Conception. de systèmes électroniques. analogiques

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conception. de systèmes électroniques. analogiques"

Transcription

1 Christian JUTTEN Conception de systèmes électroniques analogiques Université Joseph Fourier - Polytech Grenoble Cours de deuxième année du département 3i Janvier 2007

2 Table des matières Modèle mathématique du transistor bipolaire. Introduction Modèle mathématique de la diode Diode en régime statique Diode en régime dynamique Modèle complet Influence de la température Modèle du transistor bipolaire Généralités Modèle d Ebers et Molls en grands signaux Modèle d Ebers et Molls en petits signaux Fonctionnement en saturation Amélioration du modèle d Ebers et Molls Conclusion Polarisation et stabilité thermique Introduction Polarisation Première approche Montage de polarisation Schéma équivalent Equation générale de polarisation Optimisation Influence de V BE Influence de I CB Influence de β N Influence de la température Stabilité thermique Modèles thermiques i

3 2.3.2 Equations thermiques Boucle thermique Calcul de G pour le montage en classe A Conclusion Amplification à courant continu 3 3. Présentation du problème Généralités Problème pour un étage Emetteur commun Dérives en température du montage Amplificateur différentiel Schéma équivalent et équations Linéarisation de la relation entrée-sortie Paramètres de l amplificateur différentiel Conception d un amplificateur différentiel intégré Cahier des charges Structure générale Générateurs de courant Translation de niveau Conception d un étage d entrée Etage d entrée à charges actives Limitation due à l effet Miller Correction de l effet Miller : montage cascode Etage d entrée à super-gain Amélioration de l étage d entrée Amplificateur à transistors à effet de champ Etage de sortie Conclusion Amplificateurs opérationnels intégrés 5. Introduction Principe de calcul Montage inverseur Montage non inverseur Erreur due au gain Remarque Erreur de calculs Erreur due à l impédance d entrée Z E finie Erreur due à l impédance de sortie Z S non nulle ii

4 .3.3 Cas général avec des impédances d entrée et de sortie non idéales Conclusion Erreurs statiques Erreur due à la tension de décalage Courant de polarisation d entrée Taux de réjection des tensions d alimentation Réponse en fréquence Origine de la réponse en fréquence Comportement en boucle fermée Autre approche de la stabilité Amplificateurs à réponse du premier ordre Erreur due à la vitesse de balayage Compensation en fréquence Bruit Généralités Origine du bruit Définitions Spécifications concernant le bruit Calcul des tensions et courants efficaces de bruit Bruit thermique dans une résistance Calcul du bruit d un montage amplificateur non inverseur2.7 Conclusion Applications des amplificateurs opérationnels Introduction Circuits de base de calcul analogique Sommateur inverseur Sommateur non inverseur Remarque sur les entrées non utilisées Additionneur-soustracteur Amplificateur à gain variable Montage à gain variable de + à Augmentation de l impédance d entrée d un montage inverseur Montage intégrateur Montage de base Influence de la tension de déport de l amplificateur Correction de la tension de déport Influence de l impédance d entrée de l amplificateur.. 36 iii

5 5.3.5 Réponse à un échelon Montage dérivateur Cas idéal Amplificateur différentiel d instrumentation Position du problème Première amélioration de l additionneur-soustracteur Seconde amélioration Solution optimale Amplificateur de tension à très grande impédance d entrée Fonctionnement idéal Cas d un amplificateur réel Convertisseur d impédances Multiplieur de capacités Convertisseur d impédance négative Oscillateur Analyse du fonctionnement Calcul détaillé Oscillateur contrôlé en tension Générateur de signaux triangle et carré Etude du trigger Etude de la charge de la capacité Analyse critique Redresseurs Redresseur mono-alternance Redresseur double alternance Redresseur double alternance symétrique Conclusion Documentations techniques de quelques composants Diode BAV Diode N Transistor 2N Amplificateur opérationnel LM Amplificateur opérationnel LF iv

6 a v

7 Chapitre Modèle mathématique du transistor bipolaire. Introduction L objectif de ce chapitre est de fournir un outil simple et efficace de description et d analyse de schémas à transistors bipolaires. Il ne s agit donc pas de développer des outils mathématiques sophistiqués qui nécessiteraient des ordinateurs puissants. En effet, ces modèles - tels que ceux utilisés en conception assistée par ordinateur (CAO) et quoique très performants - ne sont pas adaptés à des calculs manuels. Le modèle d Ebers et Molls (95) que nous proposons dans ce chapitre peut paraître simpliste, voire obsolète. Il présente malgré tout de nombreux avantages : Une grande simplicité qui autorise des calculs manuels. Une représentation unique de tous les régimes de fonctionnement des transistors bipolaires : linéaires direct et inverse, saturation, bloqué ; grands et petits signaux. Une représentation valable pour les transistors NPN comme PNP, moyennant des conventions de signe. Ces avantages suffisent à expliquer l intérêt du modèle pour l analyse rapide et la compréhension de montages déjà complexes (voir chapitre 3). Il permettra aussi aux futurs ingénieurs micro-électroniciens d appréhender le fonctionnement global d un montage avec ses points critiques et de mieux

8 utiliser les outils de simulation par ordinateur. Ce modèle peut aussi être affiné de façon simple en introduisant : la tension d Early pour tenir compte de l effet de modulation de largeur de base, responsable de l impédance de sortie limitée, les capacités parasites des jonctions base-émetteur et base-collecteur pour rendre compte des propriétés dynamiques..2 Modèle mathématique de la diode.2. Diode en régime statique Modèle simplifié La théorie simplifiée de la diode jonction prévoit une relation couranttension de la forme : [ I V = I SV exp( qv ] D kt ), (.) où I V est le courant volumique, I SV est le courant de saturation (ou inverse) en volume, V D est la tension aux bornes de la diode, et q, K et T sont respectivement la charge de l électron, la constante de Boltzmann et la température en K. La quantité kt/q, homogène à une tension, est fréquemment noté V T ou φ T. A température ambiante (T 295K), on retiendra : V T = φ T = kt q 25mV. (.2) En réalité, il faut aussi tenir compte des courants de surface, surtout lorsque la géométrie du dispositif devient petite, ce qui est inhérent à la miniaturisation ultime des circuits intégrés. Par ailleurs, ces courants de surface dépendent de l état de surface du composant, donc de la qualité du processus technologique de fabrication. Pour les courants de surface, on peut écrire : [ I S = I SS exp( V ] D ), (.3) n S V T où I S est le courant surfacique, I SS est le courant de saturation (ou inverse) en surface, V T est la tension thermique définie en (.2) et n S est le coefficient d émission en surface. 2

9 Modèle réel Le modèle réel, qui doit tenir compte de l ensemble des courants, de volume comme de surface, est décrit par la relation : [ ( VD ) ] I D = I 0 exp, (.) nv T où I D est le courant de diode, I 0 est le courant de saturation (ou inverse) et n est un coefficient tel que n 2. La fonction, I D (V ), étant inversible, on utilise aussi fréquemment la relation : Approximations usuelles ( ID ) V D = nv T ln +. (.5) I 0 Généralement, le coefficient n n est pas fourni par le constructeur, et, par défaut, on utilise n =. De plus, dès que le rapport I D /I 0 est très supérieur à, on peut simplifier l expression (.5). En pratique, puisque I 0 0 à 0 5 A, dès que I D 0 2 A, l expression simplifiée suivante sera vérifiée : De même, la relation I D (V D ) se simplifie : V D = V T ln I D I 0. (.6) ( VD ) I D = I 0 exp, (.7) V T dès que exp(v D /V T ), c est-à-dire V D 5V T = 25mV (exp(5) 25). Valeurs typiques Pour une diode au Silicium, la théorie physique prévoit un courant de saturation volumique I A. En pratique, dans un composant discret, compte tenu des fuites, le constructeur garantit seulement un courant inverse I 0 0 A. Par ailleurs, le courant inverse varie selon les références de composants. Pour les composants à faible courant de saturation (par exemple BAV5), on atteint effectivement I 0 < 0pA, mais pour des diodes signal (par exemple 3

10 N), le constructeur donne I 0 < 25nA. Enfin, il faut savoir que le courant inverse mesuré par le constructeur dépend des conditions de mesure, en particulier de la température et de la tension inverse V R appliquée à la diode : V D = V R. Exercice On considère une diode de courant inverse I A. Calculer la tension de diode V D telle que I D = ma. Pour I D = ma I 0, on peut utiliser la relation simplifiée (.6), soit : V D = V T ln I D = ln 0 3 = 0.69V. (.) I Calculer l augmentation de V D lorsque le courant I D est multiplié par un facteur 0. d où : Pour le courant 0I D, on a une tension V D + V D. On a alors la relation : ( VD + V ) ( D VD ) 0I D = I 0 exp = I D exp (.9) V T V T V D = V T ln0 57mV. (.0) La caractéristique courant-tension d une diode est exponentielle. La tension V D aux bornes d une diode conductrice est de l ordre de 0.6 à 0.7V, et varie très peu même pour des variations considérables du courant de diode : V D 57mV pour un courant multiplié par 0! Résistance série Les contacts électriques entre la jonction et les composants voisins (pour un composant discret), ou entre la jonction et les électrodes du boitier (pour un composant intégré) présentent une résistance série statique R S. Typiquement cette résistance vaut de quelques mω à quelques Ω. Si les courants sont importants (composants de puissance), la chute de potentiel dans la résistance série peut devenir non négligeable. Pour en tenir compte, on corrige le modèle (.5) par : ( ID ) V D = V T ln + + R S I D. (.) I 0

11 ,,,, % Fig.. Modèle idéal de diode : caractéristique (à gauche), schéma équivalent en grands signaux de la diode conductrice (à droite). Résistance dynamique En différentiant la relation (.), on trouve une relation entre les variations di D et dv D : di D = ( VD ) I 0 exp dv D I D dv D. (.2) V T V T V T On peut définir la résistance dynamique (petits signaux), notée r D, par le rapport : dv D V T. (.3) di D I D On retiendra que : la résistance dynamique varie comme l inverse du courant de diode I D, à I D = ma et à température ambiante, on a la valeur typique r D 25Ω. Modèles simplifiés Le modèle le plus simple considère la diode bloquée ou conductrice, avec les deux états : V > V D r D = 0, (.) V V D r D =. On peut associer à ce modèle le schéma équivalent en grands signaux (statique) de la figure.. En petits signaux, la diode conductrice devient un simple court-circuit et la diode en inverse (ou plutôt pour V V D, donc bloquée) est un circuit ouvert (Fig..). 5

12 , G,,,, H, G, F A J A H,, 6 6 Fig..2 Modèle amélioré de diode : caractéristique (à gauche), schéma équivalent en grands signaux de la diode conductrice (à droite). En petits signaux, la diode conductrice se réduit à sa résistance dynamique. On peut proposer un modèle plus fin, qui prend en compte la résistance dynamique lorsque la diode est conductrice. Ceci revient à approximer la partie exponentielle de la courbe I D (V D ) par une droite de pente /r D (Fig..2) tangente à l exponentielle au point choisi (V D0, I D0 ). Pour I D > 0 c està-dire V D (V D0 V T ), on a donc l équation : V D = (V D0 V T ) + I D r D. (.5) Pour V D < (V D0 V T ), le courant I D est nul : la diode est bloquée. Exercice Calculer le point de polarisation (I D, V D ) d une diode reliée à une tension d alimentation de 5V par l intermédiaire d une résistance R = kω. On prendra I 0 = 0 5 A à T = 25C. Deux équations décrivent le fonctionnement du montage. La première est l équation de la droite de charge : I D = (V CC V D ). (.6) R Mais, I D et V D sont aussi liées par la loi de diode (on prend la loi simplifiée car on suppose que I D sera très supérieur à I 0 ) : On a finalement le système suivant : { I D = (V CC V D ) V D = V T ln I D I O. (.7) R, IO, V D = V T ln I D 6 (.)

13 , + +, + + Fig..3 Résolution itérative du système d équations (.). qui est transcendant, et n admet pas de solution analytique. Il est cependant possible de trouver simplement la solution, par une résolution numérique en itérant deux étapes de calcul. L algorithme, illustré à la figure.3, est le suivant : Choisir une valeur initiale pour V D : (V D ) 0 i = Répéter (I D ) i = (V CC (V D ) i ) R (V D ) i = V T ln (I D) i I O Jusqu à (I D ) i (I D ) i < seuil On choisit (V D ) 0 = 0.6V, qui est une valeur raisonnable. On itère et on trouve au bout de quelques (3) itérations : V D = 0.73V et I D =.3mA. (.9) Remarque. Si V CC V D 0.6V, on a une bonne approximation du courant par la relation : I D = (V CC V D ) R qui évite des itérations de calculs. V CC R, (.20) 7

14 .2.2 Diode en régime dynamique Le régime dynamique de la diode peut être modélisé par deux capacités, la capacité de transition et la capacité de diffusion. Le fonctionnement en commutation traduit également les performances dynamiques de la diode. Capacité de transition En régime dynamique, et en particulier en commutation, il faut tenir compte du temps mis pour déplacer les charges accumulées dans la jonction. En effet, en polarisation inverse (diode bloquée), il existe une zone de déplétion dont la largeur varie avec la tension inverse appliquée. De chaque côté de cette zone, les charges s accumulent et on peut modéliser ce phénomène par une capacité C T appelée capacité de transition : C T = C T0 ( ), (.2) V α φ où V est la tension inverse de diode, φ est la barrière de potentiel de la jonction, et α est un coefficient qui dépend du dopage dans la jonction (/3 pour une jonction graduelle, /2 pour une jonction brutale). La capacité C T0 pour V = 0V vaut quelques pf. L équation (.2) n est valable que pour des valeurs de V inférieure à φ, qui est de l ordre de 0.5V. En particulier, C T ne tend pas vers l infini pour V φ, car le modèle n est plus valide. La capacité de transition est de faible valeur (quelques pf) mais elle joue un rôle important dans les montages à transistors. En effet, pour un transistor conducteur, la diode B-C est en inverse et présente une capacité de transition. En raison de l effet Miller, la capacité équivalente est multipliée par le gain β N (quelques centaines!). Capacité de diffusion La capacité de diffusion, C D, modélise la recombinaison des porteurs injectés dans la jonction, porteurs dont la durée de vie est τ. On montre que : C D = τ r D, (.22) où r D = V T /I D est la résistance dynamique de la diode. La capacité de diffusion est donc proportionnelle au courant I D traversant la diode.

15 J B H, J Fig.. Temps de recouvrement direct d une diode. Pour une diode au Silicium, la durée de vie des porteurs est de l ordre de τ = ns. Pour un courant I D = 0 3 A, on a r D 25Ω et C D 0 9 /25 = 0pF. Réponse impulsionnelle En raison des charges accumulées dans la jonction, le fonctionnement en commutation introduit des comportements transistoires particuliers, caractérisés par des temps dits de recouvrement (recovery time) direct et inverse, notés t fr (forward recovery time) et t rr (reverse recovery time). Supposons la diode bloquée. Il existe donc une zone de déplétion qui ne contient pas de charges d espace. A l instant où la tension du générateur devient positive, la tension directe de la diode s établira après avoir déplacé les charges dans la jonction. La conduction, qui n est donc pas immédiate, est caractérisée par la courbe de la figure.. Supposons maintenant la diode conductrice, des charges sont accumulées dans la jonction. Pour bloquer la diode, il faut d abord évacuer les charges de la jonction pour créer la zone de déplétion. Ce déplacement ne peut pas être instantané et entraîne un retard de commutation, le temps de recouvrement inverse, t rr. Les valeurs typiques sont données pour deux diodes classiques, une diode de commutation, rapide, et une diode à faible courant inverse, dans le tableau.5. Attention, soyez critiques dans la lecture des spécifications et surtout soyez attentifs aux conditions expérimentales. En effet, le montage type pour ces mesures, donné à la figure.6, conduit à des temps de recouvrement très différents selon les valeurs de tension du générateur G. En particulier, la 9

16 Référence Types de diode t fr t rr N Diode de commutation ns BAV 5 Faible courant inverse 350ns Fig..5 Valeurs typiques des temps de recouvrement. Fig..6 Schéma de mesures d une diode en commutation. tension négative du générateur a une très grande influence sur ces temps, car, pour passer de l état conducteur à l état bloqué, les charges accumulées dans la jonction doivent être évacuées. Cette évacuation est d autant plus rapide que le courant de décharge est grand. Or celui-ci est majoré par I max = (V D V G )/R. De façon évidente, si la tension du générateur est très négative, le courant augmente, ce qui a pour effet de raccourcir les temps de recouvrement. Vérifiez également la température de mesure, car elle a beaucoup d influence..2.3 Modèle complet En conclusion, une diode peut être modélisée par le schéma de la figure.7, où le composant diode est supposé idéal, et la résistance série et les capacités représentent des différents éléments parasites. La diode conductrice idéale peut être modélisée par le schéma équivalent de la figure.2, c est-àdire une générateur de tension constante (qui vaut environ 0.6 à 0.7 V) en série avec la résistance dynamique r D. 0

17 Fig..7 Schéma équivalent d une diode..2. Influence de la température La relation I D (V D ) fait intervenir explicitement la température absolue T dans le terme V T = kt/q. Cependant, la variation de ce terme avec T n est pas la plus importante. En effet, le courant de saturation I 0 varie considérablement avec T. On montre par l application de la théorique statistique de Fermi-Dirac que ce courant suit la loi : I 0 = AT 3 exp( N/T), (.23) où A et N sont des coefficients qui dépendent des propriétés physiques du semi-conducteur. Calculons la dérivée de I 0 par rapport à T : ) di 0 dt = A exp( N/T) (3T 2 + T 3 NT ( ) 2 = AT 3 exp( N/T) T 3 + N T (.2) = I 0 T (3 + N T ). Enfin, on met cette expression sous la forme : di 0 = dt ( 3 + N ). (.25) I 0 T T Cette relation (.25) traduit les variations relatives de I 0 en fonction des variations relatives de la température T. De façon usuelle, pour un doublement du courant, c est-à-dire I 0 = I 0 soit I 0 /I 0 =, on calcule la variation de température T : T = T 2 3T + N. (.26) Les valeurs diffèrent notamment pour le Germanium et pour le Silicium.

18 * * * B + * B B Fig.. Conventions de courants et tensions. B Pour le Silicium, N = 000 o K, d où : T = T 2 3T + N T 2 N = 6.o K. (.27) En pratique, on considère que, pour une diode au Silicium, le courant inverse double tous les 7 o C environ. Ceci peut paraître modeste, mais sur une gamme de température de 70 o C = 0 7 o C, en admettant que l approximation cidessus reste valable, on a une variation de courant I 0 = 2 0 I I 0!.3 Modèle du transistor bipolaire.3. Généralités Notations Dans cette partie, on utilise des conventions sur les sens des courants et des tensions qui permettent de traiter indifféremment des transistors PNP et NPN. Ces conventions, illustrées à la figure. sont les suivantes : les courants sont positifs entrants, les tensions sont référencées par rapport au matériau N. Fonctionnement simplifié En polarisation normale, on doit tenir compte de quatre courants (figure.9). Pour un transistor PNP, on a :. le courant de trous traversant la base, I (effet transistor), 2. le courant de trous qui se recombinent dans la base, I 2, 3. en HF, le courant de trous qui revient vers l émetteur, I 3,. le courant de saturation de la jonction C-B, I CB0. 2

19 -! * " B B + Fig..9 Principaux courants dans un transistor PNP. Dans un transistor NPN, on a des courants similaires, mais les courants sont des courants d électrons et non de trous. Une portion seulement du courant émis par l émetteur atteint donc le collecteur. On introduit le gain en courant, noté α N = i C /i E, l indice N étant associé à la polarisation normale et le signe lié aux conventions sur les courants. On peut alors estimer le gain : I α N = <. (.2) I + I 2 + I 3 Si l effet transistor est très fort, la portion de courant I est très grande et la gain est donc très voisin de. En tenant compte des conventions, le courant I C s écrit alors : I C = α N I E + I CB0. (.29) Fonctionnellement, rien ne distingue le collecteur de l émetteur, et si on polarise le transistor en inverse, c est-à-dire en permuttant le rôle du collecteur et de l émetteur, on obtient une relation analogue : dans laquelle α I = i E /i C est le gain en inverse. Remarques. I E = α I I C + I EB0, (.30). En pratique, pour augmenter l effet transistor, le constructeur réalise des transistors avec des bases très fines. Par ailleurs, les dopages des zones de collecteur et d émetteur sont différentes de façon à avoir α N, alors que α I <. Les valeurs typiques sont 0.99 α N et 0.2 < α I < 0.. 3

20 - B ) 6 7 ) 6 B * + ) / - ) Fig..0 Régions de fonctionnement d un transistor. 2. En fonctionnement normal, la jonction B-E est une diode polarisée en direct alors que la jonction B-C est en inverse : la tension B-E vaut donc φ E 0.6V, et φ C < 0V. En fonctionnement inverse, c est la jonction B-C qui est une diode polarisée en direct alors que B-E est en inverse : on a alors φ C 0.6V et φ E < 0V. 3. Pour un transistor PNP, en raison des conventions, les courants inverses I CB0 et I EB0 sont négatifs. Ils sont positifs pour les transistors NPN. Modèle simplifié et régions de fonctionnement Le fonctionnement d un transistor dépend des valeurs des tensions φ E et φ C qui polarisent le transistor. On a quatre régions de fonctionnement associées aux quatre quadrans du plan (φ E, φ C ) (Fig..0). Les régimes de fonctionnement sont : la polarisation directe, ou normale : φ E > 0 et φ C < 0, la polarisation inverse : φ E < 0 et φ C > 0, la saturation : φ E > 0 et φ C > 0, le blocage : φ E < 0 et φ C < 0. Les modèles précédents (Eq..29 et.30) associent une équation à chaque région de fonctionnement. Il faudrait d ailleurs rajouter les deux équations décrivant les régimes de blocage et de saturation. Pour simplifier, il serait intéressant de disposer d un modèle unique, décrivant en totalité le fonctionnement du transistor dans ces quatre régions. Pour le transistor bipolaire unidimentionnel, un tel modèle a été proposé pour la première fois en 95 par Ebers et Molls. Depuis, des modèles plus fins, mais aussi plus compliqués, ont été proposés par la suite. Le modèle d Ebers et Molls a l avantage de se prêter à des calculs simples, manuels, et donc d être facile à manipuler

21 pour comprendre qualitativement un montage même complexe avec de nombreux transistors, et pour effectuer des calculs approchés de ses paramètres principaux. Bien sûr, pour faire de la simulation sur ordinateur, ce modèle n est pas assez précis. Mais, pour utiliser efficacement la simulation sur ordinateur, il est nécessaire de comprendre qualitativement le fonctionnement du montage, au moins pour éviter un listing long inexploitable de résultats de simulations inutiles. C est ce qui justifie son développement dans ce cours..3.2 Modèle d Ebers et Molls en grands signaux On considère la transistor comme deux diodes têtes-bêches et on suppose que le courant d émetteur et le courant de collecteur s écrivent comme la somme des courants de ces deux diodes polarisées par φ E et φ C, c est-àdire : { IE = a (exp(φ E /φ T ) ) + a 2(exp(φ C /φ T ) ) I C = a 2 (exp(φ E /φ T ) ) + a 22 (exp(φ C /φ T ) ) (.3) où φ T = kt/q et les a ij sont des coefficients réels à déterminer. Ces équations doivent bien entendu coïncider avec les équations (.29) et (.30) en fonctionnement normal et inverse. Fonctionnement normal. Ce régime correspond à φ E > 0 et φ C < 0. On supposera en outre que φ C /φ T est suffisamment négatif pour que exp(φ C /φ T ). Ainsi, le terme exp(φ C /φ T ). Dans ce régime, les équations d Ebers et Molls se réduisent à : { IE = a (exp(φ E /φ T ) ) a 2 I C = a 2 (exp(φ E /φ T ) ) a 22 (.32) De la première équation, on tire : et en reportant dans la seconde : exp(φ E /φ T ) = I E + a 2 a, (.33) I C = a 2I E a + a 2a 2 a a 22. (.3) En identifiant avec l équation (.29), I C = α N I E + I CB0, on tire les deux équations : { αn = a 2 I CB0 = a 2a 2 (.35) a a 22. 5

22 Fonctionnement en inverse. Ce régime correspond à φ E < 0 et φ C > 0. On supposera en outre que φ E /φ T est suffisamment négatif pour que exp(φ E /φ T ). Ainsi, le terme exp(φ E /φ T ). Dans ce régime, les équations d Ebers et Molls se réduisent à : { IE = a + a 2 (exp(φ C /φ T ) ) (.36) I C = a 2 + a 22 (exp(φ C /φ T ) ) De la seconde équation, on tire : et en reportant dans la première : exp(φ C /φ T ) = I C + a 2 a 22, (.37) I E = a 2I C a 22 + a 2a 2 a 22 a. (.3) En identifiant avec l équation (.30), I E = α I I C + I EB0, on tire les deux équations : { αi = a 2 22 I EB0 = a 2a 2 (.39) a 22 a. On a donc le système de quatre équations à quatre in- α N = a 2 I CB0 = a 2a 2 a a 22 α I = a (.0) 2 22 I EB0 = a 2a 2 a 22 a. Calcul des a ij. connues : En utilisant la première équation dans la seconde, on a : I CB0 = a 2a 2 a a 22 = α N a 2 a 22, (.) puis en factorisant par a 22 et en utilisant la troisième équation, on écrit : ( a ) ( ) 2 I CB0 = a 22 α N = a 22 α N α I. (.2) a 22 On en déduit finalement : a 22 = I CB0 α N α I, (.3) 6

23 et : a 2 = α II CB0 α N α I. (.) De façon similaire, à partir de la dernière équation, on trouve : et : a = I EB0 α N α I, (.5) a 2 = α NI EB0 α N α I. (.6) Equations du transistor bipolaire Les équations d Ebers et Molls sont donc complètement définies. Il faut y ajouter deux équations supplémentaires : la loi des noeuds qui lie les courants et la relation d Onsager qui lie les gainet les courants inverses. On a finalement le jeu des quatre équations : I E = I EB0 α N α I (exp(φ E /φ T ) ) + α II CB0 α N α I (exp(φ C /φ T ) ), I C = α NI EB0 α N α I (exp(φ E /φ T ) ) I CB0 α N α I (exp(φ C /φ T ) ), I B + I C + I E = 0, α N I EB0 = α I I CB0. (.7) En régime de polarisation normale, on peut donc représenter un transistor PNP ou NPN par un schéma équivalent du type de la Fig... Notez que, dans ce régime, la jonction B-C est une diode polarisée en inverse, et la jonction B-E est une diode polarisée en direct. La tension φ E est proche de 0.6V et le courant du générateur de courant est négligeable par rapport au courant de diode. De même, la contribution I CB0 dans le courant de collecteur est négligeable par rapport au courant α N I E dès que I E dépasse quelques picoampères..3.3 Modèle d Ebers et Molls en petits signaux Supposons le transistor en polarisation normale, c est-à-dire φ C < 0 et φ E > 0. En supposant que φ C > 25 mv, on peut négliger le terme exp(φ C /φ T ) devant et on a : I E = I EB0 α N α I (exp(φ E /φ T ) ) α II CB0 α N α I, I C = α NI EB0 α N α I (exp(φ E /φ T ) ) + I CB0 α N α I = α N I E + I CB0. (.) 7

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction La diode à jonction I Introduction La diode est le semi-conducteur de base. Son fonctionnement est assimilable à celui d un interrupteur qui ne laisse passer le courant que dans un seul sens. C est la

Plus en détail

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B.

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B. Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant. - Le régime linéaire. Le courant collecteur est proportionnel

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Les symboles des deux types de transistors sont représentés sur la figure 3.1. (i)

Les symboles des deux types de transistors sont représentés sur la figure 3.1. (i) hapitre 3 Les transistors bipolaires 3.1 Introduction Les transistors bipolaires ont été très utilisés au début (années 60, 70). Leur importance a diminuée avec l apparition des transistors à effet de

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electronique Analogique 2ème semestre 3ème partie Damien JACOB 08-09 Le transistor bipolaire I. Description et symboles Effet transistor : effet physique découvert en

Plus en détail

Les transistors bipolaires

Les transistors bipolaires Les transistors bipolaires I. Introduction: Définitions: Le transistor bipolaire est un composant à 3 électrodes comportant 2 jonctions PN. C est un cristal de semi-conducteur dans lequel on peut distinguer

Plus en détail

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot SOMMES ET PRODUITS 1 Techniques de calcul 1.1 Le symbole Notation 1.1 Soient m et n deux entiers naturels. Alors { a m + a m+1 + + a + a n si m n, a = 0 sinon. On peut aussi noter m n =m a ou encore m,n

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Partie théorique I. omparateur L utilisation la plus simple d un amplificateur opérationnel (AOP) en montage non-linéaire est le comparateur. Deux

Plus en détail

Concours d entrée en Ingénierie, 2012

Concours d entrée en Ingénierie, 2012 Concours d entrée en Ingénierie, 2012 Nom : Prénom : Test des connaissances professionnelles en électricité-électronique TCP-E Durée : 3 heures 1. Cocher la réponse exacte 1 En continu, une capacité se

Plus en détail

Composants à semi conducteurs : Transistor bipolaire

Composants à semi conducteurs : Transistor bipolaire Électronique 1 Composants à semi conducteurs : Transistor bipolaire 1 Structure d un transistor bipolaire Constitué de 2 Jonctions PN 2 types de transistors : PNP et NPN Base : peu dopée, très mince, quelques

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure

CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - I. Mesure directe de résistors avec ohmmètre - comparaison de deux instruments de mesure Introduction CORRECTION TP Multimètres - Mesures de résistances - La mesure d une résistance s effectue à l aide d un multimètre. Utilisé en mode ohmmètre, il permet une mesure directe de résistances hors

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

TRANSISTOR BIPOLAIRE

TRANSISTOR BIPOLAIRE I Introduction I.1 Constitution Le transistor bipolaire est réalisé dans un monocristal comportant trois zones de dopage différentes. n p n collecteur base émetteur n C On reconnaît deux jonctions PN p

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Clemenceau. Présentation de l AOP. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O.Granier)

Clemenceau. Présentation de l AOP. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O.Granier) Lycée Clemenceau PCSI 1 (O.Granier) Présentation de l AOP Liens vers : TP-Cours AOP n 1 TP-Cours AOP n 2 TP-Cours AOP n 3 I Présentation et propriétés de l AOP : 1 Description de l AOP : Aspects historiques

Plus en détail

Chapitre 6. Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI. 6.1.1 Approximation de la PLI

Chapitre 6. Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI. 6.1.1 Approximation de la PLI Chapitre 6 Modélisation en P.L.I. 6.1 Lien entre PL et PLI (P) problème de PL. On restreint les variables à être entières : on a un problème de PLI (ILP en anglais). On restreint certaines variables à

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives.

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives. L G L G Prof. Éric J.M.DELHEZ ANALYSE MATHÉMATIQUE ÉALUATION FORMATIE Novembre 211 Ce test vous est proposé pour vous permettre de faire le point sur votre compréhension du cours d Analyse Mathématique.

Plus en détail

TEST D ALIMENTATION CONTINUE

TEST D ALIMENTATION CONTINUE TEST D ALIMENTATION CONTINUE Pour vérifier et tester la conception, le besoin en alimentations conformes aux normes ne cesse de progresser au niveau technologique. C est plus ou moins devenu une nécessité

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Chapitre 6. Transistor bipolaire. Principe Fonctionnement en mode normal Gains Caractéristiques statiques Fonctionnement en fréquence

Chapitre 6. Transistor bipolaire. Principe Fonctionnement en mode normal Gains Caractéristiques statiques Fonctionnement en fréquence Chapitre 6 Transistor bipolaire Principe Fonctionnement en mode normal Gains Caractéristiques statiques Fonctionnement en fréquence Science et génie des matériaux, Romuald Houdré - 2006 /2007 1 Plan du

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Restauration d images

Restauration d images Restauration d images Plan Présentation du problème. Premières solutions naïves (moindre carrés, inverse généralisée). Méthodes de régularisation. Panorama des méthodes récentes. Problème général Un système

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Compter à Babylone. L écriture des nombres

Compter à Babylone. L écriture des nombres Compter à Babylone d après l article de Christine Proust «Le calcul sexagésimal en Mésopotamie : enseignement dans les écoles de scribes» disponible sur http://www.dma.ens.fr/culturemath/ Les mathématiciens

Plus en détail

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss

Loi normale ou loi de Laplace-Gauss LivreSansTitre1.book Page 44 Mardi, 22. juin 2010 10:40 10 Loi normale ou loi de Laplace-Gauss I. Définition de la loi normale II. Tables de la loi normale centrée réduite S il y avait une seule loi de

Plus en détail

Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge

Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge Bureau d Étude d électronique Tronc Commun 1A :PET/PMP Pilotage d un Servomoteur via une Liaison Infrarouge Responsables : Fanny Poinsotte Nicolas Ruty Lien Chamilo : http ://chamilo2.grenet.fr/inp/ courses/phelmaa13pmcpel9

Plus en détail

1 Systèmes triphasés symétriques

1 Systèmes triphasés symétriques 1 Systèmes triphasés symétriques 1.1 Introduction Un système triphasé est un ensemble de grandeurs (tensions ou courants) sinusoïdales de même fréquence, déphasées les unes par rapport aux autres. Le système

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 )

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Présentation du sujet La recherche de miniaturisation est actuellement un domaine important dans

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Amplification des signaux de commande des diodes PIN dans les antennes Doppler

Amplification des signaux de commande des diodes PIN dans les antennes Doppler Amplification des signaux de commande des diodes PIN dans les antennes Doppler Jean-Paul YONNET F1LVT / ADRASEC 38 F1LVT@yahoo.fr Dans les antennes Doppler, 4 (ou 8) fouets quart d onde sont commutées

Plus en détail

Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 2

Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 2 Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 1 Table des matières Table des matières 1 Introduction 2 Théorie 3 Montages et manipulations 5 Partie 1 (Sans générateur) 5 Partie 2 (avec

Plus en détail

Programmation Linéaire - Cours 2

Programmation Linéaire - Cours 2 Programmation Linéaire - Cours 2 P. Pesneau pierre.pesneau@math.u-bordeaux1.fr Université Bordeaux 1 Bât A33 - Bur 265 Sommaire 1 2 3 Retournons dans le yaourt! Reprenons l exemple du 1er cours Forme normale

Plus en détail

Cours de mathématiques - Alternance Gea

Cours de mathématiques - Alternance Gea Cours de mathématiques - Alternance Gea Anne Fredet 11 décembre 005 1 Calcul matriciel Une matrice n m est un tableau de nombres à n lignes( et m colonnes. 1 0 Par exemple, avec n = et m =, on peut considérer

Plus en détail

Session 2011. Enseignement de Spécialité. Durée de l épreuve : 3 heures. Coefficient : 7. Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7.

Session 2011. Enseignement de Spécialité. Durée de l épreuve : 3 heures. Coefficient : 7. Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7. BACCALAURÉAT GENÉRAL Session 2011 MATHÉMATIQUES Série ES Enseignement de Spécialité Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 7 Ce sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7. L utilisation d une calculatrice

Plus en détail

La gestion des ventes.

La gestion des ventes. I. La prévision des ventes. A. Principe. La gestion des ventes. Elle consiste à déterminer les ventes futures à la fois en quantité et en valeur en tenant compte des tendances et contraintes imposées à

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

La notion de dualité

La notion de dualité La notion de dualité Dual d un PL sous forme standard Un programme linéaire est caractérisé par le tableau simplexe [ ] A b. c Par définition, le problème dual est obtenu en transposant ce tableau. [ A

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL

BTS Groupement A. Mathématiques Session 2011. Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL BTS Groupement A Mathématiques Session 11 Exercice 1 : 1 points Spécialités CIRA, IRIS, Systèmes électroniques, TPIL On considère un circuit composé d une résistance et d un condensateur représenté par

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DE DISSIPATEURS THERMIQUE

DIMENSIONNEMENT DE DISSIPATEURS THERMIQUE DIMENSIONNEMENT DE DISSIPATEURS THERMIQUE Introduction : Un des problèmes des composants actifs tels que les transistors, les régulateurs, etc.., lors de leur utilisation est la dissipation d énergie.

Plus en détail

Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire

Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire LEEA 3 ème A, C. TELLIER, 28.08.04 1 Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire 1. Structure et description du fonctionnement 1.1. Les transistors bipolaires 1.2 Le transistor NPN Structure intégrée d'un transistor

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

De la cellule au champ PV

De la cellule au champ PV De la cellule au champ PV 1- De la cellule au module Tous les modules PV, quelque soit leur technologie fonctionnent grâce au même principe : l effet photoélectrique. Je ne vais pas entrer dans les détails

Plus en détail

1 Les familles logiques

1 Les familles logiques 1 Les familles logiques 1.1 Fonctions logiques câblées Avec l invention de la diode, et longtemps avant la mise au point du transistor et du circuit intégré, il fut possible de câbler directement certains

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option (Public2014-B1) Résumé : On présente un exemple de système de deux espèces en compétition dans un environnement périodique.

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I.

PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I. PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I.. Donner les erreurs en position, en vitesse et en accélération d un système de transfert F BO = N(p) D(p) (transfert en boucle ouverte) bouclé par retour

Plus en détail

-500 V. Figure 1 Figure 2

-500 V. Figure 1 Figure 2 DIODE EN COMMUAION : CALCUL D UN RADIAEUR On considère le montage de la figure qui utilise un redresseur de puissance de type BYX 66-6 (voir annexe) dans un régime de commutation. La tension e (t) qui

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

TD N 1 : transistor bipolaire

TD N 1 : transistor bipolaire Exercice 1 TD N 1 : transistor bipolaire ETUDE STATIQUE VB = 0 On choisit VB et RC et RE pour avoir un point de repos V CE0 =7.5V 1. Donner l expression de la droite charge statique Ic = f(v CE ) ETUDE

Plus en détail

Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois...

Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois... Bonjour par içi, me revoila pour un petit sujet, sur la polarisation des transistors cette fois... En quoi cette notion de polarisation du transistor est-elle si importante? Et bien elle va permettre de

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF PHYSQ 126: Circuits RLC 1 CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF 1 Introduction. Le but de cette expérience est d introduire le concept de courant alternatif (en anglais, Alternating Current ou AC) et d étudier

Plus en détail

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE

SYSTEMES LINEAIRES DU PREMIER ORDRE SYSTEMES LINEIRES DU PREMIER ORDRE 1. DEFINITION e(t) SYSTEME s(t) Un système est dit linéaire invariant du premier ordre si la réponse s(t) est liée à l excitation e(t) par une équation différentielle

Plus en détail

1. TRANSISTOR BIPOLAIRE

1. TRANSISTOR BIPOLAIRE Inventé en 1948 par les Américains J. Bardeen, W. Brattain et W. Shockley, le transistor est un composant à semi-conducteur qui remplit deux fonctions vitales en électronique: celles d'amplificateur (c'est

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

LES DIODES. I La diode à jonction. I.1 Constitution. Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1

LES DIODES. I La diode à jonction. I.1 Constitution. Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1 I La diode à jonction I.1 Constitution Elle est réalisée par une jonction PN. Symbole : Composant physique : Polytech'Nice Sophia 1 I.2 Caractéristique d'une diode Définition : c'est le graphique qui donne

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

G.P. DNS Décembre 2008

G.P. DNS Décembre 2008 DNS Sujet Électronique...1 A.Principe de la détection synchrone...1 1)Étude du filtre RC...1 2)Étude du multiplieur...2 3)Conclusion...2 B.Un filtre universel à amplificateurs opérationnels...2 A. Principe

Plus en détail

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Jean-François Bickel Statistique II SPO8 Transformer une variable consiste en une opération arithmétique qui vise à construire une nouvelle variable

Plus en détail

Suites numériques 2. n=0

Suites numériques 2. n=0 Suites numériques 1 Somme des termes d une suite Dans les applications, il est souvent nécessaire de calculer la somme de quelques premiers termes d une suite (ou même de tous les termes, mais on étudiera

Plus en détail

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S

Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Fonctions - Continuité Cours maths Terminale S Dans ce module, introduction d une nouvelle notion qu est la continuité d une fonction en un point. En repartant de la définition et de l illustration graphique

Plus en détail

TD 11. Les trois montages fondamentaux E.C, B.C, C.C ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe.

TD 11. Les trois montages fondamentaux E.C, B.C, C.C ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe. TD 11 Les trois montages fondamentaux.,.,. ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe ***exercice 11.1 On considère le montage ci-dessous : V = 10 V R 1 R s v e

Plus en détail

Le problème des multiplications matricielles enchaînées peut être énoncé comme suit : étant

Le problème des multiplications matricielles enchaînées peut être énoncé comme suit : étant Licence informatique - L Année 0/0 Conception d algorithmes et applications (LI) COURS Résumé. Dans cette cinquième séance, nous continuons l exploration des algorithmes de type Programmation Dynamique.

Plus en détail

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre

1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre 1 Fiche méthodologique Passage d un mode de représentation d un sev à l autre BCPST Lycée Hoche $\ CC BY: Pelletier Sylvain Les deux modes de représentation des sous-espaces vectoriels Il existe deux modes

Plus en détail

1.Alimentation linéaire

1.Alimentation linéaire Sommaire Introduction Cahier des charges...5 1.Alimentation linéaire...6 2.Alimentation à découpage...7 3.Les différents types de montages...8 3.1. Alimentation type "Buck"...8 3.2 Alimentation type "Boost"...8

Plus en détail

ETUDE D'UN MULTIMETRE NUMERIQUE UTILISANT LE TRANSFERT DE CHARGES 1

ETUDE D'UN MULTIMETRE NUMERIQUE UTILISANT LE TRANSFERT DE CHARGES 1 ETUDE D'UN MULTIMETRE NUMERIQUE UTILISANT LE TRANSFERT DE CHARGES 1 Le schéma de principe d'un multimètre numérique est donné ci-dessous Il met en œuvre un montage comparateur (dont le rôle sera défini

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Chap1 : Intensité et tension.

Chap1 : Intensité et tension. Chap1 : Intensité et tension. Items Connaissances cquis ppareil de mesure de l intensité. Branchement de l appareil de mesure de l intensité. Symbole normalisé de l appareil de mesure de l intensité. Unité

Plus en détail

La science des fusées 1

La science des fusées 1 Mth1101 - TD - Application 9 : optimisation avec contraintes, multiplicateurs de Lagrange La science des fusées 1 Introduction Une fusée comporte plusieurs étages composés d un moteur et de son carburant.

Plus en détail

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Enoncé du TD n 7 Automne 202 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Vous considérez dans cet exercice une firme qui a la possibilité

Plus en détail

Le raisonnement par récurrence

Le raisonnement par récurrence Le raisonnement par récurrence Nous notons N l ensemble des entiers naturels : N = {0,,, } Nous dirons naturel au lieu de entier naturel Le principe du raisonnement par récurrence Soit A une partie de

Plus en détail

Exercices Electricité

Exercices Electricité Exercices Electricité EL1 Champ électrique 1 Deux charges ponctuelles Soit une charge ponctuelle q1 27 C située en x 0 et une charge q2 3 C en x 1m. a) En quel point (autre que l infini) la force électrique

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Chapitre 10 : Condensateur et circuit RC I. Notions de base en électricité : a) Courant électrique

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES B. MARCHADIER Dépendance et indépendance de deux aléas numériques images Mathématiques et sciences humaines, tome 25 (1969), p. 2534.

Plus en détail

Les graphes planaires

Les graphes planaires Les graphes planaires Complément au chapitre 2 «Les villas du Bellevue» Dans le chapitre «Les villas du Bellevue», Manori donne la définition suivante à Sébastien. Définition Un graphe est «planaire» si

Plus en détail

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 4 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Redressement d une tension I. Objectifs Redressement d une tension alternative par le moyen de diodes. Transformation

Plus en détail

CHAPITRE 1: Les Dispositifs Semiconducteurs en Régime Linéaire

CHAPITRE 1: Les Dispositifs Semiconducteurs en Régime Linéaire Circuits Analogiques CHAPITRE 1: Les Dispositifs Semiconducteurs en Régime Linéaire BRS - N3/U3 - Août 2004 - Les dispo semiconducteurs en régime linéaire 1/21 Objectifs A la fin de ce chapitre, vous devez

Plus en détail

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015

Université Mohammed Khidher Biskra A.U.: 2014/2015 Uniersité Mohammed Khidher Biskra A.U.: 204/205 Faculté des sciences et de la technologie nseignant: Bekhouche Khaled Matière: lectronique Fondamentale hapitre 4 : Le Transistor Bipolaire à Jonction 4..

Plus en détail

Chapitre 3. Les distributions à deux variables

Chapitre 3. Les distributions à deux variables Chapitre 3. Les distributions à deux variables Jean-François Coeurjolly http://www-ljk.imag.fr/membres/jean-francois.coeurjolly/ Laboratoire Jean Kuntzmann (LJK), Grenoble University 1 Distributions conditionnelles

Plus en détail

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.)

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.) Convertisseur umérique/analogique (C..A.) et Convertisseur Analogique/umérique (C.A..) I- Introduction : En électronique, un signal électrique est le plus souvent porteur d une information. Il existe deux

Plus en détail

Rappel mathématique Germain Belzile

Rappel mathématique Germain Belzile Rappel mathématique Germain Belzile Note : à chaque fois qu il est question de taux dans ce texte, il sera exprimé en décimales et non pas en pourcentage. Par exemple, 2 % sera exprimé comme 0,02. 1) Les

Plus en détail