Note du cabinet YMFL- Milon et Associés pour le Forum Français pour la Sécurité Urbaine.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note du cabinet YMFL- Milon et Associés pour le Forum Français pour la Sécurité Urbaine."

Transcription

1 Note du cabinet YMFL- Milon et Associés pour le Forum Français pour la Sécurité Urbaine. Cabinet à taille humaine, composé de 7 avocats a développé depuis une vingtaine d années un département dédié aux collectivités locales autour principalement de trois axes : Marchés publics, Délégations de services publics, Droit de l urbanisme. Il intervient à ce titre ponctuellement en qualité d expert, auprès du Forum Français pour la Sécurité Urbaine lors de journées de formation. La police municipale : un objet juridique non identifié I Une mission de police administrative : partage des compétences entre le Maire, le Préfet et les présidents d EPCI... 6 I- 1 La répartition des compétences... 6 A - Les compétences du Maire La compétence du Maire : un pouvoir de police administrative générale La compétence du Maire : un pouvoir de police spéciale... 8 B Les compétences du Préfet Police administrative générale d Etat... 9 a) La police d Etat instituée dans certaines villes... 9 b) La substitution de compétences La police administrative spéciale du Préfet C. Les compétences du Président d EPCI I-2 Les limites de cette répartition A Police générale et police spéciale Cas de la Police générale et de la Police des édifices menaçant ruine cas de la police de la santé et de la salubrité B Concours de polices spéciales Cas de la police des animaux Police des déchets, police des installations classées et police de substitution.. 18 II Des missions de police judiciaire II-1 Les missions A. La police judiciaire dévolue au Maire B - Les missions de police judiciaire remplies par les agents de la police municipale21 1. Constatation des infractions (Code la route) Relevés d'identité Constatation d'infractions Page 1

2 II.2 La coopération des Polices A- Les conventions de coordination B- Les conventions de partenariat C- La commission consultative des polices municipales D- Les conseils locaux de prévention de la délinquance E- Le conseil pour les droits et devoirs des familles et accompagnement parental F- Le pouvoir de transaction du Maire G- La coproduction de la sécurité Page 2

3 La Police municipale est la structure constituée par l ensemble des agents municipaux et du Maire qui est placé à leur tête. La loi confère principalement deux missions aux polices municipales : 1 D une part, une mission dite de police administrative, c'est-à-dire des missions de maintien de l ordre public, de sûreté, de sécurité, et de salubrité publique (article L du code général des collectivités territoriales). Dans le cadre de cette police, le Maire et les agents ont donc vocation à intervenir en amont de tout événement. Ce pouvoir de police administrative se partage cependant entre le Maire, le Préfet, le ministre et le président du conseil général d une part et entre le régime de police générale et les régimes de polices spéciales d autre part. Selon sa caractéristique, la police administrative ne s exercera pas de la même manière, ce qui ne va pas sans poser quelques questions. 2 Les polices municipales ont d autre part, une mission de police judiciaire qui est une police d Etat et qui recouvre des missions de sécurité publique et de prévention de la délinquance. Dans le cadre de cette police, le Maire et les agents ont vocation à intervenir en relation avec la survenance d une infraction pénale déterminée. Le Maire est en effet le représentant de l Etat dans la Commune, et il a le statut d officier de police judiciaire. Les agents sont agents de police judiciaire adjoints. La police judiciaire tend à se développer si vite depuis une quinzaine d années que la question de ses moyens est aujourd hui très sérieusement posée par les collectivités et par les fonctionnaires eux-mêmes. Police administrative et police judiciaire sont donc les deux volets de l action de la police municipale en France. Avant d en présenter les contours et les problématiques, il convient de faire un bref rappel de l évolution du statut de la police municipale. Page 3

4 Evolution du statut Dès le Moyen-Âge, la police est avant tout une police des Communes. Les seigneurs ont à leur disposition des agents afin d assurer la police locale. Avec l affirmation du pouvoir du roi, une police d Etat apparaît qui n a eu de cesse de se développer. Toutefois, la révolution française crée les polices municipales modernes et Napoléon les réorganise afin de les mettre à la disposition du pouvoir central. La police municipale n a donc jamais disparu, la coexistence des deux polices a donc pour ainsi dire toujours existée ; La loi du 5 avril 1884 relative à l organise d une structure démocratique dans les Communes françaises, a défini le champ d action de la police municipale. Elle prévoit l existence des commissariats de police municipale dirigés par des commissaires. Ceux-ci sont nommés par le gouvernement, alors que le Maire nomme les agents et inspecteurs de police qui ont le statut d agents communaux. La loi du 23 avril 1941 étatise les polices municipales des Communes de plus de habitants et qualifie de gardien de la paix les anciens policiers municipaux désormais recrutés par l Etat. Ce n est qu en 1972, avec la mise en place des premières politiques de décentralisation que les policiers municipaux sont qualifiés d agents de la force publique et se voit conférer la qualité d agent de police judiciaire adjoint. Ce faisant, une partie des missions de la police d Etat retourne dans le giron des agents municipaux. Ce mouvement s accélère comme on le voit depuis quelques années. En 1980 le rapport Bonnemaison préconise la mise en œuvre de polices locales de sécurité 1 Le décret du 1 er avril 1992 crée les conseils communaux de prévention de la délinquance qui deviennent en 2002 les Conseils locaux de prévention de la délinquance Avec cet élargissement des missions, on voit apparaître en germes les premières difficultés de répartition des rôles entre police d Etat et police municipale. La loi du 15 avril 1999 tente ainsi de clarifier le partage des compétences entre les différentes polices en définissant les missions attribuées à la police municipale. 1 Gilbert Bonnemaison Commission des Maires sur la sécurité «Face à la délinquance : prévention, répression, solidarité : rapport au 1 er ministre» ; éd. La documentation française février Page 4

5 - Les personnels de la police nationale et de la gendarmerie nationale ont une compétence générale (CGCT art ). - La police des campagnes est placée sous la surveillance des gardes champêtres et de la gendarmerie nationale. - La police municipale exécute les tâches relevant de la compétence du Maire. Elle est chargée d assurer l exécution des arrêtés de police du Maire et de constater par procès-verbaux les contraventions à ses arrêtés. Pourtant, depuis cette loi le champ d intervention de la police municipale continue de s étendre notamment dans le domaine de la police judiciaire. Le nombre de textes pris ces 10 dernières années illustre bien cette accélération. On citera notamment ; La loi du 18 mars 2003 pour la sécurité intérieure - Habilitation des agents de police municipale à intervenir et constater des infractions constitutives d actes d incivilité tels que la divagation d animaux dangereux, des nuisances sonores et les jets d immondices Sa Circulaire d application du 26 mai 2003 sur renforcement de la coopération avec la police et la gendarmerie nationale. La loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales prévoit pour la première fois, et de manière prudente, certaine possibilités de transfert de pouvoirs de police du Maire au président d EPCI, renforcée par la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales. La récente loi du 14 mars 2011 : LOPPSI II : contrôles d alcoolémie préventifs et contrôle antistupéfiants effectués après les accidents de la circulation sous l autorité d un agent de police judiciaire. La conséquence de ces textes est qu aujourd hui le partage des tâches entre les deux sortes de forces de police, Etatiques et municipales, ne correspond plus nécessairement à la répartition des compétences normatives en matière de police entre le représentant de l'etat et celui de la Commune : Page 5

6 I Une mission de police administrative : partage des compétences entre le Maire, le Préfet et les présidents d EPCI La police administrative concerne les missions relatives au bon ordre, la sûreté, à la sécurité et à la salubrité publiques. A cette trilogie, le juge a ajouté la moralité publique et la dignité de la personne humaine. C est la principale mission de la police administrative (article L2212-2). Par ailleurs de très nombreuses lois organisent des polices administratives spéciales, conférant également aux autorités des pouvoirs spécifiques. Ces pouvoirs de police spéciale se caractérisent soit par un objectif autre que le bon ordre et la sécurité publique soit par une procédure de mise en œuvre différente, par exemple la consultation d organisme particulier comme préalable à la prise de décision. En matière de police spéciale, les agents de police municipale peuvent exercer leur mission soit au nom de la Commune, soit au nom de l Etat Etat,, et soit désormais au nom d un établissement public de coopération intercommunale. Les règles de répartition des compétences entre les autorités sont définies par les textes (I-1). Néanmoins, ces compétences ne vont pas sans se chevaucher, lorsqu une même situation peut être appréhendée par plusieurs autorités (I-2). I- 1 La répartition des compétences A - Les compétences du Maire 1. La compétence du Maire : un pouvoir de police administrative générale Le pouvoir de police administrative générale du Maire est délimité géographiquement et matériellement. a) matériellement : son objet est d assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publique. Cet objectif se décline en des interventions non exhaustives mentionnées au code : il s agit notamment : - De la police de la voirie entretien des voiries, éclairage, enlèvement des encombrants, répression des dépôts ou objets de nature à nuire, stationnement - De la police de la tranquillité publique tendant à réprimer les rixes et attroupements qui troublent le repos des habitants - De la police à l égard de grands rassemblements d hommes (foires, marchés, jeux, et autres lieux publics) afin de préserver le bon ordre, - La police de la salubrité concernant les comestibles exposés en vue de la vente, la prévention des accidents et fléaux calamiteux incendies, inondations, Page 6

7 avalanches, épidémies, épizooties, en provoquant si nécessaire l intervention de l administration supérieure - la police contre les personnes atteintes de troubles mentaux dont l Etat pourrait compromettre la morale publique, la sécurité des personnes ou la conservation des propriétés - la police des animaux dangereux qui pourraient occasionner des événements fâcheux Les Maires arrêtent les décisions, ils peuvent également procéder verbalement au rappel des dispositions, le cas échéant en convoquant l auteur en mairie. En matière de voirie, le Maire peut également, après mise en demeure sans résultat, faire procéder à l exécution forcée des travaux d élagage. b) Sur le plan territorial, le pouvoir du Maire est délimité: - par la limite des eaux dans les Communes maritimes. - S agissant des routes : toutes les routes situées sur le territoire de la Commune, y compris les routes nationales et départementales relèvent de la compétence du Maire, à l exception des «routes à grandes circulation» qui relèvent du pouvoir du Préfet. - les voies privées ouvertes à la circulation publique, relèvent également de sa compétence et comprennent les galeries marchandes, les chemins ruraux, les voies livrées à la circulation générale et à la promenade publique au sein du territoire d un port. Problème d éclairage, de circulation, de commodité du passage par la nécessité d élaguer des arbres, des questions de stationnement. - S agissant des voies dont l axe délimite les territoires de deux Communes, les deux Maires doivent s accorder et décider par des arrêtés concordant ou par un arrêté conjoint. La compétence de police du Maire peut dépasser également les limites communales en cas de mutualisation des moyens et effectifs des services de police municipale. Il s agit alors d événements particuliers et ponctuels (manifestations, catastrophes naturelles etc.) et l intervention du Maire est alors autorisée par le Préfet. Page 7

8 2. La compétence du Maire : un u pouvoir de police spéciale Des textes ont fait entrer dans le champ de compétence du Maire des pouvoirs de police spéciale. Il s agit de polices qui nécessitent une autorité de proximité, mais qui soit relèvent d un objectif autre que l objectif de la police administrative générale, soit requièrent une procédure particulière, soit relève d une autorité inhabituelle. - Police de la baignade. - Police des funérailles et des lieux de sépulture. - Police des animaux dangereux et malfaisants. - Police des déchets. - Police des établissements recevant du public. - Police des édifices menaçant ruine. - Police spéciale prévue par le code de l urbanisme : délivrance des autorisations de permis de construire ou de démolir, ou d interruption de travaux etc. - Police spéciale de la circulation et du stationnement. L objet de cette police est par exemple d interdire la circulation sur une voie soit pour préserver la tranquillité publique soit pour assurer la protection des espaces naturels, la qualité de l air, la protection d espèces animales ou végétales ou encore pour mettre en valeur certains sites à des fins esthétiques, écologiques, agricoles, forestières ou touristiques. Les fins de cette police permettent de la distinguer de la police administrative générale de la voirie. B Les compétences du Préfet La police administrative est également l apanage de la police d Etat. Celle-ci se justifie le plus souvent, par l étendue géographique de son champ d intervention et/ou par l importance des moyens matériels qui doivent être mis en œuvre, qu il s agisse de police générale (1) ou de police spéciale (2). Notons dès à présent que si certains domaines d intervention sont dévolus aux Préfets, présidents de conseils généraux et ministres, les Maires ne sont jamais totalement écartés du pouvoir de police dès lors que leur intervention trouve à se justifier. Page 8

9 Aussi, les règles de compétences que nous allons énoncer font le plus souvent l objet d exceptions. 1. Police administrative générale d Etat Les Préfets détiennent des pouvoirs de police administrative générale qui se traduisent soit par l institution d une police d Etat dans certaines Communes (a) soit par un pouvoir de substitution du Maire (b). a) La police d Etat instituée dans certaines villes Les villes concernées par la mise en place d une police d Etat sont les suivantes : - les chefs-lieux de département. - Suivant arrêté ministériel, les Communes de plus de habitants, insérées dans un ensemble urbain ayant les caractéristiques de la délinquance des zones urbaines 2. Dans ces Communes le pouvoir de police du Préfet n est pas absolu. Le Maire conserve en effet des compétences : En ce qui concerne les grands rassemblements occasionnels de personnes et de manifestations ainsi que de rixes, tumultes dans les lieux publics, tapage nocturne le Préfet est compétent, mais s agissant de grands rassemblements habituels, le Maire conserve son pouvoir de police : réjouissances et cérémonies publiques, marchés, spectacles, jeux, cafés, églises et autres lieux publics, ainsi qu en matière de litiges relatifs aux bruits de voisinage (CE 27 juillet 2005 Ville de Noisy le Grand) de police du rivage de la mer, et de la police des funérailles. Dans ces villes, le Maire n exerce aucun pouvoir hiérarchique sur le personnel de police. Celui-ci est intégré à la police nationale et relève donc du statut des fonctionnaires de l Etat. Néanmoins les agents sont chargés d exécuter les arrêtés de police du Maire, car ces arrêtés sont exécutoires. Le commissaire de police est donc chargé de les faire exécuter. De ce point de vue seulement le Maire donne toujours des instructions au personnel de police à qui il incombe de faire exécuter les règlements de police municipale. 2 René Chapus en 2001 mentionnent environ 2600 Communes placées sous ce régime Page 9

10 b) La substitution de compétences En dehors de ces villes, le Préfet se substitue au Maire dans deux séries d hypothèses, soit pour prendre des mesures applicables à plusieurs Communes soit au sein du territoire d une Commune, en cas de carence du Maire. Mesures dont le champ d application excède le territoire d une Commune : L intervention du Préfet doit se justifier par des circonstances particulières au sein du département. Elle doit se justifier aussi le plus souvent par la défaillance des Maires. Il s agit par exemple de l interdiction de la vente à emporter de boissons alcooliques entre 22h et 6 h, pour toutes les Communes du département, ou pour limiter la consommation d eau dans plusieurs Communes en cas de sécheresse ; Le Préfet intervient également si l ordre public est menacé dans plusieurs Communes limitrophes. C est le cas par exemple des endroits où il se fait de grands rassemblements d hommes, ainsi qu en matière de police des baignades et des activités nautiques. Au sein du territoire d une seule Commune,, en cas de carence du Maire. En cas de carence du Maire, le Préfet intervient à sa place et au nom de la Commune. C est donc la Commune qui supportera la responsabilité de la mesure prise. Il faut rappeler que le pouvoir de police du Maire est une compétence liée dès lors que les critères de mise en œuvre de la police administrative sont remplis : mesure indispensable, péril grave, situation particulièrement dangereuse pour l ordre public. Le Maire est donc tenu d agir. S il ne le fait pas, le Préfet doit se substituer à lui. Concrètement, le Préfet se substitue au Maire : o o o Après mise en demeure du Maire restée sans résultat. En cas d urgence (art CGCT). Cas par exemple de la fermeture provisoire d une boucherie charcuterie qui comportait des souches épidémiques de listériose, sans mise en demeure d agir adressée au Maire préalablement à la mesure de fermeture (CE 25 novembre 1994). en cas de désaccord des autorités locales. S agissant des sonneries de cloches, le Maire ne parvenant pas à un accord avec les autorités religieuses locales. Page 10

11 Conclusion : Malgré ce partage des compétences entre le Maire et le Préfet, il subsiste des cas de concours des pouvoirs de police générale. La règle est alors que les mesures prises sur le plan national n excluent pas la possibilité pour les Maires de prendre dans leur limite territoriale des mesures plus rigoureuses, c'est-à-dire plus restrictives des libertés des administrés (sauf texte contraire). 2. La police administrative spéciale du Préfet Les polices spéciales d Etat correspondent à des domaines dépassant le simple cadre de la Commune. Nous allons voir que lorsque les polices spéciales d Etat restent dans le cadre de la Commune, le Maire peut être compétent, soit en raison de péril grave et imminent, à soit en raison de circonstances locales particulières. - Marchés d intérêt national. - Police des chemins de fer : - Aérodromes aux termes de l article L213-2 du code de l aviation civile, le Préfet est seul compétent pour exercer les pouvoirs de police générale : Cette compétence s étend au pouvoir d autoriser l exploitation de taxis assurant la desserte d un aéroport, même lorsque cet aéroport est entièrement situé sur le territoire d une seule Commune. Il est également compétent pour interdire la circulation de certains véhicules sur l ensemble du territoire d une Commune, dès lors qu il s agit de réglementer la circulation sur les voies ouvertes à la circulation publique située dans l emprise d un aérodrome. - Navigation aérienne. - Police des manifestations : proche de la police générale mais avec une organisation spécifique. Le Préfet peut en effet interdire des manifestations en cas de crainte de trouble, ou interdire dans les 24H précédant la manifestation et jusqu à dispersion, le port et le transport (sans motif légitime) d objets pouvant «constituer une arme» dans les lieux de la manifestation et dans les lieux avoisinant. - Gares routières : Cette compétence peut être déléguée au Maire. Dans ce cas le Maire agit au nom de l Etat et non pas au nom de la Commune dans le cadre de ses pouvoirs de police générale. Page 11

12 Certaines polices spéciales d Etat peuvent donner lieu à l intervention du Maire en cas de périls p graves et imminents.. Il s agit notamment : - Installations classées pour la protection de l environnement : - Santé publique : l intervention du Maire en présence d un péril grave et imminent doit respecter la procédure prévue par la police spéciale - OGM : les autorisations administratives relatives à la dissémination d organisme génétiquement modifiés relèvent exclusivement de la compétence du ministre de l agriculture. Toutefois le Maire s est vu conférer une compétence par le juge en cas de péril imminent ou de l existence de circonstances locales particulières. - Police de l Eau - Etablissement recevant du public. De la même manière en cas de circonstances c locales particulières,, le Maire peut intervenir en lieu et place du Préfet.. Il s agit de décisions jurisprudentielles. Protection de la nature : le Préfet est compétent, mais le Maire a le pouvoir de compléter les mesures prises pour en assurer l application sur le territoire de la Commune. Il ne dispose pas de pouvoir en revanche d y déroger, ni d atténuer la portée des interdictions prononcées par le Préfet sur le fondement des pouvoirs de police spéciale. Installations de ruches :La compétence du Préfet ne fait pas obstacle à ce que le Maire puisse sur la base de son pouvoir général de police prescrire toutes mesures utiles aux propriétaires de ruches pour assurer la sécurité des personnes. Chasse :Même possibilité pour le Maire de prescrire toutes mesures utiles. «Compte tenu des atteintes déjà portées à la sécurité des habitations de la Commune, le Maire a pu élargir de 150 à 200 mètres le périmètre interdit à la chasse autour des habitations, ou interdire la chasse sur le territoire de sa Commune pendant les vendanges et la cueillette de pommes. Bruits de voisinage ; compétence du Préfet. Le Maire peut prendre des dispositions réglementaires plus sévères, mais il ne peut pas prendre des mesures tendant à assurer la simple application des normes Télécommunication : le ministre chargé des télécommunications est compétent. Le Maire ne peut intervenir qu en cas de péril imminent ou de circonstances exceptionnelles propres à la Commune. Page 12

13 Une nouvelle autorité locale s est vue également attribuer des compétences de police depuis 2004 : C. Les compétences du Président d EPCI Le transfert de compétences du Maire au Président d un Etablissement publique de coopération intercommunale s est fait en deux temps. D abord en 2004 de façon encore très prudente, puis par la loi du 16 décembre 2010, encore récente et dont l application n est pas encore vraiment intervenue. Les EPCI à fiscalité propre regroupent les communautés urbaines, les communautés d'agglomération et les communautés de Communes Les syndicats de Communes ne sont pas des EPCI à fiscalité propre. Les Maires des Communes membres d'un établissement de coopération intercommunale à fiscalité propre ne peuvent transférer au président de cet établissement que des attributions de police spéciale et à la condition que celles-ci se rattachent aux compétences transférées à l établissement. Cinq compétences sont ainsi concernées : - l'assainissement, - l élimination des déchets ménagers, - la réalisation d'aires d'accueil ou de terrains de passage des gens du voyage, - l Organisation des manifestations culturelles et sportives organisées dans des établissements communautaires. - la voirie. Les EPCI n ont donc pas vocation à exercer un pouvoir de police générale. Le transfert de compétences est automatique depuis la loi de 2010 pour les trois polices spéciales que sont l élimination des déchets, l assainissement et la réalisation d aires d accueil ou de terrains de passage des gens du voyage, au sens où en l absence d opposition durant un certain délai de la part des Maires concernés, le transfert est opéré automatiquement. Mais il reste facultatif, c'est-àdire que les Maires peuvent s y opposer. Concernant la police de la voirie et la police d organisation des manifestations culturelles et sportives le transfert n est pas automatique : il faut que l EPCI soit compétent en matière de voirie et que le Maire ait donné son accord pour qu elle soit transférée. Page 13

14 Le caractère facultatif de ce transfert de compétences tient au fait que ces deux polices ont des recoupements avec le pouvoir de police général. - La police de la voirie est pour partie une police spéciale (ainsi que nous venons de le voir) s agissant de circulation et de stationnement, et pour partie une compétence de police générale s agissant de salubrité, de sûreté et de tranquillité publique. - La police des manifestations culturelles et sportives est une police spéciale, mais elle recoupe pour une part importante des objectifs de maintien de l ordre public appelant l intervention du pouvoir de police général du Maire. Par mesure de clarté, le transfert de ces deux polices à un EPCI doit donc faire l objet d un accord exprès des Communes concernées et être dévolu à un EPCI compétent dans les domaines concernés. Le transfert des pouvoirs de police au président de l'epci n'est pas définitif, il peut être retiré dans les mêmes conditions que celles de l'accord. De ce point de vue, le transfert ne dessaisit donc pas les Maires des Communes concernées. En outre, le pouvoir de police du président de l'epci s'exerce sous le contrôle administratif du Préfet et le pouvoir de substitution du Préfet est applicable aux pouvoirs de police exercés par le président de l'epci, de la même façon que pour les pouvoirs du Maire. Enfin, les l présidents d'epci n'ont aucune compétence en matière de police générale. En l'absence de pouvoir de police générale exercé par les présidents d'epci, c'est sous la seule autorité du Maire que les agents de police municipale exercent leurs missions. Cette nouvelle répartition des pouvoirs entre les Maires et les présidents des EPCI pose deux difficultés: 1) Les agents de police municipale recrutés par les EPCI, exercent deux types de fonctions. D une part des fonctions dans les Communes dans lesquelles ils sont affectés, ces agents sont alors sous l autorité du Maire, et d autre part des fonctions dans le domaine des polices transférées à l EPCI, les agents sont alors sous l autorité du président de l EPCI. Les agents sont donc pris entre deux autorités de police. 2) En second lieu, dès lors que les transferts de compétences sont facultatifs, les Maires peuvent décider de s y opposer y compris dans le cadre des transferts automatiques de police. On pourra alors dans les mois qui viennent (la loi est encore toute récente), se retrouver dans trois types de situation : Page 14

15 - la situation où un EPCI regroupant plusieurs Communes mettrait des agents en place sur une partie seulement du périmètre communautaire; celle où les Maires auraient donné leur accord. - la situation où les domaines du pouvoir transféré varieraient selon les Communes, le président de l EPCI n exerçant pas les mêmes polices sur la totalité du territoire communautaire (ses compétences dépendant du pouvoir de police transféré). - les situations où des Maires s étant opposés au transfert de compétences automatique dans les 3 domaines de police (dans le délai de 6 mois suivant la date de l élection du président de l EPCI), le président de l EPCI notifierait à son tour son refus «que les pouvoirs de police spéciale des Maires des Communes membres lui soient transférés de plein droit» (ce que le président a également le droit de faire aux termes de la loi). Dans ce cas, le transfert des pouvoirs de police n aurait pas du tout lieu. Malgré une répartition des compétences complexe mais déterminée, il subsiste de nombreux cas de concours de police. En voici quelques exemples à titre illustratif avec la solution retenue par le juge. I-2 Les limites de cette répartition Le concours de deux polices tient souvent au fait qu elles peuvent avoir la même finalité. A Police générale et police spéciale 1. Cas de la Police générale et de la Police des édifices menaçant ruine Dans une affaire jugée le 8 janvier 1997, les propriétaires d un terrain en pente projetaient de faire édifier 3 chalets. Pour cela, ils firent élever un remblai, soutenu à sa base par un enrochement afin de constituer l assise de leurs bâtiments. Le Maire de la Commune dans un premier temps avait ordonné l interruption des travaux en raison notamment de l instabilité du remblai et des risques d éboulement qui en résultaient. Dans un deuxième temps, le Maire, après expertise avait levé avec effet immédiat cet ordre d interruption. Page 15

16 C est la légalité de ces deux arrêtés qui fut soumise au juge, au motif que le Maire n avait pas respecter la procédure du code de la construction et de l habitation en matière de police spéciale relative aux immeubles menaçant ruine. Cette affaire a été l occasion pour le juge de faire le point sur l usage de ces deux polices. Il y affirme ainsi que «dès lors que le danger invoqué provenait, non d une cause naturelle extérieure à l ouvrage de soutènement, mais de l Etat de celui-ci [ ] le Maire ne pouvait légalement intervenir pour assurer la sécurité des personnes et des biens qu en suivant la procédure prévue par le Code de la construction et de l habitation. En d autres termes, c est la nature du danger (interne ou externe au bâtiment) qui permet de définir la police à mettre en œuvre. Dans un arrêt plus récent du 10 octobre 2005 (Commune de Badinières) le juge a précisé encore l articulation entre ces deux polices. En l espèce, suite à un incendie violent survenu dans un immeuble, les procès verbaux de gendarmerie et les témoignages de pompiers établissaient qu un risque important d éboulement de l immeuble existait. C est sur ces motifs que le juge administratif a confirmé l arrêté du Maire qui décidait sur le fondement de sa police générale, de procéder à sa démolition immédiate. Au regard de la jurisprudence précédente, cette solution pouvait paraître étonnante. Pourtant le juge a rappelé que si la police spéciale des immeubles menaçant ruine s applique dès lors que la cause du danger est interne au bâtiment, la police générale trouve également à s appliquer dès lors qu une situation d urgence de gravité particulière de péril résultant de l Etat de l immeuble est avérée. En d autres termes, l urgence et la gravité particulière du péril justifiaient l objectif de sécurité publique qui anime la police administrative générale et prévalait sur la mise en œuvre de la police spéciale. 2. cas de la police de la santé et de la salubrité Au titre de son pouvoir de police générale, le Maire est responsable de la salubrité publique. A ce titre, le Maire doit «pourvoir d urgence à toutes les mesures d assistance et de secours et, s il y a lieu, de provoquer l intervention de l administration supérieure [ ]» (article CGCT). Le Préfet quant à lui détient le pouvoir de police spéciale en matière de santé publique. Page 16

17 Dans une affaire qui a donné lieu à un arrêt du conseil d Etat le 14 novembre dernier, un Maire avait signalé au Préfet un logement insalubre dans le cadre de son pouvoir de police relatif au maintien de la salubrité publique. Or le Préfet, avait refusé de faire procéder à une visite du logement par la direction départementale des affaires sanitaires, ce qui devait constituer la première étape de mise en œuvre de la police spéciale dévolue au Maire pour faire cesser l insalubrité. C est dans ces conditions que le Maire de la Commune de Rodez avait saisi les juridictions. Le juge a rappelé que si le Maire est tenu de veiller au respect des règles de salubrité sur le territoire de la Commune, en revanche, la prescription de mesures de nature à faire cesser l insalubrité dans une logement relève de la compétence des services de l Etat disposant du pouvoir de police spéciale. Le Préfet devait donc, en l espèce intervenir pour faire procéder à une visite du logement. B Concours de polices spéciales 1. Cas de la police des animaux Dans un arrêt du 15 novembre 2010, le juge administratif a eu à trancher sur le partage de compétence existant entre Maire et Préfet dans l exercice du pouvoir de police vis-à-vis des animaux et de leur propriétaire. Dans cette affaire, le Maire de Didenheim, averti par la société protectrice des animaux, avait adopté un arrêté ordonnant d enlever un poney et un veau mal traités à leur propriétaire indélicat, pour les faire placer auprès d une association protectrice EQUISAUVE. Le propriétaire porta l affaire devant le tribunal administratif en arguant de l incompétence du Maire pour prendre un tel arrêté. En première instance, le tribunal a confirmé l arrêté et le fondement qu avait retenu le Maire en se fondant à la fois sur la protection de l ordre public et sur la police spéciale du Maire en matière rurale fondé sur l article L du code rural relatif aux animaux dangereux. L article dispose en effet qu en cas de danger grave et immédiat pour les personnes ou les animaux domestiques le Maire peut [ ] sans formalités préalables, ordonner par arrêté que l animal soit placé dans un lieu de dépôt adapté à l accueil et à la garde de celui-ci. Page 17

18 Mais en appel la cour administrative d appel de Nancy a annulé l arrêté en rappelant que les mauvais traitements envers les animaux ne relèvent ni du bon ordre, ni de la sécurité ou de la salubrité publique. Le juge d appel a rappelé également que l article du code rural mentionné ne trouvait à s appliquer que contre les animaux présentant un risque imminent pour les personnes et les animaux domestiques et non pour les animaux maltraités. Cette affaire est intéressante parce qu elle aurait pu prendre une autre tournure si le pouvoir de police du Préfet avait été mis en œuvre. Le Préfet dispose en effet d une compétence pour placer un animal en danger, sur le fondement d un article R du code rural. Ce pouvoir de police du Préfet est en outre complété par l action des fonctionnaires des services du ministère de l agriculture (direction départementale des risques sanitaires). On précisera enfin qu en l espèce, une action pénale aurait pu être intentée pour mauvais traitements volontaires sur animaux, infraction punie d une amende de 4 ème classe. Cette condamnation aurait permis au tribunal de décider la remise de l animal à une œuvre de protection reconnue d utilité publique ou déclarée. 2. Police des déchets,, police des installations classées et police de substitution Une question d évacuation des déchets a également pu montrer que plusieurs procédures pouvaient coexister. Arrêt du 11 janvier 2007 «Ministre de l Ecologie et du Développement durable» Dans cette affaire la question s est posée de savoir qui était compétent pour faire en sorte qu un déchet plus ou moins dangereux soit évacué. En l espèce 443 tonnes de pneumatiques avaient été stockés dans un dépôt sur le territoire de la Commune de Rougé. Le juge a rappelé que si le Maire est bien détenteur du pouvoir de police des déchets et qu il peut à ce titre imposer au détenteur des déchets de les éliminer, le Préfet peut également soit, en cas de carence du Maire prendre sur le fondement de ce même pouvoir de police, les mesures propres à prévenir toute atteinte à la santé de l homme, soit lorsque les déchets sont issus de l activité d une installation classée pour la protection de l environnement, exercer à l encontre de l exploitant ou du détenteur de l installation, les mesures pour assurer le respect de l obligation de remise en Etat prévue par les dispositions du code de l environnement. Page 18

19 On voit donc que pour un seul objectif : l élimination des déchets, plusieurs solutions étaient possibles. Celles-ci néanmoins prennent des formes différentes en s adressant notamment à des personnes différentes. On retiendra qu il convient de se poser les bonnes questions avant la mise en œuvre de la police. De nombreux autres exemples font Etat de la difficulté à tracer la frontière entre les différentes polices, les procédures à respecter ou l objet à poursuivre. Ces difficultés sont malheureusement appelées à subsister : Dans cet exemple précisément on reconnaîtra en effet, qu il est légitime que le Maire conserve la police des déchets parce qu il est une autorité de proximité, donc la plus à même de prendre la décision. Il est également légitime que le contrôle des installations classées soit détenu par le Préfet compte tenu des spécificités techniques auxquelles ce contrôle fait appel. Il est normal enfin, qu en cas de carence du Maire à exercer son pouvoir de police, le Préfet puisse y suppléer. Le principe reste que l existence d une police spéciale ne fait pas nécessairement obstacle à l exercice de la police générale, ni surtout à l exercice d une police générale plus rigoureuse. Page 19

20 II Des missions de police judiciaire Il y a police judiciaire dès lors que les opérations à qualifier sont en relation avec une infraction pénale déterminée. Si elles sont liées à une telle infraction, elles relèvent de la police judiciaire, sinon ces opérations relèvent de la police administrative 3. Un critère finaliste a donc été retenu par le juge pour qualifier la nature de la police 4. Il faut préciser que la notion d infraction déterminée ne signifie pas «infraction effectivement commise» : une filature par exemple d un malfaiteur qui s apprête à commettre une infraction déterminée constitue une opération de police judicaire. De la même manière l infraction peut être simplement supposée et donner lieu à des missions de police judiciaire. Il en découle que l activité de police judiciaire est extrêmement étendue. Il est même courant qu une mesure de police administrative se transforme en cours de route en une mesure de police judiciaire (cas par exemple d un barrage routier renversé par un fuyard). Les agents doivent alors assumer les conséquences de ce changement en rendant des comptes aux autorités concernées. Ils doivent en outre faire attention à leurs attributions de pouvoirs dans le cadre de cette autre police. L accomplissement des missions de police judiciaire donne lieu à un certain nombre de missions dont je vous propose de dire un mot. Devant l augmentation de ces missions de nouveaux outils de coopération ont été mis en place entre police municipale et police d Etat dont je vous parlerai ensuite. II-1 Les missions A. La police judiciaire dévolue au Maire Par nature la police judiciaire relève de la police d Etat. 3 L intérêt pratique de la distinction entre police administrative et police judiciaire porte d une part sur la compétence juridictionnelle (le contentieux de la police administrative est porté devant les juridictions administratives, et le contentieux de la police judiciaire est porté devant les juridictions judiciaires) et d autre part sur l imputation de la responsabilité. La responsabilité peut être incombée soit à l Etat soit aux Communes ou au département en matière de police administrative. Elle incombe toujours à l Etat en matière de police judiciaire. 4 Les arrêts Baud et Dame Noualek ont consacré le critère de la distinction entre police adminsitrtive et police judiciaire. Page 20

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Le pouvoir de police du maire

Le pouvoir de police du maire Le pouvoir de police du maire Quels fondements juridiques? Comment l appliquer? Nathalie FOURNEAU Département Conseil Juridique et Documentation Association des Maires de France Introduction Le pouvoir

Plus en détail

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière

Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Contribution du ministère de la Justice et des Libertés au bilan annuel de la sécurité routière Condamnations et sanctions prononcées en matière de sécurité routière Année 2011 Les condamnations pour infraction

Plus en détail

Mise en œuvre de la responsabilité du maire

Mise en œuvre de la responsabilité du maire Mise en œuvre de la responsabilité du maire Les conditions d engagement de la responsabilité du maire relèvent du droit commun de l engagement de la responsabilité des personnes publiques. A ce titre,

Plus en détail

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs

Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs Responsabilités juridiques et sécurité dans les accueils collectifs de mineurs La responsabilité d une personne est toujours définie par le juge sur la base de faits précis et circonstanciés. Direction

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 07VE03227 Inédit au recueil Lebon 4ème Chambre M. BROTONS, président Mme Corinne SIGNERIN-ICRE, rapporteur Mme JARREAU, rapporteur public POULY, avocat(s) lecture

Plus en détail

Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage

Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage MINISTERE DES PME, DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DES PROFESSIONS LIBERALES Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage Les ventes au déballage, quelle que soit leur dénomination (vide-greniers,

Plus en détail

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions.

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions. LA REBELLION La rébellion est le fait de s'opposer violemment aux fonctionnaires et officiers publics qui agissent pour l'exécution et l'application des lois. I - ELEMENTS CONSTITUTIFS A - L ELEMENT LEGAL

Plus en détail

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL COMMUNE DE... Textes législatifs CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l article L5211-4-2

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION

CADRES JURIDIQUES D INTERVENTION Etre capable d apprécier le cadre juridique d intervention et mettre en œuvre la procédure judiciaire. Connaître et articuler les cadres juridiques des interventions. Etre capable de situer son action

Plus en détail

SOMMAIRE. FICHE 1 : POUVOIRS DE POLICE DU MAIRE ET POLICE MUNICIPALE - page 3 à 6. FICHE 2 : LES AGENTS DE POLICE MUNICIPALE - page 7 et 8

SOMMAIRE. FICHE 1 : POUVOIRS DE POLICE DU MAIRE ET POLICE MUNICIPALE - page 3 à 6. FICHE 2 : LES AGENTS DE POLICE MUNICIPALE - page 7 et 8 SOMMAIRE LES POUVOIRS DE POLICE DU MAIRE FICHE 1 : POUVOIRS DE POLICE DU MAIRE ET POLICE MUNICIPALE - page 3 à 6 FICHE 2 : LES AGENTS DE POLICE MUNICIPALE - page 7 et 8 FICHE 3 : POLICE MUNICIPALE ET INTERCOMMUNALITE

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

Les sanctions relatives au permis de conduire

Les sanctions relatives au permis de conduire Les sanctions relatives au permis de conduire 1- Présentation des sanctions relatives au permis de conduire : Les sanctions relatives au permis de conduire peuvent être de deux ordres : Administratives

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail

Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail les infos DAS - n 051 7 avril 2015 Infractions au code de la route commises par le salarié à l occasion du travail Les entreprises se trouvant régulièrement confrontées à des cas d infraction routières

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière...

Table des matières. Abréviations... 7 Préface... 9. Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique. A. La législation routière... Abréviations... 7 Préface... 9 Titre I Le permis de conduire dans son cadre juridique A. La législation routière... 12 1) Quelques mots d histoire... 12 2) Législation actuelle... 18 a) Législation nationale...

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés,

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTPELLIER NP N 1004210 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Zimmermann Juge des référés Le juge des référés, Ordonnance du 22 octobre 2010 Vu la renuête. enregistrée

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Ciculaire du 11 mars 2011 relative à la présentation des dispositions relatives à la contravention de dissimulation du visage dans l espace public Le garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

La circulaire du 17 février 2010 relative aux chiens dangereux : Le principe

La circulaire du 17 février 2010 relative aux chiens dangereux : Le principe de la Police territoriale LÉGISLATION-RÉGLEMENTATION-JURISPRUDENCE 152/01 La circulaire du 17 février 2010 relative aux chiens dangereux : le permis de détention (2) 3 fiches offertes! + une offre spéciale

Plus en détail

DEBITS DE BOISSONS : quel rôle pour les communes? Association des maires de la Corrèze Vendredi 8 juillet 2011

DEBITS DE BOISSONS : quel rôle pour les communes? Association des maires de la Corrèze Vendredi 8 juillet 2011 DEBITS DE BOISSONS : quel rôle pour les communes? Association des maires de la Corrèze Vendredi 8 juillet 2011 Débits de boissons : quel rôle pour les communes? I. Le contrôle administratif préalable 1.

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES Entre les soussignés : - La commune de CLERMONT, Oise représentée par son Maire, Monsieur Lionel OLLIVIER, autorisé par délibération du conseil municipal

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

N 728 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012. Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI

N 728 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012. Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI N 728 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI relative au statut juridique des gens du voyage et à la sauvegarde de leur mode

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État statuant au contentieux N 262046 Inédit au Recueil Lebon 7ème et 2ème sous-sections réunies Mlle Sibyle Petitjean, Rapporteur M. Boulouis, Commissaire du gouvernement M. Stirn, Président

Plus en détail

L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892

L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892 L occupation d occupation temporaire de propriétés privées. Loi du 29 décembre 1892 Guide juridique et pratique pour les interventions publiques sur terrains privés Généralités La loi du 29 décembre 1892

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE INTRODUCTION : Les collectivités territoriales Depuis la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, sont définies comme

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Fédération de la Santé et de l Action Sociale L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Avril 2014 La Fédération CGT Santé Action Sociale met à votre disposition une sélection non exhaustive

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE Paris, le 23 avril 2003 ET DE LA PREVENTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation Incendie et des Risques pour le

Plus en détail

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions

les principales infractions au code de la route et leurs sanctions Pour connaître le nombre de points sur votre permis, connectez-vous sur le site : www.interieur.gouv.fr les principales infractions au code de la route et leurs sanctions En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

Plus en détail

DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC

DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC DÉLÉGATION DE SERVICE PUBLIC Convention d exploitation d une fourrière de véhicules à moteur pour la commune de Baziège LES INTERVENANTS Convention conclue entre les soussignés: D une part, la commune

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux. Nos 374524,374554 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux Nos 374524,374554 SAS ALLOCAB SOCIÉTÉ VOXTUR et autres Ordonnance du 5 février 2013 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu 1, sous

Plus en détail

Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine

Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine Circulaire de la DACG n CRIM07 14/G4 du 4 octobre 2007 relative à la présentation des dispositions de la loi du 13 juillet 2006

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Juin 2006 10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Article publié dans le Courrier des maires, n 191 du 01 mai 2006, par Emmanuel Duru, Responsable des

Plus en détail

Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire?

Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire? Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire? A L USAGE DES BENEVOLES OU SALARIES D ASSOCIATION introduction 3 Une personne sans-papiers se présente dans un lieu d accueil de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 6 juillet 2011 relative à la présentation des dispositions de droit pénal et de procédure pénale relatives à la lutte contre la violence routière résultant de la loi n 2011-267 du 14 mars

Plus en détail

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Le 13 octobre 2010, Madame GOUTTENOIRE, Professeur à la faculté de Droit de Bordeaux 4, Directrice de l institut des Mineurs

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

Les prétendus nouveaux pouvoirs de l'inspection du travail

Les prétendus nouveaux pouvoirs de l'inspection du travail Les prétendus nouveaux pouvoirs de l'inspection du travail L assemblée est encombrée : place à l ordonnance! Les tribunaux sont encombrés : place au DIRECCTE 1! D'une manière générale, le contexte est

Plus en détail

Introduction : un contentieux aux trois visages différents

Introduction : un contentieux aux trois visages différents 7 ème assises nationales de la qualité de l environnement sonore Mercredi 15 octobre 2014, 14 h 30-16 h 00 Atelier 16 / SALLE 4 Bruit de voisinage et incivilités sonores : la prévention, la médiation,

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 Chapitre 1 - OBJET DE L ASSOCIATION ADHÉSIONS DÉMISSIONS

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

Liste des délits et infractions Les plus importants : A apprendre!!

Liste des délits et infractions Les plus importants : A apprendre!! Liste des délits et infractions Les plus importants : A apprendre!! Les délits : Conduite en état d'ivresse manifeste ou sous l'empire d'un état alcoolique (>= 0.8 g/l de sang ou 0.4 mg/l d'air expiré)

Plus en détail

OBJET : Modalités d'attribution du fonds d Aide au Relogement d Urgence (FARU).

OBJET : Modalités d'attribution du fonds d Aide au Relogement d Urgence (FARU). DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES COMPETENCES ET DES INSTITUTIONS LOCALES BUREAU DES OPERATIONS D AMENAGEMENT, DE L URBANISME ET DE L HABITAT AFFAIRE SUIVIE PAR : Pascal MATHIEU

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

Charte d éthique de la vidéosurveillance

Charte d éthique de la vidéosurveillance Charte d éthique de la vidéosurveillance Préambule - La vidéosurveillance est un outil au service de la politique de sécurité et de prévention de la Ville de Lyon dans le cadre du contrat local de sécurité.

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur. La ministre des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative

Le ministre de l'intérieur. La ministre des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative MINISTERE DE L INTERIEUR MINISTERE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE, DE L EDUCATION POPULAIRE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

L organisation judiciaire en France FAVREAU & CIVILISE LES JURIDICTIONS JUDICIAIRES. Litiges entre particuliers ou organismes privés

L organisation judiciaire en France FAVREAU & CIVILISE LES JURIDICTIONS JUDICIAIRES. Litiges entre particuliers ou organismes privés F & C INFOS FAVREAU & CIVILISE Avocats a la Cour 8, Place Saint-Christoly 33000 Bordeaux, France Informations røservøes aux clients du cabinet. Gratuit. Ne peut Œtre vendu. L organisation judiciaire en

Plus en détail

Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries

Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries Procédure de suspension des transports départementaux routiers de personnes non urbains en cas d intempéries La procédure suivante précise les dispositions à prendre lorsque les conditions climatiques

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE Décret n 83-435 DU 27 mai 1983 (publié au J.O du1er juin

Plus en détail

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission.

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission. Fiche n 68 164 Parfois les sapeurs-pompiers, sont amenés pour porter secours à entrer par effraction soit par la fenêtre ou par la porte. Cette action est appelée «ouverture de porte». Textes de référence

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE A LA REALISATION DU DIAGNOSTIC D ARCHEOLOGIE PREVENTIVE «[intitulé de l opération]»

CONVENTION RELATIVE A LA REALISATION DU DIAGNOSTIC D ARCHEOLOGIE PREVENTIVE «[intitulé de l opération]» CONVENTION RELATIVE A LA REALISATION DU DIAGNOSTIC D ARCHEOLOGIE PREVENTIVE «[intitulé de l opération]» ENTRE LES SOUSSIGNES, Le Département des Yvelines Sis à l Hôtel du Département, 2 place André Mignot,

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES

LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) TITRE PREMIER INFRACTION AUX REGLES CONCERNANT LA CONDUITE DES VEHICULES République du Sénégal Un Peuple - Un but - Une Foi LOI N 2002-30 PORTANT CODE DE LA ROUTE (PARTIE LEGISLATIVE) L Assemblée nationale a adopté, en sa séance du Jeudi 12 Décembre 2002 Le Président de la

Plus en détail

La responsabilité des présidents d A.C.C.A.

La responsabilité des présidents d A.C.C.A. La responsabilité des présidents d A.C.C.A. Bernard MERAUD : Avocat au Barreau de Bourgoin-Jallieu (Assemblée générale FDCI du 26 avril 2014) ---------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 LA LOI DE MODERNISATION DE LA REFERENCES Loi n 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique (Journal officiel du 6 février 2007)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02799 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre M. PERRIER, président M. Jean-Marie PIOT, rapporteur M. ROUSSET, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture du mercredi

Plus en détail

2. DROIT DE PREEMPTION P.

2. DROIT DE PREEMPTION P. SOMMAIRE 1. PLANIFICATION P. 2 - Un PLU est exécutoire même en l absence de publication au recueil des actes administratifs de la délibération l approuvant 2. DROIT DE PREEMPTION P. 2 - L avis des domaines

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

Réunion d information d maires. curité contre les et de panique dans les établissements recevant du public (ERP)

Réunion d information d maires. curité contre les et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) Réunion d information d des maires Le règlement r de sécurits curité contre les risques d incendie d et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) Des drames au règlement r 1938 1970 1973

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREFET DU LOIRET COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC VOUS ETES MAIRE! QUEL EST VOTRE ROLE ET QUELLES SONT VOS RESPONSABILITES? PREFECTURE DU LOIRET CABINET

Plus en détail

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE CHAPITRE I - CREATION ET DISSOLUTION DE L'AGENCE - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : CREATION DE L AGENCE En application de l'article 32 de la loi n 82-213

Plus en détail

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP 1- Sécurité civile et police administrative L activité opérationnelle des sapeurs pompiers s exercent dans le cadre de la police administrative. La police administrative

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail