DÉVELOPPEMENTS JURIDIQUES JURISPRUDENCE ÉTATS-UNIS D AMÉRIQUE COUR SUPRÊME DES ÉTATS-UNIS D AMÉRIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉVELOPPEMENTS JURIDIQUES JURISPRUDENCE ÉTATS-UNIS D AMÉRIQUE COUR SUPRÊME DES ÉTATS-UNIS D AMÉRIQUE"

Transcription

1 DÉVELOPPEMENTS JURIDIQUES JURISPRUDENCE ÉTATS-UNIS D AMÉRIQUE COUR SUPRÊME DES ÉTATS-UNIS D AMÉRIQUE Violation du droit d auteur Responsabilité subsidiaire Distribution d un produit susceptible d utilisation tant légale qu illégale Incitation à la violation La question est de savoir dans quelles circonstances le distributeur d un produit susceptible d utilisation tant légale qu illégale est responsable des actes de violation commis par des tiers qui utilisent le produit. Nous décidons que celui qui distribue un appareil avec l intention de promouvoir une utilisation qui viole le droit d auteur, tel que démontré par une expression claire ou par toute autre action volontaire entreprise pour encourager la violation, est responsable des actes de violation commis par des tiers, qui en découlent. Décision de la cour Suprême des Etats-Unis d Amérique, 27 juin 2005 (Extraits tirés de la décision de la Cour suprême des Etats-Unis d Amérique les notes de bas de page sont ajoutées par l UNESCO, traduction non officielle par l UNESCO). Metro-Goldwin-Mayer Studios Inc. et al. v. Grokster, Ltd. et al. 380 F. 3d 1154 Faits Les défendeurs, Grokster et StreamCast Networks, distribuent un logiciel gratuit qui permet aux utilisateurs d échanger des fichiers électroniques sur des réseaux de pairs-à-pairs (peer-topeer), ainsi nommés car les ordinateurs communiquent directement entre eux, et non à travers un serveur central. Parmi les utilisateurs de ces réseaux se trouvent les destinataires individuels du logiciel des défendeurs, et bien que les réseaux puissent servir à échanger tout type de fichier numérique, ils ont été employés principalement pour échanger des fichiers musicaux et vidéo protégés par le droit d auteur et ce, sans autorisation. Un groupe de titulaires de droits (ci-après MGM, mais comprenant des studios de cinéma, des maisons de disques, des compositeurs et des éditeurs de musique) a poursuivi les défendeurs pour les violations commises par leurs utilisateurs, alléguant qu ils avaient distribué le Original : anglais

2 logiciel en sachant pertinemment qu il permettait de reproduire et de distribuer des œuvres protégées en violation de la Loi sur le droit d auteur. MGM exigeait des dommages et une injonction. La preuve présentée au cours de l instance a révélé la manière dont le logiciel fonctionne. Un utilisateur qui installe le logiciel peut envoyer plusieurs demandes de fichiers directement aux ordinateurs de ceux qui utilisent le même logiciel. Les résultats de la recherche sont communiqués à l ordinateur qui en a fait la demande et l utilisateur peut télécharger les fichiers désirés directement depuis les ordinateurs de ses pairs. Bien que les défendeurs ignorent à quel moment les fichiers sont copiés, des recherches effectuées grâce à leur logiciel identifieraient les fichiers disponibles sur les réseaux. Près de 90% des fichiers téléchargeables sur le système étaient protégés par le droit d auteur. Les défendeurs affirment que les utilisations du logiciel qui n enfreindraient potentiellement pas le droit d auteur, bien rares en pratique, sont importantes en nature. Mais la preuve fournie par MGM laisse supposer que la grande majorité des téléchargements viole le droit d auteur, et puisque bien plus de 100 millions de copies du logiciel en question ont été téléchargées, et que des milliards de fichiers sont échangés tous les mois, l étendue des violations est phénoménale. Les défendeurs admettent la violation dans la plupart des téléchargements. Les défendeurs ne sont pas seulement des destinataires passifs de l information sur l utilisation illégale. Le dossier contient de nombreux éléments de preuve selon lesquels les défendeurs ont clairement formulé le vœu que les destinataires utilisent le logiciel pour télécharger des oeuvres protégées, et chacun d eux a contribué à encourager la violation du droit d auteur. Les preuves indiquent que StreamCast avait l intention d utiliser son logiciel afin de reprendre les adresses du marché visé par Napster. La preuve que Grokster ait tenté de reprendre l ancien marché de Napster est moins étoffée mais tout aussi révélatrice. Le but, évidemment, aurait été d attirer les utilisateurs déjà enclins à enfreindre la loi, tel que l indique le matériel promotionnel présentant des chansons protégées comme exemples de fichiers disponibles. En plus de la preuve de promotion explicite, de commercialisation et de l intention de promouvoir davantage, le modèle économique (Business Model) confirme l objectif des défendeurs d utiliser le logiciel pour télécharger des oeuvres protégées. Les défendeurs ne perçoivent aucun revenu des utilisateurs. Ils génèrent plutôt un revenu en vendant des espaces publicitaires, puis en diffusant la publicité aux utilisateurs. La preuve montre que le volume important des utilisateurs est fonction de la gratuité de l accès aux œuvres protégées. Enfin, il n existe aucune preuve selon laquelle les compagnies ont fait l effort de filtrer les œuvres protégées ou de faire obstacle d une manière quelconque à l échange de fichiers protégés. Procédures antérieures - 2 -

3 Après la production des pièces, les deux parties ont présenté chacune une requête pour jugement sommaire. 1 Première instance La cour de première instance (District Court) a maintenu que ceux qui utilisaient le logiciel pour télécharger des fichiers «média» violaient directement les droits de MGM, une conclusion non contestée en appel, mais la cour a néanmoins accordé le jugement sommaire en faveur des défendeurs quant à leur responsabilité dans la distribution du logiciel. La distribution de ce logiciel n entraînait pas la responsabilité des distributeurs puisque ils n avaient pas, du simple fait de l utilisation du logiciel, la connaissance réelle d actes de violation spécifiques. Appel La cour d appel a confirmé le jugement de première instance. Un défendeur est responsable par faute contributive lorsqu il a connaissance d une violation directe et contribue matériellement à la violation. Mais la cour a lu Sony Corp. of America v. Universal City Studios, Inc., 464 U.S. 417 (1984) comme stipulant que la distribution d un produit commercial propice à des utilisations légales substantielles ne pouvait entraîner la responsabilité contributive, à moins que le distributeur n ait une connaissance réelle de cas spécifiques de violation et manque à son devoir d action. Le fait que le logiciel soit propice à des utilisations légales substantielles signifie que les défendeurs n étaient pas responsables, parce qu ils n avaient pas cette dite connaissance, à cause de l architecture décentralisée du logiciel. Le tribunal a aussi énoncé que les défendeurs n avaient pas contribué matériellement car c était les utilisateurs qui recherchaient, récupéraient et mémorisaient les fichiers faisant l objet de violation du droit d auteur, sans intervention des défendeurs au-delà de la fourniture du logiciel. La Cour d appel (Ninth Circuit 2 ) a également étudié la question de responsabilité pour violation indirecte (vicarious infringement). Le tribunal n a pas retenu cette théorie car les défendeurs ne contrôlaient ni ne maîtrisaient l utilisation du logiciel, n avaient aucun droit reconnu ni la capacité de superviser son utilisation, et n étaient tenus à aucune obligation de police eu égard à l atteinte au droit. 1 Un jugement sommaire est un jugement accordé par le tribunal avant le procès, déterminant qu un tel procès ne sera pas nécessaire. 2 Le «Ninth Circuit» est la cour d appel chargée d entendre les causes de la plupart des états de l Ouest, dont la Californie

4 Opinion Valeurs en jeu Les demandeurs réprouvent la décision de la cour d appel et l accusent de causer un déséquilibre entre les valeurs qui sont d une part liées au soutien de la créativité par la protection du droit d auteur, et d autre part, à la promotion de l innovation dans les nouvelles technologies de l information en limitant les cas de responsabilité pour violation du droit d auteur. La tension entre les deux valeurs est au cœur de cette affaire car la distribution numérique d œuvres protégées menace les titulaires de droit plus que jamais, puisque chaque copie est identique à l originale, la copie est facile à effectuer et de nombreuses personnes (surtout des jeunes) utilisent les logiciels d échange de fichiers afin de télécharger des œuvres protégées. Théories de responsabilité indirecte Les arguments en faveur de la responsabilité indirecte sont solides étant donné le nombre de téléchargements illégaux qui ont lieu chaque jour grâce au logiciel. Lorsqu un service ou un produit est largement utilisé pour commettre une violation de droit d auteur, il peut être impossible de mettre en œuvre les droits de manière efficace contre tous les violateurs, la seule solution pratique est donc de se retourner contre le distributeur de l appareil en invoquant la responsabilité subsidiaire selon les théories de faute contributive ou de violation indirecte. La faute contributive implique un encouragement ou une incitation intentionnels à la violation directe et la violation indirecte implique la notion de profit de la violation directe et une absence d intervention pour arrêter ou limiter la violation. Le précédent Sony Dans l affaire Sony Corp. v. Universal City Studios, notre cour devait décider si la responsabilité subsidiaire pour violation pouvait découler de la distribution même d un produit commercial. Dans ce cas-là, le produit en question était le magnétoscope. Les titulaires de droits avaient poursuivi Sony en tant que fabricant, prétendant qu il était responsable par faute contributive pour les violations qui se produisaient lorsque les utilisateurs de magnétoscope enregistraient des émissions protégées par le droit d auteur, car Sony fournissait le moyen employé pour commettre la violation et savait que cette violation allait se produire. Il n y avait aucune preuve que Sony avait exprimé l intention de promouvoir l enregistrement illégal ni n avait entrepris des démarches pour augmenter ses profits par l enregistrement illégal. Sans preuve d intention, explicite ou non, de promouvoir les actes de violation, la seule façon envisageable d imposer la responsabilité était sur la base de la théorie de faute contributive découlant des ventes de magnétoscopes à des consommateurs en sachant que certains les utiliseraient pour enfreindre le droit d auteur. Mais puisque le magnétoscope était capable d utilisations légales commercialement significatives, nous avons décidé que le fabricant ne pouvait pas être tenu responsable sur la seule base de la distribution du produit

5 Utilisations légales significatives Les parties dans cette affaire croient que la clé de l énigme réside dans la règle établie dans l affaire Sony et dans la définition de «utilisations légales significatives». MGM avance que d accorder un jugement sommaire aux défendeurs concernant leurs activités actuelles donnait trop de poids à la valeur des technologies innovantes, et trop peu aux droits d auteur violés. Les défendeurs répondent en citant la preuve que leur logiciel peut être utilisé pour reproduire des œuvres du domaine public et en mentionnant certains titulaires de droits qui encouragent la copie de leurs œuvres. La cour d appel a interprété la limitation dans Sony comme indiquant que dès lors qu un produit peut être utilisé de façon légale et substantielle, le fabricant ne peut en aucun cas être tenu responsable par faute contributive pour les violations commises par des tiers. Dans la mesure où la cour d appel a déterminé que le logiciel était susceptible d utilisation légale substantielle, elle a conclut qu aucune des deux compagnies ne pouvait être tenue responsable, puisqu il n y avait pas de preuve que le logiciel, étant dépourvu d un serveur central, leur permettait d avoir connaissance d utilisations illégales spécifiques. Cette vision de Sony, cependant, était erronée car elle confondait la responsabilité reposant sur une intention imputée avec celle reposant sur n importe quelle autre théorie. Parce que Sony n a pas remplacé les autres théories de responsabilité subsidiaire et parce que nous décidons que c était une erreur que d accorder un jugement sommaire aux sociétés sur la base de l argument d incitation de MGM, nous n explorerons pas Sony davantage, tel que MGM le demande, pour ajouter une description mieux quantifiée du point d équilibre entre la protection et le commerce lorsque la responsabilité repose uniquement sur la distribution avec la connaissance qu une utilisation illégale va se produire. La règle dans le cas Sony limite l imputation d une intention coupable en droit à partir des caractéristiques ou utilisations d un produit distribué. Mais rien dans Sony n oblige le tribunal à ignorer la preuve d intention si une telle preuve existe, et cette décision n a jamais eu pour conséquence d éliminer les règles de responsabilité fondées sur la faute qui découlent de la common law. Incitation Le cas classique de preuve directe d une intention illégale concerne le cas d une personne qui incite un tiers à commettre une violation ou qui entraîne ou convainc un tiers de commettre une violation, par exemple, par la publicité. Quiconque distribue un appareil avec l intention de promouvoir son utilisation pour enfreindre le droit d auteur, tel que démontré par une expression claire ou toute autre action volontaire encourageant l infraction, est responsable des actes de violation commis par des tiers qui en résultent. La règle d incitation fait reposer la responsabilité sur l expression et la conduite intentionnelles et coupables, et donc ne fait rien pour compromettre le commerce légitime ou pour décourager l innovation ayant des débouchés légaux. La question de la suffisance de la preuve de MGM au stade du jugement sommaire selon la théorie de l incitation concerne la nécessité de présenter une preuve selon laquelle les défendeurs ont communiqué un message incitatif à leurs utilisateurs. En l espèce, le dossier - 5 -

6 du jugement sommaire abonde de preuves selon lesquelles les défendeurs, contrairement au fabricant et distributeur dans Sony, ont agi avec l intention de causer des violations de droit d auteur par l utilisation du logiciel. Trois aspects de cette preuve d intention sont particulièrement visibles. Premièrement, les deux compagnies ont voulu satisfaire un foyer connu de violation de droit d auteur, le marché comprenant les anciens utilisateurs de Napster. Deuxièmement, aucune des deux sociétés n a tenté de développer des outils de filtrage ou autres mécanismes pour diminuer l activité illégale. Troisièmement, il est utile de rappeler que les défendeurs gagnent de l argent en vendant de l espace publicitaire, en envoyant de la publicité sur les écrans des ordinateurs qui utilisent leur logiciel. Cette preuve en soi ne justifierait pas une inférence d intention illégale, mais prise dans le contexte du dossier au complet, son importance est claire. En plus de l intention de causer des violations et de la distribution d un appareil susceptible d être utilisé à des fins de violation, la théorie de l incitation requiert évidemment la preuve de violation réelle. Il existe une preuve de violation à très grande échelle. Il ne fait aucun doute que la preuve, au niveau du jugement sommaire, est suffisante pour permettre à MGM de poursuivre sa demande en dommages et en réparation équitable. En somme, cette affaire est complètement différente de Sony et un recours à cette décision pour décider en faveur des défendeurs était une erreur. Les éléments de preuve de MGM dans cette affaire sont évidemment fondés sur une autre forme de responsabilité, celle de la distribution d un produit propice à des utilisations différentes. Ici, la preuve des paroles et actions des distributeurs qui va au-delà de la distribution en tant que telle démontre une intention de causer et de profiter des actes de violation commis par des tiers. Si la responsabilité pour incitation à la violation est en fin de compte prouvée, ce ne sera pas sur la base de faute présumée ou imputée, ce sera par la déduction d un objectif manifestement illégal de déclarations et d actes qui démontrent le véritable objectif visé. La preuve en faveur de MGM est substantielle sur tous les éléments de l incitation, et accorder le jugement sommaire en faveur des défendeurs était erroné. Sur renvoi (on remand 3 ), la requête de MGM pour jugement sommaire devra être reconsidérée. Le jugement de la cour d appel est annulé et la cause est renvoyée à d autres procédures compatibles avec cette opinion. 3 Un renvoi consiste à renvoyer une affaire au tribunal où elle a été entendue au départ. D habitude c est une cour d appel qui renvoie une affaire à la cour de première instance pour des procédures compatibles à la décision de la cour d appel

Plan à l international pour L'entreprise INC le marché américain Table des matières

Plan à l international pour L'entreprise INC le marché américain Table des matières Plan à l international pour L'entreprise INC le marché américain Table des matières 1. Présentation de L'entreprise INC 1.1 Identification de l entreprise 1.2 Mission de l entreprise 1.3 Historique 1.4

Plus en détail

Décision. La société de droit américain America Online Inc., établie à Dulles (Virginia 20166-9323), 22000 AOL Way,

Décision. La société de droit américain America Online Inc., établie à Dulles (Virginia 20166-9323), 22000 AOL Way, BELGIAN CENTRE FOR ARBITRATION AND MEDIATION Décision Ref. Cepani : DOM 44030 EN CAUSE DE : La société de droit américain America Online Inc., établie à Dulles (Virginia 20166-9323), 22000 AOL Way, Assistée

Plus en détail

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Personne-ressource : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Sylvie Poirier Avocate à la mise en application BULLETIN N 3673 514 878-2854 Le 20 septembre 2007 spoirier@ida.ca Discipline

Plus en détail

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC LA COUR D APPEL CONFIRME QU UNE ENTREPRISE PEUT RECOURIR À L ARBITRAGE POUR GÉRER LE RISQUE DES RECOURS COLLECTIFS Par Claude Marseille et André Durocher Les entreprises

Plus en détail

Changements apportés à la Loi sur le droit d auteur par suite de l adoption du projet de loi C-11 et s appliquant aux services d archives

Changements apportés à la Loi sur le droit d auteur par suite de l adoption du projet de loi C-11 et s appliquant aux services d archives Changements apportés à la Loi sur le droit d auteur par suite de l adoption du projet de loi C-11 et s appliquant aux services d archives Après plusieurs faux départs et des années de discussion et de

Plus en détail

La Grande Bibliothèque du Droit. Charte

La Grande Bibliothèque du Droit. Charte La Grande Bibliothèque du Droit Charte Préambule La Grande Bibliothèque du Droit (ci-après «GBD») édite un site internet, accessible à l adresse : www.lagbd.fr permettant l accès, la consultation et la

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

Avant contrat Offre précontractuelle

Avant contrat Offre précontractuelle Brevet de Technicien supérieur Commerce international 1 ère année Travail dirigé de Droit (Durée 2 heures) - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Plus en détail

Document de travail 14. Original: anglais

Document de travail 14. Original: anglais Document de travail 14 Original: anglais Vers une politique de partage des données d enquête et de suivi recueillies et/ou conservées par le Programme pêche côtière de la CPS pour le compte des pays membres

Plus en détail

«L AFFAIRE GOOGLE NEWS»

«L AFFAIRE GOOGLE NEWS» «L AFFAIRE GOOGLE NEWS» Les décisions 1 dans l affaire introduite par Copiepresse 2 contre Google ont déjà fait couler beaucoup d encre et ont été le sujet de très nombreux commentaires et d analyses,

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Pétrus vs Lenovo : la fourniture de logiciels non demandés est une pratique commerciale déloyale

Pétrus vs Lenovo : la fourniture de logiciels non demandés est une pratique commerciale déloyale Pétrus vs Lenovo : la fourniture de logiciels non demandés est une pratique commerciale déloyale Sommaire 1. Rappel des prétentions. 2. Motifs de la décision. 2.1. Le matériel et les logiciels sont des

Plus en détail

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences)

Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences) [TRADUCTION] Citation : D. A. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 685 Date : Le 3 juin 2015 Numéro de dossier : AD-15-168 DIVISION D APPEL Entre: D. A. Demandeur et Ministre

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

La cybersécurité dans les petits cabinets comptables

La cybersécurité dans les petits cabinets comptables La cybersécurité dans les petits cabinets comptables VISER DE MEILLEURES PRATIQUES ET MESURES DE PROTECTION Prêter attention à la sécurité informationnelle CPA Canada a récemment fait appel à Nielsen pour

Plus en détail

Guide d utilisateur. Votre meilleur atout pour prévenir le plagiat sur Internet. le logiciel anti plagiat plébiscité par l enseignement supérieur

Guide d utilisateur. Votre meilleur atout pour prévenir le plagiat sur Internet. le logiciel anti plagiat plébiscité par l enseignement supérieur 2009-2010 Votre meilleur atout pour prévenir le plagiat sur Internet le logiciel anti plagiat plébiscité Guide d utilisateur 2009-2010 SOMMAIRE 1 Prise en main de Compilatio.net : p3 1. Identifiez vous

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

L'évolution des instruments de protection des animaux génétiquement modifiés

L'évolution des instruments de protection des animaux génétiquement modifiés L'évolution des instruments de protection des animaux génétiquement modifiés Exclusion de la race animale des inventions brevetables La maîtrise des biotechnologies a conduit, à partir des années 80, à

Plus en détail

Le projet de loi «Création et Internet» (favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet)

Le projet de loi «Création et Internet» (favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet) Le projet de loi «Création et Internet» (favorisant la diffusion et la protection de la création sur internet) Enjeux et débat Fabrice Rochelandet Le contexte Dématérialisation des contenus : non-rivalité,

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

Liberté de la communication sur l Internet

Liberté de la communication sur l Internet Liberté de la communication sur l Internet Déclaration adoptée par le Comité des Ministres le 28 mai 2003, lors de la 840 e réunion des Délégués des Ministres et note explicative H/Inf (2003) 7 Déclaration

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté par le conseil d administration le 25 mars 2009 et modifié le 17 juin 2015

Plus en détail

Conditions générales de licence de logiciel

Conditions générales de licence de logiciel Conditions générales de licence de logiciel 1. Préambule MAÏDOTEC est titulaire des droits de propriété intellectuelle et de commercialisation sur le logiciel décrit dans les conditions particulières associées

Plus en détail

LISTE DES COMPETENCES BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

LISTE DES COMPETENCES BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Commission de concertation de l Enseignement de Promotion sociale LISTE DES COMPETENCES BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION COMMISSION

Plus en détail

Sponsoring et mécénat

Sponsoring et mécénat Sponsoring et mécénat Sponsoring : association à un événement (retomber commercial) Mécénat : aide (mais pas forcement de retomber médiatique, publique restreint ) Introduction : Il existe un démarche

Plus en détail

Règlement de concours photos #PtitDejMalin

Règlement de concours photos #PtitDejMalin Règlement de concours photos #PtitDejMalin Article 1: Entreprise organisatrice Le concours «#PtitDejMalin» est un concours photo sur Internet via Twitter, Instagram ou Vine, sans obligation d achat, organisé

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

La nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant

La nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant SOIXANTE-NEUVIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A69/7 Add.1 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire 13 mai 2016 La nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant Orientations en vue de mettre

Plus en détail

Numéro du rôle : 6159. Arrêt n 36/2016 du 3 mars 2016 A R R E T

Numéro du rôle : 6159. Arrêt n 36/2016 du 3 mars 2016 A R R E T Numéro du rôle : 6159 Arrêt n 36/2016 du 3 mars 2016 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 37, 20, alinéa 3, de la loi coordonnée le 14 juillet 1994 relative à l assurance

Plus en détail

DIRECTIVES EUROPÉENNES

DIRECTIVES EUROPÉENNES DIRECTIVES EUROPÉENNES 201 5 textes coordonnés à jour au 11 JUILLET 2008 Recueil réalisé par le MINISTÈRE D ÉTAT - SERVICE CENTRAL DE LÉGISLATION www.legilux.lu 2 Directives Européennes Sommaire Traité

Plus en détail

I. Les faits pertinents. renouveler son parc informatique. familiers avec le produit. La Régie présume aussi que l utilisation des logiciels

I. Les faits pertinents. renouveler son parc informatique. familiers avec le produit. La Régie présume aussi que l utilisation des logiciels JUIN 2010 BULLETIN DROIT DE LA CONSTRUCTION, INGÉNIERIE, CAUTIONNEMENT ET DÉTOURNEMENT LA COUR SUPÉRIEURE SE PRONONCE SUR L APPLICATION DE L EXCEPTION PRÉVUE À L ARTICLE 12(4) DU RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/875 Nations Unies A/AC.105/875 Assemblée générale Distr.: Générale 5 décembre 2006 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Table des matières Rapport de

Plus en détail

QUESTION 133. Brevetabilité des logiciels d ordinateur

QUESTION 133. Brevetabilité des logiciels d ordinateur QUESTION 133 Brevetabilité des logiciels d ordinateur Annuaire 1997/III, pages 314-318 Comité Exécutif de Vienne, 18-22 avril 1997/ Q133 QUESTION Q133 Brevetabilité des logiciels d ordinateur Résolution

Plus en détail

Propriété intellectuelle le contentieux à Taiwan

Propriété intellectuelle le contentieux à Taiwan Propriété intellectuelle le contentieux à Taiwan John EASTWOOD Nathan KAISER 2004 www.eigerlaw.com Page - 1 Propriété intellectuelle le contentieux à Taiwan I. Introduction Il peut être délicat de choisir

Plus en détail

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO)

COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) Strasbourg, le 22 juin 2015 DH-BIO/INF (2015) 7 COMITE DE BIOETHIQUE (DH-BIO) Document de travail relatif à la protection des droits de l Homme et de la dignité des personnes atteintes de troubles mentaux

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011 Recours 10/67 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2éme section) Décision du 20 janvier 2011 Dans l affaire enregistrée au greffe de la Chambre sous le no 10/67 ayant pour objet un recours introduit

Plus en détail

I. Demander réparation

I. Demander réparation Éléments-clés du cadre juridique en Europe : un droit très défavorable aux victimes Intervention de Sophie Le Pallec, Présidente de l association Amalyste, membre du Collectif de Lutte contre les Accidents

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Avec le smsgéoloc, les clients n ont jamais été aussi près de chez vous! DOSSIER À. https://goo.gl/avtngs.

DOSSIER DE PRESSE. Avec le smsgéoloc, les clients n ont jamais été aussi près de chez vous! DOSSIER À. https://goo.gl/avtngs. PLATEFORME SAAS D'ENVOI DE SMS DOSSIER À télécharger https://goo.gl/avtngs DOSSIER DE PRESSE Avec le smsgéoloc, les clients n ont jamais été aussi près de chez vous! PARTICIPANT MOBILE & SOCIAL MARKETING

Plus en détail

Numéro du rôle : 2841. Arrêt n 155/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2841. Arrêt n 155/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2841 Arrêt n 155/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation de la loi du 12 mai 2003 concernant la protection juridique des services à accès conditionnel et

Plus en détail

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983)

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, DESIRANT établir des dispositions communes concernant

Plus en détail

Fraude et états financiers Deuxième partie

Fraude et états financiers Deuxième partie Fraude et états financiers Deuxième partie par EVERETT E. COLBY, BSBA, CFE, FCGA Voici le deuxième d une série de trois articles rédigés par M. Colby sur la détection et la prévention de la fraude dans

Plus en détail

LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON?

LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON? LA FIXATION DE LA VALEUR DES ACTIONS PAR UN TIERS EVALUATEUR : CONSTITUTIONNELLE OU NON? Certaines expertises conduites durant les procédures judiciaires peuvent donner lieu à la question prioritaire de

Plus en détail

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

Numéro du rôle : 5815. Arrêt n 8/2015 du 22 janvier 2015 A R R E T

Numéro du rôle : 5815. Arrêt n 8/2015 du 22 janvier 2015 A R R E T Numéro du rôle : 5815 Arrêt n 8/2015 du 22 janvier 2015 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 145 24, 1er, 1, du Code des impôts sur les revenus 1992, tel qu il était

Plus en détail

GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ

GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ Une production du 2009 Réseau de recherché en santé des populations du Québec TABLE DES MATIÈRES Contexte...3 1. But poursuivi

Plus en détail

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale

Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires à l échelle internationale 1 2 Les inconvénients de ne pas avoir de police locale lorsque vous traitez des affaires

Plus en détail

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5414. Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5414 Arrêt n 166/2012 du 20 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 7bis, combiné avec l article 12bis, 1er, 2, du Code de la nationalité belge,

Plus en détail

Syndicat National des Personnels de l Education et du Social Protection Judiciaire de la Jeunesse Fédération Syndicale Unitaire MODE D EMPLOI

Syndicat National des Personnels de l Education et du Social Protection Judiciaire de la Jeunesse Fédération Syndicale Unitaire MODE D EMPLOI a Syndicat National des Personnels de l Education et du Social Protection Judiciaire de la Jeunesse Fédération Syndicale Unitaire Secrétariat National : 54, Rue de l Arbre Sec 75001 Paris Tél : 01 42 60

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance

Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance Dans le présent règlement, à moins que le contexte ne l'indique autrement, on entend par : a) «AQAN» Association

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE Date : 01/06/2013 Le présent ensemble des Conditions Générales de Vente de GLUAL HIDRÁULICA est applicable à toutes les livraisons et à toutes les prestations. ARTICLE 1. GÉNÉRALITÉS ARTICLE 2.- OFFRES

Plus en détail

Politique anti-corruption

Politique anti-corruption Politique anti-corruption 1. Introduction Notre compagnie attache une valeur importante à sa réputation et s engage à maintenir les normes les plus élevées en matière d éthique dans la gestion de ses affaires

Plus en détail

Conditions d'utilisation du site de Généalogie Québec

Conditions d'utilisation du site de Généalogie Québec Conditions d'utilisation du site de Généalogie Québec Licence d'utilisation limitée aux règles suivantes : L'Institut généalogique Drouin (L'Institut) vous autorise à utiliser le contenu de Généalogie

Plus en détail

Conditions générales d installation Egardia

Conditions générales d installation Egardia Conditions générales d installation Egardia Article 1. Définitions Pour éviter tout malentendu, nous vous donnons ci-après les définitions de certains concepts que vous trouverez dans ces termes et conditions

Plus en détail

Livre numérique CINQ FAÇONS D AUGMENTER LES VENTES GRÂCE AU MARKETING

Livre numérique CINQ FAÇONS D AUGMENTER LES VENTES GRÂCE AU MARKETING Livre numérique CINQ FAÇONS D AUGMENTER LES VENTES GRÂCE AU MARKETING SOMMAIRE Résumé analytique Conseil 1 : S accorder sur les définitions 2 3 Résumé analytique Équipes ventes et marketing. Ils passent

Plus en détail

COMITÉ JURIDIQUE 34 e SESSION

COMITÉ JURIDIQUE 34 e SESSION Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL LC/34-WP/2-1 31/7/09 COMITÉ JURIDIQUE 34 e SESSION (Montréal, 9 17 septembre 2009) Point 2 : Examen des rapports du Sous-Comité spécial

Plus en détail

Lettre d actualité juridique NTIC

Lettre d actualité juridique NTIC Lettre d actualité juridique NTIC ACTUALITE JURISPRUDENTIELLE Mai 2013 Dans ce numéro : ACTUALITE JURISPRUDENTIELLE 1. Nouvelle approche jurisprudentielle de la prescription en matière de délit de presse

Plus en détail

CONTRAT DE LICENCE ENSEIGNE. Marque «Sud de France»

CONTRAT DE LICENCE ENSEIGNE. Marque «Sud de France» CONTRAT DE LICENCE ENSEIGNE Marque «Sud de France» Entre les soussignés : La Région LANGUEDOC ROUSSILLON, Collectivité locale, domiciliée à l Hôtel de Région à MONTPELLIER (Hérault), représentée par son

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet Analyse d impact réglementaire FILTRATION DES SITES ILLÉGAUX DE JEUX EN

Plus en détail

INFOS JURIDIQUES. Flash sur le Droit du Travail. Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011

INFOS JURIDIQUES. Flash sur le Droit du Travail. Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011 INFOS JURIDIQUES Flash sur le Droit du Travail Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011 La notion de cadre supérieur en droit luxembourgeois La présente publication a pour

Plus en détail

Titre du projet Préparation de la communication du robot Auteurs Niveau Partie de programme

Titre du projet Préparation de la communication du robot Auteurs Niveau Partie de programme La réalisation de «kits robots» en 3 ème (partie distribution) et ComAO. Cette séquence propose un exemple d intégration de la partie «Réalisations Assistées par Ordinateur» dans la partie «Diffusion de

Plus en détail

Le Code International de commercialisation des substituts du lait maternel

Le Code International de commercialisation des substituts du lait maternel Le Code International de commercialisation des substituts du lait maternel Le Code International est composé d un préambule et de 10 articles : Article 1 : But du Code Le Code International et les Résolutions

Plus en détail

Sur le premier moyen :

Sur le premier moyen : Assurance sur la vie Procédure fiscale - Contrôle des déclarations de succession - Procédure de répression des abus de droit Cass. com., 26 octobre 2010, N de pourvoi: 09-70927, Non publié au bulletin

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise FICHE N 27 LES INFRACTIONS SEXUELLES DONT SONT VICTIMES LES MINEURS I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise Ces agressions sont punies quel que

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Médias sociaux : mettre la charrue avant les bœufs-résultats et répercussions du sondage comparatif de la SCDA sur les médias sociaux

Médias sociaux : mettre la charrue avant les bœufs-résultats et répercussions du sondage comparatif de la SCDA sur les médias sociaux Médias sociaux : mettre la charrue avant les bœufs-résultats et répercussions du sondage comparatif de la SCDA sur les médias sociaux Par Randall Craig et Gerald Bramm Vos plans de médias sociaux sont-ils

Plus en détail

Re Dennis. de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières. [2011] IIROC No. 3. Formation d instruction

Re Dennis. de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières. [2011] IIROC No. 3. Formation d instruction Re Dennis AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles des courtiers membres de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières et James Charles Dennis [2011] IIROC No. 3 Formation d instruction

Plus en détail

LIVRET SERVICE SUPPORT PROGICIEL

LIVRET SERVICE SUPPORT PROGICIEL LIVRET SERVICE SUPPORT PROGICIEL Ref : LS IN Quadratus 06 2014 ARTICLE 1 DEFINITIONS Les termes définis ci-après ont la signification suivante au singulier comme au pluriel: Anomalie : désigne un défaut,

Plus en détail

CONCURRENCE DISTRIBUTION PROPRIETE INTELLECTUELLE TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

CONCURRENCE DISTRIBUTION PROPRIETE INTELLECTUELLE TECHNOLOGIES DE L INFORMATION N 5 12 février 2013 Réseaux de distribution : confirmation de l interdiction d interdire la vente sur internet Cour d appel de Paris, 31 janvier 2013, n 2008/23812, Pierre Fabre Décision de l Autorité

Plus en détail

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 :

Les parties ayant été régulièrement averties du jour de l audience ; Après avoir entendu au cours de l audience publique du 24 novembre 2009 : Cour Administrative d Appel de Bordeaux 6 ème chambre (formation à 3) 22 décembre 2009 Rejet Sources : - http://www.legifrance.gouv.fr Références au greffe : - Pourvoi n 08BX02277 Références de publication

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI PCDA/1/2 ORIGINAL : espagnol DATE : 12 janvier 2006 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ PROVISOIRE SUR LES PROPOSITIONS RELATIVES À UN PLAN D ACTION DE L OMPI POUR

Plus en détail

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Bruxelles, le 6 mars 2015 Représentant 10 000 traducteurs littéraires

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Defrenois et Levis, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Defrenois et Levis, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-25754 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard,

Plus en détail

SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET ; SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP DELAPORTE, BRIARD, TRICHET ; SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 16/02/2011 Conseil d État N 329254 Publié au recueil Lebon 5ème et 4ème sous-sections réunies M. Arrighi de Casanova, président M. Xavier de Lesquen, rapporteur Mme Lieber Sophie-Justine, commissaire

Plus en détail

COMMENT ASSEMBLER LES DIFFERENTS ELEMENTS COMPOSANT UN PORTFOLIO EUROPEEN DES LANGUES. Portfolio européen des langues Maquettes et ressources

COMMENT ASSEMBLER LES DIFFERENTS ELEMENTS COMPOSANT UN PORTFOLIO EUROPEEN DES LANGUES. Portfolio européen des langues Maquettes et ressources COMMENT ASSEMBLER LES DIFFERENTS ELEMENTS COMPOSANT UN PORTFOLIO EUROPEEN DES LANGUES Portfolio européen des langues Maquettes et ressources Comment assembler les différents éléments composant un Portfolio

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : V. L. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 22 Appel n o : GE-14-30 ENTRE : V. L. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL

P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS HEC MONTRÉAL P R O J E T CODE DE DÉONTOLOGIE DES PROFESSEURS DE HEC MONTRÉAL Adopté par l Assemblée des professeurs et l APHEC le De façon à alléger la lecture du texte, le genre masculin est utilisé pour désigner

Plus en détail

Le droit d auteur à l ère du numérique

Le droit d auteur à l ère du numérique Le droit d auteur à l ère du numérique Conseil canadien des normes Ottawa, septembre 2004 ISBN 0-920360-50-5 Imprimé au Canada sur papier recyclé et recyclable Les nouvelles technologies nous réservent

Plus en détail

Contrat de licence d utilisation TaxMate

Contrat de licence d utilisation TaxMate Contrat de licence d utilisation TaxMate 1. Définitions Les définitions suivantes s appliquent au présent Contrat : 1.1. Progiciel TaxMate : logiciel destiné à la calculation de l impôt des sociétés, édité

Plus en détail

2-Description globale du programme IziMailing

2-Description globale du programme IziMailing 1-But La raison d être de ce document est de déterminer les conditions d utilisation du logiciel IziMailing ainsi que la fonctionnalité associée «Routage Professionnel», mis en vente par l entreprise Softiciel

Plus en détail

Trusts internationaux à Chypre

Trusts internationaux à Chypre Trusts internationaux à Chypre Trusts internationaux chypriotes critères de qualification La Loi sur les trusts internationaux de 1992 complète la Loi sur les fiduciaires, elle-même basée sur la Loi britannique

Plus en détail

Contrat de licence d utilisation du logiciel TARA-ACK - TARA INFORMATIQUE

Contrat de licence d utilisation du logiciel TARA-ACK - TARA INFORMATIQUE Contrat de licence d utilisation du logiciel TARA-ACK - TARA INFORMATIQUE Entre les soussignés SAS TARA INFORMATIQUE 20, rue Benoît Lauras Bâtiment des Hautes Technologies Zenn It 42000 SAINT-ETIENNE RCS

Plus en détail

L Office a décidé qu il y avait lieu, aux termes de l article 16.1 de la Loi, de préserver le caractère confidentiel des réponses aux DR 1.2.

L Office a décidé qu il y avait lieu, aux termes de l article 16.1 de la Loi, de préserver le caractère confidentiel des réponses aux DR 1.2. Dossier : OF-Tolls-Group1-T260-2012-05 01 Le 30 janvier 2013 Destinataires : Toutes les parties à l ordonnance d audience AO-001-MH-002-2012 Ordonnance d audience AO-001-MH-002-2012 datée du 21 août 2012

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Déclaration Vie privée Date de dernière modification: le 14 novembre 2013

Déclaration Vie privée Date de dernière modification: le 14 novembre 2013 Déclaration Vie privée Date de dernière modification: le 14 novembre 2013 Le Groupe Delhaize prend la protection de vos données personnelles très au sérieux. Dans la présente Déclaration, nous vous expliquons

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel [TRADUCTION] Citation : K. R. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDA 1 ENTRE : K. R. N o d appel : 2013-0701 Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDS-2015-139

Décision du Défenseur des droits MDS-2015-139 Paris, le 21 mai 2015 Décision du Défenseur des droits MDS-2015-139 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative

Plus en détail

TERMES ET CONDITIONS

TERMES ET CONDITIONS TERMES ET CONDITIONS Le site Web www.ninaricci.com («Site Web») est géré par la société PUIG FRANCE SAS («PUIG»), ayant son siège social sis 65/67 Avenue des Champs Elysées, 75008 Paris (France), inscrite

Plus en détail

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton CSSS - 002M C.P. P.L. 92 Accroître les pouvoirs de la RAMQ VERSION RÉVISÉE Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec Monsieur Jacques Cotton Commission de

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Accès au site. Droits de propriété intellectuelle. Titularité des droits

Accès au site. Droits de propriété intellectuelle. Titularité des droits Le présent site accessible à l adresse http://www.aideauxfamilles.fr/ (ci-après le Site ) est la propriété de l association pour l aide aux familles. Il est édité par l association pour l aide aux familles,

Plus en détail

Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du quatorze juin deux mille douze. Numéro 37518 du rôle.

Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du quatorze juin deux mille douze. Numéro 37518 du rôle. Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du quatorze juin deux mille douze. Numéro 37518 du rôle Présents: Charles NEU, premier conseiller, président, Ria LUTZ, conseiller, Brigitte

Plus en détail

APPEL D'OFFRES. 1. Contexte de l appel d offres... 1 2. Objet de la prestation... 2 3. Modalités d exécution de la prestation... 6

APPEL D'OFFRES. 1. Contexte de l appel d offres... 1 2. Objet de la prestation... 2 3. Modalités d exécution de la prestation... 6 APPEL D'OFFRES Vérification, actualisation et recherche de coordonnées téléphoniques ; prise de rendez-vous et envoi de courriers d invitation pour le projet «Rendez-vous des droits élargi» 1. Contexte

Plus en détail

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs

Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs S O M M A I R E Organisation et fonctionnement des Tribunaux administratifs Page 1 CHAPITRE I Dispositions générales page 1 CHAPITRE II Organisation et compétence page 1 CHAPITRE III Procédures page 2

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION DU LOGICIEL GoBACKUP 4.85

MANUEL D UTILISATION DU LOGICIEL GoBACKUP 4.85 MANUEL D UTILISATION DU LOGICIEL GoBACKUP 4.85 INSTALLATION 2 SUR LE SITE DE GOBACKUP 2 SUR VOTRE ORDINATEUR 3 UTILISATION DU LOGICIEL GOBACKUP 10 LES DIFFERENTES FONCTIONS DE GOBACKUP 10 SAUVEGARDER 11

Plus en détail

Délibération n 2008-029 du 31 janvier 2008 sanctionnant la société FAC INTERNATIONAL

Délibération n 2008-029 du 31 janvier 2008 sanctionnant la société FAC INTERNATIONAL Délibération n 2008-029 du 31 janvier 2008 sanctionnant la société FAC INTERNATIONAL La Commission nationale de l informatique et des libertés, réunie en formation restreinte, sous la présidence de M.

Plus en détail

Documentation technique de référence Chapitre 3 Performances du RPT Article 3.3 Capacité d accueil

Documentation technique de référence Chapitre 3 Performances du RPT Article 3.3 Capacité d accueil Chapitre 3 Performances du RPT Version 2 applicable à compter du 24 avril 2009 6 pages Page:2/6 1. RAPPEL DU CADRE REGLEMENTAIRE Cahier des charges annexé à l avenant, en date du 30 octobre 2008, à la

Plus en détail