prétraitements spectraux Spectres proche infrarouge SNV + detrending (SNVD) Log(1/R) Log(1/R) Longueur d onde (nm) Longueur d onde (nm) Longueur d onde (nm) Longueur d onde (nm) N du spectre N du spectre Standard Normal Variate (SNV) SNVD + Dérivée d ordre 2 Log(1/R) Log(1/R) N du spectre N du spectre

11 2.a Principes de l analyse quantitative Optimisation du modèle 11 Domaine spectral : [1100 ; 2500 nm] Prétraitements : SNVD + Dérivée seconde Régression : MPLS Régression multivariée PLS Modification de Shenk

12 2.b Résultats de la validation sur 525 échantillons indépendants du lot d étalonnage Valeur de référence (g / 100g) 20 19, , , , , Valeur prédite (g / 100g) SEP = 0,10 g de saccharose pour 100 g de betterave Biais = 0,01 g / 100 g SEP(C) = 0,10 g / 100 g R 2 = 0,99 12

13 2.c Répétabilité de la méthode 13 (30 échantillons analysés trois fois) Ecart type de répétabilité de la polarimétrie (r pol ) = 0,06 g / 100 g Ecart type de répétabilité de la SPIR (r SPIR ) = 0,07 g / 100 g SEP 2 = r SPIR2 + r pol2 + (erreur du modèle) 2(*) (*) D après B. Osborne, T. Fearn et P. Hindle, Pratical NIR spectroscopy with application in food and beverage analysis. Prentice Hall, Harlow, 1993, p 227.

14 2.d Stabilité des modèles 14 SEP g / 100 g 0,18 0,16 0,14 0,12 0,1 0,08 0,06 0,04 0,02 0 Validation : Campagne 1999 Modèle de l année (cumul) Validation : Campagne 2000 Modèle de l année précédente Validation : Campagne 2001 Validation : Campagne 2002 Mise à jour du modèle de l année précédente par l analyse de 150 échantillons en début de campagne

15 2.e Bilan 15 Erreur standard de prédiction faible 0,10 g / 100 g sur une gamme de concentrations comprises entre 14 et 21 g de saccharose pour 100 g de betterave. Répétabilité de la SPIR comparable à celle de la méthode chimique de référence. Stabilité des résultats sur quatre années d expérimentation. Faisabilité du dosage du saccharose par SPIR sur un instrument de laboratoire.

16 Plan Méthodes d analyses 2. Faisabilité du dosage du saccharose par SPIR dans un laboratoire de référence 3. Gestion d un réseau de spectromètres a. Problématique b. Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage c. Bilan 4. Automatisation de la mesure SPIR

17 17 3.a Problématique Esclave 2 Esclave 3 Instrument Maître Esclave 1 Utilisation du modèle sur plusieurs instruments

18 3.a Problématique 18 Esclave 2 SEP = 0,17 Esclave 3 SEP = 0,19 Instrument Maître SEP = 0,10 Esclave 1 SEP = 0,17 Dégradation du SEP sur les instruments esclaves Unité g / 100 g

19 3.a Problématique 19 Utilisation du modèle de l instrument maître sur les trois esclaves SEP Biais SEP(C) Instrument Esclave 1 0,17 0,12 0,09 Instrument Esclave 2 0,17-0,14 0,12 Erreur systématique entre les instruments Instrument Esclave 3 0,19-0,10 0,10 Unité g / 100 g

20 3.a Problématique Comparaison des spectres moyens des instruments 20 5 Ecart relatif (1) en % Longueur d onde (nm) Esclave1 Esclave2 Esclave3 (1) (log(1/r) maître - log(1/r) esclave) / log(1/r) maître * 100

21 3.a Problématique 21 Différences instrumentales. Dégradation de la prédiction sur les instruments esclaves Développement d une équation d étalonnage impossible sur chaque spectromètre.

22 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Première approche : Correction de biais 22 Méthode 1- Calcul le biais sur un lot d étalonnage (instrument esclave N 2) 2- Utilisation de la correction sur des échantillons indépendants Valeur prédite par l'instrum ent esclave (g / 100 g) 20 19, , , , , , , ,5 20 Valeur prédite par l'instrument maître (g / 100 g) Avant correction Après correction

23 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Première approche : Correction de biais 23 Résultats (unité g / 100 g) SEP avant correction SEP après correction Conclusion Avantage : Simple à mettre en œuvre. Instrument Esclave 1 Instrument Esclave 2 Instrument Esclave 3 0,17 0,17 0,19 0,12 0,10 0,14 Inconvénients : Nécessité d analyser des échantillons de betterave sur les instruments esclaves.

24 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Deuxième approche : Modèle robuste aux changements d instruments 24 Modèle développé avec des spectres de l'instrument maître Modèle développé avec des spectres de l'instrument maître et deux esclaves (N 1 et N 2) Modèle développé avec des spectres de l'instrument maître et des trois esclaves Maître Esclave 1 Esclave 2 Esclave 3 0,2 0,18 0,16 0,14 0,12 0,1 0,08 0,06 0,04 0,02 0 SEP (g / 100 g) Validation sur des échantillons indépendants

25 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Deuxième approche : Modèle robuste aux changements d instruments 25 Avantage Rapide : pas d analyse pour réaliser le transfert. Inconvénients Il faut des analyses avec tous les instruments du réseau.

26 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Principes 26 Analyse d échantillons sur les instruments maître et esclaves Mise en place d une équation de transfert d étalonnage Validation du transfert : analyse d échantillons indépendants sur l appareil esclave

27 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Algorithmes 1 Algorithme breveté par Shenk et Westerhaus Ajustement des longueurs d onde 27

28 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Algorithmes 1 Algorithme breveté par Shenk et Westerhaus Ajustement des longueurs d onde i i X maître Corrélation entre la longueur d onde i du maître et les longueurs d ondes de l esclave comprises entre i-k et i+k Matrice spectrale instrument maître i j Le maximum des corrélations (longueur d onde j) et les deux longueurs d onde voisines i X escl Utilisation de deux modèles quadratiques D après E. Bouveresse, D. Massart et P. Dardenne, Anal. Chim. Acta, 297 (1994) 405. i 28 Matrice spectrale instrument esclave j la longueur d onde de l instrument esclave correspondant à i de l instrument maître

29 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Algorithmes 29 1 Algorithme breveté par Shenk et Westerhaus Ajustement des absorbances

30 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Algorithmes D après E. Bouveresse, D. Massart et P. Dardenne, Anal. Chim. Acta, 297 (1994) Algorithme breveté par Shenk et Westerhaus Ajustement des absorbances i X maître Matrice spectrale Matrice spectrale de l instrument maître j X ajustée ajustée en longueurs d onde de l instrument esclave Une régression linéaire simple entre l absorbance x i,maître et x i,eslcave est effectuée pour l ensemble des longueurs d onde du spectre. x i,maître = a i.x i,esclave + b i avec a i et b i deux constantes

31 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Algorithmes 31 2 Piecewise Direct Standardisation (PDS) Maître i x i,maître X maître Esclave = i X escl W i PLS Coefficients B i b i D après Y. Wang, D. Veltakamp et B. Kowalski, Anal. Chem., 63 (1991) 2750.

32 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Choix de l algorithme de transfert 32 Esclave 2 Nombre d'échantillons 30 Echantillons betteraves Esclave avant standardisation Algorithme SW PDS SEP (g / 100 g) 0,17 0,11 0,11 Biais (g / 100 g) -0,14-0,02-0,01 SEP(C) (g / 100 g) 0,12 0,11 0,11

33 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Choix des échantillons du transfert 33 Esclave 2 SEP Maître 0,10 biais 0,00 SEP(C) 0,10 SEP, biais, SEP(C) en g / 100 g Esclave avant standardisation 0,17-0,14 0,12 Standardisation avec des échantillons stabilisés (FOSS ) 0,11-0,01 0,11

34 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Bilan 34 Avantages Tous les instruments utilisent le même modèle. Inconvénients Il faut trouver des échantillons stables, homogènes et représentatifs pour réaliser le transfert.

35 3.c Bilan Comparaison des méthodes 35 SEP en g / 100g Avant standardisation Corrections des concentrations Modèle robuste Corrections spectrales Les trois approches limitent l amplification du SEP sur les instruments esclaves. Instrument Esclave 1 0,17 0,12 0,11 0,11 Instrument Esclave 2 0,17 0,11 0,11 0,12 Instrument Esclave 3 0,19 0,14 0,09 0,14

36 Plan Méthodes d analyse 2. Faisabilité du dosage du saccharose par SPIR dans un laboratoire de référence 3. Gestion d un réseau de spectromètres 4. Automatisation de la mesure SPIR a. Principe de l automatisation b. Résultats des essais en conditions industriels

37 4.a Principe de l automatisation 37 Ejection automatique de l échantillon après analyse 1 m 1,5 m Introduction manuelle des échantillons Module d étalement automatique (Foss / Parimix) Spectromètre (Foss NIRsystem 6500)

38 38 4.a Principe de l automatisation Echantillon à étaler Fenêtre de quartz

39 4.b Résultats des essais en conditions industriels 39 Transfert du modèle vers l instrument automatique Développement d un modèle robuste échantillons de l instrument de laboratoire échantillons analysés sur les quatre instruments automatiques Résultats Nombre d échantillons Instrument maître Instrument 1 Instrument 2 Instrument Biais -0,01 0,03 0,00 0,06 SEP(C) 0,12 0,11 0,13 0,13 Unité : g / 100g

40 Conclusions 40 Détermination de la teneur en saccharose de la betterave par spectroscopie proche infrarouge Dosage précis du saccharose de la betterave par SPIR dans un laboratoire de référence. Résultats stables sur quatre années d expérimentation. Possibilité d utiliser plusieurs spectromètres pour déterminer la teneur en saccharose de la betterave. Développement d un instrument semi-automatique.

41 Perspectives 41 Automatiser de façon complète la spectroscopie proche infrarouge. Tester le protocole pour la gestion du réseau d instruments au cours d une campagne sucrière. Utilisation de la SPIR pour déterminer d autres critères de qualité.

42 DOCTORAT DE L UNIVERSITE DE LILLE 1 42 Ecole Doctorale : Sciences Pour l Ingénieur (SPI) Discipline : Instrumentation et Analyses Avancées Détermination de la qualité de la betterave sucrière par spectroscopie proche infrarouge et chimiométrie.

I- Spectres UV-visible

I- Spectres UV-visible Objectif : Comprendre comment l étude de spectre donne des informations sur les composés chimiques. I- Spectres UV-visible 1. Activité 1 p 88 Matériel : B : un spectrophotomètre et ses cuves ; une solution

Plus en détail

MilkoScan FT1 Standardisation du lait avec détection intégrée des adultérants. Dedicated Analytical Solutions

MilkoScan FT1 Standardisation du lait avec détection intégrée des adultérants. Dedicated Analytical Solutions MilkoScan FT1 Standardisation du lait avec détection intégrée des adultérants L analyseur MilkoScan FT1 est dédié à l analyse des laits en production. Il vous permet de contrôler et de standardiser les

Plus en détail

Résumé. Introduction

Résumé. Introduction Résumé Dans cette expérience, nous nous sommes familiarisés avec deux différentes techniques. La première méthode consiste à la spectrophotométrie d émission atomique qui permet de doser le Na + et le

Plus en détail

Analyse de spectres d absorbance pour la prédiction des taux de moisissure, de matières grasses et de protéines d échantillons de viande

Analyse de spectres d absorbance pour la prédiction des taux de moisissure, de matières grasses et de protéines d échantillons de viande Université de Nantes M2 Ingénierie Mathématiques Rapport de chimiométrie Analyse de spectres d absorbance pour la prédiction des taux de moisissure, de matières grasses et de protéines d échantillons de

Plus en détail

Résumé. Introduction

Résumé. Introduction Résumé Dans cette expérience, nous nous sommes familiarisées avec la spectrophotométrie d absorption moléculaire (UV-Visible) à l aide de la molécule de pyridoxine. Introduction La première partie de cette

Plus en détail

Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie?

Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie? Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie? TP : La bouillie bordelaise : Dosage par étalonnage. Document 1 : la spectroscopie UV-visible Une espèce chimique est susceptible d interagir

Plus en détail

Etalons de Métrologie

Etalons de Métrologie Etalons de Métrologie Pour le contrôle qualité de vos mesures: Spectrophotomètres Lecteurs de microplaque Polarimètre Réfractomètre Saccharoflex MAINTENANCE CONSOMMABLE INSTRUMENTATION Absorption moléculaire

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

Expérience # 12. Détermination de l équation de vitesse d une réaction d hydrolyse

Expérience # 12. Détermination de l équation de vitesse d une réaction d hydrolyse Expérience # 12 Détermination de l équation de vitesse d une réaction d hydrolyse 1. But Déterminer l'ordre et la constante de vitesse de la réaction d'hydrolyse du colorant méthyle violet, RA, à deux

Plus en détail

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie d absorption http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie Usage de la lumière pour mesurer une concentration Basée sur l absorption des radiations lumineuses L absorption

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS (Classes de Terminales STL - CLPI) PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE Deux méthodes de dosage d une solution de dichromate

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible Introduction à la spectroscopie UV-Visible Article rédigé par Antoine Eloi (Professeur Agrégé de Chimie en Classes Préparatoires BCPST), édité par Nicolas Lévy (Responsable Editorial de CultureSciences-Chimie).

Plus en détail

Validation d une méthode performante de dosage des steviols glycosides de Stevia Rebaudiana

Validation d une méthode performante de dosage des steviols glycosides de Stevia Rebaudiana Validation d une méthode performante de dosage des steviols glycosides de Stevia Rebaudiana J.M. Roussel, Consultant, Aix-en-Pce Prof. Dr. Gertrud Morlock, Chair of Food Science, JLU Giessen S. Meyer,

Plus en détail

Essais de pré-évaluation d un analyseur automatique BTX Détermination de la limite de détection Appareil SERES : 2000G

Essais de pré-évaluation d un analyseur automatique BTX Détermination de la limite de détection Appareil SERES : 2000G Essais de pré-évaluation d un analyseur automatique BTX Détermination de la limite de détection Appareil SERES : 2000G (peut être supprimé si rapport unique) Laboratoire Central de Surveillance de la Qualité

Plus en détail

Chimie Physique III. Université de Genève, Science II, Laboratoire 106 Groupe 3. 30 juin 2009

Chimie Physique III. Université de Genève, Science II, Laboratoire 106 Groupe 3. 30 juin 2009 Chimie Physique III Spectroscopie électroniques et vibrationnelles du benzène Daniel Abegg Nicolas Calo Pedro Surriabre Université de Genève, Science II, Laboratoire 6 Groupe 3 3 juin 29 Question Spectre

Plus en détail

Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014)

Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014) Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014) Exercice 1 : Etude de l acide lactique (6,5 pts) La formule semi-développée de l acide lactique est la suivante : 1.1. Étude

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE:

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Université de Créteil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: UV-visible Année universitaire 2003/2004 Sommaire. I. SPECTRE D EMISSION DE LA LAMPE

Plus en détail

Ondes sonores et ultrasonores - Corrigé. D après l oscillogramme, B reçoit le signal avec un décalage de 6,0 divisions par rapport à A.

Ondes sonores et ultrasonores - Corrigé. D après l oscillogramme, B reçoit le signal avec un décalage de 6,0 divisions par rapport à A. Ondes sonores et ultrasonores - Corrigé Partie A : Ondes ultrasonores. I. Mesure de la célérité des ultrasons dans l air. A. Première méthode : émetteur en mode «salves» 1. Détermination du retard τ avec

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

Corrigé TP8:DOSAGE par SPECTROPHOTOMÉTRIE d une ESPÈCE COLORÉE en SOLUTION

Corrigé TP8:DOSAGE par SPECTROPHOTOMÉTRIE d une ESPÈCE COLORÉE en SOLUTION Corrigé TP8:DOSAGE par SPECTROPHOTOMÉTRIE d une ESPÈCE COLORÉE en SOLUTION Compétences attendues (ce que je dois savoir ( ) ou savoir faire) : 7.5 Élaborer et réaliser un protocole de préparation d une

Plus en détail

Définition. Business Advisers. I-Care. La thermographie infrarouge

Définition. Business Advisers. I-Care. La thermographie infrarouge Cordial I-Care Business Advisers Company Presentation La thermographie infrarouge Tokyo Décembre 2012 August 2007 1 Définition La thermographie infrarouge est une technique sans contact, non destructive

Plus en détail

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique.

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. A METHODE DE LA GAMME D ETALONNAGE... 1 1. Saisie des valeurs... 1 2. Tracé de la gamme d étalonnage... 2 3. Modélisation

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE:

COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Université de Créteil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE SPECTROPHOTOMETRIE: Infrarouge Année universitaire 2003/2004 Sommaire. I OBJECTIF...3 II MATERIEL....

Plus en détail

CORRIGE. Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée

CORRIGE. Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT EXP Spectroscopie UV-Visible CORRIGE Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée Problématique : Un sirop

Plus en détail

Pour un socle de la licence de MATHEMATIQUES

Pour un socle de la licence de MATHEMATIQUES Pour un socle de la licence de MATHEMATIQUES Société Mathématique de France Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles Société Française de Statistique Contexte général Afin d éviter de trop

Plus en détail

Etude expérimentale, modélisation et identification de la diffusivité thermique de peintures intumescentes.

Etude expérimentale, modélisation et identification de la diffusivité thermique de peintures intumescentes. Etude expérimentale, modélisation et identification de la diffusivité thermique de peintures intumescentes. Mathieu GILLET 1, Laetitia PEREZ 2, Laurent AUTRIQUE 1,3, Jean-Jacques SERRA 1,* 1 DGA/EHF BP

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air

Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Jean de Boutiny M1 STEM Validation de méthode Dosage de métaux (Cr, Cd, Pb, Ni) sous forme d aérosol dans un échantillon d air Maître de stage : Jean-Ulrich Mullot Tuteurs de stage : Aurélie Gollion, Lucien

Plus en détail

Chapitre 2 Chimie organique

Chapitre 2 Chimie organique Chapitre 2 Chimie organique Analyses spectroscopiques Plan du chapitre Objectifs du chapitre I. Analyse fonctionnelle organique 1. Principe des spectroscopies moléculaires d absorption a) Niveaux d énergie

Plus en détail

2. Spectrophotométrie moléculaire appliquée aux biomolécules

2. Spectrophotométrie moléculaire appliquée aux biomolécules 2. Spectrophotométrie moléculaire appliquée aux biomolécules Spectrophotométrie d absorption UV-vis Fluorimétrie Spectroscopie infrarouge 61 2.1 Principes de la spectrophotométrie d absorption UV-vis La

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Institut Paul Lambin Bachelier en chimie Intitulé Chimie analytique 1 C2020 Cycle 1 Bloc 2 Quadrimestre 1 Pondération 1 Nombre de crédits 4

Plus en détail

Chimie Analytique I: Chapitre 15 La spectroscopie UV-VIS

Chimie Analytique I: Chapitre 15 La spectroscopie UV-VIS Chimie Analytique I: Chapitre 15 La spectroscopie UV-VIS 15.1 Les espèces absorbantes Afin d'observer une transition électronique soit dans l'uv soit dans le visible, il faut que la molécule possède des

Plus en détail

CHAPITRE 1 La nature de l économétrie et la structure des données économiques... 25

CHAPITRE 1 La nature de l économétrie et la structure des données économiques... 25 TABLE DES MATIÈRES Sommaire... 5 Avant- propos... 9 Remerciements... 19 À propos de l auteur... 23 CHAPITRE 1 La nature de l économétrie et la structure des données économiques... 25 1.1 Qu est- ce que

Plus en détail

Etude de l utilisation de la thermographie infrarouge résolue spectralement pour la détermination des populations de températures

Etude de l utilisation de la thermographie infrarouge résolue spectralement pour la détermination des populations de températures Etude de l utilisation de la thermographie infrarouge résolue spectralement pour la détermination des populations de températures Sébastien FOUGEROLLE 1, Roger REICHLE 1, Jean-Laurent GARDAREIN 1, Christophe

Plus en détail

Etude, réalisation et caractérisation de résonateurs à ondes élastiques de surface - Application à un capteur de température et de pression -

Etude, réalisation et caractérisation de résonateurs à ondes élastiques de surface - Application à un capteur de température et de pression - Etude, réalisation et caractérisation de résonateurs à ondes élastiques de surface - Application à un capteur de température et de pression - Ali Soltani 1, Abdelkrim Talbi, Jean-Claude Tricot, H. Happy

Plus en détail

Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm

Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 103 %TUV 1.0 Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm 2016-02-03 (révision

Plus en détail

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE Lycée International des Pontonniers Novembre 2015 I. Généralités 1. Spectre d absorption - Lorsqu elle traverse une substance autre que l air ou le vide, la lumière

Plus en détail

Votre partenaire indépendant en spectroscopie optique modulaire

Votre partenaire indépendant en spectroscopie optique modulaire NOS SYSTÈMES RAMAN pour votre application en laboratoire ou en procédés avec des longueurs d ondes d excitation 632 nm ou 785 nm Les systèmes se composent d un spectromètre à très haute sensitivité RAMAN,

Plus en détail

Tournez la page S.V.P.

Tournez la page S.V.P. Tournez la page S.V.P. Tournez la page S.V.P. Tournez la page S.V.P. IN CHOISY 13 1069 D après documents fournis 068 Epreuve de Physique C - Chimie Durée 2 h Si, au cours de l épreuve, un candidat

Plus en détail

Laser Rotatif à nivellement automatique

Laser Rotatif à nivellement automatique Laser Rotatif à nivellement automatique 1. Fonctions Cet instrument est équipé d une diode semi-conducteur de longueur d'onde de 532nm, qui restitue un rayon laser de très bonne visibilité. Le module de

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Sciences Physiques et Chimiques en Laboratoire SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de sciences physiques et chimiques

Plus en détail

des réapprovisionnements pour système d assemblage à deux niveaux quand les délais d approvisionnement sont aléatoires

des réapprovisionnements pour système d assemblage à deux niveaux quand les délais d approvisionnement sont aléatoires Planification des réapprovisionnements pour système d assemblage à deux niveaux quand les délais d approvisionnement sont aléatoires Oussama Ben Ammar, Faicel Hnaien, Hélène Marian, Alexandre Dolgui To

Plus en détail

TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme.

TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme. TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme. Les objectifs de cette séance : - Apprendre à faire une réaction enzymatique. - Adapter les manipulations de chimie en TP de biologie. - Savoir

Plus en détail

Plate-forme semi-automatique : E-quity

Plate-forme semi-automatique : E-quity Plate-forme semi-automatique : E-quity Bringay Sandra 1, Pinlou Alexandre 1, Durand Sylvain 1, Pro Sébastien 1, Séébold Patrice 1 Département MIAp, Université Paul-Valéry, Montpellier 3, Route de Mende,

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE PHYSIQUE CHIMIE EN PREMIÈRE ANNÉE DE CPGE 1 CONTEXTE La réforme des voies générale et technologique. La notion de compétence : en amont dans le lycée et en aval dans les écoles.

Plus en détail

Détermination des concentrations au cours d'une réaction chimique à l'aide de la spectroscopie infrarouge et de la chimiométrie

Détermination des concentrations au cours d'une réaction chimique à l'aide de la spectroscopie infrarouge et de la chimiométrie 13 ème Journées Scientifiques Chimiométrie : de l'outil mathématique et statistique à l'analyse Jeudi 18 et vendredi 19 septembre 2008 Eurotel Victoria****, Les Diablerets, VD Détermination des concentrations

Plus en détail

EU- PEARLS. Sommaire. Introduction, le Guayule. Matériels et méthodes. Résultats. Conclusion

EU- PEARLS. Sommaire. Introduction, le Guayule. Matériels et méthodes. Résultats. Conclusion Étude comparative de mesures de la teneur en caoutchouc et en résines par SPIR au champ et en laboratoire sur plants de Guayule (Parthenium argentatum) E. Tardan 1, S. Suchat 1, N. Boutahar 1, P. Sartre

Plus en détail

Sous-thèmes : Dosages par titrage. Autour du lait

Sous-thèmes : Dosages par titrage. Autour du lait Classe : 1 ère STL Enseignement : Physique et chimie en laboratoire THEMES du programme : Analyse physico-chimiques Chimie : enjeux sociétaux, économique et environnementaux Sous-thèmes : Dosages par titrage

Plus en détail

Spectroscopie infrarouge

Spectroscopie infrarouge Spectroscopie infrarouge I Spectroscopies d absorption 1. Généralités Reposent sur les interactions entre la matière et la lumière absorption : excitation après absorption d un quanta d énergiehν transitions

Plus en détail

IMAGERIE DES NUAGES DE GAZ TOXIQUE OU COMBUSTIBLE : SECOND SIGHT TC

IMAGERIE DES NUAGES DE GAZ TOXIQUE OU COMBUSTIBLE : SECOND SIGHT TC IMAGERIE DES NUAGES DE GAZ TOXIQUE OU COMBUSTIBLE : SECOND SIGHT TC 1. Introduction Le groupe Bertin est spécialisé dans la conception et la fourniture de systèmes innovants pour l industrie, la défense

Plus en détail

Chapitre 2 Méthodes de dosage de la vitamine D

Chapitre 2 Méthodes de dosage de la vitamine D Chapitre 2 Méthodes de dosage de la vitamine D 24 1. Dosage de la vitamine D par RP-HPLC 1.1. Principe de la méthode Pour réaliser une séparation d'un mélange on le fait diluer dans un solvant approprié,

Plus en détail

Intérêt de l HPTLC comme aide à l amélioration des procédés de synthèse, méthode complémentaire, alternative et orthogonale

Intérêt de l HPTLC comme aide à l amélioration des procédés de synthèse, méthode complémentaire, alternative et orthogonale Intérêt de l HPTLC comme aide à l amélioration des procédés de synthèse, méthode complémentaire, alternative et orthogonale Louise Vicard Club CCM (ex-sanofi, Neuville) Introduction La plupart du temps,

Plus en détail

Validation des méthodes d'analyse. Journées Qualité et Chimie 2010 Une démarche qualité au service de la chimie Autrans - 14 octobre 2010

Validation des méthodes d'analyse. Journées Qualité et Chimie 2010 Une démarche qualité au service de la chimie Autrans - 14 octobre 2010 Validation des méthodes d'analyse Journées Qualité et Chimie 2010 Une démarche qualité au service de la chimie Autrans - 14 octobre 2010 Marie-Dominique Blanchin Laboratoire de Chimie Analytique Référentiels

Plus en détail

Section 3 - Méthode des prix hédoniques

Section 3 - Méthode des prix hédoniques Section 3 - Méthode des prix hédoniques L3 économétrie - Modélisation et inférence statistique Florence Goffette-Nagot GATE CNRS - Université Lyon 2 - ENS-LSH XX Section 3 - Estimation de prix hédoniques

Plus en détail

TP 1 : Spectrophotométrie UV-visible - Correction

TP 1 : Spectrophotométrie UV-visible - Correction TP 1 : Spectrophotométrie UV-visible - Correction Objectifs : Comprendre le principe de fonctionnement d un spectrophotomètre. Mettre en œuvre un protocole expérimental pour caractériser une espèce colorée.

Plus en détail

Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf

Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf I Terminale S Spectroscopie UV-visible : Bonbons Schtroumpf Objectifs : - Etablir un protocole et le réaliser afin d extraire un colorant et l identifier par spectroscopie UV-visible. - Utiliser la loi

Plus en détail

L'analyse élémentaire en "routine"!

L'analyse élémentaire en routine! L'analyse élémentaire en "routine"! Christophe Cloquet SARM- CNRS Basé à Vandoeuvre-lès-Nancy dans le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) UMR7358 Le SARM, comme le CRPG font parties

Plus en détail

Qualité de la mesure en production

Qualité de la mesure en production Daniel DURET Qualité de la mesure en production, 2008 ISBN : 978-2-212-54140-3 Sommaire Introduction... 5 Chapitre 1 Système d unités... 13 Le besoin d étalons... 15 Un peu d histoire métrologique... 16

Plus en détail

Réutilisation de services web composites par la métaphore du système immunitaire

Réutilisation de services web composites par la métaphore du système immunitaire UMR 5205 Réutilisation de services web composites par la métaphore du système immunitaire, Salima BENBERNOU, Salima HASSAS Atelier Systèmes d Information et de Services Web INFORSID 2006, Hammamet (Tunisie)

Plus en détail

Spectroscopie UV - visible

Spectroscopie UV - visible Spectroscopie UV - visible ACTIVITES 6 Activité de découverte 2 : Spectre et couleur Le «vert malachite» est un colorant organique de synthèse. La teinte de ses solutions (document 1) ressemble à celle

Plus en détail

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie UV-Visible Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie d absorption UV-Visible I. Introduction. Spectroscopie : Etude

Plus en détail

laborantin laboratoire-école

laborantin laboratoire-école EPFL SB-ISIC laboratoire-école appren tis laborantin laboratoire-école en chimie La formation des apprentis laborantins en chimie à l EPFL SB-ISIC La formation des apprentis laborantins en chimie au sein

Plus en détail

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE

E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE E-II-6V1 : DÉTERMINATION DE L AZOTE NITREUX PAR ANALYSE EN FLUX ET DETECTION SPECTROMETRIQUE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination de l azote nitreux dans l eau

Plus en détail

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Philippe HERVÉ Julie CEDELLE Laboratoire d Énergétique et d Économie d Énergie, Université Paris X Nanterre, 50 Rue de Sèvres, 92140 Ville

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Evaluation des compétences expérimentales Fiches techniques : DOSSIER TECHNIQUE - Fiche

Plus en détail

Communications Numériques par Fibre Optique

Communications Numériques par Fibre Optique Université Mohammed Premier École Nationale des Sciences Appliquées d Oujda Cours de la 5 ème Année : Cycle d Ingénieurs Module 5M4 Version 1.0 (Septembre 2009) Communications Numériques par Fibre Optique

Plus en détail

Dossier de validation : Analyse des photo-initiateurs dans le liquide de contact ayant été mis en contact avec des emballages multicouches

Dossier de validation : Analyse des photo-initiateurs dans le liquide de contact ayant été mis en contact avec des emballages multicouches P. : 1/7 Table des matières 1 Introduction...2 2 Processus de la validation...2 3 Plan de la validation...3 4 Résultats de la validation...3 4.1 Spécificité...3 4.1.1 Critère d acceptation...3 4.1.2 Résultats...4

Plus en détail

Contrôle qualité d un médicament après suspicion de contamination microbienne

Contrôle qualité d un médicament après suspicion de contamination microbienne Contrôle qualité d un médicament après suspicion de contamination microbienne Contexte de la situation d évaluation et activités à réaliser A la suite de la mise en évidence de la présence de taches brun-jaune

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2014 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Programme. Bilan matière avec BILCO 12 au 13 octobre 2015. Modélisation et simulation avec USIM PAC 17 au 19 novembre 2015

Programme. Bilan matière avec BILCO 12 au 13 octobre 2015. Modélisation et simulation avec USIM PAC 17 au 19 novembre 2015 Formation Programme CASPEO organise des sessions de formation spécialisées dans ses domaines d expertise : échantillonnage, bilan matière, conception et optimisation de procédés et conception de réseaux

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles

La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles L. del Campo, H. Gomart, D. de Sousa Meneses, B. Rousseau, P. Echegut CEMHTI-CNRS, 1D Av.

Plus en détail

Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique

Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique Livre blanc : Essai comparatif interlaboratoires, flux inscrit et fibre optique Ce livre blanc examine les résultats de 19 mois d'essai comparatif interlaboratoires entrepris pour vérifier l'état actuel

Plus en détail

Projet : Ecole Compétences -Entreprise REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE

Projet : Ecole Compétences -Entreprise REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR 9 SCIENCES APPLIQUEES ' : ORIENTATION D ETUDES TECHNICIEN / TECHNICIENNE CHIMISTE COMPETENCE PARTICULIERE VISEE : REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE Formation

Plus en détail

L ECHANTILLONNAGE ADAPTE POUR L ANALYSE IRTF

L ECHANTILLONNAGE ADAPTE POUR L ANALYSE IRTF Colloque L ECHANTILLONNAGE ADAPTE POUR L ANALYSE IRTF Auteurs : François Davaux, Flora Dias, J.Luc Favarel ITV France Midi-Pyrénées Contacts : V innopôle BP 22 81310 Lisle sur Tarn Date de publication

Plus en détail

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet.

Pour stocker davantage d'informations sur un disque, les scientifiques travaillent sur la mise au point d'un laser ultra violet. nom : TS 6 CONTRÔLE DE SCIENCES PHYSIQUES 14/11/11 Lors de la correction il sera tenu compte de la présentation et de la rédaction de la copie Les réponses seront justifiées et données sous forme littérale

Plus en détail

LA QUALITÉ EN BIOCHIMIE -PRÉCISION ET EXACTITUDE

LA QUALITÉ EN BIOCHIMIE -PRÉCISION ET EXACTITUDE LA QUALITÉ EN BIOCHIMIE -PRÉCISION ET EXACTITUDE I. Incidences d'une mauvaise qualité dans le domaine industriel - Mise en vente de produits de mauvaise qualité. - Mécontentement des clients. - Perte de

Plus en détail

Calculons les concentrations de glucose dans les différents échantillons :

Calculons les concentrations de glucose dans les différents échantillons : Exercice : La chaptalisation (7points) = 0,25pt donc 28 1 OH 2 C est un alcool primaire. 3 C 6 H 12 O 6 -> 2C 2 H 6 O + 2CO 2 2. 2.1 La stœchiométrie de l équation de la réaction, nous montre qu un mole

Plus en détail

Conseils aux employeurs

Conseils aux employeurs Conseils aux employeurs Les informations que doit contenir le rapport final Décrypter un rapport d essai de mesures d empoussièrement en fibres d amiante 1 Nom et adresse de l organisme ayant réalisé les

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

Complément - Chapitre 5 Spectroscopie

Complément - Chapitre 5 Spectroscopie Complément - Chapitre 5 Spectroscopie Spectroscopie dans l ultraviolet et le visible La région du visible du spectre électromagnétique correspond à la lumière dont les longueurs d onde varient environ

Plus en détail

Analyse du bocage par imagerie de télédétection : Comparaison à l analyse manuelle. Dr Ludovic Journaux En collaboration avec David Michelin

Analyse du bocage par imagerie de télédétection : Comparaison à l analyse manuelle. Dr Ludovic Journaux En collaboration avec David Michelin Analyse du bocage par imagerie de télédétection : Comparaison à l analyse manuelle Dr Ludovic Journaux En collaboration avec David Michelin Comité de pilotage du Réseau Bocages de Bourgogne du 4/12/2015

Plus en détail

Fiche de présentation de la ressource. Nicolas di Scala

Fiche de présentation de la ressource. Nicolas di Scala Fiche de présentation de la ressource Classe : Terminale ST2S Enseignement : Physique-Chimie Pôle du programme : «Chimie et santé» Sous-thème : Acides et bases dans les milieux biologiques Équilibre chimique

Plus en détail

Thèse N. Gimenez Introduction Générale. Introduction générale

Thèse N. Gimenez Introduction Générale. Introduction générale Thèse N. Gimenez Introduction Générale Introduction générale 15 Le vieillissement hydrolytique de mousses syntactiques époxyde/amine/verre. 16 Thèse N. Gimenez Introduction Générale Introduction Le prix

Plus en détail

ATELIER EPIGENETIQUE

ATELIER EPIGENETIQUE Juin 2012 ATELIER EPIGENETIQUE Utilisation de la Q-PCR pour analyser des données de ChIP ou de MeDIP Emmanuèle Mouchel-Vielh I. La PCR quantitative: principe et généralités II. Interprétation des résultats

Plus en détail

1.1- Introduction. 1.2- Matériel et méthode. Aspergillus carbonarius et OTA DUBERNET M. page 1

1.1- Introduction. 1.2- Matériel et méthode. Aspergillus carbonarius et OTA DUBERNET M. page 1 Modifications de la composition des moûts et des vins issus de raisins parasités par Aspergillus carbonarius. Évaluation rapide de la contamination du raisin et de la teneur en ochratoxine A dans les moûts

Plus en détail

Note de veille - métrologie

Note de veille - métrologie EVOLUTION DES SYSTEMES DE MESURE VERS LA PRECISION L évolution des besoins de précision a entraîné l évolution des moyens de mesure. Cette note de veille présente les dernières innovations en matière de

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

Les enjeux de la construction des tarifs issus des coûts. Club des Médecins DIM FHP-MCO. 2 avril 2015

Les enjeux de la construction des tarifs issus des coûts. Club des Médecins DIM FHP-MCO. 2 avril 2015 Les enjeux de la construction des tarifs issus des coûts Club des Médecins DIM FHP-MCO 2 avril 2015 1 Introduction Année 2012 marquée par un questionnement sur le modèle de financement des établissements

Plus en détail

La couleur des étoiles (La loi de Wien)

La couleur des étoiles (La loi de Wien) FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 6 La couleur des étoiles (La loi de Wien) Type d'activité Activité documentaire et utilisation de TIC Notions et contenus du programme de 1 ère S Largeur

Plus en détail

E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE. 4. Conditionnement et conservation de l échantillon

E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE. 4. Conditionnement et conservation de l échantillon E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE 1. Objet Description du dosage du mercure par spectrométrie atomique de vapeur froide. 2. Domaine d application

Plus en détail

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Le domaine UV-visible s'étend environ de 800 à 10 nm. visible : 800 nm (rouge) - 400 nm (indigo) proche-uv : 400 nm - 200

Plus en détail