Association des Fibromyalgiques d'auvergne - AFAu

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association des Fibromyalgiques d'auvergne - AFAu"

Transcription

1 Association des Fibromyalgiques d'auvergne - AFAu Dossier de la rédaction France Bleu Pays d Auvergne sur le thème "la lutte contre la douleur" Présenté par Dominique MANENT 16 septembre ère partie "Docteur, j ai mal". Cette phrase n est jamais banale car il n y pas une mais des douleurs. Les plus simples à gérer sont les douleurs aiguës. Exemple, les suites d une opération, d un accident de la route ou l extraction d une dent. * Claude DUBRE, responsable du Centre de Pharmacologie Clinique de Clermont Ferrand: "La douleur aiguë, c est quelque chose que l on peut qualifier de physiologique, de normale, et quand elle apparaît, on a les moyens aujourd hui de la corriger très efficacement avec les médicaments dont on dispose. Il faut que le corps médical sache bien utiliser les médicaments pour atténuer voir supprimer complètement cette douleur que l on peut voir apparaître à la suite d un traumatisme ou autre." "Plus compliqué, en revanche, les douleurs chroniques installées depuis plus de six mois et qui résistent aux médicaments. Elles peuvent être prises en charge au Centre de La Douleur du CHU qui prend le temps d écouter le patient et d évaluer sa douleur." * Docteur Pascale PICARD, responsable du centre:

2 "C est du temps que l on prend pour évaluer la douleur, mais c est pas seulement évaluer l intensité de cette douleur mais c est aussi évaluer comment cette douleur retenti sur leur vie familiale, sociale, psychologique, personnelle et cela est très important d évaluer la douleur dans ces domaines là. On s aperçoit que très souvent ces patient, à force d avoir mal, ont perdu leur emploi, sont désocialisés, et ont tous un retentissement psychologique de leur douleur soit sous la forme d une anxiété, soit sous la forme d un syndrome dépressif. Et il va falloir aussi s occuper de ces retentissements." "Le Centre de La Douleur examine les traitements suivis par les malades. Il les réajuste au besoin, modifie les posologies et puis surtout, il propose un accompagnement corporel et spychocorporel". * Docteur Pascale PICARD: "Redonner et essayer de redonner du bien-être à ce corps qui ne connaît que la douleur et cela passe par toutes les techniques de relaxation, ou de physiothérapies, kinésithérapies qui se font dans la douceur en tout les cas pour celles que l on propose au centre de la douleur et quand il y a besoin une prise ne charge plus psychologique, une psychothérapie de soutien et puis de plus en plus un abord social. On a une assistante sociale qui travaille qu centre de la douleur, et qui participe pour beaucoup à l évaluation des ces patients pour les aider à se réinscrire dans un projet soit professionnel, soit social." "Lutter contre la douleur, une tache très délicate, on le voit. Le médecin doit aussi tenir compte du psychisme et de l environnement social de son patient." 2ème partie: interview du Professeur Claude DUBRE "Bonjour, Professeur Claude DUBRE. Vous êtes responsable du Centre de Pharmacologie Clinique de Clermont Ferrand. Vous venez nous parler de lutte contre la douleur puisque la Fondation Recherche Médicale organise cet aprèsmidi à Clermont- Ferrand un grand débat public entre chercheurs et grand public. Alors la douleur, évidement tout le monde connaît un jour ou l autre et tout le monde a le droit de voir sa douleur prise en compte."

3 "Je crois en effet que c est une des grandes évolutions des ces dernières années sous l impulsion de Bernard Kouchner, en particulier il y a quelques années, avec une prise de conscience du corps médical très forte et des attitudes de la prise en charge de la douleur qui ont fondamentalement changé notamment pour ce qui concerne les douleurs aiguës, c'est-à-dire les douleurs que l on ressent après un traumatisme, après une intervention chirurgicale, qui sont globalement beaucoup mieux soulagées peut-être que tout n est pas parfait mais je crois que l amélioration est quand même très sensible pour les patients." "Pour les douleurs aiguës, il y a une prise en charge qui est relativement simple, pour les douleurs chroniques, en revanche, c est beaucoup plus compliqué." "Pour les douleurs aiguës, je ne dirais pas que c est simple, on peut maîtriser les choses et on ne devrait plus souffrir. Dans la situation des douleurs chroniques, le problème est plus difficile, parce que là on touche un petit peu aux limites des ressources thérapeutiques dont on dispose aujourd hui, et de temps en temps, malheureusement on se trouve encore en échec total ou partiel, au moins avec les médicaments ce qui ne veut pas dire que l on est dépourvu là aussi de moyens thérapeutiques, parce que derrière les médicament, il y a des modalités de prise en charge autres, psychologie, C est un point qui s est beaucoup développé ces dernières années et qui apportent, je crois, des améliorations aux patients notamment ceux qui sont en échec avec les médicaments." "Est-ce que la recherche travaille justement sur ces douleurs chroniques?" "Actuellement, pour les équipes qui se sont spécialisées dans la recherche sur la douleur, et je rappelle qu à Clermont-Ferrand c est de ce point de vue là un centre important puisqu il y a 2 équipes de l INSERM à Clermont-Ferrand qui sont spécialisées dans la douleur, et c est vraiment le challenge, le défi le plus important. C est sur cela que l on travaille, sur la compréhension des mécanismes complexes qui sont en jeu dans ces douleurs chroniques et en comprenant ces mécanismes, on espère bien sur trouver des médicaments spécifiques. Ce qui ne veut pas dire qu il n y en a pas actuellement, on dispose d un certain nombre de médicaments, pas des médicaments anti-douleurs classiques. On est allé chercher des médicaments dont on a découvert l efficacité dans ce champ là de la douleur

4 qui viennent par exemple du domaine du traitement de l épilepsie ou de la dépression. Cela peut paraître un petit peu curieux, mais ces médicaments s avèrent efficaces utilisées à des doses différentes mais pas fondamentalement différentes." "Alors quand on parle de douleur, on pense aussi à la morphine. Aujourd hui, on l utilise plus à l hôpital pour des interventions." "Je crois qu on l utilise beaucoup plus et la France avait un retard tout à fait considérable par exemple par rapport aux pays du Nord ou aux pays anglosaxons. Il y a une tradition latine un peu de retrait par rapport à l utilisation de la morphine et là aussi les choses ont fondamentalement évoluées. Mais c était le corps médical, tout le personnel des oins qui étaient assez réticents à cela et puis c était les patients aussi. Il faut dire encore aujourd hui que pour certains patients, par exemple en période post-opératoire, quand on leur propose de la morphine, ce qui leur permet d avoir une période post-opératoire beaucoup plus confortable, il y en a encore qui refusent." "C est une question de mentalité. On a peur de la dépendance?" "Voilà. Je crois qu il y a le mot "morphine" déjà qui est pas très porteur comme on dirait commercialement et il y a le fait que c est beaucoup rattaché aux soins palliatifs de fin de vie, de cancers, etc. alors que maintenant on a des indications de la morphine dans bien d autres domaines et puis comme vous le disiez, il y a la crainte de devenir dépendant. Or, toutes les études qui ont été faites, ont toutes confirmées que lorsque la morphine est utilisée sur des périodes courtes et même sur des périodes une petit peu longues, dans un contexte douleur, pour soulager la douleur, la dépendance est quasiment inexistante. Donc, je crois qu il ne faut pas avoir cet arrière pensé." "Merci, Professeur DUBRE. Vous acceptez de rester avec nous pour répondre aux question des auditeurs."

5 3ème partie: Questions des auditeurs au Professeur DUBRE (extrait) * Edith: "Je voudrais poser des questions par rapport à la fibromyalgie. Je suis FM et je voudrais savoir si il y a des nouveaux traitements pour la FM." "D abord, on aborde un problème complexe. La FM dans le domaine des douleurs est souvent particulièrement compliquée à prendre en charge. Il faut reconnaître que par rapport à cette pathologie, aujourd hui il y a encore beaucoup d interrogations sur les mécanismes mêmes qui sont à l origine de ces douleurs chroniques. Et ces interrogations que l on a sur le plan des connaissances évidement constitue un handicap pour trouver de nouvelles thérapeutiques. Alors cela dit, la prise en charge dans les centres de la douleur est en progrès, notamment en associant bien sur des thérapeutiques médicamenteuses qui ne sont pas toujours une panacée et puis bien sur une prise en charge psychologique, sociale des ces patients ou de ces patientes puisqu il y a plus de patientes que de patients. Il est très important d avoir un accompagnement par rapport aux activités professionnelles, etc.". "On peut dire, Professeur DUBRE, qu il n y a pas de médicament magique pour soigner la FM?" "Aujourd hui, très clairement, il n y a pas de médicament magique. On progresse néanmoins sur un certain nombre d hypothèses de travail et c est en confirmant ces hypothèses que l on pourra peut-être déboucher sur des traitements médicamenteux plus efficaces que ceux que l on dispose aujourd hui. Cela dit, on ne peut pas dire que au moment où nous parlons qu il y est une des hypothèses qui se dégage très franchement. Il y a encore beaucoup de travail pour les chercheurs pour cette pathologie." * Françoise: "Je fais de la névralgie faciale depuis un an maintenant. Je suis en période chronique. J ai toujours des douleurs plus ou moins importantes." "La névralgie faciale peut effectivement être une douleur effroyable, des fois

6 difficile à traiter mais pas toujours. Ce qu il faut, c est consulté aussi des spécialistes de la douleur ou de neurologie au CHU qui ont l habitude de prendre en charge ce type de douleur. J imagine que vous avez des décharges assez brutales, et j espère que vous êtes suivie par une équipe spécialisée qui peut prendre cela en charge. On a de bons résultats notamment avec des médicaments que nous évoquions un peu plus tôt dans la matinée, type médicament antiépileptique qui donnent parfois des résultats très spectaculaires. Il faudrait ne pas hésiter à passer à ce type de traitement et vous faire suivre par une équipe spécialisée compte tenu de la sévérité de ces douleurs." * Marie-Thérèse: "Je voudrais poser une question sur les colites spasmodiques quand elles sont chroniques. Est-ce que vous pouvez m orienter car je ne m en sors pas?" "Au travers des questions que nous avons ce matin, c est vrai, il se dégage en fait tous les domaines un peu difficiles de prise en charge de la douleur. Tout ce qui est colopathies, c est quelque chose qui est quelque fois rebelle aux traitements. C est tout à fait clair. De plus en plus on considère que ce problème de colopathies si vous voulez n est pas un problème du tube digestif lui-même mais du système nerveux qui fait fonctionner ce tube digestif. Donc on a tendance un peu à prendre en charge et là je vous parle de quelque chose qui est tout à fait à la pointe des connaissances. Cela a encore été évoqué au congrès européen de la douleur, il y a une dizaine de jours. On considère que c est pratiquement comme des douleurs dites de neuropathies, c'est-à-dire des douleurs qui concernent les nerfs en périphérique; on a des douleurs de ce type aux niveaux des bras, des membres. On a actuellement de nouveaux abords de soulagement de ces colopathies par des traitements anti-douleurs qui étaient réservés à la prise en charge jusqu à présent pour d autres types de douleurs comme je vous l ai dit des douleurs neuropathies. Donc là encore si c est vraiment quelque chose d invalidant, parce que à la différence des douleurs que nous évoquions tout à l heure, la douleur des colopathies bien qu invalidante est quand même bien moins aiguë que dans d autres maladies mais si c est vraiment invalidant il faut aller consulter une équipe spécialisé dans les services de gastrologie." "Professeur DUBRE, merci. On rappelle cette conférence qui a lieu cet après-midi à l Ecole Supérieur de Commerce à Clermont-Ferrand de 17h30 à 19h30. Elle sera animée par le Docteur Paul PIONCHON, Le Professeur Alain ECHALLIER, et le Docteur Pascale PICARD. C est vraiment l occasion de poser ses questions en direct."

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012)

Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) Mathématiciennes d hier et d aujourd hui (Dans le cadre de la semaine des mathématiques du 12 au 18 mars 2012) La semaine des mathématiques a été l occasion de présenter aux élèves des parcours de mathématiciennes

Plus en détail

SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE

SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE SYNTHESE 2010 DES QUESTIONNAIRES DE SORTIE EXTRAIT DU RAPPORT D ACTIVITE 2010 DE LA COMMISSION DES RELATIONS AVEC LES USAGERS ET DE LA QUALITE DE LA PRISE EN CHARGE (C.R.U.Q.) Centre hospitalier de Châteauroux

Plus en détail

LA Stratégie en 4 étapes pour des chances optimales. Etape n 1 : Guide 2. Tirez le meilleur de notre aide

LA Stratégie en 4 étapes pour des chances optimales. Etape n 1 : Guide 2. Tirez le meilleur de notre aide Association 4BFS LA Stratégie en 4 étapes pour des chances optimales de grossesse Etape n 1 : Guide 2 Aide à la conception 2 INTRODUCTION Nombre de jours pour réaliser ce guide : 1 jour >> Cliquez ICI

Plus en détail

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand :

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : 1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : information et communication au service des patients Chargé de communication et des missions culturelles 2011, la Fédération

Plus en détail

Les travaux parlementaires

Les travaux parlementaires Les travaux parlementaires Journal des débats Assemblée nationale Le mardi 7 novembre 2006, 15 h 00 (révisé) Le Vice-Président (M. Cusano): Adopté. Je reconnais maintenant Mme la députée d'hochelaga-maisonneuve.

Plus en détail

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Une mère, parlant à ses enfants : Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Vous savez que papa ne se sent pas très bien et qu il a des problèmes depuis un certain temps. Eh bien, le docteur nous a dit

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

Le coin naturo. Lice onzales

Le coin naturo. Lice onzales Le coin naturo bioattitude.nc! A G Lice onzales «! ne plus subir mais vivre pleinement sa vie d a n s l e p o s i t i f e t l expérimentation de tout ce qui nous arrive et de tout ce que l on ressent!»

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner Nous vous proposons de préparer votre prochain entretien avec votre conseiller en répondant aux différentes questions posées dans ce document. Cette réflexion

Plus en détail

Pour en savoir plus sur la douleur chronique. Nicole Brunet Aline Boulanger

Pour en savoir plus sur la douleur chronique. Nicole Brunet Aline Boulanger Pour en savoir plus sur la douleur chronique Nicole Brunet Aline Boulanger Jeu-questionnaire Vrai ou faux La cause de la douleur chronique est toujours connue Jeu-questionnaire Vrai ou faux Le stress et

Plus en détail

Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés

Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Difficultés liées aux remédiations Commentaires sur les difficultés et les moyens d action proposés Des heures de remédiations sont organisées dans tous les établissements et présentes dans toutes les

Plus en détail

Les Systèmes. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT

Les Systèmes. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT Les Systèmes P.E.A.T. & E.F.T. Témoignage d un praticien EFT sur l utilisation des outils PEAT Frédéric Piton - www.eft-energie.be Frédéric Piton - www.eft-energie.be Témoignage d un praticien EFT sur

Plus en détail

Pr Monnier Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions

Pr Monnier Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions qui peuvent être posées. Bien sûr, la première question est : quels

Plus en détail

Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH

Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH Mini conférence conviviale : TRAVAIL et VIH (prises de notes) La Plate-Forme Prévention Sida, le Centre de Référence Sida du CHU de Charleroi et le GRÉCOS, Groupe de réflexion et de communication sur la

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Profitez des prochaines minutes pour vous familiariser avec «l approche adaptée à la personne âgée en milieu hospitalier».

Profitez des prochaines minutes pour vous familiariser avec «l approche adaptée à la personne âgée en milieu hospitalier». Bienvenue dans ce module de formation destiné aux personnes qui œuvrent en milieu hospitalier, que ce soit à des fonctions cliniques, techniques, administratives, de gestion ou de soutien. Ce module de

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

Chloé B. 3 ème 2. Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre. Collège Colette BESSON Année 2013-2014.

Chloé B. 3 ème 2. Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre. Collège Colette BESSON Année 2013-2014. Chloé B. 3 ème 2 Rapport de stage : Stage chez Mme J. : cabinet d orthodontie du16 au 20 décembre Collège Colette BESSON Année 2013-2014 Page 1 Sommaire du Rapport de stage : Introduction : Page 3 1 ere

Plus en détail

Présentation de PHOTOS

Présentation de PHOTOS Mesures de Contraintes Pour me présenter, je suis Alban LANGLOIS, je suis infirmier, je viens des soins somatiques (et ceci a son importance, à mes yeux, pour l expression de mon ressenti) et je suis membre

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption»

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» «Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» 1- Rejoindre le jeune sur son chemin : Les jeunes que je reçois en séance de méthodologie viennent me voir

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE SYNTHÈSE GÉNÉRALE

MUSIQUE ET POINTS DE VENTE SYNTHÈSE GÉNÉRALE 1 Date Titre présentation MUSIQUE ET POINTS DE VENTE SYNTHÈSE GÉNÉRALE Service études et prospective, Direction des ressources et de la stratégie, Juliette Delfaud Octobre 2014 www.sacem.fr SOMMAIRE RAPPEL

Plus en détail

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé

L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé L annonce du cancer au sujet âgé hospitalisé Journées Interrégionales d Onco-gériatrie Rhône-Alpes Auvergne M. Nierga, P. Ledieu, M-O Hager, C. Deveuve-Murol Pourquoi parler du cancer du sujet âgé? Le

Plus en détail

Ce document vous est proposé par PoleDocumentation.fr

Ce document vous est proposé par PoleDocumentation.fr Ce document vous est proposé par PoleDocumentation.fr Maîtriser l art des candidatures spontanées, avec la méthode CAB+P Quand une entreprise publie une offre d emploi, elle exprime un besoin qu elle a

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B1. Petits malheurs de la vie quotidienne ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B1 Petits malheurs de la vie quotidienne Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - un document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara,

Plus en détail

LE CORPS PARLE DE L INTERIEUR

LE CORPS PARLE DE L INTERIEUR FOCUSING: LE CORPS PARLE DE L INTERIEUR Intervention d Eugène Gendlin à la 18eme conférence annuelle Internationale sur les traumatismes. Boston MA June 20-23 2007 Traduit par Brigitte Domas Bonjour, je

Plus en détail

je souffre tu écoutes il cherche nous aidons vous luttez ils soignent

je souffre tu écoutes il cherche nous aidons vous luttez ils soignent je souffre tu écoutes il cherche nous aidons vous luttez ils soignent Agir ensemble contre la douleur L édito DU PRÉSIDENT La Fondation APICIL a été créée par le groupe de protection sociale lyonnais du

Plus en détail

«Secret Story» Saison 3, ça commence dans cinq, quatre, trois, deux AUTRE PRESENTATRICE «Bachelor», le gentleman célibataire, bientôt sur NT1

«Secret Story» Saison 3, ça commence dans cinq, quatre, trois, deux AUTRE PRESENTATRICE «Bachelor», le gentleman célibataire, bientôt sur NT1 FRANCE INFO INFO MEDIAS Le 05/12/2013 18:52:16 Invité : Patrice GELINET, en charge de la Défense de la langue française au sein du CSA Thème : Organisation par le CSA d un colloque le 9 décembre 2013 sur

Plus en détail

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D)

ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION. Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) ENTRETIEN D AUTOCONFRONTATION Entretien entre Christelle (C) et le technicien informatique expert, David (D) Durée de l entretien : 14mn C : Alors, est-ce que tu peux d abord te présenter et dire en quoi

Plus en détail

Cancer du sein et douleurs chroniques : ce que les patientes disent (ou pas)

Cancer du sein et douleurs chroniques : ce que les patientes disent (ou pas) Cancer du sein et douleurs chroniques : ce que les patientes disent (ou pas) Laura SPICA 1, Marc-Karim BENDIANE 1,2, Dominique REY 1,2, Patrick PERETTI-WATEL 1,2. (1) INSERM UMR 912 "Economic & Social

Plus en détail

Livre numérique 5 étapes Effectuez du changement dans sa vie!

Livre numérique 5 étapes Effectuez du changement dans sa vie! Livre numérique 5 étapes Effectuez du changement dans sa vie! VOUS POUVEZ Y ARRIVER! j u l i e @ r i c h e r t r a n s f o r m a t i o n s. c o m Livre numérique 5 étapes Effectuez du changement dans sa

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

Un commentaire de texte (subjectif?)

Un commentaire de texte (subjectif?) Un commentaire de texte (subjectif?) Par Virginie MATTIO Psychologue spécialiste des troubles cognitifs Présidente de l APOC (Association de Psychologues à Orientation Cognitive) a demande de Nicolas SARKOSY

Plus en détail

COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN. (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008)

COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN. (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008) COMMUNICATION ORALE EN ENTRETIEN (Notes prises par Danielle Venot lors de la conférence animée par Denis Boutte le 27 mars 2008) 1 - Quelques considérations préliminaires sur la recherche d emploi et les

Plus en détail

DES OUTILS POUR LES SOIGNANTS. Annick ERNOULT, Formatrice Aurore PLAT, Psychologue

DES OUTILS POUR LES SOIGNANTS. Annick ERNOULT, Formatrice Aurore PLAT, Psychologue DES OUTILS POUR LES SOIGNANTS Annick ERNOULT, Formatrice Aurore PLAT, Psychologue 1 INTRODUCTION (AP) Pour quelle(s) raison(s) les soignants qui connaissent les soins palliatifs pédiatriques auraient-ils

Plus en détail

MIEUX PROTÉGER LES ENFANTS : QUELLES CONSÉQUENCES SUR LES PARENTS?

MIEUX PROTÉGER LES ENFANTS : QUELLES CONSÉQUENCES SUR LES PARENTS? MIEUX PROTÉGER LES ENFANTS : QUELLES CONSÉQUENCES SUR LES PARENTS? Marie-Christine Saint-Jacques Sylvie Drapeau Catherine Turbide Colloque international : Autour de l enfant : Parents, intervenant-e-s-institutions

Plus en détail

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage?

Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? I Avez-vous des prédispositions à manipuler votre entourage? Le milieu interne de l entreprise est un milieu où la négociation est nécessaire et permanente. On a besoin de convaincre son équipe et ses

Plus en détail

L annonce diagnostique

L annonce diagnostique L annonce diagnostique Docteur Jean-Philippe CAMDESSANCHÉ Neurologie C.H.U. Hôpital Nord Saint-Etienne Saint-Etienne CHU Introduction Trop peu de temps consacré durant les études médicales, Mise en adéquation

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier?

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Extraits de l'article paru dans la revue Contraste - Enfance et Handicap n 38 (2013) de l'anecamsp, aux éditions Erès Parmi les enfants accueillis

Plus en détail

Nom :... Date :... ENVOI N 21

Nom :... Date :... ENVOI N 21 Pierre LASSALLE, Biosynergiste Formateur-Conseil en Développement des Ressources Humaines et Communication 56 rue de la Porte 29200 Brest! 02 98 05 25 50 Nom :... Date :... ENVOI N 21 Avertissement : Nous

Plus en détail

Informations complémentaires à la photo. Etude de cas : Banc de cour de récréation Photo prise dans la cour d une école élémentaire

Informations complémentaires à la photo. Etude de cas : Banc de cour de récréation Photo prise dans la cour d une école élémentaire Etude de cas : Banc de cour de récréation Photo prise dans la cour d une école élémentaire Vous allez considérer que vous entrez dans une école que vous n avez pas l habitude de fréquenter. Vous entrez

Plus en détail

Notre ambition : devenir un acteur principal de l immobilier en France, d ici 5 ans!

Notre ambition : devenir un acteur principal de l immobilier en France, d ici 5 ans! LE MOT DU FONDATEUR : Laurent KOEHLER Depuis 2002, les agences KOEHLER IMMOBILIER n ont cessé de prendre des parts de marché dans un contexte concurrentiel toujours plus difficile, et des exigences clients

Plus en détail

French Beginners (Section I Listening)

French Beginners (Section I Listening) 2008 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE SPECIMEN EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Question 1 Les jeunes d aujourd hui deviennent de plus en plus obèses. Lorsqu ils rentrent chez eux

Plus en détail

Examen d admission dans le cadre de la spécialisation en psychopathologie

Examen d admission dans le cadre de la spécialisation en psychopathologie Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Examen d admission dans le cadre de la spécialisation

Plus en détail

Le cancer et la planification préalable des soins

Le cancer et la planification préalable des soins Le cancer et la planification préalable des soins Vous venez de recevoir un diagnostic de cancer. Que faire maintenant? Vous avez beaucoup de choses à considérer, et vous ne savez sûrement pas par où commencer.

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE

BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE Dossier Médical Personnel BAROMÈTRE DE NOTORIÉTÉ ET D IMAGE MARS 2012 L AVANCÉE DU DOSSIER MÉDICAL PERSONNEL EN QUELQUES CHIFFRES - MARS 2012 26 LE NOMBRE DE RÉGIONS DANS LESQUELLES DES PROFESSIONNELS

Plus en détail

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l

A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l Lettres à un auteur Madame, A la suite de la rencontre qui a eu lieu le 15 novembre à Aimée-Stitelmann, je tiens particulièrement à vous remercier pour l attention l que vous nous avez accordée. J ai beaucoup

Plus en détail

Préparation pour la garderie et l école

Préparation pour la garderie et l école 135 Chapitre14 Préparation pour la garderie et l école Dans certaines communautés, il y a des endroits où l on prend soin des enfants pendant que leurs parents travaillent. Ce sont généralement des écoles

Plus en détail

Les compétences en soins palliatifs. Dr Claudia Gamondi Palmesino, Lugano Françoise Porchet, infirmière enseignante, Lausanne

Les compétences en soins palliatifs. Dr Claudia Gamondi Palmesino, Lugano Françoise Porchet, infirmière enseignante, Lausanne Les compétences en soins palliatifs Dr Claudia Gamondi Palmesino, Lugano Françoise Porchet, infirmière enseignante, Lausanne . besoin d aide à la maison discute du diagnostic vous savez de votre maladie?

Plus en détail

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction 1. Bonjour, je m appelle et je suis un(e) policier(ière). (Présentez toute autre personne présente dans la pièce; idéalement, personne d

Plus en détail

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 Juliette Olivier, 1AI (Binôme : Tracy GESINI) Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 I) Evolution de l auto-apprentissage sur l année Au début de l année, j ai eu du mal à quitter

Plus en détail

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs :

RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX. Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : RELATION D AIDE ET SOUTIEN DES AIDANTS FAMILIAUX Une formation expérimentale à destination des professionnels soin à domicile en soins palliatifs : Journée Régionale de Soins Palliatifs Cité des Congrès

Plus en détail

Restitution des deux ateliers de travail.

Restitution des deux ateliers de travail. Restitution des deux ateliers de travail. Animés par Nicolas Camphuis, directeur du CEPRI et Louis Hubert, directeur de la stratégie territoriale Agence de l eau Seine-Normandie. Nicolas Camphuis : Il

Plus en détail

Sommaire des Pages explicatives de sos.confiance Pascale MORAND Relaxologue 21 rue de la République 25000 Besançon

Sommaire des Pages explicatives de sos.confiance Pascale MORAND Relaxologue 21 rue de la République 25000 Besançon Sommaire des Pages explicatives de sos.confiance Pascale MORAND Relaxologue 21 rue de la République 25000 Besançon Sommaire des Pages A gauche : Onglet "liens utiles">> Bienvenue. Progresser ensemble autrement!

Plus en détail

La qualité du vécu des patients et de leur famille en Soins Palliatifs

La qualité du vécu des patients et de leur famille en Soins Palliatifs La qualité du vécu des patients et de leur famille en Soins Palliatifs Mme Léo Marsin Infirmière en chef SP St-Jean - Bruxelles Infirmière graduée Obtenu le diplôme universitaire des Soins Palliatifs (Lille)

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Programme de gestion des médicaments de spécialité

Programme de gestion des médicaments de spécialité Programme de gestion des médicaments de spécialité SYNONYME D ÉCONOMIES ET DE SANTÉ Votre régime d assurance soins médicaux vise à vous procurer une protection financière, à vous et aux membres de votre

Plus en détail

Ils participent à leurs premières rencontres

Ils participent à leurs premières rencontres Ils participent à leurs premières rencontres Après avoir voyagé pendant 10 ans à travers le monde et avoir pratiqué des métiers comme ébéniste ou photographe, le fait d avoir des enfants m a donné l envie

Plus en détail

Nom :... Date :... ENVOI N 9. Chap. 8 : COMMENT DÉCOUVRIR LA STRATÉGIE D UN INDIVIDU ... ... 1)... 2)... 3)... 4)...

Nom :... Date :... ENVOI N 9. Chap. 8 : COMMENT DÉCOUVRIR LA STRATÉGIE D UN INDIVIDU ... ... 1)... 2)... 3)... 4)... Pierre LASSALLE, Biosynergiste Formateur-Conseil en Développement des Ressources Humaines et Communication 56 rue de la Porte 29200 Brest! 02 98 05 25 50 (Tél et Fax) Nom :... Date :... ENVOI N 9 1. Synthèse

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga. De L ingénieur au maître spirituel

Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga. De L ingénieur au maître spirituel Fédération Francophone de Yoga Secrétariat Officiel du World Wide Council of Yoga Conférence de Swami Sai Shivananda Colloque FFY 2013 De L ingénieur au maître spirituel Comme vous le savez je suis docteur

Plus en détail

CHU Estaing. Maternité. Livret grossesse gémellaire. Pôle de Gynécologie Obstétrique et Reproduction Humaine

CHU Estaing. Maternité. Livret grossesse gémellaire. Pôle de Gynécologie Obstétrique et Reproduction Humaine CHU Estaing Version 2011 Rédaction: Dr Hélène Laurichesse et l équipe obstétricale du CHU Estaing, avec l aimable relecture de l association «Jumeaux et plus». Maternité Livret grossesse gémellaire CHU

Plus en détail

Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente.

Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente. Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente. Je suis Véronique Lamontagne et j ai réalisé mon projet sous la direction de

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD Douleur et Schizophrénie: Comment évaluer? Réseau Douleur Basse Normandie, 15 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE

Plus en détail

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT

CARRIERE : LES SIRENES DU CHANGEMENT CE DOCUMENT EST VOTRE LIVRET PARTICIPANT Lisez la première partie, puis complétez la 2 e. Reportez en début de 3 e partie les éléments clés de votre stratégie de mobilité 1 CETTE PREMIERE PARTIE EST A

Plus en détail

La rénovation énergétique des bâtiments : les enjeux pour les entreprises et artisans du bâtiment. Intervenants:

La rénovation énergétique des bâtiments : les enjeux pour les entreprises et artisans du bâtiment. Intervenants: La rénovation énergétique des bâtiments : les enjeux pour les entreprises et artisans du bâtiment Débats animés par Denis Cheissoux, journaliste animateur de l émission CO 2 mon amour sur France Inter

Plus en détail

Bernard. «Un COP est un professionnel tout terrain» Directeur DRONISEP - Limousin INFO PLUS A CONSULTER. Salaire débutant : 2 000 euros

Bernard. «Un COP est un professionnel tout terrain» Directeur DRONISEP - Limousin INFO PLUS A CONSULTER. Salaire débutant : 2 000 euros Bernard Directeur DRONISEP - Limousin «Comme j avais dans l idée d intégrer l Ecole supérieure de Commerce de Toulouse, j ai choisi de passer un Bac ES (ex B). Durant mes études de Commerce, je me suis

Plus en détail

LIVRET DE FAMILLE AIDEZ-NOUS! DE LA FNATH AIDONS LES. Parce qu on ne connait pas assez l engagement de la FNATH

LIVRET DE FAMILLE AIDEZ-NOUS! DE LA FNATH AIDONS LES. Parce qu on ne connait pas assez l engagement de la FNATH fnath.org efficaces et solidaires ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE de la HAUTE-VIENNE LIVRET DE FAMILLE DE LA FNATH AIDEZ-NOUS! AIDONS LES. Parce qu on ne connait pas assez l engagement de la FNATH

Plus en détail

Professeur André Ouezzin Coulibaly, chirurgien cardiologue : La Médipole de Sya reste un projet valable Lundi, 11 Juin 2007 16:11

Professeur André Ouezzin Coulibaly, chirurgien cardiologue : La Médipole de Sya reste un projet valable Lundi, 11 Juin 2007 16:11 Depuis 1993, le Professeur André Ouezzin Coulibaly, célèbre chirurgien cardiologue et fils de feu Daniel Ouezzin Coulibaly, a élaboré le projet du Centre international de soins de Sya (CISSYA), baptisé

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

Gagnez. votre vie sur. Internet. Réalisation : Alain Canitrot

Gagnez. votre vie sur. Internet. Réalisation : Alain Canitrot Gagnez votre vie sur Internet Réalisation : Alain Canitrot Vous en avez assez! Des fins de mois difficiles De ne plus aller au restaurant, au ciné De dire non à vos enfants, votre famille De retarder vos

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

Comprendre et gérer le stress Entretien avec le D r Michael Baker

Comprendre et gérer le stress Entretien avec le D r Michael Baker Comprendre et gérer le stress Entretien avec le D r Michael Baker L Institut Info-Patrimoine offre de l information et propose des stratégies relatives à la planification du patrimoine et aux décisions

Plus en détail

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne L impact psychologique du cancer du sein RENY Justine, psychologue clinicienne Groupe de parole : hôpital de Dreux Groupe ouvert à tous les patients en cours de traitement et/ou en rémission Un mardi par

Plus en détail

Reprendre confiance en soi

Reprendre confiance en soi Reprendre confiance en soi Je pense ne pas avoir le niveau pour m exprimer dans cette langue... J ai un peu honte de faire le premier pas et débuter la conversation... Je n ai pas le courage de m adresser

Plus en détail

Le Don d une Nouvelle Vie

Le Don d une Nouvelle Vie Le Don d une Nouvelle Vie Reçu par le Messager Marshall Vian Summers le 14 mai 2011, à Boulder, Colorado. La Nouvelle Révélation de Dieu n est pas simplement là pour valoriser votre existence actuelle

Plus en détail

Directives anticipées. Conseils pour les rédiger

Directives anticipées. Conseils pour les rédiger Directives anticipées Conseils pour les rédiger Un droit inscrit dans la loi Quel objectif? Cette brochure a pour objectif de vous expliquer le sens des directives anticipées. Elle vous donne des conseils

Plus en détail

Interview Steve URSPRUNG Hypophosphatasie Europe 1. Présentation de Steve et de l association Hypophosphatasie Europe

Interview Steve URSPRUNG Hypophosphatasie Europe 1. Présentation de Steve et de l association Hypophosphatasie Europe Interview Steve URSPRUNG Hypophosphatasie Europe 1. Présentation de Steve et de l association Hypophosphatasie Europe Hypophosphatasie Europe, partenaire associé du projet Offensive Science, est une association

Plus en détail

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils

CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ. Quelques conseils CNRS CONCOURS INTERNE RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ Quelques conseils 1 LA FINALITE, LA «PHILOSOPHIE» D UN RAPPORT D ACTIVITE Le rapport d activité a pour fonction de convaincre le jury que vous êtes

Plus en détail

Parlement de la Communauté française

Parlement de la Communauté française Parlement de la Communauté française Question orale de Caroline Désir, Députée, à Jean-Marc Nollet, Ministre de la petite enfance sur «L'explosion démographique bruxelloise et l'accueil de la petite enfance»

Plus en détail

Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011

Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011 Transcription de la fin du cours d introduction des fonctions affines et linéaires dans une classe de 3 ème d un collège RAR en 2011 39 14 1. Professeur : Je vais le faire au tableau. Moi je n ai placé

Plus en détail

patients par praticien, pour une dizaine d heures de travail. du 8 e arrondissement, nous passions trente à quarante

patients par praticien, pour une dizaine d heures de travail. du 8 e arrondissement, nous passions trente à quarante INTRODUCTION La première grande différence entre les deux disciplines s exprime dès le début de la consultation : en effet, les visions du corps humain de la part de ces deux professionnels sont d emblée

Plus en détail

«La notion de stratégie d apprentissage»

«La notion de stratégie d apprentissage» fiche pédagogique FDLM N 373 / EXPLOITATION DES PAGES 24-25 PAR PAOLA BERTOCHINI ET EDVIGE COSTANZO «La notion de stratégie d apprentissage» PUBLIC : FUTURS ENSEIGNANTS EN FORMATION INITIALE ET ENSEIGNANTS

Plus en détail

Libérez-vous d une relation toxique au travail!

Libérez-vous d une relation toxique au travail! Libérez-vous d une relation toxique au travail! Permettez-moi de vous poser ces trois questions : Travaillez-vous avec une personne qui vous fait souvent sortir de vos gonds et qui siphonne votre enthousiasme,

Plus en détail

Dans notre cadre, le référentiel d activités devra fournir une description de s activités du poste à partir de la situation observée.

Dans notre cadre, le référentiel d activités devra fournir une description de s activités du poste à partir de la situation observée. Fiche pratique N 3 «Analyse des activités d un poste de travail et référentiel d activités» De quoi s agit-il? 1 Il s agit de recueillir des données relatives au poste de travail qui devront être fidèles

Plus en détail

Perception des enjeux de santé et de bien-être Maroc Bien-être et santé des DRH marocains 19 décembre 2012

Perception des enjeux de santé et de bien-être Maroc Bien-être et santé des DRH marocains 19 décembre 2012 Perception des enjeux de santé et de bien-être Bien-être et santé des DRH marocains 19 décembre 2012 Un taux de participation record 97% Une excellente représentativité de la fonction RH au Une enquête

Plus en détail

I. Demander réparation

I. Demander réparation Éléments-clés du cadre juridique en Europe : un droit très défavorable aux victimes Intervention de Sophie Le Pallec, Présidente de l association Amalyste, membre du Collectif de Lutte contre les Accidents

Plus en détail