PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I."

Transcription

1 PRECISION - REJET DE PERTURBATIONS T.D. G.E.I.I.. Donner les erreurs en position, en vitesse et en accélération d un système de transfert F BO = N(p) D(p) (transfert en boucle ouverte) bouclé par retour unitaire, lorsque F BO contient : (a) aucun intégrateur, (b) un intégrateur, (c) deux intégrateurs. (d) Que deviennent ces erreurs si l entrée est ampli ée par A? (e) Préciser les cas où il y aura rejet de perturbation de sortie de type échelon ou rampe. 2. Application On considère l asservissement par retour unitaire du système modélisé par le transfert : à l aide d un régulateur RC(p): F (p) = p( + 3p + 4p 2 ) (a) RC(p) = K donner les conditions de stabilité asymptotique sur K du système asservi; que vaut l erreur statique "() = lim (e(t) s(t)) pour l entrée e(t) = 3 2t + t 2? t! + p (b) RC(p) = K p quelles actions réalise ce régulateur? donner les conditions de stabilité asymptotique sur K et du système asservi; que vaut l erreur statique "() = lim (e(t) s(t)) pour l entrée e(t) = 3 2t + t 2 en t! fonction des paramètres du régulateur? dans toute la suite on utilisera ce régulateur. (c) Ajout d une perturbation de commande L asservissement précédent est en réalité soumis à une perturbation de commande connue, modélisée par d u (t) = At. Calculer l erreur statique "() = lim (e(t) s(t)) lorsque t! l asservissement ne subit que cette perturbation ( e(t) = 0 ). (d) Ajout d une perturbation de sortie L asservissement subit également une perturbation de sortie connue, modélisée par d s (t) = B(t 2 +). Calculer la sortie en régime permanent s ds () = lim (s(t)) lorsque l asservissement t! ne subit que cette perturbation ( e(t) = d u (t) = 0 ).

2 (e) cumul des e ets de l entrée et des di érentes perturbations Déduire des questions précédentes l expression de la sortie en régime permanent s RP (t) lorsque l asservissement subit l entrée e(t) et les perturbations d u (t) et d s (t) simultanément. (f) Conclure sur la position des intégrateurs par rapport aux types d entrées. SOLUTION Rappel Le principe du calcul des erreurs statiques (c est-à-dire en régime permanent en réponse à des entrées-tests) du système : F B0 = + b p + + b n p n a 0 + a p + a 2 p 2 + a d p d bouclé par retour unitaire, est basé sur l observation du transfert F BF = F B0 = N BF ; + F B0 D BF sous réserve de stabilité asymptotique : F BF = + b p + + b n p n a (a + b )p + + (a n + b n )p n a d p d : Rappel 2 Le principe de l analyse du rejet de perturbations consiste à étudier le gain statique du transfert entre la perturbation ramenée à l échelon et la sortie.. (a) F BO = N(p) D(p) sans intégrateur (D(0) 6= 0) erreur statique en position " 0 () en réponse à l entrée échelon e(t) = " 0 () = (a 0 + ) a 0 + = a 0 a 0 + = + K s où K s est le gain statique de F BO : " 0 () étant non nulle, " () et " 2 () sont in nies en module. (b) F BO = N(p) p D(p) avec N(0)D(0) 6= 0, donc a 0 = 0 erreur statique en position " 0 () en réponse à l entrée échelon e(t) = (t) (t) " 0 () = = 0 erreur statique en vitesse " () en réponse à l entrée rampe e(t) = t " () = (a + b ) b = D(0) N(0) " () étant non nulle, " 2 () est in nie en module.

3 (c) F BO = p 2 N(p) D(p) avec N(0)D(0) 6= 0, donc a 0 = a = 0 erreur statique en position " 0 () en réponse à l entrée échelon e(t) = (t) " 0 () = = 0 erreur statique en vitesse " () en réponse à l entrée rampe e(t) = t " () = b b = 0 erreur statique en accélération " 2 () en réponse à l entrée e(t) = t2 2 " 2 () = (a 2 + b 2 ) b 2 = D(0) N(0) (d) Par linéarité, si l entrée est ampli ée par A, toutes les erreurs seront ampli ées par A : (e) Rejet de perturbations de sortie Lorsque le système F BO bouclé par retour unitaire est soumis uniquement à une perturbation de sortie d s, la lecture du schéma fonctionnel conduit à : s = d s F BO s d où : s = + F B0 d s : Ce transfert étant identique au transfert entrée-erreur e! " ( cf. remarque ), le comportement de la sortie en réponse à une perturbation d s de type échelon (respectivement rampe) sera identique à celui de l erreur en réponse à une entrée échelon (respectivement rampe). D après les calculs d erreur précédents, les perturbations d s = A (t) seront rejetées par les systèmes comportant au moins un intégrateur et celles du type rampe d s = At + B le seront par les systèmes comportant au moins deux intégrateurs.

4 2. Application (a) RC(p) = K Le dénominateur du système ainsi bouclé est : D + KN = 4p 3 + 3p 2 + p + K l application du critère de Routh fournit les conditions de stabilité asymptotique : 0 < K < 3=4 l erreur statique "() = lim (e(t) s(t)) = pour l entrée e(t) = 3 2t + t 2 ; d après les t! K résultats de la question, car la boucle ouverte F BO = ne contient qu un p( + 3p + 4p 2 ) intégrateur ( il en faudrait 2 pour qu elle soit constante et trois pour qu elle soit nulle). + p (b) RC(p) = K p Ce régulateur réalise les actions proportionnelle et intégrale. Le dénominateur du système ainsi bouclé est : D + KN = 4p 4 + 3p 3 + p 2 + Kp + K l application du critère de Routh fournit les conditions de stabilité asymptotique : K > 0 K < 3=4 4 3 (K)2 + K 3K > 0 qui correspondent, dans le plan (K; K) ; à la partie comprise entre la parabole et l axe K = 0. Pour l entrée e(t) = 3 2t + t 2 l erreur est la superposition des e ets de chaque entrée élémentaire (caractéristique des systèmes linéaires), soit : le transfert de la boucle ouverte étant : "() = 3" 0 () 2" () + 2" 2 (); F BO = il vient, d après les résultats de la question : K ( + p) p 2 ( + 3p + 4p 2 ) "() = K = 2 K : Lorsque le système subit l entrée e(t) seule, l erreur en régime permanent "() = " e () vaut donc, si les conditions de stabilité sont véri ées : " e () = 2 K :

5 (c) Ajout d une perturbation de commande La lecture du schéma fonctionnel conduit, lorsque e(t) = 0; à : soit : " = s = F (d u + RC") " = F + RCF d u donc en remplaçant F et RC par leurs valeurs : G = F + RCF = p p 2 ( + 3p + 4p 2 ) + K( + p) : Si les conditions de stabilité sont véri ées, l erreur en régime permanent en réponse : à est G(0) = 0 à At est le gain statique de AG(p) p donc : = A K " du () = A K : (d) Ajout d une perturbation de sortie Lorsque e(t) = d u = 0; la sortie s ds due à d s (t) seule véri e, d après la lecture du schéma fonctionnel : s ds = d s + RCF ( s ds ) donc : s ds = + RCF d s donc en remplaçant F et RC par leurs valeurs : H = + RCF = p 2 ( + 3p + 4p 2 ) p 2 ( + 3p + 4p 2 ) + K( + p) : Si les conditions de stabilité sont véri ées, l erreur en régime permanent en réponse : à B est BH(0) = 0 à Bt 2 est le gain statique de 2 BH(p) p 2 donc : = 2B K s ds () = 2B K : Remarque : on aurait pu utiliser ici le résultat de la question (e) avec F B0 = RCF. Le transfert étant identique au transfert entrée-erreur e! " ( cf. remarque + RCF ), le comportement de la sortie en réponse à la perturbation d s sera identique à celui de l erreur en réponse à l entrée e = B(t 2 + ). D après les calculs d erreur de la question, RCF comportant deux intégrateurs, la perturbation B (t) sera rejetée et la perturbation Bt 2 produira à une sortie constante en régime permanent; sa valeur se déduit de celle de

6 l erreur " 2 () obtenue à la question c pondérée par 2B puisque " 2 () a été calculé pour l entrée test t2 2 ; soit : s ds () = 2B D(0) N(0) = 2B K : (e) cumul des e ets de l entrée et des di érentes perturbations La sortie en régime permanent s RP (t) lorsque l asservissement subit l entrée e(t) et les perturbations d u (t) et d s (t) simultanément est donc : soit : s RP (t) = e(t) " e () " du () + s ds () s RP (t) = 3 2t + t 2 + A + 2B 2 : K (f) Conclusion En allant des sorties vers les entrées, on remarque que : entre " et e il y a 2 intégrateurs et l entrée en t 2 conduit à une erreur constante, entre s et d u il y a intégrateur (celui de RC ) et la perturbation en t conduit à une sortie constante, entre s et d s il y a 2 intégrateurs et la perturbation en t 2 conduit à une sortie constante. l annulation d erreur dépend donc du nombre d intégrateurs entre l erreur et l entrée, avec ( cf. cours ) : " 0 () = " () = = " k () = 0 k+ intégrateurs ) " k+ () = constante "i () = i k de même le rejet de perturbation dépend du nombre d intégrateurs entre la sortie et la perturbation, avec les résultats similaires.

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

Erreur statique. Chapitre 6. 6.1 Définition

Erreur statique. Chapitre 6. 6.1 Définition Chapitre 6 Erreur statique On considère ici le troisième paramètre de design, soit l erreur statique. L erreur statique est la différence entre l entrée et la sortie d un système lorsque t pour une entrée

Plus en détail

Automatique (AU3): Précision. Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr

Automatique (AU3): Précision. Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr Automatique (AU3): Précision des systèmes bouclés Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr Plan de la présentation Introduction 2 Écart statique Définition Expression Entrée

Plus en détail

Analyse des Systèmes Asservis

Analyse des Systèmes Asservis Analyse des Systèmes Asservis Après quelques rappels, nous verrons comment évaluer deux des caractéristiques principales d'un système asservi : Stabilité et Précision. Si ces caractéristiques ne sont pas

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

Chapitre 4 : Identification

Chapitre 4 : Identification Chapitre 4 : Identification 1- Généralités - Identification en boucle ouverte.1 Méthodologie. Méthode directe : confrontation de la réponse théorique et expérimentale.3 Méthode de Strejc.4 Méthode de Broida.5

Plus en détail

Analyse et Commande des systèmes linéaires

Analyse et Commande des systèmes linéaires Analyse et Commande des systèmes linéaires Frédéric Gouaisbaut LAAS-CNRS Tel : 05 61 33 63 07 email : fgouaisb@laas.fr webpage: www.laas.fr/ fgouaisb September 24, 2009 Présentation du Cours Volume Horaire:

Plus en détail

IUT Toulouse II - Automatique et Systèmes Génie Industriel et Maintenance GIM 2 Promo 14 Année 2007-2008. AUTOMATIQUE et SYSTEMES

IUT Toulouse II - Automatique et Systèmes Génie Industriel et Maintenance GIM 2 Promo 14 Année 2007-2008. AUTOMATIQUE et SYSTEMES IUT Toulouse II - Automatique et Systèmes Génie Industriel et Blagnac Maintenance GIM 2 Promo 14 Année 2007-2008 AUTOMATIQUE et SYSTEMES Les cours, TD et TP seront entièrement programmés en 2 ème année.

Plus en détail

Notions d asservissements et de Régulations

Notions d asservissements et de Régulations I. Introduction I. Notions d asservissements et de Régulations Le professeur de Génie Electrique doit faire passer des notions de régulation à travers ses enseignements. Les notions principales qu'il a

Plus en détail

TP d asservissement numérique sur maquette Feedback

TP d asservissement numérique sur maquette Feedback SOUBIGOU Antoine GE3S Semestre 5 2002 PAILLARD Jean-Noël TP d asservissement numérique sur maquette Feedback ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES ARTS ET INDUSTRIES DE STRASBOURG 24, Boulevard de la Victoire

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 1A ISMIN Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 Sommaire. I. Introduction, définitions, position du problème. p. 3 I.1. Introduction. p. 3 I.2. Définitions. p. 5 I.3. Position du problème. p. 6 II. Modélisation

Plus en détail

MODÉLISATION D UNE SUSPENSION DE VOITURE T.D. G.E.I.I.

MODÉLISATION D UNE SUSPENSION DE VOITURE T.D. G.E.I.I. 1. Modèle de voiture MODÉLISATION D UNE SUSPENSION DE VOITURE T.D. G.E.I.I. Un modèle simpli é de voiture peut être obtenu en supposant le véhicule soumis uniquement à la force de traction u dûe au moteur

Plus en détail

Régulation par PID Mickaël CAMUS Etienne DEGUINE Daniel ROSS

Régulation par PID Mickaël CAMUS Etienne DEGUINE Daniel ROSS Régulation par PID Mickaël CAMUS Etienne DEGUINE Daniel ROSS 26/02/10 Plan Définition 1. Proportionnel 2. Intégral 3. Dérivé Réglages des coefficients 1. Différentes approches 2. Ziegler-Nichols 3. Process

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. 1.6.1 Schéma fonctionnel ou schéma bloc... 27

TABLE DES MATIÈRES. 1.6.1 Schéma fonctionnel ou schéma bloc... 27 TABLE DES MATIÈRES Caractérisation et étude des systèmes asservis. Systèmes asservis................................. Structure d un système asservi.....................2 Régulation et asservissement....................

Plus en détail

REGULATION DE TEMPERATURE

REGULATION DE TEMPERATURE REGULATION DE TEMPERATURE I PRESENTATION DU TP I.1 Objectif : L objectif de ce TP est de réguler un système industriel à forte inertie. Après l identification du système en question, l étudiant devra déterminer

Plus en détail

ATS Génie électrique session 2005

ATS Génie électrique session 2005 Calculatrice scientifique autorisée Avertissements : Les quatre parties sont indépendantes mais il est vivement conseillé de les traiter dans l ordre ce qui peut aider à mieux comprendre le dispositif

Plus en détail

Module : systèmes asservis linéaires

Module : systèmes asservis linéaires BS2EL - Physique appliquée Module : systèmes asservis linéaires Diaporamas : les asservissements Résumé de cours 1- Structure d un système asservi 2- Transmittances en boucle ouverte et ermée 3- Stabilité

Plus en détail

Module : boucle à verrouillage de phase

Module : boucle à verrouillage de phase BS2EL - Physique appliquée Module : boucle à verrouillage de phase Diaporama : la boucle à verrouillage de phase Résumé de cours 1- Principe de la boucle à verrouillage de phase 2- Applications en modulation

Plus en détail

Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé A. P. M. E. P. Exercice 1 5 points 1. Réponse d. : 1 e Le coefficient directeur de la tangente est négatif et n est manifestement pas 2e

Plus en détail

Automatique (AU3): Introduction à l automatique. Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr

Automatique (AU3): Introduction à l automatique. Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr Automatique (AU3): Introduction à l automatique Département GEII, IUT de Brest contact: vincent.choqueuse@univ-brest.fr Plan de la présentation 1 Considérations pratiques 2 Introduction Définitions Exemple

Plus en détail

Cours de Systèmes Asservis

Cours de Systèmes Asservis Cours de Systèmes Asservis J.Baillou, J.P.Chemla, B. Gasnier, M.Lethiecq Polytech Tours 2 Chapitre 1 Introduction 1.1 Définition de l automatique Automatique : Qui fonctionne tout seul ou sans intervention

Plus en détail

Etude d une Trottinette électrique

Etude d une Trottinette électrique A l attention de : M. Boitier M. Baget Rapport de projet : Etude d une Trottinette électrique Sommaire I. Présentation de la trottinette... 5 1. Caractéristiques principales... 5 2. Décomposition de la

Plus en détail

FORMULAIRE DE DÉCLARATION

FORMULAIRE DE DÉCLARATION - 1-1. DÉNOMINATION SOCIALE DE LA SOCIETE : 5. DATE DE L OPÉRATION : 12/03/2013 7. PRIX UNITAIRE : 11,74 8. MONTANT DE L OPÉRATION : 3.298,94 actions ordinaires 1. DÉNOMINATION SOCIALE DE LA SOCIETE :

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB MODÉLISATION D UNE SUSPENSION ET ÉTUDE DE SON COMPORTEMENT DYNAMIQUE La suspension d une automobile est habituellement assurée par quatre systèmes

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR. Propulsion et sustentation magnétiques

COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR. Propulsion et sustentation magnétiques ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP Option Physique et Sciences de l Ingénieur CONCOURS D ADMISSION 2009 COMPOSITION DE PHYSIQUE ET SCIENCES DE L INGÉNIEUR (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices

Plus en détail

Automatisation d une scie à ruban

Automatisation d une scie à ruban Automatisation d une scie à ruban La machine étudiée est une scie à ruban destinée à couper des matériaux isolants pour leur conditionnement (voir annexe 1) La scie à lame verticale (axe z ), et à tête

Plus en détail

Fiche sur les capteurs de courant à zéro de flux (application de l effet Hall et des systèmes asservis)

Fiche sur les capteurs de courant à zéro de flux (application de l effet Hall et des systèmes asservis) Fiche sur les capteurs de courant à zéro de flux (application de l effet Hall et des systèmes asservis) Bibliographie. «Les capteurs en instrumentation industrielle», G. Asch & collaborateurs, DUNOD «Capteurs

Plus en détail

TRANSISTOR BIPOLAIRE

TRANSISTOR BIPOLAIRE I Introduction I.1 Constitution Le transistor bipolaire est réalisé dans un monocristal comportant trois zones de dopage différentes. n p n collecteur base émetteur n C On reconnaît deux jonctions PN p

Plus en détail

Identification et réglage assisté par ordinateur d un processus thermique

Identification et réglage assisté par ordinateur d un processus thermique I- But de la manipulation : Identification et réglage assisté par ordinateur d un processus thermique Le but est de procéder à la modélisation et à l identification paramétrique d un procédé considéré

Plus en détail

Développement d un système de commande et de régulation de la température de l air d une soufflerie de séchage convectif

Développement d un système de commande et de régulation de la température de l air d une soufflerie de séchage convectif Revue des Energies Renouvelables SMSTS 08 Alger (2008) 67 77 Développement d un système de commande et de régulation de la température de l air d une soufflerie de séchage convectif Y. Bouteraa 1*, M.

Plus en détail

L usage de calculatrices est autorisé.

L usage de calculatrices est autorisé. CONCOURS ARTS ET MÉTIERS ParisTech - ESTP - ARCHIMEDE Épreuve de Sciences Industrielles MP Durée 3 h Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur d énoncé, d une part

Plus en détail

TP - S2I Centre d intérêt N 4 : prévoir et vérifier les performances des systèmes linéaires continus invariants. TP «Ericc 4» ROBOT ERICC

TP - S2I Centre d intérêt N 4 : prévoir et vérifier les performances des systèmes linéaires continus invariants. TP «Ericc 4» ROBOT ERICC TP «Ericc 4» ROBOT ERICC 0. Objectifs du TP Documents à disposition - le dossier d étude (disponible ci-après) comprend les activités à mener pendant la durée de cette séance de travaux pratiques - le

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

ÉTUDE D UN ASSERVISSEMENT DE NIVEAU

ÉTUDE D UN ASSERVISSEMENT DE NIVEAU Session 2013 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL ET RÉGULATION AUTOMATIQUE E3 Sciences Physiques U-32 PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Matériel autorisé : - Toutes les

Plus en détail

U c U n U 3 I 3. Hacheur

U c U n U 3 I 3. Hacheur G. Pinson - Physique Appliquée Alimentation à découpage 2-TP / 1 2 - ALIMENTATION À DÉOUPAGE Sécurité : manipulation réalisée en TBTS. Principe : générateur de tension (U ) réglable (par ) et régulée,

Plus en détail

S2I. Analyse sanguine automatisée

S2I. Analyse sanguine automatisée I S2I MP 3 heures Calculatrices autorisées Analyse sanguine automatisée Problématique de l analyse sanguine 2010 L évolution des connaissances associées à l analyse sanguine a conduit à l amélioration

Plus en détail

Automatique: Commande des Systèmes Linéaires

Automatique: Commande des Systèmes Linéaires Automatique: Commande des Systèmes Linéaires - Introduction - Carolina ALBEA-SANCHEZ, MC Université de Toulouse LAAS-CNRS, Toulouse, France 05 61 33 78 15, calbea@laas.fr C. Albea Sanchez UPS 1 Objectifs

Plus en détail

DS MODELISATION Mars 2015

DS MODELISATION Mars 2015 DS MODELISATION Mars 205 ETUDE DE LA MACHINE-OUTIL URANE SX Le thème proposé porte sur l étude de la machine-outil URANE SX développée par la société COMAU (ex RENAULT AUTOMATION) de Castres L URANE SX

Plus en détail

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS

CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CI 2 SLCI : ÉTUDE DU COMPORTEMENT DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS CHAPITRE 2 MODÉLISATION DES SYSTÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS TRANSFORMÉE DE LAPLACE TRAVAIL DIRIGÉ Robot Ericc Le robot

Plus en détail

TD 11. Les trois montages fondamentaux E.C, B.C, C.C ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe.

TD 11. Les trois montages fondamentaux E.C, B.C, C.C ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe. TD 11 Les trois montages fondamentaux.,.,. ; comparaisons et propriétés. Association d étages. *** :exercice traité en classe ***exercice 11.1 On considère le montage ci-dessous : V = 10 V R 1 R s v e

Plus en détail

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES

Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES Cours de spécialité mathématiques en Terminale ES O. Lader 2014/2015 Lycée Jean Vilar Spé math terminale ES 2014/2015 1 / 51 Systèmes linéaires Deux exemples de systèmes linéaires à deux équations et deux

Plus en détail

Outils Logiciels Semestre 2 TP : Introduction à l automatique

Outils Logiciels Semestre 2 TP : Introduction à l automatique ! Outils Logiciels Semestre 2 TP : Introduction à l automatique N. Boizot / D. Prandi 06/2014 L objectif de ce TP est la mise en place d une régulation de position angulaire. Le système considéré est un

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Direction des Admissions et concours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

Etude et mise au point d une boucle de régulation en cascade Cascade control

Etude et mise au point d une boucle de régulation en cascade Cascade control PFE : 2011-2012 : Filière génie des procédés Etude et mise au point d une boucle de régulation en cascade Cascade control Application à la régulation en cascade de niveau d eau dans une cuve parfaitement

Plus en détail

1 Exercices d introduction

1 Exercices d introduction Université Paris 7 - Denis Diderot 2013-2014 TD 4 : accélération, mouvement parabolique, mouvement oscillant 1 Exercices d introduction 1. Evolution de la population mondiale Année (1er janvier) 1500 1600

Plus en détail

Premier ordre Expression de la fonction de transfert : H(p) = K

Premier ordre Expression de la fonction de transfert : H(p) = K Premier ordre Expression de la fonction de transfert : H(p) = K + τ.p. K.e τ K.e /τ τ 86% 95% 63% 5% τ τ 3τ 4τ 5τ Temps Caractéristiques remarquables de la réponse à un échelon e(t) = e.u(t). La valeur

Plus en détail

Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés

Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : densité de probabilité Exercice 2 : loi exponentielle de paramètre

Plus en détail

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE I Modèle de l oscillateur harmonique (O.H.) I. Exemples Cf Cours I. Définition Définition : Un oscillateur harmonique à un degré de liberté x (X, θ,... ) est un système physique

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique 1 notes de cours sur la seconde partie

Mathématiques pour l informatique 1 notes de cours sur la seconde partie Mathématiques pour l informatique notes de cours sur la seconde partie L Université Paris-Est, Marne-la-Vallée Cyril Nicaud Organisation Ce demi-cours est composé de 6 séances de cours et 6 séances de

Plus en détail

Asservissement et exploitation des essais dans la pratique de la géotechnique

Asservissement et exploitation des essais dans la pratique de la géotechnique Asservissement et exploitation des essais dans la pratique de la géotechnique Philippe Reiffsteck - LCPC Séance Logiciels du CFMS - 22 mai 2003 1 Thèmes abordés dans la présentation 1. Évolution des matériels

Plus en détail

Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités

Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités Cours 1: lois discrétes classiques en probabilités Laboratoire de Mathématiques de Toulouse Université Paul Sabatier-IUT GEA Ponsan Module: Stat inférentielles Définition Quelques exemples loi d une v.a

Plus en détail

Commande industrielle GEL-4100 / GEL-7063

Commande industrielle GEL-4100 / GEL-7063 Commande industrielle GEL-4100 / GEL-7063 Cours 02 Éric Poulin Département de génie électrique et de génie informatique Automne 2011 Plan du cours 02 2. Réglage des régulateurs PID 2.6 Analyse des performances

Plus en détail

Cuve tampon (Régulation Niveau Débit) Système d étude (Cuve tampon) de régulation de niveau, débit et instrumentation

Cuve tampon (Régulation Niveau Débit) Système d étude (Cuve tampon) de régulation de niveau, débit et instrumentation Cuve tampon (Régulation Niveau Débit) Système d étude (Cuve tampon) de régulation de niveau, débit et instrumentation Regulflex 1 Cuve Tampon (Régulation Niveau Débit) en un clin d œil Sections Electrotechnique,

Plus en détail

SYSTÈMES ASSERVIS CORRECTION

SYSTÈMES ASSERVIS CORRECTION SYSTÈMES ASSERVIS CORRECTION //07 SYSTÈMES ASSERVIS CORRECTION ) Introduction... 3.) Les différents systèmes de commande... 3.2) Performances des systèmes asservis... 4.3) Fonction de transfert en boucle

Plus en détail

REGULATION DE TEMPERATURE

REGULATION DE TEMPERATURE Cours 1ELEEC E2 ETUDE D UN OUVRAGE S4 : Communication et traitement de l information REGULATION DE TEMPERATURE S4.4 : Traitement de l information 1. MISE EN SITUATION : Une chaîne de traitement de surface

Plus en détail

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan

Systèmes linéaires. 1. Introduction aux systèmes d équations linéaires. Exo7. 1.1. Exemple : deux droites dans le plan Exo7 Systèmes linéaires Vidéo partie 1. Introduction aux systèmes d'équations linéaires Vidéo partie 2. Théorie des systèmes linéaires Vidéo partie 3. Résolution par la méthode du pivot de Gauss 1. Introduction

Plus en détail

ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 2008/2009

ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 2008/2009 ENSE3 - API/CSPI et Master Automatique - 28/29 DS Commande robuste - - 19 janvier 29 Nom Prénom Signature ATTENTION: Mettre votre nom et répondre directement sur les feuilles de l énoncé. Justifiez vos

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

Asservissement des systèmes linéaires à temps continu. Cours et Exercices

Asservissement des systèmes linéaires à temps continu. Cours et Exercices Asservissement des systèmes linéaires à temps continu Cours et Exercices Formation d Ingénieurs en Partenariat ère année École Nationale Supérieure de Physique de Strasbourg Université de Strasbourg Edouard

Plus en détail

La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES. Exercice 1 - sur 4 points

La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES. Exercice 1 - sur 4 points La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES Année scolaire 00-004 Copyright c 004 J.- M. Boucart GNU Free Documentation Licence On veillera à détailler et à rédiger clairement les raisonnements,

Plus en détail

Modélisation et Simulation

Modélisation et Simulation Cours de modélisation et simulation p. 1/83 Modélisation et Simulation G. Bontempi Département d Informatique Boulevard de Triomphe - CP 212 http://www.ulb.ac.be/di Cours de modélisation et simulation

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Partiel PHY121 Mécanique du point

Partiel PHY121 Mécanique du point Université Joseph Fourier Grenoble Licence Partiel PHY2 Mécanique du point Vendredi 23 mars 202 Durée h30 Calculatrices et documents non-autorisés Pour chaque question, 4 réponses sont proposées dont ou

Plus en détail

Benjamin Boucher. expertises techniques dans le cadre d'une situation conflictuelle client/fournisseur

Benjamin Boucher. expertises techniques dans le cadre d'une situation conflictuelle client/fournisseur Benjamin Boucher E x p e r t e n C o n c e p t i o n d e S y s t è m e s d e T e s t s G e s t i o n d e p r o j e t s e t d e l a b o r a t o i r e s d ' E s s a i s D é v e l o p p e m e n t d ' a f

Plus en détail

BTS CONTRÔLE INDUSTRIEL ET RÉGULATION AUTOMATIQUE INSTRUMENTATION ET RÉGULATION

BTS CONTRÔLE INDUSTRIEL ET RÉGULATION AUTOMATIQUE INSTRUMENTATION ET RÉGULATION SESSION 1995 BTS CONTRÔLE INDUSTRIEL ET RÉGULATION AUTOMATIQUE INSTRUMENTATION ET RÉGULATION Durée : 4 heures Coefficient : 5 Le sujet comporte 10 pages, dont 2 annexes qui seront rendues avec la copie.

Plus en détail

Modélisation d une machine à courant continu Identification des paramètres

Modélisation d une machine à courant continu Identification des paramètres ENS de Caan - TP de préparation à l agrégation - Electricité Modélisation d une maine à courant continu Identification des paramètres I. Modélisation et fonctions de transfert Nous allons présenter des

Plus en détail

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.)

SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) SESSION 2014 PSISI07 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI " SCIENCES INDUSTRIELLES (S.I.) Durée : 4 heures " N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision

Plus en détail

Programme général des essais de validation des centrales éoliennes raccordées au réseau de transport d'hydro-québec

Programme général des essais de validation des centrales éoliennes raccordées au réseau de transport d'hydro-québec Programme général des essais de validation des centrales éoliennes raccordées au réseau de transport d'hydro-québec Direction Planification des actifs et expertise de transport Février 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Traitement numérique du signal

Traitement numérique du signal Nº 754 BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 707 Traitement numérique du signal par J. ESQUIEU Lycée de Brive 1. TRAITEMENT Le traitement numérique du signal consiste à agir sur le signal à partir d échantillons

Plus en détail

LA MESURE INDUSTRIELLE

LA MESURE INDUSTRIELLE E02 LA MESURE INDUSTRIELLE 20 Heures Technicien responsable de la maintenance Approfondir les techniques de mesure; Prendre en compte l aspect métrologie. Connaître les limites et les facteurs d influences

Plus en détail

Chaudière à condensation + CESC

Chaudière à condensation + CESC Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version du 01/07/2015 Chaudière à condensation + CESC Présentation La présente fiche décrit le principe et la saisie d un chauffe-eau

Plus en détail

6GEI620 - Électronique II. Laboratoire #1

6GEI620 - Électronique II. Laboratoire #1 6GEI620 - Électronique II Laboratoire #1 Conception avec amplificateurs opérationnels Hiver 2008 1. Objectifs Se familiariser avec l outil Multisim Se familiariser avec le prototypage Apprendre, dans un

Plus en détail

GÉNIE ÉLECTRIQUE. Étude d un bain de dégraissage

GÉNIE ÉLECTRIQUE. Étude d un bain de dégraissage GÉNIE ÉLECTRIQUE Étude d un bain de dégraissage Cette étude porte sur un sous-système technique intervenant dans le procédé Kanigen de nickelage chimique, apportant des propriétés anti-corrosives et améliorant

Plus en détail

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3

1.1 Définitions... 2 1.2 Opérations élémentaires... 2 1.3 Systèmes échelonnés et triangulaires... 3 Chapitre 5 Systèmes linéaires 1 Généralités sur les systèmes linéaires 2 11 Définitions 2 12 Opérations élémentaires 2 13 Systèmes échelonnés et triangulaires 3 2 Résolution des systèmes linéaires 3 21

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle La fonction exponentielle Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2015/2016 Table des matières 1 Existence et unicité de la fonction exponentielle 2 1.1 Deux résultats préliminaires.......................................

Plus en détail

Une centrale nucléaire a pour fonction de produire de l'énergie électrique à partir d'énergie nucléaire (figure 2).

Une centrale nucléaire a pour fonction de produire de l'énergie électrique à partir d'énergie nucléaire (figure 2). CX9612 Banque commune École Polytechnique ENS de Cachan PSI Session 2009 Épreuve de Modélisation Durée : 5 heures Aucun document n est autorisé L usage de calculatrice électronique de poche à alimentation

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 3. Utilisation d un multimètre (I)

Fiche technique expérimentale 3. Utilisation d un multimètre (I) Fiche technique expérimentale 3 Utilisation d un multimètre (I) D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Dans cette fiche, on ne s intéresse qu au mesure de tension et d intensité en régime continu mais,

Plus en détail

TP Numéro 1. AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures

TP Numéro 1. AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures TP Numéro 1 AUTOMATIQUE LOGIQUE (programmation et simulation) Durée: 2 heures On considère dans ce sujet un dispositif de remplissage de bacs. Le dispositif concerné est représenté sur la figure ci-dessous,

Plus en détail

La demande de paiement peut correspondre non seulement aux factures mais plus généralement à toute pièce fournisseur (avoir,

La demande de paiement peut correspondre non seulement aux factures mais plus généralement à toute pièce fournisseur (avoir, 1 2 3 Aide à l animateur : Le processus standard de la dépense se décompose en 5 étapes majeures : la formalisation d un contrat, l engagement juridique, le service fait, la demande de paiement et le paiement.

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

stations d appartement) est un système permettant d assurer de manière instantanée (par échangeur à plaques) à partir d un unique réseau

stations d appartement) est un système permettant d assurer de manière instantanée (par échangeur à plaques) à partir d un unique réseau des modules thermiques d appartement 1/ d appartement stations d appartement) est un système permettant d assurer de manière instantanée (par échangeur à plaques) à partir d un unique réseau a de principe

Plus en détail

Cours d Automatique de la licence professionnelle Technologies avancées appliquées aux véhicules

Cours d Automatique de la licence professionnelle Technologies avancées appliquées aux véhicules Cours d Automatique de la licence professionnelle Technologies avancées appliquées aux véhicules Olivier Bachelier E-mail : Olivier.Bachelier@esip.univ-poitiers.fr Tel : 5-49-45-36-79 ; Fax : 5-49-45-4-34

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Corrigé Bac ES Spécialité Maths Antilles Guyane 2011

Corrigé Bac ES Spécialité Maths Antilles Guyane 2011 Corrigé Bac ES Spécialité Maths Antilles Guyane 2011 Christian CYRILLE A quoi servent les mathématiques? : C est pour l honneur de l esprit humain? Jacobi 1 Exercice 1-5 points - Commun à tous les candidats

Plus en détail

annexe III supports en unités de compte

annexe III supports en unités de compte annexe III supports en unités de compte * La performance de l unité de compte sélectionnée est nette de ces frais de gestion. La somme maximum des frais est égale, d une part, au cumul des frais de gestion

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Déclassement d'actifs et stock brut de capital

Déclassement d'actifs et stock brut de capital Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Déclassement d'actifs et stock brut de capital Merci

Plus en détail

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES

CI-4 PRÉVOIR ET SUPPRIMER LES CI-4 LES CONTRAINTES DE MONTAGE D UN SYSTÈME. Objectifs ANALYSER - OPTIMISER A la fin de la séquence de révision, l élève doit être capable de B2 Proposer un modèle de connaissance et de comportement Déterminer

Plus en détail

Laboratoire 1. Diodes et applications

Laboratoire 1. Diodes et applications Laboratoire 1 Diodes et applications Première partie Rappel de cours Université Mohammed V, Faculté des Sciences, Rabat La diode est un élément actif comportant deux électrodes désignées généralement par

Plus en détail

TP4 Simulation comportement drone

TP4 Simulation comportement drone MATLAB Institut Polytechnique Des Sciences Avancées TP4 Simulation comportement drone Modélisation du comportement d un drone quadri-rotor Sous la conduite de : M. Sellami Par : Morin Florent Herrewyn

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Sciences industrielles Cours

Sciences industrielles Cours Lycée Blaise Pascal Mathématiques supérieures et spéciales Sciences industrielles Cours Mathématiques supérieures GENERALITE 7 QUELQUES INFORMATIONS SUR LES SYSTEMES 9 I Introduction 9 II Définition 9

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

S2I. La robotique au service du handicap

S2I. La robotique au service du handicap I Introduction S2I PSI 4 heures Calculatrices autorisées La robotique au service du handicap 2010 Les avancées technologiques récentes des actionneurs électriques ont permis le développement du champ d

Plus en détail

S2I. Chargement et déchargement des cargos porte-conteneurs

S2I. Chargement et déchargement des cargos porte-conteneurs S2I PSI 4 heures Calculatrices autorisées 2013 Chargement et déchargement des cargos porte-conteneurs I Performances et architecture des grues I.A Le rôle des ports dans le transport mondial des marchandises

Plus en détail

Equations différentielles

Equations différentielles Maths PCSI Cours Table des matières Equations différentielles 1 Généralités 2 1.1 Solution d une équation différentielle................................ 2 1.2 Problème de Cauchy.........................................

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electronique Analogique 2ème semestre 3ème partie Damien JACOB 08-09 Le transistor bipolaire I. Description et symboles Effet transistor : effet physique découvert en

Plus en détail