VARIABLE : consommation d énergie. 3. RÉTROSPECTIVE (les 40 dernières années) (comment, pourquoi et par l action de qui la variable a évoluée)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VARIABLE : consommation d énergie. 3. RÉTROSPECTIVE (les 40 dernières années) (comment, pourquoi et par l action de qui la variable a évoluée)"

Transcription

1 GARONNE DÉFINITION DE LA VARIABLE VARIABLE : consommation d énergie Cette variable s intéresse à la consommation d énergie, un focus sur la consommation d électricité étant effectué. Elle peut être fortement influencée selon les territoires considérés notamment par (i) les variations climatiques (des régions soumises à des hivers plus rigoureux auront une consommation en chauffage plus élevée), (ii) les modes de consommations (généralisation voire multiplication des appareils électroménagers et informatiques dans les ménages entrainant l augmentation des consommations énergétiques, ce en dépit d améliorations de performances énergétiques d autres machines), (iii) les secteurs économiques développés sur le territoire (une région industrialisée aura des besoins en énergie plus élevé), etc. Le niveau de consommation d énergie est fortement lié à la variable de production d énergie et au mix énergétique du pays. Cependant, de par le système énergétique centralisé, la production d énergie d un territoire ne dépend pas directement de la consommation de ce même territoire. En ce sens, cette variable ne sera pas déclinée territorialement. En outre, différents usages de l énergie dans les bâtiments (climatisation, chauffage, électricité ) et secteurs (tertiaire, habitat ) consommateurs sont considérés dans cette fiche. 2. INDICATEURS PERTINENTS - consommation d énergie finale par secteur - potentiel d économie d énergie par secteur 3. RÉTROSPECTIVE (les 40 dernières années) (comment, pourquoi et par l action de qui la variable a évoluée) A) La consommation énergétique Sur la période , l industrie et la sidérurgie ont fortement baissé leur consommation énergétique (passage de 36 à 23% de la consommation) pour deux raisons principales : l amélioration de l efficacité énergétique des procédés et la désindustrialisation des activités productives en France. Le résidentiel tertiaire est quant à lui resté relativement stable (42-43% de la consommation nationale).

2 Figure 1 : Consommation d'énergie finale par secteur (source : CGDD chiffres clés de l énergie 2010) En revanche, la part du transport, à 97 % dépendant du pétrole, a augmenté (de 19 à 31%), avec une certaine stabilisation depuis Ceci peut s expliquer par une mobilité urbaine plus contrainte, même si la mobilité longue distance semble continuer à progresser. En effet, il apparait que le progrès continu sur la consommation des véhicules a été obéré par l accroissement de la mobilité (et des kilomètres parcourus). Figure 2 : Consommation d'énergie primaire dans le secteur résidentiel et tertiaire (source : CGDD chiffres clés de l énergie 2010) La structure en énergie primaire de la consommation des bâtiments a fortement évolué notamment suite aux chocs pétroliers des années 70. Le pétrole (et le charbon) a fortement diminué pour chauffer les bâtiments au profit du gaz et de l électricité. On notera que l utilisation d énergies renouvelables, réseaux de chaleur, géothermie et bois énergie, est restée stable sur la période ceci avec une incertitude sur le bois énergie (près de la moitié des énergies renouvelables produites en France - 9 Mtep sur 20), qui est mal comptabilisé car transite peu par les circuits commerciaux. Les bâtiments En termes d usage, la consommation énergétique des bâtiments est surtout liée au chauffage ou aux besoins de chaleur en général (chauffage, eau chaude, cuisson). En 30 ans (voir Figure 3), la consommation unitaire de l habitat pour le chauffage n a baissé que de 10%, la cuisson est restée stable. L autre poste est l électricité spécifique dont la demande a fortement augmenté avec la généralisation de l équipement des ménages en appareil électroménagers puis plus récemment les équipements informatique (et leur périphériques), les écrans plats, les appareils en veille ou rechargés sur le secteur. La climatisation peut aujourd hui être majoritairement associée à de l électricité spécifique (les climatiseurs sont électriques). 2/8

3 D autres voies de climatisation sont aujourd hui émergentes : le refroidissement de bâtiments en zone littorale avec de l eau fraîche pompée en profondeur marine, la végétalisation de toitures ou la «climatisation solaire», permettant une climatisation avec une moindre consommation électrique Figure 3 : Évolution des consommations unitaires des résidences principales en kwh/m2 à climat normal, bois inclus, base 100 en 1976 Source : «Les besoins énergétiques des bâtiments» MH Laurent, N. Recrosio, Futuribles N 327, février 2007 Le transport En France, 82% du transport intérieur de voyageurs est effectué en voiture en 2008, mais cette proportion tend à diminuer depuis 1995, parallèlement à l augmentation de la part des transports en commun ferroviaires. En revanche, le transport de marchandises par route continue de progresser. En 2008, il représente 83% du trafic mesuré en tonnes-km, tandis que la part du fret non-routier (ferroviaire + fluvial) s élève à 12%. L objectif de la loi Grenelle est d augmenter cette part de 25% en 2012 par rapport à Figure 4 : Consommation d'énergie des transports et PIB en France 3/8

4 La baisse récente de la consommation énergétique du transport est attribuée : - à la baisse régulière de la consommation unitaire des voitures (moyenne des voitures vendues : 176 g CO2 en 1995 à 149 g CO2 en 2006) - au prix des carburants qui conduit les ménages modestes (d autant qu ils habitent en périurbain) à limiter les déplacements non nécessaires - au respect des limitations de vitesse (radars automatiques) et la baisse des vitesses réglementaires en ville (zones 30 km/h), - au report sur les TGV pour certains trajets. Ceci le parc français ne progresse plus que par la multi-motorisation des ménages et de nombreuses tendances conduisent à une moindre augmentation voire à une stabilisation de la mobilité - le vieillissement de la population - le taux de motorisation des ménages est élevé (plus de 80%) - certains déplacements (contraints) sont et seront replacés par un accès virtuel (banque et administration, loisirs comme la video à la demande, télétravail ) B) La consommation électrique La consommation électrique représente entre 18 et 23% de la consommation finale d énergie et a augmenté de 44% depuis 1990 (SOeS, 2010). Figure 5 : Consommation finale d électricité par secteur corrigée du climat (France métropolitaine en TWh) Source : INSEE (graphique Futuribles), données SOeS La consommation électrique nationale augmente de 1,8% par an depuis Entre 1973 (année du premier choc pétrolier) et 2009, la consommation intérieure d électricité s est développée deux fois plus vite que l ensemble de la consommation d énergie et a été presque triplée au cours de la période pour atteindre son maximum de 494 TWh en La mise en place du programme électro-nucléaire, à partir de 1974, a permis une substitution massive de l énergie nucléaire aux combustibles fossiles pour la production d électricité. La montée en puissance de la production nucléaire (de 15 TWh en 1973 à 410 TWh en 2009) s est donc accompagnée d une réduction de la production thermique classique, celle-ci n atteignant que 62 TWh en 2009, soit 52 % de son niveau de Le programme électro-nucléaire a aussi eu pour conséquence une particularité française : plus du quart des logements français sont chauffés à l électricité, le parc français de chauffage électrique représente la moitié du parc européen. En conséquence le chauffage électrique représente un tiers de la consommation 4/8

5 électrique des ménages. En 2006, plus de deux logements construits avant 1975 sur trois sont chauffés aux énergies combustibles alors que 45 % des logements récents sont chauffés à l électricité. La baisse enregistrée en 2009 est liée à la crise économique (consommation repartie à la hausse en 2010), avec notamment des diminutions marquées de la sidérurgie et de l industrie. La consommation des secteurs résidentiels et tertiaires, soit les deux tiers de la consommation finale d électricité, continue en revanche en leur progression, ce même en période de crise. C) Les perspectives de consommation Bâtiments Les réglementations thermiques (la première date de 1975, suite aux chocs pétroliers des années 70) de plus en plus contraignantes au fil du temps ont permis de contenir les besoins de chauffage des bâtiments en imposant des normes d isolation minimales. Le projet de loi de relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l environnement dit PLG1 fixe deux dates pour les logements neufs : : généralisation des logements neufs BBC (Bâtiment Basse Consommation), à 50 kwhep/m 2 en énergie primaire 1, : pour toutes les constructions neuves, la consommation d'énergie primaire doit être inférieure à la quantité d'énergie renouvelable produite dans ces constructions et notamment le bois-énergie (BEPOS, bâtiment à énergie positive). Or le secteur des bâtiments se caractérise par une très forte inertie. Le parc de logement évolue par la construction neuve (1% par an) et la moitié des logements du parc date d il y a plus de 50 ans. Or, très peu de logements sont détruits (20 à destructions par an), ce qui place l accroissement à moins de 0,2% par an. Les études basées 2 sur l évolution démographique tendancielle de la population française (70 millions en France métropolitaine soit environ 9 millions de plus qu aujourd hui) et la poursuite des phénomènes de décohabitations (de plus en plus de ménages d une seule personne), aboutissent à un parc 2050 de 35 millions de logements (contre plus de 26 millions aujourd hui). Cela signifie que les trois quart du parc de logement de 2050 est déjà construit. Compte tenu des réglementations thermiques à venir, la consommation du parc de logement neuf devrait être particulièrement faible. L enjeu pour un objectif comme celui de la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050 est clairement d améliorer la performance thermique du parc existant. L objectif retenu par le plan d action national en faveur des énergies renouvelables (issu du groupe 1 du Grenelle) est de réduire de 38% d ici à 2020 les consommations carbonées (chauffage, eau chaude) du parc existant en énergie primaire. Ceci grâce à la rénovation complète de logements chaque année à compter de 2013 (par exemple les logements sociaux dont la consommation d énergie est supérieure à 230 kwep/m 2 par an doivent ramener leur consommation à moins de 150kWep/m 2 par an avant L objectif 2050, dans la ligne du facteur 4, étant de réduire 1 L expression de l objectif en énergie primaire prend en compte l énergie de conversion nécessaire par exemple à la production d électricité. Le besoin en énergie des logements est plus classiquement exprimé en énergie utile ou finale. Ceci étant, l expression de l objectif réglementaire pour la construction neuve en énergie primaire a pour conséquence de pénaliser fortement le chauffage électrique direct (l énergie de production de l électricité est prise en compte) dans le neuf au profit de technologies électriques comme les pompes à chaleur. 2 Cahier du CLIP «Habitat facteur 4», N 20, novembre /8

6 de 70 à 80% la consommation actuelle du parc de logement, soit atteindre un niveau moyen de 50 à 80 kwep/m 2 par an. Ce qui revient à généraliser le label BBC rénovation à l horizon 2050 et à réduire d un facteur 2 à 2,5 les besoins en énergie utile pour le chauffage du parc. Mobilité L UE s est donné comme objectif que la moyenne des ventes des véhicules neufs ne devrait pas excéder 120 g CO2/km (environ 4litres/100 km) en 2012 et 90 g CO2 (environ 3litres/100km) en Cependant, l objectif antérieur de 140 gco2 en 2008, issu d un accord volontaire avec les constructeurs, n ayant pas été atteint, celui de 2012 a peu de chances de l être. Une autre tendance récente est l accroissement de la part des agrocarburants, avec une part passant de moins de 1% des carburants consommés en 2005 à environ 5% (2,5Mtep) en De plus, malgré les débats sur les effets indirects des agrocarburants, la France conserve son objectif d incorporation d agrocarburants de 7 % à l horizon 2010, pour atteindre 10 % en INCERTITUDES ET SIGNAUX FAIBLES (incertitudes majeures pour l avenir et «signaux faibles» de changement) Incertitudes sur les choix politiques adoptés Le domaine de l énergie est l objet de nombreuses prévisions dont le résultat est très dépendant de la date de l exercice et de la conjoncture. Par ailleurs les prévisions sont de plusieurs natures : - tendanciel (poursuite des tendances passées) - de référence comme «baseline DGTREN» qui prend en compte l objectif national de réduction de 20% de la consommation énergétique à 2020 par rapport à un scénario tendanciel - normatif : scénario volontariste de type «facteur 4». Ainsi, à l horizon 2030, la consommation électrique peut déjà varier presque du simple au double selon la nature du scénario prévisionnel : Prévision de consommation électrique France suivant 3 scénarios Horizon : Tendanciel DGEMP DGEMP «Facteur 4» Négawatt Incertitudes pour l habitat tertiaire - le renouvellement des équipements de chauffage (chaudières) de l habitat : il peut être de deux fois sur une période de 40 ans mais dépend des performances thermiques intrinsèques du logement. Des performances de bon niveau permettent de profiter pleinement d une pompe à chaleur sans appoint d un autre mode de chauffage ou de ne pas surconsommer du bois ou du biométhane dont les ressources locales sont limitées. 6/8

7 - la rénovation de l habitat 3, la plupart du temps réalisée par les particuliers eux-mêmes (donc avec des risques de malfaçons comme les ponts thermiques ou des technologies mal adaptées au bâti concerné) devrait être multiplié par près de 4 pour diviser par 2 la consommation unitaire des logements existants. Le marché de la rénovation énergétique reste à créer. - le changement climatique : une économie de chauffage est très probable mais avec un risque important de voir les besoins de climatisation augmenter en été. - les besoins en électricité spécifique : la multiplication des équipements multimédias peut entrainer une augmentation, qui peut aussi se stabiliser par des mesures réglementaires : veilles à 1 watt, ordinateurs à faible consommation 4 Incertitudes pour la mobilité - poursuite de la stabilisation de la demande de mobilité automobile voire baisse avec les «téléactivités»? - parc de voitures particulières 2050 à 3l/100 km (90 g/co2)? - quelle part de véhicules thermiques, de véhicules électriques, de report modal? 5. PROSPECTIVE (les 40 prochaines années) Les hypothèses développées sont inspirées d une part de l étude du Conseil d Analyse stratégique en (hypothèse tendancielle et hypothèse intermédiaire (facteur 2)) et d autre part de l étude Négawatt de (hypothèse volontariste de type facteur 4). Hypothèse : Augmentation tendancielle La consommation énergétique nationale passe de 150 (chiffre 2006) à 200 Mtep par an en Dans le bâtiment, la règlementation thermique dans le neuf évolue comme aujourd hui (-15% par an). En termes de rénovation, seul un quart du potentiel «technique» possible est réalisé (-1 TWh/an), ce qui est en ligne avec les comportements actuels d amélioration du parc de logement. La demande d électricité spécifique augmente plus lentement qu aujourd hui (+ 1,4% par an au lieu des 3% par an actuels) grâce au progrès des équipements. La consommation unitaire des véhicules progresse (-50% à 2050 soit à peu près un parc à 3l/100 km) et compense l accroissement de la mobilité (+40% pour le trafic passager entre 2005 et 2025, +40% pour le trafic de fret entre 2005 et 2025 et poursuite de l augmentation sur ). Hypothèse : sobriété par la technologie (facteur 2) La demande finale en énergie reste au niveau de 2006 : 150 Mtep. En plus des normes sur les bâtiments neufs, 75% du parc ancien est réhabilité thermiquement, grâce à une rénovation volontariste du parc ancien. Pour le transport, outre la baisse tendancielle de la consommation, des gains supplémentaires sont obtenus par une part importante de véhicules hybrides rechargeables ou électriques (+ biocarburants) mais surtout le trafic de passagers se stabilise à partir de 2025 (+40% pour le trafic passager entre 2005 et 3 Conclusion du «ville post carbone» : 4 Selon un bulletin de l ADIT Japon, Microsoft Japon a mis au point un programme réduisant de 30% la consommation des PC en baissant l intensité lumineuse, le temps de mise en veille suite au tsumani et aux conséquences électriques (BE Japon N 570, 3 mai 2011) 5 «Perspectives énergétiques de la France », Centre d Analyse Stratégique, septembre /8

8 2025), il augmente comme dans l hypothèse 1 pour le trafic de fret mais n augmente plus que de 20% de 2025 à Hypothèse : sobriété par la technologie et les comportements (facteur 4) Dans le scénario Négawatt, la consommation 2050 est réduite de 63% par rapport à la consommation de 2005 (soit moins de 100 Mtep). Ce scénario cherche à atteindre la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre en France tout en sortant du nucléaire. Ceci est obtenu non seulement en utilisant les meilleures technologies disponibles mais aussi en changeant les comportements pour rechercher la plus grande sobriété par service rendu. Pour le bâtiment cela signifie que non seulement un grand programme de rénovation du parc existant permet d en réhabiliter thermiquement 90% à l horizon 2050 pour atteindre les normes BBC mais, en plus, la tendance à l augmentation de la taille des logements s inverse et tend à réduire la surface moyenne des logements neufs de 1 % par an (passage de 117 m2 à 75 en 2050). Cependant, la tendance à la «décohabitation des familles» conduit à une surface moyenne disponible par personne 45 m²/pers pour le scénario négawatt (contre 49 pour le tendanciel et 38 en 2005). Pour la mobilité, l énergie consommée est divisée par 2,5 par rapport à la consommation de 2005 alors que la mobilité (mesurée en passagers X kilomètres) augmente de 15% dans ce scénario grâce au doublement de la part du rail et du bus dans les déplacements. La sobriété est beaucoup obtenue par le covoiturage (de 1,3 personne par voiture en moyenne à 1,75), par la substitution de petits trajets motorisés par la marche à pied et le vélo et par le recours aux transports collectifs. A noter aussi que dans ce scénario, toutes les sources d économie d énergie sont utilisées : baisse de l intensité lumineuse des vitrines la nuit, alimentation de saison. RÉDACTEUR : Lamblin Véronique MISE À JOUR : 23 mai /8

Sommaire. Sommaire... 1. 1 Bilan énergétique de la Bretagne Production et consommation... 2. 2 Potentiels d économie d énergie...

Sommaire. Sommaire... 1. 1 Bilan énergétique de la Bretagne Production et consommation... 2. 2 Potentiels d économie d énergie... La présente note propose de compiler un ensemble de données relatives à l énergie en Bretagne pour alimenter les échanges du Débat National de la Transition Energétique. Les données sont issues principalement

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES pour atteindre le en 2025? Quels types de scénarios possibles aux horizons 2030 et 2050, dans le respect des engagements climatiques de la France? Eléments de définition Le, ou bouquet énergétique, est

Plus en détail

Le résidentiel Scénario tendanciel régional

Le résidentiel Scénario tendanciel régional Le résidentiel Scénario tendanciel régional 999 :,8 (% du bilan),5,5,5 Chauffage : RT/5 ; pas de réhabilitation Chauffage urbain Bois Electricité GPL Gaz naturel Fioul Charbon CU d ECS : +5% entre 5 et

Plus en détail

Restitution des travaux de prospective énergétique

Restitution des travaux de prospective énergétique Restitution des travaux de prospective énergétique Historique Avril 25 : choix de réaliser les travaux de prospective en interne Fin 27 : acquisition du logiciel Med Pro 5 novembre 27 : première réunion

Plus en détail

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Lors de son discours du 14 janvier 214 1, le Président de la République Française, François Hollande, a souligné l intérêt d une coopération

Plus en détail

«HABITER» Pour en savoir plus, voir objectifs 6,7,9,11 et 13 du Livret des enjeux 24

«HABITER» Pour en savoir plus, voir objectifs 6,7,9,11 et 13 du Livret des enjeux 24 1 «HABITER» A quoi ressemblera le logement du futur, plus largement sur le cadre de vie, sur les façons d habiter, la ville, le territoire, la planète. Le choix du lieu d habitat est structurant : ce sont

Plus en détail

Lestransfertsd usages, oucommentréduirenotreconsommationde produitspétroliers

Lestransfertsd usages, oucommentréduirenotreconsommationde produitspétroliers Lestransfertsd usages, oucommentréduirenotreconsommationde produitspétroliers Juin2014 Les transferts d usages ou comment réduire notre consommation de produits pétroliers Le concept de «transfert d usage»

Plus en détail

Consommations énergétiques de Midi-Pyrénées sur la période 1990-2004

Consommations énergétiques de Midi-Pyrénées sur la période 1990-2004 Note 1 OREMIP - Novembre 2006 Bilans régionaux de consommation et de production d'énergie pour la période 1990-2004 Il convient de considérer avec précaution l ensemble des résultats étant donné qu il

Plus en détail

Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE

Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France TEDDIF - 22 mai 2014 SRCAE Introduction Le SRCAE : document stratégique régional Il fixe les grandes orientations stratégiques de

Plus en détail

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050. Débats transition énergétique

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050. Débats transition énergétique Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Débats transition énergétique Vision 2030 2050 Des scénarios axés sur la réduction des consommation d énergie et les énergies renouvelables

Plus en détail

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 Sommaire 1- Les enjeux de la transition énergétique 2- Etat des lieux des consommations et des modes de production

Plus en détail

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015 Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT 10 septembre 2015 Diagnostic Énergie Climat du territoire : 1 Les objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte et

Plus en détail

LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE

LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE Mémento de l Hydrogène FICHE 2.2 LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE Sommaire 1- Consommation d énergie primaire. Comparaisons avec la situation mondiale 2- Taux d indépendance énergétique de la France

Plus en détail

Tendances et scénarios

Tendances et scénarios Ateliers de Prospective IAURIF, 8 d é c e m b r e 2 6 Tendances et scénarios Habitat et Tertiaire face aux Enjeux Énergétiques Jean-Pierre Traisnel, CNRS UMR AUS - Institut français d urbanisme Questions

Plus en détail

Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001)

Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001) Les réseaux de chauffage urbain de 1987 à 1997 (DGEMP - Observatoire de l'économie de l'énergie et des matières premières, décembre 2001) Le Syndicat national du chauffage urbain et de la climatisation

Plus en détail

Plan Climat du Grand Nancy

Plan Climat du Grand Nancy Plan Climat Air Energie Territorial du Grand Nancy Novembre 2012 1 Table des matières Introduction P.4 P.8 P.11 P.18 P.27 P.29 1. Elaboration du Territorial (PCAET) 1.1. La concertation continue 1.2. Le

Plus en détail

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE [R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE Perspectives énergétiques pour un monde plus durable Synthèse du rapport 2015 image : Gemasolar, tour solaire de 15 MW, Espagne. CONTEXTE Cette année, la lutte contre les changements

Plus en détail

Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM

Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM Etude de prospective énergétique de Lille MétropoleM PIVER 26 mai 2011 ADEME.J... L étude Armentières Lille Ostricourt Tourcoing Roubaix Templeuve Arrondissement de Lille 124 communes 1 200 000 habitants

Plus en détail

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Territoire 2008 Contexte de l étude Afin de lutter contre le changement climatique et de s adapter au contexte de raréfaction des ressources

Plus en détail

«Facteur 4» La nécessaire transition énergétique

«Facteur 4» La nécessaire transition énergétique «Facteur 4» La nécessaire transition énergétique Conseils gratuits et indépendants sur l énergie dans l habitat Permanences téléphone, rendez-vous, mails Animations Stands Conférences Nuits de la thermographie

Plus en détail

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE CONTRIBUTIONS PRÉLIMINAIRES DE LA FF3C AUX RÉFLEXIONS DU GROUPE DE CONTACT DES ENTREPRISES DE L ÉNERGIE Préambule La distribution d énergies hors réseaux (carburants

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements et solutions fioul domestique.

Efficacité énergétique des logements et solutions fioul domestique. D a n s l e c a d r e d u s a l o n E n e r g i e s E x p o Jeudi 23 septembre 2010 Dossier de presse Efficacité énergétique des logements et solutions fioul domestique. Présentation et lancement de l

Plus en détail

"Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte?

Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte? "Les incitations fiscales, les certificats d'économie d'énergie, la fiscalité verte? ingéniosité Crédit images J. DOMEAU Quelles sont les vraies opportunités de développement pour vos entreprises?" 1 Contexte

Plus en détail

LES PERSPECTIVES MONDIALES DES TECHNOLOGIES ENERGETIQUES A L'HORIZON 2050 (WETO-H2) MESSAGES CLES

LES PERSPECTIVES MONDIALES DES TECHNOLOGIES ENERGETIQUES A L'HORIZON 2050 (WETO-H2) MESSAGES CLES LES PERSPECTIVES MONDIALES DES TECHNOLOGIES ENERGETIQUES A L'HORIZON 2050 (WETO-H2) MESSAGES CLES L étude WETO-H2 a permis d élaborer une projection de référence du système énergétique mondial ainsi que

Plus en détail

LA CIBLE ENERGIE EN FRANCE

LA CIBLE ENERGIE EN FRANCE LA CIBLE ENERGIE EN FRANCE CONTEXTE L efficacité énergétique est un élément important de la politique française depuis les années 1970 et l approche de la France compte traditionnellement parmi les plus

Plus en détail

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015

REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 1.Objet REGLES TECHNIQUES APPLICABLES AUX BÂTIMENTS FAISANT L OBJET D UNE DEMANDE DE LABEL BEPOS-EFFINERGIE VERSION 3 8 septembre 2015 Les présentes Règles Techniques établies par l association Collectif

Plus en détail

Energies renouvelables en Nord-Pas de Calais : Quel gisement et quels modèles de

Energies renouvelables en Nord-Pas de Calais : Quel gisement et quels modèles de Energies renouvelables en Nord-Pas de Calais : Quel gisement et quels modèles de développement? Contexte Depuis le début des années 1990, l Etat, l ADEME et la Région travaillent sur le développement des

Plus en détail

Bâtiment France 2005 Energie en TWh/mois. Bâtiment France 2005 Electricité en TWh/mois. Climatisation. Chauffage elec. Eclairage Cuisson elec

Bâtiment France 2005 Energie en TWh/mois. Bâtiment France 2005 Electricité en TWh/mois. Climatisation. Chauffage elec. Eclairage Cuisson elec Résultats d'un scénario R&D Bâtiments France 5 sans fossiles publié dans la revue Futuribles, juin 8 Ch. Marchand, M-H. Laurent, R. Rezakhanlou, Y. Bamberger Version du La consommation actuelle en énergie

Plus en détail

Assurer la transition énergétique : Enjeux et impacts des différents scénarios

Assurer la transition énergétique : Enjeux et impacts des différents scénarios Assurer la transition énergétique : Enjeux et impacts des différents scénarios Conférence Ecobat Paris 22 mars 2012 Esther Finidori esther.finidori@carbone4.com http://www.carbone4.com Présentation de

Plus en détail

TERRITOIRE TERRITOIRE ÉNERGIE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ VULNÉRABILITÉ ÉNERGIE

TERRITOIRE TERRITOIRE ÉNERGIE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ VULNÉRABILITÉ ÉNERGIE DIAGNOSTIC GAZ À EFFET DE SERRE VULNÉRABILITÉ TERRITOIRE PRÉCARITÉ DIAGNOSTIC TERRITOIRE ÉNERGIE VULNÉRABILITÉ DIAGNOSTIC TERRITOIRE VULNÉRABILITÉ GAZ À EFFET DE SERRE PLAN CLIMAT ÉNERGIE PRÉCARITÉ ÉNERGIE

Plus en détail

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire Atelier 4 Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire 26 Février 2010 UNE AEU DANS LE CADRE DU PLU 10 thématiques en quatre ateliers Atelier n 1 Biodiversité Paysages et patrimoine Atelier

Plus en détail

Contribution à l enquête. publique SRCAE Ile de France. 19 septembre 2012 LE FIOUL DOMESTIQUE : UNE COMPOSANTE INCONTOURNABLE DU BOUQUET

Contribution à l enquête. publique SRCAE Ile de France. 19 septembre 2012 LE FIOUL DOMESTIQUE : UNE COMPOSANTE INCONTOURNABLE DU BOUQUET Contribution à l enquête publique SRCAE Ile de France 19 septembre 2012 LE FIOUL DOMESTIQUE : UNE COMPOSANTE INCONTOURNABLE DU BOUQUET ENERGETIQUE FRANÇAIS. Ignorer les progrès considérables des matériels

Plus en détail

TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS

TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS François JEGER La comparaison des composantes de la demande de transport par mode entre les quinze pays de l Union européenne fait apparaître certains

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

L'évolution des consommations finales d'énergie

L'évolution des consommations finales d'énergie Thème : Changement climatique et maîtrise de l'énergie Orientation : Maîtriser la consommation d'énergie et développer les énergies renouvelables L'évolution des consommations finales d'énergie par région

Plus en détail

Chauffage, isolation et ventilation écologiques

Chauffage, isolation et ventilation écologiques Chauffage, isolation et ventilation écologiques Paul de haut Deuxième édition 2011 Groupe Eyrolles 2007, 2011 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12998-4 PARTIE 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010 Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 6 juillet 2010 L élaboration de la RT 2012 Une concertation large et structurée 2 ans de travaux depuis septembre 2008 13 groupes de travail thématiques

Plus en détail

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050.

OBJECTIF FACTEUR /4. Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. OBJECTIF FACTEUR /4 Le rôle du réseau de gaz dans la réduction des émissions de gaz à effet de serre à l horizon 2050. Transition énergétique Le scénario GrDF GrDF exploite le réseau de distribution de

Plus en détail

TRANSITION ENERGETIQUE & CONSOMMATION D ENERGIE

TRANSITION ENERGETIQUE & CONSOMMATION D ENERGIE TRANSITION ENERGETIQUE & CONSOMMATION D ENERGIE 3 Enjeux 5 Objectifs 1 Un enjeu économique renforcer la compétitivité de l industrie française et diminuer la consommation de pétrole pour réduire le déficit

Plus en détail

Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles

Position adoptée par le Comité exécutif de la CES lors de sa réunion du 4 mars à Bruxelles Position de la Confédération Européenne des Syndicats (CES) sur la proposition de règlement visant à réduire les émissions de CO2 des voitures neuves (COM(2007)856) Position adoptée par le Comité exécutif

Plus en détail

Mardi de la DDT du 6 septembre 2011. La réglementation thermique 2012. change la construction!

Mardi de la DDT du 6 septembre 2011. La réglementation thermique 2012. change la construction! Mardi de la DDT du 6 septembre 2011 La réglementation thermique 2012 change la construction! Les objectifs de la réglementation thermique 2012 Objectif 1 : Réduire les consommations d énergie des bâtiments

Plus en détail

CHAPITRE 4 : SECTEUR TERTIAIRE

CHAPITRE 4 : SECTEUR TERTIAIRE CHAPITRE 4 : SECTEUR TERTIAIRE Table des matières CHAPITRE 4 : SECTEUR TERTIAIRE...1 1 Résumé...3 2 Introduction...3 3 Les données et la méthode utilisée...4 3.1 Sources de données...4 3.2 Méthodologie

Plus en détail

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Brocéliande. Situation 2010

«PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Brocéliande. Situation 2010 «PROFIL ÉNERGIE» du territoire de la communauté de communes de Mauron en Situation 2010 Janvier 2014 nseil général du ection des territoires rvice développement durable Hôtel du département 2 rue de Saint-Tropez

Plus en détail

Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté

Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté ATELIER DECRYPTAGEO 2015 Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté 10 juin 2015 Présentation de GrDF et de son scénario

Plus en détail

Sommaire. 1 Prologue. 2 l'étude négawatt. 3 Secteurs étudiés / domaines d'action. 4 Une économie soutenable,bénéfique, équitable, relocalisée

Sommaire. 1 Prologue. 2 l'étude négawatt. 3 Secteurs étudiés / domaines d'action. 4 Une économie soutenable,bénéfique, équitable, relocalisée Sommaire 1 Prologue 1.1 Histoire des sources d'énergie : évolution des techniques Ruptures techniques qui ont conduit à une civilisation prométhéenne 1.2 Statistique EDF 2008 1.3 Scénario prospectif RTE

Plus en détail

L ÉLECTRICITÉ DANS LE MONDE ET EN FRANCE

L ÉLECTRICITÉ DANS LE MONDE ET EN FRANCE Mémento de l Hydrogène FICHE 2.6 L ÉLECTRICITÉ DANS LE MONDE ET EN FRANCE Sommaire 1. Production et consommation d électricité dans le Monde 2. Production et consommation d électricité en France 3. Les

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : AIDES À L ACQUISITION DE VÉHICULES PROPRES Version du 01/10/ à 16:07:10 PROGRAMME 791 : CONTRIBUTION AU FINANCEMENT DE L ATTRIBUTION D AIDES À L ACQUISITION

Plus en détail

L empreinte énergétique des français en 2010 Consommation d'énergie par catégorie d'usage

L empreinte énergétique des français en 2010 Consommation d'énergie par catégorie d'usage 1 L empreinte énergétique des français en 2010 Consommation d'énergie par catégorie d'usage Information, éducation, relationnel 11% Déplacements liés au travail 7% Produits de base 2% Métallurgie/Sidérur

Plus en détail

TRANSITION ENERGETIQUE

TRANSITION ENERGETIQUE TRANSITION ENERGETIQUE La transition énergétique concerne au plus haut point les ingénieurs et scientifiques de France (un million), tant ils sont impliqués dans la recherche, l innovation, le développement,

Plus en détail

MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat

MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat JE M'ENGAGE AVEC M A R S EIL L E P R O V E N C E M É T R O P O L E Prévoir et anticiper, c est le rôle des collectivités locales. La Communauté urbaine

Plus en détail

Repères. Chiffres clés des énergies renouvelables. Édition 2014. octobre 2014. Service de l observation et des statistiques

Repères. Chiffres clés des énergies renouvelables. Édition 2014. octobre 2014. Service de l observation et des statistiques COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Repères octobre 2014 Chiffres clés des énergies renouvelables Édition 2014 Service de l observation et des statistiques octobre 2014 Chiffres clés des énergies

Plus en détail

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS

Atelier CLER 1er décembre 2010. Sébastien DELMAS Futurs labels Effinergie Atelier CLER 1er décembre 2010 Sébastien DELMAS 1. Présentation du Collectif Effinergie 2. Les actions mises en œuvre 3. Les labels 4. Les actions en cours 5. Point sur la RT 2012

Plus en détail

Annexe promotion du gaz.doc 1

Annexe promotion du gaz.doc 1 Annexe : Présentation des actions de promotion du gaz naturel Depuis 2008, la promotion de l énergie gaz naturel est l un des grands enjeux de GrDF et constitue un poste de dépense à part entière pris

Plus en détail

13 ème Conférence bretonne de l énergie. le 25 juin 2014 à RENNES

13 ème Conférence bretonne de l énergie. le 25 juin 2014 à RENNES 13 ème Conférence bretonne de l énergie le 25 juin 2014 à RENNES 1 1. Introduction 2. Bilan électrique et panorama énergétique 3. Brochure «Les moyens de production d énergie électriques et thermiques»

Plus en détail

Les enjeux énergétiques du transport

Les enjeux énergétiques du transport Les enjeux énergétiques du transport Le secteur des transports consomme 50% du pétrole mondial. Avec des échanges commerciaux qui croissent beaucoup plus vite que le PIB, et une croissance exponentielle

Plus en détail

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE

POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE POSITION SUR LA CHALEUR RENOUVELABLE DANS LE CADRE DU DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE PAR L ALLIANCE CHALEUR RENOUVELABLE La chaleur renouvelable : c est quoi? Au sens de la directive européenne1

Plus en détail

Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes

Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes Lyon le 15 février 2012 ANNEXE : Avis d ERDF sur le projet SRCAE de la région Rhône Alpes Tout d abord, nous vous remercions d avoir associé ERDF à l établissement de ce SRCAE, dans le cadre des ateliers

Plus en détail

Tables des figures et des tableaux

Tables des figures et des tableaux Tables des figures et des tableaux 1. Table des figures Figure 1 : Priorités de la démarche négawatt... 7 Figure 2 : Démarche de modélisation du scénario négawatt 2011... 11 Figure 3 : Diagramme de Sankey

Plus en détail

Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo

Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo Cliquez ici pour ajouter un titre ou une photo Rofaïda LAHRECH rofaida.lahrech@cstb.fr Les dispositifs réglementaires pour l amélioration de la performance énergétique des bâtiments en France Maîtrise

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012

La Réglementation Thermique 2012 La Réglementation Thermique 2012 La réglementation thermique 2012 ou RT 2012 est le fruit d une réflexion de deux ans des acteurs des différents secteurs du bâtiment, faisant suite au dernier Grenelle

Plus en détail

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013.

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013. production locale d énergies renouvelables Performance énergétique des bâtiments Sobriété des usagers Les hommes et les femmes de Cofely Services vous accompagnent dans la Transition Energétique Conception,

Plus en détail

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Juillet 2013 La Communauté d Agglomération du Grand Rodez, regroupant 55 932 habitants, est soumise à l obligation nationale (Grenelle 1 et 2) de

Plus en détail

Etude prospective sur le financement du système de mobilité de Lille Métropole

Etude prospective sur le financement du système de mobilité de Lille Métropole Etude prospective sur le financement du système de mobilité de Lille Métropole Les récents travaux de recherche nationaux et européens sur le sujet du financement des transports publics à moyen et long

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

Préface. L'aérosolaire ou la pompe à chaleur assistée solaire

Préface. L'aérosolaire ou la pompe à chaleur assistée solaire Préface Le secteur du bâtiment représente à lui seul 40 % de la consommation d énergie et 36 % de l émission de gaz à effet de serre de l ensemble de l Union européenne. Fort de ce constat, les objectifs

Plus en détail

Enjeux du réseau de chaleur de la CPCU

Enjeux du réseau de chaleur de la CPCU Concertation sur le projet de transformation du centre de traitement des déchets ménagers à Ivry-Paris 13 Groupe de Travail du 4 avril 2016 Thématique : Alternatives à la méthanisation sur site / valorisation

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE. Vendredi 5 avril 2013

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE. Vendredi 5 avril 2013 DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 5 avril 2013 DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Le protocole de Kyoto: (1997) Réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le Facteur

Plus en détail

Evolution du coût de l énergie

Evolution du coût de l énergie 1 Sébastien Kraft / Pierre Guilpain Kovalence/ Symbioz s.kraft@kovalence.fr/ p.guilpain@symbioz-energie.fr 2 passées Evolution du coût de l énergie 3 Evolution Evolution Prix complet pour 100 kwh moyenne

Plus en détail

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire?

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Réunion technique CAP INNOVATION RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Olivier Servant Directeur des marchés Saint Gobain Habitat Le contexte énergétique et environnemental

Plus en détail

Top départ pour la RT 2012!

Top départ pour la RT 2012! Top départ pour la RT 2012! La poursuite du Grenelle de L'Environnement dans sa volonté de pérenniser la dynamique impulsée par les "bâtiments basse consommation" : De tous les secteurs économiques, celui

Plus en détail

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050

Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Contribution de l ADEME à l élaboration de visions énergétiques 2030-2050 Vision 2030 2050 2 approches différentes: 2030 : projection volontariste, complémentaire de l exercice DGEC 2050: normatif facteur

Plus en détail

Les nouvelles solutions gaz naturel : une réponse aux enjeux du Grenelle de l Environnement

Les nouvelles solutions gaz naturel : une réponse aux enjeux du Grenelle de l Environnement Direction Recherche & Innovation Centre Recherche et Innovation Gaz & Énergies Nouvelles Les nouvelles solutions gaz naturel : une réponse aux enjeux du Grenelle de l Environnement Quels équipements techniques

Plus en détail

Lowering the bar : options pour que l industrie automobile parvienne à 80g CO 2 /km (3l/100 km) d ici 2020 en Europe

Lowering the bar : options pour que l industrie automobile parvienne à 80g CO 2 /km (3l/100 km) d ici 2020 en Europe Note d information - 20 mai 2010 Lowering the bar : options pour que l industrie automobile parvienne à 80g CO 2 /km (3l/100 km) d ici 2020 en Europe Une étude du Centre de recherche sur l industrie automobile

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais

Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais Diagnostic Energie GES du secteur tertiaire de la CA du Bocage Bressuirais Novembre 213 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire

Plus en détail

Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives 2015

Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives 2015 Le Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation pour l Efficacité Énergétique des Bâtiments Régulation et Gestion Technique des Bâtiments Évaluation du marché 2014 et Perspectives

Plus en détail

La loi sur la transition énergétique

La loi sur la transition énergétique 22 juillet 2015 La loi sur la transition énergétique 1- Objectifs généraux Les principaux objectifs contenus dans la loi : Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% entre 1990 et 2030 et les

Plus en détail

Indicateurs d intensité énergétique par Secteur de l Algérie

Indicateurs d intensité énergétique par Secteur de l Algérie Réunion finale du projet sur les indicateurs MEDENER ADEREE, Rabat, 2-3 Juillet 2013 Indicateurs d intensité énergétique par Secteur de l Algérie [Melle Klouche Wahida -APRUE-] Statut final de la collecte

Plus en détail

Principe de modélisation

Principe de modélisation 1 Principe de modélisation 1999 : année de base : données réelles qui alimentent le modèle Données Midi-Pyrénées relatives aux déterminants de la consommation énergétique (INSEE) et aux consommations énergétiques

Plus en détail

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE

COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE COMBATTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE POUR UNE EUROPE DURABLE Combattre le changement climatique pour une Europe durable: les socialistes luttent en faveur d un avenir équitable, propre, social et prospère

Plus en détail

Présentation générale du secteur des énergies renouvelables en Roumanie

Présentation générale du secteur des énergies renouvelables en Roumanie Présentation générale du secteur des énergies renouvelables en Roumanie La Roumanie se trouve au centre géographique de l Europe (dans le sud-ouest de l Europe centrale). Le pays compte 1,5 millions d

Plus en détail

Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise

Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise Les distances de déplacements dans l agglomération dijonnaise Décembre 2011 Par Florent GALLET (laboratoire ThéMA) Distances à vol d'oiseau à partir du centre-ville dijonnais Daix Plombière-lès-Dijon Fontaine-lès-Dijon

Plus en détail

CHAPITRE 10 : SYNTHÈSE DU SCÉNARIO VIRAGE ÉNERGIE- CLIMAT PAYS DE LA LOIRE

CHAPITRE 10 : SYNTHÈSE DU SCÉNARIO VIRAGE ÉNERGIE- CLIMAT PAYS DE LA LOIRE CHAPITRE 10 : SYNTHÈSE DU SCÉNARIO VIRAGE ÉNERGIE- CLIMAT PAYS DE LA LOIRE Table des matières CHAPITRE 10 : Synthèse du scénario virage énergie-climat Pays de la Loire...1 1. Résumé... 3 2. Introduction...4

Plus en détail

Les partenaires de l étude

Les partenaires de l étude Les partenaires de l étude VIVAPOLIS est la marque ombrelle visant à fédérer les acteurs français publics et privés qui veulent promouvoir, à l international, une ambition partagée d un développement urbain

Plus en détail

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique Cahier d acteur de l Assemblée des départements de France Débat national transition énergétique 2013 L Assemblée des départements de France souscrit au débat national transition énergétique voulu par le

Plus en détail

Sommaire. Présentation RT 2012 - CAUE Bastia - FFB

Sommaire. Présentation RT 2012 - CAUE Bastia - FFB Sommaire 1. Objectifs, méthode d élaboration 2. Exigences et évolutions / RT2005 3. Bbio, Cep, Tic 4. Exigences minimales 5. Synthèse d étude standardisée 6. Calendrier 7. Coût : maison individuelle 8.

Plus en détail

Grenelle Environnement

Grenelle Environnement Grenelle Environnement Convention d engagements pour l accélération de la construction de «Bâtiments Basse Consommation» (BBC) Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre d Etat, ministre

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

SE DEPLACER. Reportez vous au Livret des Enjeux, objectifs 9 et 11.

SE DEPLACER. Reportez vous au Livret des Enjeux, objectifs 9 et 11. SE DEPLACER Les déplacements, sont liés aux activités, à notre lieu de vie principal, à nos besoins d approvisionnement, à nos relations sociales. Ils sont un moyen et non une fin. Pour autant: - La mobilité

Plus en détail

Le bâtiment à énergie positive (BEPOS)

Le bâtiment à énergie positive (BEPOS) Le bâtiment à énergie positive (BEPOS) Les économies d énergie dans le bâtiment sont aujourd hui une priorité : comme nous l avons vu, les secteurs résidentiel et tertiaire représentent 44% de la consommation

Plus en détail

3.4 TRANSPORTS UN TERRITOIRE RURAL PEU DESSERVI PAR LES TRANSPORTS EN COMMUN RENDANT SYSTÉMATIQUE L USAGE DE LA VOITURE INDIVIDUELLE

3.4 TRANSPORTS UN TERRITOIRE RURAL PEU DESSERVI PAR LES TRANSPORTS EN COMMUN RENDANT SYSTÉMATIQUE L USAGE DE LA VOITURE INDIVIDUELLE UN TERRITOIRE RURAL PEU DESSERVI PAR LES TRANSPORTS EN COMMUN RENDANT SYSTÉMATIQUE L USAGE DE LA VOITURE INDIVIDUELLE 53 3.1 APPROCHE GLOBALE 3.2 AGRICULTURE 3.3 RÉSIDENTIEL 3.5 TERTIAIRE 3.6 DÉCHETS 3.7

Plus en détail

Les indices d une révolution

Les indices d une révolution RT 2012 Les indices d une révolution ÉRIC FeLICE [1] La RT 2012, en rendant obligatoire la conception bioclimatique des bâtiments, bouleverse les règles de construction. Le recours aux énergies renouvelables

Plus en détail

La consommation énergétique des bâtiments

La consommation énergétique des bâtiments La consommation énergétique des bâtiments Introduction Depuis la mise en place d une réglementation thermique (1974), la consommation énergétique des constructions neuves a été divisée par 2. Le Grenelle

Plus en détail

Schéma Régional SRCAE. du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. Synthèse

Schéma Régional SRCAE. du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France. Synthèse Schéma Régional du Climat, de l Air et de l Energie de l Île-de-France SRCAE Synthèse Sommaire Introduction État des lieux Scénarios régionaux aux horizons 2020 et 2050 Objectifs principaux Bâtiments Energies

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois

Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du SCOT* de l Angoumois Diagnostic Energie GES du secteur résidentiel du * de l Angoumois Avril 2013 Tous les mots suivis d un «*» sont définis dans le lexique en fin de document. 1. Carte d identité du territoire Nombre d habitants

Plus en détail

les chiffres 2014 de l énergie Matinée de restitution 07/07/15

les chiffres 2014 de l énergie Matinée de restitution 07/07/15 OBSERVATOIRE régional de l énergie et du climat les chiffres 2014 de l énergie DOSSIER DE PRESSE Matinée de restitution 07/07/15 INVITATION À LA PRESSE L'Observatoire Régional de l'énergie et du Climat

Plus en détail

L éco prêt à taux zéro :

L éco prêt à taux zéro : L éco prêt à taux zéro : - Description et objectif : Destiné à financer les rénovations thermiques représentant des montants importants, c est l une des principales mesures financières du Grenelle Environnement

Plus en détail

L énergie, un défi pour tous!

L énergie, un défi pour tous! L énergie, un défi pour tous! Se nourrir, se déplacer, chauffer, éclairer, téléphoner, tout est question d énergie! Ou plutôt, de consommation d énergie. Les hommes consomment de plus en plus d énergie

Plus en détail

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on?

Consommation. Les émissions de gaz à effet de serre (dont l augmentation. Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Consommation Quels impacts sur le climat? De quoi parle-t-on? Depuis la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (adoptée en 1992), le monde industriel et économique a profondément

Plus en détail

Fiche Energie / Gaz à effet de serre de la Communauté de communes du Vimeu Industriel

Fiche Energie / Gaz à effet de serre de la Communauté de communes du Vimeu Industriel du département de la Somme Fiche Energie / Gaz à effet de serre de la Communauté de communes du Vimeu Industriel OCTOBRE 2012 Fiche GES / Energie : Communauté de communes du Vimeu Industriel Tableau de

Plus en détail