ÉTUDE D IMPACT- EFC ZAMBIA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉTUDE D IMPACT- EFC ZAMBIA"

Transcription

1 ÉTUDE D IMPACT- EFC ZAMBIA Par France Michaud et Karine Faucher-Boivin Développement international Desjardins (DID) Mai 2013 Cette publication a été réalisée avec l appui financier du gouvernement du Canada agissant par l entremise de l Agence canadienne de développement international (ACDI).

2 Méthodologie et plan 1. Analyse des bases de données du CFE 2. Animation de deux groupes de discussion 3. Entrevues individuelles (clients) 4. Entrevues individuelles (employés et gestionnaires) Éliminer les barrières Des barrières à l entrée pour les petits entrepreneurs + Des barrières à l offre de services financiers aux petits entrepreneurs = (missing EFC Zambia : une offre de service adaptée aux besoins des petits entrepreneurs Des pratiques gagnantes : L adhésion aux principes de protection des clients préconisés par la Smart Campaign Un programme d'actionnariat local offert aux clients et employés (CSOP/ESOP) Caractérisation de la portée du CFE : qui sont les individus qui bénéficient de ces pratiques? Un vide à combler middle) Création d'emplois et développement de la classe moyenne Création de richesse et stimulation des secteurs économiques zambiens Un modèle d'affaires qui conjugue impact social et viabilité financière 2

3 Éliminer les barrières 3

4 EFC Zambia: une solution qui vient combler le fossé entre l offre et la demande Des barrières à l offre de services financiers aux petits entrepreneurs Les petites IMF : des prêts de taille insuffisante Prêts de groupe ou microprêts Coûts d opération élevés: prêts plus coûteux Capacités de gestion et cadre réglementaire parfois insuffisants Connaissance limitée des secteurs d affaires Les banques : trop d exigences, trop long Redoutent les risques associés aux petits entrepreneurs Resserrent les exigences pour réduire les risques Processus d analyse de crédit beaucoup plus long Des barrières à l entrée pour les petits entrepreneurs Pas d historique de crédit, pas de propriété à mettre en garantie (ceux qui possèdent une maison n ont que rarement le titre confirmant leur propriété) Peu ou pas de connaissances de gestion Faible éducation financière, faible connaissance des produits et services financiers disponibles Conditions difficiles à rassembler pour formaliser ou faire croître leur entreprise : Local commercial Constitution d un inventaire Fonds de roulement 4 «L argent, c est l oxygène de l entreprise!» Arthur Bhuku, imprimerie «On ne peut pas opérer sans crédit» Margret Lukonde, restauration Un accès déficient au crédit pourtant essentiel 62,7% des Zambiens n ont pas accès aux services financiers formels MPME: 90% n y ont pas accès Secteur agricole (70% de la main-d œuvre nationale): 99% n y ont pas accès Une carence marquée dans l offre de prêts situés entre 5 et 80M ZMK (1 000 et $US) (Microfinance Transparency et FinScope)

5 Un modèle robuste et viable Des partenaires partageant une même vision de développement Une douzaine de partenaires figurant parmi les leaders mondiaux Une expertise reconnue Contrats de gestion confiés à DID Des employés locaux engagés, bien formés et compétents L appui du Mouvement Desjardins 1 er groupe financier coopératif au Canada, 5 e dans le monde 43 CFE au service de entreprises canadiennes Une expertise et des outils éprouvés: Méthodologies d analyse et d octroi de prêts aux entreprises Gestion des risques Des solutions technologiques performantes Système transactionnel SAF Cartes à puce (Smart Cards) Remboursement de prêts par cellulaire Transactions intercaisses Cartes de crédit prépayées (à venir) Une utilisation judicieuse des fonds disponibles Une stratégie d épargne institutionnelle qui avantage tant les clients que l institution en permettant au CFE de réduire ses frais d intérêt Contrôle interne 5

6 Une institution qui évolue en misant toujours sur le partenariat Lancement du programme CSOP-ESOP: une première dans l industrie 2010 Atteinte de la rentabilité 2010 Entrée de DID au capital de PFSL Adhésion au réseau international 2011 PFSL devient EFC Zambia 2012 Établissement d une stratégie régionale réunissant tous les CFE d Afrique de l Est 2009 Premier contrat de gestion confié à DID 6

7 Une offre de service qui répond aux besoins des petits entrepreneurs service Des produits diversifiés Crédit Prêts commerciaux Prêts à l habitat (housing) Microprêts aux petites commerçantes (women market traders) Épargne: 6 produits différents et complémentaires Des modalités qui améliorent véritablement l accès RAPIDITÉ FLEXIBILITÉ CONVIVIALITÉ PROXIMITÉ «Le CFE effectue rapidement les déboursements: il faut parfois aussi peu que 2 jours pour émettre un prêt! Cela me rend la vie beaucoup plus facile» Rebecca Biluani, secteurs financier et immobilier «EFC Zambia est plus conviviale que les autres institutions financières.» Elphas Munakaila, secteurs immobilier et juridique Un réseau de succursales vaste et accessible 6 succursales 5 centres d affaires (business centres) Une couverture quasi-nationale incluant des régions rurales Une institution qui parle à ses clients Brochures informatives sur les produits financiers offerts Messages radio et affichage dans les rues Publicité dans différents médias Site internet complet et convivial Réseautage avec des associations d affaires Utilisation du SMS pour rappeler les échéances de paiement «Nous avons une relation fantastique avec EFC Zambia, qui remonte à l époque où nous n étions rien. Alors que les autres dormaient encore, l équipe du CFE est arrivée comme une bombe et a su répondre exactement à nos besoins.» Joerice Dimingo, secteur manufacturier «Les services du CFE sont réellement dédiés aux entrepreneurs. Ils nous permettent de voir l avenir avec plus d otpimisme.» Catherine Chanakila Mwanza, secteurs immobilier et agricole 7

8 «L accès à la propriété est vital!» Les prêts à l habitat, un produit unique au pays Pour aider les entrepreneurs à Se doter d un local commercial Acquérir ou rénover une maison ou des appartements à louer Construire ou rénover une école Volume de prêts à l habitat (ZMK) ( $US) ( $US) ( $US) % du portefeuille de prêts (au 31 déc. 2012) «Le portfolio à risque le plus bas» 1,00% 0,50% PAR30 PAR90 0,00% «Les prêts à l habitat (housing) ont connu un succès immédiat! C est l une des meilleures décisions prises par le CFE que d offrir cette nouvelle possibilité aux entrepreneurs.» Moses Serenje, directeur du crédit au CFE

9 Avec un modèle d affaires robuste qui mise sur le partenariat et avec une offre de service accessible et diversifiée, EFC Zambia vient combler le vide qui existait auparavant en matière de financement adapté aux besoins des petits entrepreneurs. EFC Zambia réussit à combler ce vide en offrant aux entrepreneurs les produits et services dont ils ont besoin et à des conditions qui tiennent compte de leur réalité propre en s entourant de partenaires solides et en intégrant des pratiques de gestion rigoureuses ainsi que des solutions technologiques de pointe, capables d assurer la viabilité de l institution en poursuivant constamment, et de façon transparente, un double «bottom-line» composé à la fois d une bonne performance financière doublée d un fort impact de développement. 9

10 Des pratiques gagnantes Adhésion aux principes de protection des clients 10

11 Le CFE met en pratique les principes de protection de la clientèle mondialement reconnus Bouleversements de l économie mondiale Développement accéléré du secteur de la microfinance Met en exergue l importance de - la responsabilité - la sécurité - la transparence La Smart Campaign en bref: Une action mondiale visant à unir les dirigeants de la microfinance autour d un objectif commun : s assurer que les clients demeurent le moteur de l industrie Établissement d un code de conduite appuyé par des outils et des ressources développés pour aider les IMF à fournir des services financiers transparents, respectueux et prudents à leurs clients Objectif: Renforcer le secteur de la microfinance et en faire un modèle de services bancaires responsables partout dans le monde Principe 1 Principe 2 Principe 3 Principe 4 Principe 5 Principe 6 Principe 7 Développement de produits et distribution appropriés Prévention du surendettement Transparence Tarification responsable Traitement respectueux et équitable des clients Confidentialité des données Mécanismes de résolution des plaintes La Smart Campaign en chiffres : adhésions (dont IMF) dans 135 pays, sur 5 continents 11

12 Des produits et services adaptés, flexibles et accessibles pour les entrepreneurs Principe 1 Développement des produits et distribution appropriés «Les prestataires prennent soin que les produits et canaux de distribution soient conçus pour qu ils ne portent pas préjudice aux clients. Les produits et canaux de distribution sont conçus en tenant compte des caractéristiques des clients.» Produits Trois produits de crédit et six produits d épargne adaptés et conçus selon les caractéristiques spécifiques des entrepreneurs Un produit de crédit et un produit d épargne spécifiquement adaptés aux petites commerçantes (women market traders) Un produit de crédit conçu pour favoriser l accès à la propriété (housing loans) Une flexibilité sur le choix du terme et sur la périodicité de remboursement des crédits Un produit unique développé selon les habitudes d épargne des entrepreneurs: le CSOP Services Un processus de déboursé très rapide (en moyenne 48 heures) Un temps d attente très court en succursale (en moyenne 10 minutes) Des agents de crédit qui se déplacent au lieu de travail des entrepreneurs Une possibilité d effectuer les remboursements de prêts via la technologie mobile Zoona Une entente avec une compagnie d assurance facilitant les démarches pour les entrepreneurs L introduction du service intercaisses améliorant l accessibilité 12 «Le CFE offre de bons produits et de bons services, et ceux-ci sont facilement accessibles.» Aaron Kamanga, agriculture et détail «L accès au crédit est plus facile qu auprès des autres institutions financières.» Judith Mulenga Kapumpa, détail «L accessibilité et la rapidité des services offerts par le CFE en font une institution à part.» 12 Boniface Mutale, agriculture

13 Des gestionnaires et employés qui prennent au sérieux le surendettement des entrepreneurs Principe 2 Prévention du surendettement «Les prestataires prennent les mesures nécessaires pour s assurer que les clients aient une capacité d emprunt, sans risque de surendettement, durant toutes les phases du processus de crédit. De plus, les prestataires mettent en place et surveillent des systèmes internes qui soutiennent la prévention du surendettement et fournissent des efforts pour améliorer la gestion des risques de crédit du marché (comme le partage d informations de crédit).» Le CFE établit avec précaution la capacité des clients à prendre un prêt et à le rembourser La capacité de remboursement est calculée en fonction des états financiers de l entreprise, incluant également les obligations familiales. Le CFE récolte l information nécessaire sur les emprunteurs Une vérification systématique est faite au bureau de crédit pour voir le niveau d endettement actuel et l historique de remboursement de l entrepreneur. Le CFE établit des cibles et des primes de rendement qui valorisent la qualité avant la quantité Les cibles et les primes des agents de crédit sont basées sur le PAR1 et PAR30. La croissance n est pas faite au détriment de la qualité. L approbation d un prêt ne se fait pas seulement sur la base des garanties, mais aussi selon une analyse solide des capacités de l emprunteur. Une politique «d un seul prêt actif avec le CFE» est appliquée. Les analystes de crédit utilisent les états financiers, les livres de reçus et les états bancaires des clients pour effectuer leur analyse complète. Une relation de proximité est établie avec la clientèle et des visites sur le lieu du travail sont effectuées. «Il est crucial d analyser sa capacité de remboursement avant de contracter un emprunt.» Aaron Kamanga, agriculture et détail 13

14 Des informations claires et complètes transmises aux entrepreneurs Principe 3 Transparence «Les prestataires fourniront des renseignements à la fois clairs, suffisants et en temps opportun d une façon qui permette aux clients de les comprendre et de prendre une décision en connaissance de cause. L accent est mis sur la nécessité d avoir des informations transparentes sur la tarification, les conditions et les modalités des produits.» Le CFE respecte la loi concernant la transparence sur la tarification des produits : Prend par à l initiative Microfinance Transparency Affiche les taux d intérêts effectifs dans ses succursales Transparence Le CFE utilise différents canaux de diffusion pour informer ses clients de manière claire et précise sur les conditions et modalités des produits Dépliants, site internet, affiches publicitaires Organisation d activités dans les marchés Le CFE informe ses clients de toutes les conditions relatives aux produits avant de conclure la vente Conditions expliquées aux clients à différents moments dans le processus Le CFE s assure d une connaissance approfondie des conditions et modalités des produits par ses employés Des formations sont offertes pour consolider leur apprentissage 14 «Les agents du CFE sont ouverts et donnent des explications claires.» Commentaire issu d un groupe de discussion 14

15 Une tarification qui conjugue rendement et accessibilité Principe 4 Tarification responsable «La tarification, les conditions et les modalités seront déterminées d une manière qui soit abordable pour les clients, tout en permettant aux institutions financières d être viables. Les prestataires s efforceront de fournir de réels rendements positifs sur les fonds déposés.» Le CFE utilise une portion de ses bénéfices en faveur de ses clients en baissant les taux d intérêts. Le CFE offre ainsi aux entrepreneurs des produits accessibles qui leur permettent de croître et d enrichir leur patrimoine. Le CFE ne charge aucun frais ni sanction excessifs à ses clients. Le CFE offre une tarification concurrentielle et non subventionnée qui permet de générer un rendement raisonnable. 15

16 Des taux d intérêt compétitifs et en baisse Contexte de démarrage du CFE : Nécessité de rentabiliser les opérations Coût des fonds empruntés Introduction d un nouveau produit Taux très avantageux Efforts de diminution Sur les prêts répétitifs (repeat loans) Efforts de diminution Sur les nouveaux prêts Sur les repeat loans Introduction d un taux maximal par la Banque de Zambie Prêts commerciaux (MSME): 66 % MSME: 66 % Prêts pour l amélioration locative (home improvement): 36 % MSME 1 er prêt: 66 % 2 e prêt: 54 % Home improvement 1 er prêt: 36 % 2 e prêt: 30 % MSME 1 er prêt: 54 % 2 e prêt: 48 % 3 e prêt: 42 % Home improvement 1 er prêt: 36 % 2 e prêt: 30 % MSME: 42% Home improvement: 42 % 16 «EFC Zambia est un leader sur le marché et ses taux d intérêt sont compétitifs. Bien que ces taux puissent être supérieurs à ceux des banques, le CFE se distingue en les réduisant dans le cas des prêts répétitifs et en offrant une ristourne à ses clients par l entremise du programme CSOP.» Moses Serenje, directeur du crédit au CFE Une remise d intérêt allant jusqu à 13 % est également offerte aux clients membres du CSOP, faisant diminuer le taux réel payé.

17 Des services financiers innovateurs offerts dans le respect Principe 5 Traitement respectueux et équitable des clients «Les prestataires de services financiers et leurs agents traiteront les clients de manière équitable et respectueuse. Ils ne pratiqueront aucune discrimination. Les prestataires veilleront à ce que des mesures de protection adéquates existent pour pouvoir repérer et corriger les cas de corruption ainsi que tout traitement agressif ou abusif par leurs agents et personnel, surtout pendant les phases de vente du prêt et de recouvrement de la dette.» Les interactions avec la clientèle sont caractérisées par l honnêteté, la transparence et le respect clients «En accord avec les normes internationales et les meilleures pratiques de protection des clients, EFC Zambia adhère au principe de pratiques de recouvrement appropriées. Plus précisément, le CFE n a pas recours à la force physique, à l humiliation, au recouvrement à des heures inappropriées ou à toute autre stratégie d intimidation inappropriée.» Tiré du manuel de crédit du CFE Lignes directrices établies qui réfèrent aux bonnes pratiques et attitudes à avoir avec les clients La sélection et le traitement des clients ne visent aucune discrimination «Les agents de crédit du CFE sont professionnels et offrent de bons conseils.» Judith Mulenga Kapumpa, détail «Je me sens apprécié par le CFE, ce qui est très important pour moi.» Peter Mulenga Kabwela, immobilier «Le fait de pouvoir parler avec les gens du CFE est un grand avantage pour moi.» Annie Banda, détail 17

18 Des mécanismes bien ancrés pour protéger les données et améliorer les pratiques Principe 6 Confidentialité des données «La confidentialité des données personnelles d'un client sera respectée conformément aux lois et réglementations des pouvoirs juridictionnels individuels. Ces données ne seront utilisées qu'aux fins précisées au moment où les renseignements ont été recueillis ou dans la mesure permise par la loi, à moins qu'il n'en soit convenu autrement avec le client.» Principe 7 Mécanismes de résolution des plaintes «Les prestataires disposeront de mécanismes permettant d'intervenir et de réagir en temps opportun dans le cadre du règlement de plaintes et de problèmes pour leurs clients, et utiliseront ces mécanismes à la fois pour régler les problèmes individuels et pour améliorer leurs produits et services.» 18 La confidentialité fait partie des valeurs du CFE Le code d éthique et de déontologie comporte une clause spécifique sur la responsabilité des employés concernant le caractère confidentiel sur la protection des données «Le CFE sait préserver la confidentialité des données : il ne partage pas ces informations et cela maintient le lien de confiance.» Commentaire issu d un groupe de discussion Le CFE met en place des systèmes pour protéger la confidentialité, la sécurité et l intégrité des informations personnelles et financières des clients Accès sécurisé aux locaux avec empreinte digitale Mot de passe sécurisé des utilisateurs Déchiquetage des informations personnelles des clients Carte à puce avec NIP et photo des clients «Les clients voient le CFE comme une banque. C est la première institution de microfinance qui offre la carte à puce (smart card), ce qui accroît le sentiment de sécurité.» Moses Serenje, directeur du crédit au CFE Le CFE prend en considération les plaintes des clients pour améliorer ses pratiques Des formulaires et boîtes à suggestions sont disponibles pour les clients Le département des relations avec la clientèle effectue le suivi des plaintes 18

19 En adhérant officiellement et concrètement aux principes de protection des clients préconisés par la Smart Campaign, EFC Zambia contribue à : instaurer une relation solide et durable avec ses clients; réduire les risques financiers; renforcer l industrie de la microfinance dans son ensemble; se positionner comme un leader au sein de cette industrie. C est en misant sur un service à la clientèle de qualité, sur des produits financiers adaptés et innovateurs ainsi que sur des pratiques respectueuses envers ses clients que le CFE devient un partenaire de choix pour les entrepreneurs zambiens. EFC Zambia se préoccupe également de protéger l environnement en faisant don d une partie de son papier usagé (données non-confidentielles) à une manufacture d artisanat à but non lucratif et en recyclant l excédent. 19

20 Des pratiques gagnantes Programme d actionnariat populaire 20

21 Programme d actionnariat populaire (CSOP-ESOP) «Désormais je suis plus qu une cliente, je suis une actionnaire!» Une initiative unique dans l industrie zambienne de la microfinance, qui permet aux clients et employés du CFE de devenir les copropriétaires de l institution. Clients (CSOP) Les emprunteurs qui remboursent leur prêt à temps reçoivent, à l échéance de ce prêt, une rémunération incitative représentant un minimum de 10 % des intérêts payés. Une partie de ce montant peut être convertie en actions du CFE. Quatre options : Base (25 % converti en actions) Bronze (50 %) Argent (75 %) Or (100 %) Le CFE ajoute une contrepartie qui évolue avec les options et qui peut atteindre 13 %. Employés (ESOP) Les employés admissibles ont plus d un an de service et une performance satisfaisante. Ils peuvent contribuer par de déduction de salaire. L employeur ajoute, une fois par année, une contribution équivalente. «Le programme ESOP offre un excellent rendement. Le fait de pouvoir accéder à la propriété du CFE représente encore plus qu un chèque de paie : c est du long terme. C est une motivation de plus à prendre part à la croissance de l entreprise! Sydney Kanyata, directeur des finances au CFE Accroît l ancrage local du CFE et crée un sentiment d appartenance pour les clients et employés Favorise la constitution d un patrimoine à long terme (pour financer études, retraite ou autre projet) Participe à l éducation financière des clients Favorise de bonnes habitudes de remboursement Encourage la bonne performance et la rétention du personnel 21

22 Une adhésion massive qui confirme la pertinence du programme 86 % des clients adhèrent au programme Nombre de prêts déboursés Nombre de clients adhérents Plan Or Plan Argent Plan Bronze Plan de base % 62% 7% 8% 23% 62 % choisissent le plan Or Or Argent Bronze Base Une participation croissante à l actionnariat du CFE: Dans 5 ans, les clients et employés détiendront 20 % des actions du CFE Nombre d adhérents à la coop PFSL 22

23 L éducation à la base de la promotion du programme Des outils d information simples et imagés ont été créés pour promouvoir le programme lors de son lancement. Une BD distribuée aux clients Une vidéo diffusée en salle d attente 23

24 Les programmes CSOP et ESOP favorisent l épargne à long terme et la réalisation de projets signifiants pour les employés et clients de l institution ainsi que pour leurs familles. Pour l institution, c est un moyen d encourager les bons comportements d emprunteurs d une part, et la bonne performance des employés d autre part. C est aussi un moyen d accroître l ancrage local de l institution et d assurer une bonne représentation des intérêts de ses employés et clients dans la prise de décisions. Pour les employés et clients, c est un puissant moteur de valorisation qui leur permet de se sentir partie prenante de la croissance et du succès de l institution et de partager concrètement les bénéfices qui en découlent (ristournes). Les adhérents deviennent actionnaires de la plus importante institution de microfinance au pays: un investissement à vie. Ce programme est aussi un vecteur d information et d éducation financière. 24

25 Qui sont les clients du CFE? 25

26 Une croissance fulgurante du nombre de clients Évolution du nombre de clients Nombre d'années d existence des entreprises 27 % de la clientèle vit en zone rurale (Kitwe et Chipata) 42 % sont des femmes Nombre de clients par succursale 20% 20% 31% 29% Moins de 3 ans Entre 3 et 5 ans Entre 5 et 10 ans Plus de 10 ans Répartition par sexe Femmes Hommes Répartition par tranche d âge 17 % sont des jeunes de moins de 30 ans 60 % des entreprises financées ont moins de cinq ans 50 % des entreprises financées font du commerce de détail et de gros 40 % des entreprises financées sont associées à l industrie manufacturière légère, aux services ou à la construction 26 4% 14% 27% 1% 16% 38% Moins de 20 ans ans ans ans ans Plus de 60 ans 10 % des entreprises financées sont associées au secteur agricole Plus de 50 % des entrepreneurs ont au moins deux entreprises: une façon intéressante de créer un effet de levier

27 Le montant des prêts augmente à mesure que les entreprises croissent Segment de marché Grandes entreprises, individus plus aisés Exemples d entreprises financées Construction, approvisionnement, imprimerie, immobilier Montant des prêts (ZMK) Plus de 200 millions ( $US) % des prêts déboursés par EFC Zambia Actif moyen des entreprises financées (ZMK) 0,11% 1,4 G ( $US) Moyennes entreprises Construction, approvisionnement, imprimerie, immobilier millions ( à $US) 4,39% 665 M ( $US) Petites entreprises du secteur formel Productions avicoles, boucherie, pièces automobiles, restaurants, épiceries écoles, matériaux, électronique, boutiques, salons de coiffure et d esthétique 5-80 millions (1 000 à $US) 54,74% 115 M ( $US) Petites entreprises semiformelles, petits producteurs agricoles Microentreprises (zones urbaines et péri-urbaines) Petites commerçantes (women market traders), petits restaurants, petites épiceries Petites commerçantes (women market traders) 2-5 millions (375 à 1000 $US) 500,000-2 millions (95 à 375 $US) 28,21% 15 M (2 815 $US) 12,55% 6.7 M (1 300 $US) 27

28 ZMK Plus de 30 M $US dédiés à la croissance des entrepreneurs 28 Plus de 150 G ZMK déboursés (30 M $US) Montant total déboursé par type de prêt prêts déboursés Nombre de déboursés par type de prêt MSME WMT HOUSING MSME WMT HOUSING Un portefeuille actuel de 53 G ZMK (10 M $US) % déboursé par type de prêt 2,2% 30,5% 11,4% 12,6% 61,4% 52,8% MSME Women Market Trader Housing % en nombre déboursé par type de prêt MSME Women Market Trader Housing Les femmes se voient octroyer: 44 % du portefeuille (en volume) 46 % du portefeuille (en nombre) Le CFE offre aussi des prêts à ses employés (les staff loans) un avantage qui favorise la rétention du personnel

29 Une clientèle fidèle et des prêts moyens en croissance Une forte croissance des prêts moyens et un portefeuille à risque (PAR 30) contrôlé, qui demeure sous la barre des 3 % : 44 % des clients ont reçu plus d un prêt du CFE Nombre de prêts par entrepreneur Montant moyen déboursé par type de prêt MSME WMT Housing Plus de 3 «Avant d octroyer un nouveau prêt à un entrepreneur, nous nous assurons qu il y a bien eu une amélioration dans sa situation.» Edna Banda, analyste principale en crédit au CFE 29 29

30 Une stratégie de collecte d épargne adaptée aux réalités de la clientèle cible Réalité des entrepreneurs N épargnent pas beaucoup, mais sont conscients que l épargne est un moteur de croissance Préfèrent investir dans leur entreprise: il est plus profitable de réinvestir les surplus pour soutenir la croissance Préfèrent garder du capital pour parer aux aléas personnels Un volume d épargne de 19 G ZMK (3,7 M $US), dont 9 G (1,7 M $US) en dépôts à terme (épargne institutionnelle) Évolution de l'épargne (ZMK) Term deposit Regular savings Compulsory Répartition de l'épargne par type 28% 23% 49% Regular Comptes Saving d épargne Accounts réguliers (Regular Savings Accounts) Dépôts à terme et comptes Term d épargne Deposit à prime and (Term Premium Deposits Saving Accounts - Premium Savings Accounts) Compulsery Épargne obligatoire Savings (Compulsory Savings) Une épargne moyenne qui évolue positivement (ZMK) Comptes d épargne réguliers (moy.) Dépôts à terme et comptes d épargne à prime (moy.) Épargne obligatoire (moy.)

31 En joignant des entrepreneurs : Issus d une variété de secteurs d activité économique Dont 42 % sont des femmes, 27 % vivent hors de la capitale et 17 % sont des jeunes de moins de 30 ans; Dont près de la moitié ont obtenu plus d un prêt auprès du CFE; Dont le prêt moyen et l épargne moyenne sont tous deux en croissance... le CFE confirme sa pertinence en tant qu institution financière soucieuse de répondre aux besoins du milieu, et fait une différence significative dans la vie de milliers d individus qui, autrement, auraient difficilement accès aux services financiers. 31

32 32 Un moteur de création d emplois

33 EFC Zambia: un employeur de choix 162 employés, dont 64 femmes Taux de rétention de 64 % (plus d un an à l emploi du CFE) Durée d emploi moyenne de 2,5 ans (3,5 en considérant les employés qui ont débuté avec Pulse Holdings en 2004) Valorise l éducation : 79 % détiennent un certificat ou un diplôme collégial 18 % ont une formation universitaire Des facteurs d attraction forts et distinctifs Le CFE est une organisation reconnue et appuyée par des partenaires internationaux Perspectives intéressantes d avancement de carrière Formations multiples et enrichissantes Une mission sociale forte Une performance et des cibles qui suscitent la motivation Climat d ouverture de la part des gestionnaires «Je suis chez moi au CFE, j ai vu l institution grandir depuis le début, j y suis attachée. J y apprends aussi chaque jour et j y gagne une grande expérience.» Unikedy Mutuna Tembo, vérificatrice interne principale au CFE «J ai joint l équipe gagnante!» Besta Chomba, superviseur crédit, succursale de Kamwala «J aide les clients à mieux comprendre le fonctionnement du crédit.» Edna Banda, analyste principale en crédit au EFC «Il n y a pas de formalités administratives au CFE: l institution offre un environnement de travail ouvert et il est facile d approcher nos collègues et nos supérieurs.» Bebina Jere, agente administrative, succursale du centre-ville 33

34 Un moteur de création d emplois dans la communauté Dans les pays en développement, les petites entreprises constituent le principal moteur de création d emplois. D après le calculateur d impact social de la Fondation Calvert, chaque prêt fait à une petite entreprise dans un pays comme la Zambie amène la création ou le maintien de 1,4 nouvel emploi. D après cette hypothèse, on peut estimer à plus de le nombre d emplois créés ou maintenus par le CFE depuis janvier D après les témoignages des clients du CFE, il est réaliste de penser que ceux-ci créent encore plus d emplois que ce qui est estimé à partir de l hypothèse Calvert. Une donnée qui sera documentée à l avenir dans les registres du CFE. 34 «Le nombre d emplois dans mon entreprise a augmenté considérablement: j emploie maintenant 15 personnes.» Boniface Mutale, agriculture «J ai 52 employés: le CFE m a beaucoup aidée.» Felistus Malunga, éducation «J ai consolidé ma position sur le marché : j ai maintenant 30 employés.» Arthur Bhuku, imprimerie «Je prévois engager 2 ou 3 nouveaux employés pour ma nouvelle boutique grâce au prêt que j attends du CFE.» Aaron Kamanga, agriculture et services

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

C EST TOUTE UNE ÉQUIPE D EXPERTS QUI APPUIE VOTRE ENTREPRISE.

C EST TOUTE UNE ÉQUIPE D EXPERTS QUI APPUIE VOTRE ENTREPRISE. C EST TOUTE UNE ÉQUIPE D EXPERTS QUI APPUIE VOTRE ENTREPRISE. NOTRE MISSION La mission du Centre financier aux entreprises Desjardins Est de l Ontario est de contribuer à la croissance des entreprises

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

Offre de financement Desjardins

Offre de financement Desjardins Offre de financement Desjardins Sylvain Limoges Directeur investissement Capital régional et coopératif Desjardins Marco Poulin Directeur transfert d entreprises Desjardins entreprise Vallée du Richelieu

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR

D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR D I S T I N C T I O N C O O P É R AT I V E 2 0 1 1 COOPÉRER POUR CRÉER L AVENIR démocratie égalité équité Coopérer pour crée l avenir Pour un monde + responsable + équitable + durable En faisant affaire

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

Responsabilité sociale et protection des clients. Casablanca 16 Septembre 2015

Responsabilité sociale et protection des clients. Casablanca 16 Septembre 2015 Responsabilité sociale et protection des clients Casablanca 16 Septembre 2015 1 Affirmer la mission sociale du secteur. Mission: Mission sociale de la microfinance Combiner création d activités, lutte

Plus en détail

LES SERVICES FINANCIERS AUX ENTREPRENEURS

LES SERVICES FINANCIERS AUX ENTREPRENEURS P O S I T I O N N E M E N T I N S T I T U T I O N N E L LES SERVICES FINANCIERS AUX ENTREPRENEURS Un levier essentiel de création d emplois et de développement socioéconomique CONTEXTE Partout sur la planète,

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE?

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? SERVICES DE FINANCEMENT DU COMMERCE INTERNATIONAL LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? PRENDRE AVANTAGE DE L INFORMATION DISPONIBLE Un accès sécuritaire à de l information

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

Je suis personnellement joignable, en dehors du contact de notre siège, au 06362633.

Je suis personnellement joignable, en dehors du contact de notre siège, au 06362633. SUSCRIPTIN DE DEPT A TERME CHEZ GAMIFI SA La Gabonaise de Microfinance Etablissement de 2ème catégorie Agrément N 122/CI/09 /CNC Libreville, le.. mars 2010 bjet : Proposition de placements en dépôts à

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Ce matin, tout va encore plus vite que d habitude. Un client vous demande de devancer sa livraison. Mais votre

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE N o 4 POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Modifiée le 9 novembre 2010 cegepdrummond.ca Règlement n o 12 abrogé : 6 décembre 2004 (CA-04-12-06-03) Politique adoptée au conseil d administration

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION À propos de l enquête La SCHL est heureuse de publier les constatations de son Enquête auprès

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

TABLEAU DE BORD POUR ELUS

TABLEAU DE BORD POUR ELUS TABLEAU DE BORD POUR ELUS I. Fonctions et tâches d élus de SFD (séance de 2H 30) Dans un système financier décentralisé, les élus occupent une place centrale dans la gouvernance de l institution. En particulier,

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

La bonne place pour faire carrière

La bonne place pour faire carrière La bonne place pour faire carrière Chez SSQ Groupe financier, nous partageons les mêmes valeurs et soutenons la croissance et les réalisations de nos employés. Joindre nos rangs, c'est s'associer à un

Plus en détail

Coopérer. pour créer l avenir

Coopérer. pour créer l avenir novembre 10 Coopérer pour créer l avenir Depuis 110 ans, chez Desjardins, premier groupe financier coopératif en importance au Canada, la coopération est notre âme et nos membres, notre raison d être.

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Programmes de cartes commerciales Visa pour l industrie de la construction. Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre.

Programmes de cartes commerciales Visa pour l industrie de la construction. Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre. Programmes de cartes pour l industrie de la construction Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre. Programmes de cartes pour l industrie de la construction construction : pour des Les

Plus en détail

N 134 Du 28 mars au 3 avril 2016.

N 134 Du 28 mars au 3 avril 2016. N 134 Du 28 mars au 3 avril 2016. Sommaire [Banque Mondiale] L inclusion financière des femmes en 5 graphiques [LeMatin.ma] Entretien avec Jason Best, expert international : «Le potentiel des marchés

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise. Pour un transfert à sa pleine valeur

Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise. Pour un transfert à sa pleine valeur Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise Pour un transfert à sa pleine valeur 1 Énoncé d ouverture La vente d une entreprise est un processus complexe et potentiellement rempli d embuches.

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Les instruments financiers cofinancés par le Fonds Social Européen sont des outils durables et efficaces pour investir dans la croissance

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE BANQUE LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31

COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE BANQUE LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31 COMMUNIQUÉ DE PRESSE ACTIVITÉS ET RÉSULTATS 2014 LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31 UNE BANQUE LEADER SUR SON TERRITOIRE CONQUÉRANTE SUR DE NOUVEAUX MARCHÉS INNOVANTE DANS SES SERVICES ET TOUJOURS PROCHE DE

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de l avenir. Ses besoins évoluent. Sa situation financière devient

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

(RIC, RID, RÉER-COOP)

(RIC, RID, RÉER-COOP) Plan de présentation 1. Définition et Modèle 2. Objectifs (Capitalisation et Relève PME) 3. Avantages 4. Obligations légales 5. Conditions de succès 6. Entreprise type - future 7. Démarche d implantation

Plus en détail

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre COMMISSION DE LA CEDEAO Note méthodologique Task Force «Instrument de financement des intrants» Plateforme d Appui au Développement Rural et à la Sécurité Alimentaire en Afrique de l Ouest et du Centre

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ Sommaire Objectif... 2 Critères d admissibilité... 2 Dépôt d un dossier... 2 Principaux

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION

POLITIQUE DE FORMATION POLITIQUE DE FORMATION ET DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES Table des matières 1. Préambule... - 2-2. Buts généraux... - 2-3. Objectifs... - 2-4. Axes et typologie de formation... - 3-4.1 Axes de formation...

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

ADMINISTRATION/FINANCE

ADMINISTRATION/FINANCE ADMINISTRATION/FINANCE RÉGIME COOPÉRATIF (18), RÉGIME RÉGULIER (5) Personnes rejoignables 69 Hommes Femmes Nombre de répondants 23 33,3 % 16 ( 70 %) 7 ( 30 %) Note : les pourcentages ne sont pas affichés

Plus en détail

Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM)

Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM) Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM) Préambule La politique d investissement du CLD de la Matawinie repose sur deux (2) bases fondamentales : La première base, celle

Plus en détail

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS

ÉPARGNE PAtRimoNiAlE ChIffRES CLÉS ÉPARGNE patrimoniale chiffres clés 2012 LE GROUPE AG2R LA MONDIALE* Un groupe d assurance de protection sociale, paritaire et mutualiste Un assureur complet de la personne : Prévoyance, Santé, Épargne,

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Le spécialiste du crédit à la consommation au service des réseaux bancaires

Le spécialiste du crédit à la consommation au service des réseaux bancaires Le spécialiste du crédit à la consommation au service des réseaux bancaires banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés Le spécialiste du crédit à la consommation

Plus en détail

Augmentez votre efficacité, réduisez vos coûts et restez conforme à la réglementation grâce à la gamme de services d Iron Mountain

Augmentez votre efficacité, réduisez vos coûts et restez conforme à la réglementation grâce à la gamme de services d Iron Mountain UNE SEULE SOLUTION Optimisez la valeur commerciale de votre information Augmentez votre efficacité, réduisez vos coûts et restez conforme à la réglementation grâce à la gamme de services d Iron Mountain

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

Smart Lending : la protection du client dans le processus de crédit

Smart Lending : la protection du client dans le processus de crédit Smart Lending : la protection dans le processus de crédit Comment intégrer les pratiques dans le prêt individuel des institutions de microfinance : vue d ensemble www.smartcampaign.org INTRODUCTION Ce

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre.

Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre. Programmes de cartes pour les hôpitaux Prenez le contrôle. Économisez davantage. Gardez l équilibre. Programmes de cartes pour les hôpitaux pour une meilleure Les contraintes budgétaires et les demandes

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Solution PLM pour la vente au détail de PTC

Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM pour la vente au détail de PTC Solution PLM de PTC pour la vente au détail Dans les délais. À la mode. Dans le budget. La solution PLM de PTC pour la vente au détail transforme la manière

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS COMPÉTENTS ET POLYVALENTS Les professionnels comptables en entreprise, un élément moteur du succès durable des organisations Les professionnels comptables en entreprise exercent au sein des organisations

Plus en détail

Du CLD de L Érable. Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012.

Du CLD de L Érable. Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012. * Du CLD de L Érable Adopté par le conseil d administration le 18 décembre 2012. 2 *Pour le CLD de L Érable, le développement économique et social passe par la réalisation concrète de projets menés par

Plus en détail

Programme de prêts REER Brochure. Réservé à l usage exclusif des conseillers

Programme de prêts REER Brochure. Réservé à l usage exclusif des conseillers Programme de prêts REER Brochure Réservé à l usage exclusif des conseillers À propos de B2B Trust Un chef de file canadien parmi les fournisseurs de prêts investissement et REER offerts aux tiers. Fournit

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir contacté Activ Expertise Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir Vous allez comprendre à la lecture des pages suivantes pourquoi le métier formidable de diagnostiqueur immobilier

Plus en détail

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES ATTESTATION D'ÉTUDES COLLÉGIALES DÉVELOPPEMENT ET GESTION D ENTREPRISES COLLECTIVES (JWW.0M) Résumé du programme d études 1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES 1.1 INTRODUCTION Les entreprises

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

SEPTEMBRE2013 Prise 04

SEPTEMBRE2013 Prise 04 SEPTEMBRE2013 Prise 04 Dans ce numéro Nouvelles heures d ouverture PORTRAIT DE DIRIGEANT CONSEIL FISCALITÉ OT DU IRECTEUR ÉNÉRAL Dans le but de vous offrir une prestation de service correspondant à vos

Plus en détail

AUGMENTEZ VOS VENTES À L ÉTRANGER

AUGMENTEZ VOS VENTES À L ÉTRANGER AUGMENTEZ VOS VENTES À L ÉTRANGER Réaliser des ventes à l étranger c est bien, mais en réaliser davantage c est mieux. Et grâce aux solutions d EDC, le fait de décrocher ces ventes fera non seulement augmenter

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Qu est-ce que la formation économique en entreprise?

Qu est-ce que la formation économique en entreprise? Volume 1, numéro 2 Qu est-ce que la formation économique en entreprise? Jean Sylvestre Directeur général, Fondation de la formation économique Fonds de solidarité FTQ Avec la collaboration de Michel Blondin

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail