L OTITE MOYENNE AIGUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L OTITE MOYENNE AIGUE"

Transcription

1 L OTITE MOYENNE AIGUE I- INTRODUCTION : L otite moyenne aigue (OMA) est l inflammation aigue de la muqueuse des cavités de l oreille moyenne. Il s agit d une affection fréquente, touche 10% des enfants avant l âge de 10 ans. II- EPIDEMIOLOGIE : - Affection fréquente : parmi les otites, l OMA est la plus fréquente. - Elles prennent la 2 ème place dans les infections ORL de l enfant après les rhinopharyngites. - L OMA touche avec la plus grande fréquence les enfants entre 6 mois et 2 ans. - Les garçons sont plus touchés que les filles - Un enfant allaité au sein est mieux protégé contre ces infections. III- ETIOLOGIES- PATHOGENIE : A- Les germes responsables : 1- Les virus : Plusieurs types de virus ont été mis en évidence (au niveau de l oreille et du mucus nasal). On pense plutôt que le virus joue un rôle favorisant l infection bactérienne. 2- Les bactéries : Les otites moyennes aigues son habituellement monobactériennes. La bactériologie des otites moyennes aigues est en constante évolution. Les études les plus récentes montrent la nette prédominance de l Haémophilus Influenzae.

2 - Haémophilus inflenzae : C est le germe le plus fréquent responsable d OMA (>40%). Il s agit d un petit bacille Gram négatif dont la découverte dans un prélèvement d oreille est toujours pathologique. Des études récentes montrent que près de 35% des souches sont résistantes à l Ampicilline par production d une Béta- Lactamase. - Streptocoque Pneumoniae : Le pneumocoque est retrouvé dans près de 25% des cas. Des souches de sensibilité diminuée apparaissent de plus en plus souvent (20%). - Autres germes : Staphylocoque doré : se voit surtout chez le très jeune enfant. Moraxella Catarrhalis : en constante augmentation Pseudomonas aéruginosa : surtout le jeune enfant Streptocoque pyogènes A et entérobactéries : fréquence diminuée. B- Ethiopathogénie : L oreille est constituée de 3 parties : - Une partie externe qui comprend le pavillon et le conduit auditif externe. Ce conduit aboutit au tympan, membrane qui marque la frontière avec l oreille moyenne. Cette dernière est composée de la caisse du tympan et de la chaîne des osselets. Elle communique avec l arrière-gorge par la trompe d Eustache. Enfin, la partie interne de l oreille, contient la cochlée organe de l audition et le vestibule, qui régit l équilibre. - La trompe d Eustache : un canal entre la gorge et les oreilles. En temps normal, la trompe d Eustache, véritable conduit d aération, égalise la pression de l air entre la gorge et l oreille moyenne. Elle est tapissée du même type de muqueuse que celle de la gorge, car toutes ces structures communiquent entre elles. Si elle est obstruée par une inflammation par exemple à la suite d une rhinopharyngite, la ventilation ne se fait plus correctement. Les sécrétions normalement éliminées vers l arrière-gorge stagnent dans ce canal, et risquent d être infectées par les microbes remontant de la gorge. Le tympan perd alors sa couleur normale grisée donnant ainsi l aspect d otite congestive avec tympan rosé, correspondant à une simple inflammation du tympan, fréquente en cas de rhinopharyngite. Cette otite congestive peut évoluer vers une OMA avec du pus dans la caisse du tympan correspondant au stade d OMA collectée.

3 C- Les facteurs favorisants : - Hypertrophie des végétations adénoïdes : qui constitue un foyer inflammatoire et un facteur obstructif. - Pathologie naso-sinusienne : infectieuse ou allergique. - Facteurs climatiques : les otites moyennes aigues sont plus fréquentes en hiver et en automne. - Facteurs socio-économiques : crèche surtout avant 6 mois, la mauvaise hygiène - Terrain particulier : tous les facteurs qui peuvent favoriser l inflammation sur le plan général peuvent avoir une action sur le plan de l inflammation de l oreille moyenne. Ex : déficit immunitaire, allergie, anémie par carence martiale. IV- ETUDE CLINIQUE : Type de description : otite moyenne aigue du jeune enfant : A- Les signes fonctionnels : - Otalgies violentes, pulsatiles, cycliques (réveil la nuit avec insomnie). Elles peuvent être associées à des acouphènes et/ou hypoacousie. - Fébricules à 38 - Parfois des troubles digestifs : vomissements, diarrhée. B- Examen clinique : 1) Otoscopie : clé du diagnostic a) Stade congestif ; otite catarrhale Le tympan est rosé rouge avec disparition du triangle lumineux, mais les reliefs ossiculaires restent visibles. b) Stade suppuré ou collecté : On voit un bombement du tympan au début périphérique puis global, le tympan est rouge- violacé avec disparition du triangle lumineux et des reliefs ossiculaires. On peut voir un niveau liquide ou un tympan complètement opaque. c) Otite moyenne aigue spontanément perforée : Le tympan est rouge, bombé, avec une perforation punctiforme (postérieure) par où font issue des gouttelettes de pus de façon pulsatile. A ce stade, les signes généraux et surtout les douleurs diminuent. d) Examen de l oreille controlatérale : Il est systématique. En effet, l atteinte est souvent bilatérale.

4 2) Reste de l examen clinique : Palpation de la mastoïde : on trouve souvent une douleur profonde à la région antrale du fait de la réaction mastoïdienne. Il existe dans la majorité des cas une rhinopharyngite (point de départ de l otite moyenne aigue) qui peut être claire, muco-purulente ou purulente. 3) Examen général : Prise de Température, Poids, pâleur cutanéo-muqueuse en faveur d une anémie. 4) Audition : L audiogramme n est pas systématique, s il est réalisé, il montrera une surdité de transmission. V- Formes cliniques : A) Formes selon l âge : 1) Forme du nourrisson : L OMA est fréquente, bilatérale. Le germe le plus fréquent est l Héamophilus Influenzae. Les signes fonctionnels sont souvent trompeurs. L OMA dans ces cas ne se traduit souvent que par une atteinte de l état général et peut donc passer inaperçue. Les signes d appel spécifiques sont ceux qui traduisent l otalgie : pleurs, tend la main à l oreille, frotte l oreille contre le drap. Il y a souvent des signes généraux (fièvre ), des troubles digestifs. L otoscopie est souvent difficile. En effet, chez le nourrisson, le conduit est étroit, le tympan est oblique. L aspect otitique est souvent trompeur avec un tympan blanc violacé et épaix. Il y a un risque de retentissement général (toxicose, mastoïdite). 2) Forme du sujet âgé : Elle est rare, torpide ; les signes généraux sont peu évidents. B) Les otites nécrosantes : Se voient surtout au cours de la Rougeole et de la Scarlatine. L otoscopie montre souvent une perforation large. Le risque est le passage à la chronicité et les séquelles permanentes.

5 C) Formes récidivantes : Nécessite la prévention surtout par l ablation des végétations adénoïdes, traitement du terrain tel que une anémie, rarement présence de déficit immunitaire. D) Formes étiologiques : Otite phlycténulaire grippale : Le tympan est rouge, opaque avec des phlyctènes très douleureuses. Les germes sont : Virus, mycoplasmes, bactéries pyogènes. VI- TRAITEMENT : A) Buts : - Traiter la maladie infectieuse - Traiter la douleur - Traiter la fièvre - Lutter contre les récidives B) Moyens : 1- Traitement médical : - Antibiotiques : Amoxicilline, Amoxicilline + Acide Clavulanique, Macrolides - Anti-inflammatoires stéroïdiens : corticoïdes - Gouttes auriculaires : permettent d éviter l eczématisation du conduit auditif externe et du pavillon et ont une action antalgique - Antalgiques et antipyrétiques : Paracétamol, acide acétyle salicylique 2- Traitement chirurgical : la paracentèse C) Indications : 1- Stade de début : - Désinfection rhinopharyngée - Antalgiques, antipyrétiques - Gouttes auriculaires Pour certains, les antibiotiques doivent être utilisés à ce stade, si on ne peut pas contrôler correctement l enfant.

6 2- Stade d OMA collectée ou perforée : - Antibiotiques adaptée, avec dose et durée adéquates - Antalgiques, antipyrétiques - Gouttes auriculaires D) Les critères de guérison d une otite moyenne aiguë sont : - Disparition des signes généraux (apyrexie) - Disparition des douleurs - Absence d otorrhée - Otoscopie normale - Audition normale E) Indications de la paracentèse : 1- Indications thérapeutiques : - Persistance de la fièvre malgré le traitement médical - Otite moyenne aigue hyperalgique 2- Indications bactériologiques : - Complications de l otite moyenne aigue - Forme rebelle au traitement médical - âge<3 mois - Terrain immunodéprimé F) Prévention des récidives : - Adénoïdectomie - Aérateurs transtympaniques - Antibiothérapie prolongée - Retirer l enfant avant 2 ans de la crèche?

7 L OTITE MOYENNE CHRONIQUE (OMC) I- DEFINITION : Les OMC sont des infections et/ou inflammations de l oreille moyenne dépassant 3 mois d évolution. On distingue 3 formes d OMC: - Otite séro-muqueuse - OMC simples à tympan ouvert - OMC cholésteatomateuse II- OTITE SEROMUQUEUSE : A) Définition : OMC à tympan fermé : présence d un épanchement liquidien (glue) dans la caisse du tympan. - Sur le plan anatomique: Existence de liquide visqueux, parfois épais (glue), reposant sur une muqueuse plus au moins épaisse, derrière un tympan fermé - Sur le plan fonctionnel: Par une surdité de transmission avec modification de l impédance, sans douleur, ni d otorrhée. - Sur le plan pathogénique: Dysfonctionnement tubaire Infection décapitée Troubles des échanges gazeux de la muqueuse de la caisse du tympan

8 B) Epidémiologie: - Fréquente entre 2 et 5 ans - Bilatérale dans 80% des cas chez les enfants - Certains facteurs de risque: Le RGO et la carence martiale Le tabagisme passif, la vie en collectivité Fentes vélo-palatines - Chez l adulte, l otite séromuqueuse est le plus souvent unilatérale et dans ce cas, il faut redouter le cancer du cavum C) Etude clinique: 1- Circonstances de découverte: - Hypoacousie modérée - Troubles du langage - Retard scolaire - Découverte lors d un examen systématique. 2- Interrogatoire: - Antécédents otologiques. - Antécédents rhinopharyngés et allergiques. - É volution de la symptomatologie actuelle. 3-Examen clinique : otoscopie (bilatérale) Différents aspects du tympan peuvent se voir en cas d otite séromuqueuse : - Aspect de tympan terne, grisâtre, rétracté, laissant parfois voir une bulle aérienne au niveau de la caisse du tympan - Aspect de tympan grisâtre bombé, avec disparition des reliefs ossiculaires - Parfois aspect de tympan normal Reste de l examen ORL et général D) Examens paracliniques - Audiométrie : surdité de transmission de 20 à 30 db - Impédencemétrie : différents aspects peuvent se voir

9 Courbe plate, courbe décalée vers les pressions négatives, parfois tympanogramme normale avec une courbe centrée. E) Traitement: 1- Moyens: - Traitement médical: Antibiothérapie Anti-inflammatoires stéroïdiens Décongestion et hygiène nasale - Traitement chirurgical Ablation des végétations adénoïdes Aérateurs trans-tympaniques. 2- Indications: - De 1ère intention: Traitement médical : Antibiotique + corticoïdes + décongestionnent nasal - Si pas d amélioration ou si Surdité de transmission> 30 Db Mise d aérateurs trans-tympaniques + ablation des végétations adénoïdes - Traitement du terrain: anémie, allergie F) Evolution : - Favorable avec guérison : dans la majorité des cas - Dans certains cas, évolution vers l otite moyenne chronique séquellaire à type de poche de rétraction ou d otite atéléctasique ou vers l otite moyenne chronique choléstéatomateuse (5% des cas). III OTITE MOYENNE CHRONIQUE SIMPLE A TYMPAN OUVERT : A) Définition: Inflammation chronique des cavités de l oreille moyenne, dont la traduction clinique est une perforation non marginale. B) É tude clinique : 1- Circonstances de découverte: - Otorrhée récidivante non fétide - Hypoacousie 2- Interrogatoire: - Antécédents otologiques - Début et évolution de la symptomatologie

10 3- Examen clinique: otoscopie+++ Pus++ aspiration Prélèvement bactériologique C) É tude paraclinique: - Audiométrie: Surdité de transmission entre 30 et 60 Db D) Traitement: - Antibiothérapie + soins locaux en cas de réchauffement. - Eviction de l eau - Tympanoplastie sous AG: colmater la perforation par l aponévrose temporale superficielle. La voie d abord est rétro-auriculaire. IV- OTITE MOYENNE CHRONIQUE CHOLESTEATOMATEUSE : A) Définition: Présence dans les cavités de l oreille moyenne d un épithélium malpighien kératinisant (en position anormale) qui est doué de pouvoir destructif, ostéolytique et érode en profondeur. B) Pathogénie: - Inclusion congénitale: choléstéatome congénital. - Evolution de l Otite séromuqueuse et des Poches de rétraction. - Migration épidermique à travers une perforation marginale. C) É tude clinique: 1- Circonstances de découverte: - Otorrhée purulente fétide, traînante+++ - Hypoacousie progressive - acouphènes, vertiges, otalgie, Paralysie faciale 2- Examen clinique: Sous microscope+ aspiration douce Différents aspects cliniques: - Perforation tympanique postérieure marginale ou niveau de la pars flaccida; atticite - Paillettes de choléstéatome avec destruction osseuse - polype sentinelle du CAE - Croûtelle de la membrane de Schrapnell - PDR postéro-supérieure non controlable et non autonettoyante.

11 D) É tude paraclinique: - Audiogramme: Surdité de transmission - Rx Schüller: mastoïde éburnée - Scanner des rochers E) Evolution- Pronostic: - Processus irréversible++ - Traitement chirurgical - Surveillance à long terme : risque de récidives F) Traitement: - Traitement chirurgical:+++ Tympanoplastie avec antro-attico-mastoïdectomie en technique fermée ou ouverte (É videment pétro-mastoïdien). - Associé à un traitement médical: ATB+ soins locaux - Surveillance: récidive IV- COMPLICATIONS DES OTITES : Ils s agissent d urgences thérapeutiques et vitales qui nécessitent l hospitalisation du malade. L apport de l imagerie surtout la tomodensitométrie est considérable pour le diagnostic positif et étiologique de ces complications. Le traitement dépend de l étiologie pouvant être médical et/ ou chirurgical A) Les complications méningo-encéphaliques : Elles sont les plus fréquentes et les plus graves, pouvant mettre en jeu le pronostic vital. Elles sont l apanage surtout des otites moyennes chroniques choléstéatomateuses. Ces complications sont surtout à type de méningites, d abcès du cerveau, de thrombophlébite du sinus latéral. Les signes fonctionnels sont : les céphalées, la fièvre, les vomissements, le flou visuel B) Les mastoïdites: Elles constituent des urgences diagnostiques et thérapeutiques. Elles sont les complications des otites moyennes aigues, mais peuvent s observer aussi au cours des otites moyennes chroniques surtout choléstéatomateuses.

12 On distingue 2 stades : Stade 1: mastoïdite non extériorisée A l examen clinique, il existe une douleur à la pression, rougeur, chute de la paroi postérieure du conduit auditif externe Le traitement à ce stade est médical, il repose sur les antibiotiques à large spectre. Stade 2 : mastoïdite extériorisée : A ce stade et sur le plan clinique, on trouve une tuméfaction rétroauriculaire, fluctuante (abcès sous périosté), avec rougeur et douleur à la palpation. Parfois, il existe une fistulisation cutanée avec issu de pus. A l examen otoscopique, on voit souvent un aspect d otite moyenne aigue perforée. Le traitement est chirurgical : drainage de l abcès sous périosté avec mastoïdectomie, associée éventuellement à une antibiothérapie à large spectre. C) Autres : D autres complications peuvent se voir à type de paralysie faciale périphérique et de labyrinthite.

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Dr Righini Christian Adrien

Dr Righini Christian Adrien Infections naso-sinusiennes de l adulte et de l enfant CAT devant une obstruction nasale Dr Righini Christian Adrien Clinique ORL Pôle TCCR CHU de Grenoble CRighini@chu-grenoble.fr Question 1 Quel sinus

Plus en détail

LES OTALGIES Institut Boiron - 1998

LES OTALGIES Institut Boiron - 1998 LES OTALGIES Institut Boiron - 1998 Docteur Gilbert LEGRAND ORL, Reims Préface du Docteur Christian DUBREUIL Chef de service ORL, CHU de Lyon Sud Les otodynies : Le pavillon de l oreille Le conduit auditif

Plus en détail

Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie. Plan. Anatomie (info)

Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie. Plan. Anatomie (info) Sémiologie ORL Introduction, anatomie, clinique, pathologies, imagerie Pharmacie 2 année Dr Sophie Figon, Département de Médecine générale de Lyon Abréviations Info = pour info : ne sera pas demandé à

Plus en détail

Toux chronique de l enfant

Toux chronique de l enfant Toux chronique de l enfant «Les 10 questions indispensables» F.Amsallem Définition «Toux > 4 à 6 semaines ou Episodes de toux > 2 mois / an» En pratique toute toux > 3 semaines doit être explorée Principales

Plus en détail

Item 147 (ex item 98) : Otites infectieuses de l'adulte et de l'enfant Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale

Item 147 (ex item 98) : Otites infectieuses de l'adulte et de l'enfant Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale Item 147 (ex item 98) : Otites infectieuses de l'adulte et de l'enfant Collège Français d'orl et de Chirurgie Cervico-faciale 2014 1 Table des matières 1. Rappels anatomiques et physiologiques...6 1.1.

Plus en détail

Rhinologie. Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY

Rhinologie. Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY Rhinologie Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY APPAREIL NASAL : pyramide nasale + fosses nasales! Pyramide nasale: Squelette osteocartilagineux os propres du nez, cartilages triangulaires et alaires)!

Plus en détail

Item 98. Otalgie et otite chez l'enfant et chez l'adulte.. Objectifs pédagogiques

Item 98. Otalgie et otite chez l'enfant et chez l'adulte.. Objectifs pédagogiques Item 98. Otalgie et otite chez l'enfant et chez l'adulte.. Objectifs pédagogiques -- Les objectifs nationaux du Bulletin Officiel Expliquer les principales causes d otalgie chez l adulte et l enfant. Diagnostiquer

Plus en détail

Trisomie 21 et atteintes ORL

Trisomie 21 et atteintes ORL Dépistage, diagnostic et surveillance des troubles auditifs Dr C. BLANCHET, Dr F. ARTIERES, Pr M. MONDAIN Service ORL, C.H.U. de Montpellier Trisomie 21 et atteintes ORL 1 Rappel Rappel 2 Atteintes otologiques

Plus en détail

LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES

LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES LES RHINO-SINUSITES CHRONIQUES Docteur Romain Guldmann, Service d ORL et de Chirurgie cervico-faciale, Hôpital de Hautepierre OBJECTIFS Savoir poser le diagnostic de rhino-sinusite chronique et connaître

Plus en détail

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques D Angine à Vaccin, de Bactéries à Viral : 28 mots pour se préparer à l hiver. Ce guide vous aidera à mieux comprendre les maladies de la vie courante comme le rhume ou la bronchite. Parce que face à ces

Plus en détail

Les barotraumatismes

Les barotraumatismes Les barotraumatismes Il y a différents types d accidents qui peuvent arriver en plongée, et il est important de savoir comment les éviter. En premier lieu, nous allons aborder les accidents barotraumatiques

Plus en détail

DISPOSITIFS MEDICAUX DE L ABORD ORL. Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest

DISPOSITIFS MEDICAUX DE L ABORD ORL. Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest DISPOSITIFS MEDICAUX DE L ABORD ORL Charlotte GOURIO Cécilia HURLUPE Isabelle LE DU Pharmaciens CHU Caen CHD La Roche sur Yon CHU Brest PLAN 2 INTRODUCTION L OREILLE LE NEZ LA CHIRURGIE LE PANORAMA DU

Plus en détail

Rhinosinusite Chronique

Rhinosinusite Chronique Schémas de l'exposé Rhinosinusite Chronique Colloque MPR HUG, le 24/02/2010 Cas clinique de la rhinosinusite chronique Causes structurelles des symptômes nasaux Définition Etiologies et physiopathologie

Plus en détail

INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT

INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT INDICATIONS DE L ADENOÏDECTOMIE CHEZ L ENFANT I. PROMOTEUR Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé. II. SOURCE Recommandations de pratique clinique de 1997 sur les «Indications de l adénoïdectomie

Plus en détail

Les antibiotiques dans les infections ORL

Les antibiotiques dans les infections ORL Journée régionale sur Le bon usage des antibiotiques 19 novembre 2014 - Rennes Les antibiotiques dans les infections ORL point de vue du médecin généraliste Dr Thierry LABARTHE URPS Médecins Libéraux de

Plus en détail

Tuméfaction douloureuse

Tuméfaction douloureuse Santé bucco-dentaire Médecin de 1 er recours et problèmes dentaires fréquents Dre May SALMAN, médecin dentiste HUG Dr Jean-Pierre RIEDER, médecin interniste HUG Plan de présentation Santé bucco-dentaire

Plus en détail

OTO-RHINO- LARYNGOLOGIE nez, sinus, oreille

OTO-RHINO- LARYNGOLOGIE nez, sinus, oreille OTO-RHINO- LARYNGOLOGIE nez, sinus, oreille IFSI CROIX ROUGE Dr Coulet Olivier Service ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital Laveran Fosses nasales et sinus Sinus frontaux Sinus ethmoïdaux Cornet supérieur

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT

TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT TOUX CHRONIQUE DE L ENFANT Docteur Isabelle Gibertini USP Hôpital Clocheville CHU TOURS FMC Pédiatrie Clocheville Tours Espace Malraux 25 octobre 2012 Définition p Pas consensuelle p Durée > 3 semaines

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une angine et une rhinopharyngite II. Argumenter l attitude

Plus en détail

Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir!

Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir! Docteur j ai mal aux dents et mon dentiste ne peut pas me recevoir! Que faire? Dr Marc SIMON Chirurgien Dentiste LOUVIERS RAPPELS ANATOMIQUES Origine 1. Traumatique 2. Post chirurgicale 3. Endodontique

Plus en détail

RHINO-SINUSITES AIGUES

RHINO-SINUSITES AIGUES RHINO-SINUSITES AIGUES RAPPEL ANATOMIQUE RAPPEL ENDOSCOPIQUE RAPPEL PHYSIOLOGIQUE IMMUNITE LOCALE IgA Cils IMMUNITE LOCALE 1 ostium par sinus 1 ostium : libre dans un méat libre SEMEIOLOGIE DES RHINO-SINUSITES

Plus en détail

Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant

Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant 44 ITEM 145 (ITEM 90) Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant Objectifs : Connaître les différentes formes de sinusite et les explorations éventuellement nécessaires pour en étayer le diagnostic.

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

Item 271 : Pathologie des paupières

Item 271 : Pathologie des paupières Item 271 : Pathologie des paupières Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer et traiter un chalazion (Cf. Chap. 50, E. PILLY 2008)...1 2 Diagnostiquer

Plus en détail

Rhino-Sinusites (90) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002

Rhino-Sinusites (90) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002 Rhino-Sinusites (90) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002 Pré-requis Physiologie des sinus Anatomie radiologique des sinus Résumé Les infections rhino-sinusiennes aiguës constituent une pathologie très

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir

Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Service d Odontologie Foyers Infectieux Dentaires : Conduite à tenir Dr Laurent Nawrocki MCU-PH J.A.M.A. 25 janvier 2014 Aucun conflit d intérêt Rappels anatomiques 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6 5 4 5 4 Cellulite

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT SINUSITE/RHINOSINUSITE 1. Pathologie Le terme sinusite désigne une inflammation des sinus. On devrait toutefois préconiser le terme clinique pertinent rhinosinusite pour évoquer une inflammation touchant à la fois les sinus

Plus en détail

EP2 : prise en charge de l usager

EP2 : prise en charge de l usager Se former tout au long de la vie SECRÉTAIRE MÉDICAL(E) ET MÉDICOSOCIAL(E) EXAMEN SESSION 2012 EP2 : prise en charge de l usager Sur 60 points Durée de l épreuve : 2 heures SUJET - Les feuilles de réponses

Plus en détail

COURS DE PLONGEE SOUS-MARINE MF1 FSGT III. LES ACCIDENTS. 4 masque. 2 poumons

COURS DE PLONGEE SOUS-MARINE MF1 FSGT III. LES ACCIDENTS. 4 masque. 2 poumons III. LES 1 Les accidents barotraumatiques (voir annexes page A4). En plongée, du fait de l augmentation de la pression (Loi de Mariotte), les cavités remplies d air peuvent nous poser des problèmes : La

Plus en détail

THESE EVALUATION DU RECOURS A L ANTIBIOTHERAPIE DANS LA RHINOPHARYNGITE DE L ENFANT EN PRATIQUE MEDICALE COURANTE

THESE EVALUATION DU RECOURS A L ANTIBIOTHERAPIE DANS LA RHINOPHARYNGITE DE L ENFANT EN PRATIQUE MEDICALE COURANTE UNIVERSITE PARIS 7 FACULTE DE MEDECINE LARIBOISIERE SAINT-LOUIS ANNEE 2001 THESE POUR LE DOCTORAT EN MEDECINE (Diplôme d état) Par DOMINIQUE CHEVALLIER Née le 21/07/70 à Rambouillet. Présentée et soutenue

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Otorrhées, otalgies (98c) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Mai 2005

Otorrhées, otalgies (98c) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Mai 2005 Otorrhées, otalgies (98c) Docteur Dinh-Qui NGUYEN Mai 2005 Pré-requis : Anatomie oreille externe, oreille moyenne et interne Cahier d anatomie ORL. F. Legent, L. Perlemuter, C. Vandenbrouck Thérapeutique

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris

Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique. Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris Infection de la peau et des tissus mous du pied diabétique: des recommandations à la pratique Agnès Hartemann-Heurtier Hôpital de la Pitié Paris La prise en charge du pied diabétique reste problématique

Plus en détail

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS 2013 1 Cas clinique : Item 127, 212, 304 Scénario : UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone Vous êtes praticien hospitalier ophtalmologiste dans un

Plus en détail

LA TOUX CHEZ L ENFANT

LA TOUX CHEZ L ENFANT LA TOUX CHEZ L ENFANT Démarche diagnostique Pr Benjelloun DBS Hôpital d Enfants-Rabat 21 février 2009 1 INTRODUCTION La toux est l un des symptômes le plus fréquemment rencontré par le pédiatre Les causes

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Allergie à la pénicilline et Infec2on ORL Christèle Gras- Le Guen François Dubos

Allergie à la pénicilline et Infec2on ORL Christèle Gras- Le Guen François Dubos 18e Journée de pathologie infectieuse pédiatrique ambulatoire Allergie à la pénicilline et Infec2on ORL Christèle Gras- Le Guen François Dubos 1 Nathan 18 mois est amené en consultation pour fièvre à 39,

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie. Dr Cloé Hupin

L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie. Dr Cloé Hupin L endoscopie en Oto-Rhino-Laryngologie Dr Cloé Hupin L endoscopie en ORL Otologie Rhinosinusologie Laryngologie Glandes salivaires Rappel anatomique : oreille Rappel anatomique : nez et sinus Rappel anatomique

Plus en détail

Quand le médecin généraliste joue au dentiste

Quand le médecin généraliste joue au dentiste Quand le médecin généraliste joue au dentiste Mardi 16 Avril 2002 Expert : Patrice BATICLE (Chirurgien-Dentiste à Bray sur Somme) Animateur : Jean-Yves BORGNE Chronologie de la dentition Dents de lait

Plus en détail

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT

M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT M LACOSTE et MP ROSIER Service de Neurologie CH de NIORT Maladie inflammatoire, chronique, «démyélinisante» du système nerveux central. Décrite pour la première fois par Charcot en 1866. Apparition «successive

Plus en détail

Bronchiolites du Nouveau-Né

Bronchiolites du Nouveau-Né Bronchiolites du Nouveau-Né 4A Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille 2015 3.0 Table des matières Objectifs 3 I - Bronchiolite : définition

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

L'OTITE CHEZ LE BÉBÉ ET L'ENFANT

L'OTITE CHEZ LE BÉBÉ ET L'ENFANT L'OTITE CHEZ LE BÉBÉ ET L'ENFANT Certains bébés souffrent d otite à répétition, d autres n en auront jamais. Pour mieux comprendre ce problème d oreille, voici quelques renseignements de base et des conseils.

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement

Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Ce qu il faut savoir sur les voies respiratoires et le traitement Comment fonctionne notre respiration? Toutes les cellules de notre corps ont besoin d oxygène. En inspirant, de l air rentre dans les voies

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

Les pertes de. surdité chez l enfant : j ournée. pas une minute à perdre! Le diagnostic et le traitement de la

Les pertes de. surdité chez l enfant : j ournée. pas une minute à perdre! Le diagnostic et le traitement de la Le diagnostic et le traitement de la surdité chez l enfant : pas une minute à perdre! Dr Ted Tewfik, MD, FRCSC Les types de surdités Les pertes de l audition touchent dix enfants sur mille en Amérique

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

ITEM 336 : TOUX CLINIQUE

ITEM 336 : TOUX CLINIQUE ITEM 336 : TOUX CLINIQUE Terrain Toux Signe de Gravité Signes fonctionnels Signes physiques - ATCD perso : Atopie RGO AVC/Tb de déglutition Immunodépression - ATCD familiaux : Mucoviscidose Cas familiaux

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

SERVICES À LA PETITE ENFANCE DE ST-LAZARE POLITIQUE DE PRÉVENTION DES MALADIES. Adopté par le Conseil d administration de la

SERVICES À LA PETITE ENFANCE DE ST-LAZARE POLITIQUE DE PRÉVENTION DES MALADIES. Adopté par le Conseil d administration de la SERVICES À LA PETITE ENFANCE DE ST-LAZARE POLITIQUE DE PRÉVENTION DES MALADIES Adopté par le Conseil d administration de la Corporation Services à la Petite Enfance de St-Lazare Le 29 octobre 2012 2 Table

Plus en détail

Dépistage des troubles auditifs et de la sphère ORL

Dépistage des troubles auditifs et de la sphère ORL Dépistage des troubles auditifs et de la sphère ORL En introduction, une petite leçon d anatomie pour mieux comprendre le fonctionnement de l oreille. Les sons, recueillis et amplifiés par le pavillon

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Formes révélées à l âge adulte. Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon

Formes révélées à l âge adulte. Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon La Mucoviscidose Formes révélées à l âge adulte Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon Mucoviscidose Maladie complexe touchant de multiples organes Facteur(s) génétique(s) Facteurs infectieux Facteurs nutritionnels-métaboliques

Plus en détail

LE JOURNAL DU RELAIS DES ASSISTANTS MATERNELS N 39 printemps 2014

LE JOURNAL DU RELAIS DES ASSISTANTS MATERNELS N 39 printemps 2014 Atelier musique à Blodelsheim avec l association Cadence LE JOURNAL DU RELAIS DES ASSISTANTS MATERNELS N 39 printemps 2014 Voici notre joyeuse équipe de musiciens au rendez-vous tous les mois dirigée par

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Laryngites aiguës de l adulte et de l enfant Docteur Olivier CUISNIER Août 2003

Laryngites aiguës de l adulte et de l enfant Docteur Olivier CUISNIER Août 2003 Laryngites aiguës de l adulte et de l enfant Docteur Olivier CUISNIER Août 2003 Pré-Requis : Anatomie du larynx Physiologie du larynx Examen clinique du larynx : laryngoscopie Résumé : Mots-clés : Laryngites

Plus en détail

LES ALLERGIES RESPIRATOIRES RHINITE & ASTHME

LES ALLERGIES RESPIRATOIRES RHINITE & ASTHME LES ALLERGIES RESPIRATOIRES RHINITE & ASTHME L ALLERGIE POUR EN SAVOIR PLUS DÉFINITION L allergie résulte d un dysfonctionnement du système immunitaire conduisant l organisme à réagir de manière anormale

Plus en détail

ASTHME DU PETIT ENFANT

ASTHME DU PETIT ENFANT ASTHME DU PETIT ENFANT DÉFINITION 3 épisodes dyspnéiques avec sibilants avant l âge de 3 ans (Tabachnik et Levinson - 1981) Indépendamment : du statut atopique de l âge de début des facteurs déclenchants

Plus en détail

VOIES RESPIRATOIRES - ORL

VOIES RESPIRATOIRES - ORL VOIES RESPIRATOIRES - ORL Pr Laurent GILAIN Clermont-Ferrand [texte non communiqué] Pr Georges LAMAS Pitié-Salpêtrière, Paris, Service d ORL et de chirurgie cervico-faciale Les lignes qui suivent sont

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA POPULATION DIRECTION DE LA PREVENTION DIRECTIVES TECHNIQUES

MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA POPULATION DIRECTION DE LA PREVENTION DIRECTIVES TECHNIQUES REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA POPULATION DIRECTION DE LA PREVENTION DIRECTIVES TECHNIQUES Alger 2002 1 PROGRAMME NATIONAL DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS

Plus en détail

Infections Respiratoires

Infections Respiratoires Infections Respiratoires Dr M. Khellaf Service de Médecine Interne CHU Mondor Avril 2003 Infections respiratoires - Epidémiologie. Infections respiratoires = 0.8 / 1000 Hab / an. Incidence si comorbidité.

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

Recommandations de Bonne Pratique en antibiothérapie Nov 2002

Recommandations de Bonne Pratique en antibiothérapie Nov 2002 Recommandations de Bonne Pratique en antibiothérapie Nov 2002 Standards de pratique, déterminant ce qu il est approprié de faire, lors de la mise en œuvre de stratégies préventives, diagnostiques et/ou

Plus en détail

LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an. Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006

LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an. Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006 LES PATHOLOGIES RESIDUELLES DE L ANCIEN PREMATURE après 1 an Michèle GRANIER 28 novembre 2006-7 décembre 2006 DEVENIR RESPIRATOIRE DES PREMATURES DEVENIR NUTRITIONNIEL CROISSANCE DYSPLASIE BRONCHO-PULMONAIRE

Plus en détail

Item 90 : Infections nasosinusiennes de l enfant et de l'adulte

Item 90 : Infections nasosinusiennes de l enfant et de l'adulte Item 90 : Infections nasosinusiennes de l enfant et de l'adulte Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières 1 Pathologie Rhinosinusienne Aiguë...1 1. 1 Rhinites aiguës...

Plus en détail

HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION. Référentiel Qualité & Spa

HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION. Référentiel Qualité & Spa HYGIENE & SPA LES RISQUES DE CONTAMINATION 1 Un peu d histoire Thalassothérapie, SPA, Balnéothérapie, Thermalisme : quelles différences? Il y a 2000 ans les Romains avaient compris l importance de l eau

Plus en détail

Module de Pathologie bucco dentaire 3 ème année

Module de Pathologie bucco dentaire 3 ème année Module de Pathologie bucco dentaire 3 ème année I. Rappels anatomiques II. Relations pathologiques entre dent et sinus maxillaire 1. Sinusite maxillaire d origine dentaire : 1.1. Définition 1.2. Etiologie

Plus en détail

Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas

Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas Imagerie des Cellulites cervico-faciales diffuses A propos de 43 cas J EL Azizi EL Alaoui, A Ayoubi*, H Hadjkacem, A Benbouzid*,M Kzadri*, N Chakir, MR EL Hassani, M Jiddane Service d imagerie médicale

Plus en détail

VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A : ce que vous devez savoir

VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A : ce que vous devez savoir French VACCINATION CONTRE LA GRIPPE A : ce que vous devez savoir La grippe. Protégez-vous et protégez les autres. 1 Sommaire Qu est-ce que la grippe porcine, dite grippe A? 3 Le vaccin contre la grippe

Plus en détail

CHIRURGIE OTOLOGIQUE

CHIRURGIE OTOLOGIQUE CHIRURGIE OTOLOGIQUE DE L HOSPITALISATION TRADITIONNELLE A L HOSPITALISATION AMBULATOIRE WWW.IUFC.fr PREAMBULE Ambulatoire : - nécessité institutionnelle - activité à développer En 2013, à l IUFC : 200

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE AU COURS DES INFECTIONS RESPIRATOIRES BASSES DE L ADULTE ET DE L ENFANT RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé,

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement)

ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement) Questions ITEM 151 : Infections bronchopulmonaires communautaires ITEM 200 : Toux chez l enfant (avec le traitement) [2014 Dossier 4-2010 Dossier 5-2011 Dossier 4-2012 Dossier 4-2014 Dossier 3] QCM 1 :

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Université Tunis El Manar Faculté de Médecine de Tunis 5 ème Année de Médecine

Université Tunis El Manar Faculté de Médecine de Tunis 5 ème Année de Médecine Université Tunis El Manar Faculté de Médecine de Tunis 5 ème Année de Médecine Session de Janvier 2014 Epreuve de Médecine du Travail et de l Environnement (9 pages) Durée : 75 mn Total = 80 points 1.

Plus en détail

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE?

QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE? QU EST CE QU EST UNE HERNIE DISCALE? La colonne vertébrale est constituée d un empilement de vertèbres. Les cinq vertèbres du bas constituent la colonne lombaire ou rachis lombaire qui repose sur le sacrum.

Plus en détail

Altération de la fonction auditive (294) Professeur Jean Marc Thomassin Juillet 2005

Altération de la fonction auditive (294) Professeur Jean Marc Thomassin Juillet 2005 Altération de la fonction auditive (294) Professeur Jean Marc Thomassin Juillet 2005 1. Rappels anatomo-physiologiques de l'appareil auditif 1.1. Rappel anatomique L'oreille est constituée d un ensemble

Plus en détail

La désensibilisation. Je m informe. 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité :

La désensibilisation. Je m informe. 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : Les clés de l efficacité : La désensibilisation 4 bénéfices essentiels pour une qualité de vie retrouvée : 1. Prévenir l aggravation de la maladie 2. Éviter l apparition de nouvelles sensibilisations à d autres allergènes (allergie

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE ANTISECRETOIRES GASTRIQUES CHEZ L ENFANT RECOMMANDATIONS PRINCIPAUX MESSAGES Les IPP contrôlent mieux l acidité diurne que l acidité nocturne. Ils doivent être administrés

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 4 février 2000 (JO du 9 février 2000) AMOXICILLINE BIOGARAN 1 g, poudre

Plus en détail

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 2 ème cycle MIA infections (item 86) Année Universitaire 2009-2010 infections infections Bronchites - Bronchiolites Pneumopathies bactériennes et virales Surinfection de BPCO (Coqueluche Tuberculose Mycoses

Plus en détail

ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS

ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS Définition Abcès du cerveau : collection suppurée développée au sein du parenchyme cérébral Empyème intracrânien : collection suppurée développée dans l espace sous-dural

Plus en détail

Votre patient souffre-il vraiment d une rhinosinusite?

Votre patient souffre-il vraiment d une rhinosinusite? Votre patient souffre-il vraiment d une rhinosinusite? Par Yanick Larivée, M.D., FRCSC Un patient vous consulte parce qu il a le nez bouché et des maux de tête. Il dit souffrir d une sinusite. Comment

Plus en détail

LES ACCIDENTS BAROTRAUMATIQUES

LES ACCIDENTS BAROTRAUMATIQUES LES ACCIDENTS BAROTRAUMATIQUES INTRODUCTION Le corps humain est composé : de solides (les os) de liquides (le sang et les tissus) de cavités replies de gaz (oreilles, sinus, tubes digestifs, poumons )

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE

Lignes directrices à l intention des médecins des CAUT Information médicale pour éclairer les décisions des CAUT TOUX POST-INFECTUEUSE Introduction La toux faisant suite à des infections respiratoires virales est la cause la plus commune de toux aiguë. Il est admis que l adulte souffre de 2 à 5 infections des voies aériennes supérieures

Plus en détail

Expertise ORL préimplantaire Quand la demander? En quoi consiste-t-elle?

Expertise ORL préimplantaire Quand la demander? En quoi consiste-t-elle? Expertise ORL préimplantaire Quand la demander? En quoi consiste-t-elle? H. MAAREK Résumé Certaines pathologies rhinosinusiennes représentent des contre-indications à la réhabilitation dento-prothétique

Plus en détail