SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS"

Transcription

1 Sécurité dans les Opérations SÉCURITÉ DANS LES TRAVAUX Ingénieurs en Sécurité Industrielle TRAVAUX DANS LES ESPACES CONFINÉS I - AMBIANCE DES LIEUX DE TRAVAIL - AÉRATION - ASSAINISSEMENT Espaces confinés courants Réglementation...2 II - VENTILATION - PÉNÉTRATION DANS UNE CAPACITÉ... 5 III - TRAVAUX À L EXTÉRIEUR OU À L INTÉRIEUR DES CAPACITÉS Travaux à l extérieur des capacités Travaux à l intérieur des capacités...6 IV - ÉVOLUTION DES RISQUES EN COURS DE TRAVAIL DANS UNE CAPACITÉ... 8 V - DÉMARCHE PRÉVENTIVE... 8 Ce document comporte 10 pages SE TRA - - Rév. 1 18/07/2005

2 1 I - AMBIANCE DES LIEUX DE TRAVAIL - AÉRATION - ASSAINISSEMENT 1 - ESPACES CONFINÉS COURANTS On appelle espace confiné, un équipement habituellement clos, dans lequel il est nécessaire de pénétrer pour visite ou travaux. Il peut s agir : de capacités : ballons, colonnes, réacteurs, silos, échangeurs, tuyauteries de grand diamètre, corps ou carter de grosses machines, sphères, réservoirs de stockage, cuves de camions/wagons/navires, fours, chaudières, PÉNÉTRATION PÉNÉTRATION PÉNÉTRATION D SEC 1223 A D SEC 1222 A Pénétration dans un wagon citerne Pénétration dans un stockage de solides pulvérulents d enceintes : fosses fermées ou ouvertes à l air libre, puisards d égouts, tranchées de plus de 1,3 m de profondeur, toits flottants de bac, jupes d équipement statique,

3 2 2 - RÉGLEMENTATION Le décret du 7 Décembre 1984 accompagné de la circulaire du 9 Mai 1985 précise un certain nombre de règles concernant le travail en atmosphère confiné : - R C.T. (Code du Travail) Dans les locaux fermés où le personnel est appelé à séjourner, l air doit être renouvelé de façon à : maintenir un état de pureté de l atmosphère propre à préserver la santé des travailleurs éviter les élévations exagérées de température, les odeurs désagréables et les condensations Les règles applicables à l aération, à la ventilation et à l assainissement des locaux mentionnés au premier alinéa ci-dessus sont fixées, suivant la nature et les caractères de ces locaux, aux articles R à R R C.T. Dans les locaux à pollution non spécifique (*), lorsque l aération est assurée par des dispositifs de ventilation, le débit minimal d air neuf à introduire par occupant est fixé dans le tableau ci-après : Désignation des locaux Débit minimal (**) d air neuf par occupant (en mètres cubes par heure) Bureaux, locaux sans travail physique 25 Locaux de restauration, locaux de vente, locaux de réunion 30 Ateliers et locaux avec travail physique léger 45 Autres ateliers et locaux avec travail physique important 60 (*) : locaux dans lesquels la pollution est liée à la seule présence humaine (**) : ces débits ont été établis sur la base d une concentration maximale admissible de CO 2 de l ordre de 1000 ppm ; exemple de l homme avec travail physique important : - 1 litre d air par inspiration - 15 inspirations par minute, soit 900 l/h - CO 2 rejeté = 4,5 %, soit 900 x 0,045 = 40,5 l/h - débit minimal d air neuf pour locaux avec travail physique soutenu ou intense = 60 m 3 /h Concentration de CO 2 = 40,5 = 700 ppm auquel il faut ajouter le CO 2 déjà contenu dans l air 300 ppm Total CO 2 = 1000 ppm

4 3 - R C.T. Pour chaque local à pollution spécifique (*), la ventilation doit être réalisée et son débit déterminé en fonction de la nature et de la quantité de chaleur à évacuer, sans que le débit minimal d air neuf puisse être inférieur aux valeurs fixées à l article R Lorsque l air provient de locaux à pollution non spécifique, il doit être tenu compte du nombre total d occupants des locaux desservis pour déterminer le débit minimal d entrée d air neuf. (*) Locaux dans lesquels des substances dangereuses ou gênantes sont émises sous forme de gaz, vapeur, aérosols solides ou liquides autres que celles qui sont liées à la seule présence humaine. - R C.T. Dans les puits, conduites de gaz, carneaux, conduits de fumée, cuves, réservoirs, citernes, fosses, galeries et dans les lieux où il n est pas possible d assurer de manière permanente le respect des dispositions de la présente sous-section, les travaux ne doivent être entrepris qu après vérification de l absence de risque pour l hygiène et la sécurité des travailleurs et, le cas échéant, après assainissement de l atmosphère et vidange du contenue. Pendant l exécution des travaux la ventilation doit être réalisée, selon le cas, suivant les prescriptions définies à l article R ou à l article R , de manière à maintenir la salubrité de l atmosphère et à en assurer un balayage permanent, sans préjudice des dispositions du décret n du 8 Janvier PÉNÉTRATION D SEC 1224 A Pénétration dans une fosse de relevage d eaux-vannes

5 4 - R C.T. Si l exécution des mesures de protection collective prévues aux articles R à R est reconnue impossible, des équipements de protection individuelle doivent être mis à la disposition du personnel. Ces équipements doivent être choisis et adaptés en fonction de la nature des travaux à effectuer et doivent présenter des caractéristiques d efficacité compatibles avec la nature du risque auquel les travailleurs sont exposés. Ils ne doivent pas les gêner dans leur travail ni, autant qu il est possible, réduire leur champ visuel. Le chef d établissement doit prendre les mesures nécessaires pour que ces équipements soient effectivement utilisés, pour qu ils soient maintenus en bon état de fonctionnement et désinfectés avant d être attribués à un nouveau titulaire. D SEC 1505 A Travaux dans espaces confinés Concernant les poussières l article R fixe des concentrations pour les locaux à pollution spécifique. - R C.T. Dans les locaux à pollution spécifique, les concentrations moyennes en poussières totales (*) et alvéolaires (**) de l atmosphère inhalée par une personne, évaluées sur une période de huit heures, ne doivent pas dépasser respectivement 10 et 5 milligrammes par mètre cube d air. (*) Particule solide dont le diamètre aérodynamique est 100 µm ou dont la vitesse limite de chute est 0,25 m/s. (**) Susceptibles d atteindre les alvéoles pulmonaires. L arrêté du 9 Octobre 1987 donne les moyens de mesures et contrôles évoqués ci-dessus. Enfin l article L précise que : les ouvriers appelés à travailler dans les puits, conduites de gaz, canaux de fumées, fosses d aisances, cuves ou appareils quelconques pouvant contenir des gaz délétères doivent être attachés par une ceinture ou protégés par un autre dispositif de sûreté.

6 5 II - VENTILATION - PÉNÉTRATION DANS UNE CAPACITÉ La capacité étant vidangée, platinée et dégazée, elle peut être ouverte après l obtention d un permis d ouverture (qui ne donne pas autorisation de pénétrer). Si nécessaire, une lance à eau prête à fonctionner est placée devant chaque trou d homme pour arroser l intérieur de la capacité en cas de présence de composés pyrophoriques (même s il y a eu lavage chimique). Elle restera en place durant toute la durée des travaux. Après ouverture d un trou d homme, refroidissement éventuel de la capacité et ventilation, l autorisation de pénétrer n est délivrée qu après une série de contrôles effectués par un personnel agréé : - contrôle d oxygène - contrôle d explosivité - contrôle de toxicité (cf. document H1-6 : Pénétration dans un espace confiné). III - TRAVAUX À L EXTÉRIEUR OU À L INTÉRIEUR DES CAPACITÉS Les interventions les plus contraignantes sont les travaux à chaud qui vont nécessiter des dispositions particulières, suivant qu ils aient lieu à l extérieur ou à l intérieur des capacités. 1 - TRAVAUX À L EXTÉRIEUR DES CAPACITÉS Il est indispensable de : vérifier l environnement : présence de gaz, purges d HC, dégazage d appareils ou équipements vérifier la propreté du sol : flaque d HC, vérifier le bouchage des égouts (recommandé dans un rayon de 25 ou 30 m) (regards d égouts et entonnoirs pompes) vérifier qu il n y a pas de fuites : de joints, de presse-étoupe de vannes, de tuyaux d oxygène ou d acétylène vérifier la direction du vent : une nappe gazeuse suite à une fuite ou à un incident peut être poussée par le vent Les étincelles produites par soudage, découpage ou meulage peuvent être portées par le vent hors zone des travaux si ceux-ci sont exécutés en hauteur.

7 JFM ACCES INTERDIT TRAVAUX À L INTÉRIEUR DES CAPACITÉS Surveillant prêt à intervenir Masque autonome Aspirateur des fumées Bouteille d'air respirable D SEC 1506 A Les précautions à prendre sont les suivantes : Travaux à l intérieur de capacité - isolement de la capacité (joints pleins au plus près, ou lignes déconnectées) Capacité isolée par joints pleins D SEC 1064 P - contrôles d atmosphère - éclairage : 24 volts - ventilation : si nécessaire - aspiration des fumées - bouteilles de soudure : toujours au sol - chalumeaux : les sortir hors capacité en dehors de leur utilisation

8 7 La recommandation R. 276 de la CNAM sur les Cuves et réservoirs de Décembre 1985, précise des mesures de prévention des risques présentés par les interventions à l extérieur ou à l intérieur des installations fixes contenant ou véhiculant des produits gazeux, liquides ou solides. Durant l intervention dans la capacité, une surveillance doit être exercée par une personne compétente se trouvant à l extérieur, à proximité de l ouverture et équipée des matériels permettant de porter ou faire porter secours à un intervenant accidenté ou pris de malaise à l intérieur du volume creux. Ces matériels peuvent être, suivant le cas : - moyen d appeler des secours - harnais de sécurité - appareil de protection respiratoire isolant - échelle et dispositif antichute - extincteur On doit s assurer auprès du surveillant extérieur : - qu il connaît les éléments de la mission qui lui est confiée - qu il sait utiliser les matériels d alerte et de secours mis à sa disposition - qu il est capable d avoir la bonne réactivité en cas de nécessité (entraînement) D SEC 1507 A Pénétration dans une capacité

9 8 IV - ÉVOLUTION DES RISQUES EN COURS DE TRAVAIL DANS UNE CAPACITÉ L atmosphère d une capacité peut évoluer au fur et à mesure que les travaux exécutés à l intérieur sont effectués. On peut constater : une diminution de la teneur en oxygène (consommé par combustion lors des travaux et par la respiration des personnes ou par apport de gaz inerte (argon) lors de soudage) une pollution de l atmosphère par les fumées et gaz dégagés lors des travaux de soudage (oxydes d azote, oxyde de carbone éventuellement) ou lors de combustion de composés pyrophoriques (sulfures de fer par exemple avec dégagement d anhydride sulfureux) une désorption dans le temps de produits inflammables ou toxiques par exemple, si il y a présence de boues ou de dépôts solides. Ce phénomène peut se développer par élévation de température, diminution de pression ou déplacement (boues remuées) Par ailleurs, si l atmosphère environnant la capacité est polluée par des émanations provenant de purges, d égouts, d autres travaux, ces gaz peuvent pénétrer par tirage naturel ou par la ventilation installée, dans la capacité et modifier l atmosphère intérieure. Ceci va donc nécessiter de faire des prises de gaz et de renouveler les autorisations autant qu il sera jugé nécessaire (à chaque reprise de quart au minimum) et de toute façon chaque fois que les conditions environnantes peuvent évoluer. V - DÉMARCHE La planche 1 présente une démarche préventive possible, suivant les risques rencontrés et leur évolution en cours de travail.

10 9 TRAVAUX DANS UNE CAPACITÉ Planche n 1 Démarche préalable: estimation des risques -évaluation du risque - mise en place de protections: Exemple : Y a-t-il des produits? OUI Assainissement NON Inflammables Objectif à atteindre O 2 = 20,5% LIE = 0% NON Vérification OUI Mise en place d'une ventilation Objectif 60 m 3 /h/personne mini ou par calcul (voir textes C. travail) OUI NON Assainissement Travail avec EPI adapté Toxiques Analyses Objectif à atteindre < 10 % VME du toxique NON OUI Toxiques et/ou inflammables développés par le travail Origine des polluants Soudage Argon Gaz inerte N 2, CO, CO 2 Produits toxiques dûs aux peintures (solvants) Ressuage des toxiques (dégradation par l'action de la chaleur, H 2 SO 4 > H 2 ) Consommation de l'o 2 Nettoyage (produits toxiques ou/et inflammables) Applications de revêtement (colles, solvants) Travaux devant être réalisés impérativement sous inertage Maintien des conditions de sécurité Mise en place des conditions interventions Contrôles et surveillance des travaux Vérifier si tous les éléments internes sont condamnés mécaniquement et/ou électriquement Autorisation Autorisation de pénétrer de pénétrer EPI Ventilation Mise en place des conditions interventions Analyses fréquentes D SEC 1147 A Contrôles et surveillance des travaux Contrôles et surveillance des travaux

Procédure: L acces aux espaces confines

Procédure: L acces aux espaces confines Table des matières 1 Objectif...1 2 Champ d application...1 3 Définitions...1 4 Flowchart...1 5 Procére...1 5.1 Méthode...1 5.2 Mesures de gaz...2 5.3 Surveillance au trou d homme...3 5.4 Le soudage, le

Plus en détail

NORME D EXPLOITATION ESPACES CLOS. Nom : Frank Haers Comité de santé et de sécurité AM Frank Haers

NORME D EXPLOITATION ESPACES CLOS. Nom : Frank Haers Comité de santé et de sécurité AM Frank Haers Société - Santé et sécurité ORME D EXPLOITATIO ESPACES CLOS Réf. : orme de sécurité AM 002 Espaces clos Émission : 12.10.2007 Version : v2 Révision : 10 mai 2010 Diffusion contrôlée Élaboré par : Vérifié

Plus en détail

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Introduction La présente fiche traite du risque d explosion susceptible d

Plus en détail

Journée Industrielle Méthanisation Règles de sécurité des installations de méthanisation agricole Chambéry, 05 Octobre 2011

Journée Industrielle Méthanisation Règles de sécurité des installations de méthanisation agricole Chambéry, 05 Octobre 2011 Journée Industrielle Méthanisation Règles de sécurité des installations de méthanisation agricole Chambéry, 05 Octobre 2011 Sébastien EVANNO (sebastien.evanno@ineris.fr) Contexte Programme d appui annuel

Plus en détail

Atmosphère explosive?

Atmosphère explosive? ATEX I Atmosphère explosive? Mélange avec l air, dans les conditions atmosphériques, de substances inflammables sous forme de gaz, vapeurs, brouillards ou poussières, dans lequel, après inflammation, la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

LE TRAVAIL EN ESPACE CLOS

LE TRAVAIL EN ESPACE CLOS LE TRAVAIL EN ESPACE CLOS INTRODUCTION Les dangers dans un espace clos : Occasionnent souvent des accidents graves ou mortels Travail à chaud Conditions de travail 60 % des victimes sont des travailleurs

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITE

GESTION DE LA CO-ACTIVITE GESTION DE LA CO-ACTIVITE Plan de prévention Protocole Chargement/Déchargement Permis de Feu Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES TRAVAUX DANGEREUX

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ PLAN DE PRÉVENTION B 7 PROTOCOLE CHARGEMENT / DÉCHARGEMENT B 8 PERMIS DE FEU B 9 B 7 Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES

Plus en détail

LE SAVIEZ-VOUS? DEMARCHE ATEX UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE.

LE SAVIEZ-VOUS? DEMARCHE ATEX UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE. 1 2 LE SAVIEZ-VOUS? UNE ZONE DE FLAMME PEUT ENVAHIR UN VOLUME DIX FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DE L ATMOSPHERE EXPLOSIVE INITIALE. 3 SOURCE INRS 4 Identification des atmosphères explosives Faire l inventaire

Plus en détail

Garde de sécurité en espace confiné (IS-007) Version CT-Q 2011-11-15

Garde de sécurité en espace confiné (IS-007) Version CT-Q 2011-11-15 Groupe cible Les collaborateurs qui assurent comme garde à l extérieur la surveillance de la sécurité des employés qui entrent dans un espace clos et qui en cas de besoin assurent l exécution de l intervention

Plus en détail

La santé et la sécurité dans les séchoirs à bois à convection forcée

La santé et la sécurité dans les séchoirs à bois à convection forcée ASSPPQ - ASSIFQ La santé et la sécurité dans les séchoirs à bois à convection forcée CIFQ ATELIERS-CONFÉRENCES SUR LE SÉCHAGE DU BOIS 15 e édition - 2 et 3 avril 2009 Mise en contexte Les séchoirs à bois

Plus en détail

OPÉRATIONS DE MISE À DISPOSITION ET REMISE EN SERVICE PÉNÉTRATION DANS UN ESPACE CONFINÉ

OPÉRATIONS DE MISE À DISPOSITION ET REMISE EN SERVICE PÉNÉTRATION DANS UN ESPACE CONFINÉ Ingénieurs en Sécurité Industrielle Sécurité dans les Opérations OPÉRATIONS DE MISE À DISPOSITION ET REMISE EN SERVICE PÉNÉTRATION DANS UN ESPACE CONFINÉ I - RÈGLES GÉNÉRALES D'ACCÈS DANS LES ESPACES CONFINÉS...

Plus en détail

Risques au système respiratoire en milieu agricole

Risques au système respiratoire en milieu agricole Tailgate Respiratory Protection Risques au système respiratoire en milieu agricole Animateur : Le script suivant peut être utilisé pour offrir une séance de formation de 15 minutes au personnel. POINTS

Plus en détail

Fiche de prévention - Réglementation

Fiche de prévention - Réglementation etin Santé Sécurité au ail dans les Collectivités N 1 - Avril Fiche de prévention - Réglementation N 2 LES PRODUITS CHIMIQUES : la fiche de donnée de sécurité & l étiquetage Mise à jour : Janvier 2011

Plus en détail

Algérienne des Expertises. Aperçu sur la réglementation algérienne relative à l hygiène et la sécurité en milieu de travail

Algérienne des Expertises. Aperçu sur la réglementation algérienne relative à l hygiène et la sécurité en milieu de travail Aperçu sur la réglementation algérienne relative à l hygiène et la sécurité en milieu de travail Décret exécutif n 91-05 du 19.01.1991 Propreté des locaux Aération et éclairage des locaux Ventilation mécanique

Plus en détail

Département Audit et Conseil. 3 juin 2004

Département Audit et Conseil. 3 juin 2004 Elaboration d une méthode d évaluation et du document en réponse aux décrets 1553, 1554 relatifs à la protection des travailleurs contre les risques d explosion Contexte réglementaire Directive 1999/92/CE

Plus en détail

1. Introduction... 1. 4. Outils and Equipment... 4 4.1. Généralités... 4 4.2. Appareils de levage... 4 4.3. Outils... 4

1. Introduction... 1. 4. Outils and Equipment... 4 4.1. Généralités... 4 4.2. Appareils de levage... 4 4.3. Outils... 4 Sommaire 1. Introduction... 1 2. La politique sécurité d Eaton... 1 2.1. Les règles de sécurité pour sauver des vies... 1 Dispositifs de protection... 1 Verrouillage/étiquetage... 1 Travaux électriques/coup

Plus en détail

Risques sanitaires des unités de méthanisation et prévention

Risques sanitaires des unités de méthanisation et prévention Risques sanitaires des unités de méthanisation et prévention MAI 2013 BIOECO SARL-6 Rue de la vallée des buis 41 500 Maves- Tél. : 02 54 87 32 41- bioecosarl@yahoo.fr www.bio-e-co.fr INERIS pour le Ministère

Plus en détail

Consignes d'entretien et d exploitation de votre assainissement non collectif

Consignes d'entretien et d exploitation de votre assainissement non collectif Consignes d'entretien et d exploitation de votre assainissement non collectif I. Prescriptions particulières : Il est important pour ne pas nuire au bon fonctionnement de la filière d assainissement non

Plus en détail

Article 53. Installations de chauffage, de cuisine ou de production d eau chaude par combustion.

Article 53. Installations de chauffage, de cuisine ou de production d eau chaude par combustion. REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL DU VAL-DE-MARNE TITRE II LOCAUX D HABITATION ET ASSIMILES CHAPITRE III AMENAGEMENT DES LOCAUX D HABITATION Section 5 INSTALLATIONS D ELECTRICITE ET DE GAZ, DE PRODUCTION

Plus en détail

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts (JORF n 253 du 31 octobre 2009) NOR : DEVE0918467A Vus Le ministre d Etat,

Plus en détail

CONSIGNES DE SECURITE

CONSIGNES DE SECURITE CONSIGNES DE SECURITE BITUME CHAUD RISQUES PRECAUTIONS BRULURES GRAVES au 3ème degré Les bitumes sont stockés et manipulés à des températures élevées ordinairement supérieures à 130 C. PORTER des VETEMENTS

Plus en détail

Document unique d évaluation et de prévention des risques

Document unique d évaluation et de prévention des risques Établissement : ESAT OVE THÔNES Unité de travail : ATELIER SOUS TRAITANCE INDUSTRIELLE ET CONDITIONNEMENT CIRCULATION des piétons des véhicules différence de niveaux état des surfaces de sol R50 G2 -Tenir

Plus en détail

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 ENVIRONNEMENT, HYGIENE ET SECURITE AU NIVEAU DU SECTEUR DE L ELECTRICITE ET DU GAZ DIAGNOSTIC DE L ETAT L ACTUEL ET PERSPECTIVES Par :

Plus en détail

Articles L4153-9, D4153-15 et suivants du code du travail

Articles L4153-9, D4153-15 et suivants du code du travail Déclaration de dérogation aux travaux réglementés en vue d accueillir des jeunes mineurs âgés d au moins 15 ans et moins de 18 ans en formation professionnelle ou technologique Articles L41539, D415315

Plus en détail

Photographie. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS)

Photographie. Les déchets. Déchets banals (DIB) Déchets dangereux (DIS) 1 Les déchets Les déchets issus des activités de photographie peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils ne sont pas

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE page 1/5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE DESIGNATION COMMERCIALE : FOURNISSEUR : SAFIC ALCAN 3 Rue Bellini 92806 PUTEAUX CEDEX - FRANCE Tél. : 33/ 1/ 46 92 64

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ Société : JORDAN ENTREPRISE Nom du produit : TRI-DAN - TRAITEMENT TRANSMISSIONS Date de révision : 09/11/2009 Page : 1/5

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ Société : JORDAN ENTREPRISE Nom du produit : TRI-DAN - TRAITEMENT TRANSMISSIONS Date de révision : 09/11/2009 Page : 1/5 Page : 1/5 1 - IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE Identification de la substance ou de la préparation : Nom: TRI-DAN - TRAITEMENT TRANSMSSIONS Statut REACH = Non concerné

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit NET TONDEUSE Page 1/5 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Nom du produit Référence Utilisation commerciale Fournisseur NET TONDEUSE BNETT Aérosol lubrifiant MINERVA-OIL SAS Rue du 11

Plus en détail

PROCEDURE PLAN DE PREVENTION

PROCEDURE PLAN DE PREVENTION Page 1 1 Objet Cette procédure définit l organisation, la rédaction et le suivi d un plan de prévention (PdP) dans le cadre d une opération commanditée par un tiers (unité ou service) au sein de l UFR

Plus en détail

Règlement Communal d Assainissement

Règlement Communal d Assainissement PARTIE II Règlement Communal d Assainissement SOMMAIRE PAGES CHAPITRE I - DISPOSITIONS GENERALES. ARTICLE 1 - OBJET DU REGLEMENT...3 ARTICLE 2 - DEVERSEMENTS INTERDITS...3 ARTICLE 3 - DEFINITION DU BRANCHEMENT...3

Plus en détail

Individuels - équipement de protection auditive adaptée et en bon état

Individuels - équipement de protection auditive adaptée et en bon état AMBIANCES : BRUIT Source de bruit du type : - matériels, machines, outils - signaux sonores - conversation - Exposition à des amplitudes sonores trop importantes - intégration à la conception des locaux

Plus en détail

Inventaire des dangers : Gants de pompiers

Inventaire des dangers : Gants de pompiers Inventaire des dangers : Gants de pompiers 1. Réflexions - caractéristiques: Norme de référence : EN 659 Gants de protection pour sapeurs-pompiers Possibilités d avoir des gants avec longues ou courtes

Plus en détail

SAUVETAGE EN ESPACES CLOS. Présenté par Denis Lauzon, TPI Lac-Mégantic, 10 novembre 2008

SAUVETAGE EN ESPACES CLOS. Présenté par Denis Lauzon, TPI Lac-Mégantic, 10 novembre 2008 SAUVETAGE EN ESPACES CLOS Présenté par Denis Lauzon, TPI Lac-Mégantic, 10 novembre 2008 Définition Le Projet de règlement sur la qualité du milieu de travail définit l'espace clos comme un espace totalement

Plus en détail

Fiche de Données de Sécurité ESSENCE F C I R

Fiche de Données de Sécurité ESSENCE F C I R C I R FICHE DE DONNEES DE SECURITE Veuillez lire ces informations avec soin avant d'utiliser ou d'éliminer le produit 1. Identification du produit et de la société 1.1 Désignation commerciale du produit

Plus en détail

18-04-2014 P1 COMPTE RENDU RELATIF A UNE EXPLOSION SUIVIE D INCENDIE DANS LE CADRE D UN TRANSVASEMENT DE PEINTURE

18-04-2014 P1 COMPTE RENDU RELATIF A UNE EXPLOSION SUIVIE D INCENDIE DANS LE CADRE D UN TRANSVASEMENT DE PEINTURE 18-04-2014 P1 COMPTE RENDU RELATIF A UNE EXPLOSION SUIVIE D INCENDIE DANS LE CADRE D UN TRANSVASEMENT DE PEINTURE 1. Les faits 1.1 La firme A a acheté un camion VOLVO et l a fait équiper, par la firme

Plus en détail

Livret de Sécurité pour les personnels des caves de vinification

Livret de Sécurité pour les personnels des caves de vinification santé - sécurité au travail > VINIFICATION Livret de Sécurité pour les personnels des caves de vinification Vous allez travailler dans une cave de vinification... Bienvenue... lisez ce document, il vous

Plus en détail

Présentation plans et devis

Présentation plans et devis Présentation plans et devis Production de biogaz pour l autosuffisance énergétique d une ferme porcine Préparé par Sylvain de Ladurantaye Jalil Hassaoui Khalid Ouazir Jeudi, 1 er mai 2008 1 Plan de la

Plus en détail

PARTIE 2 ESPACES CLOS

PARTIE 2 ESPACES CLOS Le 11 mai 2006 TABLE DES MATIÈRES PARTIE 2 ESPACES CLOS Page DÉFINITIONS...2-1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES...2-2 RESPONSABILITÉS...2-3 ÉVALUATION DES RISQUES ET PROCÉDURES DE TRAVAIL...2-3 IDENTIFICATION ET

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4222-1 à 26, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1, 2, 13, 14, 26, R. 4724-2 et 3 et R. 4212-1 à 7; Arrêté du 8 octobre 1987: contrôle périodique des installations

Plus en détail

LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL. TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL

LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL. TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL Chapitre II : Aération et assainissement Article R4212-1 Le

Plus en détail

SECURITE INCENDIE PREVENTION DES INCENDIES ANALYSE DES RISQUES GENERALITES

SECURITE INCENDIE PREVENTION DES INCENDIES ANALYSE DES RISQUES GENERALITES 1/5 SECURITE INCENDIE PREVENTION DES INCENDIES ANALYSE DES RISQUES GENERALITES PARTIE A: Inventaire des risques et des mesures de prévention existantes 1. Données de l entreprise Nom : Adresse : Téléphone:

Plus en détail

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR SWEGON AIR ACADEMY AICVF Novembre 2007 LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR Y. LE BARS 1 L AIR C EST DE L ENERGIE l oxygène nécessaire à l humain l énergie consommée pour le rendre utilisable et le déplacer 2

Plus en détail

Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) : Le plan de prévention

Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) : Le plan de prévention Fonction Publique Territoriale Centre de Gestion de Maine et Loire Service Hygiène & Sécurité Fiche n 82 Création : Mai 2013 Travaux réalisés dans un établissement par une entreprise extérieure (2/3) :

Plus en détail

FORMATION & CONSEIL SPÉCIALISÉ EN SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL INCENDIE

FORMATION & CONSEIL SPÉCIALISÉ EN SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL INCENDIE FORMATION & CONSEIL SPÉCIALISÉ EN SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL FORVALYS - RCS TOULOUSE 510 274 137 - APE 7490 B - N organisme de formation : 73 31 05415 31-20 impasse Camille Langlade - 31100 TOULOUSE

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2011-04-14-R-0147 commune(s) : Meyzieu objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

AirElite 4h. [ Appareil respiratoire KO 2 à circuit fermé pour les missions longue durée ]

AirElite 4h. [ Appareil respiratoire KO 2 à circuit fermé pour les missions longue durée ] AirElite 4h [ Appareil respiratoire KO 2 à circuit fermé pour les missions longue durée ] High-tech par expérience La nouvelle génération d appareils respiratoires à circuit fermé: AirElite 4 h Une compétence

Plus en détail

Fiche de Données de Sécurité Selon 91/155/CEE

Fiche de Données de Sécurité Selon 91/155/CEE 1. Identification du produit et de la société Nom du produit Utilisation du produit / Préparation Fabricant La colle à joint FERMACELL Greenline est utilisée pour le traitement des joints entre plaques

Plus en détail

Stockage et Manipulation des Produits dangereux. Quelques conseils de gestion et règles de bonne pratique

Stockage et Manipulation des Produits dangereux. Quelques conseils de gestion et règles de bonne pratique Stockage et Manipulation des Produits dangereux Quelques conseils de gestion et règles de bonne pratique Maîtrise du risque et gestion des Produits dangereux Maîtrise du risque principes de base Identification

Plus en détail

CHAPITRE Ier. Champ d application et définitions. CHAPITRE II. Implantation et construction. Section 1 re. Bâtiment

CHAPITRE Ier. Champ d application et définitions. CHAPITRE II. Implantation et construction. Section 1 re. Bâtiment Arrêté du Gouvernement wallon du 3 avril 2003 déterminant les conditions sectorielles et intégrales relatives aux installations de nettoyage à sec de vêtements, linge et autres textiles CHAPITRE Ier. Champ

Plus en détail

Aération et assainissement des lieux de travail

Aération et assainissement des lieux de travail Aération et assainissement des lieux de travail Rappels réglementaires Catégories de locaux Locaux à pollution non spécifique : Locaux dans lesquels la pollution est liée à la seule présence humaine :

Plus en détail

ETS B E A U S E I G N E U R

ETS B E A U S E I G N E U R ETS 6 Rue André Viellard Tél. 03 84 36 41 36 Fax 03 84 36 41 30 e-mail : contact@beauseigneur.com Site : www.beauseigneur.com FICHE DE DONNEES DE SECURITE LAVE GLACE - 30 C Version 1 du 21.12.2009 Réf

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Décapage Cette fiche concerne le décapage par voie chimique et mécanique, mais vous faites peut être aussi du traitement de surface, du polissage, ou de la peinture. Dans ce cas, reportez-vous aussi aux

Plus en détail

Guide d aide à l évaluation des risques pour la santé et la sécurité des personnes

Guide d aide à l évaluation des risques pour la santé et la sécurité des personnes vous guider Guide d aide à l évaluation des risques pour la santé et la sécurité des personnes n ELEVAGE AVICOLE Rédacteur :... Personnes associées :... Date initiale :... Date de mise à jour :... Installation

Plus en détail

Fiche signalétique de sécurité de produit Conformément au Règlement européen 1907/2006 CE, Article 31

Fiche signalétique de sécurité de produit Conformément au Règlement européen 1907/2006 CE, Article 31 Fiche signalétique de sécurité de produit Conformément au Règlement européen 1907/2006 CE, Article 31 Fiche n MSDS 0084FR Numéro 1 Date : 04-06-2008 Section 1 Identification de la substance/préparation

Plus en détail

Objet. Prescriptions du Distributeur GrDF 04/12/2007 page 2/13

Objet. Prescriptions du Distributeur GrDF 04/12/2007 page 2/13 MARS 2009 Objet Ces prescriptions propres au distributeur Gaz de France (désigné ci-après par «Distributeur») contiennent les exigences au sens de la loi n 2003-8 du 3 janvier 2003 et du décret n 2004-555

Plus en détail

Nom Composant Marge de concentration EC-Nr CAS-Nr Symbol(s) R-phrases Isopropanol < 15 % 200-661-7 67-63-0 F-Xi 11-36-67

Nom Composant Marge de concentration EC-Nr CAS-Nr Symbol(s) R-phrases Isopropanol < 15 % 200-661-7 67-63-0 F-Xi 11-36-67 Page de 6 Reférence nr 8200 Date d édition 6/02/20 Edition nr Date de modification 9/05/03. Identification de la préparation et de l entreprise... Identification de la préparation : Ref : 8200.2. Utilisation

Plus en détail

Vers une sécurité renforcée des interventions pour les travaux d entretien des réseaux d assainissement

Vers une sécurité renforcée des interventions pour les travaux d entretien des réseaux d assainissement Vers une sécurité renforcée des interventions pour les travaux d entretien des réseaux d assainissement Roland WERLE (INRS) - Daniel BERTHE (FNSA) 1 Roland WERLE INRS Daniel BERTHE FNSA Roland WERLE (INRS)

Plus en détail

Sciences et métiers : «Le technicien de la qualité de l'air» «L ingénieur analyste de l air»

Sciences et métiers : «Le technicien de la qualité de l'air» «L ingénieur analyste de l air» SVT Physique Technologie Sciences et métiers : «Le technicien de la qualité de l'air» «L ingénieur analyste de l air» Collège Niveau indicatif : 4 ème ou 3 ème La qualité de l air Mise en situation réelle

Plus en détail

GRILLE D AIDE AU REPERAGE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GRILLE D AIDE AU REPERAGE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS MANUTENTION MANUELLE Postures inadaptées : Port de charge > 25 kg Matériels de manutention : Transpalettes : Chute de la charge Diables : Manutention ou manipulation répétée Chariots manuels : Cadence

Plus en détail

Un chantier vert, c est un chantier plus respectueux de l environnement

Un chantier vert, c est un chantier plus respectueux de l environnement Un chantier vert, c est un chantier plus respectueux de l environnement Son objectif : diminuer les nuisances causées par les activités du chantier : bruit, pollutions des milieux naturels, consommation

Plus en détail

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences Nouvelles exigences Entretien annuel des chaudières dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kw 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie, en premier lieu, à partir

Plus en détail

NOTICE HYGIENE ET SECURITE

NOTICE HYGIENE ET SECURITE VI. NOTICE HYGIENE ET SECURITE 2013.39677.EV.DDAE MONSANTO Peyrehorade Page : 1 SOMMAIRE VI.NOTICE HYGIENE ET SECURITE... 1 VI.1 DISPOSITIONS GENERALES... 3 VI.1.1 REGLEMENTATIONS APPLICABLES... 3 VI.1.2

Plus en détail

Prévention des risques chimiques en entreprise

Prévention des risques chimiques en entreprise Prévention des risques chimiques en entreprise P. BARBILLON Ingénieur-Conseil Pascale Barbillon - Ingénieur conseil 1 Démarche 1 2 Préparation de l évaluation Identification des risques 3 Hiérarchisation

Plus en détail

CIRCULAIRE NO. DG-2. Instructions pour le transbordement de marchandises dangereuses en vrac sur le domaine du chemin de fer

CIRCULAIRE NO. DG-2. Instructions pour le transbordement de marchandises dangereuses en vrac sur le domaine du chemin de fer CIRCULAIRE NO. DG-2 Instructions pour le transbordement de marchandises dangereuses en vrac sur le domaine du chemin de fer En vigueur : le 30 juin 2005 1. GÉNÉRALITÉS Les présentes instructions s appliquent

Plus en détail

METABISULFITE DE POTASSIUM

METABISULFITE DE POTASSIUM 1/6 Selon le règlement européen 1907/2006/CE METABISULFITE DE POTASSIUM 1 - Identification de la substance / du mélange et de la société / l entreprise Désignation commerciale : METABISULFITE DE POTASSIUM

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION. Personne chargée du suivi du Plan de Prévention (nom, qualification, coordonnées) :

PLAN DE PREVENTION. Personne chargée du suivi du Plan de Prévention (nom, qualification, coordonnées) : PLAN DE PREVENTION ETABLISSEMENT SCOLAIRE Nom de l'établissement scolaire : Adresse : Téléphone : Nom du chef d'établissement : Personne chargée du suivi du Plan de Prévention (nom, qualification, coordonnées)

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Maçonnerie L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de maçonnerie-plâtrerie-carreleur peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui ne présentent

Plus en détail

Objet du travail. Lieu. Organe à traiter. Nature des travaux. Horaire. Rondes de contrôle (date et horaire) Ronde 1 Ronde 2 Horaires de

Objet du travail. Lieu. Organe à traiter. Nature des travaux. Horaire. Rondes de contrôle (date et horaire) Ronde 1 Ronde 2 Horaires de entreprise utilisatrice Entreprise utilisatrice (donneur d ordre) Entreprise intervenante (ou service) Objet du travail Lieu Organe à traiter Nature des travaux Soudage Disqueuse Découpage Brasage Début

Plus en détail

LE RISQUE INCENDIE. Introduction

LE RISQUE INCENDIE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction LE RISQUE INCENDIE Contrairement à des idées reçues, la survenance d un incendie reste une probabilité

Plus en détail

PLAN CANICULE 2015 SOURCES D INFORMATION. 1. Recommandations aux travailleurs

PLAN CANICULE 2015 SOURCES D INFORMATION. 1. Recommandations aux travailleurs PLAN CANICULE 2015 SOURCES D INFORMATION 1. Recommandations aux travailleurs Travail à la chaleur / dossier complet INRS http://www.inrs.fr/risques/chaleur/travail-exterieur-fortes-chaleur-ete.html http://www.inrs.fr/risques/chaleur/prevenir-risques.html

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Fiche Prévention LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Former les agents à la sécurité constitue une obligation légale de l autorité territoriale et fait partie intégrante de la politique

Plus en détail

Article 1. Pour l application de cet article, se référer à l article Lp. 111 2 et Lp. 111 3 du code du travail de Nouvelle Calédonie.

Article 1. Pour l application de cet article, se référer à l article Lp. 111 2 et Lp. 111 3 du code du travail de Nouvelle Calédonie. Source : www.juridoc.gouv.nc relative aux mesures particulières applicables aux travaux de peinture ou de vernissage par pulvérisation Historique : Créé(e) par : Délibération de la commission permanente

Plus en détail

Le risque chimique en entreprise

Le risque chimique en entreprise Dossier de synthèse Le risque chimique en entreprise Les agents chimiques dangereux Les agents Cancérogènes, Mutagènes, toxiques pour la Reproduction Ce dossier de synthèse «Le risque chimique en entreprise»,

Plus en détail

Fiche de données de sécurité conf. 91/155/CEE

Fiche de données de sécurité conf. 91/155/CEE Date : 14.1.2005 Page : 1/5 Dénomination commerciale : 1. Désignation de substance/de préparation et d entreprise Indications concernant le produit : Dénomination commerciale : Référence : 42,0510,0002

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION. E-book de la Sécurité - AGENCE CULTURELLE D'ALSACE ENTREPRISE UTILISATRICE EU ENTREPRISE EXTERIEURE EE

PLAN DE PREVENTION. E-book de la Sécurité - AGENCE CULTURELLE D'ALSACE ENTREPRISE UTILISATRICE EU ENTREPRISE EXTERIEURE EE NOM DE LA MANIFESTATION et/ou DU CHANTIER LIEU DE LA MANIFESTATION et/ou DU CHANTIER DATES DE LA MANIFESTATION et/ou DU CHANTIER PLAN DE PREVENTION PONCTUEL ANNUEL ENTREPRISE UTILISATRICE EU ENTREPRISE

Plus en détail

SECURITE INCENDIE. La problématique du risque incendie est omniprésente pour les collectivités ou les établissements publics.

SECURITE INCENDIE. La problématique du risque incendie est omniprésente pour les collectivités ou les établissements publics. Fiche Prévention SECURITE INCENDIE La problématique du risque incendie est omniprésente pour les collectivités ou les établissements publics. La sécurité incendie est régie par de nombreuses réglementations

Plus en détail

Annexe III - Actions particulières de formation liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail

Annexe III - Actions particulières de formation liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail CHAPITRE 5 Annexe III - Actions particulières de liées à l exposition à un risque spécifique ou à une ambiance de travail Les s Annexe III Actions particulières de liées à l exposition à un risque spécifique

Plus en détail

Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail

Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail Trois décrets du 30 août 2010 modifient les obligations de l employeur en cas d utilisation d installations électriques

Plus en détail

FICHE DE SECURITE. 1 - Identification du produit et de l entreprisefdsdqsdqdfsqfdgqgqergerrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

FICHE DE SECURITE. 1 - Identification du produit et de l entreprisefdsdqsdqdfsqfdgqgqergerrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr POINT CHIMIE COMPTOIRS INDUSTRIELS DU RHONE FICHE DE SECURITE 1 - Identification du produit et de l entreprisefdsdqsdqdfsqfdgqgqergerrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr Identification du produit : Nom : Bisulfite de

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE : IOC VEHICULE NET

FICHE DE DONNEES DE SECURITE : IOC VEHICULE NET Nom du produit : IOC VEHICULE NET Informations sur la société : 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Institut Œnologique de Champagne Z.I. de Mardeuil BP 25 51201 EPERNAY Cedex Tel : + 33 (0)

Plus en détail

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales

ACTUALITE REGLEMENTAIRE Police sanitaire des eaux minérales RAPPEL : LOI n 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique AFTH Balaruc-les-Bains le 16/11/2007 W. TABONEt Art. L. 1322-2. I - Toute personne qui offre au public de l eau minérale,

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Page 1 of 6 Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE Date d'impression : 22.01.2004 revue le : 06.03.2003 1 Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification de

Plus en détail

Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE

Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE DE L INSTALLATION PROJETEE AVEC LES PRESCRIPTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES RELATIVES A L HYGIENE ET LA SECURITE DU PERSONNEL Notice Hygiène et sécurité - Page

Plus en détail

Service public d assainissement Non collectif

Service public d assainissement Non collectif Service public d assainissement Non collectif Création de l installation : Adresse : Commune : Propriétaire : L assainissement non collectif (ou individuel ou autonome) est un dispositif qui doit assurer

Plus en détail

Opérations exécutées suivant la Sous-section 4 (SS4) du décret du 4 mai 2012 du code du travail

Opérations exécutées suivant la Sous-section 4 (SS4) du décret du 4 mai 2012 du code du travail Opérations exécutées suivant la Sous-section 4 (SS4) du décret du 4 mai 2012 du code du travail En complément du DTA, le donneur d ordre fait réaliser un repérage de tous les matériaux contenant de l amiante

Plus en détail

STOCKAGE DES ENGRAIS LIQUIDES A LA FERME

STOCKAGE DES ENGRAIS LIQUIDES A LA FERME Document de travail Juillet 2007 STOCKAGE DES ENGRAIS LIQUIDES A LA FERME LA REGLEMENTATION Réglementation des Installations Classées (ICPE) RSD 100 m3 Déclaration Autorisation 100

Plus en détail

1. - OBJET DU CAHIER DES CHARGES

1. - OBJET DU CAHIER DES CHARGES CAHIER DES CHARGES AFG TRAVAUX EN CHARGE RSDG 11 30 juin 2003 SOMMAIRE 1. - OBJET DU CAHIER DES CHARGES 2 2. - OUVRAGES CONCERNES 2 3. - DOMAINE D APPLICATION 2 4. - NORME DE REFERENCE 3 5. - TERMINOLOGIE

Plus en détail

Travailler au contact de l amiante

Travailler au contact de l amiante Travailler au contact de l amiante 20 SOURCES D INFORMATION Décret n 20-629 du 3 juin 20 relatif à la protection de la population contre les risques sanitaires liés à une exposition à l'amiante dans les

Plus en détail

LES ASPECTS TECHNIQUES

LES ASPECTS TECHNIQUES LES ASPECTS TECHNIQUES La réalisation d un dispositif d assainissement non collectif devra être conforme au DTU 64.1 XP P 16-603 (mars 2007). Le prétraitement : Le système de prétraitement retient les

Plus en détail

ST/SG/AC.10/C.3/2012/102-ST/SG/AC.10/C.4/2012/19

ST/SG/AC.10/C.3/2012/102-ST/SG/AC.10/C.4/2012/19 Nations Unies Secrétariat ST/SG/AC.10/C.3/2012/102- Distr. générale 21 septembre 2012 Français Original: anglais Comité d experts du transport des marchandises dangereuses et du Système général harmonisé

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE HYDROGENE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE HYDROGENE Page : 1/6 Danger 2.1 : gaz inflammable. 1. Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise Identificateur de produit Nom commercial : Hydrogène N FDS : EIGA067A Description chimique

Plus en détail

Endiverie de Soyécourt. Respect de la rubrique 2910-C des Installations Classées Pour l Environnement

Endiverie de Soyécourt. Respect de la rubrique 2910-C des Installations Classées Pour l Environnement Endiverie de Soyécourt Respect de la rubrique 2910-C des Installations Classées Pour l Environnement Prescriptions générales applicables aux installations classées de méthanisation relevant du régime de

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Etablissement :

DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Etablissement : DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Etablissement : INTERVENANTS ET DEMARCHE L évaluation des risques professionnels a été réalisée par 1 le chef d entreprise et /ou le directeur

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Ammoniac G003

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Ammoniac G003 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Ammoniac G003 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Ammoniac N FDS : G003 Formule chimique : NH3 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

ATTENDU QUE ladite loi, aux articles 55 et 59, octroie à la municipalité des compétences en matière de salubrité et de nuisances;

ATTENDU QUE ladite loi, aux articles 55 et 59, octroie à la municipalité des compétences en matière de salubrité et de nuisances; RÈGLEMENT 12-CM-143 DÉTERMINANT LES DISTANCES SÉPARATRICES POUR PROTÉGER LES PUITS ARTÉSIENS ET DE SURFACE DANS LA MUNICIPALITÉ DE VILLEROY ET RÉGISSANT L USAGE ET LE TRANSPORT SUR LES CHEMINS MUNICIPAUX

Plus en détail

Dépôts de produits facilement inflammables, contenus dans des récipients mobiles. Prescriptions de sécurité et de santé types

Dépôts de produits facilement inflammables, contenus dans des récipients mobiles. Prescriptions de sécurité et de santé types GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 10 septembre 1991 ITM-CL71 Dépôts de produits facilement inflammables, contenus dans des récipients mobiles ------------------------------ Prescriptions de sécurité

Plus en détail

OPÉRATIONS D'ASSAINISSEMENT

OPÉRATIONS D'ASSAINISSEMENT GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 1 er décembre 2010 (Ancien N ITM-CL 45.2) ITM-SST 1913.1 OPÉRATIONS D'ASSAINISSEMENT Prescriptions de sécurité types Le présent document comporte 5 pages Sommaire

Plus en détail