La transmission des informations LE PETIT JOURNAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La transmission des informations LE PETIT JOURNAL"

Transcription

1 Au cours du XIXe siècle, des progrès techniques considérables ont été accomplis dans le domaine de la communication. Apparus à la suite de la découverte et de l étude de certains principes de physique et de chimie, les télégraphes, les téléphones et les postes de radio illustrent par leur fonctionnement différentes notions relatives à la transmission de l information. Dans la vie de tous les jours, les informations que nous échangeons peuvent prendre la forme d une conversation, d une image ou d un texte. D un point de vue matériel, l information est la variation d une grandeur physique, qui peut être transmise, reproduite, et perçue par l individu capable de l interpréter. L invention et les progrès de l imprimerie offrent le premier exemple du développement des outils et des techniques de communication : l imprimerie permet la reproduction à l identique d un texte écrit et sa diffusion en grand nombre. L innovation technique porte sur la rapidité avec laquelle est dupliquée l information. Ainsi, la presse à bois du XVIe siècle permettait l impression de 700 feuilles par heure. La mécanisation des presses au XIXe siècle augmente considérablement le tirage. envoyé par malle poste met trois jours à parcourir la distance Paris-Lille (250 km). Le développement du chemin de fer dans la deuxième moitié du XIXe siècle accélère ces déplacements, et permet par exemple à un journal imprimé à Paris de parvenir dès le lendemain dans la plupart des villes de province. Comment accélérer la vitesse de transmission de l information? En utilisant les phénomènes physiques de transmission de l information sans transport de matière : c est le principe de la propagation d une onde. L exemple le plus simple est donné par la transmission d un signal lumineux. La propagation du signal ne nécessite alors ni transport de matière, ni même un support matériel, puisqu elle est possible dans le vide, à la célérité de km/s. Le télégraphe de Chappe 1. Presse typographique du XVIème siècle. CM, Inv Dans ce cas, l information, démultipliée, se confond avec son support matériel ; la propagation de l information correspond à un déplacement de ce support. La vitesse de propagation est limitée par la vitesse de tout déplacement humain ou animal. Au début du XIXe siècle, un courrier ordinaire L invention de Claude Chappe est la première à utiliser, sur de longues distances, la propagation lumineuse pour transmettre une information. Chappe imagina en effet un «télégraphe optique» constitué d une suite de sémaphores à ailes mobiles - sortes de bras articulés installés sur un mât. Ces sémaphores sont perchés sur des tours ou des lieux élevés, et installés à des distances régulières, de l ordre de dix à quinze kilomètres. Auprès de chaque sémaphore demeure en permanence un «stationnaire». Il observe à l aide d une lunette de visée les mouvements du sémaphore précédent, et manœuvre le mécanisme de son sémaphore pour qu il reproduise les mouvements observés. La transmission du signal optique relayé par des postes inter- 1

2 médiaires peut alors être assurée sur plusieurs centaines de kilomètres. La transmission du message repose donc sur plusieurs principes : d une part la définition d un code, lié aux différentes positions des ailes, d autre part la construction du réseau de sémaphores, enfin l utilisation de lunettes de visée pour faciliter l observation. 2. Télégraphe de Chappe, Inv Les stationnaires n ont pas besoin de connaître le code pour relayer le message. L interprétation du signal optique, c est-àdire la connaissance de l information échangée, ne se fait qu en début et en fin de chaîne, à l émission et à la réception du message. Ces conditions sont idéales pour la transmission d informations intéressant la Défense Nationale. Là réside la principale raison du succès et du développement du système Chappe. Il est en effet mis en œuvre en 1794, alors que la France révolutionnaire est en guerre avec les autres pays européens. Le gouvernement révolutionnaire découvre l importance de cet outil qui lui permet de diriger les armées républicaines de manière centralisée. La réalisation du télégraphe de Chappe doit peu au progrès scientifique, et beaucoup à la modernité politique, c est-àdire à l existence d un Etat centralisé, non seulement ouvert aux idées neuves, mais aussi capable de financer la construction du réseau de sémaphores, le recrutement, la formation et l entretien d un personnel nombreux, nécessaire à son fonctionnement. En revanche, les premiers essais de communication utilisant les phénomènes électriques se sont appuyés sur une science récemment découverte. Le XVIIe siècle s était amusé des phénomènes d électricité statique, et connaissait le caractère quasi instantané de la transmission du «fluide électrique». Un changement considérable est initié par la découverte de la pile par Alessandro Volta en Cette invention est perfectionnée dans les premières décennies du XIXe siècle et les savants disposent alors du premier générateur susceptible de fournir un courant électrique permanent. L étude des propriétés de ce courant ouvre l ère de son utilisation dans de nouvelles techniques. Ainsi, le physicien danois Christian Oersted découvre en 1819 les propriétés magnétiques du courant électrique : un fil conducteur parcouru par un courant dévie une aiguille aimantée. C est le point de départ des recherches menées par de nombreux savants, dont les physiciens français André-Marie Ampère et François Arago, sur les effets magnétiques du courant. Le télégraphe électrique Le principe d un télégraphe électrique est d une grande simplicité : pour transmettre une information, il suffit d un circuit composé d une pile, d un interrupteur et de conducteurs électriques. Le signal électrique est défini par l absence ou la présence du courant. Une simple aiguille aimantée sert à l origine pour détecter la présence du courant. Un système de codage associe le signal électrique aux lettres de l alphabet, par des mécanismes souvent astucieux. L utilisation de l électroaimant constitue un progrès décisif. L électroaimant, conçu dès 1820 par Arago, mais dont l étude et le perfectionnement nécessiteront deux décennies, permet d obtenir des champs 2

3 magnétiques plus intenses, et d accroître ainsi les effets mécaniques obtenus par le passage d un courant. Concrètement, ce composant, placé dans un circuit, permet de convertir le courant électrique en un effort capable de mettre un stylet en mouvement, de produire un son, ou encore d agir sur l interrupteur d un autre circuit électrique, réalisant alors un système de relais. 3. Télégraphe à deux aiguilles aimantées de Wheatstone et Cooke, CM, Inv La mise au point du télégraphe électrique mobilisa de nombreux inventeurs en Europe et aux Etats-Unis. C est en Angleterre qu est apparue la première génération de télégraphes opérationnels, adaptés à une exploitation commerciale. En juillet 1937, les physiciens anglais William Cooke et Charles Wheatstone font fonctionner leur premier prototype entre Euston et Camden, sur une ligne de deux kilomètres. C est un appareil à 5 aiguilles aimantées, utilisant 6 fils, dont un pour le retour. Le modèle de 1842 présenté au musée est un appareil à deux aiguilles, qui met donc en œuvre deux circuits électriques. Chaque circuit est composé d un seul fil, car le système utilise le principe découvert en 1838 par le physicien allemand Steinheil : le fil retour est remplacé par la connexion à la terre. Il est possible d inverser le sens du courant qui circule dans chacun de ces circuits et par suite le sens dans lequel pivote l aiguille. Le message est codé par un système alphabétique, utilisant jusqu à trois impulsions électriques successives. Enfin, l émetteur et le récepteur sont des appareils identiques, pouvant jouer les deux rôles. Ce type d appareils télégraphiques rencontre rapidement le succès, d abord en Angleterre, puis dans les autres pays d Europe, auprès des compagnies de chemins de fer. Elles transmettent ainsi les ordres de départ des convois, ce qui contribue à la sécurité des voyageurs. Des lignes aériennes sont installées le long des voies, et faciles à surveiller. L un des appareils de Wheatstone présentés au musée provient par exemple de la compagnie des Chemins de Fer de l Ouest. Aux Etats-Unis, le plus célèbre pionnier du télégraphe électrique est Samuel Morse. Peintre et professeur d Art à l Université de New York, il s intéresse dès 1832 au principe du télégraphe. Aidé par Alfred Vail, mécanicien et fils d industriel, il met au point une machine efficace basée sur l utilisation de l électroaimant : lorsque le courant passe dans la bobine d un électroaimant, un stylet est déplacé, et imprime une bande en déroulement permanent. Le signal électrique laisse donc une trace matérielle durable. A ce principe s ajoute la création d un code que Morse développe à partir de Ce code, qui s apparente à un code série, transcrit les chiffres et les lettres de l alphabet en une série de points et de traits. Le point est associé à une impulsion électrique brève et le trait à une impulsion longue. 4. Manipulateur morse de Bréguet, Inv Le télégraphe de Morse différencie fortement l émetteur et le récepteur. L émetteur est un simple interrupteur, le «manipulateur», qu un utilisateur expérimenté peut manier avec une grande rapidité, permettant un débit important 3

4 d informations. Le récepteur, que de nombreux constructeurs modifièrent et perfectionnèrent, permet d obtenir une trace écrite du message, qu il faut ensuite décoder. Autre forme de réception, l utilisation de «parleurs» permet l écoute de signaux sonores brefs ou longs, accompagnée d un décodage «à l oreille». 4. Le télégraphe électrique Morse. Récepteur Morse à pointe sèche, Inv En 1843, le Congrès des Etats-Unis financent la construction d une ligne expérimentale entre Baltimore et Washington. La ligne est inaugurée avec succès le 24 mai La réussite commerciale est cependant plus tardive. Dans les années 1850, le réseau télégraphique s étend sur le territoire des Etats-Unis, porté par des compagnies qui se livrent à une concurrence acharnée. L emploi de l appareil Morse est adopté sur toutes les lignes internationales, et s impose progressivement en Europe, du fait de sa fiabilité, sa maniabilité et sa rapidité. mécanique qui se propage dans un milieu matériel, et cette vibration peut être enregistrée sur un support matériel, ou convertie en signal électrique. Réciproquement, la vibration peut être restituée à partir de son enregistrement ou d un signal électrique. Les recherches sur la transmission du son sont contemporaines de celles consacrées à sa reproduction, et menées par les mêmes inventeurs, parmi lesquels Bell et Edison. En 1877, l Américain Thomas Edison met au point le premier appareil capable d'enregistrer et de reproduire des sons qu'il baptise phonographe. L'invention est brevetée à la fin de l'année et l'appareil, présenté l année suivante à l'académie des sciences de Paris, fait sensation. Le premier modèle de phonographe se compose simplement d un cylindre, mis en mouvement au moyen d une manivelle et sur lequel est enroulée une feuille de cuivre ou d étain. Sur cette feuille, une pointe de métal trace un sillon qui correspond aux vibrations sonores recueillies par une lame vibrante (diaphragme) située à l extrémité d un cornet. Pour reproduire le son enregistré, il suffit de faire suivre à nouveau à la pointe le sillon qu elle a tracée, en tournant le cylindre. La pointe répète les vibrations d origine, les transmet au diaphragme, et le son ainsi restitué peut être amplifié par un pavillon. Cette restitution peut alors avoir lieu plusieurs fois! Transmettre et reproduire un son C est une époque radicalement nouvelle qui s ouvre avec la possibilité de transmettre des informations sonores, et tout particulièrement la parole humaine. Procédé magique, qui peut entretenir chez l utilisateur naïf l illusion de la présence physique de son interlocuteur, et de l absence de toute conversion ou codage de l information. Or le son est une vibration 5. Phonographe de Thomas Alva Edison avec cornet (appelé phonographe à feuille d'étain dans le musée) Inv

5 Le principe du phonographe est rapidement amélioré ; des appareils distincts sont conçus pour l enregistrement et pour la restitution du son. L enregistrement sonore, d abord porté par un cylindre et plus tard par un disque «microsillon», peut être reproduit, à l identique, en quantités industrielles. Le phonographe donne l exemple de la conversion d un signal sonore en «signal» d une autre nature : la déformation d une surface matérielle. Convertir le signal sonore en un signal électrique est l étape nécessaire pour permettre la transmission du son quasi instantanément sur de longues distances. Cet objectif est partagé par de nombreux inventeurs : le télégraphe offre un terrain d expérimentation, car la perception des signaux morse se fait souvent par l écoute des sons brefs ou longs. Mais c est la transmission du langage articulé qui pose problème, compte tenu de ses propriétés acoustiques complexes et alors mystérieuses. 6. Fac-similé du téléphone original de Graham Bell, Inv Graham Bell, un écossais immigré aux Etats-Unis, alors professeur de physiologie vocale à l université de Boston, réalise un transmetteur - récepteur qui réussit brillamment cette transmission. Le brevet déposé en février 1876 lui assure la priorité de l invention du «téléphone», et lui donne les moyens de poursuivre ses recherches dans le domaine de la communication, tout en lui offrant richesse et puissance. Le transmetteur de Bell est constitué d un aimant permanent droit, au bout duquel est placée une petite bobine de fil conducteur, branché au circuit électrique de transmission. A l extrémité de l aimant, une membrane en fer mince est mise en vibration par les ondes sonores. Les variations du champ magnétique, qui résultent des vibrations de la membrane, engendrent dans la bobine des courants d induction. Ceux-ci se propagent dans l ensemble du circuit. Le transmetteur fonctionne aussi en récepteur : si un appareil identique est placé dans le circuit, la bobine du récepteur est traversée par le courant variable, et les variations du champ magnétique qui en résultent font vibrer la membrane, provoquant ainsi l émission sonore. Les liaisons téléphoniques L émetteur et le récepteur doivent être branchés en série pour constituer un circuit électrique simple. Chaque circuit constitue un «canal» de communication. Dans le cas des liaisons télégraphiques, le circuit électrique est déjà établi : les liaisons se font de poste à poste, il est nécessaire de se rendre au bureau télégraphique le plus proche pour échanger des communications. Avant l avènement du téléphone au début des années 1880, le réseau télégraphique ne permet que très exceptionnellement l interconnexion des lignes. A l inverse, le téléphone est un objet privé, qui se trouve au domicile des abonnés, à l origine un petit nombre de privilégiés. Mettre en communication deux abonnés implique la mise en connexion des combinés téléphoniques microphone et récepteur dans un circuit électrique unique. Cette connexion, appelée «commutation téléphonique», est assurée manuellement par les opératrices dans des centraux télé- 5

6 phoniques. Le nombre des opératrices et l importance de ces centraux augmentent considérablement avec le développement du réseau téléphonique, jusqu à l apparition, au début du XXe siècle, de systèmes de connexion automatisés. mis en service pouvaient permettre, suivant les modèles, de deux à six transmissions simultanées pour une émission moyenne de soixante mots à la minute. Ils ont été utilisés en France jusqu à la fin des années Tableau téléphonique à 25 directions, vers Inv Poste télégraphique imprimant du système Baudot, Inv Duplex et multiplexage L idée d utiliser un seul circuit électrique pour supporter plusieurs canaux d information est ancienne. On utilise le terme de duplex lorsque le fil conducteur transmet l information dans les deux sens. Il y a alors un émetteur et un récepteur à chaque extrémité du fil, et qui peuvent fonctionner simultanément. Le multiplexage désigne la possibilité de transmettre simultanément plusieurs messages ou conversations. Les recherches et les premières tentatives se produisent dans le domaine de la télégraphie. Le développement de l usage de la télégraphie dans les années 1870 et la limitation du nombre de lignes disponibles favorisent la généralisation du télégraphe de Baudot, qui permet l utilisation d une ligne simultanément par plusieurs opérateurs : le débit d information n est plus alors limité par la rapidité de l opérateur. Adoptés dans toute l Europe, en Russie, au Brésil, en Argentine, les appareils Baudot Augmenter le rendement des lignes télégraphiques (1) : Comment évaluer la quantité d informations pouvant transiter par une ligne télégraphique? Une indication est fréquemment donnée : le nombre de mots transmis par minute. Le calcul part du principe qu un mot est composé d une moyenne de cinq lettres, auquel on ajoute un espace. La rapidité de transmission dépend alors de facteurs très différents : le code employé, la qualité de la transmission, la manière de produire le signal. Par exemple, l émission par un opérateur d un message en morse est essentiellement limitée par la rapidité de la main humaine. Un utilisateur ordinaire envoie en moyenne deux signaux électriques par seconde, et compte tenu de la nature du code, le débit d information est de l ordre de 5 à 10 mots par minute. La première amélioration, expérimentée à la fin des années 1840, est d automatiser l étape de (1) L approche historique adoptée ici ne distingue pas rigoureusement deux objectifs qui diffèrent sur le plan théorique : d une part optimiser l utilisation d un canal d information, d autre part établir plusieurs canaux sur un seul circuit électrique. 6

7 l émission et de la réception. Le message est préalablement composé, par exemple sous forme de bande perforée : ceci permet d éliminer les erreurs de codage. Et l émission est possible à une vitesse notablement supérieure à celle de la main humaine. Mais c est la conception d appareils imprimeurs qui constitue un progrès décisif : avec l appareil imprimeur de Hughes, conçu en 1856, l opérateur frappe directement sur un clavier la lettre de son choix, et cette lettre est imprimée par l appareil récepteur. Pour chaque lettre, un seul signal électrique est émis. Comment est-ce possible? Le signal électrique est émis à un moment très précis, que l appareil récepteur, parfaitement synchronisé avec l émetteur, peut interpréter comme un code. C est la date d émission du signal, rapportée à la base de temps, qui permet l identification de la lettre. Ce système simplifie la composition du message et accélère notablement la rapidité de sa transmission. La synchronisation parfaite entre émetteur et récepteur est aussi le principe fondateur des systèmes de multiplexage mis en œuvre dans les années L appareil de Meyer peut permettre à quatre ou six opérateurs de communiquer sur la même ligne. Le temps d occupation de la ligne est découpé en des intervalles de courte durée, répartis entre les différents opérateurs. La répartition se reproduit cycliquement, suivant un mécanisme identique et parfaitement synchronisé entre l émetteur et le récepteur. Les opérateurs, soumis au rythme de ce mécanisme, émettent pendant l intervalle de temps qui leur est réservé. Ce multiplexage est qualifié de «multiplexage temporel» : stricto sensu, ni l émission ni la transmission des différents messages ne sont simultanées et les signaux ne se superposent pas. L appareil de Baudot, mis au point en 1876 et régulièrement perfectionné jusqu au début du XXe siècle, est la synthèse de ces évolutions. Le temps d occupation de la ligne est divisé en cycles périodiques, répartis entre les différents utilisateurs, et subdivisés en cinq moments : le signal électrique est toujours un signal binaire (présence ou absence de courant). Les cinq moments permettent donc 2 5 = 32 combinaisons ; un code très ingénieux, commandé par un clavier à cinq touches, utilise ces combinaisons pour transmettre les lettres, les chiffres et la ponctuation. Lorsque quatre claviers composent simultanément, la vitesse d émission peut atteindre 110 mots à la minute. En l honneur d Emile Baudot, le baud est le nom donné à une unité de mesure du débit d information. Les câbles transatlantiques 9. Collection d échantillons de câbles sous-marins, Inv Les premières communications télégraphiques intercontinentales se développent dans la seconde moitié du XIXe siècle. Un premier câble sous-marin est posé entre Calais et Douvres en La pose d un câble transatlantique entre Terre-Neuve et l Irlande est une véritable épopée financière, technique et maritime, qui débute en La liaison transatlantique fonctionne de manière satisfaisante à partir du 27 juillet Ces prouesses techniques sont rendues possibles par l utilisation de la gutta-percha : il s agit d une gomme extraite du latex d arbres vivant dans l archipel malais. La gutta-percha est, comme le caoutchouc, un polymère de l'isoprène. La découverte de ses remarquables propriétés isolantes a permis de concevoir des conducteurs électriques capables de conduire le courant dans les conditions extrêmes des grands fonds marins. Un câble sous-marin est constitué d un toron de fils de cuivre, enrobé d une couche étanche de gutta-percha et d une 7

8 enveloppe de chanvre goudronné ; il est protégé par une armature de fils d acier disposés en hélice qui assure la solidité de l ensemble. La communication par delà les océans peut amener à se poser une question : la transmission de l information sur de longues distances est-elle instantanée? Dès le début des communications télégraphiques, on tente d évaluer la rapidité de la transmission du signal électrique. Les expériences menées autour de 1850 sur des câbles télégraphiques en service donnent des résultats très divers, variant de km/s à km/s. Cette diversité des mesures est déconcertante et donne une idée de la complexité du phénomène. Aussi la seconde moitié du XIXe siècle est-elle le théâtre d un grand effort scientifique consacré au problème de la propagation du signal télégraphique. Les graves défauts des lignes transatlantiques mettent sur la piste des propriétés de capacité et d inductance des câbles. Par exemple, dans le cas d un signal morse, la tension à l extrémité du câble n atteint pas instantanément sa valeur maximale. Le signal électrique est donc déformé par la propagation. Cette déformation du signal limite le débit d information sur la ligne, car des signaux trop peu espacés ne seraient pas distingués à la réception. Indépendamment des phénomènes de déformation et d atténuation du signal, liés aussi à la qualité de l isolation du câble, la valeur effectivement atteinte pour la célérité de propagation est nécessairement inférieure à la valeur de la célérité des ondes électromagnétiques dans le conducteur. Cette valeur est par exemple de km/s pour le cuivre. Les ondes hertziennes Pendant la décennie 1860, l écossais James Clerk Maxwell réalise la synthèse des lois expérimentales relatives aux phénomènes électriques et magnétiques. Cette œuvre théorique remarquable précise les notions de champ électrique et de champ magnétique ; elle prédit l existence des ondes électromagnétiques : la perturbation locale d une grandeur électrique ou magnétique peut se propager. Maxwell a aussi l intuition que la lumière est une de ces perturbations électromagnétiques, et qu elle se propage en observant les lois qu il a énoncées. Comment mettre en évidence, par l expérience, l existence de ces ondes? Le physicien allemand Heinrich Hertz y parvient, au cours de l année Son émetteur est un dispositif permettant de produire des étincelles électriques. Ces étincelles oscillent, car elles résultent d une décharge comparable à la décharge oscillatoire d un condensateur dans une bobine. Ces étincelles sont à l origine de l onde ; à l époque, on considère que le milieu de propagation de l onde est un milieu infiniment subtil, appelé «éther», que l étincelle ébranle. On s efforce jusqu à la fin du XIXe siècle d étudier les propriétés de cet éther, pour finalement renoncer à l hypothèse de son existence. Les ondes électromagnétiques n ont pas besoin de milieu pour se propager. Bien au contraire, c est dans le vide que leur célérité est la plus grande. 10. Bobine de Ruhmkorff avec son éclateur utilisé dans l expérience de Branly. Inv CM, Le composant principal de «l oscillateur de Hertz» est une «bobine de Rhumkorff», capable de délivrer les fortes tensions nécessaires à la production des 8

9 étincelles. En 1890, le physicien français Edouard Branly utilise ce dispositif pour produire des étincelles lumineuses, dans le but d étudier l influence de la lumière sur la conductivité de certains métaux. 10. Cohéreur. Inv CM Branly découvre par hasard un phénomène très curieux, qui le conduit à mettre au point le «radioconducteur» appelé ultérieurement cohéreur de Branly. C est un modeste tube en verre, rempli de limaille, qui peut détecter la présence d une onde électromagnétique. Quand l émetteur de Hertz produit une étincelle, le tube de limaille, inséré dans un circuit électrique et placé au voisinage de l émetteur, devient conducteur. Il suffit ensuite de le frapper, à l aide d un petit marteau appelé «trembleur», pour que le choc lui rende son état initial d isolant : le tube est alors disponible pour une nouvelle détection. Branly a ainsi conçu un récepteur d ondes électromagnétiques, convertissant le signal radio en signal électrique. Marconi et la TSF Les découvertes de Hertz et de Branly ouvrent la voie de la transmission d information «sans fil», comme au temps du télégraphe de Chappe. Mais la référence est désormais le télégraphe électrique, et la transmission d un signal de type morse. L aventure de la TSF, la télégraphie sans fil, est marquée par la personnalité de Guglielmo Marconi. Italien né en 1874, c est encore un tout jeune homme qui s intéresse à partir de 1895 aux ondes hertziennes. Il combine les différents dispositifs conçus dans les laboratoires de Hertz et de Branly, avec la découverte de Popov. Ce dernier, un savant russe qui s interrogeait sur le caractère oscillatoire des décharges atmosphériques les éclairs des orages -, a découvert l utilité de «l antenne», dérivée du paratonnerre, pour améliorer la sensibilité de la réception. L entreprise de Marconi n est pas simplement scientifique. Il poursuit avec entêtement le projet d une utilisation commerciale de la TSF. C est un homme d affaire, qui dispose de capitaux levés en Angleterre, du soutien des services télégraphiques britanniques, et d un conseil en brevets qui lui assure la propriété de ses inventions. Quelle est l originalité de sa démarche? C est la conviction de pouvoir transmettre, sans fil et sur de grandes distances, des signaux morse utilitaires. L épopée de Marconi est rythmée par l augmentation de la portée des liaisons réalisées : 1,5 km durant l'été 1895, une quinzaine de kilomètres en 1897, en 1899 la première liaison entre les deux rives de la Manche, et dans les premières années du XXe siècle, les premières liaisons transatlantiques, encore très expérimentales. Ces dernières bénéficient d une circonstance heureuse. En effet, les ondes électromagnétiques se propagent en ligne droite, et la courbure de la Terre devrait interdire la possibilité d une liaison TSF transatlantique. Il se trouve que les ondes hertziennes se réfléchissent sur l ionosphère, dont l existence était alors ignorée. Pour sa part, Marconi estimait vraisemblablement que le pouvoir de diffraction des ondes utilisées, et donc leur capacité à contourner les obstacles, pouvait assurer la propagation sur des parcours courbes. Toutes les innovations qui améliorent l efficacité et la portée de la TSF n ont pas Marconi pour seul auteur. Mais la société 9

10 de Marconi veille à défendre son monopole, et achète au besoin les brevets nécessaires. C est le cas du principe de la syntonie, qui consiste à accorder le récepteur à la fréquence de l oscillation du signal émis. Ceci est rendu possible par l utilisation d un circuit d accord, comportant des bobines d inductance variable, et des condensateurs de capacité variable. Marconi crée en 1897 la société Wireless Telegraph and Signal Company qui devient la Marconi Wireless Telegraph Company en L un de ses grands succès est le développement de la TSF dans les transports maritimes. Il est en effet d un intérêt vital pour les navires de disposer d un moyen de communication sans support matériel. à ne laisser passer le courant que dans un sens, peut être rempli par certains cristaux, dit semi-conducteurs, dont l exemple le plus connu est le cristal de galène, un minerai de plomb très abondant. Les postes à galène, d une conception très simple, se répandent et continueront d être utilisés à l ère de la radiodiffusion. Le récepteur à galène présenté dans le musée était destiné à recevoir les signaux horaires de la station de la Tour Eiffel, dont l émission régulière avait commencé en Récepteur radio à galène, 1919 Inv Boîte d'accord, Inv Détecter, amplifier, moduler Le cohéreur de Branly joue pendant une décennie le rôle de détecteur des ondes hertziennes dans les récepteurs de TSF. D autres détecteurs font cependant leur apparition. Il suffit par exemple de combiner un écouteur de téléphone et un composant redresseur de courant pour rendre sensible la présence d oscillations électriques dans le circuit de réception. Ce rôle de redresseur de courant, qui consiste En 1907, l américain Lee de Forest dépose le brevet de la triode, la première d une série de lampes très originales. Ces lampes ne sont pas destinées à éclairer, pas davantage à chauffer, même si c est parfois un effet indésirable de leur fonctionnement! La triode est une ampoule dans lequel règne le vide, et munie de trois électrodes. Entre deux de ces électrodes, des électrons peuvent circuler, d autant plus librement que le vide est de qualité. Leur passage est contrôlé par la troisième électrode. C est une invention merveilleuse, à l origine de l électronique. Placée dans des circuits adaptés, la triode permet d agir subtilement sur les courants électriques, de les détecter, de les redresser, de les amplifier. Le nombre d électrodes est progressivement augmenté, la forme de l ampoule évolue 10

11 pour constituer la grande famille des tubes électroniques. Les lampes à vide sont dans un premier temps utilisées pour détecter et amplifier les signaux électriques captés par le récepteur TSF. 11. Amplificateur détecteur, type L1, 1917 Inv La première guerre mondiale donne un coup de fouet aux recherches de radiocommunication. En France, l équipe de radiographie militaire du colonel Gustave Ferrié s illustre tout particulièrement par son dynamisme. A partir de 1916, les différents corps d armées sont massivement équipées de récepteurs TSF à lampes. Le procédé d émission d un signal radio va aussi connaître une transformation radicale, qui ouvre la voie à la transmission électromagnétique de signaux complexes, et permet enfin de diffuser «sans fil» voix et musique. A l origine de la Télégraphie Sans Fil, l émission du signal utilisait le système à étincelles : hérité de l expérience initiale de Hertz, ce dernier produit des trains d ondes amorties, c est-à-dire des séries plus ou moins longues - d oscillations très brèves. Le récepteur détecte l émission du train d onde : le signal transmis est donc de la forme «tout ou rien», ce qui limite son application à la communication télégraphique. Or pour transmettre un signal électrique analogue à celui d un téléphone, il est nécessaire, d une part, de produire des ondes entretenues, avec lesquelles il est plus facile d accorder le récepteur ; d autre part, de modifier à volonté l une des caractéristiques de l onde porteuse, par exemple son amplitude. C est le principe de la modulation. L utilisation d émetteurs à arc, puis d alternateurs à haute fréquence aux dimensions imposantes permet avant guerre la production de ces ondes entretenues. Après la guerre, le perfectionnement des appareils à lampes leur permet de supplanter progressivement les autres procédés d émission et de réception. Dès les années 1920 apparaissent des «stations de radio» qui s adressent au grand public. La naissance de la radiodiffusion, ce nouveau mode de communication, est aussi l apparition d une nouvelle forme de distraction, de culture et d information. De nos jours, il est possible d écouter la radio par l intermédiaire d Internet : comment s imagine-t-on le cheminement de ces informations? 12 - Récepteur Philips type- 83OAS, 1934 Inv CM Rédaction : Y. Roussel Mise en forme : C. Aunis Photos : Musée des arts et métiers/ CNAM ; F. Delastre, P. Faligot, S. Pelly, J.-C. Wetzel Sources : Cf. page suivante 11

12 Sources : Patrice Carré. Du tam-tam au satellite, Presses Pocket ; Cité des Sciences et de l'industrie, 1991, 127 p. Patrice Carré, Christophe Ravaute (photographe). Télégraphes : innovations techniques et société au 19e siècle, Éd. du Téléphone, 1996, 169 p. Maurice Daumas (dir.), Histoire générale des techniques [tome 5]: les techniques de la civilisation industrielle: transformation, communication, facteur humain, PUF, 1979, 596 p. E. Monier, La Télégraphie sans fil et la télémécanique à la portée de tout le monde, Dunod / Pinat, 1907, 142 p. E. Montoriol, Les systèmes de télégraphie et téléphonie : origines, évolution, état actuel, Librairie J.B. Baillière, 1922, 709 p. Albert Vasseur, De la TSF à l'électronique : histoire des techniques radioélectriques, Editions Techniques et Scientifiques Françaises, 1975, 327p. Interferences : deux siècles de communication à distance, Paris, Musée national des techniques/cnam,. 1985, 112 p. Ouvrages numérisés sur : Théodore Du Moncel, Exposé des applications de l électricité, Paris : E. Lacroix, , 5 vol. Théodore Du Moncel, Le téléphone, le microphone et le phonographe, Hachette, 1878, 320 p. Pages wikipédia en français : Samuel_Morse ; Multiplexage ; Vitesse de l'électricité ; Marconi Pages wikipédia en anglais : Alexander_Graham_Bell ; Morse_code ; James_Clerk_Maxwell ; Heinrich_Rudolf_Hertz 12

Histoire des solutions à un problème technique LE TELEPHONE

Histoire des solutions à un problème technique LE TELEPHONE Histoire des solutions à un problème technique LE TELEPHONE 1 L'invention du téléphone : - Le téléphone de Bell En 1876, faisant suite aux travaux de Bourseul, Reiss et autres, Graham Bell invente, le

Plus en détail

Transmettre la voix à distance

Transmettre la voix à distance Pour quoi faire? Par quels moyens? Ressentir et observer sa voix, c était un très vieux rêve, comme l était aussi celui de voler dans les airs Aujourd hui, les moyens de communication modernes permettent

Plus en détail

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 TS Thème : Agir Activités Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 I. Transmission de l information 1. Procédés physique de transmission Une chaîne de transmission peut se schématiser

Plus en détail

Comment les systèmes de communication à distance évoluent-ils?

Comment les systèmes de communication à distance évoluent-ils? Les évolutions des solutions techniques de communication à distance Chapitre 1 Comment les systèmes de communication à distance évoluent-ils? Situation problème Les hommes ont toujours eu besoin de communiquer

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Les telecommunications optiques

Les telecommunications optiques Les telecommunications optiques AESS en physique Bruneel Michaël Un peu d'histoire... 1790 : Claude Chappe invente le télégraphe optique. 1820 : Premiers essais de transmission de signaux sur support électrique.

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

Numérisation de l information

Numérisation de l information Numérisation de l Une est un élément de connaissance codé à l aide de règles communes à un ensemble d utilisateurs. Le langage, l écriture sont des exemples de ces règles. 1 Comment les s sont-elles transmises?

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

Technologie. Histoire des solutions : Le divertissement grâce aux technologies électroniques. Marwan D

Technologie. Histoire des solutions : Le divertissement grâce aux technologies électroniques. Marwan D Technologie Histoire des solutions : Le divertissement grâce aux technologies électroniques Marwan D Sommaire 1 Introduction... 3 2 La radio... 3 3 La télévision... 6 4 L informatique et les ordinateurs...

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE : AIDE AU STATIONNEMENT

DOSSIER TECHNIQUE : AIDE AU STATIONNEMENT Educauto.org 20-01-05, Jean REYNAUD, Lycée JC Aubry, Bourgoin-Jallieu (38) Page 1 sur 7 DOSSIER TECHNIQUE : AIDE AU STATIONNEMENT Introduction Garer son véhicule, effectuer une manœuvre en toute sécurité,

Plus en détail

FICHE 01 TECHNOLOGIE

FICHE 01 TECHNOLOGIE Ministère de la santé et des sports Secrétariat d Etat chargé de l écologie Secrétariat d Etat chargé de la prospective et du développement de l économie numérique FICHE 01 TECHNOLOGIE 1. Téléphones mobiles

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

LES COMMUNICATIONS. Sommaire. Les communication - DOCUMENT RESSOURCE

LES COMMUNICATIONS. Sommaire. Les communication - DOCUMENT RESSOURCE DOCUMENT RESSOURCE LES COMMUNICATIONS Equipe de travail : > Matthieu Le Guen > Jean-Paul Pruvost > Pascal Pujades Sous la direction de : > Michel Loisy Année 2007-2008 Sommaire Page 2 - Historique Page

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

Téléinformatique et télématique. Revenons aux définitions

Téléinformatique et télématique. Revenons aux définitions Téléinformatique et télématique Revenons aux définitions Téléinformatique: exploitation à distance de systèmes informatiques grâce à l utilisation de dispositifs de télécommunication. Télématique: ensemble

Plus en détail

Guerre électronique et chiffrement Par Daniel TANT

Guerre électronique et chiffrement Par Daniel TANT Association des Réservistes du Chiffre et de la Sécurité de l Information Guerre électronique et chiffrement Par Daniel TANT De tous temps les hommes ont éprouvé le besoin de communiquer. Le Romains pratiquaient

Plus en détail

HISTOIRE DE LA RADIO ET DE LA

HISTOIRE DE LA RADIO ET DE LA HISTOIRE DE LA RADIO ET DE LA TÉLÉVISION EN FRANCE Chapitre 1 - La suprématie de la radio 1/4 Guillaume Blanc guillaume_blanc@live.fr PLAN DU COURS Chap. 1 - La suprématie de la radio (début 20ème s. -

Plus en détail

f m 280 Hz 0,30x1,0.10

f m 280 Hz 0,30x1,0.10 CORRECTION DU TP PHYSIQUE N 12 SPECIALITE TS 1/5 LA RECEPTION RADIO Correction du TP de physique N 12 La réception radio Activité préparatoire Les stations radios : nécessité d un dispositif récepteur

Plus en détail

DOSSIER PROFESSEUR / CYCLES 2 et 3-6 ème -5 ème

DOSSIER PROFESSEUR / CYCLES 2 et 3-6 ème -5 ème DOSSIER PROFESSEUR / CYCLES 2 et 3-6 ème -5 ème Ce dossier vous présente les éléments techniques et pédagogiques du «Jardin des sciences».vous y trouverez la documentation nécessaire à la préparation de

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

Autour de la téléphonie mobile et des antennes

Autour de la téléphonie mobile et des antennes Autour de la téléphonie mobile et des antennes La présente fiche d information contient des informations techniques sur la téléphonie mobile en général et plus spécifiquement sur les antennes. Elle explique

Plus en détail

> LIAISON RADIO PROFESSIONNELLE

> LIAISON RADIO PROFESSIONNELLE > LIAISON RADIO PROFESSIONNELLE RÉCEPTEUR RADIO 2 CANAUX Le 762R est un récepteur radio deux canaux. Il peut recevoir tous les émetteurs de la gamme 700R. Chaque canal peut recevoir quatre émetteurs de

Plus en détail

Cisco Certified Network Associate

Cisco Certified Network Associate Cisco Certified Network Associate Version 4 Notions de base sur les réseaux Chapitre 8 01 Quelle couche OSI est responsable de la transmission binaire, de la spécification du câblage et des aspects physiques

Plus en détail

Propriétés ondulatoires du son

Propriétés ondulatoires du son Propriétés ondulatoires du son But de la manipulation : Illustrer le caractère ondulatoire du son. Introduction : Pour se convaincre que le son est une onde, il suffit de montrer que son comportement est

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image?

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image? TP spécialité élec. N 1Conversion d une image en signal électrique. Principe de la TV. 1 / 7 I- Perception des images. 1)- La perception. - Une image est destinée à être vue par l œil. La prise de vue,

Plus en détail

SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES

SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES 1. ANALOGIQUE OU NUMERIQUE? Un signal est la représentation physique d une information qui est transportée avec ou sans transformation, de la source jusqu au destinataire.

Plus en détail

Une grandeur électrique : la tension

Une grandeur électrique : la tension Chapitre 7 Une grandeur électrique : la tension Programme officiel Connaissances La tension électrique aux bornes d un dipôle se mesure avec un voltmètre branché en dérivation à ses bornes. Unité de tension

Plus en détail

Chapitre 1 : PROPRIETES GENERALES DES CAPTEURS

Chapitre 1 : PROPRIETES GENERALES DES CAPTEURS ELEC 2811 : Instrumentation et capteurs 2011-2012 Chapitre 1 : PROPRIETES GENERALES DES CAPTEURS 1. INTRODUCTION 2. NOTIONS ET TERMINOLOGIE 2.1. Distinction entre grandeurs et paramètres physiques 2.2.

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale Ondes acoustiques ; acoustique musicale On appelle onde mécanique le phénomène de propagation d une perturbation dans un milieu élastique, sans transport de matière mais avec transport d énergie. L exemple

Plus en détail

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie

Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Guide Utilisateur des Techniques Alternatives au Ressuage et à la Magnétoscopie Fiche thématique A01 Les techniques alternatives au ressuage et à la magnétoscopie Cette fiche liste les techniques qui peuvent

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Chapitre 13 Numérisation de l information

Chapitre 13 Numérisation de l information DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 septembre 2013 à 17:33 Chapitre 13 Numérisation de l information Table des matières 1 Transmission des informations 2 2 La numérisation 2 2.1 L échantillonage..............................

Plus en détail

I.3. Grandeur d entrée d un préactionneur

I.3. Grandeur d entrée d un préactionneur I. Introduction FONCTION DISTRIBUER : PREACTIONNEUR ELECTRIQUE Les préactionneurs font partie de la chaîne d'action d'un système automatisé. Les préactionneurs sont les interfaces entre la Partie Commande

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA UE3-1 : Physique Chapitre 4 : Les ondes Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. IV- Les ondes Finalité du chapitre Pour

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

LIAISON SERIE MODBUS

LIAISON SERIE MODBUS LIAISON SERIE MODBUS 1. INTRODUCTION AU BUS DE TERRAIN MODBUS :... 2 1.1. Généralités :... 2 1.2. Principe général :... 2 2. LIAISON SERIE RS485 :... 3 2.1. Transmission série asynchrone :... 3 2.2. Transmission

Plus en détail

PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE

PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE XXXX H02 PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE XXXX APPAREILS POUR LA TRANSFORMATION DE COURANT ALTERNATIF EN COURANT ALTERNATIF, DE COURANT ALTERNATIF EN COURANT CONTINU OU VICE

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

Fonctions de la couche physique

Fonctions de la couche physique La Couche physique 01010110 01010110 Couche physique Signal Médium Alain AUBERT alain.aubert@telecom-st-etienne.r 0 Fonctions de la couche physique 1 1 Services assurés par la couche physique Transmettre

Plus en détail

D une vitrine à l autre : il était une fois l électricité

D une vitrine à l autre : il était une fois l électricité D une vitrine à l autre : il était une fois l électricité Une histoire de l électricité racontée par les instruments du Musée d histoire des sciences D une vitrine à l autre : il était une fois l électricité

Plus en détail

RESEAUX. Supports de transmission Câble coaxial. Supports de transmission Fibre optique. Supports de transmission. Supports de transmission

RESEAUX. Supports de transmission Câble coaxial. Supports de transmission Fibre optique. Supports de transmission. Supports de transmission RESEAUX Câble coaxial Cœur de cuivre Isolant Tresse conductrice Gaine protectrice isolante Bonne résistance aux bruits Support encombrant. Télévision et téléphone. 1 Base 2 (1MHz sur 2m) 1 Base 5 (1MHz

Plus en détail

électricité 1. Fabriquer de l él 2. Le transport de l él www.promethee-energie.org energie.org

électricité 1. Fabriquer de l él 2. Le transport de l él www.promethee-energie.org energie.org La fée f électricité 1. Fabriquer de l él électricité 2. Le transport de l él électricité www.promethee-energie.org energie.org Pourquoi l électricité fait elle marcher de nombreux appareils dans la maison?

Plus en détail

Les Télécommunications

Les Télécommunications Les Télécommunications HISTORIQUE DES TELECOMMUNICATIONS Depuis la nuit des temps, l'homme cherche à transmettre ses connaissances, son vécu à travers différentes méthodes. Dans les premiers millénaires,

Plus en détail

Histoire des ordinateurs

Histoire des ordinateurs Histoire des ordinateurs I- Représentation de l information et de la communication I-1 Schéma de base de la communication Une information est un fait, un événement susceptible d apporter de la connaissance.

Plus en détail

Les bases théoriques du numérique

Les bases théoriques du numérique Les bases théoriques du numérique 1. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques L analogique et le numérique sont deux procédés pour transporter et stocker des données. (de type audio,

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISO/CEI 17025 v2005

MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISO/CEI 17025 v2005 Date de révision : MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISOCEI 17025 v2005 L accréditation concerne les prestations réalisées par : LCIE Groupe 1 - Fontenay aux Roses 33, avenue du Général Leclerc

Plus en détail

musée des arts et métiers

musée des arts et métiers musée des arts et métiers L E S C A R N E T S LE TELEGRAPHE DE CHAPPE «Rapide messager de la pensée, le télégraphe rivalise de vitesse avec elle» ( Lakanal, rapport à l Assemblée nationale du 26 juillet

Plus en détail

B31+B32 - Lignes. Ces grandeurs dépendent de la longueur l de la ligne : ce sont des grandeurs dites "réparties".

B31+B32 - Lignes. Ces grandeurs dépendent de la longueur l de la ligne : ce sont des grandeurs dites réparties. G. Pinson - Physique Appliquée Lignes B31+B32-TP / 1 B31+B32 - Lignes But : on veut transmettre des données numériques sous forme d'impulsions binaires dans une ligne, en veillant à minimiser les perturbations

Plus en détail

Le monde des sons du 3e millénaire

Le monde des sons du 3e millénaire Le monde des sons du 3e millénaire I Le son transformé en froid 1. Introduction Si l on doit se rappeler deux inventions qui ont modifié profondément le mode de vie du 20e siècle, citons l automobile et

Plus en détail

Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable

Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable RÉSUMÉ U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E par Lycée Victor Hugo - 25000

Plus en détail

VOITURE QUI SE RECHARGE PAR INDUCTION

VOITURE QUI SE RECHARGE PAR INDUCTION VOITURE QUI SE RECHARGE PAR INDUCTION DUSHIMIMANA Guillaume dguillaume2011@gmail.com VAN GOETHEM Maxime maxime.kami@outlook.com RÉSUMÉ Ce rapport est un compte rendu du projet effectué lors de notre bureau

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Propagation des ondes en HF

Propagation des ondes en HF Propagation des ondes en HF Pour cette étude, il faut s intéresser à plusieurs paramètres. Le document ci-dessous a été fait par F5DBT et publié sur le site et dans la news letter. Il reprend tous les

Plus en détail

Chapitre I La fonction transmission

Chapitre I La fonction transmission Chapitre I La fonction transmission 1. Terminologies 1.1 Mode guidé / non guidé Le signal est le vecteur de l information à transmettre. La transmission s effectue entre un émetteur et un récepteur reliés

Plus en détail

LE COURANT ELECTRIQUE CONTINU

LE COURANT ELECTRIQUE CONTINU LE COURT ELECTRQUE COTU 1- perçu historique de l'électricité Voir polycop 2- Le courant électrique l existe deux types de courant. EDF. faire tirages feuille exercice et T annexe Montrer effet induction

Plus en détail

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège)

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Thème SANTE SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Acquis du collège : une tension alternative périodique (comme celle du secteur) est une tension qui se répète à l'identique

Plus en détail

COMPOSANTS ET COUCHES

COMPOSANTS ET COUCHES COMPOSANTS ET COUCHES Dans ce chapitre nous nous intéressons d'une part aux composants des réseaux - physiques, - logiques, ainsi qu'à l'architecture des réseaux, essentiellement la - topologie, - conception

Plus en détail

ETUDE D'UNE FIBRE OPTIQUE ET D'UN CÂBLE À PAIRE TORSADÉE

ETUDE D'UNE FIBRE OPTIQUE ET D'UN CÂBLE À PAIRE TORSADÉE ETUDE D'UNE FIBRE OPTIQUE ET D'UN CÂBLE À PAIRE TORSADÉE Capacité(s) contextualisée(s) mise(s) en jeu durant l'activité : Evaluer l'affaiblissement d'un signal à l'aide du coefficient d'atténuation. Mettre

Plus en détail

Électromagnétisme et Optique Physique

Électromagnétisme et Optique Physique Électromagnétisme et Optique Physique Dr.R.Benallal DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE École Préparatoire en Sciences et Techniques de Tlemcen Physique 4 Fevrier-Juin 2013 Programme du module I Électromagnétisme

Plus en détail

ANALYSE FONCTIONNELLE

ANALYSE FONCTIONNELLE Présentation du système ANALYSE FONCTIONNELLE La voiture haut de gamme d aujourd hui comporte plusieurs calculateurs reliés en réseaux par des bus multiplexés dont le bus CAN. La CITRÖEN C6 dispose de

Plus en détail

LA VOIX ET L OREILLE HUMAINE APPLICATION À LA RECONNAISSANCE VOCALE

LA VOIX ET L OREILLE HUMAINE APPLICATION À LA RECONNAISSANCE VOCALE TS - Physique-Chimie - Spécialité Son et musique - Séance 1/9 Domaine d étude : émetteurs et récepteurs sonores Mots-clefs : voix, acoustique physiologique, reconnaissance vocale LA VOIX ET L OREILLE HUMAINE

Plus en détail

I.2 Comment passer d un signal analogique en un signal numérique sans perdre de l information?

I.2 Comment passer d un signal analogique en un signal numérique sans perdre de l information? I- Chaîne d information I.1 Généralités Dans un ballon-sonde, on trouve des capteurs (température, luminosité, pression ) plus ou moins sophistiqués. Nous allons voir que pour un problème technique identique

Plus en détail

Le circuit de charge

Le circuit de charge 1 1. Mise en situation : 2. Définition : comprend l intégralité des pièces permettant l alimentation électrique de l ensemble des consommateurs du véhicule et la charge de la batterie 3. Fonction globale

Plus en détail

Systèmes d écoute TV sans fil Ecoutez vos émissions préférées au volume sonore qui vous convient, avec un confort inégalé et sans compromis

Systèmes d écoute TV sans fil Ecoutez vos émissions préférées au volume sonore qui vous convient, avec un confort inégalé et sans compromis Systèmes d écoute TV sans fil Ecoutez vos émissions préférées au volume sonore qui vous convient, avec un confort inégalé et sans compromis HUMANTECHNIK SMS Audio Electronique vos partenaires pour les

Plus en détail

Cours de physico-chimie. appliquée aux capteurs L1PC. Marcel Carrère 2011-2012

Cours de physico-chimie. appliquée aux capteurs L1PC. Marcel Carrère 2011-2012 Cours de physico-chimie appliquée aux capteurs L1PC Marcel Carrère 2011-2012 Livre support de ce cours «les capteurs en instrumentation industrielle» G. Asch et ses collaborateurs, aux éditions Dunod.

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

Partie 3 Les réseaux informatiques

Partie 3 Les réseaux informatiques Partie 3 Les réseaux informatiques EMI 10/11 1 Définitions Un réseau est un ensemble d équipements informatiques interconnectés On distingue les nœuds qui sont les équipement actifs des éléments d interconnexion

Plus en détail

2 nde - SPC Eléments de correction Evaluation n 4

2 nde - SPC Eléments de correction Evaluation n 4 2 nde - SPC Eléments de correction Evaluation n 4 Nom Prénom : Note : / 20 Cours / 5 Exercices d application / 9 Résolution de problème ou analyse de documents / 6 Partie A : Questions de cours 5 points

Plus en détail

La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan

La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan - Généralités Deux spécialités se distinguent : - La détection pour les Investigations Complémentaires - La valorisation

Plus en détail

TS 32 Stockage de données sur un CD

TS 32 Stockage de données sur un CD FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 32 Stockage de données sur un CD Type d'activité Activité documentaire Tâche complexe Notions et contenus Stockage optique Écriture et lecture des données

Plus en détail

Appareil de télé-assistance 52 Une sécurité qui rassure

Appareil de télé-assistance 52 Une sécurité qui rassure Appareil de télé-assistance 52 Une sécurité qui rassure 2 Une gamme complète pour la sécurité Bien plus que toute autre société, Bosch est synonyme d innovation technique et d inventions révolutionnaires.

Plus en détail

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE Titulaire : A. Rauw 5h/semaine 1) MÉCANIQUE a) Cinématique ii) Référentiel Relativité des notions de repos et mouvement Relativité de la notion de trajectoire Référentiel

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Traitement du signal et Applications

Traitement du signal et Applications Traitement du signal et Applications Master Technologies et Handicaps 1 ère année Philippe Foucher 1 Plan Signal? Exemples Signaux analogiques/signaux numériques Propriétés Séance de TP 2 Plan Signal?

Plus en détail

Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 2 (voir énoncé page 386 du livre)

Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 2 (voir énoncé page 386 du livre) Chapitre 16 Exercice 1 (voir énoncé page 386 du livre) [a] Une tranche de temps correspond au passage d une voie GSM. Il y a donc 8 voies de parole par porteuse et donc 8 x 16 = 128 voies de parole. [b]

Plus en détail

Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones

Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones Chapitre 17 Sciences Physiques - BTS Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones 1 Loi de Laplace 1.1 Etude expérimentale Le conducteur est parcouru par un courant continu ; il est placé dans un champ

Plus en détail

LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE

LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE QU EST-CE QU UN OSCILLOSCOPE... Un oscilloscope est un appareil permettant d analyser avec une grande précision le comportement

Plus en détail

A- Observez la vidéo A présentant le fonctionnement de deux objets techniques que nous

A- Observez la vidéo A présentant le fonctionnement de deux objets techniques que nous Nous savons qu'un système d'alarme permet de protéger une habitation en détectant et en signalant une ouverture de porte, de fenêtre ou un mouvement dans une pièce. Mais comment détecter et existe il un

Plus en détail

TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité

TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité PREPARATION (à rédiger avant de venir en TP) Il s agit de trouver une méthode pour mesurer la capacité C d un condensateur, en étudiant

Plus en détail

Les techniques de multiplexage

Les techniques de multiplexage Les techniques de multiplexage 1 Le multiplexage et démultiplexage En effet, à partir du moment où plusieurs utilisateurs se partagent un seul support de transmission, il est nécessaire de définir le principe

Plus en détail

Mines MP Epreuve Physique I Année 2000

Mines MP Epreuve Physique I Année 2000 1 Mines MP Epreuve Physique I Année 2000 1- Bande phonique(50 HZ-20 khz) et bande radio (100 khz à 100 MHz) disjointes : les basses fréquences électromagnétiques ne se propagent pratiquement pas MA : simplicité

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa annuel -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa annuel - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa annuel - I. Vecteur champ magnétique : a) Détection : si l on saupoudre de limaille de fer un support horizontal au-dessous

Plus en détail

Rappel du contexte. Notions relatives à la puissance multiplex

Rappel du contexte. Notions relatives à la puissance multiplex Consultation publique portant sur l opportunité d une régulation de la puissance multiplex FM en France 1 Rappel du contexte Les caractéristiques des signaux de radiodiffusion dépendent du type de modulation

Plus en détail

Guénael Launay. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques 2

Guénael Launay. Différences entre signaux analogiques et signaux numériques 2 Guénael Launay Différences entre signaux analogiques et signaux numériques 2 Convertisseur analogique numérique analogique. 3 Convertisseur analogique numérique 3 Convertisseur numérique analogique 3 Théorie

Plus en détail

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS

ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Matériel : Logiciel winoscillo Logiciel synchronie Microphone Amplificateur Alimentation -15 +15 V (1) (2) (3) (4) (5) (6) ACOUSTIQUE 3 : ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Connaissances et savoir-faire

Plus en détail

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP)

2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2. Couche physique (Couche 1 OSI et TCP/IP) 2.1 Introduction 2.2 Signal 2.3 Support de transmission 2.4 Adaptation du signal aux supports de transmission 2.5 Accès WAN 2.1 Introduction Introduction Rôle

Plus en détail

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie

Cours d électricité. Introduction. Mathieu Bardoux. 1 re année. IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie Cours d électricité Introduction Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Le terme électricité provient du grec ἤλεκτρον

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012 Présentation du programme de physique-chimie de Terminale S applicable en septembre 2012 Nicolas Coppens nicolas.coppens@iufm.unistra.fr Comme en Seconde et en Première, le programme mélange la physique

Plus en détail

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information I. Nature du signal I.1. Définition Un signal est la représentation physique d une information (température, pression, absorbance,

Plus en détail

Sciences et technologie industrielles

Sciences et technologie industrielles Sciences et technologie industrielles Spécialité : Génie Energétique Classe de terminale Programme d enseignement des matières spécifiques Sciences physiques et physique appliquée CE TEXTE REPREND LE PUBLIE

Plus en détail

FONDEMENTS DE LA DÉTECTION ANTI-INTRUSION

FONDEMENTS DE LA DÉTECTION ANTI-INTRUSION FONDEMENTS DE LA DÉTECTION ANTI-INTRUSION (Rédacteur : P. LEGAT) Le domaine de l Alarme Sécurité Incendie a pour finalité la protection des biens et des personnes. Il comprend principalement quatre champs

Plus en détail

HUMANTECHNIK SMS Audio Electronique vos partenaires pour les accessoires audiologiques

HUMANTECHNIK SMS Audio Electronique vos partenaires pour les accessoires audiologiques Transmission de signaux sans fil de prise à prise : Téléphone, sonnette de porte, pleurs de bébé, appel de personnes, alarme : aucun signal ne vous échappe. lisa vous en informe par de puissants flashs

Plus en détail