Processus 2 : Contrôle et production de l information financière

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Processus 2 : Contrôle et production de l information financière"

Transcription

1 1 / 12 Processus 2 : Contrôle et production de l information financière Les processus 1 et 2 regroupent les principales obligations (ou règles) comptables des entreprises relatives à l établissement des comptes annuels (bilan, compte de résultat et annexe). Ces règles comptables constituent la comptabilité financière ou comptabilité générale (que l on distingue de la comptabilité de gestion ou comptabilité analytique Cf. P5). P1 : Obligations comptables relatives aux opérations commerciales (Achats / Ventes). P2 : Obligations comptables relatives aux opérations d inventaire et à des opérations particulières (Constitution d une entreprise / Affectation du résultat / Consolidation ). Chap. 1 : Les bases de la comptabilité financière (ou générale) (NB : Introduction commune aux processus 1 et 2) I- Les sources du droit comptable français Les règles comptables françaises proviennent de deux sources : le code de commerce et le plan comptable général (PCG). A) Le code de commerce Le code de commerce regroupe toutes les lois qui s appliquent aux commerçants (personnes physiques et sociétés commerciales) et notamment une loi relative aux obligations comptables des commerçants (la loi du 30 avril 1983 et son décret d application du 29 novembre 1983). Cette loi présente les grands principes comptables concernant l établissement et la présentation des comptes annuels. L article L de cette loi comporte trois obligations : - Enregistrer chronologiquement les mouvements affectant le patrimoine de l entreprise ; - Réaliser un inventaire des actifs et passifs du patrimoine (au moins une fois par an) ; - Etablir des comptes annuels à la clôture de l exercice au vu des enregistrements comptables et de l inventaire. B) Le Plan Comptable Général (PCG) Le PCG regroupe l ensemble des règles comptables relatives à l établissement et à la présentation des comptes annuels.

2 2 / 12 Un organisme, l ANC (l Autorité des normes comptables) est chargé de l élaboration de ces règles comptables (sous la forme de règlements : règlement ANC n ). (L ANC a été créée en 2009 pour remplacer deux organismes : le CRC (Comité de la réglementation comptable), qui était chargé de l élaboration des règles comptables, et le CNC (Conseil national de la comptabilité) qui avait pour mission d émettre des avis et des recommandations.) Le premier PCG date de 1947, il a été mis à jour plusieurs fois (PCG 1957, PCG 1982 puis PCG 1999) et, depuis 1999, il est régulièrement modifié par de nouveaux règlements (le PCG actuel i.e. le «PCG 2015» regroupe le PCG 1999 et tous les règlements adoptés depuis 1999, en particulier le règlement qui constitue une recodification du PCG 1999). Remarque : Les normes (règles) comptables internationales (les IFRS) Parallèlement aux règles françaises, il existe des règles comptables internationales : les normes IFRS (International Financial Reporting standard). Ces normes internationales (inspirées en fait des normes américaines : les US GAAP) prennent de plus en plus d importances pour deux raisons : - Les modifications des règles comptables du PCG depuis 1999 sont largement inspirées des normes IFRS (on parle d une «convergence du PCG vers les IFRS») ; - Un règlement européen (règlement de 2002 dit règlement «IFRS 2005») oblige, depuis 2005, toutes les sociétés européennes (donc françaises) cotées (faisant appel public à l épargne) à publier leurs comptes consolidés selon les normes IFRS. (Environ 1000 grands groupes français sont concernés.) NB : Les comptes individuels (ou comptes sociaux) restent pour toutes les entreprises obligatoirement conformes au PCG français. (Les IFRS ne concernent pour l instant que les comptes consolidés : obligatoirement pour les sociétés cotées et sur option pour les sociétés non cotées).

3 3 / 12 II- Les documents de synthèse (comptes annuels) : bilan, compte de résultat (et l annexe) Définition de la comptabilité : «La comptabilité est un système d organisation de l information financière permettant de saisir, classer, enregistrer des données de base chiffrées et présenter des états reflétant une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat de l entité à la date de clôture». (PCG art ) La comptabilité enregistre (dans des comptes!) des informations financières (i.e. des informations évaluables en euros et donc qui affectent le patrimoine de l entreprise) afin d élaborer des documents de synthèse périodiques (annuels au minimum, pour respecter l obligation légale) : le bilan et le compte de résultat. A) Le bilan Cf. Modèle de bilan (d après système abrégé) 1) Les notions d actif et de passif Un bilan décrit le patrimoine d une entreprise à la fin d un exercice comptable (au 31/12 en règle générale). Un patrimoine est constitué d un actif et d un passif : - L actif : «Un actif est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité, c est-à-dire un élément générant une ressource que l entité contrôle du fait d événements passés et dont elle attend des avantages économiques futurs.» (art ). «L avantage économique futur représentatif d un actif est le potentiel qu a cet actif de contribuer, directement ou indirectement, à des flux nets de trésorerie au bénéfice de l entité.» (art ). Il s agit de l ensemble des biens (corporels et incorporels) possédés par une entreprise (des bâtiments, des machines, des stocks, des créances, des titres et de l argent!). L actif représente la richesse (brute) d une entreprise. - Le passif : «Un passif est un élément du patrimoine ayant une valeur économique négative pour l entité, c est à dire une obligation de l entité à l égard d un tiers dont il est probable ou certain qu elle provoquera une sortie de ressources au bénéfice de ce tiers, sans contrepartie au moins équivalente attendue de celui-ci. L ensemble de ces éléments est dénommé passif externe.» (art ). Il s agit de l ensemble des dettes (légales et contractuelles ; certaines et probables). 2) Les capitaux propres Un bilan fait également apparaître les capitaux propres (ils sont inscrits avec les éléments du passif mais ne constituent pas des passifs au sens précédent!).

4 4 / 12 Le montant des capitaux propres est égal à la valeur de l actif net (ou «situation nette») de l entreprise i.e. la différence entre le total de l actif et le total du passif externe (dettes) : Actif Actifs (1 000) Passif Dettes (400) Capitaux propres = Actif net = Actif Dettes (passif externe) = = 600 Les capitaux propres représentent la valeur du patrimoine net de l entreprise à la date de clôture de l exercice (i.e. la richesse, la valeur, la situation financière de l entreprise). NB : Du fait de cette définition des capitaux propres on a l égalité : Total Actif (1 000) = Total Passif (CP : Dettes : 400) (La comptabilité utilise des comptes de capitaux et de gestion distincts des comptes d actif et de dettes mais il s agit en fait de comptes fictifs qui ne sont que la contrepartie des comptes d actif et de dettes Cf. principe de l enregistrement en partie double). Cf. Application : Le bilan 3) Le résultat de l exercice Le résultat d un exercice (qui apparaît au bilan avec les capitaux propres) est égal (en principe) à la variation des capitaux propres (i.e. de l actif net) entre le début et la fin de l exercice (Cf. PCG art ). Exemple : Bilan au 1/1/N (date de création de l entreprise) : Capitaux propres : Actif : Capital : 100 Dettes : 50 Le capital est égal à l actif net (valeur du patrimoine) à la date de création de l entreprise (i.e. aux apports des associés). Bilan au 31/12/N (après une année d activité) : Capitaux propres : - Capital : 100 Actif : Résultat de l exercice N 20 Dettes : 40 Capitaux propres au 1/1/N : = 100 Capitaux propres au 31/12/N : = 120 Variation des capitaux propres + 20 = résultat de l exercice (bénéfice) La valeur du patrimoine de l entreprise a augmenté de 20 au cours de l exercice.

5 5 / 12 Le résultat correspond à des modifications des postes d actif et de dettes mais son inscription au passif permet de maintenir l égalité de l actif et du passif. Cf. Application : Le bilan (suite) Le résultat d un exercice peut être calculé à l aide de deux bilans successifs (variation de l actif net!) mais également avec un compte de résultat. En effet, un bilan fait apparaître le résultat de l entreprise (variation des capitaux propres i.e. de l actif net) mais ne donne pas les opérations qui ont permis de le constituer. B) Le compte de résultat Cf. Modèle de compte de résultat (d après système abrégé) Un compte de résultat récapitule les opérations qui ont une incidence sur le résultat de l exercice (i.e. toutes les opérations qui modifient l actif net et donc qui expliquent la formation du résultat). Le compte de résultat récapitule les produits et les charges de l exercice : Produits : Opérations qui ont une incidence positive sur le résultat (augmentation des capitaux propres ; «enrichissement») i.e. essentiellement les biens et services vendus par l entreprise. Charges : Opérations qui ont une incidence négative sur le résultat (diminution des capitaux propres ; «appauvrissement») i.e. essentiellement les biens et services consommés par l entreprise. On en déduit une deuxième définition du résultat de l exercice (Cf. PCG art ) : Résultat de l exercice = Produits de l exercice Charges de l exercice Cf. Application : Le compte de résultat Remarque : Analyse des opérations d une entreprise Il faut distinguer parmi les opérations réalisées par une entreprise : - celles qui ont une incidence sur le résultat : les produits et les charges, - celles qui n ont pas d influence sur le résultat (et donc qui n apparaissent pas dans le compte de résultat). Exemples : Bilan initial : Immobilisations : 160 Capitaux propres : 140 Créances : 40 (220 80) Disponibilités : 20 Dettes : 80 Total Actif 220 Total Passif 220

6 6 / 12 Opération n 1 : Encaissement d une créance client pour 10 L opération est sans incidence sur le résultat (pas de variation de l actif net) : Immobilisations : 160 Capitaux propres : 140 Créances : (40 10) 30 (220 80) Dispo. : ( ) 30 Dettes : 80 Total Actif 220 Total Passif 220 Opération n 2 : Paiement d une dette fournisseur pour 10 L opération est sans incidence sur le résultat (pas de variation de l actif net) : Immobilisations : 160 Capitaux propres : 140 Créances : 40 (210 70) Dispo. : (20 10) 10 Dettes : (80 10) 70 Total Actif 210 Total Passif 210 Ces deux opérations ne modifient pas la valeur du patrimoine (elles modifient seulement la structure du patrimoine) : elles ne sont pas des charges ni des produits! Opération n 3 : Vente à crédit 10 (une prestation de services par exemple) L opération a une incidence sur le résultat (augmentation de l actif net) : c est un produit Immobilisations : 160 Capitaux propres : 150 Créances : ( ) 50 (230 80) Dispo. : 20 Dettes : 80 Total Actif 230 Total Passif 230 CP initiaux : 140 Résultat : 10 L opération modifie la valeur du patrimoine : = + 10 (résultat de l opération!) NB : «Le compte de résultat récapitule les charges et les produits de l exercice, sans qu il soit tenu compte de leur date de paiement ou d encaissement» (PCG art ) (Cf. opération 3 : le produit est réalisé au moment de la vente, sans attendre l encaissement de la créance!)

7 7 / 12 III- Les enregistrements comptables Les documents de synthèse sont établis en fin d exercice mais ils sont préparés tout au long de l année par des enregistrements dans des comptes, en respectant le principe de la partie double. A) Le fonctionnement des comptes Pour chaque poste du bilan et du compte de résultat, les entreprises ouvrent un compte qui permet de suivre les opérations qui modifient (en plus ou en moins) ce poste. Dans chaque compte on enregistre les augmentations (+) et les diminutions (-) au cours de l exercice pour en déduire la situation (le solde) du compte en fin d exercice ou à tout moment! Présentation simplifiée d un compte (par exemple le compte banque) : Un compte = deux colonnes (une pour les augmentations, l autre pour les diminutions) 512 Banque (BNP) Débit (entrées d argent = augmentations) Crédit (sorties d argent = diminutions) Date Libellé de l opération Montant Date Libellé de l opération Montant 1/1/N Vente au comptant 100 5/1/N Achat au comptant 80 2/1/N Vente au comptant 200 7/1/N Paiement d une dette 130 Total débit 300 Total crédit 210 Solde débiteur (au 7/1) 90 Total général 300 Total général 300 Un compte permet de suivre l évolution d un élément particulier du patrimoine. Par convention, pour tous les comptes (i.e. postes du bilan et du compte de résultat), la colonne de gauche est appelée «Débit» et la colonne de droite «Crédit». Le solde du compte est débiteur si le total du débit et supérieur au total du crédit et créditeur dans le cas inverse. Attention : un solde débiteur est un montant au débit i.e. à gauche mais dans un compte il est inscrit au crédit uniquement pour équilibrer le compte. Débit Crédit Total D = 300 SD = 90 Total C = 210 Ce sont les soldes des comptes qui sont reportés dans les documents de synthèse. NB : Cf. Plan de comptes du PCG pour la liste des comptes (PCG Titre IX Chapitre III)

8 8 / 12 Le fonctionnement d un compte peut être déduit de sa position (à gauche ou à droite) dans le bilan ou le compte de résultat (puisque ce sont les soldes des comptes qui sont reportés dans les documents de synthèse) : - Pour les comptes d actif et les comptes de charges (comptes à gauche) : les augmentations sont enregistrées au débit (à gauche) et les diminutions au crédit (à droite). Les soldes de ces comptes sont donc (en principe) débiteurs (i.e. soldes à gauche). - Pour les comptes de passif et les comptes de produits (comptes à droite) : les augmentations sont enregistrées au crédit (à droite) et les diminutions au débit (à gauche). Les soldes de ces comptes sont donc (en principe) créditeurs (i.e. soldes à droite). C est une simple convention mais qui est logique : les soldes des comptes débiteurs sont reportés au débit des documents de synthèse et les soldes créditeurs au crédit. (L inverse est possible SD reportés au crédit mais ce n est pas logique!). Pour qu un bilan soit équilibré (total de l actif égal au total du passif), il est nécessaire que les comptes d actif et de produits fonctionnent en sens inverse et que les comptes de passif et de charges fonctionnent également en sens inverse (sachant que les comptes d actifs et de passif fonctionnent en sens inverse!). B) L enregistrement en partie double (les écritures comptables) Principe de la partie double : Toutes les opérations d une entreprise sont enregistrées sous la forme d une écriture comptable qui comporte au moins deux comptes pour lesquels le total des montants inscrits au débit est égal au total des montants inscrits au crédit. (Cf. PCG art.921-1) Principe fondamental qui permet en même temps d obtenir un bilan équilibré et d établir un compte de résultat de l exercice (avec un solde identique au résultat obtenu par le bilan). Exemple 1 : Le 15/10/N, une entreprise contracte un emprunt auprès de sa banque pour Analyse de l opération : L emprunt est sans influence sur le résultat (l actif net), il modifie seulement la structure du patrimoine (pas sa valeur) : - Une augmentation des disponibilités (compte d actif) au débit du compte banque ; - Une augmentation des dettes (compte de passif) au crédit du compte emprunt. (Encore une fois, il suffit de regarder la position des comptes dans le bilan!) 512 Banque BNP 164 Emprunt BNP Débit Crédit Débit Crédit 15/ /

9 9 / 12 Le principe de la partie double s explique ici simplement par la nature de l opération : augmentation de l actif et en même temps augmentation du passif! C est la même explication pour toutes les opérations sans influence sur le résultat. Autres exemples : - Encaissement d une créance : augmentation banque (D) et diminution créances (C), - Remboursement d un emprunt : diminution dettes (D) et diminution banque (C) Exemple n 2 : Le 20/10, une entreprise vend au comptant des produits finis (fabriqués) pour Analyse de l opération : La vente à une incidence sur le résultat (l actif net), elle se traduit uniquement (au moment de la vente) par une augmentation des disponibilités (il n y a pas d augmentation des dettes!). Sans le principe de la partie double, l enregistrement se limiterait au débit du compte banque : Débit 512 Banque BNP? Crédit 15/ / Pour maintenir l égalité de l actif et du passif et pour inscrire cette opération au compte de résultat, on généralise le principe de la partie double en créant un compte physique (fictif presque!) qui matérialise l opération (une vente ici). On peut alors analyser l opération ainsi : - Une augmentation des disponibilités (compte d actif) au débit du compte banque ; - Une augmentation des ventes (compte de produits) au crédit du compte ventes de produits finis. 512 Banque BNP 701 Ventes de produits finis Débit Crédit Débit Crédit 20/ / (Cf position des comptes dans le bilan et le compte de résultat!) C est le même principe pour toutes les opérations ayant une incidence sur le résultat : - Augmentation de l actif net => Crédit d un compte de produit (7) en contrepartie - Diminution de l actif net => Débit d un compte de charges (6) en contrepartie.

10 10 / 12 IV- L organisation des travaux comptables Cf. document «L organisation des travaux comptables» Les procédures comptables (l organisation des travaux et les supports utilisés) sont définies par le code de commerce et le PCG (elles sont obligatoires!) Cf. Exemple : Les bases de la comptabilité - L organisation comptable Application de l ensemble de la procédure à un exemple très simplifié (comptabilité manuelle!). A) Ecritures au journal et report dans le grand-livre Extraits du PCG (Cf. art. 911, 912, 921 et 922) : «L entité établit un plan de comptes conforme au plan de comptes» du PCG «Toute entité tient un livre-journal, un grand livre et un livre d inventaire» «Les écritures du livre-journal sont portées sur le grand livre» «Les écritures sont passées selon le système dit «en partie double»» «Les mouvements affectant le patrimoine de l entité sont enregistrés sur le livre-journal, (soit) jour par jour, opération par opération, (soit par récapitulation au moins mensuelle des totaux des opérations)» «Chaque écriture s appuie sur une pièce justificative datée» Analyse opération du 1/1/N : Opération sans contrepartie : Augmentation de l actif Débit compte banque Application du principe de la partie double : Création d un compte fictif «Capital» qui représente (mémorise) la valeur des apports des créateurs (propriétaires) de l entreprise (c est un peu le même principe que les comptes de produits mais il ne s agit pas d un enrichissement mais simplement de la richesse initiale affectée à l entreprise) : Augmentation du passif Crédit du compte capital Analyser toutes les autres opérations selon le même principe : Augmentation ou diminution de l actif, du passif, des produits et/ou des charges ; distinguer les opérations sans incidence sur le résultat (l actif net, la richesse) => uniquement comptes de bilan, et les opérations ayant une incidence sur le résultat => ouvrir en plus un compte de produits ou de charges. NB : Avoir les documents de synthèse sous les yeux!

11 11 / 12 Remarque 1 : Il est possible d établir les documents de synthèse après chaque écriture (immédiat avec un logiciel) : Bilan au 01/01/N Actif Passif Disponibilités Capital Total Total Actif Bilan au 15/01/N (Bilan d ouverture) Passif Immobilisations Capital Stocks Dettes VMP Emprunts Disponibilités Fournisseurs Total Total NB : Valeur du patrimoine = Actif net = Actif dettes = (22 000) = = Capital! Il n y à pas d enrichissement (ou d appauvrissement) avant le lancement de l activité! Remarque 2 : Problème des stocks (Cf. Chap.3) La comptabilité générale n impose pas de suivre les stocks pendant l exercice mais seulement en fin d exercice (inventaire physique). Par conséquent, au cours de l exercice, les enregistrements sont effectués comme s il n y avait pas de stock : les achats sont supposés immédiatement utilisés (pour les matières) ou revendus (pour les marchandises) et donc ils ne passent pas par un compte de stock. Tous les achats sont donc considérés comme des charges (en parallèle, les ventes sont considérées comme ne diminuant pas les stocks!). Ce n est qu en fin d exercice que l on régularise le montant des achats consommés (Cf. écriture de variation des stocks). Remarque 3 : Les travaux d inventaire (Cf. Chap.2 et suivants) Ils correspondent à l application de grands principes comptables, notamment : - Principe d indépendance des exercices (applications : variation des stocks, amortissement Rattachement de la charge à l exercice de consommation ou aux exercices d utilisation) ; - Principe de prudence (application : provision pour risques Enregistrement des dettes probables). Intérêt : Les documents de synthèse doivent être sincères et donner une image fidèle de la situation financière et du résultat de l entreprise!

12 12 / 12 NB : Calculer tous les soldes des comptes! B) Elaboration de la balance (après inventaire) et des documents de synthèse Balance : Instrument de contrôle pour une comptabilité manuelle et source d informations que l on peut éditer à tout moment dans une comptabilité informatisée. C) La clôture de l exercice et la réouverture d un nouvel exercice Les comptes de gestion (comptes 6 et 7) ne concernent qu un exercice : ils sont tous soldés à la fin de l exercice par l intermédiaire du compte 12 Résultat de l exercice (le solde du compte 12 étant inscrit au bilan avec les capitaux propres). Les comptes de gestion sont ainsi remis à zéro pour l ouverture d un nouvel exercice Résultat de l exercice 707 SD SC Total des Total des charges produits SD SC Solde = Résultat de l exercice (Bénéfice = 4 100) En revanche, les comptes de bilan ne sont pas soldés à la clôture de l exercice! La première écriture d un nouvel exercice (écriture de reprise des à nouveaux) consiste alors à reprendre les soldes des comptes de bilan tels qu ils apparaissent dans la balance (ou le bilan) de fin d exercice. Exemple (après écriture de reprise) : 512 Banque 1/1/N+1 AN

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE I LES PRINCIPES DE LA LOGIQUE COMPTA SECTION I LE PRINCIPE DE LA COMPTABILITE EN PARTIE DOUBLE I Le fonctionnement de l entreprise

Plus en détail

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS

PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS PRESENTATION DES COMPTES ANNUELS I LE BILAN Il décrit l ensemble des éléments composant le patrimoine de l association, ce qu elle possède, ses créances moins ses dettes, à une date donnée (en général,

Plus en détail

Comptabilité générale

Comptabilité générale Comptabilité générale La comptabilité générale est une technique permettant de codifier et de conserver une trace des opérations réalisées par une entreprise dans le cadre de son activité. Elle permet

Plus en détail

Comptabilité Titre 1 : Le plan comptable français : Chapitre 1 : La comptabilité, définition et rôle :

Comptabilité Titre 1 : Le plan comptable français : Chapitre 1 : La comptabilité, définition et rôle : Comptabilité Titre 1 : Le plan comptable français : Chapitre 1 : La comptabilité, définition et rôle : Article 120 PCG : la comptabilité est un système d organisation de l information financière permettant

Plus en détail

Fiche 2.2. : Comment mesurer la performance de l entreprise?

Fiche 2.2. : Comment mesurer la performance de l entreprise? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.2. : Comment mesurer la performance

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Jean-Michel DEGEORGE INTRODUCTION I- OBJECTIFS ET MOYENS DE LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE. La comptabilité générale est un système d information se présentant sous la forme d un ensemble

Plus en détail

Le modèle COMPTABLE de l ENTREPRISE

Le modèle COMPTABLE de l ENTREPRISE Le modèle COMPTABLE de l ENTREPRISE Histoire de la comptabilité Le plus vieux métier du monde. On compte depuis que l on écrit : Tablette sumérienne Puis : comptabilité en recettes et dépenses Avec la

Plus en détail

TOTAL ACTIF = TOTAL PASSIF

TOTAL ACTIF = TOTAL PASSIF Fiche méthodologique Les outils comptables et financiers Décembre 2012 Le bilan, le compte de Le bilan, le compte de sont trois documents comptables complémentaires utilisés dans le cadre d une comptabilité

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises

Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Introduction à la Comptabilité Générale des Entreprises Structure du cours Introduction à la comptabilité Comptabilité générale et comptabilité analytique: Objectifs, définition et champ d action Du patrimoine

Plus en détail

Cf. document : «L amortissement des immobilisations : Extraits du PCG» Cf. PCG art. 214-4 et C. com. R.123-179 (en combinant les deux définitions) :

Cf. document : «L amortissement des immobilisations : Extraits du PCG» Cf. PCG art. 214-4 et C. com. R.123-179 (en combinant les deux définitions) : 1 / 5 Chap. 4 : Les immobilisations 2 e partie : L amortissement des immobilisations (corporelles et incorporelles) Cf. document : «L amortissement des immobilisations : Extraits du PCG» I- Définition

Plus en détail

Introduction générale à la comptabilité financière : le langage du monde des affaires

Introduction générale à la comptabilité financière : le langage du monde des affaires Introduction générale à la comptabilité financière : le langage du monde des affaires La comptabilité constitue un langage, le langage du monde des affaires, qui possède ses conventions propres. La comptabilité

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE SYNTHESE OU COMPTES ANNUELS. Documents de synthèse selon les systèmes comptables, Annexes.

LES DOCUMENTS DE SYNTHESE OU COMPTES ANNUELS. Documents de synthèse selon les systèmes comptables, Annexes. LES DOCUMENTS DE SYNTHESE OU COMPTES ANNUELS Objectif(s) : o o Pré-requis : o o Modalités : o o o o Documents de synthèse selon les systèmes comptables, Annexes. Classification des comptes (plan de comptes),

Plus en détail

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise.

La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. COMPTABILITE La compta générale discipline consistant a collecter organiser et classer toutes les infos fin et commerciales relatives a l activité de l entreprise. Toutes les entreprises dont l activité

Plus en détail

Le modèle COMPTABLE de l ENTREPRISE

Le modèle COMPTABLE de l ENTREPRISE Le modèle COMPTABLE de l ENTREPRISE Histoire de la comptabilité Le plus vieux métier du monde. On compte depuis que l on écrit : Tablette sumérienne Puis : comptabilité en recettes et dépenses Avec la

Plus en détail

1. Le bilan et ses variations

1. Le bilan et ses variations 1. Le bilan et ses variations Comme la situation patrimoniale d une entreprise varie sans cesse, les comptables ont inventé une technique permettant, pour des raisons pratiques de simplicité et de maniabilité,

Plus en détail

Relatif à la comptabilisation du droit individuel à la formation DIF

Relatif à la comptabilisation du droit individuel à la formation DIF CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004 - F DU 13 OCTOBRE 2004 DU COMITÉ D URGENCE Relatif à la comptabilisation du droit individuel à la formation DIF Sommaire : 1. - Dispositif du DIF 2. - Comptabilisation

Plus en détail

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan

Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Concevoir la stratégie économique de l ACI : Lire et analyser un bilan Le bilan = l état du patrimoine à un instant T. Une photographie de ce que la structure a comme ressources et de l utilisation qu

Plus en détail

CONNAISSANCES ASSOCIÉES PÔLE COMPTABILITÉ ET GESTION DES ACTIVITÉS BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMPTABILITÉ EN 3 ANS

CONNAISSANCES ASSOCIÉES PÔLE COMPTABILITÉ ET GESTION DES ACTIVITÉS BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMPTABILITÉ EN 3 ANS CONNAISSANCES ASSOCIÉES PÔLE COMPTABILITÉ ET GESTION DES ACTIVITÉS BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMPTABILITÉ EN 3 ANS 1 L'ENTREPRISE BACCALAURÉAT EN 3 ANS Éléments généraux de l entreprise Le commerçant,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 11 décembre 2008 portant homologation du règlement n o 2008-12 du Comité de la réglementation

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002. Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2002-10 du 12 décembre 2002 Relatif à l amortissement et à la dépréciation des actifs Le Comité de la réglementation comptable, Vu la loi n 98-261 du 6

Plus en détail

Chapitre 17 : La tenue des comptes

Chapitre 17 : La tenue des comptes Chapitre 17 : La tenue des comptes Plan L'enregistrement des opérations en comptabilité générale Charges et dépenses budgétaires Produits et créances liées à l'impôt L'enregistrement des opérations en

Plus en détail

GLOSSAIRE. Actif. Annexe. Balance

GLOSSAIRE. Actif. Annexe. Balance GLOSSAIRE Actif «Un actif est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité, c est-à-dire un élément générant une ressource que l entité contrôle du fait d événements

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON

Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON Préparation CCF n 2 : APS La SA LOUISON NB : Pour réussir cette APS il est indispensable de connaître (et d être capable de définir) les notions relatives à l analyse fonctionnelle du bilan et du compte

Plus en détail

Cours de comptabilité

Cours de comptabilité Cours de comptabilité 2009 Table des matières 1 Analyse et fonctionnement des comptes du BILAN 2 1.1 Test.......................................................... 2 1.1.1 A Biens détenus en location-financement..................................

Plus en détail

relatif à la comptabilisation des quotas d émission de gaz à effet de serre dans les comptes individuels et consolidés

relatif à la comptabilisation des quotas d émission de gaz à effet de serre dans les comptes individuels et consolidés CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS n 2004-C du 23 mars 2004 du Comité d urgence relatif à la comptabilisation des quotas d émission de gaz à effet de serre dans les comptes individuels et consolidés

Plus en détail

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération.

le document justificatif (facture, avoir, reçu, relevé, ticket ) l activité de l entreprise qui est à l origine de l opération. Le Système d Information Comptable 6 Le traitement des informations comptables 6.1 L information comptable L information comptable externe comporte : la date (le jour de l événement comptable) la nature

Plus en détail

SESSION 2015 UE 9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ. Eléments indicatifs de corrigé

SESSION 2015 UE 9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ. Eléments indicatifs de corrigé SESSION 2015 UE 9 INTRODUCTION À LA COMPTABILITÉ Eléments indicatifs de corrigé DOSSIER 1 : DROIT COMPTABLE 1. Rappeler les objectifs et le contenu du Plan Comptable Général. Objectifs : Définir les normes

Plus en détail

TRANSITION AUX NORMES IFRS (International Financial Reporting Standards)

TRANSITION AUX NORMES IFRS (International Financial Reporting Standards) TRANSITION AUX NORMES IFRS (International Financial Reporting Standards) CONTEXTE En application du règlement européen n 1606/2002 adopté le 19 juillet 2002, les sociétés faisant appel public à l épargne

Plus en détail

DCG session 2011 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS

DCG session 2011 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS DCG session 2011 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 - IMMOBILISATIONS Première partie - Immeuble 1. Indiquer pour quels motifs comptables il convient de décomposer l actif «immeuble».

Plus en détail

Le BILAN FONCTIONNEL et FINANCIER. Notions élémentaires

Le BILAN FONCTIONNEL et FINANCIER. Notions élémentaires Le BILAN FONCTIONNEL et FINANCIER Notions élémentaires 1 Bilan Comptable et Fonctionnel Le bilan comptable est une photographie de la situation d une entreprise : ses biens = Actif net (emplois) et ses

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT

Fiche conseil. Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON SON RESULTAT FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

LES PRINCIPES COMPTABLES ET LEUR MISE EN ŒUVRE COMPTABILITE DES ENTREPRISES

LES PRINCIPES COMPTABLES ET LEUR MISE EN ŒUVRE COMPTABILITE DES ENTREPRISES LES PRINCIPES COMPTABLES ET LEUR MISE EN ŒUVRE COMPTABILITE DES ENTREPRISES Présentation des principes qui fondent le Plan Comptable Général. La permanence des méthodes Art. 123-17 Code de commerce : "A

Plus en détail

COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

COMPTABILITÉ GÉNÉRALE COMPTABILITÉ GÉNÉRALE CHAPITRE 1 : Les notions de patrimoine et d'achat de l'entreprise L'objectif de toute entreprise est de s'enrichie en exerçant une activité. Une des finalités de la Comptabilité Générale

Plus en détail

Les principes de base de la comptabilité

Les principes de base de la comptabilité C HAPITRE 1 Les principes de base de la comptabilité UNE entreprise est une unité économique qui combine différents facteurs (humains, techniques et financiers) dans le but de produire des biens ou des

Plus en détail

Perfectionnement comptable des inspecteurs du recouvrement (module 1) Optimiser l exploitation des documents comptables

Perfectionnement comptable des inspecteurs du recouvrement (module 1) Optimiser l exploitation des documents comptables FORMATIONS MÉTIERS BRANCHE RECOUVREMENT FORMATION FORMATION perfectionnement INITIALE des inspecteurs du recouvrement (module 1) Optimiser l exploitation des documents comptables Citer les obligations

Plus en détail

ADOPTION DU REFERENTIEL COMPTABLE INTERNATIONAL IFRS ( International Financial Reporting Standards) PRINCIPALES DIVERGENCES ET CHIFFRAGE DES IMPACTS

ADOPTION DU REFERENTIEL COMPTABLE INTERNATIONAL IFRS ( International Financial Reporting Standards) PRINCIPALES DIVERGENCES ET CHIFFRAGE DES IMPACTS ADOPTION DU REFERENTIEL COMPTABLE INTERNATIONAL IFRS ( International Financial Reporting Standards) PRINCIPALES DIVERGENCES ET CHIFFRAGE DES IMPACTS Les comptes consolidés du groupe SILIC sont établis,

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Chapitre 2 : Analyse du bilan, L approche fonctionnelle... 2 I. Introduction... 2 II. La conception

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

REGLEMENT. N 2015-11 du 26 novembre 2015 Relatif aux comptes annuels des entreprises d assurance. Note de présentation

REGLEMENT. N 2015-11 du 26 novembre 2015 Relatif aux comptes annuels des entreprises d assurance. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES REGLEMENT N 201511 du 26 novembre 2015 Relatif aux comptes annuels des entreprises d assurance Note de présentation Cette note de présentation a pour objet de présenter le

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

Relatif à la comptabilisation et l évaluation des actifs acquis et reçus par les musées

Relatif à la comptabilisation et l évaluation des actifs acquis et reçus par les musées CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2009-17 DU 10 NOVEMBRE 2009 Relatif à la comptabilisation et l évaluation des actifs acquis et reçus par les musées Sommaire 1 Champ d application 2 Définition

Plus en détail

1 LES COMPTES INDIVIDUELS ET CONSOLIDÉS

1 LES COMPTES INDIVIDUELS ET CONSOLIDÉS 1 LES COMPTES INDIVIDUELS ET CONSOLIDÉS Cas 1 BILAN ET COMPTE DE RÉSULTAT INDIVIDUELS ÉNONCÉ La balance, après retraitements d inventaire, au 31 décembre N, de la société Alpha vous est présentée en annexe

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

Master 1 Droit et Management

Master 1 Droit et Management Master 1 Droit et Management Cours de Management Financier 24 h CM MCC : écrit terminal de 2 h Enseignant : Jean-Marc Bascourret Management Financier Objectif : appréhender et maîtriser les principales

Plus en détail

Les notions de comptabilité en entreprise

Les notions de comptabilité en entreprise Gestion Arthur Van de Wiele Département de Microélectronique ESCPE, Lyon, France arthur.van-de-wiele@cpe.fr 4 novembre 2012 Résumé Ce document présente un résumé du cours animé par Mr Franck D'Asgnanno,

Plus en détail

En positionnant la formation comme un soutien à la performance, on portera l impact de ses interventions sur les résultats de l organisation.

En positionnant la formation comme un soutien à la performance, on portera l impact de ses interventions sur les résultats de l organisation. Edito La formation au service des priorités de l Organisation Les organisations misent beaucoup sur la compétence de leurs employés, cadres et dirigeants. La formation est aujourd hui un moyen privilégié

Plus en détail

Evaluation comptabilité générale

Evaluation comptabilité générale Nom : Groupe : Evaluation comptabilité générale L entreprise Maxipro a réalisé les opérations suivantes. A vous de les comptabiliser dans le livre journal fourni ci-après. 1. L entreprise reçoit la facture

Plus en détail

Enseignement secondaire technique

Enseignement secondaire technique Enseignement secondaire technique Régime de la formation de technicien Division administrative et commerciale Division administrative et commerciale Comptabilité Classe de T0CM Nombre de leçons: 4.0 Nombre

Plus en détail

ASCA unité 3 Gestion comptable de fin d exercice préparatoire Exercices Erreurs fréquemment observées THÈME 1...4 SÉQUENCE 1...4

ASCA unité 3 Gestion comptable de fin d exercice préparatoire Exercices Erreurs fréquemment observées THÈME 1...4 SÉQUENCE 1...4 ASCA unité 3 THÈME 1...4...4 Séquence 1 > Exercice 1... 4 Séquence 1 > Exercice 2... 4 Séquence 1 > Exercice 3... 4 Séquence 1 > Exercice 4... 4...5 Séquence 2 > Exercice 1... 5 Séquence 2 > Exercice 2...

Plus en détail

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS.

Manuel de formation «initiation à la comptabilité» MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS. MANUEL DE FORMATION INITIATION A LA COMPTABILITE COMPTABILITE D ENGAGEMENTS Sommaire INTRODUCTION PARTIE 1 INITIATION A LA COMPTABILITE 1- règles de base de la comptabilité 2- l activité courante de l

Plus en détail

Notes annexes aux comptes sociaux (extraits)_

Notes annexes aux comptes sociaux (extraits)_ Notes annexes aux comptes sociaux (extraits)_ Conformément à l article 16.1 du Code de commerce, la Société a opté pour la tenue de sa comptabilité en euros. Les notes ci-après constituent l annexe au

Plus en détail

FR n 1 : Le plan des comptes, le bilan, le compte de résultat

FR n 1 : Le plan des comptes, le bilan, le compte de résultat 1. Il existe trois systèmes comptables: le système abrégé: il est réservé aux petites exploitations, FR n 1 : Le plan des comptes, le bilan, le compte de résultat Le plan comptable général a pour finalité

Plus en détail

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT 27 Rue de la Petite Chartreus BILAN ET COMPTE DE RESULTAT - Bilan actif-passif - Compte de résultat - Annexe 16 Rue P.Gilles de Gennes Parc de la Vatine 76130 MONT ST AIGNAN BILAN ACTIF ACTIF Exercice

Plus en détail

Chapitre 12 Le principe d indépendance des exercices. La régularisation des charges et produits, la variation des stocks.

Chapitre 12 Le principe d indépendance des exercices. La régularisation des charges et produits, la variation des stocks. Introduction Chapitre 12 Le principe d indépendance des exercices. La régularisation des charges et produits, la variation des stocks. La mise en situation se décompose ainsi : Principe d indépendance

Plus en détail

index Autorité des marchés financiers 42 Avances voir Acomptes

index Autorité des marchés financiers 42 Avances voir Acomptes index n A Abandons d activité 291 Achats 102 Acomptes 109 Actif 54 Actif circulant 56 Actif courant 285 Actif fictif 57, 160, 180 Actif immobilisé 55 Actionnaires 33 Activités ordinaires 275 Affacturage

Plus en détail

LECTURE FONCTIONNELLE DU BILAN

LECTURE FONCTIONNELLE DU BILAN LECTURE FONCTIONNELLE DU BILAN VISION FONCTIONNELLE DU BILAN Par opposition à l'approche financière qui se place dans une hypothèse d'évaluation, voire de liquidation, l'approche fonctionnelle définie

Plus en détail

UE 214 COMPTABILITÉ ET AUDIT 2012-2013

UE 214 COMPTABILITÉ ET AUDIT 2012-2013 UE 214 COMPTABILITÉ ET AUDIT 2012-2013 Application 3 Séance 10 Corrigé de l application de la série 2 du cours à distance CONSOLIDATION DES COMPTES Chérif-Jacques ALLALI Institut National des Techniques

Plus en détail

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS.

La famille Saint Louis de Mermoz a décidé de créer une holding afin de gérer le patrimoine familial sous forme de SAS. ANALYSE ET GESTION FINANCIÈRE Épreuve dominante de spécialisation A.D. 2012 Concours externe et interne Documents autorisés : néant Calculatrice électronique autorisée La famille Saint Louis de Mermoz

Plus en détail

Conséquences du passage aux IFRS sur les différences entre les PCGR canadiens et américains

Conséquences du passage aux IFRS sur les différences entre les PCGR canadiens et américains 1. Le présent document fournit un résumé général de la mesure dans laquelle on peut s attendre à ce que la convergence des normes canadiennes avec les normes internationales d information financière (International

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE AU CONCOURS INTERNATIONAL D ENTREE AU CYCLE DESS-A

PROGRAMME DETAILLE AU CONCOURS INTERNATIONAL D ENTREE AU CYCLE DESS-A PROGRAMME DETAILLE AU CONCOURS INTERNATIONAL D ENTREE AU CYCLE DESS-A A/- EPREUVE DE CULTURE GENERALE ET FRANÇAIS 1- Les problèmes du monde contemporain 2- Les grands courants de la pensée moderne 3- Exercice

Plus en détail

MGI GROUPE COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2009 SOMMAIRE TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES METHODES COMPTABLES ET NOTES EXPLICATIVES

MGI GROUPE COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2009 SOMMAIRE TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES METHODES COMPTABLES ET NOTES EXPLICATIVES MGI GROUPE COMPTES CONSOLIDES AU 31 DECEMBRE 2009 SOMMAIRE BILANS COMPTES DE RESULTAT TABLEAU DE VARIATION DES CAPITAUX PROPRES TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE METHODES COMPTABLES ET NOTES EXPLICATIVES

Plus en détail

Chap. 9 : L affectation du résultat

Chap. 9 : L affectation du résultat 1 / 9 Chap. 9 : L affectation du résultat L affectation du résultat de l exercice N est une opération de l exercice suivant N+1. Les bénéfices peuvent être maintenus dans l entreprise (mis en réserves)

Plus en détail

L ESSENTIEL DU DIAGNOSTIC FINANCIER

L ESSENTIEL DU DIAGNOSTIC FINANCIER BÉATRICE ROCHER-MEUNIER L ESSENTIEL DU DIAGNOSTIC FINANCIER Cinquième édition LES ESSENTIELS DE LA FINANCE Groupe Eyrolles, 2012 ISBN : 978-2-212-54894-5 Sommaire Introduction 9 Chapitre 1 Le bilan comptable

Plus en détail

Le bilan et le compte de résultat

Le bilan et le compte de résultat Le bilan et le compte de résultat L entreprise enregistre un très grand nombre d opérations : cet ensemble considérable d informations doit être résumé et structuré. Deux documents de synthèse sont donc

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS Page 1 sur 6 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 C- -01 N du 4 F.E. - INSTRUCTION DU 609601A VT/NFD (B1-1-01) DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). FRAIS ET CHARGES.

Plus en détail

PASSAGE AUX NORMES IFRS

PASSAGE AUX NORMES IFRS PASSAGE AUX NORMES IFRS L Union Européenne a choisi d adopter le référentiel comptable IFRS (International Financial Reporting Standards) émis par l IASB (International Accounting Standards Board) : en

Plus en détail

Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation

Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION Du RÈGLEMENT N 2016-02 du 11 MARS 2016 Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation I - Eléments de contexte Le

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Initiation à la comptabilité simplifiée Les obligations comptables Obligations minimales Obligations de fait Obligations légales Les règles de la comptabilité de trésorerie Principes d enregistrement Utilisation

Plus en détail

COMPTABILITÉ FINANCIÈRE SYSTÈME COMPTABLE DE L ENTREPRISE SUIVI BUDGÉTAIRE FILIALE DIRECTION UNITÉ PROJET

COMPTABILITÉ FINANCIÈRE SYSTÈME COMPTABLE DE L ENTREPRISE SUIVI BUDGÉTAIRE FILIALE DIRECTION UNITÉ PROJET SCRABBLE WEB COMPTA COMPTABILITÉ DES ENGAGEMENTS COMPTABILITÉ FINANCIÈRE SYSTÈME COMPTABLE DE L ENTREPRISE COMPTABILITÉ ANALYTIQUE INTÉGRÉ SUIVI BUDGÉTAIRE SUIVI DE LA TRÉSORERIE FILIALE USINE DIRECTION

Plus en détail

SESSION 2006 COMPTABILITE APPROFONDIE ET REVISION. Éléments indicatifs de corrigé

SESSION 2006 COMPTABILITE APPROFONDIE ET REVISION. Éléments indicatifs de corrigé 620.108bis DECF SESSION 2006 COMPTABILITE APPROFONDIE ET REVISION Éléments indicatifs de corrigé DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS DECF 2006-Comptabilité approfondie

Plus en détail

DOSSIER 1 NORMALISATION ET PRINCIPES COMPTABLES

DOSSIER 1 NORMALISATION ET PRINCIPES COMPTABLES DCG session 2013 UE9 Introduction à la comptabilité Corrigé indicatif DOSSIER 1 NORMALISATION ET PRINCIPES COMPTABLES 1. Rappeler les objectifs de la normalisation comptable et citer le principal acteur

Plus en détail

Comptes de charges (Classe 6)

Comptes de charges (Classe 6) Comptes de charges (Classe 6) Les charges d exploitation normale et courante sont enregistrées sous les comptes 60 «Achats», 61/62 «Autres charges externes», 63 «Impôts, taxes et versements assimilés»,

Plus en détail

PROGRAMME. Préambule. Cours : 20 heures (10 séances) TD : 12 heures (8 séances) Document Obligatoire. Bibliographie indicative: Plan Comptable Général

PROGRAMME. Préambule. Cours : 20 heures (10 séances) TD : 12 heures (8 séances) Document Obligatoire. Bibliographie indicative: Plan Comptable Général Claude Guittard Bureau 153 guittard@unistra.fr LICECE 1 UDS 2012/2013 PROGRAMME Cours : 20 heures (10 séances) TD : 12 heures (8 séances) Document Obligatoire Plan Comptable Général Bibliographie indicative:

Plus en détail

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS

RÈGLES D ÉVALUATION IFRS UNIBRA Société anonyme Siège social : avenue des Arts, 40 à 1040 Bruxelles n d entreprise : 0402833179 RÈGLES D ÉVALUATION IFRS Les principes comptables et les règles d évaluation appliqués aux comptes

Plus en détail

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes Rapport financier 2007 Budget prévisionnel 2008 Rapport du commissaire aux comptes Parc Euromédecine 209 rue des Apothicaires 34196 Montpellier cedex 5 Tél 04 67 52 64 17 Fax 04 67 52 02 74 E-mail contact@ors-lr.org

Plus en détail

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE La comptabilité financière d une entreprise s organise de la façon suivante : PIECES JUSTIFICATIVES Factures, pièce de caisse, livre de paye,

Plus en détail

Etats Comptables et Fiscaux

Etats Comptables et Fiscaux FONDS DE DOTATION FNBP 76 Avenue de France 75013 Paris Etats Comptables et Fiscaux 31/12/2014 Téléphone : Bilan Actif FONDS DE DOTATION FNBP Période du 01/01/14 au 31/12/14 Edition du 12/05/15 BRUT Amortissements

Plus en détail

patrimonial 3. Qui dit patrimonial dit consommation possible dans le futur, c est-à-dire possibilité de transformation en emploi...

patrimonial 3. Qui dit patrimonial dit consommation possible dans le futur, c est-à-dire possibilité de transformation en emploi... ÉTAPE 11 LA DÉTERMINATION DU RÉSULTAT D EXPLOITATION AVANT IMPÔTS DANS L ENTREPRISE DE NÉGOCE 31 Fournitures 34 Marchandises 601 Achats de fournitures 604 Achats de marchandises 6091 Variation du stock

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés

États financiers consolidés intermédiaires résumés États financiers consolidés intermédiaires résumés Pour les périodes de 13 semaines closes le et le 5 mai 2013 (non audité, en milliers de dollars canadiens, sauf indication contraire) État consolidé intermédiaire

Plus en détail

Les notions de patrimoine

Les notions de patrimoine THÈME 1 Les notions de patrimoine et d activité de l entreprise Sujet 1 Bilan de départ simplifié Question 1 Question 2 Le 1 er octobre N, M. Alméda crée une entreprise spécialisée dans la vente au détail

Plus en détail

Introduction Les obligations comptables du commerçant: -Les livres comptables -les états de synthèse Sanctions -sanctions civiles -sanctions pénales

Introduction Les obligations comptables du commerçant: -Les livres comptables -les états de synthèse Sanctions -sanctions civiles -sanctions pénales Introduction Les obligations comptables du commerçant: -Les livres comptables -les états de synthèse Sanctions -sanctions civiles -sanctions pénales -sanctions fiscales La preuve par la comptabilité La

Plus en détail

Fiche thématique. Retraitement budgétaire et comptable des opérations comptabilisées en ressources affectées. Document de travail

Fiche thématique. Retraitement budgétaire et comptable des opérations comptabilisées en ressources affectées. Document de travail Fiche thématique Retraitement budgétaire et comptable des opérations comptabilisées en ressources affectées Retraitement budgétaire et comptable des opérations comptabilisées en ressources affectées 2

Plus en détail

QUANTUM GENOMICS SAS COMPTES ANNUELS SOMMAIRE 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES

QUANTUM GENOMICS SAS COMPTES ANNUELS SOMMAIRE 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES COMPTES ANNUELS EXERCICE SOMMAIRE Sommaire 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES 5 COMPTE DE RESULTATS PRODUITS 6 COMPTE DE RESULTATS CHARGES (LISTE)

Plus en détail

DIRECTIVE N 03/2012/CM/UEMOA PORTANT COMPTABILITE DES MATIERES AU SEIN DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

DIRECTIVE N 03/2012/CM/UEMOA PORTANT COMPTABILITE DES MATIERES AU SEIN DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 03/2012/CM/UEMOA PORTANT COMPTABILITE DES MATIERES AU SEIN DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE

Plus en détail

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE

COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE COMPTABILITE D ENTREPRISE METHODE COMPTABLE Qu est ce que la comptabilité? La comptabilité est un ensemble d enregistrement, de traitement, au niveau interne elle permet aux dirigeants de faire des choix.

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr COMPTES ET CLASSES IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr Vocabulaire : Débiter un compte signifie inscrire une somme au débit de ce compte Créditer un compte

Plus en détail

U.R.I.O.P.S.S. URIOPSS ILE FRANCE Page 1

U.R.I.O.P.S.S. URIOPSS ILE FRANCE Page 1 U.R.I.O.P.S.S. URIOPSS ILE FRANCE Page 1 Annexe aux comptes annuels PREAMBULE L'exercice social clos le 31/12/2011 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2010 avait une durée de 12

Plus en détail

L ENTREPRISE ET LA BANQUE

L ENTREPRISE ET LA BANQUE L ENTREPRISE ET LA BANQUE 1. Le financement bancaire des entreprises L intermédiation bancaire dans les économies modernes peut-être appréhendée à travers les multiples fonctions qui sont assumées par

Plus en détail

Fiche. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée

Fiche. La profession comptable et le cadre conceptuel 1 LA PROFESSION COMPTABLE. A La diversité des statuts. 1) La profession comptable salariée La profession comptable et le cadre conceptuel Fiche 1 1 LA PROFESSION COMPTABLE A La diversité des statuts 1) La profession comptable salariée Il existe deux types de contrats de travail : Le contrat

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION ET GESTION PREVISIONNELLE LE BUDGET DE TRESORERIE

CONTROLE DE GESTION ET GESTION PREVISIONNELLE LE BUDGET DE TRESORERIE CONTROLE DE GESTION ET GESTION PREVISIONNELLE LE BUDGET DE TRESORERIE Objectif(s) : o Encaissements prévisionnels, o Décaissements prévisionnels, o Trésorerie prévisionnelle. Pré requis : o Connaissances

Plus en détail

Partie I : Répondez en cochant la réponse juste ou en remplissant la case indiquée. (14 points)

Partie I : Répondez en cochant la réponse juste ou en remplissant la case indiquée. (14 points) Concours d accès en 2 ème année Programme Grande Ecole Session de Septembre 2013 Epreuve de Comptabilité Générale Durée : 1 heure 30 -------------------------------------------------- Partie I : Répondez

Plus en détail

414.123 Ordonnance sur les finances et la comptabilité du domaine des EPF

414.123 Ordonnance sur les finances et la comptabilité du domaine des EPF Ordonnance sur les finances et la comptabilité du domaine des EPF du 5 décembre 2014 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 35a, al. 5, et 39, al. 2, de la loi fédérale du 4

Plus en détail

SASU LOUBIANA. Sommaire

SASU LOUBIANA. Sommaire Sommaire Bilan 1/2 Compte de résultat 3/4 Préambule 5/6 Notes sur le bilan actif 7 Notes sur le bilan passif 8 Notes sur le compte de résultat 9 Autres informations 10 Charges et produits 11 RBB Business

Plus en détail

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise La comptabilité dite générale ou privée est une technique quantitative conventionnelle de traitement de l information à caractère monétaire prenant

Plus en détail

COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012

COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012 COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012 I. Calendrier L article R.6145-44 du code de la santé publique précise que «le directeur arrête le compte financier

Plus en détail

RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 4 - LES PRODUITS DE FONCTIONNEMENT ET LES PRODUITS FINANCIERS COLLEGE

RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 4 - LES PRODUITS DE FONCTIONNEMENT ET LES PRODUITS FINANCIERS COLLEGE COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 4 - LES PRODUITS DE FONCTIONNEMENT ET LES PRODUITS FINANCIERS NORME N 4 LES PRODUITS

Plus en détail