LE TRANSFERT D ARGENT DES MIGRANTS : LE CAS LUXEMBOURG - CAP VERT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE TRANSFERT D ARGENT DES MIGRANTS : LE CAS LUXEMBOURG - CAP VERT"

Transcription

1 LE TRANSFERT D ARGENT DES MIGRANTS : LE CAS LUXEMBOURG - CAP VERT Publié par l ATTF (Agence de Transfert de Technologie Financière, Luxembourg) dans le cadre de l Année des Nations-Unies dédiée au microcrédit. Auteur : Jean-Louis Guarniero, consultant, Luxembourg Luxembourg - Décembre 2005 I

2 Cette étude a été réalisée à la demande de l'attf par M. Jean-Louis Guarniero, consultant, avec le soutien du Ministère des Affaires Etrangères, Direction de la Coopération au Développement. ADA (Appui au Développement Autonome) a contribué à cette étude en tant que conseiller. Ce document peut être téléchargé aux adresses suivantes : ou sur Vos commentaires peuvent être envoyés à l ATTF Copyright 2005 ATTF Agence de Transfert de Technologie Financière, Luxembourg De courts extraits de cette publication pourront être utilisés sans autorisation, à condition que la source soit mentionnée. Pour tout droit de reproduction ou de traduction, veuillez prendre contact avec l ATTF II

3 CONTEXTE ET OBJECTIFS Cette étude a été financée par le Ministère des Affaires Etrangères, Direction de la Coopération au Développement, dans la cadre des financements alloués à l ATTF pour ses activités 2005 et dans l optique particulière de l année des Nations- Unies dédiée au micro-crédit. Un des buts de cette étude était d examiner comment la gestion des transferts financiers des migrants pourrait gagner en efficacité tant en amont qu en aval. Dans cette optique, les questions des canaux et des coûts des transferts ont été étudiées en amont tandis que celle de l utilisation des fonds transférés dans les circuits économiques du pays concerné l ont été en aval. Etant donné la relation particulière existant entre le Luxembourg et le Cap Vert, l étude s est focalisée sur les transferts des migrants entre ces deux pays. Il s agit donc de favoriser le développement économique des pays concernés et d encourager la captation des flux financiers afférents par le système bancaire traditionnel tout en gardant à l esprit la responsabilité sociétale du banquier vis-à-vis du tiers-monde. L étude intègre également la question du blanchiment d argent et de la lutte contre celui-ci. Cette étude a été présentée lors de la «Semaine Microfinance Luxembourg : Marché des capitaux Dialogue européen Finance rurale», qui s est tenue du 17 au 19 octobre 2005 à Luxembourg.

4 Le transfert d argent des migrants : le cas Luxembourg - Cap Vert

5 TABLE DES MATIÈRES TABLEAU DES ACRONYMES...5 SYNTHÈSE...7 INTRODUCTION GÉNÉRALE Caractéristiques géographiques et climatiques du Cap Vert - L importance de la diaspora capverdienne 1. DEFINITION ET IMPORTANCE DES TRANSFERTS DES MIGRANTS Définition 1.2. Les transferts formels 1.3. Les transferts informels 2. SYNTHESE DES ETUDES SUR LES TRANSFERTS DES MIGRANTS Les canaux de transfert Les étapes des transferts internationaux Les mécanismes de transfert internationaux 2.2. L accès aux services et le coût L accès aux services dans le pays d accueil comme dans le pays bénéficiaire Le coût de la prestation, facteur déterminant mais pas exclusif 2.3. Les facteurs communs des transferts des migrants 2.4. Les particularités des transferts des migrants capverdiens 3. LES TRANSFERTS DES MIGRANTS CAPVERDIENS DU LUXEMBOURG Importance relative des transferts des migrants 3.2. Les attentes des migrants capverdiens 3.3. Les banques de la place : la BCEE acteur historique 3.4. Le rôle prédominant de Western Union-PTT 3.5. Les transferts informels 4. LA SITUATION AU CAP VERT Le secteur bancaire formel : Caixa Economica et BCA 4.2. La forte implantation récente de Western Union 4.3. Les ONG et associations communautaires, véritables relais des activités de microfinance 4.4. Les avantages et inconvénients de la situation actuelle Les caractéristiques particulières du Cap Vert L absence de législation spécifique concernant la microfinance Des besoins d assistance technique au sein des banques et des ONG / associations communautaires L Instituto das Comunidades : facteur de regroupement de la diaspora La tradition des mouvements associatifs au Cap Vert, pilier des formes de solidarité sociale 5. SYNTHESE DE LA SITUATION ET PROPOSITION DE PLAN D ACTION Un déficit d image à combler pour les acteurs du secteur formel au GDL 5.2. Satisfaire les attentes d une clientèle ciblée et sensibiliser la fibre communautaire 5.3. Encourager le financement d activité de microfinance par des produits d épargne spécifiques 5.4. Mettre en place des lignes de crédit en faveur d une banque capverdienne active dans le domaine 5.5. Assurer une assistance technique à l égard des acteurs locaux 3

6 Le transfert d argent des migrants : le cas Luxembourg - Cap Vert CONCLUSION ANNEXES Annexe A : Termes de références Annexe B : Personnes rencontrées et programme de travail Annexe C : Documents bibliographiques Annexe D : Questionnaire proposé aux établissements financiers Annexe E : Projet de loi microfinance Annexe F : Loi de 1995 sur les dépôts des migrants Annexe G : Loi sur le blanchiment de l argent 4

7 TABLEAU DES ACRONYMES TABLEAU DES ACRONYMES ACDI/VOCA ACH ADF AMINA BAD BCV BCA BCEE BCN CCP CECV CGAP CVE FAMPICOS FAO IMF MAE MORABI MTO MTPN OMCV PFEME PSF PT PVD SWIFT UNDP WOCCU WU Agricultural Cooperative Development International/Volunteers in Overseas Cooperative Assistance Automatic Clearing House African Development Fund African Development Fund Microfinance Initiative for Africa Banque Africaine pour le Développement Banco de Cabo Verde (Banque Centrale du Cap Vert) Banco Comercial do Atlantico Banque et Caisse d Epargne de l Etat Banco Caboverdiano de Negocios Compte Chèque Postal Caixa Economica de Cabo Verde The Consultative Group to Assist the Poors Cabo Verde Escudos Association communautaire de caisses mutuelles villageoises Food and Agriculture Organisation of the United Nations Institution de Microfinance Ministères des Affaires Etrangères Coopérative Morabi de promotion socio économique des femmes Money Transfer Operator Money Transfer Proprietary Network Organisacao das Mulheres de Cabo Verde (Organisation des Femmes du Cap Vert) Programme de Formation et Emprunts aux Microentreprises Professionnel du Secteur Financier Postes & Télécommunications Pays en Voie de Développement Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication United Nations Development Programme World Council of Credit Unions Western Union Taux de change indicatif : 110,265 CVE = 1 EUR 5

8 Le transfert d argent des migrants : le cas Luxembourg - Cap Vert 6

9 SYNTHESE SYNTHESE Le Cap Vert, par sa situation géographique particulière, est soumis à des conditions climatiques difficiles qui exposent le secteur de l agriculture à des risques récurrents de sécheresse. Durant le siècle passé, l archipel a connu des phénomènes migratoires massifs vers les 3 continents, américain, africain, et européen, suite à de nombreuses famines, et pour répondre également à une demande croissante de migrants dans les pays d accueil. Ainsi, la population d origine capverdienne vivant en dehors du pays serait plus importante que la population résidente. Les transferts des migrants représentent une proportion significative des flux financiers qui alimentent la balance des paiements du pays, et contribuent aux besoins de consommation des familles. Les transferts des migrants, définis comme une proportion variable du revenu du travailleur envoyée dans son pays d origine, se décomposent en deux catégories principales, les transferts formels et les transferts informels. Les transferts formels, enregistrés dans la comptabilité d un établissement financier, transitent par le réseau bancaire ou par celui d un opérateur spécialisé (MTO). Les transferts informels passent par des intermédiaires non officiels, ou sont assurés par le migrant lui-même, lors d un voyage dans son pays. Les transferts des migrants considérés comme un flux financier stable et soutenu vers les PVD, dépassent l aide internationale au développement depuis La World Bank estime que les volumes ont triplé de 1990 à 2003, passant de USD 30,4 Mrd à USD 93 Mrd. Les études sur les transferts des migrants font apparaître quelques points communs et surtout de nombreuses divergences selon les pays concernés, les infrastructures disponibles et les approches culturelles. En effet, les étapes des transferts internationaux se caractérisent par : - la qualité et le nombre des intermédiaires au point d entrée de la transaction (Banques, poste, MTO) - les mécanismes de transfert disponibles (électronique ou papier) - la densité et la qualité des intermédiaires dans le pays du bénéficiaire (Banques, Caisses Mutuelles, poste, MTO, bureau de change). Le choix du migrant entre transfert formel et informel sera influencé par l accès aux services dans le pays d accueil comme dans le pays de réception, la convivialité des mécanismes de transfert, le coût de la prestation, et l approche culturelle. Le migrant capverdien regrette le manque d information disponible pour initier un transfert vers son pays, et souhaiterait un accueil personnalisé. Selon le degré d urgence, il choisira le service le plus fiable et rapide au détriment du coût. Certaines particularités du Cap Vert favorisent l utilisation des transferts formels, telles qu un secteur bancaire libéral et structuré, une législation bancaire qui favorise depuis 1995 l épargne rapatriée des migrants, un pays ouvert vers l extérieur, et une confiance dans un système démocratique stable. Les transferts de la diaspora capverdienne représentent des flux de 75 à 80 Mio par an sur la période 2002 à 2004, et affichent une tendance haussière sur la période. Les transferts formels en provenance de Luxembourg, et enregistrés par la BCV en 2004 s élèvent à 1,5 Mio. Parmi les transferts des migrants, trois catégories doivent être distinguées : - les transferts vers un compte épargne au Cap Vert - les transferts plus réguliers pour soutenir la consommation des membres de la famille - les pensions transférées aux capverdiens retraités qui ont travaillé à l étranger. Une relation historique des migrants capverdiens existe avec une banque de la place de Luxembourg, mais de manière générale l accueil au sein des agences bancaires n est pas perçu comme adapté aux besoins. Les migrants affichent cependant une préférence pour les sommes en liquide, ou font appel à un MTO pour un transfert urgent aux membres de la famille. 7

10 Le transfert d argent des migrants : le cas Luxembourg - Cap Vert Au sein du secteur bancaire, la BCEE et la Dexia assurent la majorité des transferts formels pour le compte des migrants vers le Cap Vert. La BCEE occupe la première place en volume, du fait d un partenariat avec la Caixa Economica et d une relation historique avec les migrants depuis l975. La Dexia occupe la 2 e place en volume, mais constate une diminution des transferts des personnes physiques depuis Les banques portugaises n assurent qu une part marginale des transactions vers le Cap Vert. La Poste de Luxembourg propose les services de Western Union, auxquels les migrants font appel massivement pour des transferts urgents couvrant les besoins de consommation de la famille. Les transferts informels sont pratiqués souvent lors d un retour au pays. Au Cap Vert, grâce à la législation favorable, le secteur bancaire capte une part significative des transferts des migrants sous forme d épargne, car elle constitue des ressources stables pour les banques. Un des deux acteurs principaux du secteur bancaire, la Caixa Economica joue un rôle actif en microfinance et gère directement depuis plusieurs années quatre lignes de micro-crédit, tout en étant agent WU et assurant l alimentation du réseau des sous-agents dans l archipel. L autre acteur principal, la BCA se concentre sur son métier de banque universelle, sans activité particulière en microfinance, bien qu une demande de la clientèle existe. WU bénéficie d un réseau étendu de 30 agents et sous-agents dans l archipel grâce aux partenariats signés avec Caixa Economica et les Postes du Cap Vert, qui lui permettent de couvrir géographiquement les îles de l archipel. Les ONG et associations communautaires constituent de véritables relais de microfinance, à la fois grâce à la connaissance des besoins des populations, et à l approche participative de la politique de décentralisation. Certaines associations ont renforcé leur capacité institutionnelle, et acquis une expérience significative dans la distribution et la gestion de micro-crédits. En effet, depuis 1997, ACDI/Voca a contribué à diffuser une culture microfinance au sein du tissu associatif, sur la base d un projet de distribution de micro-crédits, complété par des actions continues de formation et d assistance technique. Morabi et OMCV ont ainsi bénéficié de ce savoir-faire et proposent également des micro-crédits à leurs membres. Les ONG se sont regroupées au sein de la plateforme des ONG, et les organisations spécialisées en microfinance au sein de la FAMEF, afin de bénéficier de l effet de taille en matière de négociation et d équipements. Le développement potentiel de la microfinance au Cap Vert repose à la fois sur des facteurs défavorables comme l isolement géographique, la dispersion géographique et le climat, et des facteurs favorables comme la stabilité du régime politique, un taux de croissance élevé assuré par les services, et l impact significatif des transferts des migrants sur la population locale et le système bancaire. Le cadre légal des activités de microfinance n étant pas encore finalisé, une concertation des acteurs du secteur a été initiée sur le projet de loi concerné. Ce projet de loi devrait ensuite être ratifié par le Parlement en Des besoins d assistance technique persistent dans plusieurs domaines, malgré le savoir-faire acquis depuis plusieurs années par les ONG et associations communautaires. La tradition capverdienne du mouvement associatif, de solidarité entre les communautés, et l existence d un acteur public en charge des relations entre la diaspora et le pays d origine, sont des facteurs fondamentaux pour encourager le soutien du secteur de la microfinance par l épargne des migrants. Un plan d action efficace repose sur l implication active de l ensemble des acteurs concernés, afin de susciter la prise de conscience, de stimuler la fibre communautaire, et d offrir un panel de services adapté aux attentes de la clientèle concernée. Un déficit d image affecte le secteur bancaire, et éloigne certains migrants des services de transferts internationaux assurés par les banques. Ces derniers utilisent les services d un MTO ou les transferts informels. 8

11 SYNTHESE L orientation d une partie de l épargne des migrants vers le secteur de la microfinance pourrait s envisager par le lancement de plusieurs actions dans les domaines suivants : - Lancement d une étude marketing afin de segmenter la clientèle des migrants, et affiner les moyens proposés - Satisfaire les attentes d une clientèle ciblée, en améliorant les services proposés par des guichets spécialisés - Stimuler la fibre communautaire grâce à une politique de communication adaptée - Encourager le financement d activités de microfinance en proposant des produits spécifiques d épargne - Mettre en place une ligne de crédit spécialisée en faveur d une banque capverdienne active en microfinance - Assurer une assistance technique définie sur la base des besoins exprimés par les acteurs locaux. La taille relativement réduite du Cap Vert, et la volonté du gouvernement capverdien en matière de lutte contre la pauvreté par la décentralisation, permettent d envisager des résultats rapides en matière de distribution de micro-crédits, dès que la loi microfinance sera votée. Le tissu associatif dense, le rôle clé des collectivités locales, et le savoir-faire au sein des ONG et associations communautaires constituent également des facteurs favorables. La relation historique entre la BCEE et la Caixa Economica pourrait servir de base à une action ciblée du Grand-Duché. 9

12 Le transfert d argent des migrants : le cas Luxembourg - Cap Vert 10

13 ETUDE INTRODUCTION GÉNÉRALE 1. Caractéristiques géographiques et climatiques du Cap Vert Le Cap Vert, situé à environ 600 km à l ouest des côtes du Sénégal, est composé d un archipel de 10 îles, pour la plupart montagneuses, dont 9 sont habitées. L archipel est scindé en deux groupes d îles : le groupe du nord appelé Barlavento, et le groupe du sud, plus peuplé, appelé Sotavento. Les îles du Cap Vert, colonisées par les Portugais en 1456, ont été initialement peuplées par de nombreux esclaves venant du continent africain. Au cours de leur histoire, les populations locales ont subi de nombreuses famines causées par la sécheresse, qui ont provoqué un exode massif à l étranger, notamment vers les USA au début du 20 e siècle. A titre d exemple, le pays a souffert de 2 famines consécutives à la fin des années 40, famines qui ont provoqué la mort de 25% des résidents de l époque. L archipel, soumis à l influence d un climat sahélien, souffre notamment d un manque de pluie, associé à une faible surface de terres arables (environ 10% de la surface totale). La production agricole ne couvre que 10 à 15% des besoins alimentaires de la population, ce qui rend le pays chroniquement dépendant de l aide internationale. La sécheresse, considérée comme une composante structurelle de la planification nationale, reste un facteur de vulnérabilité des populations rurales et une source d insécurité alimentaire. De plus, le manque de ressources naturelles exploitables conditionne sérieusement les possibilités de développement. Des facteurs climatiques et historiques expliquent ainsi l importance relative de la diaspora capverdienne, notamment jusqu en 1975, année de l indépendance. 11

14 Le transfert d argent des migrants : le cas Luxembourg - Cap Vert 2. L importance de la diaspora capverdienne L émigration cap verdienne a été marquée par 3 périodes principales durant le 20 e siècle. La première vague remonte au début du 20 e siècle, époque durant laquelle les émigrants ont traversé l Atlantique pour se rendre aux USA, comme par ailleurs de nombreux Européens. La deuxième vague d émigration correspond à la mise en place de quotas d immigration aux Etats-Unis dans les années 20 et aux grandes famines des années 40. La majorité des migrants s est ainsi orientée vers le Portugal, l Afrique de l Ouest et l Amérique du Sud. Durant les années 60, les émigrés capverdiens ont rejoint le flux de migrants vers les pays de l Europe de l Ouest, cette 3 ème vague culminant à l époque de l indépendance en A la même époque, la migration de citoyens portugais vers les pays du nord de l Europe, a créé un déficit de main d œuvre non qualifiée au Portugal, phénomène qui a accéléré l arrivée de migrants capverdiens dans ce pays. Le Portugal a toujours été un pays de destination en Europe, mais le recrutement de marins capverdiens par le biais du port de Rotterdam a marqué le début de l immigration aux Pays-Bas, et plus généralement dans les pays d Europe du Nord. Ce mouvement a été freiné depuis la dernière décennie, en particulier par une politique plus restrictive d immigration dans les pays de destination, en Amérique du Nord et en Europe. Ce ralentissement du flux migratoire a généré une augmentation notable du taux de croissance de la population résidente. La caractéristique principale de la diaspora capverdienne repose sur une population plus nombreuse de migrants vivant à l étranger (estimée à plus de individus en 2001) que la population des résidents au Cap Vert (environ habitants). En 2000, la proportion de migrants par rapport à la population de résidents était estimée à 111% (source OCDE). Du fait de cette émigration massive qui a marqué le siècle dernier, l économie du Cap Vert dépend fortement des flux financiers venant de l étranger, en particulier des transferts des migrants. En conséquence, l impact des transferts des migrants s avère prépondérant dans l amélioration de la balance des paiements du pays, et contribue sensiblement à l élévation du niveau de vie de ses habitants, amélioration soutenue par la tradition capverdienne de solidarité au sein des communautés locales, mais également entre la diaspora et les résidents au pays. Cependant, l estimation des transferts informels et des transferts «en nature» reste difficile à appréhender, du fait de l absence de données statistiques fiables. 12

15 ETUDE 1. DÉFINITION DES TRANSFERTS DES MIGRANTS 1.1. Les transferts de migrants : définition Un transfert de migrant est un envoi transfrontalier de fonds, de la part d un individu qui travaille dans un pays étranger à une autre personne vivant dans le pays d origine. Ces transferts représentent une fraction des sommes gagnées par le labeur du travailleur migrant, et sont envoyées principalement à des membres de sa famille. Certains facteurs distinguent les transferts des migrants des autres catégories de paiements internationaux : - transactions entre individus ou entre individus et foyers - transferts entre pays relativement riches et foyers ou individus relativement pauvres dans le pays de réception - faible montant individuel et fréquence élevée (en général mensuelle) - augmentation de cette fréquence durant certaines périodes de l année (dates culturelles, religieuses) - transferts en augmentation en cas de ralentissement économique ou de difficultés (climatiques, politiques) dans le pays de réception - une part significative des transferts des migrants circule par les circuits informels. Comme les migrations internationales ont fortement augmenté notamment depuis les années 90, ces envois de fonds contribuent à maintenir le contact entre les membres de familles vivant dans des pays différents, à augmenter le niveau de vie dans le pays d origine, et améliorer la croissance économique des pays concernés. Pour les migrants et leurs familles, il est naturel d envoyer des fonds dans le pays d origine, afin de soutenir financièrement les membres de la famille, épargner sur le long terme, ou investir dans un actif immobilier pour le futur. En général, les bénéficiaires utilisent une grande partie de ces fonds pour les besoins quotidiens de consommation, mais également pour investir dans le «capital humain» (nourriture, éducation, santé, amélioration de l habitation) ou des actifs immobiliers ou économiques (achat d appartement, construction d une maison, lancement d une activité professionnelle). Les montants mensuels envoyés s avèrent en général relativement modestes, en moyenne de l ordre de 100 à 200, mais peuvent s élever à 1000, comme pour ceux envoyés par les migrants indiens vivant aux USA. On distingue deux catégories principales de transferts : les transferts formels et les transferts informels Les transferts formels Les transferts formels se présentent principalement comme des mouvements de fonds d un compte bancaire à un autre compte bancaire, en général par le biais du système de messages SWIFT, plus rarement par télex. Une part prépondérante des transferts formels est également assurée par des opérateurs spécialisés (MTO), comme Western Union ou Money Gram, qui assurent des transferts rapides, fiables et sécurisés, mais disposent également d un vaste réseau d agents et de sous-agents. Le premier type de transferts formels suppose que la personne initiant la transaction comme le bénéficiaire disposent d un compte bancaire ouvert dans un établissement financier. Le second type de transferts ne nécessite pas de compte bancaire, notamment au niveau du bénéficiaire. La World Bank estimait les transferts formels de migrants vers les PVD à 80 Mrds d USD en 2002 et à 93 Mrds en 2003, ce qui représente une croissance annuelle de 16% sur la période considérée 2002/2003. En 2003, l Amérique Latine et les Caraïbes ont reçu 30% des flux mondiaux de transferts formels de migrants, suivies par l Asie du Sud (20%), le Moyen Orient et l Afrique du Nord (18%), l Asie de l Est et le Pacifique (14%) l Europe et l Asie Centrale (13%) et enfin l Afrique sub-saharienne (5%). Le Cap Vert est intégré dans cette dernière région, mais se distingue notamment par le pourcentage relatif élevé des transferts des migrants dans le PIB (13% en 2003). 13

16 Le transfert d argent des migrants : le cas Luxembourg - Cap Vert Le tableau ci-dessous représente la part relative dans le PIB des transferts des migrants pour certains pays de la zone géographique concernée : West African Countries : Workers remittances (Per cent of GDP, average ) % of GDP Cape Verde Nigeria Benin Senegal Ghana Togo Guinea 13.20% 5.00% 3.00% 2.70% 0.70% 0.30% 0.20% Source : UNDP 2002 Du fait de certaines insuffisances de reporting, notamment au sein de certains PVD, et de l impact conséquent des transferts informels, ces montants restent probablement sous-estimés. Durant la dernière décennie, les estimations disponibles attestent d un triplement du volume entre 1990 et 2003 (de 30,4 Mrd à 93 Mrd USD). Les transferts des migrants ont notamment dépassé le volume de l aide officielle au développement dès 1995, et occupent la deuxième place juste dernière les investissements directs étrangers. Actuellement, les transferts des migrants constituent un flux financier stable et soutenu vers les PVD, et leur volume croissant a été mis en exergue par les acteurs internationaux et les bailleurs de fonds des pays donateurs. 3 facteurs fondamentaux expliquent l importance croissante de ce type de transferts pour la communauté internationale : -Les transferts des migrants représentent la 2 e source de fonds externes pour les PVD, juste derrière les investissements directs étrangers et dépassent l aide internationale au développement. -Ces fonds, source stable de devises pour les PVD, contribuent à l amélioration de la balance des paiements, des réserves de change, et au bien-être des foyers bénéficiaires. -Le volume de ces transferts devrait encore augmenter dans le futur, et connaître un taux de croissance significatif, bien que le taux de croissance global des migrations semble diminuer Les transferts informels Les transferts informels consistent en un ensemble de moyens de mise à disposition de fonds directement par le migrant lui-même ou par des intermédiaires. Le mécanisme le plus connu est le migrant rapportant une somme d argent à sa famille lors d un voyage dans son pays d origine, ou confiant cette somme à des amis ou relations qui se rendent dans le pays concerné. D autres systèmes opèrent comme des services annexes à une activité de services, telle que l import-export, le commerce de détail, de pierres précieuses ou de métaux précieux, le bureau de change, l agence de voyage. Enfin certains transferts informels sont associés à des pratiques particulières d une communauté religieuse ou ethnique (Hundi, Hawala). Les transferts informels requièrent en général peu de documentation, et le détail de la transaction peut être communiqué par téléphone, fax ou à la contrepartie qui mettra l argent à disposition du bénéficiaire. Le bénéficiaire utilisera un mot de passe, ou un autre moyen d identification afin de sécuriser la transaction. Ce type de transfert est particulièrement adapté à une population peu lettrée (voir illettrée), non bancarisée et peu familiarisée avec les formalités administratives. Alors que les transferts formels sont enregistrés dans le système comptable d un établissement, aucun support enregistré n est en général disponible pour les transferts informels. De grandes variations ont été constatées selon les pays, basées sur le poids des traditions au sein des populations, le niveau de confiance dans le système bancaire, ou sur la densité du réseau bancaire dans le pays d accueil. 14

17 ETUDE Concernant la masse des transferts informels, les estimations des experts varient entre 50 et 100% du volume des transferts formels, voir plus de 100% pour certains pays destinataires connaissant une crise politique, disposant d un faible secteur financier, ou soumis à un strict contrôle des changes. Le cycle des transferts des migrants est illustré par le schéma ci-dessous : The cycle of remittances and the players 15

18 Le transfert d argent des migrants : le cas Luxembourg - Cap Vert 16

19 ETUDE 2. SYNTHESE DES ETUDES SUR LES TRANSFERTS DES MIGRANTS Du fait de l importance croissante des transferts des migrants dans les flux internationaux, de nombreuses études ont été menées sur le sujet qui ont fait apparaître certains points communs entre les régions ou les pays concernés, mais surtout de nombreuses différences. Bien que cette étude soit limitée aux transferts internationaux des migrants entre pays développés et PVD, les transferts régionaux de migrants et les transferts domestiques de migrants peuvent également être influencés par des facteurs similaires. En effet, le marché du transfert d argent des migrants comporte plusieurs segments, aux facettes plus ou moins complexes et toujours en relation avec les facteurs suivants : - l approche culturelle des ressortissants du pays face à l argent - le nombre d acteurs formels au point d entrée dans le pays d accueil - la densité des acteurs formels dans le pays de destination - l accessibilité des bénéficiaires aux services disponibles. Cette diversité entre mode de transfert et pays concernés peut être illustrée par les données du tableau ci-dessous : Surveys of remittances recipients in different countries or regions Philippines Bangladesh Latin America Mexico Channels Banks 49% 46% 20% 8% MTO/Money couriers 37% - 41% n/a Posts n/a - 14% 68% Other formal n/a - n/a 5% Self/travellers 14% 13% 15% 19% Informal service n/a 40% n/a n/a Source Bannock Consulting June 2003 Nous pouvons examiner les transferts des migrants entre le point d entrée et le point d arrivée de la transaction selon le schéma suivant : - les canaux de transfert disponibles dans le pays d accueil, et la densité de l offre de services au point d entrée - la qualité d accès à ces services et le coût associé - le mode de distribution et la densité des agents disponibles dans le pays bénéficiaire, point d arrivée. 17

LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL

LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL 1. INTRODUCTION Depuis la nuit des temps, les peuples ont immigré d un espace vers un autre.

Plus en détail

Elaborer une stratégie d'offre de service de transfert d'argent

Elaborer une stratégie d'offre de service de transfert d'argent Elaborer une stratégie d'offre de service de transfert d'argent BIM n - 11 octobre 2005 Karin BARLET Depuis dix ans, le nombre de migrants augmente à travers le monde et les données disponibles sur les

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families

Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families Promoting innovative remittance markets and empowering migrant workers and their families Mécanisme de financement pour l envoi de fonds (FFR) Marché des transferts de fonds au Sénégal Enseignements retirés

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

contact@e-mfp.eu www.e-mfp.eu

contact@e-mfp.eu www.e-mfp.eu Microfinance institutions linking remittances to development: les institutions de microfinance permettant aux transferts d être un levier de développement Présentation de l'umpamecas Date de création :

Plus en détail

Codéveloppement rapport E Besson F. Delalande, 21 octobre 2008

Codéveloppement rapport E Besson F. Delalande, 21 octobre 2008 Codéveloppement rapport E Besson F. Delalande, 21 octobre 2008 Note sur le rapport d Eric BESSON, secrétaire d Etat chargé de la prospective, de l évaluation des politiques publiques et du développement

Plus en détail

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr États-Unis Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Les défis du marketing des services financiers

Les défis du marketing des services financiers Le marketing des services financiers Guide d auto-apprentissage PREMIÈRE LEÇON Les défis du marketing des services financiers Objectif: Présenter les bases du marketing, en particulier les concepts d information

Plus en détail

Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois

Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois Lucie Bertille MOTUIN IPDSR, UCAD Symposium international de l IPDSR, 18-20 novembre 2009 Dakar, Sénégal

Plus en détail

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours)

Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Synthèse du projet de rapport. (travaux en cours) Financements innovants pour l agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition Synthèse du projet de rapport (travaux en cours) Au vu de l urgente nécessité d accroître les investissements dans l agriculture,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com

DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com - 1 - Lille/Paris, le 5 juin 2007 Sommaire La carte Flouss.com... p. 3 La première carte de transfert d argent depuis la France p. 5 Une carte aux couleurs de Banque

Plus en détail

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger Expérience du Groupe Banque Populaire Neuvième édition du Forum pour le développement de l Afrique les Marocains Du Monde en

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement.

Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement. Table Ronde autour des différents métiers financés par le secteur de la Micro finance Marocaine et son potentiel de développement Xavier Reille Responsable département "Accès aux Services Financiers" de

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La Banque européenne d investissement en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La banque de l UE La Banque européenne d investissement, la banque

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Ménage/Haushalt. Etude comparative des frais bancaires usuels. de Konsument. (mai 2010)

Ménage/Haushalt. Etude comparative des frais bancaires usuels. de Konsument. (mai 2010) Etude comparative des frais bancaires usuels (mai 2010) En novembre 2008, l ULC avait réalisé une étude destinée à comparer les frais bancaires usuels appliqués par six banques luxembourgeoises. Le même

Plus en détail

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008

Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Le secteur financier dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) Aperçu pour les réunions annuelles 2008 Dans l ensemble, le secteur financier dans les pays de la région MENA continue de jouer

Plus en détail

PROJET DE LOI. autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1009174L/Bleue PROJET DE LOI autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement ------

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux DOSSIER DE PRESSE Services de change et de gestion des paiements internationaux Janvier 2014 Fiche d identité de FX4Biz Date de création 2012 : FX4Biz Belgique Type de société SA de droit Belge au capital

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales?

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? À seulement cinq ans de l échéance de 2015 fixée pour les OMD, de nombreux pays ont réalisé d importants progrès quant à la réalisation

Plus en détail

RÉSUMÉ CLIENTS. Petite (moins de 5 000) Moyenne (5 000 à 25 000) Moyenne à grande (25 000 à 50 000) Grande (plus de 50 000) Autre (spécifier)

RÉSUMÉ CLIENTS. Petite (moins de 5 000) Moyenne (5 000 à 25 000) Moyenne à grande (25 000 à 50 000) Grande (plus de 50 000) Autre (spécifier) NOM DU PRODUIT ORBIT NOM DU FOURNISSEUR NEPTUNE Évaluation 2009* Avril 2010 Évaluations précédentes 2005 RÉSUMÉ Impression générale Orbit est une solution complète qui répond en très grande partie aux

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l office des Nations Unies à Genève

Monsieur le Directeur Général de l office des Nations Unies à Genève Monsieur le Directeur Général de l office des Nations Unies à Genève Monsieur le Directeur général de l organisation internationale pour les migrations Messieurs les Ministres, Messieurs les délégués,

Plus en détail

Chapitre 5 : Les paiements et le change.

Chapitre 5 : Les paiements et le change. I) Les instruments de paiement. A. Les instruments de paiement classique. 1. La notion de paiement scriptural. Chapitre 5 : Les paiements et le change. Les billets de banque (monnaie fiduciaire) ne sont

Plus en détail

Croissance et développement en Afrique subsaharienne

Croissance et développement en Afrique subsaharienne Croissance et développement en Afrique subsaharienne Thèmes La création de richesses et la croissance économique 2.1 Les finalités de la croissance Le développement économique 2.2 La dynamique de la croissance

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Octopus Microfinance

Octopus Microfinance NOM DU PRODUIT Octopus Microfinance Suite v. 2.6 NOM DU FOURNISSEUR Octopus Microfinance Évaluation 2009* Septembre 2009 Évaluations précédentes Sans objet RÉSUMÉ Impression générale Octopus est une nouvelle

Plus en détail

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA Année 2014 DIRECTION GENERALE DES OPERATIONS ET DES ACTIVITES FIDUCIAIRES Direction des Systèmes et Moyens de Paiement SITUATION

Plus en détail

Document de synthèse

Document de synthèse Document de synthèse Réalisation d une plateforme financière novatrice pour la canalisation et la valorisation des remises d argent à travers les Institutions de Micro finance dans le couloir Italie-Sénégal

Plus en détail

LE MOBILE BANKING EST-IL

LE MOBILE BANKING EST-IL THE 2ND INTERNATIONAL CONFERENCE ON INSTITUTIONAL AND TECHNOLOGICAL ENVIRONMENT FOR MICROFINANCE LE MOBILE BANKING EST-IL EFFICACE POUR OFFRIR DES SERVICES FINANCIERS AUX NON- BANCARISÉS? Djamchid Assadi

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Sommaire Extrait standard des tarifs...3 Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte...4 Relevés de votre compte...4 Services

Plus en détail

BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques

BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques BIM: La société de services en microfinance: deux cas pratiques Mardi 13 janvier 2004 Karin BARLET Nous vous proposions le 25 novembre dernier un Bim sur les schémas d intervention des banques commerciales

Plus en détail

Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire»

Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» L étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» a été publiée en avril 2013 dans les Cahiers de l Afrique de l Ouest de l OCDE/CSAO.

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

PLANET GUARANTEE MALI. One World to protect

PLANET GUARANTEE MALI. One World to protect PLANET GUARANTEE MALI One World to protect Sommaire Sommaire I. Présentation de PlaNet Guarantee II. Présentation de PlaNet Guarantee Mali I. Assurance Récolte Sahel II. Santé pour tous III. Lakana 2 3

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1126778L/Bleue-1 -----

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1126778L/Bleue-1 ----- RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

Quelle microfinance pour l agriculture des pays en développement Réflexion de l Arménie

Quelle microfinance pour l agriculture des pays en développement Réflexion de l Arménie 2007 Ensemble Vers laprospérité Ensemble Vers la Prospérité Quelle microfinance pour l agriculture des L Arménie, ancienne république socialiste soviétique, a accédé à l indépendance en 1990. Dès 1991,

Plus en détail

Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles

Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles Investor Services Votre partenaire pour les solutions de fonds individuelles Un partenariat fiable Avec la bonne expertise vers le succès Des arguments qui font la différence Les avantages d une solution

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE AMELIORATION DU PROCESSUS DE GESTION DES LIQUIDITES ET OPTIMISATION DES ACTIFS

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE AMELIORATION DU PROCESSUS DE GESTION DES LIQUIDITES ET OPTIMISATION DES ACTIFS SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE AMELIORATION DU PROCESSUS DE GESTION DES LIQUIDITES ET OPTIMISATION DES ACTIFS RENACA BENIN MARS 2015 Avec l appui

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

Le financement de la microfinance à travers les fonds solidaires. Forum des Innovations Financières pour le Développement 4 mars 2010

Le financement de la microfinance à travers les fonds solidaires. Forum des Innovations Financières pour le Développement 4 mars 2010 Le financement de la microfinance à travers les fonds solidaires Forum des Innovations Financières pour le Développement 4 mars 2010 Sommaire 1. Définition des «fonds solidaires» et des entreprises solidaires

Plus en détail

CGAP. Note du. Août 2007. L endettement : les IMF se livrent-elles à un calcul du coût intégral de tous les types d emprunts?

CGAP. Note du. Août 2007. L endettement : les IMF se livrent-elles à un calcul du coût intégral de tous les types d emprunts? CGAP Note du Août 2007 Le processus de décision des IMF en matière de structure du capital : pour une approche plus réfléchie et plus méthodique Les institutions de microfinance (IMF) ont aujourd hui à

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

Single Euro Payments Area S PA

Single Euro Payments Area S PA Single Euro Payments Area S PA SEPA 3 Table des matières p.4 p. 6 p. 6 p. 8 p. 9 p.14 Qu est-ce que le SEPA? Pourquoi introduire le SEPA? Où le SEPA s applique-t-il? A partir de quand le SEPA s appliquera-t-il?

Plus en détail

Le Private Banking international au cœur de l Union européenne Luxembourg

Le Private Banking international au cœur de l Union européenne Luxembourg Le Private Banking international au cœur de l Union européenne Luxembourg CREDIT SUISSE (LUXEMBOURG) S.A. Le Luxembourg, un centre financier international de premier ordre La place financière luxembourgeoise,

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire

Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire Stratégie intersectorielle Le partenariat FIDA/FBSA pour la sécurité alimentaire Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté Valeur ajoutée d une stratégie intersectorielle

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité MINISTERE D ETAT CHARGE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DES GUINEENS DE L ETRANGER ====== MINISTERE DELEGUE DES GUINEENS DE L ETRANGER INTERVENTION DE MADAME

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle II, Luxembourg, le 26 Juin 2014-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle III, Luxembourg, le 30 Juin 2015-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Ethiopie : des micro-crédits pour sortir de la pauvreté

Ethiopie : des micro-crédits pour sortir de la pauvreté Ethiopie : des micro-crédits pour sortir de la pauvreté Renforcement des services financiers de l institution SFPI en faveur des microentrepreneurs ruraux du centre de l'ethiopie Malgré une forte croissance

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

Groupe Cornèr Banque. Produits et services pour la Clientèle privée. Vos valeurs, nos valeurs.

Groupe Cornèr Banque. Produits et services pour la Clientèle privée. Vos valeurs, nos valeurs. Groupe Cornèr Banque Produits et services pour la Clientèle privée Vos valeurs, nos valeurs. Services de base 2 Private Banking 4 Markets 7 Crédits et Commercial 8 Services Cornèronline 9 CornèrTrader

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Le banquier idéal des Français et des Américains

Le banquier idéal des Français et des Américains pour Le banquier idéal des Français et des Américains Février 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Banque Echantillons : France : Echantillon de 1000 personnes,

Plus en détail

Le Crédit Coopératif, un banquier expert de la microfinance, au service des acteurs de l économie sociale et solidaire

Le Crédit Coopératif, un banquier expert de la microfinance, au service des acteurs de l économie sociale et solidaire Dossier de presse Septembre 2012 Le Crédit Coopératif, un banquier expert de la microfinance, au service des acteurs de l économie sociale et solidaire Contacts presse Crédit Coopératif Claude Sevaistre

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité

AXA Rendement Période de souscription : Durée d investissement conseillée éligibilité AXA Rendement AXA Rendement est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Assurer la sécurité de l Internet

Assurer la sécurité de l Internet Assurer la sécurité de l Internet Didier KLA, Président Internet Society Cote d Ivoire INET DAKAR, 3 Novembre 2009 Agenda Introduction Etat des lieux du développement de l Internet Renforcement de la sécurité

Plus en détail

2. Les opérateurs de transferts de fonds

2. Les opérateurs de transferts de fonds 2. Les opérateurs de transferts de fonds Sur la période récente, on a pu observer une progression de l ordre de 15 % par an du marché des transferts formels. Cette évolution ne renvoie ni à une progression

Plus en détail

Rapport de Performance Sociale 2010 Activité Microfinance BNP Paribas

Rapport de Performance Sociale 2010 Activité Microfinance BNP Paribas Rapport de Performance Sociale 2010 Activité Microfinance BNP Paribas 1 sommaire Editorial François Debiesse et Emmanuel de Lutzel Mission et objectifs de l activité Microfinance BNP Paribas Rapport de

Plus en détail

Etude qualitative du marché sénégalais Mobile Banking

Etude qualitative du marché sénégalais Mobile Banking REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI MINISTERE DE LA FEMME, DE L ENFANCE ET DE L'ENTREPRENARIAT FEMININ ---------------------DIRECTION DE LA MICROFINANCE Etude qualitative du marché sénégalais

Plus en détail

Migration, transferts d argent et marchés financiers au Mexique : Comment créer des liens?

Migration, transferts d argent et marchés financiers au Mexique : Comment créer des liens? Migration, transferts d argent et marchés financiers au Mexique : Comment créer des liens? BIM n - 20 juin 2005 Emmanuelle BOUQUET Deux BIM ont déjà traité de la question des transferts d argent par les

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE 9.1 LE SYSTÈME BANCAIRE AMÉRICAIN Contrairement aux banques de plusieurs pays, les banques américaines ne sont ni détenues ni gérées par le gouvernement. Elles offrent des

Plus en détail

Les banques commerciales en microfinance

Les banques commerciales en microfinance Les banques commerciales en microfinance BIM n - 25 novembre 2003 Karin BARLET Les banques commerciales classiques ont-elles leur place en microfinance? Sont-elles réellement attirées par ce secteur sur

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options. Lahcen Achy. Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté: forces, limites et options stratégiques Lahcen Achy Casablanca, Maroc 16 Septembre 2010 Point de départ Le Maroc a enregistré une baisse significative

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail