L OTITE MOYENNE AIGUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L OTITE MOYENNE AIGUE"

Transcription

1 L OTITE MOYENNE AIGUE I- INTRODUCTION : L otite moyenne aigue (OMA) est l inflammation aigue de la muqueuse des cavités de l oreille moyenne. Il s agit d une affection fréquente, touche 10% des enfants avant l âge de 10 ans. II- EPIDEMIOLOGIE : - Affection fréquente : parmi les otites, l OMA est la plus fréquente. - Elles prennent la 2 ème place dans les infections ORL de l enfant après les rhinopharyngites. - L OMA touche avec la plus grande fréquence les enfants entre 6 mois et 2 ans. - Les garçons sont plus touchés que les filles - Un enfant allaité au sein est mieux protégé contre ces infections. III- ETIOLOGIES- PATHOGENIE : A- Les germes responsables : 1- Les virus : Plusieurs types de virus ont été mis en évidence (au niveau de l oreille et du mucus nasal). On pense plutôt que le virus joue un rôle favorisant l infection bactérienne. 2- Les bactéries : Les otites moyennes aigues son habituellement monobactériennes. La bactériologie des otites moyennes aigues est en constante évolution. Les études les plus récentes montrent la nette prédominance de l Haémophilus Influenzae.

2 - Haémophilus inflenzae : C est le germe le plus fréquent responsable d OMA (>40%). Il s agit d un petit bacille Gram négatif dont la découverte dans un prélèvement d oreille est toujours pathologique. Des études récentes montrent que près de 35% des souches sont résistantes à l Ampicilline par production d une Béta- Lactamase. - Streptocoque Pneumoniae : Le pneumocoque est retrouvé dans près de 25% des cas. Des souches de sensibilité diminuée apparaissent de plus en plus souvent (20%). - Autres germes : Staphylocoque doré : se voit surtout chez le très jeune enfant. Moraxella Catarrhalis : en constante augmentation Pseudomonas aéruginosa : surtout le jeune enfant Streptocoque pyogènes A et entérobactéries : fréquence diminuée. B- Ethiopathogénie : L oreille est constituée de 3 parties : - Une partie externe qui comprend le pavillon et le conduit auditif externe. Ce conduit aboutit au tympan, membrane qui marque la frontière avec l oreille moyenne. Cette dernière est composée de la caisse du tympan et de la chaîne des osselets. Elle communique avec l arrière-gorge par la trompe d Eustache. Enfin, la partie interne de l oreille, contient la cochlée organe de l audition et le vestibule, qui régit l équilibre. - La trompe d Eustache : un canal entre la gorge et les oreilles. En temps normal, la trompe d Eustache, véritable conduit d aération, égalise la pression de l air entre la gorge et l oreille moyenne. Elle est tapissée du même type de muqueuse que celle de la gorge, car toutes ces structures communiquent entre elles. Si elle est obstruée par une inflammation par exemple à la suite d une rhinopharyngite, la ventilation ne se fait plus correctement. Les sécrétions normalement éliminées vers l arrière-gorge stagnent dans ce canal, et risquent d être infectées par les microbes remontant de la gorge. Le tympan perd alors sa couleur normale grisée donnant ainsi l aspect d otite congestive avec tympan rosé, correspondant à une simple inflammation du tympan, fréquente en cas de rhinopharyngite. Cette otite congestive peut évoluer vers une OMA avec du pus dans la caisse du tympan correspondant au stade d OMA collectée.

3 C- Les facteurs favorisants : - Hypertrophie des végétations adénoïdes : qui constitue un foyer inflammatoire et un facteur obstructif. - Pathologie naso-sinusienne : infectieuse ou allergique. - Facteurs climatiques : les otites moyennes aigues sont plus fréquentes en hiver et en automne. - Facteurs socio-économiques : crèche surtout avant 6 mois, la mauvaise hygiène - Terrain particulier : tous les facteurs qui peuvent favoriser l inflammation sur le plan général peuvent avoir une action sur le plan de l inflammation de l oreille moyenne. Ex : déficit immunitaire, allergie, anémie par carence martiale. IV- ETUDE CLINIQUE : Type de description : otite moyenne aigue du jeune enfant : A- Les signes fonctionnels : - Otalgies violentes, pulsatiles, cycliques (réveil la nuit avec insomnie). Elles peuvent être associées à des acouphènes et/ou hypoacousie. - Fébricules à 38 - Parfois des troubles digestifs : vomissements, diarrhée. B- Examen clinique : 1) Otoscopie : clé du diagnostic a) Stade congestif ; otite catarrhale Le tympan est rosé rouge avec disparition du triangle lumineux, mais les reliefs ossiculaires restent visibles. b) Stade suppuré ou collecté : On voit un bombement du tympan au début périphérique puis global, le tympan est rouge- violacé avec disparition du triangle lumineux et des reliefs ossiculaires. On peut voir un niveau liquide ou un tympan complètement opaque. c) Otite moyenne aigue spontanément perforée : Le tympan est rouge, bombé, avec une perforation punctiforme (postérieure) par où font issue des gouttelettes de pus de façon pulsatile. A ce stade, les signes généraux et surtout les douleurs diminuent. d) Examen de l oreille controlatérale : Il est systématique. En effet, l atteinte est souvent bilatérale.

4 2) Reste de l examen clinique : Palpation de la mastoïde : on trouve souvent une douleur profonde à la région antrale du fait de la réaction mastoïdienne. Il existe dans la majorité des cas une rhinopharyngite (point de départ de l otite moyenne aigue) qui peut être claire, muco-purulente ou purulente. 3) Examen général : Prise de Température, Poids, pâleur cutanéo-muqueuse en faveur d une anémie. 4) Audition : L audiogramme n est pas systématique, s il est réalisé, il montrera une surdité de transmission. V- Formes cliniques : A) Formes selon l âge : 1) Forme du nourrisson : L OMA est fréquente, bilatérale. Le germe le plus fréquent est l Héamophilus Influenzae. Les signes fonctionnels sont souvent trompeurs. L OMA dans ces cas ne se traduit souvent que par une atteinte de l état général et peut donc passer inaperçue. Les signes d appel spécifiques sont ceux qui traduisent l otalgie : pleurs, tend la main à l oreille, frotte l oreille contre le drap. Il y a souvent des signes généraux (fièvre ), des troubles digestifs. L otoscopie est souvent difficile. En effet, chez le nourrisson, le conduit est étroit, le tympan est oblique. L aspect otitique est souvent trompeur avec un tympan blanc violacé et épaix. Il y a un risque de retentissement général (toxicose, mastoïdite). 2) Forme du sujet âgé : Elle est rare, torpide ; les signes généraux sont peu évidents. B) Les otites nécrosantes : Se voient surtout au cours de la Rougeole et de la Scarlatine. L otoscopie montre souvent une perforation large. Le risque est le passage à la chronicité et les séquelles permanentes.

5 C) Formes récidivantes : Nécessite la prévention surtout par l ablation des végétations adénoïdes, traitement du terrain tel que une anémie, rarement présence de déficit immunitaire. D) Formes étiologiques : Otite phlycténulaire grippale : Le tympan est rouge, opaque avec des phlyctènes très douleureuses. Les germes sont : Virus, mycoplasmes, bactéries pyogènes. VI- TRAITEMENT : A) Buts : - Traiter la maladie infectieuse - Traiter la douleur - Traiter la fièvre - Lutter contre les récidives B) Moyens : 1- Traitement médical : - Antibiotiques : Amoxicilline, Amoxicilline + Acide Clavulanique, Macrolides - Anti-inflammatoires stéroïdiens : corticoïdes - Gouttes auriculaires : permettent d éviter l eczématisation du conduit auditif externe et du pavillon et ont une action antalgique - Antalgiques et antipyrétiques : Paracétamol, acide acétyle salicylique 2- Traitement chirurgical : la paracentèse C) Indications : 1- Stade de début : - Désinfection rhinopharyngée - Antalgiques, antipyrétiques - Gouttes auriculaires Pour certains, les antibiotiques doivent être utilisés à ce stade, si on ne peut pas contrôler correctement l enfant.

6 2- Stade d OMA collectée ou perforée : - Antibiotiques adaptée, avec dose et durée adéquates - Antalgiques, antipyrétiques - Gouttes auriculaires D) Les critères de guérison d une otite moyenne aiguë sont : - Disparition des signes généraux (apyrexie) - Disparition des douleurs - Absence d otorrhée - Otoscopie normale - Audition normale E) Indications de la paracentèse : 1- Indications thérapeutiques : - Persistance de la fièvre malgré le traitement médical - Otite moyenne aigue hyperalgique 2- Indications bactériologiques : - Complications de l otite moyenne aigue - Forme rebelle au traitement médical - âge<3 mois - Terrain immunodéprimé F) Prévention des récidives : - Adénoïdectomie - Aérateurs transtympaniques - Antibiothérapie prolongée - Retirer l enfant avant 2 ans de la crèche?

7 L OTITE MOYENNE CHRONIQUE (OMC) I- DEFINITION : Les OMC sont des infections et/ou inflammations de l oreille moyenne dépassant 3 mois d évolution. On distingue 3 formes d OMC: - Otite séro-muqueuse - OMC simples à tympan ouvert - OMC cholésteatomateuse II- OTITE SEROMUQUEUSE : A) Définition : OMC à tympan fermé : présence d un épanchement liquidien (glue) dans la caisse du tympan. - Sur le plan anatomique: Existence de liquide visqueux, parfois épais (glue), reposant sur une muqueuse plus au moins épaisse, derrière un tympan fermé - Sur le plan fonctionnel: Par une surdité de transmission avec modification de l impédance, sans douleur, ni d otorrhée. - Sur le plan pathogénique: Dysfonctionnement tubaire Infection décapitée Troubles des échanges gazeux de la muqueuse de la caisse du tympan

8 B) Epidémiologie: - Fréquente entre 2 et 5 ans - Bilatérale dans 80% des cas chez les enfants - Certains facteurs de risque: Le RGO et la carence martiale Le tabagisme passif, la vie en collectivité Fentes vélo-palatines - Chez l adulte, l otite séromuqueuse est le plus souvent unilatérale et dans ce cas, il faut redouter le cancer du cavum C) Etude clinique: 1- Circonstances de découverte: - Hypoacousie modérée - Troubles du langage - Retard scolaire - Découverte lors d un examen systématique. 2- Interrogatoire: - Antécédents otologiques. - Antécédents rhinopharyngés et allergiques. - É volution de la symptomatologie actuelle. 3-Examen clinique : otoscopie (bilatérale) Différents aspects du tympan peuvent se voir en cas d otite séromuqueuse : - Aspect de tympan terne, grisâtre, rétracté, laissant parfois voir une bulle aérienne au niveau de la caisse du tympan - Aspect de tympan grisâtre bombé, avec disparition des reliefs ossiculaires - Parfois aspect de tympan normal Reste de l examen ORL et général D) Examens paracliniques - Audiométrie : surdité de transmission de 20 à 30 db - Impédencemétrie : différents aspects peuvent se voir

9 Courbe plate, courbe décalée vers les pressions négatives, parfois tympanogramme normale avec une courbe centrée. E) Traitement: 1- Moyens: - Traitement médical: Antibiothérapie Anti-inflammatoires stéroïdiens Décongestion et hygiène nasale - Traitement chirurgical Ablation des végétations adénoïdes Aérateurs trans-tympaniques. 2- Indications: - De 1ère intention: Traitement médical : Antibiotique + corticoïdes + décongestionnent nasal - Si pas d amélioration ou si Surdité de transmission> 30 Db Mise d aérateurs trans-tympaniques + ablation des végétations adénoïdes - Traitement du terrain: anémie, allergie F) Evolution : - Favorable avec guérison : dans la majorité des cas - Dans certains cas, évolution vers l otite moyenne chronique séquellaire à type de poche de rétraction ou d otite atéléctasique ou vers l otite moyenne chronique choléstéatomateuse (5% des cas). III OTITE MOYENNE CHRONIQUE SIMPLE A TYMPAN OUVERT : A) Définition: Inflammation chronique des cavités de l oreille moyenne, dont la traduction clinique est une perforation non marginale. B) É tude clinique : 1- Circonstances de découverte: - Otorrhée récidivante non fétide - Hypoacousie 2- Interrogatoire: - Antécédents otologiques - Début et évolution de la symptomatologie

10 3- Examen clinique: otoscopie+++ Pus++ aspiration Prélèvement bactériologique C) É tude paraclinique: - Audiométrie: Surdité de transmission entre 30 et 60 Db D) Traitement: - Antibiothérapie + soins locaux en cas de réchauffement. - Eviction de l eau - Tympanoplastie sous AG: colmater la perforation par l aponévrose temporale superficielle. La voie d abord est rétro-auriculaire. IV- OTITE MOYENNE CHRONIQUE CHOLESTEATOMATEUSE : A) Définition: Présence dans les cavités de l oreille moyenne d un épithélium malpighien kératinisant (en position anormale) qui est doué de pouvoir destructif, ostéolytique et érode en profondeur. B) Pathogénie: - Inclusion congénitale: choléstéatome congénital. - Evolution de l Otite séromuqueuse et des Poches de rétraction. - Migration épidermique à travers une perforation marginale. C) É tude clinique: 1- Circonstances de découverte: - Otorrhée purulente fétide, traînante+++ - Hypoacousie progressive - acouphènes, vertiges, otalgie, Paralysie faciale 2- Examen clinique: Sous microscope+ aspiration douce Différents aspects cliniques: - Perforation tympanique postérieure marginale ou niveau de la pars flaccida; atticite - Paillettes de choléstéatome avec destruction osseuse - polype sentinelle du CAE - Croûtelle de la membrane de Schrapnell - PDR postéro-supérieure non controlable et non autonettoyante.

11 D) É tude paraclinique: - Audiogramme: Surdité de transmission - Rx Schüller: mastoïde éburnée - Scanner des rochers E) Evolution- Pronostic: - Processus irréversible++ - Traitement chirurgical - Surveillance à long terme : risque de récidives F) Traitement: - Traitement chirurgical:+++ Tympanoplastie avec antro-attico-mastoïdectomie en technique fermée ou ouverte (É videment pétro-mastoïdien). - Associé à un traitement médical: ATB+ soins locaux - Surveillance: récidive IV- COMPLICATIONS DES OTITES : Ils s agissent d urgences thérapeutiques et vitales qui nécessitent l hospitalisation du malade. L apport de l imagerie surtout la tomodensitométrie est considérable pour le diagnostic positif et étiologique de ces complications. Le traitement dépend de l étiologie pouvant être médical et/ ou chirurgical A) Les complications méningo-encéphaliques : Elles sont les plus fréquentes et les plus graves, pouvant mettre en jeu le pronostic vital. Elles sont l apanage surtout des otites moyennes chroniques choléstéatomateuses. Ces complications sont surtout à type de méningites, d abcès du cerveau, de thrombophlébite du sinus latéral. Les signes fonctionnels sont : les céphalées, la fièvre, les vomissements, le flou visuel B) Les mastoïdites: Elles constituent des urgences diagnostiques et thérapeutiques. Elles sont les complications des otites moyennes aigues, mais peuvent s observer aussi au cours des otites moyennes chroniques surtout choléstéatomateuses.

12 On distingue 2 stades : Stade 1: mastoïdite non extériorisée A l examen clinique, il existe une douleur à la pression, rougeur, chute de la paroi postérieure du conduit auditif externe Le traitement à ce stade est médical, il repose sur les antibiotiques à large spectre. Stade 2 : mastoïdite extériorisée : A ce stade et sur le plan clinique, on trouve une tuméfaction rétroauriculaire, fluctuante (abcès sous périosté), avec rougeur et douleur à la palpation. Parfois, il existe une fistulisation cutanée avec issu de pus. A l examen otoscopique, on voit souvent un aspect d otite moyenne aigue perforée. Le traitement est chirurgical : drainage de l abcès sous périosté avec mastoïdectomie, associée éventuellement à une antibiothérapie à large spectre. C) Autres : D autres complications peuvent se voir à type de paralysie faciale périphérique et de labyrinthite.

Otites de l enfant. Item et objectifs du CNCI

Otites de l enfant. Item et objectifs du CNCI 34 Otites de l enfant I. POUR BIEN COMPRENDRE II. DIAGNOSTIQUER UNE OTITE III. ARGUMENTER L ATTITUDE THÉRAPEUTIQUE ET PLANIFIER LE SUIVI DE L ENFANT Item et objectifs du CNCI Item 98. Otalgies et otites

Plus en détail

PATHOLOGIES DE L'OREILLE

PATHOLOGIES DE L'OREILLE ORL PATHOLOGIES DE L'OREILLE I - LES OTITES A - OTITE EXTERNE AIGUË a) Étiologie Germe: staphylocoque Concerne l'oreille externe Inflammation du conduit auditif externe Souvent suite à:. Traumatisme. Furoncle.

Plus en détail

THEME : PLACE DE L AERATEUR TRANSTYMPANIQUE (ATT) DANS LE TRAITEMENT DE L OTITE SERO-MUQUEUSE BILATERALE (OSM)

THEME : PLACE DE L AERATEUR TRANSTYMPANIQUE (ATT) DANS LE TRAITEMENT DE L OTITE SERO-MUQUEUSE BILATERALE (OSM) THEME : PLACE DE L AERATEUR TRANSTYMPANIQUE (ATT) DANS LE TRAITEMENT DE L OTITE SERO-MUQUEUSE BILATERALE (OSM) BUT DE LA DEMARCHE : diminuer le risque iatrogène Introduction : Cible professionnelle : ORL

Plus en détail

OTITE MOYENNE AIGUE. Les OMA touchent essentiellement l enfant avec un maximum de fréquence entre 6 et 24 mois.

OTITE MOYENNE AIGUE. Les OMA touchent essentiellement l enfant avec un maximum de fréquence entre 6 et 24 mois. OTITE MOYENNE AIGUE Objectifs : -Expliquer les principales causes d otalgie chez l adulte et l enfant. -Savoir diagnostiquer une otite moyenne aiguë, une otite externe, une otite séromuqueuse et leurs

Plus en détail

OTITES CHRONIQUES ET SEQUELLES

OTITES CHRONIQUES ET SEQUELLES OTITES CHRONIQUES ET SEQUELLES I - OTITES SEREUSES, SERO-MUQUEUSES ET MUQUEUSES A TYMPAN FERME 1 - Définition - Etiopathogénie L otite séro-muqueuse (OSM) est une inflammation sub-aigue ou chronique de

Plus en détail

CHAPITRE IX : DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE DES

CHAPITRE IX : DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE DES CHAPITRE IX : DIAGNOSTIC ET PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE L'AUDITION CHEZ LA PERSONNE AGEE I- Les causes de surdité A- Atteintes de l'oreille externe B- Atteintes de l'oreille moyenne C- Atteintes de

Plus en détail

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte

Item 90 : Infections nasosinusiennes. l'adulte Item 90 : Infections nasosinusiennes de l'enfant et de l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une rhinosinusite aiguë... 1 1. 1 Chez l'adulte...1

Plus en détail

ITEM 98 : OTALGIES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE ETIOLOGIES

ITEM 98 : OTALGIES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE ETIOLOGIES ITEM 98 : OTALGIES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE ETIOLOGIES Otalgie primitive Pavillon : - Othématome : Tuméfaction violacée sous-cutanée post-trauma TTT : ATBprophylaxie par Augmentin + Incision drainage

Plus en détail

Surdité (294) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Novembre 2005

Surdité (294) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Novembre 2005 Surdité (294) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Novembre 2005 Pré-requis : Polycopié d ORL, Pr Reyt, Pr Charachon Précis d ORL. M. Portmann, Ed. Masson 1982 Décision en ORL, F. Chabolle, E-N Garabédian, Ed. Vigot

Plus en détail

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat

Pathologie hivernale chez l enfant. Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Pathologie hivernale chez l enfant Journée de formation continue Mohammedia 16/o2/12 Pr Benjelloun Dakhama BS Rabat Affections respiratoires Mécanisme de défense des voies aériennes Appareil mucociliaire

Plus en détail

UE6 N 147. Otites infectieuses de l adulte et de l enfant. 1 Définitions. 2 Otite moyenne aigue (OMA) Objectifs. Points importants

UE6 N 147. Otites infectieuses de l adulte et de l enfant. 1 Définitions. 2 Otite moyenne aigue (OMA) Objectifs. Points importants UE6 N 147 Otites infectieuses de l adulte et de l enfant Pour la partie pédiatrie, consulter le référentiel du Collège de Pédiatrie Objectifs Connaître les agents infectieux responsables de l otite moyenne

Plus en détail

Module 7 - Edition 2004 - Item 98 version 01 du 02 01 2004 page 1 Copyright CMIT ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE.

Module 7 - Edition 2004 - Item 98 version 01 du 02 01 2004 page 1 Copyright CMIT ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE. Module 7 - Edition 2004 - Item 98 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 98 : OTALGIES ET OTITES CHEZ L ENFANT ET L ADULTE. OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les principales causes d otalgie chez l adulte

Plus en détail

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil Définition : Fièvre =Température rectale > 38 c (déréglage du point d équilibre thermique au niveau Hypothalamus)

Plus en détail

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite.

Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. Item ECN.PILLY destiné à la consultation, uniquement à usage personnel et pédagogique. Toute reproduction à usage collective est interdite. L ouvrage original couleur E.PILLY.ECN 2016 est disponible en

Plus en détail

CORRECTION DU DÉFICIT AUDITIF PAR UNE CURE THERMALE À URIAGE-LES-BAINS

CORRECTION DU DÉFICIT AUDITIF PAR UNE CURE THERMALE À URIAGE-LES-BAINS Press Therm Climat 2012;149:23-31 CORRECTION DU DÉFICIT AUDITIF PAR UNE CURE THERMALE À URIAGE-LES-BAINS Colette JUVANON 1 But Évaluer l efficacité de la crénothérapie à Uriage (eaux sulfurées sodiques)

Plus en détail

Docteur Jean-Loup Dervaux. Infections ORL. de l enfant. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol

Docteur Jean-Loup Dervaux. Infections ORL. de l enfant. Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Docteur Jean-Loup Dervaux Infections ORL de l enfant Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Quel est son problème? Cette première partie va vous remettre en mémoire toutes les données nécessaires

Plus en détail

PATHOLOGIE DE L OREILLE EXTERNE ET MOYENNE EN RAPPORT AVEC LA PLONGEE. 23 novembre 2013 Docteur Claude SIMON

PATHOLOGIE DE L OREILLE EXTERNE ET MOYENNE EN RAPPORT AVEC LA PLONGEE. 23 novembre 2013 Docteur Claude SIMON PATHOLOGIE DE L OREILLE EXTERNE ET MOYENNE EN RAPPORT AVEC LA PLONGEE 23 novembre 2013 Docteur Claude SIMON PATHOLOGIE de L OREILLE L EXTERNE Dominée par les otites externes à répétition Les facteurs favorisants

Plus en détail

Les urgences ORL chez le sportif en déplacement

Les urgences ORL chez le sportif en déplacement Les urgences ORL chez le sportif en déplacement Docteur Stéphane LIWAREK INSEP Les pathologies ORL ont fortement augmenté au cours de ces dernières années, avec notamment une progression des pathologies

Plus en détail

Impédance. A. Vocale

Impédance. A. Vocale SURDITES Déficit de l audition Ressentie ou non par le patient Causes variables Diagnostic rapide chez l enfant Prise en charge adéquate Que faire? Objectiver l hypoacousie ressentie Cibler le terrain

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn

Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis. http://www.infectiologie.org.tn Khaled Menif Service de réanimation pédiatrique polyvalente Hôpital d enfants de Tunis Introduction(1) L augmentation de la résistance des bactéries aux antibiotiques est inquiétante, et s explique entre

Plus en détail

audition lequel nous vivons moyenne, interne) qui capte les vibrations acoustiques ! Fonction qui nous informe sur le milieu dans

audition lequel nous vivons moyenne, interne) qui capte les vibrations acoustiques ! Fonction qui nous informe sur le milieu dans otologie audition! Fonction qui nous informe sur le milieu dans lequel nous vivons! 2 elements essentiels : 1. Organe périphérique : (oreille externe, moyenne, interne) qui capte les vibrations acoustiques

Plus en détail

Sinusites : un dossier clinique

Sinusites : un dossier clinique Sinusites : un dossier clinique Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr

Plus en détail

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Motif non rare de consultation. Urgence diagnostique et thérapeutique. Pronostic

Plus en détail

PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL P.C.P.V

PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL
P.C.P.V PERSISTANCE DU CANAL PÉRITONÉO-VAGINAL P.C.P.V SIGNES-DIAGNOSTICS-TRAITEMENT Dr NGUEKEU N. Steve Yanick Dr NANGA David Hôpital General de Reference de Panzi PLAN I. GÉNÉRALITÉS A. Définition B. Intérêt

Plus en détail

16/ Infections chez l enfant

16/ Infections chez l enfant SEMESTRE 3 UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux 16/ Infections chez l enfant I. Epidémiologie des maladies infectieuses en pédiatrie Mortalité infantile aux USA, 1870-1900 Enfant < 5 ans =

Plus en détail

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Surdités...4

Plus en détail

Modifications de l écologie microbienne

Modifications de l écologie microbienne Modifications de l écologie microbienne Adaptation de l antibiothérapie et des recommandations vaccinales Dr J. Sarlangue Hôpital des Enfants -Bordeaux la résistance bactérienne aux antibiotiques concerne

Plus en détail

COMPLICATIONS INFECTIEUSES DE L OTITEL MOYENNE CHRONIQUE A PROPOS DE 3 CAS

COMPLICATIONS INFECTIEUSES DE L OTITEL MOYENNE CHRONIQUE A PROPOS DE 3 CAS COMPLICATIONS INFECTIEUSES DE L OTITEL MOYENNE CHRONIQUE A PROPOS DE 3 CAS M Benrami, B EL Abdi,, M Bricha,, A EL Quessar, My R EL Hassani, H Benchaaboune,, N Chakir, N Boukhrissi,, M Jiddane Service de

Plus en détail

OTITES MOYENNES AIGUES

OTITES MOYENNES AIGUES OTITES MOYENNES AIGUES Dr Martine François Service ORL Hôpital Robert Debré, PARIS 17 decembre 2012 1 Julie a 23 mois. Sa maman attend un deuxième enfant. En semaine, elle passe ses journées dans une crèche

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS Epreuve d ORL SESSION DE JANVIER 2013 Nombre de feuilles 11 DCEM 3 Nombre de questions 50 Durée de l épreuve1 heure

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS Epreuve d ORL SESSION DE JANVIER 2013 Nombre de feuilles 11 DCEM 3 Nombre de questions 50 Durée de l épreuve1 heure FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS Epreuve d ORL SESSION DE JANVIER 2013 Nombre de feuilles 11 DCEM 3 Nombre de questions 50 Durée de l épreuve1 heure 1 RECOMMANDATIONS : Vous avez entre les mains l épreuve

Plus en détail

FENETRE VIII AUTRES PLAINTES ET AFFECTIONS DANS LE DOMAINE OTO-RHINO-LARYNGOLOGIQUE

FENETRE VIII AUTRES PLAINTES ET AFFECTIONS DANS LE DOMAINE OTO-RHINO-LARYNGOLOGIQUE FENETRE VIII AUTRES PLAINTES ET AFFECTIONS DANS LE DOMAINE OTO-RHINO-LARYNGOLOGIQUE Aphtes - Stomatite aphteuse Bouchon de cérumen Bruits auriculaires - Acouphènes Catarrhe tubaire Chéilite Épistaxis Furoncle

Plus en détail

Les urgences en ORL. Dr A. Dupret-Bories 31/03/2012

Les urgences en ORL. Dr A. Dupret-Bories 31/03/2012 Les urgences en ORL Dr A. Dupret-Bories 31/03/2012 Plan 1. Les urgences respiratoires et les urgences digestives hautes 2. Les urgences hémorragiques 3. Les urgences infectieuses 4. Les urgences otologiques

Plus en détail

L Oreille. L oreille. Audition. Accident barotraumatique. Accident de décompression. Équilibre. L oreille. Lionel Audouy. L oreille.

L Oreille. L oreille. Audition. Accident barotraumatique. Accident de décompression. Équilibre. L oreille. Lionel Audouy. L oreille. L Oreille Accident barotraumatique Accident de décompression L Oreille L Oreille Doc: Illustra Pack externe Capter les ondes sonores Tympan: fine membrane imperméable Capable de vibrer sous l effet d une

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS

THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS THEME : PHLEGMONS PERIAMYGDALIENS BUT DE LA DEMARCHE : ce référentiel concerne l évaluation de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des phlegmons périamygdaliens Définition. Cette collection

Plus en détail

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013

H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO. ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 H. Zitouni; Y. Afri; D. Selmane; A. Ait Slimane CHU BEO ALGER Le 23 NOVEMBRE 2013 INTRODUCTION Sinusites aigues se définissent comme une atteinte infectieuse de la muqueuse d une ou plusieurs cavités sinusiennes

Plus en détail

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. )

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. ) Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. ( je crois que je suis enceinte euh j en suis sûre s! J ai J fais la prise de sang. ) Docteur Jean Daniel GENNARO P R I A M Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. FIEVRE

Plus en détail

OTITE SÉROMUQUEUSE. Christian Dubreuil 1, Christian Martin 2, Dominique Estève 3. Lyon, Saint-Etienne,Gréoux-les-Bains

OTITE SÉROMUQUEUSE. Christian Dubreuil 1, Christian Martin 2, Dominique Estève 3. Lyon, Saint-Etienne,Gréoux-les-Bains OTITE SÉROMUQUEUSE Christian Dubreuil 1, Christian Martin 2, Dominique Estève 3 Lyon, Saint-Etienne,Gréoux-les-Bains La pathogénie de l otite séromuqueuse (OSM) est tellement complexe que ce n est plus

Plus en détail

Les effets du milieu aquatique sur le plongeur. Jargeau Abysse Club 2013 / 2014

Les effets du milieu aquatique sur le plongeur. Jargeau Abysse Club 2013 / 2014 Les effets du milieu aquatique sur le plongeur Jargeau Abysse Club 2013 / 2014 1 Plan Rappels : les barotraumatismes : les sinus le yeux (la vision et la lumière) les dents l estomac et intestin les oreilles

Plus en détail

Cellulite cervico-faciale : cellulite (inflammation sévère, diffuse des tissus conjonctifs de la couche dermique et sous-

Cellulite cervico-faciale : cellulite (inflammation sévère, diffuse des tissus conjonctifs de la couche dermique et sous- UE 5.8.S3 - PATHOLOGIES PRÉVALENTES DU SERVICE. Otho-rhino-laryngologie : En urgence : o Trachéotomie : il s agit d une intervention chirurgicale qui consiste à pratiquer une ouverture à la face antérieure

Plus en détail

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines)

Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Bilan d une toux chronique (> 8 semaines) Auteur : A. Taytard (Mis à jour le 16/12/2007) www.respir.com La démarche diagnostique repose sur l'interrogatoire, l'examen clinique et la pratique d'une radiographie

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LA FIEVRE AIGUE DE L ENFANT Introduction (1) Symptôme majeur Angoisse excessive Température = équilibre entre pertes et production de chaleur Fièvre = réponse normale de

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Rectorragies chez l enfant Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Journée de formation médicale continue Service de gastro-entérologie 23_10_2015 Objectifs Reconnaître un saignement digestif bas Évoquer

Plus en détail

Sommaire. Chapitre I : Lapin... p 21. Auteur Remerciements Préface Avant-propos Généralités

Sommaire. Chapitre I : Lapin... p 21. Auteur Remerciements Préface Avant-propos Généralités Sommaire Auteur Remerciements Préface Avant-propos Généralités Chapitre I : Lapin.................................................................. p 21 1.1. Anatomie 1.2. Fonction 1.3. Utilisation des

Plus en détail

LES ANTIBIOTIQUES. Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur

LES ANTIBIOTIQUES. Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur LES ANTIBIOTIQUES Rôle Infirmier Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Plan Rapide Historique Généralités Les grandes familles d'antibiotiques Surveillance Evaluation de l'efficacité du traitement Education

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

OTITES EXTERNES. Facteurs favorisants. Bénigne. Maligne

OTITES EXTERNES. Facteurs favorisants. Bénigne. Maligne OTITES EXTERNES Facteurs favorisants HUMIDITÉ, MACÉRATION => Pyo, Staph TRAUMA du CAE TRAITEMENTS locaux abusifs (antiseptiques, antibiotiques) Bénigne Clinique : OTALGIE TRÈS VIOLENTE Insomniante, pulsatile

Plus en détail

2 ème stage estival Besançon, 29 aout 2015. Laurent TAVERNIER Oto-rhino-laryngologiste Praticien hospitalier Professeur des universités

2 ème stage estival Besançon, 29 aout 2015. Laurent TAVERNIER Oto-rhino-laryngologiste Praticien hospitalier Professeur des universités 2 ème stage estival Besançon, 29 aout 2015 Laurent TAVERNIER Oto-rhino-laryngologiste Praticien hospitalier Professeur des universités 1. Anatomie de l oreille 2. Fonctionnement de l oreille 3. Consultation

Plus en détail

L oreille. Module APP

L oreille. Module APP L oreille Module APP Introduction C est un organe pair et symétrique Occupe des cavités creusées dans le rocher (os du crâne) Assure 2 fonctions : Audition et équilibration Plan Pré requis Anatomie de

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité :

AVIS DE LA COMMISSION. Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité : COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 1 er septembre 2004 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité

Plus en détail

Item 127 (ex item 60) : Déficit neurosensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 127 (ex item 60) : Déficit neurosensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 127 (ex item 60) : Déficit neurosensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières 1. Surdités du sujet âgé... 3 1.1.

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré Structure osseuse de l enfant épiphyse métaphyse Diaphyse Traumatismes de l enfant Interrogatoire Age de l enfant Antécédents

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA)

CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA) CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA) I. INTRODUCTION II. PRÉVALENCE III. FACTEURS DE RISQUE IV. DIAGNOSTIC A. Circonstances de découverte B. Examen clinique 1. mesure de l acuité

Plus en détail

Item 60. Déficit neuro sensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige. Objectifs pédagogiques

Item 60. Déficit neuro sensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige. Objectifs pédagogiques Item 60. Déficit neuro sensoriel chez le sujet âgé : surdité et vertige I. Les surdités du sujet âgé II. Vertiges et troubles de l équilibre du sujet âgé Objectifs pédagogiques -- Les objectifs nationaux

Plus en détail

Les angines et leurs complications

Les angines et leurs complications Les angines et leurs complications Pr Righini Christian Adrien Clinique Universitaire d ORL Pôle TCCR 12 millions d angines / an en France Origine virale dans 80% des cas Introduction Les angines bactériennes

Plus en détail

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal

Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal Neurologie.com 2009 ; 1 (8) : 1-5 Docteur qu est-ce que? Dérivation ventriculo-péritonéale du liquide cérébro-spinal.... Jean Chazal Service de neurochirurgie A, CHU de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne

Plus en détail

LES SINUSITES. A. Système de défense sinusien contre les infections : 1. Mécanismes de défense de surface : 2. Mécanismes de défense tissulaire :

LES SINUSITES. A. Système de défense sinusien contre les infections : 1. Mécanismes de défense de surface : 2. Mécanismes de défense tissulaire : LES SINUSITES LES OBJECTIFS EDUCATIONNELS 1) Connaitre les mécanismes physiopathologiques des sinusites aigues et chroniques 2) Citer les principaux germes responsables des sinusites aigues 3) Poser le

Plus en détail

Item 98 : Otalgies et otites chez l'enfant et l'adulte

Item 98 : Otalgies et otites chez l'enfant et l'adulte Item 98 : Otalgies et otites chez l'enfant et l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Expliquer les principales causes d'otalgies chez l'adulte et l'enfant...1

Plus en détail

Conduite à tenir devant une otite moyenne aiguë

Conduite à tenir devant une otite moyenne aiguë Conduite à tenir devant une otite moyenne aiguë Drs A. Jahidi**, M. Zalagh**, N. Errami**, M Akhiri*, F. Benariba*** *Spécialiste en, **Professeur assistant, ***Professeur agrégé et Chef de service Service

Plus en détail

Docteur, j ai le nez bouché... Docteur, j ai une sinusite... 18 décembre 2014 : Dr Denis GOUROD ORL / CCF - CMC de la Baie de Morlaix

Docteur, j ai le nez bouché... Docteur, j ai une sinusite... 18 décembre 2014 : Dr Denis GOUROD ORL / CCF - CMC de la Baie de Morlaix Docteur, j ai le nez bouché... Docteur, j ai une sinusite... 18 décembre 2014 : Dr Denis GOUROD ORL / CCF - CMC de la Baie de Morlaix Quelques définitions Dysfonctionnements naso-sinusiens chroniques (DNSC)

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Exploration d une surdité

Exploration d une surdité Exploration d une surdité Surdité Terminologie : Surdité : atteinte de l audition quelle qu en soit la sévérité Hypoacousie : baisse modérée Cophose : surdité totale Toute impression de mauvaise audition

Plus en détail

Sémiologie Otologique

Sémiologie Otologique Sémiologie Otologique A. L examen Signes d appel : 1. L otalgie Elle témoigne souvent d une infection ou d une inflammation de l oreille externe ou de l oreille moyenne (otite, traumatisme, tumeur ). On

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Sémiologie digestive. Dr ABED

Sémiologie digestive. Dr ABED Sémiologie digestive Dr ABED Troubles du transit Transit normal La durée normal : variable, durée moyenne 24 heures Nombre : Les selles normales sont émises 1 à 2 fois par jours Aspect : homogène et moulée

Plus en détail

traitement de la SEP *

traitement de la SEP * 4 Le traitement de la SEP * * Sclérose en plaques Cette brochure fait partie d'une série de brochures sur la Sclérose En Plaques (SEP). Bien qu'il n'existe pas à l'heure actuelle de traitement capable

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ARGUMENTAIRE

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ARGUMENTAIRE RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE DANS LES INFECTIONS RESPIRATOIRES HAUTES DE L ADULTE ET L ENFANT ARGUMENTAIRE GROUPE DE TRAVAIL COHEN Robert, président

Plus en détail

Dr Righini Christian Adrien

Dr Righini Christian Adrien Infections naso-sinusiennes de l adulte et de l enfant CAT devant une obstruction nasale Dr Righini Christian Adrien Clinique ORL Pôle TCCR CHU de Grenoble CRighini@chu-grenoble.fr Question 1 Quel sinus

Plus en détail

Rachel Frély. Les dermatoses. Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires. Les traitements naturels

Rachel Frély. Les dermatoses. Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires. Les traitements naturels Rachel Frély Les dermatoses Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires Les traitements naturels Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Les dermatoses

Plus en détail

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES 1 C. LAZERGES, B. COULET, M. CHAMMAS Service de chirurgie Orthopédique 2 et Chirurgie de la Main CHU Montpellier Les infections de la main se présentent soit sous

Plus en détail

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte

Hernie pariétale chez l enfant et l adulte Hernie pariétale chez l enfant et l adulte I. Anatomie - Définitions II. Diagnostic d une hernie de l aine III. Argumenter l attitude thérapeutique OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une hernie inguinale

Plus en détail

Fistules péri-lymphatiques consécutives à un traumatisme pressionnel

Fistules péri-lymphatiques consécutives à un traumatisme pressionnel Fistules péri-lymphatiques consécutives à un traumatisme pressionnel à propos de 3 cas O.CATHELINAUD, A.BIZEAU, P.RESCHE-RIGON, F.BOUSQUET, P.VERDALLE SERVICE ORL et Chirurgie Cervico-Faciale Hôpital d

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique

Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Les infections du pied Dr S CONTIOS Chirurgie Orthopédique Qu est que c est? pourquoi? Évolution possible et risque? Ulcération chronique de la face plantaire des pieds - Apparait aux points d appuis

Plus en détail

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire.

A ce stade tout est réversible, vous pouvez retrouver une bonne santé gingivale avec un détartrage et une bonne hygiène dentaire. L'atteinte des gencives et de l'os et est une affection qui évolue à bas bruits et ne se manifeste pour le patient que lorsque le mal est déjà fait. Ces pathologies proviennent de la prolifération bactérienne.

Plus en détail

PATHOLOGIES O.R.L et TRISOMIE 21

PATHOLOGIES O.R.L et TRISOMIE 21 PATHOLOGIES O.R.L et TRISOMIE 21 Prise en charge des troubles auditifs Françoise Artières, Gabriel Niango Service Audiophonologie -Institut-st-Pierre 5 février 2010 PATHOLOGIES O.R.L et TRISOMIE 21 : Pathologies

Plus en détail

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite...

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grosse jambe rouge

Plus en détail

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE

PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE PNEUMOPATHIE DE L ENFANT: RECOMMANDATIONS ACTUELLES afssaps 2005 E. BONNEMAISON SERVICE DE PÉDIATRIE A CLOCHEVILLE FMC, Tours le 11 Septembre 2007 Pneumopathies communautaires Fréquent chez l enfant de

Plus en détail

Item 291 : Adénopathie superficielle

Item 291 : Adénopathie superficielle Item 291 : Adénopathie superficielle Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic d'adénopathie...3 I.1 Circonstances de découverte...3 I.2 Diagnostic positif...3 II Démarche

Plus en détail

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès

Pathologie infectieuse en Pneumologie. Bronchite Pneumopathie Abcès Pathologie infectieuse en Pneumologie Bronchite Pneumopathie Abcès Prélèvements à visée infectieuse Les VA sous glottiques sont»normalement»stériles 1.ECBC:conscient,coopèrent;efforts de toux(induit?).evaluation

Plus en détail

La cataracte est l opacification de tout ou par

La cataracte est l opacification de tout ou par cataracte 58 - CATARACTE Ce qu il faut savoir 1. Connaître les signes d appel d une cataracte 2. Connaître les étiologies et pouvoir orienter le bilan clinique et paraclinique. 3. Pouvoir expliquer au

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

Enseignement DES Paris 10 Avril 2014 Dr Anne Geoffray a.geoffray@lenval.com IMAGERIE PÉDIATRIQUE ORL

Enseignement DES Paris 10 Avril 2014 Dr Anne Geoffray a.geoffray@lenval.com IMAGERIE PÉDIATRIQUE ORL Enseignement DES Paris 10 Avril 2014 Dr Anne Geoffray a.geoffray@lenval.com IMAGERIE PÉDIATRIQUE ORL Items traités 1. Connaître l anatomie radiologique du cavum, du pharynx, du larynx et des sinus en fonction

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

8.6 Polyposes naso-sinusiennes

8.6 Polyposes naso-sinusiennes 8.6 Polyposes naso-sinusiennes Références bibliographiques : -Site de l Institut Français de Chirurgie du Nez et des Sinus. 8.6.1 DEFINITION La polypose nasosinusienne (PNS) est une sinusite chronique

Plus en détail

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Urgences URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Dr A. de GOUVELLO MG-Urologie-St Louis Rétention aigue d urines ou R.A.U Hématurie Infections

Plus en détail

OTITE MOYENNE AIGUË. Otite moyenne aiguë (version longue) Version 1.1 07.02.2007 Page 1 de 18

OTITE MOYENNE AIGUË. Otite moyenne aiguë (version longue) Version 1.1 07.02.2007 Page 1 de 18 Page 1 de 18 OTITE MOYENNE AIGUË Les recommandations pour le diagnostic et le traitement de l'otite moyenne aiguë ont été élaborées en se basant sur les récentes recommandations françaises (http://www.afssaps.sante.fr/

Plus en détail

Chapitre 19 : Item 224 Appendicite de l enfant et de l adulte

Chapitre 19 : Item 224 Appendicite de l enfant et de l adulte Chapitre 19 : Item 224 Appendicite de l enfant et de l adulte I. Physiopathologie II. Diagnostic III. Prise en charge d une appendicite aiguë OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une appendicite chez l

Plus en détail

co-fondateurs Cellulite cervico-faciale

co-fondateurs Cellulite cervico-faciale Chapitre 52 Cellulite cervico-faciale Ch. BERTOLUS Points essentiels Les cellulites graves d origine dentaire peuvent survenir chez des patients jeunes, en bonne santé, sans immunodépression. La fièvre

Plus en détail

Théorie Niveau 2. Les barotraumatismes. 2 Démonstration loi physique : «la bouteille en plastique»

Théorie Niveau 2. Les barotraumatismes. 2 Démonstration loi physique : «la bouteille en plastique» Théorie Niveau 2 Les barotraumatismes 1 Principe général Les barotraumatismes sont des accidents qui peuvent survenir lorsque des volumes d air présents dans l'organisme du plongeur subissent la loi de

Plus en détail