Processus 2 : Contrôle et production de l information financière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Processus 2 : Contrôle et production de l information financière"

Transcription

1 1 / 12 Processus 2 : Contrôle et production de l information financière Les processus 1 et 2 regroupent les principales obligations (ou règles) comptables des entreprises relatives à l établissement des comptes annuels (bilan, compte de résultat et annexe). Ces règles comptables constituent la comptabilité financière ou comptabilité générale (que l on distingue de la comptabilité de gestion ou comptabilité analytique Cf. P5). P1 : Obligations comptables relatives aux opérations commerciales (Achats / Ventes). P2 : Obligations comptables relatives aux opérations d inventaire et à des opérations particulières (Constitution d une entreprise / Affectation du résultat / Consolidation ). Chap. 1 : Les bases de la comptabilité financière (ou générale) (NB : Introduction commune aux processus 1 et 2) I- Les sources du droit comptable français Les règles comptables françaises proviennent de deux sources : le code de commerce et le plan comptable général (PCG). A) Le code de commerce Le code de commerce regroupe toutes les lois qui s appliquent aux commerçants (personnes physiques et sociétés commerciales) et notamment une loi relative aux obligations comptables des commerçants (la loi du 30 avril 1983 et son décret d application du 29 novembre 1983). Cette loi présente les grands principes comptables concernant l établissement et la présentation des comptes annuels. L article L de cette loi comporte trois obligations : - Enregistrer chronologiquement les mouvements affectant le patrimoine de l entreprise ; - Réaliser un inventaire des actifs et passifs du patrimoine (au moins une fois par an) ; - Etablir des comptes annuels à la clôture de l exercice au vu des enregistrements comptables et de l inventaire. B) Le Plan Comptable Général (PCG) Le PCG regroupe l ensemble des règles comptables relatives à l établissement et à la présentation des comptes annuels.

2 2 / 12 Un organisme, l ANC (l Autorité des normes comptables) est chargé de l élaboration de ces règles comptables (sous la forme de règlements : règlement ANC n ). (L ANC a été créée en 2009 pour remplacer deux organismes : le CRC (Comité de la réglementation comptable), qui était chargé de l élaboration des règles comptables, et le CNC (Conseil national de la comptabilité) qui avait pour mission d émettre des avis et des recommandations.) Le premier PCG date de 1947, il a été mis à jour plusieurs fois (PCG 1957, PCG 1982 puis PCG 1999) et, depuis 1999, il est régulièrement modifié par de nouveaux règlements (le PCG actuel i.e. le «PCG 2015» regroupe le PCG 1999 et tous les règlements adoptés depuis 1999, en particulier le règlement qui constitue une recodification du PCG 1999). Remarque : Les normes (règles) comptables internationales (les IFRS) Parallèlement aux règles françaises, il existe des règles comptables internationales : les normes IFRS (International Financial Reporting standard). Ces normes internationales (inspirées en fait des normes américaines : les US GAAP) prennent de plus en plus d importances pour deux raisons : - Les modifications des règles comptables du PCG depuis 1999 sont largement inspirées des normes IFRS (on parle d une «convergence du PCG vers les IFRS») ; - Un règlement européen (règlement de 2002 dit règlement «IFRS 2005») oblige, depuis 2005, toutes les sociétés européennes (donc françaises) cotées (faisant appel public à l épargne) à publier leurs comptes consolidés selon les normes IFRS. (Environ 1000 grands groupes français sont concernés.) NB : Les comptes individuels (ou comptes sociaux) restent pour toutes les entreprises obligatoirement conformes au PCG français. (Les IFRS ne concernent pour l instant que les comptes consolidés : obligatoirement pour les sociétés cotées et sur option pour les sociétés non cotées).

3 3 / 12 II- Les documents de synthèse (comptes annuels) : bilan, compte de résultat (et l annexe) Définition de la comptabilité : «La comptabilité est un système d organisation de l information financière permettant de saisir, classer, enregistrer des données de base chiffrées et présenter des états reflétant une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat de l entité à la date de clôture». (PCG art ) La comptabilité enregistre (dans des comptes!) des informations financières (i.e. des informations évaluables en euros et donc qui affectent le patrimoine de l entreprise) afin d élaborer des documents de synthèse périodiques (annuels au minimum, pour respecter l obligation légale) : le bilan et le compte de résultat. A) Le bilan Cf. Modèle de bilan (d après système abrégé) 1) Les notions d actif et de passif Un bilan décrit le patrimoine d une entreprise à la fin d un exercice comptable (au 31/12 en règle générale). Un patrimoine est constitué d un actif et d un passif : - L actif : «Un actif est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité, c est-à-dire un élément générant une ressource que l entité contrôle du fait d événements passés et dont elle attend des avantages économiques futurs.» (art ). «L avantage économique futur représentatif d un actif est le potentiel qu a cet actif de contribuer, directement ou indirectement, à des flux nets de trésorerie au bénéfice de l entité.» (art ). Il s agit de l ensemble des biens (corporels et incorporels) possédés par une entreprise (des bâtiments, des machines, des stocks, des créances, des titres et de l argent!). L actif représente la richesse (brute) d une entreprise. - Le passif : «Un passif est un élément du patrimoine ayant une valeur économique négative pour l entité, c est à dire une obligation de l entité à l égard d un tiers dont il est probable ou certain qu elle provoquera une sortie de ressources au bénéfice de ce tiers, sans contrepartie au moins équivalente attendue de celui-ci. L ensemble de ces éléments est dénommé passif externe.» (art ). Il s agit de l ensemble des dettes (légales et contractuelles ; certaines et probables). 2) Les capitaux propres Un bilan fait également apparaître les capitaux propres (ils sont inscrits avec les éléments du passif mais ne constituent pas des passifs au sens précédent!).

4 4 / 12 Le montant des capitaux propres est égal à la valeur de l actif net (ou «situation nette») de l entreprise i.e. la différence entre le total de l actif et le total du passif externe (dettes) : Actif Actifs (1 000) Passif Dettes (400) Capitaux propres = Actif net = Actif Dettes (passif externe) = = 600 Les capitaux propres représentent la valeur du patrimoine net de l entreprise à la date de clôture de l exercice (i.e. la richesse, la valeur, la situation financière de l entreprise). NB : Du fait de cette définition des capitaux propres on a l égalité : Total Actif (1 000) = Total Passif (CP : Dettes : 400) (La comptabilité utilise des comptes de capitaux et de gestion distincts des comptes d actif et de dettes mais il s agit en fait de comptes fictifs qui ne sont que la contrepartie des comptes d actif et de dettes Cf. principe de l enregistrement en partie double). Cf. Application : Le bilan 3) Le résultat de l exercice Le résultat d un exercice (qui apparaît au bilan avec les capitaux propres) est égal (en principe) à la variation des capitaux propres (i.e. de l actif net) entre le début et la fin de l exercice (Cf. PCG art ). Exemple : Bilan au 1/1/N (date de création de l entreprise) : Capitaux propres : Actif : Capital : 100 Dettes : 50 Le capital est égal à l actif net (valeur du patrimoine) à la date de création de l entreprise (i.e. aux apports des associés). Bilan au 31/12/N (après une année d activité) : Capitaux propres : - Capital : 100 Actif : Résultat de l exercice N 20 Dettes : 40 Capitaux propres au 1/1/N : = 100 Capitaux propres au 31/12/N : = 120 Variation des capitaux propres + 20 = résultat de l exercice (bénéfice) La valeur du patrimoine de l entreprise a augmenté de 20 au cours de l exercice.

5 5 / 12 Le résultat correspond à des modifications des postes d actif et de dettes mais son inscription au passif permet de maintenir l égalité de l actif et du passif. Cf. Application : Le bilan (suite) Le résultat d un exercice peut être calculé à l aide de deux bilans successifs (variation de l actif net!) mais également avec un compte de résultat. En effet, un bilan fait apparaître le résultat de l entreprise (variation des capitaux propres i.e. de l actif net) mais ne donne pas les opérations qui ont permis de le constituer. B) Le compte de résultat Cf. Modèle de compte de résultat (d après système abrégé) Un compte de résultat récapitule les opérations qui ont une incidence sur le résultat de l exercice (i.e. toutes les opérations qui modifient l actif net et donc qui expliquent la formation du résultat). Le compte de résultat récapitule les produits et les charges de l exercice : Produits : Opérations qui ont une incidence positive sur le résultat (augmentation des capitaux propres ; «enrichissement») i.e. essentiellement les biens et services vendus par l entreprise. Charges : Opérations qui ont une incidence négative sur le résultat (diminution des capitaux propres ; «appauvrissement») i.e. essentiellement les biens et services consommés par l entreprise. On en déduit une deuxième définition du résultat de l exercice (Cf. PCG art ) : Résultat de l exercice = Produits de l exercice Charges de l exercice Cf. Application : Le compte de résultat Remarque : Analyse des opérations d une entreprise Il faut distinguer parmi les opérations réalisées par une entreprise : - celles qui ont une incidence sur le résultat : les produits et les charges, - celles qui n ont pas d influence sur le résultat (et donc qui n apparaissent pas dans le compte de résultat). Exemples : Bilan initial : Immobilisations : 160 Capitaux propres : 140 Créances : 40 (220 80) Disponibilités : 20 Dettes : 80 Total Actif 220 Total Passif 220

6 6 / 12 Opération n 1 : Encaissement d une créance client pour 10 L opération est sans incidence sur le résultat (pas de variation de l actif net) : Immobilisations : 160 Capitaux propres : 140 Créances : (40 10) 30 (220 80) Dispo. : ( ) 30 Dettes : 80 Total Actif 220 Total Passif 220 Opération n 2 : Paiement d une dette fournisseur pour 10 L opération est sans incidence sur le résultat (pas de variation de l actif net) : Immobilisations : 160 Capitaux propres : 140 Créances : 40 (210 70) Dispo. : (20 10) 10 Dettes : (80 10) 70 Total Actif 210 Total Passif 210 Ces deux opérations ne modifient pas la valeur du patrimoine (elles modifient seulement la structure du patrimoine) : elles ne sont pas des charges ni des produits! Opération n 3 : Vente à crédit 10 (une prestation de services par exemple) L opération a une incidence sur le résultat (augmentation de l actif net) : c est un produit Immobilisations : 160 Capitaux propres : 150 Créances : ( ) 50 (230 80) Dispo. : 20 Dettes : 80 Total Actif 230 Total Passif 230 CP initiaux : 140 Résultat : 10 L opération modifie la valeur du patrimoine : = + 10 (résultat de l opération!) NB : «Le compte de résultat récapitule les charges et les produits de l exercice, sans qu il soit tenu compte de leur date de paiement ou d encaissement» (PCG art ) (Cf. opération 3 : le produit est réalisé au moment de la vente, sans attendre l encaissement de la créance!)

7 7 / 12 III- Les enregistrements comptables Les documents de synthèse sont établis en fin d exercice mais ils sont préparés tout au long de l année par des enregistrements dans des comptes, en respectant le principe de la partie double. A) Le fonctionnement des comptes Pour chaque poste du bilan et du compte de résultat, les entreprises ouvrent un compte qui permet de suivre les opérations qui modifient (en plus ou en moins) ce poste. Dans chaque compte on enregistre les augmentations (+) et les diminutions (-) au cours de l exercice pour en déduire la situation (le solde) du compte en fin d exercice ou à tout moment! Présentation simplifiée d un compte (par exemple le compte banque) : Un compte = deux colonnes (une pour les augmentations, l autre pour les diminutions) 512 Banque (BNP) Débit (entrées d argent = augmentations) Crédit (sorties d argent = diminutions) Date Libellé de l opération Montant Date Libellé de l opération Montant 1/1/N Vente au comptant 100 5/1/N Achat au comptant 80 2/1/N Vente au comptant 200 7/1/N Paiement d une dette 130 Total débit 300 Total crédit 210 Solde débiteur (au 7/1) 90 Total général 300 Total général 300 Un compte permet de suivre l évolution d un élément particulier du patrimoine. Par convention, pour tous les comptes (i.e. postes du bilan et du compte de résultat), la colonne de gauche est appelée «Débit» et la colonne de droite «Crédit». Le solde du compte est débiteur si le total du débit et supérieur au total du crédit et créditeur dans le cas inverse. Attention : un solde débiteur est un montant au débit i.e. à gauche mais dans un compte il est inscrit au crédit uniquement pour équilibrer le compte. Débit Crédit Total D = 300 SD = 90 Total C = 210 Ce sont les soldes des comptes qui sont reportés dans les documents de synthèse. NB : Cf. Plan de comptes du PCG pour la liste des comptes (PCG Titre IX Chapitre III)

8 8 / 12 Le fonctionnement d un compte peut être déduit de sa position (à gauche ou à droite) dans le bilan ou le compte de résultat (puisque ce sont les soldes des comptes qui sont reportés dans les documents de synthèse) : - Pour les comptes d actif et les comptes de charges (comptes à gauche) : les augmentations sont enregistrées au débit (à gauche) et les diminutions au crédit (à droite). Les soldes de ces comptes sont donc (en principe) débiteurs (i.e. soldes à gauche). - Pour les comptes de passif et les comptes de produits (comptes à droite) : les augmentations sont enregistrées au crédit (à droite) et les diminutions au débit (à gauche). Les soldes de ces comptes sont donc (en principe) créditeurs (i.e. soldes à droite). C est une simple convention mais qui est logique : les soldes des comptes débiteurs sont reportés au débit des documents de synthèse et les soldes créditeurs au crédit. (L inverse est possible SD reportés au crédit mais ce n est pas logique!). Pour qu un bilan soit équilibré (total de l actif égal au total du passif), il est nécessaire que les comptes d actif et de produits fonctionnent en sens inverse et que les comptes de passif et de charges fonctionnent également en sens inverse (sachant que les comptes d actifs et de passif fonctionnent en sens inverse!). B) L enregistrement en partie double (les écritures comptables) Principe de la partie double : Toutes les opérations d une entreprise sont enregistrées sous la forme d une écriture comptable qui comporte au moins deux comptes pour lesquels le total des montants inscrits au débit est égal au total des montants inscrits au crédit. (Cf. PCG art.921-1) Principe fondamental qui permet en même temps d obtenir un bilan équilibré et d établir un compte de résultat de l exercice (avec un solde identique au résultat obtenu par le bilan). Exemple 1 : Le 15/10/N, une entreprise contracte un emprunt auprès de sa banque pour Analyse de l opération : L emprunt est sans influence sur le résultat (l actif net), il modifie seulement la structure du patrimoine (pas sa valeur) : - Une augmentation des disponibilités (compte d actif) au débit du compte banque ; - Une augmentation des dettes (compte de passif) au crédit du compte emprunt. (Encore une fois, il suffit de regarder la position des comptes dans le bilan!) 512 Banque BNP 164 Emprunt BNP Débit Crédit Débit Crédit 15/ /

9 9 / 12 Le principe de la partie double s explique ici simplement par la nature de l opération : augmentation de l actif et en même temps augmentation du passif! C est la même explication pour toutes les opérations sans influence sur le résultat. Autres exemples : - Encaissement d une créance : augmentation banque (D) et diminution créances (C), - Remboursement d un emprunt : diminution dettes (D) et diminution banque (C) Exemple n 2 : Le 20/10, une entreprise vend au comptant des produits finis (fabriqués) pour Analyse de l opération : La vente à une incidence sur le résultat (l actif net), elle se traduit uniquement (au moment de la vente) par une augmentation des disponibilités (il n y a pas d augmentation des dettes!). Sans le principe de la partie double, l enregistrement se limiterait au débit du compte banque : Débit 512 Banque BNP? Crédit 15/ / Pour maintenir l égalité de l actif et du passif et pour inscrire cette opération au compte de résultat, on généralise le principe de la partie double en créant un compte physique (fictif presque!) qui matérialise l opération (une vente ici). On peut alors analyser l opération ainsi : - Une augmentation des disponibilités (compte d actif) au débit du compte banque ; - Une augmentation des ventes (compte de produits) au crédit du compte ventes de produits finis. 512 Banque BNP 701 Ventes de produits finis Débit Crédit Débit Crédit 20/ / (Cf position des comptes dans le bilan et le compte de résultat!) C est le même principe pour toutes les opérations ayant une incidence sur le résultat : - Augmentation de l actif net => Crédit d un compte de produit (7) en contrepartie - Diminution de l actif net => Débit d un compte de charges (6) en contrepartie.

10 10 / 12 IV- L organisation des travaux comptables Cf. document «L organisation des travaux comptables» Les procédures comptables (l organisation des travaux et les supports utilisés) sont définies par le code de commerce et le PCG (elles sont obligatoires!) Cf. Exemple : Les bases de la comptabilité - L organisation comptable Application de l ensemble de la procédure à un exemple très simplifié (comptabilité manuelle!). A) Ecritures au journal et report dans le grand-livre Extraits du PCG (Cf. art. 911, 912, 921 et 922) : «L entité établit un plan de comptes conforme au plan de comptes» du PCG «Toute entité tient un livre-journal, un grand livre et un livre d inventaire» «Les écritures du livre-journal sont portées sur le grand livre» «Les écritures sont passées selon le système dit «en partie double»» «Les mouvements affectant le patrimoine de l entité sont enregistrés sur le livre-journal, (soit) jour par jour, opération par opération, (soit par récapitulation au moins mensuelle des totaux des opérations)» «Chaque écriture s appuie sur une pièce justificative datée» Analyse opération du 1/1/N : Opération sans contrepartie : Augmentation de l actif Débit compte banque Application du principe de la partie double : Création d un compte fictif «Capital» qui représente (mémorise) la valeur des apports des créateurs (propriétaires) de l entreprise (c est un peu le même principe que les comptes de produits mais il ne s agit pas d un enrichissement mais simplement de la richesse initiale affectée à l entreprise) : Augmentation du passif Crédit du compte capital Analyser toutes les autres opérations selon le même principe : Augmentation ou diminution de l actif, du passif, des produits et/ou des charges ; distinguer les opérations sans incidence sur le résultat (l actif net, la richesse) => uniquement comptes de bilan, et les opérations ayant une incidence sur le résultat => ouvrir en plus un compte de produits ou de charges. NB : Avoir les documents de synthèse sous les yeux!

11 11 / 12 Remarque 1 : Il est possible d établir les documents de synthèse après chaque écriture (immédiat avec un logiciel) : Bilan au 01/01/N Actif Passif Disponibilités Capital Total Total Actif Bilan au 15/01/N (Bilan d ouverture) Passif Immobilisations Capital Stocks Dettes VMP Emprunts Disponibilités Fournisseurs Total Total NB : Valeur du patrimoine = Actif net = Actif dettes = (22 000) = = Capital! Il n y à pas d enrichissement (ou d appauvrissement) avant le lancement de l activité! Remarque 2 : Problème des stocks (Cf. Chap.3) La comptabilité générale n impose pas de suivre les stocks pendant l exercice mais seulement en fin d exercice (inventaire physique). Par conséquent, au cours de l exercice, les enregistrements sont effectués comme s il n y avait pas de stock : les achats sont supposés immédiatement utilisés (pour les matières) ou revendus (pour les marchandises) et donc ils ne passent pas par un compte de stock. Tous les achats sont donc considérés comme des charges (en parallèle, les ventes sont considérées comme ne diminuant pas les stocks!). Ce n est qu en fin d exercice que l on régularise le montant des achats consommés (Cf. écriture de variation des stocks). Remarque 3 : Les travaux d inventaire (Cf. Chap.2 et suivants) Ils correspondent à l application de grands principes comptables, notamment : - Principe d indépendance des exercices (applications : variation des stocks, amortissement Rattachement de la charge à l exercice de consommation ou aux exercices d utilisation) ; - Principe de prudence (application : provision pour risques Enregistrement des dettes probables). Intérêt : Les documents de synthèse doivent être sincères et donner une image fidèle de la situation financière et du résultat de l entreprise!

12 12 / 12 NB : Calculer tous les soldes des comptes! B) Elaboration de la balance (après inventaire) et des documents de synthèse Balance : Instrument de contrôle pour une comptabilité manuelle et source d informations que l on peut éditer à tout moment dans une comptabilité informatisée. C) La clôture de l exercice et la réouverture d un nouvel exercice Les comptes de gestion (comptes 6 et 7) ne concernent qu un exercice : ils sont tous soldés à la fin de l exercice par l intermédiaire du compte 12 Résultat de l exercice (le solde du compte 12 étant inscrit au bilan avec les capitaux propres). Les comptes de gestion sont ainsi remis à zéro pour l ouverture d un nouvel exercice Résultat de l exercice 707 SD SC Total des Total des charges produits SD SC Solde = Résultat de l exercice (Bénéfice = 4 100) En revanche, les comptes de bilan ne sont pas soldés à la clôture de l exercice! La première écriture d un nouvel exercice (écriture de reprise des à nouveaux) consiste alors à reprendre les soldes des comptes de bilan tels qu ils apparaissent dans la balance (ou le bilan) de fin d exercice. Exemple (après écriture de reprise) : 512 Banque 1/1/N+1 AN

GLOSSAIRE. Actif. Annexe. Balance

GLOSSAIRE. Actif. Annexe. Balance GLOSSAIRE Actif «Un actif est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité, c est-à-dire un élément générant une ressource que l entité contrôle du fait d événements

Plus en détail

Introduction à la gestion

Introduction à la gestion Introduction à la gestion comptable La comptabilité générale est une technique permettant de codifier et de conserver une trace des opérations réalisées par une entreprise dans le cadre de son activité.

Plus en détail

PROGRAMME. Préambule. Cours : 20 heures (10 séances) TD : 12 heures (8 séances) Document Obligatoire. Bibliographie indicative: Plan Comptable Général

PROGRAMME. Préambule. Cours : 20 heures (10 séances) TD : 12 heures (8 séances) Document Obligatoire. Bibliographie indicative: Plan Comptable Général Claude Guittard Bureau 153 guittard@unistra.fr LICECE 1 UDS 2012/2013 PROGRAMME Cours : 20 heures (10 séances) TD : 12 heures (8 séances) Document Obligatoire Plan Comptable Général Bibliographie indicative:

Plus en détail

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS.

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS. MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS Sommaire INTRODUCTION PARTIE 1 INITIATION A LA COMPTABILITE 1- règles de base de la comptabilité 2- l activité courante de l

Plus en détail

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Structure du cours Introduction à la comptabilité Comptabilité générale et comptabilité analytique: Objectifs, définition et champ d action Du patrimoine

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr Vocabulaire : Débiter un compte signifie inscrire une somme au débit de ce compte Créditer un compte

Plus en détail

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise.

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. COMPTABILITE La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. Toutes les entreprises dont l activité

Plus en détail

Les bases du modèle comptable

Les bases du modèle comptable Les bases du modèle comptable C H A P I T R E 25 16 SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE Le respect de la normalisation comptable va permettre : une comparaison dans l espace et dans le temps entre entreprises ;

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

COURS 470 Série 20. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 20. Comptabilité Générale COURS 470 Série 20 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE COMPTABILITÉ GÉNÉRALE -

Plus en détail

Chapitre I. Introduction L histoire et la normalisation de la comptabilité... 15

Chapitre I. Introduction L histoire et la normalisation de la comptabilité... 15 Sommaire Avertissement au lecteur....................................................... 11 Introduction générale........................................................... 13 Chapitre I. Introduction

Plus en détail

Comptabilité générale

Comptabilité générale DUT GEA, 1 ème année, 2006-2007 M711 - Introduction à la gestion comptable La comptabilité générale est une technique permettant de codifier et de conserver une trace des opérations réalisées par une entreprise

Plus en détail

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération.

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération. Le Système d Information Comptable 6 Le traitement des informations comptables 6.1 L information comptable L information comptable externe comporte : la date (le jour de l événement comptable) la nature

Plus en détail

Chap. 9 : L affectation du résultat

Chap. 9 : L affectation du résultat 1 / 9 Chap. 9 : L affectation du résultat L affectation du résultat de l exercice N est une opération de l exercice suivant N+1. Les bénéfices peuvent être maintenus dans l entreprise (mis en réserves)

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

Les bases de la comptabilité une leçon pour comprendre les grands principes comptables

Les bases de la comptabilité une leçon pour comprendre les grands principes comptables Les bases de la comptabilité une leçon pour comprendre les grands principes comptables Dans cette leçon, vous allez découvrir les principes fondamentaux de la comptabilité, et visualiser les incidences

Plus en détail

Le bilan et le compte de résultat

Le bilan et le compte de résultat Le bilan et le compte de résultat L entreprise enregistre un très grand nombre d opérations : cet ensemble considérable d informations doit être résumé et structuré. Deux documents de synthèse sont donc

Plus en détail

DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ

DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ DCG UE09 INTRODUCTION A LA COMPTABILITE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que ses auteurs. Les réponses sont parfois plus détaillées que ce

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

L entreprise A.B.C est une société anonyme au capital de 1 200 000 DH.

L entreprise A.B.C est une société anonyme au capital de 1 200 000 DH. Concours d accès en troisième année Programme Grande Ecole Session de Septembre 2011 Epreuve de Comptabilité Générale & Analytique Durée : 3 heures -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

LE PLAN COMPTABLE GENERAL (PCG) Découvrir les caractéristiques essentielles du plan de comptes du PCG.

LE PLAN COMPTABLE GENERAL (PCG) Découvrir les caractéristiques essentielles du plan de comptes du PCG. LE PLAN COMPTABLE GENERAL (PCG) Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o Découvrir les caractéristiques essentielles du plan de comptes du PCG. Etre capable de distinguer les comptes de bilan et

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise

Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise Stage de Préparation à l Installation 11. Comptabilité et Gestion de l entreprise 11.1. Notions de comptabilité 11.2. Analyse financière (bilan et comptes de résultat) 11.3. Plan de financement 11.4. Budget

Plus en détail

Principes et Techniques Comptables 1 er degré

Principes et Techniques Comptables 1 er degré Principes et Techniques Comptables 1 er degré Thème 1601... 4 Séquence thématique 1...4 Séquence thématique 1 > Exercice 1... 4 Séquence thématique 1 > Exercice 1 > Consigne 1... 4 Séquence thématique

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT BILAN

COMPTE DE RESULTAT BILAN COMPTE DE RESULTAT COMPTE DE RESULTAT Par définition, il permet de déterminer le résultat financier d une date à une autre. Il résulte de la différence entre les recettes et les dépenses réalisées pendant

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

I. Comptabilité générale

I. Comptabilité générale I. Comptabilité générale I.A. Documents de la comptabilité générale : Le bilan Le bilan est un document de synthèse qui récapitule à un moment donné le total des emplois et le total des ressources. Selon

Plus en détail

RAPPEL : LE PRINCIPE DE PRUDENCE (Article 120-3 du Plan Comptable Général)

RAPPEL : LE PRINCIPE DE PRUDENCE (Article 120-3 du Plan Comptable Général) CHAPITRE8 LE PRINCIPE DE PRUDENCE LES DEPRECIATIONS ET LES PROVISIONS RAPPEL : LE PRINCIPE DE PRUDENCE (Article 120-3 du Plan Comptable Général) «La comptabilité est établie sur la base d appréciations

Plus en détail

Catalogue. Comptabilité

Catalogue. Comptabilité Catalogue Comptabilité COMPTABILITE Niveaux I et II durée 2x2 jours Comprendre le vocabulaire comptable Connaître les mécanismes et la méthodologiecomptable. Opérer correctement la tenue comptable de son

Plus en détail

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux

Le Petit. Compta. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Le Petit 2014 Compta Les notions clés en 21 fiches Charles-Édouard Godard Séverine Godard Patrick Pinteaux Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ABS : Autres biens et services AGO : Assemblée

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 09. Comptabilité Générale COURS 470 Série 09 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

COURS À CONSULTER : 2. LA PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉTATS FINANCIERS. Le bilan arrêté au 31/12/20n se présente synthétiquement de la façon suivante :

COURS À CONSULTER : 2. LA PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉTATS FINANCIERS. Le bilan arrêté au 31/12/20n se présente synthétiquement de la façon suivante : PRÉSENTATION DU TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE COURS À CONSULTER : 2. LA PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉTATS FINANCIERS NORME À CONSULTER : IAS 01 PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME À CONSULTER : IAS

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE La comptabilité financière d une entreprise s organise de la façon suivante : PIECES JUSTIFICATIVES Factures, pièce de caisse, livre de paye,

Plus en détail

Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME?

Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME? Le nouveau droit comptable Comptabilité ordinaire ou «décompte de carnet du lait» pour PME? Herbert Schaller Etapes Décision du parlement le 23.12.2011 Délai référendaire échu le 13.04.2012 Première partie

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime professionnel Professions du commerce Division de l'apprentissage commercial Section des employés administratifs et commerciaux Comptabilité Classe de X0CM Nombre

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES

DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES DCG session 2012 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 RÉPARTITION DE BÉNÉFICES 1. Expliquer la raison pour laquelle la constitution d une réserve légale est obligatoire et rappeler

Plus en détail

Cas de synthèse n 1 : Société BIGFLASH SA Bilan d ouverture, journal, grand-livre et balance

Cas de synthèse n 1 : Société BIGFLASH SA Bilan d ouverture, journal, grand-livre et balance Enoncé Cas de synthèse n 1 : Société BIGFLASH SA Bilan d ouverture, journal, grand-livre et balance En date du 1 er juillet N, la société BIGFLASH reprend l activité de distribution de produits de luxe

Plus en détail

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés

Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ 5 MARS 2009 Position du CNC relative au traitement comptable applicable aux cessions de créances futures dans le cadre de contrats de partenariats publics-privés 1/11

Plus en détail

Chapitre 15 La détermination du résultat et l établissement des comptes annuels

Chapitre 15 La détermination du résultat et l établissement des comptes annuels Chapitre 15 La détermination du résultat et l établissement des comptes annuels Introduction La mise en situation comprend 2 parties : I La détermination et l imposition du résultat II Les comptes de synthèse

Plus en détail

Chapitre 3 Principes d'évaluation

Chapitre 3 Principes d'évaluation Chapitre 3 Principes d'évaluation I Evaluation des actifs postérieurement à leur date d'entrée (PCG) Introduction : Règles générales concernant les dépréciations A Analyse des actifs autres que les immobilisations

Plus en détail

1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels

1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels 1 Introduction à la comptabilité des entreprises et à la lecture des états financiers 1.1 Préambule : la formation des comptes annuels L objectif principal de ce premier chapitre est de vous initier à

Plus en détail

4. La méthode comptable

4. La méthode comptable 4. La méthode comptable ACC3001 Comptabilité d entreprise Jennifer Malet Définitions Flux : grandeur économique correspondant à la circulation de produits, de services, de revenus, de monnaie, entre agents

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Fiche n 7 Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Direction générale de l offre de soins Direction générale des fi nances publiques Les comptes 102 et 13 et l imputation

Plus en détail

Ecritures d inventaire

Ecritures d inventaire Date début :.. Date fin : Problématique : L exercice comptable découpe la vie de l entreprise. A chaque fin d exercice, il est nécessaire de procéder à un inventaire comptable qui permettra d élaborer

Plus en détail

Concepts comptables : bases théoriques

Concepts comptables : bases théoriques Concepts comptables : bases théoriques Rappels historique et évolution 16 ème siècle invention de la comptabilité en partie double par M. Paccioli. En partie double rien ne se perd. - 1947 élaboration

Plus en détail

- 07 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DE LA CENTRALE DE BILANS DE LA BANQUE DE FRANCE (C.B.B.F.)

- 07 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DE LA CENTRALE DE BILANS DE LA BANQUE DE FRANCE (C.B.B.F.) - 07 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DE LA CENTRALE DE BILANS DE LA BANQUE DE FRANCE (C.B.B.F.) Objectif(s) : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement,

Plus en détail

Principes comptables et ajustements de fin d exercice

Principes comptables et ajustements de fin d exercice 5 Principes comptables et ajustements de fin d exercice Les créances et dettes en monnaies étrangères Le traitement des créances et des dettes en monnaies étrangères hors zone Euro s échelonne en 3 étapes

Plus en détail

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT

LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT LA LOLF ET LA NOUVELLE COMPTABILITE DE L ETAT Jean-Paul Milot Patrick Soury Lionel Vareille 2003 - DRB [Minéfi] La nouvelle architecture du budget de l État Une structuration en trois niveaux Discussion

Plus en détail

EIFR 6 avril 2011 TRAITEMENT COMPTABLE DES OPERATIONS DE FIDUCIE. Xavier PAPER xpaper@xavierpaper.com www.xavierpaper.com

EIFR 6 avril 2011 TRAITEMENT COMPTABLE DES OPERATIONS DE FIDUCIE. Xavier PAPER xpaper@xavierpaper.com www.xavierpaper.com EIFR 6 avril 2011 TRAITEMENT COMPTABLE DES OPERATIONS DE FIDUCIE Xavier PAPER xpaper@xavierpaper.com www.xavierpaper.com Traitement dans les comptes individuels (1/6) Constitution de la fiducie La loi

Plus en détail

UE10 Comptabilité approfondie

UE10 Comptabilité approfondie 1210010 SESSION 2012 UE10 Comptabilité approfondie Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre information.

Plus en détail

Fiche n 5. Schémas comptables applicables aux contrats de partenariat et BEH justement inventaire actif

Fiche n 5. Schémas comptables applicables aux contrats de partenariat et BEH justement inventaire actif Fiche n 5 Schémas comptables applicables aux contrats de et BEH justement inventaire actif Direction générale de l offre de soins Direction générale des fi nances publiques SCHÉMAS COMPTABLES APPLICABLES

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... III CHAPITRE 1 LES CONCEPTS FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITÉ ET LE BILAN... 1 QU EST-CE QUE LA COMPTABILITÉ?... 2 Les grandes fonctions de la comptabilité... 2 La distinction

Plus en détail

CHAPITRE II : LE PATRIMOINE DE L ENTREPRISE : BILAN ET RESULTAT

CHAPITRE II : LE PATRIMOINE DE L ENTREPRISE : BILAN ET RESULTAT CHAPITRE II : LE PATRIMOINE DE L ENTREPRISE : BILAN ET RESULTAT I LE PATRIMOINE 1.1 - DEFINITION C est l ensemble des biens qui sont sous son contrôle : dettes contractées en vue de réaliser son exploitation.

Plus en détail

Partie III Le PCG (FR GAAP) Comptabilité Financière B. GRAND

Partie III Le PCG (FR GAAP) Comptabilité Financière B. GRAND Partie III Le PCG (FR GAAP) 1 Plan comptable et Système d enregistrement des transactions. 2 LE PLAN COMPTABLE 3 PCG Téléchargeable sur : www.lacompta.org/doc/plancomptable-francais.pdf PCG sur Iphone

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

1.2. Les documents comptables usuels PARTIE 1. La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale.

1.2. Les documents comptables usuels PARTIE 1. La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale. 1.2 Les documents comptables usuels PARTIE 1 La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale. Une entreprise est une construction bâtie sur des piliers (fonctions) : commercial,

Plus en détail

COURS 470 Série 08. Comptabilité Générale

COURS 470 Série 08. Comptabilité Générale COURS 470 Série 08 Comptabilité Générale Administration générale de l'enseignement et de la Recherche scientifique Direction de l'enseignement à distance REPRODUCTION INTERDITE Communauté française de

Plus en détail

Le système comptable. Le système comptable Obligations légales. Le système comptable Obligations légales

Le système comptable. Le système comptable Obligations légales. Le système comptable Obligations légales Obligations légales Plan comptable Les documents de synthèse Obligations légales Obligation de tenir une comptabilité : tout commerçant doit tenir une comptabilité de ses recettes et dépenses. il doit

Plus en détail

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS

LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS LES REGULARISATIONS DE CHARGES ET DE PRODUITS Introduction Charges et produits constatés d avance Charges constatées d avance Produits constatées d avance Charges à payer et produits à recevoir Charges

Plus en détail

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS R Cordier LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS 1 ) Le bouclage de la construction budgétaire Chaque entreprise se doit d'anticiper ses flux financiers afin d'assurer sa solvabilité

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

Chapitre 8 : Les provisions

Chapitre 8 : Les provisions Comptabilité générale IG 3 Cours et TD : Marie Musard Année 2007-2008 Chapitre 8 : Les provisions Cours Les provisions correspondent à des pertes ou des charges simplement prévisibles : la constitution

Plus en détail

DCG session 2010 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DOSSIER 1 : NORMALISATION ET RÉGLEMENTATION COMPTABLE

DCG session 2010 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DOSSIER 1 : NORMALISATION ET RÉGLEMENTATION COMPTABLE DCG session 2010 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DOSSIER 1 : NORMALISATION ET RÉGLEMENTATION COMPTABLE 1. Indiquer la signification de ce sigle. ANC : Autorité des normes comptables

Plus en détail

LE CADRE COMPTABLE GENERAL

LE CADRE COMPTABLE GENERAL LE CADRE COMPTABLE GENERAL Chaque plateforme est dans l obligation d établir des comptes annuels (bilan, compte de résultat et annexe) et de se référer au Plan Comptable Général. Quels sont les principes

Plus en détail

Guide comptable. A l usage des trésoriers et présidents, gestionnaires de comités régionaux du PEJ-France

Guide comptable. A l usage des trésoriers et présidents, gestionnaires de comités régionaux du PEJ-France Guide comptable A l usage des trésoriers et présidents, gestionnaires de comités régionaux du PEJ-France Introduction Ces fiches pratiques s adressent aux gestionnaires des comités régionaux, présidents

Plus en détail

AVICOM. 1, rue Miollis 75015 PARIS. Etats financiers au 20/09/2014. Dernier exercice de 9 mois et 20 jours

AVICOM. 1, rue Miollis 75015 PARIS. Etats financiers au 20/09/2014. Dernier exercice de 9 mois et 20 jours AVICOM 1, rue Miollis 75015 PARIS Etats financiers au 20/09/2014 Dernier exercice de 9 mois et 20 jours Etats financiers 20 septembre 2014 Page 1 sur 9 Sommaire 1) Bilan 4 2) Compte de résultat 6 3) Annexes

Plus en détail

Dossier 1 - Augmentation de capital

Dossier 1 - Augmentation de capital DCG session 2013 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif Dossier 1 - Augmentation de capital 1. Indiquer les critères de fixation du prix d émission. Le prix d émission est situé entre la valeur

Plus en détail

Comptabilité générale m.ka$h ^^!!

Comptabilité générale m.ka$h ^^!! Journal 1 LE JOURNAL LE JOURNAL, LE GRAND LIVRE, LA BALANCE Au lieu d être présentées dans des comptes schématiques les opérations commerciales sont enregistrées chronologiquement dans un registre appelé

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Comptes non audités COMPTES CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Bilan Actif Montants en milliers d'euros Montants Amortissements Montants Montants Bruts et

Plus en détail

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5.

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. 28/05/14 1 1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. Périmètre de consolidation 6. Méthode de consolidation

Plus en détail

L état des flux de trésorerie

L état des flux de trésorerie CHAPITRE 2 L état des flux de trésorerie 9 RECUEIL DE SOLUTIONS POUR ÉTUDIANTS CHAPITRE 2 LIBRAIRIE LACOSTE INC. chap. 2, n o 1 CHIFFRIER DE L ÉTAT DES FLUX DE TRÉSORERIE pour l exercice terminé le 31

Plus en détail

Documents de synthèse Regroupements

Documents de synthèse Regroupements Documents de synthèse Regroupements Pré-requis : o Connaitre les documents de synthèse (bilan et tableau de résultat) selon les trois systèmes : Système de base, Système abrégé, Système développé. Objectif

Plus en détail

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion 1. Rappel : la trésorerie dans l analyse fonctionnelle Au 31/12/N, la SA Unibois présente les comptes synthétiques suivants : Bilan au 31 décembre N (en

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE CIB FINANCIAL SOLUTIONS. Etats financiers de la période intermédiaire

CREDIT AGRICOLE CIB FINANCIAL SOLUTIONS. Etats financiers de la période intermédiaire Etats financiers de la période intermédiaire Comptes semestriels non audités au 30 juin 2014 ETATS FINANCIERS DE LA PERIODE INTERMEDIAIRE AU 30 JUIN 2014 TABLE DES MATIERES Page Bilan actif... 2 Bilan

Plus en détail

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable

Société fiduciaire. Lausanne. Le nouveau droit comptable Société fiduciaire Lausanne Le nouveau droit comptable Le nouveau droit comptable -2- Le nouveau droit comptable -3- Table des matières Petite rétrospective Nouvelle structure au niveau du Code des obligations

Plus en détail

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2012

COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2012 COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2012 UNSA UGAP Adresse 1 SOMMAIRE DES COMPTES ANNUELS ARRETES AU 31 DECEMBRE 2012 - Bilan synthétique - Compte de résultat synthétique - Annexe 2 SOMMAIRE - REGLES ET METHODES

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Mode d emploi et rappels essentiels avant d utiliser l outil pour tenir sa comptabilité sous Excel

Mode d emploi et rappels essentiels avant d utiliser l outil pour tenir sa comptabilité sous Excel Mode d emploi et rappels essentiels avant d utiliser l outil pour tenir sa comptabilité sous Excel 1. Présentation générale Excel pour tenir sa comptabilité Pour pouvoir utiliser convenablement cet outil,

Plus en détail

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers CNC Groupe de travail IAS et PME Présentation des normes sur les instruments financiers Concrètement, que sont les instruments financiers dans les comptes consolidés d un groupe industriel ou de service?

Plus en détail

Comptabilité approfondie

Comptabilité approfondie Comptabilité approfondie La comptabilité est un système de traitement de l information. Elle permet de codifier et d enregistrer des informations financières diverses (factures, relevés de banque, mais

Plus en détail

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Sommaire PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Thème 1 Les notions de patrimoine et d activité de l entreprise 15 1 Bilan de départ simplifié 15 2 Bilans successifs et détermination

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

! " ! # & "'!""# " $!%&!'&%()!!(! *'!" "*! +,) *! & *- $!%&!%+!%&!()!!%&&! +! './ 0,123 4 5! %. / 0!%+/)!1!+!

!  ! # & '!#  $!%&!'&%()!!(! *'! *! +,) *! & *- $!%&!%+!%&!()!!%&&! +! './ 0,123 4 5! %. / 0!%+/)!1!+! ! "! # $% & "'!""# " () $!%&!'&%()!!(! *'!" "*! +,) *! * & *- $-) $!%&!%+!%&!()!!%&&! +! './ 0,123 4 5! 5" %,%%-!-)!( %. / 0!%+/)!1!+! 5 + 67 " *84! 9- *!(!(%.))-"2%$ (-!%%3-('!04&'!" $'!,. 5%!1!(!'%%!&6(!%

Plus en détail

LES STOCKS DEFINITION ET TYPOLOGIE DES STOCKS

LES STOCKS DEFINITION ET TYPOLOGIE DES STOCKS LES STOCKS DEFINITION ET TYPOLOGIE DES STOCKS Définition des stocks Typologie LA GESTION DES STOCKS Les indicateurs de gestion des stocks Les documents de gestion des stocks Les méthodes de gestion des

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS FONDATION D ENTREPRISE CHANEL 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS Exercice du 18 juin 2011 au 31 décembre 2012 SOMMAIRE COMPTES ANNUELS ANNEXE 6 1. Faits caractéristiques

Plus en détail

ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE

ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR-ADJOINT 2010-2011 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuve d'admissibilité 3 février 2011 ÉPREUVE À OPTION : OPTION GESTION

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail