LA LETTRE DU CABINET

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA LETTRE DU CABINET"

Transcription

1 LA LETTRE DU CABINET DROIT COMMERCIAL N 2 - Janvier 2015 REFORME DU REGIME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI PINEL DU 18 JUIN 2014 & SON DECRET D APPLICATION DU 3 NOVEMBRE 2014 Par Bernard Puylagarde Bernard Puylagarde Associé Avocat Of Counsel Ancien Secrétaire de la Conférence Vice-Président de l Association des Avocats du Droit de la Propriété Commerciale Membre de l Association Fondation Bruno Boccara PREAMBULE Il s agit de la réforme la plus importante du statut des baux commerciaux depuis plus de 40 ans. La loi et le décret prévoient des modifications substantielles sur la durée du bail commercial, le congé, les garanties en cas de cessions, la fixation du loyer du bail renouvelé, l état des lieux, les charges, impôts et taxes, le droit de préemption du locataire, la modification des sanctions des clauses contraires à l ordre public du statut qui sont désormais réputées non écrites. Les textes nouveaux suscitent un certain nombre d interrogations en raison de leur complexité et de leur imprécision et des difficultés d application qui sont prévisibles. Cette présentation ne vise pas à être exhaustive mais plutôt d attirer l attention sur leur impact et leurs conséquences. Cette présentation reprend l ordre chronologique des modifications apportées au texte du code de commerce. Droit commercial - n 2 Janvier

2 I - ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (préemption de la commune) La loi du 18 juin 2014 ajoute un paragraphe qui stipule qu en cas d exercice du droit de préemption communale sur un bail commercial, un fonds artisanal ou un fonds de commerce, les dispositions du statut des baux commerciaux restent soumises au bail en cours. Il est en outre précisé que le défaut d exploitation du fonds de commerce ne peut pas être invoqué par le bailleur pour mettre fin au bail commercial dans le délai de deux ou de trois ans en cas de locationgérance. Il convient de relever que les modalités d exercice du droit de préemption sont désormais élargies puisque ce n est pas seule la commune qui peut exercer ce droit, car lorsqu elle fait partie d un établissement public de coopération intercommunale, elle peut déléguer tout ou partie de ses compétences à un établissement public, à une société d économie mixte, ou concessionnaire d une opération d aménagement II - ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (durée des baux) Depuis 1986 étaient apparues des clauses de renonciation à la faculté de donner congé lors de la première ou de la seconde période triennale permettant ainsi d établir des baux d une durée ferme de 6 ans voire de 9 ans. Désormais, il n est plus possible dans la plupart des cas, pour le preneur, de renoncer à la faculté de résiliation triennale. La faculté d ordre public de donner congé pour l expiration d une période triennale est rétablie. On peut légitiment s interroger pour savoir si le preneur peut toujours obtenir la faculté de résilier à des échéances plus brèves que les périodes triennales? En tout état de cause, la loi, ne prévoyant pas de dispositions transitoires à ce sujet dans la mesure où il s agit d une disposition d ordre public, devrait s appliquer immédiatement. Ainsi, les clauses interdisant au locataire de donner congé dans les contrats en cours, devraient être réputées non écrites à l exception des procédures en cours. Exceptions Les baux concluent pour une durée supérieure à neuf ans, Les baux des locaux construits en vue d une seule utilisation, Les baux des locaux à usage exclusif de bureaux et de stockage, Ils bénéficient d une option prévoyant la possibilité de conventions contraires à la faculté de résiliation triennale. Concernant les locaux construits en vue d une seule utilisation, ils semblent correspondre à l ensemble des locaux monovalents relevant de l article R du code de commerce. Ainsi, pour les exploitations hôtelières, les théâtres, les salles de cinéma, les cliniques, il est donc possible de prévoir des conventions contraires. L article L est également modifié en ce qu il permet désormais, pour les ayants-droits du preneur décédé ou invalide, une faculté de délivrer un congé qui jusqu alors n était permis qu au locataire partant à la retraite ou au locataire titulaire d une pension d invalidité ou à l associé unique d une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée et au gérant majoritaire depuis au moins deux ans d une S.A.R.L., qui pouvaient se libérer à tout moment en notifiant un congé motivé six mois à l avance pour le terme d un trimestre civil par acte d huissier ou par lettre recommandée avec demande d avis de réception (voir commentaire sur l article L concernant la lettre RAR). Droit commercial - n 2 Janvier

3 III - ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (modification du régime des baux dérogatoires) La durée maximale du bail dérogatoire dit de courte durée, a été allongée pour passer de deux à trois ans pour les contrats conclus ou renouvelés à compter du 1 er septembre L article L du code de commerce est ainsi désormais rédigé : «les parties peuvent lors de l entrée dans les lieux du preneur déroger aux dispositions du présent chapitre à la condition que la durée totale du bail ou des baux successifs ne soit pas supérieure à trois ans.» Cette nouvelle rédaction interdit aux parties à l expiration du bail dérogatoire de conclure un nouveau bail dérogatoire tout en limitant cette prohibition à l hypothèse où le nouveau contrat porte sur le même fonds et sur les mêmes locaux, là où les textes précédents n évoquaient que l identité des parties et celles des locaux. Il sera encore possible de conclure de nouveaux baux de courte durée si et uniquement si :. le nouveau bail dérogatoire porte sur les mêmes locaux mais en vue de l exploitation d un nouveau fonds,. le nouveau bail porte sur des locaux différents en vue d exploiter le même fonds. En dehors de ces hypothèses, tout bail de courte durée qui serait conclu après expiration du bail dérogatoire, sera soumis au statut et deviendra ipso facto un bail commercial pour une durée de trois - six - neuf années. Le texte a également modifié un point particulier qui avant cette réforme aboutissait à ce que le bail statutaire naissait automatiquement dès l expiration du bail dérogatoire, alors que désormais il est donné aux parties un mois pour s opposer à la formation automatique d un bail soumis au statut. Le bailleur comme le preneur pourront dans ce délai d un mois manifester leur intention de ne pas poursuivre leurs relations contractuelles. IV - ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (convention d occupation précaire) Ce nouveau texte a l intérêt de définir la convention d occupation précaire qui est exclue du statut des baux commerciaux qui avait été créée par la jurisprudence qui validait cette convention à condition que la précarité soit justifiée par des circonstances particulières. L article L dispose que la convention d occupation précaire se caractérise quelle que soit sa durée, par le fait que l occupation des lieux n est autorisée qu en raison de circonstances particulières indépendantes de la seule volonté des parties. Il importe de souligner que cette convention est bien distincte des baux de courte durée appelés également baux dérogatoires dont le régime est également modifié comme cela est exposé ci-dessus. Il importe de rappeler comme condition essentielle pour établir une convention d occupation précaire que la durée est indifférente et que le critère majeur l autorisant exige que les circonstances nécessitant son recours soient pour partie étrangères à la seule volonté des parties (reconstruction de locaux incendiés, risques d expropriation, délivrance d un permis de construire ). Droit commercial - n 2 Janvier

4 V - ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (forme des congés) Allègement de la forme du congé qui désormais peut être délivré au choix, par acte extrajudiciaire (exploit d huissier) ou par lettre recommandée avec demande d avis de réception. Le décret d application du 3 novembre 2014 a précisé que la date du congé donné par lettre recommandée A.R. était celle de la première présentation de la lettre (R du code de commerce). Pour éviter toute confusion, il est attiré l attention sur le fait que si pour les congés (congé avec offre de renouvellement, congé avec refus de renouvellement) une lettre recommandée A.R. est désormais possible, la réforme n englobe pas ni la demande de renouvellement du locataire, ni la réponse à demande de renouvellement de la part du bailleur qui doivent continuer à être notifiés par exploits d huissiers. VI ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (les clauses réputées non écrites) La modification de ce texte correspond à une mesure substantielle et va probablement entraîner des conséquences importantes sur la sécurité juridique du bail commercial. Le texte prévoit désormais que toute clause ayant pour objet de faire échec au droit de renouvellement de bail et aux dispositions des articles L (durée du bail), L à L (révision du loyer indexation clause résolutoire), du 1 er alinéa de l article L (résiliation pour cession d activité) et les articles L à L du code de commerce (déspécialisation), n est plus sanctionnée par la nullité mais est réputée non écrite. Il importe donc de rappeler qu une action tendant à voir déclarer une clause réputée non écrite est imprescriptible à la différence de l action en nullité qui est soumise à un délai de prescription dans la matière qui est biennale. Cette disposition doit inciter à écarter définitivement de tout bail commercial toute clause qui d une part était déjà susceptible d être reconnue comme nulle et qui désormais à présent sera réputée non écrite et pourra être attaquée pendante toute la durée de la relation contractuelle. Bien que la loi PINEL ne comporte aucune disposition transitoire sur ce point, et s il est certain qu en aucun cas cette nouvelle disposition ne peut s appliquer dans les procédures en cours, il apparait qu intervenant sur une question d ordre public, l application du texte doit être considérée comme immédiate, même aux baux conclus antérieurement. VII ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (transmission du bail) Sont désormais également réputées non écrites, toute clause qui interdit au locataire de céder son droit au bail à l acquéreur de son fonds de commerce ou de son entreprise. La loi du 18 juin 2014 élargit le cas où il était impossible pour le bailleur de s opposer à la cession du bail dans l hypothèse d une acquisition de fonds de commerce ou de l entreprise. Désormais, le texte prévoit qu en matière de fusion, de scission de société, de transmission universelle de patrimoine, ou d apport partiel d actif réalisé dans les conditions de la scission, la société bénéficiaire se substituera à celle au profit de laquelle le bail était consenti. Les dispositions relatives à la substitution de garantie ont également été modifiées permettant ainsi de rendre applicable à l ensemble des hypothèses visées ci-dessus la procédure judiciaire de substitution de garantie. Droit commercial - n 2 Janvier

5 A ce sujet, il est doit être également précisé que de nouveaux articles ont été créés : article L et article L : - Article L Le texte prévoit que si la cession du bail commercial est accompagnée d une clause de garantie du cédant au bénéfice du bailleur, ce qui est pratiquement systématiquement le cas dans l ensemble des baux, ce dernier informe le cédant de tout défaut de paiement du locataire dans le délai d un mois à compter de la date à laquelle la somme aurait dû être acquittée par celui-ci. - Article L Désormais si la cession du bail s accompagne d une clause de garantie du cédant au bénéfice du bailleur, celui-ci ne pourra l invoquer que durant trois ans à compter de la cession dudit bail. VIII ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (suppression de l ICC et cantonnement à 10% du déplafonnement) sur l I.C.C. Désormais, aussi bien pour la fixation du loyer en renouvellement que pour la fixation de la révision légale triennale, la référence à l ICC doit être supprimée, seuls sont maintenus l indice des loyers commerciaux (ILC) et l indice des loyers des activités tertiaires (ILAT). Il convient immédiatement d observer que la suppression de l ICC ne concerne que le calcul du plafonnement légal et de la révision légale laissant ainsi la possibilité de maintenir l indice du coût de la construction dans l hypothèse où le bail prévoit une clause d indexation automatique (clause d échelle mobile). Il ne s agit pas simplement d hypothèses d indexations annuelles automatiques mais également d indexations triennales automatiques qui ne peuvent se confondre avec la révision légale triennale. Les clauses d indexation avec référence à l ICC, qui ont donc vocation à pouvoir être maintenues, risquent d entraîner une certaine complexité dans la relation contractuelle. Il suffit à ce sujet de rappeler qu une clause d indexation automatique ne peut faire échec à la mise en œuvre de la révision légale si le bail renouvelé ou le nouveau bail prévoit le maintien de l indice ICC, il est évident que cela entraînera une nouvelle source de contentieux dans le calcul du loyer. Enfin, il convient de rappeler que le domaine d application de l ILC correspond aux activités commerciales et artisanales. Quant à l ILAT il est applicable aux activités tertiaires autres que les activités commerciales et artisanales mais pas uniquement pour les entrepôts logistiques et les bureaux. Se pose la question de savoir si les boutiques - bureaux (agences de banques, agences immobilières), les locaux à usage industriel, les locaux à usage culturel, les cliniques, devront être soumis à l ILAT. Droit commercial - n 2 Janvier

6 Le plafonnement du déplafonnement Outre la suppression de l indice du coût de la construction comme indice de référence de droit commun du bail commercial, un des aspects les plus notables de la réforme porte sur le cantonnement ou le plafonnement ou le lissage à 10% du déplafonnement du loyer. L article L est complété par un nouvel alinéa : «en cas de modification notable des éléments mentionnés au premièrement à quatrièmement de l article L , ou s il est fait exception aux règles de plafonnement par suite d une clause du contrat relative à la durée du bail, la variation de loyer qui en découle, ne peut conduire à des augmentations supérieures, pour une année, à 10% du loyer acquitté au cours de l année précédente». Ce texte s appliquant également aux révisions de loyer prévues aux dispositions des articles L et L qui prévoient désormais que la variation du loyer ne peut conduire à des augmentations supérieures pour une année à 10% du loyer acquitté au cours de l année précédente. Le champ d application du plafond des 10% Le nouveau mécanisme s applique en renouvellement uniquement pour les cas de déplafonnement fondés sur les quatre premiers éléments de l article L (modification notable des caractéristiques du local, de la destination des lieux, des obligations respectives des parties ou des facteurs locaux de commercialité). Ce nouveau texte s applique également lorsque le plafonnement est exclu en raison de la durée contractuelle du bail. Il s agit de l hypothèse d une durée contractuelle supérieure à neuf années. L étalement de la hausse est donc prévu dans les hypothèses de déplafonnement liées à une modification notable des éléments de la valeur locative rappelée ci-dessus et lorsque le loyer en renouvellement échappe au plafonnement en raison de la stipulation relative à la durée du bail supérieure à neuf années. Il importe donc de souligner que l augmentation par paliers en renouvellement ne s appliquera pas :. pour les baux relevant des dispositions de l article L (baux de terrains, de bureaux, ou de locaux monovalents) Ainsi, comme indiqué précédemment, les exploitations hôtelières, théâtres, salles de cinéma, cliniques ne relèvent pas du nouveau mécanisme des 10%.. pour les baux qui ont une durée effective supérieure à douze ans par l effet d une tacite prolongation.. pour les baux qui échappent au statut tels que les loyers avec clause recettes ou les loyers dits binaires. Il convient également de préciser que la loi PINEL ne vise que les augmentations de sorte que les fixations de loyer en renouvellement à une valeur locative inférieure au dernier loyer contractuel ne sont pas concernées ; seule l augmentation de loyer est encadrée et non sa diminution.. Sur la notion du loyer «acquitté». Les auteurs s interrogent déjà et se posent la question de savoir s il s agit du loyer effectivement réglé, du loyer dû, du loyer exigible qui paraît pour le dernier cas correspondre à l interprétation qu il convient de retenir. Mais faut-il se référer pour le loyer acquitté au cours de l année précédente de la dernière indexation, de la révision, de l année calendaire ou de l année civile? Droit commercial - n 2 Janvier

7 La réponse à ces questions n est pas neutre puisque pour calculer la majoration de 10% encore faut-il s entendre sur l assiette. (Dans l AJDI de juin 2014, un expert propose par moins de sept calculs plausibles). Comment articuler le cantonnement de 10% avec une clause d indexation annuelle automatique? Enfin, dans certains cas de déplafonnement avec augmentation importante du loyer renouvelé, le lissage de 10% d augmentation annuelle pourrait s avérer impossible à atteindre au bout des neuf années. Ainsi, la durée du bail renouvelé ne suffira pas toujours à atteindre la valeur locative fixée au terme de la neuvième année! Ce nouveau dispositif s avère donc particulièrement complexe et source de nouveaux contentieux potentiels, étant précisé qu il doit s appliquer à tous les renouvellements intervenant postérieurement au 1 er septembre IX ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (commission de conciliation) Extension de la compétence de la Commission Départementale de Conciliation dont le caractère facultatif de sa saisine est confirmé. La compétence initiale ne portait que sur le plafonnement ou non du loyer en renouvellement. Désormais, sa compétence est élargie aux litiges concernant la fixation légale du loyer révisé (article L du code de commerce). Il est à noter que les révisions fondées sur l article L du code de commerce sont exclues (révisions de baux comportant une clause d échelle mobile ou également intitulée clause de révision automatique). Enfin, la Commission voit sa compétence étendue également aux litiges relatifs aux charges (définition, paiement, calcul de répartition ) et aux travaux (imputabilité, trouble causé, mise en conformité ). X ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (date du loyer révisé) La date d effet du loyer révisé est celle de la date du jour de la demande. Compte tenu du caractère d ordre public de cet article, il est déconseillé de faire rétroagir la date d effet du loyer révisé. XI ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (état des lieux) Obligation d ordre public de l établissement d un état des lieux. Cette obligation a été imposée aussi aux baux dérogatoires. Cet état doit être dressé lors de la prise de possession des locaux et lors de leur restitution ainsi qu en cas de cession du droit au bail, de cession ou de mutation à titre gratuit du fonds de commerce. Cet état doit être établi contradictoirement et amiablement par le bailleur et le preneur ou par un tiers mandaté par eux. A défaut, il est établi par un huissier de justice, sur l initiative de la partie la plus diligente, à frais partagés par moitié entre bailleur et preneur. Droit commercial - n 2 Janvier

8 Il doit être annexé au contrat de location ou à défaut conservé par chacune des parties. A défaut de réaliser cet état, le bailleur ne pourra plus prétendre à la présomption de bon état de réparations locatives prévue par l article 1731 du code civil. XII ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (inventaire) Cette nouvelle disposition d ordre public impose aux parties l obligation de faire figurer un inventaire précis et limitatif des catégories de charges, impôts, taxes, redevances comportant l indication de leur répartition entre bailleur et preneur. Il est donc vivement conseillé que tout nouveau bail ou tout acte de renouvellement de bail postérieurement au 1 er septembre 2014 comporte un inventaire qui devra faire l objet de développement précis dans le contrat ou prendre la forme d une nouvelle annexe. Le décret du 3 novembre 2014 a précisé les charges non récupérables sur le preneur dont la liste est fixée désormais par l article R du code de commerce. Il s agit de dépenses relatives aux grosses réparations mentionnées à l article 606 du code civil, ainsi que le cas échéant, les honoraires liés à la réalisation de ces travaux. Il s agit également des dépenses relatives aux travaux ayant pour objet de remédier à la vétusté ou de mettre en conformité avec la réglementation le bien loué ou l immeuble dans lequel il se trouve, dès lors qu ils relèvent des grosses réparations mentionnées à l article 606 du Code Civil. Concernant les impôts, il est indiqué que la contribution économique territoriale et les taxes et redevances dont le redevable légal est le bailleur ou le propriétaire du local ou de l immeuble ne peuvent être répercutés sur le preneur. Cependant, il est prévu que le bailleur puisse imputer la taxe foncière et les taxes additionnelles à la taxe foncière, ainsi que les impôts, taxes et redevances liés à l usage du local ou de l immeuble, ou à un service dont le locataire bénéficie directement ou indirectement. Il doit également être mentionné un cas particulier concernant les ensembles immobiliers comportant plusieurs locataires. Dans cette hypothèse, le contrat de location devra préciser la répartition des charges et du coût des travaux entre les différents locataires occupant cet ensemble et cette répartition devra être établie en fonction de la surface exploitée. Dès lors, ne pourront plus être imputés au locataire les charges, impôts, taxes, redevances et le coût des travaux relatifs à des locaux vacants ou imputables à d autres locataires. La nouvelle réglementation prévoit que l inventaire devra donner lieu chaque année à un état récapitulatif adressé par le bailleur au locataire. soit au plus tard le 30 septembre de l année suivant celle au titre de laquelle il est établi,. soit, pour les immeubles en copropriété, dans le délai de trois mois à compter de la reddition des charges de copropriété sur l exercice annuel. Il est en outre imposé au bailleur de faire figurer sur l état récapitulatif la liquidation et la régularisation des comptes de charges et à la demande du locataire le bailleur devra lui communiquer tout document justifiant le montant des charges, impôts, taxes et redevances. Droit commercial - n 2 Janvier

9 Cette nouvelle réglementation prévoit également tous les trois ans que le bailleur devra communiquer à chaque locataire :. un état prévisionnel des travaux qu il envisage de réaliser dans les trois années suivantes, assorti d un budget prévisionnel,. un état récapitulatif des travaux qu il a réalisés dans les trois années précédentes précisant leur coût. Il importe de noter que les baux prévoyant que toutes les charges de quelque nature qu elles soient, devront être supportées par le preneur, sont voués à disparaître. Les clauses des baux dits «triple net» ne pourront plus apparaître aussi bien dans les nouveaux baux que dans les baux renouvelés depuis le 1 er septembre En effet, comme rappelé, ces nouvelles dispositions étant d ordre public, toutes clauses, stipulations ou arrangements qui auraient pour effet d y faire échec seront désormais réputées non écrites. XIII ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (droit de préemption) Institution d un droit de préemption du preneur en cas de vente d un local commercial Ce nouvel article institue au profit du preneur un droit de préférence en cas de vente lorsque le propriétaire du local loué à usage commercial ou artisanal envisage de le vendre. Ce texte ne s applique donc pas aux locaux industriels, ni a priori aux locaux à usage de bureaux. Le champ d application de ce texte exclut également les cas de cession unique de plusieurs locaux d un ensemble commercial, de cession unique de locaux commerciaux distincts ; de cession d un local commercial aux copropriétaires d un ensemble commercial, de cession globale d un immeuble comprenant des locaux commerciaux et de cession d un local au conjoint du bailleur, ou à un ascendant ou un descendant du bailleur ou de son conjoint. Cette nouvelle réglementation précise les informations dues au preneur en cas de projet de vente qui devra être informé par lettre recommandée A.R. ou remise en mains propres contre récépissé ou émargement et qui devra à peine de nullité indiquer le prix et les conditions de la vente envisagée tout en reproduisant impérativement les dispositions des quatre premiers alinéas de l article L du code de commerce. Le texte détaille précisément les modalités imposées au preneur pour qu il exerce son droit de préférence. Le preneur disposera d un délai d un mois à compter de la réception de l offre pour l accepter et d un délai de deux mois pour réaliser l acte de vente à compter de la date d envoi de sa réponse au bailleur, délai porté à quatre mois s il entend obtenir un prêt. Il importe de souligner que si le bailleur décide de vendre à un prix plus avantageux pour l acquéreur, une nouvelle notification devra être effectuée à peine de nullité de la vente. Cette nouvelle disposition prend application à compter du 18 décembre Droit commercial - n 2 Janvier

10 XIV MODIFICATION DE L ARTICLE L DU CODE DE COMMERCE (déspécialisation partielle) Il est ajouté à l article du code de commerce qui s applique en matière de redressement et de liquidation judiciaire, un nouvel alinéa autorisant le Tribunal de Commerce a exonéré le preneur du respect des dispositions en matière de déspécialisation partielle si ce dernier est soumis à une procédure de redressement judiciaire. Dans ce cas d espèce, le Tribunal de Commerce peut, dans le cadre du jugement arrêtant le plan, autoriser le repreneur à adjoindre à l activité prévue à la clause destination du bail des activités connexes ou complémentaires permettant ainsi une déspécialisation partielle et l exonération du respect des dispositions du code de commerce en matière de déspécialisation partielle. Le critère ne sera plus fondé sur l évolution des usages commerciaux mais sur l intérêt du maintien de l emploi et de l activité pour poursuivre le contrat de bail. * * * CONCLUSION La complexité du régime des baux commerciaux devait conduire à une réforme permettant de rechercher un équilibre et une cohérence compte tenu des enjeux économiques. L architecture globale de cette réforme n apparaît pas manifestement aller dans le sens souhaité. Les embuches sont désormais multipliées et il est manifeste que les praticiens et plus particulièrement les avocats bénéficient grâce à cette nouvelle législation d une garantie d activité du fait de la nécessité liée aux nouvelles incertitudes créées par cette législation nouvelle.. B. PUYLAGARDE Selarl Chemouli Dalin Stoloff & Associés 42 rue Notre-Dame des Champs Paris Tél. : 33 (0) Fax. : 33 (0) Droit commercial - n 2 Janvier

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S

B A U X C O M M E R C I A U X F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 L E S P R I N C I P A L E S D I S P O S I T I O N S F L A S H L O I «P I N E L» DU 18 J U I N 2014 Emmanuelle BELLAICHE membre du Réseau AJA - 7, avenue de la Bourdonnais - 75007 Paris e.bellaiche@aja-avocats.com + 33 (0) 1 71 19 71 47 L interdiction d

Plus en détail

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX

MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX MARIGNAN AVOCATS NEWSLETTER BAUX COMMERCIAUX APPORTS DE LA LOI DU 18 JUIN 2014, DITE «LOI PINEL» ET DE SON DÉCRET D APPLICATION novembre 2014 Newsletter Baux Commerciaux La loi relative à l artisanat,

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL Vendredi 03 avril 2015 Solen REMY-GANDON Avocat Département Règlement des Contentieux FIDAL TROYES 03 25 82 65 01 Solen.remy-gandon@fidal.com 1 Baux commerciaux

Plus en détail

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr

SOMMAIRE. ØLa Loi PINEL. ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr SOMMAIRE ØLa Loi PINEL ØD autres leviers d optimisation : www.actior.fr La renégociation, 1 LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION

Plus en détail

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises,

LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, LOI PINEL N 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, EVOLUTION DU REGIME DES BAUX COMMERCIAUX www.actior.fr 1 Les objectifs de la loi PINEL : équilibrer

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80. Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre

LES BAUX COMMERCIAUX LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80. Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2015 MAI N 80 LES BAUX COMMERCIAUX Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction Droit commercial Droit

Plus en détail

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX

LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX Les baux dérogatoires La durée et le droit au renouvellement La fixation et la révision du loyer - 1-7 juillet 2015 Introduction Statut d ordre public o Location d immeubles

Plus en détail

LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER

LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER LOI DU 18 JUIN 2014 : LES EVOLUTIONS PORTANT SUR LE LOYER Avocat au barreau de Paris Après le plan d action présenté par Madame PINEL le 19 juin 2013, le projet de loi du 21 août 2013 rassemblait un certain

Plus en détail

Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs

Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs Bail commercial La loi Pinel en 12 points Impacts pour les bailleurs, les preneurs et les investisseurs Département Immobilier Eversheds Paris LLP Janvier 2015 1 - Allongement de la durée des baux dérogatoires

Plus en détail

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX

ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX Note Juridique 02 février 2015 ACTUALITES DES BAUX COMMERCIAUX La loi relative à l artisanat, au commerce et aux petites entreprises, dite «Loi Pinel» n 2014-626 en date du 18 Juin 2014, a réformé le statut

Plus en détail

Résumé commenté de la "Loi Pinel"

Résumé commenté de la Loi Pinel 1-INTRODUCTION : Résumé commenté de la "Loi Pinel" Loi N 2014-626 du 18 juin 2014 dite "Loi Pinel" publiée le 19 juin 2014 décret d application en date du 03 novembre 2014 INTENTION DU GOUVERNEMENT : «permettre

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux Stage de Préparation à l Installation 4. 4.1. Le Bail Commercial 4.2. Convention Précaire et Bail de trois ans ans 4.3. Bail Professionnel et Bail Mixte 4.4. Pas de Porte et Droit au Bail 4.1. Le bail

Plus en détail

Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises

Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises A l occasion de l examen du projet de loi Pinel sur l artisanat, le commerce et les très

Plus en détail

Le non-respect du droit de préemption est sanctionné par la nullité de la vente.

Le non-respect du droit de préemption est sanctionné par la nullité de la vente. Veille juridique Cabinet Lawrizon Avocats Septembre 2014 BAUX COMMERCIAUX - Loi relative à l'artisanat, au commerce et aux très petites entreprises (ou Loi Pinel) : synthèse concernant les conditions d

Plus en détail

LA REFORME DES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE

LA REFORME DES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE Lettre d information N 5 DROIT IMMOBILIER Juillet / Août 2014 LA REFORME DES BAUX COMMERCIAUX La loi n 2014-626 du 18 juin 2014, relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises apporte

Plus en détail

TOSTAIN & LAFFINEUR Real Estate Solutions

TOSTAIN & LAFFINEUR Real Estate Solutions TOSTAIN & LAFFINEUR Real Estate Solutions Siège Social 23 rue de la Performance Europarc BV3 59650 VILLENEUVE D'ASCQ Tél : 03 20 04 06 00 Fax : 03 20 79 09 42 Email : contact@tostain-laffineur.com Interview

Plus en détail

L ESSENTIEL DU BAIL COMMERCIAL

L ESSENTIEL DU BAIL COMMERCIAL GUIDE PRATIQUE L ESSENTIEL DU BAIL COMMERCIAL FAIRE AVANCER TOUTES LES ENVIES D ENTREPRENDRE GUIDE PRATIQUE L ESSENTIEL DU BAIL COMMERCIAL SOMMAIRE 1. Introduction p. 4 2. Focus : les différents types

Plus en détail

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial

n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial FICHE THEMATIQUE n 5 LE BAIL COMMERCIAL ET SES VARIANTES 1. LE BAIL COMMERCIAL 1.1. Durée du bail commercial 1.2. Résiliation du bail commercial 1.2.1. Résiliation triennale 1.2.2. Résiliation anticipée

Plus en détail

Le Bail commercial : Révision des loyers.

Le Bail commercial : Révision des loyers. Le Bail commercial : Révision des loyers. Article L145-38 du Code de commerce «La demande en révision ne peut être formée que trois ans au moins après la date d'entrée en jouissance du locataire ou après

Plus en détail

Les difficultés attendues après la loi Pinel

Les difficultés attendues après la loi Pinel M e Géraldine Piedelièvre Avocat, associé Lefèvre Pelletier & associés, Avocats ANALYSE Les difficultés attendues après la loi Pinel Si les dispositions de la loi Pinel du 18 juin 2014 et de son décret

Plus en détail

REVISION DU LOYER COMMERCIAL

REVISION DU LOYER COMMERCIAL REVISION DU LOYER COMMERCIAL 04/03/2011 Les parties sont libres quant à la fixation du loyer initial. En revanche, le révision du loyer fait l objet d une réglementation spécifique. Il faut distinguer

Plus en détail

Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial

Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial Les principales mesures de la loi Pinel en matière de bail commercial Article juridique publié le 13/03/2015, vu 1511 fois, Auteur : Avocat David MICHEL La loi relative à l'artisanat, aux commerces et

Plus en détail

Le volet immobilier de la loi Pinel... ...entre Parlement et Sénat

Le volet immobilier de la loi Pinel... ...entre Parlement et Sénat Rencontre LPA Le volet immobilier de la loi Pinel......entre Parlement et Sénat Mardi 25 mars 2014 136 avenue des Champs-Elysées 75008 Paris - Tél. : +33 (0)1 53 93 30 00 Fax : +33 (0)1 53 93 30 30 www.lpalaw.com

Plus en détail

ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX

ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX ETAT ET PERSPECTIVES DU MARCHE LOCATIF A PARIS ET EN ILE-DE-FRANCE ACTUALITE JURIDIQUE DES BAUX COMMERCIAUX Jeudi 9 juillet 2015 Club Pierre #44 Magali MARTON Head of EMEA Research, DTZ Jean-Marc PEYRON

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL : RETOUR A UN JUSTE EQUILIBRE?

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL : RETOUR A UN JUSTE EQUILIBRE? LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL : RETOUR A UN JUSTE EQUILIBRE? DROIT IMMOBILIER A peine deux mois après la loi ALUR qui a profondément modifié la loi du 6 juillet 1989 concernant les baux d habitation,

Plus en détail

L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS

L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS L'INCIDENCE DE LA LOI PINEL SUR LES LOYERS COMMERCIAUX La véritable incidence de la loi Pinel sur les loyers commerciaux ne pourra être constatée qu'au regard de la réaction du marché (analyse à postériori).

Plus en détail

LOI DU 18 JUIN 2014 RELATIVE A L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRES PETITES ENTREPRISES SOMMAIRE

LOI DU 18 JUIN 2014 RELATIVE A L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRES PETITES ENTREPRISES SOMMAIRE LES PRINCIPALES ÉVOLUTIONS LOI DU 18 JUIN 2014 RELATIVE A L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRES PETITES ENTREPRISES SOMMAIRE BAUX COMMERCIAUX... p. 02 DROIT DE PREEMPTION COMMERCIAL DES COMMUNES... p. 05

Plus en détail

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL Textes Loi LME du 4 août 2008 Loi MURCEF du 11 décembre 2001 Article L. 145-3 du code de commerce Article L. 145-5 du code de

Plus en détail

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS

LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS LOCATAIRES, CONNAISSEZ VOS DROITS Confédération Nationale du Logement Sommaire Avant propos... 13 PARTIE 1 La réglementation 1. Établissement du contrat de location (article 3 de la loi n 89-462 du 6

Plus en détail

LE BAIL COMMERCIAL. 1. Destination du bail (activité exercée)

LE BAIL COMMERCIAL. 1. Destination du bail (activité exercée) LE BAIL COMMERCIAL Le bail commercial est un contrat par lequel le bailleur remet un bien à la disposition d un locataire (ou preneur) pour un usage commercial pendant une durée de 9 ans, contre le paiement

Plus en détail

LE BAIL COMMERCIAL. 1. Destination du bail (activité exercée)

LE BAIL COMMERCIAL. 1. Destination du bail (activité exercée) LE BAIL COMMERCIAL Le bail commercial est un contrat par lequel le bailleur remet un bien à la disposition d un locataire (ou preneur) pour un usage commercial pendant une durée de 9 ans, contre le paiement

Plus en détail

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LE BAIL COMMERCIAL Explications et conseils Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales,

Plus en détail

Applicabilité du plafonnement du loyer de renouvellement dans le cas de loyers à paliers

Applicabilité du plafonnement du loyer de renouvellement dans le cas de loyers à paliers e-bulletin Droit immobilier, n 16, mai 2013 BAUX COMMERCIAUX Applicabilité du plafonnement du loyer de renouvellement dans le cas de loyers à paliers La fixation d un loyer à paliers n est pas un obstacle

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

Comprendre le bail commercial en 10 points clés

Comprendre le bail commercial en 10 points clés Comprendre le bail commercial en 10 points clés Pourquoi vous proposer un livre blanc sur les baux commerciaux? Parmi les 8000 clients du groupe SVP (entreprises et collectivités), nombreux sont ceux qui

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Pour qu il y ait location d immeuble, il faut qu il y ait un «bail» Le bail est le contrat par lequel une personne (appelée le bailleur) s engage à faire jouir une autre personne

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM

PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM NOTE JURIDIQUE 5 février 2004 PROCEDURE DE MISE EN VENTE D UN LOGEMENT HLM Loi du 23.12.86 (CCH : art. L. 443-7 et suivants modifiés par la loi du 21.7.94 et par la loi SRU du 13 décembre 2000), Décret

Plus en détail

N 219-13/01/2015. Guylaine BOURDOULEIX. Ce qui change au 1 er janvier 2015

N 219-13/01/2015. Guylaine BOURDOULEIX. Ce qui change au 1 er janvier 2015 Guylaine BOURDOULEIX Objet: DocPratic n 219 N 219-13/01/2015 Les dispositions de la Loi Pinel concernant les baux commerciaux visent à une indexation et une augmentation du loyer plus modérées, à effectuer

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Frédéric MIRA Mise à jour de Nathalie GIRAUD. Cinquième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Frédéric MIRA Mise à jour de Nathalie GIRAUD. Cinquième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Frédéric MIRA Mise à jour de Nathalie GIRAUD SAVOIR LOUER Cinquième édition Groupe Eyrolles, 1998, 2000, 2002, 2005, 2007 De Particulier à Particulier,

Plus en détail

Conditions générales Logement conventionné

Conditions générales Logement conventionné Conditions générales Logement conventionné 1. La Durée La location est consentie pour une durée de trois ans renouvelable automatiquement par tacite reconduction. 2. Conditions financières de la location

Plus en détail

Les dispositions réglementaires. Loi Pinel et bail commercial : commentaire du décret du 3 novembre 2014. doctrine

Les dispositions réglementaires. Loi Pinel et bail commercial : commentaire du décret du 3 novembre 2014. doctrine Loi Pinel et bail commercial : commentaire du décret du 3 novembre 2014 Julien PRIGENT Avocat à la cour d appel de Paris Les dispositions réglementaires complètent les dispositions de cette loi relatives

Plus en détail

A - Le fonds de commerce

A - Le fonds de commerce Chapitre 5 QUOI? Un fonds, des parts, une franchise, un commerce indépendant: les conséquences en sont différentes. Vous pouvez acheter un fonds de commerce, certes, mais aussi des parts de société et

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

ENGAGEMENT DE CAUTION CONJOINTE ET SOLIDAIRE

ENGAGEMENT DE CAUTION CONJOINTE ET SOLIDAIRE ENGAGEMENT DE CAUTION CONJOINTE ET SOLIDAIRE Je soussigné (Nom, Prénoms) demeurant. déclare par la présente, me porter caution conjointe, solidaire et personnelle, sans bénéfice de discussion ni de division,

Plus en détail

Chronique Péchenard & associés Département Immobilier d Entreprise Juin 2014

Chronique Péchenard & associés Département Immobilier d Entreprise Juin 2014 Chronique Péchenard & associés Département Immobilier d Entreprise Juin 2014 Commentaires sur la réforme des baux commerciaux issue de la loi du 18 juin 2014 Le texte définitif de la loi relative à l'artisanat,

Plus en détail

Extension du champ des investissements étrangers soumis à autorisation préalable (décret n 2014-479 du 14 mai 2014)

Extension du champ des investissements étrangers soumis à autorisation préalable (décret n 2014-479 du 14 mai 2014) Extension du champ des investissements étrangers soumis à autorisation préalable p1 Publication de l ordonnance n 2014-559 du 30 mai 2014 sur le financement participatif p2 Rachat de leurs actions par

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier La fin du levier d indexation. Baux commerciaux. Baux commerciaux...1. Urbanisme...2. Construction...

Flash. Flash d information Immobilier La fin du levier d indexation. Baux commerciaux. Baux commerciaux...1. Urbanisme...2. Construction... JUILLET - OCT OBRE 2013 NUMÉR O 10 Flash Dans ce numéro Immobilier... 1 Baux commerciaux...1 Urbanisme...2 Construction...3 Corporate... 3 Baux commerciaux Flash d information Immobilier La fin du levier

Plus en détail

Dans son article 2, la loi 89-462 du 6 juillet réglementant. Etude

Dans son article 2, la loi 89-462 du 6 juillet réglementant. Etude Fotolia Le respect de l usage d habitation de la résidence principale PAR Victoire DE BARY Avocat Associé Océan avocat www.oceanavocats.com Dans son article 2, la loi 89-462 du 6 juillet réglementant les

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

LE BAIL COMMERCIAL. Hôtel Consulaire Nouveau Port 20293 BASTIA CEDEX Tél : 04.95.54.44.44

LE BAIL COMMERCIAL. Hôtel Consulaire Nouveau Port 20293 BASTIA CEDEX Tél : 04.95.54.44.44 LE BAIL COMMERCIAL Hôtel Consulaire Nouveau Port 20293 BASTIA CEDEX Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute Corse - DSE Sous Réserves d Usage Septembre

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier. Baux commerciaux

Flash. Flash d information Immobilier. Baux commerciaux AVRIL MAI 2014 NUMÉR O 3 Flash Dans ce numéro Baux commerciaux...1 Construction...4 Loi ALUR...4 Vente...5 Baux commerciaux Bail commercial : limite à l efficacité d un pacte de préférence en cas de vente

Plus en détail

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence?

Guylaine Bourdouleix. DocPratic n 201 10/03/2014. Quand verser la contrepartie financière de la clause de non. concurrence? Guylaine Bourdouleix Objet: DocPratic n 201 DocPratic n 201 10/03/2014 Quand verser la contrepartie financière de la clause de non concurrence? Saisie des rémunérations 2014 Le déplafonnement du loyer

Plus en détail

LOI ENL. Présentation des mesures principales en matière de rapports locatifs

LOI ENL. Présentation des mesures principales en matière de rapports locatifs LOI ENL Présentation des mesures principales en matière de rapports locatifs La loi ENL a été adoptée le 13 juillet 2006. Comme le titre de la loi l indique (loi portant Engagement National pour le Logement),

Plus en détail

SOPHIE NAYROLLES Avocat-associée au Barreau de Montpellier

SOPHIE NAYROLLES Avocat-associée au Barreau de Montpellier JEAN-CHARLES SIMON FRANÇOIS-LUC SIMON JACK DEMAISON* CHANTAL MILLIER-LEGRAND DAVID PITOUN NICOLAS BILLON CORINNE PECAUT STEPHANE CAVET CYRILLE GARNIER JEAN-FRANCOIS BETTE CRISTELLE ALBARIC ISABELLE ROBERT-VEDIE

Plus en détail

Actualité Juridique VOTRE EXTRANET EN LIGNE LES BAUX COMMERCIAUX : RAPPEL DE QUELQUES REGLES ESSENTIELLES

Actualité Juridique VOTRE EXTRANET EN LIGNE LES BAUX COMMERCIAUX : RAPPEL DE QUELQUES REGLES ESSENTIELLES ISSN 1254-4426 Actualité Juridique Numéro 39 Septembre 2005 VOTRE EXTRANET EN LIGNE LES BAUX COMMERCIAUX : RAPPEL DE QUELQUES REGLES ESSENTIELLES Les règles juridiques s appliquant au bail commercial sont

Plus en détail

La location de son entreprise

La location de son entreprise La location de son entreprise La location-gérance permet à un dirigeant d une entreprise de mettre en location son entreprise. La location-gérance se fait pour un temps défini et permet au bailleur de

Plus en détail

Les grands principes du statut du fermage (bail rural)

Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Les grands principes du statut du fermage (bail rural) Le statut du fermage est le corps de règles qui encadre les droits et obligations du bailleur (propriétaire) et du preneur (locataire), parties à

Plus en détail

La reconnaissance et la protection de ce droit est capitale pour la stabilité de l implantation de l entreprise et la localisation de ses activités.

La reconnaissance et la protection de ce droit est capitale pour la stabilité de l implantation de l entreprise et la localisation de ses activités. Dans la pratique il est fréquent que le commerçant ne soit pas propriétaire de l immeuble dans lequel le fond est exploité. Il en obtient alors la jouissance par un bail à usage commercial. Pareille situation

Plus en détail

QUOI DE NEUF EN 2015?

QUOI DE NEUF EN 2015? Claire Valérie QUOI DE NEUF EN 2015? LE SOMMAIRE 1. Les baux commerciaux 2. La publicité des comptes au greffe 3. Les cotisations RSI 4. L autoliquidation de la tva 5. Nouveaux logiciels : les indicateurs

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] :

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] : CONTRAT DE LOCATION (Soumis au titre Ier bis de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre 1986) LOCAUX MEUBLES A USAGE

Plus en détail

Contrat de bail commercial

Contrat de bail commercial Lettres & contrats pour les entrepreneurs indépendants Louer Contrat de bail commercial Un contrat de bail commercial ne doit pas nécessairement être aussi étendu qu on le croit généralement. En effet,

Plus en détail

BAIL D APPARTEMENT M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT :

BAIL D APPARTEMENT M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : BAIL D APPARTEMENT Entre les soussignés : M.. domicilié à Tél... dénommé le «Bailleur», ET M...... domicilié à Tél.. dénommé le «Preneur». IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : Article 1 Objet Par la présente,

Plus en détail

DOSSIER PRATIQUE : CONCLURE UN BAIL. à la conclusion du bail PAGE 440. 35 Vérifications et documents préparatoires

DOSSIER PRATIQUE : CONCLURE UN BAIL. à la conclusion du bail PAGE 440. 35 Vérifications et documents préparatoires DOSSIER PRATIQUE : CONCLURE UN BAIL 35 Vérifications et documents préparatoires à la conclusion du bail PAGE 440 36 Les parties au contrat et nature des locaux pris à bail PAGE 454 37 Le contrat PAGE 471

Plus en détail

La révision du loyer d'un bail commercial : le TGI de Paris rassure les bailleurs

La révision du loyer d'un bail commercial : le TGI de Paris rassure les bailleurs A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Novembre 2011 La révision du loyer d'un bail commercial

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

MANDAT DE GESTION LOCATION ET GERANCE

MANDAT DE GESTION LOCATION ET GERANCE MANDAT DE GESTION (Articles 1984 et suivants du Code Civil loi n 70-9 du 2 Janvier 1970 et décret d application n 72-678 du 20 Juillet 1972) LOCATION ET GERANCE N ENTRE LES SOUSSIGNES, M..... demeurant..........

Plus en détail

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris I / Etude La saisie conservatoire sur les comptes bancaires

Plus en détail

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME Décryptage : ce qui pourrait changer pour les propriétaires et les locataires Jean-François BUET Président de la FNAIM Etienne GINOT Président de l UNIS Point presse

Plus en détail

PREMIERE PARTIE LE PLAFONNEMENT. 1- rappels I- INDEXATION LES CLAUSES

PREMIERE PARTIE LE PLAFONNEMENT. 1- rappels I- INDEXATION LES CLAUSES PREMIERE PARTIE LE PLAFONNEMENT 1- rappels I- INDEXATION LES CLAUSES Les clauses de révision sont inutiles puisque les textes d ordre public L 145-37 & L145-38 du code du commerce fixent les modalités

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DU BAILLEUR EN MATIERE DE BAUX COMMERCIAUX

LES OBLIGATIONS DU BAILLEUR EN MATIERE DE BAUX COMMERCIAUX LES OBLIGATIONS DU BAILLEUR EN MATIERE DE BAUX COMMERCIAUX Le décret de 1953 fixant le statut des baux commerciaux ne définit pas les obligations réciproques des parties. Celles-ci répondent au droit commun

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION

LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION LE BAIL COMMERCIAL LOUER UN LIEU APPROPRIÉ POUR VOTRE SITE DE PRODUCTION OU DE COMMERCIALISATION Octobre 2010 Les Guides pratiques OHADA pour les entreprises résultent d une collaboration entre le Secrétatriat

Plus en détail

ANNEXE I A L'ARTICLE R. 353-90

ANNEXE I A L'ARTICLE R. 353-90 ANNEXE I A L'ARTICLE R. 353-90 conventions conclues entre l'etat et les personnes physiques ou morales autres que les organismes d HLM et les sociétés d économie mixte pour la construction ou l acquisition

Plus en détail

GESTION. - Dans le cadre d un mandat de recherche, les honoraires ne sont dus qu à la signature du bail.

GESTION. - Dans le cadre d un mandat de recherche, les honoraires ne sont dus qu à la signature du bail. GESTION 1- Avant le bail 2- Le contrat de bail 3- Entrée dans les lieux 4- Travaux 5- Loyers et charges 6- Fin du bail 7- Litiges 8- Dispositions spécifiques 1- Avant le bail - Un décret fixera la liste

Plus en détail

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX

L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX L'EXPLOITATION COMMERCIALE DES BIENS COMMUNAUX PROBLEME Les communes sont parfois propriétaires d'un patrimoine important et susceptible de leur procurer des ressources qu'elles doivent gérer selon les

Plus en détail

L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du... 1, arrête:

L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du... 1, arrête: Code des obligations (Bail à loyer) Modification du... L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du..., arrête: I. Le titre huitième (Du bail à loyer) du code des

Plus en détail

Loi du 18 juin 2014 relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises

Loi du 18 juin 2014 relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Loi du 18 juin 2014 relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Note de synthèse La loi : - étend la durée maximale des baux commerciaux dérogatoires de deux à trois ans (article

Plus en détail

Démolition et relogement : le droit applicable

Démolition et relogement : le droit applicable Novembre 2005 Démolition et relogement : le droit applicable Direction juridique et fiscale Hervé des Lyons 4, rue Lord Byron - 75008 Paris Tél.: 01 40 75 68 68 - Fax: 01 40 75 68 10 djef@union-habitat.org

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: (Bail à loyer et à ferme) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: Le code des obligations 2 est modifié

Plus en détail

1. Quel commerce est visé par la loi sur les baux commerciaux?... 4

1. Quel commerce est visé par la loi sur les baux commerciaux?... 4 Table des matières Introduction 1 Note préliminaire : la réforme institutionnelle 2 1 Quel commerce est visé par la loi sur les baux commerciaux? 4 11 Existence d un bail 4 12 Le commerce de détail 5 121

Plus en détail

Actualités Juridiques Avril 2011

Actualités Juridiques Avril 2011 . Actualités Juridiques Avril 2011 FISCALITE : La loi de finances rectificative pour 2012 : Principales dispositions TVA relèvement du taux normal L article 2V de la Loi prévoit à compter du premier octobre

Plus en détail

Le droit de préemption en matière immobilière

Le droit de préemption en matière immobilière Le droit de préemption en matière immobilière C est le truc le plus grave à louper. I Le preneur à bail rural C est surement le texte le plus ancien dans notre droit positif actuel. Cela date de 1945.

Plus en détail

Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier

Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier Document rédigé par les experts BusinessFil Immo Contact : 01 47 87 49 49 Loi ALUR : 15 évolutions majeures pour l agent immobilier L édito Après

Plus en détail

BAIL COMMERCIAL SOUMIS AUX ARTICLES L.145-1 ET SUIVANTS DU CODE DE COMMERCE ET DES DISPOSITIONS NON CODIFIEES DU DECRET DU 30/09/1953

BAIL COMMERCIAL SOUMIS AUX ARTICLES L.145-1 ET SUIVANTS DU CODE DE COMMERCE ET DES DISPOSITIONS NON CODIFIEES DU DECRET DU 30/09/1953 BAIL COMMERCIAL SOUMIS AUX ARTICLES L.145-1 ET SUIVANTS DU CODE DE COMMERCE ET DES DISPOSITIONS NON CODIFIEES DU DECRET DU 30/09/1953 Entre les soussigné(e)s : Acquéreur : D une part, Ci-après dénommé(e)

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY. de location initialement prévue sur le présent contrat, sauf accord du propriétaire.

CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY. de location initialement prévue sur le présent contrat, sauf accord du propriétaire. CONDITIONS GENERALES DE LOCATION DU CLOS DE KERBERDERY DISPOSITIONS GENERALES Le locataire ne pourra en aucune circonstance se prévaloir d un quelconque droit au maintien dans les lieux à l expiration

Plus en détail

DOSSIER LOGEMENT LOCATIF

DOSSIER LOGEMENT LOCATIF DOSSIER LOGEMENT LOCATIF Pourquoi cette enquête? Le logement est le poste de dépense le plus important pour les consommateurs. Il représente 22% 1 des dépenses des ménages. De plus, en termes de litiges

Plus en détail

BAIL COMMERCIAL Accompagnant l achat d un appartement Dans la Résidence VILLA GARBO-CANNES

BAIL COMMERCIAL Accompagnant l achat d un appartement Dans la Résidence VILLA GARBO-CANNES BAIL COMMERCIAL Accompagnant l achat d un appartement Dans la Résidence VILLA GARBO-CANNES ENTRE LES SOUSSIGNES : Le propriétaire (ou à défaut la Société) : demeurant : Ci-après dénommé «le BAILLEUR»,

Plus en détail

Bail commercial AVERTISSEMENT. Le contrat proposé est réservé à un usage exclusivement documentaire.

Bail commercial AVERTISSEMENT. Le contrat proposé est réservé à un usage exclusivement documentaire. infos@droitbelge.net Bail commercial Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat (Bruxelles) E-mail: fd@lex4u.com Tel: + 32 2 340 97 04 Web: www.lex4u.com AVERTISSEMENT Le contrat proposé est réservé à un usage

Plus en détail

VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE

VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE VOUS DEVEZ SIGNER UN BAIL COMMERCIAL : LES POINTS ESSENTIELS A EXAMINER AVANT LA SIGNATURE NOUVEAU BAIL SANS RACHAT DE FONDS DE COMMERCE ET/OU DE DROIT AU BAIL 1. Textes légaux : Décret du 30 septembre

Plus en détail

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014.

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Rappel chronologique Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Décision du Conseil constitutionnel rendue le 20 mars 2014. Loi promulguée le

Plus en détail

CONVENTION DE LOCATION

CONVENTION DE LOCATION CONVENTION DE LOCATION ANNEXE PROJET ENTRE LES SOUSSIGNES : HABITAT SUD DEUX SEVRES» dont le siège est à NIORT, 8 Rue François Viète, représenté par son Directeur Général, Monsieur Philippe VARENNE, Et,

Plus en détail

SOMMAIRE. Ce document présente les principales mesures de cette loi pouvant intéresser les commerçants, les artisans et les très petites entreprises.

SOMMAIRE. Ce document présente les principales mesures de cette loi pouvant intéresser les commerçants, les artisans et les très petites entreprises. Nouvelles mesures Loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Plus d informations sur www.apce.com Loi n 2014262 du 18 juin 2014, parue au journal officiel du 19 juin 2014 Ce

Plus en détail

Préambule. Sur votre demande, ce document peut également vous être adressé.

Préambule. Sur votre demande, ce document peut également vous être adressé. Janvier 2015 1 Préambule Entreprise exerçant une activité concurrentielle et marchande, vous êtes concernée par la Contribution Sociale de Solidarité des Sociétés (C3S) et par la Contribution Additionnelle,

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

9 e édition - Août 2007

9 e édition - Août 2007 9 e édition - Août 2007 AVANT-PROPOS De nombreux citoyens louent leur logement. Pour cela, ils concluent un bail à loyer avec le propriétaire du logement. Ce contrat fixe les droits et devoirs de chacun

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE

MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE Articles 1984 et suivants du Code Civil, Articles 64 et 65 du décret du 20 juillet 1972 fixant les conditions d application de la loi du 2 janvier 1970 : Le présent mandat

Plus en détail