République Algérienne Démocratique et Populaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "République Algérienne Démocratique et Populaire"

Transcription

1 République Algérienne Démocratique et Populaire Programme d Appui à la mise en œuvre de l Accord d Association (P3A) République Algérienne Démocratique et Populaire - UE Fiche de Jumelage léger RENFORCEMENT DU DISPOSITIF DE L ORGANISME ALGERIEN D ACCREDITATION (ALGERAC) 1

2 TABLE DES MATIERES Liste des Abréviations Utilisées Informations de base : Objectifs Description Cadre institutionnel Budget ( ) Modalités de mise en œuvre Calendrier de mise en œuvre Durabilité Questions transversales Conditionnalité et échelonnement ANNEXE I : Matrice du cadre logique ANNEXE II : Chronogramme estimatif de mise en œuvre ANNEXE III : Tableau comparatif Jumelage MIPMEPI / Jumelage léger / PME II ANNEXE IV : Organigramme d ALGERAC

3 Liste des Abréviations Utilisées AA ACAA ALGERAC ARIP CAS CE CT CMT EA EM IAF IANOR ILAC MIPMEPI NEM OEC ONML POA RNP P3A PME II UE UGP3A Accord d Association Agreement on Conformity Assessment and Acceptance of industrial products Organisme Algérien d Accréditation Accompagnement au Processus de Modernisation du Ministère de l Industrie et des Organismes Liés y compris les Directions des Mines et de l Industrie Comités d Accréditations Spécialisés Commission Européenne Court Terme Court et Moyen Termes Europeen cooperation for Accreditation Etat Membre de l Union européenne International Accreditation Forum Institut Algérien de la normalisation International Laboratory Accreditation Certification Ministère des Petites et Moyennes Entreprises et de la Promotion des Investissements Nouvel Etat Membre de l Union européenne Organisme d Evaluation de la Conformité Office National de la Métrologie Légale Plan Opérationnel Annuel Responsable National du Programme Programme d'appui à l'accord d'association Programme d Appui aux PME/PMI et à la maîtrise des technologies d information et de communication Union Européenne Unité de Gestion du Programme d'appui à l'accord d'association 3

4 1. Informations de base : 1.1 Programme : Programme d Appui à la mise en œuvre de l Accord d Association (P3A-2). 1.2 Référence : DZ/13/ENP/TR/11 TL 1.3 Intitulé du projet : «RENFORCEMENT DU DISPOSITIF ALGERIEN D ACCREDITATION» 1.4. Secteur : Commerce - Industrie (TR) 1.5. Pays bénéficiaire : République Algérienne Démocratique et Populaire 2. Objectifs 2.1. Objectif général : Le projet vise à améliorer la compétitivité des produits algériens et à contribuer à la facilitation du commerce et à la diversification des échanges entre l Algérie et l Union Européenne (UE) Objectif spécifique : Renforcer l organisme d accréditation ALGERAC dans ses capacités organisationnelles, réglementaires et managériales Contribution à la mise en œuvre de l AA et de la Feuille de Route : L Accord d Association conclu le 22 Avril 2002 entre l Algérie et l Union Européenne (UE) vise à établir progressivement une zone de libre échange pendant une période de transition de douze années maximum à compter de la date d entrée en vigueur de l accord. L article 53 de l Accord d Association, portant sur la coopération industrielle, stipule que la coopération a pour objectif de contribuer au développement des exportations des produits manufacturés L article 55 de l Accord d Association, portant sur la normalisation et l évaluation de la conformité stipule que la coopération doit œuvrer à la réduction des différences en matière de normes et de certification et devra se concrétiser notamment par : - un encouragement pour l utilisation des normes européennes et des procédures techniques d évaluation de la conformité et, - la mise à niveau des organismes algériens d évaluation de la conformité et métrologie, ainsi qu une assistance pour la création des conditions nécessaires en vue de négocier, à terme, des accords de reconnaissance mutuelle dans ces domaines. L article 56 de l Accord d Association, portant sur le rapprochement des législations, précise que la coopération doit favoriser le rapprochement de la législation de l Algérie avec la législation de l Union dans les domaines couverts par l Accord. 4

5 L article 65 de l Accord d Association, portant sur la coopération en matière de protection des consommateurs, précise que la compatibilité des systèmes de protection des consommateurs de l Algérie et de l UE doit être renforcée en portant notamment sur le développement des laboratoires algériens d analyses et d essais comparatifs. Par ailleurs, la conférence Euro-méditerranéenne des ministres chargés du commerce, tenue le 7 juillet 2003 à Palerme, a recommandé l élaboration, par chaque pays, d un plan d action pour la libre circulation des produits industriels, visant à la préparation d accords en matière d évaluation de la conformité des produits (dits ACAA - Agreement on Conformity Assessment and Acceptance of industrial products). Ces accords sont similaires à ceux conclus avec les nouveaux Etats Membres (NEM) lors de la préparation de leur intégration à l UE. Il est à préciser que l ACAA est un type d accords dans le domaine de l évaluation de la conformité qui a été développé par la Commission Européenne (CE) en faveur des pays sudméditerranéens et qui est basé sur l adoption par ces pays, de la réglementation technique européenne ainsi que sur l approche européenne en matière d évaluation de la conformité. Ce projet contribuera à favoriser la conclusion d accords en matière d évaluation de la conformité avec l Union Européenne et à améliorer ainsi la compétitivité de l industrie algérienne en lui évitant les obstacles engendrés par la duplication des procédures d évaluation de la conformité à l entrée des marchés européens et internationaux. 3. Description 3.1. Contexte et justification : Environnement international et importance de l accréditation : Les discussions entamées par l Algérie pour adhérer à l Organisation Mondiale du Commerce ont impliqué la création d un organisme algérien chargé de l accréditation (ALGERAC) considéré comme le seul garant de la compétence des organismes de certification, d inspection et de contrôle ainsi que des laboratoires d essai, d étalonnage et du système de certification en management qualité et de certification des personnes et des systèmes de gestion. La certification de la qualité est donc une condition nécessaire pour que l Algérie puisse accéder au commerce international. L accréditation, consiste en l attestation de la compétence d un organisme à exécuter des tâches spécifiques d évaluation de la conformité. L accréditation représente un critère essentiel pour la désignation et la surveillance des organismes notifiés dans le cadre de la mise en œuvre de la Nouvelle Approche et de l Approche globale en matière d évaluation de la conformité. L accréditation ne garantit pas uniquement la libre circulation des produits et des services sur le marché international, mais contribue également à améliorer la compétitivité de l économie nationale. 5

6 En Algérie, l accréditation doit devenir l outil principal pour démontrer et s assurer de la compétence d un organisme ou d un laboratoire d essais ou d étalonnage candidat à une notification ou à un agrément ainsi que d un organisme d inspection ou de certification. Rôle primordial de l organisme ALGERAC Unique organisme habilité à délivrer les accréditations en Algérie, ALGERAC ambitionne de délivrer un nombre croissant de décisions d accréditation aux organismes d évaluation de la conformité. La mission principale d ALGERAC est d assurer la confiance dans l indépendance et la compétence des: - organismes d inspection - laboratoires d essais et d étalonnage, - prestataires de services de certification qui délivrent et gèrent des certificats. L'accréditation a pour but précisément de garantir que tous ces organismes disposent d'une qualification professionnelle avérée pour effectuer les prestations qui ressortent de leur champ d'intervention et ce, en les soumettant préalablement à un système d'examen rigoureux. Pour jouer pleinement son rôle ALGERAC doit être reconnu par EA, l instance européenne d accréditation, suite à sa reconnaissance comme membre associé en novembre 2011 grâce à l appui de l initiative régionale IQ Maghreb financée par la coopération allemande, ainsi que celui du jumelage «évaluation de la conformité» dans le cadre du P3A. Cette reconnaissance n interviendra qu après la réalisation par ALGERAC d un certain nombre d accréditations et après que son évaluation par un organisme pair ait été conduite. ALGERAC s est fixé comme mission de mettre en place les règles et les procédures relatives à l accréditation des organismes d évaluation de la conformité, d examiner les demandes et de délivrer les décisions d accréditation aux organismes d évaluation de la conformité, conformément aux normes nationales et internationales pertinentes. ALGERAC a déjà procédé à l évaluation d une centaine de laboratoires, d une quarantaine d organismes d inspection, de trois organismes de certification et préconise les mesures à engager par ces derniers en vue de leur accréditation. Par son rôle, ALGERAC encourage les acteurs économiques à se faire accréditer et à se mettre aux normes internationales, notamment avec la pression de l internationalisation des marchés pour qui les organismes d évaluation de la conformité doivent être crédibles aux yeux des acheteurs et consommateurs et reconnus aux niveaux national et international. ALGERAC procéde également au renouvellement, à la suspension ou au retrait des décisions d accréditation aux organismes défaillants implantés en Algérie. L accréditation délivrée par ALGERAC est une attestation qui certifie la compétence de l organisme à exécuter des tâches spécifiques d évaluation de la conformité. Grâce à l accréditation d ALGERAC, les laboratoires, les organismes d inspection et les organismes de certification des produits et des services sont ainsi en mesure de fournir la preuve de leur compétence technique. 6

7 Cependant, il existe un problème de déficit en laboratoires accrédités en Algérie. En effet, il n y a actuellement que 4 laboratoires sur plus de 2000 qui sont accrédités, qu un seul organisme certificateur accrédité et uniquement 5 organismes d inspection accrédités. Pour l ensemble de ces raisons, le renforcement d ALGERAC est nécessaire Activités connexes (autres initiatives internationales et nationales) : A. Initiatives internationales : 1) Plan d action de Palerme : Dans le cadre du suivi de la mise en œuvre du plan d action de Palerme pour la libre circulation des produits industriels, un groupe de travail euro méditerranéen formé avec des représentants des pays sud-méditerranéens a été constitué. Les réunions de ce groupe sont gérées par la CE qui fournit des éléments d orientation et d assistance pour la concrétisation de ce plan d action, comme cela a été mentionné ci-dessus. 2) EuroMed Qualité : Il s agit d un programme financé par la Commission Européenne d une durée de cinq ans ( ), géré par le Comité européen de normalisation (CEN), qui avait pour objectif de faciliter l application du cadre réglementaire européen et d appuyer l amélioration et la diversification des services mis à la disposition des entreprises des pays partenaires méditerranéens en matière de qualité. Ce programme a eu recours essentiellement à de la sensibilisation et à de la formation d experts dans les pays partenaires méditerranéens dans les domaines de la normalisation, de la métrologie, des essais, de la certification et de l accréditation tout en accordant une attention particulière aux thèmes relatifs à l approche européenne en matière de réglementation technique et d évaluation de la conformité. 3) ARIP : Le projet intitulé «Accompagnement au Processus de Modernisation du Ministère de l Industrie et des Organismes Liés y compris les Directions des Mines et de l Industrie» dans le cadre du programme d appui à la restructuration industrielle et à la privatisation (ARIP) a été réalisé entre 2003 et 2007, sur financement de l UE. Les objectifs du projet étaient de contribuer à l amélioration de la compétitivité de l économie algérienne. L objectif spécifique du projet était de contribuer au renforcement du Ministère de l Industrie au niveau central et local, de manière à mieux répondre aux attentes du secteur industriel dans le cadre de la transition vers l économie de marché et de la perspective de la zone de libre échange euro-méditerranéenne. 4) Fonds de solidarité prioritaire - FSP (France) : Ce projet, financé par la France, d une durée de 36 mois, a démarré en septembre Il comprenait des actions suivantes : - sensibilisation au profit de plus de 600 représentants d entreprises dans le domaine de l agroalimentaire, 7

8 - formation de 150 auditeurs internes des entreprises engagées dans le processus de certification, - mise en place du système algérien d Accréditation avec la création de l Organisme Algérien d Accréditation (ALGERAC) et la formation de plus de 70 évaluateurs au profit de cet organisme, - renforcement d institutions chargées de la normalisation (IANOR), du contrôle de la qualité (LNCPP, CACQE et CNCC), et s est traduit par la formation et le recyclage de plus de 150 personnes, ainsi que par l acquisition d ouvrages et de matériel technique de laboratoire, - certification ISO 9000 de 3 entreprises et d une institution publique ainsi que l accompagnement à la certification de 2 institutions publiques, avec comme résultat la formation de plus de 80 personnes à la norme ISO 9000, - certification HACCP de 4 entreprises, ce qui a permis la formation de plus de 60 personnes aux règles de la norme HACCP, - accompagnement à l accréditation de 5 laboratoires nationaux, avec la formation complète sur les règles et les exigences de l accréditation au profit de plus de 50 techniciens de laboratoire. Ce projet est désormais terminé, mais les besoins à couvrir en formation dans toutes les normes existantes restent très importants. 5) Programme Regional IQ Maghreb (Physikalisch-Technische Bundesanstalt-Allemagne) ALGERAC bénéficie des actions de coopération régionale en matière de dévelopement de l infrastructure de qualité. Cette initiative vise à appuyer la mise en réseau des infrastructures qualité au niveau regional entre le Maroc, l Algerie, la Tunisie et la Mauritanie et à promouvoir la cooperation regionale des pays maghrebins dans le domaine de la metrologie, la normalisation, l accréditation et l evaluation de la conformité. Dans ce cadre, ALGERAC est devenu membre associé de l EA suite à la signature d accords d adhesion entre le president de l EA et les responsables des organismes d accréditation des pays concernés 1. 6) Programme PME II : Le Programme d Appui aux PME/PMI et à la maîtrise des technologies d information et de communication (PME II) est un programme cofinancé par l Algérie et l UE. Il vise le renforcement des petites et moyennes entreprises dans une perspective d amélioration de leurs performances et de consolidation de leurs parts de marché. Dans ce cadre, les PME/PMI peuvent accéder à une expertise (nationale et internationale), si elles respectent les critères d éligibilité, dans les domaines suivants : - Stratégies de développement, - Organisation industrielle, gestion de la production et innovation technologique, - Systèmes de gestion de la qualité, - Systèmes d information, - Développement commercial, 1 Accords ont été signés le

9 - Veille technologique et concurrentielle, partenariats techniques et commerciaux. Ce Programme s adresse aux entreprises algériennes relevant des secteurs suivants : - Agroalimentaire, - Industries métalliques, électriques et électroniques, - Chimie, - Matériaux de Construction, - Technologies de l Information et de la Communication (TIC). Dans le cadre de la préparation de la présente fiche de jumelage une coordination a été effectuée avec le Programme PME II afin d éviter une redondance entre ces deux projets ; les deux programmes sont totalement distincts, tout en étant complémentaires, (Cf. tableau présenté en annexe III). 7) Jumelage institutionnel européen de soutien au MIPMEPI : Ce jumelage institutionnel en appui au MIPMEPI a démarré en janvier 2011 et a été clôturé en juin Il a été mis en œuvre par un consortium avec pour chef de file l AFNOR (France) et BAM et DIN (Allemagne) comme partenaires juniors. L objectif du projet était le renforcement de l infrastructure qualité en Algérie mais dans le but de permettre à l administration algérienne concernée de se préparer pour la conclusion d un accord dans le domaine de l évaluation de la conformité des produits industriels (Agreement on Conformity Assessment and Acceptance of industrial products (ACAA). Dans le cadre de ce jumelage, les activités organisées au profit de l organisme ALGERAC n ont représenté qu une partie mineure. Elles ont notamment couvert a) la formation sur les directives européennes produits de construction (DPC) et produits basse tension (PBT), b) des actions de divulgation et des visites d études, c) la traduction d un glossaire technique des termes d accréditation et c) l adaptation du cadre législatif et réglementaire aux directives européennes pertinentes dans le cadre de l accréditation. B. Initiatives nationales : 1) Programme National de Normalisation : Le programme de développement d un système national de normalisation a été mis en place par le Ministère de l Industrie et de la Restructuration et a été approuvé par le gouvernement en mars Il visait à asseoir un système national de normalisation qui prenne compte de l état des lieux et par conséquent des insuffisances du système existant. 2) Programme National de Métrologie : Le programme mis en place en 2001, après son adoption en conseil des ministres se compose des 10 points suivants : - Institution d une coordination nationale en matière de métrologie, - Amélioration du mode d intervention en matière d importation, d homologation et de 9

10 vérification des instruments de mesures, - Adaptation de la législation et de la réglementation, - Organisation et renforcement de l ONML, - Adaptation fiscale, - Développement du réseau national de laboratoire de métrologie, - Promotion de la métrologie dans le secteur d activité économique, - Développement de la formation en métrologie, - Sensibilisation du public à la métrologie, - Exploitation des ressources de la coopération internationale. 3.3 Résultats A l issue du projet de jumelage, les 3 résultats suivants devront avoir été atteints : Résultat 1 : Les bases pour l informatisation de la gestion de l accréditation sont établies Résultat 2 : La connaissance de l accréditation est renforcée Résultat 3 : Les connaissances et les compétences pratiques des évaluateurs sont consolidées 3.4 Activités à mettre en oeuvre 3.3 Résultats Résultat 1 : Les bases de l informatisation de la gestion de l accréditation sont établies. Justification ALGERAC envisage de conforter sa gestion de l accréditation par l cquisition d un logiciel. Le but est d assurer une bonne communication entre les différents intervenants, établir des règles claires et garantir une pérennité à l information. Comme toute acquisition de logiciel doit être précédée d une étude précise du besoin exprimé, le présent projet de jumelage a pour mission d aider ALGERAC dans l élaboration d un cahier des charges pour une définition des spécifications fonctionnelles et une analyse de l offre de solutions informatiques adaptées aux missions qui lui sont dévolues. Indicateurs objectivement vérifiables L architecture du système informatique de gestion de l accréditation est arrêtée. Les choix technologiques du système informatique ont été validés. 10

11 Activité A.1.1 : Préparation de l élaboration du cahier des charges a- Modalités Au cours d une première mission de cinq jours l expert rencontrera les responsables d ALGERAC pour évaluer les besoins en informatisation et apprécier le périmètre d application informatique déjà déterminé par le bénéficiaire. Suite à quoi, il devra élaborer une proposition de cahier des charges dans laquelle figureront les spécifications techniques permettant d identifier la solution informatique appropriée devant déboucher sur l acquisition d un logiciel, qui sera à la charge du bénéficiaire. b- Livrable Projet de cahier des charges Activité A 1.2 : Finalisation du cahier des charges a-modalités La gestion intégrée des différents modules de gestion du processus d accréditation que souhaite ALGERAC dans le choix du logiciel, va exiger des changements par rapport à la situation actuelle. Pour faire face à ces enjeux et insuffler une adhésion aux changements proposés, une visite d études au sein d un organisme européen équivalent d ALGERAC sera organisée à l intention des responsables du service informatique d ALGERAC, de manière à ce qu ils puissent rencontrer leurs homologues et voir concrètement le fonctionnement et les implications organisationnelles de logiciels équivalents à celui qui est envisagé. A l issue de cette visite d études, l expert ayant effectué la première mission, finalisera le cahier des charges pour permettre à ALGERAC de l adresser aux prestataires susceptibles de concevoir un logiciel adapté à leurs besoins spécifiques. b-livrables Cahier des charges finalisé Résultat 2 : La connaissance de l accréditation est renforcée Justification En dépit des actions de formation menées par ALGERAC depuis sa création en 2005, pour une quarantaine d organismes spécialisés dans le contrôle de la qualité dans des domaines diversifiés tel que les transports, l énergie, les travaux publics, l habitat et la défense et de l organisation de journées d étude et de sensibilisation sur l importance de l accréditation, le bilan enregistré par ALGERAC reste limité. ALGERAC dans son rôle d accompagnement à l amélioration de la compétitivité des produits et services algériens, notamment ceux éligibles à l exportation, se doit d instaurer une culture de la qualité et de l accréditation à travers des campagnes d information et de communication, afin de sensibiliser les acteurs économiques nationaux aux enjeux de l accréditation. Indicateurs objectivement vérifiables Le nombte d opérateurs s informant sur les modalités d accrédiation ou consultant le site d ALGERAC est en hausse constante Le nombre d opérateurs s engageant dans une démarche d accrédiation est en augmentation Activité A 2.1 : Organisation de séminaires d information 11

12 a-modalités L un des principaux objectifs assignés à ALGERAC est de développer la confiance du marché national dans les prestations réalisées dans le domaine de l accréditation. A ce titre, les séminaires seront organisés pour apporter une meilleure compréhension de ce qu est l accréditation à l intention des opérateurs économiques et des pouvoirs publics de manière à contribuer à un accroissement du nombre d accréditations demandées et accordées. L expertise devra exposer les exigences du nouvel environnement économique dans lequel est inscrite l Algérie et mettre l accent sur ce qui caractérise les AA entre l Algérie et l UE. L objectif sera de présenter ALGERAC, ses missions et sa contribution dans le développement économique et dans la facilitation des échanges commerciaux avec l UE. Les séminaires s adresseront à des opérationnels tels que les organismes d évaluation de la conformité, aux opérateurs économiques, entreprises publiques et aux ministères concernés par la qualité et l accréditation, comme parties prenantes du développement de l économie algérienne à travers leurs actions pour l amélioration de la compétitivité des entreprises et de la valorisation des produits algériens sur les marchés locaux et internationau. Puisque ALGERAC se doit de disposer d un système qualité conforme aux normes internationales ainsi qu aux référentiels internationaux de l EA, dans le cadre de ces séminaires, ALGERAC fera part de toutes les modifications apportées aux normes par les organisations internationales et régionales pour une mise à niveau de l ensemble des acteurs concernés par la qualité et plus particulièrement les représentants des : laboratoires d essais, (objet du séminaire 1) ; laboratoires de biologie médicale, (objet du séminaire 2) ; organismes d inspection, (objet du séminaire 3) ; laboratoires d étalonnage, (objet du séminaire 4). Lors de la mission de démarrage, le Chef de projet de l Etat Membre soumettra à son homologue du pays bénéficiaire, un projet de programme des séminaires d information et de vulgarisation, de manière à en finaliser les contenus et les déroulés, ainsi que la participation des intervenants algériens b-livrables - 4 séminaires d information - Supports d animation - Analyse des questionnaires d évaluation remis aux participants 12

13 Activité A 2.2 : Organisation d un séminaire de vulgarisation a-modalités Ce séminaire sera organisé pour sensibiliser les opérateurs économiques à l accréditation. Ce sera une opportunité pour éclairer les participants sur les avantages qu ils pourront tirer de l application des normes et des règles de conformité pour l amélioration de leur compétitivité et l augmentation des possibilités de diversification commerciale. Ce séminaire devra permettre des débats et discussions afin d apporter des solutions à des problèmes techniques et commerciaux préjudiciables à la compétitivité de produits destinés au marché national ou éligibles à l exportation, que rencontrent les opérateurs économiques et qui se posent de façon répétée dans les relations entre partenaires économiques. b-livrables 1 séminaire de vulgarisation Supports d animation Brochures, dépliants élaborés Résultat 3 : Les connaissances et les compétences pratiques des évaluateurs sont renforcées Justification ALGERAC incarne l établissement public d accréditation du pays. La preuve de sa compétence technique doit être attestée. Par conséquent, ALGERAC est tenu de s assurer de l actualisation des compétences de ses évaluateurs, afin de garantir une crédibilité à ses prestations d accréditation en tant que niveau ultime de contrôle de l adéquation des services d évaluation de conformité. C est ainsi que pour mieux structurer le professionnalisme des évaluateurs, la formation se fera sur un double plan théorique et pratique. Indicateurs objectivement vérifiables Les évaluateurs sont à même d initier des évaluations selon les normes ISO 10012, 17043, et Activité A 3.1 : Organisation des sessions de formations spécialisées a-modalités L expert s appuiera sur les référentiels actualisés d ALGERAC et la formation se déroulera en Algérie. Les thématiques de formations se rapporteront aux domaines a) de l accréditation, b) des normes et c) des techniques d évaluation, d interprétation et de validation. Les formations seront organisées à l intention des évaluateurs d ALGERAC et des responsables d accréditation d ALGERAC. Lors de la mission de démarrage pour la première session et au moins un mois avant l organisation de chaque session, pour les suivantes, le Chef de projet de l Etat Membre soumettra à son homologue du pays bénéficiaire le contenu détaillé de chaque formation. 13

14 A noter qu il s agit de séances différentes avec des formateurs différents, qui peuvent se dérouler en parralèle, ce qui permet plusieurs séances dans la même période de temps. b-livrables 13 sessions de formation Supports des cours Rapport d activité et résultats des tests de formation Activité A 3.2 : Organisation de visites d études : évaluation d accréditation a-modalités Les visites d études doivent venir en complément des activités de formations qui seront organisées en Algérie dans le cadre de l activité A 3.1 pour permettre à certains des participants des sessions de formations spécialisées de disposer d une expérience concrète des procédures d accréditation au sein d un organisme européen équivalent d ALGERAC. Les visites d études devront être organisées et programmées de manière à permettre aux participants d assister en tant qu observateurs à une évaluation d accréditation conduite par leurs collègues européens d une durée de 5 jours. Lors de la première journée des visites d études, les participants devront rencontrer les évaluateurs européens, de manière à prendre connaissance du dossier d accréditation qu ils seront amenés à observer, afin de s enquérir des critères d évaluation qui seront utilisés. Le but est de permettre aux participants algériens d appréhender la compréhension du dossier traité. A cet effet, le dossier en question devra être présenté en langue française. La dernière journée de la visite d études fera l objet d une discussion entre les participants et les évaluateurs européens devant permettre, à partir d un échange d expériences, la formulation d observations sur la procédure utilisée, ses similitudes ou différences avec celle pratiquée en Algérie. b-livrables Programmes de visites d études. Recommandations pour l amélioration de la conduite d évaluation d accréditation 14

15 TABLEAU RESUMANT LES ACTIVITES A ORGANISER R.1: Les bases de l informatisation de la gestion de l accréditation sont établies A.1.1 : Préparation de l élaboration du cahier des charges en vue de l acquisition d un logiciel par le bénéficiaire Moyens Nombre de missions Nombre total de jours 2 d expertise 1 5 A.1.2 : Finalisation du cahier des charges Elaboration de la version définitive du cahier des charges Visite d étude au profit du service informatique d ALGERAC 1 10 Nombre de participants Durée en jours Le nombre de jours d expertise des activités du résultat 1 est indicatif 15

16 R.2 : La connaissance de l accréditation et de la certification est renforcée A.2.1 : Organisation de séminaires d information Nombre de missions d experts Nombre de jours 3 d expertise Durée de chaque séminaire Durée Durée du préparation séminaire du séminaire Nombre de personnes visées Séminaire d information N Séminaire d information N Séminaire d information N Séminaire d information N A.2.2 : Organiser d un séminaire de vulgarisation Séminaire de vulgarisation Public concerné - Membres du Conseil d administration et du personnel d ALGERAC - Pouvoirs publics concernés - Laboratoires d essais - Membres du Conseil d administration et du personnel d ALGERAC - Pouvoirs publics concernés - Laboratoires de biologie médicale - Membres du Conseil d administration et du personnel d ALGERAC - Pouvoirs publics concernés - Organismes d ins/pection - Membres du Conseil d administration et du personnel d ALGERAC - Pouvoirs publics concernés - Laboratoires d étalonnage - Opérateurs représentants différents secteurs économiques TOTAL Le nombre de jours d expertise des activités du résultat 2 est indicatif 16

17 R3 : Les connaissances et les compétences pratiques des évaluateurs sont renforcées Nombre de missions d experts Nombre total de jours 4 d expertise Moyens Durée de chaque session de formation Durée de Durée de préparation de chaque chaque session session de de formation formation Nombre de personnes formées Public concerné A.3.1 : Organisation des sessions de formations spécialisées La norme ISO Les exigences de la norme ISO La validation des méthodes dans un laboratoire d analyse et d essais L évaluation des incertitudes dans un laboratoire d essais L évaluation des incertitudes dans un laboratoire d étalonnage La validation des méthodes dans un laboratoire de biologie médicale La nouvelle norme La nouvelle norme TOTAL groupe de 10 personnes 1 groupe de 10 personnes 3 groupes de 10 personnes 3 groupes de 10 personnes. 2 groupes de 10 personnes. 1 groupe de 10 personnes. 1 groupe de 10 personnes 1 groupe de 10 personnes 13 groupes 130 participants - Evaluateurs métrologues d ALGERAC - Responsables d accréditation - Evaluateurs des laboratoires essai/étalonnage - Evaluateurs des laboratoires d essai - Evaluateurs qualité - Evaluateurs techniques - Evaluateurs des laboratoires d essai - Evaluateurs qualité - Evaluateurs techniques - Evaluateurs des laboratoires d étalonnage - Evaluateurs des laboratoires d analyse - Responsables d accréditation d ALGERAC - Evaluateurs des organismes d inspection - Responsables d accréditation d ALGERAC - Evaluateurs des organismes de certification A 3.2 : Voyages d études Nombre de participants Durée en jours Laboratoires d essais 5 5 Organismes d inspection Le nombre de jours d expertise pour chaque séminaire est indicatif 17

18 3.5 Moyens et apports de l administration de l État membre partenaire : Profil et tâches du Chef de Projet : Le Chef de Projet proposé devra être un fonctionnaire au sein d une administration ou d un organisme d un Etat membre ayant des fonctions équivalentes à celles d ALGERAC et y occuper un rang supérieur de manière à pouvoir mener un dialogue opérationnel avec son homologue et d être en mesure d apporter les solutions requises aux problèmes rencontrés durant l exécution du jumelage. Le Chef de projet proposé devra être capable d opérer à un niveau approprié et de mettre en œuvre le jumelage en étroite collaboration avec son homologue algérien afin de garantir la direction et la coordination de l ensemble du projet. Le Chef de Projet devra consacrer au moins trois jours par mois à la conception, à la supervision et à la coordination du projet, avec une visite sur le terrain tous les trois mois pour assurer la coordination et participer aux comités de pilotage du projet. Nonobstant, le Chef de Projet pourra lui-même être l un des experts désignés pour mettre en œuvre certaines des activités prévues si son profil répond aux critères requis pour lesdites activités. La mission du Chef de Projet de l Etat membre consiste notamment à : - Superviser et coordonner les activités du projet, - Diriger la mise en œuvre du projet, - Atteindre les résultats du projet, - Elaborer avec les bénéficiaires les rapports intermédiaires et le rapport final, - Organiser en étroite liaison avec le Chef de Projet de l Institution bénéficiaire les voyages d études prévus dans l Union européenne. Profil : - Fonctionnaire d un Etat membre ayant une expérience significative dans l un des domaines de la normalisation, de l accréditation, de la métrologie, de l évaluation de la conformité et de la surveillance du marché et ayant exercé des fonctions de responsabilité dans ces domaines, - Des qualifications et de l expérience dans les domaines de la gestion de projets, du renforcement des capacités institutionnelles et de l organisation de l infrastructure de qualité d après les standards de l UE constitueraient un atout, - Une expérience comme expert dans le cadre d un projet financé par l Union européenne et/ou en Algérie constituerait un atout, - Avoir une bonne maîtrise de la langue française : lu, écrit, parlé Profil et tâches des principaux experts de courte durée : 1) Le profil minimum souhaité des experts court terme devant intervenir dans l activité 1 est le suivant : Formation :Etre titulaire d un diplôme universitaire (de niveau minimum bac +4). Connaissance linguistique :Avoir une bonne maîtrise de la langue française : lu, écrit, parlé. Expérience générale : de 7 à 10 ans. 18

19 Expérience spécifique : - Expérience de 5 ans en tant qu analyste. - Expérience souhaitée sur un logiciel ayant la même vocation. - Connaissance du fonctionnement d un organisme d accréditation. 2) Le profil minimum souhaité des experts court terme devant intervenir dans l activité 2 est le suivant : Formation :Etre titulaire d un diplôme universitaire (de niveau minimum bac +4). Connaissance linguistique :Avoir une bonne maîtrise de la langue française : lu, écrit, parlé. Expérience générale : de 7 à 10 ans Expérience spécifique : - Expérience de 5 ans au sein d un organisme d accréditation signataire des accords de reconnaissance MLA/MRA. - Expérience en matière de formation dans le domaine traité. 3) Le profil minimum souhaité des experts courts termes devant intervenir dans l activité 3 est le suivant : Formation :Etre titulaire d un diplôme universitaire (de niveau minimum bac +4). Connaissance linguistique :Avoir une bonne maîtrise de la langue française : lu, écrit, parlé. Expérience générale : de 7 à 10 ans Expérience spécifique requise pour l activité 3.1, 3.4 et 3.5: - Expérience de 5 ans comme métrologue - Avoir exercé en tant qu évaluateur. - Expérience en matière de formation et/ou de coaching dans le domaine traité, Expérience spécifique requise pour le thème 3.2: - Expérience de 5 ans, de préférence au sein d un organisme d inter-comparaisons accrédité. Expérience spécifique requise pour les thèmes 3.3 et 3.6: - Expérience de 5 ans dans un laboratoire d analyse d essais Expérience spécifique requise pour le thème 3.7: - Expérience de 5ans dans le domaine de l évaluation et connaissance de la norme traitée. Les administrations des Etats membres présentant une proposition pour ce jumelage devront présenter en plus du curriculum vitae du Chef de Projet proposé : - au moins un CV pour l expertise requise pour l activité 1, - un minimum de 2 CV pour la mise en œuvre de l activité 2, - un minimum de 4 CV pour la mise en œuvre de l activité 3 correspondant à chacun des 4 profils requis. Les CV des experts proposés devront couvrir l ensemble des activités requises par le jumelage. 19

20 4. Cadre institutionnel Présentation du Bénéficiaire : Créé par le Décret exécutif n du 6 décembre 2005, l organisme Algérien d Accréditation (ALGERAC) est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), placé sous la tutelle du ministère de l industrie et de promotion des investissements. Il est principalement chargé de l accréditation des organismes d évaluation de la conformité (OEC). ALGERAC est un organisme indépendant. Son personnel comprend à ce jour 17 agents et sera sensiblement augmenté d ici deux ans, en fonction du développement de ses activités. Interviennent actuellement dans le cadre de la mission d accréditation 86 évaluateurs et experts techniques contractuels. Il est à noter que les besoins stratégiques d ALGERAC en ressources humaines, sont estimés à environ 700 personnes, soit 250 évaluateurs experts qualiticiens et 450 experts techniques, répartis entre les différents référentiels (17025, 17020, et 17021, et autres). L organigramme en vigueur d ALGERAC est joint en annexe à la présente fiche. Missions d ALGERAC : ALGERAC a pour mission principale l accréditation de tout organisme d évaluation de la conformité. Dans ce cadre, l organisme algérien d accréditation est chargé notamment de : - mettre en place un dispositif national d accréditation répondant aux normes nationales et internationales pertinentes ; - parachever l infrastructure nationale de la qualité ; - évaluer les qualifications et les compétences des organismes d évaluation de la conformité (EOC) ; - délivrer les décisions d accréditation ; - procéder au renouvellement, à la suspension et au retrait des décisions d accréditation des organismes d évaluation de la conformité ; - conclure toutes conventions et accords en rapport avec ses programmes d activités avec les organismes étrangers similaires et de contribuer aux efforts menant à des accords de reconnaissance mutuelle ; - représenter l Algérie auprès des organismes internationaux et régionaux similaires ; - éditer et diffuser des revues, brochures ou bulletins spécialisés relatifs à son objet. Enfin, il convient de noter qu ALGERAC est membre associé d ILAC, d IAF et d EA. Principales activités d ALGERAC : ALGERAC a pour fonction l accréditation des organismes d évaluation de la conformité (OEC). Les conditions et critères d accréditation de ces organismes d évaluation, sont fondés sur les normes nationales et/ou internationales pertinentes. 20

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES FCW BENEFICIAIRES 2009 LOT N 11 : Macro économie, Statistiques,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Programme d appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l Accès au Marché «PcAM» PCAM

Programme d appui à la compétitivité des entreprises et à la facilitation de l Accès au Marché «PcAM» PCAM 1 EDITORIAL Depuis l engagement de la Tunisie dans la politique de libéralisation économique, et la signature de l accord d association avec l Union européenne, le Ministère de l Industrie s est lancé

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de l IndustrIe et des MINES

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de l IndustrIe et des MINES République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l IndustrIe et des MINES Convention de financement par le fonds de promotion de la compétitivité industrielle dans le cadre d aide de l etat

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Titre du projet «Appui à la mise en œuvre de la stratégie

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ELABORATION D UN GUIDE METHODOLOGIQUE POUR LA CONSTRUCTION DE REFERENTIELS COMPETENCES-EMPLOIS-FORMATIONS DGRU (Direction Générale de la Rénovation Universitaire)

Plus en détail

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet»

Formation des OSC de niveaux 2 et 3 en «Cycle de projet» FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveaux

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie,

NOR: EQUT0501281A. Le ministre des transports, de l équipement, du tourisme et de la mer et le ministre délégué à l industrie, Arrêté du 14 octobre 2005 relatif aux organismes habilités à mettre en œuvre les procédures de vérification «CE» des sous-systèmes et d évaluation de la conformité ou de l aptitude à l emploi des constituants

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES FORMATION ET ASSISTANCE A LA MISE EN PLACE D UN SYSTEME DE NEGOCIATION ET D ALLOCATION DES BUDGETS PAR OBJECTIFS, CONTRACTUALISATION ET SUIVI I. CONTEXTE ET JUSTIFICATIONS 1) Cadre

Plus en détail

Appel à candidatures pour le recrutement d un cadre de suivi et d un responsable de l information et de la communication

Appel à candidatures pour le recrutement d un cadre de suivi et d un responsable de l information et de la communication REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON UNION EUROPEENNE EUROPEAN UNION COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE CAMEROON EUROPEAN UNION COOPERATION Programme d Appui à la Société Civile Civil Society

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

International Laboratory Accreditation Cooperation. Les avantages de l accréditation. global trust. Testing Calibration Inspection

International Laboratory Accreditation Cooperation. Les avantages de l accréditation. global trust. Testing Calibration Inspection International Laboratory Accreditation Cooperation Les avantages de l accréditation La reconnaissance de la compétence en matière d essais L accréditation représente une reconnaissance officielle pour

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

Instruction. relative à la procédure d habilitation des organismes qui procèdent à la qualification des prestataires de services de confiance

Instruction. relative à la procédure d habilitation des organismes qui procèdent à la qualification des prestataires de services de confiance PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Paris, le 8 avril 2011 N 1001/ANSSI/SR NOR : PRM D 1 2 0 1 2 9

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

PO COOPERATION TERRITORIALE 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER

PO COOPERATION TERRITORIALE 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER Page 1 Axe 2 : Intégration économique régionale Service instructeur DRRT Dates agréments CLS 04 Décembre 2008 POURSUITE D UNE MESURE D UN PROGRAMME PRÉCÉDENT Non X Oui, partiellement Oui, en totalité I.

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/11/2012 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5)

AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/11/2012 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA AFRICAN COURT ON HUMAN AND PEOPLES RIGHTS COUR AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES P.O Box 6274 Arusha, Tanzania, Tel: +255 732 979506/9; Fax: +255

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES Conception et Mise en place d un Système National d informations Statistiques du Secteur Minier Termes de

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de l Industrie, de la PME et de la Promotion de l Investissement

République Algérienne Démocratique et Populaire. Ministère de l Industrie, de la PME et de la Promotion de l Investissement République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Industrie, de la PME et de la Promotion de l Investissement CONVENTION DE FINANCEMENT PAR L ETAT DE LA CERTIFICATION AU TITRE DU PROGRAMME

Plus en détail

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie

Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Evaluation de base sur les vulnérabilités socio-économiques et sanitaires des migrants pour un accès effectif aux services de santé en Tunisie Termes de référence Contexte et justification : Dans le cadre

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Mission d appui au développement de la

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UN PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN STATISTIQUE

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UN PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN STATISTIQUE TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UN PROGRAMME REGIONAL DE FORMATION CONTINUE EN STATISTIQUE 1 CONTEXTE ET JUSTIFICATION Compte tenu de l évolution rapide des techniques dans tous les domaines,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DEMANDEURS D EMPLOIS DIPLOMES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ACTION DE FORMATION Contribution à la réalisation d un outil intitulé

Plus en détail

Services en ligne au niveau du MIPI et de ses établissements sous tutelle: Etat des lieux et perspectives

Services en ligne au niveau du MIPI et de ses établissements sous tutelle: Etat des lieux et perspectives Forum sur l administration électronique Ministère de la Poste et des TIC MPTIC Hôtel El Aurassi Dimanche 20 Décembre 2009 Communication du Ministère de l Industrie et de la Promotion des Investissements

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX TITRE Requérant Contribution au projet régional de facilitation des affaires dans l espace UEMOA «eregulations UEMOA» - Phase 2 Commission UEMOA Durée du

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels le 17/03/2012 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation des formateurs en «Management de l innovation» Pièces jointes : Termes de références de la formation.

Plus en détail

Qualité dans un laboratoire

Qualité dans un laboratoire Qualité dans un laboratoire Journée sur «Qualité et Sécurité dans l acte de bâtir» Agadir, le 29/02/2012 Mme HALIMA JABBAR Responsable de la Division d Accréditation DQSM/MCINT AVANTAGE DE L ACCREDITATION

Plus en détail

Messagerie collaborative et unifiée de l Inra

Messagerie collaborative et unifiée de l Inra Messagerie collaborative et unifiée de l Inra Prestation d expertise et d assistance à maitrise d ouvrage pour la conception d un nouveau service. Page 1 sur 7 SUIVI DES MODIFICATIONS Version Eléments

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI148 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Appui à la gestion de subvention du Fonds

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

AVIS DE MANIFESTATION D'INTERET

AVIS DE MANIFESTATION D'INTERET REPUBLIQUE DU NIGER CABINET DU PREMIER MINISTRE Agence de Régulation des Marchés Publics AVIS DE MANIFESTATION D'INTERET L Agence de Régulation des Marchés Publics (ARMP) du Niger a reçu un don (IDF) de

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 24/05/2013 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d enseignants en team building : Pièces jointes : Termes de références de la formation. Monsieur,

Plus en détail

Terme de référence Spécialiste Gestion financière

Terme de référence Spécialiste Gestion financière Terme de référence Spécialiste Gestion financière Sous la supervision générale du Directeur Général de l A.N.P.I, Agence d Exécution du projet les consultants auront pour mission : 1. Le SGF sera responsable

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE :

TERMES DE REFERENCE : MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ----------------------- Unité de Coordination des Programmes Emploi (UCP-Emploi) -----------------------

Plus en détail

Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Cahier des charges

Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Cahier des charges Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Division de la Qualité et de la Sécurité Industrielle Cahier des charges relatif à la sélection des entreprises et organismes

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 26/03/2014 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d administrateurs en audit qualité interne Pièces jointes : Termes de références de la formation.

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 24/05/2013 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d enseignants en coaching : Pièces jointes : Termes de références de la formation. Monsieur, 1.

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi Programme TAEHIL Deux Mesures concrètes pour le programme TAEHIL Formation contractualisée pour l emploi Formation qualifiante ou de reconversion Objectif FCE: Formation contractualisée pour l emploi La

Plus en détail

Objectifs du projet OSCAR 21. Objectif général

Objectifs du projet OSCAR 21. Objectif général Termes de référence pour le recrutement d un(e) consultant(e) Assistant en événementiel juillet 2014 Plan de Communication Lignes budgétaires : 4.2.5 et 4.2.8. du DP3 Plan de Communication O. Contexte

Plus en détail

SECRETARIAT BELAC : MISSIONS ET RESPONSABILITES, ORGANISATION ET PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT

SECRETARIAT BELAC : MISSIONS ET RESPONSABILITES, ORGANISATION ET PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT BELAC 3-02 Rev 4 2015 SECRETARIAT BELAC : MISSIONS ET RESPONSABILITES, ORGANISATION ET PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Exigences ISO 17025 relatives au personnel résumées dans 2 chapitres : 4.1 Organisation Points généraux liés au management 5.2 Personnel

Plus en détail

«Méthodes d évaluation du Système de Management Qualité et de la sécurité informatique»

«Méthodes d évaluation du Système de Management Qualité et de la sécurité informatique» MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet: '' Programme d'harmonisation de l'administration,

Plus en détail

Termes de références de la Formation PAQ-CG N 01/2012

Termes de références de la Formation PAQ-CG N 01/2012 MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet: '' Programme d'harmonisation de l'administration,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES CADRES DE L ADMINISTRATION DANS LE DOMAINE DE LA LOGISTIQUE

TERMES DE REFERENCE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES CADRES DE L ADMINISTRATION DANS LE DOMAINE DE LA LOGISTIQUE REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DU TRANSPORT *** DIRECTION GENERALE DE LA LOGISTIQUE ET DU TRANSPORT MULTIMODAL TERMES DE REFERENCE RENFORCEMENT DES CAPACITES DES CADRES DE L ADMINISTRATION DANS LE DOMAINE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré La Société du Paysage de Grand- Pré Demande de propositions (DP) 13-1415 Services de recrutement d un ou d une cadre de direction Page 1 de 8 Page 2 de 8 Demande de propositions pour des services de recrutement

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

OFFRE POUR CONSULTANCE

OFFRE POUR CONSULTANCE 1 3, Rue du Marché, B.P.1490 Bujumbura- Burundi, Tél. (257) 22 301300 / 301302 OFFRE POUR CONSULTANCE Recrutement d un(e) Consultant(e) national pour le poste d appui au programme «Droits des Femmes, Leadership

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

Formation des OSC de niveau 3 sur «Techniques de montage de projets»

Formation des OSC de niveau 3 sur «Techniques de montage de projets» PROGRAMME DE L UNION EUROPEENNE POUR LA SOCIETE CIVILE ET LA CULTURE TERMES DE REFERENCE Formation des OSC de niveau 3 sur «Techniques de montage de projets» Octobre 2015 1 I. Contexte et justification

Plus en détail

POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT EN VUE DE LA REALISATION

POUR LA SELECTION D UN CONSULTANT EN VUE DE LA REALISATION SSOCIATION ROFESSIONNELLE DES YSTEMES INANCIERS ECENTRALISES DU BURKINA FASO (APSFD-BF) 01 BP 5386 Ouagadougou 01 Burkina Faso Tel.: (00226) 50 36 13 78 Fax: (00226) 50 36 13 78 E-mail: apsfdbf@fasonet.bf

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE Recrutement d un expert en communication institutionnelle Page 1 TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE 1. CADRE GENERAL DU PROGRAMME Le Programme d Appui au Commerce

Plus en détail

----------------------- PROJET C2D EMPLOI DES JEUNES. (Convention d Affectation N CCI 1201 02 Y)

----------------------- PROJET C2D EMPLOI DES JEUNES. (Convention d Affectation N CCI 1201 02 Y) Le C2D, un Partenariat au service du développement Union Discipline -Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ----------------------- Unité

Plus en détail

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP)

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Etude d évaluation des besoins en renforcement des capacités en matière de promotion de l emploi des jeunes au Maghreb (cas du Maroc) I) Contexte et justification

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN PASSATION DES MARCHES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN PASSATION DES MARCHES BURKINA FASO ----------------------------- MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI PROJET EMPLOIS DES JEUNES ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES AU BURKINA FASO (PEJEDEC/BF)

Plus en détail

PROJET D APPUI A LA SOCIETE CIVILE ET A LA RECONCILIATION NATIONALE

PROJET D APPUI A LA SOCIETE CIVILE ET A LA RECONCILIATION NATIONALE RÉPUBLIQUE TOGOLAISE MINISTÈRE AUPRES DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHARGE DE LA PLANIFICATION DU DEVELOPPEMENT ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE UNION EUROPÉENNE FONDS EUROPÉEN DE DÉVELOPPEMENT PROJET

Plus en détail

République Tunisienne

République Tunisienne République Tunisienne Programme d Appui à la mise en œuvre de l Accord d Association (P3A) Tunisie-UE Fiche de Projet de Jumelage traditionnel APPUI A LA MODERNISATION DE L ADMINISTRATION FISCALE Page

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

SEMINAIRE DE CLOTURE DU PROGRAMME DE JUMELAGE RELATIF A LA CONCURRENCE

SEMINAIRE DE CLOTURE DU PROGRAMME DE JUMELAGE RELATIF A LA CONCURRENCE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DU COMMERCE DIRECTION GENERALE DE LA REGULATION ET DE L ORGANISATION DES ACTIVITES DIRECTION DE LA CONCURRENCE JUMELAGE RELATIF A LA CONCURRENCE

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

Programme d'appui à la Formation Professionnelle Agricole et Artisanale (PAFPAA) TERMES DE REFERENCE

Programme d'appui à la Formation Professionnelle Agricole et Artisanale (PAFPAA) TERMES DE REFERENCE Programme d'appui à la Formation Professionnelle Agricole et Artisanale (PAFPAA) TERMES DE REFERENCE ELABORATION DES PLANS D AFFAIRES POUR LES CENTRES DE FORMATION ET OSP AGRICOLES Réalisé en mars 2015

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

PRINCIPAUX ACQUIS DU PROJET

PRINCIPAUX ACQUIS DU PROJET Projet d Appui à l Institut Supérieur de la Profession d Avocat - ISPA PRINCIPAUX ACQUIS DU PROJET Ce projet est financé par l Union européenne OBJECTIFS ET COMPOSANTES DU PROJET D APPUI A L ISPA Ce projet

Plus en détail

dans le cadre de l ordonnance 2005-649

dans le cadre de l ordonnance 2005-649 APPEL A PROPOSITION 2015 dans le cadre de l ordonnance 2005-649 relative aux marchés passés par certaines personnes publiques ou privées non soumises au code des marchés publics FORMATION QUALIFIANTE Assistant(e)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 International Environment House Mél : ssc@pops.int 11-13 chemin des Anémones Site Internet : www.pops.int CH

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Appui à l administration tunisienne pour le développement de l éco-construction

Appui à l administration tunisienne pour le développement de l éco-construction Appui à l administration tunisienne pour le développement de l éco-construction Informations sur le projet : Durée : 24 mois (Mars 2012- Février 2014) Budget : 1 200 000 Gestion: Unité de Gestion du Programme

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI138

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI138 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI138 I. Informations générales Intitulé de la mission Appui au RAME pour le renforcement des capacités de gestion de 16 associations de lutte contre le paludisme, sous-sous-récipiendaires

Plus en détail

25,2 millions d'euros.

25,2 millions d'euros. PREFECTURE DE LA REGION AUVERGNE AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Pour la sélection d'un opérateur financier chargé de la gestion d'un fonds de participation européen régionalisé financé principalement

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif :

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif : Termes de référence Consultant national en coordination du travail gouvernemental I. Information sur la mission Intitulé de la mission: Type de contrat : Lieu de la mission : Durée de la mission : Date

Plus en détail