Matin - 1 ère partie. - Pause - Matin 2 ème partie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Matin - 1 ère partie. - Pause - Matin 2 ème partie"

Transcription

1 1

2 Matin - 1 ère partie Champ d application du statut des baux commerciaux Aspects fiscaux des baux commerciaux Fin du bail : Que se passe-t-il? Focus : Quels sont les points de renégociation en cours de bail? Matin 2 ème partie - Pause - Loyer : Comment peut-il évoluer? En cours de bail? Au moment du renouvellement? Qu est ce que la valeur locative? de marché? judiciaire? Comment calcule t on l indemnité d éviction? Intervention de Hugues SAINSARD, Expert Garanties : Comment se prémunir en cas de défaillance du preneur? Charges : Quelles sont les charges refacturables? - Pause déjeuner - 2

3 Après-midi - 1 ère partie Travaux : Comment répartir les coûts? Comment verdir le bail? Surfaces et bail commercial : Comment s y retrouver? Intervention de Marie-Clémentine de Quénetain, Cabinet Géomètre-Expert Quénetain Focus : L actualité des baux commerciaux dans les centres commerciaux Après-midi 2 ème partie - Pause - Table ronde utilisateurs/investisseurs : en présence de Jacques CRAVEIA, GECINA; Gilles BETTHAUSER, AOS STUDLEY et Philippe HACHIN, AREVA. Cocktail de clôture 3

4 1. Conditions d application du statut des baux commerciaux Il faut un local + permanence + stabilité. Un fonds de commerce doit être exploité dans les locaux (clientèle et 3 ans). Le preneur doit être immatriculé pour prétendre au renouvellement. ACTUALITÉS Interdiction d application du statut des baux commerciaux sur le domaine public (C. Cass., 17 mai 2011 et CE, 15 février 2012) Plus de condition de nationalité du preneur (C. Cass., 9 novembre 2011) A RETENIR Le renouvellement du bail n est pas automatique! Vérification à effectuer sur l immatriculation : date d immatriculation, cas de colocation, cas de restructurations intra-groupe et établissements secondaires. Le TGI est seul compétent pour juger des litiges survenus en matière de baux commerciaux (CA Bordeaux, 31 mai 2012). 4

5 2. Cadre légal des conventions de location 2.1. Typologie des baux Convention sur le domaine public Art. 57A + LME : L C. Com. Bail commercial Bail dérogatoire Bail professionnel Convention d occupation précaire Code Civ. - Contrat louage L et s. C. Com. 5

6 2. Cadre légal des conventions de location 2.2. Textes applicables Code de commerce Bail commercial Textes non codifiés 6

7 3. Bail professionnel, bail dérogatoire, convention d occupation précaire : dans quels cas les utiliser? Bail professionnel : rappel de l article 57 A Bail dérogatoire : un bail non soumis au statut en raison de sa courte durée Convention d occupation précaire : absence de permanence, de stabilité et cause extérieure de précarité (peu importe la durée) ACTUALITÉS Renonciation possible au statut des baux professionnels dès la conclusion du bail et soumission au statut des baux commerciaux Succession/renouvellement de baux dérogatoires dans la limite de 24 mois : peu importe l identité d activité ou de preneur (C.Cass., 31 mai 2012) Attention à la prescription biennale pour revendiquer le bénéfice du statut (CA Versailles, 12 juillet 2011) A RETENIR Attention à la confusion bail dérogatoire/ «bail précaire»! Peu importe l intitulé d un contrat, pouvoir de requalification du juge (CA Paris, 19 janvier 2011) 7

8 4. Impôts, charges et taxes 4.1. Assujettissement du loyer à la TVA Exonération des locations d immeubles nus à usage professionnel (art. 261 D.2 CGI) L assujettissement à TVA est un acte volontariste qui suppose : Une option fiscale par le bailleur (art CGI) Un bail prévoyant la soumission du loyer à TVA ACTUALITÉS Décret n du 10 septembre 2010 et son instruction du 6 décembre 2010 fixant les nouvelles modalités du droit d option A RETENIR : CONDITIONS DE L OPTION À LA TVA Prise d effet au 1 er jour du mois suivant l option (plus de rétroactivité) Reconduction automatique sauf dénonciation à compter du 1 er janvier de la 9 ème année suivant l option 8

9 4. Impôts, charges et taxes 4.2. Taxe de publicité foncière «TPF» Applicable aux baux de plus de 12 ans Taux : 0,715% Assiette : loyers et charges dans la limite de 20 ans Le redevable légal est le preneur. A RETENIR Attention aux engagements réciproques de renouvellement consentis dès l origine du bail Le bailleur peut être recherché sur le fondement de la solidarité 9

10 4. Impôts, charges et taxes 4.3. Qui supporte la charge des impôts? Les impôts liés à la propriété sont légalement supportés par le bailleur, sauf clause contraire les mettant à la charge du preneur Impôts liés à la propriété : taxe foncière, CRL, taxe sur les bureaux (50 m²), taxe sur les locaux commerciaux (2500 m²) et de stockage (5000 m²) en Ile-de-France Impôts liés à l occupation : taxes communales (ordures ménagères) ACTUALITÉS Taxe foncière. Appréciation souveraine des juges du fond pour déterminer si la hausse de la TF en cours de bail peut justifier un déplafonnement (C. Cass., 14 septembre 2011) Attention à la réforme en cours entrée en vigueur prévue en 2015 Cotisation foncière des entreprises (CFE) Taxe d enlèvement des ordures ménagères (TEOM) Ne peut être mise à la charge du preneur qu'en vertu d'une stipulation contractuelle (C. Cass., 13 juin 2012) 10

11 4. Impôts, charges et taxes 4.4. Les charges refacturables Liberté contractuelle totale : le loyer «net de charges» et ses limites le forfait de charges et ses conséquences les modalités de régularisation de charges Charges particulières nécessitant une stipulation expresse : primes d assurance bailleur, honoraires de gestion, etc ACTUALITÉS Le décret du 26 août 1987 fixant la liste des charges récupérables ne s applique pas aux baux commerciaux sauf stipulation expresse du bail (C. Cass., 3 octobre 2012) Interprétation stricte par les juges : les clauses relatives aux charges s interprètent en faveur du débiteur La refacturation de charges et de taxes exorbitantes du droit commun impactera la valeur locative et aura donc une incidence sur le prix du bail renouvelé (ou révisé) A RETENIR 11

12 5. Sous-location et cession 5.1. Sous-location La sous-location est interdite sauf stipulation contraire du bail (L C. Com.) Aménagements contractuels Sous-location totale ou partielle? Liberté des sous-location intra-groupe : la définition de «groupe» ACTUALITÉS Sous-location irrégulière - résiliation du bail principal avant la demande d expulsion du sous-locataire (C. Cass., 1 er février 2012) A RETENIR Précautions à prendre par le bailleur pour éviter le droit direct du sous-locataire Limitations indirectes à la sous-location : la clause destination 12

13 5. Sous-location et cession 5.2. Cession Disposition d ordre public Liberté de cession du bail avec le fonds de commerce (L du C. Com.) Cession du seul droit au bail légalement autorisée mais en pratique fréquemment interdite Solidarité entre cédant et cessionnaire : durée? ACTUALITÉS Locaux à usage exclusif de bureaux contradiction avec une clause de cession du droit au bail «dans une autre activité» (C.Cass., 14 février 2012) A RETENIR Information du bailleur : 1690 du C. Civ./ simple information? Agrément préalable du bailleur sur la base de critères objectifs : solvabilité, notoriété, enseigne? 13

14 6. Fin du bail : que se passe-t-il? 6.1. Résiliation triennale et congé en fin de bail Faculté de résiliation triennale sauf renonciation (L C. Com.) Congé par acte extrajudiciaire (L C. Com.) Au moins 6 mois à l avance pour la date d échéance contractuelle ou pour le dernier jour du trimestre civil en cas de «tacite prolongation» Disposition d ordre public ACTUALITÉS Modification de l article L du C. Com. afin de préciser les délais applicables aux congés (Loi de simplification du droit du 22 mars 2012) Homogénéisation de la jurisprudence (C.Cass. 23 juin TGI Paris, 28 janvier CA Versailles 3 juillet 2012 contra CA Paris 6 avril 2012) A RETENIR Le régime des congés dans les baux commerciaux est dérogatoire au droit commun (articles 1736 et 1737 C. Civ.) 14

15 6. Fin du bail : que se passe-t-il? 6.2. Clause résolutoire Ne peut être mise en œuvre que lors d un manquement aux stipulations du bail Infraction à une disposition légale est sanctionnée par la résiliation judiciaire Délai d un mois incompressible (L C. Com.) ACTUALITÉS Disposition d ordre public Absence d information du créancier inscrit : dommages et intérêts si son préjudice est né du manquement du bailleur et non de son inertie (C.Cass. 9 novembre 2011) La clause résolutoire insérée au bail ne peut mentionner un délai plus court : la clause est nulle, le commandement aussi même s il mentionne un délai d un mois. A RETENIR Le juge ne peut que constater l acquisition de la clause résolutoire (C.Cass. 3 avril 2012) Attention particulière à porter à la rédaction : favoriser la rédaction extensive de manière générale et précise sur certains points (notamment le loyer) et conforme à l article L C.Com. 15

16 6. Fin du bail : que se passe-t-il? 6.3. Renouvellement Le preneur bénéficie en principe d un droit au renouvellement A défaut, le bailleur doit lui verser une indemnité d éviction Termes et conditions identiques du bail renouvelé, sauf loyer Disposition d ordre public Il est toujours possible d interrompre le processus de renouvellement : droit d option / droit de repentir A RETENIR Attention : le bail ne se termine que par l effet d un congé Avant d accorder le renouvellement, il faut vérifier que le preneur y a le droit Les conditions du renouvellement peuvent être définies à l avance : il est possible de prévoir un loyer plancher, il n est pas possible de convenir d un bail supérieur à 9 ans 16

17 17

18 18

19 19

20 7. Garanties : comment se prémunir en cas de défaillance du preneur? DÉPÔT DE GARANTIE GARANTIES EXTERNES : CAUTIONNEMENT / GAPD Gage du bailleur Deux termes de loyer (L C. Com.) Avec ou sans TVA? Prévoir la variation et la reconstitution du dépôt de garantie en cours de bail Accessoire du bail ou caractère autonome Prévoir la variation de son montant en fonction de l évolution du loyer Transférabilité? Autorisation sociale des garants Coûts Date d expiration / durée (renouvellement) 20

21 8. Evolution générale des loyers 8.1. Mécanismes légaux relatifs au loyer Liberté dans la fixation du loyer initial Le choix de l indice est réglementé (L CMF) : ICC, ILC, ILAT, autre indice Evolution en cours de bail Clause d échelle mobile : indexation (attention actualisation / baux à paliers) Révision légale : Dispositions L C. Com. d ordre public L C. Com. Cas particulier des clauses recettes 21

22 8. Evolution générale des loyers 8.2. L C. Com. : «la (fameuse) révision des 25%» Possibilité pour le preneur ou le bailleur de demander, en cours de bail, la fixation du loyer à la valeur locative dès lors que par le jeu de la clause d échelle mobile, le loyer a varié de + 25% par rapport au dernier loyer fixé contractuellement ou judiciairement ACTUALITÉS Pour les baux signés avant 2005 contenant une clause d échelle mobile ICC Exemple : 1T2004 (1225) / 1T2012 (1617) augmentation de plus de 25% A RETENIR Il n est pas possible de déroger au mécanisme L C. Com. Régularisation d un avenant fixant un nouveau loyer et donc un nouveau point de départ pour le calcul de la variation 22

23 8. Evolution générale des loyers 8.3. Indexation Périodicité de l indice Périodicité de variation du loyer et périodicité de variation de l indice (L CMF) ACTUALITÉS Acte 1 Interprétation stricte de la périodicité (TGI Paris, 5 janvier 2010 ; TGI Paris 27 mai 2010 ; TGI Paris, 6 mai 2010) Nullité de la clause et restitution des trop-perçus de loyers? Acte 2 Interprétation souple des indexations à base fixe, sous certaines conditions (CA Paris, 4 et 11 avril 2012) A RETENIR Vérification de la conformité de la clause d indexation au regard du choix de l indice et de sa périodicité 23

24 8. Evolution générale des loyers 8.4. Le prix du bail renouvelé Fixation du loyer du bail renouvelé à la valeur locative En principe, l augmentation du loyer est plafonnée Possibilité de définir contractuellement que le loyer du bail renouvelé sera fixé en fonction des seuls prix du marché (TGI Paris, 30 janvier 2012) En attente d une décision de la CA ou de la Cour de Cassation A RETENIR De nombreux cas de déplafonnement permettent un retour à la valeur locative : Locaux à usage «exclusif» de bureaux et locaux monovalents Baux conclus pour une durée de plus de 9 ans Baux dont la durée s est poursuivie au-delà de 12 ans Modification des facteurs locaux de commercialité : incidence favorable pour l activité du preneur (C.Cass., 14 septembre 2011) Néanmoins, l incidence favorable n est pas nécessaire pour le changement de destination des lieux (C.Cass., 18 janvier 2012) 24

25 Le point de vue de l expert : intervention d Hugues Sainsard Sainsard Expertises 25

26 26

27 Après-midi - 1 ère partie Travaux : Comment répartir les coûts? Comment verdir le bail? Surfaces et bail commercial : Comment s y retrouver? Intervention de Marie-Clémentine de Quénetain, Cabinet Géomètre-Expert Quénetain Focus : L actualité des baux commerciaux dans les centres commerciaux Après-midi 2 ème partie - Pause - Table ronde utilisateurs/investisseurs : en présence de Jacques CRAVEIA, GECINA ; Gilles BETTHAUSER, AOS STUDLEY et Philippe HACHIN, AREVA. 27

28 9. Les clauses travaux 9.1. Rappel des obligations légales Obligation de délivrance (1719 C. Civ.) : obligation essentielle du bail Réparations locatives (1754 C. Civ.) Obligation de réparer ce qui a été dégradé (1732 C. Civ.) Entretien à l usage pour lequel a été loué ( C. Civ.) Jouissance paisible ( C. Civ.) Réparations autres que locatives (1720 C. Civ.) Vétusté (1755 C. Civ.) 28

29 9. Les clauses travaux 9.2. Gros travaux Article 606 C. Civ. Le recours à la définition légale (usufruit) (606 C. Civ.) : attention, la liste est en principe exhaustive Une interprétation extensive par la jurisprudence : critère matériel et critère financier ACTUALITÉS Interprétation restrictive des clauses de transfert sur le preneur (C.Cass., 13 juin 2012) Ne doit pas constituer une entrave à l obligation de délivrance du bailleur (C.Cass., 16 septembre 2010, CA Paris 1 er juin 2011, CA Rennes 20 avril 2011) A RETENIR La référence à l article 606 est obsolète Prévoir une extension conventionnelle pour certaines grosses réparations ou des remplacements d éléments importants 29

30 9. Les clauses travaux 9.3. Vétusté art C. civ. L article 606 mis à la charge du preneur n emporte pas le transfert automatique des travaux résultant de la vétusté La vétusté doit être expressément à la charge du preneur ACTUALITÉS C.Cass., 5 avril 2011 : réparation des ascenseurs C.Cass., 13 septembre 2011 : installations électriques, chauffage, plomberie, plancher C.Cass., 8 novembre 2011 : chaudière à gaz et menuiseries extérieures CA Paris, 30 novembre 2011 : la réfection totale d une toiture 30

31 9. Les clauses travaux 9.4. Mise en conformité A la charge du bailleur, sauf stipulation expresse contraire Quels travaux? Ceux prescrits par l'administration ou la loi : sécurité, hygiène, ravalement, mise aux normes, performance énergétiques Négociation classique entre bailleur et preneur : répartition des travaux en fonction des travaux résultant de l'activité spécifique du preneur dans les locaux ou relatifs à l'immeuble Distinction parties privatives / parties communes ACTUALITÉS C.Cass., 15 juin 2010 : la notion de clause expresse C.Cass., 18 mai 2011 : la mise en conformité électrique C. Cass., 21 mars 2012 : illustration de l application d une clause de transfert Loi dite «PMR» du 11 février 2005 : 1 er janvier 2015? 31

32 9. Les clauses travaux 9.5. Remise en état et accession De la restitution en parfait état à celle en état d usage : en fonction de la négociation et de l état des lieux à l entrée du preneur Le sort des aménagements du preneur / accession : l accession au bailleur sauf si ce dernier préfère une remise en état initial la dépose des installations du preneur : cloisonnement, baies informatiques, coffre-forts A RETENIR L indispensable référence à l état des lieux d entrée et sa comparaison avec l état des lieux de sortie L intérêt de l accession pour le bailleur : à quel moment? L intérêt de préciser l étendue de l obligation de remise en état 32

33 10. Clauses environnementales Rappel sur les diagnostics (locaux tertiaires) «Fiche récapitulative amiante» (DTA) Constat de risque d exposition au plomb (CREP) Etat des risques naturels et technologiques (ERNT) Diagnostic de performance énergétique (DPE) TABLEAU RECAPITULATIF DIAGNOSTICS TECHNIQUES Champ d application / TERTIAIRE Sanctions Nouveau bail Renouvellement Immeubles dont PC antérieur oui oui au 1 er juillet 1997 Sanctions pénales Immeubles construits avant le 1 er janvier 1949 Sanctions pénales Préfectures dotées d un PPR Sanction : résolution du bail/diminution de loyer Tous les immeubles Valeur uniquement informative non oui oui non oui ERNT valable 6 mois oui DPE valable 10 ans 33

34 10. Clauses environnementales Le diagnostic de performance énergétique (DPE) Article L du CCH Annexe obligatoire à tous les baux, sauf bail rural ou location saisonnière Absence de sanction légale : Caractère purement informatif du DPE puisque le preneur ne peut pas se prévaloir à l encontre du bailleur des informations du DPE Sanction du droit commun : obligation d information? Garantie des vices cachés? ACTUALITÉS TGI Paris, 7 avril 2011 : dans le cadre d une vente, responsabilité du diagnostiqueur technique Décret du 13 avril 2011 : 10 ans Arrêté du 18 avril 2012 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les centres commerciaux existants en France métropolitaine 34

35 10. Clauses environnementales Annexe environnementale bail vert (1/2) Art. L C. Env. Grenelle de l environnement annexe environnementale obligatoire pour les baux à usage de bureaux ou de commerce portant sur des locaux 2000 m² applicable à compter du 1 er janvier 2012 pour les baux conclus ou renouvelés après cette date et au plus tard le 14 juillet 2013 pour les baux en cours Absence de sanction Définition du bail vert : «c est un bail commercial qui intègre des clauses visant à améliorer ou à maintenir les performances énergétiques et environnementales de l immeuble» Incidence du décret attendu sur la rénovation du parc tertiaire? 35

36 10. Clauses environnementales Annexe environnementale bail vert (2/2) Art. R et R du CCH CONTENU LÉGAL MINIMALISTE Il peut imposer au preneur des obligations pour limiter ses consommations énergétiques Etat ou estimatif des consommations des locaux Descriptif des équipements : chauffage, ventilation, climatisation Objectifs d amélioration en fonction des consommations et de l activité de l utilisateur Modalités de rencontres périodiques des parties en vue de décider des ajustements d elles jugeront nécessaires CONTENU VOLONTARISTE RENFORCÉ Un contenu renforcé volontariste : il n existe pas de réponse unique : selon l utilisateur, selon le bailleur, selon les locaux Engagements RSE, l exemple du Green rating, démarche HQE Exploitation : guide de comportement environnementales, etc. 36

37 10. Clauses environnementales Information sur la pollution des sols Mise à disposition du public par l Etat des informations sur les risques de pollution des sols (L & L C. Env.) Obligation pour le bailleur d effectuer toute diligence pour obtenir ces informations auprès de l Etat Sanction : si manquement à l obligation d information et terrain pollué: résolution du bail ou diminution de loyer et remise en état du site A RETENIR Obligation qui s inscrit dans le cadre de la tendance d une obligation générale d information environnementale imposée par la jurisprudence (vice caché, déchets, responsabilité délictuelle) Il faut se ménager la preuve 37

38 38

39 Focus : actualités dans les centres commerciaux ACTUALITÉS Nullité de la clause d association (C.Cass., 23 novembre 2011) Refus du remboursement des cotisations (C.Cass., 12 juillet 2012), Seul le droit d entrée dans l association payé par le preneur peut être remboursé par le bailleur (CA Paris, 26 juin 2012) Obligation du bailleur dans un centre commercial d assurer une certaine commercialité dans le centre (C.Cass., 5 septembre 2012) 39

40 40

41 41

42 Cabinet GVB Avocats 25, rue de Lübeck Paris T : / Séverine Guilluy, Avocat associé Jennifer Chiotti, Avocat Cabinet Codim 17, rue Etex Paris T : / Laurence Korst, Avocat associé 42

Le bail commercial à l épreuve de la crise

Le bail commercial à l épreuve de la crise Le bail commercial à l épreuve de la crise A la recherche de flexibilité et de sécurité 29 janvier 2014 Journée de formation organisée par le Bureau des diplômés du Master de Management Immobilier de l

Plus en détail

Gestion. Négocier son bail commercial

Gestion. Négocier son bail commercial Gestion Négocier son bail commercial Adie Conseil Gestion INTRODUCTION Le bail commercial fait l objet d un statut réglementé dont les textes sont codifiés aux articles L.145-1 et suivants et R.145-1 et

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LE BAIL COMMERCIAL. Explications et conseils. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LE BAIL COMMERCIAL Explications et conseils Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales,

Plus en détail

Comprendre le bail commercial en 10 points clés

Comprendre le bail commercial en 10 points clés Comprendre le bail commercial en 10 points clés Pourquoi vous proposer un livre blanc sur les baux commerciaux? Parmi les 8000 clients du groupe SVP (entreprises et collectivités), nombreux sont ceux qui

Plus en détail

Table des matières TITRE I : LES BAUX DU CODE CIVIL (100) (Les références entre parenthèses renvoient aux numéros des paragraphes)

Table des matières TITRE I : LES BAUX DU CODE CIVIL (100) (Les références entre parenthèses renvoient aux numéros des paragraphes) Table des matières (Les références entre parenthèses renvoient aux numéros des paragraphes) SOMMAIRE... 1390 INTRODUCTION... 1392 TITRE I : LES BAUX DU CODE CIVIL (100) SECTION 1 : LES CHARGES LOCATIVES

Plus en détail

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce

Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL. Textes. Articles L. 145-33 à 145-39 du code de commerce Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA REVISION DU LOYER COMMERCIAL Textes Loi LME du 4 août 2008 Loi MURCEF du 11 décembre 2001 Article L. 145-3 du code de commerce Article L. 145-5 du code de

Plus en détail

annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ ENTRE LES SOUSSIGNÉS : annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ CAS DE FIGURE Le propriétaire des locaux frappés d un arrêté de police tenu à l obligation

Plus en détail

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL : RETOUR A UN JUSTE EQUILIBRE?

LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL : RETOUR A UN JUSTE EQUILIBRE? LES BAUX COMMERCIAUX APRES LA LOI PINEL : RETOUR A UN JUSTE EQUILIBRE? DROIT IMMOBILIER A peine deux mois après la loi ALUR qui a profondément modifié la loi du 6 juillet 1989 concernant les baux d habitation,

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION LOCAUX VACANTS

CONTRAT DE LOCATION LOCAUX VACANTS CONTRAT DE LOCATION LOCAUX VACANTS D après la loi n 89-462 du 6 juillet 1989 (JO 08/07 /89) modifiée par la loi du 21 juillet 1994 (JO 24/07/94) Le présent contrat de location est composé: d'une première

Plus en détail

PREMIERE PARTIE LE PLAFONNEMENT. 1- rappels I- INDEXATION LES CLAUSES

PREMIERE PARTIE LE PLAFONNEMENT. 1- rappels I- INDEXATION LES CLAUSES PREMIERE PARTIE LE PLAFONNEMENT 1- rappels I- INDEXATION LES CLAUSES Les clauses de révision sont inutiles puisque les textes d ordre public L 145-37 & L145-38 du code du commerce fixent les modalités

Plus en détail

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] :

- le cas échéant, représenté par le mandataire [nom ou raison sociale et adresse du mandataire ainsi que l activité exercée] : CONTRAT DE LOCATION (Soumis au titre Ier bis de la loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs et portant modification de la loi n 86-1290 du 23 décembre 1986) LOCAUX MEUBLES A USAGE

Plus en détail

M... propriétaire, ... ..., ...

M... propriétaire, ... ..., ... Contrat de location I. Identification des parties Bailleur(s) M.... propriétaire, demeurant à... dénommé(s) au présent acte le(s) bailleur(s). Locataire(s) L association ou l organisme..., dont le siège

Plus en détail

«LE BAIL COMMERCIAL : UN CONTRAT CAPITAL» Brigitte DUCLAUX

«LE BAIL COMMERCIAL : UN CONTRAT CAPITAL» Brigitte DUCLAUX «LE BAIL COMMERCIAL : UN CONTRAT CAPITAL» Brigitte DUCLAUX SOMMAIRE LE BAIL COMMERCIAL : UN CONTRAT CAPITAL! 1 - LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX 2 - LA NEGOCIATION DU BAIL COMMERCIAL L objet du contrat

Plus en détail

LES CLAUSES SENSIBLES

LES CLAUSES SENSIBLES LES CLAUSES SENSIBLES État des lieux Le bailleur est tenu en principe de fournir le bien loué en bon état de réparation de toute espèce (c. civ. art. 1720) AN II, en fin de dossier. Ces dispositions impliquent

Plus en détail

commerciaux : comment s y

commerciaux : comment s y J o u r n é e d e s b a u x c o m m e r c i a u x 1 4 n o v e m b r e 2012 o r g a n i s é e p a r l e b u r e a u d e s d i p l ô m é s d u M a s t e r d e M a n a g e m e n t I m m o b i l i e r d e

Plus en détail

Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises

Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Position de l ADI sur le projet de loi Pinel relatif à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises A l occasion de l examen du projet de loi Pinel sur l artisanat, le commerce et les très

Plus en détail

A. Les contrats visés par la loi de 2006... 14 B. Les contrats exclus du champ d application de la loi... 15

A. Les contrats visés par la loi de 2006... 14 B. Les contrats exclus du champ d application de la loi... 15 Table des matières Sommaire... 7 Introduction... 11 I ère Partie Le bail à usage d habitation... 13 Titre I. Champ d application... 14 A. Les contrats visés par la loi de 2006... 14 B. Les contrats exclus

Plus en détail

LOI DU 18 JUIN 2014 RELATIVE A L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRES PETITES ENTREPRISES SOMMAIRE

LOI DU 18 JUIN 2014 RELATIVE A L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRES PETITES ENTREPRISES SOMMAIRE LES PRINCIPALES ÉVOLUTIONS LOI DU 18 JUIN 2014 RELATIVE A L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRES PETITES ENTREPRISES SOMMAIRE BAUX COMMERCIAUX... p. 02 DROIT DE PREEMPTION COMMERCIAL DES COMMUNES... p. 05

Plus en détail

LA LOCATION VENTE. C est pourquoi la question de la location-vente est soulevée parfois.

LA LOCATION VENTE. C est pourquoi la question de la location-vente est soulevée parfois. LA LOCATION VENTE Dans la plupart des cas en matière de transfert de propriété de biens immobiliers, nous employons la technique du contrat de vente immobilière pure et simple. Lors de la signature dudit

Plus en détail

Verdun,mercredi 24 avril 2013 Méras, jeudi 25 avril 2013 Limbrassac, jeudi 16 mai 2013 Soueix, jeudi 30 mai 2013. VERDUN, mercredi

Verdun,mercredi 24 avril 2013 Méras, jeudi 25 avril 2013 Limbrassac, jeudi 16 mai 2013 Soueix, jeudi 30 mai 2013. VERDUN, mercredi Verdun,mercredi 24 avril 2013 Méras, jeudi 25 avril 2013 Limbrassac, jeudi 16 mai 2013 Soueix, jeudi 30 mai 2013 VERDUN, mercredi 1 LE DOMAINE PUBLIC LE DOMAINE PRIVE 2 Font partie du domaine public les

Plus en détail

dénommé ci-après le «propriétaire», dénommé ci-après le «gestionnaire», Vu l objet de la Résidence Sociale tel que défini à l annexe I ;

dénommé ci-après le «propriétaire», dénommé ci-après le «gestionnaire», Vu l objet de la Résidence Sociale tel que défini à l annexe I ; CONVENTION N...... CONCLUE ENTRE L ETAT, L ORGANISME PROPRIETAIRE, L ORGANISME GESTIONNAIRE EN APPLICATION DE L ARTICLE L.353.2 DU CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L HABITATION PORTANT SUR LES RESIDENCES

Plus en détail

LOI ALUR ET GESTION LOCATIVE. 28 mars 2014 commission gestion locative Emmanuelle Benhamou

LOI ALUR ET GESTION LOCATIVE. 28 mars 2014 commission gestion locative Emmanuelle Benhamou LOI ALUR ET GESTION LOCATIVE 28 mars 2014 commission gestion locative Emmanuelle Benhamou LOI n 2014-366 en date 24 mars 2014 POUR L ACCES AU LOGEMENT ET UN URBANISME RENOVE PUBLIEE AU JO LE 26 MARS 2014

Plus en détail

Les avantages de la gestion locative chez Paris Gestion Immobilier

Les avantages de la gestion locative chez Paris Gestion Immobilier Les avantages de la gestion locative chez Paris Gestion Immobilier 53 boulevard Saint Marcel - 7503 Paris T : 0 75 77 05 75 F : 0 75 77 05 76 - Mail : contact@parisgestionimmo.com SARL CO&CO au Capital

Plus en détail

CONVENTION DE LOCATION

CONVENTION DE LOCATION CONVENTION DE LOCATION ANNEXE PROJET ENTRE LES SOUSSIGNES : HABITAT SUD DEUX SEVRES» dont le siège est à NIORT, 8 Rue François Viète, représenté par son Directeur Général, Monsieur Philippe VARENNE, Et,

Plus en détail

La Colocation mode d emploi

La Colocation mode d emploi 04-236 MCE 8 pages colocation V 26/04/06 10:42 Page 2 Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : www.hautsdevilaine.com g La Colocation mode d emploi

Plus en détail

LE GUIDE DE L ADIL 80 POUR LES LOCATAIRES AVANT DE LOUER EN MEUBLE, POSEZ-VOUS LES BONNES QUESTIONS!

LE GUIDE DE L ADIL 80 POUR LES LOCATAIRES AVANT DE LOUER EN MEUBLE, POSEZ-VOUS LES BONNES QUESTIONS! LE GUIDE DE L ADIL 80 POUR LES LOCATAIRES Mai 2012 AVANT DE LOUER EN MEUBLE, POSEZ-VOUS LES BONNES QUESTIONS! Attention : ce guide a été rédigé exclusivement à l attention des locataires qui louent un

Plus en détail

LOGEMENT : FOIRE AUX QUESTIONS

LOGEMENT : FOIRE AUX QUESTIONS Dois-je signer un contrat de location ou bail? Le contrat de bail écrit est obligatoire dans la mesure, s il constitue la résidence principale du locataire. (Télécharger un modèle de bail sur www.pap.fr

Plus en détail

Selon le type de votre logement et votre situation familiale, vous pouvez bénéficier de l une de ces aides au logement :

Selon le type de votre logement et votre situation familiale, vous pouvez bénéficier de l une de ces aides au logement : Puis-je bénéficier d une aide au logement de la CAF? Selon le type de votre logement et votre situation familiale, vous pouvez bénéficier de l une de ces aides au logement : l Aide personnalisée au logement

Plus en détail

La location de son entreprise

La location de son entreprise La location de son entreprise La location-gérance permet à un dirigeant d une entreprise de mettre en location son entreprise. La location-gérance se fait pour un temps défini et permet au bailleur de

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Pour qu il y ait location d immeuble, il faut qu il y ait un «bail» Le bail est le contrat par lequel une personne (appelée le bailleur) s engage à faire jouir une autre personne

Plus en détail

LA LOI «PINEL» DU 18 JUIN 2014 ET LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX : L ESSENTIEL

LA LOI «PINEL» DU 18 JUIN 2014 ET LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX : L ESSENTIEL LA LOI «PINEL» DU 18 JUIN 2014 ET LE STATUT DES BAUX COMMERCIAUX : L ESSENTIEL Modification de la réglementation du droit de préemption des communes (article 1 er et 17), application immédiate Suppression

Plus en détail

CONTRAT DE BAIL DE RESIDENCE SECONDAIRE - PAGE 1/6

CONTRAT DE BAIL DE RESIDENCE SECONDAIRE - PAGE 1/6 CONTRAT DE BAIL DE RESIDENCE SECONDAIRE - PAGE 1/6 Bail de résidence autre que principale (pied à terre, résidence secondaire, ) Bail de résidence secondaire entre (nom(s), prénom(s), adresse, raison sociale,

Plus en détail

Modèle de BAIL PROFESSIONNEL

Modèle de BAIL PROFESSIONNEL Modèle de BAIL PROFESSIONNEL ENTRE LES PARTIES SOUSSIGNĖES : 1. Propriétaire(s) bailleur(s) Personne physique : nom, prénoms, profession, domicile, date et lieu de naissance, nationalité. Personne morale

Plus en détail

Contrat de bail de bureau

Contrat de bail de bureau Contrat de bail de bureau CONTRAT DE BAIL DE BUREAU 2/8 Entre les soussignés : Madame... domiciliée à..... (adresse complète), Et/ou Monsieur..., domicilié à..... (adresse complète), agissant en qualité

Plus en détail

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014.

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Information Atelier PLH Grand Avignon 7 octobre 2014 Rappel chronologique Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Décision du Conseil constitutionnel

Plus en détail

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés

Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014. Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Rencontre des Responsables de copropriétés de Neuilly sur Seine, le 14 octobre 2014 Focus sur quelques obligations applicables aux copropriétés Sommaire Domaine Sécurité et sanitaire Mise en sécurité des

Plus en détail

Nos bureaux sont ouverts toute l année et une équipe de 8 personnes au total vous reçoit :

Nos bureaux sont ouverts toute l année et une équipe de 8 personnes au total vous reçoit : www.grenecheimmo.fr Le Cabinet GRENECHE Immobilier est l une des plus anciennes agences de la ville d Evian et de la région, présente dans l ensemble des activités immobilières : - ventes : traditionnellement

Plus en détail

Obligations administrative et civile de remise en état d'un site pollué : divergences et solutions contractuelles

Obligations administrative et civile de remise en état d'un site pollué : divergences et solutions contractuelles Obligations administrative et civile de remise en état d'un site pollué : divergences et solutions contractuelles Laurence Lanoy 29 mars 2011 INTERSOL Introduction L obligation de remise en état est fixée

Plus en détail

Selon la charte de l expertise en évaluation immobilière, 3 ème édition Juin 2006, la valeur vénale est :

Selon la charte de l expertise en évaluation immobilière, 3 ème édition Juin 2006, la valeur vénale est : COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * 1 Alain MANZON Expert Immobilier-Consultant JANVIER 2013 N d agrément - 1004 - Diplômé de l Enseignement Supérieur RD559 Beauvallon Guerre vieille 83310 GRIMAUD

Plus en détail

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier?

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? par Maître Philippe Imbert Avocat à la Cour www.atelier-taxeslocales.fr Résumé : le bail d habitation (loi du 6 juillet

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

LE GRAND GUIDE DE L IMMOBILIER. Marthe GALLOIS Nathalie GIRAUD Valérie SAMSEL Laurent LAMIELLE. sous la direction de Jean-Michel GUERIN

LE GRAND GUIDE DE L IMMOBILIER. Marthe GALLOIS Nathalie GIRAUD Valérie SAMSEL Laurent LAMIELLE. sous la direction de Jean-Michel GUERIN LE GRAND GUIDE DE L IMMOBILIER Marthe GALLOIS Nathalie GIRAUD Valérie SAMSEL Laurent LAMIELLE sous la direction de Jean-Michel GUERIN Groupe Eyrolles, 2006 De Particulier à Particulier, 2006 ISBN : 2-7081-3608-9

Plus en détail

Une réponse à toutes tes questions JOB. Loisirs Projets V oyager. Notre permanence est ouverte : Lu, Ma, Je, Ve de 11h à 13h et de 15h à 18h

Une réponse à toutes tes questions JOB. Loisirs Projets V oyager. Notre permanence est ouverte : Lu, Ma, Je, Ve de 11h à 13h et de 15h à 18h Une réponse à toutes tes questions? KOT Bourses JOB S exprimer Loisirs Projets V oyager @ Stages Notre permanence est ouverte : Lu, Ma, Je, Ve de 11h à 13h et de 15h à 18h Mercredi de 11h à 18h Samedi

Plus en détail

ACTUALITÉ IMMOBILIÈRE JURIDIQUE ET FISCALE 2011

ACTUALITÉ IMMOBILIÈRE JURIDIQUE ET FISCALE 2011 ACTUALITÉ IMMOBILIÈRE JURIDIQUE ET FISCALE 2011 13 e édition - Janvier 2012 Actualité Immobilière Juridique et Fiscale 2011 «Vous avez dit : simplification du droit (1)?» La simplification du droit tient

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

LETTRE. EDITORIAL La pratique des baux commerciaux recouvre des réalités fort diverses qu il s agisse. Dossier. Actualité

LETTRE. EDITORIAL La pratique des baux commerciaux recouvre des réalités fort diverses qu il s agisse. Dossier. Actualité LA LETTRE Lundi 3 juin 2013 DE L IMMOBILIER Cette lettre est imprimée sur du papier recyclé AU SOMMAIRE Dossier Les baux commerciaux Les bureaux en Ile-de-france : un marché international et complexe p.

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

Newsletter n 10 Mars 2012

Newsletter n 10 Mars 2012 Newsletter n 10 Mars 2012 La SHOB et la SHON sont remplacées par la surface plancher depuis le 1er Mars 2012. À l occasion de l adoption de la loi Grenelle 2 en juillet 2010, le Parlement a autorisé le

Plus en détail

BAIL DE TROIS ANS OU PLUS (location ou colocation)

BAIL DE TROIS ANS OU PLUS (location ou colocation) BAIL DE TROIS ANS OU PLUS (location ou colocation) LOI n 89462 DU 6 JUILLET 1989 MODIFIEE Entre les soussignés : M. demeurant à Désigné aux présentes sous la dénomination le bailleur D UNE PART ET M. demeurant

Plus en détail

#94 NEWS FISCALITÉ LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2014. La LFR 2014 a procédé à certains ajustements techniques :

#94 NEWS FISCALITÉ LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2014. La LFR 2014 a procédé à certains ajustements techniques : NEWS #94 FISCALITÉ JANVIER 2015 Les deuxième loi de Finances rectificative (LFR) pour 2014 et loi de Finances (LF) pour 2015 ont été publiées au Journal officiel du 30 décembre 2014. Nous présentons, dans

Plus en détail

Surfaces organisées en espaces mixtes et bureaux cloisonnés

Surfaces organisées en espaces mixtes et bureaux cloisonnés Equipements et Prestations Locaux rénovés Surfaces Voir tableau des surfaces en seconde page. Surfaces organisées en espaces mixtes et bureaux cloisonnés Accès PMR Câblage Climatisation Parking public

Plus en détail

BAIL DE BUREAUX. Page 1 sur 18. Entre les soussignés : Ci-après dénommé «LE BAILLEUR» Et : Ci-après dénommé «LE PRENEUR»

BAIL DE BUREAUX. Page 1 sur 18. Entre les soussignés : Ci-après dénommé «LE BAILLEUR» Et : Ci-après dénommé «LE PRENEUR» BAIL DE BUREAUX Entre les soussignés : Voltaire SAS, Société par Actions Simplifiées au capital de 31.262.500 Euros dont le siège social est à Bois- Colombes 92270, 80, avenue de l Europe, inscrite au

Plus en détail

Loi Alur. pour l Accès au logement et un urbanisme rénové. La loi n 2014-366 du 24 mars 2014

Loi Alur. pour l Accès au logement et un urbanisme rénové. La loi n 2014-366 du 24 mars 2014 Loi Alur Recherches et rédaction Ulrik Schreiber La loi n 2014-366 du 24 mars 2014 pour l Accès au logement et un urbanisme rénové 4 Le 20 février 2014, le Sénat a définitivement adopté, en commission

Plus en détail

LETTRE. La loi n 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très EDITORIAL. Dossier. Actualités

LETTRE. La loi n 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l artisanat, au commerce et aux très EDITORIAL. Dossier. Actualités LA LETTRE Lundi 22 septembre 2014 DE L IMMOBILIER Cette lettre est imprimée sur du papier recyclé AU SOMMAIRE Dossier Loi Pinel : la grande réforme du statut des baux commerciaux Focus sur les modifications

Plus en détail

Investissement immobilier

Investissement immobilier Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

CONVENTION DE CABINET GROUPÉ

CONVENTION DE CABINET GROUPÉ CONVENTION DE CABINET GROUPÉ LES SOUSSIGNES : Répétable autant que de besoin [ Identification de l associé personne physique], demeurant [ ] né le [ ] à [ ] Avocat au Barreau de Paris [ Identification

Plus en détail

LE JOURNAL DE BORD DU LOCATAIRE. Immo Online: Représente la nouvelle méthode de gestion locative, la gestion locative interactive.

LE JOURNAL DE BORD DU LOCATAIRE. Immo Online: Représente la nouvelle méthode de gestion locative, la gestion locative interactive. LE JOURNAL DE BORD DU LOCATAIRE Immo Online: Représente la nouvelle méthode de gestion locative, la gestion locative interactive. Moderne et pratique, nous remplaçons définitivement l'envoi traditionnel

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES

MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES MEMO A L USAGE DES LOCATAIRES Association Villeurbannaise pour le Droit au Logement 277, rue du 4 août 69 100 Villeurbanne Téléphone : 04 72 65 35 90 Télécopie : 04 78 85 40 53 avdl.asso@wanadoo.fr www.avdl.fr

Plus en détail

Arrêté des comptes 2014 Immobilier

Arrêté des comptes 2014 Immobilier www.pwc.com Arrêté des comptes 2014 Immobilier Sommaire Section Description Page 1 Evolution du marché Immobilier 1 2 Actualité et rappels comptables 15 3 Nouveautés fiscales 28 Les intervenants Laure

Plus en détail

Pactivités de bureau on entend des activités principalement

Pactivités de bureau on entend des activités principalement Étude comparative des dispositifs de financement locatif des équipements bureautiques Au regard du coût de certains matériels et de leur rapide obsolescence, il peut être intéressant, pour les personnes

Plus en détail

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières Chroniques notariales vol. 56 Table des matières Chapitre I. Généralités..................................... 222 Section 1. Formalité de l enregistrement........................ 222 1. Obligation d enregistrement

Plus en détail

4 SCI support de l immobilier d entreprise

4 SCI support de l immobilier d entreprise OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI 4 SCI support de l immobilier d entreprise Constitution d une SCI Maintien au bilan ou SCI? inscription au bilan... 80 immobilier frein à la transmission... 81 aspect

Plus en détail

SOMMAIRE. Ce document présente les principales mesures de cette loi pouvant intéresser les commerçants, les artisans et les très petites entreprises.

SOMMAIRE. Ce document présente les principales mesures de cette loi pouvant intéresser les commerçants, les artisans et les très petites entreprises. Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi relative à l artisanat et commerce et aux très petites entreprises Loi n 2014 du 18 juin 2014, parue au journal officiel du 19 juin 2014 Ce document

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Atelier CCI Innovation TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE

Atelier CCI Innovation TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE TECHNIQUE CONTRACTUELLE ET RECHERCHE-DÉVELOPPEMENT LA COMMUNICATION DU SAVOIR-FAIRE Jeudi 25 juin 2015 Agnès Robin Maître de conférences à la Faculté de Droit de Montpellier Equipe de Recherche Créations

Plus en détail

CONTRAT DE BAIL POUR UN APPARTEMENT Entre : 1. Monsieur... et Madame... domicilies a... ci-apres denomme bailleur - et 2. Monsieur... et madame...

CONTRAT DE BAIL POUR UN APPARTEMENT Entre : 1. Monsieur... et Madame... domicilies a... ci-apres denomme bailleur - et 2. Monsieur... et madame... CONTRAT DE BAIL POUR UN APPARTEMENT Entre : 1. Monsieur... et Madame... domicilies a... ci-apres denomme bailleur - et 2. Monsieur... et madame... domicilie actuellement a... ci-apres denomme locataire

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988)

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, RECONNAISSANT l importance d éliminer certains obstacles juridiques au crédit-bail

Plus en détail

COMMISSION PERMANENTE

COMMISSION PERMANENTE Délibération affichée, rendue exécutoire, après transmission au Contrôle de la Légalité le : 19/12/12 AR n : A078-227806460-20121214-67141-DE-1-1_0 REPUBLIQUE FRANÇAISE CONSEIL GENERAL DES YVELINES 2012-CP-4407.1

Plus en détail

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME Décryptage : ce qui pourrait changer pour les propriétaires et les locataires Jean-François BUET Président de la FNAIM Etienne GINOT Président de l UNIS Point presse

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Informations aux clients et Conditions générales d assurances (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation

Informations aux clients et Conditions générales d assurances (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation Informations aux clients et (CGA) Assurance de garantie locative pour les baux à usage d habitation Edition 01.2011 Informations aux clients Informations aux clients Ce que vous devriez savoir à propos

Plus en détail

Maison des Arts et Métiers Allée Pierre de Coubertin Apt 33400 TALENCE CONTRAT DE RESIDENCE UNIVERSITAIRE

Maison des Arts et Métiers Allée Pierre de Coubertin Apt 33400 TALENCE CONTRAT DE RESIDENCE UNIVERSITAIRE 1 Maison des Arts et Métiers Allée Pierre de Coubertin Apt 33400 TALENCE NOM Prénom Date et lieu de naissance : CONTRAT DE RESIDENCE UNIVERSITAIRE Ce contrat est régi par la loi 89-462 du 6 juillet 1989

Plus en détail

SYNTHESE AUDIT JURIDIQUE

SYNTHESE AUDIT JURIDIQUE SYNTHESE AUDIT JURIDIQUE REALISER UN PLANNING DU PROJET ( échéances juridiques, durée du projet, ) Début du Bail Immeuble A DATE de DECISION Préavis avant cette date Fin du Bail Immeuble A Début du Bail

Plus en détail

DEPENSE ET CHARGES PUR LE LOCATAIRE ET LE PROPRIÉTAIRE

DEPENSE ET CHARGES PUR LE LOCATAIRE ET LE PROPRIÉTAIRE DEPENSE ET CHARGES PUR LE LOCATAIRE ET LE PROPRIÉTAIRE http://droit-finances.commentcamarche.net/immobilier-location/l100-charges-et-reparationsqui-paie-quoi.php3 Ils ont Les contentieux sont fréquents

Plus en détail

VENTE PAR SOUMISSION CACHETEE D UN IMMEUBLE COMMUNAL SITUE DANS LE VILLAGE D UCEL LA VILLA SOLEIL CAHIER DES CHARGES

VENTE PAR SOUMISSION CACHETEE D UN IMMEUBLE COMMUNAL SITUE DANS LE VILLAGE D UCEL LA VILLA SOLEIL CAHIER DES CHARGES VENTE PAR SOUMISSION CACHETEE D UN IMMEUBLE COMMUNAL SITUE DANS LE VILLAGE D UCEL LA VILLA SOLEIL CAHIER DES CHARGES Vendeur : La Commune d UCEL, vendeur représentée par son Maire, Marc SOUTEYRAND, ayant

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Guide simplifié de la déclaration des revenus fonciers

Guide simplifié de la déclaration des revenus fonciers logiciel de gestion locative mais assez complêt Guide simplifié de la déclaration des revenus fonciers POUR PARTICULIERS BAILLEURS Gérer seul son bien est la solution la plus économique et Rentila.com

Plus en détail

Banque africaine de développement Agence temporaire de relocalisation

Banque africaine de développement Agence temporaire de relocalisation Banque africaine de développement Agence temporaire de relocalisation Division des achats institutionnels Numéro de télécopie: + (216) 71 83 52 49 ----------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER Hors Série spécial SIMI 2014 www.fidal.com LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER Hors Série spécial SIMI 2014 COMITÉDERÉDACTION L ÉQUIPE IMMOBILIER FIDAL PARIS 4-6 avenue d Alsace

Plus en détail

Associations Accompagnez les propriétaires privés dans leur déclaration de revenus

Associations Accompagnez les propriétaires privés dans leur déclaration de revenus Associations Accompagnez les propriétaires privés dans leur déclaration de revenus Mode d emploi des formulaires de déclaration 2044 et 2044 Spéciale Mise à jour 2014 Chaque année, les propriétaires privés

Plus en détail

Le bail commercial : les aspects importants à vérifier

Le bail commercial : les aspects importants à vérifier Le bail commercial : les aspects importants à vérifier Le choix d un local commercial est une étape cruciale dans le développement d une entreprise. L endroit choisi peut sembler prometteur mais il faut

Plus en détail

APRES AVOIR EXPOSE CE QUI SUIT

APRES AVOIR EXPOSE CE QUI SUIT CONVENTION ENTRE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE NOZAY ET LA SELA POUR LA GESTION DE LA COPROPRIETE DU BATIMENT SITUE TERRASSES DE LA CHESNAIE 44170 NOZAY 1 /7 ENTRE LES SOUSSIGNEES : La Communauté

Plus en détail

CONVENTION TYPE D OCCUPATION PRECAIRE ET REVOCABLE DU DOMAINE PUBLIC ACTIVITE : OCCUPATION A LA DEMANDE. N du

CONVENTION TYPE D OCCUPATION PRECAIRE ET REVOCABLE DU DOMAINE PUBLIC ACTIVITE : OCCUPATION A LA DEMANDE. N du CONVENTION TYPE D OCCUPATION PRECAIRE ET REVOCABLE DU DOMAINE PUBLIC ACTIVITE : OCCUPATION A LA DEMANDE N du Entre d une part La Communauté d'agglomération Sophia Antipolis Sise Hôtel de Ville BP 2205

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX

ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX Page 1 ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX 1 Introduction La présente étude a pour objet de mettre en concurrence lʼinvestissement dans un ou plusieurs appartements,

Plus en détail

GUIDE DU LOGEMENT ETUDIANT

GUIDE DU LOGEMENT ETUDIANT GUIDE DU LOGEMENT ETUDIANT Juin 2015 Guide du logement étudiant Acteurs majeurs et incontournables pour trouver et louer votre logement en France Sommaire Préambule 1 Les résidences étudiantes 2 Choisir

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

10 Septembre 2015. DIECCTE de La Réunion

10 Septembre 2015. DIECCTE de La Réunion 10 Septembre 2015 DIECCTE de La Réunion Actualités réglementaires De nombreux textes ont, depuis 2014, amélioré l information et les droits des consommateurs: Loi Hamon Loi ALUR Ordonnance n 2015-1033

Plus en détail

HABILITATION DU PRESIDENT A SIGNER LE CONTRAT DE LOCATION DE BUREAUX DE L ANTENNE TERRITORIALE SUD-EST DE FONTENAY-SOUS-BOIS

HABILITATION DU PRESIDENT A SIGNER LE CONTRAT DE LOCATION DE BUREAUX DE L ANTENNE TERRITORIALE SUD-EST DE FONTENAY-SOUS-BOIS Rapport pour la commission permanente du conseil régional OCTOBRE 2012 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france HABILITATION DU PRESIDENT A SIGNER LE CONTRAT

Plus en détail

Statut du fermage et Baux ruraux

Statut du fermage et Baux ruraux Dossiers numériques Statut du fermage et Baux ruraux présentation, analyse et commentaires textes et circulaires administratives formulaires et jurisprudences par Francis VARENNES Juriste-Fiscaliste Autres

Plus en détail

Transaction, location et copropriété immobilière

Transaction, location et copropriété immobilière FORMINDIS est un établissement privé d enseignement à distance déclaré sous le N 52 44 05178 44 auprès du Préfet de région des Pays de la Loire, placé sous le contrôle pédagogique du ministère de l Education

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE. La proximité est l'un des axes prioritaires de la politique municipale.

NOTE DE SYNTHESE. La proximité est l'un des axes prioritaires de la politique municipale. Ville de SAINT-BRIEUC ------------------------------- Conseil Municipal ---------------------- Séance du 27 juillet 2005 ----------------- Rapporteur : Mme RAULT ----------------- N 4 CREATION D'UN BUREAU

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

LES CHARGES LOCATIVES : JURISPRUDENCE ET RÉPONSES MINISTÉRIELLES

LES CHARGES LOCATIVES : JURISPRUDENCE ET RÉPONSES MINISTÉRIELLES INC document FICHE PRATIQUE J. 252 Juillet 2011 LES CHARGES LOCATIVES : JURISPRUDENCE ET RÉPONSES MINISTÉRIELLES Le bailleur engage des dépenses au titre du logement qu il loue. Certaines resteront à sa

Plus en détail

IMMEUBLE 9 / 11 AVENUE DE VILLARS PARIS

IMMEUBLE 9 / 11 AVENUE DE VILLARS PARIS PROJET BAIL IMMEUBLE 9 / 11 AVENUE DE VILLARS PARIS 7ème 1 Le présent contrat de bail est établi entre : Le Syndicat des Transports d'ile-de-france (STIF) Etablissement public à caractère administratif

Plus en détail

IMMOBILIER. le parcours de vente. du vendeur. www.notaires.paris-idf.fr

IMMOBILIER. le parcours de vente. du vendeur. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le parcours de vente les obligations du vendeur d un bien immobilier De manière générale, le vendeur d un bien immobilier a une obligation d information. À cet effet, la loi lui impose de remettre

Plus en détail

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION

CHAMP D APPLICATION DES DISPOSITIONS DU CODE DE LA CONSOMMATION INC document JURISPRUDENCE LE CRÉDIT À LA CONSOMMATION Malgré l existence des dispositions protectrices du code de la consommation, le contentieux reste abondant en matière de crédit à la consommation.

Plus en détail

Louez en toute Sérénité

Louez en toute Sérénité MK IMMOBILIER.ADMINISTRATEUR DE BIENS Louez en toute Sérénité 57, rue du Rendez-vous 75012 Paris Tél: 01 44 74 74 74 Site: www.mk-immobilier.com Fax: 01 73 76 93 56 mkimmo57@gmail.com cotegestion@gmail.com

Plus en détail