Chapitre 1 : Le transistor bipolaire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 1 : Le transistor bipolaire"

Transcription

1 Chapitre 1 : Le transistor bipolaire 1. Caractéristiques statiques du transistor bipolaire Transistor PNP Transistor NPN B I B C E I C I E B I B C E I C I E Les courants I B, I C et I E sont positifs. I E = I C + I B ; I C = I B ; I C = I E ; α = β Les caractéristiques sont les courbes qui représentent les relations entre les courants et les tensions du transistor. Elles permettent de délimiter les régions de fonctionnement du transistor, de déterminer le point de fonctionnement optimal et les paramètres hybrides du transistor. Le montage suivant permet le relevé des caractéristiques d entrée I B = f(v BE ) à V CE = c te, de sortie I C = f(v CE ) à I B = c te et de transfert I C = f(i B ) à V CE = c te. Zone de saturation égion linéaire β1 I C V EE A I B V BE V V I C A V CE V CC I B =I I B =I I B =I I B =I 1 I B V CE V CEsat V CEmax V BE Zone de blocage 3. Analyse de montage amplificateur à transistor Le signal d excitation (à amplifier) est constitué d un signal sinusoïdal superposé à un signal continu. Le but du montage est d amplifier le signal sinusoïdal alors que le continu sert à polariser le transistor (à fixer le point de fonctionnement du transistor). L objectif de l analyse est de déterminer les gains en courant et en tension autour du point de repos. 2.1 Etude statique : On cherche à déterminer le point de fonctionnement, cad : I C = I CM, I B = I BM, V BE = V BEM et V CE = V CEM Le montage de polarisation le plus utilisé est le montage 1 présenté ci-dessus qui comporte une seule source de polarisation. Il est équivalent au montage 2 avec : V = V + et = + Dirami Page 0

2 I C I C 1 C E V CC V BB B I B C B E I E C E V CC 1 2 On notera que: I C =.I B et I E = I C + I B = I C ( + 1) / I C car >> 1 (valeur de : 50 à 250) Pour le transistor au Si : V BE = 0,7V Pour la maille d entrée : V = V + I + I = V + ( + )I D où I C = I CM = V BBV BE B β E = V BB0,7 B β E Pour que le point de repos soit stable lorsque varie, on prend souvent: E = 10 B / min Pour la maille de sortie : V CE + ( E + C )I C = V CC (car I E I C ) V CC /( C + E ) I CM I C Droite de charge M C est l équation de la droite de charge statique. 2.2 Etude dynamique : V CEM V CC V CE Il s agit de déterminer les variations i C et v CE autour du point de repos M : V CC = 0 I C = i C I B = i b V CE = v CE V BE = v BE En mettant à zéro l alimentation V CC et en attaquant par un générateur (e g, g ), on obtient le montage 3 ci-contre qui par simplification donne le montage 4 avec : e = e et = Du montage 4, on déduit : e = i + v + i = + v + i i = car v BE est à négliger v = i i = ( + )i v = ( + )e g i i B i C + β i B i C e g B E C 3 4 Dirami Page 1 e E C

3 3. Montages amplificateurs fondamentaux Il y a trois montages de base d amplificateurs: l émetteur commun (E-C), le collecteur commun (C-C) et le montage base commune (B-C). L étude des performances de ces montages se fait par l évaluation du gain en tension, du gain en courant, du gain en puissance, des impédances d entrée et de sortie. Pour faire cette évaluation, il est nécessaire de déterminer les schémas équivalents des différents montages. 3.1 Circuit équivalent du transistor à jonction en BF : Un transistor peut être considéré comme un quadripôle i 1 i 2 i B B v BE C E i C v CE i B v BC E B Ou C i E v EC i E v EB E B C ou i C v CB Emetteur commun Collecteur commun Base commune Les courants et les tensions sont des variations sinusoïdales autour du point de repos. En basse fréquence, le quadripôle est modélisé par ses i 1 h 11 i 2 paramètres hybrides : = h 11.i 1 + h 12. i 2 = h 21.i 1 + h 22. h 12 h 21 I 1 h 22 Configuration E-C Les paramètres hybrides sont évalués autour du point de repos : h = : résistance de valeur moyenne (ordre du k) h = 0 : ce paramètre est négligeable h = = : entre 50 et 250 selon le transistor h = : admittance de valeur faible(< à ), parfois négligée dans le schéma équivalent. B v BE E i B h 11E i C i B h 22 C v CE E Configuration C-C Partant du schéma équivalent de l E-C avec les paramètres h ije, on aboutit au schéma C-C avec les mêmes paramètres; h = h ; h = ( + 1) ; h 1 ; h = h i B h 11E -i E B E v BC i B h 22 v EC C C Configuration B-C : La transformation du schéma E-C conduit au schéma B-C construit avec les paramètres h ije. E i E v EB B i B h 11E h 22 i B I C C v CB B h = ; h = ; h 0 ; h h Dirami Page 2

4 3.2 Etude du montage émetteur commun C C 2 i2 V CC r C 1 i 1 r i B i 2 i 1 B V BB E C E L B h 11E i B C Fig 1 Fig 2 Le montage de base est celui de la figure 1 ; son schéma équivalent en alternatif est représenté figure 2 où les capacités C 1, C 2 et C E sont remplacées par des courts-circuits. Calcul du gain en tension du montage : G V = / v = β i et v = h i d où : G v = = β C L ( C L )h 11E G v = = G v = β C L ( C L )h 11E 1r B h 11E B h 11E pour r de faible valeur : G v G v = β C L ( C L )h 11E Gain en courant : G i = i 2 / i 1 i = βi et i = i d où : G i = i 2 = β i 1 C B ( C L )( B h 11E ) Impédance d entrée : Z e = / i 1 Z e = Bh 11E B h 11E Impédance de sortie : Z s = / i 2 avec L déconnecté et = 0 (source éteinte) = 0 i 1 = 0 i B = 0 i B = 0 Z s = / i 2 = C 2.3 Etude du montage collecteur commun Les gains en tension et en courant et les impédances d entrée et de sortie sont calculés sur la base du schéma dynamique. Nous obtenons : G = = ()( // ) ()( // ) 1 Z = = //[h + (β + 1 )( // )] G = = Z = = () () ( )( ) ( ) () Impédance d entrée élevée ; impédance de sortie faible V CC r C 1 h 11E i 1 r i B i 2 i 1 C 2 i2 B E L V BB B i B E Dirami Page 3

5 3.4 Etude du montage base commune Ci-dessous sont représentés le montage base commune en statique et son schéma équivalent en dynamique. r C 1 V CC C 2 i 2 i 1 r i 2 E L B V BB C B i 1 E i B h 11E i B L G = = Z = = [ ( )] () G = = 1 Z = = h Impédance d entrée faible ; impédance de sortie élevée. Dirami Page 4

6 TD 1 Exercice 1: Le montage de la figure 1a représente un amplificateur basse fréquence. La figure 1b montre son schéma équivalent en régime statique. Les valeurs des condensateurs sont suffisamment élevées pour les remplacer par des courts circuits en régime dynamique. La source e(t) est telle que : e(t)=e2.sint Les paramètres du transistor utilisé sont : h 11e =1k, =100, h 12e =0 et h 22e =0. On donne : V CC = 12V, V BE = 0.7V, E = C = 600, 1 = 60k, 2 = 30k, r = 500, L = ) Calculer V BB et B. Déduire I B et I C. 2) Donner l équation de la droite de charge. Déduire V CE. 3) Donner le schéma équivalent du montage amplificateur en régime dynamique. 4) Calculer le gain en tension G V = /, le gain en courant G I = i 2 /i 1, l impédance d entrée Z E = /i 1 et l impédance de sortie Z s = /i 2. I C e 1 C C 2 i 2 r i 1 C 1 2 E Fig.1a L C E V CC V BB B C I B I E E Fig.1b V CC Exercice 2: V CC Pour le montage à transistor de la figure 2 : 1) Ecrire l équation de la droite de charge V CE = f(i C ). 2) Calculer V BE = f(i B ). On suppose connus tous les composants du montage : V cc, 1, 2, c et = I C /I B 1 I B I 2 2 C V BE I C V CE Fig.2 Exercice 3 : Soit un transistor NPN au Ge, pour lequel on admet que : - La tension V BE est constante, égale à 0,15V lorsque le transistor conduit. - La tension V CE est négligeable lorsque le transistor est saturé. - Les caractéristiques de sortie I C =f(v CE ) à I B constant sont horizontales. On veut étudier les possibilités du montage de la figure 3. On supposera qu un générateur de courant sinusoïdal d amplitude I m peut être branché entre la base et l émetteur. V CC =10V C =1,5K B =120K Etant donné =50, déterminer les courants de repos I B, I C la tension V CE et la puissance dissipée au repos par le transistor. Quelle est la valeur maximale de I m pour que le transistor ne provoque pas de distorsion dans l amplification? Fig.3 Dirami Page 5

7 Exercice 4: Le transistor T utilisé dans le montage de la figure 4est défini par ses paramètres : h ie =1200, h fe =100, h re =0 et h oe =0. Le point de repos choisi est tel que : I C =4mA, V CE =3V, V BE =0,7V. V cc =9V. Le générateur d attaque présente une fem sinusoïdale e(t) et un résistance interne g=13k. e(t) L influence des condensateurs est négligeable à la fréquence de travail. 1) Calculer E et tracer les droites de charge statique et dynamique Fig.4 lorsque L =750. Pour 2 =100k, déterminer 1. 2) Calculer les résistances d entrée r e = /i e et r e = /i b. Comparer g et r e. 3) Calculer la résistance de sortie vue des bornes de la charge L et le gain en tension G v = /v - Le coefficient d amplification en courant, en émetteur commun est constant. Exercice 5 : g i e 1 i b 2 E T L V cc C On appelle montage Darlington (figure 5) un ensemble de 2 transistors en liaison directe : le courant d émetteur de T est aussi le courant de base de T.T constitue la charge de l émetteur de T, il joue le rôle de E. 1) Définir le transistor unique (noté T D ) équivalent aux 2 transistors 2) Calculer pour le montage G i, G v, Z e et Z s. B T Fig.5 C T V cc Dirami Page 6

8 Chapitre 2 : Le transistor JFET 1. Symboles, tensions et courants SOUCE : électrode par laquelle les porteurs entrent dans le canal. DAIN : électrode par laquelle les porteurs quittent dans le canal. GILLE: électrode de commande (IG = 0) Exemple : BF 245C TEC à canal N D I D G V GS V DS I S e - D V GS <0, V DS >0, V GS TEC à canal P D G trous D V GS >0, V DS <0, I <0 I D I S V DS 2. éseau de caractéristiques D I D I DSS O sortie S V GS =0V A G S D I D V DS V DD transfert V GS =-1V V GS V GS =-2V V GS =-3V V GS V GSoff 0 V P V DSmax V DS réseau de sortie : pour V GS = 0, I D est maximal : I DSS (valeur typique : I DSS =17mA) zone O : zone ohmique, le TEC se comporte comme une résistance : DS = V P / I DS zone S : zone linéaire ou de saturation, le TEC se comporte comme une source de courant commandée en tension (V DS > V P ) zone A : zone d'avalanche réseau de transfert : Equation du courant de drain : I = I 1 V GSoff : tension de blocage (I D = 0, V DS ), V GSoff = - V P 3. Polarisation automatique Le courant circulant dans le TEC et dans S génère une tension : V S = S I D. Le courant de grille étant nul, V G = 0 donc V GS = - S I D. Le montage crée donc sa propre polarisation en utilisant la tension aux bornes de S pour polariser la grille en inverse. Pour S = 0 : V GS = 0, I D = I D SS. V DD D I D S V DS Dirami Page 7

9 4. Polarisation par pont diviseur : V DD 1 D V = V I D d où V = V V et I = avec V < 0 2 V DS S 5. Polarisation par source de courant : D V DD I D V DS G 6. Le TEC en régime dynamique V SS Dans la zone linéaire, le TEC se comporte comme une source de courant commandée par la tension V GS : I D = f( V DS, V GS ) I = V + V ; g = transconductance et g = admittance de drain On en déduit le schéma équivalent : i = g v + g v I D I DSS i d v gs g m v gs g ds v ds V GS V DS Les paramètres g m et g ds peuvent être déterminés sur le réseau de caractéristiques au point de polarisation du transistor : g m = tg et g ds = tg g m peut aussi être calculé à partir de l équation : I = I 1 pour V GS = 0 : g m0 = -2I DSS / V GSoff pour V GS 0 : g m = g m0 [1 - V GS / V GSoff ] Valeurs courantes : g m : de 0,1 à 20 ma/v et g ds : de 1 à 10 µs 7. Montage source commune: D E C 2 I D E/( D + S droite de charge dynamique droite de charge statique C 1 g C S L S E Dirami Page 8 V DS

10 Schéma équivalent en dynamique : g v gs g m v gs g ds D L 8. Montage drain commun Schéma du montage Schéma équivalent en dynamique E C 1 G g D S S C 2 L g G v gs D S g m v gs g ds S L 9. Montage grille commune Schéma du montage Schéma équivalent en dynamique E D C 2 S g ds D g m v gs C 1 L S G D L C g g S 10. Propriétés des montages: source drain grille e G Forte (> G ) Faible (<< G ) s A v moyenne faible forte négatif, fort ( -100) positif (1) positif, fort (100) Dirami Page 9

11 TD 2 Exercice 1 : LED V DD On désire alimenter une LED à courant constant (10 ma) avec une source de tension (V DD ) qui peut évoluer entre 12 et 24 V. Pour cela, on utilise un transistor JFET BF245C (I DSS = 17 ma) fonctionnant en source de courant : BF245 I D S V DS Fig.1 Fig.2 1) Calculer la valeur de la résistance S. 2) Calculer la tension V DD minimale qui permet d avoir un courant de 10 ma (on tolère une variation de 1 ma). On donne : Tension aux bornes de la LED : 2,0 V pour 10 ma 3) Le data sheet du transistor indique que : P max = 300 mw. Vérifier qu il n y a pas de problème d échauffement du transistor. Exercice 2 : On admettra que : I = I 1 Déterminer le point de fonctionnement du montage sachant que : I DSS = 4 ma D = 4,7 k V GSoff =- 2V S = 1 k G = 5 M E = 10 V. G D I D S E V DS Exercice 3 : E Faire le schéma équivalent du montage. Calculer le gain en tension, les impédances d entrée et de sortie. Même question sans le condensateur de découplage C 2. On donne : g m = 2 ma/v ; D = 3,3 k ; S = 1 k ; G = 1 M ; r = 1 k. e r C 1 G D D S S C 2 Dirami Page 10

12 Exercice 4 : E Déterminer le point de fonctionnement du montage. Faire le schéma équivalent en AC et calculer le gain en tension du montage. On donne : E = 15 V ; I DSS = 12 ma ; V GS0ff = 4 V. D = 1,8 k ; S = 270 k ; G = 10 M. r = 100 k ; L = 1,8 k. Au point de fonctionnement : g m = 2,1 ma/v e r C 1 G D D S S C 2 C 3 L Exercice 5 : Un JFET est caractérisé dans la région de saturation par l expression suivante du courant de drain de saturation : I (ma) = avec V GS (en volts) < 0. La limite de la région de saturation est donnée par : V DS = V GS - V P (V GS et V P < 0). 1. Donner les valeurs numériques de I DSS et V P pour ce transistor. 2. On monte ce transistor dans un circuit à polarisation automatique avec une tension d alimentation V DD = 30V. La résistance de source S est découplée par un condensateur d impédance nulle en alternatif. Faire le schéma. On désire que le point de polarisation corresponde à V GS0 = -4 V et V DS0 = 15 V. Calculer les valeurs qu il convient de donner aux résistances S et D. 3. Pour constituer S et D, on utilise deux résistances de la série normalisée suivante : 1, 1.2, 1.5, 1.8, 2.2, 2.7, 3.3, 3.9, 4.7, 5.6, 6.8, 8.2, 10, 12, 15,... Déterminer alors les valeurs exactes de V GS0, I D0 et V DS0. 4. Calculer la pente ou la transconductance du JFET à V GS0. 5. Donner le schéma équivalent en petits signaux (basses fréquences) du montage. On donne pour le JFET r ds =20 kw (r ds = 1/gds). 6. Quelle est la résistance de sortie r S de l amplificateur ainsi constitué (la sortie est prélevée sur la connexion de drain)? 7. On branche une résistance d utilisation L par l intermédiaire d un condensateur de liaison C L à la sortie de l amplificateur. Quelle doit être l amplitude de la tension sinusoïdale d entrée pour que la puissance PL fournie à L soit de 1,2 mw ( L = r s en sortie)? 8. Construire dans le plan (I D, V DS ) la droite de charge statique puis le segment utile de la droite de charge dynamique. Faire apparaître les positions extrêmes des variations des points de fonctionnement ainsi que les valeurs numériques correspondantes (correspondant à la question 7). Dirami Page 11

13 Chapitre 3: L amplificateur différentiel 1. Généralités Dans un amplificateur classique, le signal est appliqué entre une entrée et la masse. Un tel dispositif amplifie à la fois le signal et les signaux parasites induits sur l entrée. Un amplificateur différentiel amplifie la ddp entre deux points isolés de la masse ou tension différentielle d entrée. Les signaux parasites sur les entrées ne se retrouvent plus en sortie. Un ampli opérationnel ne peut être utilisé directement comme ampli différentiel à cause du phénomène de saturation. L étage d entrée de l ampli op est généralement un ampli différentiel. L ampli différentiel possède a 2 entrées et 2 sorties. Il est alimenté par 2 sources de tension opposées : +V CC et V EE (habituellement V CC = V EE ). Le signal est appliqué entre les 2 entrées ( et ). On distingue deux configurations de base : - amplificateur différentiel à sortie symétrique (figure 1) - amplificateur différentiel à sortie dissymétrique (figure 2): c est le mode de fonctionnement de l ampli op. V CC V CC C v 0 C C C T 1 L T 2 T 1 T 2 L v 0 E -V EE Figure 1 Figure 2 E -V EE Dans la figure 1, la charge L n'ayant aucune borne reliée à la masse est appelée charge flottante. L'entrée est appelée entrée non inverseuse, sa tension est en phase avec v 0 et l'entrée est appelée entrée inverseuse, sa tension est déphasée de 180 par rapport à v M o d e d e f o n c t i o n n e m e n t : 2. 1 D é f i n i t i o n s L'amplificateur différentiel idéal amplifie la différence entre les 2 signaux d entrée et. Cependant la sortie dépendra aussi de la somme des 2 signaux. et peuvent être décomposés comme suite : v d = - et v cm = ( + )/2. v d est appelé tension d'entrée en mode différentiel ou encore tension différentielle d'entrée. C'est la tension que nous voulons amplifier. V cm est appelée tension d'entrée en mode commun et représente le signal parasite (le bruit). Quand l'amplificateur différentiel répond à la différence -, on dit qu'il est en mode différentiel. Quand les deux entrées sont égales, on dit qu'il est en mode commun. Dirami Page 12

14 Idéalement l'amplificateur différentiel ne doit produire des signaux de sortie qu'en mode différentiel. 2.2 Fonction de transfert d'un ampli différentiel et taux de réjection Considérons l amplificateur à 2 entrées et 1 sortie de la figure 3. La tension différentielle d'entrée est : v d = La tension en mode commun est : v cm = ( + )/2 Exprimons et en fonction de v d et v cm : v = v + v 2 et v = v v 2 Ampli Figure 3 v 0 Dans le cas général, la fonction de transfert de l amplificateur est : G 1 est le gain de l ampli quand = 0 et G 2 son gain lorsque = 0 v = G v + G v emplaçons et : v = G v + + G v = (G + G )v + (G G )v On pose v = G v + G v G = G +G G = (G G ) est le gain en mode commun est le gain différentiel Pour un ampli idéal, G d doit être grand et G cm = 0 Un bon ampli différentiel a un G cm faible et u n G d élevé. La performance de l ampli est caractérisé par son taux de réjection en mode commun : CM CM = τ = ou CM = 20log (ampli de bonne qualité : CM > 80dB) Nous avons : v = G v + G v = G v 1 + = G v 1 + L a m p l i f i c a t e u r e s t d a u t a n t m e i l l e u r q u e l e C M e s t g r a n d d e v a n t v c m / v d. 3. E t u d e d e l a m p l i f i c a t e u r e n r é g i m e d y n a m i q u e 3. 1 S c h é m a é q u i v a l e n t e n r é g i m e d y n a m i q u e V CC L e s c h é m a d u m o n t a g e e s t c e l u i r e p r é s e n t é f i g u r e 4 e t l a f i g u r e 5 m o n t r e l e s c h é m a C C é q u i v a l e n t e n r é g i m e d y n a m i q u e o ù l e s 2 t r a n s i s t o r s s o n t p r i s i d e n t i q u e s. e 1 r 1 T 1 v 01 v 02 r 2 T 2 e2 I 0 E -V EE Figure 4 Dirami Page 13

15 r 1 i B1 v 01 v 02 i B2 r 2 e 1 h 11E i B1 C i E1 M h 11E C v2 e 2 i E2 i B2 Figure 5 E 3. 2 C a l c u l d u g a i n e n m o d e d i f f é r e n t i e l G d E n m o d e d i f f é r e n t i e l, V c m = ( + ) / 2 = 0 = - = v / 2 v d = v i E 1 = ( + 1 ) i B 1 e t i E 2 = ( + 1 ) i B 2 = - i B 1 = - i B 2 i E 1 = - i E 2 i E 1 + i E 2 = i 0 = 0 E i 0 = 0 Le point M est à la masse : on obtient alors le schéma suivant : r 1 i B1 v 01 v 02 i B2 r 2 = - v d / 2 = h 1 1 E. i B 2 e 1 h 11E i B1 C i E1 M i B2 h 11E C e 2 i E2 Figure 6 v d = - 2 h 1 1 E. i B 2 v 0 2 = - C i B 2 Le gain en mode différentiel est : G = = pour sortie simple G = = = pour sortie flottante 3. 3 C a l c u l d u g a i n e n m o d e c o m m u n G c m En mode commun, v d = = 0 = = v v cm = ( + )/2 = v i B1 h 11E i E1 M i B1 i E2 C v 01 v 02 C i B2 i E1 h 11E i E2 M i B2 i B 1 = i B 2 i E 1 = i E 2 = ( + 1 ) i B 2 v cm = = h 1 1 E. i B 2 + E ( i E 1 + i E 2 ) E Figure 7 E v cm = [h 1 1 E + 2 ( + 1 ) E ] i B 2 v 0 2 = - C i B 2 Le gain en mode commun est : G = = () 3.4 Taux de réjection en mode commun CM = = () = + () si E CM Pour avoir le CM grand, il faut prendre une résistance E de grande valeur. Une bonne solution est de remplacer E par une source de courant constant qui présente une grande résistance interne. Dirami Page 14

16 4. Ampli différentiel alimenté par une source de courant constant On remplace la résistance E par une source de courant constant I 0. Cette source peut être réalisée à l aide d un montage base commune. Le courant dans la résistance est pratiquement I 0. En négligeant I B devant I, il vient : I I 1 T 1 T 2 V V = I + I = ( + )I I = + i E1 I 0 i E2 V = I = V = V + + I V I = V ( + ) V On obtient ainsi un courant I 0 constant I 0 = 0 = i E1 + i E2 Si e 1 = e 2, par symétrie i E1 = i E2 = 0 i C1 = i C2 = 0 Le gain en mode commun est : G = = = 0 Si T 1 et T 2 sont identiques et si la source donne un courant constant, alors G cm = 0 I 1 V EE I B I 1 2 T Figure 8 5. Ampli différentiel à circuit d entrée à configuration darlington L amplificateur darlington a une impédance et un gain en courant élevés. i B1 T 1 i C1 i C2 i B T i C i B h ie1 1 i B i C i E1 = i B2 T 2 i E2 i E Figure 9 hie2 i B2 2 i B2 Gain en courant : G = i = i + i = β i i + i = β i + i. i = β i i + β. i = β i + β. i = β i + β. i + i i G = β + β (β + 1) β β Impédance d entrée : Z = v i = h. i + h. i i = h + (β + 1)h Dans l ampli différentiel à configuration darlington, on remplace les transistors T 1 et T 2 par des transistors darlington de paramètre : 1 2 et h ie = h ie1 + ( 1 + 1) h ie2. Dirami Page 15

17 TD 3 Exercice 1 : 1) Pour le montage de la figure 1, calculer le gain différentiel G D = v 0 /v D,le gain de mode commun G CM =v 0 /v CM, le taux de réjection en mode commun et les impédances d entrée. appel : v D = ( ) et v CM = ( + )/2 A.N. : 1 = 3 = 10k et 2 = 4 = 100k AOP Figure 1 2) Suite aux imperfections des composants réels, on a 4 = 105k, le reste n étant pas modifié. Calculer le nouveau gain en mode commun et le CM. v 0 Exercice 2 : a Un amplificateur différentiel est réalisé avec AOP 2 amplificateurs opérationnels (figure 2). 1. Déterminer v' en fonction de et a. /a v AOP v 0 Quelle est la fonction réalisée? 2. Calculer v 0 en fonction de a, v' et. Figure 2 3. Déterminer A d tel que v 0 = A d ( - ). Déterminer la valeur de a si A d = 10, Exercice 3 : 2 1) Dans le montage de la figure 3, 1 = 10k et 2 = 3 = 100k. Calculer le gain différentiel A d = v O / v d et le gain de mode commun A cm = v O / v cm. 1 1 AOP v 0 2) Suite aux imperfections des composants réels, on a 3 = 105 k ; le reste du circuit n'étant pas modifié. Calculer le nouveau gain de 3 Figure 3 mode commun. Exercice 4 : V CC Pour le montage de la figure 4, on donne : V CC = V EE = 15V, C = 25 k, I 0 = 500 µa, = 100 pour les transistors, hie=1k et V BE = 0.6V à I C = 250µA. Calculer le point de fonctionnement en DC (V E, V 01 et V 02 ) à v d = 0 et v CM = 0. Préciser la plage de v CM à v D = 0 si la source de courant est idéale mais limitée par la tension d'alimentation. Calculer le gain (v 02 v 01 )/v d à v CM = 0. Calculer v 01 (t) et v 02 (t) si v d = 300 µv (constante), et si v d = 500µVcos(wt). v d /2 v cm C T 1 v 02 C v 01 T 2 I 0 -V EE Figure 4 -v d /2 Dirami Page 16

18 Exercice 5 : V CC Pour le montage de la figure 5, on donne : C C V CC = V EE = 15V, C = 25 k, E = 200, I 0 = 500 µa, = 100 et V BE = 0.6V à I C = 250µA, hie=1k. Calculer le gain (v 02 v 01 )/v d à v CM = 0. v d /2 T 1 v 02 v 01 T 2 -v d /2 Calculer v 01 (t) et v 02 (t) si v d = 300 µv (constante), E E et si v d = 500µVcos(wt). I 0 -V EE Figure 5 Exercice 6 : Dans le montage figure 6, D =15k et I 0 =0.5mA. Pour les transistors, Vp = -4V et I DSS = 1mA. Calculer le point de fonctionnement statique G (V S, V 01 et V 02 ) à v G1 = v G2 = 0 V. En dynamique, calculer le gain différentiel A d = v 0 / v d. emplacer le générateur de courant I 0 = 0. 5 ma par un circuit à JFET du même type (Vp = -4V et I DSS = 1 ma). Tracer le schéma et préciser V GS et la résistance S. Avec le générateur de courant à JFET, calculer la plage de v 01 et v 02. En déduire la plage de V CM à l'entrée. Les résistances D ont une tolérance de 0.5%. En déduire V OS de l'amplificateur dans le cas défavorable. Préciser la tension de sortie v O si les deux entrées sont à la masse. D D S v 01 v 02 D +15V D G S I 0 Fig. 6-15V Dirami Page 17

19 Chapitre 4: l amplificateur opérationnel 1 Présentation de l amplificateur opérationnel (AO) 1.1 Définition L AO est un composant de base. Le plus courant se présente en boitier plastique à 8 broches DIL. C est un amplificateur de tension qui peut fonctionner en deux modes : linéaire et non linéaire. L alimentation s effectue par 2 sources : E 1 et E 2 (E 1 > 0 et E 2 < 0). Si E 1 = -E 2, l alimentation est dite symétrique par rapport à la masse. La tension de sortie peut varier de E 2 +1V à E 1-1V. Généralement, E 1 et- E 2 sont comprises entre 3V et 18V. e - e + E 2 E 1 S L AO supporte des alimentations dissymétriques par rapport à la masse et même une alimentation unique. L AO possède 2 entrées (+ et -) auxquelles on applique les tensions d entrée e + et e -, et une sortie S où on recueille la tension. Nous avons : v = A(e e ) + A comme A cm A v A(e e ) = Aε A cm est le gain en mode commun et A le gain en mode différentiel. Si e - = 0 alors = Ae + : l entrée + est l entrée non inverseuse Si e + = 0 alors = -Ae - : l entrée est l entrée inverseuse La sortie peut varier entre 2 limites : V sat+ et V sat- avec V sat+ = E 1 - et V sat- = E 2 + et 1V 1.2 égime de fonctionnement On distingue deux régimes de fonctionnement : - égime de saturation où est égal à V sat+ ou à V sat+ - égime linéaire où est proportionnel à ε : = Aε 1.3 Schéma équivalent de l AO Zone de saturation v sat+ Zone de saturation 0 ε at- Le schéma équivalent de l AO est représenté ci-contre. Z d : impédance différentielle entre les entrées «+» et «-», très grande (10 6 à ). e - Z cm Z d Aε s Z cm : impédance en mode commun entre chaque entrée et la masse, valeur très grande. e + Z cm ε=e + -e - Dirami Page 18

20 s : impédance de sortie de l AO, de faible valeur. 1.4 Utilisation de l AO Le gain A de l AO est grand (ordre 10 6 ). Utilisé tout seul, l AO est en régime de saturation ( = V sat ). Pour avoir le régime linéaire, il faut appliquer à l AO une contre réaction, boucle fermée qui permet de réduire le gain du montage. Pour que le système soit stable, le signal de réaction doit être réinjecté sur l entrée «-» : la sortie est connectée à l entrée «-» à travers une résistance. 2 Amplificateur opérationnel idéal 2.1 Définition L AO idéal possède : - Un gain A = - Une bande passante infinie, c'est-à-dire A indépendant de la fréquence - Un décalage (offset) de tension en sortie nul : si e + = e - = 0 = 0 - Une résistance de sortie nulle : s = 0 - Les impédances d entrée (différentielle et mode commun) infinies : Z d = Z cm = 2.2 elations fondamentales i - En régime linéaire, < V sat ε = / A < V sat / A : ε 0 car A e + = e - e- i + ε Les impédances d entrée étant infinies, les entrées e + n absorbent aucun courant : i + = i - = 0 L étude des caractéristiques des ampli op réels montre que l approximation de l ampli idéal est largement justifiée. Cependant Plusieurs défauts peuvent s ajouter à l AO idéal ; dans l ordre d importance en général on compte : 1. Gain non infini : le gain de l AO vaut A ; cela se traduit par s = A ε avec bien sûr ε 0 ; 2. Impédance d entrée non infinie : les courants i - et i + ne sont pas nuls, et ε = Z e (i - - i + ) ; 3. La réponse en fréquence n est pas parfaite : la fonction de transfert de l AO est celle d un filtre passe-bas : H(jω) = 0 étant la fréquence de coupure. Dirami Page 19

21 3 Montages à Amplificateur opérationnel 3.1 Montage amplificateur inverseur Nous avons : i 1 1 i - ε ε = e + - e - = 0 et e + = 0 e - = 0 = 1 i 1 et = - 2 i 2 i 2 2 i 1 = i - + i 2 et i - = 0 i 1 = i 2 = - ( 2 / 1 ). Le gain en tension du montage est : G = / = - 2 / 1 L impédance d entrée du montage est : Z e = Montage amplificateur non inverseur ε = e + - e - = e - = 0 = e - i - ε i 2 = i - + i 1 et i - = 0 i 1 = i 2 e - / 1 = ( e - ) / 2 1 i 1 i 2 2 = (1 + 2 / 1 ).e - G = = 1 + Impédance d entrée : c est l impédance de l entrée «+» qui est infinie Souvent, on fixe l impédance d entrée à une valeur en connectant entre l entrée «+» et la masse une résistance. 3.3 Montage suiveur ε = e -, = e + ; ε = e + - e - = 0 = Impédance d entrée élevée et impédance de sotie faible. 3.4 Montage sommateur de tensions Nous avons : v = ( v + v ) Si 1 = 2 v = (v + v ) 1 2 vs 3.5 Montage amplificateur de différence Si = 0 : v = v 1 Si = 0 : e = Si et 0 : v = v v = (1 + )v 1 + v v 2 3 Pour 2 = 1 et 3 = : v = (v v ) Dirami Page 20

22 3.6 Montage dérivateur C i i V e v = i = C dv dt Le dérivateur est utilisé dans les systèmes de régulation pour surveiller le taux de variation de grandeurs physiques telles que par exemple la température ou la pression. En ajoutant une résistance en série avec le condensateur, on obtient le schéma d un filtre actif passe-haut. 3.7 Montage intégrateur i i C i = = C v = v dt En pratique le montage adopté comprend une résistance mise en parallèle sur la capacité, ce qui permet d éviter la saturation en sortie de l AO pour la composante continue. 3.8 Amplificateur logarithmique La tension aux bornes et le courant dans la diode sont tels que : i i v D D i= I e 1 I e v = K ln( ) = K ln( ) pour v D > 50mV v = v = ln( ) 3.9 Amplificateur exponentiel i = I e = I e = I e = v = I e D v D i i En pratique, on trouve des circuits intégrés tout faits comprenant le montage Log, le montage exponentiel. Ces montages sont des multiplieurs analogiques, et servent notamment, en mesures, à linéariser certains capteurs. 3.9 Comparateur Si V e < V EF : V s = V sat- (niveau bas ou 0 logique) Si V e > V EF : V s = V sat+ (niveau haut ou 1 logique) V EF Dirami Page 21

23 Chapitre 5 : Amplificateur d instrumentation Les signaux électriques issus de capteurs sont généralement de niveau faible et il est nécessaire de les amplifier. Mais le signal utile qu on doit amplifier est souvent superposé à un signal parasite (souvent du même ordre de grandeur que le signal utile) et à une tension de mode commun due au circuit de conditionnement du capteur. On cherchera donc à amplifier le signal utile tout en atténuant les signaux non utiles. On utilise pour cela l amplificateur d instrumentation. C est un amplificateur différentiel à fort taux de réjection de mode commun. 1- La tension de mode commun 1.1 Définition de la tension de mode commun La tension V m mesurée, issue d un capteur, est une tension différentielle entre deux points (a et b) : V m = V d = V 1 V 2. La tension de mode commun (non utile) est : V cm = (V 1 + V 2 )/2 Nous avons : V 1 = V cm + V d /2 et V 2 = V mc V d /2 La tension V cm est commune à V 1 et V 2. Elle peut être très supérieure à V m. Elle peut avoir plusieurs origines. 1.2 Tension de mode commun due à l alimentation : cas du montage en pont Soit un capteur résistif placé dans un montage en pont de Wheatstone : V 1 = E/2 E V 2 =E( + )/( 2+ ) E/2 + E./(4) La tension différentielle vaut : V d = V 1 V 2 = E./(4) La tension de mode commun est : V cm = (V 1 + V 2 )/2 E/2 La tension de mode commun dépend essentiellement de B A + V d =V 1 -V 2 l alimentation E ; la tension différentielle est le signal utile issu du capteur. Pour les tensions V 1 et V 2, nous pouvons adopter A V cm V d/2 A la représentation suivante : V 1 V 2 B V d /2 B 1.3 Tension de mode commun de masse : Lorsque le signal du capteur est transmis à l aide d un fil et de la masse, il peut y avoir un courant de masse qui va créer une fem de masse. Cette dernière va se superposer à la tension issue du capteur et sera amplifiée de la même manière. La seule possibilité de s affranchir de cette tension de masse est de transmettre le signal du capteur de manière différentielle (sur 2 fils). Dirami Page 22

24 1.4 Tension de mode commun de perturbation : Des signaux parasites (50Hz ou autres) peuvent se superposer au signal utile lors de sa transmission. Si la transmission se fait de manière différentielle, à l amplification, cette tension de perturbation V cm sera éliminée car elle se retrouve de la même manière sur les deux fils de transmission. 2- Caractéristiques idéales d un amplificateur d instrumentation Il doit réaliser la fonction : V s = A d (V 1 V 2 ) Il doit avoir comme caractéristiques : - une impédance d entrée infinie - une impédance de sortie nulle - un CM ou TMC infini - un Gain différentiel A d réglable. La réalisation d amplificateur d instrumentation se base sur l utilisation de l amplificateur opérationnel. Il existe différents montages. 3- Amplificateur de différence Calcul du gain 1 e = + v et e = v + v + 3 AO e + = e - v = v v 4 Pour 3 = 1 et 4 = 2, on obtient : v = (v v ) On a donc un ampli différentiel parfait avec un gain différentiel : G d = 2 / 1 Le réglage du gain ne peut se faire qu en variant 1 et 3 ou 2 et 4 simultanément et de manière identique, ce qui est difficile à réaliser Influence des résistances On chercher à déterminer l influence d une petite variation des résistances sur le CM. Pour cela, on se place en mode commun, c est-à-dire on fait : = = v cm On prend le cas le plus favorable où une seule résistance varie, par exemple 2 qui varie de 2 = x 2 avec x << 1. Le gain en mode commun est alors : G = = (±) (1 ± x) Pour 3 = 1 et 4 = 2, il vient : G = Le CM est alors : = G d /G cm = (1 + G d )/x Dirami Page 23

25 Dans le cas où il y a une incertitude du même type sur les 4 résistances, le taux de réjection devient: = (1 + G d )/(4x) Influence de l ampli op Soit op le CM de l ampli op seul : AO = A d /A cm, on cherche à évaluer le CM du montage. = A d (e + - e - ) + A cm (e + + e - )/2 Exprimons (e + - e - ) et (e + - e - ) en fonction de, et dans le cas où 3 = 1 et 4 = 2 : e e = + (v v ) Le calcul de donne : v = + v et e + e = + (v + v ) + + (1 + A A 2) [A (v v ) + A (v + v ) 2] + v Pour un ampli op, A d > 10 6 et A d >> A cm v (v v ) + A 2A (v + v ) G = et G =. A A Le taux de réjection pour le montage est donc : = G d /G cm = A d /A cm = AO Les défauts de l ampli op se retrouveront donc directement dans le montage. Ex : A d =10 6, A mc =10, A mc =10, - =.1mV, + =10V =100mV + 50mV Ce type de montage ne convient pas pour des tensions de mesures très faibles (<mv) Calcul de l impédance d entrée Entrée non inverseuse : Z e1 = 1 + 2, entrée inverseuse : Z e2 = 1 Ces impédances ne sont pas égales et leurs valeurs sont insuffisantes. 4- Amplificateur d instrumentation à 2 AO : 4.1 Calcul du gain : v = 1 + v et v v = v v AO1 v AO2 d où v = 1 + (v v ) Le gain différentiel est: G d = Le réglage du gain ne peut se faire qu en variant simultanément deux résistances identiques. Le montage suivant permet de régler le gain en agissant sur une seule résistance (3) : Expression de : v = (v v ) Dirami Page 24

26 Le gain différentiel est : G = AO1 v AO2 4.2 Impédance d entrée Les impédances d entrée sont très grandes () car ce sont les impédances d entrée de l AO Influence des résistances On se place en mode commun, c est-à-dire on fait : = = v cm On prend le cas où une seule résistance varie, par exemple la résistance 2 de AO2 qui varie de 2 = x 2 avec x << 1. v = 1 + v et = v () = xv le CM est : = G d /G cm = G d /x Dans le cas où il y a une incertitude du même type sur les 4 résistances, le taux de réjection devient: = G d /(4x) conclusion Ce montage est intéressant du point de vue des impédances d'entrée, mais il n'apporte rien par rapport au montage précédent pour ce qui est du mode commun et de la faculté d'ajustage du gain. 5- Amplificateur d instrumentation à 3 AO : 5.1 Calcul du gain : Le montage associe un ampli de différence à un étage d entrée qui est un ampli différentiel symétrique. r AO2 2 AO3 v = 1 + r v r v et v = 1 + r v r v AO2 1 v = v v = r ( ) Le gain est réglable à l aide d une seule résistance r. Si les résistances sont strictement identiques, l étage d entrée ne génère pas d erreur de mode commun : si = = v : 1 = = t 2 = = v 1 = 2 = v L erreur de mode commun ne peut provenir alors que de l ampli de différence du 2 eme étage. Dirami Page 25

27 5.2 Erreur due à un défaut de l AO de sortie Le CM de l étage de sortie qui est un ampli de différence est identique à celui de l AO seul, c'est-à-dire : AO = A d / A cm (). Le gain en mode commun de cet étage est donc : G cm = 1/ AO car le gain différentiel de l étage est 1. Pour l ensemble des 2 étages : v = G v + G v = (v v ) + Le CM du montage est donc : τ = G d G cm = τ AO r Avec ce montage, on peut obtenir un taux de réjection bien supérieur à celui de l ampli op seul. 5.3 Conclusion On note que pour ce montage, on obtient un CM important pour les forts gains, et surtout, on a des impédances d'entrée élevées, indépendantes du gain, et ce gain est réglable par une seule résistance. 6- Utilisation des différents montages. 6.1 Cas de faible signal avec forte tension continue de mode commun. L'ampli d'instrumentation à 2 ou 3 amplis opérationnels est ici de mise. Si le montage doit être adaptable (gain ajustable), on choisira le montage à 3 amplis. Dans le commerce, on trouve ces composants tout intégrés, avec même certains qui incluent plusieurs résistances permettant de programmer différents gains (souvent 1, 10, 100 et 1000). 6.2 Cas de fort signal avec forte tension continue de mode commun. Un montage différentiel simple de faible gain pourra faire l'affaire. Pour des forts CM requis, on pourra choisir des amplis différentiels de gain unité intégrés (ex : INA 105 avec un CM supérieur à 80dB). Dirami Page 26

28 TD 4 Exercice 1 : 2 Pour le circuit figure 1 : 1 1. Déterminer, sous la condition 3 = 1 et = 2, le courant I L en fonction de U 1 et des résistances. 2. Quelle est la fonction réalisée par le montage? u 1 3 AOP 5 4 L I L Exercice 2 : Figure 1 Sachant que les résistances et tensions d'entrée valent respectivement n = n 10k et U1n = n V, calculez la tension de sortie de chacun des 2 montages de la figure 2. U 11 Exercice 3 Soit le montage à amplificateur opérationnel de la figure Déterminer le potentiel du point A en fonction de vs. Déduire V BM. 2. Calculer l'intensité i 1 en fonction de E et vs. et l'intensité i 2 en fonction de vs. 4. Déduire la valeur de i en fonction de E. Cette intensité dépend elle de c? 5. Quel est l'intérêt du montage? Exercice 4 : 1 U 12 2 AOP 3 3 U 11 AOP U 13 U 2 U 2 4 U 12 4 Le fabricant d un capteur PH délivrant une tension ph(t), propose un système d acquisition et de traitement analogique et numérique du signal qui se décompose en différents étages électroniques présentés figure 4. Les tensions de saturation des amplificateurs opérationnels sont non symétriques égales respectivement à +15V et -10V. Le constructeur précise la relation en tension du capteur : ph(t)= [PH], avec [PH] valeur du PH comprise entre 1 et 13. 1) Démontrer que s 1 est un signal qui se met sous l expression s 1 =a+b.[ph], Déterminer les valeurs des constantes a et b. 2) Donner la fonction de transfert s 2 /s 1 du montage 2. 3) Précisez la valeur maximale de α que le montage 2 autorisera sans dégrader la mesure. Dans la suite du problème on supposera α =2. 4) Estimer la plage de tension d évolution associée à la variation du [PH] au niveau du signal s 2. Comment améliorer la précision d observation? 5) On connecte le montage3. Etablir l expression de la fonction de transfert du filtre amplificateur passe haut s 3 /s Figure 2 A AOP i 1 B i 2 i E Dirami Page 27 2 Figure 3 M c

29 6) Tracer le diagramme de Bode de cette fonction de transfert, en considérant γ=99, et en précisant la valeur des fréquences de coupure et du gain statique. 7) Le [PH] étant une fonction qui varie à 5Hz, donner une valeur autorisée pour C4 qui restera compatible avec la mesure. On impose 4=10k. 1 =10k 2 =10k Ph(t) s 1 3 AOP AOP CAN Affichage C 4 AOP -E=-2V s 2 s 3 4 montage 1 montage 2 montage 3 Figure 4 Exercice 5 : Afin de mesurer la température à l'intérieur d'une enceinte thermique, on utilise un pont résistif dont l'une des branches est une résistance NTC variant avec la température. Le signal provenant du pont est amplifié par un amplificateur différentiel (fig.5). Le but de cet exercice est de mettre en évidence l'imprécision causée par le mode commun du signal mesuré. 1. Caractéristiques du pont résistif et de l'amplificateur : a) admettant que les 4 résistances du pont sont égales à 1 k et que V CC = +12 V, calculer les tensions U 11, U 12, U d et U cm que l'on aurait en l'absence de l'amplificateur? b) calculez les gains théoriques de l'amplificateur A d et A cm ainsi que le TMC lorsque 1 = 3 = 10 k, 2 = 4 = 100 k; c) prenant en compte l'imprécision relative ε= 1% de ces résistances, quelles sont les limites des gains A d et A cm? Calculer le TMC minimum. 2. Sachant que pour une température donnée, le pont résistif branché sur l'amplificateur fournit les tensions U11 = 5.97 V et U 12 = 6.27 V, a) que valent U d et U cm? b) calculer les effets de U d et U cm sur la sortie U 2 et les valeurs limites de celle-ci ; c) quelle est l'imprécision causée par le mode commun? d) considérant que le capteur fournit à l'amplificateur une variation de tension de -10mV/ o C, quelle est la température de l'enceinte sachant que le pont est équilibré à 20 o C? V CC NTC U U 2 U AOP ε AOP e s(t) Figure 5 Figure 6 Dirami Page 28

30 Exercice 6 : Soit le montage de la figure 6 où 1 = 2K et 2 = 1k. Donner l expression de ε en fonction de 1, 2, s et e. Ecrire la condition de basculement marquée par ε = 0. Quelles sont les deux valeurs des tensions seuils? Tracer la caractéristique de transfert s = f (e). Exercice 7 : 1) Determiner la tension de sortie Vs en fonction de la variation x de la résistance du capteur de température c =(1+x), ainsi que des autres résistances du montage et de la tension E. On considère pour simplifier que = A = B =. 2) On donne E=12V. = 1k, la sensibilité du capteur vaut 3,85Ω/ C, et l on souhaite obtenir une tension de sortie Vs variant de -2V à 4V pour une température comprise entre -20 C et 40 C. Proposer des valeurs pour les diverses résistances permettant d obtenir ce résultat. AO1 4 E c A A 2 3 B B AO3 AO2 Figure 7 Dirami Page 29

31 Chapitre 6: la boucle à verrouillage de phase 1. Introduction Une PLL (Phase-Locked Loop) ou boucle à verrouillage de phase est un montage électronique permettant d'asservir la phase instantanée du signal de sortie sur la phase instantanée du signal d entrée, mais elle permet aussi d'asservir la fréquence du signal de sortie sur un multiple de la fréquence d'entrée. Le schéma fonctionnel d une PLL correspond à un système asservi à retour unitaire. Elle est constituée par les éléments suivants : - un comparateur de phase (CDP) ; - un filtre passe-bas (FPB) ; - un oscillateur contrôlé en tension (VCO). V e (t) f e, φ e Comparateur de phase V Oscillateur c (t) Filtre V f (t) V s (t) passe-bas commandé f s, φ s en tension F 0 2. Le filtre passe-bas 2.1 éseau C : La fonction de transfert du filtre est: F(p) = () () = V c (t) C V f (t) 2.2 éseau 1 2 C : Le réseau C précédent est, dans certains cas, insuffisant pour la stabilité de la boucle. Le réseau à retard de phase ci-contre V c (t) 1 C 2 V f (t) lui sera alors préféré. La fonction de transfert du filtre est: F(p) = () () = ( ) 3. L oscillateur commandé en tension (VCO) : Un VCO (Voltage Controlled Oscillator) délivre un signal de sortie dont la fréquence f s est proportionnelle à la tension de commande v f, ceci sur un intervalle de fréquence [F min ; F max ] appelé gamme de fréquence de l oscillateur. L expression de f s en fonction de v f est appelée caractéristique du VCO. L expression de la fréquence centrale F 0 du VCO est : F 0 = (F min + F max )/2 Souvent le VCO est inclus dans un circuit intégré et les fréquences F min et f max sont alors fixées par le choix de résistances et d une capacité extérieures à connecter au circuit. Dirami Page 30

32 Dans le domaine linéaire, la relation fréquence-tension du VCO s'écrit : f s = F 0 + F max F min V fmax V fmin V f = F 0 + k 0. V f F max F 0 f s La figure ci-contre représente la caractéristique du VCO. F min Le VCO peut être un oscillateur harmonique ou un Oscillateur à relaxation. V fmin 0 V fmax V f Dans le cas harmonique, le signal généré est sinusoïdal et les montages utilisés sont de type Hartey, Colpitts ou clapp dans lesquels, on monte en parallèle sur le circuit oscillant LC, une ou deux diodes Varicap dont la capacité varie en fonction d une tension de commande. L oscillateur à relaxation fournit un signal rectangulaire et peut être réalisé par un trigger de Schmitt basculant en fonction de la tension aux bornes de la capacité. La figure cidessous montre un montage VCO à relaxation. i C +V sat 2 /( ) V V f e - e + AOP V AOP V s -V sat 2 /( ) /2 T V sat V s T bloqué T saturé T 1 T 2 -V sat Quand T est bloqué (V s =-V sat ) : e + = e - = V f /3 = -i et V = idt + e = t + Pour t=t 1, V = -2V sat 2 /( ), d où T = ( V + ) Quand T est saturé (V s =+V sat ) : e + = e - = V f /3 = i et V = idt + e = + t + Pour t=t 2, V = +2V sat 2 /( ), d où T = ( V ) La période des signaux V et V s est : T = T + T =. La fréquence de V s est donc proportionnelle à la tension de commande V f. On peut écrire : f s = K 0.V f avec K = Dirami Page 31

33 4. Comparateur de phase 4.1 ôle du comparateur de phase : Le détecteur ou comparateur de phase doit fournir, après filtrage, une tension continue ou lentement variable proportionnelle à l'écart de phase existant entre les deux signaux d'entrée et de retour de boucle. 4.2 Types de comparateurs de phase : Il existe deux familles de détecteurs de phase : - Les comparateurs de phase analogiques : ils sont utilisés lorsque le signal d'entrée est sinusoïdal, et en particulier en présence de bruit. - Les comparateurs de phase numériques : ils sont utilisés lorsque le signal d'entrée est impulsionnel ou carré. Ils peuvent être de type combinatoire ou de type séquentiel. a) Comparateur de phase analogique : Le détecteur de phase analogique est un multiplieur de phase analogique. Soit (t) = V e sin(ωt+φ e ) et (t) = V s sin(ωt+φ s ) (t) v c (t) = K. (t). (t) = (KV e V s /2)[cos(2ωt+φ e +φ s ) + cos(φ e -φ s )] φ v c (t) Le filtre de boucle placée à la sortie du comparateur doit éliminer le premier terme de l expression ; le terme (KV e V s /2) cos(φ e -φ s ) représente la tension de commande V f qui est appliquée au VCO. Si les amplitudes des signaux sont constantes, on a V f = K d. cos(φ e -φ s ) : le signal d erreur est fonction uniquement du déphasage entre (t) et (t). K d représente la sensibilité du comparateur de phase. b) Comparateur de phase numérique : - Le comparateur de phase «OU exclusif» : Les signaux et, à comparer doivent être de même fréquence et de rapport cyclique ½. Soit Δφ = φ e φ s : déphasage entre les signaux et. (t) (t) v c (t) Cas où 0 < Δφ < π: Cas où π < Δφ < 2π: (t) Filtre Passe-Bas V f t t T t T t v c V dd 0 θ t V dd 0 θ t Dirami Page 32

34 Le signal de sortie du comparateur a une fréquence double de celle du signal d entrée : la fréquence de coupure du filtre doit être inférieure à 2f e. Sortie du filtre passe-bas = V f = Valeur moyenne de v c (t): V = 2 θ = Δφ pour 0 < Δφ < π et V = 2 (T θ) = (2π Δφ) pour π < Δφ < 2π La sortie du filtre est proportionnelle à la différence de phase entre les signaux et. La caractéristique de l ensemble comparateur V dd V f et filtre Vf en fonction de Δφ est donnée sur la figure ci-contre. On prendra comme gain de ce comparateur : K d = V dd π 0 π 2π Δφ Le comparateur de phase à logique séquentielle: Le circuit logique détecte les fronts montants. Lorsque le front montant de (t) précède celui de (t), la sortie v c (t) est à V dd. Lorsque le front montant de (t) suit celui de (t), la sortie v c (t) est à V ss = 0 V. Le troisième état est V dd /2. 5 Fonctionnement de la PLL V dd V dd v c V dd V dd /2 0 * La PLL est un dispositif qui permet de synchroniser le signal d un VCO avec un signal de référence (entrée), le synchronisme étant assuré par un asservissement de la fréquence des signaux. * On rappelle les éléments de la PLL : - Le VCO donne une fréquence qui varie en fonction de la tension de commande v f appliquée sur son entrée. Il est caractérisé par sa fréquence centrale F 0 et sa pente K 0 en Hz/V. - Le CDP compare la fréquence du VCO à la fréquence de référence. Il donne une tension v c alternative qui est fonction du déphasage Δφ entre et. Il est caractérisé par un coefficient souvent noté K d en V/rad. - Le FPB fournit la tension V f qui est la valeur moyenne de v c. Cette tension V f est proportionnelle à Δφ. * Le fonctionnement de la PLL est le suivant : - En l absence de signal injecté à l entrée de la boucle, ou si la fréquence du signal injecté est en dehors de la plage de fonctionnement du VCO, la boucle est dite non verrouillée et f s =f 0 ; f s et f 0 sont respectivement la fréquence de sortie et la fréquence centrale du VCO. Dirami Page 33

35 - Si on injecte dans la boucle un signal de fréquence f e voisin de f o, la PLL se verrouille et on aboutit au bout d un temps bref à un état stable caractérisé par f s =f e. - Une fois la boucle verrouillée ou accrochée, la fréquence d entrée peut varier dans la plage de verrouillage sans que cette boucle ne décroche et on a toujours f s =f e. - Si la fréquence d entrée sort de la plage de verrouillage, la boucle décroche et on revient à la situation d une boucle non verrouillée. Pour raccrocher la boucle, il faut alors revenir au voisinage de f o et pénétrer dans la plage de capture. ΔF pc f 0 F min Plage de capture Plage de verrouillage ΔF pl F max La plage de capture correspond à l'écart entre la fréquence centrale du VCO et la fréquence à partir de laquelle la PLL se verrouille. La plage de capture dépend de la fréquence de coupure du filtre passe bas. La plage de verrouillage correspond à l'écart de fréquence entre la fréquence centrale du VCO et la fréquence à partir de laquelle la PLL se déverrouille. La plage de verrouillage dépend de la caractéristique du VCO : ΔF pl = F max - F min. 6 Schéma fonctionnel de la boucle : Un signal de la forme v(t) = V.sin φ(t) permet de définir : - la phase instantanée φ(t). - la pulsation instantanée ω(t) = dφ(t)/dt. - la fréquence instantanée f(t) = ω(t)/2π Si le signal est à fréquence fixe f 0, on peut écrire : v(t) = V.sin(ω 0 t + φ 0 ) Pour des variations autour de f o, et si on s intéresse aux phases des signaux d entrée et de sortie, le schéma du modèle de la boucle en phase est : Entrée V e (t) ω e, φ e φe Comp. de φ K d Sortie V s (t) ω s, φ s V c (t) FPB V f (t) VCO ω s Intégration F(p) K 0 1/p φs La fonction de transfert en boucle ouverte de ce modèle est : T(p) = K dk 0 F(p) p Dirami Page 34

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electronique Analogique 2ème semestre 3ème partie Damien JACOB 08-09 Le transistor bipolaire I. Description et symboles Effet transistor : effet physique découvert en

Plus en détail

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015 Uniersité Mohammed Khidher Biskra A.U.: 204/205 Faculté des sciences et de la technologie nseignant: Bekhouche Khaled Matière: lectronique Fondamentale hapitre 4 : Le Transistor Bipolaire à Jonction 4..

Plus en détail

Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire

Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire LEEA 3 ème A, C. TELLIER, 28.08.04 1 Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire 1. Structure et description du fonctionnement 1.1. Les transistors bipolaires 1.2 Le transistor NPN Structure intégrée d'un transistor

Plus en détail

Les transistors à effet de champ.

Les transistors à effet de champ. Chapitre 2 Les transistors à effet de champ. 2.1 Les différentes structures Il existe de nombreux types de transistors utilisant un effet de champ (FET : Field Effect Transistor). Ces composants sont caractérisés

Plus en détail

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B.

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B. Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant. - Le régime linéaire. Le courant collecteur est proportionnel

Plus en détail

Les transistors à effet de champ

Les transistors à effet de champ etour au menu! Les transistors à effet de champ 1 tructure A TANITO à JONCTION (JFET) Contrairement aux transistors bipolaires dont le fonctionnement repose sur deux types de porteurs les trous et les

Plus en détail

Cours 9. Régimes du transistor MOS

Cours 9. Régimes du transistor MOS Cours 9. Régimes du transistor MOS Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 005 Dans ce document le transistor MOS est traité comme un composant électronique.

Plus en détail

Conception. de systèmes électroniques. analogiques

Conception. de systèmes électroniques. analogiques Christian JUTTEN Conception de systèmes électroniques analogiques Université Joseph Fourier - Polytech Grenoble Cours de deuxième année du département 3i Janvier 2007 Table des matières Modèle mathématique

Plus en détail

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE SYSTEMES LINEIRES DU PREMIER ORDRE 1. DEFINITION e(t) SYSTEME s(t) Un système est dit linéaire invariant du premier ordre si la réponse s(t) est liée à l excitation e(t) par une équation différentielle

Plus en détail

LES MONTAGES D AMPLIFICATION: ANALYSE ET SYNTHESE

LES MONTAGES D AMPLIFICATION: ANALYSE ET SYNTHESE 1 Guillaume LAMY Fabrice DECROP 1G1 TD1 LES MONTAGES D AMPLIFICATION: ANALYSE ET SYNTHESE A ENSEA 1 ère A Electronique Analogique 2 Introduction A ce point d avancement sur les cours d électronique analogique

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Projet de synthèse de l'électronique analogique : réalisation d'une balance à jauges de contrainte

Projet de synthèse de l'électronique analogique : réalisation d'une balance à jauges de contrainte J3eA, Journal sur l enseignement des sciences et technologies de l information et des systèmes, Volume 4, HorsSérie 2, 20 (2005) DOI : http://dx.doi.org/10.1051/bibj3ea:2005720 EDP Sciences, 2005 Projet

Plus en détail

Equipement. électronique

Equipement. électronique MASTER ISIC Les générateurs de fonctions 1 1. Avant-propos C est avec l oscilloscope, le multimètre et l alimentation stabilisée, l appareil le plus répandu en laboratoire. BUT: Fournir des signau électriques

Plus en détail

La polarisation des transistors

La polarisation des transistors La polarisation des transistors Droite de charge en continu, en courant continu, statique ou en régime statique (voir : le transistor) On peut tracer la droite de charge sur les caractéristiques de collecteur

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

1. PRESENTATION DU PROJET

1. PRESENTATION DU PROJET Bac STI2D Formation des enseignants Jean-François LIEBAUT Denis PENARD SIN 63 : Prototypage d un traitement de l information analogique et numérique (PSoC) 1. PRESENTATION DU PROJET Les systèmes d éclairage

Plus en détail

Amplificateur à deux étages : gains, résistances "vues", droites de charges, distorsion harmonique

Amplificateur à deux étages : gains, résistances vues, droites de charges, distorsion harmonique Problème 6 Amplificateur à deux étages : gains, résistances "ues", droites de charges, distorsion harmonique Le circuit analysé dans ce problème est un exemple représentatif d'amplificateur réalisé à composants

Plus en détail

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission

Transmission de données. A) Principaux éléments intervenant dans la transmission Page 1 / 7 A) Principaux éléments intervenant dans la transmission A.1 Equipement voisins Ordinateur ou terminal Ordinateur ou terminal Canal de transmission ETTD ETTD ETTD : Equipement Terminal de Traitement

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

Le transistor bipolaire. Page N 6 Tranlin

Le transistor bipolaire. Page N 6 Tranlin V. Etude d'un montage à 1 transtor. (montage charge répart ac découplage d'émetteur Pour toute la suite, on utilera comme exemple le schéma suivant appelé montage charge répart ac découplage d'émetteur

Plus en détail

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions:

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

Donner les limites de validité de la relation obtenue.

Donner les limites de validité de la relation obtenue. olutions! ours! - Multiplicateur 0 e s alculer en fonction de. Donner les limites de validité de la relation obtenue. Quelle est la valeur supérieure de? Quel est le rôle de 0? - Multiplicateur e 0 s alculer

Plus en détail

Mode d emploi ALTO MONITOR PROCESSEUR D ÉCOUTE. www.altoproaudio.com Version 1.0 Juillet 2003 Français

Mode d emploi ALTO MONITOR PROCESSEUR D ÉCOUTE. www.altoproaudio.com Version 1.0 Juillet 2003 Français Mode d emploi ALTO MONITOR PROCESSEUR D ÉCOUTE www.altoproaudio.com Version 1.0 Juillet 2003 Français SOMMAIRE 1. INTRODUCTION................................................................... 4 2. FONCTIONNALITÉS................................................................

Plus en détail

MEMOIRES MAGNETIQUES A DISQUES RIGIDES

MEMOIRES MAGNETIQUES A DISQUES RIGIDES MEMOIRES MAGNETIQUES A DISQUES RIGIDES PARTIE ELECTRONIQUE Le schéma complet de FP5 est donnée en annexe. Les questions porterons sur la fonction FP5 dont le schéma fonctionnel de degré 2 est présenté

Plus en détail

Exemple d acquisition automatique de mesures sur une maquette de contrôle actif de vibrations

Exemple d acquisition automatique de mesures sur une maquette de contrôle actif de vibrations Exemple d acquisition automatique de mesures sur une maquette de contrôle actif de vibrations Valérie Pommier-Budinger Bernard Mouton - Francois Vincent ISAE Institut Supérieur de l Aéronautique et de

Plus en détail

Filtres passe-bas. On utilise les filtres passe-bas pour réduire l amplitude des composantes de fréquences supérieures à la celle de la coupure.

Filtres passe-bas. On utilise les filtres passe-bas pour réduire l amplitude des composantes de fréquences supérieures à la celle de la coupure. Filtres passe-bas Ce court document expose les principes des filtres passe-bas, leurs caractéristiques en fréquence et leurs principales topologies. Les éléments de contenu sont : Définition du filtre

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

TP Modulation Démodulation BPSK

TP Modulation Démodulation BPSK I- INTRODUCTION : TP Modulation Démodulation BPSK La modulation BPSK est une modulation de phase (Phase Shift Keying = saut discret de phase) par signal numérique binaire (Binary). La phase d une porteuse

Plus en détail

Circuits intégrés micro-ondes

Circuits intégrés micro-ondes Chapitre 7 Circuits intégrés micro-ondes Ce chapitre sert d introduction aux circuits intégrés micro-ondes. On y présentera les éléments de base (résistance, capacitance, inductance), ainsi que les transistors

Plus en détail

A. N(p) B + C p. + D p2

A. N(p) B + C p. + D p2 Polytech Nice ELEC3 T.P. d'electronique TP N 7 S ACTIFS DU SECOND ORDRE 1 - INTRODUCTION Un quadripôle est dit avoir une fonction de transfert en tension, du second ordre, lorsque le rapport tension de

Plus en détail

CLIP. (Calling Line Identification Presentation) Appareil autonome affichant le numéro appelant

CLIP. (Calling Line Identification Presentation) Appareil autonome affichant le numéro appelant 1. Besoin CLIP (Calling Line Identification Presentation) Appareil autonome affichant le numéro appelant ETUDE FONCTIONNELLE De très nombreux abonnés du réseau téléphonique commuté ont exprimé le besoin

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

Références pour la commande

Références pour la commande avec fonction de détection de défaillance G3PC Détecte les dysfonctionnements des relais statiques utilisés pour la régulation de température des éléments chauffants et émet simultanément des signaux d'alarme.

Plus en détail

Jouve, 18, rue Saint-Denis, 75001 PARIS

Jouve, 18, rue Saint-Denis, 75001 PARIS 19 à Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets Numéro de publication : 0 645 740 A1 12 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN @ Numéro de dépôt : 94402079.1 @ Int. ci.6: G07B 17/04,

Plus en détail

SOMMAIRE. B5.1 Première approche

SOMMAIRE. B5.1 Première approche APPROCHE THEORIQE LES COMPOSANTS ELECTRONIQES B5 LES IOES SOMMAIRE B5.1 Première approche B5.2 e la jonction PN à la diode B5.3 Caractéristique d'une diode B5.4 Mécanisme de conduction d'une diode B5.5

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Notions d asservissements et de Régulations

Notions d asservissements et de Régulations I. Introduction I. Notions d asservissements et de Régulations Le professeur de Génie Electrique doit faire passer des notions de régulation à travers ses enseignements. Les notions principales qu'il a

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Études et Réalisation Génie Électrique

Études et Réalisation Génie Électrique Université François-Rabelais de Tours Institut Universitaire de Technologie de Tours Département Génie Électrique et Informatique Industrielle Études et Réalisation Génie Électrique Chargeur de batterie

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

TD 11. Les trois montages fondamentaux E.C, B.C, C.C ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe.

TD 11. Les trois montages fondamentaux E.C, B.C, C.C ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe. TD 11 Les trois montages fondamentaux.,.,. ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe ***exercice 11.1 On considère le montage ci-dessous : V = 10 V R 1 R s v e

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires

TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires TD1 Signaux, énergie et puissance, signaux aléatoires I ) Ecrire l'expression analytique des signaux représentés sur les figures suivantes à l'aide de signaux particuliers. Dans le cas du signal y(t) trouver

Plus en détail

Oscilloscope actif de précision CONCEPT 4000M

Oscilloscope actif de précision CONCEPT 4000M Oscilloscope actif de précision CONCEPT 4000M ZI Toul Europe, Secteur B 54200 TOUL Tél.: 03.83.43.85.75 Email : deltest@deltest.com www.deltest.com Introduction L oscilloscope actif de précision Concept

Plus en détail

Chapitre 2 : communications numériques.

Chapitre 2 : communications numériques. Chapitre 2 : communications numériques. 1) généralités sur les communications numériques. A) production d'un signal numérique : transformation d'un signal analogique en une suite d'éléments binaires notés

Plus en détail

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6

Université de La Rochelle. Réseaux TD n 6 Réseaux TD n 6 Rappels : Théorème de Nyquist (ligne non bruitée) : Dmax = 2H log 2 V Théorème de Shannon (ligne bruitée) : C = H log 2 (1+ S/B) Relation entre débit binaire et rapidité de modulation :

Plus en détail

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP.

Union générale des étudiants de Tunisie Bureau de l institut Préparatoire Aux Etudes D'ingénieurs De Tunis. Modèle de compte-rendu de TP. Union générale des étudiants de Tunisie Modèle de compte-rendu de TP Dipôle RC Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement

Plus en détail

Indicateur universel de procédé format 96 x 48 mm ( 1 /8 DIN)

Indicateur universel de procédé format 96 x 48 mm ( 1 /8 DIN) Fiche technique SS/ F_ Indicateur universel de procédé format 96 x 8 mm ( /8 DIN) Affichage à diodes électroluminescentes haute visibilité pour une vue plus claire de l'état de votre procédé Une précision

Plus en détail

L3-I.S.T. Electronique I303 Travaux pratiques

L3-I.S.T. Electronique I303 Travaux pratiques Université Paris XI 2010-2011 L3-I.S.T. Electronique I303 Travaux pratiques 1 2 Séance n 1 : introduction et prise en main Résumé. L objectif de ce premier TP est de se familiariser avec les appareils

Plus en détail

Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Nabeul

Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Nabeul Ministère de l enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la technologie Institut Supérieur des tudes Technologiques de Nabeul Département : Génie lectrique Support de cours : LCTRONIQU

Plus en détail

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier :

SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION. Contenu du dossier : SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO ETUDE DU RECEPTEUR (MI16) DOSSIER DE PRESENTATION Contenu du dossier : 1. PRESENTATION DU SYSTEME DE PALPAGE A TRANSMISSION RADIO....1 1.1. DESCRIPTION DU FABRICANT....1

Plus en détail

Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 90659200 Fax 90659180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.it

Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 90659200 Fax 90659180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.it Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment B3510--II APPLIICATIIONS DE TRANSDUCTEURS A ULTRASONS MANUEL D IINSTRUCTIIONS POUR L ETUDIIANT Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE

Plus en détail

Objet : Alimentation pour ordinateur portable et autre. Alimentation Schéma 1

Objet : Alimentation pour ordinateur portable et autre. Alimentation Schéma 1 Objet : Alimentation pour ordinateur portable et autre. Question posée par les membres du club d astronomie de Lavardac 47230. Est-il possible d augmenter l autonomie des ordinateurs portables (qui tout

Plus en détail

Modules d automatismes simples

Modules d automatismes simples Modules d automatismes simples Solutions pour automatiser Modules d'automatismes Enfin, vraiment simple! Un concentré de solution Pour vos petites applications d'automatismes millenium gère : Temporisations

Plus en détail

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1

Eléments constitutifs et synthèse des convertisseurs statiques. Convertisseur statique CVS. K à séquences convenables. Source d'entrée S1 1 Introduction Un convertisseur statique est un montage utilisant des interrupteurs à semiconducteurs permettant par une commande convenable de ces derniers de régler un transfert d énergie entre une source

Plus en détail

Numéro de publication: 0 683 400 Al. Int. Cl.6: G01S 15/52

Numéro de publication: 0 683 400 Al. Int. Cl.6: G01S 15/52 Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets Numéro de publication: 0 683 400 Al DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 95106587.9 Int. Cl.6: G01S 15/52 @ Date de dépôt:

Plus en détail

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives.

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives. L G L G Prof. Éric J.M.DELHEZ ANALYSE MATHÉMATIQUE ÉALUATION FORMATIE Novembre 211 Ce test vous est proposé pour vous permettre de faire le point sur votre compréhension du cours d Analyse Mathématique.

Plus en détail

PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I.

PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I. PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I.. Donner les erreurs en position, en vitesse et en accélération d un système de transfert F BO = N(p) D(p) (transfert en boucle ouverte) bouclé par retour

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

EP 2 339 758 A1 (19) (11) EP 2 339 758 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 29.06.2011 Bulletin 2011/26

EP 2 339 758 A1 (19) (11) EP 2 339 758 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 29.06.2011 Bulletin 2011/26 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 339 758 A1 (43) Date de publication: 29.06.2011 Bulletin 2011/26 (21) Numéro de dépôt: 09179459.4 (51) Int Cl.: H04B 1/69 (2011.01) H03K 5/08 (2006.01) H03K

Plus en détail

ELECTRONIQUE ANALOGIQUE

ELECTRONIQUE ANALOGIQUE LCTRONIQU ANALOGIQU CALCUL T XPRIMNTATION D UN AMPLIFICATUR A TRANSISTOR BIPOLAIR Joël RDOUTY Mise à jour décembre 2010 AMPLIFICATUR BASS FRQUNC A TRANSISTOR BIPOLAIR L'objectif de ce T est de montrer

Plus en détail

Manipulation N 6 : La Transposition de fréquence : Mélangeur micro-ondes

Manipulation N 6 : La Transposition de fréquence : Mélangeur micro-ondes Manipulation N 6 : La Transposition de fréquence : Mélangeur micro-ondes Avant Propos : Le sujet comporte deux parties : une partie théorique, jalonnée de questions (dans les cadres), qui doit être préparée

Plus en détail

J AUVRAY Systèmes Electroniques TRANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE

J AUVRAY Systèmes Electroniques TRANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE RANSMISSION DES SIGNAUX NUMERIQUES : SIGNAUX EN BANDE DE BASE Un message numérique est une suite de nombres que l on considérera dans un premier temps comme indépendants.ils sont codés le plus souvent

Plus en détail

Moteur DC: Comment faire varier sa vitesse?

Moteur DC: Comment faire varier sa vitesse? Moteur DC: Comment faire varier sa vitesse? Zone d'utilisation Moteur à excitation shunt Influence I e Petite perturbation : e.g. augmentation vitesse À partir de P : couple moteur P'' < couple résistant

Plus en détail

VIII- Circuits séquentiels. Mémoires

VIII- Circuits séquentiels. Mémoires 1 VIII- Circuits séquentiels. Mémoires Maintenant le temps va intervenir. Nous avions déjà indiqué que la traversée d une porte ne se faisait pas instantanément et qu il fallait en tenir compte, notamment

Plus en détail

J TB/TW Limiteur de température, contrôleur de température avec afficheur LCD, montage sur rail oméga 35 mm

J TB/TW Limiteur de température, contrôleur de température avec afficheur LCD, montage sur rail oméga 35 mm JUMO GmbH & Co. KG Adresse de livraison : Mackenrodtstraße 14, 36039 Fulda, Allemagne Adresse postale : 36035 Fulda, Allemagne Téléphone : +49 661 6003-0 Télécopieur : +49 661 6003-607 E-Mail : mail@jumo.net

Plus en détail

Analyse des Systèmes Asservis

Analyse des Systèmes Asservis Analyse des Systèmes Asservis Après quelques rappels, nous verrons comment évaluer deux des caractéristiques principales d'un système asservi : Stabilité et Précision. Si ces caractéristiques ne sont pas

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette

Manuel d'utilisation de la maquette Manuel d'utilisation de la maquette PANNEAU SOLAIRE AUTO-PILOTE Enseignement au lycée Article Code Panneau solaire auto-piloté 14740 Document non contractuel L'énergie solaire L'énergie solaire est l'énergie

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

W 12-2 : haute performance et savoir-faire compact

W 12-2 : haute performance et savoir-faire compact Barrières W - Détecteurs réflex, élimination de premier plan EPP Détecteurs réflex, élimination d arrière-plan EAP W - : haute performance et savoir-faire compact Détecteurs réflex énergétiques fibres

Plus en détail

Automatique (AU3): Précision. Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr

Automatique (AU3): Précision. Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr Automatique (AU3): Précision des systèmes bouclés Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr Plan de la présentation Introduction 2 Écart statique Définition Expression Entrée

Plus en détail

Expérience 3 Formats de signalisation binaire

Expérience 3 Formats de signalisation binaire Expérience 3 Formats de signalisation binaire Introduction Procédures Effectuez les commandes suivantes: >> xhost nat >> rlogin nat >> setenv DISPLAY machine:0 >> setenv MATLABPATH /gel/usr/telecom/comm_tbx

Plus en détail

0.8 U N /0.5 U N 0.8 U N /0.5 U N 0.8 U N /0.5 U N 0.2 U N /0.1 U N 0.2 U N /0.1 U N 0.2 U N /0.1 U N

0.8 U N /0.5 U N 0.8 U N /0.5 U N 0.8 U N /0.5 U N 0.2 U N /0.1 U N 0.2 U N /0.1 U N 0.2 U N /0.1 U N Série 55 - Relais industriels 7-10 A Caractéristiques 55.12 55.13 55.14 Relais pour usage général avec 2, 3 ou 4 contacts Montage sur circuit imprimé 55.12-2 contacts 10 A 55.13-3 contacts 10 A 55.14-4

Plus en détail

T500 DUAlTACH. JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence TACHYMETRE 2 CANAUX

T500 DUAlTACH. JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence TACHYMETRE 2 CANAUX 02-09 T500 DUAlTACH JAQUET T500 DualTach Instrument de mesure et de surveillance équipé de 2 entrées fréquence JAQUET T500 DualTach Instrument multi canal de mesure et de surveillance pour applications

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

Capteur mécanique universel HF 32/2/B

Capteur mécanique universel HF 32/2/B Capteur mécanique universel HF 32/2/B Instructions matériel conforme aux directives CE d emploi et d entretien MS 32/2/B R 3/3 CONSIGNES PRIORITAIRES 2 INSTALLATION DU CAPTEUR HF 32 3 4-5 INSTALLATION

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

Solutions pour la mesure. de courant et d énergie

Solutions pour la mesure. de courant et d énergie Solutions pour la mesure de courant et d énergie Mesure et analyse de signal Solutions WAGO pour la surveillance et l économie d énergie Boucles de mesure Rogowski, série 855 pour la mesure non intrusive

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

Electronique analogique

Electronique analogique Haute Ecole d'ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud Département Technologies Industrielles Unité EAN Electronique analogique Des composants vers les systèmes i n s t i t u t d ' A u t o m a t i s

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S FICHE Fiche à destination des enseignants TS 35 Numériser Type d'activité Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences

Plus en détail

Les puissances 4. 4.1. La notion de puissance. 4.1.1. La puissance c est l énergie pendant une seconde CHAPITRE

Les puissances 4. 4.1. La notion de puissance. 4.1.1. La puissance c est l énergie pendant une seconde CHAPITRE 4. LES PUISSANCES LA NOTION DE PUISSANCE 88 CHAPITRE 4 Rien ne se perd, rien ne se crée. Mais alors que consomme un appareil électrique si ce n est les électrons? La puissance pardi. Objectifs de ce chapitre

Plus en détail

Etude des convertisseurs statiques continu-continu à résonance, modélisation dynamique

Etude des convertisseurs statiques continu-continu à résonance, modélisation dynamique Etude des convertisseurs statiques continucontinu à résonance, modélisation dynamique J.P. Ferrieux, J. Perard, E. Olivier To cite this version: J.P. Ferrieux, J. Perard, E. Olivier. Etude des convertisseurs

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE

RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES INSULAIRES RÉFÉRENTIEL TECHNIQUE CONTRÔLES DES PERFORMANCES AVANT LA MISE EN EXPLOITATION DEFINITIVE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION D ÉNERGIE ÉLECTRIQUE RACCORDÉES EN HTB DANS LES

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Spécifications d installation Précision des mesures

Spécifications d installation Précision des mesures T-VER-E50B2 Compteur d énergie et de puissance compact Spécifications d installation Précision des mesures Risque de choc électrique, explosion ou arc électrique - Respectez les règles de sécurité électrique

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail