Le patrimoine de la ville de Bordeaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le patrimoine de la ville de Bordeaux"

Transcription

1 Carnets d une ville en héritage la pierre

2 Le patrimoine de la ville de Bordeaux Limites communales Zone tampon du Périmètre UNESCO La ville de pierre ensemble urbain reconnu au titre du 7 de l article L123-1 Ensemble urbain classé sur la liste du patrimoine mondial par l UNESCO 2 3

3 Sommaire Glossaire Introduction Petite histoire de la pierre de Bordeaux La pierre calcaire Le mortier Les maçonneries Les métiers de la pierre La diversité des architectures Les fragilités: reconnaître les altérations Recommandations L encrassement Les traces d humidité Les mousses, les lichens et la végétation La maladie de la pierre : le sulfin Les fissures et lézardes L éclatement Le salpêtre Altérations des joints Les revêtements inadaptés Conseils Faire un diagnostic Faire appel à des professionnels Observer la façade et repérer les désordres Quand et comment nettoyer une façade en pierre Quand et comment restaurer des maçonneries en pierre La protection des façades en pierre À éviter Les bons choix pour l environnement Formalités administratives En savoir plus Épilogue Contacts

4 Glossaire Pour cette première édition Bandeau Plate-bande unie en saillie des «Carnets d une ville séparant horizontalement les niveaux en héritage», une série de définitions appartenant d un édifice. au vocabulaire technique Calcin Couche de carbonate de calcium est présentée dans les qui recouvre la surface des pierres paragraphes qui suivent. calcaires taillées, sous l action du gaz L usage des carnets, les questions posées au cours carbonique et de l eau. des dialogues qu ils veulent Chaux La chaux vive est fabriquée à susciter contribueront à partir de calcaire pur chauffé à très haute compléter cette liste initiale. Vous pouvez dès à présent, température. Refroidie et mélangée à enrichir le glossaire en l eau, c est de la chaux éteinte. La chaux nous faisant part de vos aérienne ne durcit qu au contact du gaz remarques et poser vos questions en écrivant carbonique qui la transforme en calcaire. à la Direction Générale Corniche Moulures en saillie l une de l Aménagement au-dessus de l autre qui couronnent une construction et la protègent de la pluie. Efflorescences Sels accumulés à la surface de la pierre apparaissant sous la forme d une couche poudreuse. La plus courante est le salpêtre. Encadrement Profils ou ornements servant d entourage à un panneau. L encadrement d une baie est un chambranle. Enduit Couche de chaux, de plâtre, de mortier qu on applique sur une maçonnerie mixte ou en moellons pour la protéger. Épaufrer Érafler, écorner une pierre de taille d un corps mal appliqué. 6 7

5 Glossaire Glossaire Étage d attique Dernier niveau d un édifice situé audessus ou au-dessous de la corniche et généralement composition des mortiers de finition. Pierruche Poudre de pierre calcaire qui entre dans la moins haut que les autres niveaux. L attique est en retrait Pignon Mur où ne se déversent pas les eaux de pluie, s il n est pas aligné à la façade qu il surmonte. contrairement au mur gouttereau. Exfoliations Dégradations et détachements par plaques Porométrie Mesure de la taille des pores de la pierre. de la surface des pierres provoqués par l accumulation de Plus les pores sont grands, plus les saletés et les sels à l intérieur. pollutions s y logent, plus elle est poreuse. Frise En architecture, partie de l entablement située entre Porosité Qualité des trous dans la pierre. Plus une pierre l architrave et la corniche. est poreuse, moins elle est lourde et résistante, plus elle Linteau Pièce de bois, de pierre, de béton, de fer absorbe d eau aussi. placée au-dessus de l ouverture d une porte ou d une Ravalement Action d aplanir la surface d un mur neuf fenêtre. en réduisant de quelques millimètres l épaisseur des Maçonneries en pierre de taille Assemblage de pierres. On emploie par abus ravalement pour indiquer pierres taillées et appareillées sans vides entre elles. le nettoyage ou la restauration d une façade. Maçonnerie mixte Maçonnerie dont seuls les éléments Remontées capillaires Aspiration par les cavités structurels sont en pierre de taille par opposition au poreuses des pierres de l humidité. remplissage. Saillie En urbanisme, maison dépassant d un alignement Maçonnerie en moellons Assemblage de pierres non dans une rue, son contraire est le retrait. En architecture, taillées dont la liaison est assurée par le mortier. élément dépassant le nu d un mur ou d un tableau. Modénature Proportion et galbe d une moulure. Sommier Pierre qui supporte la retombée d une voûte Par extension, ensemble de la mouluration d un édifice. ou d un cintre. Mortier Mélange de chaux et de sable dont on se sert Soubassement Partie inférieure d une construction pour lier les pierres d un mur. Ce terme de maçonnerie marquée horizontalement et en contact avec le sol. vient de ce que le mortier se préparait dans un mortier. Sulfin Croûte noirâtre formée de sels résultant de la Mur de refend Mur intermédiaire qui consolide une pollution de l eau qui bouche progressivement les pores construction. Les murs de refend sont perpendiculaires de la pierre et l empêche de respirer. aux murs de façade. Voussoir Pierre qui entre dans la composition d une voûte. Nu En architecture, surface verticale extérieure ou 8 intérieure d une maçonnerie. 9

6 Carte des anciennes carrières à proximité de Bordeaux. La pierre Portes et fenêtres dans la ville de pierre Au-delà de la grande Ce carnet expose brièvement façade des quais, la ville l histoire de la pierre et son de Bordeaux se distingue importance dans la construction à Bordeaux. Il signale les par la valeur patrimoniale de son centre historique et des quartiers résidentiels principales caractéristiques qui l entourent, constitués techniques qui font son intérêt pour la construction. Il d ensembles d architectures composant la ville de pierre, reconnue aujourd hui décrit les principaux types comme référence du paysage d architecture qui font la qualité et la richesse du paysage urbain d agglomération. bordelais. Il donne des clés de lecture pour observer les façades, comprendre le vieillissement naturel de la pierre et identifier les désordres qu il faut prévenir pour entretenir la construction, les restaurer, les mettre en valeur et les protéger. Enfin, il est destiné à aider toute personne désirant entreprendre des travaux d entretien, de nettoyage, de restauration ou de mise en valeur sur des architectures de pierre. C est un outil essentiel pour la préservation et la conservation du patrimoine bâti. Esperons que ce carnet participera au maintien et à l amélioration de la qualité des travaux et des savoirs-faire

7 Petite histoire de la pierre à Bordeaux Petite histoire de la pierre à Bordeaux Petite histoire de la pierre à Bordeaux Les pierres Le bois fut donc peu à peu réservé pour la construction des planchers, des charpentes et des menuiseries, tandis que des murs en maçonnerie de pierre calcaire tendre remplacèrent les structures à pans de bois. L édit de 1607 portait en effet : de défendre qu il soit fait aucune saillie, avances et pans de vois ès rues aux bâtiments neufs ou déjà construits, de les réédifier ni faire ouvrage qui les puissent conforter conserver et soutenir ni faire encorbellement en avance pour porter aucun mur de pan de bois ou autre chose et ainsi faire le tout continuer à plomb depuis le rez-de-chaussée. Partout où elles sont disponibles, les pierres sont utilisées pour la construction. Comme de nombreuses villes françaises, Bordeaux est devenue une ville de pierre à partir du moment où un célèbre édit de Henri IV, en 1607, a progressivement interdit l emploi du bois dans la structure des murs des constructions, car ce matériau propageait le feu d une maison à l autre en cas d incendie. Ce phénomène s accéléra au XVII e et surtout au XVIII e, gagnant les constructions neuves, et remplaçant peu à peu les anciennes façades alignées sur les voies publiques. C est ainsi que seules quelques maisons médiévales existaient encore au XIX e dans les quartiers de l ancien marché (place Fernand-Lafargue), de Saint-Éloi, des faubourgs de Saint-Michel et de Sainte- Croix, et qu elles disparurent comme en témoigne le petit nombre de pans de bois encore visibles aujourd hui. La ville s est donc littéralement pétrifiée. Ce phénomène n a pu d abord se produire que grâce à la richesse du sol et du sous-sol girondin. Le bassin de l Éogène fournissait, dans un rayon de 25 km environ autour de Bordeaux, un sous-sol riche de veines calcaires d une variété, mais aussi d une qualité fort disparate. Les principales carrières se concentraient à proximité de la Dordogne et de la Garonne. L exploitation était facilitée par le transport fluvial, depuis Langon, Libourne, Bourg et Blaye. Les bateaux, de petit tonnage et gabarit, arrivaient au port de Bordeaux pour décharger leur cargaison. Le marché aux pierres, sur le quai de Paludate, fut longtemps réputé comme le principal lieu d approvisionnement des maçons et des entrepreneurs. C est là aussi que l on jugeait de la qualité suffisante du matériau exigée pour la construction des maisons de Bordeaux. En 1848, un ingénieur dénombre 600 carrières en Gironde. C est dire l extraordinaire activité locale des carriers. Ces derniers travaillaient souvent à leur compte. Un carrier pouvait extraire dans une année de 275 jours de travail près de

8 Petite histoire de la pierre à Bordeaux Petite histoire de la pierre à Bordeaux m 3 de moellon et 200 m 3 de pierre dure. Laroque produisait des pierres moyennement dures entre le ruisseau de Gauriac et de Bourg. Entre Gauriac et Cubzac, les pierres dites de Bourg étaient plus grandes et plus dures. Des produits très médiocres s extrayaient à Saint-Émilion, Montagne, Lussac, Puyseguin, Saint-Laurent, Sainte-Colombe et Saint-Pé de Castets. Les pierres de Latresne, Créon et Langoiran étaient réputées d une dureté moyenne et assez grossières. Près de Langon, dans les communes de Preignac, Barsac, Saint-Macaire et Saint-Pierre-du-Mont, les produits très durs étaient utilisés pour les parties structurelles des bâtiments. Sur la rive gauche de la Gironde, l on trouvait des produits de qualité médiocre sauf à Saint-Yzan et Civrac qui fournissaient des pierres très dures de grande dimension. Le développement du chemin de fer et, particulièrement à Bordeaux, de la ligne de la compagnie d Orléans, à partir de 1852, permit d introduire d autres variétés de pierres. Si celles d Angoumois et de Saintonge, très dures, très claires, étaient importées dès le XVIII e, par la mer puis l estuaire, elles le furent désormais aussi par le rail et leur quantité se multiplia au début du XX e car elles avaient une apparence plus blanche, voire grise, plus lisse et donc plus moderne. Répandues dans les constructions publiques et les maisons des années , les pierres des carrières de Saint-Même et Vilhonneur, voire certaines du Poitou, à Lavoux, Tercé et Chauvigny, furent ainsi mises à la mode jusque dans les années 1950 où le ciment détrôna ce matériau traditionnel. L exploitation des carrières locales, qui remonte à l Ancien Régime pour les plus anciennes d entreelles, fut victime du succès de la mécanisation du XIX e qui permit d extraire à profit des produits d une qualité souvent peu recommandable. La dimension et la dureté des pierres furent au cœur de la législation de l octroi, qui taxait tous les produits entrant en ville. Toutes les pierres devaient être pétrifiées dans toutes leurs parties, non argileuses, sans fil et non sujettes à la décomposition par la pluie ou la gelée. La pierre dure, non traversée de veines molles, ni poreuse, ni coquilleuse, pleine et sonore sous le marteau de l ouvrier. Toutes les pierres qui n avaient pas les qualités requises et présentaient des cubes inférieurs à ceux autorisés étaient vendues proportionnellement. Les autres transportées à l hôtel de ville, et leur marchand poursuivi : elles étaient mises au rebut et transformées en moellon. Ainsi à Bordeaux en 1864, on comptait une quinzaine de variétés de pierres admises dans les constructions, dont la dureté oscillait de 16 à 500 kg/cm² à la rupture, des plus tendres aux plus 14 15

9 Petite histoire de la pierre à Bordeaux Petite histoire de la pierre à Bordeaux dures. La jauge des pierres de l Ancien Régime avait été reprise au début du XIX e. Les pierres de La Roque de Tau avaient une longueur de 22 pouces, une hauteur de 12 et une épaisseur de 11 (soit 60x32x29 cm). Celles de Bourg un module de 26x12x12 (soit 70x32x32 cm). Mais, en réalité, les dimensions étaient très variées, l on trouvait ainsi des modules courants qui devaient présenter au moins 56 cm d épaisseur, 27 cm de largeur et 30 cm de hauteur. Le reste était considéré comme moellon. La richesse du paysage de la ville de pierre tient donc autant à l histoire du matériau, à la diversité de ses provenances, de son aspect et de sa mise en œuvre, qu à sa rareté actuelle. Aujourd hui, seules les carrières de Frontenac, Bourg et Vilhonneur fonctionnent encore : ce patrimoine de pierre de Bordeaux est donc d autant plus précieux que son matériau constitutif est devenu rare. La pierre calcaire Selon sa provenance, la pierre présente des qualités d aspect et des caractéristiques techniques différentes. La pierre utilisée à Bordeaux pour la construction est un calcaire issu d un processus de sédimentation. Sa première qualité est d être un matériau naturel c est-à-dire qu il ne subit, pour être utilisé dans la construction, d autre transformation que la taille. Comme tous les matériaux, la pierre est définie par une série de caractéristiques techniques qui permettent de l identifier et d en reconnaître les différentes qualités correspondant à différents usages dans la construction. Il s agit de la provenance (carrière et banc), la résistance à la compression, la densité, la difficulté de taille, la dureté, la qualité acoustique, la vitesse de propagation du son, la teinte, la porosité Toutes les pierres n ont pas la même texture et la même couleur. Celles-ci varient selon les carrières et les bancs. Très lisses ou coquillières, leurs teintes vont de l ocre-jaune au blanc marbré. De toutes ces caractéristiques, les principales sont : la résistance à la compression qui fait que les pierres peuvent être utilisées pour monter des murs ; la dureté, définie en fonction de la position et de l usage d une pierre dans une façade ; la porosité qui fait varier le poids et la résistance : plus une pierre est dense, moins elle est poreuse, son poids augmente, et sa résistance également ; la porométrie qui mesure la taille des pores : plus les pores sont grands, plus les saletés et les pollutions pourront s y loger. La porosité de la pierre est un élément-clé. Elle permet à l eau et à l air de circuler au travers. Une pierre trop poreuse ne pourra donc être exposée à la pluie sans être recouverte d un enduit

10 Petite histoire de la pierre à Bordeaux Petite histoire de la pierre à Bordeaux Résistance à la compression Masse volumique Porosité Bourg * ** * Sireuil ** Les pierres calcaires taillées se couvrent, sous l action du gaz carbonique et de l eau, d une couche de carbonate de calcium appelée calcin. Le calcin est la forme naturelle de vieillissement et de protection de la pierre. Cette couche, plus dure et moins poreuse que la pierre, réduit l impact des intempéries, des frottements et des petits chocs mécaniques, et limite l adhérence de la salissure. C est pourquoi la pierre calcaire peut être utilisée sans adjonction d enduit dans la construction de murs extérieurs. Le mortier À Bordeaux, les murs en pierre sont assemblés avec un mortier de chaux. La chaux est fabriquée à partir de calcaire pur chauffé à très haute température pour former la chaux vive. Le mélange de chaux vive refroidie et d eau produit la chaux éteinte. Elle ne durcit qu au contact du gaz carbonique qui la transforme en calcaire. C est la chaux aérienne. * *** Frontenac ** *** ** Vilhonneur *** *** ** Les mortiers adaptés aux constructions en pierre calcaire présentent une capillarité et un coefficient de dilatation comparables à ceux des pierres calcaires. Ils comportent un mélange de sable ou de graviers avec de la chaux aérienne. Ils durcissent plus lentement que les mortiers à la chaux hydraulique ou des ciments qui contiennent de l argile. Les mortiers à base de ciment ont une capillarité moins forte que la pierre calcaire, ce qui peut gêner le séchage des murs après la pluie. Les mortiers hydrauliques (ciments) ont un coefficient de dilatation plus important, égal à celui du fer. Les maçonneries On distingue plusieurs types de maçonneries, celles en pierre de taille appareillées, celles en moellons et les maçonneries mixtes. Les variantes sont multiples. On parle de maçonneries en pierre de taille quand les pierres sont taillées et appareillées afin qu il n y ait aucun vide entre elles. Elles sont orientées pour recevoir la pression et posées les unes sur les autres par l intermédiaire d un lit de mortier de chaux qui offre une certaine souplesse à la maçonnerie par la répartition de la charge des pierres. Les joints sont fins et ne sont visibles que de près. On parle de maçonnerie en moellons quand les murs sont montés avec des pierres non taillées. Le mortier assure alors non seulement la cohésion 18 19

11 Petite histoire de la pierre à Bordeaux des moellons entre eux mais encore bouche les vides irréguliers entre les pierres. Les joints sont plus larges et les murs moins solides que ceux en maçonnerie appareillée. Les murs en moellons sont protégés par un enduit car ils ne sont pas imperméables à l eau. On parle de maçonnerie mixte quand les éléments structurels, angles de murs et/ou les encadrements de baies sont en pierre de taille alors que le remplissage est composé de pierres en tout-venant, de moellons équarris -qui s apparentent beaucoup à des pierres fortes-, de petits moellons ou alors de pierres diverses. Petite histoire de la pierre à Bordeaux À l époque de leur construction, l épaisseur de la maçonnerie des immeubles bordelais est définie en fonction des charges et des normes de solidité imposées par la Ville dans les règlements de voirie. Les murs de façade sont les plus solides par rapport aux murs sur cour ou jardin et aux murs de refend. Les murs de cave et les semelles de fondation augmentent d épaisseur à mesure que la construction est fondée en profondeur, c est ce qu on appelle l empattement des fondations. À l inverse, l épaisseur des murs diminue à mesure que la construction s élève en hauteur : ainsi de minces murs dans les étages d attique allègent le poids des parties supérieures. Les façades de la plupart des maisons de Bordeaux sont en pierre de taille appareillée. Deux modes de mise en œuvre sont principalement utilisés pour l assemblage des pierres : l appareil simple, sur une seule épaisseur (mur dit aussi parpaing) l appareil double sur deux épaisseurs (mur dit en carreaux et boutisses). Sur la pierre appareillée aux murs nus et lisses, la modénature et la sculpture créent le relief qui accroche la lumière et organise les ruissellements. Ce jeu de la lumière sur les reliefs et les teintes si douces des façades de pierre qui fait l identité de Bordeaux.On observe les maçonneries mixtes et les murs en moellons enduits sur les constructions les plus anciennes et les plus modestes. La pierre est choisie selon sa destination et sa fonction dans la construction. On utilise des pierres plus fermes pour les éléments sculptés (corniches, frises, décors ), pour des éléments soumis à de fortes charges (linteaux, encadrements, voussoirs, sommiers ), à un usage fréquent (pierre marbrière, marches de seuil, escaliers), au feu (entourage et manteau de cheminée) ainsi que pour les éléments exposés à l humidité et aux contraintes climatiques (éléments en saillie, soubassements, bandeaux ). On utilise des pierres tendres et moins coûteuses pour les parties de maçonnerie les moins sensibles afin de diminuer les coûts de construction. On les emploie pour les pignons, les refends et en remplissage. Le remplissage en briques, classique au XVII e, 20 21

12 Petite histoire de la pierre à Bordeaux Petite histoire de la pierre à Bordeaux réapparaît à la fin du XIX e dans l architecture éclectique et Art nouveau. Les appareillages Art déco jusque dans les années 1950, présentent une modénature d une grande austérité. La qualité des architectures de la ville de Bordeaux dépend de la manière dont les générations passées ont su tirer parti des qualités de la pierre calcaire pour édifier toutes sortes de bâtiments. Les métiers de la pierre La construction en pierre est un métier complexe, un métier de spécialistes amoureux de ce matériau. Les blocs de pierre sont extraits par les carriers dans des carrières à ciel ouvert ou bien en galeries. Bien qu il existe encore quelques exploitations artisanales, la plupart des carrières disposent aujourd hui d équipements mécaniques modernes. L appareilleur dessine les formes sur un calepin d appareillage. Le tailleur de pierre débite d abord le bloc en tranches, puis coupe, façonne, moulure, les différents éléments de pierre pour les monter, les assembler suivant un ordonnancement rigoureux et méthodique. La taille de finition ne s effectue qu après la pose. L ornemaniste ou le sculpteur interviennent directement sur l ouvrage après l épannelage des pierres, bien que certaines sculptures, pour des raisons pratiques, soient souvent réalisées en atelier. La beauté des paysages de la ville de pierre tient aux variations de la lumière sur le matériau, aux nuances de teintes, à la variété de la modénature et des sculptures qui donnent du relief aux façades. Le matériau défie les styles et les époques

13 Petite histoire de la pierre à Bordeaux Petite histoire de la pierre à Bordeaux A Bordeaux, la majorité des immeubles sont construits en pierre de taille appareillée. Travée rocaille (milieu XVIIIe s.) Les constructions les plus anciennes présentent souvent une maçonnerie mixte. Seuls les éléments structurels sont en pierre de taille, le remplissage des parois est en moellons assemblés au mortier et recouverts d un enduit à la chaux

14 Petite histoire de la pierre à Bordeaux Petite histoire de la pierre à Bordeaux Décor en méplat sur une travée Art déco. La pierre calcaire est un matériau naturel qui ne demande pas d autre transformation que la taille. C est un matériau noble, durable et qui peut être réutilisé

15 Petite histoire de la pierre à Bordeaux Petite histoire de la pierre à Bordeaux Les assises de pierre d un même immeuble sont parfois de qualité différente, dans leur teinte ou leur dureté. Deux lits de pierres plus durs ont été utilisés en allège du second étage de cette maison. Les murs secondaires sont parfois construits avec des pierres de moins bonne qualité. Ce mur montre un remplissage de moellons assemblés au mortier entre des chaînes de pierre taillée. On peut apercevoir les pierres de taille en attente du mur de façade principal

16 Petite histoire de la pierre à Bordeaux Petite histoire de la pierre à Bordeaux Les parpaings de mâchefer, matériau moins résistant et moins coûteux que la pierre, sont également dans les pignons. Les maçonneries mixtes offrent des contrastes de couleur qui apportent une animation dans le paysage urbain

17 Petite histoire de la pierre à Bordeaux Petite histoire de la pierre à Bordeaux La pierre meulière contraste avec la pierre calcaire par sa couleur ocre rouge, mais aussi sa texture très rugueuse. A la fin du XIX e, le recours à la brique, naturelle ou vernissée, est fréquent et annonce l art nouveau

18 La diversité des architectures La diversité des architectures La diversité des architectures L architecture privée est très présente et la maison bordelaise évolue au fil des époques mais elle garde, quel que soit le budget du propriétaire, un certain nombre de caractères communs. Les exemples suivants illustrent les types les plus représentatifs auxquels peuvent se rattacher ces maisons bordelaises, quelles que soient les variations et adaptations de chacune d entre elles. L intérêt du paysage bordelais tient à la diversité des architectures qui déclinent sur les façades l ornementation du répertoire classique. Maison à pans de bois (XVI e -XVII e ) Il ne reste que quelques maisons de ce type dans le vieux Bordeaux. Les pans de bois sont surtout utilisés dans les parties supérieures du rez-de-chaussée ou dans les murs secondaires en retour des maisons d angle. Ces murs sont parfois en surplomb de l alignement. Les rez-de-chaussée sont en pierre appareillée, les pans de bois sont garnis de moellons enduits à la chaux 34 35

19 La diversité des architectures La diversité des architectures Maison à maçonnerie enduite (XVI e -XVIII e ) Quelques maisons de ce type subsistent dans le vieux Bordeaux. Leur façade étroite présente un pignon percé d une grande baie cintrée au rez-de-chaussée. Les baies des étages sont rectangulaires, parfois à meneau. Les maçonneries des murs sur rue sont mixtes, la pierre appareillée est utilisée pour les encadrements, le moellon en remplissage est enduit. La décoration est rare, la modénature soignée dans les bossages et les encadrements de baies. Maison de bourg (XVIII e -XIX e ) Modestes et fragiles, ces maisons ressemblent aux maisons de bourg et de campagne girondines, construites en moellons ou en pierres de taille tendres, de qualité moyenne, voire médiocre. Des génoises remplacent fréquemment les corniches. La composition des façades est simple, sans décor, les baies rectangulaires, les linteaux droits. Des bandeaux séparent les niveaux. Certaines maisons de ce type s inspirent des façades ordonnancées du XVIII e et en reprennent les motifs : baies en arc segmentaire, pilastres plats ou à refends

20 La diversité des architectures La diversité des architectures Immeuble classique (XVIII e ) Ces immeubles locatifs sont très fréquents à Bordeaux dans le centre ville et les faubourgs. Ils sont construits sur cave en pierre de taille appareillée. Ils présentent une entrée et un couloir latéral, Echoppe simple (XIX e -XX e ) le rez-de-chaussée est affecté à une boutique ou un atelier. Au XIX e, ces petites maisons de plain-pied sont construites L escalier de pierre se situe dans le prolongement du couloir ou sur par centaines et souvent en série dans toute la proche périphérie la cour. Ces maisons en série s élèvent sur un rez-de-chaussée à arcades de Bordeaux. Elles ne présentent qu un niveau de rez-de-chaussée surmonté de deux ou trois étages et parfois d un comble mansardé ou parfois sur cave. A l arrière, sur le jardin, on observe parfois deux ou d un attique. Les niveaux sont marqués de bandeaux et les travées trois niveaux. L échoppe simple présente un couloir latéral, l échoppe séparées de chaînes de refends. Les baies en plein-cintre sont double un couloir central. Les murs de face sont en pierre de taille fréquentes en rez-de-chaussée ; leurs grilles d imposte sont appareillée. Toute la gamme décorative s exprime en fonction particulièrement soignées. Les baies d étage en arc segmentaire sont des moyens des propriétaires dans les entablements, les clés, entourées de chambranles saillants et décorées de garde-corps en les menuiseries. Certaines échoppes sont associées à des travées ferronnerie. cochères ou à des boutiques

21 La diversité des architectures La diversité des architectures 40 Immeuble de rapport (XIX e -XX e ) Les immeubles de rapport sont fréquents dans le centre et les faubourgs de Bordeaux. Implantés à l alignement et en mitoyenneté ils présentent Maison de ville ordinaire (XIX e XX e ) deux à cinq étages de logements avec souvent des commerces en rezde-chaussée. Un grand nombre de travées s observe en façade. Ces maisons sont produites en grande quantité dans toute la proche périphérie de Bordeaux. La maison de ville est une maison individuelle, Les portes d entrée, latérale ou centrale, ouvrent sur un couloir et un mais parfois aussi locative, d un étage sur rue, implantée à l alignement grand escalier qui distribue les étages. et en mitoyenneté. Elle dispose souvent d un jardin à l arrière. Les murs de face sont en pierre de taille massive forte, souvent de Le mur de face en pierre de taille appareillée est composé généralement double épaisseur. La composition des façades est ordonnancée, de trois travées. La porte, latérale ou centrale, donne sur un couloir qui la hiérarchie des niveaux est marquée par des bandeaux, cordons, distribue les pièces de séjour en rez-de-chaussée et les pièces de nuit à balcons filants ou balconnets, corniches et entablements décorés ou l étage. Ce dernier est souvent marqué par un balcon ou un balconnet. nus selon les modes. Les immeubles de la deuxième moitié du XIX e Les répertoires stylistiques sont des plus variés. présentent une abondance de décor qui contraste avec ceux plus anciens. 41

22 La diversité des architectures La diversité des architectures Hôtel particulier (XIX e -XX e ) Les hôtels particuliers bourgeois sont différents de ceux de l Ancien Régime. Ils se caractérisent surtout par la sophistication de leur architecture et de leur décor. Implantés isolément au milieu de vastes parcs ou bien alignés sur la rue comme les autres maisons, leurs murs de façade sont très travaillés : appareillés en pleines pierres dures, l étage noble présente une mouluration et un décor raffinés. Les saillies des balcons, consoles, balustrades, encadrements de fenêtres, sont recherchées. Les étages en surcroît, combles en ardoise ou attiques en pierre donnent caractère luxueux et bourgeois à ces constructions. Les appareillages mixtes avec des bossages rustiques, des briques et des carreaux de faïence sont très fréquents dans ce type d immeuble

23 La diversité des architectures La diversité des architectures Maison de ville art déco (XX e ) Dernières maisons de ville en pierre ( ) Dans l entre-deux-guerres les maisons de ville bordelaises s adaptent Les dernières maisons de ville en pierre sont réalisées à Bordeaux à la mode. Elles demeurent à l alignement de la rue et conservent des années 1940 à Elles restent implantées à l alignement et en un étage et un jardin à l arrière. Les murs de face sont en pierre dure mitoyenneté sur des parcelles étroites. Elles disposent toujours appareillée, plus blanche, ou plus grise que les pierres locales. d un jardin à l arrière. La façade ne présente plus de symétrie. Le rez-de-chaussée s ouvre d une porte de garage. La composition Les baies sont désormais horizontales ou réunies en bandeau. des travées n est plus symétrique. Les baies en anse de panier Les portes de garage sont intégrées au rez-de-chaussée. Les saillies s élargissent, les pans coupés sont nombreux. La modénature et sont limitées, les balcons disparaissent. Le décor est exclu. le décor sont caractérisés par une grande austérité de lignes et Seule la modénature très sobre (bandeau, encadrements de baie, de composition. Les motifs géométriques sont nombreux, les décors corniches) apporte du relief à la façade. Le béton entre en force dans gravés en méplat aussi qui stylisent les formes végétales. la construction ainsi que les pierres ou marbres de parement dans les rez-de-chaussée et les marches de seuil

INCITATION A LA RESTAURATION DES FAÇADES CAHIER DES CHARGES

INCITATION A LA RESTAURATION DES FAÇADES CAHIER DES CHARGES INCITATION A LA RESTAURATION DES FAÇADES CAHIER DES CHARGES De façon non exhaustive, chaque dossier étant examiné de manière spécifique, les principaux critères de mise en œuvre sont ainsi définis : NETTOYAGE

Plus en détail

COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER

COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER Les façades Le fond de façade appartient à une famille colorée dominante : les neutres et quelques ocrés (ocre jaune et ocre orangé). Les teintes seront choisies

Plus en détail

Façades en pierres apparentes

Façades en pierres apparentes FICHE TECHNIQUE Façades en pierres apparentes 2 4 CONNAÎTRE > Fonctions et dimensions des murs de pierres > Les pierres > Les mortiers > Typologie des murs REGARDER > Diagnostic des façades > Salissures

Plus en détail

VOCABULAIRE D UNE FAÇADE LUCARNE CORNICHE CROUPE GARDE CORPS BANDEAU ALLÈGE ENCADREMENT DE BAIE SOUBASSEMENT CHASSIS DE TOIT ŒIL DE BŒUF LINTEAU

VOCABULAIRE D UNE FAÇADE LUCARNE CORNICHE CROUPE GARDE CORPS BANDEAU ALLÈGE ENCADREMENT DE BAIE SOUBASSEMENT CHASSIS DE TOIT ŒIL DE BŒUF LINTEAU 2 VOCABULAIRE D UNE FAÇADE LUCARNE CORNICHE CROUPE GARDE CORPS ENCADREMENT DE BAIE ALLÈGE SOUBASSEMENT BANDEAU MODÉNATURE ENSEMBLE DE DÉCORS ET MOULURES CHASSIS DE TOIT ŒIL DE BŒUF LINTEAU QUEUE DE VACHE

Plus en détail

Yves Baret Traiter l humidité

Yves Baret Traiter l humidité Yves Baret Traiter l humidité 2 e édition, 2011 Groupe Eyrolles, 2007-2011 ISBN 13 : 978-2-212-13223-6 III Sources de l humidité / Sources externes constantes ou naturelles Sources externes constantes

Plus en détail

2 nd Réunion publique. Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels

2 nd Réunion publique. Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels 2 nd Réunion publique Vieux bourg de Lormont : comment le mettre en valeur? 9 février 2015 salle Castelldefels Le cadre réglementaire La loi Grenelle II du 12 juillet 2010 impose la transformation des

Plus en détail

oau pied MUR Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste

oau pied MUR Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste oau pied du MUR La maison ancienne Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste Groupe Eyrolles, 2003-2006 Groupe Eyrolles, 2012, pour la nouvelle

Plus en détail

Pathologies & Désordres de l enduit

Pathologies & Désordres de l enduit 3- Pathologies & Désordres de l enduit 3.1 Reconnaître un désordre ou une pathologie p.51 3.2 Règles de base afin de limiter les désordres p.52 3.3 Différents désordres ou pathologies p.53 50 3- Pathologies

Plus en détail

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R+1

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R+1 Parcelle : AZ 275 9 rue Collet Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R+1 Epoque supposée : Fin 19 ème -début 20 ème siècle Surface bâtie (approx.) : 78 m² Meulière jointoyée Maison

Plus en détail

Ecologie de l habitat ancien

Ecologie de l habitat ancien Ecologie de l habitat ancien Brest le 24 mars 2005 Les problématiques de la réhabilitation durable : points clef de la conservation et de l amélioration du bâti, faisabilité technique et économique Intervenant

Plus en détail

Enduits modernes FICHE TECHNIQUE

Enduits modernes FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Enduits modernes 2 3 5 CONNAÎTRE > Evolution des produits > Les enduits monocouches > Revêtement plastique épais (RPE) > Enduits de parement hydrauliques > Aspects de finition REGARDER

Plus en détail

Quelles couleurs pour ma façade?

Quelles couleurs pour ma façade? Quelles couleurs pour ma façade? Une charte de ravalement est l occasion de réaffirmer la volonté de rendre toute leur personnalité à chaque bâtiment. L objectif de cette charte de ravalement est de veiller

Plus en détail

D5 Couverture de tuiles plates mécaniques

D5 Couverture de tuiles plates mécaniques Arts de bâtir: Pays : D5 Couverture de tuiles plates mécaniques Espace Méditerranéen PRÉSENTATION Emprise Géographique Définition Couverture de tuiles plates mécaniques - Toiture à pente courante de 25%

Plus en détail

Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014. Synthèse des interventions

Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014. Synthèse des interventions Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014 Synthèse des interventions 1 Objectifs du chantier Le contexte Par le biais de l entreprise Formaterre contactée

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

Ville de Rosny-sous-Bois ATELIER 2 : PATRIMOINE

Ville de Rosny-sous-Bois ATELIER 2 : PATRIMOINE 16 juin Ville de Rosny-sous-Bois ATELIER 2 : PATRIMOINE GLOSSAIRE Acrotère Dans l architecture classique, un acrotère est un ornement sculpté disposé au sommet d un fronton ou sur un pignon. Dans l architecture

Plus en détail

CAHIER DE PRECONISATIONS

CAHIER DE PRECONISATIONS CAHIER DE PRECONISATIONS Le caractère du centre ancien de Caudiès-de- Fenouillèdes ainsi que celui des extensions du 19 ème siècle sont à préserver au titre d un patrimoine commun à transmettre aux générations

Plus en détail

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013 Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre Ancien prieuré Aménagement de la maison néogothique Projet 08/11/2013 // Pièces écrites / Sommaire /02 Le projet / Description architecturale

Plus en détail

Maçonneries. Guide pratique du patrimoine bâti du Vexin français. Les différents types de roches. La localisation

Maçonneries. Guide pratique du patrimoine bâti du Vexin français. Les différents types de roches. La localisation Maçonneries Guide pratique du patrimoine bâti du Vexin français Territoire de calcaire, c est tout naturellement que le choix des matériaux pour ériger les constructions dans le Vexin français s est porté

Plus en détail

Murs et enduits PA TRI MOI NE. de communes. Saint-Flour/Margeride. du Pays de. Communauté

Murs et enduits PA TRI MOI NE. de communes. Saint-Flour/Margeride. du Pays de. Communauté Communauté de communes du Pays de Saint-Flour/Margeride Murs et enduits L enduit assure la cohésion des maçonneries et garantit leur protection contre les intempéries. Témoins de savoir-faire locaux, certains

Plus en détail

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT

LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT M. GHARBI SOCOL SA GR GROUPE LA MIGRATION DES SELS DANS UN SUPPORT MINERAL OU EFFLORESCENCES 1/Définition L humidité présente dans les éléments de construction, qu elle provienne d une condensation, d

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

Les ravalements au chemin de fer par grattage, ponçage ou bouchardage sont interdits.

Les ravalements au chemin de fer par grattage, ponçage ou bouchardage sont interdits. 5/ CAHIER DES CHARGES DE RESTAURATION DE FACADES Travaux potentiellement subventionnables 1 Chien assis et lucarne 2 Chéneau, gouttière, descente d'eau et dauphin 3 Corniche 4 Garde-corps 5 Volet 6 Porte

Plus en détail

REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION

REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION FICHE CONSEIL N 2 REMISE EN ÉTAT DES OUVRAGES EN PLÂTRE APRÈS INONDATION (Plaques, carreaux, enduits) Ces préconisations communes des Industriels du plâtre ont pour but d aider l expert mandaté dans son

Plus en détail

Préparer un ravalement de façade MODE D'EMPLOI

Préparer un ravalement de façade MODE D'EMPLOI Préparer un ravalement de façade MODE D'EMPLOI zinguerie menuiserie pierre de taille ferronnerie élément de décor soubassement Angers est reconnue bien au-delà de ses frontières pour la qualité de son

Plus en détail

Toitures, Façades : Toutes les solutions pour rendre soit même sa maison plus belle. Vincent Christophoul Directeur de la société Kristol

Toitures, Façades : Toutes les solutions pour rendre soit même sa maison plus belle. Vincent Christophoul Directeur de la société Kristol Toitures, Façades : Toutes les solutions pour rendre soit même sa maison plus belle Vincent Christophoul Directeur de la société Kristol Toitures, Façades : Quelle solution? Toitures, Façades ades : Toutes

Plus en détail

MARCHE DE MAITRISE D OEUVRE ------------ PROGRAMME

MARCHE DE MAITRISE D OEUVRE ------------ PROGRAMME MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DU DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL --- AMBASSADE DE FRANCE AU ROYAUME UNI DE GRANDE BRETAGNE ET D IRLANDE DU NORD --- Antenne immobilière de Londres --- MARCHE DE MAITRISE

Plus en détail

Fiche Conseil 1 : Style VILLEGIATURE : Réhabilitation du bâti ancien, construction

Fiche Conseil 1 : Style VILLEGIATURE : Réhabilitation du bâti ancien, construction Fiche Conseil 1 : Style VILLEGIATURE : Réhabilitation du bâti ancien, construction GENERALITES Maisons de villégiature Maisons de bourg Le centre village s est construit par étapes successives autour de

Plus en détail

LA MAISON RURALE, Adaptée au relief, l habitation est. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs

LA MAISON RURALE, Adaptée au relief, l habitation est. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs Regards sur l habitat 5 Regards sur l habitat LA MAISON RURALE, Situées dans les villages, les hameaux, et à la périphérie des bourgs, les maisons rurales de la Haute Vallée de Chevreuse s affilient par

Plus en détail

Modifier, créer des ouvertures

Modifier, créer des ouvertures Pierre Thiébaut Modifier, créer des ouvertures Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 2-212-11983-6 ISBN : 978-2-212-11983-6 IV Modifier une ouverture / Fonctionnalité des ouvertures Types d intervention Agrandir

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION CMJN : 0/90//100/0 FIXATION PAR COLLAGE PU

GUIDE D INSTALLATION CMJN : 0/90//100/0 FIXATION PAR COLLAGE PU TM GUIDE D INSTALLATION CMJN : 0/90//100/0 FIXATION PAR COLLAGE PU CMJN : 0/0/0/60 www.thermart.eu 1 SOMMAIRE INSTALLATION PAR COLLAGE 3 RECOMMANDATION GÉNÉRALE 4 PRÉPARATION DU SUPPORT 4 DÉTERMINER LA

Plus en détail

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R + 2+ combles

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R + 2+ combles Parcelle : AR 11 5 boulevard Bara Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R + 2+ combles Epoque supposée : Fin 19 ème -début 20 ème siècle Surface bâtie (approx.) : m² Meulière, rocaille,

Plus en détail

Façades en pan de bois ou à ossature métallique

Façades en pan de bois ou à ossature métallique FICHE TECHNIQUE Façades en pan de bois ou à ossature métallique 2 4 5 CONNAÎTRE > L ossature > Le remplissage des murs de façades > Le remplissage des murs et cloisons intérieurs REGARDER > Reconnaître

Plus en détail

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION ARCHITECTURAL ET URBAIN ZPPAUP Montpellier Gambetta Clemenceau Figuerolles Rapport de présentation Juillet 2006 Page 73 Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager SECTEUR GAMBETTA

Plus en détail

PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LES CHAIS

PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LES CHAIS PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LES CHAIS A - PROBLÉMATIQUE : Les chais, liés à l activité viticole, sont très nombreux dans le Pays Ouest, intégrés dans le tissu urbain des villes et villages, ou

Plus en détail

Pathologies des FONDATIONS

Pathologies des FONDATIONS Pathologies des FONDATIONS Module #2: Résistance structurale Excavation par Michel F. Coallier (2006) 1 Exigences de résistance r structurale: : (CNB 95-9.4) La partie 9 du CNB ne spécifie pas des exigences

Plus en détail

L architecture du XVI ème siècle à Pau et ses couleurs

L architecture du XVI ème siècle à Pau et ses couleurs L architecture du XVI ème siècle à Pau et ses couleurs Opération de mise en valeur des façades 1 L architecture du XVI ème siècle à Pau et ses couleurs Sommaire Les immeubles ci-après présentés, sont donnés

Plus en détail

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES

OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES FICHE CONSEIL N 8 OUVRAGES EN PLAQUES DE PLATRE ORIGINES ET TRAITEMENT DES FISSURES (Plaques, carreaux, enduits) Cette fiche a pour objet d informer les intervenants sur des méthodes simples visant à déterminer

Plus en détail

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois Chapitre 27 Dispositions relatives au noyau villageois Table des matières 27 DISPOSITIONS RELATIVES AU NOYAU VILLAGEOIS...27-3 27.1 CHAMPS D APPLICATION...27-3 27.2 USAGES ET ÉQUIPEMENTS PERMIS DANS LA

Plus en détail

Travaux de rénovation. Pour vous aider à faire les meilleurs. choix. Guide de référence sur les portes et fenêtres. Échelle: 1:45

Travaux de rénovation. Pour vous aider à faire les meilleurs. choix. Guide de référence sur les portes et fenêtres. Échelle: 1:45 Travaux de rénovation Pour vous aider à faire les meilleurs choix Guide de référence sur les portes et fenêtres Guide de référence sur les portes et fenêtres Guide de référence sur les portes et fenêtres

Plus en détail

LES DIFFERENTES TYPOLOGIES DE BATI

LES DIFFERENTES TYPOLOGIES DE BATI LES DIFFERENTES TYPOLOGIES DE BATI Les constructions des maisons repérées comme éléments de patrimoine de ces quartiers s étalent, on l a vu, de la fin du XIXème siècle à la période d entre-deuxguerres.

Plus en détail

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle Les enduits Unité de Formation Professionnelle Les différents enduits Les finitions en isolations extérieure Migration de vapeur d eau Gestions des désordres Une protection contre les intempéries 1 Certains

Plus en détail

maçonnerie à enduire Points singuliers Homogénéité du support de l enduit Chainages - linteaux Coffres de volets roulants

maçonnerie à enduire Points singuliers Homogénéité du support de l enduit Chainages - linteaux Coffres de volets roulants maçonnerie à enduire Homogénéité du support de l enduit Il est toujours préférable de réaliser des supports d enduit homogènes, en utilisant des planelles devant les nez de plancher et les chaînages, ou

Plus en détail

Restauration des murs et enduit

Restauration des murs et enduit Restauration des murs et enduit Après la consolidation des murs, on décape l enduit pour restaurer les zones affectées. Après avoir terminé cette phase, on lave le mur pour que l enduit se colle bien sur

Plus en détail

Économise de l énergie

Économise de l énergie Arrête l infiltration d eau de pluie Économise de l énergie Améliore la résistance aux inondations Crème de protection pour façades Crème de protection pour façades Stormdry Lorsque la façade est humide,

Plus en détail

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES TYPOLOGIE,PROPORTION ET RYTHMES ELEMENTS REMARQUABLES DU BATI 1 Pignon Mur extérieur dont les contours épousent la forme des pentes d un comble. Dans les immeubles, même à toit plat, on a pris l habitude

Plus en détail

PETIT PATRIMOINE. Exemples de petits patrimoines à préserver et valoriser

PETIT PATRIMOINE. Exemples de petits patrimoines à préserver et valoriser PETIT PATRIMOINE 1- PROBLÉMATIQUE Loges, murets, oratoires ont une valeur culturelle et historique. Ils ponctuent le paysage et constituent des repères visuels. Construit le plus souvent avec les matériaux

Plus en détail

Michel SALMON Architecte D.P.L.G. 17, rue Charles Lecocq 75015 PARIS Tél : 01 48 28 80 90 Mob : 06 08 76 85 41 e : architectesalmon@gmail.

Michel SALMON Architecte D.P.L.G. 17, rue Charles Lecocq 75015 PARIS Tél : 01 48 28 80 90 Mob : 06 08 76 85 41 e : architectesalmon@gmail. M. S Paris, le 28 avril 2014. Objet : Michel SALMON Architecte D.P.L.G. 17, rue Charles Lecocq 75015 PARIS Tél : 01 48 28 80 90 Mob : 06 08 76 85 41 e : architectesalmon@gmail.com Cabinet CB2I A l attention

Plus en détail

SYSTÈME DEPROT (définition)

SYSTÈME DEPROT (définition) SYSTÈME DEPROT (définition) DEPROT est un système de revêtement et d isolation de murs qui utilise des panneaux TERMOPIEDRA, des fixations spéciales et des connecteurs de panneaux spécifiques, créant une

Plus en détail

C3 Plancher en bois avec support de sol coulé

C3 Plancher en bois avec support de sol coulé Arts de bâtir: Pays: C3 Plancher en bois avec support de sol coulé France PRÉSENTATION Emprise Géographique Définition Plancher bois avec support de sol coulé - Structure porteuse en poutres et/ou solives

Plus en détail

D8 Couverture métallique

D8 Couverture métallique Arts de bâtir: Pays : D8 Couverture métallique Espace Méditerranéen PRÉSENTATION Emprise Géographique Définition Couverture métallique - Toiture à pente de 20% à 80%, couverte de plaques de tôle de zinc

Plus en détail

oau pied MUR Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste

oau pied MUR Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste oau pied du MUR La maison ancienne Construction, diagnostic, interventions Jean Coignet architecte urbaniste Laurent Coignet urbaniste Groupe Eyrolles, 2003-2006 Groupe Eyrolles, 2012, pour la nouvelle

Plus en détail

La pierre Cette pierre extraite de la carrière n'est qu'un caillou. L'homme, avec ses outils, va la façonner, la modeler, lui donner vie.

La pierre Cette pierre extraite de la carrière n'est qu'un caillou. L'homme, avec ses outils, va la façonner, la modeler, lui donner vie. La pierre Cette pierre extraite de la carrière n'est qu'un caillou. L'homme, avec ses outils, va la façonner, la modeler, lui donner vie. Carrière souterraine de Thénac exploitée depuis l'antiquité - cr1974

Plus en détail

Ornementation extérieure

Ornementation extérieure FICHE TECHNIQUE Ornementation extérieure 2 5 CONNAÎTRE ET REGARDER > Ornements en toiture > Sculptures et décors en pierres > Ornements en stuc > Fresques et décors peints > Vitraux > Balcons > Ferronneries

Plus en détail

Les matériaux absorbants

Les matériaux absorbants L absorption acoustique est le pouvoir qu ont certains matériaux de laisser pénétrer une partie de l énergie sonore qui vient frapper leur surface. Un matériau absorbant posé sur une cloison va diminuer

Plus en détail

LES TROUBLES HABITUELS

LES TROUBLES HABITUELS LES TROUBLES HABITUELS Le diagnostic et les solutions d intervention Problèmes majeurs Troubles Opérations habituelles 1. Fondation - drainage -- affaissement, déformation -- joints -- fissures -- pourriture

Plus en détail

MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935

MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935 MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935 L objectif est de préserver l intégrité des caractéristiques architecturales de la typologie maison cité-jardin qui se trouve dans les secteurs de la phase 1. La

Plus en détail

Textoflex. Revêtement de façade de classe D3, I1

Textoflex. Revêtement de façade de classe D3, I1 Textoflex Revêtement de façade de classe D3, I1 TEXTOFLEX La Polyvalence simple et efficace Textoflex est un Revêtement SemiEpais qui répond à la fois aux exigences des revêtements de Décoration de classe

Plus en détail

LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS

LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS L «Unicum» se justifie globalement par : - son intérêt architectural (volumes, matériaux, accessoires ) - son état de conservation (il va de soit qu un édifice

Plus en détail

OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN. Pourquoi ravaler une façade?

OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN. Pourquoi ravaler une façade? OPAH VINCENNES CENTRE-ANCIEN Entretenir le bâtiment 15 Le ravalement au même titre que l entretien de la toiture est indispensable à la santé du bâtiment. Il s impose d autant plus que les dommages que

Plus en détail

Façades en béton apparent

Façades en béton apparent FICHE TECHNIQUE Façades en béton apparent 2 3 4 5 CONNAÎTRE > Le matériau > Mise en œuvre REGARDER > Fissures > Éclatement du béton > Corrosion des armatures ENTRETENIR > Réparation du béton > Nettoyage

Plus en détail

GUIDE DE PRÉPARATION DE SURFACE

GUIDE DE PRÉPARATION DE SURFACE Aggloméré de bois, panneaux de copeaux agglomérés et panneaux d appui OSB Masonite Plancher de bois dur et parquet-mosaïque Contreplaqué Luan Feuilles de revêtement de sol en vinyle à endos spongieux ou

Plus en détail

ISOTHENTIC, enduit de maçonnerie pour façade visant la rénovation énergétique du vieux Bâti Parisien Patrimonial Conforme au DTU 26.

ISOTHENTIC, enduit de maçonnerie pour façade visant la rénovation énergétique du vieux Bâti Parisien Patrimonial Conforme au DTU 26. ISOTHENTIC, enduit de maçonnerie pour façade visant la rénovation énergétique du vieux Bâti Parisien Patrimonial Conforme au DTU 26.1 ISOTHENTIC Assurance décennale SMABTP Partenaires: SMABTP Cabinet POUGET

Plus en détail

Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs

Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs Chapitre3 Les concepts et atouts des revêtements et structures réservoirs 1 - Les concepts 2 - Les atouts des chaussées à structures réservoirs en béton 37 Chapitre 3 Les concepts et atouts des revêtements

Plus en détail

Département de la Manche. Communauté de communes de Saint-James Plan Local d Urbanisme Intercommunal. Elaboration. Pièce n 1 : Rapport de présentation

Département de la Manche. Communauté de communes de Saint-James Plan Local d Urbanisme Intercommunal. Elaboration. Pièce n 1 : Rapport de présentation Département de la Manche Communauté de communes de Saint-James Plan Local d Urbanisme Intercommunal Elaboration Pièce n 1 : Rapport de présentation Pièce n 1c: Cahier de recommandations architecturales,

Plus en détail

Composition du mur de Façade Mise en œuvre. 1. Avant les années 40 :

Composition du mur de Façade Mise en œuvre. 1. Avant les années 40 : Composition du mur de Façade Mise en œuvre 1. Avant les années 40 : Les murs de façade étaient constitués d éléments maçonnés en contact direct les uns avec les autre et recevaient un enduit extérieur

Plus en détail

MUR DE FACADE EN BOIS. Module 2 Technologies courantes de construction bois

MUR DE FACADE EN BOIS. Module 2 Technologies courantes de construction bois MUR DE FACADE EN BOIS Module 2 Technologies courantes de construction bois Module 2 Technologies courantes de construction bois Murs à ossature légère Principes Matériaux Pré-dimensionnement Lisses

Plus en détail

Façades. Cette fiche est à compléter avec l entreprise qui sera chargé de réaliser les travaux.

Façades. Cette fiche est à compléter avec l entreprise qui sera chargé de réaliser les travaux. Façades Enjeux : L isolation des murs est un moyen important de diminuer les consommations d énergie. Afin de garder l inertie des parois lourdes anciennes, il est plus pertinent d isoler les murs par

Plus en détail

3 / Interventions à réaliser, à éviter

3 / Interventions à réaliser, à éviter 3 / Interventions à réaliser, à éviter dans le bâti ancien, hauts et bas Ils ont un rôle très semblable à celui des murs verticaux dans la gestion thermique et hydrique de la maison. Ensemble, ils déterminent

Plus en détail

Isolation en façade. Fiche technique. Connaître Les techniques d isolation extérieure Les différents systèmes

Isolation en façade. Fiche technique. Connaître Les techniques d isolation extérieure Les différents systèmes Fiche technique Isolation en façade 2 5 7 9 10 Connaître Les techniques d isolation extérieure Les différents systèmes Regarder L emploi de l isolation extérieure La pose de l isolation extérieure Le traitement

Plus en détail

Généralités : Ravalement / Niveaux d'intervention ARCHITECTURE & TYPOLOGIE MURS BAIES BASE. MATERIAUX Familles de PRODUITS ENDUITS PEINTURES DÉCORS

Généralités : Ravalement / Niveaux d'intervention ARCHITECTURE & TYPOLOGIE MURS BAIES BASE. MATERIAUX Familles de PRODUITS ENDUITS PEINTURES DÉCORS Généralités : Ravalement / Niveaux d'intervention Dénarurations ARCHITECTURE & TYPOLOGIE TOITURES MURS BAIES BASE BATI ANCIEN A T C TECHNIQUES & matériaux MATERIAUX Familles de PRODUITS DIAGNOSTICS et

Plus en détail

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS Les terrassements Le terrassement : désigne l ensemble des opérations de mise en forme d un terrain liées à l édification d une construction (nivellement du sol, fouille pour l exécution des fondations,

Plus en détail

1.2 Paroi en briques d argile.

1.2 Paroi en briques d argile. 1.2 Paroi en briques d argile. Composant du mur Epaisseurs Références CLAYTEC! Maçonneries E = 11,5 à 49 cm 07.002, autres " Paroi extérieure E = 10 cm --- Des parois en briques d argile sont construites

Plus en détail

La construction parasismique : règles pratiques

La construction parasismique : règles pratiques La construction parasismique : 1/6 Les fiches «enseignant» et «élève» citées ci-dessous permettent d illustrer cette fiche «documentation» à travers des expériences ou des études de documents (vidéo ou

Plus en détail

Direction des Services Techniques et de l Aménagement

Direction des Services Techniques et de l Aménagement Direction des Services Techniques et de l Aménagement AIDE A LA RENOVATION DES FACADES CAHIER DES CHARGES Version avril 2015 Documents à rendre pour l instruction du dossier : Une déclaration préalable

Plus en détail

Béton ciré sols & murs

Béton ciré sols & murs Béton ciré sols & murs FICHE PRATIQUE BÉTON CIRÉ SOLS & MURS 1 Les nouveautés apportées par Cirex System Face à la demande croissante et à l engouement des médias pour le béton ciré, Cirex System a décidé

Plus en détail

La maçonnerie. Robert Longechal. Je construis Je rénove Je pose J enduis. Nouvelle édition. La maison du sol au plafond.

La maçonnerie. Robert Longechal. Je construis Je rénove Je pose J enduis. Nouvelle édition. La maison du sol au plafond. + de 800 photos pour vous guider pas à pas Robert Longechal La maçonnerie La maison du sol au plafond Nouvelle édition Je construis Je rénove Je pose J enduis Maquette intérieure et couverture : Maud Warg

Plus en détail

La fibre de la créativité

La fibre de la créativité La fibre de la créativité 1. 3. CRÉATIVITÉ DURABILITÉ 2. 1. 2. 3. PROFIL COLONIAL COLORIS GRIS AGATHE Programme Maisons-esprit-loft Groupe MCP Promotion (69) 4. Plus de 300 coloris différents, une durabilité

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 01 13 Le maçon à son poste de travail Partie 5 : Stabilisation des murs maçonnés en phase de construction La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les

Plus en détail

FAÇADE EN PIERRE NATURELLE

FAÇADE EN PIERRE NATURELLE FAÇADE EN PIERRE NATURELLE L architecture de ce type de façade fait partie du patrimoine historique de Paris. La nature et l origine des pierres employées doivent être préservées de manière à conserver

Plus en détail

SOMMAIRE. LES MURS EXTERIEURS page 2. LES BOISERIES EXTERIEURES page 5. LES LASURES ET VERNIS page 6. LES FERRURES ET FERRONNERIES page 8

SOMMAIRE. LES MURS EXTERIEURS page 2. LES BOISERIES EXTERIEURES page 5. LES LASURES ET VERNIS page 6. LES FERRURES ET FERRONNERIES page 8 SOMMAIRE LES MURS EXTERIEURS page 2 LES BOISERIES EXTERIEURES page 5 LES LASURES ET VERNIS page 6 LES FERRURES ET FERRONNERIES page 8 LES TOITURES page 8 LES INTERIEURS page 9 CONSEILS PRATIQUES page 11

Plus en détail

Synthèse Groupe analytique de la typologie Formes de la typologie Inventaire des typologies du pays

Synthèse Groupe analytique de la typologie Formes de la typologie Inventaire des typologies du pays Typologie : Pays : Maison libanaise Syrie CONTENU DE LA FICHE Synthèse Groupe analytique de la typologie Formes de la typologie Inventaire des typologies du pays État actuel de vitalité et conservation

Plus en détail

Guide technique. Le radon dans les bâtiments

Guide technique. Le radon dans les bâtiments Guide technique Le radon dans les bâtiments Guide pour la remédiation dans les constructions existantes et la prévention dans les constructions neuves Diagnostic technique Techniques de remédiation et

Plus en détail

Isolation en façade FICHE TECHNIQUE

Isolation en façade FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Isolation en façade 2 4 6 7 CONNAÎTRE > Les techniques d isolation > Les différents systèmes REGARDER > L emploi de l isolation > La pose de l isolation > Le traitement des points singuliers

Plus en détail

Réparer les bétons GUIDE DE CHOIX

Réparer les bétons GUIDE DE CHOIX 12a13Brgo08.qxp:maquette_solutions.qxd 26/02/08 14:15 Page 12 Réparer les s épaisseurs types de réparation réparations d éclats réparations de panneaux ou sur grandes longueurs réparations généralisées

Plus en détail

CUBE DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX. Bordeaux, le 13 fevrier 2012

CUBE DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX. Bordeaux, le 13 fevrier 2012 Bordeaux, le 13 fevrier 2012 DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX INDEX DATE MODIFICATIONS Resposable 0 10/11/2010 1 er document Oscar BAUZA A 13/02/2012

Plus en détail

Conseils pour travaux avant et après la pose de la véranda (Gamme Alu) En complément du plan fourni

Conseils pour travaux avant et après la pose de la véranda (Gamme Alu) En complément du plan fourni Conseils pour travaux avant et après la pose de la véranda (Gamme Alu) En complément du plan fourni A suivre pour assurer une pose esthétique et de qualité Ce document définit les interfaces nécessaires

Plus en détail

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Myriam Bouichou - Elisabeth Marie-Victoire Les ciments naturels dans le patrimoine européen: histoire,

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : L humidité dans les bâtiments Rédaction : Tomasini François / Etudiant ETC 3 ème année Date : Décembre 2010 Présentation Un problème abordé

Plus en détail

SCHÉMA COMPARATIF DE RÉSISTANCES

SCHÉMA COMPARATIF DE RÉSISTANCES TROIS ÉTAPES POUR OBTENIR LA MEILLEURE PROTECTION ET FINITION DE SOLS 1º- DÉFINIR LE BESOIN CONCRET DE CHAQUE SURFACE Ce graphique montre très simplement dans quels cas est le mieux indiqué l emploi d

Plus en détail

Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne

Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne 1 L association des Maisons Paysannes de l Yonne : - délégation dans l Yonne de Maisons Paysannes de France - 200 adhérents - 8.000 adhérents

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE Guide pratique du particulier Envie de vous lancer dans un projet de construction neuve? Envie d aménager vos locaux ou de modifier votre façade? Vous êtes

Plus en détail

3-1 Règlement des zones à urbaniser

3-1 Règlement des zones à urbaniser 3-1 Règlement des zones à urbaniser Plan Local d Urbanisme - Révision - R5 approuvée par le Conseil de la Communauté d Agglomération Grand Poitiers le 1 er avril 2011. Modification M1-R5 approuvée par

Plus en détail

hauteur (mm) droit 550 15 / 25 150 0,58 7 23 coin * 550 15 / 25 150 0,58 7 23

hauteur (mm) droit 550 15 / 25 150 0,58 7 23 coin * 550 15 / 25 150 0,58 7 23 Applications Revêtement pour murs (de jardin) et parois Propriétés Panneaux linéaires originaux en quartzite, grès ou ardoise comme revêtement de façade Disponible en 8 couleurs différentes Pour projets

Plus en détail

DIAGNOSTIC TECHNIQUE SCI LES RODETTES. 1/ Etat général des terrasses :

DIAGNOSTIC TECHNIQUE SCI LES RODETTES. 1/ Etat général des terrasses : DIAGNOSTIC TECHNIQUE SCI LES RODETTES 1/ Etat général des terrasses : L aspect général de la protection gravillons est satisfaisante, l épaisseur est régulière et uniforme.. La protection gravillon s est

Plus en détail

Yves Baret Traiter l humidité

Yves Baret Traiter l humidité Yves Baret Traiter l humidité 2 e édition, 2011 Groupe Eyrolles, 2007-2011 ISBN 13 : 978-2-212-13223-6 II Manifestations et effets de l humidité / Les conséquences de l humidité Le bois en œuvre craint

Plus en détail

Avantages de l isolation par l extérieur

Avantages de l isolation par l extérieur Avantages de l isolation par l extérieur Isolation par l'extérieur : la solution la plus efficace En isolation extérieure, la mise en œuvre de est aisée, ils se maçonnent contre les façades existantes

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

INTRO. Comment appliquer un crépi en façade? DÉBUTANT NIVEAU DE

INTRO. Comment appliquer un crépi en façade? DÉBUTANT NIVEAU DE NIVEAU DE DIFFICULTÉ Comment appliquer un crépi en façade? DÉBUTANT Confirmé EXPERT Une combinaison ou tenue de travail adaptée Une bâche Des gants et lunettes de protection Une bande de protection Un

Plus en détail