contrat local de santé du grand nancy Période :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "contrat local de santé du grand nancy Période : 2013-2017"

Transcription

1 contrat local de santé du grand nancy Période :

2

3 SOMMAIRE introduction Contexte législatif et réglementaire Eléments de diagnostic Priorités partagées et engagement des partenaires PRIORITé 1 : MOBILISER LES CITOYENS ET LES ACTEURS POUR AMéLIORER LE BIen-êTRE ET LA QUALITé DE VIE DES HABITANTS Renforcer la pratique de l activité physique et sportive à tout âge Renforcer l adoption de comportements alimentaires favorables à la santé et adaptés selon l âge Lutter contre les conduites addictives et les prises de risques liées, chez les jeunes et les moins jeunes Développer les actions de réductions des risques pour les publics toxicomanes et en situation de précarité Proposer un environnement favorable à la santé aux habitants du Grand Nancy PRIORITé 2 : AMéLIORER L ACCèS à L OFFRE DE SANTé POUR TOUS LES HABITANTS DU GRAND NANCY Favoriser l accès aux soins de premiers recours notamment pour les populations fragiles Améliorer le recours aux droits sociaux (assurance maladie et état) et à la complémentaire santé des habitants du Grand Nancy Améliorer l accès au dépistage et à la vaccination PRIORITé 3 : AMéLIORER LA COORDINATION DES ACTEURS SANITAIRES ET SOCIAUX ET LA CONTINUITé DES PRISES EN CHARGE Améliorer la lisibilité de l offre de santé sur le territoire Améliorer la coordination des acteurs dans le champ de la santé mentale Promouvoir les acteurs intervenant auprès des personnes en situation de fragilité PRIORITé 4 : FAVORISER LA CONVERGENCE ENTRE POLITIQUES PUBLIQUES ET TERRITORIALES Inscrire la santé dans toutes les politiques publiques portées par la Grand Nancy Territorialiser la politique de santé avec les communes qui le souhaitent Améliorer l observation en santé sur le Grand Nancy Champ du contrat et modalités d animation Glossaire 3

4

5 introduction La santé, entendue au sens global de qualité de vie défendue par l Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.), qui constitue un des droits fondamentaux, est une composante de la ville durable. Il s agit d une appréhension positive qui se situe bien au-delà de l absence de maladie. Selon cette définition dynamique, aujourd hui unanimement reconnue, agir pour l amélioration de la santé de tous revient à prendre en compte les facteurs qui se conjuguent pour que la santé se gagne ou se perde. C est prendre en compte les soins, la lutte contre les maladies mais aussi les conditions de vie (logement, habitat, transport, nourriture), les conditions de travail, la qualité de l environnement et des relations sociales et à la culture. De nombreux défis agitent nos sociétés d aujourd hui, ainsi : une part de plus en plus grande de la population vit en milieu urbain et la santé urbaine, au sens global défendu par l O.M.S., doit s intéresser aux effets et impacts du cadre de vie et de l urbanisation de nos villes sur la santé individuelle et collective des citoyens ; l augmentation de la durée de vie et son corollaire de maladies chroniques et/ou invalidantes peuvent remettre en cause notre système français de protection sociale fondé sur la solidarité ; la santé est une des premières préoccupations de nos concitoyens. Tous ces enjeux incitent à un développement durable en santé, pour nous permettre de continuer à faire de la prévention et à nous soigner aujourd hui sans mettre à mal le système de santé de demain. Tous les acteurs, sanitaires ou non, politiques, professionnels et citoyens, doivent être mobilisés si on veut changer de paradigme. Les collectivités, certes non compétentes au sens juridique, mais responsables, sont des acteurs de premier plan. C est dans cette logique que le Grand Nancy a mis la santé au cœur de son projet d agglomération actualisé en juillet 2011, pour une communauté urbaine et humaine. Dès 2000, le Grand Nancy a initié une politique de promotion de la santé dans le cadre de la politique de la ville, poursuivie en 2007 dans le Projet Urbain de Cohésion Sociale des 20 communes. Reposant sur les valeurs et stratégies défendues par l O.M.S., le Grand Nancy a rejoint le réseau européen des Villes-Santé en 2006, puis en 2011, le réseau français. En 2009, la loi «Hôpital Patients Santé Territoires» donne la possibilité aux collectivités (intercommunalités, communes), de signer le Contrat Local de Santé (C.L.Santé 1 ) avec l Agence Régionale de Santé (ARS). Le Grand Nancy a fait le choix de saisir cette opportunité en signant un contrat à l échelle de l agglomération, bassin de vie et de mobilité des citoyens, pour la période , en mobilisant les forces vives des 20 communes et de leurs agents. 1 L acronyme du Contrat Local de Santé sera ici C.L.Santé pour le différencier du Contrat Local de Sécurité (C.L.S.) 5

6 Développer plus de synergies entre nos trois institutions signataires, Communauté urbaine du Grand Nancy, préfecture de Meurthe-et-Moselle et ARS de Lorraine, favoriser plus de coopérations entre les acteurs du territoire au service de l intérêt général, lutter contre les inégalités sociales de santé, tels sont les grands objectifs du contrat. En effet, notre territoire a de grandes forces et possède beaucoup de ressources : une expérience de l intercommunalité qui remonte à plus de 50 ans ; une notoriété importante grâce à des ensembles hospitaliers, publics et privés, performants et reconnus sur la scène nationale, ainsi qu une offre ambulatoire importante quantitativement comparée au reste de la Lorraine et composée de toutes les composantes du premier recours, mais également de nombreux spécialistes médicaux ; un pôle universitaire dont l attractivité s est renforcée depuis la création de l Université de Lorraine ; des dispositifs diversifiés dans le domaine social, médico-social, culturel, sportif Toutefois, le fait urbain, c est aussi une accumulation de précarités sociales, économiques et culturelles avec, par exemple, un nombre plus important de familles monoparentales ou de ménages très modestes sur l agglomération nancéienne que sur le reste du département. Développer une politique de santé efficace et solidaire repose sur des stratégies favorisant l intersectorialité et dont les leviers d actions sont : une gouvernance partagée avec des institutions qui s engagent à faire évoluer leur organisation au service de tous ; l amélioration de l offre en matière de santé : en termes d accessibilité, d accompagnement à l utilisation, de renforcement des connaissances et des compétences des professionnels ; la mobilisation en offrant les conditions et espaces favorisant les initiatives des professionnels, des bénévoles et des habitants ; un accompagnement à l amélioration des connaissances et compétences individuelles. Les intercommunalités et les communes, qui ont la légitimité de proximité, ont donc une plus-value à apporter pour une politique de santé durable et équitable.

7 7

8

9 CONTEXTE LéGISLATIF ET RéGLEMENTAIRE Les contrats locaux de santé constituent un dispositif innovant de la loi du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (H.P.S.T.). Plusieurs articles de la loi font référence aux C.L.Santé : Art. L du CSP -Le projet régional de santé est constitué : «1 D un plan stratégique régional de santé, qui fixe les orientations et objectifs de santé pour la région «2 De schémas régionaux de mise en œuvre en matière de prévention, d organisation de soins et d organisation médico-sociale ; «3 De programmes déclinant les modalités spécifiques d application de ces schémas, dont un programme relatif à l accès à la prévention et aux soins des personnes les plus démunies et un programme relatif au développement de la télémédecine. La programmation peut prendre la forme de programmes territoriaux de santé pouvant donner lieu à des Contrats Locaux de Santé tels que définis à l article L » «Art. L du CSP -Dans chacun des territoires mentionnés à l article L , le directeur général de l agence régionale de santé constitue une conférence de territoire, composée de représentants des différentes catégories d acteurs du système de santé du territoire concerné, dont les usagers du système de santé. La conférence de territoire contribue à mettre en cohérence les projets territoriaux sanitaires avec le projet régional de santé et les programmes nationaux de santé publique. La conférence de territoire peut faire toute proposition au directeur général de l agence régionale de santé sur l élaboration, la mise en œuvre, l évaluation et la révision du projet régional de santé. La mise en œuvre du projet régional de santé peut faire l objet de Contrats Locaux de Santé conclus par l agence, notamment avec les collectivités territoriales et leurs groupements, portant sur la promotion de la santé, la prévention, les politiques de soins et l accompagnement médico-social.» En outre, comme le précise la lettre circulaire cosignée par la ministre de la Santé et la secrétaire d état chargée de la politique de la ville en date du 20 janvier 2009, le C.L.Santé s inscrit naturellement dans le cadre de la Politique de la Ville en permettant de consolider les dynamiques territoriales de santé existant au sein des ateliers santéville, du volet santé des Contrats Urbains de Cohésion Sociale (C.U.C.S.) et du Projet Urbain de Cohésion Sociale du Grand Nancy (P.U.C.S.). Dès le 27 février 2009, le comité de pilotage Santé du Grand Nancy a souhaité que la Communauté urbaine s engage dans cette démarche avec l Agence Régionale de Santé et la préfecture de Meurthe-et-Moselle. 9

10 Le C.L.Santé s inscrit à l interface d une double logique : descendante, sur des priorités définies stratégiquement par le niveau régional, et ascendante, afin de prendre en compte les spécificités des besoins du territoire et des habitants. En cela, il incarne une dimension intersectorielle de la politique régionale de santé dans le but de favoriser : l amélioration des contextes environnementaux et sociaux qui déterminent, à plus ou moins long terme, l état de santé des populations au niveau local ; l accès des personnes, notamment «démunies», aux soins, aux services, et à la prévention ; la promotion et le respect des droits des usagers du système de santé. Le C.L.Santé se décline sur l ensemble des champs de la santé, prévention et promotion de la santé, organisation des soins, accompagnement médico-social. Il est l instrument de la consolidation du partenariat local sur les questions de santé. Un dispositif au croisement de plusieurs démarches Le C.L.Santé a pour objectif de répondre aux enjeux de santé sur un territoire donné. Il a vocation à consolider, au niveau local, les partenariats et à soutenir, de façon cohérente et coordonnée, les dynamiques existantes sur le champ de la santé. En réponse à des besoins existants, il décline les priorités partagées des trois signataires. L ARS de Lorraine a défini le cadre général de son action avec son Projet Régional de Santé (P.R.S) qui identifie 4 priorités d action déclinées pour chacune d entre elles en objectifs opérationnels et actions : agir sur les principales causes de mortalité, notamment prématurée, en Lorraine : les tumeurs, les maladies cardio-neuro-vasculaires, les maladies respiratoires et le suicide ; réduire les inégalités d accès à la santé en lien avec les partenaires de l ARS ; maintenir et développer l autonomie des personnes âgées et des personnes en situation de handicap ; promouvoir une organisation régionale de santé de qualité et efficiente. La Communauté urbaine du Grand Nancy a défini sa politique de cohésion sociale dans le cadre de son P.U.C.S., comprenant un volet santé, en En 2011, le projet d agglomération qui reprend les valeurs de la ville européenne durable a réaffirmé la place de la santé avec une prise en compte dans toutes ses politiques publiques. Le Préfet de Meurthe-et-Moselle mobilise la programmation des dispositifs de cohésion sociale comme des autres politiques visant à améliorer les déterminants de santé. Pour sa construction, ce contrat s est appuyé, dans un premier temps, sur des échanges entre les trois signataires (ARS, Préfecture de Meurthe-et-Moselle et Communauté urbaine) permettant d élaborer un document-cadre. Les priorités ont été identifiées à partir du diagnostic et des problématiques les plus prégnantes du territoire. Le document-cadre a vocation à être complété, dans un second temps, par la contribution de l ensemble des partenaires associés à la démarche. Les grands axes ont été soumis au comité de pilotage santé du Grand Nancy qui s est tenu le 1 er mars 2012, au comité de pilotage plénier du 13 juillet 2012, en présence du Préfet et du Président du Grand Nancy, puis au comité de pilotage plénier du 20 décembre 2012.

11 11

12

13 éléments DE DIAGNOSTIC Source : ORSAS de Lorraine (2009) Territoire de Nancy et communauté urbaine du Grand Nancy La Communauté urbaine du Grand Nancy compte habitants, soit plus de 85% de la population du territoire de proximité de Nancy ( hab.). Très majoritairement urbain, ce territoire se caractérise par sa forte densité de population. Il attire de nombreux jeunes adultes du fait notamment de la présence de l Université ainsi que de nombreux emplois sur place. Territoire attractif pour les jeunes actifs, la part des personnes âgées de 75 ans y est une des plus faibles observées au niveau régional. Toutefois, la part des seniors vivant seuls est plus de 3 points supérieure à celle observée au niveau régional (43% contre 39,6%). Bien que la population augmente encore de 0,04% par an en moyenne entre 1999 et 2009, cette croissance a fortement ralenti. En effet, on commence à observer une diminution de 0,01% par an sur la fin de cette période, entre 2006 et Ce retournement démographique correspond à une tendance récente observée dans l ensemble de la France où le solde migratoire des villes est moindre. Au sein du territoire, les indicateurs socio-économiques sont très contrastés. La précarité y est plus importante qu en moyenne régionale. En effet, le taux de bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (R.S.A.) socle non majoré - ex Revenu Minimum d Insertion 2 - (8,7% contre 6,3% en Lorraine) et le taux de bénéficiaires du Minimum Vieillesse parmi les retraités auprès de la Caisse Régionale d Assurance Vieillesse (3,5% contre 2,3% en Lorraine) sont les plus élevés de la région. La concentration de la précarité va de pair avec le degré d urbanisation. En effet, c est dans les grandes agglomérations urbaines que les populations précaires, jeunes ou âgées, accèdent avec le moins de difficultés aux services de l aide sociale, tant dans le domaine de la santé, du logement, ou de la recherche d emploi. D autres facteurs de fragilité économique et sociale sont prégnants sur le territoire de proximité de Nancy. Ainsi, la proportion de familles monoparentales est la plus élevée de la région. Cette précarité est compensée par la présence sur le territoire de proximité de Nancy de ménages ayant des revenus importants. En effet, la part des foyers fiscaux non imposés est la plus faible de la région (43,8% contre 50,6% en Lorraine en 2008) et le revenu médian est le plus élevé de Lorraine ( euros par unité de consommation contre régionalement). 2 Pour 100 ménages dont la personne de référence est âgée de 25 à 59 ans 13

14 La composition socio-professionnelle de la population active du territoire de proximité de Nancy influe positivement sur l état de santé général de ce territoire. En effet, la proportion d ouvriers, qui ont un taux de mortalité élevé 3, est la plus faible de la région (18,4% contre 29,3% en Lorraine). A contrario, la proportion de cadres et professions intellectuelles supérieures ainsi que des professions intermédiaires, qui ont des taux de mortalité plus faibles, est la plus élevée de la région (47,1% contre 33,8% en Lorraine). Ces indicateurs socio-économiques globaux placent le territoire de proximité de Nancy dans une position favorable au regard des indicateurs de santé. Il convient toutefois de tenir compte des fortes disparités sociales et socio-professionnelles mesurées à un niveau infra communal, notamment sur la commune de Nancy. Car, si en effet, dans son ensemble, Nancy attire une grande partie des emplois métropolitains supérieurs (cadres, professions libérales), certains quartiers, comme le Haut-du-Lièvre, concentrent les difficultés sociales, qui influent sur l état de santé des habitants de ces quartiers. Le territoire bénéficie de l offre de soins la plus importante de la région. Du fait de la présence du Centre Hospitalier Universitaire, la densité en lits de médecine - chirurgie - obstétrique est deux fois plus élevée que la moyenne régionale (87,3 lits pour habitants en 2009 contre 40,3 en Lorraine). Au 1 er janvier 2010, pour la plupart des professions médicales, les densités sont les plus élevées de la région. C est particulièrement le cas en ce qui concerne les médecins spécialistes libéraux dont la densité est presque 2,5 fois plus importante (155,8 pour habitants) dans ce territoire que dans l ensemble de la région (63,9), et pour les chirurgiensdentistes (92,2 pour habitants contre 57,0 en Lorraine). En , le taux comparatif de mortalité est le plus faible de la région. Il est inférieur de 13% au taux régional (778 pour contre 892 en Lorraine) et le territoire est le seul de la région pour lequel ce taux est inférieur au taux national (813). Par rapport à la Lorraine, la sous-mortalité est plus importante chez les femmes (-14%) que chez les hommes (-9%) et elle concerne uniquement les personnes âgées de 65 ans ou plus. Par rapport au niveau de mortalité régionale, la sous-mortalité est équivalente à 315 décès par an dont 155 par maladies cardiovasculaires, 44 par tumeurs, 27 par maladies endocriniennes et 24 par maladies de l appareil respiratoire. On n observe pas de pathologies pour lesquelles la surmortalité est significative par rapport à ce qui est observé en Lorraine. L état de santé de la population habitant sur le territoire de proximité de Nancy est globalement satisfaisant. Toutefois, des actions restent à mener pour faire baisser la mortalité prématurée, qui reste supérieure au niveau national. Des actions de prévention, de dépistage et de vaccination sont toujours à mener, en particulier à destination des publics défavorisés ou habitant des quartiers populaires. 3 Causes de mortalité par secteur d activité à partir de l échantillon démographique permanent (page 145), InVS, septembre 2006

15 15

16 PRIORITéS PARTAgéES ET ENGAGEmENT DES partenaires La santé des populations est liée à un ensemble de déterminants qui interagissent entre eux : ces déterminants comportementaux et environnementaux sont abordés en partant des préoccupations des personnes et en abordant la santé par la notion de bienêtre tout en privilégiant la participation et la mobilisation des habitants et des acteurs.

17 PRIORITé 1 MOBILISER LES CITOYENS ET LES ACTEURS POUR améliorer le bien-être et la qualité de vie des habitants La Lorraine se caractérise par une mortalité prématurée importante comparativement aux constats faits au niveau national. Or, nombre d études démontrent que plus de la moitié des décès prématurés pourraient être évités. En effet, cette mortalité prématurée évitable est pour les deux tiers liée aux comportements à risque des usagers : consommation d alcool, tabagisme, modes alimentaires, sédentarité. Les inégalités de santé sont également des causes inéquitables et évitables d apparition de problèmes de santé et là aussi, de nombreuses études montrent que les conditions économiques dans lesquelles se trouvent les individus déterminent le risque de tomber malade et les mesures à prendre pour prévenir et traiter la maladie lorsqu elle survient. Dans le respect des préconisations de l Organisation Mondiale de la Santé pour une politique de promotion de la santé solidaire et équitable, les objectifs négociés cidessous s attacheront à développer des interventions en déclinaison des principes suivants : renforcer le travail intersectoriel ; favoriser et accompagner la mobilisation sociale ; renforcer les comportements et compétences individuels. 17

18 Objectif stratégique Renforcer la pratique de l activité physique et sportive à tout âge, et notamment : chez les jeunes enfants, les adolescents et les jeunes adultes chez les parents chez les personnes en difficultés sociales et économiques chez les personnes âgées, et/ou à mobilité réduite dans le milieu du travail Le niveau de pratique d activité physique est très variable selon l âge, l environnement, l appartenance socioprofessionnelle Cet objectif implique d intervenir tant au niveau de l offre que de la demande d activité(s), en adaptant les stratégies suivant le public et en diversifiant les offres. Il s agit de travailler, de façon coordonnée et complémentaire, sur l offre d activités (publique : communales ou communautaire, associatives, clubs, centres de loisirs ), en partenariat avec les acteurs-relais de ces organismes, les professionnels de santé, en développant les compétences psychosociales et la confiance des habitants dans leur capacité à faire de l activité physique. Objectifs spécifiques Renforcer les connaissances des intervenants auprès du public sur les bienfaits de l activité physique et sportive sur la santé Exemple d actions : campagnes d information à l égard des professionnels de santé, Unions Régionales de Professionnels de Santé (U.R.P.S), médecins du travail Renforcer les compétences des intervenants auprès du public sur l approche «santé activité physique» Exemple d actions : promouvoir l activité physique auprès des agents publics (Préfecture, Grand Nancy, ARS) dans une logique de santé au travail formation des professionnels des organismes à l approche «jeunes activité physique» Renforcer les connaissances des habitants du Grand Nancy sur les offres d activités physiques de droit commun Exemple d actions : améliorer la communication autour de l offre sportive existante du Grand Nancy via différents supports (dont les nouvelles technologies/appli smartphones, portail internet des partenaires /U.R.P.S.) Renforcer les attitudes et aptitudes favorables à la pratique d activité physique des publics Exemple d actions : ateliers découverte d activités physiques, notamment chez les jeunes, groupes de «marcheurs» en lien avec les espaces verts former, informer aux bienfaits d une activité physique encourager les modes de déplacements actifs

19 Développer la confiance des personnes en difficulté dans leur capacité à faire de l activité physique, notamment au sein des établissements sociaux (Centre d Hébergement et de Réinsertion Sociale CH.R.S., Centre d Accueil de Demandeurs d Asile C.A.D.A.) Exemples d actions : mise en place d activités adaptées aux publics hébergés en établissements sociaux de l agglomération formations des professionnels accompagnant ces personnes dans ces structures Rapprocher l offre d activités physiques traditionnelle de ces publics (clubs, structures municipales) Objectif stratégique Renforcer l adoption de comportements alimentaires favorables à la santé et adaptés selon l âge Objectifs spécifiques Développer la formation des professionnels de l aide à domicile et aidants naturels à la nutrition (équilibre alimentaire, activité physique ) Exemple d actions : formation dans les restaurations collectives, scolaires projet Nutrition avec l U.R.P.S. pharmaciens Renforcer les attitudes et aptitudes des habitants à une alimentation équilibrée, et notamment dans les quartiers et les lieux de vie des étudiants Exemple d actions : programme «boire, manger, bouger» en lien avec le C.R.O.U.S., l Université à destination des populations étudiantes programme nutrition dans les quartiers en lien avec les épiceries solidaires programme nutrition auprès des élèves, collégiens, lycéens, en lien avec les C.E.S.C. Rendre l offre de fruits et légumes plus accessible Exemple d action : faire connaître les épiceries solidaires, les marchés 19

20 Objectif stratégique Lutter contre les conduites addictives et les prises de risques liées, chez les jeunes et les moins jeunes Objectifs spécifiques Renforcer les connaissances et compétences des intervenants auprès du public sur les conduites addictives (consommations de produits ou non) Exemple d action : organiser des formations pour ces relais (connaissance des dépendances, des produits, travail sur les représentations ) Améliorer la lisibilité des acteurs de l agglomération intervenant dans le champ des conduites addictives (Centre de Soins d Accompagnements et de Prévention en Addictologie - C.S.A.P.A., maison des adolescents...) auprès des professionnels et des bénévoles Exemple d actions : formations pluridisciplinaires, rencontres-échanges Renforcer la coordination de leurs actions Exemple d actions : rencontres-échanges, formations Renforcer les attitudes et aptitudes des publics contre les conduites addictives : en milieu scolaire : classes de jonction : CM2-6 e, 3 e -Seconde en milieu sportif et de loisir : club sportif, M.J.C. envers les étudiants : en lien avec les associations d étudiants envers les femmes enceintes Exemple d actions : programme «faites la fête» à destination des étudiants : journée de formation sur les comportements à risque et les addictions pour les étudiants développer des programmes d actions d information et de repérage auprès des femmes enceintes en privilégiant l information systématique des couples, le dépistage du tabagisme et une aide au sevrage, la formation des professionnels afin qu ils soient en mesure d aborder la question des consommations

21 Objectif stratégique Développer les actions de réductions des risques pour les publics toxicomanes et en situation de précarité Objectifs spécifiques Renforcer les attitudes et aptitudes des personnes pour l adoption des comportements favorables Exemple d action : ateliers de valorisation et d estime de soi (auprès des femmes ) Développer le partenariat entre les organismes intervenant dans la réduction des risques (Centres d Accueil et d Accompagnement à la Réduction des Risques pour les Usagers de Drogues et C.S.A.P.A.) et les acteurs sociaux (Centre d Hébergement et de Réinsertion Sociale, Centre de Demandeurs d Asile) Exemple d action : formation pluridisciplinaire, rencontres-échanges (réseau «hébergement-addictions») 21

22 Objectif stratégique Proposer un environnement favorable à la santé aux habitants du Grand Nancy L exposition à des conditions environnementales défavorables est un facteur de risque identifié en termes d impact sur la santé. Il convient donc d améliorer l information de la population mais également de limiter l exposition aux risques connus. Objectifs spécifiques Renforcer les mesures d informations auprès des populations Exemple d actions : protocoles en cas d alerte de pics de pollution (via les professionnels de santé...) information sur l exposition au radon mise en place d un dispositif d alerte, de gestion, de communication en cas de contamination de l eau du réseau public Renforcer les compétences des professionnels, bénévoles sur les enjeux de santé-environnement, notamment de la qualité de l air, un des objectifs du Programme Régional de Santé Environnement (P.R.S.E.) Exemple d action : dans l habitat : former les relais sur la qualité de l air intérieur, en lien avec le 6 e Programme Local de l Habitat Durable du Grand Nancy (P.L.H.D.). Sensibiliser les publics aux risques d exposition au bruit, en particulier, en lien avec le Plan de Prévention du Bruit dans l Environnement Sensibiliser les jeunes à l impact de la musique amplifiée Renforcer le répérage et le traitement des situations d habitat indigne et non décent, en lien avec le 6 e Programme Local de l Habitat Durable du Grand Nancy Garantir un fonctionnement de qualité du circuit existant de collecte et d élimination des déchets d activité de soins à risques infectieux pour usagers auto-administrés

23 PRIORITé 2 AMéLIORER L ACCèS à l OFFRE DE SANTé POUR TOUS LES HABITANTS DU GRAND NANCY Certaines personnes peuvent présenter de réelles difficultés d accès à la santé. Une enquête menée en région Lorraine par l ARS en fin d année 2010, auprès des acteurs de la région en lien avec les personnes en difficulté, a permis de mettre en évidence les obstacles : les conditions de vie et les évènements de vie ; les freins d ordre économique ; les pratiques des professionnels de santé et sociaux ; l organisation des institutions. 23

24 Objectif stratégique Améliorer l accès aux soins de premiers recours, notamment pour les populations les plus fragiles. Objectifs spécifiques Accompagner les projets de santé pluri-professionnels dans les quartiers populaires. Exemple d actions : apport de soutiens méthodologiques aux projets pluri professionnels développement de l éducation Thérapeutique du Patient Développer la connaissance et la prise en compte des besoins spécifiques des personnes en situation de fragilité par les professionnels de santé de premier recours Exemple d actions : former les professionnels de santé de ville à la prise en charge des publics en situation de précarité, notamment administratives dispositif expérimental «C.P.A.M. officine» Améliorer l accès aux soins dentaires des publics en situation de fragilité et/ou précarité Exemple d action : création d une Permanence d Accès aux Soins (P.A.S.S.) dentaire en lien avec les dispositifs existants et en articulation avec l Université (faculté dentaire) A ce jour, seule une offre de soins dentaires pour les plus démunis a été créée, à l initiative de Médecins du Monde mais n est pas en capacité de répondre aux besoins. Conforter et développer le suivi et les soins des personnes en situation d exclusion dans leur lieu de vie Les personnes très éloignées du système de santé, pour qui la santé n est pas une priorité, ont des difficultés à accéder aux soins et à poursuivre, dans la durée, une démarche entamée. Elles ont besoin d accompagnement. Sur le territoire, dans le prolongement des travaux de coordination déjà engagés par le C.H.U. auprès des structures sociales ou médico-sociales du secteur, une réflexion est engagée sur la nécessité de développer une approche «santé» dans les milieux de vie des personnes les plus marginalisées. Exemple d actions : créer une équipe mobile précarité de soins améliorer la connaissance des professionnels de santé de premier recours (médecins, pharmaciens...) vis-à-vis des dispositifs sociaux et de logement (ex : Service d Accueil et Orientation )

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ,

CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015. entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, CONVENTION TRIENNALE D OBJECTIFS POUR LES QUARTIERS POPULAIRES 2013 / 2015 entre LA MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ, LA MINISTRE DÉLÉGUÉE AUX PERSONNES AGÉES ET A L AUTONOMIE, LA MINISTRE

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DU COMITÉ INTERMINISTÉRIEL DES VILLES (SGCIV) SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Référentiel national des ateliers santé ville (ASV) NOR : ETSP1230189X SOMMAIRE INTRODUCTION I. ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

Feuille de route 2013 Territoire de santé de Maine-et-Loire (49)

Feuille de route 2013 Territoire de santé de Maine-et-Loire (49) Feuille de route Version du 8 février Enjeux pour le territoire Le PRS a été arrêté le 9 mars 0 par la Directrice Générale de l ARS. La feuille de route territoriale décrit les actions essentielles conduites

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET POUR L INCLUSION SOCIALE

PLAN PLURIANNUEL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET POUR L INCLUSION SOCIALE PRÉFET DE L ORNE PLAN PLURIANNUEL DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET POUR L INCLUSION SOCIALE SYNTHÈSE DÉPARTEMENTALE Département de l Orne 27 septembre 2013 SOMMAIRE Méthodologie retenue Eléments de repères

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais

Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Vendredi 3 octobre 2014 Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des rennais Convention de partenariat pour l accès aux droits, aux soins et à la prévention des

Plus en détail

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC SANTÉ DANS LE CADRE D UN CONTRAT LOCAL DE SANTÉ SUR LA VILLE DE BRIANCON Etape E : recueil du positionnement des partenaires institutionnels Vincent BAUDOT Septembre 2014 Société

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE Entre Le président de la Communauté d'agglomération de Marne et Chantereine,

CONTRAT LOCAL DE SANTE Entre Le président de la Communauté d'agglomération de Marne et Chantereine, CONTRAT LOCAL DE SANTE Entre Le président de la Communauté d'agglomération de Marne et Chantereine, Le Préfet De Seine Et Marne Et Le Directeur Général de L'Agence Régionale de Santé Ile-de-France, Préambule

Plus en détail

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Préparation des contrats de ville Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Contenu des contrats de ville 3 piliers Cohésion sociale Cadre de vie et renouvellement urbain (y compris hors NPNRU) Développement

Plus en détail

Fiche presse. Signature des Contrats Locaux de Santé II de la Ville et de l Eurométropole de Strasbourg. Présentation des CLS II

Fiche presse. Signature des Contrats Locaux de Santé II de la Ville et de l Eurométropole de Strasbourg. Présentation des CLS II Fiche presse Signature des Contrats Locaux de Santé II de la Ville et de l Eurométropole de Strasbourg. Présentation des CLS II Les Contrats Locaux de Santé sont des outils territoriaux qui permettent

Plus en détail

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS

Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Aides financières pour les patients de moins de 60 ans atteints de maladie chronique Véronique LACROIX FRANCOIS Définition Qu est ce qu une pathologie chronique? «C est une maladie de longue durée, évolutive,

Plus en détail

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais

La place de l usager dans le projet de santé de territoire du sud ouest mayennais santé de territoire du sud ouest BRIGITTE DALIBON, REPRÉSENTANTE DES USAGERS JULIE GIRARD, ANIMATRICE DU CONTRAT LOCAL DE SANTÉ Page 2 DES ACTEURS FÉDÉRÉS AUTOUR D UN PROJET DE SANTÉ DE TERRITOIRE DU PAYS

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

Contrat Local de Santé de Reims. Point d'avancement des actions au 20 février 2015

Contrat Local de Santé de Reims. Point d'avancement des actions au 20 février 2015 Point d'avancement des actions au 20 février 2015 Axe 1 : Santé Environnement N FICHE PORTEUR INTITULE OBJECTIFS PUBLIC VISE OPERATIONNEL FINANCIER 1.1 Mise en action du Conseiller Médical en Environnement

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours

Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé. Tours Contribution de la Mutualité Française Centre à la Stratégie Nationale de Santé Tours Débat régional du 13 février 2014 Chantier n 1 du programme Gaspar : développer les conventionnements tiers payant

Plus en détail

Panorama Synthétique. Social et Culturel

Panorama Synthétique. Social et Culturel Panorama Synthétique Social et Culturel Secteur Social Le domaine de l action sociale regroupe l ensemble des politiques, institutions, professionnels, moyens et prestations qui concourent à la cohésion

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles

Soutenir le développement durable des quartiers sensibles FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REGIONAL (FEDER) AQUITAINE PROGRAMME OPERATIONNEL REGIONAL 2007-2013 Soutenir le développement durable des quartiers sensibles Cahier des charges de l appel à projet régional

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne FIR Fonds d Intervention Régional Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne SOMMAIRE 1 2 3 4 5 6 Les dépenses engagées par thématique L accès aux soins La modernisation, la performance

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique

Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Point d'avancement sur l'étude de faisabilité : Etat des lieux sanitaire et sociodémographique Contexte Présentation de l étude Protocole Réalisation de l étude pilote Le contexte Contexte Contexte réglementaire

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne RE ACCES AUX DROITS N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX 2014 as MAIA région mulhousienne SOMMAIRE ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Formation Missions ARTICULATION GESTIONNAIRE DE CAS / ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CESER

CONTRIBUTION DU CESER CONTRIBUTION DU CESER à l élaboration du Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles Cette contribution a été élaborée par la Commission «Éducation Formation» qui a tenu quatre

Plus en détail

Newsletter du Pôle. Les activités du dernier trimestre. Septembre 2014 N 2. Le Pôle, petit rappel page 2. Les formations du dernier trimestre page 4

Newsletter du Pôle. Les activités du dernier trimestre. Septembre 2014 N 2. Le Pôle, petit rappel page 2. Les formations du dernier trimestre page 4 Newsletter du Pôle Le Pôle, petit rappel page 2 Les formations du dernier trimestre page 4 Un accompagnement méthodologique page 6 Les activités du dernier trimestre Les activités documentaires page 7

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle

Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle Inégalités sociales de Santé Propositions du SMG dans le cadre de la discussion conventionnelle Le constat Des études de plus en plus nombreuses (1) (2) montrent que les déterminants socioéconomiques ont

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

ENQUETE DOMICILIATION 2013

ENQUETE DOMICILIATION 2013 Etat des lieux de la domiciliation des personnes sans domicile stable ENQUETE DOMICILIATION 2013 ETAT DES LIEUX DE LA DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE BILAN ANNUEL 2013 DIRECTION GENERALE

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé

Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre. Salon des formations en promotion de la santé Fédération Régionale des Acteurs FRAPS Pôle de compétence en promotion de la santé région Centre en Promotion de la Santé en Région Centre Salon des formations en promotion de la santé Mardi 20 janvier

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem

DOSSIER DE PRESSE. Les dates clés de la Coddem 6 ème séance plénière lundi 14 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE La commission départementale de la démographie médicale : l instance incontournable en Lot-et-Garonne pour mettre en place un nouvel exercice

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule.

Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. ANNEXE FICHE 10 : NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE Le niveau 3 - alerte canicule correspond à une vigilance météorologique orange pour le paramètre canicule. I. MESURES PRISES AU NIVEAU 3 - ALERTE CANICULE 1.

Plus en détail

Contribution de Médecins du Monde

Contribution de Médecins du Monde Contribution de Médecins du Monde Conférence nationale de lutte contre la pauvreté et les exclusions des 10 et 11/12/12 Thématique Hébergement / logement Cette contribution fait suite à la participation

Plus en détail

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Préambule La convention de mixité sociale est prévue à l article 8 de la loi de Programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, nathalie.perpinial@fehap.fr, 06 74 72 73 78 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle

Plus en détail

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE

GRILLE DE PROGRAMMATION DE L UNITÉ SENIORS ACTIFS VERSION INTERMÉDIAIRE Le cadre de planification proposé par l unité de concertation «Seniors actifs 1» comprend : - six objectifs spécifiques à atteindre endéans les cinq ans ; - une série d objectifs intermédiaires, à initier

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL

CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL CONTRAT LOCAL DE SANTE DE MONTFERMEIL Contrat de préfiguration 2012 Sommaire PREAMBULE -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------5

Plus en détail

Méthodologie des jardins d éveil

Méthodologie des jardins d éveil Méthodologie des jardins d éveil Conformément à l engagement du Président de la République, 200 000 offres d accueil du jeune enfant seront crées d ici à 2012 pour répondre aux besoins de l ensemble des

Plus en détail

SOMMAIRE 3.4 AUGMENTER LA CULTURE DU «SIGNALEMENT» ET DU RISQUE CHEZ LES ACTEURS DE SANTE, LES ACTEURS 2/164 POPULATION... 11

SOMMAIRE 3.4 AUGMENTER LA CULTURE DU «SIGNALEMENT» ET DU RISQUE CHEZ LES ACTEURS DE SANTE, LES ACTEURS 2/164 POPULATION... 11 SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 5 2 ENJEUX EN LIEN AVEC LES PRINCIPES DU PSRS... 8 2.1 REDUIRE LES INEGALITES SOCIALES ET TERRITORIALES DE SANTE... 8 2.2 FAVORISER L INTEGRATION DE LA PREVENTION DANS LES PARCOURS

Plus en détail

SYMPOSIA 11. Thursday, September 12 th. Room : Salle des conférences à 15h00

SYMPOSIA 11. Thursday, September 12 th. Room : Salle des conférences à 15h00 SYMPOSIA 11 «Offre et accès au système de soins» Thursday, September 12 th Room : Salle des conférences à 15h00 ANISSA AFRITE Town : PARIS, France Job Title : CHARGEE DE RECHERCHE - STATISTICIENNE Company

Plus en détail

Renforcer la mobilisation du droit commun

Renforcer la mobilisation du droit commun Dossier ressources Comprendre le droit commun pour le renforcer dans les quartiers Dans son article 1 er, la loi pour la ville et la cohésion urbaine précise : «La politique de la ville mobilise et adapte,

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Maison ou un Pôle de santé

Maison ou un Pôle de santé Les 4 points clés pour créer une Maison ou un Pôle de santé pluri-professionnel De nouveaux modes d exercice coordonné et regroupé : L exercice médical dans les villes et dans les campagnes est aujourd

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA

Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA Faciliter le parcours des personnes âgées en risque de perte d autonomie : les projets PAERPA Sommaire Enjeux et objectifs Anticiper une réalité démographique et organiser le parcours de santé autour d

Plus en détail

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration

18 e. Projet de territoire. Quartier Goutte d or. Délégation à la Politique de la Ville et à l Intégration Projet de territoire Quartier Goutte d or 18 e Depuis plusieurs années, les quartiers populaires parisiens font l objet d une attention particulière. Dans le cadre d un projet global conduit par Gisèle

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Problématique : la mutualisation comme solution pour le maintien des services publics en milieu rural

Problématique : la mutualisation comme solution pour le maintien des services publics en milieu rural Évaluation de la politique de soutien du CPER 2007-2013 de la région Centre aux Maisons des services publics, Relais services publics et leur articulation avec les autres entrées de service sur le territoire

Plus en détail

Schéma Régional d Organisation des Soins VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE

Schéma Régional d Organisation des Soins VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE SOMMAIRE 1.DIAGNOSTIC REGIONAL DE LA DELIVRANCE DU MEDICAMENT EN AMBULATOIRE... 3 1.1.Les modes d ouverture d une pharmacie... 3 1.2.Le

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

Partenaires de l Assurance Maladie

Partenaires de l Assurance Maladie Partenaires de l Assurance Maladie 1 - Convention de partenariat entre le Centre Communal d Action Sociale de Saint Etienne du Rouvray & La Caisse Primaire d Assurance Maladie Rouen-Elbeuf-Dieppe Seine-Maritime

Plus en détail

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape

Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Le Plan cancer 2009-2013 en France : pilotage et bilan d étape Symposium Plan cancer Bruxelles, 26 novembre 2012 Catherine Morin, responsable du suivi du Plan cancer - INCa Sommaire de la présentation

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Dispositions déclarées contraires à la Constitution :

Dispositions déclarées contraires à la Constitution : Loi n 2011-940 du 10 août 2011 modifiant certaines dispositions de la loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires Texte définitivement

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail