4 e Séminaire Trouble de comportement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "4 e Séminaire Trouble de comportement"

Transcription

1 4 e Séminaire Trouble de comportement Fuguer : Agir ou réagir? ALLOCUTION D OUVERTURE C est un grand honneur et un privilège pour moi d être ici ce matin avec vous pour prononcer l allocution d ouverture de ce 4 e séminaire Troubles de comportement, dont le thème central cette année est la fugue. J en profite d ailleurs pour remercier chaleureusement les organisateurs de leur invitation. C est effectivement un privilège, parce que dire le mot d ouverture d une journée comme celle-ci, c est un peu comme se voir confier le gros trousseau de clés d un riche domaine, d avoir la possibilité de marcher en avant et surtout d avoir la liberté d ouvrir quelques portes, toutes sorte de portes pour le plaisir d aller voir, d explorer, de découvrir et si possible pour aller à la rencontre de ses habitants, de ses artisans et de tous ceux qui y œuvrent. Alors vous comprenez J ai le trousseau de clés À moi donc le privilège d ouvrir ces portes Bien honnêtement, c est tout ce que j ai que vous n avez pas : le trousseau de clés. Parce que pour le reste, je suis à la même place que la plupart d entre vous, c est-à-dire que je ne suis pas une experte du phénomène de la fugue et si je suis ici ce matin, c est essentiellement parce que ce phénomène m intéresse, me préoccupe et me confronte aussi d une certaine façon dans mon rôle de protection ce qui m incite à me poser toutes sortes de questions. Quand Clément m a abordé pour la première fois dans le but de sonder mon intérêt et ma disponibilité à venir dire ce mot d ouverture, bien honnêtement j ai hésité. Ma première réflexion a été «mais qu est-ce que je pourrais bien leur dire qu ils ne savent pas déjà?». Et finalement, je me suis dit qu au fond, même si je n avais rien de vraiment nouveau et

2 2 d extraordinaire à dire sur la fugue, ma réflexion en valait une autre et que la richesse de ces séminaires c était justement de donner la parole à des gens de divers horizons pour enrichir les points de vue et faire avancer la réflexion et la connaissance. De façon très spontanée, j ai lancé quelques idées sur ce que je pensais être mon propos et la première de ces idées a été la nécessité de concevoir la fugue, comme un symptôme à déchiffrer, d où le titre de cette allocution. Des fugues, il y en a toujours eu à travers le temps et malheureusement, il y en aura encore très certainement dans l avenir. Penser les éliminer complètement, c est illusoire, je crois. Mais viser à en réduire le nombre et surtout, à mieux soutenir les parents et les jeunes dans leur expérience de la fugue, afin de les amener à prendre moins de risques et à faire de meilleurs choix pour eux, ça je pense que c est à la fois réaliste et essentiel. À cet égard, je dois dire que je trouve le titre de cette journée évocateur et de ce fait, très bien choisi. «Fuguer: agir ou réagir?» Ce que j aime dans ce titre c est qu il invite à la réflexion, positionne la fugue davantage comme un moyen qu une finalité et induit quelques grandes questions fondamentales, par exemple: pourquoi les jeunes fuguent-ils? À quels besoins la fugue répond-elle? Quoi faire et comment faire avant, pendant et après la fugue, pour la prévenir, éviter qu elle se prolonge, se répète et pour aider le jeune à en tirer les leçons qui s imposent. Ces questions, et plusieurs autres, j en suis certaine, vous vous les posez tout autant que moi, convaincus que si pouviez y trouvez des réponses, vous auriez en main davantage d outils pour agir et réagir adéquatement face à la fugue. La fugue, nous en convenons tous, c est un phénomène sensible et éminemment complexe, pour lequel il n y a ni recette, ni réponses toutes faites. Un jeune en fugue c est un jeune qui nous échappe comme intervenant, qui nous dit non d une certaine façon, qui rejette momentanément le cadre et l aide qu on lui propose, qui nous met en échec, nous fait vivre une certaine déception, de la colère aussi et souvent de vives inquiétudes Le jeune qui fugue à répétition nous confronte à nos limites, nous déstabilise et nous fait vivre un certain sentiment d impuissance. C est important de le dire, d en prendre conscience et de reconnaître d entrée de jeu que la fugue, c est un phénomène lourd au plan émotif et affectif et qu elle n est pas sans impact sur l ensemble des intervenants qui œuvrent auprès de ces jeunes avec la volonté de les aider et de les protéger.

3 3 De ce point de vue, le titre de cette journée, n est pas anodin non plus Selon qui on est, et le rôle qui nous incombe, comment réagissons-nous à la fugue? Nos réactions sont-elles toujours justifiées et à propos? Quelle est la meilleure attitude à adopter devant le jeune qui risque de fuguer? Devant celui qui nous contacte en cours de route? Et quand celui-ci nous revient? Quelles sont les stratégies gagnantes? Tout au long de cette journée, vous serez conviés à réfléchir à ces questions et possiblement à faire une place à des visions différentes de la vôtre. À partir des présentations qui seront faites et des points de vue qui seront exprimés, vous aurez dès lors le loisir d apporter des débuts de réponses aux questions soulevées. Pour profiter au maximum de ce séminaire, je vous suggère bien humblement de vous laisser prendre au jeu et de vous placer en mode «ouverture et innovation». Ceci étant dit, et puisque j ai en main le fabuleux trousseau de clés, je me propose déjà, question de vous mettre en appétit, d entrouvrir trois portes. La première permettra un coup d œil sur la question du développement normal de l adolescent, la seconde sur le défi de la relation et la troisième sur la notion de risque à l adolescence. Êtes-vous prêt? Oui? Alors, suivez-moi! Regardons d abord la fugue dans la perspective du développement normal de l adolescent. Pourquoi cette perspective? Parce qu il arrive, quand on côtoie au quotidien des adolescents en grande difficulté, qu on perde de vue certains aspects du développement normal de l adolescent et par le fait même, qu on passe à côté de réponses toutes simples et à la portée de tous aux questions soulevées par la fugue. Il importe donc de se rappeler que l adolescence, pour plusieurs jeunes, c est une période tumultueuse et souvent déstabilisante de leur vie. C est une période qui est marquée par le doute, la remise en question, un certain sentiment d urgence face à la vie, un besoin de faire ses propres choix et de s affirmer, de s affranchir des règles et des contraintes, de trouver sa place, de se réaliser, de se distancier des adultes, de se rassurer aussi d une certaine façon quant à ses possibilités et sa capacité de vivre de façon autonome. Pour l adolescent luimême, c est une période à la fois excitante et troublante, qui génère des changements physiques importants et pour plusieurs des émotions contradictoires et parfois difficiles à contenir. On voit d ailleurs très souvent à l adolescence des problèmes d anxiété surgir.

4 4 Les parents et les adultes qui accompagnent ces jeunes se sentent souvent bousculés et démunis. On les entend parler des adolescents en disant qu ils sont intenses : trop intenses; qu ils sont étourdissants, confrontant, dérangeant, épuisant Bien sûr ils reconnaissent aisément qu il y a beaucoup de bonheur et de beauté dans l adolescence, mais dans la tourmente ce dont ils nous parlent le plus, ce sont des moments difficiles, des repères qui s effritent, d un ravin qui se creuse parfois entre eux et leur jeune, des inquiétudes, des angoisses et malgré un immense désir d agir et de soutenir leur adolescent, d un sentiment d incompétence déroutant. Cette situation n a rien d exceptionnel. On l observe et on l entend dans des familles dites «normales». À ces parents on conseille habituellement d éviter de dramatiser, de rester calme, de se faire confiance et de faire confiance aussi au potentiel de leur jeune. Éventuellement, on leur conseillera d aller chercher de l aide et du soutien. Mais surtout, on leur conseillera de prendre soin de la relation avec leur jeune, de la préserver, en restant disponible, accueillant, sensible, à l écoute et ouvert au dialogue. On les invitera de plus à faire preuve d imagination pour trouver le tour d intéresser leur jeune et de continuer de faire des activités avec eux. On leur expliquera alors que la relation c est, ni plus ni moins, leur police d assurance. Tant que la relation existe, que la confiance est là, il n y a pas à s inquiéter outre mesure. Or, les jeunes dont on s occupe, ceux qui font l objet d un suivi en protection de la jeunesse, tout comme ceux qui sont placés en famille d accueil ou en centre de réadaptation ressemblent à plusieurs égards aux adolescents dont je viens de vous parler. Certes, leur feuille de route est différente et la plupart du temps marquée d évènements douloureux qui ont laissé des traces, mais sur le fond ils se ressemblent C est pourquoi je pense que nous aurions avantage, comme intervenants, à toujours garder en tête cet adolescent «normal». Ce faisant, dans les moments difficiles, nous aurions aussi intérêt à faire nôtres les propos qu on tient aux parents inquiets qui nous consultent, c est-à-dire: rester calme, ne pas dramatiser, se faire confiance, faire confiance au potentiel du jeune, au besoin interpeller nos collègues et nos partenaires pour mettre en place un travail d équipe et surtout, chacun dans notre rôle, de prendre soin et de préserver la relation avec le jeune en restant disponible, accueillant, sensible, à l écoute et ouverts au dialogue. Ce qui est vrai pour les parents est aussi vrai pour nous.

5 5 Voilà une première porte d ouverte Cette porte, inévitablement, m invite à en ouvrir une seconde. Imaginons-la dans la pièce attenante, avec une grande fenêtre dont les volets ne demandent qu à être tirés, question de faire un peu de lumière et de sortir des zones d ombre trop souvent présentes quand on parle de fugue Cette porte, c est celle de la relation. On parle ici d une relation positive, celle qui se fonde sur la confiance et qui permet au jeune de se percevoir comme un être de valeur. C est celle qui donne le sentiment d exister, de compter véritablement pour quelqu un et qui ouvre des horizons. C est celle qui nous tient tous debout, tous autant que nous sommes, parce que la vie n a de sens que si elle trouve écho auprès des personnes qui nous sont significatives. C est aussi celle qui nous permet de s ancrer, qui guide nos pas et nous incite à avancer. L humain est un être social, qui a besoin d être en relation et qui se construit dans la relation. On peut philosopher longuement sur le sujet, d une part parce que c est, en soi, un sujet intéressant et inspirant et d autre part, parce que c est un sujet qui nous rejoint tous je pense, et plus particulièrement encore quand on a choisi de travailler dans le domaine de la relation d aide. Mais, au-delà des mots, des intentions et de la volonté qui nous porte face à l autre, il y a aussi beaucoup de défis dans l établissement et le maintien d une relation de confiance. D abord parce que nous devons être deux à vouloir l établir et ensuite parce que la confiance c est une petite bête intelligente, fragile et susceptible, qui a de longues antennes, de grands yeux et de grandes oreilles et qui est allergique aux personnes qui s imposent, qui jouent les experts infaillibles, qui appliquent des recettes, qui opposent des réponses toutes faites et prônent les automatismes vous la visualisez? Bon, présentée comme ça, je l admets, ma petite bête n a pas l air très sympathique Mais détrompez-vous, elle a beaucoup de charme En fait c est une petite bête qui a de la profondeur, qui est sélective, qui apprécie la finesse et les nuances, qui sait reconnaître le faux du vrai et qui s apprivoise doucement, dans la continuité et la justesse d une approche personnalisée, à force de petits gestes, de constance, de cohérence, de respect, d écoute, d ouverture et de souplesse. C est une petite bête finalement assez exigeante, mais, oh combien généreuse et bienveillante! Pour un jeune que la vie a malmené, qui trop souvent a été blessé et trompé dans ses relations, qui se retrouve placé contre son gré, sans projet de vie devant de lui et souvent sans personne non plus qui l attend, accepter l idée de s investir à nouveau dans une relation

6 6 et de faire confiance, ne va pas de soi. Il faut en être conscient et se munir en conséquence d une grande sensibilité et de beaucoup d humanité. En fait, pour plusieurs de ces jeunes, malgré que le besoin relationnel soit viscéral, prendre le risque d être à nouveau blessé et trahi dans la relation est inconcevable. Ils se présentent devant leur intervenant blindé, camouflé derrière une armure des plus solides, résignés et prêts à tenir un siège s il le faut pour se protéger. On comprendra alors, l immense défi que peut représenter l établissement d une relation de confiance avec ces jeunes et comment, dans ce contexte, les mots qui seront dits, les gestes qui seront posés et les regards qui seront portés auront de l importance. Facile à dire, mais difficile à faire, me direz-vous. C est vrai! Mais ce qu il importe de retenir, c est que c est possible et que pour y parvenir, il est essentiel de garder en tête les exigences de la «petite bête» La relation, vous le savez autant que moi, c est un puissant levier, c est un ingrédient essentiel dans le fait de choisir de rester ou de partir. Et ça, c est vrai pour tout le monde! C est universel! Alors comment faire pour réussir à rejoindre et à créer une relation porteuse d espoir avec nos jeunes en grande difficulté? Avec ceux qui se confrontent douloureusement à la vie et traînent leur armure comme un boulet et une défense sans merci? Comment créer une brèche et les inciter à rester auprès de nous pour investir la construction d un projet d avenir qui aura du sens pour eux? Voilà de belles et grandes questions auxquelles il est primordial de répondre à chaque fois que nous croisons le chemin d un de ces jeunes. Parce qu à cet égard, il faut bien l admettre, les forces sont inégales. Nous avons généralement beaucoup plus de ressources qu eux pour initier et nourrir la relation. Dit simplement, la balle est dans notre camp Le point de départ avec le jeune que nous cherchons à apprivoiser c est de découvrir ce qui fait battre son cœur. C est un incontournable! Parce que les avenues pour rejoindre un jeune sont nombreuses. En fait, il y en a autant qu il y a de jeunes... Il faut donc s intéresser au jeune lui-même, aller à sa rencontre, chercher à la connaître véritablement, découvrir son essence, sa complexité, ses rêves, ses talents et ses passions pour trouver le bon chemin. Tous ceux qui côtoient des jeunes savent à quel point il est important, pour bien comprendre et aider un jeune, de se mettre au diapason de celui-ci et d adopter une approche

7 7 personnalisée, sur mesure. Les automatismes et les réponses toutes faites ne tiennent jamais la route et sont autant de déception et de promesses trahies aux yeux du jeune. Concrètement, la relation, c est tous les jours et à chaque instant qu elle se joue. Lors du premier contact, quand ça va bien, quand ça va moins bien, quand la confusion et la colère brouillent les cartes et poussent le jeune à adopter des comportements répréhensibles, quand la tension devient trop importante, quand le jeune perd pied et cherche à tout briser, même la relation quand le jeune est en fugue et téléphone pour se rassurer, rassurer les autres et donner de ses nouvelles, quand il revient, fatigué, blessé, désemparé La relation ne prend jamais de répit et nous sollicite toujours, même quand nous, on aurait envie de prendre une pause Ceci étant dit, loin de moi l idée de faire la leçon à qui que ce soit. Un, je n en ai pas les moyens et deux, je sais trop bien déjà comment tous ceux qui accompagnent des jeunes au quotidien le font avec engagement, cœur et passion. Mais il s agit d un travail exigeant, dont l intervenant est l outil principal et qui, par conséquent, exige une constante vigilance et beaucoup d humilité. D où l importance de partager le vécu, les questions avec les collègues et en supervision. C est essentiellement le sens de mon propos. Enfin je me permets d ouvrir une dernière porte, soit celle de l imputabilité et de la gestion du risque. Celle-là ouvre un espace que je connais bien. Très bien même, puisque c est mon quotidien. À l instar de mes collègues Directeur et Directrice de la protection de la jeunesse et Directeur provincial, je suis pour la région de Montréal et pour la clientèle allophone et francophone de l île, responsable et personnellement imputable de toutes les décisions qui sont prises à l égard d un jeune dans le cadre de la Loi sur la protection de la jeunesse et de la Loi sur le système de justice pénale aux adolescents. Qu est-ce que ça veut dire concrètement? Eh bien, que les personnes qui interviennent auprès des jeunes et des familles dans le cadre de ces lois le font en mon nom. C est moi, personnellement, qui les autorise à agir les responsabilités qui leur sont confiées. Certes, chacun dans son rôle a une responsabilité professionnelle quant à la qualité de son travail, mais légalement, c est moi qui suis personnellement responsable des conséquences sur le jeune et de sa famille des décisions qui sont prises et des interventions qui sont réalisées. Les lois sont ainsi faites. Le DPJ/DP est désigné comme étant la personne responsable et imputable des actions et décisions prises dans le cadre de ces lois. Ça fait un peu peur dit de

8 8 même, mais dans la vraie vie, et fort heureusement, je ne me sens pas seule. Je sais que je peux compter en tout temps sur des personnes d une grande qualité au plan humain, dévouées à la cause des jeunes et intéressées à toujours parfaire leurs compétences. Vous comprendrez donc, partant de là, que la gestion de risque ça me connaît Ça fait partie de mon univers. C est un concept avec lequel je suis appelée à transiger tous les jours parce que l intervention dans ces domaines se joue rarement dans le noir et blanc. Elle préfère et de loin, les nuances de gris Par conséquent, les mêmes questions reviennent souvent : jusqu où aller pour protéger un jeune? Quel est son meilleur intérêt? Qu est-ce qu un risque raisonnable? Pour répondre à ces questions, une analyse de la situation s impose toujours. Dans le cadre de cette analyse, il faut mettre dans la balance les faits, les caractéristiques du jeune, de son milieu familial et de son réseau et le point de vue tant du jeune, de ses parents que des personnes qui les accompagnent. Le but : apprécier avec le plus de justesse possible les facteurs de risque et de protection, mesurer la vulnérabilité du jeune et la capacité de protection de ses parents et de son réseau; le tout, afin de prendre une décision éclairée quant à la gestion du risque. Dans certaines circonstances, cette analyse nous incitera à renforcer les mesures de protection mises en place. En d autres occasions, le statu quo s imposera. Et enfin, dans certaines situations, cette analyse nous conduira vers une remise en question des mesures de protection jusqu alors retenues afin de mieux répondre aux besoins du jeune et mieux servir son intérêt. En tout temps et dans la mesure du possible, le jeune et ses parents seront invités à participer activement à cette démarche et à s impliquer dans l identification des pistes de solutions à retenir. À l adolescence, la gestion du risque tourne beaucoup autour de la question des comportements du jeune, de sa propension à se placer lui-même en situation de danger et de la capacité de son réseau familial et social à le protéger. Par ailleurs, à l adolescence, alors que le développement normal appelle l apprentissage de la liberté et de l autonomie chez le jeune, le placement en centre de réadaptation crée une dualité avec laquelle il peut être difficile, tant pour le jeune, ses parents que les intervenants, de composer. Comment, dans un tel contexte, soutenir le jeune dans sa quête de liberté et d autonomie? Comment lui donner du pouvoir face à son devenir et son projet de vie?

9 9 Sans généraliser au sujet des motivations qui poussent un certain nombre de jeunes à fuguer, parce qu il y a une diversité de motivations, il est clair cependant que pour un certain nombre d entre eux, particulièrement ceux qui fuguent plus souvent et plus longtemps, il y a dans la fugue une quête de liberté, de pouvoir et d autonomie. On peut discuter des moyens pris par le jeune pour parvenir à ses fins, s inquiéter des compromis qu il fera possiblement sur sa santé et sa sécurité; on peut craindre évidemment les dangers de la rue et les pièges de la clandestinité, mais on ne peut pas, je pense, nier la légitimité de cette quête. Personnellement, quand je suis confrontée à ces jeunes, que je constate qu en dépit de notre désir sincère de les retenir et de les aider, ils nous échappent sans cesse et vivent plus souvent dans la rue, dans la précarité et la misère que dans la ressource où ils doivent être, je me dis que nous avons le devoir de reconnaître que nous faisons fausse route et l obligation de nous arrêter pour faire le point. Dans ce genre de situation, ce qui m anime essentiellement, c est la conviction que le jeune qui est constamment en fugue se trouve dans une situation de compromission plus importante très souvent que celle dont on l a soustrait initialement. En vivant dans la rue et la clandestinité, il s expose à des dangers importants qui le placent à nouveau dans une situation de compromission. Faire le point devient alors nécessaire pour rebrasser les cartes et s ouvrir à la perspective de faire autrement. Cela veut dire, en bout de ligne dans certaines situations, aborder l idée d un scénario de protection alternatif qui tiendrait compte à la fois des besoins d émancipation et de protection du jeune. Cela suppose aussi, invariablement, accepter l idée d assumer une certaine gestion de risques. Afin d illustrer mon propos et de le rendre tangible, imaginons par exemple la perspective d accompagner un jeune de 17 ans qui a diverses difficultés, qui fugue à répétition et pendant de longues périodes, dans la définition d un autre projet; un projet qui ferait du sens pour lui et qui pourrait prendre la forme d un séjour en appartement avec des amis, dans le cadre duquel il s engagerait à participer à une démarche de recherche d emploi et à rendre compte de sa situation au moins à une personne. Évidemment, si ce jeune est en centre de réadaptation, c est qu il a des difficultés et n est peut-être pas tout à fait prêt pour cette expérience de vie en appartement. Peutêtre mais de toute façon en ce moment, il vit dans de bien pires conditions Et ça, ça doit être mis dans la balance. Qu avons-nous vraiment à perdre à explorer une telle avenue? Ce genre de situation nous place devant un immense dilemme : Jusqu où aller? Et si le jeune ne respectait pas sa part du contrat? S il se mettait en danger? S il arrivait quelque chose de

10 10 grave? Qui sera jugé responsable et blâmé? Ces questions, toutes aussi importantes les unes que les autres, sont très présentes dans l esprit des intervenants. Elles sont légitimes et nous confrontent à notre responsabilité de protection. Ces questions elles m habitent aussi, inévitablement, parce qu ultimement c est moi qui serais tenue responsable si la situation tournait mal. Par conséquent, quand je suis interpellée dans un tel contexte, que je soupèse les risques, je me dis que ma première responsabilité comme DPJ, bien sûr c est de protéger le jeune, mais c est aussi de le faire en tenant compte de son meilleur intérêt. Or, dans cette dualité de l adolescence, je ne crois pas qu on puisse aborder la question de la protection en ignorant les impératifs du développement normal de l adolescent et son besoin de prendre du pouvoir sur sa vie. Certains verront peut-être dans cette position une sorte de reddition, de démission. À cela, je réponds : non! Je suis loin de baisser les bras! Je pense, cependant, qu il faut parfois avoir le courage d aborder autrement les choses quand on a le sentiment d aller nulle part. Je pense aussi qu il faut remettre le jeune au centre de nos interventions et partir de lui, de ce qu il pense et de ce qu il veut puisque c est pour lui qu on fait tout ça Je pense enfin qu on se trompe si on croit pouvoir aider un jeune en étant constamment dans un rapport de force et d affrontement avec lui A contrario, je suis convaincue que le meilleur moyen d aider et de protéger un jeune c est, dans la mesure du possible, de s inscrire avec lui dans une démarche d empowerment, de l accompagner et de le guider. Si la situation dérape vraiment et place le jeune devant des risques insoutenables, il sera toujours temps de réagir. En terminant, je veux souligner l excellent travail qui se fait sur le terrain auprès des jeunes et des familles par les intervenants des milieux communautaires et institutionnels et par les services policiers. Je veux aussi saluer la précieuse contribution des milieux de recherche et d enseignement qui documentent les pratiques, encouragent et soutiennent les initiatives qui sont prises pour favoriser la concertation et la collaboration de tous les acteurs concernés par la fugue. Il faut persévérer. Nous avons besoin d un réseau de services et de soutien solide, bien arrimé et qui se rallie autour des meilleures pratiques pour soutenir efficacement les jeunes et les familles. Enfin, je veux témoigner ma sensibilité aux parents qui vivent la fugue de leur enfant. Étant moi-même parent, je connais le vertige et la douleur de l inquiétude et je peux ressentir

11 11 aisément la tourmente dans laquelle ces derniers doivent vivre lorsqu ils sont sans nouvelle de leur jeune ou encore, lorsqu ils se retrouvent pris entre l arbre et l écorce, c est-à-dire coincés entre leur jeune et les intervenants. Je reconnais que leur position est difficile et que par le passé nous n avons peut-être pas toujours été au rendez-vous et à la hauteur de leurs attentes. Nous avons fait des pas à cet égard, et aujourd hui je prends l engagement pour le centre jeunesse de Montréal, d être là dans l avenir pour les soutenir, les accompagner et répondre à leurs préoccupations.

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Le Programme québécois de formation sur la pandémie d influenza

Le Programme québécois de formation sur la pandémie d influenza Le Programme québécois de formation sur la pandémie d influenza Le programme de formation est constitué de plusieurs modules dont les contenus couvrent les cinq volets du Plan québécois de lutte à une

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE

COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE COMMENT FAIRE FACE À DIFFÉRENTES SITUATIONS VÉCUES EN STAGE Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous Comment réagir si vous ne savez pas quelque chose en stage éprouvez des

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Développement. l enfant

Développement. l enfant Développement de l enfant No : 1 Vinaigre ou miel : Dans ce livre, il plaide en faveur de méthodes actives et positives qui favorisent chez l enfant la confiance, l estime de soi et le sentiment de compétence.

Plus en détail

Atelier La gestion de l anxiété

Atelier La gestion de l anxiété Atelier La gestion de l anxiété Trucs et Astuces Annie Fratarcangeli, éducatrice spécialisée Mireille St-Pierre, parent Différence entre la peur et l anxiété La peur est une réaction normale face à un

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail Programme d aide aux employés Jacques Lamarre et associés Le bonheur au travail Présenté par Anne Gauvin et Marie-Véronique Matte «Le plus beau destin que puisse connaître un être humain, c est d être

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Jésus un homme rempli de l Esprit

Jésus un homme rempli de l Esprit Jésus un homme rempli de l Esprit L Esprit, qui habite en Jésus, l aide à accomplir sa mission par ses dons Comment Jésus vit et transmet les dons de l Esprit durant sa vie publique? Jésus a répandu les

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse,

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015 Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Rachid MADRANE Mesdames, Messieurs, Chers journalistes,

Plus en détail

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Ces scénarios sociaux ont été préparés depuis l automne 2008 par Jézabel Parent du Cégep Saint-Hyacinthe, Lyne Picard, du CRDI Normand-Laramée,

Plus en détail

Il existe un chemin plus rapide vers le succès. Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant.

Il existe un chemin plus rapide vers le succès. Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant. Il existe un chemin plus rapide vers le succès Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant. Rejoignez Worldwide Leaders Worldwide Leaders Coaching Candidature Renseignez

Plus en détail

Affirmations de Louise HAY

Affirmations de Louise HAY Affirmations de Louise HAY C est par des affirmations positives quotidiennes que nous pouvons parvenir à transformer notre vie. Et pour cela, il est bon de répéter le plus souvent possible ces affirmations

Plus en détail

LE PLAN D INTERVENTION

LE PLAN D INTERVENTION LE PLAN D INTERVENTION SCOLAIRE Des moyens pour s y préparer Quel est mon rôle dans la rencontre? Quels sont mes droits et ceux de mon enfant dans le milieu scolaire? «La nature crée des différences, la

Plus en détail

Mon mémento Page 3. 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4. 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4. 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5

Mon mémento Page 3. 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4. 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4. 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5 «STAJ PRATIC BAFA» KIT PEDAGOGIQUE «STAJ PRATIC BAFA» MEMENTO ANIMATEUR Sommaire : Mon mémento Page 3 1/ Pourquoi ce mémento? Page 4 2/ Pourquoi s évaluer? Page 4 3/ Comment utiliser ce mémento? Page 5

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool.

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool. Dossier : fatigue Introduction S endormir au volant peut être fatal. Pourtant, de nombreux conducteurs continuent à conduire alors qu ils se sentent fatigués. Ils pensent pouvoir chasser le sommeil qui

Plus en détail

Chapitre 1. Trouver ses bases

Chapitre 1. Trouver ses bases Chapitre 1 Trouver ses bases 9 Lundi Dépendance Comme un bébé dans les bras de sa mère est impuissant, Dieu souhaite que nous (re)devenions ainsi dans ses bras à lui. Il s agit, en fait, plus de réaliser

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

L ordinateur et votre enfant

L ordinateur et votre enfant L ordinateur et votre enfant Nous nous trouvons présentement dans une ère où les appareils électroniques font partie intégrante de la vie des enfants. Cela a mené beaucoup d effets positifs au plan des

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Libérez-vous d une relation toxique au travail!

Libérez-vous d une relation toxique au travail! Libérez-vous d une relation toxique au travail! Permettez-moi de vous poser ces trois questions : Travaillez-vous avec une personne qui vous fait souvent sortir de vos gonds et qui siphonne votre enthousiasme,

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie

Confiance en soi. 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi. www.osezvotrereussite.com. MOUNET Sylvie Confiance en soi 6 techniques infaillibles pour retrouver confiance en soi MOUNET Sylvie www.osezvotrereussite.com Page 1 sur 9 Technique 1 Voici 10 attitudes qui diminuent la confiance en soi. La technique

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

BG Ingénieurs Conseil, Genève

BG Ingénieurs Conseil, Genève BG Ingénieurs Conseil, Genève Diego Salamon, employeur Sur mandat de l AI, Cadschool nous a demandé si nous serions prêts à accueillir un stagiaire pendant trois mois. Nous connaissions cet institut de

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

Activité : L'île déserte

Activité : L'île déserte CPS : Problèmes, Décisions Thème : Prise de décision collective Type d'activités : Exploration Activité : L'île déserte Niveau : 8-12 ans Participants : 25 Durée : 45 45 mn Objectifs : S inscrire en groupe

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

outil les niveaux logiques 32 n GO juin 2014

outil les niveaux logiques 32 n GO juin 2014 outil les niveaux logiques 32 Comment expliquer l isolement de quelqu un? Pourquoi un tel arrive souvent en retard? Et comment comprendre les motivations de celui-ci? Le chercheur américain Robert Dilts

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile Conseils Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile www.douglas.qc.ca Le retour Le retour Votre proche a eu des gestes ou des propos agressifs. Vous êtes inquiet pour lui et

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS

MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS PRÉSENTÉ AU MINISTÈRE DES SERVICES FAMILIAUX ET COMMUNAUTAIRES BERNARD RICHARD, OMBUDSMAN ET DÉFENSEUR DES ENFANTS ET DE

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

Cette année, nous aurons un nouveau fonctionnement pour l application du code de vie des élèves.

Cette année, nous aurons un nouveau fonctionnement pour l application du code de vie des élèves. Cette année, nous aurons un nouveau fonctionnement pour l application du code de vie des élèves. Il n y aura plus de perte de points, vous serez informés des manquements de votre enfant par le biais de

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire

Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire Introduction au modèle de la pédagogie culturelle au service de la construction identitaire Présentation conceptualisée par Lise Paiement du projet Pédagogie culturelle et animée par Marc Lauzon Juin 2008

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Poèmes École : Polyvalente de Normandin Commission scolaire : Du Pays des Bleuets Même si tu perds, persévère Par Maude-Lanui Baillargeon Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Ne

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Patricia Marcoux. Marie-Laurence Poirel Groupe de travail sur le traitement du RRASMQ École de service social, Université de Montréal

Patricia Marcoux. Marie-Laurence Poirel Groupe de travail sur le traitement du RRASMQ École de service social, Université de Montréal Revisiter la question de l amélioration et du changement. Des discours collectifs sur le rétablissement et la citoyenneté aux récits de vie de personnes vivant avec des problèmes de santé mentale Patricia

Plus en détail

La communauté AGEFA. Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail. pour. OpinionWay. 15 place de la République 75003 Paris.

La communauté AGEFA. Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail. pour. OpinionWay. 15 place de la République 75003 Paris. La communauté AGEFA Troisième étude : les jeunes et leur vision du bonheur au travail OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris. pour Laurent Bernelas Tel : 01 78 94 89 87 lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne

CUISINIÈRE FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Corinne Dossier n 2 FEMMES, «OSEZ LE METIER DE» CUISINIÈRE Regards, témoignages et présentation de métiers fortement sexués Entretien avec Corinne, cuisinière à Marseille (7ème arrondissement) Je l ai su tout

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE Travail remis à JEAN-CLAUDE LESSARD Dans le cadre du cours FPM1550-33 Sensibilisation à la réalité

Plus en détail

Choisir ensemble Notre projet collectif

Choisir ensemble Notre projet collectif 5 module Choisir ensemble Notre projet collectif p. 01 Pendant les pauses, on ne parle plus de tout et de rien, on parle de notre projet! C est bien de faire un projet ensemble, pour voir les capacités

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Synthèse et capitalisation des réflexions menées. Lors des conviviales 2013,

Synthèse et capitalisation des réflexions menées. Lors des conviviales 2013, Synthèse et capitalisation des réflexions menées Lors des conviviales 2013, 5 thèmes ont été identifiés comme primordiaux dans la réussite de son intégration professionnelle et sont le sujet d'ateliers

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

L Estime de soi et la confiance en soi

L Estime de soi et la confiance en soi L Estime de soi et la confiance en soi On confond couramment l estime de soi et la confiance en soi. Ce sont deux attitudes pourtant bien différentes qui se développent chacune à leur façon. On pense souvent

Plus en détail

Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer. Interviews Julia Fassbender, photographe Page 1/5

Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer. Interviews Julia Fassbender, photographe Page 1/5 Une interview avec la photographe et directrice artistique de la Chancelière allemande, Julia Fassbender Avec l expérience, tu peux parfois deviner ce qui va se passer Le Grand méchant loup s est rendu

Plus en détail

Préface de Germain Duclos

Préface de Germain Duclos je suis capable! i, Moi auss Marie-Francine Hébert Marie-Claude Favreau Préface de Germain Duclos Moi aussi je suis capable! Texte : Marie-Francine Hébert Illustrations : Marie-Claude Favreau Préface

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous quelques propositions et pistes de travail pour vous aider à accueillir au mieux des «Enfants du Voyage» dans votre école.

Vous trouverez ci-dessous quelques propositions et pistes de travail pour vous aider à accueillir au mieux des «Enfants du Voyage» dans votre école. ACCUEILLIR ET ACCOMPAGNER LES «ENFANTS DU VOYAGE» A L ECOLE «Si je veux réussir à accompagner un être vers un but précis, je dois le chercher là où il est, et commencer là, justement là» S.Kierkegaard

Plus en détail

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT

Préface. de Xavier QUÉRAT-HÉMENT Préface de Xavier QUÉRAT-HÉMENT La réussite de toute entreprise, comme le savent les opérationnels au contact de clients de plus en plus exigeants et soumis à une règlementation qui s étoffe régulièrement,

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

RECADRER UN COLLABORATEUR

RECADRER UN COLLABORATEUR RECADRER UN COLLABORATEUR Le recadrage du collaborateur s effectue en entretien individuel. Ses objectifs sont nombreux : Il permet au manager d exprimer son désaccord afin de faire évoluer positivement

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

Les 5 clés pour gérer les conflits au travail

Les 5 clés pour gérer les conflits au travail Les 5 clés pour gérer les conflits au travail Illustration : Olivier Prime Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-073858-8 Avant- propos Dunod - Toute reproduction non

Plus en détail

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pourquoi moi? Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pleins feux sur les croyances entourant le cancer Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ 2 1 Vous venez d apprendre

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!»

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Validation des Acquis de l Expérience «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Six entretiens ont été menés par téléphone auprès d assistantes maternelles ayant suivi une VAE pour obtenir le titre professionnel

Plus en détail

Stratégie de gestion du stress :

Stratégie de gestion du stress : Le stress est une fonction normale de l être humain qui fait face à un danger. C est une réaction d alerte contre une menace psychologique. Une perturbation des habitudes, de l équilibre force l individu

Plus en détail

D autres exercent leur passion et mettent à profit de la collectivité leurs qualités mais n arrivent pas à en vivre, à pérenniser leur projet.

D autres exercent leur passion et mettent à profit de la collectivité leurs qualités mais n arrivent pas à en vivre, à pérenniser leur projet. Pourquoi un stage sur la relation à l argent? Nous sommes confrontés à l argent au quotidien et tellement peu de personnes se posent la question de son rapport l argent. Nous utilisons donc cette porte

Plus en détail

Illustrations Aurélie Blard-Quintard

Illustrations Aurélie Blard-Quintard Devenir parent Groupe de travail et auteurs Sylvie COMPANYO (directrice de l École des Parents et des Éducateurs de la Région Toulousaine*) Nathalie COULON (maître de conférences en psychologie à l université

Plus en détail

PLANIFIER UN VOYAGE EN FAMILLE

PLANIFIER UN VOYAGE EN FAMILLE Activités éducatives pour les 8 à 9 ans PLANIFIER UN VOYAGE EN FAMILLE VOTRE ENFANT APPREND À : PLANIFIER UN PROJET FAMILIAL EN COOPÉRATION S INITIER À LA NOTION DE BUDGET COMPRENDRE LES AVANTAGES DE L

Plus en détail

STRUCTURATION DE L IDENTITÉ DÉVELOPPEMENT DU POUVOIR D ACTION. Autoévaluation ACCEPTABLE MARQUÉE DÉVELOPPÉE

STRUCTURATION DE L IDENTITÉ DÉVELOPPEMENT DU POUVOIR D ACTION. Autoévaluation ACCEPTABLE MARQUÉE DÉVELOPPÉE 1- Cohérence de l élaboration du projet Activité 1.6 VISÉES ET INTENTIONS ÉDUCATIVES DU COURS Connaissance de soi, de son potentiel et de ses modes d actualisation connaissance de ses talents, de ses qualités,

Plus en détail

Préface de la première édition

Préface de la première édition Préface de la première édition AU détour d une phrase ou d un mot, un livre choisi sait toujours vous apporter ce que vous attendez, ici et maintenant. La lecture de ce livre n est pas linéaire, elle s

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail