Atelier Transferts de fonds et développement au Sénégal Dakar, Mars 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atelier Transferts de fonds et développement au Sénégal Dakar, 20-21 Mars 2014"

Transcription

1 Atelier Transferts de fonds et développement au Sénégal Dakar, Mars 2014 Synthèse pays Mécanisme de financement pour l envoi de fonds

2 La présente publication peut être reproduite en tout ou en partie sans l autorisation préalable du FIDA, à condition que la source soit indiquée par l éditeur et qu une copie du texte publié soit envoyée au FIDA Fonds international de développement agricole (FIDA) Imprimé en décembre 2014

3 Table des matières Sigles et acronymes Synthèse des données clés Volumes et affectations des flux... 5 Total des fl ux reçus... 5 Origine des fl ux... 5 Affectation des fl ux et comportements des ménages récipiendaires et des migrants Infrastructure de marché... 9 Réglementation... 9 Caractéristiques des agents payeurs Coûts des transferts d argent Adéquation de l offre aux besoins des migrants Innovations technologiques au niveau des transferts nationaux et régionaux Synthèse des enjeux pour le développement du marché Niveau macro Niveau méso...17 Niveau micro Annexes: projets d appui aux envois de fonds des migrants Projets d appui du FIDA Projets d éducation fi nancière Le Programme d appui aux initiatives de solidarité pour le développement (PAISD) Tableaux Tableau 1: Évolution des transferts offi ciels de fonds reçus des migrants dans l UEMOA (en milliards de FCFA)... 5 Tableau 2: Origine géographique des fl ux reçus au Sénégal... 6 Tableau 3: Comportements d envois des migrants internationaux d Afrique et hors d Afrique... 6 Tableau 4: Origine géographique des fl ux reçus selon le lieu de résidence et l activité pour les ménages à faible revenu... 7 Tableau 5: Part de marché en volume par enseigne de STA (2010) Tableau 6: Points de service selon le type de prestataire de services fi nanciers...11 Tableau 7: Coût moyen pour le transfert de 200 USD, de la France et de l Italie vers le Sénégal Tableau 8: Services et produits fi nanciers proposés par types d intermédiaire fi nancier...14

4 ATELIER TRANSFERTS DE FONDS ET DÉVELOPPEMENT AU SÉNÉGAL SYNTHÈSE PAYS Sigles et acronymes AFI Alliance for Financial Inclusion BCEAO Banque centrale des États de l Afrique de l Ouest BHS Banque de l habitat du Sénégal BICIS Banque internationale pour le commerce et l industrie du Sénégal BIMAO Banque des institutions mutualistes de l Afrique de l Ouest BIT/OIT Bureau international du Travail/Organisation internationale du Travail CBAO Compagnie bancaire de l Afrique occidentale CCP Compte courant postal CGAP Groupe consultatif d assistance aux pauvres CMS Crédit mutuel du Sénégal EFCB Établissement fi nancier à caractère bancaire EME Établissement de monnaie électronique FCFA Franc de la communauté fi nancière d Afrique FDF Formation des formateurs FIDA Fonds international de développement agricole GAB/DAB Guichet automatique de banque/distributeur automatique de billets IFS International Financial System IMF Institution de microfi nance MEI Mandat Express International MFEF Mécanisme de fi nancement pour l envoi de fonds MIX Market Information Exchange OCDE Organisation de coopération et de développement économiques OFII Offi ce français de l immigration et de l intégration PAISD Programme d appui aux initiatives de solidarité pour le développement PAMECAS Partenariat pour la mobilisation de l épargne et le crédit au Sénégal PIB Produit intérieur brut SFD Système fi nancier décentralisé SGBS Société générale de banques au Sénégal STA Société de transfert d argent UEMOA Union économique et monétaire ouest-africaine UPU Union postale universelle 2

5 1 Synthèse des données clés Migrants Envois de fonds internationaux Ménages bénéficiaires Montant moyen par envoi Coût moyen des envois de fonds Institutions impliquées et points de paiement Cadre réglementaire et environnement concurrentiel entre et établis pour la plupart en France, en Gambie et en Italie 703,7 milliards de FCFA / 1,53 milliard d USD / 1,07 milliard d EUR en 2013, selon les données estimatives de la Banque mondiale, soit 10,4% du PIB. Un marché des transferts rapides en espèces formels de l ordre de transactions par mois ménages (32% des ménages) reçoivent des fonds, qui représentent 40% de leur revenu; 70% à 85% affectés à la consommation courante; 31% des familles récipiendaires n ont pas de comptes formels; 58% des familles récipiendaires ont constitué une épargne; Les familles bénéfi ciaires épargnent deux fois plus que les non bénéfi ciaires. 300 USD /210 / FCFA 3, huit fois par an. 8%, aligné sur le taux appliqué dans les autres pays africains. Les sociétés de transfert d argent (STA) internationales, en partenariat avec les banques et la Poste, qui proposent également des services de transfert en propre points de paiement pour les transferts internationaux à 46% en zone rurale et un réseau de paiement de proximité par mobile supérieur à points répartis sur l ensemble du territoire. Les clauses d exclusivité des STA internationales sont contestées, et il est possible pour un intermédiaire fi nancier de proposer plusieurs enseignes de STA. Les institutions de microfi nance (IMF), y compris celles supervisées par la Banque centrale des États de l Afrique de l Ouest (BCEAO), ne sont pas autorisées à effectuer des opérations avec l étranger, les obligeant à établir des partenariats avec des banques. Pour le paiement domestique et surtout régional, un dispositif réglementaire se développe pour encadrer les différents intervenants dans la chaîne de valeur de paiement de proximité avec l émergence de nouvelles catégories réglementaires, telles que les établissements fi nanciers de paiement, de monnaie électronique et les intermédiaires en opération de banque. 1 Organisation des Nations Unies, Ministre chargé des Sénégalais de l extérieur, Le Soleil, 11 juillet Aux fi ns du présent document, le taux de change utilisé est celui de 460 FCFA pour 1 USD, sauf indication contraire. 3

6 ATELIER TRANSFERTS DE FONDS ET DÉVELOPPEMENT AU SÉNÉGAL SYNTHÈSE PAYS Canaux et modes de réception Produits pour les migrants et vente croisée de services aux récipiendaires Inclusion financière et comportement financier des populations à faible revenu Les transferts en espèces dominent très largement le marché avec 85% des fonds reçus par l entremise des STA. Le canal informel (10% 4 à 20% 5 des fl ux informels) est progressivement absorbé grâce au développement du maillage des points de paiement des STA sur l ensemble du territoire, excepté pour les zones rurales à l écart des villes secondaires et grands axes routiers. Les options d ouverture de compte et d alimentation à distance de compte à moindre coût existent pour certaines banques et Postefi nances, tandis que les produits de fi nancement de l habitat sont quasiment limités à une banque (Banque de l habitat du Sénégal [BHS]). Les IMF expérimentent des solutions d approvisionnement des comptes à distance qui restent à consolider et à développer en échelle et en qualité. La vente croisée de services auprès des familles récipiendaires tant pour les banques que pour les IMF n est pas envisagée de façon systématique. Certaines IMF ont entrepris, de façon ponctuelle, des actions d éducation fi nancière auprès des familles des migrants. Taux de bancarisation des adultes (âgés de plus de 15 ans): 8,24% 6 auprès des banques et 23% 7 en incluant les systèmes fi nanciers décentralisés (SFD) 8. Comportements fi nanciers des ménages à faible revenu 9 vis-à-vis des services fi nanciers au cours des 12 derniers mois: 66% épargnent de façon formelle ou informelle; 43% ont envoyé de l argent (au Sénégal essentiellement) et 66% ont reçu de l argent (du Sénégal et de pays hors d Afrique principalement); 47% disposent d un compte ou d un portefeuille électronique (35% auprès d IMF, 22% auprès de banques, 6% détiennent un portefeuille électronique); 50% ont emprunté (principalement auprès de leurs proches); 7% ont souscrit à une assurance 4 BCEAO, OIT, Au 31/12/2012, BCEAO, Note d information 36, 4 e trimestre Enquête nationale auprès des populations faiblement bancarisées 2011, Observatoire de la qualité des services fi nanciers, Ministère de l économie et des fi nances, République du Sénégal, décembre BCEAO. Sauf mention contraire, le taux de bancarisation calculé par la BCEAO rapporte le nombre de compte bancaire particulier à la population adulte âgée de plus de 15 ans. 9 La taille moyenne des ménages est de 9,3 personnes au Sénégal en 2010 (DHS-MICS). Ménages dont la moyenne de revenu rapportée à chaque membre du ménage s établit mensuellement à FCFA à Dakar, FCFA dans les autres villes (zones urbaines), FCFA dans les zones rurales. Étude du Groupe consultatif d assistance aux pauvres (CGAP) sur la Cartographie de la demande et de l utilisation des services fi nanciers par les populations à bas revenus au Sénégal, rapport fi nal août

7 2 Volumes et affectations des fl ux Total des flux reçus Les envois de fonds ont représenté 10,3% du PIB du Sénégal en 2011 avec 702,5 milliards de FCFA (BCEAO, 2013). Le Sénégal représente ainsi près de la moitié des envois de fonds reçus dans l Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Les envois de fonds des migrants permettent de réduire de plus de la moitié le déficit courant (hors dons) de la balance courante des paiements (de -18,5% à -8,2% du PIB), limitant ainsi la dépendance aux donations et à l endettement extérieur. Origine des flux Les envois de fonds proviennent majoritairement des pays européens, ce qui explique, dans une certaine mesure, la faible part de flux informels au niveau agrégé, avec toutefois une prévalence plus marquée du canal informel dans les zones rurales, caractérisées par un manque d infrastructure et de culture financière formelles. En règle générale, les migrants installés en Europe, aux États-Unis et au Canada tendent à envoyer davantage de fonds dans leur pays que ceux qui ont migré en Afrique et dans d autres régions du monde. En effet, 81% des migrants sénégalais en Europe et 79% de ceux qui se sont installés aux États-Unis et au Canada envoient de l argent à leurs proches, contre 60% dans les pays de l UEMOA, et 65% dans d autres pays d Afrique 10. Tableau 1: Évolution des transferts officiels de fonds reçus des migrants dans l UEMOA (en milliards de FCFA) Bénin Côte d Ivoire Mali Sénégal Source: BCEAO, 2013 Burkina Guinée-Bissau Niger Togo 10 Organisation internationale pour les migrations, Migration au Sénégal, Profi l national 2009 (citant les statistiques pour l année 2001 publiées en 2004 par l Agence nationale de la statistique et de la démographie). 5

8 ATELIER TRANSFERTS DE FONDS ET DÉVELOPPEMENT AU SÉNÉGAL SYNTHÈSE PAYS Tableau 2: Origine géographique des flux reçus au Sénégal Autres 1% Amérique 7% Afrique 9% Europe 83% Autres - 1% Amérique - 7% Italie - 45% Autres Afrique - 7% Afrique de l Ouest - 2% Autres Europe - 5% France - 21% Espagne - 12% Source: BCEAO, 2013 Les flux informels représenteraient 10,4% au Sénégal selon l étude de la BCEAO 11 et 13% pour les envois en provenance de pays de l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) selon une étude de la Banque mondiale en Ce niveau de formalisation des flux s explique également par un environnement compétitif entre enseignes de STA, favorisé par une levée graduelle des clauses d exclusivité et la présence sur le marché des IMF décentralisées et de la Poste qui complètent le maillage des banques. Tableau 3: Comportements d envois des migrants internationaux d Afrique et hors d Afrique Europe, Amérique Afrique Sénégal Propension à envoyer Montant moyen FCFA 80% 65% 43% Fréquence/an 8 n.a. n.a. Informel 10%-15% 62% 54% Sources: IFAD, BCEAO, CGAP 11 L enquête a porté sur un échantillon de 501 ménages, dont 321 à Dakar, 100 à Diourbel et 80 à Louga. 6

9 2 VOLUMES ET AFFECTATIONS DES FLUX Affectation des flux et comportements des ménages récipiendaires et des migrants Malgré cette manne financière importante au niveau global comme au niveau des budgets des familles récipiendaires, les effets sur la bancarisation et l investissement restent faibles. Sur la base de l enquête de la BCEAO de 2013 auprès de 500 ménages, l affectation est essentiellement destinée aux dépenses de consommation des ménages. Avec 70% des montants reçus affectés à la consommation, le Sénégal est le seul pays de l UEMOA où l utilisation des transferts pour la consommation est supérieure à 50%, tandis que l investissement productif, avec seulement 1,2% des montants reçus qui y seraient consacrés, est le plus faible pour toute la sous-région 12. Selon une étude de l Organisation internationale du Travail (OIT) réalisée en , sept ménages sénégalais sur dix ont un membre de leur famille qui vit à l étranger et trois ménages sur dix reçoivent des fonds en provenance de l étranger, pour un montant moyen unitaire d environ 300 USD/ FCFA, à une fréquence moyenne de huit envois par an. Environ ménages seraient ainsi bénéficiaires de transferts qui représenteraient 40% du revenu familial total. Il est important de relever que les ménages récipiendaires de fonds sont statistiquement plus nombreux à recevoir des fonds du Sénégal (2/3) que depuis l étranger (mais pour des montants inférieurs cependant), viennent ensuite les envois depuis des destinations hors d Afrique (1/3) et, enfin, depuis l Afrique. Bien que de nombreux bénéficiaires de transferts internationaux perçoivent les fonds qui leur ont été envoyés auprès d agences de banques ou d IMF offrant des services financiers, 31% seulement d entre eux entretiennent une quelconque relation formelle Tableau 4: Origine géographique des flux reçus selon le lieu de résidence et l activité pour les ménages à faible revenu* 65% Formel 10% 36% Informel rural Informel urbain 8% 12% 33% 42% 56% 67% Reçoit de l argent des proches depuis le pays Reçoit de l argent des proches depuis un autre pays d Afrique Reçoit de l argent des proches depuis un pays hors d Afrique * Un ménage peut disposer à la fois d un compte auprès d une IMF, d une banque et d un portefeuille électronique.) Source: CGAP, Dans une autre étude réalisée par la Direction de la monnaie et du crédit du Ministère de l économie et des fi nances, la part allouée à la consommation serait de 85% et celle allouée à l investissement de 14%. Enquêtes sur les transferts des migrants au Sénégal en Orozco, Manuel. Transferts des migrants au Sénégal: résultats préliminaires, leçons et recommandations quant à l organisation du marché et aux opportunités d accès au marché fi nancier. OIT, Dakar,

10 ATELIER TRANSFERTS DE FONDS ET DÉVELOPPEMENT AU SÉNÉGAL SYNTHÈSE PAYS avec une institution financière. Cinquante-huit pour cent des ménages bénéficiaires ont constitué une épargne dont le montant moyen s élève en moyenne à 406 USD/ FCFA, contre 206 USD/ FCFA pour les ménages qui ne reçoivent pas de fonds. Soixante-quinze pour cent des épargnants ont mis cet argent de côté sur une période de trois ans ou moins. Le mode de réception et d envoi dominant est l espèce, tant par le canal formel qu informel, et tant pour les corridors internationaux qu au niveau domestique. Au niveau international, 85% des familles récipiendaires disent réceptionner les fonds auprès d une agence de STA 14 tandis qu au niveau domestique les possibilités d arbitrage entre canaux informels et formels sont plus élevées: 32% des expéditeurs utilisent les deux, 54% utilisent le canal informel et 78% le canal formel 15. La réception de transferts internationaux sur un compte ne concerne que 3% des ménages récipiendaires. L utilisation de la carte pour la réception des envois de fonds internationaux est marginale. Moins de 5% des récipiendaires détiennent une carte de retrait (FINDEX 2011). De façon générale, l utilisation de cartes de retrait reste encore limitée bien qu en fort développement, avec 10% des personnes bancarisées préférant ce mode de retrait au retrait d espèces au guichet, et avec seulement 377 guichets automatiques de banque/ distributeurs automatiques de billets (GAB/DAB) concentrés essentiellement, comme les banques (cf. supra), dans la région dakaroise. Le mobile banking paraît présenter davantage de potentiel comme vecteur de formalisation, complémentaire aux STA, grâce à un maillage important sur l ensemble du territoire et une utilisation croissante sur le plan domestique. Du côté des migrants, il existe une épargne consacrée aux projets relatifs au pays d origine à plus ou moins long terme (retour forcé ou prévu, habitat, congés, imprévus, événements sociaux, opportunités d affaires, épargne collective communautaire, etc.) avec des motifs plus ou moins bien déterminés selon les personnes. Cette épargne vouée aux projets au Sénégal est en partie conservée dans les banques des pays d émigration et auprès des institutions financières sénégalaises. Il n est toutefois p as possible d en apprécier le volume avec précision comme dans d autres pays largement dépendants des envois de fonds des migrants tels que le Cabo Verde 16 et le Maroc, où les dépôts des migrants représentent 30% de l épargne des particuliers. Le principal motif d investissement des migrants est l habitat, avec 34% de l effort global d épargne des migrants sur leur revenu et seulement 5% pour l investissement productif (Banque africaine de développement, 2007), le reste étant consacré au soutien familial. L investissement productif concerne une partie minoritaire des migrants qui ont à la fois les capacités financières et l esprit entrepreneurial, soit environ 10% de la population. L investissement collectif dans des infrastructures de base (eau, éducation, santé) en faveur de la communauté du territoire d origine est particulièrement marquée pour les populations de la façade est (régions du fleuve Sénégal). 14 Idem op. cit. 15 Le canal informel est également plus souvent gratuit au niveau domestique (amis, parents qui se déplacent) qu au niveau international. 16 Nouveau nom du Cap-Vert. 8

11 3 Infrastructure de marché Réglementation Conformément à la réglementation en vigueur au sein de l UEMOA, les institutions autorisées à effectuer des opérations financières avec l étranger, en qualité d agents d organismes prestataires de services d envoi de fonds, sont en particulier les banques et les établissements financiers à caractère bancaire (EFCB) agréés, les bureaux de poste et les bureaux de change agréés 17. Le nouveau règlement de 2010 sur les relations financières avec l extérieur et l instauration de nouvelles catégories d établissements de crédit les EFCB à côté des banques ouvrent une nouvelle possibilité dans la zone UEMOA pour la catégorie spécifique des établissements financiers de paiement (catégorie 5 des EFCB) créée en décembre : celle d effectuer des opérations de transfert hors de l UEMOA et, le cas échéant, sous forme de services de paiement par téléphone mobile pour un capital minimum de 3 milliards de FCFA/6,5 millions d USD contre 10 milliards de FCFA/21,7 millions d USD pour les banques. Cette innovation réglementaire vient compléter la réglementation des opérations relatives à l émission et la distribution de monnaie électronique par la catégorie spécifique des établissements de monnaie électronique 19 (EME) autorisés à émettre et gérer des moyens de paiement reposant sur la monnaie électronique au sein de l UEMOA. Ces derniers, EME et établissements financiers de paiement, peuvent ainsi signer directement des partenariats avec des opérateurs étrangers tels que des STA ou des plateformes de paiement en tant qu agents. Les IMF, en tant que SFD, ne font pas partie des institutions autorisées à réaliser des opérations avec l extérieur et ne sont pas, par conséquent, autorisées à agir en tant qu agents directs des opérateurs de transferts d argent. Elles interviennent sur le marché des transferts rapides en espèces, ainsi qu un certain nombre de compagnies d assurances et de détaillants, en qualité de sous-agents de STA pour des banques souhaitant étendre leur réseau de distribution pour ces services. Le Ministère des finances est responsable de la tenue d une liste des payeurs agréés, ainsi que de l adoption des règlements relatifs à la lutte contre le blanchiment d argent, mais les obligations contractuelles d exclusivité qui peuvent donner lieu à des contrôles de type oligopolistique ou monopolistique ne sont pas réglementées. Hors de l UEMOA, pour les banques et a fortiori les SFD qui souhaiteraient faire la promotion de leurs services et produits à l étranger, les réglementations européennes et américaines sont restrictives quant au démarchage bancaire consistant à promouvoir les produits d institutions financières non agréées sur leur territoire, bien que des pratiques soient tolérées dans le cadre de conventions avec des banques ou en tant que bureaux de 17 Règlement n 09/2010/CM/UEMOA/ relatif aux relations fi nancières extérieures des États membres de l UEMOA. 18 Instruction BCEAO n /RB relative au classement, aux opérations et à la forme juridique des établissements fi nanciers à caractère bancaire, en date du 13 décembre 2010 et entrée en vigueur le 1 er janvier Instruction 01/2006/SP. 9

12 ATELIER TRANSFERTS DE FONDS ET DÉVELOPPEMENT AU SÉNÉGAL SYNTHÈSE PAYS représentation. Les opérations d ouverture de compte à distance notamment par le biais d un mandat adressé à un autre établissement de crédit établi dans le pays d émigration, ou par le biais de site internet sur base documentaire pour les SFD (avec une personne résidente au Sénégal pour représenter le client) sont possibles de même que la réalisation d ordres permanents de virement d un compte d une banque étrangère vers le compte d un établissement basé au Sénégal. Caractéristiques des agents payeurs Au Sénégal, le marché des transferts internationaux est largement dominé par les transferts en espèces effectués par l entremise de différentes enseignes de STA et distribués par la Poste, les banques, les SFD et certaines compagnies d assurances et des détaillants. En 2010, la répartition des différentes parts de marché des transferts rapides en réception, largement dominée par Western Union, était estimée comme suit: Tableau 5: Part de marché en volume par enseigne de STA (2010) STA Nombre de transactions mensuelles Western Union MoneyGram Ria Money Express Telegiros (Espagne) Autres Total Source: Orozco, 2010 Le principal payeur en volume est la Compagnie bancaire de l Afrique occidentale (CBAO 20 ), qui est agent à la fois de Western Union et de MoneyGram, un fait rare avant 2010 dû à la fusion entre deux banques nationales en Même si les transferts effectués par la banque pour le compte de Western Union et de MoneyGram ont sensiblement fléchi en 2012 sous l effet de la crise financière, la CBAO est néanmoins restée le principal établissement payeur du pays en La Poste et sa filiale financière Postefinances 21 ont un rôle actif dans le marché des transferts de fonds, avec une part de marché estimée à plus de 21%. Postefinances administre plus de comptes chèques et d épargne. La Poste possède le plus grand réseau de distribution de transferts dans le pays, avec 207 bureaux postaux au Sénégal, surtout en dehors des centres-villes, et détient environ 30% de la part de marché en volume de Western Union. Les bureaux postaux fournissent plusieurs services en collaboration avec des STA, Western Union en particulier, Choice Money Transfer, Cash 20 Groupe Attijariwafabank. 21 Postefi nances a été créé en 2006 pour spécialiser les activités fi nancières de la Poste au sein d une fi liale dédiée. Postefi nances envisage sa transformation sous forme de banque afi n de développer ses activités et sa gamme de produits. 10

13 3 INFRASTRUCTURE DE MARCHÉ Minutes Transfast, Placid, MoneyGram, ainsi que le service Mandat Express International (MEI)/IFS avec les réseaux postaux du Burkina Faso, de la France, du Gabon, de la Gambie, de la Mauritanie, de la République démocratique du Congo et du Togo. Enfin, la Poste fournit les services de transfert de fonds d Eurogiro avec les réseaux postaux et banques postales en Europe. Postefinances dispose d une trentaine d agences spécialisées logées dans les plus grands bureaux de poste. Les banques travaillent avec certaines IMF afin d élargir leurs réseaux de paiement. Aujourd hui encore, au Sénégal, l un des principaux payeurs est la plus grande IMF du pays, le Crédit mutuel du Sénégal (CMS), qui effectue chaque mois environ transferts pour le compte de Western Union par l intermédiaire de ses 209 succursales (implantées pour moitié en milieu rural), en tant que sous-agent de sa filiale bancaire, la Banque des institutions mutualistes de l Afrique de l Ouest (BIMAO). En termes de maillage du territoire national, les SFD (avec des portées nationale et régionale variables) et la Poste disposent d avantages comparatifs potentiels majeurs par rapport aux banques, qui restent concentrées sur la région dakaroise et les villes secondaires importantes positionnées sur les grands axes routiers. Les points de paiement, dont 46% sont situés dans les zones rurales, reposent pour une large part sur les réseaux décentralisés de points de services de la Poste et des SFD. Les opérateurs distribuant des services de paiement par mobile encore restreint au paiement domestique présentent également un potentiel important pour améliorer la capillarité de l accès aux services de transferts internationaux. À titre d illustration, les opérateurs reposant sur un modèle bancaire supervisé par la BCEAO (Yoban tel avec la Société générale de banques au Sénégal [SGBS] et Orange Money avec la Banque internationale pour le commerce et l industrie du Sénégal [BICIS]) regroupent plus de 900 points de paiement répartis de façon homogène sur le territoire. Cela est sans compter le leader du marché domestique WARI, qui avance un réseau de points sur l ensemble du Sénégal, et les solutions challengers comme Poste One et Joni Joni. Tableau 6: Points de service selon le type de prestataire de services financiers Type d institution Nombre d institutions Points de services Concentration région de Dakar Nombre d entités selon le nombre de points de services** >50 [26-50] [25-6] <6 Banques 19* 363* 68%** SFD a 31** 582** 32%** Postefi nances 1 207*** 14%*** Réseaux de paiement par mobile: Yoban tel, Orange Money 2 923** 32%** Wari **** NC a Ayant soumis leurs données au Mix Market, comprend les SFD les plus importants en taille et à même d établir des partenariats avec des banques et des STA. Fin 2013, 243 SFD sont enregistrés, totalisant 976 points de service. Sources: BCEAO, 2013*; Mix, 2014**; UPU, 2013***; CGAP, 2013**** 11

14 ATELIER TRANSFERTS DE FONDS ET DÉVELOPPEMENT AU SÉNÉGAL SYNTHÈSE PAYS Coûts des transferts d argent Les accords d exclusivité entre les sociétés de transfert d argent et leurs agents ont constitué une entrave à la concurrence et à la diversification du marché 22 jusqu à la fin des années Désormais, l existence de deux, voire trois enseignes de société de transfert internationale se banalise tant pour les banques, la Poste que les IMF positionnées sur le marché des envois de fonds des migrants. C est par le biais de pressions/incitations commerciales que les STA cherchent à maintenir ou développer leur position avec, par exemple, l exigence de maintenir des guichets et du personnel dédié auprès des partenaires. Les STA mondiales Western Union, MoneyGram (qui dominent le marché), Ria, Choice Money Transfert-Small World, côtoient les STA régionales/de niche, Money Express, Telegiros, Cash Money, ainsi que les services de la Poste, Mandat Express International (MEI). Une dizaine d enseignes sont ainsi représentées. Cette concurrence a été rendue possible grâce à un effort consenti par les autorités sénégalaises sur la levée des clauses d exclusivité dans les contrats de représentation des STA, qui permet une mise en compétition des tarifs des différentes enseignes disponibles auprès d un même point de paiement pour l expéditeur des fonds. Le niveau moyen des tarifs observés reste toutefois tributaire des dynamiques concurrentielles en amont des corridors (côté expédition) et d une généralisation encore plus marquée du multi-enseigne pour les agents payeurs dominants au Sénégal. Ainsi, si des baisses de tarifs ont pu être observées sur certains corridors, l envoi de fonds vers le Sénégal reste encore une opération onéreuse. Le couloir de transfert le moins coûteux pour les envois avec remise en espèces est celui avec l Italie, où le taux appliqué pour l envoi de 200 USD est inférieur à 5% pour les STA et à 3% pour la Poste. Pour la France, le coût s établit en dessous de 6% pour les STA, en nette baisse depuis où ils s établissaient autour de 10%. En dehors du couloir France-Sénégal, les coûts d envoi sont en moyenne supérieurs à 8%, comme dans les autres pays africains. Tableau 7: Coût moyen pour le transfert de 200 USD, de la France et de l Italie vers le Sénégal Type de prestataire STA Poste Banques Coût moyen, Italie 4,86% 2,86% 7,63% Coût moyen, France 5,63% 7,86% 17,80% Source: Base de données de la Banque mondiale sur les coûts des envois de fonds, 1 er trimestre Orozco, Manuel. Transferts des migrants au Sénégal: résultats préliminaires, leçons et recommandations quant à l organisation du marché et aux opportunités d accès au marché fi nancier. OIT, Dakar, Il est important de distinguer dans la comparaison des coûts les différents modes d envoi. En effet, les modes d envoi en espèces, apanage des STA, sont les plus compétitifs et adaptés aux envois de fonds de faibles montants des migrants. Les coûts des envois vers des comptes, apanage des banques, dépendent de la spécialisation migrants des banques qui peuvent développer des offres spécifi ques compétitives avec les envois en espèces (comme en France pour les banques spécialisées pour les migrants dont les coûts s alignent avec ceux des STA), tandis que les offres bancaires traditionnelles reposant sur des systèmes comme SWIFT ou le correspondant banking ne sont pas adaptées pour les faibles montants et, par conséquent, pas compétitives. 12

15 3 INFRASTRUCTURE DE MARCHÉ Adéquation de l offre aux besoins des migrants Les besoins des migrants internationaux peuvent être catégorisés comme suit: envoyer de l argent pour soutenir la dépense familiale et faire face aux urgences; épargner au pays pour faire face aux imprévus, pour préparer un retour, des vacances, un projet économique ou d habitat; accéder au crédit pour financer un projet d habitat; et investir dans un projet économique. Pour satisfaire ces besoins, les migrants internationaux doivent pouvoir s appuyer sur un éventail de services de transfert d argent (espèces à espèces, espèces à compte, carte à espèces, etc.), de produits bancaires (comptes courants, comptes épargne, crédit habitat), de produits de financement et de services d accompagnement à la création ou au développement d entreprise. L offre des intermédiaires financiers au Sénégal est essentiellement centrée sur les services de transfert, et couvre principalement les besoins concernant les envois d argent (pour la famille en espèces et pour le migrant sur un compte). L offre de produits bancaires et, plus encore, d accompagnement pour l investissement productif reste marginale. La priorité des banques et des IMF est centrée sur les besoins basiques des migrants, tandis que la vente croisée de services auprès des familles n est pas envisagée de façon stratégique comme un courant d affaire tangible en dépit du potentiel d épargne qu elle représente 24. Les services d accompagnement ou de marketing auprès des familles bénéficiaires pour les inciter à utiliser les services financiers formels ne sont pas intégrés dans la démarche commerciale de la plupart des intermédiaires financiers, sauf certaines IMF qui ont mis en œuvre des actions d éducation financière visant les familles des migrants, mais pas de façon systématique. Ainsi, le modèle de partenariat entre les STA et les intermédiaires financiers (comme agents pour les banques et sous-agents pour les SFD) a permis de développer une offre de plus en plus compétitive avec une certaine pénétration des régions et la couverture des villes secondaires, qui a eu pour effet d absorber une large part des flux informels. En revanche, l offre de produits bancaires (comptes, comptes épargne et encore davantage le crédit habitat) pour les migrants reste confinée aux banques et sur Dakar essentiellement, avec un relais limité pour les SFD malgré des expérimentations pionnières qui gagneraient à être consolidées et élargies en échelle. Les SFD, en particulier, avec un ciblage et une gamme de services et produits de base correspondant aux besoins des familles, pourraient sans investissements lourds développer la vente croisée de services auprès des récipiendaires de transfert. Les banques ne disposent pas d un intérêt marqué pour servir cette clientèle, et Postefinances est relativement limitée pour développer cette stratégie du fait qu elle ne propose pas encore de crédit. 24 L épargne des familles des migrants est estimée à 130 millions d USD/60 milliards de FCFA, selon l étude de l OIT,

16 ATELIER TRANSFERTS DE FONDS ET DÉVELOPPEMENT AU SÉNÉGAL SYNTHÈSE PAYS Tableau 8: Services et produits financiers proposés par types d intermédiaire financier Type d intermédiaire financier Transferts en espèces Transferts sur un compte Services et produits financiers Produits d épargne Produits de crédit habitat Éducation financière des familles Banques Par le biais des enseignes des STA ou des mises à disposition au guichet Certaines banques proposant des options de bi-bancarisation SGBS, CBAO/Attijariwafabank BHS BHS et SGBS (au cas par cas) Poste Services de transfert de la Poste et de STA Transferts vers un CCP avec le réseau Eurogiro CEP SFD Services de STA pour les 3 SFD de plus grande taille et rarement pour les moins grands De façon expérimentale pour certains SFD (essentiellement crédit en compte) PAMECAS uniquement Existante mais non systématique L éducation financière ciblant les familles récipiendaires n est pas promue par les différents intermédiaires financiers en association à la réception des transferts, pour développer la vente croisée des produits et une meilleure inclusion financière. L éducation des familles des migrants est ainsi surtout prise en main par des projets ad hoc visant l ensemble des clients potentiels des SFD essentiellement, et pas ceux de la Poste ou des banques. Enfin, les produits de financement et services non financiers d accompagnement pour l investissement productif ne font pas partie de l offre des intermédiaires financiers. Ce type de financement et d accompagnement est ainsi principalement proposé par des projets spécifiques avec une participation encore très limitée (exceptionnelle) des intermédiaires financiers. Innovations technologiques au niveau des transferts nationaux et régionaux Un certain nombre de plateformes de paiement permettent d effectuer des transferts d argent (et des services de paiement) grâce aux nouvelles technologies par téléphone mobile ou par carte. Ces différentes innovations favorisent l amélioration de la capillarité des points de services où il est possible d envoyer et de recevoir de l argent en ayant recours aux GAB pour les porteurs de cartes bancaires ou prépayées, ou auprès d agents détaillants non bancaires pour les solutions de paiement par mobile. 14

17 3 INFRASTRUCTURE DE MARCHÉ Différentes catégories de plateforme de paiement de détail coexistent: Opérateurs nationaux et régionaux: GIM UEMOA, qui promeut la monétique interbancaire par carte au niveau régional permettant de retirer de l argent avec une carte GIM UEMOA dans l ensemble des banques, établissements financiers (y inclus les SFD potentiellement), et de payer auprès des commerçants accepteurs dans la région pour des coûts réduits (500 FCFA le retrait). Opérateurs en téléphonie mobile comme Orange Money, qui propose désormais de transférer de l argent du Sénégal vers la Côte d Ivoire et le Mali en utilisant le réseau des agents détaillants Orange Money. Établissement de monnaie électronique (EME) comme FERLO, société de paiement sénégalaise et premier EME dans l UEMOA qui dispose de l agrément pour proposer des solutions de transfert et de paiement par carte et mobile au niveau national et régional. Opérateurs nationaux: WARI, qui représente le pionnier des transferts d argent par mobile au Sénégal, dont l utilisation est désormais passée dans les mœurs des familles sénégalaises du fait de la modicité des coûts, du maillage important, de sa praticité et de l absence d identification forte. La Poste, avec son service de transferts par mobile Poste One, qui élargit son réseau de paiement aux détaillants au-delà de ses bureaux. Yoban tel, qui propose un service de porte-monnaie électronique géré par la SGBS permettant d envoyer de l argent depuis/vers un mobile et de régler des factures au Sénégal ainsi que de recevoir des transferts depuis l Europe émis à partir d une carte bancaire. Yoban tel est également utilisé dans les opérations de paiement de Manko, un intermédiaire en opération de banques mandaté par la SGBS pour distribuer des services financiers de proximité à moindre coût. Joni Joni, une société émergente sur le même modèle que WARI. Ces initiatives contribuent à développer la capillarité du réseau de paiement domestique, avec des coûts réduits pour l utilisateur et un potentiel de couverture nationale accru même dans les zones où la connexion au réseau électrique ou internet fait défaut pour les solutions de paiement mobile. Ils participent également à l adoption des services de paiement par mobile par les populations bancarisées et non bancarisées distribués par des agents de paiement de proximité non bancaire. Il est à relever que les trois principaux SFD développent également des expériences pilotes pour la collecte d épargne et la possibilité de rembourser son crédit par portable, permettant ainsi de diminuer les coûts de distribution des services financiers, et d étendre le périmètre habituel des agences en dur, ou encore d apporter davantage de commodités aux clients. Cependant, l articulation de ces nouveaux modes de distribution des services aux transferts internationaux reste encore pour l instant limitée, pour des raisons à la fois réglementaires, opérationnelles et de partenariats stratégiques à constituer. Au plan de l UEMOA, des travaux sont en cours, visant à renforcer la réglementation encadrant les nouveaux acteurs (les EME et les intermédiaires en opération de banque), afin de favoriser l innovation dans un cadre sécurisé. 15

18 ATELIER TRANSFERTS DE FONDS ET DÉVELOPPEMENT AU SÉNÉGAL SYNTHÈSE PAYS 4 Synthèse des enjeux pour le développement du marché Pour ce qui concerne l ensemble du secteur, les enjeux peuvent être synthétisés sur la base de l analyse proposée et d autres études et initiatives en cours sur la question de la manière suivante. Niveau macro Au niveau macro du secteur concernant les décideurs publics, les organismes de réglementation et de supervision: Continuer à promouvoir la concurrence au niveau régional et en concertation avec les principaux pays expéditeurs, dans la continuité des efforts déployés par le Sénégal avec les acteurs du secteur privé (banques, SFD, STA) pour lever les clauses d exclusivité dans les contrats de représentation des STA internationales en portant le plaidoyer au-delà des frontières du Sénégal, auprès des pays expéditeurs afin de bénéficier des effets de la concurrence déjà en application au Sénégal. Poursuivre la consolidation du cadre réglementaire et la concertation avec les acteurs concernés pour les opérations de transfert et de paiement domestique, notamment, en vue de faciliter leur intégration internationale dans le cadre de partenariats transnationaux innovants. Maintenir le dialogue avec les instances réglementaires des pays d envois de fonds et les instances de concertation entre pairs telles que l Alliance for Financial Inclusion (AFI), pour sécuriser et faciliter les offres de bi-bancarisation dans un cadre réglementaire accommodant et explicite. Approfondir les efforts de mesure des envois de fonds des migrants comme la connaissance du nombre de migrants à l étranger, la part résiduelle de l informel, ainsi que l infrastructure en points de paiement en milieu rural pour les flux de transferts en espèces. Également, estimer le volume de l épargne des migrants (sur compte courant, épargne, résidents et non-résidents) pour mieux définir les politiques et incitations visant à sa mobilisation élargie en combinant des études sur la demande à une amélioration des données disponibles auprès de l offre. Évaluer l impact des actions d éducation financière menées au Sénégal avec une attention particulière à celles destinées aux familles des migrants et aux migrants en Espagne, en France et en Italie 25 sur le niveau d utilisation des services et produits financiers formels. 25 Pays pilotes des actions menées. 16

19 4 SYNTHÈSE DES ENJEUX POUR LE DÉVELOPPEMENT DU MARCHÉ Niveau méso Au niveau méso du secteur concernant l offre des prestataires de services financiers: Améliorer les produits proposés aux migrants et l approche commerciale vis-à-vis des familles bénéficiaires des transferts par la vente croisée de produits de base complémentaires (épargne, crédit, assurance) pour l ensemble des intermédiaires financiers (banques, Poste, SFD). Renforcer le rôle de Postefinances dans la distribution des services de transfert et de produits financiers de base en mettant à profit son infrastructure décentralisée. Renforcer le rôle des SFD, en particulier pour leur offre de produits adaptés aux populations rurales et, plus largement, à faible revenu pour les SFD dominants, et leur renforcement institutionnel pour les réseaux ruraux non rattachés à des réseaux ayant une envergure nationale. Développer (ou spécialiser) des dispositifs (existants) d accompagnement à l investissement des migrants pour la consolidation, la formalisation ou la création d entreprise, notamment en milieu rural. Développer le maillage territorial et l utilisation effective des nouveaux moyens de distribution des services financiers par carte et par mobile. Renforcer l intégration des solutions de paiement domestique par mobile avec les opérations de transfert international. Niveau micro Au niveau micro du secteur, concernant la demande des migrants et des familles bénéficiaires: Développer l autonomie financière des migrants et de leurs familles en mobilisant davantage leur capacité d épargne, l utilisation des intermédiaires financiers formels ainsi que leur esprit d entreprise (éducation financière). Faciliter l adoption des nouveaux moyens de paiement monétiques (mobile, carte) et de distribution au dernier km (agent détaillant, GAB/DAB). 17

20 ATELIER TRANSFERTS DE FONDS ET DÉVELOPPEMENT AU SÉNÉGAL SYNTHÈSE PAYS 5 Annexes: projets d appui aux envois de fonds des migrants Projets d appui du FIDA Le Mécanisme de financement pour l envoi de fonds (MFEF) (Financing Facility for Remittances FFR, en anglais), coordonné par le FIDA, a financé quatre projets au Sénégal, un pour la Poste et trois en faveur de SFD. Le MFEF est en train d en démarrer un autre avec la Poste, dans le cadre d une initiative régionale relative aux services financiers postaux en Afrique 26. L approche du MFEF était résolument centrée sur une meilleure inclusion financière des migrants et de leurs familles grâce à des expériences pilotes qui ont permis d améliorer l accès à des produits adaptés pour les migrants et l utilisation des services et produits existants par les familles des bénéficiaires. Cette approche a combiné trois caractéristiques communes aux projets cofinancés: couverture des zones rurales; développement de produits pour la frange de population la moins bien servie par les banques (clientèles cibles des SFD et de la Poste); et mise en place de canaux alternatifs de transfert. Des canaux innovants ont pu être testés, pour faciliter la réduction des coûts, proposer des solutions de transfert vers un compte, et accéder ainsi à des produits d épargne pour les migrants au plus près de leur zone d origine. Un produit de financement de l habitat pour les populations de migrants a été développé par le Partenariat pour la mobilisation de l épargne et le crédit au Sénégal (PAMECAS), et a pu faire levier sur l épargne des migrants pour accélérer le cycle de construction par tranches tout en constituant un produit d appel attrayant pour les autres services proposés aux migrants. Enfin, des approches commerciales élaborées avec les associations des migrants et/ou par le détachement de représentants commerciaux sur place ont pu être testées. L instauration d une confiance entre l institution financière et les migrants grâce à une relation commerciale fondée sur la proximité physique et sociale ainsi que la compétitivité coût/sécurité/fiabilité des services de transfert proposés sont des facteurs clés de succès. La proposition de produits adaptés est un facteur d attraction et d adhésion supplémentaire à cette base de service. Les expériences pilotes ont rencontré des difficultés dans la mise en place de partenariats commerciaux répondant à leurs exigences commerciales et à la conformité aux cadres réglementaires et ont cherché à les dépasser en forgeant des partenariats avec des banques ou des STA flexibles. Les résultats ne sont pas parvenus à une échelle suffisante pour atteindre une rentabilité commerciale, mais ces expériences pilotes ont apporté de riches enseignements, notamment sur les conditions de viabilité

Transferts de fonds et DEVELOPPEMENT AU SENEGAl

Transferts de fonds et DEVELOPPEMENT AU SENEGAl Mécanisme de financement pour l envoi de fonds Profil de pays Transferts de fonds et DEVELOPPEMENT AU SENEGAl Première édition Renforcer l impact du programme pays du Fonds International de Développement

Plus en détail

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA Année 2014 DIRECTION GENERALE DES OPERATIONS ET DES ACTIVITES FIDUCIAIRES Direction des Systèmes et Moyens de Paiement SITUATION

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

contact@e-mfp.eu www.e-mfp.eu

contact@e-mfp.eu www.e-mfp.eu Microfinance institutions linking remittances to development: les institutions de microfinance permettant aux transferts d être un levier de développement Présentation de l'umpamecas Date de création :

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

Frédéric Ponsot, Consultant en finance inclusive

Frédéric Ponsot, Consultant en finance inclusive Réduire les coûts des transferts de fonds : au-delà de la transparence, encourager l innovation et faciliter l adoption des nouveaux modes d envois et de bi-bancarisation Frédéric Ponsot, Consultant en

Plus en détail

LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL

LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL LA MIGRATION DES FEMMES ET LES TRANSFERTS DE FONDS : CAS DU CAP VERT, DE LA CÔTE D IVOIRE, DU MAROC ET DU SENEGAL 1. INTRODUCTION Depuis la nuit des temps, les peuples ont immigré d un espace vers un autre.

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

Programme des migrations internationales Programme finance solidaire

Programme des migrations internationales Programme finance solidaire Cahiers des migrations internationales no 109F Programme des migrations internationales Programme finance solidaire Transferts des migrants au Sénégal : résultats préliminaires, leçons et recommandations

Plus en détail

ETUDE SUR L OFFRE DES SERVICES FINANCIERS A DISTANCE DANS L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

ETUDE SUR L OFFRE DES SERVICES FINANCIERS A DISTANCE DANS L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) ETUDE SUR L OFFRE DES SERVICES FINANCIERS A DISTANCE DANS L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) Juin 2012 1 Sommaire INTRODUCTION... 6 I - PRESENTATION DE L UEMOA... 9 I.1 - PRESENTATION

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques des institutions de microfinance actives dans le secteur des transferts d argent

Guide des bonnes pratiques des institutions de microfinance actives dans le secteur des transferts d argent e-mfp Groupe d Action sur les Transferts d Argent Guide des bonnes pratiques des institutions de microfinance actives dans le secteur des transferts d argent Préparé par : Avec le soutien de : Remerciements

Plus en détail

Note par pays sur le programme de technologie

Note par pays sur le programme de technologie Note par pays sur le programme de technologie Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) West African Economic and Monetary Union (UEMOA) Juin 2011 1 Vue d ensemble 1 Population 95 millions

Plus en détail

Financial Facility for Remittances

Financial Facility for Remittances Financial Facility for Remittances Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Promoting innovative remittance markets and Paris empowering 5-6 décembre migrant workers 2014 and

Plus en détail

ETUDE SUR LE TRANSFERT D ARGENT DES EMIGRES AU SENEGAL ET LES SERVICES DE TRANSFERT EN MICROFINANCE

ETUDE SUR LE TRANSFERT D ARGENT DES EMIGRES AU SENEGAL ET LES SERVICES DE TRANSFERT EN MICROFINANCE Social Finance Programme Document de Travail (No. 40) ETUDE SUR LE TRANSFERT D ARGENT DES EMIGRES AU SENEGAL ET LES SERVICES DE TRANSFERT EN MICROFINANCE Cerstin SANDER & Issa BARRO en cooperation avec:

Plus en détail

29 juin 2010, Luxembourg. Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal. XIVème Midi de la microfinance

29 juin 2010, Luxembourg. Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal. XIVème Midi de la microfinance 29 juin 2010, Luxembourg Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal XIVème Midi de la microfinance INTRODUCTION La microfi nance au service des migrants...p.5

Plus en détail

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TERMES DE REFERENCE Sélection d un Consultant chargé d accompagner le GIM-UEMOA dans le processus de mise en place d un Plan de Continuité de l Activité (PCA) TDR_Plan de Continuité de l Activité (PCA)

Plus en détail

TERANGA CAPITAL. Véhicule d investissement dédié aux TPE-PME du Sénégal. Présentation à l Atelier FIDA. 5 Décembre 2014.

TERANGA CAPITAL. Véhicule d investissement dédié aux TPE-PME du Sénégal. Présentation à l Atelier FIDA. 5 Décembre 2014. TERANGA CAPITAL Véhicule d investissement dédié aux TPE-PME du Sénégal Présentation à l Atelier FIDA 5 Décembre 2014 Olivier Furdelle VISION, MISSION ET OBJECTIFS La vision de TERANGA CAPITAL est de soutenir

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE

CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE CHAPITRE 9 LE SYSTÈME BANCAIRE 9.1 LE SYSTÈME BANCAIRE AMÉRICAIN Contrairement aux banques de plusieurs pays, les banques américaines ne sont ni détenues ni gérées par le gouvernement. Elles offrent des

Plus en détail

Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique

Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique dossier de presse 24 novembre 2011 Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique Conférence de presse «Orange Money» - 24 novembre 2011-1 Partie 1 L Afrique, un enjeu

Plus en détail

Assane SECK. Nom : SECK Prénoms : Assane Nationalité : Sénégalaise Age : 58 ans

Assane SECK. Nom : SECK Prénoms : Assane Nationalité : Sénégalaise Age : 58 ans Assane SECK Nom SECK Prénoms Assane Nationalité Sénégalaise Age 58 ans Profession Inspecteur des postes Expert poste et services financiers postaux Spécialiste en Management des Projets Années d expérience

Plus en détail

Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique

Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté 100 Marchés, environnement porteur et perspectives des transferts

Plus en détail

L argent mobile franchit les frontières : Nouveaux modèles de transferts en Afrique de l Ouest

L argent mobile franchit les frontières : Nouveaux modèles de transferts en Afrique de l Ouest L argent mobile franchit les frontières : Nouveaux modèles de transferts en Afrique de l Ouest CLAIRE SCHARWATT ET CHRIS WILLIAMSON MARS 2015 Le programme MMU (de l anglais «Mobile Money for the Unbanked»

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com

DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com DOSSIER DE PRESSE La carte Flouss.com - 1 - Lille/Paris, le 5 juin 2007 Sommaire La carte Flouss.com... p. 3 La première carte de transfert d argent depuis la France p. 5 Une carte aux couleurs de Banque

Plus en détail

Epargne & Crédit bancaire par téléphone mobile Dédiés au secteur informel

Epargne & Crédit bancaire par téléphone mobile Dédiés au secteur informel Epargne & Crédit bancaire par téléphone mobile Dédiés au secteur informel Juin 2014 Manko est une expérimentation du Groupe Société Générale Société Anonyme, filiale à 100% du Groupe Société Générale 1

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT UN(E) ASSISTANT(E) TRESORIER(E) GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE

AVIS DE RECRUTEMENT UN(E) ASSISTANT(E) TRESORIER(E) GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE Lot P 10, Ouest Foire, Route de l Aéroport - BP : 8853 Dakar Yoff Tél : (221) 33 869 95 95 Fax : (221) 33 820 54 65 Email: gim-uemoa@gim-uemoa.org - Site Web: www.gim-uemoa.org AVIS DE RECRUTEMENT UN(E)

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

L offre de services de transfert d argent par des institutions de microfinance : le cas du Sénégal

L offre de services de transfert d argent par des institutions de microfinance : le cas du Sénégal L offre de services de transfert d argent par des institutions de microfinance : le cas du Sénégal Présentation La présente note vise, à partir de la monographie d institutions de microfinance (IMF) sénégalaises

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SELECTION D UNE SOCIETE DE MAINTENANCE ELECTRIQUE & PRESTATAIRE DE MOYENS TECHNIQUES

TERMES DE REFERENCE SELECTION D UNE SOCIETE DE MAINTENANCE ELECTRIQUE & PRESTATAIRE DE MOYENS TECHNIQUES TERMES DE REFERENCE SELECTION D UNE SOCIETE DE MAINTENANCE ELECTRIQUE & PRESTATAIRE DE MOYENS TECHNIQUES Avril 2015 «GIM-UEMOA» GIE au capital de 9 528 790 000 F CFA RCCM : SN-DKR-2004-B-8649 NINEA : 24209832

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif général

OBJECTIFS. Objectif général Le Programme d action pour la promotion et le financement des PME dans l UEMOA est une déclinaison de la Politique Industrielle Commune (PIC) de l UEMOA. Il vise la création de mécanismes de financement

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail

UPU-Services Financiers Postaux Systèmes de paiement IFS

UPU-Services Financiers Postaux Systèmes de paiement IFS UPU-Services Financiers Postaux Systèmes de paiement IFS Projets UPU-IFAD Sénégal Dakar - 03/2014 PTC Le projet UPU-IFAD 2008-2010 Projet (2008-2010) d extension du réseau mondial de paiements électroniques

Plus en détail

BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE

BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE BAREME GENERAL DES CONDITIONS APPLICABLES A LA CLIENTELE A PARTIR DU 1ER JUIN 2008 (Document non limitatif et modifiable) 2 I - OUVERTURE DE COMPTE Compte épargne Marina : 100.000 FCFA Dantokpa, Jéricho,

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Journal d apprentissage. Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES)

Journal d apprentissage. Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES) Journal d apprentissage Centre de recherche médecine, sciences, santé et société (CERMES) Faisabilité de la mobilisation de ressources des diasporas pour développer la micro-assurance de santé dans les

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION CARTE BANCAIRE JONI JONI

NOTE DE PRESENTATION CARTE BANCAIRE JONI JONI NOTE DE PRESENTATION CARTE BANCAIRE JONI JONI DESCRIPTION DU PROJET Dans le cadre du développement des services de la plateforme JONI JONI, nous avons noué un partenariat avec UBA Sénégal en vue de vulgariser

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE MEMORANDUM MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Novembre 2013 1. CONTEXTE DU MEMORANDUM Le Sénégal, à l image des pays de la

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Italie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Italie Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

Population : 20.3 millions Taux de croissance PIB: 9,4% (2013)

Population : 20.3 millions Taux de croissance PIB: 9,4% (2013) Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

Sélection d un Qualified Security Assessor (QSA), chargé d évaluer la conformité du GIM-UEMOA. à la norme PCI-DSS, level 1

Sélection d un Qualified Security Assessor (QSA), chargé d évaluer la conformité du GIM-UEMOA. à la norme PCI-DSS, level 1 POUR L EVALUATION DE LA CONFORMITE DU GIM-UEMOA A LA NORME PCI-DSS, LEVEL 1 TERMES DE REFERENCE Sélection d un Qualified Security Assessor (QSA), chargé d évaluer la conformité du GIM-UEMOA à la norme

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RAPPORT Naceur Bourenane Saïd Bourjij

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Mobile Banking. laurent.kiba@orange-sonatel.com. laurent.kiba@orange-sonatel.com

Mobile Banking. laurent.kiba@orange-sonatel.com. laurent.kiba@orange-sonatel.com Mobile Banking De la voix aux données Des données aux services transactionnels Services voix Services données Services transactionnels Mobile banking Pourquoi un opéra Marché fortement marqué par le phénomène

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE :

LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE» DANS LE PROCESSUS D INTÉGRATION SOUS-RÉGIONALE OUEST-AFRICAINE : Résultats du séminaire de Sikasso 4-7 mars 2002 www.afriquefrontieres.org WABI/DT/04/03 2 LE CONCEPT DE «PAYS-FRONTIÈRE»

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance

Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance Attijariwafa bank : un Groupe au service d une Afrique qui avance En bref : Président Directeur Général: Mohamed EL KETTANI Siège Social : 2. Bd Moulay Youssef - BP: 11141 20000 Casablanca - Maroc Capital:

Plus en détail

Étude sur les transferts d argent au Sénégal

Étude sur les transferts d argent au Sénégal Working Paper 4 Étude sur les transferts d argent au Sénégal Prof. Papa Beye École Nationale d'économie Appliquée (ENEA) Avec la collaboration de Madikè Niang Novembre 2009 SOMMAIRE LISTE DES ABREVIATIONS...3

Plus en détail

Modes de règlement pour l International : Canada, Europe, Afrique

Modes de règlement pour l International : Canada, Europe, Afrique Modes de règlement pour l International : Canada, Europe, Afrique Notre association est implantée dans tous les pays de langue française. Tous les pays où nous sommes présents n ayant pas l Euro, voici

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES TRAVAILLER AVEC LES BANQUES GUIDE PRATIQUE DE NÉGOCIATION AVEC LES BANQUES DANS LE CADRE DE PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE

Plus en détail

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC?

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? BURKINA FASO MALI NIGER TCHAD SENEGAL GUINEE-BISSAU RCA COTE-D'IVOIRE TOGO BENIN CAMEROUN GUINEE EQUAT. GABON CONGO Comores Les pays de la Zone Franc UEMOA CEMAC Comores France

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

CONFÉRENCES CITOYENNES - FORMATION

CONFÉRENCES CITOYENNES - FORMATION CONFÉRENCES CITOYENNES - FORMATION LES MISSIONS DE SERVICE PUBLIC DU GROUPE LA POSTE 1 er décembre 2013 INTRODUCTION (1/2) LES MISSIONS DE SERVICE PUBLIC DE LA POSTE AU SERVICE DE LA COLLECTIVITÉ La Poste

Plus en détail

ACCÉDER. aux services. Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage

ACCÉDER. aux services. Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage ACCÉDER aux services Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage 1 Souhaitant faciliter la relation avec tous ses clients, le Groupe La Poste

Plus en détail

APPEL A PROJET MONETIQUE ONG REGINA CAELI «PRESENTATION DU GIM-UEMOA & RÉALITÉS DES TRANSACTIONS ÉLECTRONIQUES AU BÉNIN»

APPEL A PROJET MONETIQUE ONG REGINA CAELI «PRESENTATION DU GIM-UEMOA & RÉALITÉS DES TRANSACTIONS ÉLECTRONIQUES AU BÉNIN» APPEL A PROJET MONETIQUE ONG REGINA CAELI «PRESENTATION DU GIM-UEMOA & RÉALITÉS DES TRANSACTIONS ÉLECTRONIQUES AU BÉNIN» Cotonou Le 25 octobre 2014 PLAN PRESENTATION DU GIM-UEMOA RÔLE & IMPORTANCE DE LA

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE

ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES USAGERS DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------------- MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES ---------------------- OBSERVATOIRE DE LA QUALITE DES SERVICES FINANCIERS ENQUETE DE SATISFACTION

Plus en détail

Mali : les mutuelles, leur gouvernance et le règlement de la mutualité sociale de l UEMOA. Babassa DJIKINE Président Union Technique de la Mutualité

Mali : les mutuelles, leur gouvernance et le règlement de la mutualité sociale de l UEMOA. Babassa DJIKINE Président Union Technique de la Mutualité Mali : les mutuelles, leur gouvernance et le règlement de la mutualité sociale de l UEMOA Babassa DJIKINE Président Union Technique de la Mutualité 1 Plan de Présentation Présentation du Réglément UEMOA

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Initialement conçu comme une mesure destinée à concilier le principe de liberté contractuelle en matière d ouverture

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

Programme financé par l Union Européenne EuropeAid/127025/C/SER/MA)

Programme financé par l Union Européenne EuropeAid/127025/C/SER/MA) Programme financé par l Union Européenne EuropeAid/127025/C/SER/MA) Mixité des sources de financement, diversité des régimes de couverture maladie : l impératif de cohérence 2 ème Conférence nationale

Plus en détail

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Sommaire Extrait standard des tarifs...3 Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte...4 Relevés de votre compte...4 Services

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

LISTE DES ÉMETTEURS DE MONNAIE ÉLECTRONIQUE A FIN DECEMBRE 2012

LISTE DES ÉMETTEURS DE MONNAIE ÉLECTRONIQUE A FIN DECEMBRE 2012 Direction Générale des Opérations Direction des Systèmes et Moyens de Paiement Service de la Surveillance des Systèmes de Paiement DSMP0066J13 Dakar, le 1 er mars 2013 LISTE DES ÉMETTEURS DE MONNAIE ÉLECTRONIQUE

Plus en détail

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire

Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger. Expérience du Groupe Banque Populaire Rapatriement et valorisation de l épargne des Marocains Résidant à l Etranger Expérience du Groupe Banque Populaire Neuvième édition du Forum pour le développement de l Afrique les Marocains Du Monde en

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Union Economique et monétaire Ouest Africaine!"#$ $% &

Union Economique et monétaire Ouest Africaine!#$ $% & Union Economique et monétaire Ouest Africaine!"#$ $% & '( L enquête 1-2-3 dans les Etats membres de l UEMOA Le Programme régional d'appui statistique à la surveillance multilatérale des pays de l'uemoa

Plus en détail

Document de synthèse

Document de synthèse Document de synthèse Réalisation d une plateforme financière novatrice pour la canalisation et la valorisation des remises d argent à travers les Institutions de Micro finance dans le couloir Italie-Sénégal

Plus en détail

DÉPARTEMENT CARTES PRÉPAYÉES FORMATION-RECRUTEMENT. HOBUX Consulting SARL

DÉPARTEMENT CARTES PRÉPAYÉES FORMATION-RECRUTEMENT. HOBUX Consulting SARL HOBUX Consulting SARL INFORMATIQUE-MONÉTIQUE Audit-Conseil-Assistance-Sécurité-Intégration Ingénierie logicielle-formation-recrutement DÉPARTEMENT FORMATION-RECRUTEMENT CARTES PRÉPAYÉES Version 1,0 - Novembre

Plus en détail