ÉTUDE D IMPACT- EFC ZAMBIA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉTUDE D IMPACT- EFC ZAMBIA"

Transcription

1 ÉTUDE D IMPACT- EFC ZAMBIA Par France Michaud et Karine Faucher-Boivin Développement international Desjardins (DID) Mai 2013 Cette publication a été réalisée avec l appui financier du gouvernement du Canada agissant par l entremise de l Agence canadienne de développement international (ACDI).

2 Méthodologie et plan 1. Analyse des bases de données du CFE 2. Animation de deux groupes de discussion 3. Entrevues individuelles (clients) 4. Entrevues individuelles (employés et gestionnaires) Éliminer les barrières Des barrières à l entrée pour les petits entrepreneurs + Des barrières à l offre de services financiers aux petits entrepreneurs = (missing EFC Zambia : une offre de service adaptée aux besoins des petits entrepreneurs Des pratiques gagnantes : L adhésion aux principes de protection des clients préconisés par la Smart Campaign Un programme d'actionnariat local offert aux clients et employés (CSOP/ESOP) Caractérisation de la portée du CFE : qui sont les individus qui bénéficient de ces pratiques? Un vide à combler middle) Création d'emplois et développement de la classe moyenne Création de richesse et stimulation des secteurs économiques zambiens Un modèle d'affaires qui conjugue impact social et viabilité financière 2

3 Éliminer les barrières 3

4 EFC Zambia: une solution qui vient combler le fossé entre l offre et la demande Des barrières à l offre de services financiers aux petits entrepreneurs Les petites IMF : des prêts de taille insuffisante Prêts de groupe ou microprêts Coûts d opération élevés: prêts plus coûteux Capacités de gestion et cadre réglementaire parfois insuffisants Connaissance limitée des secteurs d affaires Les banques : trop d exigences, trop long Redoutent les risques associés aux petits entrepreneurs Resserrent les exigences pour réduire les risques Processus d analyse de crédit beaucoup plus long Des barrières à l entrée pour les petits entrepreneurs Pas d historique de crédit, pas de propriété à mettre en garantie (ceux qui possèdent une maison n ont que rarement le titre confirmant leur propriété) Peu ou pas de connaissances de gestion Faible éducation financière, faible connaissance des produits et services financiers disponibles Conditions difficiles à rassembler pour formaliser ou faire croître leur entreprise : Local commercial Constitution d un inventaire Fonds de roulement 4 «L argent, c est l oxygène de l entreprise!» Arthur Bhuku, imprimerie «On ne peut pas opérer sans crédit» Margret Lukonde, restauration Un accès déficient au crédit pourtant essentiel 62,7% des Zambiens n ont pas accès aux services financiers formels MPME: 90% n y ont pas accès Secteur agricole (70% de la main-d œuvre nationale): 99% n y ont pas accès Une carence marquée dans l offre de prêts situés entre 5 et 80M ZMK (1 000 et $US) (Microfinance Transparency et FinScope)

5 Un modèle robuste et viable Des partenaires partageant une même vision de développement Une douzaine de partenaires figurant parmi les leaders mondiaux Une expertise reconnue Contrats de gestion confiés à DID Des employés locaux engagés, bien formés et compétents L appui du Mouvement Desjardins 1 er groupe financier coopératif au Canada, 5 e dans le monde 43 CFE au service de entreprises canadiennes Une expertise et des outils éprouvés: Méthodologies d analyse et d octroi de prêts aux entreprises Gestion des risques Des solutions technologiques performantes Système transactionnel SAF Cartes à puce (Smart Cards) Remboursement de prêts par cellulaire Transactions intercaisses Cartes de crédit prépayées (à venir) Une utilisation judicieuse des fonds disponibles Une stratégie d épargne institutionnelle qui avantage tant les clients que l institution en permettant au CFE de réduire ses frais d intérêt Contrôle interne 5

6 Une institution qui évolue en misant toujours sur le partenariat Lancement du programme CSOP-ESOP: une première dans l industrie 2010 Atteinte de la rentabilité 2010 Entrée de DID au capital de PFSL Adhésion au réseau international 2011 PFSL devient EFC Zambia 2012 Établissement d une stratégie régionale réunissant tous les CFE d Afrique de l Est 2009 Premier contrat de gestion confié à DID 6

7 Une offre de service qui répond aux besoins des petits entrepreneurs service Des produits diversifiés Crédit Prêts commerciaux Prêts à l habitat (housing) Microprêts aux petites commerçantes (women market traders) Épargne: 6 produits différents et complémentaires Des modalités qui améliorent véritablement l accès RAPIDITÉ FLEXIBILITÉ CONVIVIALITÉ PROXIMITÉ «Le CFE effectue rapidement les déboursements: il faut parfois aussi peu que 2 jours pour émettre un prêt! Cela me rend la vie beaucoup plus facile» Rebecca Biluani, secteurs financier et immobilier «EFC Zambia est plus conviviale que les autres institutions financières.» Elphas Munakaila, secteurs immobilier et juridique Un réseau de succursales vaste et accessible 6 succursales 5 centres d affaires (business centres) Une couverture quasi-nationale incluant des régions rurales Une institution qui parle à ses clients Brochures informatives sur les produits financiers offerts Messages radio et affichage dans les rues Publicité dans différents médias Site internet complet et convivial Réseautage avec des associations d affaires Utilisation du SMS pour rappeler les échéances de paiement «Nous avons une relation fantastique avec EFC Zambia, qui remonte à l époque où nous n étions rien. Alors que les autres dormaient encore, l équipe du CFE est arrivée comme une bombe et a su répondre exactement à nos besoins.» Joerice Dimingo, secteur manufacturier «Les services du CFE sont réellement dédiés aux entrepreneurs. Ils nous permettent de voir l avenir avec plus d otpimisme.» Catherine Chanakila Mwanza, secteurs immobilier et agricole 7

8 «L accès à la propriété est vital!» Les prêts à l habitat, un produit unique au pays Pour aider les entrepreneurs à Se doter d un local commercial Acquérir ou rénover une maison ou des appartements à louer Construire ou rénover une école Volume de prêts à l habitat (ZMK) ( $US) ( $US) ( $US) % du portefeuille de prêts (au 31 déc. 2012) «Le portfolio à risque le plus bas» 1,00% 0,50% PAR30 PAR90 0,00% «Les prêts à l habitat (housing) ont connu un succès immédiat! C est l une des meilleures décisions prises par le CFE que d offrir cette nouvelle possibilité aux entrepreneurs.» Moses Serenje, directeur du crédit au CFE

9 Avec un modèle d affaires robuste qui mise sur le partenariat et avec une offre de service accessible et diversifiée, EFC Zambia vient combler le vide qui existait auparavant en matière de financement adapté aux besoins des petits entrepreneurs. EFC Zambia réussit à combler ce vide en offrant aux entrepreneurs les produits et services dont ils ont besoin et à des conditions qui tiennent compte de leur réalité propre en s entourant de partenaires solides et en intégrant des pratiques de gestion rigoureuses ainsi que des solutions technologiques de pointe, capables d assurer la viabilité de l institution en poursuivant constamment, et de façon transparente, un double «bottom-line» composé à la fois d une bonne performance financière doublée d un fort impact de développement. 9

10 Des pratiques gagnantes Adhésion aux principes de protection des clients 10

11 Le CFE met en pratique les principes de protection de la clientèle mondialement reconnus Bouleversements de l économie mondiale Développement accéléré du secteur de la microfinance Met en exergue l importance de - la responsabilité - la sécurité - la transparence La Smart Campaign en bref: Une action mondiale visant à unir les dirigeants de la microfinance autour d un objectif commun : s assurer que les clients demeurent le moteur de l industrie Établissement d un code de conduite appuyé par des outils et des ressources développés pour aider les IMF à fournir des services financiers transparents, respectueux et prudents à leurs clients Objectif: Renforcer le secteur de la microfinance et en faire un modèle de services bancaires responsables partout dans le monde Principe 1 Principe 2 Principe 3 Principe 4 Principe 5 Principe 6 Principe 7 Développement de produits et distribution appropriés Prévention du surendettement Transparence Tarification responsable Traitement respectueux et équitable des clients Confidentialité des données Mécanismes de résolution des plaintes La Smart Campaign en chiffres : adhésions (dont IMF) dans 135 pays, sur 5 continents 11

12 Des produits et services adaptés, flexibles et accessibles pour les entrepreneurs Principe 1 Développement des produits et distribution appropriés «Les prestataires prennent soin que les produits et canaux de distribution soient conçus pour qu ils ne portent pas préjudice aux clients. Les produits et canaux de distribution sont conçus en tenant compte des caractéristiques des clients.» Produits Trois produits de crédit et six produits d épargne adaptés et conçus selon les caractéristiques spécifiques des entrepreneurs Un produit de crédit et un produit d épargne spécifiquement adaptés aux petites commerçantes (women market traders) Un produit de crédit conçu pour favoriser l accès à la propriété (housing loans) Une flexibilité sur le choix du terme et sur la périodicité de remboursement des crédits Un produit unique développé selon les habitudes d épargne des entrepreneurs: le CSOP Services Un processus de déboursé très rapide (en moyenne 48 heures) Un temps d attente très court en succursale (en moyenne 10 minutes) Des agents de crédit qui se déplacent au lieu de travail des entrepreneurs Une possibilité d effectuer les remboursements de prêts via la technologie mobile Zoona Une entente avec une compagnie d assurance facilitant les démarches pour les entrepreneurs L introduction du service intercaisses améliorant l accessibilité 12 «Le CFE offre de bons produits et de bons services, et ceux-ci sont facilement accessibles.» Aaron Kamanga, agriculture et détail «L accès au crédit est plus facile qu auprès des autres institutions financières.» Judith Mulenga Kapumpa, détail «L accessibilité et la rapidité des services offerts par le CFE en font une institution à part.» 12 Boniface Mutale, agriculture

13 Des gestionnaires et employés qui prennent au sérieux le surendettement des entrepreneurs Principe 2 Prévention du surendettement «Les prestataires prennent les mesures nécessaires pour s assurer que les clients aient une capacité d emprunt, sans risque de surendettement, durant toutes les phases du processus de crédit. De plus, les prestataires mettent en place et surveillent des systèmes internes qui soutiennent la prévention du surendettement et fournissent des efforts pour améliorer la gestion des risques de crédit du marché (comme le partage d informations de crédit).» Le CFE établit avec précaution la capacité des clients à prendre un prêt et à le rembourser La capacité de remboursement est calculée en fonction des états financiers de l entreprise, incluant également les obligations familiales. Le CFE récolte l information nécessaire sur les emprunteurs Une vérification systématique est faite au bureau de crédit pour voir le niveau d endettement actuel et l historique de remboursement de l entrepreneur. Le CFE établit des cibles et des primes de rendement qui valorisent la qualité avant la quantité Les cibles et les primes des agents de crédit sont basées sur le PAR1 et PAR30. La croissance n est pas faite au détriment de la qualité. L approbation d un prêt ne se fait pas seulement sur la base des garanties, mais aussi selon une analyse solide des capacités de l emprunteur. Une politique «d un seul prêt actif avec le CFE» est appliquée. Les analystes de crédit utilisent les états financiers, les livres de reçus et les états bancaires des clients pour effectuer leur analyse complète. Une relation de proximité est établie avec la clientèle et des visites sur le lieu du travail sont effectuées. «Il est crucial d analyser sa capacité de remboursement avant de contracter un emprunt.» Aaron Kamanga, agriculture et détail 13

14 Des informations claires et complètes transmises aux entrepreneurs Principe 3 Transparence «Les prestataires fourniront des renseignements à la fois clairs, suffisants et en temps opportun d une façon qui permette aux clients de les comprendre et de prendre une décision en connaissance de cause. L accent est mis sur la nécessité d avoir des informations transparentes sur la tarification, les conditions et les modalités des produits.» Le CFE respecte la loi concernant la transparence sur la tarification des produits : Prend par à l initiative Microfinance Transparency Affiche les taux d intérêts effectifs dans ses succursales Transparence Le CFE utilise différents canaux de diffusion pour informer ses clients de manière claire et précise sur les conditions et modalités des produits Dépliants, site internet, affiches publicitaires Organisation d activités dans les marchés Le CFE informe ses clients de toutes les conditions relatives aux produits avant de conclure la vente Conditions expliquées aux clients à différents moments dans le processus Le CFE s assure d une connaissance approfondie des conditions et modalités des produits par ses employés Des formations sont offertes pour consolider leur apprentissage 14 «Les agents du CFE sont ouverts et donnent des explications claires.» Commentaire issu d un groupe de discussion 14

15 Une tarification qui conjugue rendement et accessibilité Principe 4 Tarification responsable «La tarification, les conditions et les modalités seront déterminées d une manière qui soit abordable pour les clients, tout en permettant aux institutions financières d être viables. Les prestataires s efforceront de fournir de réels rendements positifs sur les fonds déposés.» Le CFE utilise une portion de ses bénéfices en faveur de ses clients en baissant les taux d intérêts. Le CFE offre ainsi aux entrepreneurs des produits accessibles qui leur permettent de croître et d enrichir leur patrimoine. Le CFE ne charge aucun frais ni sanction excessifs à ses clients. Le CFE offre une tarification concurrentielle et non subventionnée qui permet de générer un rendement raisonnable. 15

16 Des taux d intérêt compétitifs et en baisse Contexte de démarrage du CFE : Nécessité de rentabiliser les opérations Coût des fonds empruntés Introduction d un nouveau produit Taux très avantageux Efforts de diminution Sur les prêts répétitifs (repeat loans) Efforts de diminution Sur les nouveaux prêts Sur les repeat loans Introduction d un taux maximal par la Banque de Zambie Prêts commerciaux (MSME): 66 % MSME: 66 % Prêts pour l amélioration locative (home improvement): 36 % MSME 1 er prêt: 66 % 2 e prêt: 54 % Home improvement 1 er prêt: 36 % 2 e prêt: 30 % MSME 1 er prêt: 54 % 2 e prêt: 48 % 3 e prêt: 42 % Home improvement 1 er prêt: 36 % 2 e prêt: 30 % MSME: 42% Home improvement: 42 % 16 «EFC Zambia est un leader sur le marché et ses taux d intérêt sont compétitifs. Bien que ces taux puissent être supérieurs à ceux des banques, le CFE se distingue en les réduisant dans le cas des prêts répétitifs et en offrant une ristourne à ses clients par l entremise du programme CSOP.» Moses Serenje, directeur du crédit au CFE Une remise d intérêt allant jusqu à 13 % est également offerte aux clients membres du CSOP, faisant diminuer le taux réel payé.

17 Des services financiers innovateurs offerts dans le respect Principe 5 Traitement respectueux et équitable des clients «Les prestataires de services financiers et leurs agents traiteront les clients de manière équitable et respectueuse. Ils ne pratiqueront aucune discrimination. Les prestataires veilleront à ce que des mesures de protection adéquates existent pour pouvoir repérer et corriger les cas de corruption ainsi que tout traitement agressif ou abusif par leurs agents et personnel, surtout pendant les phases de vente du prêt et de recouvrement de la dette.» Les interactions avec la clientèle sont caractérisées par l honnêteté, la transparence et le respect clients «En accord avec les normes internationales et les meilleures pratiques de protection des clients, EFC Zambia adhère au principe de pratiques de recouvrement appropriées. Plus précisément, le CFE n a pas recours à la force physique, à l humiliation, au recouvrement à des heures inappropriées ou à toute autre stratégie d intimidation inappropriée.» Tiré du manuel de crédit du CFE Lignes directrices établies qui réfèrent aux bonnes pratiques et attitudes à avoir avec les clients La sélection et le traitement des clients ne visent aucune discrimination «Les agents de crédit du CFE sont professionnels et offrent de bons conseils.» Judith Mulenga Kapumpa, détail «Je me sens apprécié par le CFE, ce qui est très important pour moi.» Peter Mulenga Kabwela, immobilier «Le fait de pouvoir parler avec les gens du CFE est un grand avantage pour moi.» Annie Banda, détail 17

18 Des mécanismes bien ancrés pour protéger les données et améliorer les pratiques Principe 6 Confidentialité des données «La confidentialité des données personnelles d'un client sera respectée conformément aux lois et réglementations des pouvoirs juridictionnels individuels. Ces données ne seront utilisées qu'aux fins précisées au moment où les renseignements ont été recueillis ou dans la mesure permise par la loi, à moins qu'il n'en soit convenu autrement avec le client.» Principe 7 Mécanismes de résolution des plaintes «Les prestataires disposeront de mécanismes permettant d'intervenir et de réagir en temps opportun dans le cadre du règlement de plaintes et de problèmes pour leurs clients, et utiliseront ces mécanismes à la fois pour régler les problèmes individuels et pour améliorer leurs produits et services.» 18 La confidentialité fait partie des valeurs du CFE Le code d éthique et de déontologie comporte une clause spécifique sur la responsabilité des employés concernant le caractère confidentiel sur la protection des données «Le CFE sait préserver la confidentialité des données : il ne partage pas ces informations et cela maintient le lien de confiance.» Commentaire issu d un groupe de discussion Le CFE met en place des systèmes pour protéger la confidentialité, la sécurité et l intégrité des informations personnelles et financières des clients Accès sécurisé aux locaux avec empreinte digitale Mot de passe sécurisé des utilisateurs Déchiquetage des informations personnelles des clients Carte à puce avec NIP et photo des clients «Les clients voient le CFE comme une banque. C est la première institution de microfinance qui offre la carte à puce (smart card), ce qui accroît le sentiment de sécurité.» Moses Serenje, directeur du crédit au CFE Le CFE prend en considération les plaintes des clients pour améliorer ses pratiques Des formulaires et boîtes à suggestions sont disponibles pour les clients Le département des relations avec la clientèle effectue le suivi des plaintes 18

19 En adhérant officiellement et concrètement aux principes de protection des clients préconisés par la Smart Campaign, EFC Zambia contribue à : instaurer une relation solide et durable avec ses clients; réduire les risques financiers; renforcer l industrie de la microfinance dans son ensemble; se positionner comme un leader au sein de cette industrie. C est en misant sur un service à la clientèle de qualité, sur des produits financiers adaptés et innovateurs ainsi que sur des pratiques respectueuses envers ses clients que le CFE devient un partenaire de choix pour les entrepreneurs zambiens. EFC Zambia se préoccupe également de protéger l environnement en faisant don d une partie de son papier usagé (données non-confidentielles) à une manufacture d artisanat à but non lucratif et en recyclant l excédent. 19

20 Des pratiques gagnantes Programme d actionnariat populaire 20

21 Programme d actionnariat populaire (CSOP-ESOP) «Désormais je suis plus qu une cliente, je suis une actionnaire!» Une initiative unique dans l industrie zambienne de la microfinance, qui permet aux clients et employés du CFE de devenir les copropriétaires de l institution. Clients (CSOP) Les emprunteurs qui remboursent leur prêt à temps reçoivent, à l échéance de ce prêt, une rémunération incitative représentant un minimum de 10 % des intérêts payés. Une partie de ce montant peut être convertie en actions du CFE. Quatre options : Base (25 % converti en actions) Bronze (50 %) Argent (75 %) Or (100 %) Le CFE ajoute une contrepartie qui évolue avec les options et qui peut atteindre 13 %. Employés (ESOP) Les employés admissibles ont plus d un an de service et une performance satisfaisante. Ils peuvent contribuer par de déduction de salaire. L employeur ajoute, une fois par année, une contribution équivalente. «Le programme ESOP offre un excellent rendement. Le fait de pouvoir accéder à la propriété du CFE représente encore plus qu un chèque de paie : c est du long terme. C est une motivation de plus à prendre part à la croissance de l entreprise! Sydney Kanyata, directeur des finances au CFE Accroît l ancrage local du CFE et crée un sentiment d appartenance pour les clients et employés Favorise la constitution d un patrimoine à long terme (pour financer études, retraite ou autre projet) Participe à l éducation financière des clients Favorise de bonnes habitudes de remboursement Encourage la bonne performance et la rétention du personnel 21

22 Une adhésion massive qui confirme la pertinence du programme 86 % des clients adhèrent au programme Nombre de prêts déboursés Nombre de clients adhérents Plan Or Plan Argent Plan Bronze Plan de base % 62% 7% 8% 23% 62 % choisissent le plan Or Or Argent Bronze Base Une participation croissante à l actionnariat du CFE: Dans 5 ans, les clients et employés détiendront 20 % des actions du CFE Nombre d adhérents à la coop PFSL 22

23 L éducation à la base de la promotion du programme Des outils d information simples et imagés ont été créés pour promouvoir le programme lors de son lancement. Une BD distribuée aux clients Une vidéo diffusée en salle d attente 23

24 Les programmes CSOP et ESOP favorisent l épargne à long terme et la réalisation de projets signifiants pour les employés et clients de l institution ainsi que pour leurs familles. Pour l institution, c est un moyen d encourager les bons comportements d emprunteurs d une part, et la bonne performance des employés d autre part. C est aussi un moyen d accroître l ancrage local de l institution et d assurer une bonne représentation des intérêts de ses employés et clients dans la prise de décisions. Pour les employés et clients, c est un puissant moteur de valorisation qui leur permet de se sentir partie prenante de la croissance et du succès de l institution et de partager concrètement les bénéfices qui en découlent (ristournes). Les adhérents deviennent actionnaires de la plus importante institution de microfinance au pays: un investissement à vie. Ce programme est aussi un vecteur d information et d éducation financière. 24

25 Qui sont les clients du CFE? 25

26 Une croissance fulgurante du nombre de clients Évolution du nombre de clients Nombre d'années d existence des entreprises 27 % de la clientèle vit en zone rurale (Kitwe et Chipata) 42 % sont des femmes Nombre de clients par succursale 20% 20% 31% 29% Moins de 3 ans Entre 3 et 5 ans Entre 5 et 10 ans Plus de 10 ans Répartition par sexe Femmes Hommes Répartition par tranche d âge 17 % sont des jeunes de moins de 30 ans 60 % des entreprises financées ont moins de cinq ans 50 % des entreprises financées font du commerce de détail et de gros 40 % des entreprises financées sont associées à l industrie manufacturière légère, aux services ou à la construction 26 4% 14% 27% 1% 16% 38% Moins de 20 ans ans ans ans ans Plus de 60 ans 10 % des entreprises financées sont associées au secteur agricole Plus de 50 % des entrepreneurs ont au moins deux entreprises: une façon intéressante de créer un effet de levier

27 Le montant des prêts augmente à mesure que les entreprises croissent Segment de marché Grandes entreprises, individus plus aisés Exemples d entreprises financées Construction, approvisionnement, imprimerie, immobilier Montant des prêts (ZMK) Plus de 200 millions ( $US) % des prêts déboursés par EFC Zambia Actif moyen des entreprises financées (ZMK) 0,11% 1,4 G ( $US) Moyennes entreprises Construction, approvisionnement, imprimerie, immobilier millions ( à $US) 4,39% 665 M ( $US) Petites entreprises du secteur formel Productions avicoles, boucherie, pièces automobiles, restaurants, épiceries écoles, matériaux, électronique, boutiques, salons de coiffure et d esthétique 5-80 millions (1 000 à $US) 54,74% 115 M ( $US) Petites entreprises semiformelles, petits producteurs agricoles Microentreprises (zones urbaines et péri-urbaines) Petites commerçantes (women market traders), petits restaurants, petites épiceries Petites commerçantes (women market traders) 2-5 millions (375 à 1000 $US) 500,000-2 millions (95 à 375 $US) 28,21% 15 M (2 815 $US) 12,55% 6.7 M (1 300 $US) 27

28 ZMK Plus de 30 M $US dédiés à la croissance des entrepreneurs 28 Plus de 150 G ZMK déboursés (30 M $US) Montant total déboursé par type de prêt prêts déboursés Nombre de déboursés par type de prêt MSME WMT HOUSING MSME WMT HOUSING Un portefeuille actuel de 53 G ZMK (10 M $US) % déboursé par type de prêt 2,2% 30,5% 11,4% 12,6% 61,4% 52,8% MSME Women Market Trader Housing % en nombre déboursé par type de prêt MSME Women Market Trader Housing Les femmes se voient octroyer: 44 % du portefeuille (en volume) 46 % du portefeuille (en nombre) Le CFE offre aussi des prêts à ses employés (les staff loans) un avantage qui favorise la rétention du personnel

29 Une clientèle fidèle et des prêts moyens en croissance Une forte croissance des prêts moyens et un portefeuille à risque (PAR 30) contrôlé, qui demeure sous la barre des 3 % : 44 % des clients ont reçu plus d un prêt du CFE Nombre de prêts par entrepreneur Montant moyen déboursé par type de prêt MSME WMT Housing Plus de 3 «Avant d octroyer un nouveau prêt à un entrepreneur, nous nous assurons qu il y a bien eu une amélioration dans sa situation.» Edna Banda, analyste principale en crédit au CFE 29 29

30 Une stratégie de collecte d épargne adaptée aux réalités de la clientèle cible Réalité des entrepreneurs N épargnent pas beaucoup, mais sont conscients que l épargne est un moteur de croissance Préfèrent investir dans leur entreprise: il est plus profitable de réinvestir les surplus pour soutenir la croissance Préfèrent garder du capital pour parer aux aléas personnels Un volume d épargne de 19 G ZMK (3,7 M $US), dont 9 G (1,7 M $US) en dépôts à terme (épargne institutionnelle) Évolution de l'épargne (ZMK) Term deposit Regular savings Compulsory Répartition de l'épargne par type 28% 23% 49% Regular Comptes Saving d épargne Accounts réguliers (Regular Savings Accounts) Dépôts à terme et comptes Term d épargne Deposit à prime and (Term Premium Deposits Saving Accounts - Premium Savings Accounts) Compulsery Épargne obligatoire Savings (Compulsory Savings) Une épargne moyenne qui évolue positivement (ZMK) Comptes d épargne réguliers (moy.) Dépôts à terme et comptes d épargne à prime (moy.) Épargne obligatoire (moy.)

31 En joignant des entrepreneurs : Issus d une variété de secteurs d activité économique Dont 42 % sont des femmes, 27 % vivent hors de la capitale et 17 % sont des jeunes de moins de 30 ans; Dont près de la moitié ont obtenu plus d un prêt auprès du CFE; Dont le prêt moyen et l épargne moyenne sont tous deux en croissance... le CFE confirme sa pertinence en tant qu institution financière soucieuse de répondre aux besoins du milieu, et fait une différence significative dans la vie de milliers d individus qui, autrement, auraient difficilement accès aux services financiers. 31

32 32 Un moteur de création d emplois

33 EFC Zambia: un employeur de choix 162 employés, dont 64 femmes Taux de rétention de 64 % (plus d un an à l emploi du CFE) Durée d emploi moyenne de 2,5 ans (3,5 en considérant les employés qui ont débuté avec Pulse Holdings en 2004) Valorise l éducation : 79 % détiennent un certificat ou un diplôme collégial 18 % ont une formation universitaire Des facteurs d attraction forts et distinctifs Le CFE est une organisation reconnue et appuyée par des partenaires internationaux Perspectives intéressantes d avancement de carrière Formations multiples et enrichissantes Une mission sociale forte Une performance et des cibles qui suscitent la motivation Climat d ouverture de la part des gestionnaires «Je suis chez moi au CFE, j ai vu l institution grandir depuis le début, j y suis attachée. J y apprends aussi chaque jour et j y gagne une grande expérience.» Unikedy Mutuna Tembo, vérificatrice interne principale au CFE «J ai joint l équipe gagnante!» Besta Chomba, superviseur crédit, succursale de Kamwala «J aide les clients à mieux comprendre le fonctionnement du crédit.» Edna Banda, analyste principale en crédit au EFC «Il n y a pas de formalités administratives au CFE: l institution offre un environnement de travail ouvert et il est facile d approcher nos collègues et nos supérieurs.» Bebina Jere, agente administrative, succursale du centre-ville 33

34 Un moteur de création d emplois dans la communauté Dans les pays en développement, les petites entreprises constituent le principal moteur de création d emplois. D après le calculateur d impact social de la Fondation Calvert, chaque prêt fait à une petite entreprise dans un pays comme la Zambie amène la création ou le maintien de 1,4 nouvel emploi. D après cette hypothèse, on peut estimer à plus de le nombre d emplois créés ou maintenus par le CFE depuis janvier D après les témoignages des clients du CFE, il est réaliste de penser que ceux-ci créent encore plus d emplois que ce qui est estimé à partir de l hypothèse Calvert. Une donnée qui sera documentée à l avenir dans les registres du CFE. 34 «Le nombre d emplois dans mon entreprise a augmenté considérablement: j emploie maintenant 15 personnes.» Boniface Mutale, agriculture «J ai 52 employés: le CFE m a beaucoup aidée.» Felistus Malunga, éducation «J ai consolidé ma position sur le marché : j ai maintenant 30 employés.» Arthur Bhuku, imprimerie «Je prévois engager 2 ou 3 nouveaux employés pour ma nouvelle boutique grâce au prêt que j attends du CFE.» Aaron Kamanga, agriculture et services

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante.

Voici le résumé des mesures favorisant les entreprises manufacturières. Le détail suivra à la page suivante. Budget fédéral 2015 Le 21 avril 2015, le gouvernement du Canada a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines sont favorables aux entreprises manufacturières, donc aux

Plus en détail

SPTF. Normes Universelles de Gestion de la. Performance Sociale

SPTF. Normes Universelles de Gestion de la. Performance Sociale SPTF Normes Universelles de Gestion de la Performance Sociale 1 2 3 DÉFINIR ET SUIVRE LES OBJECTIFS SOCIAUX S ASSURER DE L ENGAGEMENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION, DE LA DIRECTION, ET DU PERSONNEL EN FAVEUR

Plus en détail

Dossier de demande d agrément

Dossier de demande d agrément ASSILASSIME SOLIDARITE 1165 rue Défalè BP 13 979 Lomé TOGO Téléphone : (+) 228 22 21 12 34 N de récépissé : 1537/MATDCL-SG-DLPAP-DOCA du 28 décembre 2012 Dossier de demande d agrément Document n 11 Code

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

(RIC, RID, RÉER-COOP)

(RIC, RID, RÉER-COOP) Plan de présentation 1. Définition et Modèle 2. Objectifs (Capitalisation et Relève PME) 3. Avantages 4. Obligations légales 5. Conditions de succès 6. Entreprise type - future 7. Démarche d implantation

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Brochure. Programme de prêts REE LA BANQUE AU SERVICE DES CONSEILLERS. Réservé aux conseillers à titre d information

Brochure. Programme de prêts REE LA BANQUE AU SERVICE DES CONSEILLERS. Réservé aux conseillers à titre d information Brochure Réservé aux conseillers à titre d information Programme de prêts REE LA BANQUE AU SERVICE DES CONSEILLERS Prêt REE C est un concept simple : le plutôt vous commencez à épargner, plus vos placements

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Programme d infrastructures en entrepreneuriat collectif (PIEC) Guide à l intention des entreprises d économie sociale

Programme d infrastructures en entrepreneuriat collectif (PIEC) Guide à l intention des entreprises d économie sociale Programme d infrastructures en entrepreneuriat collectif (PIEC) Guide à l intention des entreprises d économie sociale Mars 2012 Ce document a été réalisé par le ministère des Affaires municipales, des

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Outaouais & Cie. Démarrage de mon entreprise. Boîte à outils

Outaouais & Cie. Démarrage de mon entreprise. Boîte à outils Démarrage de mon entreprise Boîte à outils Table des matières Page Formes juridiques d une entreprise 4-5 Formulaires légaux requis 6 Le plan d affaires 7 Produits et services 8 à 10 Réussite en affaires

Plus en détail

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS COMPÉTENTS ET POLYVALENTS Les professionnels comptables en entreprise, un élément moteur du succès durable des organisations Les professionnels comptables en entreprise exercent au sein des organisations

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE INTRODUCTION Les Lignes directrices sur la gouvernance d entreprise encadrent les responsabilités du Conseil d administration et de la direction afin

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM)

Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM) Politique d investissement du Fonds de développement de la Matawinie (FDM) Préambule La politique d investissement du CLD de la Matawinie repose sur deux (2) bases fondamentales : La première base, celle

Plus en détail

Programme de prêts REER Brochure. Réservé à l usage exclusif des conseillers

Programme de prêts REER Brochure. Réservé à l usage exclusif des conseillers Programme de prêts REER Brochure Réservé à l usage exclusif des conseillers À propos de B2B Trust Un chef de file canadien parmi les fournisseurs de prêts investissement et REER offerts aux tiers. Fournit

Plus en détail

Programme de prêts REE

Programme de prêts REE Brochure Programme de prêts REE Réservé aux conseillers à titre d information LA BANQUE AU SERVICE DES CONSEILLERS Page 1 de 10 Prêt REE C'est un concept simple : le plutôt vous commencez à épargner, plus

Plus en détail

6 financement du projet

6 financement du projet 6 financement du projet Le montage financier d un projet de transfert diffère d une entreprise à une autre. Contrairement à la croyance populaire, il n y a pas de produit financier universel en transfert

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Centrale des caisses de crédit du Canada Présentation au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires Le 12 août 2011 Ottawa, Ontario TABLE DES MATIÈRES Résumé

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE?

LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? SERVICES DE FINANCEMENT DU COMMERCE INTERNATIONAL LE COMMERCE MONDIAL SERA T-IL VOTRE PROCHAINE PLATEFORME DE CROISSANCE? PRENDRE AVANTAGE DE L INFORMATION DISPONIBLE Un accès sécuritaire à de l information

Plus en détail

La Capitale en un coup d œil

La Capitale en un coup d œil La Capitale en un coup d œil Guidée par les valeurs mutualistes qui l animent, La Capitale accompagne les personnes pour bâtir, protéger et valoriser ce qu elles considèrent comme essentiel à leur sécurité

Plus en détail

À la hauteur de vos projets

À la hauteur de vos projets INVESTIR Banque Nationale À la hauteur de vos projets INVESTIR Banque Nationale 01 Que sont les Portefeuilles de revenu mensuel? Une façon simple de percevoir une distribution régulière. Six portefeuilles

Plus en détail

La campagne Generation Squeeze

La campagne Generation Squeeze La campagne La campagne est menée par un vaste réseau de partenaires déterminés à faire en sorte que les jeunes générations aient la possibilité de faire face à divers enjeux, comme les salaires plus bas,

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada

Bienvenue chez desjardins. le premier groupe financier coopératif au canada Bienvenue chez desjardins le premier groupe financier coopératif au canada 04 Vous accueillir. Vous accompagner. Vous simplifier la vie. desjardins souhaite faciliter votre intégration au pays. dans cette

Plus en détail

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 D ici au 1 er juillet 2017, un million de Canadiens obtiendront leur premier

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION

PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION ORIGINES ET FONDEMENTS DU PROGRAMME La mission du Mouvement Desjardins, en tant qu institution financière coopérative, l amène à s investir dans l

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

L APPROCHE DE DOLLARAMA EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L ENTREPRISE

L APPROCHE DE DOLLARAMA EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L ENTREPRISE L APPROCHE DE DOLLARAMA EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 2 L APPROCHE DE DOLLARAMA EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE L ENTREPRISE... 3 RESPONSABILITÉ

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

Portefeuilles de revenu mensuel Banque Nationale. À la hauteur de vos projets

Portefeuilles de revenu mensuel Banque Nationale. À la hauteur de vos projets Portefeuilles de revenu mensuel Banque Nationale À la hauteur de vos projets 03 Que sont les Portefeuilles de revenu mensuel? Une façon simple de percevoir une distribution régulière. Six portefeuilles

Plus en détail

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile.

Mémoire. CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile. Rehausser la performance environnementale de notre parc automobile CTE 003M C.P. P.L. 48 Véhicules automobiles Mémoire Présenté par l Association des recycleurs de pièces d autos et de camions du Québec

Plus en détail

GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS

GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS GUIDE DE LA RÉMUNÉRATION POUR LES CLIENTS CANADIENS À PROPOS DE MARSH Marsh est un leadeur mondial dans le domaine du courtage d assurances et du conseil en matière de gestion des risques. Nous aidons

Plus en détail

Description du Programme de stages en droit d EDC

Description du Programme de stages en droit d EDC EDC QUI NOUS SOMMES Société d État créée en vertu d une loi du Parlement, EDC est l organisme de crédit à l exportation du Canada. Elle a pour mandat de soutenir les entreprises et les exportateurs du

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 21, rue de Sarre B.P 75857 57078 METZ CEDEX 03 En application des dispositions de l article 40 de la directive 2006/43/CE du Parlement Européen et du conseil du 17 mai 2006

Plus en détail

Programme de prêts REER

Programme de prêts REER Brochure Programme de prêts REER Réservé aux conseillers à titre d information Page 1 de 10 À propos de B2B Banque Un chef de file canadien parmi les fournisseurs de prêts investissement et REER offerts

Plus en détail

Équilibrer le budget et protéger l assiette fiscale

Équilibrer le budget et protéger l assiette fiscale Équilibrer le budget et protéger l assiette fiscale L Institut Canadien des Comptables Agréés (ICCA) * accorde la note de B+ au gouvernement fédéral puisque son budget vise à équilibrer les finances et

Plus en détail

Devenir un gestionnaire de personnes

Devenir un gestionnaire de personnes Devenir un gestionnaire de personnes SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Déterminer vos besoins Trouver les bonnes personnes Conserver les bons employés SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Le passage de personne d

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc

La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc Mme Saadia Nouri Directeur Général Adjoint Assurances de personnes et Partenariats Axa Assurance Maroc 1 Sommaire Préambule : Micro

Plus en détail

demandez plus à votre Banque Privée

demandez plus à votre Banque Privée demandez plus à votre Banque Privée 2009125E LCL_COUV_brochure.qxd 21/09/09 10:35 Page 2 Nos implantations Lcl Banque Privée Vous êtes unique demandez plus à votre Banque Privée Chez LCL Banque Privée,

Plus en détail

I ON S S IR E OI R ULT U R A MO S AV LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE. Plan d action sur le livre

I ON S S IR E OI R ULT U R A MO S AV LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE. Plan d action sur le livre P A HI S S S T C R I ON M Ê IR E ULT U R A MO V ÉM E O IR E UR S AV OI R E LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE Plan d action sur le livre OCCUPATION : DÉVOREUSE DE LIVRES VOTRE LIBRAIRE, AUTEUR DE PETITS BONHEURS

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Avril 2003 Série socio-économique 03-002 Évaluation des investissements de fonds éthiques et socialement responsables dans des projet de logements locatifs abordables pour personnes

Plus en détail

Plan d action à l égard des personnes handicapées 2015-2016

Plan d action à l égard des personnes handicapées 2015-2016 Plan d action à l égard des personnes handicapées 2015-2016 L article 61.1 de la Loi assurant l exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale

Plus en détail

SMART LENDING: PROTECTION DU CLIENT DANS LE PROCESSUS DE CRÉDIT

SMART LENDING: PROTECTION DU CLIENT DANS LE PROCESSUS DE CRÉDIT SMART LENDING: PROTECTION DU CLIENT DANS LE PROCESSUS DE CRÉDIT Une vue d ensemble de l intégration des pratiques de protection du client au prêt individuel par les institutions de micro finance. www.smartcampaign.org

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière

conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Prenez vos finances en main DIX conseils de gestion budgétaire tout simples pour vous aider à améliorer votre situation financière Si vous vous sentez dépassé à l idée de prendre vos finances en main pour

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

Étude sur les efforts de recherche et d'innovation dans le secteur agricole

Étude sur les efforts de recherche et d'innovation dans le secteur agricole Étude sur les efforts de recherche et d'innovation dans le secteur agricole Allocution d Alex Ciappara Directeur, Analyses économiques Association des banquiers canadiens Prononcée devant Le Comité sénatorial

Plus en détail

Questions liées au financement de la formation et

Questions liées au financement de la formation et Gregory Wurzburg Administrateur principal à la Direction de l Éducation, de l Emploi, du Travail et des Affaires sociales, Organisation de Coopération et de Développement Économique, Paris. Questions liées

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE AUX ARTISANS ET AUX ENTREPRISES EN METIERS D ART 2015-2016 PRESENTATION DU PROGRAMME 1

PROGRAMME D AIDE AUX ARTISANS ET AUX ENTREPRISES EN METIERS D ART 2015-2016 PRESENTATION DU PROGRAMME 1 PROGRAMME D AIDE AUX ARTISANS ET AUX ENTREPRISES EN METIERS D ART 2015-2016 En vigueur le 1 er avril 2015 PRESENTATION DU PROGRAMME 1 VOLET 1 AIDE AUX ARTISANS PROFESSIONNELS ET AUX ENTREPRISES INTERMEDIAIRES

Plus en détail

Programme de la carte Visa Commerciale

Programme de la carte Visa Commerciale Programme de la carte Visa Commerciale LA CARTE VISA COMMERCIALE EST IDÉALE POUR LES ENTREPRISES AYANT : des ventes annuelles de plus de 10 millions de dollars plus de 50 employés des employés qui ont

Plus en détail

Rémunération de la force de vente

Rémunération de la force de vente Rémunération de la force de vente * Guylaine Béliveau, CRHA, est conseillère principale chez PCI-Perrault Conseil inc. Résumé L auteure met en évidence l importance de la force de ventes dans le succès

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI)

POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) TABLE DES MATIÈRES 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE D INVESTISSEMENT POUR LE FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT... 3 2. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES... 3 3.

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Systèmes de primes pour le personnel des IMF

Systèmes de primes pour le personnel des IMF Retour au sommaire Systèmes de primes pour le personnel des IMF BIM n 117-24 avril 2001 Christine POURSAT et Karin BARLET Que penser des systèmes de primes et d intéressement du personnel dans les IMF?

Plus en détail

SMART SAVINGS : PROTECTION DES CLIENTS DANS LA PROCEDURE D EPARGNE

SMART SAVINGS : PROTECTION DES CLIENTS DANS LA PROCEDURE D EPARGNE SMART SAVINGS : PROTECTION DES DANS LA PROCEDURE D EPARGNE Une vue d ensemble de l intégration des pratiques de protection du client par les institutions de microfinance dans la procédure d épargne. 1

Plus en détail

Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada

Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada Réponse de l Association des banquiers canadiens à l examen 2008 d Exportation et développement Canada Juin 2008 L Association des banquiers canadiens (ABC) apprécie d avoir l occasion de participer à

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

Responsabilité sociale et protection des clients. Casablanca 16 Septembre 2015

Responsabilité sociale et protection des clients. Casablanca 16 Septembre 2015 Responsabilité sociale et protection des clients Casablanca 16 Septembre 2015 1 Affirmer la mission sociale du secteur. Mission: Mission sociale de la microfinance Combiner création d activités, lutte

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada

Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Le Fonds de solidarité FTQ : Partie prenante à la solution pour l industrie du capital de risque au Canada Rôle clé dans la structuration de l industrie du CR Modèle de création d emplois de qualité et

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance

Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances. 1. Reprise économique et croissance Présentation 2012 au Comité permanent de la Chambre des communes sur les finances 1. Reprise économique et croissance Compte tenu du climat d austérité budgétaire actuel au sein du gouvernement fédéral

Plus en détail

Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture

Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture Étude sur les jeunes agriculteurs et l avenir de l agriculture Allocution de Marion G. Wrobel Directeur, Évolution des marchés et de la réglementation Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée

Plus en détail

CAHIER DE GESTION. La présente procédure détermine les caractéristiques essentielles d un programme de dotation en ressources humaines.

CAHIER DE GESTION. La présente procédure détermine les caractéristiques essentielles d un programme de dotation en ressources humaines. CAHIER DE GESTION POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES COTE 30-01-00.09 OBJET : La présente procédure détermine les caractéristiques essentielles d un programme de dotation en ressources humaines.

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant 03 Pour un avenir de classe Permettre à un jeune d obtenir une éducation de qualité, qu il s agisse d études universitaires, collégiales

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Carte MasterCard BMO pour voyage prépayé La carte de paiement pour vos voyages

Carte MasterCard BMO pour voyage prépayé La carte de paiement pour vos voyages GUIDE DES AVANTAGES Carte MasterCard BMO pour voyage prépayé La carte de paiement pour vos voyages BIENVENUE! PRÉPAREZ-VOUS À UTILISER VOTRE CARTE AVEC UNE PARFAITE TRANQUILLITÉ D ESPRIT. Vous venez de

Plus en détail

Commission de l énergie du Nouveau-Brunswick

Commission de l énergie du Nouveau-Brunswick Mémoire présenté à Messieurs Jeannot Volpé et William Thompson Le mercredi 16 février Pavillon du lac Killarney, 1605, rue St. Mary's, Fredericton inc. Le Conseil économique du Nouveau-Brunswick inc. (CÉNB)

Plus en détail

L esprit d initiative : Un outil important

L esprit d initiative : Un outil important !!""####$ www.ingredientslaitiers.ca L esprit d initiative : Un outil important Innover, investir, moderniser Voilà comment les transformateurs laitiers et les fabricants d aliments finis peuvent conserver

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Recruter Chercher Intégrer Évaluer les coûts Retenir Soutien additionnel

Recruter Chercher Intégrer Évaluer les coûts Retenir Soutien additionnel Recruter Chercher Intégrer Évaluer les coûts Retenir Soutien additionnel OBJECTIFS Les Clés du recrutement d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal ont pour objectif de renforcer la capacité des PME à élaborer,

Plus en détail

L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec

L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec L industrie minière en 2013 : transformer un risque élevé en un très grand potentiel pour le Québec Emilio B. Imbriglio Associé, président et chef de la direction de Raymond Chabot Grant Thornton Emilio

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien (LEEROS) FORMULE 11

Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien (LEEROS) FORMULE 11 Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien (LEEROS) FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE Je suis le demandeur / requérant / défendeur de cette demande pour l obtention ou

Plus en détail

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers

évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Instruments financiers évoluer avec les instruments financiers FESI Le Fonds Social Européen Les instruments financiers cofinancés par le Fonds Social Européen sont des outils durables et efficaces pour investir dans la croissance

Plus en détail

UV DIRECT MODALITÉS DU COMPTE

UV DIRECT MODALITÉS DU COMPTE UV DIRECT MODALITÉS DU COMPTE Les pages suivantes contiennent des renseignements importants au sujet de votre compte UV DIRECT dont vous devez prendre connaissance. Si vous avez des questions, nous serons

Plus en détail

Politique de formation continue

Politique de formation continue Politique de formation continue Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches Avec sa Politique de formation continue, le Conseil de la culture officialise et rend publiques les

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: ALGERIE

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: ALGERIE Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: ALGERIE Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Ce matin, tout va encore plus vite que d habitude. Un client vous demande de devancer sa livraison. Mais votre

Plus en détail