AUTRES ASPECTS DU GPS. Partie I : tolérance de Battement Partie II : tolérancement par frontières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUTRES ASPECTS DU GPS. Partie I : tolérance de Battement Partie II : tolérancement par frontières"

Transcription

1 AUTRES ASPECTS DU GPS Partie I : tolérance de Battement Partie II : tolérancement par frontières 1

2 Partie I Tolérance de battement

3 Défaut de Battement Défautconjuguéde forme, orientation et position, constatélorsde la rotation d'un élément autour d'un axe de référence Type de déviationlimitépar unezone de tolérance Pas un aspect géométrique Peut être exprimé autrement par la combinaison des autre tolérances géométriques classiques 6 constructions possibles de zone de tolérance 3

4 Défaut de Battement 6 constructions possibles de zone de tolérance Battement circulaire (simple) ou battement total (double): suivant l'indication du cadre de tolérance Battement radial, axial ou oblique, suivant que la direction de la flèche soit parallèle, perpendiculaire ou oblique par rapport à l'axe de référence La largeur de la zone de tolérance s exprime sur la normale à l élément tolérancé 4

5 Défaut de Battement Exemples de représentation et d'interprétation : battement radial 5

6 Défaut de Battement Exemples de représentation et d'interprétation : battement axial 6

7 Défaut de Battement Exemples de représentation et d'interprétation : battement oblique 7

8 Défaut de Battement Méthode d'interprétation identique à celle vue dans le début du cours Règles d'interprétation communes aux six combinaisons Au moins une référence spécifiée de type «axe» La largeur de la zone de tolérance s exprime sur la normale à l élément tolérance 8

9 Défaut de Battement Règles propres au battement circulaire (ou simple) Support de la zone de tolérance est une ligne circulaire centrée sur la référence spécifiée «axe de référence» 9

10 Défaut de Battement Règles propres au battement total (ou double) Support de la zone de tolérance est un élément identique à l élément nominal (plan, cylindre ou cône) 10

11 Partie II Tolérancement par frontières

12 Exigence de l'enveloppe But : spécifier une dépendance entre la dimension d'une surface et sa géométrie (forme) N'a de sens que si les dimensions locales existent Surfaces cylindriques Couples de plans parallèles 12

13 Exigence de l'enveloppe Énoncé L'enveloppe de forme parfaite placée au maximum de matière ne doit pas être dépassée Remarque importante Raisonner sur le maximum de matière et non pas sur les dimensions maximum, pour éviter des confusions entre surfaces intérieures et extérieures 13

14 Exigences du Maximum et du Minimum de matière Buts Assurer l'assemblage statique de 2 pièces Assembler à moindres coûts Ce tolérancementspécifie une dépendance entre les dimensions d'une surface et ses défauts de position et d'orientation Se sont les mêmes éléments tolérancésque pour l'exigence de l'enveloppe : Un cylindre ou groupe de cylindres Un couple de plans parallèles en vis-à-vis 14

15 Maximum de matière Principe Accepter des écarts géométriques plus importants si la dimension de la surface ne la place pas au maximum de matière Énoncé L'état virtuel des éléments tolérancés et, si indiqué, l'état de forme parfaite au maximum de matière pour les éléments de référence ne doivent pas être dépassés 15

16 Maximum de matière Illustration : assemblage carter-flasque D d D d Carter réel Etat virtuel du carter Etat virtuel du flasque Flasque réel 16

17 Maximum de matière Introduction de la notion de l'étatvirtuel des pièces Définition Enveloppede formeparfaitepermisepar les spécifications Estgénéréepar l'effetcollectifde la dimension locale au maximum de matièreet des tolérances géométriques Spécificationpar frontièreet non plus par zone de tolérance 17

18 Maximum de matière Dimension de l'état virtuel pour une surface donnée Pour les contenus (arbre,...) Pour les contenants (alésages,...) 18

19 Maximum de matière Illustration de la dimension de l'état virtuel pour un arbre État virtuel ø16 ±0,02 Ø0,01 M A ø16,03 A 19

20 Maximum de matière Diagramme des tolérances dynamiques : Zone admissible pour le réglage de la fabrication et pour les pièces fabriquées Montre graphiquement la relation entre le défaut géométrique acceptable et les dimensions de la surface tolérancée 0,05 0,03 0,01 Zone admissible pour le réglage 15, ,02 Zones admissibles pour la surface Dimension locale 20

21 Maximum de matière Interprétation de la zone de tolérance : Volume limité par un cylindre de révolution de diamètre T dont l orientation de l axe est contrainte à être perpendiculaire à A. - Dont la valeur de T est : ØT T = 0.01 si l élément est dans son état maximal de matière (D=16.02). T = 0.05 si l élément est dans son état minimal de matière (D=15.98). Entre ces deux cas, T varie linéairement (cf. graphe précédent). 21 A

22 Interprétation des spécifications Synthèse de la démarche A1 : citer le principe de l'indépendance A2 : énoncer le type de spécification A3 : définir les éléments extraits relatifs à la specification A4 : définir les références spécifiées (si pas de MDM) ou l'état virtuel des références (si MDM) A5 : définir l'état virtuel sur les éléments tolérancés avec A6 : appliquer la condition de conformité 22

23 Exemples de spécifications Exemple sans référence au MDM A2 : tolérance de position : la localisation A3 : ET : 4 surfaces nom. cylindriques

24 Exemples de spécifications ER Surface nom. Plane ER(A) Lignenom. RectiligneER(B) Surface dérivéeextraiteer(c) A4 : système de référence I : plan tgt. ext. Mat. Minimisantl'écartmaxi. II : axe duplus grand cylindreinscrit perpendiculaire à la réf. Primaire III : plan médiande 2 plans tgtext mat perpendiculaire à A et symétrique par rapport à B 24

25 Exemples de spécifications A5 : étatvirtuelpour l'et 4 cylindres de forme parfaite De diamètre7,5 mm Positionnés et orientés par les cotes encadrés dans le système de références spécifiées Perpendiculairesàla réf. I Centréssurla référenceii et diamètre26 A 45 de la réfiii, puistousles 90 A6 : condition de validation L'étatvirtuelnedoitpas êtredépassé 25

26 Exemples de spécifications Exemple sur groupe d'alésages avec MdM sur les références A2 : tolérancede position : la localisation A3 : ET : 6 surfaces nom. cylindriques

27 Exemples de spécifications ER : Surface nom. Plane ER(A) Ligne dérivée extraite de la surface nom. cylindrique ER(B) A4 : système de référence I : plan tgt. Ext. Mat. Minimisant l'écart maxi II : état virtuel de la référence Cylindre de forme parfaite perpendiculaire à la réf. I De diamètre 44 mm 27

28 Exemples de spécifications A5 : étatvirtuelpour l'et 6 Cylindresde formeparfaitede diamètre8 mm Perp. àla réf. I, positionnéspar les cotes encadrées Pas de référence angulaire A6 : condition de validation Les étatsvirtuelsdes élémentstolérancéset des éléments de référence ne doivent pas être dépassés 28

29 Exemples de spécifications Définition du calibre de contrôle Représentation graphique du calibre de contrôle

30 Conclusion Pour le concepteur: L'état virtuel(la frontière) correspond au modèle nominal, si les tolérances géométriques sont nulleset au max. de mat. Pour le fabricant : Siusinagedansmêmephase, les défauts géométriques peuvent être nuls Pour le métrologue: calibre fonctionnel Réel: gabaritde contrôle Virtuel: traitement logiciel 30

COTATION. G.P.S. ( Spécification Géométrique des Produits)

COTATION. G.P.S. ( Spécification Géométrique des Produits) COTATION G.P.S. ( Spécification Géométrique des Produits) La spécification géométrique des produits, symbolisée GPS, consiste à définir, au travers d un dessin de définition : La forme, les dimensions

Plus en détail

Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles

Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles Contrôle des spécifications dimensionnelles et géométriques sur Machines à Mesurer Tridimensionnelles 1 Inspection d une spécification portée sur un dessin Les étapes : Définir selon la norme (ISO) la

Plus en détail

Système ISO de tolérances Ajustements

Système ISO de tolérances Ajustements Principe de l interchangeabilité: Système ISO de tolérances Ajustements Lorsqu il faut fabriquer une série de pièces identiques, il est impossible d obtenir, d une pièce à l autre, exactement les mêmes

Plus en détail

Réunion des comités roulements et GPS

Réunion des comités roulements et GPS 24 Réunion des comités roulements et GPS Dès publication de la nouvelle version de la norme ISO 492, les tolérances dimensionnelles des roulements et les systèmes ISO de limites et d ajustements pourront

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. TTA-DEI1 Livret dessin cotation 1 17/12/04

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. TTA-DEI1 Livret dessin cotation 1 17/12/04 COTATION 1 EXECUTION GRAPHIQUE DE LA COTATION Élément d une cote : 50 Valeur de la cote Ligne de cote Extrémité Ligne d attache 20 28 2.75 Disposition des lignes d attache : Point d épure Cotation d un

Plus en détail

Proposition de corrigé

Proposition de corrigé CONCOURS COMMUN 25 DES ECOLES DES MINES D ALBI, ALES, DOUAI, NANTES Epreuve spécifique de Sciences Industrielles (filière PTSI) Vendredi 2 Mai 25 de 8h à 2h Proposition de corrigé A ETUDE FONCTIONNELLE

Plus en détail

Roulements de précision pour charges combinées

Roulements de précision pour charges combinées Roulements de précision pour charges combinées Roulements combinés Roulements à billes à contact oblique Roulements combinés avec système de mesure angulaire intégré Roulements de précision pour charges

Plus en détail

Notions de métrologie et MMT. I. Introduction à la métrologie. A. Définitions

Notions de métrologie et MMT. I. Introduction à la métrologie. A. Définitions 2 Année PT S.I.I. CI 1 : Relation Produits-Procédés-Matériaux Fiche de TD Page 1 sur 20 I. Introduction à la métrologie A. Définitions 1- Métrologie : C est le domaine des connaissances relatives au mesurage.

Plus en détail

Le tolérancement inertiel appliqué en décolletage

Le tolérancement inertiel appliqué en décolletage Le tolérancement inertiel appliqué en décolletage Mondialisation, augmentation du coût de l énergie et des matières, pressions sur les coûts. Les entreprises doivent évoluer dans un contexte changeant

Plus en détail

Roulements de précision pour charges combinées

Roulements de précision pour charges combinées Roulements de précision pour charges combinées Roulements combinés Roulements à billes à contact oblique Roulements combinés avec système de mesure angulaire intégré A chaque application, un produit adapté

Plus en détail

Vis à billes de précision à filets rectifiés

Vis à billes de précision à filets rectifiés sommaire Calculs : - Capacités de charges / Durée de vie - Vitesse et charges moyennes 26 - Rendement / Puissance motrice - Vitesse critique / Flambage 27 - Précharge / Rigidité 28 Exemples de calcul 29

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Lecture d une tolérance géométrique ISO (sans indications particulières)

Lecture d une tolérance géométrique ISO (sans indications particulières) Lecture d une tolérance géométrique ISO (sans indications particulières) association opération Références simulées condition d appartenance Élément tolérancé Élément(s) de référence Référence spécifiée

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

TOLÉRANCEMENT GÉOMÉTRIQUE INTERPRÉTATION

TOLÉRANCEMENT GÉOMÉTRIQUE INTERPRÉTATION TOLÉRNCEMENT GÉOMÉTRIQUE INTERPRÉTTION FBIEN SCHNEIDER IUFM DE LORRINE UNIVERSITÉ DE METZ ÎLE DU SULCY 57 045 METZ CEDEX f.schneider@ac-nancy-metz.fr MRS 99 vant-propos L objectif premier de ce document

Plus en détail

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL

FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL FICHES D AIDE POUR L UTILISATION DU LOGICIEL MECA 3D Travailler avec Méca 3D Effectuer un calcul mécanique Simuler le mouvement d un mécanisme Afficher une courbe de résultats Ajouter un effort (force

Plus en détail

APPAREILS DE MESURE DE DÉFAUTS DE FORME

APPAREILS DE MESURE DE DÉFAUTS DE FORME APPAREILS DE MESURE DE DÉFAUTS DE FORME Valable du 1er octobre au 31 décembre 2015 APPAREILS DE MESURE DE DÉFAULTS DE FORME MESURE DE DÉFAUTS DE FORME DE RÉVOLUTION ROUNDTEST RA-120P Solution «prêt à mesurer»

Plus en détail

Communication technique et initiation à la conception. Les guidages en rotation

Communication technique et initiation à la conception. Les guidages en rotation Communication technique et initiation à la conception Les guidages en rotation Plan du cours 2 A. Présentation B. Expression fonctionnelle du besoin: C. Principes mis en œuvre D. Guidages en rotation par

Plus en détail

LACLUSIENNE. Éléments filetés, normalisation. www.laclusienne.com

LACLUSIENNE. Éléments filetés, normalisation. www.laclusienne.com LACLUSIENNE C L U F I X Éléments filetés, normalisation www.laclusienne.com Éléments filetés, normalisation Ce document contient des informations relatives aux fi letages des produits LA CLUSIENNE-CLUFIX

Plus en détail

LES LIAISONS COMPLETES

LES LIAISONS COMPLETES ETUDE DES LIAISONS MECANIQUES LES LIAISONS COMPLETES Construction Référence au programme S.T.I Référence au module 2 Etude des liaisons mécaniques. module 6 : Construction des 2-2 Liaisons complètes. liaisons

Plus en détail

(Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto, et également pour un S2R1000, équipé d un disque acier en fond de cloche, et ressorts d origine)

(Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto, et également pour un S2R1000, équipé d un disque acier en fond de cloche, et ressorts d origine) Analyse de la charge transmise aux roulements de la roue dentée, notamment en rajoutant les efforts axiaux dus aux ressorts de l embrayage (via la cloche) (Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto,

Plus en détail

APPAREILS DE MESURE DES DÉFAUTS DE FORME

APPAREILS DE MESURE DES DÉFAUTS DE FORME APPAREILS DE MESURE DES DÉFAUTS DE FORME Valable du 1er octobre au 31 décembre 2015 APPAREILS DE MESURE DES DÉFAUTS DE FORME MESURE DES DÉFAUTS DE FORME ROUNDTEST RA-120P Solution «prêt à mesurer» à partir

Plus en détail

Vannes 3 voies avec filetage extérieur, PN 16

Vannes 3 voies avec filetage extérieur, PN 16 4 464 Vannes 3 voies avec filetage extérieur, PN 6 VXG44... Corps en bronze CC49K (Rg5) DN 5...DN 40 k vs 0,25...25 m 3 /h Corps filetés avec étanchéité par joint plat G selon ISO 228/ Des raccords à vis

Plus en détail

Couplemètre sans contact - Séries 2000

Couplemètre sans contact - Séries 2000 Couplemètre sans contact - Séries 2000 Date: 27 Juin 2002 Marquage CE ISO 9001 1. Bref descriptif Le capteur décrit ici est conçu pour mesurer le couple exercé sur son axe qu il soit à l'arrêt ou en rotation.

Plus en détail

Bureau Des Méthodes BENLAHMIDI Said -Ecole Nationale Supérieure de Technologie-

Bureau Des Méthodes BENLAHMIDI Said -Ecole Nationale Supérieure de Technologie- VI. MISE EN POSITION DES PIECES VI.1 Introduction On appelle usinage toute opération de mise en forme par enlèvement de matière à l aide d une machine-outil destinée à conférer à une pièce des dimensions

Plus en détail

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur

: scientifique. : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur : scientifique : Physique, technologie et sciences de l ingénieur (PTSI) Physique et technologie (PT) : Sciences industrielles de l ingénieur Première et seconde s PROGRAMME DE SCIENCES INDUSTRIELLES DE

Plus en détail

T GM B2 DS N 1 : Vérin rotatif 28 Septembre 2005

T GM B2 DS N 1 : Vérin rotatif 28 Septembre 2005 L.P.T.I. Saint Joseph La Joliverie T GM B2 DS N 1 : Vérin rotatif 28 Septembre 2005 Mise en situation PRESENTATION DU MECANISME La sérigraphie est une technique pour le marquage des pièces plastiques.

Plus en détail

Vérins. rotatifs. Série R Ø 32 à 125 mm

Vérins. rotatifs. Série R Ø 32 à 125 mm Vérins rotatifs Série R Ø 32 à 125 mm Vérins rotatifs série R Ø 32 à 125 mm La technologie SOPRA appliquée au vérin rotatif permet d atteindre un niveau élevé de précision et de fiabilité parfaitement

Plus en détail

Important IND2105. Questionnaire d'examen. Attention : les questions 5, 11, 12 et 15 sont plus longues que les autres.

Important IND2105. Questionnaire d'examen. Attention : les questions 5, 11, 12 et 15 sont plus longues que les autres. Questionnaire d'examen IND2105 Sigle du cours MODULE 1 QUESTION 1 : ( 0,5 point ) Durée maximale recommandée 2 minutes PAGE 1 / 14 Nom : Signature : Prénom : Matricule : Durant l élaboration d une pièce

Plus en détail

Nom : Groupe : Date : 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie?

Nom : Groupe : Date : 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie? Nom : Groupe : Date : Verdict Chapitre 11 1 La communication graphique Pages 336 et 337 1. Quels sont les deux types de dessins les plus utilisés en technologie? Les dessins de fabrication. Les schémas.

Plus en détail

Roulements à une rangée de billes de génération C. Information Technique Produit

Roulements à une rangée de billes de génération C. Information Technique Produit Roulements à une rangée de billes de génération C Information Technique Produit Sommaire Caractéristiques 2 Avantages des roulements à billes FAG de génération C 2 Etanchéité et lubrification 2 Température

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

1 Création d une pièce. 2 Travail complémentaire. 1-1 Réglage des barres d outils. 1-2 Exemples de réalisation de pièces à l aide d un modeleur 3D

1 Création d une pièce. 2 Travail complémentaire. 1-1 Réglage des barres d outils. 1-2 Exemples de réalisation de pièces à l aide d un modeleur 3D SolidWorks Logiciel de DAO (Dessin Assisté par Ordinateur) Palonnier Servomoteur SOMMAIRE : 1 Création d une pièce 1-1 Réglage des barres d outils 1-2 Exemples de réalisation de pièces à l aide d un modeleur

Plus en détail

GÉNIE MÉCANIQUE. Machine de production de sondes

GÉNIE MÉCANIQUE. Machine de production de sondes GÉNIE MÉCANIQUE Machine de production de sondes Présentation La machine étudiée est destinée à la production automatique de sondes médicales présentées figure 1. La figure 2 montre une vue en perspective

Plus en détail

mpre maggiore diffusione di cerchi in lega, cromati e riverniciati richiedono attrezzature in grado di operare senza toccare il

mpre maggiore diffusione di cerchi in lega, cromati e riverniciati richiedono attrezzature in grado di operare senza toccare il Innovant monte-démonte pneus super automatique «SENZA LEVA» (SANS LEVIER) - TOUCHLESS, à actionnement hydraulique avec présélection du diamètre de la roue. Peut traiter tout type de roue de 13 à 32. mpre

Plus en détail

NOTIONS ÉLEMENTAIRES SUR LES PNEUS

NOTIONS ÉLEMENTAIRES SUR LES PNEUS CE QU IL Y A DANS UN PNEU CEINTURES BANDE DE ROULEMENT ISOLANT DE NAPPES CARCASSE À ARCEAUX DROITS GARNITURE INTÉRIEURE CARCASSE TRINGLE FLANC La GARNITURE INTÉRIEURE du pneu maintient l air dans le pneu.

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

La Mesure de force. Les Forces PROBLEMATIQUE VECTORIELLE ACTION ET REACTION ISOSTATISME ACTION A DISTANCE

La Mesure de force. Les Forces PROBLEMATIQUE VECTORIELLE ACTION ET REACTION ISOSTATISME ACTION A DISTANCE La Mesure de force Les Forces PROBLEMATIQUE VECTORIELLE En mécanique classique une force est définie comme " une action susceptible de modifier la quantité de mouvement d'un point matériel". Il en résulte

Plus en détail

PVE 14 110/211 FD POMPES A PALETTES A CYLINDREE VARIABLE AVEC REGULATEUR DE PRESSION DIRECT SERIE 30 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT

PVE 14 110/211 FD POMPES A PALETTES A CYLINDREE VARIABLE AVEC REGULATEUR DE PRESSION DIRECT SERIE 30 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT 14 110/211 FD PVE POMPES A PALETTES A CYLINDREE VARIABLE AVEC REGULATEUR DE PRESSION DIRECT PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Les pompes PVE sont des pompes à palettes à cylindrée variable avec regulateur de

Plus en détail

Architecture moteur. Distribution. La distribution. Présentation générale Analyse fonctionnelle Types de distribution. Architecture.

Architecture moteur. Distribution. La distribution. Présentation générale Analyse fonctionnelle Types de distribution. Architecture. Architecture moteur La distribution Distribution Présentation générale Analyse fonctionnelle Types de distribution Architecture Dimensionnement Distribution variable Autres systèmes Exemples Octobre 2007

Plus en détail

Solutions technologiques pour

Solutions technologiques pour Éléments de dessin technique (TN01 : Automne 2009) Solutions technologiques pour la réalisation des liaisons 1 2 Liaison glissière Hocine KEBIR Maître de Conférences à l UTC Poste : 7927 Hocine.kebir@utc.fr

Plus en détail

METROLOGIE APPLIQUEE AU MOTEUR

METROLOGIE APPLIQUEE AU MOTEUR METROLOGIE APPLIQUEE AU MOTEUR FORMATEUR : MOUNIR FRIJA ASSISTANT UNIVERSITAIRE G.MECANIQUE 1 2 THERMINOLOGIE DE LA SCIENCE DE LA METROLOGIE 3 LA METROLOGIE La métrologie est l'ensemble des moyens techniques

Plus en détail

DES ECOLES DES MINES D ALBI, ALES, DOUAI, NANTES. Epreuve spécifique de Sciences Industrielles. (filière PTSI) Vendredi 20 Mai 2005 de 08h00 à 12h00

DES ECOLES DES MINES D ALBI, ALES, DOUAI, NANTES. Epreuve spécifique de Sciences Industrielles. (filière PTSI) Vendredi 20 Mai 2005 de 08h00 à 12h00 CONCOURS COMMUN 2005 DES ECOLES DES MINES D ALBI, ALES, DOUAI, NANTES Epreuve spécifique de Sciences Industrielles (filière PTSI) Vendredi 20 Mai 2005 de 08h00 à 12h00 Instructions générales Vous devez

Plus en détail

Vérins à vis Série SE + SH

Vérins à vis Série SE + SH Vérins à vis Série + Sécurité anti-rotation (VS) (pour vis à avance axiale) Si la vis ne peut pas être immoilisée en rotation (rotule sphérique en out de vis au lieu du plateau B par ex..) une sécurité

Plus en détail

TESA MULTICOTES. Avec palpeurs inductifs. Lorsque la précision submicronique et la productivité sont essentielles CAS D APPLICATIONS

TESA MULTICOTES. Avec palpeurs inductifs. Lorsque la précision submicronique et la productivité sont essentielles CAS D APPLICATIONS CAS D APPLICATIONS TESA MULTICOTES Avec palpeurs inductifs Lorsque la précision submicronique et la productivité sont essentielles Les palpeurs inductifs restent inégalés lors de mesures multidimensionnelles

Plus en détail

1STE Sciences Math B 2014/2015. Liaisons des pièces mécaniques. SCIENCES DE L INGENIEUR Manuel de cours. Liaisons et Assemblages

1STE Sciences Math B 2014/2015. Liaisons des pièces mécaniques. SCIENCES DE L INGENIEUR Manuel de cours. Liaisons et Assemblages SCIENCES DE L INGENIEUR Manuel de cours Liaisons des pièces mécaniques 1STE Sciences Math B 2014/2015 glioula.mohamed@gmail.com 1 Représentation des filetages 4.I Vocabulaire 4.II Filetage 4.III Taraudage

Plus en détail

Sujet E3A 2012 Physique (Seulement) Option MP

Sujet E3A 2012 Physique (Seulement) Option MP Sujet E3A 2012 Physique (Seulement) ption MP Première partie : Caméra de contrôle des plaques d immatriculation A / Propagation de la lumière A1. Question de cours : position de Bessel La position de Bessel

Plus en détail

Guide du Dessin Industriel Fiche n 120

Guide du Dessin Industriel Fiche n 120 Guide du Dessin Industriel Fiche n 120 Le dessin industriel est un moyen d expression et un outil de communication transversal et universel aux ingénieurs et techniciens. Il s appuie sur un ensemble de

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire Programmation linéaire DIDIER MAQUIN Ecole Nationale Supérieure d Electricité et de Mécanique Institut National Polytechnique de Lorraine Mathématiques discrètes cours de 2ème année Programmation linéaire

Plus en détail

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM permettant d'effectuer l'analyse statique d'une

Plus en détail

Les outils et les techniques de représentation graphique du réel

Les outils et les techniques de représentation graphique du réel Les outils et les techniques de représentation graphique du réel 4 L analyse morphologique et la représentation du réel Le dessin constitue un des modes d expression de l homme depuis les temps les plus

Plus en détail

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs 1 re secondaire 2 e secondaire Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I MAT-1005-2 2 3 MAT-2008-2 2 3 (+, -, x, ) dans l ensemble des entiers Z. Ce premier cours portant

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES I

SCIENCES INDUSTRIELLES I SCIENCES INDUSTRIELLES I Équilibrage des roues de véhicules automobiles L équilibrage dynamique des roues d un véhicule automobile est essentiel pour assurer la qualité de la tenue de route ainsi que le

Plus en détail

Caractérisation des écarts géométriques d état de surface. Présentation abrégée de la norme

Caractérisation des écarts géométriques d état de surface. Présentation abrégée de la norme Caractérisation des écarts géométriques d état de surface. Présentation abrégée de la norme Ecole Centrale de Lille, MOP 1 Écarts géométriques de l état de surface écart de forme : ordre 1 profil d ondulation

Plus en détail

PANNEAUX COMPLEMENTAIRES

PANNEAUX COMPLEMENTAIRES PANNEAUX COMPLEMENTAIRES 45 4. TÔLES MOBILES 001/010 Les tôles mobiles sont des éléments mobiles permettant d effectuer des jonctions en cotes bloquées, avec une fixation simple en bout de banches, gauche

Plus en détail

La liaison pivot CI4, Guidages et assemblages: 1/6

La liaison pivot CI4, Guidages et assemblages: 1/6 La liaison pivot CI4, Guidages et assemblages: 1/6 1. GENERALITE AU SUJET DU GUIDAGE EN ROTATION La solution constructive qui réalise une liaison pivot est appelée guidage en rotation. Le guidage en rotation

Plus en détail

2. REFERENCES NORMATIVES ET REGLEMENTAIRES

2. REFERENCES NORMATIVES ET REGLEMENTAIRES Transports INSTRUCTION TECHNIQUE C 1/9 SOMMAIRE 1. OBJET ET DOMAINE D APPLICATION...1 2. REFERENCES NORMATIVES ET REGLEMENTAIRES...1 3. DEFINITIONS ET ABREVIATIONS...2 4. PRESCRIPTIONS...2 4.1. BANC DE

Plus en détail

Exercice 1 : 3 points

Exercice 1 : 3 points BACCALAUREAT PROFESSIONNEL MAINTENANCE de VEHICULES AUTOMOBILES MATHEMATIQUES (15 points) Exercice 1 : 3 points PARTIE 1 : Détermination du diamètre de la roue La géométrie des trains roulants, désigne

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Porte fenêtre à galandage

FICHE TECHNIQUE. Porte fenêtre à galandage FICHE TECHNIQUE CSTB CEBTP Bureau VERITAS CETEN APAVE Int. NORISKO Construction SOCOTEC QUALICONSULT SNFA du COPREC N 34 - Indice : B Date : Octobre 2008 Nombre de page : 6 Porte fenêtre à galandage Définition

Plus en détail

Accouplements à disque Thomas Installation et entretien Série 71-8 Dim. 225-750 (Page 1 de 10) DANGER!

Accouplements à disque Thomas Installation et entretien Série 71-8 Dim. 225-750 (Page 1 de 10) DANGER! Accouplements à disque Thomas Installation et entretien Série 71-8 Dim. 225-750 (Page 1 de 10) Le document original est en anglais Figure 1 - Accouplement Thomas série 71-8 1. Information générale 1.1.

Plus en détail

MOBILITE ET HYPERSTATISME

MOBILITE ET HYPERSTATISME MOBILITE ET HPERSTATISME 1- Objectifs : Le cours sur les chaînes de solides nous a permis de déterminer le degré de mobilité et le degré d hyperstatisme pour un mécanisme donné : m = Nc - rc et h = Ns

Plus en détail

" Classification des technologies de numérisation 3D" Pierre Bourdet Professeur Émérite à l ENS de Cachan

 Classification des technologies de numérisation 3D Pierre Bourdet Professeur Émérite à l ENS de Cachan " Classification des technologies de numérisation 3D" Pierre Bourdet Professeur Émérite à l ENS de Cachan 1 Systèmes de Numérisation 3D Très grande diversité de systèmes de mesure par coordonnées Les critères

Plus en détail

Le dessin technique. Suivant les besoins, on utilise différentes représentations du réel, mais chacune possède ses règles et conventions.

Le dessin technique. Suivant les besoins, on utilise différentes représentations du réel, mais chacune possède ses règles et conventions. Le dessin technique Cours 1. Les différents dessins techniques : Suivant les besoins, on utilise différentes représentations du réel, mais chacune possède ses règles et conventions....... 2. Disposition

Plus en détail

MACHINE A SCIER A RUBAN

MACHINE A SCIER A RUBAN MACHINE A SCIER A RUBAN 1. Présentation 1.1. Schéma G 1.2. Fonctionnement Le schéma ci-joint représente la chaîne cinématique d une boite de vitesse pour scie à ruban. Le moteur M communique son mouvement

Plus en détail

TUTORIAL - Analyse statique linéaire

TUTORIAL - Analyse statique linéaire TUTORIAL - Analyse statique linéaire A la fin de ce tutorial, vous devriez être capable de : Créer une étude statique Appliquer un matériau Appliquer des actions extérieures Cacher/Montrer les actions

Plus en détail

Tournage Fraisage Rectification Plane Rectification cylindrique et tournage dur Spécialiste des travaux sur pièces de reprise Contrôle Tridimensionnel

Tournage Fraisage Rectification Plane Rectification cylindrique et tournage dur Spécialiste des travaux sur pièces de reprise Contrôle Tridimensionnel Tél : +33 (0)4 79 38 45 71 / Fax : +33 (0)4 79 38 61 51 Tournage Fraisage Rectification Plane Rectification cylindrique et tournage dur Spécialiste des travaux sur pièces de reprise Contrôle Tridimensionnel

Plus en détail

Modules de processus à CN. Des modules de processus haute performance pour les tâches de fabrication, d assemblage et d usinage

Modules de processus à CN. Des modules de processus haute performance pour les tâches de fabrication, d assemblage et d usinage Modules de processus à CN Des modules de processus haute performance pour les tâches de fabrication, d assemblage et d usinage Une parfaite interaction Amenage du produit, taraudage par déformation, assemblage

Plus en détail

CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES

CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES FOURNITURE DE TUBES EN POLYETHYLENE HAUTE DENSITÉ PEHD Pour le transport et la distribution de l eau 1 TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION _ DOMAINE D EPMLOI 2. CONFORMITE

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS SUR LE FONCTIONNEMENT

GÉNÉRALITÉS SUR LE FONCTIONNEMENT GÉNÉRALITÉS SUR LE FONCTIONNEMENT Les accouplements à limiteur de couple sont de type à par billes. Ils protégent des dommages occasionnés parles surcharges les composants mécaniques des parties entraînantes

Plus en détail

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique

Optimisation de la performance. d un processus d usinage à commande numérique Jacques ALEXIS 20 Novembre 2001 Optimisation de la performance d un processus d usinage à commande numérique 1 Exposé du problème à résoudre L exemple utilisé pour cette présentation a été présenté par

Plus en détail

Feuille d'exercices : optique géométrique

Feuille d'exercices : optique géométrique Feuille d'exercices : optique géométrique P Colin 2015/2016 Formulaire : Rappel des relations de conjugaison pour une lentille mince L de centre O, de foyer objet F, de foyer image F et de distance focale

Plus en détail

Recommandations générales

Recommandations générales Les calculatrices sont autorisées. Calculatrice électronique de poche - y compris programmable, alphanumérique ou à écran graphique - à fonctionnement autonome, non imprimante, autorisée conformément à

Plus en détail

Esiee 2008 Buzer. Guide d utilisation. Scanner LPX-600

Esiee 2008 Buzer. Guide d utilisation. Scanner LPX-600 Esiee 2008 Buzer Guide d utilisation Scanner LPX-600 Principes de base Scan à balayage rotatif L objet est placé sur un plateau rotatif. Le système de mesure se déplace uniquement en hauteur. L objet va

Plus en détail

La cotation. Coter un dessin, c est donner 13 toutes les dimensions D E S S I N T E C H N I Q U E R E G L E S D E C O T A T I O N S

La cotation. Coter un dessin, c est donner 13 toutes les dimensions D E S S I N T E C H N I Q U E R E G L E S D E C O T A T I O N S La cotation Ø 8 LAMAGE Ø14 X 3 PROF Les dessins techniques doivent non seulement décrire la forme des objets avec précision, 50 mais aussi servir de guides pour leur construction ou leur fabrication. Coter

Plus en détail

G U I D A G E S A B I L L E S

G U I D A G E S A B I L L E S ELEMENTS DE GUIDAGE NORMALISES Les colonnes et bagues de guidage DANLY sont fabriquées en acier de haute qualité, trempées à 6 HRC, rectifiées dans des tolérances strictes avec un fini de surface de 0,2µ.

Plus en détail

Manuel des bonnes pratiques avec CATIA V.5

Manuel des bonnes pratiques avec CATIA V.5 2009 Manuel des bonnes pratiques avec CATIA V.5 Pour aller plus loin dans la maîtrise de l outil CAO Ce document a pour objectif de donner des méthodologies et règles de travail qui permettent de mener

Plus en détail

Définition de la forme de l arbre et des charges Possibilités de modifier toutes ces grandeurs

Définition de la forme de l arbre et des charges Possibilités de modifier toutes ces grandeurs Logiciel : ArbrEn2D Ce logiciel permet de calculer et de dessiner les efforts et les déformations dans une pièce rectiligne isostatique 2D à section variable. Les grandeurs d'entrée sont la géométrie de

Plus en détail

Système de rémunération

Système de rémunération Service du personnel Rue Caroline 4 1014 Lausanne Présentation générale Système de rémunération Département Politique des salariale finances et des relations extérieures Plan ü Niveau de fonction et classe

Plus en détail

PROGRAMME GENERAL Eléments et systèmes pour la technique de production

PROGRAMME GENERAL Eléments et systèmes pour la technique de production PROGRAMME GENERAL Eléments et systèmes pour la technique de production Technique de serrage Vérins hydrauliques Générateurs de pression hydrauliques Groupes électro-pompe de serrage et industriels Technique

Plus en détail

Comment faire du dessin technique Principe de cette projection Soit un objet technique à projeter.

Comment faire du dessin technique Principe de cette projection Soit un objet technique à projeter. Comment faire du dessin technique Principe de cette projection Soit un objet technique à projeter. Veuillez visionner le document sur la formation en ligne. Corniche : objet technique à dessiner. Plaçons

Plus en détail

NOUVEAU UNITE D INDEXAGE RSP-FLEX. Indexage robuste de précision

NOUVEAU UNITE D INDEXAGE RSP-FLEX. Indexage robuste de précision NOUVEAU UNITE D INDEXAGE RSP-FLEX Indexage robuste de précision UNITE D INDEXAGE RSP-FLEX Pour le chargement et le déchargement automatisé des machines-outils, les unités d indexage RSP- Flex offrent une

Plus en détail

Règlement technique fédéral

Règlement technique fédéral S E C T E U R E Q U I P E M E N T RÈGLEMENT TECHNIQUE Edition Octobre 2009 Règlement technique fédéral La chaise d'arbitrage de badminton La chaise d arbitrage de badminton Règlement Technique Mise à jour

Plus en détail

Techniques de mesure de la vitesse d air

Techniques de mesure de la vitesse d air Choix des sondes L'étendue de mesure de la vitesse d'air 0...100 m/s peut être décomposée en 3 plages: en bas de la plage de mesure 0... 5 m/s au milieu de la plage de mesure 5... 40 m/s en haut de la

Plus en détail

Manuel des Procédures

Manuel des Procédures NT-MT01_02.PDF Manuel des Procédures Page 1 Indice: 03 PR00 : SOMMAIRE SOMMAIRE PR00 PR01 PR02 PR03 PR04 PR05 PR06 PR07 PR08 PR09 PR10 Sommaire Mise en marche de la MMT Nouveau mesurage Étalonnage initial

Plus en détail

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires IMPORTANT : L objectif de la présente note technique n est pas de se substituer à l ouvrage «Alimentation électrique de sites isolés» mais de fournir des

Plus en détail

MATHEMATIQUES. Premier Cycle TROISIEME

MATHEMATIQUES. Premier Cycle TROISIEME MATHEMATIQUES Premier Cycle TROISIEME 79 INTRODUCTION Le programme de la classe de troisième, dernier niveau de l enseignement moyen, vise à doter l élève de savoirs faire pratiques par une intégration

Plus en détail

Maison DÔME. BACCALAUREAT GENERAL SESSION 2010 Série S SI. ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 4.

Maison DÔME. BACCALAUREAT GENERAL SESSION 2010 Série S SI. ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 4. BACCALAUREAT GENERAL SESSION 2010 Série S SI ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 4 Aucun document n est autorisé. Le matériel autorisé comprend toutes les calculettes

Plus en détail

Sanitaires Lavabo accessible

Sanitaires Lavabo accessible Fiche H.11 Objet de la fiche Rappeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux sanitaires, des articles R.111-19 à R.111-19- 3 ; R.111-19-6, R.111-19-8 et R.111-19-11 du code de la construction

Plus en détail

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens.

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Objectifs Connaître les caractéristiques de la structure gaussienne d un faisceau laser (waist, longueur

Plus en détail

POSITIONNEUR MULTI-SATELLITES D ANTENNE

POSITIONNEUR MULTI-SATELLITES D ANTENNE POSITIONNEUR MULTI-SATELLITES D ANTENNE A- PRESENTATION La réception de chaînes de télévision par satellite nécessite un récepteur et une antenne parabolique (figure 1). Pour augmenter le nombre de chaînes

Plus en détail

Baccalauréat STG Mercatique Nouvelle-Calédonie 15 novembre 2012 Correction

Baccalauréat STG Mercatique Nouvelle-Calédonie 15 novembre 2012 Correction Baccalauréat STG Mercatique Nouvelle-Calédonie 15 novembre 2012 Correction EXERCICE 1 : TAUX D ÉVOLUTION 5 points Le tableau ci-dessous présente le nombre de voitures neuves vendues en France en 1980,

Plus en détail

Centreur fin cylindrique pour la fabrication de moules. Le développement

Centreur fin cylindrique pour la fabrication de moules. Le développement Le développement Centreur fin cylindrique pour la fabrication de moules Avantages Durabilité: pour la production de grandes séries Sans jeu pour un alignement précis du moule Temps de cycle plus courts

Plus en détail

Mettre en position (Mip) Permettre un mouvement relatif. Transmettre la puissance

Mettre en position (Mip) Permettre un mouvement relatif. Transmettre la puissance 1 ) Analyse fonctionnelle. La solution constructive qui réalise une liaison pivot est appelée guidage en rotation. On appelle généralement arbre le contenu, logement ou alésage le contenant. On peut faire

Plus en détail

CHARIOT SANS CONDUCTEUR CERIC

CHARIOT SANS CONDUCTEUR CERIC BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Option Génie Electrotechnique SESSION 2002 Epreuve: Etude des constructions Durée : 4 heures Coefficient : 6 CHARIOT SANS CONDUCTEUR CERIC

Plus en détail

DN 3/8" à 4" Femelle BSP - 10 C + 110 C Pression Maxi : 16 Bars jusqu au 2 Caractéristiques : Tamis inox démontable Femelle / Femelle Filtration fine

DN 3/8 à 4 Femelle BSP - 10 C + 110 C Pression Maxi : 16 Bars jusqu au 2 Caractéristiques : Tamis inox démontable Femelle / Femelle Filtration fine Dimensions : Raccordement : Température Mini : Température Maxi : DN 3/8" à 4" Femelle BSP - 10 C + 110 C Pression Maxi : 16 Bars jusqu au 2 Caractéristiques : Tamis inox démontable Femelle / Femelle Filtration

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE TSI. PROJET de Sciences Industrielles pour l Ingénieur. Durée : 6 heures. Les calculatrices sont autorisées FARDELEUSE

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE TSI. PROJET de Sciences Industrielles pour l Ingénieur. Durée : 6 heures. Les calculatrices sont autorisées FARDELEUSE SESSION 2011 TSIPR08 C O N C O U R S C O M M U N S P O LY T E C H N I Q U E S EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE TSI PROJET de Sciences Industrielles pour l Ingénieur Durée : 6 heures N.B. : Le candidat attachera

Plus en détail

3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE

3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE 3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE Les actions qui doivent être prises en compte sont : les charges permanentes G les charges dexploitation (avec les lois de dégression éventuellement)

Plus en détail

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 2/11 Contenu 1. CONTEXTE REGLEMENTAIRE ET DEFINITION... 3 1.1 Contexte réglementaire... 3

Plus en détail