CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL"

Transcription

1 CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL Contrat de préfiguration 2012

2

3

4 Sommaire PREAMBULE LES ELEMENTS DE DIAGNOSTIC GENERAL INDICES DE DEVELOPPEMENT HUMAIN (IGH2) CARACTERISTIQUES SOCIO-DEMOGRAPHIQUES DETERMINANTS SOCIAUX DE SANTE DONNEES DE SANTE Espérance de vie et mortalité Autres pathologies) L'USAGE DU SYSTEME DE PREVENTION L'OFFRE DE SOINS PRINCIPES GENERAUX PRESIDANT A L'ELABORATION DU CLS PRINCIPES POLITIQUES COMMUNS POUR REDUIRE LES INEGALITES SOCIALES ET TERRITIORIALES DE SANTE d'articuler les politiques publiques de faciliter les parcours de santé et décloisonner le système de santé LES PARTENAIRES CONCOURANT A DES OBJECTIFS DU CLS REALISATION DU DIAGNOSTIC PARTAGE, PREFIGURATION DU CLS PLURIANNUEL ELABORATION DU DIAGNOSTIC LOCAL DE SANTE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE PILOTAGE, CALENDRIER PREVISIONNEL PILOTAGE CALENDRIER

5 PREAMBULE Conformément à la loi HPST, l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France a souhaité s engager de façon volontariste dans la signature de Contrats Locaux de Santé avec certaines communes d Ile-France, ces Contrats Locaux de Santé apparaissant à l Agence comme l un des outils privilégiés pour lutter contre les inégalités sociales et territoriales de santé qui caractérisent la région. De son côté, la municipalité de Montfermeil se préoccupe fortement des questions de santé. Si ces questions ne relèvent pas des compétences réglementaires de la commune, celle-ci est considère en effet d une part qu elle ne peut être indifférente à la santé des Monfermeillois, et d autre part que plusieurs politiques municipales peuvent avoir un effet important sur l état sanitaire des habitants. Enfin, le Préfet de Seine-St-Denis est attaché à ce que les questions de santé soient l un des enjeux importants de la politique de cohésion sociale d une part, et de l ensemble des politiques publiques d autre part. C est dans ce cadre que l ARS, la Ville de Montfermeil et le Préfet ont souhaité engager une démarche de contractualisation pour améliorer et d approfondir la réponse apportée aux besoins de santé de la population montfermeilloise : 1- Le présent document constitue la première étape de la démarche. Il vise, dès 2012, à repérer les éléments de diagnostic qui vont fonder l analyse des besoins de santé de la population, et les principes d engagement des acteurs, et à mettre en débat des principes de travail et des axes susceptibles de déboucher sur un contrat pluriannuel dès Les signataires considèrent que ce document d étape constitue un point de départ, et non un achèvement ; il a vocation à lancer l élaboration, partagée avec l ensemble des acteurs à l œuvre sur le territoire, d un contrat pluriannuel sur la période Cette élaboration croisera des démarches locales, et des démarches initiées par l Agence dans le cadre de l élaboration de son PRS et des schémas le constituant. Elle comprendra notamment des processus de concertation avec l ensemble des professionnels de tous exercices, et avec les habitants et leurs représentants. 5

6 Les éléments de diagnostic général En préalable à l élaboration du Contrat Local de Santé, les signataires se sont attachés à partager les éléments de diagnostic dont ils disposaient. Ces éléments reposent notamment sur la monographie éditée par la direction de la Stratégie de l ARS. Le diagnostic doit être considéré comme un premier état des lieux destinés à être mis en débat et approfondi à l occasion du diagnostic plus global engagé. 1.1 L indice de développement humain 2 (IGH2) Il se situe à 0,39 (département : 0,39 ; région : 057). Cet indice, qui repose sur l espérance de vie, le niveau de revenus, et le niveau d éducation, est donc comparable à celui de la Seine-St-Denis, et sensiblement inférieur à celui de la région ou de la France. C est cette donnée qui justifie que, dans la stratégie territoriale de l ARS, Montfermeil soit considéré comme un territoire prioritaire. 1.2 Caractéristiques socio-démographiques de Montfermeil Montfermeil comptait en habitants. Le taux de croissance démographique annuelle depuis 1999 est de 0,9%, proche de la valeur départementale. L indice de vieillissement est de 52.6, entre les taux départemental (50.3) et régional (65.1) Avec 20.4%, la part de population de nationalité étrangère est légèrement inférieure à la part départementale. 1.3 Les déterminants de santé : Niveau de revenus et pauvreté: La distribution des revenus est donnée ci-dessous. Le revenu médian est compris entre le revenu départemental et régional, mais les écarts interdéciles sont plus élevés Montfermeil Seine St Denis Ile-de-France Foyers fiscaux non imposables : Nb Foyers fiscaux non imposables :% 47,9 49,3 36,5 Revenu fiscal médian par UC en 2008 (euros) Rapport inter-déciles par UC 8,48 7,99 7,25 Revenu maximum du premier décile (D1) Revenu maximum du neuvième décile (D9) La proportion d enfants vivant dans un foyer à bas revenus (données CAF) est de 34.2 %, légèrement plus faible que la proportion départementale (37.6%). Enfin, la proportion d allocataires CAF dont les revenus sont constitués à 100% de prestations familiales (23.8 % des allocataires) est un peu supérieure à la valeur départementale de 20%. 6

7 Education : Le niveau de formation des adultes est celui du département pour le paramètre retenu comme en témoigne le tableau suivant : Montfermeil Seine St Denis Ile-de-France Part (en %) des personnes de 15 ans et plus non scolarisées ou scolarisées jusqu'en primaire ou jusqu'au collège sans diplôme en ,6 29,7 18,1 Catégories socio-professionnelles et emploi : Montfe rmeil % 93 IdF Ensemble ,0% 100,0% 100,0% Agriculteurs exploitants 0% 0% 0% Artisans, commerçants, chef d'entreprise 723 7% 5% 4% Cadres et professions intellectuelles sup % 12% 26% Professions intermédiares % 24% 26% Employés % 35% 28% Ouvriers % 25% 15% Les taux de chômage sont nettement inférieurs aux moyennes départementales Montfermeil Seine St Denis Ile-de-France Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Tx de chômage (en %) 13,6% 13,8% 16,2% 15,8% 10,3% 11,2% Couverture sociale : 11.4 % de la population est bénéficiaire de la CMUc, contre 11.1 en Seine-St-Denis Les conditions d habitat On dispose des données ayant trait à la surpopulation d une part, à l habitat privé potentiellement indigne d autre part. Le parc (PPPI) potentiellement indigne est très faible à Montfermeil, puisqu il représente 348 logements, soit 5.3% du parc privé proportion très inférieure aux 9% départementaux. Ces éléments sont à interpréter en se rappelant que la définition du PPPI est liée à la catégorie castrale du bâti La surpopulation lourde (au sens de l ANAH) touche 306 ménages en 2005, soit 3.7 % des ménages : là encore, cette valeur est très inférieure à la valeur départementale. 7

8 1.4- Les données de santé Espérance de vie et mortalité La figure ci contre montre que l espérance de vie à Montfermeil est comparable à son niveau départemental (donc inférieure au niveau régional) pour les femmes, inférieure au niveau départemental pour les hommes. La surmortalité masculine vis-àvis du niveau régional est représentée par un SMR à 1.22, la surmortalité féminine est non significative On notera que les SMR de mortalité prématurée sont inférieurs à ceux du département, et non significatifs, ce qui amène à s interroger sur un décalage de mortalité plus net en mortalité générale qu en mortalité prématurée. La question des effectifs et de la robustesse statistique doit cependant être gardée à l esprit Autres pathologies S agissant de périnatalité les indicateurs de prématurité et grande prématurité et la fréquence des petits poids de naissance et des hypotrophies sont les mêmes que départementalement (sources : PMI/CG/certificats dits de 8 jours, C8) L incidence de la tuberculose (25,6/ habitants) situe Montfermeil dans un rang départemental intermédiaire (période ), dans un contexte de forte incidence départementale. Cette incidence semble être à la baisse par rapport à la période précédente, mais là encore une grande prudence est de mise au vu des effectifs. En matière de saturnisme, le nombre d enfants dépistés est extrêmement faible sur les dernières données d observation, et seule une plombémie supérieure à 100 µg/l a été retrouvée. Les bilans de quatre ans réalisés par les équipes de PMI (sur 69 % des enfants, contre 52% en Seine-St-Denis) montrent une prévalence du surpoids comparable à la prévalence départementale, une prévalence de l obésité légèrement supérieure. Les taux d orientation (qui sont le reflet théorique des pathologies) sont du même ordre de grandeur que les taux départementaux L usage du système de prévention Les données du conseil général permettent de constater que Le suivi de grossesse semble poser problème, puisque 17 % des femmes contre 7 % au plan départemental n ont leur première visite qu au deuxième trimestre. Ce décalage est important. Il faut toutefois noter que ces valeurs sont appréciées au vu du remplissage des certificats de 8 jours (C8). Il faut donc explorer plus avant ce que traduisent ces valeurs. La fréquence des examens complémentaires de grossesse ne semble pas impactée par cet éventuel retard à l entrée en suivi obstétrical. 8

9 30 % des enfants de moins de 6 ans sont vus en PMI, ce qui est très sensiblement inférieur au taux départemental (49 %). Par contre, les visites à domiciles des puéricultrices sont plus fréquentes (16 % versus 6 %) Les taux de vaccination à 4 ans sont plus faibles pour la couverture hépatite 3 doses (66 % contre 74 %) et ROR 2 doses (85 % versus 90%). Au vu de l examen des différentes communes, ces résultats sont probablement à mettre en lien avec le plus faible taux d enfants suivis en PMI. En matière de cancer du sein, le CDC 93 (Comité des Cancers) permet de voir que le taux de dépistage du cancer du sein est, sur la campagne , légèrement plus élevé (46.5 % des femmes éligibles contre 45.7 % en Seine-Saint-Denis), avec un taux de dépistage individuel légèrement plus faible. Il est nécessaire de continuer les efforts pour atteindre la cible définie nationalement. Pour le cancer du colon, le taux de participation est de 34.0 % contre 35.5 départementalement. 1.6 L offre de soins : L offre de soins ambulatoire est présentée sur le tableau suivant Montfer Montfermeil meil densité / hb Seine St Denis Ile-de-France Généralistes 16 62,0 70,0 92,5 Spécialistes de 1er recours 7 27,1 21,3 48,9 Dentistes 8 31,0 37,6 68,9 Pharmacies 11 42,6 31,2 35,2 Laboratoires 1 3,9 5,4 6,7 Kinésithérapeutes 19 73,6 46,4 81,4 Infirmiers 20 77,4 36,7 45,5 On constate que les densités sont comparables à celles de la Seine-St-Denis, voire supérieures pour certaines professions. Deux points sont à noter : la quasi-exclusivité du secteur I chez les généralistes, et la très faible proportion de médecins généralistes en fin de carrière, élément rarement observé sur le département. Montfermeil Seine St Denis Ile-de-France Part des généralistes secteur 1 94,1% 90,3% 75,7% % de généralistes de 55 ans et plus 35,3% 46,7% 51,5% % de généralistes de 60 ans et plus 5,9% 23,0% 27,7% En matière de soins hospitaliers, on voit le rôle prééminent du CHIRM en médecine, obstétrique et accouchements, la consommation de soins hospitaliers en chirurgie étant plus dispersée. 9

10 MCO 2009 Etablissement Commune d'implantation Médecine Séjours consommés % du total consommé % cumulé du total consommé CH LE RAINCY-MONTFERMEIL MONTFERMEIL ,4% 58,4% POLYCLINIQUE VAUBAN LIVRY GARGAN 264 6,7% 65,1% HOPITAL JEAN VERDIER BONDY 166 4,2% 69,3% MCO 2009 Etablissement Commune d'implantation Chirurgie Séjours consommés % du total consommé % cumulé du total consommé CH LE RAINCY-MONTFERMEIL MONTFERMEIL ,6% 37,6% POLYCLINIQUE VAUBAN LIVRY GARGAN ,1% 53,7% CLINIQUE CHANTEREINE BROU SUR CHANTEREINE 116 5,6% 59,3% MCO 2009 Etablissement Commune d'implantation Obstétrique Séjours consommés % du total consommé % cumulé du total consommé CH LE RAINCY-MONTFERMEIL MONTFERMEIL ,5% 61,5% POLYCLINIQUE VAUBAN LIVRY GARGAN 72 11,2% 72,7% HOPITAL JEAN VERDIER BONDY 28 4,3% 77,0% MCO 2009 Etablissement Commune d'implantation Accouchements Séjours consommés % du total consommé % cumulé du total consommé CH LE RAINCY-MONTFERMEIL MONTFERMEIL ,5% 70,5% POLYCLINIQUE VAUBAN LIVRY GARGAN 39 9,6% 80,1% CLINIQUE CHANTEREINE BROU SUR CHANTEREINE 16 3,9% 84,0% 10

11 2 Principes généraux présidant à l élaboration du Contrat Local de Santé «préfiguration 2012» et choix d orientation proposés pour la préparation du contrat pluriannuel 2.1 Principes politiques communs Le contrat local de santé est un outil décisif de lutte contre les inégalités sociales et territoriales de santé. Dans ce cadre, il doit permettre d agir sur certains des déterminants sociaux et environnementaux de santé, par une mobilisation convergente des signataires et des autres acteurs des politiques publiques, chacun sur son champ de compétence a) C est aussi à ce titre que le contrat local de santé doit s attacher à ce que les actions développées en son sein atteignent spécifiquement et prioritairement les groupes d habitants ou les quartiers spontanément éloignés de la prévention ou de l accès aux soins b) Dans ce cadre, l articulation des priorités retenues avec celles mises en œuvre par la Politique de la Ville est une priorité absolue. Cette articulation ne signifie pas que la Politique de la Ville vienne se substituer au droit commun, mais qu elle s attache à ce que la politique de droit commun (menée par l ARS au premier chef) bénéficie bien aux habitants considérés comme ayant davantage de besoins et de difficultés c) Le contrat de santé doit favoriser la mise en œuvre à l échelle du territoire local de parcours cohérents de santé, allant de la prévention à la prise en charge en passant par les soins. Cet effort de cohérence doit bénéficier en particulier aux personnes pour lesquelles les difficultés sociales conduisent à une fragmentation ou à des lacunes dans la prise en charge d) En conséquence, le CLS doit s efforcer de faciliter les démarches transversales, pour dépasser les fonctionnements cloisonnés qui caractérisent trop souvent le système de santé e) Les habitants, qu ils soient usagers du système de santé ou destinataires des politiques de prévention, et les professionnels de tous exercices doivent être associés dans l ensemble de la démarche. f) Le contrat est l occasion pour les signataires non seulement de s accorder sur des priorités partagées, mais aussi de mesurer les résultats des actions engagées, et éventuellement de les réorienter ou de les moduler en fonction de cette évaluation 11

12 2.2 Pour réduire les inégalités sociales et territoriales de santé, il est nécessaire D articuler les politiques publiques Ces principes politiques, et notamment les trois premiers d entre eux, imposent une attention particulière à l articulation entre les politiques de santé et les autres politiques publiques La santé dans toutes les politiques Le rôle décisif des déterminants sociaux de santé dans la construction des inégalités induit que le principe «la santé dans toutes les politiques» est l un des fondements de l action. Ce principe rend compte du rôle décisif de ces déterminants sociaux et environnementaux dans la constitution des niveaux de santé. Mais, de façon plus précise, il renvoie aussi au fait que la plupart des politiques publiques non sanitaires ont un impact important, positif ou négatif, sur la santé des habitants. o o o L'école est un lieu incontournable de promotion et d'éducation à la santé. Elle est l occasion d apprendre à considérer sa santé, à prévenir les conduites sexistes ou d exclusion, à développer l estime de soi De façon plus générale, les compétences en qualification, en culture générale, en capacités d insertion et de socialisation acquises à l école sont parmi les déterminants de santé les plus fondamentaux, et parmi ceux qui impactent durant toute la vie. Au-delà de l éducation ellemême, l action publique en matière de restauration, d activité périscolaire, menée par la commune est un facteur important de prévention, au même titre que les actions de prévention ou de promotion de la santé. Le développement des politiques sociales (incluant la facilitation de l accès aux droits, la domiciliation, le soutien aux personnes victimes de violences ou de discrimination, etc ) ou éducatives (incluant les politiques périscolaires et les politiques culturelles) a permis de conforter l accès aux soins et à la santé des groupes concernés. La lutte contre la dégradation de l habitat, qu il s agisse d habitat insalubre, de copropriétés dégradées, de locaux impropres à l habitation, de pavillons transformés et cloisonnés, est un élément important de l action contre les atteintes à la santé liées à l environnement proche. 12

13 Le rôle spécifique de la politique de la Ville La Politique de la Ville lutte contre les phénomènes d exclusion, de relégation spatiale et sociale des territoires fragilisés et repérés. Elle ne substitue pas aux responsabilités de chacun des acteurs de droit commun, mais constitue le cadre par lequel l Etat, les collectivités locales et leurs partenaires s engagent à mettre en œuvre de manière concertée, des politiques territorialisées de développement social et urbain, incluant la santé. Cette politique est formalisée dans le cadre du Contrat Urbain de Cohésion Sociale prolongé jusqu au 31 décembre Les signataires considèrent que l articulation des politiques de santé avec la Politique de la Ville est donc un enjeu essentiel : d une part, la santé constitue au plan national le «5 pilier de la Politique de la Ville»; d autre part, les expérimentations engagées dans le champ de la santé au sein de cette politique publique ont, en général, contribué à faire avancer les pratiques en santé publique plus généralement De faciliter les parcours de santé et de décloisonner le système de santé, et pour cela de mobiliser la compétence des professionnels de tous exercices et celles des habitants Dans la préparation du Contrat Pluriannuel, les signataires souhaitent, à partir des acquis existants et d une analyse exigeante de leurs limites, travailler dans deux directions Mobiliser les professionnels de santé de tous exercices : leur rôle est irremplaçable non seulement dans le soin curatif, mais aussi dans la définition et la mise en œuvre de stratégies efficaces en matière de prévention médicalisée (vaccinations, dépistage du cancer, éducation thérapeutique du patient, prévention des séquelles). Pour cela, les signataires souhaitent faciliter, à partir de leurs propres champs de compétence, la réflexion partagée sur les facteurs favorisant l entrée au bon moment dans le parcours de santé, notamment pour les habitants les plus fragiles Mobiliser les habitants et leurs représentants : l expérience a montré que les stratégies de prévention primaire et secondaire gagnaient fortement en efficacité lorsque les habitants étaient associés, malgré le poids des difficultés sociales, à la conception et à la réalisation des actions. C est pourquoi, dans l élaboration des actions à venir, les signataires souhaitent valoriser - la participation des habitants à la définition des priorités et des modes d intervention - la mobilisation des associations agrées et des associations locales d usagers du système de soins - l intervention d acteurs non spécialisés dans les actions de prévention. A titre d exemple, les associations de parents d élèves, de locataires, les enseignants, les intervenants jeunesse ou d insertion, et bien sûr les élus, doivent contribuer, chacun avec leur expertise, à la définition d actions dans le champ de la santé publique. 13

14 3- Les partenaires concourant à des objectifs du CLS Au-delà des signataires, plusieurs partenaires départementaux ont souhaité contribuer à la réalisation de certaines actions décrites dans ce contrat. Le Conseil général de Seine-St-Denis Le Conseil Général de Seine-Saint-Denis se positionne comme un partenaire institutionnel majeur, producteur de santé sur son territoire, en contribuant significativement à la lutte contre les inégalités sociales et territoriales de santé dans ses différents domaines d intervention, et maintient son offre de contribution dans une complémentarité coordonnée et organisée avec les autres partenaires intervenant dans le domaine de la santé. La CPAM 93 L assurance maladie s engage dans le cadre de la convention d objectifs et de gestion conclue avec l Etat sur la période à garantir l accès aux soins des populations les plus fragiles ou les plus éloignés du système de soins et à réduire les inégalités de santé. Dans ce cadre la CPam se propose d agir tout particulièrement en faveur des personnes en vulnérabilité sociale afin d accroître l accès de cette population à une couverture complémentaire (dispositif national ACS et local ACS+) et aux programmes de prévention et de dépistage (dépistage du cancer, prévention bucco-dentaire, bilans de santé, accompagnement des patients diabétiques, campagnes de vaccination ). Le Comité Départemental des Cancers - Conformément aux dispositions de la loi de santé publique de 2004 et à l arrêté du 29 septembre 2006 relatif aux programmes de dépistage des cancers, le Comité départemental des Cancers 93 (CDC93) constitué en Groupement d Intérêt Publique composé de l ARS, Conseil général, CPAM, Conseil départemental de l'ordre des médecins, des organisations de professionnels et d'usagers, est chargé de la promotion et de la mise en œuvre du dépistage organisé (DO) des cancers du sein et du colorectal sur la Seine-Saint-Denis. Convaincu que l action territoriale est le meilleur relais auprès des populations, le CDC93 participe activement dans la construction des CLS afin de valoriser le DO auprès des acteurs de terrain, des publics et de leur entourage en s'appuyant sur une argumentation rationnelle. D'autre part, au-delà de l observation chiffrée, le CDC 93 se donne pour objectif de développer des analyses plus spécifiques, identifiant les leviers d action pour les populations les plus éloignées du DO, œuvrant ainsi dans la réduction des inégalités territoriale de santé. 14

15 : réalisation du diagnostic partagé, préfiguration du CLS pluriannuel Les signataires ont souhaité que le CLS 2012, comme il a été dit plus haut, ne constitue pas un achèvement, mais marque l initiation d une démarche. Cette démarche passe par une connaissance plus fine de la situation sanitaire d une part, des leviers d actions disponibles d autre part. Pour cela, l ARS et l ACSE ont décidé de financer un diagnostic local de santé dont la Ville de Montfermeil est maitre d œuvre. Le processus de travail est défini selon les éléments suivants 4.1 Elaboration du diagnostic local de santé Faire un état des lieux exhaustif de la situation Montfermeilloise en matière d offre de soins et de prévention. Il s agira dès lors de recueillir les données existantes quantitatives et qualitatives, épidémiologiques et descriptives relatives au territoire d action (principaux indicateurs) : à la situation démographique et sociale de la population (âge, structure familiale, démographie, revenus, précarité, emploi, revenus, précarité, niveau d éducation ) ; environnement (logements, transports en commun - modes de déplacement de la population, offre alimentaire, équipements sportifs, de loisir, culturels, écologie) et conditions de vie et de travail ; comportements individuels et collectifs ; avis et attentes des populations et des professionnels. aux équipements et ressources sanitaires (professionnels de santé libéraux, établissements, services ) et médico-sociaux (établissements, services à domicile) ; à d autres équipements ou activités de services (éducation, culture, sports, loisirs ) ; aux avis et attentes des populations et des professionnels. Plus spécifiquement, la santé de la population peut être appréhendée de différentes façons, au travers de données : de mortalité générale et par cause ; de mortalité considérée comme prématurée ou évitable ; d affections de longue durée par motifs ; de consommation et de recours aux soins hospitaliers ou libéraux (motifs d hospitalisations, types d actes, prévalence de patients sous traitement, trajectoires, files actives ) ; de santé scolaire et de PMI (couverture des activités telles que bilans de santé ou consultations, résultats des bilans de santé, données des certificats de santé du nourrisson) ; de participation à des campagnes de dépistage organisé (dépistage des cancers notamment)... Le prestataire recueillera donc les données fournies par l ARS et d autres disponibles à un niveau communal ou infra-communal auprès de la direction régionale de l INSEE, de l observatoire national des ZUS, du système d information géographique du comité interministériel des villes (SIG CIV) ou encore d un certain nombre d autres services au niveau départemental ou régional. 15

16 Il est précisé que les données qualitatives peuvent être le ressenti des besoins recueillis auprès des professionnels de santé, de différents acteurs (élus compris) des associations, de la population ou de représentants, etc. Elles peuvent être recueillies dans le cadre d entretiens individuels, de réunions de groupes, voire produites suite à la co-construction d un questionnaire. Ces informations contribuent à l interprétation et à la compréhension des données quantitatives, permettent de recenser les ressources et actions existantes sur le territoire, permettent de repérer les besoins et demandes de la population ou des dysfonctionnements des dispositifs de santé non accessibles par les données quantitatives. Ces données seront transmises dans un rapport écrit remis aux signataires du CLS Recenser précisément les ressources locales (professionnels, associations, équipements, actions conduites ). Générer, à partir de ces constats, un consensus sur les problèmes à résoudre, les enjeux d action publique et les solutions envisageables (notamment au vu des politiques et projets publics concernés). Repérer les facteurs qui peuvent être favorables à l action ou qui, à l inverse, risquent de constituer des freins majeurs en termes d accès aux soins et aux droits en santé et les publics les plus fragilisés. Partager l analyse des données avec les acteurs et la population afin de permettre à chaque acteur, dont le maître d ouvrage, de mieux se situer dans son environnement et de mieux identifier les leviers d actions à sa disposition. La démarche participative est ce qui sépare un diagnostic local de santé d un état des lieux. Cette phase d élaboration collective avec les acteurs et la population de conclusions sur la situation socio-sanitaire du territoire, les attentes et les besoins de la population et des professionnels, va permettre ensuite la priorisation des problèmes et la définition d objectifs partagés. Renforcer la dynamique partenariale du territoire en matière de prévention et de santé. Déterminer les priorités locales en matière de santé et les axes d un programme pluriannuel de promotion de la santé, qui devront se traduire dans un rapport final qui sera transmis par écrit aux signataires du CLS 4.2 Préfiguration du Contrat Local de Santé. Il s agira, à partir des éléments de diagnostic identifiés comme ci-dessus, de rédiger le contrat local de santé précisant un plan pluriannuel de promotion de la santé qui devra déterminer les problèmes à prendre en charge prioritairement (selon des critères préalablement fixés), les partenariats et ressources à mobiliser et les actions à mettre en œuvre. Cette préfiguration sera proposée en tenant compte de plusieurs paramètres : 16

17 Contraintes méthodologiques : Le CLS pluriannuel incarne une dimension intersectorielle de la politique de santé dans le but de favoriser : l amélioration des contextes environnementaux et sociaux qui déterminent, à plus ou moins long terme, l état de santé des populations au niveau local (problèmes d habitat, d enclavement en matière de transport, etc.) l accès des personnes, notamment «démunies», aux soins, aux services, et à la prévention la promotion et le respect des droits des usagers du système de santé ; un parcours dans le système de santé efficace et efficient. Pour cette notion de parcours de santé, une attention particulière sera apportée à l intégration des dispositifs de dépistage, des prestations du centre de bilans de santé de la CPAM, de l articulation entre soins de premiers recours et soins hospitaliers au centre hospitalier intercommunal Le Raincy Montfermeil. Il doit renforcer la qualité de la mise en œuvre de la politique de santé au niveau local dans le respect des objectifs inscrits dans le Projet régional de santé (PRS) en assurant à ce niveau la coordination des financeurs et des politiques impactant la santé mais aussi des acteurs. Il s appuie sur les initiatives de démocratie sanitaire, à la fois institutionnelles (conférence de territoire, conférence régionale de la santé et de l autonomie, CRSA) et locales (réunions publiques, débats, enquêtes, etc.) et vise un objectif de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé. Contraintes financières La préfiguration du CLS pluriannuel se fera dans le respect des contraintes de l Agence Régionale de Santé, et de l ACSE. Elle se fera également dans le respect des orientations définies par la Ville de Montfermeil (en particulier dans le respect du principe de non transfert de compétences et de charges, et dans la volonté de ne pas créer de charge supplémentaire pour la commune). Mode de travail La phase de préfiguration du CLS devra être en elle-même un élément de mobilisation locale pour la programmation de ce CLS. Cette phase devra également permettre un accompagnement la commune dans la mise en œuvre et l évaluation de sa politique de promotion de la santé. 5 Pilotage, calendrier prévisionnel 5.1 Pilotage Il est créé un comité de pilotage conjoint du diagnostic partagé et de la préfiguration Contrat local de Santé. Ce comité de pilotage comprend en particulier : - Pour l Agence Régionale de Santé : la Déléguée territoriale adjointe en charge du pôle santé publique, le responsable du pôle offre de soins, le chargé de projet CLS - Le PEDEC ou son représentant, le Sous-Préfet de l arrondissement du raincy, le représentant de la DDJCS, le représentant de la DRIHL 17

18 - Pour la ville de Montfermeil : M. Le Maire de Montfermeil, la Directrice Générale de la Santé, la Coordinatrice du pôle santé de la ville, la Direction Politique de la ville Il comprend également un représentant de la CPAM93, du Conseil général, du Comité des Cancers 93 Il comprend également des représentants des professionnels de santé de différents exercices, ainsi que des représentants d associations locales et d associations agréées. Aux côtés du Comité de pilotage, il est créé des groupes techniques pour chacun des axes, actions ou thèmes jugés utiles 5.2 Calendrier Le présent contrat est conclu pour une durée de un an. Il est la première étape d une démarche de contractualisation qui sera concrétisée par un contrat pluriannuel de 2013 à Ce contrat sera préparé selon les règles définies plus haut dès la signature du présent document. 18

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE LA COURNEUVE

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE LA COURNEUVE CONTRAT LOCAL DE SANTE DE LA COURNEUVE préfiguration 2012 2 Sommaire Préambule... 5 1- Les éléments de diagnostic général... 6 1.1 L indice de développement humain (IGH2)... 6 1.2 Caractéristiques sociodémographiques...

Plus en détail

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE

CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE. LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE CONVENTION DE PREFIGURATION DU CONTRAT LOCAL DE SANTE ENTRE LA COMMUNE DE NIMES, LE CONSEIL GENERAL DU GARD et L AGENCE REGIONALE DE SANTE ENTRE La Commune de NIMES, Place de l Hôtel de Ville, 30033 NIMES

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE Entre Le président de la Communauté d'agglomération de Marne et Chantereine,

CONTRAT LOCAL DE SANTE Entre Le président de la Communauté d'agglomération de Marne et Chantereine, CONTRAT LOCAL DE SANTE Entre Le président de la Communauté d'agglomération de Marne et Chantereine, Le Préfet De Seine Et Marne Et Le Directeur Général de L'Agence Régionale de Santé Ile-de-France, Préambule

Plus en détail

1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour améliorer la santé des Bordelais... 3

1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour améliorer la santé des Bordelais... 3 1 Sommaire 1. Le contrat local de santé : mieux coordonner les politiques de santé pour améliorer la santé des Bordelais... 3 2. Les acteurs et le contenu du contrat local de santé de Bordeaux... 5 3.

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE STAINS

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE STAINS CONTRAT LOCAL DE SANTE DE STAINS 2 décembre 2011 Entre Monsieur le Maire de Stains, Monsieur le Préfet de Seine Saint Denis et Monsieur le Directeur Général de l Agence Régionale de Santé Il a été convenu

Plus en détail

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ,

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015 entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, LA MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX PERSONNES AGÉES ET A L AUTONOMIE, LA MINISTRE

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère de la ville, de la jeunesse et des sports Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Personne chargée

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE DU BLANC-MESNIL

CONTRAT LOCAL DE SANTE DU BLANC-MESNIL CONTRAT LOCAL DE SANTE DU BLANC-MESNIL Préfiguration 2012 1 3 CLS du Blanc-Mesnil Résumé La commune de Blanc-Mesnil s engage dans un CLS parallèlement à un important travail de formalisation du plan local

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE PIERREFITTE

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE PIERREFITTE CONTRAT LOCAL DE SANTE DE PIERREFITTE 2 4 SOMMAIRE PREAMBULE----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 7 1 LES

Plus en détail

SIGNATURE DE DEUX CONTRATS LOCAUX

SIGNATURE DE DEUX CONTRATS LOCAUX DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE DE DEUX CONTRATS LOCAUX DE SANTE EN CREUSE -Felletin Bourganeuf-Royère Aubusson-Felletin Contact presse : 23 janvier 2012 1 CONTRAT LOCAL DE SANTE Un nouvel élan dans le développement

Plus en détail

Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009

Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009 Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Élément de dynamisme, la population du Grand Creillois est jeune : 36,7 % des habitants ont

Plus en détail

L AGENCE RÉGIONALE DE SANTÉ ÎLE-DE-FRANCE

L AGENCE RÉGIONALE DE SANTÉ ÎLE-DE-FRANCE L AGENCE RÉGIONALE DE SANTÉ ÎLE-DE-FRANCE Hôpital CABINET MÉDICAL H PHARMACIE U R G E N C E S La santé avance en Île-de-France Édito Les Agences régionales de santé ont pour objectif de piloter les politiques

Plus en détail

L articulation avec le contrat unique et la Politique de la Ville page 13. V. Le pilotage et l association des partenaires..

L articulation avec le contrat unique et la Politique de la Ville page 13. V. Le pilotage et l association des partenaires.. CONTRAT LOCAL DE SANTE D AUBERVILLLIERS 2014-2017 1 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Les CLS en Ile de France, la loi HPST, la lutte contre les ITS.page 4 Les fondements du CLS sur le territoire : élément de diagnostic

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE

SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE SIGNATURE DE LA CONVENTION VILLE DE PERPIGNAN, MUTUALITE FRANÇAISE LANGUEDOC-ROUSSILLON, CLINIQUE MUTUALISTE CATALANE AGENCE REGIONALE DE SANTE DOSSIER DE PRESSE Signature de la convention entre la Ville

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Avec plus de 29 000 en 2007, le revenu net imposable moyen des habitants du Sud de l Oise est le

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS?

I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1 I. QU EST-CE QU UN CONTRAT LOCAL DE SANTE? II. POURQUOI UN CONTRAT LOCAL DE SANTE SUR COLOMIERS? 1. LES BESOINS SANITAIRES ET SOCIAUX IDENTIFIES 2. LA VOLONTE POLITIQUE POUR REDUIRE LES INEGALITES SOCIALES

Plus en détail

Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque "VERS UN MONDE SANS TABAC" Paris, le 29 mai 2015

Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque VERS UN MONDE SANS TABAC Paris, le 29 mai 2015 Quelle appropriation du PNRT en région? Colloque "VERS UN MONDE SANS TABAC" Paris, le 29 mai 2015 Quelle démarche adoptée en Ile-de- France? Pourquoi l ARS Ile-de-France décline-t-elle le PNRT? Comment

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017

signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017 signature du contrat local de santé du grand nancy 2013-2017 Vendredi 15 mars 2013 Dossier de presse CONTACTS presse Grand Nancy : Élise FRISONI - 03 83 91 84 25 / 06 21 90 53 00- elise.frisoni@grand-nancy.org

Plus en détail

LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE

LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE 1 Cadre de référence LA JEUNESSE, UNE PRIORITE TRANSVERSALE août 2014 1 Le comité interministériel de la jeunesse du 21 février 2013 conçoit la jeunesse comme une priorité transversale de l action gouvernementale.

Plus en détail

CONSULTATION OUVERTE «PARTAGEONS NOS EXPERIENCES POUR AGIR SUR LES

CONSULTATION OUVERTE «PARTAGEONS NOS EXPERIENCES POUR AGIR SUR LES CONSULTATION OUVERTE «PARTAGEONS NOS EXPERIENCES POUR AGIR SUR LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE» PRESENTATION DE LA CONSULTATION ET DES QUESTIONNAIRES La Société Française de Santé Publique lance une large

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DU COMITÉ INTERMINISTÉRIEL DES VILLES (SGCIV) SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Référentiel national des ateliers santé ville (ASV) NOR : ETSP1230189X SOMMAIRE INTRODUCTION I. ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE

DIRECTION GÉNÉRALE Paris,le 13 avril 2010 DE LA COHÉSION SOCIALE Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat Ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille,

Plus en détail

La convention d application du contrat de ville de Quimper Communauté

La convention d application du contrat de ville de Quimper Communauté La convention d application du contrat de ville de Quimper Communauté 1 - RELATION AU CONTRAT CADRE Afin de préciser les actions qui seront mises en place jusqu en 2003, les partenaires du contrat de ville

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Dr Patricia Saraux-Salaün Xavier Samson Mission santé publique, Ville de Nantes Dr Anne

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale SYNTHÈSE 2/12 INTRODUCTION Le programme régional d accès à la prévention et aux soins (PRAPS) est un programme destiné à tous les professionnels concernés par l accès à la prévention et aux soins ainsi

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME «REUSSITE EDUCATIVE»

NOTE DE CADRAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME «REUSSITE EDUCATIVE» NOTE DE CADRAGE POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME «REUSSITE EDUCATIVE» 1. PRESENTATION DU PROGRAMME «REUSSITE EDUCATIVE» 1.1 Les objectifs généraux Notre République doit permettre la réussite éducative

Plus en détail

Processus d élaboration du contrat de ville et calendrier

Processus d élaboration du contrat de ville et calendrier Processus d élaboration du contrat de ville et calendrier Travail préparatoire interne à l État : Mise en place de l équipe interministérielle Constitution du point de vue de l État sur la situation des

Plus en détail

Leviers d action et compétences en matière de santé : de la Communauté Urbaine aux quartiers : l exemple de Strasbourg

Leviers d action et compétences en matière de santé : de la Communauté Urbaine aux quartiers : l exemple de Strasbourg Pour une approche globale de la santé au sein des territoires Leviers d action et compétences en matière de santé : de la Communauté Urbaine aux quartiers : l exemple de Strasbourg SIGNORINI Elodie Chargée

Plus en détail

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON Etape E : recueil du positionnement des partenaires institutionnels Vincent BAUDOT Septembre 2014 Société

Plus en détail

DE LA PRÉCARITÉ A LA PASS* QUEL PARCOURS???

DE LA PRÉCARITÉ A LA PASS* QUEL PARCOURS??? DE LA PRÉCARITÉ A LA PASS* QUEL PARCOURS??? PASS* Permanence d Accès aux Soins et à la santé ARS CentreVal de Loire PRAPS 2012-2016-Réunion DRJSCS 21/04/2015-Dr ROY DJIDI Daouya DEUX PRÉ - REQUIS Les Inégalités

Plus en détail

Diagnostic local de santé. de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi)

Diagnostic local de santé. de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi) Diagnostic local de santé de Villeneuve-les-Salines et la Cité des Géraniums (Saint-Eloi) Contexte et méthode Les inégalités, y compris de santé, entre les quartiers prioritaires et les autres quartiers

Plus en détail

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX

ANALYSE des BESOINS SOCIAUX ANALYSE des BESOINS SOCIAUX d.soufflard-antony@laposte.net Commune de ROUSSET (13) Présentation aux Elus 29 septembre 2011 Préalable la commune de ROUSSET (13) 2 Diplômes Master² en Consultation des Organisations

Plus en détail

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010.

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Contexte L expérimentation NMR est organisée depuis 2 ans sous l égide de la Direction Générale de la

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE

MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE REGION GUYANE MISSION D ASSISTANCE A LA REALISATION DU PLAN REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES DES JEUNES ET DES ADULTES DE LA REGION GUYANE SOMMAIRE I. Contexte 3 II. Objet du marché

Plus en détail

Comité de pilotage stratégique n 1 Politique de la Ville MOISSAC 12 décembre 2014

Comité de pilotage stratégique n 1 Politique de la Ville MOISSAC 12 décembre 2014 Comité de pilotage stratégique n 1 Politique de la Ville MOISSAC 12 décembre 2014 COMMUNAUTE DE COMMUNES CASTELSARRASIN- MOISSAC PRÉFET DE TARN-ET-GARONNE Première réunion du comité de pilotage stratégique

Plus en détail

PROGRAMME D ACCES A LA PREVENTION ET AUX SOINS DES PERSONNES LES PLUS DEMUNIES EN BOURGOGNE

PROGRAMME D ACCES A LA PREVENTION ET AUX SOINS DES PERSONNES LES PLUS DEMUNIES EN BOURGOGNE PROGRAMME D ACCES A LA PREVENTION ET AUX SOINS DES PERSONNES LES PLUS DEMUNIES EN BOURGOGNE 2012 2016 Sommaire 1 Eléments introductifs...2 1.1 Les repères du programme d accès à la prévention et aux soins

Plus en détail

Cahier des charges Objet :

Cahier des charges Objet : Cahier des charges Objet : Expérimentation de nouveaux modes d organisation des soins destinés à optimiser les parcours de soins des personnes âgées en risque de perte d autonomie en prévenant leur hospitalisation

Plus en détail

Inégalités sociales et territoriales de santé

Inégalités sociales et territoriales de santé Inégalités sociales et territoriales de santé Quels enjeux de santé dans les quartiers prioritaires? Quels outils pour y répondre? 20 mars 2012 Une situation régionale préoccupante accrue dans les quartiers

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge 1 er février 2010 Dossier de presse La Ville de Paris lance un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge Contact presse Nathalie Royer : 01 42 76 49 61 - service.presse@paris.fr

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

SYNTHESE DU SCHEMA D ORGANISATION SOCIALE ET MEDICO-SOCIALE DU DEPARTEMENT DES YVELINES 2010-2015 - VOLET AUTONOMIE -

SYNTHESE DU SCHEMA D ORGANISATION SOCIALE ET MEDICO-SOCIALE DU DEPARTEMENT DES YVELINES 2010-2015 - VOLET AUTONOMIE - SYNTHESE DU SCHEMA D ORGANISATION SOCIALE ET MEDICO-SOCIALE DU DEPARTEMENT DES YVELINES 2010-2015 - VOLET AUTONOMIE - Le schéma d organisation sociale et médico-sociale est un outil de planification essentiel

Plus en détail

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA)

Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Conférence régionale de santé et de l autonomie (CRSA) Historique : d abord il y eut la conférence régionale de santé Conférences Régionales de Santé (CRS) installées par les ordonnances du 24 avril 1996

Plus en détail

LES OUTILS DE LA VEILLE REUSSITE EDUCATIVE A CUGNAUX

LES OUTILS DE LA VEILLE REUSSITE EDUCATIVE A CUGNAUX LES OUTILS DE LA VEILLE REUSSITE EDUCATIVE A CUGNAUX Outil 1 : Protocole de la Veille et Réussite Educative à Cugnaux Dans le cadre de la loi de cohésion sociale (programme15 et 16) de la loi n 2005-32

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

GUIDE À DESTINATION DES MAÎTRES D OUVRAGE D UN DIAGNOSTIC LOCAL DE SANTÉ SOMMAIRE

GUIDE À DESTINATION DES MAÎTRES D OUVRAGE D UN DIAGNOSTIC LOCAL DE SANTÉ SOMMAIRE GUIDE À DESTINATION DES MAÎTRES D OUVRAGE D UN DIAGNOSTIC LOCAL DE SANTÉ SOMMAIRE OBJECTIFS ET MÉTHODE...2 LES DIAGNOSTICS LOCAUX DE SANTÉ (DLS) : UNE ÉTAPE INDISPENSABLE D UNE DÉMARCHE DE PROJET...3 Ce

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

L adaptation de la société au vieillissement avec le concours de la CARSAT en Pays-de-la-Loire.

L adaptation de la société au vieillissement avec le concours de la CARSAT en Pays-de-la-Loire. L adaptation de la société au vieillissement avec le concours de la CARSAT en Pays-de-la-Loire. Par Charles CARO, Directeur Adjoint de la CARSAT Pays de la Loire Charles CARO, ancien élève de la 15 e promotion

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris MAIRIE DE PARIS - DU - MCC Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2010 SEPTEMBRE 2011 L Observatoire parisien de l insertion et de la lutte contre l exclusion

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

La mesure de la pauvreté locale en Île de France. Les travaux de l Observatoire parisien de l insertion et de la lutte contre l exclusion

La mesure de la pauvreté locale en Île de France. Les travaux de l Observatoire parisien de l insertion et de la lutte contre l exclusion La mesure de la pauvreté locale en Île de France. Les travaux de l Observatoire parisien de l insertion et de la lutte contre l exclusion CRIES Présentation Apur : Emmanuelle PIERRE-MARIE et Pauline VIROT

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération

La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération Comité d animation des sites préfigurateurs des contrats de ville - 18 juin 2013 - Paris La préfiguration des contrats de ville de nouvelle génération Éléments de cadrage Le comité interministériel des

Plus en détail

Contrat local de santé II de Strasbourg

Contrat local de santé II de Strasbourg Contrat local de santé II de Strasbourg 2015-2020 Ensemble, préservons l essentiel. AVEC T la Préfecture de la Région Alsace et du Département du Bas-Rhin T la Ville et l Eurométropole de Strasbourg T

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Appel à projets 2015 relatif aux maisons et pôles de santé

Appel à projets 2015 relatif aux maisons et pôles de santé PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Appel à projets 2015 relatif aux maisons et pôles de santé Le présent document précise les modalités de réponse à l appel à projets 2015 sur les maisons et pôles de

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

ENQUETE DOMICILIATION 2013

ENQUETE DOMICILIATION 2013 Etat des lieux de la domiciliation des personnes sans domicile stable ENQUETE DOMICILIATION 2013 ETAT DES LIEUX DE LA DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE BILAN ANNUEL 2013 DIRECTION GENERALE

Plus en détail

«Mon médecin demain quelle organisation de la santé de proximité?»,

«Mon médecin demain quelle organisation de la santé de proximité?», Salutations Ce débat que nous avons choisi de nommer l «Mon médecin demain quelle organisation de la santé de proximité?», est la marque la volonté de la CRSA -en coopération étroite avec l agence régionale

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION

Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION Maisons Régionales de la Santé CADRE D INTERVENTION 1 LES MAISONS REGIONALES DE LA SANTE MRS (programme 2) Enjeux et objectifs Le dispositif des «Maisons Régionales de la Santé» voté en 2010 incarne de

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

Contrat local de santé II de l Eurométropole

Contrat local de santé II de l Eurométropole Contrat local de santé II de l Eurométropole 2015-2020 Ensemble, préservons l essentiel. AVEC T la Préfecture de la Région Alsace et du Département du Bas-Rhin T la Ville et l Eurométropole de Strasbourg

Plus en détail

Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées

Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées Parallèlement aux progrès thérapeutiques, la prise en charge personnalisée en cancérologie se doit d évoluer vers un accompagnement

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE

CONTRAT LOCAL DE SANTE Ville de Nantes Préfecture Nantes Métropole CONTRAT LOCAL DE SANTE Entre : La Directrice de l Agence Régionale de Santé des Pays de La Loire, Le Maire de la Ville de Nantes, Le préfet de la région des

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN

La Grâce de Dieu. Portraits de quartiers prioritaires de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie CAEN Quartier situé sur la commune de CAEN 4 611 habitants en 2011, soit 2 % de la population de solida territ rités oriales ui n 2015 J La Grâce de Dieu O RVATO I RE Portraits de quartiers prioritaires de

Plus en détail

Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018)

Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018) Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018) Les copropriétés dans leur diversité 1. un petit immeuble datant du moyen âge (15 ème siècle), en pans de bois,

Plus en détail

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique

Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique 2014-2018 Schéma départemental de l enfance et des familles Présentation synthétique Aujourd hui Le Département de Saône-et-Loire s est doté le 14 novembre 2014 d un schéma départemental de l enfance et

Plus en détail

Conseil général de la Haute-Vienne

Conseil général de la Haute-Vienne Conseil général de la Haute-Vienne PRESTATION D ASSISTANCE METHODOLOGIQUE POUR L ELABORATION DU SCHEMA DEPARTEMENTAL DE L AUTONOMIE 2014-2018 Réunion de présentation du schéma 17 septembre 2014 Cekoïa

Plus en détail

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès.

Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. DIRECTION REGIONALE DE MEKNES Présenté par : Monsieur: ABDELKADER JDIA Directeur Régional du HCP, Meknès. 1 Introduction Présentation Acteurs du système d information statistique régional du HCP Sources

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Synthèse de l atelier n 8

Synthèse de l atelier n 8 Synthèse de l atelier n 8 Colloque collectivités territoriales et santé publique 2 Sommaire Atelier 8 / Animation d une politique cohérente de santé publique et territoires...3 Le Programme territorial

Plus en détail

CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles évaluations?

CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles évaluations? APPEL A COMMUNICATIONS 7 ème édition Rencontres territoriales de la santé publique CONSTRUIRE DES DYNAMIQUES TERRITORIALES FAVORABLES A LA SANTE Quels acteurs? Quelles actions? Quelles articulations? Quelles

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Projet de note méthodologique ANRU Janvier 2008 ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Note méthodologique 1. PRESENTATION GENERALE 1. Enjeux et objectifs des points d étape Les points d étape, réalisés deux

Plus en détail

CONVENTION PARTENARIAT ENTRE NANTES MÉTROPOLE, LA VILLE DE NANTES ET L APAJH 44

CONVENTION PARTENARIAT ENTRE NANTES MÉTROPOLE, LA VILLE DE NANTES ET L APAJH 44 CONVENTION PARTENARIAT ENTRE NANTES MÉTROPOLE, LA VILLE DE NANTES ET L APAJH 44 AFIN DE FACILITER L INSERTION PROFESSIONNELLE DES JEUNES EN SITUATION DE HANDICAP Version du 26 Mars 2015 Annexe6_Projet_Convention_APAJH44_v07.odt

Plus en détail

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Fiche action 3 Accompagnement des personnes en situation de précarité

Plus en détail

INITIER UNE DEMARCHE «ATELIER SANTE VILLE» Livret à destination des élus, des équipes communales, intercommunales et des coordinateurs d Ateliers

INITIER UNE DEMARCHE «ATELIER SANTE VILLE» Livret à destination des élus, des équipes communales, intercommunales et des coordinateurs d Ateliers INITIER UNE DEMARCHE «ATELIER SANTE VILLE» Livret à destination des élus, des équipes communales, intercommunales et des coordinateurs d Ateliers Santé Ville dans les Alpes Maritimes 1 Sommaire Création

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET POUR L INCLUSION SOCIALE

PLAN PLURIANNUEL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET POUR L INCLUSION SOCIALE PRÉFET DE L ORNE PLAN PLURIANNUEL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET POUR L INCLUSION SOCIALE SYNTHÈSE DÉPARTEMENTALE Département de l Orne 27 septembre 2013 SOMMAIRE Méthodologie retenue Eléments de repères

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

Contrats de ville de nouvelle génération. Premier bilan

Contrats de ville de nouvelle génération. Premier bilan Contrats de ville de nouvelle génération Premier bilan Atelier club des agglomérations et métropoles de l AdCF 24 juin 2015 Les grands principes des contrats de ville (décision 22 du CIV) Des contrats

Plus en détail

Modes de financt MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 ANNEXE I LES MODES DE FINANCEMENT DES MAISONS DE SANTE PLURI-PROFESSIONNELLES (MSP) Sous réserve de répondre, a minima, aux critères définis au II 2 du cahier

Plus en détail

du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes du 11 décembre 2014 Feuille de route du ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes À la suite de la Conférence nationale du handicap, le ministère des affaires sociales, de la

Plus en détail