Détermination de la qualité de la betterave sucrière par spectroscopie proche infrarouge et chimiométrie.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Détermination de la qualité de la betterave sucrière par spectroscopie proche infrarouge et chimiométrie."

Transcription

1 DOCTORAT DE L UNIVERSITE DE LILLE 1 1 Ecole Doctorale : Sciences Pour l Ingénieur (SPI) Discipline : Instrumentation et Analyses Avancées Détermination de la qualité de la betterave sucrière par spectroscopie proche infrarouge et chimiométrie. Y. ROGGO Laboratoire de Spectrochimie Infrarouge et Raman (LASIR - CNRS UMR 8516) Université des Sciences et Technologies de Lille Villeneuve d Ascq cedex

2 Plan 2 1. Méthodes d analyses a. Méthode chimique de référence b. Mesure spectrale 2. Faisabilité du dosage du saccharose par SPIR dans un laboratoire de référence 3. Gestion d un réseau de spectromètres 4. Automatisation de la mesure SPIR

3 1.a Méthode chimique de référence 3 L échantillon de betterave est Lavé, Râpé avec un instrument normalisé, Homogénéisé pendant 9 s. Ajout de 165 ml d une solution acétate de plomb à 40 g d échantillon. Agitation pendant 15 minutes. Filtration. Mesure polarimétrique sur un jus limpide. D après le Bulletin Officiel de la République Française (24 avril 1964).

4 1.b Mesure spectrale 4 FOSS NIRSystems modèle Mesure en réflectance. Gamme visible proche infrarouge nm. 25 spectres moyennés de l échantillon en 1 minute.

5 1.b Mesure spectrale Spectre proche infrarouge de la betterave 5 2, nm Elongation O-H seconde harmonique 1,5 log(1/r) nm Elongation C-H troisième harmonique 2 1 0, Longueurs d'onde (nm) nm Combinaison élongation O-H et déformation ROH nm Combinaison élongation C-H et déformation CH 2 D après F. Cadet, M. Safar et E. Dufour, Glucides. La spectroscopie infrarouge et ses applications analytiques, D. Bertrand et E. Dufour (Ed.), Tec&Doc, Paris, 2000, p 171.

6 1.b Mesure spectrale 6 Base de données représentative Environ 4500 spectres 4 récoltes de 1999 à 2002 Degrés de maturité différents 8 régions de culture 10 variétés identifiées

7 Plan 7 1. Méthodes d analyse 2. Faisabilité du dosage du saccharose par SPIR dans un laboratoire de référence a. Principe de l analyse quantitative b. Résultats de la validation c. Répétabilité de la méthode d. Stabilité des modèles e. Bilan 3. Gestion d un réseau de spectromètres 4. Automatisation de la mesure SPIR

8 2.a Principes de l analyse quantitative Première étape: l étalonnage 8 Échantillons : 2210 (1016 spectres de l année 1999, 669 de 2000 et 525 de 2001) SPIR Prétraitements Méthode de régression Equation d étalonnage Analyses de référence

9 2.a Principes de l analyse quantitative Deuxième étape: la validation échantillons de 2001 SPIR Prétraitements Utilisation de l équation y j concentrations prédites par SPIR Analyses de référence y j concentrations de référence Erreur Standard de Prédiction SEP = SEP corrigé du biais SEP(C) = Biais n j= 1 (y n n j j= 1 j= 1 y' n (y (y j j n j ) 2 y' biais) n 1 y' Avec n: nombre d échantillons dans le lot de validation. j j ) 2

10 10 2.a Principes de l analyse quantitative Prétraitements spectraux Spectres proche infrarouge SNV + detrending (SNVD) Log(1/R) Log(1/R) Longueur d onde (nm) Longueur d onde (nm) Longueur d onde (nm) Longueur d onde (nm) N du spectre N du spectre Standard Normal Variate (SNV) SNVD + Dérivée d ordre 2 Log(1/R) Log(1/R) N du spectre N du spectre

11 2.a Principes de l analyse quantitative Optimisation du modèle 11 Domaine spectral : [1100 ; 2500 nm] Prétraitements : SNVD + Dérivée seconde Régression : MPLS Régression multivariée PLS Modification de Shenk

12 2.b Résultats de la validation sur 525 échantillons indépendants du lot d étalonnage Valeur de référence (g / 100g) 20 19, , , , , Valeur prédite (g / 100g) SEP = 0,10 g de saccharose pour 100 g de betterave Biais = 0,01 g / 100 g SEP(C) = 0,10 g / 100 g R 2 = 0,99 12

13 2.c Répétabilité de la méthode 13 (30 échantillons analysés trois fois) Ecart type de répétabilité de la polarimétrie (r pol ) = 0,06 g / 100 g Ecart type de répétabilité de la SPIR (r SPIR ) = 0,07 g / 100 g SEP 2 = r SPIR2 + r pol2 + (erreur du modèle) 2(*) (*) D après B. Osborne, T. Fearn et P. Hindle, Pratical NIR spectroscopy with application in food and beverage analysis. Prentice Hall, Harlow, 1993, p 227.

14 2.d Stabilité des modèles 14 SEP g / 100 g 0,18 0,16 0,14 0,12 0,1 0,08 0,06 0,04 0,02 0 Validation : Campagne 1999 Modèle de l année (cumul) Validation : Campagne 2000 Modèle de l année précédente Validation : Campagne 2001 Validation : Campagne 2002 Mise à jour du modèle de l année précédente par l analyse de 150 échantillons en début de campagne

15 2.e Bilan 15 Erreur standard de prédiction faible 0,10 g / 100 g sur une gamme de concentrations comprises entre 14 et 21 g de saccharose pour 100 g de betterave. Répétabilité de la SPIR comparable à celle de la méthode chimique de référence. Stabilité des résultats sur quatre années d expérimentation. Faisabilité du dosage du saccharose par SPIR sur un instrument de laboratoire.

16 Plan Méthodes d analyses 2. Faisabilité du dosage du saccharose par SPIR dans un laboratoire de référence 3. Gestion d un réseau de spectromètres a. Problématique b. Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage c. Bilan 4. Automatisation de la mesure SPIR

17 17 3.a Problématique Esclave 2 Esclave 3 Instrument Maître Esclave 1 Utilisation du modèle sur plusieurs instruments

18 3.a Problématique 18 Esclave 2 SEP = 0,17 Esclave 3 SEP = 0,19 Instrument Maître SEP = 0,10 Esclave 1 SEP = 0,17 Dégradation du SEP sur les instruments esclaves Unité g / 100 g

19 3.a Problématique 19 Utilisation du modèle de l instrument maître sur les trois esclaves SEP Biais SEP(C) Instrument Esclave 1 0,17 0,12 0,09 Instrument Esclave 2 0,17-0,14 0,12 Erreur systématique entre les instruments Instrument Esclave 3 0,19-0,10 0,10 Unité g / 100 g

20 3.a Problématique Comparaison des spectres moyens des instruments 20 5 Ecart relatif (1) en % Longueur d onde (nm) Esclave1 Esclave2 Esclave3 (1) (log(1/r) maître - log(1/r) esclave) / log(1/r) maître * 100

21 3.a Problématique 21 Différences instrumentales. Dégradation de la prédiction sur les instruments esclaves Développement d une équation d étalonnage impossible sur chaque spectromètre.

22 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Première approche : Correction de biais 22 Méthode 1- Calcul le biais sur un lot d étalonnage (instrument esclave N 2) 2- Utilisation de la correction sur des échantillons indépendants Valeur prédite par l'instrum ent esclave (g / 100 g) 20 19, , , , , , , ,5 20 Valeur prédite par l'instrument maître (g / 100 g) Avant correction Après correction

23 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Première approche : Correction de biais 23 Résultats (unité g / 100 g) SEP avant correction SEP après correction Conclusion Avantage : Simple à mettre en œuvre. Instrument Esclave 1 Instrument Esclave 2 Instrument Esclave 3 0,17 0,17 0,19 0,12 0,10 0,14 Inconvénients : Nécessité d analyser des échantillons de betterave sur les instruments esclaves.

24 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Deuxième approche : Modèle robuste aux changements d instruments 24 Modèle développé avec des spectres de l'instrument maître Modèle développé avec des spectres de l'instrument maître et deux esclaves (N 1 et N 2) Modèle développé avec des spectres de l'instrument maître et des trois esclaves Maître Esclave 1 Esclave 2 Esclave 3 0,2 0,18 0,16 0,14 0,12 0,1 0,08 0,06 0,04 0,02 0 SEP (g / 100 g) Validation sur des échantillons indépendants

25 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Deuxième approche : Modèle robuste aux changements d instruments 25 Avantage Rapide : pas d analyse pour réaliser le transfert. Inconvénients Il faut des analyses avec tous les instruments du réseau.

26 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Principes 26 Analyse d échantillons sur les instruments maître et esclaves Mise en place d une équation de transfert d étalonnage Validation du transfert : analyse d échantillons indépendants sur l appareil esclave

27 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Algorithmes 1 Algorithme breveté par Shenk et Westerhaus Ajustement des longueurs d onde 27

28 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Algorithmes 1 Algorithme breveté par Shenk et Westerhaus Ajustement des longueurs d onde i i X maître Corrélation entre la longueur d onde i du maître et les longueurs d ondes de l esclave comprises entre i-k et i+k Matrice spectrale instrument maître i j Le maximum des corrélations (longueur d onde j) et les deux longueurs d onde voisines i X escl Utilisation de deux modèles quadratiques D après E. Bouveresse, D. Massart et P. Dardenne, Anal. Chim. Acta, 297 (1994) 405. i 28 Matrice spectrale instrument esclave j la longueur d onde de l instrument esclave correspondant à i de l instrument maître

29 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Algorithmes 29 1 Algorithme breveté par Shenk et Westerhaus Ajustement des absorbances

30 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Algorithmes D après E. Bouveresse, D. Massart et P. Dardenne, Anal. Chim. Acta, 297 (1994) Algorithme breveté par Shenk et Westerhaus Ajustement des absorbances i X maître Matrice spectrale Matrice spectrale de l instrument maître j X ajustée ajustée en longueurs d onde de l instrument esclave Une régression linéaire simple entre l absorbance x i,maître et x i,eslcave est effectuée pour l ensemble des longueurs d onde du spectre. x i,maître = a i.x i,esclave + b i avec a i et b i deux constantes

31 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Algorithmes 31 2 Piecewise Direct Standardisation (PDS) Maître i x i,maître X maître Esclave = i X escl W i PLS Coefficients B i b i D après Y. Wang, D. Veltakamp et B. Kowalski, Anal. Chem., 63 (1991) 2750.

32 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Choix de l algorithme de transfert 32 Esclave 2 Nombre d'échantillons 30 Echantillons betteraves Esclave avant standardisation Algorithme SW PDS SEP (g / 100 g) 0,17 0,11 0,11 Biais (g / 100 g) -0,14-0,02-0,01 SEP(C) (g / 100 g) 0,12 0,11 0,11

33 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Choix des échantillons du transfert 33 Esclave 2 SEP Maître 0,10 biais 0,00 SEP(C) 0,10 SEP, biais, SEP(C) en g / 100 g Esclave avant standardisation 0,17-0,14 0,12 Standardisation avec des échantillons stabilisés (FOSS ) 0,11-0,01 0,11

34 3.b Comparaison des méthodes de transfert d étalonnage Troisième approche : Modification des spectres des instruments esclaves Bilan 34 Avantages Tous les instruments utilisent le même modèle. Inconvénients Il faut trouver des échantillons stables, homogènes et représentatifs pour réaliser le transfert.

35 3.c Bilan Comparaison des méthodes 35 SEP en g / 100g Avant standardisation Corrections des concentrations Modèle robuste Corrections spectrales Les trois approches limitent l amplification du SEP sur les instruments esclaves. Instrument Esclave 1 0,17 0,12 0,11 0,11 Instrument Esclave 2 0,17 0,11 0,11 0,12 Instrument Esclave 3 0,19 0,14 0,09 0,14

36 Plan Méthodes d analyse 2. Faisabilité du dosage du saccharose par SPIR dans un laboratoire de référence 3. Gestion d un réseau de spectromètres 4. Automatisation de la mesure SPIR a. Principe de l automatisation b. Résultats des essais en conditions industriels

37 4.a Principe de l automatisation 37 Ejection automatique de l échantillon après analyse 1 m 1,5 m Introduction manuelle des échantillons Module d étalement automatique (Foss / Parimix) Spectromètre (Foss NIRsystem 6500)

38 38 4.a Principe de l automatisation Echantillon à étaler Fenêtre de quartz

39 4.b Résultats des essais en conditions industriels 39 Transfert du modèle vers l instrument automatique Développement d un modèle robuste échantillons de l instrument de laboratoire échantillons analysés sur les quatre instruments automatiques Résultats Nombre d échantillons Instrument maître Instrument 1 Instrument 2 Instrument Biais -0,01 0,03 0,00 0,06 SEP(C) 0,12 0,11 0,13 0,13 Unité : g / 100g

40 Conclusions 40 Détermination de la teneur en saccharose de la betterave par spectroscopie proche infrarouge Dosage précis du saccharose de la betterave par SPIR dans un laboratoire de référence. Résultats stables sur quatre années d expérimentation. Possibilité d utiliser plusieurs spectromètres pour déterminer la teneur en saccharose de la betterave. Développement d un instrument semi-automatique.

41 Perspectives 41 Automatiser de façon complète la spectroscopie proche infrarouge. Tester le protocole pour la gestion du réseau d instruments au cours d une campagne sucrière. Utilisation de la SPIR pour déterminer d autres critères de qualité.

42 DOCTORAT DE L UNIVERSITE DE LILLE 1 42 Ecole Doctorale : Sciences Pour l Ingénieur (SPI) Discipline : Instrumentation et Analyses Avancées Détermination de la qualité de la betterave sucrière par spectroscopie proche infrarouge et chimiométrie.

Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014)

Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014) Devoir de chimie : Analyse spectrale et dosage par étalonnage (1 décembre 2014) Exercice 1 : Etude de l acide lactique (6,5 pts) La formule semi-développée de l acide lactique est la suivante : 1.1. Étude

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

Projet : Ecole Compétences -Entreprise REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE

Projet : Ecole Compétences -Entreprise REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR 9 SCIENCES APPLIQUEES ' : ORIENTATION D ETUDES TECHNICIEN / TECHNICIENNE CHIMISTE COMPETENCE PARTICULIERE VISEE : REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE Formation

Plus en détail

INFORMATION DEUX/13 ÉDITION SPÉCIALE NIRS. Solutions en spectroscopie proche infrarouge par Metrohm NIRSystems. Théorie de la spectroscopie NIR

INFORMATION DEUX/13 ÉDITION SPÉCIALE NIRS. Solutions en spectroscopie proche infrarouge par Metrohm NIRSystems. Théorie de la spectroscopie NIR INFORMATION DEUX/13 ÉDITION SPÉCIALE NIRS Solutions en spectroscopie proche infrarouge par Metrohm NIRSystems Théorie de la spectroscopie NIR Instruments NIR et logiciel pour le laboratoire et le process

Plus en détail

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE

CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE CONCOURS GÉNÉRAL DES LYCÉES SESSION DE 2005 CHIMIE DE LABORATOIRE ET DES PROCÉDÉS INDUSTRIELS (Classes de Terminales STL - CLPI) PARTIE B CHIMIE INORGANIQUE Deux méthodes de dosage d une solution de dichromate

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Spectrophotomètres. www.jenway.com

Spectrophotomètres. www.jenway.com Imlab Oude Vijvers 1 B-3370 Boutersem Spectrophotomètres www.jenway.com Bibby Scientific France - ZI du Rocher Vert - BP 79-77793 Nemours Cedex Tél. : 01 64 45 13 13 - Fax : 01 64 45 13 00 - email : bsf@bibby-scientific.fr

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

GAMME UviLine 9100 & 9400

GAMME UviLine 9100 & 9400 Agro-alimentaire/Biotechnologie/Enseignement/Recherche/Santé/Industrie GAMME UviLine 9100 & 9400 Spectrophotomètres UV & Visible Une combinaison intelligente d innovations n Excellente précision de mesure

Plus en détail

GAMME UVILINE 9100 & 9400

GAMME UVILINE 9100 & 9400 GAMME UVILINE 9100 & 9400 SPECTROPHOTOMÈTRES UV & VISIBLE NOUVEAU Sipper avec effet peltier Une combinaison intelligente d innovations EXCELLENTE PRÉCISION DE MESURE GRÂCE À UNE OPTIQUE HAUT DE GAMME Gain

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique.

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. A METHODE DE LA GAMME D ETALONNAGE... 1 1. Saisie des valeurs... 1 2. Tracé de la gamme d étalonnage... 2 3. Modélisation

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES

IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES T.T. Nguyen, L. Barandiaran, C. Petuya, J.L. Bruneel, D. Talaga, A. Desmedt* Groupe de Spectroscopie Moléculaire,

Plus en détail

L'analyse élémentaire en "routine"!

L'analyse élémentaire en routine! L'analyse élémentaire en "routine"! Christophe Cloquet SARM- CNRS Basé à Vandoeuvre-lès-Nancy dans le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) UMR7358 Le SARM, comme le CRPG font parties

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

Chimie Analytique I: Chapitre 14 Introduction aux méthodes spectroscopiques

Chimie Analytique I: Chapitre 14 Introduction aux méthodes spectroscopiques Chimie Analytique I: Chapitre 14 Introduction aux méthodes spectroscopiques 14.1 Molécule: Quelles libertés? Pour une molécule possédant N atomes, il existe 3N degrés de liberté (de mouvement). C'est dans

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise?

Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? Emissions de particules du volcan islandais Eyjafjöll: quelle influence sur le contenu en aérosols dans la région Lilloise? LOA (Laboratoire d Optique Atmosphérique, Lille1, CNRS UMR 8518) vendredi 23

Plus en détail

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE

TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE TEMPÉRATURE DE SURFACE D'UNE ÉTOILE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome S'impliquer Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité Compétence(s)

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Evaluation du risque mycotoxique sur maïs

Evaluation du risque mycotoxique sur maïs Evaluation du risque mycotoxique sur maïs 1 Cécile LEVASSEUR, Olivier SUREL, Didier KLEIBER Laboratoire d Agro-Physiologie, UPSP/DGER115, Ecole d Ingénieurs de Purpan, Université de Toulouse, 75 voie du

Plus en détail

Spectrophotométrie Colorimétrie

Spectrophotométrie Colorimétrie Pharmacie 1 ere année 2002-2003 Spectrophotométrie Colorimétrie ITRODUCTIO... 1 RAPPELS THEORIQUES... 2 DEFIITIOS... 3 LOI DE BEER-LAMBERT... 5 METHODES D AALYSE SPECTROPHOTOMETRIQUE... 6 Méthode de l

Plus en détail

RECUEIL INTERNATIONAL DES METHODES D ANALYSES OIV Glucose et fructose. Glucose et fructose

RECUEIL INTERNATIONAL DES METHODES D ANALYSES OIV Glucose et fructose. Glucose et fructose Méthode OIV-MA-AS311-02 Méthode Type II 1. Définition Le glucose et le fructose peuvent être dosés individuellement par une méthode enzymatique, en vue seulement du calcul du rapport glucose/fructose.

Plus en détail

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale

Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Repérage des changements de phase par thermographie bi-spectrale Philippe HERVÉ Julie CEDELLE Laboratoire d Énergétique et d Économie d Énergie, Université Paris X Nanterre, 50 Rue de Sèvres, 92140 Ville

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR

TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR TP N 3 : SPECTROSCOPIES UV-VISIBLE ET IR S'approprier Analyser Réaliser Valider Communiquer Avec les progrès des techniques, l analyse qualitative organique est de moins en moins en utilisée car elle nécessite

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie

TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie TP : Détermination de la concentration en glucose d une boisson de réhydratation Deuxième Partie Rappel : Lorsque l on chauffe un mélange d une solution de glucose et d une solution d acide 3,5- dinitrosalycilique

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

TPG 12 - Spectrophotométrie

TPG 12 - Spectrophotométrie TPG 12 - Spectrophotométrie Travail par binôme Objectif : découvrir les conditions de validité et les utilisations possibles de la loi de Beer-Lambert I- Tracé de la rosace des couleurs Choisir un des

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600

APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600 Microgenics Corporation Entreprise de Thermo Fisher Scientific APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600 Réf. 0373910 Destiné

Plus en détail

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R.

Fiabiliser les résultats [PROGRAMME] et dans les fours Méthodes de séparation. Préparation de l échantillon. [COORDINATEUR] Pr. R. 60 ÉCOLE EUROPÉENNE DES SCIENCES ANALYTIQUES Connaissances de base en chimie sur l atome et la lumière 4 jours Être capable de choisir la technique appropriée Fiabiliser les résultats Définitions en absorption

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Introduction à l Intelligence Artificielle

Introduction à l Intelligence Artificielle 1 / 14 Introduction à l Intelligence Artificielle Présentation de l option 2 nd semestre 2014-15 Philippe Chatalic chatalic@lri.fr Université Paris Sud Laboratoire de Recherche en Informatique (UMR CNRS

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-CORRIGE EXOS Analyse spectrale des composés organiques

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-CORRIGE EXOS Analyse spectrale des composés organiques Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-CORRIGE EXOS Analyse spectrale des composés organiques Exercices résolus p 101 à 103 N 01 à 06 Exercices qui ne serons pas corrigé intégralement : p 104 à 107

Plus en détail

De nouveaux horizons pour l industrie laitière

De nouveaux horizons pour l industrie laitière An Advanced Instruments Company De nouveaux horizons pour l industrie laitière LactoScope à filtre Pourquoi changer une équipe gagnante? Pendant des décennies, Delta a développé les analyseurs infrarouge

Plus en détail

MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin»

MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin» MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin» Exemple d application : quantification de monocouches de ségrégation par WDS Frédéric hristien, Pawel Nowakowski, Yann Borjon-Piron, René Le Gall LGMPA - Polytech Nantes

Plus en détail

«Vers une méthode rapide de l évaluation de la tendreté»

«Vers une méthode rapide de l évaluation de la tendreté» Matthieu ALRIC - matthieu.alric@adiv.fr Chargé d Etudes en Génie Mécanique et Robotique «Vers une méthode rapide de l évaluation de la tendreté» Développement d un système robotique équipé de capteurs

Plus en détail

SurTec 650 ChromitAL TCP

SurTec 650 ChromitAL TCP SurTec 650 ChromitAL TCP Propriétés Passivation sans chrome VI pour aluminium à base de chrome III Liquide concentré Très bonne protection anticorrosion sur pièces non peintes comparable à celle du chrome

Plus en détail

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz,

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, en régime continu ou impulsionnel. Applications opto-microondes. NGOC DIEPLAI Laboratoire d Electronique Quantique

Plus en détail

Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies. Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS

Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies. Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS Qualité et fonctionnement économiques Le nouveau spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS offre des performances

Plus en détail

ELTRA Des solutions précises pour l analyse élémentaire

ELTRA Des solutions précises pour l analyse élémentaire VERDER SCIENTIFIC Magazine client Numéro 40 ELTRA Des solutions précises pour l analyse élémentaire Précis, Fiable, Flexible EDITORIAL Charbon Acier Terre Cher(e)s lecteurs, clients et partenaires, Dans

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Chimie Industrielle (anciennement : Industries chimiques et pharmaceutiques)

Plus en détail

Terminale S Chapitre 4 Observer : ondes et matière. Analyse spectrale

Terminale S Chapitre 4 Observer : ondes et matière. Analyse spectrale Analyse spectrale 1 Spectroscopie UV-visible 1.1 Présentation des spectres UV-visible La spectroscopie est l étude quantitative des interactions entre la lumière et la matière. Lorsque la lumière traverse

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Chimie et biologie de l Université Lille 1 Sciences et technologies - USTL Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99)

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99) (Résolution oeno 5/99) Les données concernant la fidélité des méthodes analytiques déterminées par des études collaboratives sont applicables dans les cas suivants : ) Vérification de l'acceptabilité des

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS.

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS. Chez Gentec-EO, depuis plus de 40 ans, nous comprenons que l essence même de notre métier est l exactitude. Il n existe pas de demi-mesure : nos appareils mesurent avec exactitude ou ils ne mesurent pas

Plus en détail

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Enseignement Agro-alimentaire Sciences Chimie Recherche Laboratoires de référence UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Accédez aux meilleures performances grâce à des spécificités optiques supérieures

Plus en détail

Emploi-type : Technicien en sciences des matériaux/caractérisation. Aucun document n est autorisé ainsi que le téléphone et l ordinateur portable ;

Emploi-type : Technicien en sciences des matériaux/caractérisation. Aucun document n est autorisé ainsi que le téléphone et l ordinateur portable ; CONCOURS EXTERNES IT 2012 EPREUVE TECHNIQUE D ADMISSION Durée : 01 heures 30 Coefficient : 2 CONCOURS N 208 Corps : Techniciens de la recherche BAP : B Sciences chimiques et sciences des matériaux Emploi-type

Plus en détail

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?...

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Diffraction Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Doc. 1. Classes d un laser : Selon la puissance et la longueur d'onde d'émission du laser, celui-ci peut représenter un réel danger pour la vue et

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

Spectrophotomètres. Spectrophotomètres modèle 6700. Les spectrophotomètres Série 67 : 3 modèles uniques

Spectrophotomètres. Spectrophotomètres modèle 6700. Les spectrophotomètres Série 67 : 3 modèles uniques Spectrophotomètres Les spectrophotomètres Série 67 : 3 modèles uniques Forte de son expérience en spectrophotométrie, la société Jenway a mis au point une série de spectrophotomètres nouvelle génération.

Plus en détail

Les ions nitrate dans l eau. Type de ressources : Activité : résolution de problème à partir de résultats expérimentaux

Les ions nitrate dans l eau. Type de ressources : Activité : résolution de problème à partir de résultats expérimentaux PhysiqueChimie Programme de Terminale S Les ions nitrate dans l eau Thème : Agir Economiser les ressources et respecter l environnement Contrôle de la qualité par dosage Type de ressources : Activité :

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Université des Sciences et Technologies de Lille

Université des Sciences et Technologies de Lille N d ordre : 473 Université des Sciences et Technologies de Lille École Doctorale des Sciences Pour l Ingénieur Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université des Sciences et Technologies de Lille

Plus en détail

Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité

Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité GRENATS «CHANGE COULEUR» Quelques exemples Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité Mécanisme Les grenats «change couleur» sont des grenats

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm).

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectrophotométrie Spectrophotométrie La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectre d'absorption

Plus en détail

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS

Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Préparation des échantillons pour l analyse en LC MS Grégory Genta Jouve Spectrométrie de masse appliquée aux Substances Naturelles Sommaire Introduction Homogénéisation Les différents types d extraction

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail

Quelques points de traitement du signal

Quelques points de traitement du signal Quelques points de traitement du signal Introduction: de la mesure au traitement Source(s) BRUIT BRUIT Système d acquisition Amplitude (Pa) Temps (s) Amplitude (Pa) Mesure Opérations mathématiques appliquées

Plus en détail

ATELIER EPIGENETIQUE

ATELIER EPIGENETIQUE Juin 2012 ATELIER EPIGENETIQUE Utilisation de la Q-PCR pour analyser des données de ChIP ou de MeDIP Emmanuèle Mouchel-Vielh I. La PCR quantitative: principe et généralités II. Interprétation des résultats

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

Formation 2012 SDL ICP-OES. Granulométrie. Analyseurs C/S & O/N/H. S & Cl dans les. produits pétroliers. Fluorescence Rayons X

Formation 2012 SDL ICP-OES. Granulométrie. Analyseurs C/S & O/N/H. S & Cl dans les. produits pétroliers. Fluorescence Rayons X Formation 2012 SDL ICP-OES Granulométrie Analyseurs C/S & O/N/H S & Cl dans les produits pétroliers Fluorescence Rayons X N otre m is s io n, a v o ir d e s u t ilis a t e u r s b ie n fo r m é s HORIBA

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

INDUSTRIES TECHNIQUES

INDUSTRIES TECHNIQUES Version 2 «Chimiste» Le métier s entend exercé par des femmes et des hommes. L emploi du pronom personnel «il» est donc générique et concerne autant les femmes que les hommes. APPELLATION(S) DU METIER

Plus en détail

Guide d utilisation. du logiciel. Gen5 TM. BioTek Instruments GmbH, Bureau de Liaison France, Colmar

Guide d utilisation. du logiciel. Gen5 TM. BioTek Instruments GmbH, Bureau de Liaison France, Colmar Guide d utilisation du logiciel Gen5 TM BioTek Instruments GmbH, Bureau de Liaison France, Colmar SOMMAIRE Introduction et présentation 3 Concepts clef 4 Wellcome to Gen5 5 Wizard 6 Stepwise 6 Procedure

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

L utilisation de la SPIR au service de l entretien l parcours de golf : intérêts et limites. CIRAD, Montpellier (France)

L utilisation de la SPIR au service de l entretien l parcours de golf : intérêts et limites. CIRAD, Montpellier (France) L utilisation de la SPIR au service de l entretien l des parcours de golf : intérêts et limites L. Thuriès,, D. Bastianelli CIRAD, Montpellier (France) SPIR gazon : pour quoi faire? Suivi des sols : Teneur

Plus en détail

Ingénieur c est bon pour la Santé? 10 ans de X-Biotech FM, 17 mars 2014

Ingénieur c est bon pour la Santé? 10 ans de X-Biotech FM, 17 mars 2014 Ingénieur c est bon pour la Santé? 10 ans de X-Biotech FM, 17 mars 2014 biomérieux 50 ans. Pure player de diagnostic in vitro (#1 en microbiologie clinique, #1 en contrôle industriel). > 8 000 personnes

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

VISUALISATION DES MARQUES DE SÉCURITÉ ESSENTIELLES, COMPARAISON ET DOCUMENTATION DANS UN PROCESSUS AUTOMATIQUE

VISUALISATION DES MARQUES DE SÉCURITÉ ESSENTIELLES, COMPARAISON ET DOCUMENTATION DANS UN PROCESSUS AUTOMATIQUE VISUALISATION DES MARQUES DE SÉCURITÉ ESSENTIELLES, COMPARAISON ET DOCUMENTATION DANS UN PROCESSUS AUTOMATIQUE DOCUCENTER NIRVIS répond à tous les désirs. Un volume de performance extraordinaire pour l

Plus en détail

Calculons les concentrations de glucose dans les différents échantillons :

Calculons les concentrations de glucose dans les différents échantillons : Exercice : La chaptalisation (7points) = 0,25pt donc 28 1 OH 2 C est un alcool primaire. 3 C 6 H 12 O 6 -> 2C 2 H 6 O + 2CO 2 2. 2.1 La stœchiométrie de l équation de la réaction, nous montre qu un mole

Plus en détail

Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen

Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen ULB Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen Par Hancisse Olivier, Huon Alice, Sintobin Olivier, Straus Joanne et Wambé Patrick Etudiants en Bioingénieur 3/10/2010 [Type

Plus en détail

TP n 1: Initiation au laboratoire

TP n 1: Initiation au laboratoire Centre Universitaire d El-Tarf Institut des Sciences Agronomiques 3 ème année Contrôle de Qualité en Agroalimentaire TP n 1: Initiation au laboratoire Introduction L analyse de la matière vivante au laboratoire

Plus en détail

Contrôle Externe de Qualité - CQE Norme et son application aux CQE éléments trace dans différents pays. Essais de standardisation

Contrôle Externe de Qualité - CQE Norme et son application aux CQE éléments trace dans différents pays. Essais de standardisation Contrôle Externe de Qualité - CQE Norme et son application aux CQE éléments trace dans différents pays. Essais de standardisation J Arnaud DBI, CHU de Grenoble CQE et assurance qualité Méthodes analytiques

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

PHS 3210 - Spectroscopie Plan de cours Hiver 2015

PHS 3210 - Spectroscopie Plan de cours Hiver 2015 PHS 3210 - Spectroscopie Plan de cours Hiver 2015 Description du cours Professeur : Site web du cours : Nombre de crédits : Heures par semaine : Disponibilité : Cours préalables : Sébastien Francoeur B559.6

Plus en détail