CÔTÉ CONSEILS LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 2015 LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS JANVIER 2015 SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CÔTÉ CONSEILS LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 2015 LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS JANVIER 2015 SOMMAIRE"

Transcription

1 CÔTÉ CONSEILS LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS JANVIER 2015 LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 2015 Olivier CHOURAQUI, AG2R LA MONDIALE Responsable du partenariat ECF Rémy LONGUEVILLE, AG2R LA MONDIALE Responsable national des partenariats La loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2015 a apporté, comme les précédentes, des modifications et/ou évolutions importantes pour vos clients en matière de protection sociale. Cette LFSS 2015 s ajoute aux évolutions inscrites dans la LFRSS pour 2014 ainsi que dans l ANI (Accord National Interprofessionnel) du et dans la loi sur la sécurisation de l emploi du , nous avons, dans un souci de simplification, distingué parmi les nouvelles mesures adoptées celles qui impactent les contributions et les cotisations et celles qui impactent la protection sociale. Nous en avons aussi profité pour rappeler certaines mesures pour 2015 qui sont, soit issues de LFSS précédentes (décret du sur les catégories objectives, décret du sur le panier minimal de soin et les cas de dispense d affiliation, LFSS 2013 et 2014 sur les traitements sociaux et fiscaux des dividendes ), soit issues de Réformes des retraites passées (rachat de trimestres pour professions libérales ). Par ailleurs, cette synthèse a pour objectif de permettre à vos collaborateurs de pouvoir répondre à certaines questions de vos clients, et aussi de les faire bénéficier d un «mémento» qu ils pourront utiliser tout au long de l année. Aussi, pour balayer les différents points d un seul coup d œil, nous avons indiqué, dans le sommaire qui suit, les principaux points de vigilance à garder en mémoire face à chacune des dispositions. SOMMAIRE Nous vous en souhaitons une bonne utilisation, en vous rappelant que votre conseiller AG2R LA MONDIALE reste à votre disposition pour faire bénéficier vos collaborateurs d une formation sur ce sujet re PARTIE : mesures portant sur les contributions et les cotisations 08 2 e PARTIE : mesures portant sur la protection sociale 11 INTERVIEW 12 3 e PARTIE : rappel des mesures LFSS précédentes avec points de vigilance pour e PARTIE : rappel des autres mesures avec effets courant sur 2015

2 LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ POUR TOUS 2 CÔTÉ CONSEILS/FÉVRIER 2015 SYNTHÈSE DE LA LOI DE FINANCEMENT RECTIFICATIVE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 2014 ET DE LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE POUR 2015 Par Franck GISCLARD, Chargé de missions AG2R LA MONDIALE LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS UTILISÉES LFSS : Loi de Financement de la Sécurité Sociale LFRSS : Loi de Financement rectificative de la Sécurité Sociale PASS : Plafond Annuel de la Sécurité Sociale PMSS : Plafond Mensuel de la Sécurité Sociale CSS : Code de la Sécurité Sociale PSC : Protection Sociale Complémentaire AVA : régime RSI pour artisans ORGANIC : régime RSI pour commerçants et industriels PS : Prélèvements sociaux TSCA : Taxe sur les conventions d assurance CGI : Code Général des impôts IJ : Indemnités Journalières MSA : Mutualité Sociale Agricole PV : Procès Verbal ANI : Accord National Interprofessionnel PE : Primes d émission CC : Comptes courants d associés EPIC : Etablissement public à caractère industriel et commercial CASA : Contribution additionnelle de solidarité pour l autonomie FNAL : Fond national d aide au logement AT/MP : Accident du travail/ Maladies professionnelles CE : Comité d entreprise CNAVPL : Caisse Nationale d Assurance Vieillesse des Professions Libérales

3 LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS 1 re PARTIE : MESURES PORTANT SUR CONTRIBUTIONS ET COTISATIONS 1. Point de vigilance : période transitoire 2. Point de vigilance : extension aux cotisations CASA, FNAL et AT/MP 3. Point de vigilance : extension aux TNS 4. Point de vigilance : sanctions alourdies 1. Contrats de frais de santé responsables : date d application décalée au Dispositif de réduction de charges «Fillon» : révision du dispositif au Cotisations allocations familiales : baisse des taux au Défaut d affiliation à un organisme de Sécurité sociale 2 e PARTIE : MESURES PORTANT SUR LA PROTECTION SOCIALE 1. Point de vigilance : décret pour effet Point de vigilance : conditions à respecter 3. Point de vigilance : conditions d extensions 4. Point de vigilance : une prestation qui peut être inférieure à celle d un TNS 1. Allocations familiales : modulation de la prestation 2. Extension du tiers payant intégral aux bénéficiaires de l ACS 3. Non-salariés agricoles : extension des IJ AT/MP pour conjoints collaborateurs et aides familiaux 4. Capital décès régime salarié : modification du calcul 3 e PARTIE : RAPPEL DES MESURES LFSS PRÉCÉDENTES AVEC POINTS DE VIGILANCE SUR Point de vigilance : rachat temporaire ouvert jusqu au , 2. Point de vigilance : modification importante du critère 2 3. Point de vigilance : confirmation des cas de dispenses d affiliation 4. Point de vigilance : assiettes fiscales et sociales non identiques depuis le Point de vigilance : iniquité de traitement entre mandataires majoritaires de SARL et de SA/SAS 6. Point de vigilance : impacts sur arbitrages rémunération /dividendes pour dirigeants non-salariés et pour dirigeants salariés 7. Point de vigilance : impacts du décret du Point de vigilance : pénalités en cas de non-respect de l obligation 9. Point de vigilance : automaticité dès LFSS 2006 et décret du : rachat de trimestres pour conjoints collaborateurs 2. LFSS 2011 : catégories objectives et décret du LFSS 2011 et ANI du : décrets du et du LF et LFSS 2014 : assiette de calcul limites sociales et fiscales régimes de PSC : impact de l art4 de la LF pour LFSS 2013 et 2014 et traitement social des dividendes 6. LFSS 2013, 2014 et LF LFSS 2014 et Déclaration Sociale Nominative 8. LFSS 2014 : dématérialisation et paiement des cotisations pour salariés, salariés agricoles et TNS non agricoles 9. LFSS 2014 : régularisation anticipée des cotisations pour TNS 4 e PARTIE : RAPPEL AUTRES MESURES AVEC EFFETS COURANTS SUR Point de vigilance : rachat temporaire ouvert jusqu au Point de vigilance : entrée en vigueur des dispositifs. 1. Rachat de trimestres professions libérales : art. 59 réforme des retraites Portabilité des régimes de santé et de prévoyance : ANI du 11/01/2013 et loi de sécurisation de l emploi du 14/06/2013

4 LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE CÔTÉ CONSEILS / JANVIER re PARTIE : MESURES PORTANT SUR LES CONTRIBUTIONS ET LES COTISATIONS 1 CONTRATS DE FRAIS DE SANTÉ RESPONSABLES : ART. 14 LFRSS 2014 Pour rappel, seuls les contrats de frais de santé responsables bénéficient : des exonérations de cotisations sociales sur la part patronale des cotisations finançant un contrat de santé collectif à adhésion obligatoire (limites sociales régimes de prévoyance complémentaire souscrits dans le cadre de l art. 83 du CGI), de la déductibilité fiscale des cotisations dans le cadre de la fiscalité Madelin (art 154 bis du CGI), du taux réduit à 7 % de la taxe sur les conventions d assurance (TSCA) au lieu du taux normal passé de 9 % à 14 % depuis le (art 19 LFSS 2014). De façon à favoriser la diffusion des contrats responsables, notamment suite à la généralisation de la couverture santé prévue par l ANI du 11/01/2013 et par la loi de sécurisation de l emploi du 14/06/2013, l art. 56 de la LFSS 2014 a prévu de revoir la définition des contrats responsables en prévoyant de revoir à la hausse d un côté certaines bases minimales de remboursement pour certaines garanties (plancher) et de revoir d un autre côté certains niveaux maximum de garanties pris en charge (plafond) par ces contrats, de façon notamment à éviter les dérives sur certaines pratiques tarifaires excessives ou abusives. Initialement, cette nouvelle définition devait s appliquer à compter du mais du fait des retards pris dans la parution du décret devant fixer ces nouvelles modalités, l art 14 de la LFRSS pour 2014 parue au JO le a décalé la prise d effet de cette nouvelle définition au Par conséquent, les contrats de santé individuels ou collectifs, conclus ou renouvelés à compter de cette date, devront répondre au nouveau contenu du contrat responsable à compter de cette même date. Par contre, cette même LFRSS a par ailleurs institué une période transitoire pour les régimes de santé collectifs à adhésion obligatoire jusqu au pour ceux conclus avant cette LFRSS, soit avant le Ces éléments ont été repris dans le décret du paru au JO le , encadrant la nouvelle définition de ces contrats responsables à compter du Entrée en vigueur du décret du 18 novembre 2014 : Au 1 er avril 2015 pour les contrats, les bulletins d adhésion ou les règlements conclus, souscrits ou renouvelés à compter de cette date. Ainsi, un contrat souscrit avant le 1 er avril 2015 devra se mettre en conformité au moment du premier renouvellement intervenant postérieurement au 1 er avril 2015, soit dans la majorité des cas au 1 er janvier Au plus tard au 31 décembre 2017 pour les contrats et les bulletins d adhésion résultant d une obligation déterminée par l un des actes juridiques prévus à l article L du code de la Sécurité sociale (contrats collectifs

5 LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS souscrits en application d un accord collectif, référendum ou DUE) et ayant été conclu avant le 9 août Toutefois, le projet de circulaire DSS admet que les modifications apportées à des actes avant la publication du décret d application, c est-à-dire le 19 novembre 2014, ne remettent pas en cause le bénéfice de la période transitoire. : Bénéfice de la période transitoire Les contrats pouvant bénéficier de la période transitoire devront se mettre en conformité avec le décret à la date d entrée en vigueur de la prochaine modification de l accord collectif, du référendum ou de la DUE ayant mis en place le régime. Sachant que les régimes frais de soins de santé devront être mis en conformité avec le contenu du décret du 8 septembre 2014 sur le panier de soins au plus tard au 1 er janvier 2016, la date du 31 décembre 2017 semble théorique. Toutefois, le projet de circulaire interministériel (Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes et Ministère des finances) transmis le 10 décembre 2014 précise que lorsque le régime est modifié à compter du 19 novembre 2014 (date de publication au Journal Officiel du décret du 18 novembre 2014), pour les contrats en vigueur au 1 er avril 2015, le bénéfice de la période transitoire est maintenu jusqu au renouvellement du contrat ou du bulletin d adhésion ou jusqu à la prochaine échéance de celui-ci. Par conséquent, le nouveau cahier des charges des contrats responsables s appliquerait au moment du renouvellement du contrat, soit donc dans la majorité des cas au 1 er janvier S agissant de la notion de «modification du régime» toute modification du régime fait perdre le bénéfice de la période transitoire (mise en conformité des catégories ). Cependant, le projet de circulaire précise également que la simple mise en œuvre d une clause d indexation des taux de cotisations contenue dans l acte juridique mentionnée à l article L du code de la Sécurité sociale ne remet pas en cause le bénéfice de ladite période de transition. Il a été demandé à la DSS que seules les modifications du régime nécessitant une modification du contrat d assurance soient concernées. Remarque : La TSCA fusionne avec la TSA (Taxe de solidarité additionnelle) en application de l art 22 de la LFSS DISPOSITIF DE RÉDUCTION DE CHARGES «FILLON» : ART. 2 LFRSS 2014 Rappels : actuellement, le dispositif de réduction dégressif de charges dit «Fillon» s applique aux cotisations patronales d assurances sociales (assurancemaladie, assurance-vieillesse) et d allocations familiales, son taux est fonction de l effectif de l entreprise : 28,10 % au niveau du SMIC pour les entreprise de moins de 20 salariés et 26 % pour les autres, le bénéfice de cette réduction dégressive concerne les rémunérations comprises entre 1 et 1,6 SMIC. Au : le dispositif sera élargi à la Contribution Additionnelle de Solidarité Autonomie (CASA), à la nouvelle cotisation pour FNAL et sous certaines conditions et limites aux cotisations AT/MP, la réduction continuera à ne concerner que les rémunérations comprises entre 1 et 1,6 SMIC, au niveau du SMIC, le coefficient maximal devrait être égal à la somme des taux des cotisations d assurances sociales (assurance-maladie, assurancevieillesse) et d allocations familiales, de la CASA, de la FNAL et des taux AT/MP pour leur part minimale commune à toutes les entreprises hors accidentalité.

6 LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE CÔTÉ CONSEILS / JANVIER 2015 Remarque : selon le PLFSS, un taux unique de réduction devait être appliqué et ne devait plus être fonction de l effectif (à priori 28,15 % selon le rapport du sénat du ). au final, du fait que la cotisation FNAL est différente pour les entreprises de plus ou moins de 20 salariés (Art 29 LFR du 29/12/2014), deux formules de calculs sont maintenues en fonction de l effectif (décret du ) : entreprises de moins de 20 salariés : 0,2795/0,6 x [1,6 x (SMIC annuel/ rémunération annuelle brute) 1] entreprises d au moins 20 salariés : 0,2835/0,6 x [1,6 x (SMIC annuel/ rémunération annuelle brute) 1] la réduction s appliquera d abord aux cotisations d assurances sociales et d allocation familiales, puis sur la nouvelle cotisation FNAL, puis sur la CASA et ne s appliquera ensuite sur les cotisations AT/MP que si le montant de la réduction est supérieur au montant de ces cotisations et ce, sous une double limite qui devra être fixée par arrêté, la réduction ne s applique pas aux cotisations AT/MP pour leur part représentative de l accidentalité. 3 COTISATIONS ALLOCATIONS FAMILIALES : ART. 2 LFRSS 2014 Rappel : La LFSS pour 2014 a réduit au la cotisation allocations familiales pour salariés (régime général et régime agricole) et non-salariés de 5,40 % à 5,25 % en compensation de la hausse de la cotisation patronale vieillesse de 0,15 % instaurée par la réforme des retraites de Pour les employeurs entrant dans le champ de la réduction «Fillon», l art 2 de la LFRSS pour 2014 poursuit cet effort de baisse avec effet au (décret du ) : pour les rémunérations inférieures à 1,6 SMIC, le taux de la réduction sera de 1,8 % soit un taux d allocations familiales ramené de 5,25 % à 3,45 %, pour les rémunérations supérieures à 1,6 SMIC, le taux restera fixé à 5,25 %. Remarque : Le gouvernement a annoncé que cette baisse de 1,8 % serait appliquée à l ensemble des salaires inférieurs à 3,5 SMIC dès Pour les non-salariés (agricoles et non-agricoles), le décret du précise que cette baisse sera de 3,1 % soit un taux de cotisations ramené de 5,25 % à 2,15 % à compter du : cette réduction est dégressive et s applique pour les revenus compris entre 1,1 PASS et 1,4 PASS selon les modalités définies par ce même décret. 4 DÉFAUT D AFFILIATION À UN ORGANISME DE SÉCURITÉ SOCIALE (ART 90 LFSS 2015) Rappel des faits et communiqué de la DSS du : La Direction de la Sécurité sociale tient à rappeler l obligation de s affilier et de cotiser à la Sécurité sociale à la suite de différents articles ou émissions de radio annonçant une nouvelle fois, à tort, la fin du «monopole de la Sécurité sociale». Ces articles font suite à un arrêt de la Cour de Justice de l Union européenne du 3 octobre 2013 portant sur le champ de la directive 2005/29/CE relative aux pratiques commerciales déloyales des entreprises (Affaire C-59/12 - BKK Mobil Oil Körperschaft des öffentlichen Rechts contre Zentrale zur Bekämpfung unlauteren Wettbewerbs ev). Dans cet arrêt, la Cour estime que si un organisme de droit public en charge d une mission d intérêt général mène à titre subsidiaire des opérations commerciales, ce qui était le cas de l organisme allemand en cause dans l affaire, il doit respecter les dispositions de la directive 2005/29/CE pour ce type d opérations.

7 LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS POUR PLUS D INFORMATIONS Voir le site : sociale.fr/le-monopole-de-la- Securitesociale Contrairement à ce qui est soutenu, cette décision ne change rien à la nature des activités poursuivies par la Sécurité sociale française, ni à l obligation de cotiser auprès de celle-ci. Conformément à la jurisprudence constante de la Cour de Justice de l Union européenne, n étant pas de nature économique, ces activités ne sont pas soumises au droit européen de la concurrence, auquel peut être rattaché l arrêt précité. Alors que la Direction de la Sécurité sociale a régulièrement rappelé les règles applicables, les mouvements qui propagent ces fausses informations depuis plusieurs années tentent de susciter un regain d attention envers leurs allégations, notamment via les réseaux sociaux, en instrumentalisant les arrêts de la Cour de Justice de l Union européenne. Les assurés sont donc appelés à la plus grande vigilance face aux informations erronées et trompeuses qui circulent et qui ont pour seul objectif de remettre en cause le système français de Sécurité sociale. Il est rappelé que le code de la Sécurité sociale prévoit des sanctions pénales alourdies depuis 2007 (une peine de 6 mois de prison et/ou une amende de ) contre toute personne qui incite les assurés sociaux à refuser de s affilier à un organisme de Sécurité sociale ou de payer les cotisations et contributions dues. Une fiche Infodoc-experts de l Ordre des Experts-Comptables a d ailleurs été réalisée sur ce sujet en cf extraits ci-dessous : «Depuis quelque temps, on entend dire que l on peut s abstenir de cotiser à la Sécurité sociale. Selon les personnes qui relaient ces propos, l obligation de cotiser à la Sécurité sociale, en particulier pour les travailleurs indépendants et les professions libérales, est contraire aux principes du droit européen. Mais il s agit de fausses informations, et les sanctions peuvent être lourdes.» «De plus, le contrat d assurance souscrit pour couvrir des risques couverts par la Sécurité sociale est entaché d une nullité d ordre public.» Les députés ont donc adopté un amendement repris dans l art 90 de la loi modifiant l art L du CSS visant à donner de nouveaux instruments dans la lutte contre les mouvements contestataires qui incitent de plus en plus d assurés à se désaffilier et qui remettent en cause le système solidaire et universel de la Sécurité sociale française. La peine d emprisonnement serait portée de 6 mois à 2 ans et le montant de l amende serait doublé pour atteindre L article 90 introduit également de nouvelles peines pour toute personne qui refuserait délibérément de s affilier ou qui persisterait à ne pas engager les démarches nécessaires à son affiliation : les sanctions sont de 6 mois d emprisonnement et/ou d amende.

8 LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE CÔTÉ CONSEILS / JANVIER e PARTIE : MESURES PORTANT SUR LA PROTECTION SOCIALE 1 ALLOCATIONS FAMILIALES : MODULATION DE LA PRESTATION (ART. 85 LFSS 2015) Dispositif actuel : les allocations familiales sont actuellement uniformes quel que soit le niveau de revenus des assurés, le montant de l allocation est actuellement de 129,35 /mois pour un foyer avec deux enfants, en revanche, la cotisation allocations familiales (100 % employeurs) est assise sur le revenu brut de l assuré sans limite. Dispositif prévu : L art 85 prévoit de moduler le montant des allocations familiales en fonction du revenu de la personne ou du couple ; ce montant serait divisé par 2 pour un revenu > à net/mois et divisé par 4 pour un revenu > à net/ mois pour un foyer avec 2 enfants, la cotisation allocations familiales (100 % employeurs) restant toujours assise sur le revenu brut de l assuré sans limite. Cette mesure entrerait en vigueur au plus tard au Le conseil constitutionnel a jugé conforme cet article suite au recours qui avait été déposé, mais a toutefois formulé une réserve d interprétation portant particulièrement sur la fixation des critères de ressources et de montants d allocations qui doivent être fixés par décret et qui devront donc respecter une forme d adéquation avec le principe de solidarité nationale d aide aux Familles. 2 EXTENSION DU TIERS-PAYANT INTÉGRAL AUX BÉNÉFICIAIRES DE L ACS (ART. 41 LFSS 2015) Pour améliorer les soins des personnes aux revenus modestes, la Loi étend aux bénéficiaires de l ACS le bénéfice du tiers-payant intégral jusqu alors réservé uniquement aux bénéficiaires de la CMU-C. Cette mesure doit entrer en vigueur au et devra être précisée par décret. le bénéfice du tiers-payant serait subordonné : à l acceptation par les bénéficiaires de l ACS de la délivrance, sauf cas spécifiques, de médicaments génériques, au respect du parcours de soins et de la désignation d un médecin traitant.

9 LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS 3 EXTENSION DES IJ AT/MP AUX COLLABORATEURS D EXPLOITANTS AGRICOLES (ART. 83 LFSS 2015) Pour rappel, les LFSS 2013 et 2014 sont déjà venues améliorer la protection sociale des travailleurs non salariés agricoles : LFSS 2013 : IJ pour arrêts maladie : mise en place d indemnités journalières en cas d arrêt de travail pour maladie ou accident de la vie privée (seuls les arrêts pour AT/MP étaient indemnisés) en contrepartie d une cotisation forfaitaire de 170 /an, LFSS 2014 : Prestation complémentaire pour recours à tierce personne : le taux d incapacité requis pour le bénéfice de la prestation complémentaire pour recours à tierce personne en cas d accident du travail est aligné sur celui applicable dans le régime des salariés à compter du (le taux d incapacité requis pour les non-salariés agricoles pour le bénéfice de cette prestation est donc ramené de 100 % à 80 %). L art 83 de la LFSS 2015 étend aux collaborateurs et aux aides familiaux d exploitations agricoles ou d entreprise agricole (ainsi qu aux associés d exploitation), le bénéfice des indemnités journalières AT/MP. Cette mesure s applique pour les arrêts prescrits à compter du L indemnité sera égale à une fraction du gain forfaitaire annuel qui doit être fixé par arrêté ministériel et devrait être majorée au-delà d une certaine période qui doit être fixée par décret. 4 MODIFICATION DU CALCUL DU CAPITAL DÉCÈS POUR SALARIÉ (ART 72 LFSS 2015) Dispositif actuel : le capital décès versé aux ayants-droits est équivalent aux 3 derniers mois de salaire dans la limite du PASS, soit un maximum de pour 2014 (3 x PMSS soit 3 x ) sans pouvoir être inférieur à 375,48 (valeur 2014). La prestation est donc actuellement fonction du revenu brut de l assuré limité au PASS alors que la cotisation est assise sur le revenu brut sans limite. L art 72 rend forfaitaire à compter du ce capital de façon à ce que la prestation versée aux ayants-droits soit indépendante du niveau de revenu de l assuré décédé. Selon le projet de loi, ce capital forfaitaire devait être basé sur un multiple du SMIC mensuel. Le décret du a fixé le montant du capital décès pour 2015 à (ce capital sera revalorisé tous les ans au 01.04). La prestation sera donc forfaitaire quel que soit le revenu brut de l assuré alors que la cotisation restera assise sur le revenu brut sans limite. Remarque : Cette même modification a déjà été apportée sur le calcul des IJ en cas d arrêt maladie pour les arrêts de travail ayant débuté depuis le 01/01/2012, le montant maximal de l indemnité journalière n étant plus calculé sur 50 % du PMSS mais sur 50 % de 1,8 x le SMIC mensuel soit 42,77 maximum/jour au lieu de 51,44 maximum/jour si l ancien mode de calcul avait été maintenu soit 17 % de baisse de prestation. (Valeurs 2014). La prestation arrêt de travail pour maladie pour un salarié est donc devenue inférieure à celle d un TNS relevant du RSI depuis cette date.

10 LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE CÔTÉ CONSEILS / JANVIER 2015 I.J SALARIÉS 50 % du revenu limité à 1,8 x le SMIC/365 Soit 42,77 /jour maxi I.J RSI ARTISANS-COMMERÇANTS 50 % du revenu limité au PASS/ 365 Soit 51,44 /jour maxi La prestation décès pour un salarié est devenue également inférieure à celle d un TNS qui reste fonction d un multiple du PASS avec, de plus, des majorations pour enfants à charge. CAPITAL DÉCÈS SALARIÉS Capital forfaitaire indépendant du revenu fixé à pour 2015 Pas de majoration pour enfants à charge Pas de prestation en cas de décès pendant la retraite CAPITAL DÉCÈS RSI ARTISANS-COMMERÇANTS Capital forfaitaire équivalent à 20 % du PASS soit 7 509,60 majoré de 5 % par enfant à charge Soit un capital de 30 % du PASS (11 264,40 ) pour un assuré avec 2 enfants à charge Prestation décès égale à 8 % du PASS si décès pendant la retraite sous certaines conditions* * À condition que : l assuré retraité ait acquis 80 trimestres d assurance en tant qu artisan ou commerçant ; son activité indépendante (artisanale ou commerciale) soit sa dernière activité ; le ou les ayants droit en fassent la demande dans un délai maximum de 2 ans suivant le décès du retraité.

11 LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS INTERVIEW DE FRANCK GISCLARD, CHARGÉ DE MISSION AG2R LA MONDIALE À RETENIR En clair, l impact de la nouvelle définition du contrat responsable, qui va donc entraîner une mise en conformité pour les régimes mis en place avant le 01 avril 2015, est bien plus important que la généralisation de la complémentaire santé prévue pour le 01 janvier 2016 au plus tard, même si une période transitoire a été prévue pour les régimes collectifs a adhésions obligatoire mis en place avant le 09 août Que retenir de ces deux lois, LFRSS 2014 et LFSS 2015, qui vont impacter l année en cours? Nous allons essentiellement retenir la mise en place de la nouvelle définition des nouveaux contrats responsables qui va prendre effet au 01 avril 2015, car le nonrespect de ces nouvelles conditions pour les contrats souscrits ou renouvelés à compter de cette date fera perdre les avantages sociaux et/ou fiscaux qui y sont associés. Nous pouvons en profiter pour bien noter, qu à la différence du panier minimal de soins qui ne concerne que les régimes collectifs de santé pour salariés et qui prendra effet au plus tard au 01 janvier 2016, la nouvelle définition des contrats responsables -qui prendra donc effet plus tôt- concerne par contre l ensemble des régimes de santé qu ils soient collectifs à adhésions obligatoires donc pour les salariés ou qu ils soient individuels sous la fiscalité Madelin donc pour les non-salariés. Existent-t-ils des manques ou des lacunes dans cette LFSS 2015? Dans toutes les LFSS précédentes il existe des manques, mais on peut dire que celle-ci a manqué l occasion de rééquilibrer le traitement social des dividendes dans notre pays Alors qu un amendement avait été intégré dans le PLFSS pour soumettre également à cotisations sociales les dividendes pour mandataires majoritaires en SA/SAS, cette mesure a été supprimée du texte définitif, ce qui est totalement incohérent pour deux raisons : Tout d abord comment expliquer que le traitement fiscal soit le même que l on soit salarié ou non-salarié alors que le traitement social est différent? C est incohérent Ensuite, dans un pays où le régime de retraite par répartition est intergénérationnel et basé sur le principe de solidarité - c est à dire que nous cotisons pour ceux qui sont à la retraite aujourd hui - pourquoi seuls les dirigeants non-salariés participent pleinement à cette solidarité. C est également incohérent, d autant que ce système subit un déséquilibre financier D autres choses pour 2015? Oui, de nombreuses choses bien sûr mais, pour faire le lien avec ce que nous venons de dire, n oublions pas que la réforme des retraites du 21 janvier 2014, a non seulement modifié les paramètres majeurs de calculs, mais a également modifié l ensemble des dispositifs tels que le cumul emploi retraite, la retraite progressive ou les départs anticipés. C est donc une vraie réforme qui concerne l ensemble de nos clients. Sous-estimer les impacts de cette réforme sur leurs situations serait une erreur majeure

12 LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE CÔTÉ CONSEILS / JANVIER e PARTIE : RAPPEL DES MESURES LFSS PRÉCÉDENTES AVEC POINTS DE VIGILANCE POUR LFSS 2006 ET DÉCRET DU 07/09/2012 : RACHAT DE TRIMESTRES POUR CONJOINTS COLLABORATEURS Rappel : La LFSS 2006, suite à l obligation faite aux conjoints participants par la loi PME de 2005 de choisir un statut, avait prévu de faire bénéficier les conjoints collaborateurs de professions artisanales, industrielles et commerciales, de professionnels libéraux et d avocats non-salariés, d un nouveau mécanisme de rachat de trimestres spécifique et temporaire pour années incomplètes. Le décret du 07/09/2012 a enfin permis la mise en vigueur de ce nouveau mécanisme de rachat avantageux. Cette possibilité de rachat est temporaire car ouverte seulement jusqu au 31/12/ LFSS 2011 : CATÉGORIES OBJECTIVES ET DÉCRET DU (PARU AU JO LE AVEC EFFET À COMPTER DU ) Rappel : Les contributions patronales aux régimes de retraite supplémentaire et de prévoyance complémentaire sont exclues de l assiette des cotisations de Sécurité sociale dans certaines limites et sous certaines conditions. L art. 17 de la LFSS 2011 était venu préciser le caractère collectif du régime : les garanties doivent bénéficier à l ensemble des salariés ou à une partie d entre eux, dans ce cas, les salariés doivent appartenir à une catégorie établie à partir de critères objectifs qui seront déterminés par décret. Le décret du 9 janvier 2012 et la circulaire sociale du 25/09/2013 sont venus déterminer les critères objectifs pour la définition du caractère collectif et obligatoire des garanties de retraite supplémentaire et de prévoyance complémentaire ouvrant droit à exonération de cotisations de Sécurité sociale. Une lettre circulaire ACOSS du était également venue commenter ces dispositions dans le détail.

13 LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS le décret du n a pas remis en question la définition du critère 1 ainsi que les points principaux ci-dessous qui en découlent : les mandataires sociaux sans contrat de travail n étant pas salariés mais assimilés salariés (en application de l art L du code de la Sécurité sociale) ne peuvent relever du critère 3 ou du critère 4 faisant référence aux CCN d activité dont le périmètre ne concerne que les salariés, les mandataires sociaux, affiliés au régime général SS Art L311-3 CSS, relèvent de l art. 4 de la CCN des cadres du 14/03/1947 donc du critère 1 du décret, le rattachement au régime des mandataires sociaux sans contrat de travail doit être prévu par un PV d Assemblée Générale si SARL ou une délibération du conseil d administration si SA. En revanche, ce décret a revu la définition des critères 2 à 5 et donc des critères 2 et 3 qui bénéficient de la présomption de situation automatique, la modification la plus forte portant sur la nouvelle définition du critère 2. Critère 2 : définition selon circulaire sociale du : peuvent constituer une catégorie objective les salariés dont la rémunération est < ou égale à 1,3, 4 ou 8 PASS, les salariés dont la rémunération est > ou égale à 1,3 ou 4 PASS, par tolérance : les salariés dont la rémunération est < ou égale ou > ou égale à 2 PASS. Remarque : Les salariés ayant une rémunération > ou = à 8 PASS ne peuvent donc constituer à eux seuls une catégorie. Critère 2 : définition après décret du : peuvent constituer une catégorie objective les catégories définies par référence à un seuil de rémunération déterminé à partir de l une des limites inférieures des tranches ARRCO ou AGIRC, la limite inférieure de ces tranches correspond à 1 ou 4 PASS, les salariés dont la rémunération est > à 8 PASS (Tranche C) ne pouvant constituer seuls une catégorie. Par conséquent peuvent constituer une catégorie objective seuls les salariés dont la rémunération est < ou = à 1 ou 4 PASS ou > à 1 ou 4 PASS, une catégorie en référence à 2, 3 ou 8 PASS ne serait donc plus admise. Le décret étant d application immédiate, se pose la question de la validité des régimes mis en place avant le selon la définition donnée par la circulaire sociale du (des précisions sont attendues de la DSS sur ce point). 3 DISPENSES D AFFILIATION : DÉCRETS DU ET DU Rappel : Le décret du sur les catégories objectives pour régimes de PSC est venu confirmer les cas de dispenses d affiliation reprenant, en grande partie, ceux déjà énoncés dans le décret du et la circulaire sociale du

14 LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE CÔTÉ CONSEILS / JANVIER 2015 Les cas de dispenses confirmés par ce décret du sont résumés dans le tableau de synthèse ci-dessous : QUEL QUE SOIT LE MODE DE MISE EN PLACE DUE 1) Salariés présents lors de la mise en place X 2) CDD ou contrat de mission et apprentis supérieur ou égal à 12 mois* X 3) CDD ou contrat de mission et apprentis inférieur à 12 mois X 4) Salariés à temps partiel et apprentis dont l affiliation au régime les conduirait à s acquitter d une cotisation au moins égale à 10 % de leur rémunération brute X 5) Salariés bénéficiaires de la CMUC ou de l ACS* X 6) Salariés bénéficiaires d un contrat d assurance santé individuel lors de la mise en place des garanties ou de l embauche* 7) Salariés bénéficiant y compris en tant qu ayants droit d une couverture collective relevant de l un des dispositifs de prévoyance fixés par l arrêté du 26 mars 2012 * X X Contrat de mission = salariés intérimaires, Hormis le premier cas de dispense (salariés présent lors de la mise en place du régime), les dispenses d affiliation s appliquent quelle que soit la date d embauche des salariés concernés, Pour les cas de dispense signalés par *, le salarié concerné doit justifier chaque année par écrit d une couverture souscrite par ailleurs, Pour le cas de dispense n 1, il pourra être admis, pour l application des règles d exemption d assiette, qu il concerne également les DUE qui modifient un dispositif préexistant, lorsque cette modification consiste en une remise en cause du financement intégral du dispositif par l employeur, Pour le 5 cas, la dispense, qui doit être justifiée par tout document utile, peut jouer jusqu à la date à laquelle les salariés cessent de bénéficier de cette couverture ou de cette aide à l acquisition d une complémentaire santé (ACS) Pour le sixième cas, la dispense d affiliation est effective jusqu à échéance du contrat individuel et les salariés concernés doivent fournir l attestation d assurance avec mention de l échéance, Rappel des dispositifs de prévoyance concernés par le cas de dispense n 7 selon l arrêté du : Régime de prévoyance complémentaire collectif obligatoire, Régime local d assurance maladie du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle, Régime complémentaire d assurance maladie des industries électriques et gazières, Régime de prévoyance de la Fonction publique d Etat issu du décret n du 19 septembre 2007, Régime de prévoyance de la Fonction publique territoriale issu du décret n du 8 novembre 2011, Contrat d assurance de groupe «Madelin» issu de la loi n du 11 février 1994, Régime spécial de Sécurité sociale des gens de mer (ENIM), Caisse de prévoyance et de retraite des personnels de la SNCF (CPRPSNCF). Remarque : Les deux derniers cas ont été ajoutés par la circulaire sociale du (ENIM et CPRPSNCF).

15 LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS Le décret du sur le panier minimal de soin a repris les cas de dispenses du décret du pour régimes de PSC, par conséquent, dans le cadre de la généralisation de la complémentaire santé prévue au plus tard pour le , les salariés pourront, s ils le souhaitent, utiliser les cas de dispenses énoncés ci-dessus. les dispenses d adhésions doivent relever du libre choix du salarié, ce qui implique que chaque dispense résulte d une demande explicite du salarié, que l employeur devra être en mesure de produire en cas de contrôle, le décret du ayant précisé que l employeur doit informer le salarié des conséquences de son choix. 4 LF ET LFSS 2014 : ASSIETTES DE CALCULS LIMITES SOCIALES ET FISCALES RÉGIMES DE PSC Rappel : L art 4 de la Loi de Finances pour 2014 a supprimé l exonération fiscale pour le salarié sur la part patronale des cotisations finançant un régime de santé (et de celles éventuellement prises en charge par le CE). Ces cotisations doivent donc être ajoutées à la rémunération imposable du salarié depuis le 01/01/2013. En conséquence, les plafonds d exonération fiscale ont donc été révisés à la baisse rétroactivement au : AVANT LF 2014 APRÈS LF 2014 Plafond d exonération = 3 % de la rémunération annuelle brute + 7 % du PASS dans une limite globale de 3 % de 8 x le PASS Plafond d exonération = 2 % de la rémunération annuelle brute + 5 % du PASS dans une limite globale de 2 % de 8 x le PASS EXEMPLE Un salarié avec un revenu brut annuel de et pour lequel l employeur participe à hauteur de par an à un régime de santé collectif à adhésion obligatoire. Assiette de calcul limites fiscales : = Assiette de calcul limites sociales : supplémentaire : dans leur publication du , les services fiscaux ont précisé que la rémunération brute servant à déterminer l assiette de calcul des limites fiscales des régimes de prévoyance complémentaire ou de retraite supplémentaire doit s entendre de la rémunération brute avant déduction de la part salariale des cotisations sociales, mais à laquelle il convient d ajouter les cotisations patronales finançant un régime de santé, l URSSAF a par contre confirmé dans une publication du que la rémunération brute servant d assiette de calcul aux limites sociales des régimes de protection sociale complémentaire correspond à la rémunération soumise à cotisations de Sécurité sociale (art L 242-1), déduction faite des contributions des employeurs à des régimes de protection sociale soumis à cotisations de Sécurité sociale. Par conséquent, le revenu brut pris en compte par l administration fiscale pour le calcul des limites fiscales sera différent du brut retenu par l administration sociale puisque, pour les services fiscaux, ce brut sera augmenté de la part patronale finançant un régime de santé. Nous avons donc deux assiettes de calculs différentes et ce, rétroactivement depuis le , entre ces deux administrations alors que jusqu alors le revenu brut, servant aux calculs de ces limites, était identique entre ces mêmes administrations. Remarque : De ce fait, dans le cadre de la généralisation de la complémentaire santé prévue au plus tard pour prévoyant une part employeur minimale de 50 %, les limites fiscales des régimes de retraite et de prévoyance dans le cadre de l art 83 du CGI seront d autant plus relevées que l employeur mettra par exemple en place : soit des garanties supérieures au panier minimal avec maintien du minima de la part employeur à 50 %, soit se limitera au panier minimal mais avec une part employeur supérieure à 50 %.

16 LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE CÔTÉ CONSEILS / JANVIER LFSS 2013 ET 2014 : TRAITEMENT SOCIAL DES DIVIDENDES DES DIRIGEANTS NON-SALARIÉS Rappels des modifications des assiettes sociale et fiscale sur dividendes. La LFSS 2013 a aligné le traitement social des dividendes pour gérants majoritaires à l IS sur le traitement social des dividendes appliqué dans le cadre des SEL à compter du 01/01/2013. Ainsi, sont soumis à cotisations sociales les dividendes perçus par le travailleur indépendant, son conjoint ou son partenaire de Pacs ou ses enfants mineurs, pour leur part excédant 10 % du capital social, des primes d émission et des sommes versées en compte courant détenues en toute propriété ou en usufruit par ces mêmes personnes. La LFSS pour 2014 a aligné le traitement social des dividendes pour les nonsalariés agricoles à l IS sur celui qui est appliqué pour les gérants majoritaires de SARL à l IS depuis la LFSS de 2013 ainsi que pour les dirigeants de SEL depuis la LFSS de 2009 et a élargi l assiette sociale pour les non-salariés agricoles à l IR. Dorénavant, depuis le , l ensemble des dirigeants non-salariés (non agricoles et agricoles) paient des charges sociales sur dividendes. GÉRANT MAJORITAIRE E.I.R.L À L IS ART 62 AGRICOLE ART 62 NON AGRICOLE S.E.L LFSS 2014 LFSS 2013 LFSS 2009 Dividendes > à 10 % capital social + PE + CC d associés Dividendes > à 10 % biens affectés au patrimoine professionnel ou 10 % du BIC si ce montant est supérieur (loi du 15/06/2010) Constats : le traitement fiscal des dividendes est identique que l on soit dirigeant salarié ou non-salarié, en revanche, le traitement social des dividendes entre ces deux catégories de dirigeants est différent. un amendement (N 876) avait été introduit dans l art 12 bis du PLFSS pour 2015 pour aligner le traitement social des dividendes des dirigeants majoritaires de SA et SAS sur celui des gérants majoritaires de SARL et de SEL, cet art 12 bis a été supprimé par le Sénat dans le PLFSS à la demande du gouvernement, par mesure d équité, un art 17 quater avait été introduit par le Sénat dans le PLFSS pour supprimer également les charges sociales sur dividendes pour gérants majoritaires ( art L du CSS alinéa 3 du CSS), cet art 17 quater a été supprimé de la LFSS Conclusion : Une iniquité sociale de traitement subsiste donc sur ce sujet entre les mandataires majoritaires de SA/SAS (dirigeants assimilés salariés) et les mandataires majoritaires de SARL/SEL (dirigeants non-salariés). De ce fait, seuls les dirigeants non-salariés participent pour l instant sur leurs dividendes à l effort de sauvegarde de notre système de retraite reposant pourtant sur un principe de solidarité entre les générations (système dit intergénérationnel). 6 LFSS 2013 ET 2014 : IMPACTS SUR ARBITRAGES RÉMUNÉRATIONS/DIVIDENDES POUR DIRIGEANTS SALARIÉS ET DIRIGEANTS NON-SALARIÉS Au-delà de l alignement du traitement social des dividendes pour gérants majoritaires à l IS sur le traitement social des dividendes appliqué dans le cadre des SEL à compter du 01/01/2013,

17 LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS La LF 2013 a de son côté : supprimé l option PFL (21%), aligné la CSG déductible du revenu du capital sur revenu du travail pour passer de 5,80 % à 5,10 %, supprimé les abattements de pour couple ou pour personne seule. La conjonction de ces modifications, sociales et fiscales, a modifié le rendement d une distribution de résultat sous forme de dividendes. Côté dirigeant non salarié (non agricole) : le rendement entre de résultat distribué ou versé sous forme de rémunération s est fortement resserré, pour les clients ayant une TMI < ou = à 30 %, le rendement d une rémunération en art. 62 est très souvent supérieur aux dividendes soumis à charges sociales. RÉSULTAT AFFECTÉ EN RÉMUNÉRATION DE GÉRANCE ART. 62 RÉSULTAT BÉNÉFICIANT DU TAUX IS RÉDUIT À 15 % DISTRIBUÉ EN DIVIDENDES ET CHARGÉS SOCIALEMENT Résultat avant impôts Solde si TMI à 30 % Rendement technique 55 % 54 % Solde si TMI à 41 % Rendement technique 47 % 50 % Valeurs 2014 Côté dirigeant salarié : le rendement optimal reste la distribution dans le taux IS réduit à 15 % et soumis aux prélèvements sociaux à 15,50 % mais non contributifs de droits, le rendement entre du résultat affecté en salaire sur la part > au PASS ou du résultat distribué en dividendes soumis au taux normal d IS à 33,33 % et aux PS à 15,50 % étant relativement proche, il est nécessaire de bien analyser les impacts de ce type d arbitrage sur la protection sociale du dirigeant. RÉSULTAT AFFECTÉ EN SALAIRE PARTIE > AU PASS (TR B) RÉSULTAT BÉNÉFICIANT DU TAUX IS RÉDUIT À 15 % DISTRIBUÉ EN DIVIDENDES ET SOUMIS AUX PS À 15,50 % RÉSULTAT AU TAUX IS NORMAL À 33,33 % DISTRIBUÉ EN DIVIDENDES ET SOUMIS AUX PS À 15,50 % Résultat avant impôts Solde si TMI à 30 % Rendement technique 43 % 58 % 45 % Solde si TMI à 41 % Rendement technique 37 % 53 % 41 % Valeurs 2014 pour un dirigeant non salarié, la rémunération de gérance peut produire un rendement supérieur à une distribution de dividendes, pour un dirigeant salarié, il est nécessaire de bien mesurer l intérêt de continuer à distribuer des dividendes pour la part de résultat soumis au taux IS normal sans protection sociale par rapport à l intérêt d affecter ce même résultat en salaire générateur de protection sociale pour le dirigeant.

18 LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE CÔTÉ CONSEILS / JANVIER DÉCLARATION SOCIALE NOMINATIVE : DSN ANTICIPÉE À COMPTER DU Destinée à faciliter la vie des entreprises en simplifiant et en allégeant leurs formalités, la Déclaration Sociale Nominative (DSN) vise à remplacer les déclarations sociales issues de la paie par une déclaration unique adressée par l employeur mensuellement et de façon automatique via son logiciel de paie. La généralisation de la DSN est prévue progressivement et de façon facultative avec une application obligatoire prévue pour l ensemble des employeurs au 01/01/2016. Les employeurs concernés sont : les employeurs de personnels salarié ou assimilé salarié, à l exception des particuliers employeurs de salariés relevant des dispositifs chèque emploiservice universel (Cesu) et Pajemploi, les employeurs ayant recours à un tiers pour l accomplissement de leurs déclarations sociales. L art. 27 de la LFSS 2014 avait prévu qu un décret fixe les conditions pour lesquelles la DSN deviendra obligatoire de façon anticipée au plus tard au 01/07/2015 pour certains employeurs en fonction du montant annuel de leurs cotisations. Le décret du paru au JO le a fixé les seuils et conditions pour lesquels la DSN anticipée devient obligatoire. L art 4 du décret précise que l obligation s appliquera aux paies effectuées à compter du Les entreprises concernées devront donc transmettre la DSN à partir du lorsque les cotisations de Sécurité sociale sont acquittées mensuellement, et à compter du pour les autres cas (la DSN sera donc à transmettre au plus tard le 5 du mois civil suivant lorsque les cotisations sont déjà acquittées à cette date ou le 15 du mois civil suivant dans les autres cas soit à partir des 5 et 15 mai 2015). Le décret précise également que c est le montant des cotisations et contributions sociales dues au titre de l année 2013 qui fixe l obligation de souscrire à la DSN de façon anticipée. Les seuils sont donc fixés de la façon suivante : 2 millions d et plus pour les employeurs qui souscrivent eux-mêmes leurs déclarations sociales, 1 million d pour les employeurs qui ont recours à un tiers déclarant dès lors que ce dernier déclare pour l ensemble de son portefeuille un montant de 10 millions d euros, Sont également concernés les Etablissement Public Industriels et Commercial (EPIC) qui ont versé plus de 2 millions d en 2013 et pour lesquels plus de 50 % de l effectif salarié dépend du droit privé. Précisions sur la notion de tiers déclarant : le tiers déclarant est une personne physique ou morale qui, à titre professionnel, assure les déclarations sociales pour le compte de plusieurs entreprises clientes. Sont considérés comme tiers déclarant : Les cabinets d expertises-comptables Les Centres de Gestion agréés (CGA) Les prestataires de service dans le domaine de la paie L art 2 du décret précise que pour l appréciation des seuils sont pris en compte tous les prélèvements recouvrés par l organisme assurant le recouvrement des cotisations et contributions sociales mais sans tenir compte des majorations et des pénalités.

19 LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS L art 3 du décret précise qu il sera appliqué une pénalité en cas de : Défaut de production de la DSN, Omission de salariés, Inexactitudes des rémunérations déclarées. Calculs des pénalités : 7,50 par salarié (8 par salarié pour le régime agricole) Le total des pénalités ne peut excéder 750 par bordereau pour les entreprises de moins de salariés et pour les autres En cas de retard > à un mois, une pénalité identique sera automatiquement appliquée pour chaque mois ou fraction de mois de retard. 8 LFSS 2014 : DÉMATÉRIALISATION DES DÉCLARATIONS ET PAIEMENTS DES COTISATIONS POUR SALARIÉS, SALARIÉS AGRICOLES ET TNS NON AGRICOLES L art. 27 de la LFSS 2014 avait prévu de déterminer par décret les modalités et les seuils de dématérialisation obligatoire des déclarations et paiement des cotisations et contributions sociales auprès des organismes de recouvrement du régime général et du régime des salariés agricoles. Ce décret devait instituer un abaissement progressif de ces seuils afin de favoriser le développement de la déclaration sociale nominative par les entreprises avant sa généralisation obligatoire. Les décrets du et du sont venus apporter ces précisions. L obligation de déclarer et de verser les contributions et cotisations sociales à l URSSAF par voie électronique s impose : aux employeurs du régime général, du régime des salariés agricoles et des régimes spéciaux redevables de cotisations et contributions sociales d un montant supérieur à au au titre de l année précédente ; ce seuil sera abaissé à au , aux travailleurs indépendants non agricoles redevables de cotisations et contributions sociales d un montant supérieur à au (au lieu de jusqu à présent) au titre de l année précédente. Remarque : Le décret du précise que si le dernier revenu d activité connu (2013) est supérieur à 50% du PASS de l année en cours (soit pour 2015), la déclaration des revenus de 2014 devra être obligatoirement dématérialisée pour A compter du , ce seuil sera abaissé à 20% du PASS. aux travailleurs indépendants relevant du régime des autoentrepreneurs dont le dernier chiffre d affaires déclaré ou dernières recettes déclarées pour 2014 excèdent pour une activité commerciale ou pour une activité de prestations de service, aux employeurs publics (associations, EPIC, Sociétés d économie mixte) redevables de cotisations et contributions sociales d un montant supérieur à au ; ce seuil sera abaissé à au Le non-respect des obligations de déclarations ou de versements dématérialisées entrainera l application de pénalités prévues en cas de nonrespect des seuils de dématérialisation obligatoire des déclarations et du paiement des cotisations dans le régime général. (Art D du CSS). Point de vigilance supplémentaire L art 29 de la LFSS pour 2015 crée également une obligation pour les nonsalariés agricoles d effectuer par voie dématérialisée les déclarations et le paiement de leurs cotisations et contributions sociales dès lors que leurs montants dépasseront un seuil qui devrait être fixé par décret et qui devrait être fonction de leur revenu professionnel.

20 LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE CÔTÉ CONSEILS / JANVIER LFSS 2014 : RÉGULARISATION ANTICIPÉE DES COTISATIONS SOCIALES POUR TNS L art 26 de la LFSS 2014 a généralisé la régularisation anticipée des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants. Pour rappel, la régularisation anticipée des cotisations est déjà possible depuis le 01/01/2013 mais nécessite une demande de l assuré. Désormais une telle régularisation est de droit. Cette mesure permet dès connaissance du revenu définitif de l année précédente (N-1) : 1 - d ajuster les cotisations dues au titre de l année N sur la base du revenu N-1, initialement calculées sur le revenu de N-2, afin de limiter le décalage du calcul des cotisations définitives entre les cotisations provisionnelles versées et le revenu définitif, 2 - de pouvoir régulariser sur la base du revenu N-1 la cotisation due au titre de l année N-1 le plus tôt possible au cours de l année N afin d étaler le solde sur une plus longue période, ou au contraire de procéder au remboursement du trop versé le plus tôt possible par rapport aux cotisations provisionnelles déjà versées sur l année N-1. Cette régularisation anticipée «automatique» des cotisations et contributions s appliquera à compter du 01/01/2015 pour l ensemble des travailleurs indépendants, sauf pour les cotisations retraite et invalidité décès des professionnels libéraux et avocats pour lesquelles cette mesure sera reportée au 01/01/2016.

CÔTÉ CONSEILS LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 2015 LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS JANVIER 2015 SOMMAIRE

CÔTÉ CONSEILS LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 2015 LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS JANVIER 2015 SOMMAIRE CÔTÉ CONSEILS LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS JANVIER 2015 LA LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 2015 Corinne GENESTE, Secrétaire Générale du CLCG Franck LÉONARD, AG2R LA MONDIALE Responsable

Plus en détail

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Exonération sociale et déductibilité fiscale du financement patronal

Plus en détail

CATÉGORIES OBJECTIVES

CATÉGORIES OBJECTIVES FICHE PRATIQUE CATÉGORIES OBJECTIVES L ESSENTIEL OCTOBRE 2013 Tout régime de protection sociale d entreprise (santé, prévoyance et retraite supplémentaire) doit notamment revêtir un caractère collectif

Plus en détail

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire fiscalité cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager le

Plus en détail

CATÉGORIES OBJECTIVES

CATÉGORIES OBJECTIVES CATÉGORIES OBJECTIVES Les régimes de protection sociale mis en place par les employeurs sont soumis à une nouvelle réglementation concernant la définition de leurs catégories de personnel. Le décret du

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire :

L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire : L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire : fiscalité et cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

PREVOYANCE FRAIS DE SANTE

PREVOYANCE FRAIS DE SANTE PREVOYANCE FRAIS DE SANTE Les clauses de recommandation: applicable sans modulation du forfait social (Article 14 - LFSS) Par décision du 13 juin 2013, le Conseil Constitutionnel a remis en cause 30 ans

Plus en détail

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE OCTOBRE 2013 Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE 2013 Avant-propos Afin d encourager la mise en place des régimes collectifs de protection sociale complémentaire

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

CABINET. Audit & Expertise Comptable.

CABINET. Audit & Expertise Comptable. CABINET Audit & Expertise Comptable. ASSURANCE COLLECTIVE Prévoyance Santé Retraite 2 1/ Prévoyance a/ Prévoyance Classique b/ Prévoyance Conventionnelle c/ Prévoyance 1,50 Cadres d/ Prestations e/ Fiscalité

Plus en détail

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs

1 Dispositif relatif aux auto-entrepreneurs Réf. > CC 8812 Groupe /Rubrique > Texte(s) > Questions sociales/406 Sécurité Sociale Loi n 2010-1594 du 20 décembre 2010 de financement de la Sécurité Sociale pour 2011 Objet > Loi de financement de la

Plus en détail

Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale

Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale Le 11/09/2014 Actualité de la protection sociale Présentation par Michel Boixader Service Juridique et Conformité Actualité de la protection sociale Sommaire 1. Textes 2013 2. La mise en conformité (régimes

Plus en détail

REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE

REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE Rappel des principales clauses devant figurer dans la lettre d information individuelle formalisant la mise en place du régime par DUE (Décision

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul...

SOMMAIRE. Mesures relatives aux travailleurs indépendants... 2. Cotisations sociales d assurance maladie : Déplafonnement de l assiette de calcul... Nouvelles Mesures Loi de financement de la sécurité sociale pour 2013 Plus d informations sur www.apce.com Loi n 20121404 du 17 décembre 2012 SOMMAIRE Mesures relatives aux travailleurs indépendants...

Plus en détail

Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire

Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire Les conséquences du décret du 9 janvier 2012 relatif au caractère collectif et obligatoire des garanties de protection sociale complémentaire 0 Contributions patronales de prévoyance complémentaire et

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur :

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1 PREAMBULE Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1. Le «quasi salarié» : Le dirigeant de SA et de SAS ou le gérant minoritaire de SARL. Sa rémunération relève des traitements et salaires. Il peut

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

Principaux changements

Principaux changements Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 06.15 du 15/01/15 Principaux changements Les nouveautés au 1 er janvier 2015 Nous vous présentons ci-après les principales mesures à caractère

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant 1 Harmonie Mutuelle, 1 ère mutuelle santé de France. 520 000 personnes protégées au titre du 4.5 millions de personnes protégées en complémentaire santé

Plus en détail

L o L bl o igat a i t on o de de g éné né a r l a isa s t a i t on

L o L bl o igat a i t on o de de g éné né a r l a isa s t a i t on GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ : LES GRANDS PRINCIPES 1 L OBLIGATION DE GÉNÉRALISATION 2 L obligation de généralisation Etapes de la généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE, UNE AFFAIRE DE PARTENAIRES

LA PROTECTION SOCIALE, UNE AFFAIRE DE PARTENAIRES CÔTÉ CONSEILS LA LETTRE D INFORMATION DÉDIÉE AUX CONSEILS - FÉVRIER 2014 LES CATÉGORIES OBJECTIVES DE SALARIÉS DANS UN RÉGIME COLLECTIF LA PROTECTION SOCIALE, UNE AFFAIRE DE PARTENAIRES Edito Dans le cadre

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2014 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 16 décembre 2013 l échéancier de paiement de leurs cotisations et

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016.

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. AU PROGRAMME Des nouveaux contrats aidés pour les embauches. La DSN. Le nouveau formalisme déclaratif entre en vigueur le 01 janvier

Plus en détail

Réforme des cotisations sociales des TNS: Evolution ou révolution?

Réforme des cotisations sociales des TNS: Evolution ou révolution? Réforme des cotisations sociales des TNS: Evolution ou révolution? Constats LFSS 2014 : modification des taux obligatoires (TNS et salariés) Loi de finances 2013 : fiscalité des dividendes LFSS 2011 :

Plus en détail

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 6

Fippatrimoine.com. Dossier page 2 à 6 Votre Conseiller Newsletter d informations juridiques et fiscales N 55 Octobre 2013 ELEPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 MAGNY LE HONGRE 01 64 63 69 81 g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé

La généralisation de la complémentaire santé La généralisation de la complémentaire santé istya collectives 7 square Max Hymans - 75015 Paris Numéro ORIAS : 14007239 - www.orias.fr www.istyacollectives.fr Le cadre réglementaire Au plus tard le 1er

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

Pour en savoir plus : http://www.cabinetfeurgard.com/_infos/dossiers/article.asp?rub=social&sousrub=ct2&art=k4_5380587

Pour en savoir plus : http://www.cabinetfeurgard.com/_infos/dossiers/article.asp?rub=social&sousrub=ct2&art=k4_5380587 L environnement social de votre entreprise va être profondément modifié dans les six prochains mois. Nous souhaitons vous en parler et vous expliquer ces nouvelles mesures et leurs impacts. La mutuelle

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

La protection sociale du travailleur indépendant

La protection sociale du travailleur indépendant La protection sociale du travailleur indépendant On en parle aujourd hui A chaque statut, son régime social A chaque activité, son régime social Un interlocuteur social unique Une protection sociale complète

Plus en détail

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir?

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Intervenants Angèle CAMUS Expert-comptable Philippe SAUZE Gan

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Août 2012 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M À, le Objet : Généralisation de la complémentaire santé

Plus en détail

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites Commission ad hoc Séance du 10 février 2014 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites La loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Le Club Jeudi 10 septembre 2015 Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Ouverture Dominique VIENNE, Président Jeudi 10 septembre 2015, Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Aujourd hui : Le Point Expert

Plus en détail

LIVRET 2015 : SANTÉ PRÉVOYANCE SPÉCIAL EXPERT COMPTABLE. Partenaire

LIVRET 2015 : SANTÉ PRÉVOYANCE SPÉCIAL EXPERT COMPTABLE. Partenaire LIVRET 2015 : SPÉCIAL EXPERT COMPTABLE Aidez vos clients à réussir la mise en place d un régime collectif par Décision Unilatérale de l Employeur SANTÉ PRÉVOYANCE Assurances et Services pour le développement

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET. SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET. SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTE A VOTRE PROJET SUPPORT DISPONIBLE SUR : www.assuredentreprendre.fr Le statut juridique conditionne le régime social du dirigeant I - Caractéristiques

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE

METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE DE L ASSURANCE COLLECTIVE METTRE EN PLACE UN CONTRAT COLLECTIF D ENTREPRISE A moins qu'elles ne soient instituées par des dispositions législatives ou réglementaires, les garanties collectives

Plus en détail

CE QUI CHANGE EN 2014!

CE QUI CHANGE EN 2014! Paris, le 13 janvier 2014 CE QUI CHANGE EN 2014! Loi de Financement de la Sécurité sociale pour 2014 Loi de Finances pour 2014 Cher partenaire, Après un parcours agité, le budget 2014 de la Sécurité sociale

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général)

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général) Vous êtes à la retraite et vous souhaitez créer une entreprise, les conséquences sur le versement de votre pension et sur votre protection sociale Si vous créez une entreprise, vous serez affilié et cotiserez

Plus en détail

La santé collective dans le cadre de l ANI. Réunion AEQUITAS JUST 3 novembre 2015

La santé collective dans le cadre de l ANI. Réunion AEQUITAS JUST 3 novembre 2015 La santé collective dans le cadre de l ANI Réunion AEQUITAS JUST 3 novembre 2015 SOMMAIRE 1 ANI La nouvelle obligation : la généralisation de la complémentaire santé en entreprise 2 Comment mettre en place

Plus en détail

Le conjoint - un statut en mouvement

Le conjoint - un statut en mouvement Le conjoint - un statut en mouvement Constat De nombreuses femmes participent activement à l entreprise ou la société de leur conjoint, contribuant à sa mise en place et à son développement. Environs 85

Plus en détail

REUNION DU 9 MARS 2014 URIAE/ D.DERUYCK CHORUM

REUNION DU 9 MARS 2014 URIAE/ D.DERUYCK CHORUM LA GENERALISATION DE L ACCES A UNE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE ET COLLECTIVE AU 1 ER JANVIER 2016 REUNION DU 9 MARS 2014 URIAE/ D.DERUYCK CHORUM CCN ESS 1 OBJET DE LA REFORME La réforme engagée dés

Plus en détail

Tableau comparatif des cotisations sociales personnelles dans les régimes des professions indépendantes et le régime des salariés

Tableau comparatif des cotisations sociales personnelles dans les régimes des professions indépendantes et le régime des salariés Tableau comparatif des cotisations sociales personnelles dans les régimes des professions indépendantes et le régime des salariés Plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS) pour 2015 : 38.040 / Taux

Plus en détail

%,,,, DECISION UNILATERALE INSTITUANT UN REGIME COLLECTIF «FRAIS DE SANTE» A ADHESION OBLIGATOIRE. Etreprnru s ARTICLE 1 OBJET

%,,,, DECISION UNILATERALE INSTITUANT UN REGIME COLLECTIF «FRAIS DE SANTE» A ADHESION OBLIGATOIRE. Etreprnru s ARTICLE 1 OBJET lél ASSOCIATION INTERMEDIAIRE DU PAYS VOIRONNAIS TÉL 04 76 32 72 80 FAX 04 76 32 98 95 MAIL adequation@paysvoironnaiscom de compétences GROUPE ECONOMQUE SOUDAEE DECISION UNILATERALE INSTITUANT UN REGIME

Plus en détail

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016.

LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. LA RENTREE DU SOCIAL OU COMMENT BIEN PRÉPARER LES CHANGEMENTS DE 2016. AU PROGRAMME Des nouveaux contrats aidés pour les embauches. La DSN. Le nouveau formalisme déclaratif entre en vigueur le 01 janvier

Plus en détail

La protection sociale du créateur d entreprised

La protection sociale du créateur d entreprised La protection sociale du créateur d entreprised Une initiative conjointe du RSI et de l Urssafl Janvier 2014 version b Sommaire La protection sociale en France 1/ Formes d entreprise et statuts juridiques

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 07.14 23/01/2014 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2014 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Flash du RSI Bretagne aux experts comptables Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 15 décembre 2014 l

Plus en détail

Les problématiques des régimes d assurance vieillesse. des professions libérales

Les problématiques des régimes d assurance vieillesse. des professions libérales CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 avril 2009 à 9 h 30 «Les régimes de retraite des indépendants : les problématiques spécifiques» Document N 14 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Artisans, industriels, commerçants Le statut de votre conjoint Édition février 2015 Sommaire 03 Un statut obligatoire 04 Quel statut et quels droits pour votre conjoint? 06 Quelles cotisations? 08 Calcul

Plus en détail

Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2013

Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2013 Elus locaux Note d information n 13-11 du 02 mai 2013 Modifiée le 01/07/2013 Couverture sociale des élus locaux Date d effet : 1 er janvier 2013 Références Article 18 de la loi de financement de la sécurité

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

Le statut de votre conjoint

Le statut de votre conjoint Le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. votre CaissE Édition : Caisse nationale du RSI - Mise à jour : Parimage - Dépôt légal : février

Plus en détail

Protection sociale créateur : comment ça marche?

Protection sociale créateur : comment ça marche? Protection sociale créateur : comment ça marche? votre projet d entreprise : Choix du Statut du projet à la création : les formalités votre protection sociale - artisans commerçants - professions libérales

Plus en détail

Emmanuel Jacques Almosnino

Emmanuel Jacques Almosnino Emmanuel Jacques Almosnino LE NOUVEAU REGIME DES COTISATIONS ET PRELEVEMENTS SOCIAUX SUR LES REMUNERATIONS La loi n 2012-1404 du 17 décembre 2012 de financement de la sécurité sociale pour 2013 augmente

Plus en détail

Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS?

Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS? Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS? Quel est l'impact des nouvelles mesures au 1er janvier 2013 pour le DIRIGEANT TNS? Modifications sociales pour les TNS (Dirigeants assimilés

Plus en détail

Complémentaire santé : De nouveaux droits, de nouvelles obligations. Réunion d information COREPS 15 juin 2015

Complémentaire santé : De nouveaux droits, de nouvelles obligations. Réunion d information COREPS 15 juin 2015 Complémentaire santé : De nouveaux droits, de nouvelles obligations Réunion d information COREPS 15 juin 2015 LE GROUPE AUDIENS Un groupe de protection sociale «paritaire», à but non lucratif Qui se distingue

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

Le cumul. «Emploi / Retraite»

Le cumul. «Emploi / Retraite» Le cumul «Emploi / Retraite» Le jeudi 17 octobre 2013 de 18h30 à 20h30, au Château de Brindos, 1 Allée du château à Anglet Pascal SOULAINE, spécialiste de la protection sociale Année 2013 Les différents

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET Cécile MOREIRA, Avocat Frédéric GIOVANNINI, Gan Assurances Denis BARBAROSSA, Expert Comptable Le statut juridique conditionne

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

La Protection Sociale du Travailleur Indépendant

La Protection Sociale du Travailleur Indépendant La Protection Sociale du Travailleur Indépendant Artisan Commerçant Industriel 2015 Support distribué à titre d information uniquement. Les données sont établies selon la réglementation applicable le jour

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 6 : Nouveautés Sociales

FICHE TECHNIQUE N 6 : Nouveautés Sociales LE MONITEUR DE SKI : début d activité et mesures sociales Actualisation au 1 er octobre 2014 L exercice d une profession indépendante est réglementé par la législation. Ce document vise à récapituler les

Plus en détail

RÉGIMES DE LA CARMF (loi du 17 /01/1948 décret du 19/07/1948)

RÉGIMES DE LA CARMF (loi du 17 /01/1948 décret du 19/07/1948) RÉGIMES DE LA CARMF (loi du 17 /01/1948 décret du 19/07/1948) Médecin Régimes obligatoires Médecin Conjoint collaborateur La retraite : Base (1949) Complémentaire (1949) ASV (1972) La prévoyance : Invalidité-Décès

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL

CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL CHOIX DU STATUT FISCAL ET SOCIAL DU DIRIGEANT 5 février 2014 1 Les structures potentielles L entreprise individuelle Deux statuts particuliers peuvent être adoptés La société L auto-entrepreneur L entreprise

Plus en détail

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU DIRIGEANT Emmanuelle DUPEUX LOTTERI Consultant Droit social Infodoc experts Sommaire Les différents statuts Statut du dirigeant et droit du travail Statut du dirigeant et protection

Plus en détail

RÉUNIONS TECHNIQUES ACTUALITE SOCIALE. Ce document est exclusivement réservé à un usage interne et ne peut engager la responsabilité du Groupe ALM

RÉUNIONS TECHNIQUES ACTUALITE SOCIALE. Ce document est exclusivement réservé à un usage interne et ne peut engager la responsabilité du Groupe ALM RÉUNIONS TECHNIQUES ACTUALITE SOCIALE Ce document est exclusivement réservé à un usage interne et ne peut engager la responsabilité du Groupe ALM Ag2r La Mondiale VOS INTERVENANTS Délégué départemental

Plus en détail

Cotisations. Mémento des chirurgiens-dentistes

Cotisations. Mémento des chirurgiens-dentistes Mémento des chirurgiens-dentistes Début d activité p. 2 En cours d activité p. 5 Dispenses et réductions de cotisations [non rachetables] p. 10 Dispenses [rachetables] p. 11 Exonération de cotisations

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R)

Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R) Règles d affiliation pour la prévoyance et la garantie «frais de santé» au 1 er janvier 2013 (Contrat avec l AG2R) Rappels et Historique Depuis le 1 er février 1974 bénéficient des garanties complémentaires

Plus en détail

L audit de la protection sociale du dirigeant et de ses salariés : sécurisez vos missions de conseils

L audit de la protection sociale du dirigeant et de ses salariés : sécurisez vos missions de conseils L audit de la protection sociale du dirigeant et de ses salariés : sécurisez vos missions de conseils Frédéric Meierhans Spécialiste Assurances Collectives Gan Assurances 1 Protection du Dirigeant Préambule

Plus en détail

Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015

Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015 Charges sociales : ce qui change pour les entreprises à partir du 1 er janvier 2015 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Avertissement : nous sommes dans l attente de plusieurs textes réglementaires

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ

JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ 39 art om - Fotolia.com Étape 7 > J opte pour le régime social des salariés > J opte pour le régime social de travailleur indépendant > Mon droit aux allocations chômage

Plus en détail

Panorama DECRET DU 9 JANVIER 2012 PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE JURIDIQUE POUR LES REGIMES D ENTREPRISES?

Panorama DECRET DU 9 JANVIER 2012 PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE JURIDIQUE POUR LES REGIMES D ENTREPRISES? GRAS SAVOYE PROTECTION COMPLEMENTAIRE & AVANTAGES SOCIAUX Mars La lettre d information des Assurances de Personnes DECRET DU 9 JANVIER PROTECTION SOCIALE ET ASSIETTE DE COTISATIONS SOCIALES QUELLE SECURITE

Plus en détail

La protection sociale en entreprise Alain MASSERET et Anthony JOYEUX 27 octobre 2015

La protection sociale en entreprise Alain MASSERET et Anthony JOYEUX 27 octobre 2015 La protection sociale en entreprise Alain MASSERET et Anthony JOYEUX 27 octobre 2015 1 Assurances Collectives Mes clients et leurs besoins Les particuliers & les professionnels PREVOYANCE Décès Arrêt de

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015 1 dddd 2 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation de réaliser une journée de travail non rémunérée, dites «journée de solidarité». En contrepartie,

Plus en détail

Réintégration sociale des retraites et prévoyances

Réintégration sociale des retraites et prévoyances Pégase 3 Réintégration sociale des retraites et prévoyances Dernière révision le 18/06/2012 http://www.adpmicromegas.fr 1 / 27 Sommaire 1 Principe... 4 1.1 La réintégration en résumé... 5 1.2 Le régime

Plus en détail

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir!

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! AGAMY 25/06/15 Par Philippe BARRAUD, Inspecteur Collectives AXA ENTREPRISES & Dominique THIERY, Agent AXA Patrimoine & Prévoyance

Plus en détail

AUDIT DE PROTECTION SOCIALE. Réunion cabinet. Réunion AGRO PARIS TECH. Direction opérations commerciales-pôle conseil-fg

AUDIT DE PROTECTION SOCIALE. Réunion cabinet. Réunion AGRO PARIS TECH. Direction opérations commerciales-pôle conseil-fg AUDIT DE PROTECTION Réunion cabinet SOCIALE Réunion AGRO PARIS TECH Plan de la réunion Présentation Constats Objectifs Quiz Cas pratique Atelier Conclusion 2 INTRODUCTION 3 L UNION FAIT LA FORCE AG2R LA

Plus en détail