SECURITE TRANSFUSIONNELLE : LES LEÇONS DE L HEMOVIGILANCE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SECURITE TRANSFUSIONNELLE : LES LEÇONS DE L HEMOVIGILANCE"

Transcription

1 Sécurité en anesthésie 63 SECURITE TRANSFUSIONNELLE : LES LEÇONS DE L HEMOVIGILANCE F. Forestier 1, G. Janvier 1, P. Fialon 2, B. David 3-1 Département d Anesthésie- Réanimation Chirurgicale II, CHU de Bordeaux, Groupe Hospitalier Sud, Pessac Cedex 2 Unité Centrale de Sécurité Transfusionnelle et d Hémovigilance, CHU de Bordeaux, Groupe Hospitalier Pellegrin, Bordeaux Cedex - 3 Unité d Hémovigilance, AFSSaPS, , Boulevard Anatole France, Saint-Denis. INTRODUCTION Au cours des années 1980, le monde médical et simultanément les patients, ont pris conscience de l ampleur et de la gravité des complications virales transfusionnelles. En raison de l impact médiatique, des décisions médico-politiques immédiates ont été focalisées sur la transmission sanguine du virus de l immuno déficience humaine. L analyse scientifique inclura aussi les autres risques existants (VHB, VHC, ou ceux hypothétiques liés à des agents infectieux émergents. Afin d expliquer pourquoi cette catastrophe sanitaire n a pas été prévenue, il a été mis en avant les insuffisances, à cette époque, des connaissances cliniques, biologiques et épidémiologiques des affections transmissibles par le sang. Néanmoins de nombreux dysfonctionnements ont été mis en exergue : Les défauts d appréciation du rapport bénéfices/risques chez les médecins transfuseurs. L absence d observatoires et d outils de surveillance efficaces des risques dans le domaine transfusionnel. L insuffisance de la traçabilité des Produits Sanguins Labiles (PSL) dans les dossiers des malades, dans les centres de transfusion et les établissements de soins rendant difficile les enquêtes transfusionnelles à la recherche des malades transfusés. L hétérogénéité des centres de transfusion tant en termes d organisation que de méthodes de collecte, de préparation et de sécurisation des produits. L insuffisance des méthodes de réduction des risques dans la sélection des dons puis la préparation des produits dérivés du sang. Les difficultés rencontrées par les organismes nationaux de tutelle pour décider et mettre en œuvre des mesures réactives immédiates. En réponse à ces insuffisances, une politique sanitaire volontaire a été instituée et mise en place au cours de la précédente décennie. Elle a eu pour but de promouvoir la sécurité des thérapeutiques transfusionnelles.

2 64 MAPAR 2002 Ces modifications ont porté sur le renforcement et la centralisation des organismes de production et de surveillance. Différentes structures ont ainsi été créées ou réorganisées : L Etablissement Français du Sang (EFS). Le Laboratoire Français de Fractionnement et des Biotechnologies (LFB). L Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSaPS). L Institut de veille sanitaire (IVS). Des avancées majeures ont eu lieu dans la sélection du don de sang et la sécurisation des produits dérivés du sang. Un système réactif de surveillance des complications a été mis en place : le dispositif d hémovigilance. Il a été institué par la loi du 4 Janvier 1993 relative à la sécurité en matière de transfusion sanguine et est devenu opérationnel par les circulaires et décrets d applications vers MISSIONS DE L HEMOVIGILANCE L hémovigilance est un système de surveillance des activités transfusionnelles organisé depuis la collecte du sang jusqu au suivi des patients transfusés. Ses missions et son organisation initiales ont été définies par la loi du 4 janvier 1993 [1], modifiées par celle du 1 er juillet 1998 en raison du renforcement de la veille sanitaire [2]. Elle a trois objectifs : 1. La traçabilité des informations de toutes les étapes du cheminement des Produits Sanguins Labiles (PSL) (prélèvement, délivrance, transfusion). 2. Le suivi des incidents transfusionnels. 3. La conduite d enquêtes épidémiologiques sur les donneurs et les receveurs. Deux systèmes d informations ont trouvé leur opérationnalité dans l application du dispositif d hémovigilance : 1. Le premier permet de prévoir le recueil, le recensement, l analyse et le suivi des incidents transfusionnels. Son but est d apporter en permanence des données scientifiques et épidémiologiques sur les risques transfusionnels aux décideurs politiques, aux médecins prescripteurs et aux patients. 2. Le deuxième système a été dédié à la traçabilité des produits dérivés du sang et a permis d assurer les enquêtes transfusionnelles, les procédures conservatoires de retrait de produits en cas d alerte sanitaire et l information auprès des patients ayant reçu des PSL comportant un risque potentiel ou réel de contamination. 2. RESEAU D HEMOVIGILANCE 2.1. RESEA U N ATION AL, UNE ORG ANISA TION TRES OPER ATIONNELLE Le dispositif d hémovigilance fonctionne en réseau constitué de 2000 Correspondants d Hémovigilance nommés dans les établissements de soins (ES) et dans les établissements de transfusion sanguine (ETS). Ceux-ci sont coordonnés par un Coordonnateur Régional d Hémovigilance, placé auprès du Directeur de la DRASS, où sa responsabilité est l organisation du dispositif. Il est une interface forte entre les correspondants de terrain et l Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSaPS) [2] RELAIS DANS LES ET ABLISSEMENTS DE SOINS Les Comités de Sécurité Transfusionnelle et d Hémovigilance (CSTH) ont été mis en place dans les établissements de soins publics et de nombreux établissements privés. Ils coordonnent les activités d hémovigilance. Ils sont composés du Directeur et du

3 Sécurité en anesthésie 65 Correspondant d Hémovigilance de l établissement de soins et de l établissement de transfusion sanguine distributeur, du Coordonnateur Régional d Hémovigilance et de représentants médicaux, soignants, médico-techniques et administratifs de l établissement de santé. Les principaux services prescripteurs de transfusions doivent être représentés. Le Comité de Sécurité Transfusionnelle et d Hémovigilance est averti des incidents transfusionnels, il propose toute mesure pour y remédier, s assure du bon fonctionnement des circuits et des dépôts et élabore un plan de formation. La mise en œuvre de l hémovigilance nécessite une implication forte de l ensemble des acteurs de santé et des patients transfusés. Ce sont en effet ces derniers qui en signalant les effets indésirables et en assurant le suivi post-transfusionnel sont acteurs de leur propre vigilance. 3. TRAÇABILITE 3.1. MISSIONS DE L A TR AÇABILITE La traçabilité [3, 4] est un dispositif de recueil et de conservation des données sur les produits sanguins depuis leur collecte jusqu à leur administration aux receveurs. Elle doit permettre d établir un lien fiable entre le produit sanguin délivré et le receveur effectif tout en préservant l anonymat du donneur et le secret médical MODALITES DE MISE EN ŒUVRE Dans les établissements de transfusion sanguine, l informatisation assure depuis quelques années la traçabilité entre donneurs, et la distribution des produits sanguins. La fiabilité a été facilitée par le choix, pour chaque don, d un numéro d identification unique en France, traduit en numéro code barré. Les établissements de soins ont mis en place pour chaque patient transfusé un dossier transfusionnel dans lequel sont enregistrés les produits administrés. Le dossier transfusionnel fait partie du dossier médical des patients. Il comporte l historique des actes transfusionnels. Sa gestion est sous la responsabilité du médecin prescripteur. Les établissements de soins doivent aussi centraliser les informations sur les produits transfusés (numéro du don et code produit) et l identité des receveurs. Cette mise en œuvre est sous la responsabilité du Directeur d établissement. Sa conservation minimale de quarante ans pérennise l archivage. L échange des données transfusionnelles entre les établissements de transfusion et de santé est défini réglementairement. Il est initié par la prescription faite par le médecin. A partir de l ordonnance nominative, l établissement de transfusion établit une fiche de distribution qui comporte l identité du patient et les caractéristiques des produits. Dans le cas d une dotation, l ETS délivre un bordereau de livraison comportant les données liées aux produits. C est le dépôt de sang de l établissement de soins qui édite alors la fiche de distribution nominative sur laquelle est portée l identification du malade destinataire. Le retour d information va préciser le devenir des produits. Le document d attribution initial est complété en indiquant la date et l heure de la transfusion, l identité du receveur ayant effectivement reçu les produits, les numéros de dons et les codes des produits administrés ou éventuellement détruits ou restitués. Ce document est à retourner à l ETS soit directement soit par l intermédiaire du dépôt distributeur ou du service d hémovigilance. Ce dispositif doit être coordonné avec le recueil centralisé des données transfusionnelles pour limiter les contraintes liées à la traçabilité [5].

4 66 MAPAR 2002 L échange d informations entre établissement de transfusion et de soins peut se faire sous forme télématique. Les modalités de transfert sont codifiées réglementairement. Elles doivent utiliser des messages standardisés (Norme AFNOR) appelés «formats pivots» et un cryptage. Des projets régionaux de transfert électronique sont en cours dans plusieurs régions sous l égide du Coordonnateur Régional d Hémovigilance. Le recueil des données transfusionnelles est sous la responsabilité du médecin prescripteur. Le Correspondant d Hémovigilance et le CSTH s assurent de leur mise en œuvre et vérifient la fiabilité des informations. Le Directeur de l établissement met à disposition les moyens techniques et/ou humains nécessaires. Il s assure de la conformité vis-à-vis des dispositions réglementaires sur la protection des informations en respect des libertés individuelles (déclaration à la CNIL) DONNEES ACTUELLES DE TRAÇABILITE Elles permettent d assurer les enquêtes et les alertes. Le taux de traçabilité national était estimé à 40 % en Il est actuellement de 96 % : 2,85 millions PSL sont «tracés» par an. Les 5 % manquants correspondent à produits dont on ne peut préciser les conditions de prescription et de transfusion. Une telle exhaustivité fiabilise et surtout facilite les enquêtes transfusionnelles et les retraits. Les délais d obtention des données et les moyens à mettre en œuvre pour y parvenir sont notablement réduits. Les enquêtes ascendantes sont initiées par la découverte chez un patient d une pathologie, le plus souvent infectieuse, susceptible d avoir été transmise par un produit sanguin. Les enquêtes descendantes ont pour but de retrouver le ou les receveurs de produit préparé à partir d un don de sang comportant un risque avéré ou potentiel de contamination. Les alertes sanitaires sont adressées aux établissements de transfusion et/ou de soins chaque fois qu une information remet en question la sécurité, la qualité des produits sanguins ou leur conformité aux normes. L utilisation des données de traçabilité permet de connaître, dans les meilleurs délais, le lieu de conservation et d organiser la reprise des PSL incriminés pour destruction ou mise en quarantaine Avec les données de traçabilité, si les produits ont été administrés, le médecin prescripteur, informe ou prévoit si nécessaire un suivi clinique ou biologique des patients transfusés. De telles opérations ont pu être menées au cours des dernières années témoignant ainsi du caractère opérationnel des dispositifs de traçabilité et de gestion d alertes. 4. DONNEES DE L HEMOVIGILANCE ET INCIDENTS TRANSFUSIONNELS 4.1. OUTILS DE SUIVI DES INCIDENTS TRANSFUSIONNELS Le recueil des incidents transfusionnels concerne l ensemble de l activité transfusionnelle jusqu au suivi des receveurs qui inclut une recherche d agglutinines irrégulières, le dosage des transaminases et la proposition de dépistage VIH et VHC en pré et post-transfusionnel [4, 6, 7]. Le signalement des incidents est systématique sans attendre l analyse de l imputabilité. «Tout médecin, pharmacien, chirurgien-dentiste, sage-femme, infirmier(ère) qui constate un effet inattendu ou indésirable, dû ou susceptible d être dû à l administration d un PSL, doit le signaler dans les 8 heures au Correspondant d Hémovigilance». Ce dernier procède aux investigations nécessaires pour son exploration.

5 Sécurité en anesthésie 67 Les Correspondants d Hémovigilance de l établissement de soins et de transfusion remplissent les Fiches d Incident Transfusionnel (FIT). Elles sont transmises dans les 48 heures au Coordonnateur Régional d Hémovigilance. Le transfert au niveau national est assuré par un système informatisé (GIFIT). Les incidents graves et ceux susceptibles d affecter plusieurs receveurs sont notifiés d emblée à l AFSSaPS et à l EFS. L analyse de ces FIT permet d apprécier l imputabilité de la transfusion (exclue, douteuse, possible, vraisemblable ou certaine) et la gravité de l accident : Grade 1 : absence de danger pour la vie du patient. Grade 2 : morbidité à long terme pour le patient. Grade 3 : danger immédiat pour la vie du patient. Grade 4 : décès du patient. Les données de l hémovigilance sont réévaluées et mises à jour régulièrement. Elles sont à la disposition des médecins prescripteurs et des CSTH. La revue «L hémovigilance», éditée par l AFSSaPs, est diffusée aux membres du réseau. Elle est disponible sur le site Internet de cette institution. Elle informe et sensibilise les médecins sur le rapport bénéfices/risques des actes transfusionnels. Ce retour d information est indispensable aux prescripteurs pour adapter leurs indications transfusionnelles et renseigner les patients transfusés. L analyse des données de l hémovigilance s inscrit dans un processus continu et actif de sécurité sanitaire. La détection de risques nouveaux guide la mise en place de mesures adaptées DONNEES N ATION ALES DE L HEMO VIGILANCE Du 1 er janvier 1994 à décembre 2001, fiches ont été transmises à l AFS- SaPS. Le taux de déclaration est de 2,8 FIT pour PSL distribués. Les incidents sont en majorité sans gravité (92 %). Ils induisent un risque vital immédiat (1,8 %) ou une morbidité à long terme (4,2 %). Pour 206 patients, les manifestations déclarées incluaient le décès. Dans l étude effectuée en 1997, sur 79 FIT avec décès, l imputabilité de la transfusion était exclue dans 16 cas, douteuse pour 17, possible pour 19, vraisemblable pour 12 et certaine dans 15 cas ACCIDENTS IMMEDIATS 72 % des incidents sont immédiats. L analyse de leurs étiologies, et ce, quelles que soient l imputabilité transfusionnelle et la gravité retenue, montre le nombre important d incidents de mécanisme inconnu puis la fréquence des accidents allergiques (Tableau I). Tableau I Incidents immédiats, tous grades et imputabilités Inconnu 54 Allergiques 26 Incompatibilité ABO 1 HLA et leuco plaquettaires 6 Autres incompatibilités 2 Culture positive de PSL 1 Surcharge volémique 4 Inefficacité transfusionnelle 3 Autre 3

6 68 MAPAR 2002 Lorsqu on centre l analyse sur les accidents avec imputabilité transfusionnelle importante (3 : possible ou 4 : vraisemblable), la répartition en fréquence se modifie. Une étiologie est plus souvent retrouvée (Tableau II). Tableau II Incidents immédiats, tous grades et imputabilités 3 et 4. Inconnu 28 Allergiques 42 Incompatibilité ABO 1 HLA et leuco plaquettaires 11 Incompatibilité Rhésus 1 Autres incompatibilités 4 Culture positive de PSL 1 Surcharge volémique 6 Inefficacité transfusionnelle 4 Autre 4 Pour les incidents d imputabilité transfusionnelle forte (> 2) et de forte gravité (menace vitale immédiate ou décès), le pourcentage d accidents liés à une surcharge vasculaire, une incompatibilité ABO ou avec une culture positive du PSL, devient important (Tableau III). Tableau III Incidents immédiats, grades 3 et 4 et imputabilités 3 et 4. Inconnu 19 Allergiques 24 Incompatibilité ABO 6 HLA et leuco plaquettaires 5 Incompatibilité Rhésus 1 Autres incompatibilités 4 Culture positive de PSL 6 Surcharge volémique 25 Inefficacité transfusionnelle 3 Autre 5 La grande majorité des décès d imputabilité certaine ou vraisemblable est secondaire à une infection bactérienne, une surcharge volémique ou une incompatibilité ABO. C est donc sur ce type d accidents qu une démarche d amélioration sur la sécurité transfusionnelle a été menée en priorité. Les accidents hémolytiques transfusionnels par incompatibilité ABO sont rares mais toujours observés après transfusion homologue mais aussi autologue. S ils ne représentent qu un pour cent de l ensemble des incidents signalés, ils sont responsables de 6 % des accidents graves de forte imputabilité. Les dysfonctionnements retrouvés peuvent être générés dans les ETS, mais le plus souvent sont observés dans les établissements de soins. Les causes les plus fréquentes

7 Sécurité en anesthésie 69 sont une erreur de choix du PSL ou une erreur de patient à transfuser qui aboutissent à un défaut d attribution au patient du PSL qui lui est destiné. On constate de plus une défaillance pratiquement systématique de la vérification ultime au lit du malade. Ce contrôle n a pas été fait ou mal fait, et de ce fait inopérant : mauvaise interprétation, non-respect de l unité de temps, de personne et de lieu pour sa réalisation. Les surcharges volémiques représentent 4 % des incidents signalés mais 25 % des accidents transfusionnels graves. Elles surviennent presque exclusivement lors de transfusion de concentrés de globules rouges. Ces accidents sont probablement plus fréquents. En effet, leur signalement n est pas exhaustif. La surveillance attentive des patients, des critères plus stricts d indications devraient prévenir leur survenue. Les données d hémovigilance nationales et internationales ont confirmé la persistance de contaminations bactériennes des PSL. Elles permettent de mieux décrire leur symptomatologie. Des recommandations ont été émises pour prévenir ces risques de contamination bactérienne. Les critères de sélection des donneurs et les procédures de désinfection cutanée au cours des prélèvements des dons sont majorées. Les contrôles bactériologiques des sites de prélèvements ont été instaurés. Le détournement des premiers millilitres du don est devenu systématique. Pour permettre un diagnostic plus facile de ces accidents dans les établissements de soins, les PSL sont conservés après transfusion pendant deux heures pour permettre leur examen bactériologique. L étiologie de l incident n est pas toujours retrouvée (54 % de l ensemble des FIT tous grades et imputabilités). Ces incertitudes diagnostiques sont expliquées par la gravité des contextes cliniques, les origines souvent pluri-factorielles des accidents, et aussi par une connaissance incomplète des mécanismes de leur survenue ACCIDENTS RETARDES Vingt-six pour cent des FIT déclarés sont dûs à des incidents retardés. La répartition des catégories diagnostiques est reportée comme suit (tableau IV) : Tableau IV Incidents retardés, tous grades et imputabilités. Sérologie VIH positive 3 Sérologie VHB positive 3 Sérologie VHC positive 28 Anticorps anti-érythrocytaire 65 Autre 1 Lorsqu on analyse les incidents dont l imputabilité transfusionnelle est forte (3 et 4), et ce quelle que soit la gravité, ces complications sont dominées par les allo-immunisations anti-érythrocytaires (Tableau V). Tableau V Incidents retardés tous grades et imputabilité forte. Sérologie VIH positive 0,4 Sérologie VHB positive 0,2 Sérologie VHC positive 7,5 Anticorps anti-érythrocytaire 90 Autre 2

8 70 MAPAR 2002 La majorité des incidents retardés déclarés sont donc des allo-immunisations antiérythrocytaires. Leur dépistage est important pour l avenir transfusionnel du malade. Le suivi des receveurs de PSL a permis de dépister de rares cas de transmissions d infections virales. Mais le nombre observé est moins important que celui qui avait été estimé à partir du suivi des donneurs de sang. Pour le VIH, le risque théorique moyen de prélever un don de sang contaminant est, en France, estimé à trois par an. En fait, depuis la mise en place du dépistage chez les donneurs (1985), seulement 3 cas concernant des transfusions récentes, ont été retrouvés chez des receveurs de PSL. Des discordances similaires sont constatées pour les autres virus. La discordance entre ces deux approches est expliquée par une surestimation possible des calculs obtenus à partir du suivi des donneurs. Il est probable qu elle soit due, au moins en partie, à l absence d exhaustivité dans le suivi post-transfusionnel des receveurs : patients décédés ou n effectuant pas de suivi. Le risque de contamination virale va encore diminuer après l introduction d un dépistage génomique des infections VHC et VIH mis en place depuis Juillet 2001 : par techniques PCR. Les autres virus connus comme étant responsables d une contamination par voie transfusionnelle (virus de l hépatite A, Parvovirus B19 et CMV) ou les virus émergents (HGV, HHV8, TT virus, etc.) ne font pas l objet d un dépistage systématique en routine sur les dons du sang en raison de l absence de pathogénie, du faible taux de transmission ou de l absence de test de dépistage. A ce jour, aucun cas de transmission d Encéphalopathie Subaiguë Spongiforme Transmissible (ESST) dans sa forme classique ou variante n a été rapporté. En raison du risque potentiel décrit pour la forme variante, des mesures préventives ont été mises en place : Déleucocytation systématique. Renforcement des motifs d exclusion aux dons du sang aux personnes ayant séjourné un an dans les îles britanniques entre 1980 et Recommandations de stratégies d épargne transfusionelle et rappel des indications strictes. CONCLUSION : LES LEÇONS DE L HEMOVIGILANCE L hémovigilance a été mise en place pour prévenir la survenue de risques majeurs de contaminations virales des patients transfusés. En moins de dix ans s est mis en place un réseau opérationnel avec une implication exhaustive des personnels des établissements de soins et de transfusion et le renforcement des organismes de tutelle et de surveillance. La prise en charge de la traçabilité des PSL est en voie d exhaustivité. L expérience acquise dans ce domaine permet le suivi en France de 3,5 millions de PSL. De telles actions peuvent donc être mises en place pour d autres produits de santé à risques : dispositifs médicaux implantables, appareils interventionnels ou de diagnostics en contact avec les patients. Le dispositif de surveillance qu est l hémovigilance permet de quantifier et de décrire, en toute transparence, les risques transfusionnels actuels. Il a permis d orienter les mesures de sécurisation mises en œuvre puis de mesurer leur impact. Pour les affections virales connues, une diminution très importante des risques de contamination est actuellement réelle. Pour les risques théoriques ou potentiels, des actions préventives ont été proposées, ainsi que des informations obligatoires aux patients.

9 Sécurité en anesthésie 71 En ce qui concerne les infections bactériennes, l hémovigilance a permis d identifier cette complication dans sa gravité et d y adjoindre et promouvoir des mesures informatives et des règles de bonnes pratiques transfusionnelles adaptées. L hémovigilance, exercée sur les produits sanguins labiles, a aussi mis en évidence que certaines complications étaient induites non pas par les produits, mais par des prescriptions ou des techniques transfusionnelles inappropriées. Ainsi, a été prise en compte l importance des incidents par incompatibilités ABO liées aux erreurs d attribution et à des manques de rigueur dans les contrôles. De même, l attention est attirée sur la prévention des surcharges volémiques en raison de leur extrême fréquence et de leur gravité. Pour ce type de complications, l hémovigilance doit s inscrire dans un processus d amélioration de la qualité des soins pour promouvoir la sécurité transfusionnelle. L hémovigilance contribue à développer et à assimiler les démarches de gestion des risques. A ce titre, elle participe aux politiques de sécurisation des soins et de vigilance sanitaire. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] Loi 93.5 du 4 janvier 1993 relative à la sécurité en matière de transfusion sanguine et de médicaments. [2] Loi du 2 juillet 1998 relative au renforcement de la veille sanitaire et au contrôle de la sécurité sanitaire. [3] Circulaire DGS/DH du 30 décembre 1994 relative à la traçabilité. [4] Décret n du 24 janvier 1994 et circulaire DH-DGS du 7 juillet 1994 relatifs aux règles d Hémovigilance. [5] Fialon P, Quaranta JF, Lemonnier MP, Bricard H, Nublat M, Laxenaire MC, Blanloeil Y, Galperine I, Baron JF, Gross S, Fournel JJ, Vezon G, Janvier G. Bilan de la mise en place du système d hémovigilance et de sécurité transfusionnelle dans les établissements de santé et de transfusion français. Transfus Clin Biol 1998;5: [6] Circulaire 98/231 du 9 avril 1998 relative à l information des malades en matière de risques liés aux produits sanguins labiles et aux médicaments dérivés du sang et sur les différentes mesures de rappel effectuées sur ces produits sanguins. [7] Circulaire DGS/DH n 609 du 1 er octobre 1996 relative aux analyses et tests pratiqués sur des receveurs de produits sanguins labiles.

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES Direction générale Paris, de la santé Sous direction de la politique des produits de santé (SD3) Sous direction de la qualité du système

Plus en détail

Informatisation des données transfusionnelles

Informatisation des données transfusionnelles Informatisation des données transfusionnelles Dr Marie-France Angelini Tibert Coordonnateure régionale d hémovigilance Réunion - Mayotte Objectifs Optimiser et sécuriser les circuits Optimiser et sécuriser

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE L Établissement Français du Sang, est l unique opérateur civil de la transfusion sanguine en France. Sa mission première

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Cahier des charges du Logiciel Médico Technique Rédigé en collaboration avec Cahier des charges du Logiciel Médico Technique La procédure d

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS

CATALOGUE DES FORMATIONS Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES CATALOGUE DES FORMATIONS Formation continue Formation universitaire Développement Professionnel

Plus en détail

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Page d accueil de la rubrique avec un point sur les besoins en sang de la région Page 2 Pourquoi

Plus en détail

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires 5. ENSEMBLE DES PIECES CONSTITUANT LE DOSSIER A FOURNIR A L'AGENCE REGIONALE DE L'HOSPITALISATION POUR UNE DEMANDE D AUTORISATION DE FONCTIONNEMENT D UN DEPÔT DE SANG DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE I.

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG CENTRE NATIONAL DE TRANSFUSION SANGUINE ---------------------------------- DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DE LA PROMOTION DU DON DE SANG AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG Pour vos dons et activités

Plus en détail

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG L Etablissement français du sang LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Les recours possibles pour les patients OBTENIR DES EXPLICATIONS Si un patient

Plus en détail

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux

Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Droits des patients et indemnisation des accidents médicaux Etablissement public sous la tutelle du Ministère chargé de la santé Lorsqu il estime avoir été victime, de la part d un établissement ou d un

Plus en détail

POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné

POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné Congrès SFSP, Jeudi 3 novembre 2011 Contexte et objectifs Sécurité transfusionnelle = Préoccupation

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE»

DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE» Programme de DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE» Séance cognitive DPC Samedi 20 juin 2015 Journée Régionale d Hémovigilance ARS IDF Généralités Unprogramme de DPC est un ensemble d activités d évaluation

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

La gestion des risques dans les établissements de soins

La gestion des risques dans les établissements de soins La gestion des risques dans les établissements de soins Forum des Usagers 01/03/2010 Dr Agnès PERRIN Sce de Gestion du Risque Infectieux et des Vigilances CHRU de LILLE Débuts de la gestion des risques

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

L incompatibilité immunologique érythrocytaire

L incompatibilité immunologique érythrocytaire Fiches techniques des Effets Indésirables Receveurs L incompatibilité immunologique érythrocytaire Qu est ce que l incompatibilité immunologique erythrocytaire et quels en sont les mécanismes physiopathologiques?

Plus en détail

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Objectifs pédagogiques : Expliquer les risques transfusionnels, les règles de prévention,

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

EVOLUTION DE CESSIONS DES PSL ET OBJECTIFS 2013 EN AQUITAINE-LIMOUSIN

EVOLUTION DE CESSIONS DES PSL ET OBJECTIFS 2013 EN AQUITAINE-LIMOUSIN REHAL : actualités et perspectives; 10 ème journée 22 novembre 2012 EVOLUTION DE CESSIONS DES PSL ET OBJECTIFS 2013 EN AQUITAINE-LIMOUSIN Dr Azzedine ASSAL Directeur EFS-AQLI LA RÉGION AQUITAINE-LIMOUSIN

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Les Bonnes Pratiques Transfusionnelles République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Santé, de la Population et de la Reforme Hospitalière Agence Nationale du Sang LES BONNES PRATIQUES

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

La filière du sang en France

La filière du sang en France La filière du sang en France RAPPORT Établi par Olivier VÉRAN, Député de l Isère avec l appui de Abdelkrim KIOUR Inspecteur des affaires sociales Claude SARDAIS Inspecteur général des finances Mission

Plus en détail

LA RECHERCHE INFIRMIERE: une exigence professionnelle / cas concret. La recherche infirmière. Cas concret : où se déroule-t-il?

LA RECHERCHE INFIRMIERE: une exigence professionnelle / cas concret. La recherche infirmière. Cas concret : où se déroule-t-il? LA RECHERCHE INFIRMIERE: une exigence professionnelle / cas concret 2ème journée infirmier(e)s / sages-femmes Université des Sciences de la Santé 20 novembre 2004 Stéphanie OGER 1 La recherche infirmière

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Guide des dons Sang, plasma, plaquettes... et vous, que donnerez-vous? Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors

Plus en détail

Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France. Présentation du 15 décembre 2012

Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France. Présentation du 15 décembre 2012 Etude d impact de la mise en conformité des échanges électroniques entre dépôts de sang et EFS d Île-de-France Présentation du 15 décembre 2012 Dans un contexte d échanges électroniques multiples, impliquant

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

Les contre-indications au don de sang

Les contre-indications au don de sang Les contre-indications au don de sang Souvent, les donneurs s interrogent sur les raisons pour lesquelles tout le monde ne peut pas donner son sang. Le don de sang est une démarche d assistance à autrui,

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers

Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement. Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers Logiciels de gestion sur mesure Etude et développement VIGITRACE Logiciel de suivi des évènements indésirables dans les établissements hospitaliers VIGITRACE Page 2 1. Préambule Le logiciel «Vigitrace»

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France»

Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» Mise à jour du dossier de presse du 2 février 1999 «Organisation d un réseau de sang placentaire en France» MISE AU POINT DE L ORGANISATION DU RESEAU EN FRANCE, EN 2003 : Aujourd hui, cinq établissements

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Sang, plasma, plaquettes... Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors de son accouchement à reprendre des forces,

Plus en détail

Le délai de conservation

Le délai de conservation Stéphanie SÉGUI Consultante au Centre de droit JuriSanté (CNEH) MOTS-CLÉS archives hospitalières conservation dossiers de consultations externes dossiers de pédiatrie dossiers de stomatologie dossiers

Plus en détail

DE BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES

DE BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Octobre 2012 Rédigés en collaboration avec SOMMAIRE PREAMBULE... 4 GLOSSAIRE ET ABRÉVIATIONS... 5 TRONC COMMUN... 14 Contrôle de la qualité... 15 Personnel...

Plus en détail

Exposé sur la Transfusion Sanguine

Exposé sur la Transfusion Sanguine Sommaire : I Histoire de la transfusion sanguine A/ Découverte des groupes sanguins B/ Premières transfusions sanguines C/ Les journées du sang II Les groupes sanguins A/ Les différents groupes B/ Déterminer

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses

www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses www.etablissement-francais-du-sang.fr E.R.A. Echanges des Résultats d Analyses E.R.A. L EFS, les Etablissements de Santé et les laboratoires effectuant des analyses d I.H. pour des patients susceptibles

Plus en détail

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse :

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse : Dossier de presse Le don de sang sur les lieux fixes de collecte Juin 2013 Contact presse : EFS Île-de-France Pôle Relations institutionnelles et communication d image Audrey Larquier : audrey.larquier@efs.sante.fr

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail

CERTIFICATION MÉDICALE RAPPORT MÉDICAL POUR LE DROIT DE SÉJOUR

CERTIFICATION MÉDICALE RAPPORT MÉDICAL POUR LE DROIT DE SÉJOUR Prévu à l article L313-11 11 du Code de l entrée et du séjour des étrangers et du droit d asile (Ceseda), le droit au séjour pour raison médicale concerne les étrangers atteints de maladie grave qui ne

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Références juridiques. Biologie médicale

Références juridiques. Biologie médicale Direction Déléguée à la Gestion et à l'organisation des Soins Direction de l'offre de Soins Département des Produits de Santé Références juridiques Biologie médicale Septembre 2013 PREAMBULE Ce guide

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE SOINS SPECIALISE LE CHÂTEAU DU BOY. Lanuéjols 48000 MENDE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE SOINS SPECIALISE LE CHÂTEAU DU BOY. Lanuéjols 48000 MENDE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DU CENTRE DE SOINS SPECIALISE LE CHÂTEAU DU BOY Lanuéjols 48000 MENDE SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p. 3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Gestion des risques : Principes et méthodes d analyse d accidents thérapeutiques

Gestion des risques : Principes et méthodes d analyse d accidents thérapeutiques Gestion des risques : Principes et méthodes d analyse d accidents thérapeutiques 6ème journée "Actualités et perspectives» Réseau d Hémovigilance Aquitaine Limousin 27/11/08 Dr P.Roussel Institut National

Plus en détail

Complications de la transfusion

Complications de la transfusion Complications de la transfusion Traditionnellement, les accidents transfusionnels sont décrits selon leur cause, immunologique, infectieuse, autre. Il est cependant plus didactique de les étudier selon

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Plateforme VIPros Règlement

Plateforme VIPros Règlement Plateforme VIPros Règlement ART. 1 : PRESENTATION DE LA PLATEFORME VIPros est un programme de fidélisation multi-marques, unique et centralisé, reposant sur une plateforme web et web mobile. La participation

Plus en détail

Référent et management

Référent et management Référent et management Manager pour une efficacité de prévention Rôle, mission du référent et relais avec l encadrement Comment fédérer tous les acteurs de soins Référent et management Manager pour une

Plus en détail

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Procédure de recueil de consentements du donneur. Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer

Unité d onco-hématologie pédiatrique. Procédure de recueil de consentements du donneur. Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer PO 3.2.2 version n 1 page1/5 Unité d onco-hématologie pédiatrique Procédure de recueil de consentements du donneur Codification du document : PO 3.2.2 Rédacteur : Dr V Gandemer Date d application : 1/12/2007

Plus en détail

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique Introduction au métier d ARC en recherche clinique Déroulement d un projet de recherche clinique Idée Faisabilité Avant Pendant Après Protocole accepté Démarches réglementaires Déroulement de l étude Analyse

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit.

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. Protocole [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte... p. 4 Les objectifs... p. 5 Les bénéficiaires... p. 5 Le chéquier et les coupons... p.

Plus en détail

La raison d être des systèmes d information

La raison d être des systèmes d information La raison d être des systèmes d information 23 ème Séminaire en sciences pharmaceutiques Pourrait-on vivre sans? 1 Enjeux Processus de soins très complexes et fortement basés sur la fiabilité humaine Suivi

Plus en détail

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page2

Plus en détail

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux 3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux (111) Cette section présente une liste d actions recommandées qui devraient être mises en place par le gouvernement central

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS 119 rue de la marne - 33500 - Libourne NOVEMBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

TRANSFUSION DE PLASMA THÉRAPEUTIQUE : PRODUITS, INDICATIONS ACTUALISATION 2012 ARGUMENTAIRE

TRANSFUSION DE PLASMA THÉRAPEUTIQUE : PRODUITS, INDICATIONS ACTUALISATION 2012 ARGUMENTAIRE TRANSFUSION DE PLASMA THÉRAPEUTIQUE : PRODUITS, INDICATIONS ACTUALISATION 2012 ARGUMENTAIRE Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, juin 2012 1 GROUPE DE TRAVAIL Pr BENHAMOU

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

Dossier de partenariat

Dossier de partenariat Dossier de partenariat C 008-20 2 s e n u e j e n ampag le don du sang : un autre moyen de vivre une expérience forte 09 L EFS : un acteur majeur de santé publique L EFS Créé en 2000, l Etablissement Français

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2001/01-01/a0010017.htm Bulletin Officiel n 2001-1 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Page 1 sur 6 Complément à la circulaire DH/EO 2 n

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention Evaluation du risque après AEV Selon le type d'accident Virus Percutanée Cutanéomuqueux Morsure VHB 2 à 40% >HCV>VIH Documentée VHC

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

RESPONSABILITÉ INDEMNITAIRE

RESPONSABILITÉ INDEMNITAIRE RESPONSABILITÉ INDEMNITAIRE (CIVILE ET ADMINISTRATIVE) Pr Scolan Clinique de médecine légale RESPONSABILITÉ CIVILE Introduction Obligation de répondre devant la justice d un dommage et de le réparer Délictuelle

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

_GUIDE À L ATTENTION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ_

_GUIDE À L ATTENTION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ_ _GUIDE À L ATTENTION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ_ INTRODUCTION L accès à la contraception, sans autorisation parentale, est un droit pour les mineur(e)s. Néanmoins, dans la réalité, les jeunes ayant besoin

Plus en détail

STACCINI Pascal UFR Médecine Nice Université Nice-Sophia Antipolis

STACCINI Pascal UFR Médecine Nice Université Nice-Sophia Antipolis 3.2 : S initier à l organisation, la mise en œuvre et l utilisation d un système d information Chapitre 3 : Systèmes d information Systèmes d information hospitaliers (S.I.H.) STACCINI Pascal UFR Médecine

Plus en détail

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP 1- Sécurité civile et police administrative L activité opérationnelle des sapeurs pompiers s exercent dans le cadre de la police administrative. La police administrative

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail