Guide de l'achat immobilier en. Suisse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide de l'achat immobilier en. Suisse"

Transcription

1 Guide de l'achat immobilier en Suisse

2 Sommaire Achat d'un bien immobilier en Suisse 2 Restrictions applicables à l'acquisition d'un bien immobilier en Suisse 4 Implications fiscales d'une élection de résidence et droits de succession 5 Achat d'une résidence secondaire par des non-résidents 6 Achat d'un bien immobilier commercial 7 Financement et structuration de l'achat immobilier 8 Procédure d'achat d'un bien immobilier en Suisse 9 Acheter un bien en Suisse 10 Contact 12 L'achat d'un bien immobilier en Suisse Nos clients envisagent d'acquérir un bien immobilier en Suisse pour de nombreuses raisons : style de vie, qualité de vie, tourisme, résidence permanente, éducation, déménagement professionnel, investissement et sécurité. Ce document a été rédigé sous forme de guide destiné aux acheteurs potentiels de biens immobiliers en Suisse. Il n'a pas pour vocation de fournir ni de remplacer les conseils juridiques qu'il convient d'obtenir auprès d'un professionnel et n'a aucun effet contractuel. 2 Guide de l achat immobilier en Suisse

3 Suisse Tous les motifs d'achat d'un bien immobilier ont des effets différents d'un point de vue fiscal et juridique, mais également en termes de succession, de structuration financière et de répartition d'actifs. En outre, les coûts d'acquisition, de possession et de vente varient selon le cas. La stabilité politique, juridique et économique de la Suisse et la constance du franc suisse (CHF) sont les principales raisons qui motivent un investissement solide et pérenne dans le patrimoine immobilier suisse, sans compter l'excellente qualité de vie offerte par le pays avec son faible taux de criminalité et ses constructions remarquables, son système éducatif de qualité et ses structures médicales d'excellence. La procédure d'acquisition, de possession et de vente de biens immobiliers ainsi que leur fiscalité sont majoritairement régies par les lois cantonales et communales. Les informations rassemblées ci-après par l'agence Transforma Consulting fournissent une présentation générale de ce système juridique complexe. En pratique, chaque transaction doit être analysée en application des lois et réglementations locales et au regard du conseil d'un expert. Guide de l achat immobilier en Suisse 3

4 2. Restrictions applicables à l'acquisition d'un bien immobilier en Suisse Selon la loi fédérale relative à l'acquisition de biens immobiliers par des personnes étrangères (également dénommée «Lex Koller/LFAIE»), l'achat d'un bien immobilier résidentiel en Suisse par des citoyens étrangers est soumis à restrictions. Au regard des accords bilatéraux conclus entre l'union européenne et la Suisse, la législation suisse favorise l'achat de biens immobiliers par des citoyens européens. En résumé, l'achat d'un bien immobilier est subordonné aux conditions suivantes : Interdit Système de quotas Sans restriction Un seul bien immobilier pour résidence principale Sans restriction Sans restriction Achat de bien immobilier résidentiel hors des zones de résidence secondaire désignées, par un citoyen étranger non-résident Achat d'une résidence secondaire par une personne non titulaire d'un permis de séjour Achat de bien immobilier résidentiel par un citoyen d'un pays membre de l'ue/aele titulaire d'un permis de séjour (B ou C) Achat de bien immobilier résidentiel par un citoyen d'un pays non membre de l'ue titulaire d'un permis de séjour temporaire (B) Achat de bien immobilier résidentiel par un citoyen d'un pays non membre de l'ue titulaire d'un permis de séjour permanent (C) Bien immobilier commercial 4 Guide de l achat immobilier en Suisse

5 3. Implications fiscales d'une élection de résidence et droits de succession 3.1 Différence entre citoyenneté européenne et non européenne en ce qui concerne le permis de séjour Comme indiqué dans la deuxième partie de ce guide, l'achat de biens immobiliers résidentiels en Suisse par des citoyens européens (titulaires d'un permis B ou C) n'est soumis à aucune restriction. Les citoyens de pays non membres de l'ue sont contraints d'obtenir le statut de résident permanent (permis C) pour pouvoir acheter un bien immobilier résidentiel différent de leur résidence principale. 3.2 Achat et vente de biens immobiliers en tant que résident À l'exception de Zurich et de Schwytz, tous les cantons prélèvent un droit de mutation sur le prix d'achat ou la valeur fiscale du bien. Dans la plupart des cantons, l'acheteur est assujetti aux droits de mutation tandis que, dans certains cantons, la moitié de cette taxe est payée par l'une ou les deux parties, selon les termes du contrat d'achat. Le taux des droits de mutation est calculé différemment dans chaque canton et varie en général de 0,5 % à 3 % environ des prix d'achat. La majeure partie des cantons prélève également un droit de cadastre équivalent à quelques dixièmes d'un pourcent, pouvant aller jusqu'à 1 % dans certains cas exceptionnels. Dans certains cantons, le notaire facture ses services à l'heure quand, dans d'autres, les honoraires sont calculés en fonction d'un pourcentage équivalent à quelques dixièmes d'un pourcent du prix d'achat. Traditionnellement, tous les honoraires d'agence immobilière sont réglés par le vendeur, sauf accord contraire conclu au préalable ou dans le cas où l'acheteur signe un mandat d'étude sollicitant un service d'étude sur mesure. 3.3 Implications fiscales d'une élection de résidence En général, le permis B a pour conséquence, entre autres, de conférer à son titulaire le statut de résident fiscal en Suisse, conformément aux lois suisses. Selon la loi fiscale suisse, les revenus et le patrimoine internationaux sont imposables en Suisse et doivent être déclarés. Le prélèvement des impôts s'opère au niveau fédéral, cantonal et communal. Aussi, le taux des impôts est progressif et varie d'une commune à l'autre. Le taux d'imposition maximum le plus bas est d'environ 20 % et le plus élevé d'environ 42 %. Outre les revenus internationaux, une estimation de la valeur locative du patrimoine immobilier suisse est imposable au titre des revenus perçus en Suisse. En revanche, les coûts d'entretien et les intérêts hypothécaires sont entièrement déductibles des revenus imposables. Les biens mobiliers et immobiliers internationaux situés en Suisse sont assujettis à l'impôt sur la fortune cantonal ou communal. L'impôt sur la fortune est prélevé sur l'actif net et, en conséquence, les prêts hypothécaires et autres emprunts sont déduits de la valeur fiscale des biens. L'actif net est imposé à un taux progressif, avec un plafond compris entre 0,1 % et 1 % environ, selon le taux d'imposition cantonal ou communal. 3.4 Montant forfaitaire Les citoyens étrangers n'exerçant aucune activité lucrative en Suisse bénéficient, dans un grand nombre de cantons, d'un système d'imposition indexé sur la valeur locative (impôt généralement calculé en multipliant par 7 la valeur locative annuelle) du bien situé sur le sol suisse et sur le coût de la vie. Ce système ne tient pas compte des revenus internationaux du client. En outre, les autorités fiscales exigent une charge fiscale minimale d'au moins CHF pour accorder un impôt forfaitaire dans le cas d'un bien immobilier à valeur fiscale relativement faible. Cet impôt forfaitaire (Pauschalbesteuerung, forfait fiscal, tassazione globale) fait actuellement l'objet de contestations par plusieurs mouvements fédéraux et cantonaux et pourrait bientôt se voir abroger au lendemain des votations fédérales prévues en Succession pour les résidents suisses Dès lors que la résidence suisse est considérée comme une résidence principale en vertu des principes fiscaux et de droit privé internationaux applicables en Suisse, la succession est soumise aux règles et impôts suisses. Le droit successoral suisse prévoit des principes de réserve héréditaire applicables aux parents directs. Le droit privé international suisse autorise les étrangers à «se désengager» lorsque les dernières volontés et les testaments relèvent d'une autre législation. Les impôts sur les donations et les droits de succession sont actuellement prélevés uniquement à l'échelon cantonal et communal. Dans la plupart des cantons, aucun impôt n'est appliqué entre conjoints et descendants directs. Si certaines lois fiscales cantonales ne prélèvent aucun impôt sur les donations et/ou droit de succession, d'autres imposent néanmoins ce type de taxes à hauteur d'environ 40 % au maximum pour les personnes sans lien familial. Le passage des droits de succession cantonaux à une taxe fédérale de 20 % pour les successions d'un montant supérieur à 2 millions CHF fera l'objet d'une votation en 2014 ou Guide de l achat immobilier en Suisse 5

6 4. Achat d'une résidence secondaire par des nonrésidents 4.1 Conditions Selon la Lex Koller, l'achat d'une résidence secondaire est subordonné aux conditions suivantes : JU BS SO BL AG wautorisation d'achat délivrée par les autorités compétentes wuniquement au sein d'une commune touristique (village) NE BERNE LU wsuivant le quota annuel de permis pour chaque canton/commune (village) BE OW wpour un usage privé uniquement. Le propriétaire est autorisé à louer son bien uniquement de façon périodique et non permanente VD FR Grindelwald Meiringen w200 m 2 maximum de surface habitable formelle (dans certains cas, cette limite peut aller jusqu'à 250 m 2 ) w1 000 m 2 maximum de terrain (dans certains cas, cette limite peut aller jusqu'à m 2 ) Dans l'ensemble de la Suisse, seulement autorisations d'achat de résidence secondaire sont accordées chaque année à des non-résidents. Le gouvernement suisse attribue les quotas régionaux en fonction du nombre d'installations touristiques et de nouveaux développements ainsi que de la proportion de terrain. Les cantons du Valais, des Grisons, de Berne, du Tessin et de Vaud se voient attribuer entre 140 et 330 autorisations chacun, quand les autres cantons en reçoivent moins de 100. Si l'acheteur/vendeur a acquis son patrimoine en tant que «personne étrangère» sous le régime des quotas, aucune nouvelle autorisation ne sera requise et l'achat ne relève pas du quota actuel. 4.2 Implications fiscales de l'achat Les conséquences fiscales de l'achat et la vente d'un bien immobilier résidentiel sont exposées au point Implications fiscales de la possession d'une résidence secondaire En Suisse, la valeur de chaque bien est soumise à une estimation régulière opérée par les autorités communales ou cantonales afin de déterminer la valeur locative estimative associée à l'impôt sur le revenu et la valeur fiscale associée à l'impôt sur la fortune. Dès lors qu'il possède un bien immobilier en Suisse, le propriétaire est personnellement assujetti à l'impôt sur le revenu et la fortune en rapport avec le bien. Habituellement, GE GENÈVE Lac Léman Riviera vaudoise les résidences secondaires sont imposées en fonction de leur valeur locative estimée et de leur valeur fiscale calculées sur la base des taux applicables aux revenus et patrimoines internationaux. À des fins de simplicité, les autorités fiscales peuvent accepter d'appliquer les taux d'imposition maximum sans déclaration des revenus et du patrimoine internationaux. Les taux d'imposition sont identiques à ceux des résidents fiscaux suisses (cf. point 3.3). Certains cantons imposent également une taxe forfaitaire applicable aux résidences secondaires. Généralement, les intérêts hypothécaires et les coûts d'entretien ne sont pas déductibles. Vevey Montreux 4.4 Implications fiscales de la vente Dans certains cantons, une vente est autorisée uniquement à expiration d'une période de possession minimale (généralement 5 ans). La plus-value est imposée au niveau cantonal et, dans certains cantons, au niveau communal. Les taux d'imposition sont progressifs en fonction du montant de la plus-value réalisée et de la période de possession, et varient de 10 % à 50 % environ. Villars Chateau D'Oex Gstaad Les Diablerets Lenk Veysonnaz/Nendaz Verbier Adelboden Leukerbad Crans Montana VS Zermatt 4.5 Succession d'une résidence secondaire Dans la mesure où l'autorisation d'acquisition d'un bien immobilier par une personne non résidente est accordée au bien et non à la personne, selon la Lex Koller, aucune nouvelle autorisation n'est requise pour les donations ou les successions pourvu que le bénéficiaire ne possède aucune résidence secondaire en Suisse. En général, les successions provenant de résidents étrangers décédés ne relèvent pas du droit successoral suisse. Toutefois, les lois suisses peuvent s'appliquer au changement de propriétaire d'un bien. En outre, en Suisse, le patrimoine immobilier est assujetti aux droits de succession cantonaux (sous réserve des circonstances particulières de chaque cas ; il convient ici de solliciter le conseil d'un professionnel). 6 Guide de l achat immobilier en Suisse

7 NW SH ZG UR ZH ZURICH Weggis Engelberg Andermatten Lake Maggiore SZ TI Locarno/Ascona Morcote TG GL LUGANO SG Flims/Laax AR Lenzerheide Lake Lugano AI Klosters Davos Arosa GR Zuoz Samedan St Moritz Pontresina Scuol Principales zones touristiques de Suisse Suisse romande wchâteau-d Oex wcrans-montana wles Diablerets wmontreux/vevey wneuchâtel wverbier wvillars wveysonnaz Suisse allemande wadelboden wandermatten warosa wdavos wengelberg wflims/laax wgrindelwald wgstaad wklosters wlenk wlenzerheide wleukerbad wmeiringen wpontresina wsamedan wscuol wst. Moritz wweggis wwengen wzermatt wzuoz Suisse italienne* wascona wlocarno wlugano wmorcote 4.6 Restrictions applicables à la construction de nouvelles résidences secondaires depuis le 1 er janvier 2013 En mars 2012, l'initiative Franz Weber a été acceptée par la population suisse en vue de limiter la construction de nouvelles résidences secondaires dans les régions touristiques à un maximum de 20 % de la zone constructible de la commune. Cette limite est actuellement dépassée dans plus de 500 communes touristiques. Par conséquent, aucun nouveau permis de construire n'est accordé, à l'exception de ceux à l'usage des résidents permanents. Cette mesure laisse entrevoir une augmentation potentielle de la valeur des résidences secondaires en raison d'une forte réduction de disponibilité à prévoir au cours des cinq prochaines années. 5. Achat d'un bien immobilier commercial L'achat d'un bien immobilier commercial n'est pas soumis à restrictions pour les étrangers ; aussi, aucun permis de séjour ou autorisation d'achat n'est requis. Le bien peut être utilisé aux fins de l'activité professionnelle du propriétaire ou être proposé en location à des fins lucratives. Il est également possible d'acquérir un bien immobilier commercial à seule fin de placement. *L'achat par des non-résidents est possible dans l'ensemble de cette région. N'hésitez pas à nous contacter pour obtenir des informations concernant une région spécifique. Les frais et procédures d'achat d'un bien commercial sont relativement similaires à ceux applicables à l'achat d'un bien immobilier résidentiel. Il est possible d'opérer un placement indirect par le biais d'une entreprise, d'une société de gestion ou d'une fondation suisse ou étrangère et, dans certains cas, un tel placement est conseillé à des fins de planification fiscale, juridique ou successorale. Guide de l achat immobilier en Suisse 7

8 6. Financement et structuration de l'achat immobilier 6.1 Actifs ou emprunt Il est possible de financer l'acquisition par un paiement comptant. Les banques accordent généralement des prêts hypothécaires équivalant à 80 % au maximum de la valeur du bien, déterminée selon leur propre estimation. Pour les biens immobiliers de luxe et les résidences secondaires, les financements hypothécaires sont généralement octroyés à hauteur de 60 % au maximum. Les taux d'intérêts pratiqués en Suisse comptent parmi les plus bas d'europe. 6.2 Achat via une structure de type société suisse, entité étrangère ou une société de gestion/fondation Seul le propriétaire bénéficiaire est habilité à acquérir une résidence secondaire. Les couples mariés sont autorisés à acquérir une seule résidence secondaire en Suisse. L'achat d'une résidence secondaire par les enfants du propriétaire est autorisé, pourvu que lesdits enfants soient âgés de plus de 18 ans et utilisent leurs propres actifs. L'achat d'un bien immobilier résidentiel en tant que résidence principale est habituellement opéré par les titulaires de permis B ou C. Dans certains cas, le propriétaire légal du bien immobilier peut être une entité suisse ou étrangère, mais le propriétaire bénéficiaire principal doit être titulaire d'un permis B ou C. L'achat via une société de gestion ou une fondation est possible à condition que le propriétaire bénéficiaire de la structure soit habilité à posséder un bien immobilier en Suisse. L'acquisition de biens immobiliers commerciaux ou résidentiels par une personne morale suisse ou étrangère à des fins de placement est fréquente. Le choix de la structure et de sa juridiction dépend principalement de la résidence du propriétaire bénéficiaire, du financement et de la durée du placement. 8 Guide de l achat immobilier en Suisse

9 7. Procédure d'achat d'un bien immobilier en Suisse 7.1 Étapes d'achat En premier lieu, l'acheteur doit évaluer la possibilité d'acheter le bien qui l'intéresse en tant que résidence secondaire, ou s'il est uniquement possible de l'acquérir en tant que résidence principale avec permis de séjour. (cf. section 4). Pour acquérir une résidence secondaire, il est nécessaire de déposer une demande d'achat auprès des autorités compétentes. En fonction des quotas restants pour l'année en cours, l'autorisation sera accordée dans un délai de quelques mois ou dans le courant de l'année suivante. L'achat d'un bien à des fins d'élection de résidence pourra être finalisé uniquement après la délivrance d'un permis de séjour. En cas de demande d'autorisation d'achat de résidence secondaire ou d'un permis de séjour, il est possible d'établir une lettre d'intention ou de conclure un contrat d'achat provisoire entre le vendeur et l'acheteur en guise de première étape. En général, ce type de contrat est limité dans le temps et le paiement d'une commission de réservation est exigible par le vendeur. L'achat se fait par la signature d'un acte authentique devant notaire. 7.2 Documents requis pour la procédure d'achat Le notaire demandera les documents suivants afin de formaliser le contrat d'achat : wautorisation d'achat d'une résidence secondaire délivrée par le canton wpermis de séjour pour résidence principale wconfirmation du financement de l'achat par une banque suisse wpasseport du propriétaire bénéficiaire wautorisation permettant au notaire de retenir sur le prix d'achat les frais et taxes associés à la transaction 7.3 Durée L'achat peut être finalisé dans un délai de 2 à 6 mois, selon les formalités requises. Le transfert de propriété est effectif seulement au moment de l'enregistrement au cadastre du nouveau propriétaire. Guide de l achat immobilier en Suisse 9

10 ACHETER UN BIEN EN SUISSE Ci-après sont présentés trois exemples d'achat, de possession et de vente d'un bien en Suisse. Les frais varient d'un canton à un autre, voire d'une commune à une autre dans certains cantons. En outre, les taxes et les frais sont parfois différents pour les résidents et les non-résidents. Les impôts sur le revenu et la fortune sont progressifs et varient selon la commune et le canton. Les trois exemples suivants sont fournis à titre indicatif afin de vous aider à comprendre les différents systèmes. ACHETEUR PROPRIÉTAIRE vendeur ACHAT À GENÈVE RÉSIDENT À GENÈVE VENTE À GENÈVE Coûts de transaction whonoraires de notaire : 0,2145 % au total wtaxe sur les transactions : 3 % wfrais d'enregistrement foncier : 0,25 % wautres coûts : CHF wenregistrement ou reprise de prêt hypothécaire : 1 % du montant du prêt Coûts annuels (calculés sur des biens évalués à 10 millions CHF) wvaleur locative estimée à CHF imposée avec les autres revenus à un taux d'imposition maximum d'environ 40 % wvaleur fiscale de 10 millions CHF imposée avec le reste du patrimoine à un taux d'imposition maximum d'environ 1 % Coûts de transaction (calculés la base d'un achat de 10 millions CHF) whonoraires d'agence wtaxe sur la plus-value : maximum 50 % (possession datant de moins de 2 ans), 0 % après 25 ans ACHAT À ZOUG RÉSIDENT À ZOUG VENTE À ZOUG Coûts de transaction whonoraires de notaire : CHF maximum (généralement 50/50 entre les parties) wfrais de transaction : maximum de CHF wenregistrement ou reprise de prêt hypothécaire : maximum de CHF Coûts annuels (calculés sur des biens évalués à 4 millions CHF) wvaleur locative estimée à CHF (loyer de CHF/ mois) imposée avec les autres revenus à un taux d'imposition maximum d'environ 21 % wvaleur fiscale de 2,8 millions CHF imposée avec le reste du patrimoine à un taux d'imposition maximum d'environ 0,27 % Coûts de transaction (calculés la base d'un achat de 4 millions CHF) whonoraires de notaire : CHF maximum (généralement 50/50 entre les parties) wtaxe sur les transactions : généralement payée par l'acheteur wtaxe sur la plus-value : maximum 60 % (possession datant de moins d'un an) et 10 % minimum après 25 ans ACHAT AU TESSIN RÉSIDENCE SECONDAIRE AU TESSIN VENTE AU TESSIN Coûts de transaction whonoraires de notaire : 2 % (généralement 50/50 entre les parties) wtaxe sur les transactions : 1,1 % wenregistrement ou reprise de prêt hypothécaire : maximum 2 % Coûts annuels (calculés sur des biens évalués à 3 millions CHF) wvaleur locative estimée à CHF (loyer de CHF/mois) imposée à un taux d'imposition maximum d'environ 34 % wvaleur fiscale de 2,25 millions CHF imposée à un taux d'imposition maximum d'environ 0,6 % Coûts de transaction (calculés la base d'un achat de 3 millions CHF) whonoraires d'avocat : 2 % (généralement 50/50 entre les parties) wtaxe sur les transactions : payée par l'acheteur wtaxe sur la plus-value : maximum 31 % (possession datant de moins d'un an), 5 % minimum après 20 ans 10 Guide de l achat immobilier en Suisse

11 Cette note d'information a été rédigée par Transforma AG pour le compte de Knight Frank LLP en janvier Il convient de noter que les éléments contenus dans ce document ne constituent en aucun cas des conseils juridiques ou fiscaux et ne doivent pas être considérés comme tels. Si vous souhaitez obtenir des conseils concernant votre cas particulier, n'hésitez pas à prendre contact avec les auteurs de cette note. Guide de l achat immobilier en Suisse 11

12 Agences du réseau suisse Knight Frank Genève Zurich Lugano Nyon Lausanne Neuchâtel Horgen Coire (pour St Moritz et Davos) Villars Verbier Crans-Montana Alex Koch de Gooreynd Directeur du service d'assistance suisse Service résidentiel international T E Aline Denereaz Expert fiscaliste certifié et lic. en droit Téléphone Zurich Téléphone Genève KnightFrank.com Transforma.ch Mention importante 1. Indépendance des contenus : Ce document est uniquement un guide d'achat immobilier en Suisse. Il n'a aucun caractère définitif et aucune vocation de conseil. Son contenu ne doit en aucun cas être interprété comme irréfutable. Dans la mesure permise pas les lois applicables, toute responsabilité est rejetée en cas d'erreur ou de perte ou préjudice quelconque résultant de l'utilisation ou de la référence aux contenus. Ce guide, destiné à produire une présentation générale reposant sur des informations fournies par des avocats suisses, ne reflète pas nécessairement le point de vue de Knight Frank. 2. Conseil indépendant : vous êtes tenu de consulter vos conseillers professionnels pour obtenir des conseils spécifiques à votre situation. La préparation de ce guide n'est pas un prétexte à l'établissement d'une relation professionnelle ou de conseil. Nous ne disposons pas de l'autorisation de l'autorité des services financiers requise pour entreprendre des activités réglementées. 3. Propriété intellectuelle : Knight Frank LLP Tous droits réservés. Aucune copie, modification ou reproduction, partielle ou totale, de ce document n'est autorisée sans le consentement écrit préalable de Knight Frank LLP. 4. Généralités : Knight Frank LLP est une société en nom collectif à responsabilité limitée immatriculée en Angleterre sous le numéro OC Notre siège social est sis au 55 Baker Street, Londres W1U 8AN, et tient à votre disposition une liste des membres de la société. 5. Membres du réseau mondial Knight Frank : les références à Knight Frank pourront désigner ou inclure tout membre du réseau mondial Knight Frank. Ces membres comptent Knight Frank LLP et ses filiales directes prestataires de services au Royaume-Uni ainsi qu'un réseau international d'entités ou de cabinets séparés, distincts et indépendants fournissant des services à l'international. Aucun membre n'est habilité à contraindre ou à représenter légalement un quelconque autre membre. Aucun membre agissant sous le nom de Knight Frank (y compris Knight Frank LLP) n'est responsable des actes ou omissions des autres membres. 3391FEB14

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)»

MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» INITIATIVE POPULAIRE FÉDÉRALE «IMPOSER LES SUCCESSIONS DE PLUSIEURS MILLIONS POUR FINANCER NOTRE AVS (RÉFORME DE LA FISCALITÉ SUCCESSORALE)» DENIS BOIVIN Partner Avocat Expert fiscal diplômé Responsable

Plus en détail

3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique

3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique 3 e fiche d'informations sur l'initiative relative à la caisse unique Financement du système de santé, aujourd'hui et en cas d'acceptation de l'initiative sur la caisse unique: exemple d'une famille avec

Plus en détail

Rapport rendant compte des résultats de la consultation

Rapport rendant compte des résultats de la consultation Commission fédérale des maisons de jeu CFMJ Secrétariat Rapport rendant compte des résultats de la consultation Auditions relatives à la modification de l art. 69 de l ordonnance du 24 septembre 2004 sur

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010

Faillites et créations d entreprise. Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites et créations d entreprises au 31 mai 2010 Chiffres par 31 mai 2010 22. 6. 2010 Editeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 8902 Urdorf Téléphone 044 735 61 11 www.dnb.ch/presse Les faillites d entreprises continuent d augmenter Faillites

Plus en détail

Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014

Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014 Les primes d assurance-maladie 2015 Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Conférence de presse du 25 septembre 2014 25 20 Prime moyenne

Plus en détail

É TA BL ISSE ME NT DE S É T RA NG E RS EN SUISSE

É TA BL ISSE ME NT DE S É T RA NG E RS EN SUISSE É TA BL ISSE ME NT DE S É T RA NG E RS EN SUISSE Mars 2012 Le présent document est un rapide survol de la fiscalité suisse applicable aux étrangers qui viennent s'établir en Suisse ainsi que des conditions

Plus en détail

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses:

Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Nouvelle structure des tarifs médicaux suisses: Le TarMed Etude valaisanne Département de la santé, des affaires sociales et de l'énergie février 2000 TABLE DES MATIERES 1) RESUME 2) QU EST-CE LE TARMED?

Plus en détail

Prévoyance professionnelle des personnes au chômage. Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» selon la LACI et la LPP

Prévoyance professionnelle des personnes au chômage. Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» selon la LACI et la LPP EDITION 2014 Complément d information à l Info-Service «Etre au chômage» Une brochure pour les chômeurs Prévoyance professionnelle des personnes au chômage selon la LACI et la LPP REMARQUES Le présent

Plus en détail

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton?

Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? Pourquoi les coûts et les primes sont-ils différents en fonction du canton? L OFSP a annoncé une hausse moyenne des primes de 15%, soit entre 3 et 20% d augmentation selon le canton concerné Pourquoi le

Plus en détail

Financer son propre logement

Financer son propre logement Financer son propre logement Plan de la présentation : fonds propres fonds propres Page 2 Comment devenir Quelles sont les étapes du d un logement? fonds propres 1. Etablissement d un budget (quel loyer

Plus en détail

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013

Bisnode. au mois de Mai 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 Bisnode Faillites et créations arrêtées au mois de Mai 2013 Étude sur les faillites et créations d entreprises 25.6.2013 731b du CO: dissolutions d entreprises aux dépens de la collectivité. Entre janvier

Plus en détail

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est

L'AOST est l'organisation faîtière suisse des autorités du marché du travail des cantons. Son but est STATUTS DE L ASSOCIATION DES OFFICES SUISSES DU TRAVAIL (AOST) 1. Nom, siège et but Art. 1 L'association des offices suisses du travail (AOST) est une association constituée au sens des articles 60 et

Plus en détail

kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 05/09/2013

kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 05/09/2013 kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de jour de l enfant Statuts du 0/09/0 Fondements Nom et forme juridique Principe But Tâches Art. Sous le nom de kibesuisse Fédération suisse pour l accueil de

Plus en détail

Sondage SEMO 2011/2012 : Résultats

Sondage SEMO 2011/2012 : Résultats Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d'etat à l'économie SECO Marché du travail / Assurance-chômage Mesures du marché du travail Markus Weber 07.06.2013

Plus en détail

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent

Bisnode. EN Juillet 2013. Étude sur les faillites et créations d entreprises 30.8.2013. Hausse des faillites de cinq pour cent Bisnode Faillites et créations d Entreprise EN Juillet Étude sur les faillites et créations d entreprises.8. Hausse des faillites de cinq pour cent 8 faillites et 888 créations d entreprise en juillet

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement dans le cadre de la prévoyance professionnelle

Encouragement à la propriété du logement dans le cadre de la prévoyance professionnelle Stiftung Auffangeinrichtung BVG Fondation institution supplétive LPP Fondazione istituto collettore LPP Encouragement à la propriété du logement dans le cadre de la prévoyance professionnelle (valable

Plus en détail

Prévoyance professionnelle obligatoire pour les personnes au chômage

Prévoyance professionnelle obligatoire pour les personnes au chômage Prévoyance professionnelle obligatoire pour les personnes au chômage (Valable à partir du 01.01.2013) 1 Personnes assurées (plan de prévoyance AL) La prévoyance professionnelle obligatoire des personnes

Plus en détail

Le crédit fournisseur est plus populaire que jamais Les entreprises paient leurs factures avec un retard moyen de 19,5 jours

Le crédit fournisseur est plus populaire que jamais Les entreprises paient leurs factures avec un retard moyen de 19,5 jours Statistiques relatives aux pratiques de paiement: Statistiques relatives aux pratiques Les de paiement: performances Les performances des des Éditeur: Dun & Bradstreet (Schweiz) AG Grossmattstrasse 9 892

Plus en détail

6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP

6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP 6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref La prévoyance professionnelle constitue le 2 e pilier

Plus en détail

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS ET IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS ET IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES 13. Système fiscal Le système fiscal tchèque, décrit ci-après en conformité avec la législation tchèque en vigueur, peut être modifié par un traité destiné à éviter la double imposition. Le système fiscal

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Joëlle Garriaud- Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Au 31 décembre

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle

Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle Version 01.01.2015 Encouragement à la propriété du logement au moyen de la prévoyance professionnelle De quoi s'agit-il? Pour financer la propriété d'un logement pour vos propres besoins, vous pouvez retirer

Plus en détail

1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE PRINCIPALE/ ARTICOLO PRINCIPALE

1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE PRINCIPALE/ ARTICOLO PRINCIPALE Eidgenössisches Volkswirtschaftsdepartement EVD Preisüberwachung PUE Newsletter Datum 16.11.2010 Sperrfrist 16.11.2010, 09.00 Uhr Nr. 6/10 INHALTSÜBERSICHT/ CONTENU/ CONTENUTO 1. HAUPTARTIKEL/ ARTICLE

Plus en détail

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE Le Maroc a mis en place un plan d action ambitieux dans le but de se convertir en une destination touristique attractive. Dans ce cadre, il s est doté d une législation

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises. Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l UCV 25 septembre 2014 Articulation de la présentation

Plus en détail

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS

APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS D Impôts divers Impôts sur les successions APERCU DES IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET LES DONATIONS GÉNÉRALITES Presque tous les pays industrialisés prélèvent un impôt sur les successions. Leur aménagement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi Section des bourses Sommaire Informations générales à propos des aides à la formation Etat au 27 mai 2015 BOURSE, PRÊT D'ÉTUDES ET CONTRIBUTION CANTONALE AUX FRAIS DE FORMATION...3 CONDITIONS REQUISES

Plus en détail

vu la loi sur le logement du 9 septembre 1975 A vu le préavis du Département de l'économie Conditions d'occupation

vu la loi sur le logement du 9 septembre 1975 A vu le préavis du Département de l'économie Conditions d'occupation RÈGLEMENT sur les conditions d'occupation des logements à loyers modérés (RCOLLM) du 7 janvier 007 (état: 0.0.007) 840...5 LE CONSEIL D'ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu la loi sur le logement du 9 septembre 975

Plus en détail

INFORMATIONS RELATIVES AUX AIDES À LA FORMATION BOURSES ET PRÊTS D ÉTUDES

INFORMATIONS RELATIVES AUX AIDES À LA FORMATION BOURSES ET PRÊTS D ÉTUDES INFORMATIONS RELATIVES AUX AIDES À LA FORMATION BOURSES ET PRÊTS D ÉTUDES Rentrée 2014-2015 La loi sur les aides à la formation du 19 février 2013 a pour but d'encourager les études et formations de toutes

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

Encouragement à la propriété du logement

Encouragement à la propriété du logement Encouragement à la propriété du logement Directives de la Caisse de pension (CPS) concernant l acquisition d un logement en propriété Conditions concernant l encouragement à la propriété du logement au

Plus en détail

Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel

Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel Vos agences régionales Suva Assurance militaire Suva Genève Assurance militaire Rue Ami-Lullin 12, case postale 3949, 1211 Genève 3, tél. 022

Plus en détail

1. Créer une société en Suisse occidentale

1. Créer une société en Suisse occidentale Nestle, (canton of Vaud) 1. Créer une société en Suisse occidentale Sommaire 1.1 Éligibilité 1.2 Différentes étapes de la création d une société généralités 1.3 Choix de la forme juridique de la société

Plus en détail

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino Statistiques des comportements de paiement: le comporte Statistiques des comportements ment de paiement: de paiement le comportement des de entreprises en Suisse 4 ème trimestre et perspectives 2009 Editeur:

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

Documentation pour les médias

Documentation pour les médias DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L'ENERGIE SERVICE DE LA SANTE PUBLIQUE Documentation pour les médias LES PRIMES D ASSURANCE-MALADIE 2004 EN VALAIS Les primes d assurance-maladie pour

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

Banques actives au niveau suisse

Banques actives au niveau suisse La version allemande fait foi. ABS Alternative Bank Schweiz Lebergasse 17, 4601 Olten Tél. 062 206 16 16 www.abs.ch Chez ABS chaque crédit est un écocrédit (crédits d entreprise, d investissement et hypothèques).

Plus en détail

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA.

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA. LA LOCATION MEUBLEE La location meublée d'appartements est une activité commerciale, qui relève au titre de l'impôt sur le revenu de la catégorie des BIC (bénéfices industriels et commerciaux) et non de

Plus en détail

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL Dernières analyses jurisprudentielles NEWSLETTER 14 259 du 3 FEVRIER 2015 ANALYSE PAR JACQUES DUHEM ET PASCAL JULIEN SAINT AMAND* *Notaire à

Plus en détail

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement.

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Berne, août 2007 Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Document de fond sur l initiative parlementaire

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Auteur : Jamie Golombek Juin 2015 Il semble que de plus en plus de Canadiens font l achat de propriétés de vacances aux États-Unis.

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H)

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H) UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE Matière : Fiscalité I Corrigé Auditoire : 2 ème année Sciences Comptables Année universitaire 1997/1998 Session de contrôle (Durée 2H) Question de cours

Plus en détail

STATUTS TITRE I RAISON SOCIALE - SIEGE - BUT

STATUTS TITRE I RAISON SOCIALE - SIEGE - BUT STATUTS TITRE I RAISON SOCIALE - SIEGE - BUT Article 1er Sous la raison sociale Coopérative romande de cautionnement PME (ci-après : la CRC PME) est créée une société coopérative conformément au titre

Plus en détail

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE! Accords fiscaux sur l imposition à la source : «les accords Rubik» Février 2013 Les «accords Rubik» sont une série d accords conclus entre la Suisse et différents

Plus en détail

Projet de loi modifiant de la loi sur l imposition des personnes morales (LIPM) (D 3 15)

Projet de loi modifiant de la loi sur l imposition des personnes morales (LIPM) (D 3 15) Secrétariat du Grand Conseil PL 11163 Projet présenté par les députés : M me et MM. Roger Golay, Pascal Spuhler, Dominique Rolle Date de dépôt : 15 avril 2013 Projet de loi modifiant de la loi sur l imposition

Plus en détail

Page SWX-DDM-MAN-/F DDM RDI. Directive 16 Taxes 22.05.2006 CE DOCUMENT CONTIENT LES DISPOSITIONS CONCERNANT LES TAXES.

Page SWX-DDM-MAN-/F DDM RDI. Directive 16 Taxes 22.05.2006 CE DOCUMENT CONTIENT LES DISPOSITIONS CONCERNANT LES TAXES. Page SWX-DDM-MAN-/F DDM RDI Directive 16 Taxes 22.05.2006 CE DOCUMENT CONTIENT LES DISPOSITIONS CONCERNANT LES TAXES. Sans restrictions Directive 16 Page 1 TABLE DE MATIÈRES 1. Taxe sur le chiffre d affaires...2

Plus en détail

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation des participations dans : (a) les coentreprises

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

Bâtiments, logements et conditions d habitation

Bâtiments, logements et conditions d habitation Neuchâtel, septembre 2004 Recensement fédéral de la population 2000 Bâtiments, logements et conditions d habitation RECENSEMENT FÉDÉRAL DE LA POPULATION 2000 BÂTIMENTS, LOGEMENTS ET CONDITIONS D HABITATION

Plus en détail

Statistique suisse de la construction et des logements vacants, 2008/2009

Statistique suisse de la construction et des logements vacants, 2008/2009 09 Construction et logement 909-0900 Statistique suisse de la construction et des logements vacants, 2008/2009 Données sur CD-ROM Neuchâtel, 2010 La série «Statistique de la Suisse» publiée par l Office

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Personnes physiques domiciliées hors de France

Personnes physiques domiciliées hors de France SECTION 3 Personnes physiques domiciliées hors de France 1. À condition que la valeur nette de leur patrimoine imposable soit supérieure à la limite de la première tranche du tarif fixé à l'article 885

Plus en détail

Travail de vacances Quelques informations pour les jeunes gens et les employeurs

Travail de vacances Quelques informations pour les jeunes gens et les employeurs Travail de vacances Quelques informations pour les jeunes gens et les employeurs Sécurité d abord Les accidents se produisent le plus souvent les premiers jours de travail Jeunes gens Les jobs de vacances

Plus en détail

RÈGLEMENT INTERCOMMUNAL SUR LA TAXE DE SÉJOUR. Règlement intercommunal sur la taxe de séjour. Chapitre premier. Généralités

RÈGLEMENT INTERCOMMUNAL SUR LA TAXE DE SÉJOUR. Règlement intercommunal sur la taxe de séjour. Chapitre premier. Généralités Vu l'article 3 bis de la Loi sur les impôts communaux (LICom), les communes de l'entente adoptent le présent règlement intercommunal, Vu l'article 45 LICom, Vu la Convention intercommunale au sens des

Plus en détail

... p. 2. ... p. 4. ... p. 7. ... p. 9. ... p. 12. garantie de l Etat. prime de construction. prime d Epargne

... p. 2. ... p. 4. ... p. 7. ... p. 9. ... p. 12. garantie de l Etat. prime de construction. prime d Epargne MINISTERE DES CLASSES MOYENNES, DU TOURISME ET DU LOGEMENT garantie de l Etat... p. 2 prime de construction... p. 4 prime d Epargne... p. 7 complément de prime pour frais d architecte et ingénieur-conseil...

Plus en détail

Règlement sur les prêts (RPrêts)

Règlement sur les prêts (RPrêts) Version du 31 mai 2013 Règlement sur les prêts (RPrêts) Version validée par la Commission de placements le 14 mars 2011 et adoptée par le Conseil d administration le 21 mars 2011. CHAPITRE PREMIER Généralités

Plus en détail

Fiche synthétique sur la procédure d'aide sociale légale. Principes généraux de l'aide sociale légale aux personnes âgées

Fiche synthétique sur la procédure d'aide sociale légale. Principes généraux de l'aide sociale légale aux personnes âgées Fiche synthétique sur la procédure d'aide sociale légale Si vos revenus ne vous permettent pas de couvrir la totalité des frais d'hébergement en maison de retraite (EHPAD), le coût des prestations d'aide

Plus en détail

Social Media Benchmark: KPI des organisations touristiques en Suisse et à l international. Mai 2015

Social Media Benchmark: KPI des organisations touristiques en Suisse et à l international. Mai 2015 Social Media Benchmark: KPI des organisations touristiques en Suisse et à l international Mai 2015 Contenu 1. Résumé 2. Contexte 3. Méthodologie 4. Résultats 02.06.2015 2 1. Résumé : Objectifs et méthodologie

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

««TOUT-EN-UN»» 2013 BVA marketing direct SA - Allmedia.14

««TOUT-EN-UN»» 2013 BVA marketing direct SA - Allmedia.14 Votre Votre partenaire partenaire 2014 2014 ««TOUT-EN-UN»» les canaux du marketing direct distribution d imprimés publicitaires et d échantillons envois adressés e-solutions vos avantages & objectifs AVANTAGES

Plus en détail

L imposition des personnes morales

L imposition des personnes morales D Impôts divers Imposition des L imposition des (Etat de la législation : 1 er janvier 2014) Division Etudes et supports / AFC Berne, 2014 D Impôts divers -I- Imposition des TABLE DES MATIÈRES 1 REMARQUES

Plus en détail

... p. 2. ... p. 4. ... p. 7. ... p. 9. ... p. 12. garantie de l Etat. prime de construction. prime d Epargne

... p. 2. ... p. 4. ... p. 7. ... p. 9. ... p. 12. garantie de l Etat. prime de construction. prime d Epargne garantie de l Etat... p. 2 prime de construction... p. 4 prime d Epargne... p. 7 complément de prime pour frais d architecte et ingénieur-conseil... p. 8 subvention d intérêt... p. 9 bonification d intérêt...

Plus en détail

Instructions générales

Instructions générales 2015 Impôt cantonal et communal Impôt fédéral direct Instructions générales pour remplir la déclaration d impôt des personnes physiques : - lors d un départ à l étranger - en cas de décès SCCOI759V5 SERVICE

Plus en détail

09.074. Initiative sur l'épargne-logement et Accéder à la propriété grâce à l'épargne-logement. Initiatives populaires (09.074) ARGUMENTAIRES CONTRE

09.074. Initiative sur l'épargne-logement et Accéder à la propriété grâce à l'épargne-logement. Initiatives populaires (09.074) ARGUMENTAIRES CONTRE 09.074 Initiative sur l'épargne-logement et Accéder à la propriété grâce à l'épargne-logement. Initiatives populaires (09.074) ARGUMENTAIRES CONTRE Argumentaire Initiative pour l'épargne-logement et initiative

Plus en détail

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital

Patrimoine franco-isra. israélien : impositions sur le capital Patrimoine franco-isra israélien : impositions sur le capital Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014

NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014 NOTE FISCALE DU FIP SPI PROXIMITE 2014 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP SPI Proximité 2014» (le «Fonds»)

Plus en détail

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE 22 JUILLET 2015

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE 22 JUILLET 2015 REAL ESTATE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE 22 JUILLET 2015 www.edr-realestatesicav.com Marché immobilier & cours de bourse Rapport du gestionnaire Rapport annuel, comptes annuels pour l exercice au 31 mars

Plus en détail

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à :

Dans leur pratique quotidienne, les notaires peuvent rencontrer certaines difficultés relatives notamment à : VERVANDIER Pierre-Luc - pierre-luc.vervandier@notaires.fr Réponse du Conseil supérieur du notariat à la consultation publique de la Commission européenne sur les approches possibles pour lever les obstacles

Plus en détail

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Droit du web 2.0 Droit des assurances Droit des sociétés Droit du travail Droit de l immobilier La

Plus en détail

Argumentaire du PS Suisse en faveur de son initiative pour des impôts équitables

Argumentaire du PS Suisse en faveur de son initiative pour des impôts équitables Argumentaire du PS Suisse en faveur de son initiative pour des impôts équitables 2 1. Texte de l initiative Initiative populaire fédérale "Pour des impôts équitables. Stop aux abus de la concurrence fiscale

Plus en détail

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure

Prévoir sur mesure et profiter outre mesure ÉPARGNE 3 PORTFOLIO 3 Prévoir sur mesure et profiter outre mesure Avec des solutions de prévoyance 3 e pilier. Des réponses concrètes à vos interrogations Un 3 e pilier à votre mesure Pour un présent serein

Plus en détail

Achat immobilier Mode d emploi

Achat immobilier Mode d emploi Achat immobilier Mode d emploi Acheter un bien immobilier relève souvent du parcours du combattant. Quelles précautions prendre? Rencontrez votre notaire en amont de votre projet et surtout, ne signez

Plus en détail

... p. 3. ... p. 5. ... p. 8. ... p. 9. ... p. 12. garantie de l Etat. prime d acquisition. prime d épargne. subvention d intérêt

... p. 3. ... p. 5. ... p. 8. ... p. 9. ... p. 12. garantie de l Etat. prime d acquisition. prime d épargne. subvention d intérêt MINISTERE DES CLASSES MOYENNES, DU TOURISME ET DU LOGEMENT garantie de l Etat... p. 3 prime d acquisition... p. 5 prime d épargne... p. 8 subvention d intérêt... p. 9 bonification d intérêt... p. 12 Edition

Plus en détail

7. Immobilier. 7.1 Recherche de la propriété adéquate.

7. Immobilier. 7.1 Recherche de la propriété adéquate. 7. Immobilier. Si l offre d immeubles commerciaux est importante en Suisse, les logements sont, comme dans d autres pays, une denrée rare, surtout dans les grands centres internationaux. L Internet et

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

STATUTS VERSION 2014. Elle est constituée en date du 29 septembre 2009. La liste des membres fondateurs est annexée aux présents statuts.

STATUTS VERSION 2014. Elle est constituée en date du 29 septembre 2009. La liste des membres fondateurs est annexée aux présents statuts. STATUTS VERSION 2014 I. DISPOSITIONS GENERALES Article 1 L Association des Commerçants de Collonge-Bellerive et Vésenaz (ci-après l'association) est une association de droit suisse au sens des articles

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

La Succession et la donation

La Succession et la donation La Succession et la donation Le droit des successions Lors d un décès dans une famille, la question de la succession semble tout d abord secondaire mais peut être la source de problèmes administratifs,

Plus en détail

Genève, le 1 er février 2011. Information N 1/2011. Déductibilité des frais d'entretien des immeubles privés. Table des matières

Genève, le 1 er février 2011. Information N 1/2011. Déductibilité des frais d'entretien des immeubles privés. Table des matières REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Administration fiscale cantonale AFC Direction générale Case postale 3937 1211 Genève 3 N/réf. : DHL/YG/SL Genève, le 1 er février 2011 Information

Plus en détail

TABLE DES MATIèRES. Notre banque 4. Crédits 7. Gestion de patrimoine 9. Comptes courants 12. Comptes épargne 14. Comptes prévoyance 16

TABLE DES MATIèRES. Notre banque 4. Crédits 7. Gestion de patrimoine 9. Comptes courants 12. Comptes épargne 14. Comptes prévoyance 16 PRESTATIONS TABLE DES MATIèRES Notre banque 4 Crédits 7 Gestion de patrimoine 9 Comptes courants 12 Comptes épargne 14 Comptes prévoyance 16 Autres comptes 17 Une histoire de vie en un clin d œil 18 Numéros

Plus en détail

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV)

rsge D 3 14: Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) Loi sur l'imposition des personnes physiques Impôt sur le revenu (revenu imposable) (LIPP-IV) D 3 14 du 22 septembre 2000 (Entrée en vigueur : 1 er janvier 2001) Le GRAND CONSEIL de la République et canton

Plus en détail

Titrisation de l'actif par les succursales de banques étrangères autorisées

Titrisation de l'actif par les succursales de banques étrangères autorisées Bureau du surintendant des Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255 Albert Street 255, rue Albert Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 Ligne directrice Objet :

Plus en détail

Swiss Issues Régions Concurrence fiscale intercantonale: pas d'affaiblissement en vue. romande. importantes indice

Swiss Issues Régions Concurrence fiscale intercantonale: pas d'affaiblissement en vue. romande. importantes indice Swiss Issues Régions Concurrence fiscale intercantonale: pas d'affaiblissement en vue Mai 2012 TAX-I concurrence fiscale cantons l'imposition taux Suisse charge entreprises bénéfice fortune revenu impôts

Plus en détail

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT

NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT NOTE D INFORMATION SUR LA FISCALITE DU FIP HEXAGONE PATRIMOINE 1 AVERTISSEMENT Il faut considérer la présente note comme un descriptif des caractéristiques fiscales (en vigueur à ce jour) du Fonds d Investissement

Plus en détail

1. Mon assurance n'offre pas de "petite complémentaire" couvrant une partie des frais de soins dentaires de mon enfant. Que puis-je faire?

1. Mon assurance n'offre pas de petite complémentaire couvrant une partie des frais de soins dentaires de mon enfant. Que puis-je faire? Service dentaire scolaire mis en vigueur au 1 er avril 2007 Questions fréquentes 1. Pas d'assurance complémentaire, que faire? 2. Calcul de la réduction pour enfant à charge (pour l'année transitoire 2007)

Plus en détail

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008)

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) Objet Article Dispositions Taux Principe 52-I Règle générale Hôtels Bureaux

Plus en détail

La vente d immeuble en l état futur d achèvement

La vente d immeuble en l état futur d achèvement La vente d immeuble en l état futur d achèvement La Vente en l état futur d achèvement (VEFA), communément appelée «achat sur plan», ce qui résume son objet, est le contrat par lequel une personne, l acquéreur,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013

NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 NOTE FISCALE DU FIP ARKEON PRE COTATION REGIONS 2013 La présente note doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds d Investissement de Proximité («FIP») dénommé «FIP ARKEON Pré-cotation

Plus en détail

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DE MOINS DE 5 LOGEMENTS EXCLUANT LA COPROPRIÉTÉ

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DE MOINS DE 5 LOGEMENTS EXCLUANT LA COPROPRIÉTÉ NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage est conclu avec une personne physique. 1. IDENTIFICATION DES PARTIES VIA CAPITALE DU MONT-ROYAL NOM DE L AGENCE DU CRTIER FORMULAIRE

Plus en détail