Complications de la transfusion

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Complications de la transfusion"

Transcription

1 Complications de la transfusion Traditionnellement, les accidents transfusionnels sont décrits selon leur cause, immunologique, infectieuse, autre. Il est cependant plus didactique de les étudier selon leur chronologie, Immédiats ou Retardés. COMPLICATIONS DE LA TRANSFUSION Conduite à tenir 2 1 Complications retardées Complications immédiates III. IV. ACCIDENTS DES 8 PREMIERS JOURS Inefficacité transfusionnelle Purpura post-transfusionnel immunologique Réaction du greffon contre l hôte(cvh) ACCIDENTS AU DELA DE LA 1 ére SEMAINE Paludisme post transfusionnel Hépatites virales Affection V.I.H Syndrome mononucléosique Accidents secondaires à une surcharge en fer. I. Hémolyse intra-vasculaire par incompatibilité ABO Accidents infectieux Syndrome frisson hyperthermie Réaction allergique Accident de surcharge Accidents de la transfusion massive Le TRALI (Syndrome de détresse respiratoire aiguë) II. ACCIDENTS DES 24 PREMIERES HEURES Accidents hémolytiques 4 3

2 Syndrome frisson hyperthermie(2) isolé ou premier signe d un choc immunologique ou septique Syndrome frisson hyperthermie(1) isolé ou premier signe d un choc immunologique ou septique Envoyer au laboratoire Recherche d anticorps anti HLA Hémocultures et culture de la poche pour éliminer un problème infectieux Groupe, RAE, Coombs direct et indirect, bilan d hémolyse (hémoglobinémie, hémoglobinurie, haptoglobine Principes du traitement Antipyrétiques: PERFALGAN 1g Corticoïdes type SOLUMEDROL 20 mg en IVD Prévention: la déleucocytation (obligatoire depuis avril 1998) 6 Manifestations cliniques Frissons, froid intense, Augmentation de température de 2 à 3 mais sans état de choc ni douleur lombaire Spontanément régressif au bout de 2 heures Souvent immunisation leucoplaquettaire chez le receveur mais parfois début syndrome infectieux mineur ou non Conduite à tenir Arrêter la transfusion, maintenir la voie d abord Appeler un médecin Vérifier les concordances d identité patientdocuments IH- groupe de la poche et celui de la carte de groupe, refaire un CPTU 5 Hémolyse par incompatibilité ABO (1) Arrêter la transfusion, Maintenir la voie d abord ou prendre une autre voie (ne pas «rincer» le sang dans la tubulure) Appeler un médecin Surveiller l hémodynamique, la diurèse Mettre en route le traitement d urgence Recueillir les éléments de confirmation biologique du diagnostic 8 Manifestations cliniques: dans les 10 minutes: malaise, angoisse, nausées, oppression thoracique Choc, douleurs lombaires Signes hémorragiques Patient inconscient: saignement en nappe du champ opératoire, choc ) Rapidement dans tous les cas: hémolyse (urines porto), Oligo-anurie, troubles de l hémostase. Physiopathologie VASOPLEGIE majeure: anaphylatoxines: IRA avec anurie: complexe d attaque perforant la membrane érythrocytaire: hémoglobinémie hémoglobinurie CIVD: libération de phospholipides membranaires et contact entre facteur tissulaire FT et facteur VII activé, aboutissant à une activation systémique et excessive de la coagulation 7

3 Hémolyse par incompatibilité ABO (3) Confirmation biologique du diagnostic Hémolyse par incompatibilité ABO (2) Traitement d urgence Vérifier les concordances d identité patientdocuments IH- groupe de la poche et celui de la carte de groupe, refaire un CPTU Envoyer au laboratoire: Prélèvements pour contrôle: Groupe, RAE, Coombs direct, Bilan d hémolyse (hémoglobinémie- hémoglobinurie- haptoglobine), Hémoculture Poche de concentré(s)globulaire(s) pour contrôle de groupe + mise en culture. Respect des procédures transfusionnelles standardisées - Identification des prélèvements, - Examens pré transfusionnels, RAI - Vérification ultime au lit du malade Traitement du choc avant tout vasoplégique: remplissage++, amines vasopressives Traitement de l insuffisance rénale: diurèse forcée par LASILIX, Dopamine 3µg/kg/min, Epuration extra-rénale si nécessaire Diagnostic biologique et Traitement de la CIVD D Dimères augmentés (témoins indirects de la formation excessive de thrombine Thrombopénie< témoin de la consommation excessive de plaquette Taux de prothrombine <50% et concentration plasmatique de fibrinogène bas <1g témoins de la consommation excessive de facteurs de la coagulation 10 9 Accidents infectieux par contamination bactérienne (2) Conduite à tenir Arrêter la transfusion Maintenir la voie d abord, seconde voie d abord Appeler un médecin Évoquer systématiquement le diagnostic Surveiller l hémodynamique et la diurèse Envoyer au laboratoire: Prélèvements du patient pour Hémoculture, contrôle RAE, groupe + coombs direct Poche(s) concentré(s)globulaire(s) pour examen bactériologique direct + mise en culture. Contrôle de groupe. Accidents infectieux par contamination bactérienne (1) Manifestations cliniques Trois tableaux plus ou moins sévères selon la charge bactérienne, la présence d endotoxines, la température de conservation 1. État de choc septique avec marbrures, hypotension, tachycardie, cyanose, polypnée, hyper ou hypothermie 2. Manifestations atypiques: sensation de malaise général avec prostration, douleurs abdominales, nausées, vomissement, diarrhées, syndrome hémorragique 3. Réaction frisson hyperthermie: souvent de nature immunologique mais l étiologie bactérienne est toujours évoquée

4 ACCIDENTS IMMEDIATS Réaction allergique Accidents infectieux par contamination bactérienne (2) 1 à 45 min après le début de la transfusion Manifestations cliniques: Urticaire, bronchospasme, œdème de Quincke, choc anaphylactique (vasoplégie majeure) Conduite à tenir Arrêter la transfusion, Maintenir la voie d abord, Appeler un médecin Recherche d anticorps anti IgA, Principes de traitement Prurit: POLARAMINE 1 Amp IVD Oedème de Quincke: SOLUMEDROL 20mg IVD Bronchospasme: agonistes B2 adrénergiques type SALBUTAMOL, bolus de 100 à 200 µg Adrénaline IVD par bolus à doses titrées de 1 mg jusqu à restauration de la TA et remplissage vasculaire par cristalloides isotoniques 14 Germes en causes: staphyloccoques, bacille gram(-) Yersinia entérocolitica: responsable d un choc septique lors d'une tranfusion surtout de plaquettes. Cette bactérie se multiplie aussi bien à 4 C (température de conservation des poches de sang) qu à 37 C. Dans tous les cas rapportés, le sang provenait d'un donneur présentant une bactériémie asymptomatique. Traitement d urgence du choc septique: - O2, - Amines vasopressives) - Antibiothérapie) 13 Syndrome de transfusion massive (1) Un contexte complexe (poly traumatologie, chirurgie réglée), et un traitement difficile Une double définition du caractère massif de la transfusion: Statique: transfusion d une masse sanguine ou de 10 unités CGR en moins de 24 h Et surtout dynamique: 1/2 masse sanguine en moins 3 heures, 4 culots globulaire ou plusen 1 heure avec un saignement actif Poids 75 kgs 50 kgs 1 masse Sanguine 6 CGR 4 CGR 2 masses sanguines 11 CGR 8 CGR Accidents de surcharge Prévention: limiter les débits à 50 ml/h chez patients à risque Manifestations cliniques: Toux sèche et quinteuse, élévation tensionnelle, puis tableau d OAP (attention: enfants, insuffisants cardiaques) Conduite à tenir Arrêter la transfusion, Maintenir la voie d abord, Appeler un médecin RX pulmonaire Traitement de l OAP: O², furosémide, vasodilatateurs, CPAP Recherche d anticorps anti-leucocytaires et les leuco-agglutinines (si traitement inefficace penser à œdème pulmonaire secondaire conflit entre GB des PSL et AC anti-hla receveur et inversement) 16 15

5 Syndrome de transfusion massive (3) Syndrome de transfusion massive (2) Un diagnostic et un monitoring difficile au chevet du malade - La numération plaquettaire, disponible rapidement mais à interpréter dans le contexte d hypothermie, de dilution, de CIVD - Le TP et le TCA, mais seuls les allongements importants ( x 1.8 ) sont significatifs en pratique clinique - Le fibrinogène Prévention - L administration prophylactique de PFC et de CP n est pas recommandée et se fonde sur le contexte - La prévention de l hypothermie par le réchauffement du patient et des perfusions est fondamentale - Le déchocage et la correction de l anémie 18 Une coagulopathie clinique souvent sévère et des troubles de l équilibre acido-basique liés à la transfusion massive mais aussi à sa cause Un mécanisme complexe et multiple aboutissant à la coagulopathie Décroissance progressive des facteurs de la coagulation (II prothrombine,v proaccélérine, VII, VIIIc, I fibrinogène) (premières heures taux <30%) Dilution et phénomènes rhéologiques Produits de substitution (remplissage) Phénomènes de coagulation intravasculaire Anomalies de l hémostase primaire et thrombopénie, constante au cours de la transfusion Hypothermie, par transfusion de sang insuffisamment réchauffé induisant une coagulopathie de consommation Hypocalcémie(surcharge citratée -chélateur du calcium) D autres facteurs: acidose (PH<7,2), hématocrite bas, 17 TRALI (1) syndrome de détresse respiratoire aiguë 1 à 2 heures après la transfusion, tableau sévère et de mauvais pronostic de «surcharge volémique» MAIS Fièvre quasi constante ( élévation de la température de 1 c ou+) Détresse respiratoire aiguë avec œdème lésionnel ( râles crépitants diffus dans les deux champs pulmonaires, hypoxie Hypotension artérielle, ne répondant pas au remplissage vasculaire, tachycardie, rarement hypertension. 20 Cristalloïdes Colloïdes CGR Schéma de traitement en chirurgie réglée Plasma Fibrinogène C. Plaquettes Alternatives - VII activé recombinant - Manipulation de l hémostase 0 <hémodilutionhypocoagulabilité Gélatines: effet incertain HEA interferent: Max: 80ml kg jour 5 à 20 ml kg Ht = % TP <40 % Fg <1,0 g litre -1 Plaquettes <50x10 9 L -1 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 Volume Sanguin Substitué 19

6 ACCIDENTS DES 24 PREMIERES HEURES Accidents hémolytiques TRALI (2) Subictère Oligurie avec urines foncées Inefficacité transfusionnelle Numération Bilan d hémolyse Bilan rénal (urée, créatinine) Contrôle: RAE, Coombs direct, groupe 22 Signes radiologiques Infiltrats pulmonaires bilatéraux Conduite à tenir Arrêter la transfusion, Maintenir la voie d abord, Appeler un médecin Bloquer tous les PSL issus du donneur potentiellement impliqué (par EFS) Mécanisme immun probable Recherche Ac anti-hla ( receveur et donneur) ou Ac anti-granuleux (receveur et donneur), habituellement incriminés Typage HLA chez le receveur 21 ACCIDENTS DES 8 PREMIERS JOURS Purpura post-transfusionnel immunologique ACCIDENTS DES 8 PREMIERS JOURS Inefficacité transfusionnelle Purpura généralisé, splénomégalie au 8 ème jour post- transfusionnel Souvent chez une femme avec ATCD obstétricaux Syndrome frisson-hyperthermie initial Thrombopénie aigue Recherche d anticorps anti-plaquettes souvent responsable d un conflit immunologique Thérapeutique incertaine Persistance de l anémie sans saignements malgré les transfusions Numération (hémoglobine, hématocrite, réticulocytes) Contrôle: RAE, Coombs direct Élution Si transfusion ultérieure: CGR phénotypés et compatibilisés

7 ACCIDENTS AU DELA DE LA PREMIERE SEMAINE Paludisme post transfusionnel ACCIDENTS DES 8 PREMIERS JOURS Réaction du greffon contre l hôte(cvh) Reste exceptionnel (recherche anticorps antipalustres chez les donneurs après un voyage en zone endémique. Même tableau clinique qu un paludisme d une autre origine Recherche anticorps anti palustre 26 patients immunodéprimés Nausées, diarrhée Signes cutanés (érythrodermie désquamative) Hépatosplénomégalie, Ictère Prévenir un médecin hématologiste Pancytopénie, diagnostic histologique cutané Corticoides, chimiothérapie Patients à transfuser en CGR IRRADIES 25 ACCIDENTS AU DELA DE LA PREMIERE SEMAINE Hépatites virales-affection V.I.H ACCIDENTS AU DELA DE LA PREMIERE SEMAINE Les contaminations virales Formes ictérique ou découverte fortuite (hépatite) Syndrome mononucléosique, infections opportunistes répétées ou découverte fortuite (VIH) Information du patient Confier le patient à un spécialiste Enquête transfusionnelle Prévention Dépistage des dons, surveillance post transfusionnelle 28 Une question de santé publique Les virus infectant l homme sont transmis par une transfusion s ils sont présents dans le sang au moment du don sous forme de: Virémie prolongée ou chronique sans signes cliniques (VIH, VHB, VHC) Virus latents dans les leucocytes (VIH, CMV, VHB, VHC essentiellement): En dépit de la déleucocytation, les risques sont habituellement liés à des dons prélevés en période de latence sérologique. La notion de «risque résiduel» est en effet lié à cette fenêtre sérologique (pas de détection de l antigène ni de l anticorps) 27

8 Obligation de signalement et de déclaration des incidents et/ou accidents transfusionnels Merci de votre attention Tous les incidents ou accidents posttransfusionnels, précoces ou tardifs, de découverte systématique ou fortuite doivent être signalés au correspondant d hémovigilance. Selon procédure locale FIT Décret du 24 janvier 1994, précise les règles de l hémovigilance Circulaire DGS/DH N 40 du 7 juillet 1994 (contenu et modalités de transmission d une fiche d incident transfusionnel) 30 29

Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats

Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats Exploration des Effets Indésirables Receveur (EIR) immédiats Groupe de travail : C Linget, L Campergue, B Lassale, JP Aullen, D Legrand - La procédure infirmière doit rester la plus homogène possible.

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine

Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine Rôle de l infirmier dans la Transfusion Sanguine XIème CONGRES NATIONAL 1ère JOURNEE DES INFIRMIERS EN HEMATOLOGIE 24-25 - 26 Avril 2014 Sheraton, Alger Dr N Ferroudj. Pr S Nekkal. Pr M Belhani CHU Béni

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Interventions lors d une réaction transfusionnelle. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures diagnostiques ou thérapeutiques

Plus en détail

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel

Transfusion sanguine. 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel Transfusion sanguine 1. Rappels : Antigènes Anticorps Groupe sanguin RAI Compatibilité Bonnes Pratiques 2. L acte transfusionnel UE 4.4 S4 : «Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical» Transfusion

Plus en détail

Etablissement de Soins

Etablissement de Soins Sécurité transfusionnelle au niveau d un Etablissement de Soins 1 Sur prescription médicale prélever en deux temps, en deux points de ponction et par deux opérateurs différents la première puis la seconde

Plus en détail

LES EFFETS INDESIRABLES RECEVEURS ET INCIDENTS GRAVES DE LA CHAINE TRANSFUSIONNELLE

LES EFFETS INDESIRABLES RECEVEURS ET INCIDENTS GRAVES DE LA CHAINE TRANSFUSIONNELLE LES EFFETS INDESIRABLES RECEVEURS ET INCIDENTS GRAVES DE LA CHAINE TRANSFUSIONNELLE 1 DEFINITION LES EFFETS INDESIRABLES RECEVEURS Apparition au cours ou immédiatement après une transfusion, de manifestations

Plus en détail

L incompatibilité immunologique érythrocytaire

L incompatibilité immunologique érythrocytaire Fiches techniques des Effets Indésirables Receveurs L incompatibilité immunologique érythrocytaire Qu est ce que l incompatibilité immunologique erythrocytaire et quels en sont les mécanismes physiopathologiques?

Plus en détail

TITRE : ORDONNANCE COLLECTIVE - PRÉLÈVEMENTS SANGUINS

TITRE : ORDONNANCE COLLECTIVE - PRÉLÈVEMENTS SANGUINS TITRE : ORDONNANCE COLLECTIVE - PRÉLÈVEMENTS SANGUINS LORS D UNE RÉACTION TRANSFUSIONNELLE ORDONNANCE COLLECTIVE PRÉLÈVEMENTS SANGUINS LORS D UNE RÉACTION TRANSFUSIONNELLE RÉFÉRENCE À UN PROTOCOLE : X

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Transfusion: Methode de Lewisohn

Transfusion: Methode de Lewisohn Transfusion: Methode de Lewisohn TRANSFUSION SANGUINE I - RAPPEL groupe ABO groupage ABO groupe Rhésus RAI contrôle ultime II - PRODUITS DERIVES DU SANG et LEURS INDICATIONS A - LE SANG TOTAL B - CONCENTRES

Plus en détail

Quizz d éd. évaluation. Simulation. 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle

Quizz d éd. évaluation. Simulation. 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle Simulation Quizz d éd évaluation 18 e Journée d actualisation des connaissances en pratique transfusionnelle Unité de Sécurité Transfusionnelle et d Hémovigilance CHU de Bordeaux La sécurits curité transfusionnelle

Plus en détail

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Objectifs pédagogiques : Expliquer les risques transfusionnels, les règles de prévention,

Plus en détail

Nous n avons pas de conflit d intérêt en relation avec cette présentation www.etablissement-francais-du-sang.fr

Nous n avons pas de conflit d intérêt en relation avec cette présentation www.etablissement-francais-du-sang.fr Un accident grave évitable, la surcharge TACO (Transfusion-Associated Circulatory Overload) Nous n avons pas de conflit d intérêt en relation avec cette présentation Chronologie des faits Le 4 septembre

Plus en détail

LES PRODUITS SANGUINS LABILES

LES PRODUITS SANGUINS LABILES LES PRODUITS SANGUINS LABILES Il existe d autres produits sanguins : les produits sanguins stables appelés aujourd hui médicaments dérivés du sang (MDS). Les 2 familles de produits sont des produits sanguins

Plus en détail

La transfusion en urgence

La transfusion en urgence 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2011 Sfar. Tous droits réservés. La transfusion en urgence B. Hauton 1 M. Thicoïpé 2 T. Martinez 3 I. Roger 4 1

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Réactions transfusionnelles

Réactions transfusionnelles Réactions transfusionnelles Ø CE Ø Plasma (PFC) Ø Plaquettes (CP) Hémovigilance : aspects légaux Obligation légale depuis 2002 : déclaration obligatoire des réactions transfusionnelles même mineures de

Plus en détail

Inactivation des PSL: présent et futur. Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi

Inactivation des PSL: présent et futur. Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi Inactivation des PSL: présent et futur Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi La transfusion sanguine: un système «ultra-sur».aujourd hui Carson J L et al. Ann Intern

Plus en détail

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG L Etablissement français du sang LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site

Plus en détail

Désinfection et stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables

Désinfection et stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables 7 SOINS D HYGIÈNE ET DE CONFORT, TOILETTE Désinfection et stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables Temps prévu de préparation : variable Temps prévu pour le soin : variable C3, capacité 4,

Plus en détail

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle

Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Formulaire FIG Liste complémentaire des incidents graves de la chaîne transfusionnelle Anomalie à l ETS Anomalie à l ETS Identification donneur sélection homonyme à l accueil collecte sélection homonyme

Plus en détail

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences F. Fays, P. Hausfater

Plus en détail

Transfusion sanguine UHN. Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options

Transfusion sanguine UHN. Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options Transfusion sanguine Blood Transfusion - French Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options UHN Quels sont les avantages d'une transfusion sanguine? La transfusion

Plus en détail

MEMENTO DE L ACTE TRANSFUSIONNEL

MEMENTO DE L ACTE TRANSFUSIONNEL REPUBLIQUE DU BENIN ******** MINISTERE DE LA SANTE ******** DIRECTION DES EXPLORATIONS DIAGNOSTIQUES ET DE LA TRANSFUSION SANGUINE ******** SERVICE NATIONAL DE TRANSFUSION SANGUINE MEMENTO DE L ACTE TRANSFUSIONNEL

Plus en détail

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines

CAS CLINIQUES. CAS CLINIQUE n 1 14/05/2012. Patiente née en 1970. Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG CAS CLINIQUE n 1 Patiente née en 1970 CAS CLINIQUES Allogreffe de CSH prévue dans 3 semaines Prescription de 2 CGR et CP (Hb : 7,5 g/dl et plaquettes = 12 000/mm 3 ) sans

Plus en détail

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique

Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique Le bilan pré opératoire en gynécologie obstétrique JC Mangin Anesthésiste réanimateur Centre Olympe de Gouges CHU Bretonneau Tours mardi_11_juin_2013 Recommandations formalisées d experts SFAR 2012 Le

Plus en détail

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION Expérience du service de santé des armées SFVTT-2010 A. SAILLIOL, E. PEYTEL Les situations d exception pour le SSA 1. Opérations militaires hors du territoire français

Plus en détail

Déclaration de conflits d intérêt

Déclaration de conflits d intérêt Déclaration de conflits d intérêt Introduction Cas Clinique 1 Mr X 62 ans ethylotabagique HTA Hypercholestérolémie Découverte d une tuberculose pulmonaire en 2009 Traitement de 6 mois avec observance difficile

Plus en détail

Le processus transfusionnel

Le processus transfusionnel Le processus transfusionnel Description des étapes successives de réalisation d un acte transfusionnel, dans le but de maîtriser au mieux les paramètres de ces étapes pour la qualité et la sécurité de

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Tableau comparatif des IgIV

Tableau comparatif des IgIV I. Information sur la formulation Tableau comparatif des IgIV Formulation Lyophilisée Liquide Liquide Liquide Concentration Dispositif d administration fourni? Contenu en IgA 5 % ou 10 % après 9-11 % 9,0-11,0

Plus en détail

2.2. La transfusion sanguine et le test au lit du bénéficiaire de soins

2.2. La transfusion sanguine et le test au lit du bénéficiaire de soins 2.2. La transfusion sanguine et le test au lit du bénéficiaire de soins 2.2.1. Les systèmes de groupe sanguin (Répétition) Voir Biologie, Anatomie, Physiologie für Pflegeberufe Voir devoirs Annexes 1-4

Plus en détail

Groupe de travail ALLERGIE. Fiche technique des Effets Indésirables Receveurs. Allergie

Groupe de travail ALLERGIE. Fiche technique des Effets Indésirables Receveurs. Allergie Groupe de travail ALLERGIE Fiche technique des Effets Indésirables Receveurs Allergie Qu est-ce qu une réaction allergique ou de type allergique 3 et quels en sont les mécanismes physiopathologiques? Quand

Plus en détail

Procédure régionale Circuit de l information et de la gestion des prélèvements en cas d EIR de type TRALI

Procédure régionale Circuit de l information et de la gestion des prélèvements en cas d EIR de type TRALI Cellule Régionale d Hémovigilance 1/11 1- Etablissements concernés par cette procédure : ES Tous les établissements de santé transfuseurs de la région Auvergne 2- Mise en place et révisions ETS Tous les

Plus en détail

:: Syndrome de Clarkson

:: Syndrome de Clarkson :: Syndrome de Clarkson Synonymes : maladie de Clarkson syndrome de fuite capillaire idiopathique syndrome d hyperperméabilité capillaire (SHC) Définition : Le syndrome de Clarkson ou syndrome de fuite

Plus en détail

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 PONT A MOUSSON 15.05.2007 Dr LIBOT Loic SAMU 54 - SU Polyclinique Gentilly Points forts SRLF 2007 ACR Sepsis Utilisation précoce des vasopresseurs dans le choc hémorragique

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Bilan d Activité du Don de Plaquettes par cytaphérèse Sur une Période d une année au Service Hématologie EHS ELCC Blida.

Bilan d Activité du Don de Plaquettes par cytaphérèse Sur une Période d une année au Service Hématologie EHS ELCC Blida. Bilan d Activité du Don de Plaquettes par cytaphérèse Sur une Période d une année au Service Hématologie EHS ELCC Blida. L.Aribi, F.Kaouane, S.Oukid, C.Boucherit, M.K.Benlabiod, Y.M.Bouchakor, M.T.Abad

Plus en détail

Hémovigilance en Belgique

Hémovigilance en Belgique Hémovigilance en Belgique Rapport annuel Réactions et incidents indésirables graves notifiés par les hôpitaux et les établissements de transfusion sanguine Agence fédérale des médicaments et des produits

Plus en détail

Administration du sang

Administration du sang sang difficulté Administration du sang Guide destiné aux professionnels de la santé Auteure : M me Ana Lima, infirmière spécialisée en sécurité transfusionnelle Centre des sciences de la santé Sunnybrook,

Plus en détail

RAPPELS concernant : Les BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES. Le processus transfusionnel Les Produits Sanguins Labiles L EFS

RAPPELS concernant : Les BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES. Le processus transfusionnel Les Produits Sanguins Labiles L EFS RAPPELS concernant : Les BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Le processus transfusionnel Les Produits Sanguins Labiles L EFS Notions d IMMUNO-HEMATOLOGIE pour la formation initiale et continue destinée

Plus en détail

Les incidents et accidents transfusionnels signalés au système d hémovigilance du Québec en 2011

Les incidents et accidents transfusionnels signalés au système d hémovigilance du Québec en 2011 Les incidents et accidents transfusionnels signalés au système d hémovigilance du Québec en 2011 Les incidents et accidents transfusionnels signalés au système d hémovigilance du Québec en 2011 RAPPORT

Plus en détail

CADRE D UTILISATION ET DE DISTRIBUTION DU PLASMA TRAITÉ PAR SOLVANT-DÉTERGENT AU CANADA

CADRE D UTILISATION ET DE DISTRIBUTION DU PLASMA TRAITÉ PAR SOLVANT-DÉTERGENT AU CANADA CADRE D UTILISATION ET DE DISTRIBUTION DU PLASMA TRAITÉ PAR SOLVANT-DÉTERGENT AU CANADA 1 CADRE D UTILISATION ET DE DISTRIBUTION DU PLASMA TRAITÉ PAR SOLVANT-DÉTERGENT AU CANADA CONTEXTE Le Comité consultatif

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE

SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE SYNTHÈSE DE L RECOMMNDTION DE ONNE PRTIQUE Transfusions de globules rouges homologues : produits, indications, alternatives nesthésie, réanimation, chirurgie, urgence Novembre 2014 NÉMIE IGUË Indication,

Plus en détail

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace 3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace Colmar, 22 octobre 2008 Médecine générale et cancer HYPERTHERMIE en cours de chimiothérapie Dr Bruno Audhuy Onco-hématologie Pôle Oncologie, Hôpital Pasteur,

Plus en détail

Transfusion sanguine et produits dérivés du sang indications, complications. Hémovigilance Item 178 - Module 11

Transfusion sanguine et produits dérivés du sang indications, complications. Hémovigilance Item 178 - Module 11 Transfusion sanguine et produits dérivés du sang indications, complications. Hémovigilance Item 178 - Module 11 Objectifs : Expliquer les risques transfusionnels, les règles de prévention, les principes

Plus en détail

TRALI et TACO EXPERIENCE NANCEENNE ET REMOISE

TRALI et TACO EXPERIENCE NANCEENNE ET REMOISE TRALI et TACO EXPERIENCE NANCEENNE ET REMOISE Gette S., Audibert G., Charpentier C., Schneider T., Tinard X., Viry-Babel F., Mertes PM. Service d Anesthésie Réanimation Hôpital Central, Nancy ; DRASS de

Plus en détail

Plaquettes : MCP ou CPA?

Plaquettes : MCP ou CPA? Plaquettes : MCP ou CPA? Dr Michel JEANNE Directeur Adjoint EFS Aquitaine Limousin IX ème Journée Hémovigilance du REHAL 24 novembre 2011 Concentrés de Plaquettes Déleucocytés Plaquettes = Cellules du

Plus en détail

LA REHYDRATATION ET FLUIDOTHERAPIE Séminaire Année 2006-20072007 Dr Vandervorst V PLAN Principes généraux Évaluation de la déshydratation Voies de réhydratation Fluides utilisés Quantités 1 Principes généraux

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né

Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né né Dr Marie-José STELLING Musée des grenouilles à Estavayer-le-Lac Anémie hémolytique du nouveau-né né Trois conditions doivent être réunies: présence d un

Plus en détail

Hémorragies aigues protocoles SAU ST-Malo

Hémorragies aigues protocoles SAU ST-Malo Hémorragies aigues protocoles SAU ST-Malo Journée inter-smur 35 Dr S. MULON 17/04/2014 Hémorragie : l hémorragie est définie par l effusion d une quantité plus ou moins considérable de sang hors d un vaisseau

Plus en détail

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire «L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire L ALLERGIE à L IODE N EXISTE PAS Confusion de trois phénomènes: Allergie aux fruits de mer (protéine de crustacés) Allergie

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon)

A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) A. Khoury (Besançon), J. Couvreur (Toulon) Crush syndrome ou Sd des ensevelis ou Sd de Bywaters : Syndrome de compression traumatique : Définitions Rhabdomyolyse: Lyse musculaire, de cause physique ou

Plus en détail

Complications de la stimulation ovarienne

Complications de la stimulation ovarienne Complications de la stimulation ovarienne Effets secondaires des médicaments Le syndromes d hyperstimulation Torsion d annexe Risque de cancer Ménopause précoce P.Piver, DES C2010 Effets secondaires des

Plus en détail

TRANSFUSION DE PLASMA FRAIS CONGELE : PRODUITS, INDICATIONS ARGUMENTAIRE

TRANSFUSION DE PLASMA FRAIS CONGELE : PRODUITS, INDICATIONS ARGUMENTAIRE TRANSFUSION DE PLASMA FRAIS CONGELE : PRODUITS, INDICATIONS ARGUMENTAIRE Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, août 2002 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1. LES DIFFERENTES PREPARATIONS

Plus en détail

La réaction anaphylactique sévère :

La réaction anaphylactique sévère : La réaction anaphylactique sévère : et chez les SP? INF BIREMBAUT BENOIT SAPEUR-POMPIER PROFESSIONNEL SDIS 91 INF PRIETO ADRIEN SAPEUR-POMPIER VOLONTAIRE SDIS 59 1) Présentation du cas clinique : 1CL

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006

Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation. Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Coombs direct positif (et tout ce qui se cache derrière) : Gestion et interprétation Dr J.C. Osselaer, Luxembourg, 14.12.2006 Etiologie d'un Coombs Direct positif 1. Autoanticorps immunisation contre GR

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE SFR - CIRTACI OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE Version téléchargeable sur le site web : www.sfrnet.org Rubrique : Groupe de travail, CIRTACI Nous vous suggérons de disposer ce document

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

Comprendre la formule sanguine complète (FSC)

Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Comprendre la formule sanguine complète (FSC) Notre mission Ce que vous devez savoir Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

La radiographie de thorax est normale ainsi que l échographie rénale.

La radiographie de thorax est normale ainsi que l échographie rénale. Dossier 1 Monsieur B., 72 ans, est hospitalisé en urgence pour confusion mentale. Ses antécédents sont marqués par un infarctus du myocarde antérieur étendu en avril 1998, un œdème aigu du poumon en mai

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

Question 1. Quelles sont les anomalies hématologiques qui peuvent être observées au cours des syndromes inflammatoires chroniques?

Question 1. Quelles sont les anomalies hématologiques qui peuvent être observées au cours des syndromes inflammatoires chroniques? Une femme de 62 ans consulte en juillet son médecin généraliste pour une hypodermite de la jambe droite survenue dans un contexte d insuffisance veineuse ancienne des membres inférieurs. Il prescrit un

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

Guide de l utilisateur

Guide de l utilisateur Santé Canada Health Canada Guide de l utilisateur Formulaire de déclaration des événements indésirables liés aux transfusions a u Canada Formulaire de déclaration des événements indésirables liés aux transfusions

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 13/09/2012 Réf.: CMUB-040 Pagination : 1 de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 040 Rédacteurs Dr Minerva Faddoul (Chalon sur Saone) Date 13/09/2012

Plus en détail

ALLERGIE MEDICAMENTEUSE INVESTIGATEUR : Nom :... Centre :... Date :...

ALLERGIE MEDICAMENTEUSE INVESTIGATEUR : Nom :... Centre :... Date :... ALLERGIE MEDICAMENTEUSE INVESTIGATEUR : Nom :... Centre :... Date :... PATIENT : Nom :... Date de naissance :... Age :...ans Poids :...kg Profession :... Origine ethnique:... Sexe : M F Taille :...cm PLAINTES

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 9 mars 2011. Date de l'amm : 28 octobre 2010 (procédure de reconnaissance mutuelle)

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 9 mars 2011. Date de l'amm : 28 octobre 2010 (procédure de reconnaissance mutuelle) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 9 mars 20 RIASTAP g, poudre pour solution injectable/perfusion B/ flacon en verre (CIP : 494 884-2) Laboratoires CSL BEHRING SA Fibrinogène humain Code ATC (20) : B02BB0

Plus en détail

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE

SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE SERINGUE AUTO-POUSSEUSE DE DOPAMINE Muret Elise Ranson Charlotte Lambinet Denis Jung Emmanuelle Gangloff Sébastien DEFINITIONS LA SERINGUE AUTO-POUSSEUSE est un appareil électrique permettant d administrer

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

TRANSFUSION DE PLAQUETTES : PRODUITS, INDICATIONS RECOMMANDATIONS

TRANSFUSION DE PLAQUETTES : PRODUITS, INDICATIONS RECOMMANDATIONS TRANSFUSION DE PLAQUETTES : PRODUITS, INDICATIONS RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, juin 2003 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1. LES DIFFÉRENTS PRODUITS PLAQUETTAIRES

Plus en détail

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux LE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Sexe Poids lors de la cure Taille LA TRANSPLANTATION Date de Tx / / Néphropathie initiale GNC

Plus en détail

DEFINITION DE L HEMORRAGIE DU POST PARTUM (HPP):

DEFINITION DE L HEMORRAGIE DU POST PARTUM (HPP): Session IADE Anesthésie réanimation en obstétrique Les hémorragies du post partum précoce Catherine AMANS, Marie POUGEOISE (Lille) Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille DEFINITION DE L HEMORRAGIE DU

Plus en détail

o La patiente part avec port de masque chirurgical et lavage des mains avec solution hydro alcoolique (aussi pour son entourage malade)

o La patiente part avec port de masque chirurgical et lavage des mains avec solution hydro alcoolique (aussi pour son entourage malade) FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Validation : 04 septembre 2009 Procédure de prise en charge des femmes enceintes atteintes ou possiblement atteintes de grippe H1N1 Ces recommandations pourront évoluer

Plus en détail

MODE OPERATOIRE. Modalités d'administration des médicaments injectables du chariot d'urgence

MODE OPERATOIRE. Modalités d'administration des médicaments injectables du chariot d'urgence MODE OPERATOIRE des médicaments injectables du chariot d'urgence OBJET ET DOMAINE D APPLICATION Ce document décrit les modalités de préparation, de d administration des médicaments injectables stockés

Plus en détail

REFERENCE : B.O N 4336-13 rejeb 1416 (6-12-95).

REFERENCE : B.O N 4336-13 rejeb 1416 (6-12-95). REFERENCE : B.O N 4336-13 rejeb 1416 (6-12-95). Décret n 2-94-20 (22 joumada II 1416) 16 novembre 1995 pris pour l'application de la loi n 03-94 relative au don, au prélèvement et à l'utilisation du sang

Plus en détail

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker

Les Inotropes. Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Les Inotropes Daniela Laux Service de Cardiologie pédiatrique M3C-Necker Inotropes un des piliers du traitement de l insuffisance cardiaque Quand mettre un patient avec CMD sous inotropes? Bonne perfusion

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007 Mobilisation des connaissances 1- Quand est devenue la Réanimation une spécialité à part entière? Selon quel texte réglementaire 2- Donnez la définition d une unité de réanimation 3- Quel est l effectif

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005

Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Cathéters veineux centraux, comment améliorer la prise en charge? PE Leblanc DAR KB 2005 Pourquoi faut-il un KTC? Capital veineux périphérique pauvre Durée de perfusion longue : réanimation, antibiothérapie,

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail