LA LETTRE DU CABINET

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA LETTRE DU CABINET"

Transcription

1 LA LETTRE DU CABINET DROIT COMMERCIAL N 2 - Janvier 2015 REFORME DU REGIME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI PINEL DU 18 JUIN 2014 & SON DECRET D APPLICATION DU 3 NOVEMBRE 2014 Par Bernard Puylagarde Bernard Puylagarde Associé Avocat Of Counsel Ancien Secrétaire de la Conférence Vice-Président de l Association des Avocats du Droit de la Propriété Commerciale Membre de l Association Fondation Bruno Boccara PREAMBULE Il s agit de la réforme la plus importante du statut des baux commerciaux depuis plus de 40 ans. La loi et le décret prévoient des modifications substantielles sur la durée du bail commercial, le congé, les garanties en cas de cessions, la fixation du loyer du bail renouvelé, l état des lieux, les charges, impôts et taxes, le droit de préemption du locataire, la modification des sanctions des clauses contraires à l ordre public du statut qui sont désormais réputées non écrites. Les textes nouveaux suscitent un certain nombre d interrogations en raison de leur complexité et de leur imprécision et des difficultés d application qui sont prévisibles. Cette présentation ne vise pas à être exhaustive mais plutôt d attirer l attention sur leur impact et leurs conséquences. Cette présentation reprend l ordre chronologique des modifications apportées au texte du code de commerce. Droit commercial - n 2 Janvier

2 I - ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (préemption de la commune) La loi du 18 juin 2014 ajoute un paragraphe qui stipule qu en cas d exercice du droit de préemption communale sur un bail commercial, un fonds artisanal ou un fonds de commerce, les dispositions du statut des baux commerciaux restent soumises au bail en cours. Il est en outre précisé que le défaut d exploitation du fonds de commerce ne peut pas être invoqué par le bailleur pour mettre fin au bail commercial dans le délai de deux ou de trois ans en cas de locationgérance. Il convient de relever que les modalités d exercice du droit de préemption sont désormais élargies puisque ce n est pas seule la commune qui peut exercer ce droit, car lorsqu elle fait partie d un établissement public de coopération intercommunale, elle peut déléguer tout ou partie de ses compétences à un établissement public, à une société d économie mixte, ou concessionnaire d une opération d aménagement II - ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (durée des baux) Depuis 1986 étaient apparues des clauses de renonciation à la faculté de donner congé lors de la première ou de la seconde période triennale permettant ainsi d établir des baux d une durée ferme de 6 ans voire de 9 ans. Désormais, il n est plus possible dans la plupart des cas, pour le preneur, de renoncer à la faculté de résiliation triennale. La faculté d ordre public de donner congé pour l expiration d une période triennale est rétablie. On peut légitiment s interroger pour savoir si le preneur peut toujours obtenir la faculté de résilier à des échéances plus brèves que les périodes triennales? En tout état de cause, la loi, ne prévoyant pas de dispositions transitoires à ce sujet dans la mesure où il s agit d une disposition d ordre public, devrait s appliquer immédiatement. Ainsi, les clauses interdisant au locataire de donner congé dans les contrats en cours, devraient être réputées non écrites à l exception des procédures en cours. Exceptions Les baux concluent pour une durée supérieure à neuf ans, Les baux des locaux construits en vue d une seule utilisation, Les baux des locaux à usage exclusif de bureaux et de stockage, Ils bénéficient d une option prévoyant la possibilité de conventions contraires à la faculté de résiliation triennale. Concernant les locaux construits en vue d une seule utilisation, ils semblent correspondre à l ensemble des locaux monovalents relevant de l article R du code de commerce. Ainsi, pour les exploitations hôtelières, les théâtres, les salles de cinéma, les cliniques, il est donc possible de prévoir des conventions contraires. L article L est également modifié en ce qu il permet désormais, pour les ayants-droits du preneur décédé ou invalide, une faculté de délivrer un congé qui jusqu alors n était permis qu au locataire partant à la retraite ou au locataire titulaire d une pension d invalidité ou à l associé unique d une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée et au gérant majoritaire depuis au moins deux ans d une S.A.R.L., qui pouvaient se libérer à tout moment en notifiant un congé motivé six mois à l avance pour le terme d un trimestre civil par acte d huissier ou par lettre recommandée avec demande d avis de réception (voir commentaire sur l article L concernant la lettre RAR). Droit commercial - n 2 Janvier

3 III - ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (modification du régime des baux dérogatoires) La durée maximale du bail dérogatoire dit de courte durée, a été allongée pour passer de deux à trois ans pour les contrats conclus ou renouvelés à compter du 1 er septembre L article L du code de commerce est ainsi désormais rédigé : «les parties peuvent lors de l entrée dans les lieux du preneur déroger aux dispositions du présent chapitre à la condition que la durée totale du bail ou des baux successifs ne soit pas supérieure à trois ans.» Cette nouvelle rédaction interdit aux parties à l expiration du bail dérogatoire de conclure un nouveau bail dérogatoire tout en limitant cette prohibition à l hypothèse où le nouveau contrat porte sur le même fonds et sur les mêmes locaux, là où les textes précédents n évoquaient que l identité des parties et celles des locaux. Il sera encore possible de conclure de nouveaux baux de courte durée si et uniquement si :. le nouveau bail dérogatoire porte sur les mêmes locaux mais en vue de l exploitation d un nouveau fonds,. le nouveau bail porte sur des locaux différents en vue d exploiter le même fonds. En dehors de ces hypothèses, tout bail de courte durée qui serait conclu après expiration du bail dérogatoire, sera soumis au statut et deviendra ipso facto un bail commercial pour une durée de trois - six - neuf années. Le texte a également modifié un point particulier qui avant cette réforme aboutissait à ce que le bail statutaire naissait automatiquement dès l expiration du bail dérogatoire, alors que désormais il est donné aux parties un mois pour s opposer à la formation automatique d un bail soumis au statut. Le bailleur comme le preneur pourront dans ce délai d un mois manifester leur intention de ne pas poursuivre leurs relations contractuelles. IV - ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (convention d occupation précaire) Ce nouveau texte a l intérêt de définir la convention d occupation précaire qui est exclue du statut des baux commerciaux qui avait été créée par la jurisprudence qui validait cette convention à condition que la précarité soit justifiée par des circonstances particulières. L article L dispose que la convention d occupation précaire se caractérise quelle que soit sa durée, par le fait que l occupation des lieux n est autorisée qu en raison de circonstances particulières indépendantes de la seule volonté des parties. Il importe de souligner que cette convention est bien distincte des baux de courte durée appelés également baux dérogatoires dont le régime est également modifié comme cela est exposé ci-dessus. Il importe de rappeler comme condition essentielle pour établir une convention d occupation précaire que la durée est indifférente et que le critère majeur l autorisant exige que les circonstances nécessitant son recours soient pour partie étrangères à la seule volonté des parties (reconstruction de locaux incendiés, risques d expropriation, délivrance d un permis de construire ). Droit commercial - n 2 Janvier

4 V - ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (forme des congés) Allègement de la forme du congé qui désormais peut être délivré au choix, par acte extrajudiciaire (exploit d huissier) ou par lettre recommandée avec demande d avis de réception. Le décret d application du 3 novembre 2014 a précisé que la date du congé donné par lettre recommandée A.R. était celle de la première présentation de la lettre (R du code de commerce). Pour éviter toute confusion, il est attiré l attention sur le fait que si pour les congés (congé avec offre de renouvellement, congé avec refus de renouvellement) une lettre recommandée A.R. est désormais possible, la réforme n englobe pas ni la demande de renouvellement du locataire, ni la réponse à demande de renouvellement de la part du bailleur qui doivent continuer à être notifiés par exploits d huissiers. VI ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (les clauses réputées non écrites) La modification de ce texte correspond à une mesure substantielle et va probablement entraîner des conséquences importantes sur la sécurité juridique du bail commercial. Le texte prévoit désormais que toute clause ayant pour objet de faire échec au droit de renouvellement de bail et aux dispositions des articles L (durée du bail), L à L (révision du loyer indexation clause résolutoire), du 1 er alinéa de l article L (résiliation pour cession d activité) et les articles L à L du code de commerce (déspécialisation), n est plus sanctionnée par la nullité mais est réputée non écrite. Il importe donc de rappeler qu une action tendant à voir déclarer une clause réputée non écrite est imprescriptible à la différence de l action en nullité qui est soumise à un délai de prescription dans la matière qui est biennale. Cette disposition doit inciter à écarter définitivement de tout bail commercial toute clause qui d une part était déjà susceptible d être reconnue comme nulle et qui désormais à présent sera réputée non écrite et pourra être attaquée pendante toute la durée de la relation contractuelle. Bien que la loi PINEL ne comporte aucune disposition transitoire sur ce point, et s il est certain qu en aucun cas cette nouvelle disposition ne peut s appliquer dans les procédures en cours, il apparait qu intervenant sur une question d ordre public, l application du texte doit être considérée comme immédiate, même aux baux conclus antérieurement. VII ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (transmission du bail) Sont désormais également réputées non écrites, toute clause qui interdit au locataire de céder son droit au bail à l acquéreur de son fonds de commerce ou de son entreprise. La loi du 18 juin 2014 élargit le cas où il était impossible pour le bailleur de s opposer à la cession du bail dans l hypothèse d une acquisition de fonds de commerce ou de l entreprise. Désormais, le texte prévoit qu en matière de fusion, de scission de société, de transmission universelle de patrimoine, ou d apport partiel d actif réalisé dans les conditions de la scission, la société bénéficiaire se substituera à celle au profit de laquelle le bail était consenti. Les dispositions relatives à la substitution de garantie ont également été modifiées permettant ainsi de rendre applicable à l ensemble des hypothèses visées ci-dessus la procédure judiciaire de substitution de garantie. Droit commercial - n 2 Janvier

5 A ce sujet, il est doit être également précisé que de nouveaux articles ont été créés : article L et article L : - Article L Le texte prévoit que si la cession du bail commercial est accompagnée d une clause de garantie du cédant au bénéfice du bailleur, ce qui est pratiquement systématiquement le cas dans l ensemble des baux, ce dernier informe le cédant de tout défaut de paiement du locataire dans le délai d un mois à compter de la date à laquelle la somme aurait dû être acquittée par celui-ci. - Article L Désormais si la cession du bail s accompagne d une clause de garantie du cédant au bénéfice du bailleur, celui-ci ne pourra l invoquer que durant trois ans à compter de la cession dudit bail. VIII ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (suppression de l ICC et cantonnement à 10% du déplafonnement) sur l I.C.C. Désormais, aussi bien pour la fixation du loyer en renouvellement que pour la fixation de la révision légale triennale, la référence à l ICC doit être supprimée, seuls sont maintenus l indice des loyers commerciaux (ILC) et l indice des loyers des activités tertiaires (ILAT). Il convient immédiatement d observer que la suppression de l ICC ne concerne que le calcul du plafonnement légal et de la révision légale laissant ainsi la possibilité de maintenir l indice du coût de la construction dans l hypothèse où le bail prévoit une clause d indexation automatique (clause d échelle mobile). Il ne s agit pas simplement d hypothèses d indexations annuelles automatiques mais également d indexations triennales automatiques qui ne peuvent se confondre avec la révision légale triennale. Les clauses d indexation avec référence à l ICC, qui ont donc vocation à pouvoir être maintenues, risquent d entraîner une certaine complexité dans la relation contractuelle. Il suffit à ce sujet de rappeler qu une clause d indexation automatique ne peut faire échec à la mise en œuvre de la révision légale si le bail renouvelé ou le nouveau bail prévoit le maintien de l indice ICC, il est évident que cela entraînera une nouvelle source de contentieux dans le calcul du loyer. Enfin, il convient de rappeler que le domaine d application de l ILC correspond aux activités commerciales et artisanales. Quant à l ILAT il est applicable aux activités tertiaires autres que les activités commerciales et artisanales mais pas uniquement pour les entrepôts logistiques et les bureaux. Se pose la question de savoir si les boutiques - bureaux (agences de banques, agences immobilières), les locaux à usage industriel, les locaux à usage culturel, les cliniques, devront être soumis à l ILAT. Droit commercial - n 2 Janvier

6 Le plafonnement du déplafonnement Outre la suppression de l indice du coût de la construction comme indice de référence de droit commun du bail commercial, un des aspects les plus notables de la réforme porte sur le cantonnement ou le plafonnement ou le lissage à 10% du déplafonnement du loyer. L article L est complété par un nouvel alinéa : «en cas de modification notable des éléments mentionnés au premièrement à quatrièmement de l article L , ou s il est fait exception aux règles de plafonnement par suite d une clause du contrat relative à la durée du bail, la variation de loyer qui en découle, ne peut conduire à des augmentations supérieures, pour une année, à 10% du loyer acquitté au cours de l année précédente». Ce texte s appliquant également aux révisions de loyer prévues aux dispositions des articles L et L qui prévoient désormais que la variation du loyer ne peut conduire à des augmentations supérieures pour une année à 10% du loyer acquitté au cours de l année précédente. Le champ d application du plafond des 10% Le nouveau mécanisme s applique en renouvellement uniquement pour les cas de déplafonnement fondés sur les quatre premiers éléments de l article L (modification notable des caractéristiques du local, de la destination des lieux, des obligations respectives des parties ou des facteurs locaux de commercialité). Ce nouveau texte s applique également lorsque le plafonnement est exclu en raison de la durée contractuelle du bail. Il s agit de l hypothèse d une durée contractuelle supérieure à neuf années. L étalement de la hausse est donc prévu dans les hypothèses de déplafonnement liées à une modification notable des éléments de la valeur locative rappelée ci-dessus et lorsque le loyer en renouvellement échappe au plafonnement en raison de la stipulation relative à la durée du bail supérieure à neuf années. Il importe donc de souligner que l augmentation par paliers en renouvellement ne s appliquera pas :. pour les baux relevant des dispositions de l article L (baux de terrains, de bureaux, ou de locaux monovalents) Ainsi, comme indiqué précédemment, les exploitations hôtelières, théâtres, salles de cinéma, cliniques ne relèvent pas du nouveau mécanisme des 10%.. pour les baux qui ont une durée effective supérieure à douze ans par l effet d une tacite prolongation.. pour les baux qui échappent au statut tels que les loyers avec clause recettes ou les loyers dits binaires. Il convient également de préciser que la loi PINEL ne vise que les augmentations de sorte que les fixations de loyer en renouvellement à une valeur locative inférieure au dernier loyer contractuel ne sont pas concernées ; seule l augmentation de loyer est encadrée et non sa diminution.. Sur la notion du loyer «acquitté». Les auteurs s interrogent déjà et se posent la question de savoir s il s agit du loyer effectivement réglé, du loyer dû, du loyer exigible qui paraît pour le dernier cas correspondre à l interprétation qu il convient de retenir. Mais faut-il se référer pour le loyer acquitté au cours de l année précédente de la dernière indexation, de la révision, de l année calendaire ou de l année civile? Droit commercial - n 2 Janvier

7 La réponse à ces questions n est pas neutre puisque pour calculer la majoration de 10% encore faut-il s entendre sur l assiette. (Dans l AJDI de juin 2014, un expert propose par moins de sept calculs plausibles). Comment articuler le cantonnement de 10% avec une clause d indexation annuelle automatique? Enfin, dans certains cas de déplafonnement avec augmentation importante du loyer renouvelé, le lissage de 10% d augmentation annuelle pourrait s avérer impossible à atteindre au bout des neuf années. Ainsi, la durée du bail renouvelé ne suffira pas toujours à atteindre la valeur locative fixée au terme de la neuvième année! Ce nouveau dispositif s avère donc particulièrement complexe et source de nouveaux contentieux potentiels, étant précisé qu il doit s appliquer à tous les renouvellements intervenant postérieurement au 1 er septembre IX ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (commission de conciliation) Extension de la compétence de la Commission Départementale de Conciliation dont le caractère facultatif de sa saisine est confirmé. La compétence initiale ne portait que sur le plafonnement ou non du loyer en renouvellement. Désormais, sa compétence est élargie aux litiges concernant la fixation légale du loyer révisé (article L du code de commerce). Il est à noter que les révisions fondées sur l article L du code de commerce sont exclues (révisions de baux comportant une clause d échelle mobile ou également intitulée clause de révision automatique). Enfin, la Commission voit sa compétence étendue également aux litiges relatifs aux charges (définition, paiement, calcul de répartition ) et aux travaux (imputabilité, trouble causé, mise en conformité ). X ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (date du loyer révisé) La date d effet du loyer révisé est celle de la date du jour de la demande. Compte tenu du caractère d ordre public de cet article, il est déconseillé de faire rétroagir la date d effet du loyer révisé. XI ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (état des lieux) Obligation d ordre public de l établissement d un état des lieux. Cette obligation a été imposée aussi aux baux dérogatoires. Cet état doit être dressé lors de la prise de possession des locaux et lors de leur restitution ainsi qu en cas de cession du droit au bail, de cession ou de mutation à titre gratuit du fonds de commerce. Cet état doit être établi contradictoirement et amiablement par le bailleur et le preneur ou par un tiers mandaté par eux. A défaut, il est établi par un huissier de justice, sur l initiative de la partie la plus diligente, à frais partagés par moitié entre bailleur et preneur. Droit commercial - n 2 Janvier

8 Il doit être annexé au contrat de location ou à défaut conservé par chacune des parties. A défaut de réaliser cet état, le bailleur ne pourra plus prétendre à la présomption de bon état de réparations locatives prévue par l article 1731 du code civil. XII ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (inventaire) Cette nouvelle disposition d ordre public impose aux parties l obligation de faire figurer un inventaire précis et limitatif des catégories de charges, impôts, taxes, redevances comportant l indication de leur répartition entre bailleur et preneur. Il est donc vivement conseillé que tout nouveau bail ou tout acte de renouvellement de bail postérieurement au 1 er septembre 2014 comporte un inventaire qui devra faire l objet de développement précis dans le contrat ou prendre la forme d une nouvelle annexe. Le décret du 3 novembre 2014 a précisé les charges non récupérables sur le preneur dont la liste est fixée désormais par l article R du code de commerce. Il s agit de dépenses relatives aux grosses réparations mentionnées à l article 606 du code civil, ainsi que le cas échéant, les honoraires liés à la réalisation de ces travaux. Il s agit également des dépenses relatives aux travaux ayant pour objet de remédier à la vétusté ou de mettre en conformité avec la réglementation le bien loué ou l immeuble dans lequel il se trouve, dès lors qu ils relèvent des grosses réparations mentionnées à l article 606 du Code Civil. Concernant les impôts, il est indiqué que la contribution économique territoriale et les taxes et redevances dont le redevable légal est le bailleur ou le propriétaire du local ou de l immeuble ne peuvent être répercutés sur le preneur. Cependant, il est prévu que le bailleur puisse imputer la taxe foncière et les taxes additionnelles à la taxe foncière, ainsi que les impôts, taxes et redevances liés à l usage du local ou de l immeuble, ou à un service dont le locataire bénéficie directement ou indirectement. Il doit également être mentionné un cas particulier concernant les ensembles immobiliers comportant plusieurs locataires. Dans cette hypothèse, le contrat de location devra préciser la répartition des charges et du coût des travaux entre les différents locataires occupant cet ensemble et cette répartition devra être établie en fonction de la surface exploitée. Dès lors, ne pourront plus être imputés au locataire les charges, impôts, taxes, redevances et le coût des travaux relatifs à des locaux vacants ou imputables à d autres locataires. La nouvelle réglementation prévoit que l inventaire devra donner lieu chaque année à un état récapitulatif adressé par le bailleur au locataire. soit au plus tard le 30 septembre de l année suivant celle au titre de laquelle il est établi,. soit, pour les immeubles en copropriété, dans le délai de trois mois à compter de la reddition des charges de copropriété sur l exercice annuel. Il est en outre imposé au bailleur de faire figurer sur l état récapitulatif la liquidation et la régularisation des comptes de charges et à la demande du locataire le bailleur devra lui communiquer tout document justifiant le montant des charges, impôts, taxes et redevances. Droit commercial - n 2 Janvier

9 Cette nouvelle réglementation prévoit également tous les trois ans que le bailleur devra communiquer à chaque locataire :. un état prévisionnel des travaux qu il envisage de réaliser dans les trois années suivantes, assorti d un budget prévisionnel,. un état récapitulatif des travaux qu il a réalisés dans les trois années précédentes précisant leur coût. Il importe de noter que les baux prévoyant que toutes les charges de quelque nature qu elles soient, devront être supportées par le preneur, sont voués à disparaître. Les clauses des baux dits «triple net» ne pourront plus apparaître aussi bien dans les nouveaux baux que dans les baux renouvelés depuis le 1 er septembre En effet, comme rappelé, ces nouvelles dispositions étant d ordre public, toutes clauses, stipulations ou arrangements qui auraient pour effet d y faire échec seront désormais réputées non écrites. XIII ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (droit de préemption) Institution d un droit de préemption du preneur en cas de vente d un local commercial Ce nouvel article institue au profit du preneur un droit de préférence en cas de vente lorsque le propriétaire du local loué à usage commercial ou artisanal envisage de le vendre. Ce texte ne s applique donc pas aux locaux industriels, ni a priori aux locaux à usage de bureaux. Le champ d application de ce texte exclut également les cas de cession unique de plusieurs locaux d un ensemble commercial, de cession unique de locaux commerciaux distincts ; de cession d un local commercial aux copropriétaires d un ensemble commercial, de cession globale d un immeuble comprenant des locaux commerciaux et de cession d un local au conjoint du bailleur, ou à un ascendant ou un descendant du bailleur ou de son conjoint. Cette nouvelle réglementation précise les informations dues au preneur en cas de projet de vente qui devra être informé par lettre recommandée A.R. ou remise en mains propres contre récépissé ou émargement et qui devra à peine de nullité indiquer le prix et les conditions de la vente envisagée tout en reproduisant impérativement les dispositions des quatre premiers alinéas de l article L du code de commerce. Le texte détaille précisément les modalités imposées au preneur pour qu il exerce son droit de préférence. Le preneur disposera d un délai d un mois à compter de la réception de l offre pour l accepter et d un délai de deux mois pour réaliser l acte de vente à compter de la date d envoi de sa réponse au bailleur, délai porté à quatre mois s il entend obtenir un prêt. Il importe de souligner que si le bailleur décide de vendre à un prix plus avantageux pour l acquéreur, une nouvelle notification devra être effectuée à peine de nullité de la vente. Cette nouvelle disposition prend application à compter du 18 décembre Droit commercial - n 2 Janvier

10 XIV MODIFICATION DE L ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (déspécialisation partielle) Il est ajouté à l article du code de commerce qui s applique en matière de redressement et de liquidation judiciaire, un nouvel alinéa autorisant le Tribunal de Commerce a exonéré le preneur du respect des dispositions en matière de déspécialisation partielle si ce dernier est soumis à une procédure de redressement judiciaire. Dans ce cas d espèce, le Tribunal de Commerce peut, dans le cadre du jugement arrêtant le plan, autoriser le repreneur à adjoindre à l activité prévue à la clause destination du bail des activités connexes ou complémentaires permettant ainsi une déspécialisation partielle et l exonération du respect des dispositions du code de commerce en matière de déspécialisation partielle. Le critère ne sera plus fondé sur l évolution des usages commerciaux mais sur l intérêt du maintien de l emploi et de l activité pour poursuivre le contrat de bail. * * * CONCLUSION La complexité du régime des baux commerciaux devait conduire à une réforme permettant de rechercher un équilibre et une cohérence compte tenu des enjeux économiques. L architecture globale de cette réforme n apparaît pas manifestement aller dans le sens souhaité. Les embuches sont désormais multipliées et il est manifeste que les praticiens et plus particulièrement les avocats bénéficient grâce à cette nouvelle législation d une garantie d activité du fait de la nécessité liée aux nouvelles incertitudes créées par cette législation nouvelle.. B. PUYLAGARDE Selarl Chemouli Dalin Stoloff & Associés 42 rue Notre-Dame des Champs Paris Tél. : 33 (0) Fax. : 33 (0) Droit commercial - n 2 Janvier

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial

Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial Jeudi 5 novembre 2015 Le bail commercial organisé par organisé par Maître Fatiha NOURI Le bail commercial «Le fameux bail 3/ 6/ 9» Propos introductif UN STATUT PROTECTEUR QUI S APPLIQUE DE PLEIN DROIT

Plus en détail

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX APPORTS DE LA LOI DU 18 JUIN 2014, DITE «LOI PINEL» ET DE SON DÉCRET D APPLICATION novembre 2014 Newsletter Baux Commerciaux La loi relative à l artisanat,

Plus en détail

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr SOMMAIRE ØLa Loi PINEL ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr La renégociation, 1 LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION

Plus en détail

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX Les baux dérogatoires La durée et le droit au renouvellement La fixation et la révision du loyer - 1-7 juillet 2015 Introduction Statut d ordre public o Location d immeubles

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80. Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre

LES BAUX COMMERCIAUX LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80. Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80 LES BAUX COMMERCIAUX Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction Droit commercial Droit

Plus en détail

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises,

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION DU REGIME DES BAUX COMMERCIAUX www.actior.fr 1 Les objectifs de la loi PINEL : équilibrer

Plus en détail

LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL

LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL LE DROIT DE PRÉFÉRENCE DU PRENEUR À BAIL COMMERCIAL Article juridique publié le 28/01/2015, vu 15581 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La loi dite «Pinel» du 18 juin 2014 a introduit, dans l'article L. 145-46-1

Plus en détail

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC LES LOYERS COMMERCIAUX Préambule : Pour les boutiques, il existe deux valeurs locatives : 1- La valeur locative de marché issue des loyers constatés pour des nouvelles locations. La valeur locative de

Plus en détail

La cession du bail commercial. Inforeg CCI de la Nièvre

La cession du bail commercial. Inforeg CCI de la Nièvre La cession du bail commercial Inforeg CCI de la Nièvre La cession du bail commercial Le droit de préemption de la commune Comment céder son bail commercial? Le droit de préemption des communes Le conseil

Plus en détail

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX Note Juridique 02 février 2015 ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX La loi relative à l artisanat, au commerce et aux petites entreprises, dite «Loi Pinel» n 2014-626 en date du 18 Juin 2014, a réformé le statut

Plus en détail

Réglementation des loyers des locaux d habitation

Réglementation des loyers des locaux d habitation Réglementation des loyers des locaux d habitation Page 1 S O M M A I R E DECRET N o 146/PG-RM DU 27 SEPTEMBRE 1967 TITRE PREMIER TITRE II Du maintien dans les lieux et du droit de reprise page 3 TITRE

Plus en détail

Comment appréhender son bail commercial

Comment appréhender son bail commercial Comment appréhender son bail commercial Animé par : Jean-Denis LE MOIGNE Erwan LE ROUILLE Régis MORENNE INTRODUCTION La conclusion du bail commercial présente des difficultés pour le locataire qui ne différencie

Plus en détail

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 Emmanuelle BELLAICHE membre du Réseau AJA - 7, avenue de la Bourdonnais - 75007 Paris e.bellaiche@aja-avocats.com + 33 (0) 1 71 19 71 47 L interdiction d

Plus en détail

Lors de la conclusion du bail le prix du loyer est fixé librement, étant généralement fondé sur la valeur locative des locaux.

Lors de la conclusion du bail le prix du loyer est fixé librement, étant généralement fondé sur la valeur locative des locaux. Le bail commercial Le bail commercial est un contrat relatif à la location d'un immeuble en vue de l'exercice d'une activité artisanale ou commerciale, qui permet au locataire de bénéficier d'une protection

Plus en détail

MON BAIL COMMERCIAL. Avertissement I. La conclusion du bail 1. La définition et la durée du bail commercial

MON BAIL COMMERCIAL. Avertissement I. La conclusion du bail 1. La définition et la durée du bail commercial + SOMMAIRE Avertissement I. La conclusion du bail 1. La définition et la durée du bail commercial 2. Les caractéristiques du local La consistance des lieux L état des lieux La destination des lieux Le

Plus en détail

BAIL DE MAISON (LONGUE DUREE) M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT :

BAIL DE MAISON (LONGUE DUREE) M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : BAIL DE MAISON (LONGUE DUREE) Entre les soussignés : M.. domicilié à Tél... dénommé le «Bailleur», ET M...... domicilié à Tél.. dénommé le «Preneur». IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : Article 1 er : Objet.

Plus en détail

Mémento Falcoz. Oui, Article L145-2, alinéa 1er, du Code de C. Les dispositions de cet article entrent en vigueur dès le 20 juin 2014

Mémento Falcoz. Oui, Article L145-2, alinéa 1er, du Code de C. Les dispositions de cet article entrent en vigueur dès le 20 juin 2014 Mémento Falcoz Jean-Louis FALCOZ HEC EMBA CPA Ancien notaire et avocat à Paris JURISTE EN DROIT DES AFFAIRES & FORMATEUR EXPERT EN BAUX COMMERCIAUX ET FONDS DE COMMERCE LOI PINEL PORTANT REFORME DES BAUX

Plus en détail

Parution du décret relatif au bail commercial

Parution du décret relatif au bail commercial Parution du décret relatif au bail commercial Les dispositions applicables aux baux commerciaux en cours : - Le congé donné par lettre recommandée avec demande d'avis de réception : Depuis la loi Pinel,

Plus en détail

Droits et obligations des propriétaires bailleurs au regard de la LOI ALUR

Droits et obligations des propriétaires bailleurs au regard de la LOI ALUR Droits et obligations des propriétaires bailleurs au regard de la LOI ALUR Actualité juridique publié le 05/03/2015, vu 2220 fois, Auteur : Cabinet d'avocat SAGAND DROITS ET OBLIGATIONS DES BAILLEURS APRES

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5. Préface 7. Le bail à loyer en 2009 : à la croisée des chemins 9

Table des matières. Sommaire 5. Préface 7. Le bail à loyer en 2009 : à la croisée des chemins 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Béatrice Compagnion Le bail à loyer en 2009 : à la croisée des chemins 9 Nicolas Bernard Introduction 9 Section 1. La loi du 27 décembre 2006 : enregistrement du

Plus en détail

LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL?

LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL? LES PERSONNES PUBLIQUES ET LA CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE COMMENT EVITER LE RISQUE DE LA REQUALIFICATION EN BAIL COMMERCIAL? Il résulte des dispositions de l article L. 145-2, I- 4 du Code de commerce

Plus en détail

CONTRAT PRELIMINAIRE A UNE VENTE EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT CONDITIONS GENERALES

CONTRAT PRELIMINAIRE A UNE VENTE EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT CONDITIONS GENERALES Au Résidence LES JARDINS DE JADE Commune du Gosier Département de la Guadeloupe EXPOSE CONTRAT PRELIMINAIRE A UNE VENTE EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT CONDITIONS GENERALES Le RESERVANT a projeté d édifier

Plus en détail

BAIL DE LOCATION D UN EMPLACEMENT DE STATIONNEMENT

BAIL DE LOCATION D UN EMPLACEMENT DE STATIONNEMENT BAIL DE LOCATION D UN EMPLACEMENT DE STATIONNEMENT Parking / Garage / Box Soumis aux dispositions des articles 1709 et suivants du Code civil ENTRE LES SOUSSIGNÉS M. Mme Mlle. né(e) le à demeurant éventuellement

Plus en détail

PREEMPTION COMMERCIALE

PREEMPTION COMMERCIALE PREEMPTION COMMERCIALE CONSTAT : Le droit de préemption urbain permet à une collectivité territoriale de se substituer à l acquéreur lors de la vente de biens. Seuls, les biens immobiliers sont visés.

Plus en détail

REVISION DU LOYER COMMERCIAL

REVISION DU LOYER COMMERCIAL REVISION DU LOYER COMMERCIAL 04/03/2011 Les parties sont libres quant à la fixation du loyer initial. En revanche, le révision du loyer fait l objet d une réglementation spécifique. Il faut distinguer

Plus en détail

MANDAT DE VENTE AVEC/ SANS EXCLUSIVITE N. Spécialiste de l Arrière Pays depuis 1990

MANDAT DE VENTE AVEC/ SANS EXCLUSIVITE N. Spécialiste de l Arrière Pays depuis 1990 MANDAT DE VENTE AVEC/ SANS EXCLUSIVITE N (article 6 loi N 70-9 du 2 janvier 1970 et articles 72 et suivants du décret N 72-678 du 20 juillet 1972) (rémunération la charge de l Acquéreur) Spécialiste de

Plus en détail

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial FICHE THEMATIQUE n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1. LE BAIL COMMERCIAL 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial 1.2.1. Résiliation triennale 1.2.2. Résiliation anticipée

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

Le contrat de prêt immobilier

Le contrat de prêt immobilier Le contrat de prêt immobilier samedi 8 septembre 2007, par Gabriel Neu-Janicki (Date de rédaction antérieure : 8 septembre 2007). LE CONTRAT DE PRET IMMOBILIER I. Les documents à fournir pour une demande

Plus en détail

La Fédération Unie des Auberges de Jeunesse (FUAJ) représentée par Madame Edith ARNOULT-BRILL, Secrétaire Générale 27 rue Pajol 75018 PARIS ;

La Fédération Unie des Auberges de Jeunesse (FUAJ) représentée par Madame Edith ARNOULT-BRILL, Secrétaire Générale 27 rue Pajol 75018 PARIS ; CONVENTION De mise à disposition de la Fédération Unie des Auberges de Jeunesse de l immeuble «Maison Monjauze» et ses dépendances sis 56 avenue Maréchal Bugeaud Entre les soussignés La commune de Brive

Plus en détail

Offre d achat immeuble à revenus*

Offre d achat immeuble à revenus* Offre d achat immeuble à revenus* (usage résidentiel seulement) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Ci-après l «Acheteur» VENDEUR 2 : 2. OBJET DU CONTRAT Ci-après le «Vendeur»

Plus en détail

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION

STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION STATUTS SOCIETE EN PARTICIPATION Entre les soussignés : - - M (indiquer identité et adresse) - M (indiquer identité et adresse) Il est établi, ainsi qu il suit, les statuts de la société en participation

Plus en détail

Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs

Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs Département Immobilier Eversheds Paris LLP Janvier 2015 1 - Allongement de la durée des baux dérogatoires

Plus en détail

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial -

Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON. - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU

CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU CONTRAT TYPE DE LOCATION OU DE COLOCATION DE LOGEMENT NU (Soumis au titre 1 er de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL Vendredi 03 avril 2015 Solen REMY-GANDON Avocat Département Règlement des Contentieux FIDAL TROYES 03 25 82 65 01 Solen.remy-gandon@fidal.com 1 Baux commerciaux

Plus en détail

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE

MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE MESURES CONSERVATOIRES ET RECOUVREMENT TRANSFRONTALIER L INTERVENTION DU JUGE Evoquer le rôle du juge dans une matière transfrontalière suppose que soit préalablement abordée la double question de la compétence

Plus en détail

Les difficultés attendues après la loi Pinel

Les difficultés attendues après la loi Pinel M e Géraldine Piedelièvre Avocat, associé Lefèvre Pelletier & associés, Avocats ANALYSE Les difficultés attendues après la loi Pinel Si les dispositions de la loi Pinel du 18 juin 2014 et de son décret

Plus en détail

Les avant-contrats Promesse de vente Offre d achat Compromis de vente

Les avant-contrats Promesse de vente Offre d achat Compromis de vente Les renseignements contenus dans la présente notice ont pour but d attirer votre attention sur les points les plus importants du sujet qui vous intéresse. Pour de plus amples informations, consultez votre

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU

CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU CONTRAT DE LOCATION DE TERRAIN NU Entre les soussignés : Monsieur, Madame Né (e) le.. 19. à et demeurant à B.P : Téléphone. Ci-après dénommé «Le Bailleur», d une part, Monsieur, Madame Né (e) le 19. à..

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE BAIL A FERME

CONTRAT TYPE DE BAIL A FERME Annexe 1 CONTRAT TYPE DE BAIL A FERME LES SOUSSIGNES : d une part, Domicilié(e) Agissant(e) en tant que bailleur, ci-après désigné par «le bailleur», et, d autre part, Exploitant agricole Domicilié(e)

Plus en détail

Les droits de préemption. 1. Le droit de préemption du fermier

Les droits de préemption. 1. Le droit de préemption du fermier Les droits de préemption 1. Le droit de préemption du fermier Lorsqu un propriétaire bailleur souhaite vendre un immeuble rural, le preneur en place peut bénéficier d un droit de préemption sur le bien,

Plus en détail

Le Bail commercial : Révision des loyers.

Le Bail commercial : Révision des loyers. Le Bail commercial : Révision des loyers. Article L145-38 du Code de commerce «La demande en révision ne peut être formée que trois ans au moins après la date d'entrée en jouissance du locataire ou après

Plus en détail

MISSION EXCLUSIVE DE LOCATION CONCLUE AU SEIN DE L ENTREPRISE

MISSION EXCLUSIVE DE LOCATION CONCLUE AU SEIN DE L ENTREPRISE Mission exclusive de location conclue au sein de l entreprise avec clause de prolongation tacite 06/2014 MISSION EXCLUSIVE DE LOCATION CONCLUE AU SEIN DE L ENTREPRISE (avec prolongation tacite) Dans les

Plus en détail

LA CESSION DE FONDS DE COMMERCE. Partenariat Horesca & Maître Michel Schwartz

LA CESSION DE FONDS DE COMMERCE. Partenariat Horesca & Maître Michel Schwartz LA CESSION DE FONDS DE COMMERCE Partenariat Horesca & Maître Michel Schwartz Propos introductifs 2 Sommaire 3 Sommaire I- La définition de la notion de fonds de commerce II- Les caractéristiques de la

Plus en détail

LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION

LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION FICHE PRATIQUE : LA LOCATION-GERANCE : UN BON INSTRUMENT DE TRANSMISSION La location-gérance (appelée également «gérance libre») est un contrat par lequel le propriétaire d un fonds de commerce (ou artisanal)

Plus en détail

DEPART A LA RETRAITE DU PRENEUR

DEPART A LA RETRAITE DU PRENEUR DEPART A LA RETRAITE DU PRENEUR 28/08/2014 Le titulaire d un bail commercial, commerçant ou artisan, qui entend faire valoir ses droits à la retraite ou qui devient titulaire d une pension d invalidité,

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux Stage de Préparation à l Installation 4. 4.1. Le Bail Commercial 4.2. Convention Précaire et Bail de trois ans ans 4.3. Bail Professionnel et Bail Mixte 4.4. Pas de Porte et Droit au Bail 4.1. Le bail

Plus en détail

RÉFORME DE LA REDEVANCE POUR CRÉATION DE BUREAUX, DE LOCAUX COMMERCIAUX ET DE LOCAUX DE STOCKAGE

RÉFORME DE LA REDEVANCE POUR CRÉATION DE BUREAUX, DE LOCAUX COMMERCIAUX ET DE LOCAUX DE STOCKAGE RÉFORME DE LA REDEVANCE POUR CRÉATION DE BUREAUX, DE LOCAUX COMMERCIAUX ET DE LOCAUX DE STOCKAGE Article 50 de la loi n 2015-1786 du 29 décembre 2015 de finances rectificative pour 2015 Note d information

Plus en détail

MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE N...

MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE N... MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE N... Articles 1984 et suivants du Code Civil, Articles 64 et 65 du décret du 20 juillet 1972 fixant les conditions d application de la loi du 2 janvier 1970 ENTRE LES SOUSSIGNES:

Plus en détail

SCI Société Civile Immobilière

SCI Société Civile Immobilière SCI Société Civile Immobilière Pascal Dénos, 2011 ISBN : 978-2-212-54881-5 La location de l immeuble social par la SCI Mise à disposition gratuite de l immeuble social aux associés La SCI peut mettre gratuitement

Plus en détail

Cahier des charges de rétrocession par la Ville de Meaux d un droit au bail commercial situé dans un local au 12 rue Saint Rémy

Cahier des charges de rétrocession par la Ville de Meaux d un droit au bail commercial situé dans un local au 12 rue Saint Rémy Cahier des charges de rétrocession par la Ville de Meaux d un droit au bail commercial situé dans un local au 12 rue Saint Rémy Article 1 : Le présent cahier des charges a pour objectif de répondre aux

Plus en détail

Le volet immobilier de la loi Pinel... ...entre Parlement et Sénat

Le volet immobilier de la loi Pinel... ...entre Parlement et Sénat Rencontre LPA Le volet immobilier de la loi Pinel......entre Parlement et Sénat Mardi 25 mars 2014 136 avenue des Champs-Elysées 75008 Paris - Tél. : +33 (0)1 53 93 30 00 Fax : +33 (0)1 53 93 30 30 www.lpalaw.com

Plus en détail

Droit commercial et économique

Droit commercial et économique Droit commercial et économique MEMO Actualités législatives et réglementaires 2008 A jour au 1 er janvier 2009 TABLE DES MATIERES 1. DISPOSITIONS EN MATIERE DE DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL 3 1.1. Délais

Plus en détail

Le nouveau régime des clauses d indexation

Le nouveau régime des clauses d indexation ACTES PRATIQUES & INGÉNIERIE IMMOBILIÈRE - REVUE TRIMESTRIELLE LEXISNEXIS JURISCLASSEUR - OCTOBRE-NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2013 Dossier 34 Le nouveau régime des clauses d indexation Emmanuelle CHAVANCE, avocat

Plus en détail

Position CGPME BAUX COMMERCIAUX CONSTAT

Position CGPME BAUX COMMERCIAUX CONSTAT BAUX COMMERCIAUX CONSTAT Le commerce est une activité en perpétuelle mutation. Pendant les cinquante dernières années, la distribution de masse s est généralisée pour répondre aux besoins des consommateurs

Plus en détail

La SEM SEVE, représentée par Monsieur Jean-Luc DUMAY, Directeur, domicilié en cette qualité à la Mairie de chef lieu, 05100 Puy-Saint André,

La SEM SEVE, représentée par Monsieur Jean-Luc DUMAY, Directeur, domicilié en cette qualité à la Mairie de chef lieu, 05100 Puy-Saint André, Convention d occupation temporaire de la toiture D un hangar technique pour le service des ordures ménagères au lieu dit «pont la lame» à Puy Saint André en vue d installer et d exploiter des panneaux

Plus en détail

Conditions générales de prestations et de services

Conditions générales de prestations et de services Conditions générales de prestations et de services I- OBJET Les présentes conditions générales ont pour objet de régir les relations contractuelles entre le Client d une part, et la société 4D CREA dont

Plus en détail

LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER

LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER Avocat au barreau de Paris Après le plan d action présenté par Madame PINEL le 19 juin 2013, le projet de loi du 21 août 2013 rassemblait un certain

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014

Flash. Flash d information Immobilier. Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 SEPTEMBRE OCTOBRE NO VEMBRE 2014 Flash Dans ce numéro Baux 1-3 Vente immobilière 3-4 Diagnostic technique 4-5 Parution du décret Pinel du 3 novembre 2014 Flash d information Immobilier Le décret d application

Plus en détail

LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe

LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe LE RÔLE DE L AVOCAT DANS LA PROCEDURE PARTICIPATIVE Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe L avocat du début à l issue de la Convention de Procédure

Plus en détail

Particuliers & Immobilier

Particuliers & Immobilier Particuliers & Immobilier Consignations Les particuliers et les consignations en matière immobilière L a Caisse des Dépôts est une institution financière publique, en charge de missions d intérêt général

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION

PROJET DE DELIBERATION PROJET DE DELIBERATION OBJET : GESTION MUNICIPALE - DELEGATION AU MAIRE Secrétariat général RAPPORTEUR : Madame Patricia BORDAS, Premier adjoint Le conseil municipal a la possibilité de déléguer directement

Plus en détail

MODALITES D'OBTENTION D'UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT

MODALITES D'OBTENTION D'UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT FICHE N 1 MODALITES D'OBTENTION D'UNE AUTORISATION DE STATIONNEMENT - Code des transports. - Décret n 95-935 du 17 août 1995 modifié REPRISE D UNE ADS A TITRE ONEREUX REPRISE D UNE AUTORISATION NON CESSIBLE

Plus en détail

VILLE DE MONTREUIL-SUR-MER. - Convention de délégation de service public- Affermage du camping municipal «La fontaine des clercs»

VILLE DE MONTREUIL-SUR-MER. - Convention de délégation de service public- Affermage du camping municipal «La fontaine des clercs» VILLE DE MONTREUIL-SUR-MER - Convention de délégation de service public- Affermage du camping municipal «La fontaine des clercs» En trois exemplaires. La présente convention comporte six pages, numérotées

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES N 56 - MARCHES n 12 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 24 mars 2009 ISSN 1769-4000 REFORME DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES L essentiel Tirant le bilan de deux années d application de

Plus en détail

PARC DE STATIONNEMENT «CREAC H» CONTRAT DE CESSION DE DROITS D OCCUPATION AMODIATION

PARC DE STATIONNEMENT «CREAC H» CONTRAT DE CESSION DE DROITS D OCCUPATION AMODIATION VILLE DE VANNES PARC DE STATIONNEMENT «CREAC H» CONTRAT DE CESSION DE DROITS D OCCUPATION AMODIATION Entre les soussignés : La commune de VANNES, représentée par son Maire, Monsieur David ROBO, agissant

Plus en détail

CONGES POUR VENTE PAR LOTS AUX LOCATAIRES DANS LES ENSEMBLES IMMOBILIERS D'HABITATION

CONGES POUR VENTE PAR LOTS AUX LOCATAIRES DANS LES ENSEMBLES IMMOBILIERS D'HABITATION CONGES POUR VENTE PAR LOTS AUX LOCATAIRES DANS LES ENSEMBLES IMMOBILIERS D'HABITATION L accord porte sur les points suivants : 1. Procédure d'information des locataires et des associations 1.1. Préalablement

Plus en détail

ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX

ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX Jeudi 9 juillet 2015 Club Pierre #44 Magali MARTON Head of EMEA Research, DTZ Jean-Marc PEYRON

Plus en détail

LES CONDITIONS GENERALES

LES CONDITIONS GENERALES LES CONDITIONS GENERALES Plan pluriannuel d investissement pour la création de crèche Janvier 2014 1/9 2/9 L objet de la convention La présente convention définit et encadre les modalités d intervention

Plus en détail

- qu il donne son consentement préalable et exprès pour renoncer à son droit de rétractation dans les conditions précisées ci-dessus

- qu il donne son consentement préalable et exprès pour renoncer à son droit de rétractation dans les conditions précisées ci-dessus 05/2010 Avertissement : le présent contrat ne peut être utilisé s il s agit d un contrat à distance, c est-à-dire un contrat conclu en utilisant exclusivement des techniques de communication à distance

Plus en détail

CONTRAT PRELIMINAIRE DE RESERVATION

CONTRAT PRELIMINAIRE DE RESERVATION CONTRAT PRELIMINAIRE DE RESERVATION ENTRE LES SOUSSIGNES, FINANCIERE BARBATRE, société à responsabilité limitée au capital de 1 500 000, dont le siège social est à Chevreuse (78460) 7, route de Choisel,

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION A USAGE D HABITATION

CONTRAT DE LOCATION A USAGE D HABITATION CONTRAT DE LOCATION A USAGE D HABITATION Loi n 89-462 du 6 juillet 1989 modifié par la loi n 94-624 du 21 juillet 1994 LOCAUX VIDES Entre les soussignés, M. (nom, prénom et adresse) désigné ci-après sous

Plus en détail

(indiquer. (indiqué le nombre de chambre,..).

(indiquer. (indiqué le nombre de chambre,..). Entre les soussignés : Monsieur / Mme /Mlle (indiquer le Nom et Prénom, fonction) nationalité, domicilié ié à... BP Téléphone email.( indiqué l adresse complet du bailleur) Ci-après désigné «Le Bailleur»

Plus en détail

LOGEMENTS COMMUNAUX A LOYERS MODERES

LOGEMENTS COMMUNAUX A LOYERS MODERES REGLEMENT RELATIF A LA LOCATION DE LOGEMENTS COMMUNAUX A LOYERS MODERES SUR LE TERRITOIRE DE LA COMMUNE DE WATERLOO 1 TABLE DES MATIERES : 1. LES CONDITIONS D ADMISSION AUX LOGEMENTS COMMUNAUX A LOYERS

Plus en détail

Réforme du régime des baux commerciaux. Julien PRIGENT Avocat à la cour d appel de Paris

Réforme du régime des baux commerciaux. Julien PRIGENT Avocat à la cour d appel de Paris Réforme du régime des baux commerciaux Catherine MUTELET Avocat à la cour d appel de Paris Julien PRIGENT Avocat à la cour d appel de Paris Marie-Laure RODRIGUEZ Avocat à la cour d appel de Paris La loi

Plus en détail

Dispositions diverses

Dispositions diverses Loi n 2009-323 du 25 mars 2009 de mobilisation pour le logement et la lutte contre l exclusion Dispositions diverses 1- HEBERGEMENT L article 69 a pour objet : Plan départemental d accueil, d hébergement

Plus en détail

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL Textes Loi LME du 4 août 2008 Loi MURCEF du 11 décembre 2001 Article L. 145-3 du code de commerce Article L. 145-5 du code de

Plus en détail

Contrat de location. Quai de la Fosse 44000 - NANTES. T1Bis de 40 M² au RDC. Version 1.001

Contrat de location. Quai de la Fosse 44000 - NANTES. T1Bis de 40 M² au RDC. Version 1.001 .. Contrat de location.. Quai de la Fosse 44000 - NANTES.. T1Bis de 40 M² au RDC.. Version 1.001 Entre les soussignés : Propriétaire : Nom, Prénom : Adresse : Téléphone : Mail : et, Locataire (s) : Nom,

Plus en détail

MANDAT NON EXCLUSIF DE VENTE N

MANDAT NON EXCLUSIF DE VENTE N MANDAT NON EXCLUSIF DE VENTE N ENTRE LES SOUSIGNEES : La SCCV LES TERRASSES DE MOUISSEQUES, Société Civile Immobilière de Construction Vente au capital de 1 000 inscrite au RCS d EVRY sous le numéro 803

Plus en détail

REGLEMENT DES LITIGES RELATIFS AUX BAUX COMMERCIAUX

REGLEMENT DES LITIGES RELATIFS AUX BAUX COMMERCIAUX REGLEMENT DES LITIGES RELATIFS AUX BAUX COMMERCIAUX 30/09/2014 En cas de désaccords relatifs au statut des baux commerciaux ou plus particulièrement à la fixation du loyer lors du renouvellement ou de

Plus en détail

Les Consorts T étaient débiteurs de charges de copropriété qu ils ne réglaient pas depuis plusieurs années.

Les Consorts T étaient débiteurs de charges de copropriété qu ils ne réglaient pas depuis plusieurs années. COUR D APPEL DE LYON 04 Décembre 2014 Cet arrêt rendu à l encontre d un syndic, la Société de G R L, pose le problème de sa responsabilité envers des copropriétaires débiteurs, les Consorts T. Les faits

Plus en détail

REFORME DES SUCCESSIONS

REFORME DES SUCCESSIONS REFORME DES SUCCESSIONS Le projet de loi sur les successions a été adopté le 22 février 2006 par l assemblée nationale. Il sera évoqué par le Sénat dans le courant de la semaine prochaine. De manière assez

Plus en détail

LOI N 15/ 025 DU 31 DECEMBRE 2015 RELATIVE AUX BAUX A LOYER NON PROFESSIONNELS

LOI N 15/ 025 DU 31 DECEMBRE 2015 RELATIVE AUX BAUX A LOYER NON PROFESSIONNELS 1 LOI N 15/ 025 DU 31 DECEMBRE 2015 RELATIVE AUX BAUX A LOYER NON PROFESSIONNELS L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : CHAPITRE

Plus en détail

La saisie-gagerie : un «outil» inexploité par les bailleurs

La saisie-gagerie : un «outil» inexploité par les bailleurs La saisie-gagerie : un «outil» inexploité par les bailleurs Par Pierre ROUSSEAUX, avocat, Président SNP Charleroi Le bailleur connaît-il l importance que peut revêtir pour lui la valeur du mobilier se

Plus en détail

CONJOINT (à préciser si celui ci est également propriétaire) Date et lieu de naissance :...

CONJOINT (à préciser si celui ci est également propriétaire) Date et lieu de naissance :... MANDAT «EXPERT» NON EXCLUSIF DE VENTE Loi du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts, décret du 31 mai 1996 portant règlement de la profession et code des devoirs professionnels N au registre

Plus en détail

Quel loyer indiquer sur la déclaration?

Quel loyer indiquer sur la déclaration? Quel loyer indiquer sur la déclaration? Extrait de la déclaration 6660 REV Le loyer à indiquer sur la déclaration correspond au loyer annuel dû au titre de l année 2013, en excluant toutes les charges

Plus en détail

N 1763 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1763 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1763 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 juillet 2004. PROPOSITION DE LOI visant à garantir l accès à la

Plus en détail

Conditions générales de licence de logiciel

Conditions générales de licence de logiciel Conditions générales de licence de logiciel 1. Préambule MAÏDOTEC est titulaire des droits de propriété intellectuelle et de commercialisation sur le logiciel décrit dans les conditions particulières associées

Plus en détail

BAIL COMMERCIAL MEUBLÉ

BAIL COMMERCIAL MEUBLÉ Hôtels et Résidences BAIL COMMERCIAL MEUBLÉ «VITTEL Les COLONIES» APPARTEMENT N : PARKING N.. ENTRE Les Soussignés Monsieur (et, ou) Madame :.. Demeurant à : Rue ou lieu dit : Tél domicile :. Bureau :..

Plus en détail

Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion

Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion 1. Les faits Il est éventuellement envisagé d installer un magasin d occasion pour appareils électroniques dans

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Article 2 : Promotion et offre

CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Article 2 : Promotion et offre CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Ces conditions générales sont applicables aux contrats d organisation et d intermédiaire de voyages, tels que définis par la loi du 16 février 1994

Plus en détail

Partie 1. Pour mettre en location un bien, quelles formalités faut-il accomplir? 2.5.2. En Région bruxelloise... 8. 2.5.3. En Région fl amande...

Partie 1. Pour mettre en location un bien, quelles formalités faut-il accomplir? 2.5.2. En Région bruxelloise... 8. 2.5.3. En Région fl amande... Table des matières Introduction........................................................... 1 Partie 1. Pour mettre en location un bien, quelles formalités faut-il accomplir? 1. Quels sont les documents

Plus en détail

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer

Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Le règlement (CE) N 1896/2006 du parlement européen et du conseil du 12 décembre 2006 instituant une procédure européenne d injonction de payer Par Michelle POESS, étudiante en droit et Karl H. BELTZ,

Plus en détail

Numéro du rôle : 5643. Arrêt n 53/2014 du 27 mars 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5643. Arrêt n 53/2014 du 27 mars 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5643 Arrêt n 53/2014 du 27 mars 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 12 de la section 2bis («Des règles particulières aux baux commerciaux») du livre

Plus en détail

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LE BAIL COMMERCIAL Explications et conseils Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales,

Plus en détail