Périnatalité Petite Enfance. Chiffres et repères Données 2009 / 2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Périnatalité Petite Enfance. Chiffres et repères Données 2009 / 2010"

Transcription

1 érinatalité etite Enfance Chiffres et repères Données 2009 / 2010 Service de rotection Maternelle et Infantile (MI) - Edition 2012

2 Sommaire 1 Données sociodémographiques / p4 2 Données des certificats d issue de grossesse (CIG) / p5 3 Données issues des remiers certificats de santé (CS) / p6 Lieux d accouchement des femmes domiciliées en Seine-Saint-Denis Données concernant la femme enceinte Données concernant l enfant à la naissance 4 Données issues des certificats de santé du 9 ème mois / p9 5 Données issues des certificats de santé du 24 ème mois / p9 6 Couverture vaccinale / p10 7 Bilans de santé en école maternelle / p10 8 Repères sur des projets de prévention spécifique et d accompagnement des familles / p11 Réseaux périnatals de proximité / Allaitement / romotion de la santé bucco-dentaire / révention de l obésité des enfants / révention du saturnisme infantile / Accompagnement des familles ayant un enfant porteur de handicap Accompagnement à la parentalité / Empathie Modes d accueil

3 Edito Avec près de naissances par an, le taux de natalité de Seine- Saint-Denis est le plus élevé de France métropolitaine. Dans ce contexte, la prévention sanitaire et le développement des modes d accueil de la petite enfance sont une priorité pour le Conseil général de la Seine-Saint-Denis. A travers 117 centres de rotection Maternelle et Infantile (MI) de quartier et professionnels, le Conseil général de la Seine-Saint- Denis met en oeuvre d importants moyens humains et financiers pour le suivi de la santé des femmes enceintes, des nouveau-nés, des nourrissons, des jeunes enfants et des mères. Un partenariat de longue date avec l ensemble des professionnels de santé qui entourent la naissance permet, de plus, un travail en réseau sur tout le département. Réalisée grâce au recueil de données issues de l exploitation des certificats de santé des enfants nés en 2009 et 2010, la plaquette érinatalité et petite enfance : chiffres et repères présente les principaux indicateurs départementaux dans ces deux domaines. Elle fournit également des informations sur quelques programmes d actions dans le champ de la prévention et de la promotion de la santé mis en place par le service de rotection Maternelle et Infantile (MI). Je remercie tous les professionnels qui ont contribué à sa réalisation ainsi que tous ceux qui assurent au quotidien la protection maternelle et infantile en Seine-Saint-Denis.

4 1 Données sociodémographiques En 2010 la Seine-Saint-Denis est le 3ème département d Ile-de-France en population, le 6ème en France avec habitants (Source : Insee - Estimations de population). La progression démographique depuis 1999 est de 10,4% (7,5% en France métropolitaine). En 2010, le nombre de naissances domiciliées est de ; soit une augmentation de 12,8 % en 10 ans (4,1% en France métropolitaine). 52 langues et dialectes nécessitent le recours à l interprétariat. En 2010, le taux de bénéficiaires de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMUC) est de 10,9% (5,9% en Ile-de-France, 5,8% en France métropolitaine) (Source : IRDS). Le taux de familles monoparentales est de 20% (16% en Ile-de-France, 13% en France métropolitaine (Source : Insee 2008). FRANCE MÉTROOLITAINE ILE-DE-FRANCE SEINE-SAINT-DENIS FEMME DE 15 À 49 ANS * TAUX DE NATALITÉ ** 12,6 15,4 18,6 INDICATEUR CONJONCTUREL DE FÉCONDITÉ *** 1,98 2,02 2,42 LA SEINE-SAINT- DENIS A L INDICATEUR CONJONCTUREL DE FÉCONDITÉ LE LUS ÉLEVÉ DE FRANCE MÉTROOLITAINE * Source : Insee - Estimations de population, 2009(p). ** Naissances domiciliées pour habitants ; Source : Insee, état civil, *** l indicateur conjoncturel de fécondité (nombre d enfants qu aurait une femme tout au long de sa vie, si les taux de fécondité observés l année considérée à chaque âge demeuraient inchangés) ; Source : Insee, estimations de population et statistiques de l état civil, Le taux d activité féminine (de 15 à 64 ans) est de 68,2% versus 67,8% en France métropolitaine (Source : Insee, recensement de la population 2008). Au 31 mars 2011 on recense allocataires du revenu de solidarité active (RSA) (Source : Caisse d allocations familiales d Ile-de-France). MORTALITÉ INFANTILE En Seine-Saint-Denis le taux de mortalité infantile (5,0 ) est supérieur au taux national (3,7 ). Sur la période le taux de mortalité néonatale est de 3,6 versus 2,4 au niveau national et la mortalité post-néonatale est de 1,8 versus 1,2 (Source : Insee Etat-civil exploitation FNORS, ORS Ile-de-France, 2010). Dans le département, la majorité des décès, selon la Classification Internationale des Maladies (CIM 10), est liée aux «affections dont l origine se situe dans la période périnatale» 45,4% versus 48,7% au niveau national, les anomalies congénitales représentent 23,3% versus 21,7%, les symptômes et états morbides mal définis 16,9% versus 14,8%, les traumatismes et empoisonnements 0,9 %versus 2,3% et les autres causes 13,5% versus 12,5% (INSERM CépiDc ). Un travail d analyse sur la mortalité infantile et périnatale en Seine-Saint-Denis est actuellement en cours EVOLUTION DES TAUX DE MORTALITÉ INFANTILE DOMICILIÉE EN SEINE-SAINT-DENIS ET EN FRANCE METROOLITAINE (source INSEE) Décès d enfants de moins de 1an pour 1000 naissances domicilées 5,3 5,1 5,9 5,4 5,4 6,2 6,4 4,9 4,8 4,7 4,6 4,3 4,5 4, ,6 5,1 5,1 5,3 4,1 4,0 3,9 5,6 4,8 5,9 5,0 3,6 3,6 3,6 3,6 3,7 Taux mortalité infantile Seine-Saint-Denis Taux mortalité infantile France métropolitaine 4

5 Données des certificats d issue de grossesse (C.I.G) 2 Le CIG, spécifique au département de la Seine-Saint-Denis, est un certificat rempli pour tous les mort-nés à partir de 22 semaines d aménorrhée (SA) et/ ou 500 g de poids de naissance. L exhaustivité est de 100%. Le taux d autopsies réalisées est de 42.1%. EVOLUTION DES TAUX DE MORTINATALITÉ ENREGISTRÉE 27,3 % des décès sont des interruptions médicales de grossesse (IMG) dont le motif est dans 80,5% des cas une malformation fœtale (Source CIG de 2002 à 2009). * Depuis l application du décret du 20/08/2008 relatif aux modalités de déclaration des «enfants sans vie» à l état civil, les parents peuvent ou non déclarer leur enfant mort-né quelque soit le terme. Les taux de mortinatalité publiés par l INSEE ne peuvent plus être comparés à ceux des années précédentes et aux données internationales. Les données des CIG remplis pour tous les enfants nés sans vie dans le département permettent de mesurer le taux annuel de mortinatalité enregistrée et de le comparer aux données européennes EVOLUTION DES TAUX DE MORTINATALITÉ ENREGISTRÉE LE TAUX DE MORTINATALITÉ ENREGISTRÉ E EST STABLE EN SEINE-SAINT-DENIS (environ 300 mort-nés par an) 10,6 8,2 mort-nés pour naissances totales 12 10,8 11,9 10,9 8,9 9 9,1 9,4 9,3 11,6 11, * 12,5 Taux mortinatalité enregistrée Seine-Saint-Denis (C.I.G) Taux mortinatalité enregistrée France métropolitaine (INSEE) CAUSES DE DÉCÈS DES MORT-NÉS HORS INTERRUTIONS MÉDICALES DE GROSSESSE (IMG) (Source : CIG ) our 59,2 % des décès, une cause a été identifiée. > armi les causes fœtales, les principales sont les infections, les malformations, le RCIU isolé. > La principale cause placentaire est le placenta vasculaire. our 40,8% des cas aucune cause n a été identifiée mais seuls 34% des décès restent inexpliqués si on prend en compte uniquement les cas dont les données de l autopsie étaient disponibles. CAUSES DE DECES HORS IMG (Source CIG de 2002 à 2009) Sans cause 40,8 % Causes obstétricales 1,1 % Causes maternelles 8,2 % Causes fœtales 29,8 % Causes placentaires 20,1 % 5

6 3 Données issues des remiers Certificats de Santé 2010 (Source : CS 2010) LIEUX D ACCOUCHEMENT DES FEMMES DOMICILIÉES EN SEINE-SAINT-DENIS EN 2010 MATERNITÉS, SERVICES DE NÉONATOLOGIE ET DE RÉANIMATION NEONATALE DE SEINE- SAINT-DENIS 70,2 % des mères accouchent dans les 11 maternités du département 29,8 % hors du département dont plus de la moitié à aris H 6 NAISSANCES VIVANTES ENREGISTRÉES DANS LES MATERNITÉS DE SEINE-SAINT-DENIS EN 2010 source périnat-ars-idf H H H H H TYE NAISSANCES CH MONTREUIL III 3059 CH SAINT DENIS III 3006 CH AULNAY IIB 2475 HÔITAL JEAN VERDIER IIB 2408 LE RAINCY-MONTFERMEIL IIB 2021 HÔITAL RIVÉ DE LA SEINE-SAINT-DENIS IIB 2798 CLINIQUE DE L'ESTRÉE IIA 2267 OLYCLINIQUE VAUBAN I 1678 MATERNITÉ DES LILAS I 1614 HÔITAL EUROÉEN DE ARIS IIA 1364 CLINIQUE DU VERT GALANT I 917 CLINIQUE HOFFMANN (fermeture année 2010) I 30 TOTAL H Etablissement public Etablissement rivé Etablissement rivé participant au service public hospitalier Type I : Etablissements ayant une autorisation d activité en obstétrique Type IIA : Etablissements ayant une autorisation d activité en obstétrique et en néonatalogie Type IIB : Etablissements ayant une autorisation d activité en obstétrique et en néonatalogie dont soins intensifs Type III : Etablissements ayant une autorisation d activité en obstétrique et en néonatalogie dont soins intensifs et réanimation néonatale

7 3 En 2010, le taux d exhaustivité des CS est de 96,1 % avec un recueil systématique dans l ensemble des maternités du département des cer tificats des nouveau-nés transférés, des prématurés, des naissances multiples et des accouchements à domicile. DONNÉES CONCERNANT LA FEMME ENCEINTE (Sources : CS 2010 / Enquête Nationale érinatale : EN 2010) ÂGE MOYEN MATERNEL : 30,3 ans (EN 2010 : 29,7 ans) 38 ans 11,2% < 18 ans 0,4% ans 88,4 % Les données 2010 des naissances vivantes du département sont com parées à celles de l Enquête Natio nale érinatale 2010 ( incluant l en semble des mort-nés et naissances vivantes ). SUIVI DE LA GROSSESSE SSD 2010 % EN 2010 % 1 ÈRE CONSULTATION AU 3ÈME TRIMESTRE DM 3,1 % 1,9 1,2 RÉARATION À LA NAISSANCE DM 17,1 % 30,6 48 our les primipares 41,9 73,2 our les multipares 22,7 28,5 NOMBRE D ÉCHOGRAHIES < 3 DM 9,6 % 5,2 1,9 ARMI LES FEMMES AYANT EU UNE ÉCHOGRAHIE AU REMIER TRIMESTRE, 92,8% ONT EU UNE MESURE DE LA CLARTÉ NUCALE ACCOUCHEMENT : 85.6 % des femmes ont bénéficié d une analgésie en 2010 (DM : 3, 5 %) (EN 2010: 84,3 %). Spontané 66,9 % Césarienne 10,8 % Déclenché 22,3 % Voie basse spontanée 63,3% Césarienne 23,2 % Voie basse opératoire 13,5% DÉBUT DE TRAVAIL (source : CS 2010) DM : 5,8% MODE D ACCOUCHEMENT (source : CS 2010) DM : 3,9% 7

8 3 DONNÉES CONCERNANT L ENFANT À LA NAISSANCE (Sources : CS 2010 / EN 2010) En 2010, parmi les nouveau-nés vivants, 50,6% sont des garçons et 49,4 % des filles (DM : 0, 4%). 3,5% sont issus de grossesses multiples (EN 2010 naissances vivantes: 2,9%). 9,3% des nouveau-nés vivants sont hypotrophes (<10ieme percentile selon la courbe de Leroy Lefort) (N=2530) (DM: 1 %), parmi eux 16,2 % sont prématurés et 83,8 % sont nés à terme. SSD 2010 EN 2010 OIDS MOYEN 3267 ± 564,8 g ± 567,7 g DM 0,2 % OIDS < g 7,4 % 6,4 % OIDS < g 1,1 % 0,8 % TAILLE MOYENNE 49,3 ± 2,6 cm 49,2 ± 2,7 cm DM 3 % EN SEINE-SAINT-DENIS, 301 NOUVEAU- S ONT UN OIDS NÉS ONT UN OIDS ÉRIEUR INFÉRIEUR À 1 500G A 1 500g DONT 84 < À DONT 84 < A 1 000g g EVOLUTION DU TAUX DE RÉMATURITÉ SELON LE TERME DE NAISSANCE EN SEINE-SAINT-DENIS( < 37 SA ) % 6,0 5,7 6,0 6,0 6,1 6,7 6,3 0,71 0,82 0,78 0,76 0,82 0,9 0,7 0,22 0,23 0,28 0,25 0,3 0,3 0, ,2 0,9 0, TAUX DE RÉMATURITÉ : 7,4%(EN NAISSANCES VIVANTES : 6,6) SOIT 2017 NOUVEAU- NÉS DONT 309 SONT DE GRANDS RÉMATURÉS (<32SA) 20,4% DES RÉMATURÉS SONT HYOTROHES SA SA SA EVOLUTION DES LIEUX DE NAISSANCE DES GRANDS RÉ- MATURÉS ( < 32 SA ) DOMICILIÉS EN SEINE-SAINT-DENIS ET NÉS DANS UNE MATERNITÉ D ILE-DE-FRANCE (source : CS) % 9,7 12,4 77,9 21,7 11,9 66,4 18,5 4,8 76,7 23,3 5, ,3 6, ,6 20,8 5,2 7 18,4 16,7 2,6 80,7 TRANSFERT DES NOUVEAU-NÉS 10,8% des nouveau-nés sont transférés en 2010 (DM : 4,1%), (EN 2010:. 6,6%) 15,6% (437 enfants) sont transférés en réanimation néonatale, 68% (1903 enfants) en néonatalogie, 16,2 %(453 enfants) en unité kangourou (EN 2010 : 2,7%) et 0,07% en chirurgie. 53,3 % nouveau-nés transférés sont nés à terme et 46,7% sont prématurés N=226 N=253 N=270 N=262 N=283 N=308 N=256 N=306 8 type 1 type2 type3

9 Données issues des certificats de santé du 9 ème mois 4 Données issues des certificats de santé du 24 ème mois 5 Le taux de réception est de 60,5 % ; l analyse porte sur un échantillon de certificats tirés au sort. Le taux de réception est de 51,9 % ; l analyse porte sur un échantillon de 1467 certificats tirés au sort. 73,4% des certificats sont établis en centre de MI (DM : 37,9 %). Les enfants mesurent en moyenne 71,3 cm (DM : 0,7 %), et pèsent 9 kg (DM : 0,4 %), données compa - rables à la moyenne nationale. 40,2% des mères ont une activité professionnelle 6,4 % sont au chômage, (DM : 41, 2 %), 75,1 % des certificats sont établis en centre de MI. Les enfants mesurent en moyenne 87,5 cm (DM : 1,8 %), pèsent 12,8 kg (DM : 0,8 %), et sont dans la moyenne nationale. L IMC (Indice de Masse Corporelle) moyen est de 16,7 pour les garçons et de 16,5 pour les filles selon la courbe IOTF. ALLAITEMENT MATERNEL 81,3 % des femmes ont émis le souhait d allaiter en salle de naissance (DM : 34,6 %). 72,7 % des enfants ont été allaités (DM : 15,9%). INDICE DE MASSE CORORELLE A 24 MOIS ENTRE 1997 ET 2010, LE TAUX D ENFANTS AYANT UNE SURCHARGE ONDÉRALE (SUROIDS ET OBÉSITÉ) EST STABLE À 14,3% IOTF / INTERNATIONAL : TASK FORCE OBESITY, COURBE, DE RÉFÉRENCE INTERNATIONALE AR SEXE ) FILLE GARÇON SUROIDS IMC 18 IMC 18,4 OBÉSITÉ IMC 19,8 IMC 20 9

10 6 Couverture vaccinale (Sources : CS9 / CS24 et bilans de santé en école maternelle, moyenne section : BSEM 2009/2010) 7 Données issues des bilans de santé en école maternelle réalisés par le service de MI (année 2009/2010) La couverture vaccinale par le BCG reste très élevée malgré la levée de l obligation vaccinale de juillet La recommandation concernant le maintien de cette vaccination en Ile de France est bien appliquée en Seine-Saint-Denis. 52,3 % des enfants de 4 ans inscrits en école maternelle ont bénéficié d un bilan de santé en enfants ont bénéficié de dépistages visuels et auditifs dont avec une consultation médicale en présence de leurs parents. CS 9 e mois (N=1979) CS 24 e mois (N=1467) DIHTÉRIE-TÉTANOS, OLIOMYÉLITE, HAEMOH.INFLUENZAE B 3 injections 96,5 98,9 BSEM (N=12422) 3 injections + rappel 93,1 98,9 COQUELUCHE 3 injections 96,4 98,6 3 injections + rappel 92,6 98,9 HÉATITE B SURCHARGE ONDÉRALE ( DM 22,6%) % Obésité Surpoids 5,3 13,1 5,5 15,6 5,4 14,3 1 dose 78,4 Au moins 3 doses R.O.R. au moins 1 dose 95,3 98,8 2 doses 89,7 Garçons Filles Ensemble L IMC MOYEN EST DE 16,1 OUR LES FILLES ET 16,2 OUR LES GARÇONS. 19,7 % DES ENFANTS ONT UNE SURCHARGE ONDÉRALE, 5,4 % SONT OBÈSES (IOTF). B.C.G. 96,2 96,4 98,5 NEUMOCOQUE 2 doses 93,5 Au moins 3 doses 91,2 ND * *Non disponible DÉISTAGE AUDITIF 7,9 % des enfants ont une anomalie au dépistage par audio vérificateur. Le plus souvent ce sont des anomalies de transmission : bouchons de cérumens ou otites séreuses. DÉISTAGE VISUEL 20,3 % ont une anomalie au dépistage par le test CADET (Echelle d acuité visuelle de loin). DÉISTAGE DENTAIRE 8,8 % des enfants ont des caries non soignées (5,3% ont 1 à 2 caries et 3, 5 % en ont 3 et plus). DÉISTAGE DES TROUBLES DU LANGAGE Depuis 2009, les troubles du langage sont dépistés à l aide du test ERTL4. 10

11 Repères sur des projets de prévention spécifique et d accompagnement des familles 8 RÉSEAUX ÉRINATALS DE ROXIMITÉ Ces réseaux existent autour des cinq maternités publiques et sont en cours d organisation autour de certaines maternités privées. Leur objectif est d améliorer le suivi et la prise en charge des femmes enceintes et des nouveau-nés grâce à la formation des professionnels de la périnatalité et à la coordination des soins. arallèlement, le réseau NEF (Naître dans l Est Francilien) va bientôt regrouper la totalité des maternités du département et le Conseil général de Seine-Saint-Denis (service de MI) pour une meilleure cohérence des actions. ALLAITEMENT Des groupes de soutien à l allaitement, des séances de préparation à la naissance et à la parentalité ainsi que des groupes de paroles pour femmes enceintes existent dans un certain nombre de centres de MI. La formation de nouvelles sages-femmes de MI au diplôme de consultante en lactation permettra de poursuivre les consultations de soutien à l allaitement et d assurer la formation des professionnels du département. Un numéro d appel «Ecoute Allaitement 93» a été mis en place afin d écouter, d informer, d orienter et de répondre aux questions que se posent les femmes sur l allaitement. NUMÉRO D AEL ECOUTE ALLAITEMENT ROMOTION DE LA SANTÉ BUCCO-DENTAIRE Le programme de prévention bucco dentaire vise à renforcer la prévention des caries par des mesures d hygiène bucco-dentaire et alimentaire. La MI s inscrit dans cette démarche en direction des enfants et des familles en partenariat avec le Service départemental de la révention et des Actions Sanitaires (SAS) et les villes, notamment par des conseils aux parents, aux enfants et par la distribution d une brosse à dents lors de la consultation du 24 ème mois. RÉVENTION DE L OBÉSITÉ DES ENFANTS Le service de MI développe un programme visant à réduire la prévalence du surpoids et de l obésité des enfants par des actions de prévention auprès des parents et enfants fréquentant la MI, par la systématisation du dépistage et par l accompagnement des familles ayant un enfant en surcharge pondérale. ar ailleurs, le service de MI a participé au Comité départemental du Réseau de révention et de rise en charge de l Obésité édiatrique (REO). RÉVENTION DU SATURNISME INFANTILE Le saturnisme est une intoxication chronique grave par le plomb, à déclaration obligatoire depuis Le service de MI s est engagé dans une démarche de dépistage des enfants vivants dans un habitat ancien dégradé, dès enfants intoxiqués ont été repérés ; 27 enfants intoxiqués continuent à être suivis en 2010 et gardent des plombémies supérieures au seuil d intoxication fixé à 100 µg/l. ar ailleurs, de nombreuses femmes en âge de procréer habitent dans des logements à risque : il est donc nécessaire de poursuivre la sensibilisation des acteurs périnatals aux risques de l intoxication par le plomb chez la femme enceinte et à sa prévention. Une étude réalisée dans les 5 maternités publiques du département a mis en évidence d autres facteurs d intoxication pour la femme enceinte : l utilisation des plats à tajine (dont les peintures ou les vernis contiennent du plomb) et l utilisation du khôl (contenant du plomb). ACCOMAGNEMENT DES FAMILLES AYANT UN ENFANT EN SITUATION DE HANDICA Créé en 1983, l Instance de Médiation et de Recours promeut et soutient l accueil d enfants en situation de handicap dans les structures d accueil de la petite enfance et chez les assistantes maternelles. Elle soutient et accompagne les professionnels lors de réunions régulières avant l arrivée et tout au long du séjour de l enfant. Un partenariat est mis en place avec les services de soins qui suivent l enfant et veillent à son orientation à la fin de son accueil. arallèlement, un groupe de parole animé par des psychologues départementaux est proposé aux professionnels. 11

12 8 EMATHIE Le centre de MI «Empathie» propose un accompagnent aux familles endeuillées par la perte d un enfant lors d une mort inattendue de l enfant ou lors d une mort fœtale pendant la grossesse ou l accouchement. La prise en charge par les professionnels d Empathie (médecin, psychologue, puéricultrice) se poursuit souvent jusqu à la grossesse suivante, permettant à la femme de mieux vivre celle-ci. ar ailleurs, l équipe rencontre lors de ses visites à domicile, le conjoint, les enfants ou la famille élargie et apporte ainsi une aide et un soutien pour expliquer le décès de cet enfant. ACCOMAGNEMENT À LA ARENTALITÉ 50 lieux d Accueils arents-enfants en faveur du soutien à la parentalité sont ouverts aux familles du département dans les centres de MI, animés par des éducatrices de jeunes enfants et des auxiliaires de puériculture. our sensibiliser à la littérature jeunesse, des actions sont menées en partenariat avec le service culturel départemental et les bibliothèques municipales. Des lectures en salle d attente sont proposées par les équipes des centres de MI et un livre est également offert chaque année aux familles accueillies ainsi qu aux enfants des crèches. Des animations musicales interculturelles (chants et instruments de musique) sont partagées avec les parents et les enfants dans les salles d attente. LES MODES D ACCUEIL DE LA ETITE ENFANCE Le service de MI veille notamment à l accès et à la qualité des modes d accueil des enfants âgés de 0 à 6 ans (établissements et services d accueil des jeunes enfants, agrément, suivi et formation des assistants maternels). Depuis 2008, en partenariat avec la Caisse d allocations familiales et les villes, le Conseil général a mis en œuvre un programme de soutien à la création de 3500 places d accueil supplémentaires pour les tout-petits. Ce plan de relance, adopté en juin 2008 pour une période de trois ans, avait pour ambition de développer et de diversifier les modes d accueil de la petite enfance, mais aussi de simplifier les démarches des familles. Au 31 décembre 2011, environ 1800 places d accueil supplémentaires ont été créées en structures collectives et plus de 2000 places chez les assistants maternels. A ce jour, de nombreux projets de création de structures d accueil sont connus du service de MI et devraient voir le jour dès ar ailleurs, environ familles employant une assistante maternelle agréée pour l accueil de leur enfant de moins de trois ans perçoivent l Allocation Départementale de l Accueil du Jeune Enfant (ADAJE). Enfin, en lien avec la Caisse d allocations familiales, le Département a mis en place l Agence départementale pour le développement de l accueil individuel (ADDAI) dont la mission est de développer les modes d accueil innovants et atypiques ainsi que d améliorer l adéquation entre l offre d accueil individuel du jeune enfant et les besoins des familles.

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche

Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Rougeole, Oreillons Rubéole et Coqueluche Comment protéger vos enfants? La seule protection efficace : la vaccination R.O.R COQUELUCHE ANNUAIRE Livret élaboré en partenariat avec : Conseil Général du Loir-et-Cher

Plus en détail

édito sommaire Le Conseil des étrangers Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9

édito sommaire Le Conseil des étrangers Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9 avec le soutien de édito sommaire Edito 1 Accès aux droits 2 Apprendre le français 5 Accès aux soins 6 Citoyenneté 9 N Retrouvez au dos les lieux sur le plan Notre ville est riche de sa diversité, qui

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL Contrat de préfiguration 2012 Sommaire PREAMBULE -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------5

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap

Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap Questionnaire à l attention des parents d enfant(s) en situation de handicap Ce questionnaire s inscrit dans le cadre d une démarche de travail collectif des services de la ville en charge de l accueil

Plus en détail

Pour des parents bien dans leur job. Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino

Pour des parents bien dans leur job. Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino Pour des parents bien dans leur job Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino innovation édito Chère collaboratrice, cher collaborateur, Nous avons le plaisir de vous adresser le

Plus en détail

... Caf.fr, naviguez facile! Caf de la Haute-Vienne Création octobre 2012 Crédit dessins : icônothèque Cnaf

... Caf.fr, naviguez facile! Caf de la Haute-Vienne Création octobre 2012 Crédit dessins : icônothèque Cnaf ... Caf.fr, naviguez facile! Caf de la Haute-Vienne Création octobre 2012 Crédit dessins : icônothèque Cnaf Ecran d'accueil du Caf.fr Mon Compte Pour gérer directement son dossier Ma Caf pour accéder aux

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription

Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription Nouveauté - Nouvelles modalités d inscription A compter de la rentrée 2015, la commune a décidé de se doter d un nouveau système de réservation par Internet. Conformément au règlement, chaque famille qui

Plus en détail

Garantie Harmonie Santé Partenaires. Régime général. www.harmonie-mutuelle.fr

Garantie Harmonie Santé Partenaires. Régime général. www.harmonie-mutuelle.fr Garantie Harmonie Santé Partenaires Régime général www.harmonie-mutuelle.fr Votre santé mérite toute notre attention Les avantages de Harmonie Santé Partenaires Le partenariat conclu entre notre mutuelle

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Responsable de projet Danielle Bédard, agente de planification et de programmation Marie-Pascale Sassine, agente de recherche sociosanitaire

Responsable de projet Danielle Bédard, agente de planification et de programmation Marie-Pascale Sassine, agente de recherche sociosanitaire Coordination de l édition Aline Émond, chef de service Responsable de projet Danielle Bédard, agente de planification et de programmation Marie-Pascale Sassine, agente de recherche sociosanitaire Rédaction

Plus en détail

Glossaire. de l assurance complémentaire santé(1) pour vous accompagner. Frais d accompagnement. CMU Tiers payant ...

Glossaire. de l assurance complémentaire santé(1) pour vous accompagner. Frais d accompagnement. CMU Tiers payant ... Glossaire de l assurance complémentaire santé(1) pour vous accompagner Frais d accompagnement CMU Tiers payant... «Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire» A...P.3 B...P.4 C...P.4 D...P.7

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

Parcours médical des nouveau-nés dans leur premier mois de vie :

Parcours médical des nouveau-nés dans leur premier mois de vie : Année : 2010 N : UNIVERSITE PARIS XI FACULTE DE MEDECINE PARIS SUD Thèse pour le Doctorat en Médecine Présentée par Sandra PARETS épouse QUILLARD Née le 12-06-1981 à Chatenay-Malabry (92) Parcours médical

Plus en détail

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS

SANTE ECOLE ENSEIGNANTS SANTE ECOLE ENSEIGNANTS Formation des directeurs 13 mai 2014 Nadine Colin, déléguée MGEN SANTE ECOLE ENSEIGNANTS 1. La MGEN, acteur de santé? 2. Eléments de réflexion et de débats 3. Dispositifs et outils

Plus en détail

Formation d Auxiliaire ambulancier

Formation d Auxiliaire ambulancier Formation d Dossier d inscription Site de Lyon L Ambulancier assure les transports sanitaires et la surveillance de patients stables à bord des Véhicules Sanitaires Légers. Il est le second membre de l

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE LA COURNEUVE

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE LA COURNEUVE CONTRAT LOCAL DE SANTE DE LA COURNEUVE préfiguration 2012 2 Sommaire Préambule... 5 1- Les éléments de diagnostic général... 6 1.1 L indice de développement humain (IGH2)... 6 1.2 Caractéristiques sociodémographiques...

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE RECENSEMENT DES BESOINS EN MODES DE GARDE POUR LA PETITE ENFANCE COMMUNE DE L ILE-ROUSSE

QUESTIONNAIRE DE RECENSEMENT DES BESOINS EN MODES DE GARDE POUR LA PETITE ENFANCE COMMUNE DE L ILE-ROUSSE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-CORSE MAIRIE DE L ILE-ROUSSE QUESTIONNAIRE DE RECENSEMENT DES BESOINS EN MODES DE GARDE POUR LA PETITE ENFANCE COMMUNE DE L ILE-ROUSSE Dans le cadre de sa politique

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT Guide Pratique Protection de l enfance PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Rencontre francophone internationale sur les inégalités sociales de santé

Plus en détail

Dossier de pré inscription À retourner à l adresse indiquée en dernière page

Dossier de pré inscription À retourner à l adresse indiquée en dernière page Syndicat Intercommunal pour le Développement Social des CAntons de Villeneuve les Avignon et de Roquemaure Dossier de pré inscription À retourner à l adresse indiquée en dernière page TOUT DOSSIER INCOMPLET

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EHPAD SAINT-FRANÇOIS Tél : 0262 90 87 69 Fax : 0262 90 87 52 E mail : : secdirection.mdr@asfa.re B. P. 840 97476 Saint-Denis Cedex DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION Etablissement d Hébergement pour Personnes

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Vaccinations et milieu professionnel

Vaccinations et milieu professionnel La place de la vaccination dans la prévention des risques infectieux La prévention des risques infectieux au travail ne se réduit pas à la protection vaccinale. La vaccination s inscrit comme une des mesures

Plus en détail

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE sozialversicherungen der Schweiz ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) Prestations Assurance-vieillesse et

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

Programme DPC des infirmiers

Programme DPC des infirmiers Catalogue de formations de la FNFCEPPCS pour l année 2015 Programme DPC des infirmiers Le catalogue peut évoluer en cours d année ; nous vous en tiendrons informés. 1 L INFIRMIER DE CENTRE DE SANTÉ FACE

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 5, avenue

Plus en détail

Garantie Harmonie Santé Partenaires. Régime général. www.harmonie-mutuelle.fr

Garantie Harmonie Santé Partenaires. Régime général. www.harmonie-mutuelle.fr Garantie Harmonie Santé Partenaires Régime général www.harmonie-mutuelle.fr Votre santé mérite toute notre attention Les avantages de Harmonie Santé Partenaires Le partenariat conclu entre notre mutuelle

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Demande d A.E.E.H. (Allocation d Education Enfant Handicapé)

Demande d A.E.E.H. (Allocation d Education Enfant Handicapé) Demande d A.E.E.H. (Allocation d Education Enfant Handicapé) Ce document est conçu uniquement pour vous aider à remplir le formulaire de demande, mais il ne peut pas être utilisé à sa place. Téléchargez

Plus en détail

PLAQUETTE D INFORMATION

PLAQUETTE D INFORMATION Mutuelle du personnel du groupe Société Générale PLAQUETTE D INFORMATION Registre National des Mutuelles N 784 410 805 Juillet 2010 Comment calculer un taux de remboursement de Mutuelle? Les remboursements

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

STAGE DE NATATION. Perfectionnement A GRAND-COURONNE. Comité Ile de France de Natation. (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015

STAGE DE NATATION. Perfectionnement A GRAND-COURONNE. Comité Ile de France de Natation. (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015 Comité Ile de France de Natation STAGE DE NATATION Perfectionnement A GRAND-COURONNE (Bassin de 50m couvert) Du 6 au 10 juillet 2015 Ouvert aux 11 / 13 ans - Licencié(e)s FFN 340 Transport compris - Départ

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

La protection sociale des professions indépendantes

La protection sociale des professions indépendantes La protection sociale des professions indépendantes Artisan Commerçant Industriel Janvier 2009 1 SOMMAIRE 1. L organisation des Régimes 2. Les cotisations 3. Les cas particuliers 4. Les formalités 5. Les

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

À tout moment. une mutuelle sur qui compter

À tout moment. une mutuelle sur qui compter À tout moment une mutuelle sur qui compter Harmonie Mutualité, votre partenaire santé Votre entreprise vous permet de bénéficier d une complémentaire santé collective Harmonie Mutualité. En nous rejoignant,

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

Demande de logement social

Demande de logement social Ministère chargé du logement Cadre réservé au service Demande de logement social Article R. 441-2-2 du code de la construction et de l habitation Numéro de dossier : N 14069*02 Avez-vous déjà déposé une

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION

FORMULAIRE D INSCRIPTION Ecole Privée bilingue Garderie Educative, Classes Enfantines et Primaires, Activités de Vacances ACTIVITES DURANT LES CONGES SCOLAIRES FORMULAIRE D INSCRIPTION Année Scolaire 2014-2015 1/6 Note : Si l

Plus en détail

Tests de dépistage chez le nouveau-né. Informations générales pour les parents. Test de Guthrie Test de dépistage néonatal de la surdité

Tests de dépistage chez le nouveau-né. Informations générales pour les parents. Test de Guthrie Test de dépistage néonatal de la surdité Tests de dépistage chez le nouveau-né Informations générales pour les parents Test de Guthrie Test de dépistage néonatal de la surdité La brochure vous fournit des informations sur le test de Guthrie (hielprik

Plus en détail

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017

POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 LE PACTE : un outil pragmatique et partenarial au service des habitants et des acteurs économiques POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE D EST ENSEMBLE 2014-2017 Depuis sa création Est Ensemble a fait du

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 657 boulevard

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

Nom de l agent : Fonctions : FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE SOCIALE

Nom de l agent : Fonctions : FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE SOCIALE DE FRANCE A Nom de l agent : Fonctions : FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE SOCIALE 1- Objet de la demande : O Allocation de solidarité O Allocation à durée déterminée O Allocation adulte ou enfant handicapé

Plus en détail

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich

Monitoring des données relatives au poids effectué par les services médicaux scolaires des villes de Bâle, Berne et Zurich Promotion Santé Suisse Editorial Feuille d information 1 Les données de poids de plus de 13 000 enfants et adolescents dans les villes suisses de, et ont été collectées pour l année scolaire 2012/2013

Plus en détail

Représentant légal 1. Représentant légal 2. Situation de la famille

Représentant légal 1. Représentant légal 2. Situation de la famille DOSSIER FAMILLE PERISCOLAIRE 2014-2015 Ce dossier est à rendre en mairie avec les pièces justificatives et ce, quelque soit votre situation avant le Tout dossier non complet ne sera pas traité. Date de

Plus en détail

Mutuelle santé. Vous pourrez. toujours compter. sur votre mutuelle! Activance TNS

Mutuelle santé. Vous pourrez. toujours compter. sur votre mutuelle! Activance TNS Mutuelle santé Activance TNS Vous pourrez toujours compter sur votre mutuelle! Activance TNS Le haut de gamme pour les professionnels! Les Produit Prise en charge maximale pour l hospitalisation dès la

Plus en détail

Les vaccinations en milieu professionnel

Les vaccinations en milieu professionnel Les vaccinations en milieu professionnel Mise à jour Août 2008 Dans le cadre de la prévention du risque biologique, le code du travail précise, aux articles R.4421-1 et suivants, la démarche d'analyse

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé Selfassurance Santé Questions/Réponses 1. Souscrire une assurance santé Les différents Régimes Obligatoires Le Régime Obligatoire d assurance maladie de Sécurité sociale française dont relève l assuré

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr AIDES SOCIALES 2015 Cocher

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

CMU. Vaccins. Reste à charge. Nomenclature. Ticket modérateur. Parodontologie. Forfait 18 euros. Assurance Maladie Obligatoire

CMU. Vaccins. Reste à charge. Nomenclature. Ticket modérateur. Parodontologie. Forfait 18 euros. Assurance Maladie Obligatoire Glossaire de l assurance santé Ticket modérateur Ayant droit Assurance Maladie Obligatoire CMU Forfait 18 euros Vaccins Reste à charge Nomenclature Prestations Parodontologie Auxiliaires médicaux 1 Vous

Plus en détail

Votre protection sociale votre MSA

Votre protection sociale votre MSA Votre protection sociale votre MSA n Salariés www.msa.fr Bienvenue à la MSA Salarié(e) d une entreprise agricole, vous êtes désormais affilié(e) au régime agricole de la MSA. Dorénavant nous nous occupons

Plus en détail

Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes

Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes Association La vie pour Christie Section «On devient moins petit» Les chemins de L Isle-84800 Lagnes QUESTIONNAIRE D ENQUETE SUR LES BESOINS RELATIFS A L ACCUEIL DES ENFANTS DEFICIENTS INTELLECTUELS Ce

Plus en détail

Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève

Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève «Task Force LAMat» AMat Etat au 1 er janvier 2010 Assurance-maternité et adoption dans le canton de Genève Rapport avec le droit fédéral En date du 1 er juillet 2005, la législation fédérale sur les allocations

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

GARANTIE Optimale. garantie santé

GARANTIE Optimale. garantie santé GARANTIE Mutuelle Référencée Ministère De la Défense Pour vous et votre famille, vous voulez ce qui se fait de mieux : une protection santé optimale et des prestations vous garantissant les meilleurs soins.

Plus en détail

Action sociale de la Mutuelle Audiens. de la presse, du spectacle et de la communication. Notice d information. À vos côtés tout au long de la vie

Action sociale de la Mutuelle Audiens. de la presse, du spectacle et de la communication. Notice d information. À vos côtés tout au long de la vie Action sociale de la Mutuelle Audiens de la presse, du spectacle et de la communication Notice d information À vos côtés tout au long de la vie Les aides complémentaires aux dépenses de santé Nature de

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Petite Enfance. Livret accueil

Petite Enfance. Livret accueil 1 Petite Enfance Livret accueil Les préinscriptions Les préinscriptions à la crèche des rives, à la crèche des Ferrayonnes et à la crèche familiale se font tout au long de l année. Les femmes enceintes

Plus en détail

Les formations initiale et continue ont pour objectif de permettre aux médiatrices/eurs de :

Les formations initiale et continue ont pour objectif de permettre aux médiatrices/eurs de : Programme National de médiation sanitaire FORMATION DES MEDIATRICES/EURS SANITAIRES Les formations initiale et continue ont pour objectif de permettre aux médiatrices/eurs de : 1. Etre capable de s'appuyer

Plus en détail

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) -

Biométrie foetale. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 01/071011. - Support de Cours (Version PDF) - Biométrie foetale Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 01/071011 Table des matières I Techniques de biométrie...3 I.1 Mesure de la longueur cranio-caudale...3 I.2 Mesure

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2012. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2012 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 293 Vaccinations pour les personnels de santé INTRODUCTION La vaccination des personnels de santé a

Plus en détail

Questionnaire santé et soins médicaux pour les moins de 16 ans

Questionnaire santé et soins médicaux pour les moins de 16 ans _0_ An Vag Enq N adresse N individuel... Prénom Année de naissance (réservé enquêteur) Questionnaire santé et soins médicaux pour les moins de 6 ans Enquête sur la Santé et la Protection Sociale 00 Prénom

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique.

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique. Placement en établissement médicalisé ou spécialisé Cette aide permet de faire face à la charge financière importante que représente le placement en établissement spécialisé de l adhérent ou de l ayant

Plus en détail

Sensibilisation aux accidents de la vie courante

Sensibilisation aux accidents de la vie courante 1er décembre 2012, Saint Nazaire et Nantes Communiqué de presse Harmonie Soins & Services Enfance & Famille, et le service Prévention d Harmonie Atlantique, ont invité les familles de jeunes enfants le

Plus en détail

GARANTIE Naturelle Pour aborder vos missions l esprit tranquille, vous devez vous sentir bien protégé. Naturelle a été pensée pour vous apporter

GARANTIE Naturelle Pour aborder vos missions l esprit tranquille, vous devez vous sentir bien protégé. Naturelle a été pensée pour vous apporter GARANTIE Pour aborder vos missions l esprit tranquille, vous devez vous sentir bien protégé. a été pensée pour vous apporter les garanties adaptées à vos attentes. La protection de votre famille est assurée

Plus en détail

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis

Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis Nathalie Colin de Verdière Centre de vaccinations internationales Hôpital Saint-Louis 12/09/2013 2 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012 : Nourrisson 3 Comparaison calendrier vaccinal 2013 et 2012

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA Plan de présentation Introduction Etat des lieux du secteur Stratégies

Plus en détail

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE?

LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? LA CAISSE PRIMAIRE D ASSURANCE MALADIE (CPAM) COMMENT ÇA MARCHE? La CPAM (sécurité sociale) permet d être remboursé entre 15 et 100% en fonction des soins donnés. Une mutuelle peut prendre en charge le

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION DOSSIER D INSCRIPTION AUX ACCUEILS PERISCOLAIRES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES AGLY-FENOUILLEDES NAP ALSH DES MERCREDIS APRES-MIDI ALAE RESTAURATION SCOLAIRE Nom de l enfant :... Prénom :... Date de naissance

Plus en détail

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ,

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015 entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, LA MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX PERSONNES AGÉES ET A L AUTONOMIE, LA MINISTRE

Plus en détail

Couverture Frais de Santé et Prévoyance. dédiée aux franchisés et managés ACCOR. Franchisés

Couverture Frais de Santé et Prévoyance. dédiée aux franchisés et managés ACCOR. Franchisés Couverture Frais de Santé et Prévoyance dédiée aux franchisés et managés ACCOR Franchisés Septembre 2013 LE GROUPE ET SES SERVICES DÉDIÉS AUX FRANCHISÉS ACCOR Le Groupe JP COLONNA - CGAM, créé en 1972,

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE

LA VACCINATION PROFESSIONNELLE F I C H E P R E V E N T I O N N 1 1 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LA VACCINATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION La vaccination en milieu professionnel a un intérêt individuel dans le sens où elle protège

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail