Archives Ouvertes : définition et constat français 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Archives Ouvertes : définition et constat français 1"

Transcription

1 23 Schedae, 2008 Prépublication n 3 Fascicule n 1 Archives Ouvertes : définition et constat français 1 Gabriel Gallezot Urfist, Paca-c Université de Nice Sophia Antipolis Résumé : Après avoir replacé les Archives Ouvertes dans le mouvement de l Open Access et plus généralement encore, dans le contexte de la communication scientifique, nous revenons sur leur définition et les enjeux associés, en nous interrogeant sur leur mise en œuvre et sur la nature des documents qu elles proposent. Nous observons, notamment, le développement des Archives Ouvertes à travers le cas français en indiquant les acteurs en présence et les différents types d Archives Ouvertes constituées. Ce constat montre l engagement français et le chemin qu il reste à parcourir. En guise de conclusion, nous évoquons quelques points nodaux concernant l évolution des Archives Ouvertes 2. Libre Accès, Archives Ouvertes et revues en ligne Rappelons que ce texte se focalise sur les Archives Ouvertes qui constituent un pan du mouvement du Libre Accès. L accessibilité des documents au protocole OAI-PMH et plus particulièrement les textes scientifiques, concerne aussi les revues. Cette distinction permet de mieux appréhender «la politique unifiée de fourniture de libre accès» : ALA (Archives Libres d Accès) et RLA (Revues Libres d Accès) 3. Le Budapest Open Access Initiative (BOAI) 4 insiste d ailleurs aussi bien sur la constitution d archives ouvertes que sur la création de revues électroniques. Comment faire la distinction entre un article dans une archive ouverte et un article dans une revue en ligne respectant le protocole OAI-PMH 5? Seules les notions d autoarchivage et de pré-publication (pre-print) permettent de les distinguer. 1. La date de rédaction du texte (2005) explique que certains sites, certains projets, sont aujourd hui abandonnés ou recomposés, etc. ce texte se veut donc une présentation dans le contexte de Ce texte reprend les grands axes développés dans cet article : G. Gallezot, «Les Archives Ouvertes en France», in Les Archives Ouvertes, C. Aubryet J. Janik (dirs), ADBS/CNRS, juin Déclaration d un Engagement Institutionnel, fr. html d ailleurs les sites qui recensent/moissonnent ces entrepôts ne font pas la distinction. Gabriel Gallezot «Archives Ouvertes : définition et constat français» Schedae, 2008, prépublication n 3, (fascicule n 1, p ).

2 24 L auto-archivage (possibilité donnée à un auteur de déposer ses textes dans une base de documents) et la pré-publication (version non évaluée d un texte) restent une spécificité des Archives Ouvertes par rapport aux revues. Si ces notions (auto-archivage et pré-publication) n ont pas besoin des Archives Ouvertes pour exister, le standard OAI-PMH leur donne une plus grande portée. En effet, depuis l avènement du web, un chercheur peut rendre accessibles ses publications sur son site personnel, ou sur le site de son laboratoire. Elles pourront alors être indexées par des moteurs de recherche spécialisés (google scholar, par exemple) ou généralistes. Néanmoins, ces mêmes publications déposées dans une archive ouverte pourront êtres repérées en tant que texte disponible sur le web (si l archive est crawlée par les moteurs) mais aussi grâce à l utilisation spécifique du protocole OAI-PMH qui fournit aux moissonneurs (OAIster par exemple) les métadonnées descriptives qui vont favoriser la signalisation et la localisation du document. Auto-archivage et pré-publication mettent aussi en exergue un questionnement sur l évaluation scientifique. Quand un chercheur dépose une pré-publication dans une archive ouverte, ses pairs accèdent directement au contenu, évaluent la qualité de ses propos selon leurs propres critères, et peuvent commenter le texte (par peer commentary 6, ou directement par mail auprès de l auteur). Libre au chercheur de corriger son texte en fonction de la pertinence des commentaires. Dans le cas d une revue à comité de lecture, le «libre au chercheur» se transforme en «nécessité de corriger». Ce qui change donc c est le comité de lecture, la notion de gatekeepers 7 revêt là tout son sens. Aujourd hui les chercheurs ont le choix entre rendre public une pré-publication (pre-print) au sein d une large communauté sans le contrôle d un comité de lecture ou perpétuer le schéma traditionnel de la publication scientifique où le contrôle des pairs conduit à une évaluation et une validation du contenu scientifique du document. Les Archives Ouvertes ont développé des outils comme Opcit, Citeseer qui offrent un autre mode d évaluation de la recherche (Opcit 8, Citeseer 9 par exemple 10 ) mais tant que ces outils ne seront pas stabilisés, utilisés et repérés par les instances d évaluation, aucun choix ne peut être réellement fait. Un grand nombre de revues concèdent désormais à l auteur le droit d auto-archiver son article. Le facteur d impact (ou pour de nombreuses disciplines en SHS, «les revues qui comptent», possédant une notoriété dans la discipline) reste encore le critère d évaluation majeur de la qualité scientifique des publications d un chercheur. Il semble que le verrou psychologique de l évaluation, qui maintenait certains acteurs de la recherche française sur leur position, ait changé et que cette possibilité de ne pas choisir entre la publication d un 6. S. Harnad, «The invisible hand of peer review», 7. Les gardiens des portes de la discipline, les sages qui veillent sur le développement de la discipline, ce sont les gardiens du paradigme dominant. Jean-Claude Guédon, In Oldenburg s Long Shadow : Librarians, Research Scientists, Publishers, and the Control of Scientific Publishing, Si l évaluation des chercheurs se réalise encore d après le rapport citation/lieu de publication (revue de rang n, facteur d impact). Citeseer et OpCite sont des outils et des projets qui permettent de mesurer le nombre de fois où un article, un auteur ont été cités dans la bibliographie d un texte déposé dans une archive ouverte. Il s agit de rendre compte de l importance des travaux d un auteur, non plus à travers des revues dont l ISI (SCI) a déterminé le facteur d impact, mais à travers des articles déposés dans une archive (CiteSeer) ou sur des plateformes respectant le protocole OAI (projet OpCite). Ainsi la revue n est plus le centre du processus d évaluation, elle n est plus l attracteur des «bons» papiers. Chaque article en ligne renferme potentiellement des travaux de grande importance que d autres chercheurs dans d autres textes citeront. Schedae, 2008, prépublication n 3, (fascicule n 1, p ).

3 25 article dans une revue et son dépôt dans une archive (pre ou post prints), permette désormais une expansion plus sereine de la libre diffusion des textes scientifiques. Pré-publications (Pre-prints), post-publications (Post-prints), publications électroniques (E-prints) et documents numérisés Une pré-publication (pre-print) est un texte finalisé par son ou ses auteur(s), mais non encore publié (évalué, corrigé ) par un éditeur. La pré-publication (pre-print), sous forme papier, circulait généralement entre pairs et peut être maintenant déposée dans les serveurs d archives ouvertes. Une post-publication (post-print) résulte du processus de publication gérée par les éditeurs, selon le schéma suivant : le chercheur envoie sa pré-publication ; elle est évaluée par un comité scientifique, qui souvent demande des corrections à l auteur; celui-ci renvoie le texte définitif (après quelques allers/retours possibles) ; une mise en page est réalisée par l éditeur, souvent avec l aide de l auteur qui respecte une feuille de style. La diffusion est sous la responsabilité de l éditeur. La publication électronique ou e-print est le terme employé pour indiquer la diffusion électronique d un texte, qu il s agisse d une pré-publication (pre-print) ou d une post-publication (post-print). On peut aussi distinguer la numérisation de documents qui ne se préoccupe pas de savoir si un texte a été évalué ou non, mais rend accessibles électroniquement des textes initialement au format papier (articles de revues, extraits d ouvrages, note d auteur, ) et qui peuvent être déposés sur les serveurs d Archives Ouvertes. Le protocole OAI-PMH et les différents logiciels permettant l archivage de documents rendent techniquement perméable la frontière entre pré-publication et post-publication, revue et archives, non qu il s agisse d un mélange des genres, mais aux yeux de l usager qui recherche l information, le statut de ces items n apparaît plus comme un élément primordial ni comme un élément constitutif. Le contrat de lecture est tout autre, plus complexe et plus simple à la fois. Plus simple car c est bien l accès au contenu qui est essentiel, plus complexe en raison du souci de traçabilité (origine et validité de l information du document). Les interfaces de recherche unifiées brouillent le statut du document mais est-ce vraiment essentiel? Comment se détermine la valeur du document? D après son contenu ou son «étiquette»? Les questions restent identiques : qui publie, qui évalue, qui lit? S entendre sur la définition d une Archive Ouverte Une archive. Pour les archivistes, c est la préservation d un document sur le long terme selon une politique institutionnelle. Dans le contexte de la communication électronique scientifique, cela fait plutôt référence à un réservoir d information, de documents. Ce terme est aussi fortement lié au nom du mouvement «Open Archive Initiative» (OAI, oct ) et donc au respect du protocole OAI-PMH. Ouverte. Même si l accès libre et gratuit semble entendu, il convient de ne pas nécessairement l assimiler à la gratuité d accès. En effet, dans le contexte du mouvement OAI, le 11. Schedae, 2008, prépublication n 3, (fascicule n 1, p.23-34).

4 26 terme «Open» concerne en particulier l architecture technique. Il y a sur ce point une forte convergence avec le mouvement «Open sources» 12. Ainsi, nous pourrions définir strictement les Archives Ouvertes comme étant des réservoirs d articles (pré-publication ou post-publication) auto-archivés, en accès libre, sans barrière économique ni juridique 13 et intégrant le protocole d interopérabilité OAI-PMH. Pour bien définir ce qu est l archivage, il ne faut pas se limiter aux termes «articles» et «auto-archivés». En effet, l enjeu annoncé des archives ouvertes : un accès ouvert aux publications scientifiques, un accès simplifié, le partage de connaissances, la recherche croisée (interopérabilité des archives), le développement de services associés, le support de la mémoire scientifique ne restreint pas les documents aux articles et ne réclame pas nécessairement l auto-archivage. En ouvrant ainsi la définition des Archives Ouvertes aux projets de numérisation et aux revues en ligne respectant le protocole OAI-PMH, on revient à la définition du Libre Accès, car l essentiel se trouve dans la «libéralisation» des documents et le fait, pour les métadonnées, d être moissonnables. Typologie des archives Archives institutionnelles, disciplinaires, thématiques et moissonneurs On entend par Archives Institutionnelles, les projets relevant d universités, de grandes écoles, d organismes de recherche, d associations professionnelles. Les archives disciplinaires concernent les réalisations de communautés scientifiques généralement regroupées en domaines de recherche assez larges. Archive thématique est l expression consacrée aux dépôts qui se focalisent sur un sujet ou un type de document singulier. Le Moissonneur s apparente à une méta-archive, une collation de notices au protocole OAI-PMH qui renvoie, pour la consultation du texte intégral, à l archive d origine. Cette typologie se veut indicative, une même interface pouvant mélanger les genres, les types de documents et impliquer différents types d acteurs. Les documents concernés Les articles scientifiques Nous l avons déjà évoqué plus haut, il peut s agir de pre-print, de post-print et plus généralement de publications électroniques (e-print). Et dans le cadre de la définition stricte, il s agit de publications électroniques auto-archivées, déposées par l auteur ou par un tiers à qui l auteur peut avoir délégué le dépôt. Si les archives se sont principalement constituées autour des pre-prints, elles contiennent aujourd hui de plus en plus de post-prints (accord avec les éditeurs, pas de cession de droit signée, corrigenda 14 ). 12. Un logiciel est qualifié de «libre» dans la mesure où l accès à son code-source est libre, ce qui donc n a rien à voir avec son prix, cf. distribution linux ou l exemple de Repec qui mixte Archive Ouverte de preprint, revue en libre accès et revue payantes. 13. Les contrats avec les éditeurs : droit d auteur, copyright ou autorisation postérieurs permettent ou ne permettent pas le dépôt d un texte par l auteur dans une archive ouverte. 14. Voir à ce sujet : RoMEO, SHERPA : sherpa.ac.uk/romeo.php?all=yes et la «stratégie» Harnad/Oppenhein sur le contournement du copyright : et uk/~harnad/tp/resolution. htm#harnad/oppenheim. Schedae, 2008, prépublication n 3, (fascicule n 1, p ).

5 27 Documents numérisés Qu il s agisse de Gallica 15, Numdam 16, ou Persée 17, ces projets ont en commun la numérisation de documents. Ces projets visent à rendre public sous forme électronique des documents existants sous une forme papier, difficilement consultable (accès et fragilité). La «notice OAI» contenant les métadonnées (schématiquement une indexation avec les descripteurs Dublin Core) associée au document numérisé, permet une plus grande visibilité de ces archives de documents numérisés qui pour certains préexistaient avant l apparition du protocole OAI-PMH. Les thèses et HDR 18 Ce type de documents constitue un apport important pour les archives ouvertes. Comme les articles scientifiques, les thèses présentent des résultats récents, mais pas (totalement 19 ) publiés. Ces thèses ou HDR, issues du travail d universitaires et de chercheurs appartenant à un laboratoire ou une université, sont généralement stockées en bibliothèque, microfichées. Leur diffusion reste très faible. Aussi leur publication en ligne au sein d archives ouvertes permet non seulement une plus large diffusion des résultats scientifiques de l auteur, mais valorise aussi les laboratoires et les universités dont elles proviennent. Rapports et études Ce type de documents n est pas actuellement très répandu sur les serveurs d Archives ouvertes, peut-être parce que plus volatile et très marqué par le temps. Cependant nous pouvons considérer qu il relève préférentiellement d archives internes 20. Cours Malgré quelques expériences d Archives Ouvertes destinées à des cours, ce type de document n est pas diffusé sous cette forme. La diffusion est plus confidentielle 21, sous forme de synopsis (PPT) ou contextualisée sur une plate-forme pédagogique. Adjuvants à la recherche À l instar des banques de données génomiques, les archives pourraient être des lieux où des compléments d informations seraient ajoutés au document maître 22. Un schéma en couleur, une grille d entretien, une photo de réaction chimique, une illustration animée, des enquêtes, un carnet de laboratoire, des listings statistiques, bref toutes sortes de résultats qu il est difficile de publier sur papier, car trop volumineux ou trop coûteux à reproduire, sont faciles à mettre en ligne Habilitation à Diriger des Recherches. 19. Selon l usage des communautés scientifiques : une thèse peut être constituée de 3 articles, déjà publiés dans des revues, auxquels on ajoute une introduction, une conclusion et une discussion (STM). Ce peut être aussi l inverse : la thèse est «saucissonnée» en 3 parties pour faire l objet de 3 publications (SHS). Ou encore, notamment pour les HDR, le document fait l objet (après travail éditorial) d une publication d ouvrage. 20. Des Archives Ouvertes dédiées à des centres de recherche, des unités de recherche, des communautés restreintes 21. Sans évoquer la réticence de certains enseignants à produire un support de cours. 22. Voir principe de «double publication» séquence génomique et article scientifique : G. Gallezot, «La recherche in silico», in Les chercheurs et la documentation électronique : nouveaux services, nouveaux usages, G. Chartron (dir.), Édition du cercle de la Librairie (Coll. Bibliothèque), juillet Schedae, 2008, prépublication n 3, (fascicule n 1, p.23-34).

6 28 Ouvrages Les ouvrages ne sont normalement pas concernés par les Archives ouvertes, néanmoins, un projet de numérisation comme Gallica propose des monographies qui seront accessibles sur un serveur OAI. Les nouveaux projets de numérisation de documents reformuleront certainement l orientation concernant ce type de document. Le projet «Ocean» de Google, la «réponse» française autour de Gallica, ou encore le projet d Internet Archive de Brewster Kahle (numérisation de plus d un million de livres provenant d une douzaine de bibliothèques dans 5 pays 23 ), s ils ne respectent pas nécessairement le protocole OAI-PMH, permettront néanmoins l accessibilité aux documents (avec certaines limites selon les projets). Documents de tout format (vidéo, audio ) Nous avons surtout insisté sur le texte et particulièrement sur les articles scientifiques, mais d autres types de documents peuvent être archivés. Des archives ouvertes qui ont trait aux langues proposent des séquences sonores, d autre proposent des séquences vidéo 24 Notices bibliographiques Si l intégration dans les archives de ce dernier type de documents semble évidente puisque le principe du protocole OAI-PMH est d associer une notice descriptive au document archivé la notice seule ne devrait pas être identifiée comme document. Plusieurs situations sont à observer. Un certain nombre d archives ouvertes proposent uniquement la notice bibliographique comme métadonnées : soit parce que le document n est pas encore disponible : pas encore numérisé ou temps de latence demandé par un éditeur pour l auto-archivage ou absence d accord des ayants droit ; soit parce qu il ne le sera jamais. Cette opération permet toutefois, de constituer une base bibliographique autour d un laboratoire, d une thématique, d une communauté, d une institution, d une production nationale 25 Même si ce n est pas l objectif des Archives Ouvertes de stocker des notices bibliographiques, cela permet à des documents peu ou pas référencés dans des banques bibliographiques d être signalés et retrouvés. La réception du mouvement du libre accès en france Émergence des pionniers français S il est difficile de faire un constat mesuré avec aussi peu de recul, nous pouvons témoigner de l évolution de l accueil dans le contexte français, selon la méthode de l observation participante (contribution à l élaboration d Archives Ouvertes 26 ). 23. P. Suber, Le gigantesque projet de bibliothèque de Google, (Trad. M. Delhaye), SPARC Open Access Newsletter, issue 81, January 2, 2005, disponible à: dans la revue de Biblioacid n 2 février, 2005, 24. Les Archives ouvertes peuvent rendre disponible toutes sortes de documents. Seules des limites de stockage et de transmission des données sont peut-être à observer, ainsi que la disponibilité des lecteurs de média nécessaires pour pouvoir lire les documents. 25. Projet de portail SUDOC. : memsic : moissonneur OASIC : Schedae, 2008, prépublication n 3, (fascicule n 1, p ).

7 29 On peut dater la possible réception du mouvement des Archives ouvertes avec le Budapest Open Access Initiative (BOAI, 2002), laissant ainsi le temps aux discours et aux avancées technologiques (le protocole OAI-PMH de la conférence de Santa-Fe 1999 et le lancement du premier logiciel dédié aux archives ouvertes E-prints ) de se répandre dans la communauté scientifique pour faire émerger des réflexions et des projets. Les pionniers acteurs de cette phase ont sollicité ou non leurs institutions de rattachement. L apparition officielle des préoccupations françaises sur ce sujet se manifeste par la conférence Rencontre, débat : publication électronique des résultats de la recherche en mars Cette journée, regroupant à la fois des scientifiques et des professionnels de l information et de l édition, a eu pour but de faire le point sur le sujet et de lancer un débat sur l avenir de la communication scientifique 27. Elle regroupait déjà un grand nombre d acteurs intéressés par les publications scientifiques en libre accès. Avec la diffusion du logiciel E-prints, l université Lyon 2, la Cellule MathDoc et le Centre pour la Communication Scientifique Directe (CCSD) sont les premiers acteurs français qui créent des archives ouvertes (dont deux archives de thèses Cyberthèse et Thèses-En-Ligne). Puis d autres projets voient le jour : l université de Lyon 2 s associe à d autres universités pour étendre Cyberthèse et développer Cyberdoc ; la cellule Mathdoc lance le projet Numdam ; le CSSD élabore : avec l institut Jean Nicod, Article En Ligne ; avec des chercheurs des Science de l Information et de ; en relation avec Paul Ginsparg une plate-forme «d entrée» française (et à terme européenne) pour ArXiv (HAL). le département de physiologie animale de l Inra de Tours réalise Animal Physiology and Livestock Systems Archive. Ces premières expérimentations, accompagnées par le BOAI, trouvent un certain écho dans l Hexagone, d autres archives se développent et le protocole OAI-PMH se propage à des archives d information déjà constituées ou encore à des revues en ligne 28. Le nombre d acteurs français augmente et les projets se multiplient. Constat sur les archives ouvertes en France Le premier constat à réaliser est celui d une dispersion et d une relation entre les acteurs difficile à cerner. Rien ne fédère les acteurs français du Libre Accès, ni site, ni blog, ni groupe constitué, ni institution. Il n existe aucun moyen pour repérer, de manière quasi exhaustive, les acteurs du domaine et leurs projets. Les seuls sites français d information sur la communauté du Libre Accès sont : le site réalisé par Helène Bosc 29 (INRA), celui de l INIST 30 et quelques blogs (Biblioacid, Figoblog, Urfistinfo ) 31. Ces sites informent principalement sur le mouvement du Libre Accès dans 27. INRA/INSERM, Rencontre, débat : publication électronique des résultats de la recherche, 29 mars 2000, Paris, carré des sciences, 28. Par exemple : Revues. org htm Schedae, 2008, prépublication n 3, (fascicule n 1, p.23-34).

8 30 son ensemble et non spécifiquement sur les expériences françaises. Seules des relations directes entre les acteurs et des séminaires comme celui de la Semaine numérique du document (SDN) à la Rochelle en juin permettent de faire le point sur les expériences en cours, les points de vues, etc. Comment appréhender les expériences majeures relatives aux Archives Ouvertes en France? Pour ce faire nous avons recensé au travers de sites «référenceurs» les archives ouvertes déclarées accessibles sur le web. En croisant différentes sources, 33 notamment archives. eprints. org (section France) 34 et OAIster, 35 nous avons recensé 31 sites 36 qui fonctionnent (liens valides) 37. On remarquera l évolution quantitative de la liste dans un premier recensement réalisé en décembre qui dénombrait 19 sources OAI. Toutefois, parmi ces 31 ressources au format OAI, nous retrouvons les distinctions évoquées plus haut entre ALA et RLA, et aussi tous les types de document (des notices bibliographiques, des pré-publications, des post-publications, des thèses, des HDR, des mémoires, des bandes sonores, des actes de colloques, des textes numérisés, des cours, ). Dix archives sont supportées par le CCSD. Le nombre de documents contenus dans chaque source varie de 5 à plus de enregistrements. Un récent constat international 39 indique que 27 % de nos universités possèdent une Archive institutionnelle et que la totalité des Archives sont constituées à 80 % par des articles et 20 % par des thèses. En fait l appendice de cet article montre que le questionnaire est difficilement applicable aux différentes structures institutionnelles des pays interrogés et qu une analyse plus qualitative aurait pu mettre en évidence que 9 «structures d enseignements» (Universités, MSH et Grandes écoles) possèdent une archive ouverte propre. Articles et thèses sont disponibles dans les archives françaises mais aussi des données primaires, des cours, des notices, etc. On pourrait aussi observer les collections automatiques sous HAL par universités, grandes écoles et institutions. En fait, on peut distinguer 3 types de projets : soutenus par une institution, par une communauté scientifique et par un laboratoire. On peut aussi observer les projets qui ont une vocation de service pour différents types d archives (cf. typologie des acteurs et typologie des archives). À cet égard, le CCSD 40, émanation du CNRS récemment associé à l INRIA, tient une place particulière de part le nombre d archives qu il héberge, le nombre de documents scientifiques qu il stocke et les services qu il propose D autres points d entrée sont possibles ARC, ERROL mais fournissent les mêmes listes & country = fr, 24 recensées en septembre Septembre Sont absentes de cette liste les sources OAI qui n ont pas été référencées par les différentes sources. Il en existe certainement, puisque le projet de mon Université n apparaît pas. Cela concerne des archives en cours de création ou nouvellement créées, pas déclarées par leur auteur, des archives internes, de démonstrations 38. G. Gallezot, «Les Archives Ouvertes en France», in Les Archives Ouvertes, C. Aubry et J. Janik (dirs), ADBS/CNRS, juin G. van Westrienen, Clifford A. Lynch, «Academic Institutional Repositories, Deployment Status in 13 Nations as of Mid 2005», D-Lib Magazine, vol. 11, n 9, September 2005, september05/westrienen/09westrienen.html Schedae, 2008, prépublication n 3, (fascicule n 1, p ).

9 31 Typologie des acteurs Les communautés scientifiques (chercheurs) La publication des résultats de la recherche est un point nodal de l activité du chercheur. Ses compétences sont évaluées par les textes qu il publie et plus précisément par la visibilité de ses travaux, par le nombre de citations faites par ses pairs dans leurs propres publications. Ainsi le chercheur en publiant ses travaux dans des archives ouvertes optimise la potentialité d être cité. Chaque communauté scientifique présente des usages singuliers face à l auto-archivage. Ces usages varient selon les disciplines, selon la place des revues par rapport aux livres (distinction à observer entre SHS et STM 41, par exemple), la taille de la communauté, la position des gatekeepers, des types d archives ouvertes proposées (cf. ci-dessus), l éventuel accord des éditeurs du domaine bref, de l histoire constituée de la communauté scientifique et de la prise de position des institutions qui l entourent. Les bibliothèques (bibliothécaires/documentalistes) Le mouvement des Archives Ouvertes doit aussi beaucoup aux bibliothèques, notamment aux bibliothécaires et documentalistes américains qui se sont très tôt élevés contre l impossibilité de fournir à leurs usagers tous les documents qu ils cherchaient. Afin de rationaliser les abonnements aux revues dont le coût ne cesse de croître 42, les bibliothèques ont l obligation d opérer des choix de bouquets de revues en ligne. Ces derniers ne contentent pas toutes les communautés scientifiques présentes sur les campus. En France, les acteurs de la documentation participent ou initient aussi des projets 43. Les institutions (la notion de service public) Comme nous l avons déjà indiqué, si un certain nombre d institutions sont signataires des différentes déclarations relatives au Libre Accès, l engagement et les réalisations sont encore en deçà du potentiel français. Pourtant les institutions financées par l État ne devraient avoir aucun mal à exprimer une position ; la notion de service public, voire de citoyenneté, devrait primer ainsi que le retour au public d un financement public. Néanmoins, la récente prise de position du CNRS en faveur d une nouvelle politique de l IST, les projets lancés dans le domaine des SHS (CENS 44, HAL-SHS 45 ), les services offerts par l INIST et le CCSD, ainsi que les différentes annonces de la CPU sont les signes avant coureurs d une modification du paysage de l édition scientifique française en sciences humaines et sociales et plus généralement d une prise de position sur l Open Access. Les entreprises (éditeurs) La fusion des groupes d édition et l Internet ont mis en exergue un modèle économique qui ne semble pas pouvoir perdurer. En effet, l édition scientifique est passée des sociétés savantes à l oligopole des agrégateurs de contenus. Cette situation, tenable sur support papier, ne l est plus avec les moyens de diffusion offerts par Internet. Les chercheurs souhaitent pouvoir obtenir tous les contenus scientifiques dont ils ont besoin pour leur activité et mais aussi, que leurs articles soient visibles le plus rapidement possible. La diffusion directe 41. Sciences Humaines et Sociales (SHS) et Sciences, Techniques et Médecine (STM). 42. Source ARL : 43. On notera : Couperin qui mutualise les achats de bouquets pour les Universités et les EPST. Persée, un portail de revues en SHS numérisée, Sparte, un projet d archivage de thèse, STAR, une plateforme de recensement de thèses archivées, le portail SUDOC se propose finalement d être un moissonneur national Schedae, 2008, prépublication n 3, (fascicule n 1, p.23-34).

10 32 des résultats scientifiques semble être efficiente. L industrie de l édition scientifique se réorganise autour de modèles économiques différents (auteur/payeur, par exemple) avec des services ajoutés et influencent encore l évaluation de la production scientifique. Le politique (une politique de l IST) Si, en Grande Bretagne, le rapport du Welcome Trust 46 a incité le Parlement à mener une étude sur le Libre Accès, qui a fait l objet de recommandations par le House of Commons Select Committee on Science and Technology 47, celles-ci n ont pas été suivies par le gouvernement mais la question a été posée et des positions exprimées 48. En France, nous avons bénéficié d une politique de l IST dans les années 70 qui concernait la constitution et l interrogation des bases de données. Face à ce renouveau de l accès au contenu scientifique, un élan et une impulsion politique forte seraient souhaitables. Des avancées ont lieu : avec l expression et les projets en faveur du Libre Accès de la part d organismes de recherche scientifique et de la Direction de l Enseignement Supérieur 49 vus plus haut, on notera aussi une déclaration de janvier 2004 où les ministères de la recherche de 34 pays, dont la France, ont affirmé que le Libre Accès «contribue de façon décisive aux progrès de la recherche scientifique et à l innovation». Ces avancées constituent un substrat favorable à l émergence d une politique nationale confirmée par les déclarations des EPST françaises suite à la conférence de Southampton (28/02-01/03/2005). Conclusion Comme l indique J.-M. Salaün 50, l argument de l accès à l Information Scientifique et Technique des années 60 à 70 est reformulé de façon similaire pour les banques de données génomiques, puis de manière générale pour le Libre Accès, avec toutefois un changement de paradigme : de l accès à la signalisation du document (la référence bibliographique) au document lui-même, et plus profondément du document (objet) à son contenu (information). Ce changement a été possible grâce à une prise de conscience des chercheurs et des responsables de bibliothèques devant les difficultés d accès aux textes scientifiques. Des propositions concrètes pour auto-archiver des documents ont permis de contourner ces problèmes. Si la France n est pas en reste, avec un nombre de projets non négligeable et quelques institutions importantes qui indiquent leur adhésion au Libre Accès, il semble néanmoins qu une impulsion politique forte en faveur de ce mouvement contribuerait de façon décisive, non seulement aux progrès de la recherche scientifique et à l innovation, mais participerait aussi plus largement aux ENT 51 en projet dans nos universités. Le récent rapport de l OCDE (22 sept 2005) souligne que les pays de l OCDE ont investi 638 millions de dollars en R & D en 2001 [ ]. L édition scientifique est centrale aux problématiques d efficience de la recherche, de dissémination de ses résultats et dans la diffusion des connaissances scientifiques et techniques. [ ] Les financements publics [ ] en R & D sont très importants et les activités qui y sont liées génèrent des données factuelles, Cf projets cités plus haut. 50. J.-M. Salaün, «Bibliothèques et services de documentation dans le mouvement du Libre Accès aux ressources scientifiques», in Les Archives Ouvertes, C. Aubry et J. Janik (dirs), ADBS/CNRS, juin Espace ou environnement numérique de travail. Schedae, 2008, prépublication n 3, (fascicule n 1, p ).

11 33 des bases de données, des publications. L accès à l ensemble des résultats de cette recherche financée sur fonds public est une question cruciale et il existe un potentiel considérable pour que les gouvernements jouent un rôle de pointe en permettant la diffusion numérique et un accès élargi à l information scientifique et technique produite sur fonds publics. Le principe est de permettre un accès le plus large possible aux résultats de la recherche financée sur fonds publics de façon à maximiser le retour sur investissement pour la société tout entière des financements publics de la recherche 52. L Open Access n est plus diabolisé comme à ses débuts, il est partie intégrante d un projet de société. Il n y a plus le Big Deal d un coté et l Open Access de l autre, mais une nécessaire imbrication des deux et nos institutions «d enseignement-recherche» ont un rôle déterminant à jouer. 52. La Dépêche du GFII (657) (Open Access, OCDE). Schedae, 2008, prépublication n 3, (fascicule n 1, p.23-34).

12 II

Archives ouvertes : les enjeux dans les politiques d établissement et les projets internationaux

Archives ouvertes : les enjeux dans les politiques d établissement et les projets internationaux Archives ouvertes : les enjeux dans les politiques d établissement et les projets internationaux Bruno BOISSAVIT, Anne SLOMOVICI Séminaire MSH : Les archives ouvertes et HAL-SHS 13 Mars 2014 MSH Val de

Plus en détail

Mise en place d une politique institutionnelle d archives ouvertes

Mise en place d une politique institutionnelle d archives ouvertes Mise en place d une politique institutionnelle d archives ouvertes Sanaa DOUKKALI Directrice de la Bibliothèque Universitaire Mohamed Sekkat, Université Hassan II -Casablanca Tel: +212 614 00 04 52 e-mail

Plus en détail

Les archives ouvertes

Les archives ouvertes Les archives ouvertes Christine.Berthaud@ccsd.cnrs.fr Christine Berthaud@ccsd.cnrs.fr 1990 Paul Ginsparg à Los Alamos 2002 Initiative de Budapest pour l Accès ouvert (BOAI) Le libre accès à la recherche,

Plus en détail

HAL, archives ouvertes. Christine Berthaud, CNRS/CCSD - Directrice

HAL, archives ouvertes. Christine Berthaud, CNRS/CCSD - Directrice HAL, archives ouvertes Christine Berthaud, CNRS/CCSD - Directrice HAL - http://hal.archives-ouvertes.fr L'archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion d'articles scientifiques

Plus en détail

Trouver l information scientifique sur Internet. Morgane Le Gall (BLP)

Trouver l information scientifique sur Internet. Morgane Le Gall (BLP) Trouver l information scientifique sur Internet Morgane Le Gall (BLP) Programme Accueil Le Web : présentation Les moteurs de recherche généralistes (n 1: Google) Les moteurs spécialisés (ex.google scholar,

Plus en détail

Les nouveaux sites documentaires de l IRD

Les nouveaux sites documentaires de l IRD Les nouveaux sites documentaires de l IRD Nouvel Horizon, nouvel intranet, nouveaux Netvibes - IRD France Sud - Logo d après Clipart-fr et Freepik.com De quoi allons nous parler? Les sites de la Documentation

Plus en détail

Panorama des contenus

Panorama des contenus journée professionnelle organisée par ABPN Association des Bibliothécaires de la Province Nord Panorama des contenus documentaires numériques Isabelle Gasser IRD Nouméa - Documentation Plan Contexte t

Plus en détail

OPEN ACCESS. ouverte INP Toulouse

OPEN ACCESS. ouverte INP Toulouse OPEN ACCESS Création d une d archive ouverte INP Toulouse Rappel historique «Révolution» Internet 1990 s Déclarations Open access Budapest 2001 : auto-archivage et revues alternatives Bethesda 2003 : ouverture

Plus en détail

COURS : INFORMATION SCIENTIFIQUE

COURS : INFORMATION SCIENTIFIQUE COURS : INFORMATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE EC 1 : Documentation scientifique et technique COURS N : 2 PAR : Sahbi SIDHOM MCF. Université de Lorraine & Lab. LORIA / KIWI PLAN DU COURS 1. Différentes

Plus en détail

Archives Ouvertes : retour d expérience et rôle des documentalistes

Archives Ouvertes : retour d expérience et rôle des documentalistes Archives Ouvertes : retour d expérience et rôle des documentalistes Claire Büren - Inria «L édition scientifique : sortez enfin du labyrinthe!» - IECL - 16 décembre 2013 Plan Le contexte Les débuts : les

Plus en détail

L archive ouverte HAL (Hyper article en ligne) Le site TEL (Thèses en ligne)

L archive ouverte HAL (Hyper article en ligne) Le site TEL (Thèses en ligne) L archive ouverte HAL (Hyper article en ligne) Le site TEL (Thèses en ligne) Hyper Article en Ligne (HAL) HAL C est une Archive Ouverte Multidisciplinaire Le serveur HAL permet de déposer et de rendre

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

Point d actualité numérique des bibliothèques de l Enseignement supérieur et de la Recherche

Point d actualité numérique des bibliothèques de l Enseignement supérieur et de la Recherche 14 e Journées des pôles associés et de la coopération Point d actualité numérique des bibliothèques de l Enseignement supérieur et de la Recherche MESR - Mission de l'information scientifique et technique

Plus en détail

Open Access By IOP Publishing. Sarah QUIN Senior Publisher

Open Access By IOP Publishing. Sarah QUIN Senior Publisher Open Access By IOP Publishing Sarah QUIN Senior Publisher UPMC, le 5 février, 2013 L auteur et le chercheur face au libre accès Comment un éditeur STM s y engage depuis 1998 Agenda Introduction à IOP Définitions

Plus en détail

Diffuser ses publications pour être lu, cité et référencé, dans le respect du Droit, c est possible! Intérêts des auteurs vs Politique des éditeurs : Comment procéder? Hanka Hensens, novembre 2009 d après

Plus en détail

COURS : INFORMATION SCIENTIFIQUE

COURS : INFORMATION SCIENTIFIQUE COURS : INFORMATION SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE EC 1 : Documentation scientifique et technique COURS N : 1 PAR : Sahbi SIDHOM MCF. Université de Lorraine & Lab. LORIA / KIWI CONTENU PÉDAGOGIQUE DE L UE EC

Plus en détail

Vers une convergence. Plateforme en ligne Mathrice

Vers une convergence. Plateforme en ligne Mathrice Vers une convergence de la Plateforme en ligne Mathrice et du Portail documentaire mathématique? Thierry Bouche Cellule MathDoc Université Joseph-Fourier Journées MATHRICE Dijon, jeudi 17 mars 2011 Cellule

Plus en détail

Réseaux sociaux de chercheurs : quels enjeux et quelle politique pour une institution publique de recherche

Réseaux sociaux de chercheurs : quels enjeux et quelle politique pour une institution publique de recherche Réseaux sociaux de chercheurs : quels enjeux et quelle politique pour une institution publique de recherche Odile Contat (InSHS) Journée d étude Arpist - Urfist - MSH Poitiers Réseaux sociaux de chercheurs

Plus en détail

Logiciels libres de Bibliothèques numériques : présentation. Castore & Greenstone. Les autres : CDS Invenio, EPRINTS, Dspace.

Logiciels libres de Bibliothèques numériques : présentation. Castore & Greenstone. Les autres : CDS Invenio, EPRINTS, Dspace. Formation continue Logiciels libres de Bibliothèques numériques : présentation Castore & Greenstone Les autres : CDS Invenio, EPRINTS, Dspace 12, 13 juin 2006 - Genève Benigno Delgado Assistant d enseignement

Plus en détail

Concevoir sa stratégie de recherche d information

Concevoir sa stratégie de recherche d information Concevoir sa stratégie de recherche d information Réalisé : mars 2007 Dernière mise à jour : mars 2011 Bibliothèque HEC Paris Contact : biblio@hec.fr 01 39 67 94 78 Cette création est mise à disposition

Plus en détail

PRÉSENTATION DE LOGICIELS DE GESTION DE RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

PRÉSENTATION DE LOGICIELS DE GESTION DE RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES PRÉSENTATION DE LOGICIELS DE GESTION DE RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES I/ A quoi servent les logiciels de gestion de références bibliographiques? CONTEXTE D UTILISATION ET DEFINITION A QUOI SERVENT LES LOGICIELS

Plus en détail

Formation à la recherche bibliographique en sciences

Formation à la recherche bibliographique en sciences 1 Formation à la recherche bibliographique en sciences Mulhouse février 2015 Noël Thiboud 1 SOURCE : VITTONE Mario. Drowning Doesn t Look Like Drowning in Mariovittone.com. 3 mai 2010. Disponible sur :

Plus en détail

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance

ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance ISTEX, vers des services innovants d accès à la connaissance Synthèse rédigée par Raymond Bérard, directeur de l ABES, à partir du dossier de candidature d ISTEX aux Initiatives d excellence et des réunions

Plus en détail

Laurent.Capelli@in2p3.fr Daniel.Charnay@in2p3.fr. Journées de Yenne 2003 1

Laurent.Capelli@in2p3.fr Daniel.Charnay@in2p3.fr. Journées de Yenne 2003 1 Laurent.Capelli@in2p3.fr Daniel.Charnay@in2p3.fr Journées de Yenne 2003 1 Le CCSD, nouvelles missions Projet 1000 thèses du XX siècle Épijournaux Colloques et congrès Données «chercheurs» pour le CNRS

Plus en détail

PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES. h tt p : / / w w w. s c i e n c e s c o n f. o rg

PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES. h tt p : / / w w w. s c i e n c e s c o n f. o rg PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES h tt p : / / w w w. s c i e n c e s c o n f. o rg Sommaire Introduction Le portail Sciencesconf.org L espace conférence Site web Inscription Gestion scientifique

Plus en détail

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal

Direction des bibliothèques. Sondage Ithaka S+R. Questionnaire français Université de Montréal Direction des bibliothèques Sondage Ithaka S+R Questionnaire français Université de Montréal Décembre 2014 Modules retenus Découverte Activités de recherche numérique Compétences informationnelles des

Plus en détail

sommaire L organisation et la gestion des archives d entreprise...7

sommaire L organisation et la gestion des archives d entreprise...7 sommaire La formation continue à l EBAD... 3 Niveau i... 4 La chaine de traitement archivistique... 4 Initiation aux techniques documentaires... 5 Organisation et gestion des bibliothèques... 6 Niveau

Plus en détail

Le réseau Mir@bel, une porte d'entrée sur l'univers en ligne des revues en sciences humaines et sociales

Le réseau Mir@bel, une porte d'entrée sur l'univers en ligne des revues en sciences humaines et sociales 24 février 2015 - ENSSIB Rendez-vous de la bibliothèque Le réseau Mir@bel, une porte d'entrée sur l'univers en ligne des revues en sciences humaines et sociales Sophie Fotiadi Sciences Po Lyon Bernard

Plus en détail

Recherche d information en Sciences exactes et appliquées

Recherche d information en Sciences exactes et appliquées Recherche d information en Sciences exactes et appliquées URFIST PARIS 2012 Manuel Durand-Barthez 3 Catégories de ressources Archives ouvertes d articles scientifiques Catalogues et bases de thèses Brevets

Plus en détail

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?»

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» «L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» Introduction Le travail que nous présentons ici repose sur une expérience

Plus en détail

Faire sa bibliographie avec. Noël Thiboud

Faire sa bibliographie avec. Noël Thiboud Faire sa bibliographie avec Noël Thiboud Qu est-ce que Mendeley? Version actuelle : 1.12.3 Application multiplateforme Tous navigateurs Accès par iphone, ipod, ipad A la fois Un logiciel de gestion de

Plus en détail

DIFFUSER MES ARTICLES EN LIBRE ACCÈS : UN CHOIX, UN AVANTAGE, UNE OBLIGATION?

DIFFUSER MES ARTICLES EN LIBRE ACCÈS : UN CHOIX, UN AVANTAGE, UNE OBLIGATION? DIFFUSER MES ARTICLES EN LIBRE ACCÈS : UN CHOIX, UN AVANTAGE, UNE OBLIGATION? DIANE SAUVÉ DIRECTION DES BIBLIOTHÈQUES Midi Recherche, 20 mai 2015 Image: Source LIBRE ACCÈS Ce qu est l accès libre à la

Plus en détail

LA COMMUNICATION SCIENTIFIQUE À LA CROISÉE DES CHEMINS : ENJEUX ET STRATÉGIES INSTITUTIONNELS. Paul Thirion Bernard Rentier

LA COMMUNICATION SCIENTIFIQUE À LA CROISÉE DES CHEMINS : ENJEUX ET STRATÉGIES INSTITUTIONNELS. Paul Thirion Bernard Rentier LA COMMUNICATION SCIENTIFIQUE À LA CROISÉE DES CHEMINS : ENJEUX ET STRATÉGIES INSTITUTIONNELS Paul Thirion Bernard Rentier COMMENT EN EST-ON ARRIVÉ LÀ? Depuis 1665!Sociétés savantes!puis éditeurs «mécènes»

Plus en détail

But: trouver une prépublication ou thèse sans surfer plusieurs webs. Moyen: un moteur de recherche spécialisé qui parcourt différents sites

But: trouver une prépublication ou thèse sans surfer plusieurs webs. Moyen: un moteur de recherche spécialisé qui parcourt différents sites But: trouver une prépublication ou thèse sans surfer plusieurs webs. Moyen: un moteur de recherche spécialisé qui parcourt différents sites Pourquoi ce choix décentralisé? Nous pensions (en 1997 début

Plus en détail

PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES. 12 mars 2015

PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES. 12 mars 2015 PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES 12 mars 2015 Sommaire La plateforme Sciencesconf.org Le portail L espace conférence Site web Gestion scientifique Dépôt, sélection, envoi de mails, édition

Plus en détail

Peter Stockinger. Portails et collaboratoires pour l enseignement et la recherche. Support d une conférence donnée au séminaire «Un auteur un livre»

Peter Stockinger. Portails et collaboratoires pour l enseignement et la recherche. Support d une conférence donnée au séminaire «Un auteur un livre» Peter Stockinger, Portails et collaboratoires pour l enseignement et la recherche 1 Peter Stockinger Portails et collaboratoires pour l enseignement et la recherche Support d une conférence donnée au séminaire

Plus en détail

Formations à l Information Scientifique et Technique

Formations à l Information Scientifique et Technique Invitation à participer aux Formations à l Information Scientifique et Technique Bibliothèque universitaire Du lundi 17 au jeudi 27 novembre 2014 Organisées par la Bibliothèque de l Université de la Nouvelle

Plus en détail

Le projet SIST. Internet et Grilles de calculs en Afrique Agropolis- Montpellier 10-12 Décembre 2007

Le projet SIST. Internet et Grilles de calculs en Afrique Agropolis- Montpellier 10-12 Décembre 2007 Le projet SIST Internet et Grilles de calculs en Afrique Agropolis- Montpellier 10-12 Décembre 2007 Le projet SIST Le projet du fonds de solidarité prioritaire (FSP) SIST (Système d Information Scientifique

Plus en détail

PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES

PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES ANF Sciencesconf Meudon 10/11 octobre 2013 http://www.sciencesconf.org ! Sommaire La plateforme Sciencesconf.org Le portail L espace conférence Site web Gestion

Plus en détail

L auto-archivage en maths, quoi de neuf?

L auto-archivage en maths, quoi de neuf? L auto-archivage en maths, quoi de neuf? Anna Wojciechowska Rencontres RNBM : 1-5 Octobre 2007 Questionnaires 1er questionnaire : novembre 2005 : 128 réponses Participants : Besançon, Bordeaux, Clermont

Plus en détail

Guide du doctorant (2014-2015)

Guide du doctorant (2014-2015) Guide du doctorant (2014-2015) 1 SOMMAIRE Introduction... 3 Contexte réglementaire... 3 Vos interlocuteurs... 4 Signalement des thèses de doctorat en France... 5 Structure et la présentation de la thèse...

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Lille 3. Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185

Rapport d'évaluation. de l'université Lille 3. Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Maison européenne des Sciences de l Homme et de la Société (MESHS) - USR 3185 de l'université Lille 3 Juin 2009 Section des Unités

Plus en détail

Projet de Portail des thèses. SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010

Projet de Portail des thèses. SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010 Projet de Portail des thèses SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010 1. Introduction Ce document synthétise les principaux résultats d une enquête qui a été menée auprès de deux panels

Plus en détail

Le portail des MSH http://msh-reseau.prd.fr. Bernard.Rapacchi@msh-alpes.prd.fr

Le portail des MSH http://msh-reseau.prd.fr. Bernard.Rapacchi@msh-alpes.prd.fr Le portail des MSH http://msh-reseau.prd.fr Bernard.Rapacchi@msh-alpes.prd.fr Le contexte Mise en place du réseau des MSH La demande du Ministère du Portail des MSH Mais aussi : La fin de l opération Catalogue

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication

Ministère de la Culture et de la Communication Par Thierry CLAERR, Service du Livre et de la Lecture Jean-François MOUFFLET, Service interministériel des Archives de France Ministère de la Culture et de la Communication Stockage et conservation des

Plus en détail

Plateforme IST Agropolis

Plateforme IST Agropolis Plateforme IST Agropolis Etude préalable à la mise en œuvre d un projet collectif Présentation au Bureau d Agropolis 4 mai 2005 D. Fournier, L. Grasset et M.A. Mannucci Historique du projet Février 2004

Plus en détail

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4

Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Définir un nouveau modèle économique Présentation de l axe 4 Le développement du numérique dans la sphère de l édition, les mutations induites par la dématérialisation des supports ont profondément influencé

Plus en détail

Produire un Data Management Plan

Produire un Data Management Plan Construire des outils de gestion des données de la recherche dans une communauté d universités Produire un Data Management Plan 1 Circonstances et opportunités 2 L Open Access dans Horizon 2020 3 Service

Plus en détail

Les ressources informatiques et la mise en ligne des documents numérisés Enquête DLL juin-décembre 2008

Les ressources informatiques et la mise en ligne des documents numérisés Enquête DLL juin-décembre 2008 Les ressources informatiques et la mise en ligne des documents numérisés Enquête DLL juin-décembre 2008 En juin 2008, la DLL a envoyé à 9 bibliothèques municipales un questionnaire destiné à recenser leurs

Plus en détail

Insertion d une pièce jointe

Insertion d une pièce jointe Insertion d une pièce jointe Maud Pichardie, Fabienne Pinilla, Véronique Batifol-Garandel, Dpt SAD novembre 2012 Pour permettre l accès au texte intégral des productions scientifiques le dépôt des pièces

Plus en détail

Relevé de décisions du comité de définition et d opération du portail des thèses

Relevé de décisions du comité de définition et d opération du portail des thèses Page 1 sur 5 Relevé de décisions du comité de définition et d opération du portail des thèses 11 décembre 2009 Membres présents ou représentés Michel MARIAN Renaud SAUVAGE Sophie SUIVRE MISTRD DGESIP -

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

Formation continue des personnels URCA. Offre de la Bibliothèque Universitaire

Formation continue des personnels URCA. Offre de la Bibliothèque Universitaire Formation continue des personnels URCA Offre de la Bibliothèque Universitaire Année 2012-2013 Bibliothèque Universitaire Formation continue pour le personnel de l URCA Modalités o Public : personnels de

Plus en détail

La mise en place d une cellule de veille

La mise en place d une cellule de veille La mise en place d une cellule de veille Floriane Giovannini IST - Antony 24 ème Rencontres OMER Lyon, les 29-30 mars 2007 Plan de la présentation Introduction à la veille Une cellule de veille : - Pourquoi?

Plus en détail

Servir ses utilisateurs sans bureau d accueil physique

Servir ses utilisateurs sans bureau d accueil physique Servir ses utilisateurs sans bureau d accueil physique Retour d expérience au Service IST d Inria Grenoble-Rhône-Alpes Gaëlle Rivérieux 2 juillet 2013 Introduction Quelques mots sur Inria Le service IST

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Étude de faisabilité pour la réalisation d une plate-forme de mise en ligne de revues scientifiques en CFWB. Réunion mensuelle ABD - 21 mars 2005

Étude de faisabilité pour la réalisation d une plate-forme de mise en ligne de revues scientifiques en CFWB. Réunion mensuelle ABD - 21 mars 2005 Projet PEPS Étude de faisabilité pour la réalisation d une plate-forme de mise en ligne de revues scientifiques en CFWB Réunion mensuelle ABD - 21 mars 2005 La mise en ligne des revues scientifiques belges

Plus en détail

Ifremer Service de la documentation et des bibliothèques Bibliothèque La Pérouse (http://www.ifremer.fr/blp/)

Ifremer Service de la documentation et des bibliothèques Bibliothèque La Pérouse (http://www.ifremer.fr/blp/) Ifremer Service de la documentation et des bibliothèques Bibliothèque La Pérouse (http://www.ifremer.fr/blp/) Auteur : Fred Merceur Référence : R.INT.BLP/FM/2005-4 Version : version 1.00 Mise à jour :

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

http://difusion.academiewb.be Journée des bibliothécaires 19-09-2013

http://difusion.academiewb.be Journée des bibliothécaires 19-09-2013 http://difusion.academiewb.be Journée des bibliothécaires 19-09-2013 calgoet@ulb.ac.be 1 Qu est ce que DI-fusion? Dépôt institutionnel de l Université libre de Bruxelles Archive institutionnelle Depuis

Plus en détail

Groupe Archimed. Qui mieux que le SCD peut gérer vos documents? Olivier WALBECQ Eric Délot. 1994-2008 Groupe Archimed

Groupe Archimed. Qui mieux que le SCD peut gérer vos documents? Olivier WALBECQ Eric Délot. 1994-2008 Groupe Archimed Groupe Archimed Qui mieux que le SCD peut gérer vos documents? Olivier WALBECQ Eric Délot 2008 1994-2008 Groupe Archimed Introduction Définition de l Espace Numérique de Travail Il est un point d entrée

Plus en détail

Constituer et gérer une bibliographie avec le logiciel zotero. Support de cours et liens utiles 2012-12-14

Constituer et gérer une bibliographie avec le logiciel zotero. Support de cours et liens utiles 2012-12-14 Constituer et gérer une bibliographie avec le logiciel zotero Support de cours et liens utiles 2012-12-14 1 Pourquoi utiliser zotero? Zotero : Vous permet de collecter des références bibliographiques automatiquement

Plus en détail

Open DATA : Comment on y va? UPMC, journée des DU 3 juin 2015

Open DATA : Comment on y va? UPMC, journée des DU 3 juin 2015 Open DATA : Comment on y va? UPMC, journée des DU 3 juin 2015 Ce n est qu un début Science au 21 ème siècle : plus «Numérique» «Collaborative» «Interdisciplinaire» «Réactive» «Citoyenne» «Partagée Vers:

Plus en détail

Rédiger : le numérique dans la préparation de la thèse

Rédiger : le numérique dans la préparation de la thèse Rédiger : le numérique dans la préparation de la thèse Master class Beyrouth-18 et 19 juin 2014 «Méthodologie de la recherche et culture numérique» Formation d Alexandre Gefen - alexandre.gefen@paris-sorbonne.fr

Plus en détail

Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès

Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès Keynote Item Original citation: Originally presented at UNESCO DKN project steering group meeting, 29 June 2006, Paris, France [Name of

Plus en détail

Acteurs du «marché» de l article scientifique, impacts du numérique

Acteurs du «marché» de l article scientifique, impacts du numérique 13 Schedae, 2008 Prépublication n 2 Fascicule n 1 Acteurs du «marché» de l article scientifique, impacts du numérique Ghislaine Chartron Ursidoc-Lyon et INRP, Professeur en sciences de l information et

Plus en détail

Atelier 1. Portails documentaires : BioLib et Cemadoc

Atelier 1. Portails documentaires : BioLib et Cemadoc Atelier 1 Portails documentaires : BioLib et Cemadoc Intervenants Emmanuelle Jannes-Ober, responsable de la médiathèque - Institut Pasteur Odile Hologne, chef du service de l infomation scientifique et

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Centre d études et de recherches en droit administratif, constitutionnel, financier et fiscal (CERDACFF) sous tutelle des établissements

Plus en détail

Compte-rendu re union Campus AAR 3 mars 2015

Compte-rendu re union Campus AAR 3 mars 2015 Compte-rendu re union Campus AAR 3 mars 2015 Table des matières Liste d actions... 2 I. Environnement d analyse : INA, Armadillo... 3 a. Connexion de l outil INA avec API Armadillo... 3 b. Outil d analyse

Plus en détail

La diffusion du. STAR 7ième cercle 25 septembre 2012

La diffusion du. STAR 7ième cercle 25 septembre 2012 La diffusion du document thèse STAR 7ième cercle 25 septembre 2012 Que dit l arrêté du 7 août 2006? Intranet: «Sauf dans le cas d'une clause de confidentialité, l'établissement de soutenance assure en

Plus en détail

Trois expériences d enseignements numériques au sein de l UFR SEPF

Trois expériences d enseignements numériques au sein de l UFR SEPF Trois expériences d enseignements numériques au sein de l UFR SEPF Au sein de l UFR SEPF (Sciences de l'éducation, Psychanalyse et Français Langue Etrangère) s est depuis très longtemps fait sentir le

Plus en détail

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche»

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» 1 Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» GAAV (version 1.0) un logiciel de gestion d archives

Plus en détail

Des archives sonores du Musée de l Homme. à Telemeta

Des archives sonores du Musée de l Homme. à Telemeta Des archives sonores du Musée de l Homme à Telemeta QuickTimeᆰ et un dホcompresseur TIFF (non compressホ) sont requis pour visionner cette image. Joséphine Simonnot, IR2, CREM, LESC 1 Le fonds d archives

Plus en détail

André Dazy andre.dazy@couperin.org. Open access, où en est l Europe?

André Dazy andre.dazy@couperin.org. Open access, où en est l Europe? André Dazy andre.dazy@couperin.org Open access, où en est l Europe? Au programme Les projets européens : OpenAIRE, openaire+, FOSTER, PASTEUR4OA La recommandation du 17 juillet 2012 Son application dans

Plus en détail

METHODOLOGIE DOCUMENTAIRE

METHODOLOGIE DOCUMENTAIRE METHODOLOGIE DOCUMENTAIRE 1 ORGANISATION DU MODULE TD1 : Principes et bases de méthodologie documentaire 1) Appliquer une stratégie de recherche 2) Rechercher sur Internet 3) Rédiger une bibliographie

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

AIDE AU CHOIX. 1 er degré. Etat des lieux Numériques : Analyser l existant. Opération Chèque. Ressources. Viser la complémentarité

AIDE AU CHOIX. 1 er degré. Etat des lieux Numériques : Analyser l existant. Opération Chèque. Ressources. Viser la complémentarité AIDE AU CHOIX Opération Chèque 1 er degré Ressources Etat des lieux Numériques : Analyser l existant Avant d arrêter un choix définitif et afin d influencer de manière critique l intégration des ressources

Plus en détail

Etapes de création d une revue électronique

Etapes de création d une revue électronique Economique Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en sciences de l'information Cette analyse vise à donner

Plus en détail

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES Sommaire Fiche 1 : Gestion des identités : annuaires et authentification Fiche 2 : Connectez-vous en toute sécurité

Plus en détail

Recherche bibliographique

Recherche bibliographique Séminaire «Maîtrise de l information scientifique» Recherche bibliographique Dernière mise à jour : 07/01/2015 - Auteur : Frédérique Flamerie Recherche bibliographique : méthode & outils La recherche bibliographique

Plus en détail

Veille Internet avec les flux RSS, recherche et veille sur les réseaux sociaux

Veille Internet avec les flux RSS, recherche et veille sur les réseaux sociaux URFIST DE TOULOUSE Des formations dans le domaine de l information scientifique et technique et de la publication web PROGRAMME DES STAGES JANVIER-MARS 2013 15/01/2013 : Initiation à LateX 21/01/2013 :

Plus en détail

Memento de la recherche documentaire en santé

Memento de la recherche documentaire en santé Memento de la recherche documentaire en santé Optimiser ses recherches - Se procurer les documents Rédiger sa bibliographie 1. QUELQUES CONSEILS DE METHODE Avant toute chose, bien choisir ses mots-clés

Plus en détail

A LA DÉCOUVERTE DE ZOTERO 4.0

A LA DÉCOUVERTE DE ZOTERO 4.0 A LA DÉCOUVERTE DE ZOTERO 4.0 Un logiciel libre et gratuit pour gérer facilement ses références bibliographiques! 1 Isabelle Zimmermann - BU de Médecine PARTONS À LA DÉCOUVERTE DE ZOTERO : 1. Qu est-ce

Plus en détail

Constituer des profils d'experts scientifiques, de centres de recherche et d entreprises innovantes

Constituer des profils d'experts scientifiques, de centres de recherche et d entreprises innovantes Constituer des profils d'experts scientifiques, de centres de recherche et d entreprises innovantes Conférence GFII 12 Février 2014 www.expernova.com [ Le contexte ] Stratégie R&D Projets collaboratifs

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

Cahier des charges. «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement numérique du Territoire

Cahier des charges. «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement numérique du Territoire Direction du Développement numérique du Territoire Cahier des charges «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement Numérique du Territoire Maître d Ouvrage : REGION BASSE-NORMANDIE

Plus en détail

Formation à la recherche documentaire sur le web

Formation à la recherche documentaire sur le web Formation à la recherche documentaire sur le web Objectif : Savoir effectuer des recherches pertinentes sur Internet Savoir distinguer les informations fiables sur Internet Savoir effectuer des recherches

Plus en détail

Scénarios d usage Modèles d analyse

Scénarios d usage Modèles d analyse Scénarios d usage Modèles d analyse Valérie Legrand (FMSH ESCoM-AAR) Paris, Fondation Maison des Sciences de l Homme (FMSH) 11 Mars 2014 PLAN I. Scénario général: Archivage / Analyse / Publication 1. Etapes

Plus en détail

Initiation à la recherche documentaire

Initiation à la recherche documentaire Initiation à la recherche documentaire 1 Objectifs Cette séance est destinée à reprendre les principes de la démarche documentaire pour construire un parcours pertinent en terme de méthodologie et de résultats

Plus en détail

Mode d emploi de HAL, la plate-forme d archives ouvertes du ccsd

Mode d emploi de HAL, la plate-forme d archives ouvertes du ccsd Mode d emploi de HAL, la plate-forme d archives ouvertes du ccsd Rédigé par Estelle THEVENIAUD Septembre 2006 Dernière mise à jour Le Directeur général Paris, le 21 juin 2006 A l attention de Mesdames

Plus en détail

L accès en ligne aux manuscrits Possibilités de XML, systèmes de navigation, référencement

L accès en ligne aux manuscrits Possibilités de XML, systèmes de navigation, référencement L accès en ligne aux manuscrits Possibilités de XML, systèmes de navigation, référencement Raphaële Mouren, Enssib (raphaele.mouren@enssib.fr) Isabelle Westeel, Bibliothèque municipale de Lille (iwesteel@mairie-lille.fr)

Plus en détail

Nouvelles compétences pour des nouveaux utilisateurs : La mutation des métiers de l infodoc

Nouvelles compétences pour des nouveaux utilisateurs : La mutation des métiers de l infodoc Nouvelles compétences pour des nouveaux utilisateurs : La mutation des métiers de l infodoc 23 janvier 2014 Marc Raphel, consultant formateur Serda Jean Gauthier, Manager de serda formation Présentation

Plus en détail

«TRANSITIONS» PRENDRE LE TEMPS D ANTICIPER ENSEMBLE UN CYCLE CONTINU DE PROSPECTIVE CRÉATIVE

«TRANSITIONS» PRENDRE LE TEMPS D ANTICIPER ENSEMBLE UN CYCLE CONTINU DE PROSPECTIVE CRÉATIVE «TRANSITIONS» PRENDRE LE TEMPS D ANTICIPER ENSEMBLE UN CYCLE CONTINU DE PROSPECTIVE CRÉATIVE «Questions Numériques» c est aujourd hui : Un rendez-vous majeur du début d année : le lancement du Cahier d

Plus en détail

Les données de la recherche dans les appels à projets Horizon 2020

Les données de la recherche dans les appels à projets Horizon 2020 Les données de la recherche dans les appels à projets Horizon 2020 Produire un Data Management Plan 04/12/2014 ANF Plateformes de données en SHS 1 Définir les données de la recherche 04/12/2014 ANF Plateformes

Plus en détail

Mendeley, pour gérer sa bibliographie et la partager. Patricia Volland-Nail

Mendeley, pour gérer sa bibliographie et la partager. Patricia Volland-Nail Mendeley, pour gérer sa bibliographie et la partager Patricia Volland-Nail Avertissement Ce diaporama est le support d une formation qui a été dispensée à l URFIST de Bordeaux le 29 Novembre 2013 Il nécessite

Plus en détail

LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS

LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS Annuaire Ouvrage publié en principe chaque année ou selon une périodicité proche de l'année, qui donne une liste de noms de personnes ou d'organismes

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU

Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU Introduction à l enquête 2012 «Organisation fonctionnelle des équipes». ADBU NB : les notes font référence au diaporama de synthèse de l enquête en ligne sur le site de l'adbu Comment les SCD tentent-ils

Plus en détail

Journées ABES-26 mai 2009 [ 2006 2007] [ Fédération Nancy-Université]

Journées ABES-26 mai 2009 [ 2006 2007] [ Fédération Nancy-Université] deux outils pour accéder aux ressources numériques Journées ABES-26 mai 2009 1 Au programme de la présentation 1. n@ncy ncy-clicclic nouvel outil au service des usagers a) historique et contexte b) àquoi

Plus en détail