Vous avez un projet? Guide pour l accueil des jeunes enfants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vous avez un projet? Guide pour l accueil des jeunes enfants"

Transcription

1 Vous avez un projet? Guide pour l accueil des jeunes enfants Édition 2012

2 Table des matières Sommaire Editoriaux 2 Préambule 3 L étude de besoins 7 Les locaux 9 Le personnel (directeur et médecin compris) 16 Le projet d établissement 36 Le règlement de fonctionnement 39 La demande d avis ou d autorisation auprès du PCG 41 Financement par la CAF (fonctionnement et investissement) 49 Annexes Annexe 1 Liste des textes de référence 54 Annexe 2 Adresses utiles 55 Annexe 3 Lexique des sigles 56 Annexe 4 Dérogations aux conditions requises pour la direction 57 Annexe 5 Fonctionnement des établissements de droit privé 59 Annexe 6 Fiche technique «Micro-crèche» 61 Ce guide est consultable sur les sites Internet de la CAF et du Département de Loire- Atlantique :

3 Je suis heureux de vous présenter la 3 ème édition du guide destiné aux promoteurs d établissements d accueil de jeunes enfants. Cette nouvelle version qui intègre la dernière réforme législative en date du 7 juin 2010 atteste une fois encore de l active collaboration inter institutionnelle oeuvrant au bénéfice des familles de Loire-Atlantique. Le partenariat entre la Caisse d Allocations familiales et le Département est riche, vivant, créatif et innovant. Ce guide est un exemple d engagement fort du Département qui s investit pour accompagner la diversité des projets qui émergent sur tout le territoire, soutenir la création de places nouvelles et promouvoir la qualité de l accueil des jeunes enfants. Je remercie les professionnels qui ont rédigé ce guide et je vous souhaite une bonne lecture. Philippe GROSVALET Président du Conseil général de Loire-Atlantique L élaboration d un guide à l intention des promoteurs de structures d accueil de la petite enfance s imposait à l évidence compte tenu des aspects multiples que doit intégrer la réalisation de tels équipements. Fruit d un partenariat entre le Département et la Caisse d allocations familiales, ce document facilitera la démarche de ceux qui souhaitent s engager dans la création de places. La Caisse d allocations familiales encourage les initiatives dans ce domaine par des conseils techniques et aussi, bien sûr, par des aides importantes tant pour l investissement que pour le fonctionnement. Bernard HARY Président de la Caisse d Allocations familiales de Loire-Atlantique - 2 -

4 Préambule Ce livret a été conçu et actualisé par : La Caisse d Allocations Familiales de Loire-Atlantique Le Département de Loire-Atlantique, Conformément au décret n du 1er août 2000 relatif aux établissements et services d accueil des enfants de moins de 6 ans paru au Journal Officiel le 6 août Modifié par les décrets n du 20 février 2007 paru au Journal Officiel le 22 février 2007 et n du 7 juin 2010 paru au Journal Officiel le 8 juin Il concerne les établissements d accueil d enfants de moins de 6 ans, sauf les accueils périscolaires et centres de loisirs sans hébergement : - Crèches Etablissements d accueil régulier collectif (crèche collective) ou familial (crèche familiale) d enfants de moins de 4 ans. - Crèches parentales Etablissements d accueil collectif gérés par une association de parents qui participent à l accueil - Haltes-garderies Etablissements d accueil collectif occasionnel d enfants de moins de 6 ans. - Multi-accueils Etablissements associant plusieurs types d accueil ; le plus souvent accueil collectif, à la fois régulier et occasionnel. Il peut aussi exister des multi-accueils, associant accueil collectif et familial. - Jardins d enfants Etablissements d accueil collectif régulier d enfants de 2 à 6 ans, non scolarisés ou scolarisés à temps partiel. - Micro-crèches Etablissements d accueil collectif dont la capacité est limitée à 10 places. - Services d accueil saisonnier Etablissements d accueil organisés de 6 mineurs et fonctionnant pendant une durée comprise entre 15 jours et 5 mois par an

5 Préambule Promoteur public ou privé, vous envisagez la création, l extension ou la transformation d un établissement d accueil collectif d enfants de moins de 6 ans, Prenez contact simultanément avec : la CAF et le Département la Caisse d Allocations Familiales de Loire-Atlantique Sous Direction Action sociale Service gestion et conseil Le Département de Loire-Atlantique Direction générale de la Solidarité Service de Protection maternelle et infantile 22 rue de Malville BP Nantes cedex Nantes cedex Fax Fax Si vous êtes promoteur privé, vous devez également consulter la collectivité territoriale (mairie, communauté de communes) compétente sur le lieu d implantation

6 Préambule Pour un premier conseil, vous pouvez demander à être reçu par : Le conseiller technique de la Caisse d Allocations Familiales de Loire-Atlantique en charge du secteur géographique d implantation du projet. Le médecin de Protection maternelle et infantile Et/ou la puéricultrice responsable technique du territoire concerné. Le conseiller technique vous accompagne dès le début de votre réflexion. Il vous apporte son appui lors de : - l étude de besoins et la prise de décision quant au choix du service à mettre en œuvre ou à améliorer, - l élaboration du cahier des charges, l examen du projet architectural (fonctionnalité des locaux) et son financement, - la préparation du fonctionnement de la structure envisagée : projet éducatif, personnel, gestion financière et administrative En cours d étude, le service de Protection Maternelle et Infantile peut émettre un avis préliminaire, assorti de remarques qui sont des recommandations concernant tous les points de la future autorisation ou du futur avis d ouverture notamment : - les prestations proposées, - la capacité d accueil, - l adéquation des locaux, - les conditions de fonctionnement, - les effectifs et la qualification du personnel

7 Préambule La coordination de ces missions différentes est assurée par un comité de pilotage réunissant à l initiative de la collectivité territoriale : - le promoteur du projet, - au moins un représentant de la Caisse d Allocations Familiales, - au moins un représentant du Département, et autant que de besoin, - un représentant de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, - l architecte, A l issue de chaque réunion, un compte rendu est établi et diffusé à tous les membres du comité de pilotage

8 L étude de besoins C est une étape préliminaire primordiale qui doit être traitée avec attention et avant le démarrage des autres phases d étude du projet qui en découlent. L étude de besoins est composée de statistiques démographiques, d une évaluation des besoins, à la fois quantitative et qualitative, et d une présentation du site d implantation. LES ELEMENTS STATISTIQUES CONCERNANT LE TERRITOIRE CIBLE Il peut s agir d une commune, un regroupement de communes, en secteur urbain ou rural. Données au niveau Insee - population totale : nombre, âges, situations familiales, catégories socio-professionnelles, - population infantile : nombre d enfants 0 3 ans, 0 6 ans. Données au niveau communal - Nombre de naissances par an pour les six dernières années, - Nombre de permis de construire délivrés lors de trois dernières années, - Zones d habitat prévues pour les prochaines années, - Créations ou développements d emplois, - Eventuellement le nombre de demandes de mode d accueil recensées par la Mairie, les services sociaux, les structures existantes. Données au niveau de la Caisse d Allocations Familiales - Nombre de familles allocataires, prestations familiales perçues au titre de l accueil (modes de garde) d enfant(s)., - Taux d activité des femmes ayant un enfant de moins de 3 ans, - Nombre d enfants de moins de 3 ans et de moins de 6 ans sur les trois années précédentes ou à N et N-3. EVALUATION QUANTITATIVE DES BESOINS La demande potentielle A partir des données recueillies (nombre d enfants de moins de 3 ans et taux d activité féminine), observer : - la demande potentielle en places d accueil régulier (nombre d enfants de moins de 3 ans ayant besoin d une place), - son évolution sur les 3 dernières années ou à N et N

9 L étude de besoins L offre théorique de places : Dénombrer les capacités d accueil : - des établissements d accueil d enfants de moins de 6 ans existants, - des assistantes maternelles agréées : indépendantes ou exerçant en crèche familiale (source PMI RAM structures d accueil familial) - des écoles maternelles (si accueil des enfants dès 2 ans). Le taux de couverture des besoins A partir de la demande potentielle en places d accueil et de l offre théorique : - calcul du taux de couverture des besoins, - calcul du nombre de places théoriques nécessaires à l accueil des enfants. L EVALUATION QUALITATIVE DES BESOINS Il est important de savoir (éventuellement par une enquête auprès de la population potentiellement concernée et/ou des réunions pluridisciplinaires) si les places créées doivent répondre à l accueil : - d enfants dont les parents sont en activité professionnelle ou assimilée, avec des horaires éventuellement atypiques ou décalés, - d enfants, en vue de la socialisation pré-scolaire ou pour répondre aux besoins ponctuels des parents (à l heure, à la ½ journée ou à la journée). L articulation avec un éventuel accueil périscolaire, accueil de loisirs sans hébergement ou relais assistantes maternelles doit être également envisagée tant au niveau des locaux que des horaires d ouverture. LE SITE D IMPLANTATION Les éléments du choix du site d implantation doivent être détaillés en fonction des zones d urbanisation ou d activités existantes et prévues, des accès possibles en transports en commun, des circuits scolaires, - 8 -

10 Les locaux ARTICLES DES DÉCRETS ET ARRÊTÉS DE RÉFÉRENCE Art. R du Code la Santé Publique «Les locaux et leur aménagement doivent permettre la mise en œuvre du projet d établissement ou du service mentionné à l article R de la présente section. Les personnes des établissements doivent pouvoir y accomplir leurs tâches dans des conditions satisfaisantes de sécurité, d hygiène et de confort, en portant aux enfants une attention constante et en organisant de manière adaptée à leurs besoins les repas, le sommeil, le repos, les soins corporels et les activités de jeu et d éveil. Une unité d accueil est un espace aménagé pour offrir, de façon autonome, aux enfants qui y sont accueillis l ensemble des prestations et des activités prévues par le projet d établissement. Un même établissement peut comprendre plusieurs unités d accueil distinctes. L aménagement intérieur des établissements doit favoriser en outre l accueil des parents et l organisation de réunions pour le personnel». SECURITE - ACCESSIBILITE Art. R du Code la Santé Publique «Tout dossier de demande d'autorisation ou d'avis doit comporter les éléments suivants : - L'adresse de l'établissement ou du service d'accueil ; - Le plan des locaux avec la superficie et la destination des pièces. - La copie de la décision d autorisation d ouverture au public prévue à l article L du code de la construction et de l habitat et des pièces justifiant l autorisation prévue à l article R du même code». Coordonnées de la commission de sécurité : cf. annexe 1 - pour Nantes : service communal, - pour le reste du département : service départemental d incendie et de secours (SDIS) - Décret n du 26 janvier 1994 relatif à l accessibilité aux personnes handicapées des locaux d habitation, des établissements et installations recevant du public, modifiant et complétant le Code de la construction et de l habitation et le Code de l urbanisation. HYGIENE ALIMENTAIRE Normes de la réglementation collective à respecter : - Arrêté ministériel du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Journal officiel du 23 octobre

11 Les locaux ANALYSE COMMENTAIRES COMPLÉMENTS D INFORMATION FONCTIONNALITÉ DES ESPACES INTERIEURS Les liens fonctionnels entre les différents espaces devront favoriser la perception d une unité de lieu de vie au cours de la journée. Le petit enfant accède progressivement pendant ses 3 premières années au sentiment continu d exister. L espace doit favoriser cette expérience garante de sa sécurité intérieure. Il conviendra donc d organiser une continuité entre les espaces d éveil, de sommeil et de changes utilisés par un même petit groupe d enfants, et de limiter les circulations générant des incursions répétées dans des espaces de vie qui ont besoin de stabilité. Les espaces intérieurs comprendront au minimum : Accueil Vestiaire Local poussettes Lieu convivial pour les parents et les enfants comportant : - espace abrité et sécurisé pour le stockage des poussettes dans la journée, - table à langer et bancs pour le déshabillage, - casiers individuels, - porte-manteaux suffisamment espacés, - panneau d affichage (règlement de fonctionnement, projet éducatif, planning du personnel, menus, réunions etc.). Plusieurs salles d éveil dont une pouvant servir de salle à manger pour : - proposer des activités «décloisonnées», - limiter la fatigue des enfants et des adultes en grand groupe, - préserver les enfants accueillis à la journée des allées et venues des autres enfants et de leurs parents. Salle de repos - permettant la surveillance des enfants (oculus dans la porte, bandeau vitré dans la cloison, ) - plusieurs salles de repos pour respecter le rythme des enfants. La qualité du sommeil des petits enfants favorise leur croissance physique et leurs apprentissages. Le déficit de sommeil peut entraîner irritabilité et troubles de la mémorisation. Les établissements d accueil de jeunes enfants auront à cœur d offrir des espaces de sommeil à la hauteur de l enjeu que représente cette fonction vitale pour le développement harmonieux du tout petit. Sanitaires - salle d eau avec lavabo à pédale et baignoire(s) enfants, table(s) à langer à proximité, avec visibilité (ou non) sur la salle d éveil mais préservant toujours l intimité du change par pudeur et par souci de favoriser une relation individuelle pendant les soins. - W.C. séparés par des cloisons à mi-hauteur et lavabos adaptés aux enfants, - sanitaires adultes

12 Cuisine et réserves - biberonnerie : plan de travail, lavabo, réfrigérateur et chauffe-biberon placés à proximité voire dans le lieu de vie des bébés, - cuisine aménagée : table de cuisson, four, réfrigérateur, évier (eau chaude et froide), placard, plan de travail, - réserves : prévoir un local ou un placard spécial et, éventuellement, un congélateur (obligatoire en cas d utilisation de produits surgelés). Cet espace sera adapté en fonction du nombre de repas et du mode de restauration choisi et respectera la marche en avant du circuit propre/sale. Pour des raisons d hygiène, la cuisine ne peut remplir les fonctions de buanderie ou de local ménage. Tout établissement proposant une restauration (qu elle soit livrée ou confectionnée sur place) est astreinte à une déclaration en Préfecture

13 Les locaux ANALYSE COMMENTAIRES COMPLÉMENTS D INFORMATION Services généraux - bureau du directeur : accueil, secrétariat, téléphone } l une de ces 2 pièces doit être équipée } d un point d eau et d une table pour - salle de détente et de réunion pour le } permettre les visites médicales des personnel (équipé d un point d eau, voire } enfants. Ces locaux doivent aussi d un réfrigérateur pour d éventuelles pauses } pouvoir assurer la confidentialité. avec restauration sur place) - vestiaires du personnel avec des placards fermés à clé pour le stockage des effets personnels - buanderie (lave-linge, sèche-linge, évier, produits d entretien), chariots de ménage, dévidoir à serpillière) - local ménage avec dévidoir à serpillières et pouvant contenir le chariot de ménage - local poubelles - locaux de rangements du matériel éducatif et de stockage des jeux extérieurs, en complément des placards prévus dans les salles de jeux. Qualité des locaux Les locaux doivent répondre aux normes actuelles de sécurité sanitaire : - absence de peinture au plomb. Une attention particulière sera portée à l état des revêtements muraux ainsi qu aux portes, fenêtres et boiseries. - absence d amiante, - distance des champs électromagnétiques créés par les lignes haute tension, transformateurs électriques et relais de téléphones portables. L isolation acoustique doit être soignée afin de garantir une absorption optimale des bruits produits. L isolation thermique devra faire l objet d une étude approfondie. Il conviendra de porter une attention particulière à l orientation et la superficie des parois vitrées. Toutes les portes doivent être équipées de systèmes anti-pince doigts. Les arrêtes vives des murs, poteaux et meubles seront protégés, afin de limiter les risques de blessure. Enfin, le respect des normes de construction du label «Haute Qualité Environnementale» est vivement souhaité. Entretien des locaux Il doit être prévu avant l arrivée des enfants si le lieu est d usage polyvalent. Une fiche technique concernant les mesures d hygiène générale applicables aux lieux d accueil pour la petite enfance est disponible sur simple demande au service de Protection maternelle et infantile de Loire-Atlantique, BP Nantes cedex 1 ou consultable sur le site internet du Département de Loire-Atlantique (www.loire-atlantique.fr)

14 Les locaux ANALYSE COMMENTAIRES COMPLÉMENTS D INFORMATION LES ESPACES EXTERIEURS Le jardin est un espace d éveil et de jeux à ciel ouvert qui permet : - de s aérer, - de dépenser de l énergie, - d entrer en relation avec la nature. De ce fait, tout établissement devrait posséder un jardin (ou une/des terrasses) suffisamment spacieux, ombragé, clos (hauteur des clôtures : minimum 1 m20) et aménagé en vue de remplir auprès des enfants, petits et grands, les trois fonctions citées plus haut, et ceci en toute sécurité. Les éventuelles structures de jeux doivent être conformes aux normes en vigueur. En ce qui concerne les terrasses, elles doivent être sans danger, et d une surface minimale de 3 m² par enfant. Les espèces végétales dangereuses seront évitées. Une fiche technique concernant les espèces végétales conseillées et déconseillées dans l environnement des jeunes enfants est disponible sur simple demande au service de Protection maternelle et infantile de Loire-Atlantique - Bp Nantes cedex 1 ou consultable sur le site internet du Département de Loire-Atlantique (www.loire-atlantique.fr). Une fiche technique concernant l hygiène des bacs à sable est disponible sur simple demande au service de Protection maternelle et infantile de Loire-Atlantique - Bp Nantes cedex 1 ou consultable sur le site internet du Département de Loire-Atlantique (www.loireatlantique.fr). Les places de stationnement des voitures du personnel et des parents venant déposer et chercher leur(s) enfant(s) devront être étudiées avant la décision définitive de l implantation de l établissement, dans le respect de la réglementation (Plan Local d Urbanisme et Règlement d Urbanisme). Prévoir un cheminement sécurisé pour les piétons. Certains éléments de ce programme peuvent être adaptés avec souplesse, en fonction de la capacité d accueil de l établissement (pour les micro-crèches, cf page 62)

15 Les locaux ANALYSE COMMENTAIRES COMPLÉMENTS D INFORMATION SUPERFICIE DES LOCAUX Composantes Espaces enfants Personnel Services Parents Total Jardin ou terrasse En surfaces utiles 3 m² / enfant d espace d activités 2 m² / enfant pour le sommeil auxquels il convient d ajouter les espaces sanitaires et de change Soit au total 5 à 8 m² / enfant Salle de détente et de réunion Vestiaires Bureau Cuisine réserves biberonnerie - lingerie rangements local poubelles chaufferie ménage Accueil vestiaires local poussettes 10 à 12 m² par enfant 3 m² par enfant. Avec local de rangement pour les jeux extérieurs

16 Notes personnelles

17 Le personnel ARTICLES DE RÉFÉRENCE DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Les conditions préalables Art. R du Code la Santé Publique «Les personnes gestionnaires des établissements et services d accueil s assurent, dans les conditions prévues à l article 776 du code de procédure pénale, que les personnes qu elles recrutent pour exercer des fonctions, à quelque titre que ce soit, dans ces établissements et services, satisfont aux dispositions de l article L133-6 du code de l action sociale et des familles». L effectif du personnel Art. R du Code la Santé Publique «L effectif du personnel encadrant directement les enfants est d un professionnel pour cinq enfants qui ne marchent pas et d un professionnel pour huit qui marchent. Toutefois, dans les jardins d enfants, l effectif du personnel placé auprès des enfants âgés de 3 à 6 ans, est calculé de manière à assurer la présence d un professionnel pour 15 enfants en moyenne. Les enfants et assistantes maternelles qui les accompagnent, présents occasionnellement dans un établissement d accueil collectif, notamment dans le cadre d une structure multi-accueil, ne sont pas comptés dans les effectifs des enfants et des personnels retenus pour le calcul des taux d encadrement prévus aux premier et au deuxième alinéas du présent article. Pour les établissements d une capacité inférieure ou égale à trente places, la personne assurant la direction de l établissement ou du service peut être partiellement prise en compte dans le calcul de l effectif du personnel placé auprès des enfants. Cette prise en compte est limitée à un demi-poste au maximum pour les établissements ou services d une capacité supérieure à seize places et inférieure ou égale à trente places. L usage de cette faculté est subordonné à l autorisation du président du Conseil général pour les établissements gérés par une personne de droit privé, ou à son avis pour les établissements gérés par une collectivité publique, délivrés dans les conditions prévues aux articles R et R Le président du Conseil général prend en compte, pour donner son autorisation ou formuler son avis, la capacité de l établissement et son amplitude d ouverture, les missions déléguées au directeur, les aides dont il dispose, ainsi que la qualification et l expérience des personnels chargés des enfants. Cette possibilité ne peut être cumulée avec celle ouverte par les dispositions de l article R Pour les établissements ou services d une capacité supérieure à soixante places, la personne assurant les fonctions de directeur adjoint peut être partiellement prise en compte dans le calcul de l effectif du personnel encadrant directement les enfants dans la limite d une quotité de travail égale au quart de son temps de travail»

18 Le personnel ANALYSE COMMENTAIRES COMPLÉMENTS D INFORMATION LES CONDITIONS PRÉALABLES D EMBAUCHE Lors de chaque embauche (même à durée déterminée), l employeur doit demander au futur employé de fournir : - l original des diplômes, - un extrait du casier judiciaire n 3, - un certificat médical d aptitude au travail en collectivité d enfants qui sera ensuite renouvelé annuellement, - une radio pulmonaire, - les certificats de vaccinations : - anti-diphtérie, tétanos, polio, hépatite B, - anti-tuberculeux pour les jeunes de moins de 25 ans, - anti-rubéolique pour les femmes. L EFFECTIF DU PERSONNEL A l intérieur de l établissement 1 professionnel pour 5 enfants qui ne marchent pas Effectif 1 professionnel pour 8 enfants qui marchent Toujours deux au minimum Le taux d encadrement d une structure d accueil dépend de l âge des enfants accueillis et du nombre d enfants réellement présents. Ce taux ne diminue pas pendant le temps de sieste des enfants et représente un nombre de personnes se consacrant directement à l encadrement des enfants, ce qui exclut de ce calcul : - les stagiaires, - les personnes employées en vue d une réinsertion professionnelle, - les personnels techniques (chargés de l entretien des locaux, du linge ou de la préparation des repas, ), - le directeur (intégration possible d une partie de son temps de travail lorsqu il est dégagé de certaines tâches administratives, cette possibilité n existe que pour les établissements d une capacité maximum de 30 places et après avis du Président du Conseil général. Pour les sorties extérieures 1 accompagnateur adulte pour deux enfants de moins de 3 ans Effectif 1 accompagnateur adulte pour trois enfants entre 3 et 4 ans 1 accompagnateur adulte pour quatre enfants de plus de 4 ans Il faut un accompagnateur adulte par enfant lorsqu il s agit de sortie à la piscine. Les parents ou des stagiaires peuvent assurer cet accompagnement sous la responsabilité des professionnels présents. Il n y a pas d interdiction concernant les transports en commun. Il revient au gestionnaire d en considérer les risques éventuels et de prévenir les parents. Pour les transports en car, les consignes de sécurité routière doivent être respectées. Si les parents signent un accord de sortie extérieure en début de contrat d accueil, celui-ci doit être explicite (précisant les différentes modalités de sortie possibles). Préalablement à chaque sortie, les parents seront informés des conditions précises d organisation pour avoir la possibilité de formuler leur opposition, s ils le souhaitent

19 Le personnel ARTICLES DE RÉFÉRENCE DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE La qualification du personnel Article R du Code de la Santé Publique «Les établissements et services d une capacité supérieure à 10 places veillent à s assurer, compte tenu du nombre, de l âge et des besoins des enfants qu ils accueillent et de leur projet éducatif et social, le concours d une équipe pluridisciplinaire composée de professionnels qualifiés, notamment dans les domaines psychologique, social, sanitaire, éducatif et culturel.» Article R du Code de la Santé Publique «Les établissements d accueil collectif d une capacité égale ou supérieure à vingt-cinq places disposent d éducateurs de jeunes enfants diplômés d Etat à raison d au moins un demi-poste, auquel il est ajouté un demi-poste de plus par tranche complète de vingt places supplémentaires au-delà de vingt-cinq. Les services d accueil familial d une capacité égale ou supérieure à trente places disposent d éducateurs de jeunes enfants diplômés d Etat à raison d au moins un demi-poste, auquel il est ajouté un demi-poste de plus par tranche complète de trente places supplémentaires au-delà de trente.» Article R du Code de la Santé Publique «Le personnel chargé de l encadrement des enfants est constitué : 1 Pour quarante pour cent au moins de l effectif, des puéricultrices diplômées d Etat, des éducateurs de jeunes enfants diplômés d Etat, des auxiliaires de puériculture diplômés, des infirmiers diplômés d Etat ou des psychomotriciens diplômés d Etat ; 2 Pour soixante pour cent au plus de l effectif, des titulaires ayant une qualification définie par arrêté du ministre chargé de la famille, qui doivent justifier d une expérience ou bénéficier d un accompagnement définis par le même arrêté.»

20 Le personnel ANALYSE COMMENTAIRES COMPLEMENTS D INFORMATION LA QUALIFICATION DU PERSONNEL Les qualifications des professionnels se consacrant à l accueil des enfants doivent respecter les pourcentages suivants : Puéricultrice (eur) Educatrice (eur) de jeunes enfants Auxiliaire de puériculture Infirmière (er) Psychomotricien (enne) Autres personnels qualifiés (défini par arrêté non paru à ce jour) avec : soit expérience soit accompagnement 40 % à 100 % 0 à 60 % Les «autres personnels qualifiés» peuvent entre autres être titulaires des diplômes suivants : - Cap petite enfance - TISF * - BEATS option Petite Enfance ** - BEP sanitaire et social - CAP aide à domicile - DE d Auxiliaire de Vie Sociale Ils peuvent également être détenteurs d autres diplômes ou qualifications : - DE d aide médico-psychologique - BEP agricole, option «services aux personnes» - certificat de qualification professionnelle Garde d enfants visé à l arrêté du 5 février titre professionnel d assistant(e) de vie. Le gestionnaire doit respecter les normes du code de la Santé publique à chaque renouvellement du personnel Outre les professionnels auprès des enfants, l équipe comprend des professionnels chargés de la restauration, de l entretien du linge et des locaux. Tout le personnel chargé de la préparation des repas (même s ils sont livrés) doit bénéficier d une formation HACCP (gestion des risques alimentaires). * TISF : Technicien de l intervention sociale et familiale ** BEATS : Brevet d état d animateur technicien spécialité «activités sociales et vie locale» (ancien BEATP : Brevet d état d animateur technicien de l éducation populaire de la jeunesse)

21 Le personnel ARTICLES DE RÉFÉRENCE DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE La qualification du directeur (pour les établissements d une capacité supérieure à 10 enfants) Article R du Code de la Santé Publique «Sous réserve de l application des dispositions des articles R et R , la direction d un établissement ou d un service d accueil peut être confiée : 1 soit à une personne titulaire du diplôme d Etat de docteur en médecine, 2 soit à une personne titulaire du diplôme d Etat de puéricultrice justifiant de trois années d expérience professionnelle, 3 soit à une personne titulaire du diplôme d Etat d éducateur de jeunes enfants, à condition : - qu elle justifie d une certification au moins de niveau II enregistrée au répertoire national des certifications professionnelles prévu à l article L335-6 du code de l éducation, attestant de compétences dans le domaine de l encadrement ou de la direction, - qu elle justifie de trois ans d expérience professionnelle, - que l établissement ou le service comprenne dans son effectif une puéricultrice diplômée d Etat ou, à défaut, un infirmier ou une infirmière diplômé(e) d Etat justifiant au moins d une année d expérience professionnelle auprès de jeunes enfants.» Article R du Code de la Santé Publique «La direction d un établissement ou d un service d accueil d une capacité inférieure ou égale à quarante places peut être confiée soit à une puéricultrice diplômée d état justifiant de 3 ans d expérience professionnelle, soit à un éducateur de jeunes enfants diplômé d Etat justifiant de trois années d expérience professionnelle, sous réserve qu il s adjoigne le concours, dans les conditions définies par l article R , d une puéricultrice diplômée d Etat ou, à défaut, d un infirmier ou d une infirmière diplômé(e) d Etat justifiant au moins d une année d expérience professionnelle auprès de jeunes enfants. La direction d un établissement ou d un service d accueil d une capacité inférieure ou égale à vingt places et la responsabilité technique d un établissement à gestion parentale peuvent être confiées : 1 soit à une puéricultrice diplômée d Etat justifiant de trois années d expérience professionnelle, 2 soit à un éducateur de jeunes enfants diplômé d Etat justifiant de trois années d expérience professionnelle. Les dispositions des deux alinéas précédents s entendent sous réserve de l application des dispositions de l article R » Article R du Code de la Santé Publique «Le directeur d un établissement ou d un service d une capacité supérieure à soixante places est assisté d un adjoint répondant aux conditions de qualification et d expérience prévues aux articles R , R ou R »

Établissement expérimental. Micro-structure Accueil de neuf enfants maximum

Établissement expérimental. Micro-structure Accueil de neuf enfants maximum Établissement expérimental Micro-structure Accueil de neuf enfants maximum Établissements expérimentaux, généralités Article R2324-47 du code de la santé publique (Décret nº 2007-230 du 20 février 2007

Plus en détail

gras souligné. gras Décret n 2007-230 du 20 février 2007 Nouveau texte en fonction du décret du 7 juin 2010 Chapitre IV Chapitre IV

gras souligné. gras Décret n 2007-230 du 20 février 2007 Nouveau texte en fonction du décret du 7 juin 2010 Chapitre IV Chapitre IV .Lecture : Dans la colonne 1, les dispositions supprimées ou modifiées (en colonne 2) figurent en gras souligné. Dans la colonne 2, les dispositions modifiées ou nouvelles figurent en gras en fonction

Plus en détail

tout savoir sur les MICRO-CRECHES

tout savoir sur les MICRO-CRECHES A tout savoir sur les JUIN 2013 Les micro-crèches constituent un mode d accueil collectif du jeune enfant en pleine expansion. Le Service de la Protection Maternelle et Infantile (PMI) du Conseil Général

Plus en détail

Méthodologie des jardins d éveil

Méthodologie des jardins d éveil Méthodologie des jardins d éveil Conformément à l engagement du Président de la République, 200 000 offres d accueil du jeune enfant seront crées d ici à 2012 pour répondre aux besoins de l ensemble des

Plus en détail

Multi-accueil de 20 berceaux (au sein de la future Maison de la Petite Enfance) : - 2 Agents Polyvalents

Multi-accueil de 20 berceaux (au sein de la future Maison de la Petite Enfance) : - 2 Agents Polyvalents Dans le cadre de l ouverture de la Maison de la Petite Enfance courant 2013, la Ville de Juvisy-Sur-Orge recrute pour l ensemble de ses structures petite enfance : Multi-Accueil 60 berceaux (au sein de

Plus en détail

Le Plan Petite Enfance présenté par le Gouvernement en novembre 2006 a initié une nouvelle formule d'accueil expérimentale "micro-crèches".

Le Plan Petite Enfance présenté par le Gouvernement en novembre 2006 a initié une nouvelle formule d'accueil expérimentale micro-crèches. Dossier pour la création à titre expérimental d une mini structure d accueil de jeunes enfants en Lot-et-Garonne Le cadre de référence Article R.2324-47 du Code de la Santé Publique Décret n 2010-613 du

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Guide de création d un jardin d éveil dans le Doubs

Guide de création d un jardin d éveil dans le Doubs Guide de création d un jardin d éveil dans le Doubs www.doubs.fr 1 Sommaire Préambule p. 3 Démarche pour la création d un jardin d éveil p. 4 Réglementation Procédure de création d un jardin d éveil Fonctionnement

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM)

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) Edition 2008 2013 CDAJE 38 Commission départementale de l accueil des jeunes enfants CDAJE 38 1 Par dérogation à l article

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement les aides de la Caf pour le financement L investissement Depuis 2000, sept plans nationaux d investissement ont été mis en œuvre par la branche. Ils ont permis l ouverture de 66 438 places. Le dernier

Plus en détail

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L Ecole d Auxiliaires de Puériculture de la Fondation LENVAL à Nice assure la formation des auxiliaires de puériculture depuis 2010. A cette

Plus en détail

Le rôle du médecin en crèche

Le rôle du médecin en crèche Le rôle du médecin en crèche SOMMAIRE EDITO 3 I - PROFIL DE POSTE 4 II - ANNEXES 1) Décret 2007-230 du 20 février 2007 7 2) Mesures préventives 20 3) Protocoles 3-1 Des protocoles : pour qui, pourquoi?

Plus en détail

RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS

RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS Règlement approuvé par délibération du Conseil Municipal en date du 29 juin 2015 Les parents devront en

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels

Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Fiche de fonction responsable Relais Assistants Maternels Les Relais assistants maternels (Ram) ont été créés en 1989 par la Caisse Nationale des Allocations Familiales. L existence et les missions des

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE DIRECTEUR DES CONSERVATOIRES DE PARIS

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE DIRECTEUR DES CONSERVATOIRES DE PARIS COMMISSION D ÉQUIVALENCE POUR L ACCÈS AUX CONCOURS DES ADMINISTRATIONS PARISIENNES 2, rue de Lobau 75196 PARIS Cedex 04 www.paris.fr drh.ceacap@paris.fr Nom : Prénom : Catégorie envisagée (1 ère et/ou

Plus en détail

TD13. > L accueil collectif. Activité 1 > Les différents accueils de la petite enfance

TD13. > L accueil collectif. Activité 1 > Les différents accueils de la petite enfance CHAPITRE 4 L accueil de la petite enfance Les écoles maternelle et élémentaire > L accueil collectif TD13 mémo 6 OBJECTIFS > Caractériser les différents modes d accueil collectif > Énoncer la qualification

Plus en détail

guide technique et de préconisations pour la création De maisons d assistants maternels

guide technique et de préconisations pour la création De maisons d assistants maternels guide technique et de préconisations pour la création De maisons d assistants maternels Aux termes de l article L.421-1 du Code de l Action Sociale et des Familles (CASF) «l assistant maternel est la personne

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE AGENTS SPÉCIALISÉS DES ÉCOLES MATERNELLES DE LA COMMUNE DE PARIS

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE AGENTS SPÉCIALISÉS DES ÉCOLES MATERNELLES DE LA COMMUNE DE PARIS COMMISSION D ÉQUIVALENCE POUR L ACCÈS AUX CONCOURS DES ADMINISTRATIONS PARISIENNES 2, rue de Lobau 75196 PARIS Cedex 04 www.paris.fr drh.ceacap@paris.fr Nom : Prénom : DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Règlement Intérieur Accueil de Loisirs Sans Hébergement (dès 3 ans)

Règlement Intérieur Accueil de Loisirs Sans Hébergement (dès 3 ans) Règlement Intérieur Accueil de Loisirs Sans Hébergement (dès 3 ans) Bébé en Ville 9 rue Gustave Flaubert 66 000 Perpignan 04 68 86 43 46 www.bebeenville.fr Présentation de Gestionnaire L Accueil de Loisirs

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS. Bobigny, le 16 septembre 2011

PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS. Bobigny, le 16 septembre 2011 PREFECTURE DE LA SEINE SAINT DENIS DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DE SEINE-SAINT-DENIS ------------ Pôle Insertion Affaire suivie par : Monsieur VIGNERON Téléphone : 01.41.60.71.02 Fax

Plus en détail

Monsieur le Maire Mairie de Saint-Ouen - 7 place de la République 93406 SAINT-OUEN Cedex. demande-recrutement@mairie-saint-ouen.fr

Monsieur le Maire Mairie de Saint-Ouen - 7 place de la République 93406 SAINT-OUEN Cedex. demande-recrutement@mairie-saint-ouen.fr LA DIRECTION DE L ÉDUCATION ET DE L ENFANCE pour le service Enfance des animateurs (H/F) Réf-15-058 Cadre d emploi des Adjoints Territoriaux d Animation Assurer la sécurité physique et morale des enfants

Plus en détail

un métier parfois complexe

un métier parfois complexe un métier parfois complexe La loi du 27 juin 2005 a amélioré le statut des assistants familiaux. Aujourd hui, ils sont reconnus comme de vrais professionnels de la protection de l enfance et bénéficient

Plus en détail

référentiel mode d accueil à l usage des enfants et de Leurs familles guide petite enfance d accueil

référentiel mode d accueil à l usage des enfants et de Leurs familles guide petite enfance d accueil référentiel mode d accueil à l usage des enfants et de Leurs familles guide d accueil petite enfance Pôle sanitaire social SOMMAIRE 2 Mode d accueil p.3 La crèche collective ou «accueil collectif régulier»

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Missions Conditions d accueil Fonctionnement

Missions Conditions d accueil Fonctionnement Crèche collective : accueil régulier collectif : Accueille à temps complet ou à temps partiel et de façon régulière les enfants de moins de 4 ans. La crèche peut aussi répondre à un besoin ponctuel particulier

Plus en détail

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse :

DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS. Adresse : DOSSIER POUR LE RENOUVELLEMENT D AGREMENT DU RELAIS ASSISTANTS MATERNELS DE Adresse : SOMMAIRE I BILAN DE LA PERIODE D AGREMENT DU AU 1. LE RELAIS 2. LE PERSONNEL DU RELAIS 3. L EMPLOI DU TEMPS DE L ANIMATEUR

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

L ASSISTANTE MATERNELLE

L ASSISTANTE MATERNELLE L ASSISTANTE MATERNELLE Définition Historique Réglementation Devenir assistante maternelle (ass. mat) : - dépôt de candidature - examen de la demande de candidature - décision du Président du Conseil Général

Plus en détail

2016 formation. qualifiante

2016 formation. qualifiante 2016 formation qualifiante Surveillant(e)s de nuit qualifié(e)s Maître(sse)s de maison CREAI ChAmpAgnE-ARdEnnE : Cité Administrative Tirlet - Bât. 3-51036 ChAlons en ChAmpAgne Cedex tél. : 03 26 68 35

Plus en détail

QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE?

QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE? PUERICULTRICE QUEL EST LE METIER DE LA PUERICULTRICE? L infirmière puéricultrice ou l infirmier puériculteur est un infirmier spécialisé qui exerce des activités de soin et d éducation dans les établissements

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

Pour la création d une maison d assistants maternels

Pour la création d une maison d assistants maternels CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Mars 2011 CHARTE DÉPARTEMENTALE Pour la création d une maison d assistants maternels Le Code de l Action Sociale et des Familles

Plus en détail

Guide des établissements d accueil des enfants de moins de 6 ans dans la Loire

Guide des établissements d accueil des enfants de moins de 6 ans dans la Loire Guide des établissements d accueil des enfants de moins de 6 ans dans la Loire Ce guide est à l usage des porteurs de projets, des professionnels, des gestionnaires, des collectivités locales. GUIDE DES

Plus en détail

NOTE D INFORMATION L AGENT TERRITORIAL SPÉCIALISÉ DES ÉCOLES

NOTE D INFORMATION L AGENT TERRITORIAL SPÉCIALISÉ DES ÉCOLES L AGENT TERRITORIAL SPÉCIALISÉ DES ÉCOLES M AT E RNE L L E S Note d information réalisée par le rectorat de l académie de Montpellier, le centre national de la fonction publique territoriale, le centre

Plus en détail

Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD

Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD 1 Référentiel des compétences visées dans le cadre de la formation BAFD FINALITES «Permettre d encadrer à titre professionnel, de façon occasionnelle, des enfants et des adolescents en centres de vacances

Plus en détail

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Fiche de lecture : Loi n 2010-751 du 05/07/2010 relative à la rénovation du dialogue social et comportant diverses dispositions relatives à la fonction publique

Plus en détail

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse

Signature du Contrat Enfance Jeunesse. Départemental. Dossier de presse M e r c r e d i 1 e r O c t o b r e 2 0 1 4 Dossier de presse Signature du Contrat Enfance Jeunesse Départemental par Solange BERLIER, Vice- Présidente du Conseil général, chargée de la petite enfance,

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL ARTICLE 1 FONCTIONNEMENT

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL ARTICLE 1 FONCTIONNEMENT REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL L accueil collectif de mineurs intercommunal est une action dépendante de la Communauté de Communes Epte-Vexin-Seine. Habilité par le ministère

Plus en détail

Bienvenue à la Réunion d information des Accueils Collectifs de Mineurs du Puy de Dôme. Vendredi 7 juin 2013. DDCS du Puy de Dôme, 07/06/13

Bienvenue à la Réunion d information des Accueils Collectifs de Mineurs du Puy de Dôme. Vendredi 7 juin 2013. DDCS du Puy de Dôme, 07/06/13 Bienvenue à la Réunion d information des Accueils Collectifs de Mineurs du Puy de Dôme Vendredi 7 juin 2013 Aménagement des rythmes éducatifs Intervention de Madame Véronique SERVE, responsable des aides

Plus en détail

Demande d agrément d assistant(e) maternel(le)

Demande d agrément d assistant(e) maternel(le) N 13394*01 Demande d agrément d assistant(e) maternel(le) Notice Vous allez faire une demande d agrément ou de renouvellement d agrément pour exercer la profession d assistant(e) maternel(le) ; ce métier

Plus en détail

Cadre légal de la formation des assistants maternels agréés

Cadre légal de la formation des assistants maternels agréés Cadre légal de la formation des assistants maternels agréés -Art. 421-14 de la loi du 27 juin 2005 : «Tout assistant maternel agréé doit suivre une formation dont les modalités de mise en œuvre par le

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

Mise à jour validée par la CDAJE au 4 Juin 2014. Commission Départementale de l Accueil du Jeune Enfant BP 3007 06201 NICE Cedex 3

Mise à jour validée par la CDAJE au 4 Juin 2014. Commission Départementale de l Accueil du Jeune Enfant BP 3007 06201 NICE Cedex 3 Mise à jour validée par la CDAJE au 4 Juin 2014 Commission Départementale de l Accueil du Jeune Enfant BP 3007 06201 NICE Cedex 3 Un assistant maternel est agréé par le Conseil départemental. Il peut moyennant

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS?

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS? Mise à jour Septembre 2011 Un assistant maternel est agréé par le Conseil général. Il peut moyennant rémunération, accueillir habituellement et de façon non permanente des mineurs : - à son domicile (art.

Plus en détail

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE LOI DU 20 JUILLET 2011 ET SES DÉCRETS D APPLICATION Loi n 2011-867 du 20 juillet 2011 relative à l organisation de la médecine du travail, décrets 2012-134

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE CONSEILLER SOCIO-ÉDUCATIF

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE CONSEILLER SOCIO-ÉDUCATIF COMMISSION D ÉQUIVALENCE POUR L ACCÈS AUX CONCOURS DES ADMINISTRATIONS PARISIENNES 2, rue de Lobau 75196 PARIS Cedex 04 www.paris.fr drh.ceacap@paris.fr Nom : Prénom : DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE

Plus en détail

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DEFINITION DU METIER L aide soignant exerce son activité sous la responsabilité de l infirmier, dans le cadre du rôle propre qui relève de l initiative de celui-ci, défini

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Délégation interministérielle à la famille

Délégation interministérielle à la famille Délégation interministérielle à la famille Circulaire Interministérielle DIF/DGAS/DGS/DGESCO/ DGER/DGEFP No 2006-556 du 22 décembre 2006 relative à la mise en place de plates-formes de formation aux métiers

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

Le Conseil général à votre service Guide d Accueil

Le Conseil général à votre service Guide d Accueil Le Conseil général à votre service Guide d Accueil de votre enfant chez un assistant maternel Sommaire La définition de la profession d assistant maternel... 5 L agrément de l assistant maternel... 6 Une

Plus en détail

Guide pratique : questions-réponses

Guide pratique : questions-réponses Lyon, le 22/09/04 L Inspecteur d Académie, Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale à InspectionAcadémique Politique de santé en faveur des élèves Service médical - Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Guide petite enfance. à l usage des porteurs de projets. guide petite enfance décembre 2012

Guide petite enfance. à l usage des porteurs de projets. guide petite enfance décembre 2012 Guide petite enfance à l usage des porteurs de projets 1 décembre 2012 Sommaire Partie 1 : Les étapes pour la création d un équipement ou d un service 1.1 la procédure départementale page 4 1.2 la présentation

Plus en détail

Contenu du métier. Contenu du métier

Contenu du métier. Contenu du métier FICHE METIER et PASSERELLES ASSISTANT(E) D'ACCUEIL PETITE ENFANCE Domaines : Domaine Services à la personne - Sous domaine : Education et animation Code fiche du répertoire des métiers territoriaux : 06/D/23

Plus en détail

PRESENTATION DU MODULE DE FORMATION FACULTATIF DE 70 HEURES pour l obtention du Diplôme d AUXILIAIRE DE PUERICULTURE par la VAE

PRESENTATION DU MODULE DE FORMATION FACULTATIF DE 70 HEURES pour l obtention du Diplôme d AUXILIAIRE DE PUERICULTURE par la VAE GRETA OISE OCCIDENTALE Lycée Paul Langevin Dossier suivi par Evelyne LANGUIGNON Téléphone 03.44.12.14.90 Fax 03.44.12.14.99 Mél. elanguignon.greta@acamiens.fr www.gretabvs.com 3, avenue Montaigne 60000

Plus en détail

Contrat de bénévolat «Stagiaires (hors convention de formation), animateurs Soutien scolaire et autres intervenants...»

Contrat de bénévolat «Stagiaires (hors convention de formation), animateurs Soutien scolaire et autres intervenants...» ASSOCIATION LES FOGIERES LIEUX D ACCUEILS SPECIALISES POUR ENFANTS LA COMBE 42660 ST GENEST-MALIFAUX Tél. : 04/77/51/43/15 Fax : 04/77/51/44/68 association.les.fogieres@wanadoo.fr Contrat de bénévolat

Plus en détail

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 45 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 45 - TABLEAU COMPARATIF Code de l action sociale et des familles Art. L. 121-7. Sont à la charge de l État au titre de l aide sociale : 1 Les dépenses d aide sociale engagées en faveur des personnes

Plus en détail

Les Maisons d Assistants Maternels (MAM)

Les Maisons d Assistants Maternels (MAM) Les Maisons d Assistants Maternels (MAM) Guide à l usage des porteurs de projets novembre Les MAM juin 2012 Sommaire 1. Présentation : 1.1 Qu est-ce qu une Maison d Assistants Maternels? 1.2 L accueil

Plus en détail

Avis. Appel à projet Création de 35 places de Foyer occupationnel pour Adultes Handicapés Vieillissants (FO)

Avis. Appel à projet Création de 35 places de Foyer occupationnel pour Adultes Handicapés Vieillissants (FO) Avis Appel à projet Création de 35 places de Foyer occupationnel pour Adultes Handicapés Vieillissants (FO) 1- Objet de l appel à projet : APPEL A PROJET CRÉATION DE 35 PLACES DE FO Dans le cadre de la

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE. Sommaire. 1 - Les principes... 2

LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE. Sommaire. 1 - Les principes... 2 LE PROJET EDUCATIF L ACCUEIL QUOTIDIEN DU JEUNE ENFANT A LA MAISON DE LA PETITE ENFANCE Sommaire 1 - Les principes... 2 2 - Les objectifs... 3 A - Favoriser la conciliation Vie familiale Vie professionnelle...

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS NOTICE DE RENSEIGNEMENTS ADJOINT TECHNIQUE SESSION 2016 MINISTERE DE LA JUSTICE SESSION 2016 Direction de l'administration Pénitentiaire 1 SOMMAIRE I - RECRUTEMENT... p. 4 1.1- CONDITIONS D INSCRIPTION

Plus en détail

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants

RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006. d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants RÈGLEMENT 211.22.1 du 13 décembre 2006 d application de la loi du 20 juin 2006 sur l accueil de jour des enfants LE CONSEIL D ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu l ordonnance fédérale du 19 octobre 1977 réglant

Plus en détail

Règlement d'application de l'ordonnance réglant le placement d'enfants à des fins d'entretien et en vue d'adoption (RAOPEE)

Règlement d'application de l'ordonnance réglant le placement d'enfants à des fins d'entretien et en vue d'adoption (RAOPEE) 13 novembre 2002 Règlement d'application de l'ordonnance réglant le placement d'enfants à des fins d'entretien et en vue d'adoption (RAOPEE) Etat au 1 er janvier 2008 Le Conseil d'etat de la République

Plus en détail

édito Sommaire Trois ans déjà que je suis arrivé à ta maison!!!

édito Sommaire Trois ans déjà que je suis arrivé à ta maison!!! édito Sommaire Les services de la Communauté de Communes p3 La profession d Assistante Maternelle Une journée chez nounou Trois ans déjà que je suis arrivé à ta maison!!! p4 Mois après mois, tu as su t

Plus en détail

Maison. d assistantes maternelles dans la Manche. Guide règlementaire et technique

Maison. d assistantes maternelles dans la Manche. Guide règlementaire et technique Sommaire P2 P2 P2 P4 P6 P6 P6 A] Généralités 1 DÉFINITION DE LA MAISON D ASSISTANTES MATERNELLES, MAM 2 TEXTES ET DOCUMENTATION DE RÉFÉRENCE 3 LES DIFFÉRENTS INTERLOCUTEURS B] Montage du projet L étude

Plus en détail

L enfant au cœur de notre projet

L enfant au cœur de notre projet L enfant au cœur de notre projet L arrivée d un enfant est une étape importante de votre vie. Accorder votre confiance à une tierce personne qui veillera à son épanouissement et garantira sa sécurité en

Plus en détail

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail,

avec le chef de service, qui donne les orientations à suivre et auquel il/elle rend compte de son travail, Direction des Ressources humaines TRAVAILLEUR SOCIAL I ASSISTANT SOCIO-EDUCATIF A LA MAISON DES ENFANTS (pôle 2-6 ans) Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service

Plus en détail

FILIERE TECHNIQUE CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT DE 1 ERE CLASSE

FILIERE TECHNIQUE CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT DE 1 ERE CLASSE A D M I N I S T R A T I V E FILIERE TECHNIQUE CONCOURS D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT DE 1 ERE CLASSE I Catégorie et composition.... 2 II - Les fonctions......2 III -

Plus en détail

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification

ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification ANNEXE I Référentiel des activités professionnelles Référentiel de certification Référentiel des activités professionnelles Dans le cadre de l exercice et de la promotion des droits des publics, le titulaire

Plus en détail

FILIERE MEDICO SOCIALE CONCOURS D AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE

FILIERE MEDICO SOCIALE CONCOURS D AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE A D M I N I S T R A T I V E FILIERE MEDICO SOCIALE CONCOURS D AUXILIAIRE DE SOINS TERRITORIAL DE 1 ERE CLASSE I Catégorie et composition... 2 II - Les fonctions... 2 III - Les conditions d accès... 2 IV

Plus en détail

Guide pour les entreprises utilisatrices de travail eurs temporaires 2012

Guide pour les entreprises utilisatrices de travail eurs temporaires 2012 Guide pour les entreprises utilisatrices de travailleurs temporaires 2012 2 Guide pour les entreprises utilisatrices Edito c Editorial Le travailleur temporaire, est un perpétuel nouveau, soumis à des

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE TECHNICIEN SUPERIEUR PRINCIPAL D ADMINISTRATIONS PARISIENNES SPÉCIALITÉ GÉNIE URBAIN

DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE TECHNICIEN SUPERIEUR PRINCIPAL D ADMINISTRATIONS PARISIENNES SPÉCIALITÉ GÉNIE URBAIN COMMISSION D ÉQUIVALENCE POUR L ACCÈS AUX CONCOURS DES ADMINISTRATIONS PARISIENNES 2, rue de Lobau 75196 PARIS Cedex 04 www.paris.fr drh.ceacap@paris.fr Nom : Prénom : DOSSIER DE DEMANDE D ÉQUIVALENCE

Plus en détail

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE.

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. Entre : - Monsieur Claude LELOUP, Président du Centre de Gestion du CHER

Plus en détail

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction des Ressources humaines Veilleur de nuit G VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service : Maison des Enfants POSITIONNEMENT

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule :

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : La crèche de la Cigogne, en tant qu institution pour la petite enfance, poursuit les objectifs suivants : Participer, en partenariat avec

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

INFORMATION FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE. Service Paye. I Subvention aux mutuelles

INFORMATION FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE. Service Paye. I Subvention aux mutuelles FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Service Paye INFORMATION I Subvention aux mutuelles Le décret n 2006-689 du 13 juin 2006 modifie le code de la mutualité (abrogation des

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

PRÉPARATION AU DIPLÔME D ÉTAT D AIDE-SOIGNANT

PRÉPARATION AU DIPLÔME D ÉTAT D AIDE-SOIGNANT DOSSIER D INSCRIPTION A LA SÉLECTION RENTRÉE JANVIER 2016 PRÉPARATION AU DIPLÔME D ÉTAT D AIDE-SOIGNANT Candidats dispensés de formation Institut de Formation en Soins Infirmiers Institut de Formation

Plus en détail

SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL

SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL Direction des Ressources humaines SECRETAIRE MEDICO-SOCIALE H SECRETAIRE DE CENTRE MEDICO-SOCIAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction des

Plus en détail

Service Municipal d Accueil Postscolaire

Service Municipal d Accueil Postscolaire Service Municipal d Accueil Postscolaire Règlement intérieur 2013-2014 Direction de la Vie Scolaire et de la Petite Enfance 15 mail d Allagnat 63000 Clermont-Ferrand mail : dvspe-secretariat@ville-clermont-ferrand.fr

Plus en détail

Accueil de la petite enfance. Guide pratique

Accueil de la petite enfance. Guide pratique Accueil de la petite enfance Guide pratique L évolution progressive des besoins des parents, d une part, et celle des pratiques et préconisations des professionnels, d autre part, ont généré au cours des

Plus en détail

Filière médico-sociale

Filière médico-sociale Filière médico-sociale LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Notice d information Mise à jour le : 03/06/2015 Concours d Auxiliaire de Soins Territorial de 1 re classe Textes de référence : - Décret n 92-866

Plus en détail

NOTE D INFORMATION sur la formation sociale préparatoire au Diplôme d Etat d AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE

NOTE D INFORMATION sur la formation sociale préparatoire au Diplôme d Etat d AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE Ce.F Centre de Formation au Travail Sanitaire et Social Place du Marché Couvert - BP 414-24104 BERGERAC CEDEX Tél : 05 53 22 23 00 Fax : 05 53 23 93 05 Email : cef@johnbost.fr Site : www.johnbost.org/cef

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

Ce livret est destiné à :

Ce livret est destiné à : 2 PRÉAMBULE Ces dernières années, l offre de garde des jeunes enfants s est considérablement développée. Maillant l ensemble du territoire de l Allier, 2 400 assistant(e)s maternel(le)s et 900 places d

Plus en détail