Applicable à partir de l année d assurance 2015 Assurance récolte - Sauvagine Section 12,3 - Expertise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Applicable à partir de l année d assurance 2015 Assurance récolte - Sauvagine Section 12,3 - Expertise"

Transcription

1 Page 1 1. AVIS DE DOMMAGES Enregistrer les avis de dommages des producteurs affectés par la sauvagine, à partir de l unité de traitement «AVIS» tout en sélectionnant le programme Sauvagine (SAU). 2. CONSTATATION DE DOMMAGES Réaliser la constatation aussitôt après le départ des oies, des bernaches, des canards ou des grues. Pour les constatations des travaux urgents pour les cultures autres que le foin, les opérations à effectuer sont celles prévues (allègements) à la procédure générale d assurance récolte, section 10.42, point 9. Pour le foin, utiliser les différents formulaires prévus aux annexes I et II de la présente procédure. Pour les autres cultures, utiliser le formulaire prévu à l annexe VIII de la présente procédure. Débuter les constatations dans les champs les plus affectés selon la déclaration du producteur lors de l enregistrement de l avis de dommages. Mesurer les étendues affectées par la sauvagine. Si aucun plan de ferme n existe à La Financière agricole, faire la demande pour créer le plan MAO, s il y a lieu. Localiser et indiquer les dimensions sur un diagramme de ferme. 3. LIEN AVEC LE PROGRAMME D ASSURANCE RÉCOLTE 3.1. Système collectif Au système collectif, exclure de l expertise de zone les champs ayant subi des dommages par la sauvagine. Lorsqu il est impossible de soustraire la récolte obtenue sur les champs affectés par la sauvagine de la récolte totale, remplacer la ferme témoin Système individuel 4. FOIN Au système individuel, lors de l établissement du rendement réel de l année, ne pas considérer les superficies endommagées par la sauvagine Constatation du broutage de la végétation par la sauvagine La constatation du broutage par la sauvagine permet d évaluer rapidement l intensité des dommages. Les résultats de la constatation servent au calcul des indemnités sur la base de l échantillonnage qui suivra ou sur la base des taux fixes. Voir la section de la présente procédure. Classer les champs visuellement peu après le départ de la sauvagine du territoire (généralement vers le 20 mai pour le Centre de service de Lévis (28) ou plus tôt pour les autres centres de services), afin que la cause et l intensité des dommages puissent être plus facilement identifiées sur le champ. Dans chacun des centres de services concernés, les champs sont classés visuellement en trois groupes selon l'intensité du broutage : champs très affectés : l intensité de broutage est élevée, elle est de 75 % ou plus; champs moyennement affectés : l intensité de broutage est significative, mais entre 10 % et 74,9 %; champs non affectés : les pertes ne sont pas significatives, c'est-à-dire plus petites que 10 %. Les fientes laissées au sol sont un indice du passage de la sauvagine. De plus, les dommages ne sont pas toujours proportionnels au nombre d oiseaux, cela dépend du stade végétatif au moment de leur passage et du temps qu ils ont passé au champ.

2 Page 2 Classifier les dommages en utilisant le formulaire (Annexe II) selon les critères suivants : A) Strate de 75 % ou plus de dommages La végétation est broutée à plus de 75 % sur l ensemble de la surface. On inclut dans cette strate les champs dont la végétation est rasée près du sol. On peut voir que sur les tiges de mil, les entre-nœuds sont très rapprochés. Les feuilles sont toutes mangées, les tiges très courtes, les légumineuses sont coupées près du collet. On inclut aussi les champs dont l intensité des dommages est un peu moins sévère que celle décrite dans le paragraphe précédent. Cependant, sur ces champs, toutes les plantes ont été broutées. Sur les tiges des graminées, on peut voir qu il y a quatre (4) feuilles ou plus complètement mangées même lorsqu il y a une repousse qui démontre que la sauvagine est partie depuis peu (Annexe III). Les feuilles de légumineuses sont broutées sur l ensemble de la plante, même s il y a une légère repousse. Les prairies sont jaunies sur de grandes superficies suite au passage de la sauvagine. La sauvagine se garde à distance des obstacles (route, boisé, etc.). Il y a donc une grande différence entre la végétation des parties affectées et celles non affectées. Les fientes sont présentes partout sur le terrain. Le dommage est le plus souvent homogène sur de grandes superficies. Les superficies affectées sont facilement mesurables (champ complet ou superficie importante du champ). Pour les centres de services où il y a de l échantillonnage, identifier les champs témoins potentiels sur le formulaire approprié (Annexe I). B) Strate de 10 à 74,9 % de dommages Le broutage est moins sévère. Il manque des feuilles aux légumineuses et les tiges de graminées sont coupées sans être rasées. Le broutage sévère est ponctuel mais sur de très petites superficies. Le dommage résultant du broutage est variable à travers les surfaces affectées. Il y a moins de différences dans l avancement de la végétation sur les surfaces affectées et non affectées. On peut voir sur les tiges des graminées qu il n y a que trois (3) feuilles ou moins qui sont mangées et parfois, elles ne sont pas complètement mangées (Annexe III). Les prairies d un certain âge (5-6 ans ou plus), composées presque uniquement de graminées et dont le tapis de végétation non décomposé (chaume ou friche) est assez épais, sont moins affectées par la sauvagine (herbe moins tendre). Cependant, le départ de la végétation se fait moins rapidement sur ces superficies et elles peuvent sembler assez affectées car parfois jaunies (à cause du chaume ou de la friche). À ce moment, un décompte des feuilles mangées sur les tiges de graminées est un excellent point de repère (Annexe III). C) Strate de 10 % ou moins de dommages On ne retrouve pas ou peu de fientes. Les tiges sont intactes. Le broutage des feuilles est peu significatif. Il n y a presque pas de différence avec les surfaces où il n y a pas eu de sauvagine Dommages automnaux sur la pousse de fourrage dans un champ de céréales grainées En plus des dommages observés dans les céréales, des dommages d intensité variable peuvent être observés sur la plante fourragère sous abri. Une évaluation est réalisée à nouveau au printemps suivant afin de déterminer l ampleur des dommages et la façon d indemniser le ou les champs concernés (travaux urgents ou baisse de rendement voir la section 12,4 de la présente procédure).

3 Page Particularités Un producteur qui, par décision de gestion, décide de labourer un champ ayant été endommagé par la sauvagine (broutage important et non la destruction de la végétation), sera indemnisé selon la perte obtenue par expertise collective ou par taux fixe en tenant compte de l une ou l autre strate d intensité de dommages dans laquelle le champ se retrouve. Considérer un rendement réel (kg/ha) à 0 pour ce champ lors du calcul du rendement moyen de la partie affectée pour l ensemble des champs échantillonnés. Une particularité est faite pour les producteurs de l Île aux Oies (Centre de services de Lévis). Compte tenu d une entente entre la pourvoirie qui est propriétaire de l île aux Oies et les producteurs, aucune indemnité n est versée à ces derniers pour les dommages occasionnés par la sauvagine Signature du producteur Il est fortement recommandé d avoir la signature du producteur sur le formulaire (Annexe I) immédiatement après la constatation au champ. L'acceptation par le producteur des superficies endommagées et de la classification de l'intensité des dommages évite une contestation de l'expertise plus tard en saison. Si un producteur refusait de signer la constatation, il est suggéré qu un autre intervenant ou le conseiller initial procède à une seconde expertise en présence du producteur. Lors de cette seconde expertise, le conseiller annotera dans le dossier les démarches effectuées ainsi que ses commentaires et recommandations Échantillonnage (foin) Méthode d évaluation des rendements Pour les centres de services de Sainte-Marie (30), Sherbrooke (36), Saint-Jean-sur-Richelieu (38), Saint-Hyacinthe (41), Rouyn-Noranda (50) et Granby (55) pour lesquels il n y a pas de taux fixes, la perte est établie en comparant le rendement obtenu sur les sites affectés à celui obtenu sur les sites non affectés qui servent de témoins. L expertise par échantillonnage est réalisée sur 2 coupes, l objectif étant d obtenir le bilan végétatif. Procéder à l évaluation des rendements au moyen d un échantillonnage sur des sites de 1 m 2 juste avant la récolte. Échantillonner la 1 re et la 2 e fauches. Se référer au guide d utilisation SIGAA Échantillonnage Catégorie «Sauvagine Foin» pour les centres de services qui procèdent à l échantillonnage dans le foin. Ce guide explique la façon d installer l application «Échanti.exe» ainsi que les traitements et les rapports disponibles Zones sauvagine L'expertise (échantillonnage) est collective. À l exception des zones projets, la délimitation de la zone sauvagine correspond au territoire couvert par chaque centre de services. Les avis de dommages doivent y être associés. Pour les zones Projet (aires de gagnage ou aires d interdiction de chasse), la délimitation concerne le centre de services de Lévis (28) zone sauvagine S2B et les centres de services associés de Nicolet (52), Trois-Rivières (33) et L Assomption (43) zone sauvagine S4B. Il arrive qu un producteur possède des terres qui se retrouve à la fois dans la zone projet et la zone hors projet. Dans le cas de doute, sur la limite exacte qui sépare les zones projets des zones hors projet, veuillez communiquer avec le responsable à la Direction de l intégration des programmes. Voir ci-dessous la description des territoires de gestion des centres de services associés et de la zone sauvagine correspondante.

4 Page 4 Centres de services Rimouski (21) Rivière-du-Loup (22) Caplan (23) Lévis (28) Lévis (28) Sainte-Marie (30) Nicolet (52) Territoires de gestion associés aux centres de services Bas-Saint- Laurent Gaspésie Îles-de-la- Madeleine Chaudière- Appalaches Secteur Lévis Capitale- Nationale Côte-Nord Chaudière- Appalaches Secteur Beauce Centre-du-Québec Zone sauvagine S01 S2A (hors projet) S2B (projet) S2A (hors projet) S03 S4A (hors projet) S4B (projet) Victoriaville (53) Centre-du-Québec S4A (hors projet) Sherbrooke (36) Estrie S05 Saint-Hyacinthe (41) La Prairie (46) Montérégie Secteur Nord Montérégie Secteur Ouest S06 S07 Gatineau (58) Outaouais S08 Rouyn-Noranda (50) L Assomption (43) Saint-Eustache (44) Trois-Rivières (33) Alma (26) Saint-Jean-sur-le-Richelieu (38) Granby (55) Abitibi- Témiscamingue Laurentides- Lanaudière Laval Montréal Laurentides- Lanaudière Laval Montréal Mauricie Saguenay Lac-Saint-Jean Montérégie Secteur Centre Montérégie Secteur Est S09 S4B (projet) S10 (hors projet) S10 (hors projet) S4A (hors projet) S4B (projet) S12 S14 S15

5 Page Sélection des producteurs témoins et des champs par strate de dommages Établir la liste des producteurs et des champs témoins pour la zone. Pour chacune des strates de dommages, les normes suivantes s appliquent : a) Des champs avec une partie témoin non affectée et une partie affectée sont requis. Il en est de même pour le nombre de sites témoins et de sites affectés. On vise trente (30) champs dans la zone concernée à raison d'un champ par producteur. Lorsque le nombre de producteurs est inférieur à 30, échantillonner un deuxième champ chez des producteurs affectés afin d'atteindre le minimum de 30 champs. Si l'objectif de 30 champs ne peut être atteint, augmenter le nombre d'échantillons (sites) par champ. Le but visé est d atteindre 60 sites en tout pour la strate concernée. La norme minimale retenue est de 1 site à l hectare; b) Effectuer le choix des producteurs dans la zone au prorata des superficies affectées dans chacune des municipalités de la zone; EXEMPLE : 150 hectares affectés dans le centre de services X, dont : 100 ha à Oieville 40 ha à Bernacheville 10 ha à L'Isle aux Oiseaux Nombre de producteurs (champs) à échantillonner par municipalité : Oieville : 100 ha /150 ha x 30 prod. = 20 à échantillonner Bernacheville : 40 ha /150 ha x 30 prod. = 8 à échantillonner L'Isle aux Oiseaux : 10 ha /150 ha x 30 prod. = 2 à échantillonner 30 à échantillonner c) Effectuer le choix des producteurs, des champs et des sites selon la méthode au hasard (voir la procédure générale d assurance récolte, section 10.32). d) Pour chacun des champs choisis, prélever deux échantillons dans leur partie affectée et deux autres dans leur partie non affectée. Lorsqu'il n'est pas possible de trouver deux sites non affectés dans le même champ, retenir un autre champ pour l'échantillonnage ou conserver un seul site témoin et un seul site affecté. Le site témoin ne peut être prélevé dans un autre champ que celui dans lequel on a prélevé l échantillon de la partie affectée, même si celui-ci est jugé comparable au point de vue botanique (ex : prairie de même année). Lorsque pour un même champ, on retrouve à la fois une partie non endommagée (témoin), une partie endommagée (strate 75 % ou +) et une autre partie endommagée (strate 74,9 % ou -), voici la façon de procéder par rapport aux cartes d échantillonnage. Le système de suivi des avis de dommages permet, pour un producteur retenu pour fin d échantillonnage, l impression de plusieurs cartes d échantillonnage. Étant donné que le témoin sert à la fois pour les deux strates de pertes, le système doit gérer deux cartes distinctes pour le champ témoin. Brocher alors ces deux cartes, une seule ayant été complétée manuellement. Par contre, pour la saisie, inscrire les informations distinctement pour chaque carte d échantillonnage correspondant au témoin (# en rouge à 5 chiffres apparaissant sur la carte) et ce, pour chacune des deux cartes. L exemple ci-dessous, permet de bien comprendre le principe. Exemple : Strate 75 % ou + : Témoin carte # Affecté carte # Strate 74,9 % ou - : Témoin carte # Affecté carte # Colliger l information sur la carte (témoin); Brocher les cartes et (témoins);

6 Page 6 Saisir l information relative à la carte 12345; Saisir la même information de la carte pour la carte (même témoin). Il peut arriver que le nombre de producteurs-champs affectés par la sauvagine pour le foin soit peu élevé et que la norme de 60 sites ne soit pas respectée. Alors, les critères retenus pour l échantillonnage sont les suivants :. viser un site à l hectare, minimum 3 sites et maximum 5 sites. déterminer le nombre de sites selon la superficie de la partie affectée Exemple : Champ de 7,0 ha en foin (prairie de 1 re année) Partie affectée : 2,1 ha Partie non affectée : 4,9 ha Ainsi, 3 sites seront prélevés dans la partie affectée du champ et 3 sites (même si 4,9 ha) dans la partie non affectée (témoin) du champ et ce, pour respecter la notion de site pour site. e) En fonction du plan d échantillonnage, lorsqu on a atteint 70 % de notre expertise (ex. : 21 champs sur 30 expertisés), on termine l échantillonnage, lorsque la récolte n est pas prévue dans les jours qui suivent); f) Échantillonner la 2 e pousse idéalement sur les mêmes sites que la 1 re pousse. Localiser l'emplacement de façon à pouvoir retourner au même endroit lors de la pousse subséquente dans le foin. Localiser les sites d'échantillonnage à l'aide de piquets avec ruban de localisation, du podomètre ou par tout autre moyen Échantillonnage des sites 5. AUTRES CULTURES 5.1. Principes généraux Prélever les échantillons pour le foin en 1 re et 2 e fauches (même procédure pour les céréales) de la manière suivante : a) Commencer l échantillonnage lorsque les opérations de récolte ont débuté dans le secteur désigné. La période entre la date d échantillonnage et la date de récolte ne doit pas dépasser une semaine; b) Suivre le rythme normal des opérations de récolte afin d obtenir des résultats qui correspondent à la réalité; c) Déterminer les deux (2) sites de prélèvements de la manière décrite à la procédure générale d assurance récolte, section 10,32; d) Identifier sur le diagramme, le champ échantillonné et marquer par un astérisque le point de départ de l échantillonnage du champ désigné. Effectuer les prélèvements de la manière suivante : a) Enfoncer le pivot du mètre carré à l endroit précis de prélèvement, en prenant soin de ne pas piétiner le site; b) À l aide de ciseaux, couper à 10 cm (4") du sol (immédiatement sur la barre du mètre carré) toute la récolte dont le pied des plants se situe à l intérieur de la circonférence tracée par le mètre carré; c) Déposer la récolte des deux sites affectés dans un sac de coton prévu à cette fin. Faire la même opération pour les deux sites non affectés (témoins); d) Identifier correctement chacun des échantillons au moyen d une étiquette prévue à cette fin, en annotant chaque item traitant de la récolte concernée. Chaque centre de services est responsable des dossiers concernés par des dommages occasionnés sur son territoire par la sauvagine pour les cultures autres que le foin. Il n y a pas de notion de zone puisque ce sont des dossiers traités individuellement.

7 Page 7 Les rendements des producteurs ayant eu des champs de céréales ou de maïsgrain affectés par la sauvagine seront exclus de l opération cueillette des rendements réels (CRR) pour la catégorie affectée pour le calcul du rendement réel de zone (règlement collectif de zone) Céréales d automne Constater les dommages à l automne sur les céréales d automne après le départ de la sauvagine afin de s assurer que le dommage est bel et bien causé par la sauvagine. Une fois confirmé, lorsque l intensité des dommages observés justifie de maintenir l avis de dommages ouvert, l année suivante, échantillonner et comparer les résultats sur la superficie affectée à ceux sur une superficie non affectée afin d établir le pourcentage de perte. Ne pas indemniser les pertes dues au gel Baisse de rendement dans les cultures autres que le foin Superficie minimale Toute baisse de rendement est indemnisable sur une superficie supérieure ou égale à un hectare Expertise pour baisse de rendement (différents cas possibles) A) Décompte des plants Pour des baisses de population (nombre de plants) suite au broutage par la sauvagine au printemps, il est possible, avec l accord du producteur, de calculer le pourcentage de perte et l indemnité par décompte des plants sur des sites affectés en comparaison avec des sites non affectés. Dans le cas du maïs-grain et du maïs fourrager, le pourcentage de perte est évalué à partir du tableau de l annexe X de la présente procédure. Utiliser les résultats de ce tableau également pour les céréales, le soya et le canola. Calculer l indemnité en multipliant le pourcentage de perte par le rendement probable du producteur s il a été calculé sinon celui de la zone, par la première option du prix unitaire et par 80 %. Exemple de calcul : Champ de maïs-grain Rendement probable du producteur : kg/ha Perte de population : 40 % Perte de rendement : 18 % 1 re option du prix unitaire : 180 $/1 000 kg Calcul de l indemnité : kg/ha x 18 % x 180 $/1 000 kg x 80 % = 160,70 $/ha B) Champ affecté avec une partie témoin disponible Le rendement échantillonné de la partie affectée est comparé au rendement échantillonné de la partie non affectée. C) Champ affecté sans partie témoin disponible mais un décompte physique possible et fiable Le rendement échantillonné de la partie affectée est comparé au rendement moyen obtenu par décompte physique des champs non affectés. Le rendement des champs non affectés est obtenu en soustrayant le rendement échantillonné sur les champs affectés de la récolte totale. D) Champ affecté sans partie témoin disponible ni décompte physique fiable mais un autre champ non affecté comparable disponible Le rendement échantillonné de la partie affectée est comparé au rendement d un autre champ (témoin) jugé représentatif (même culture, même hauteur).

8 Page 8 E) Champ affecté sans partie témoin disponible sans décompte physique fiable sans autres champs comparables disponibles Comparer le rendement réel de zone (CCMS) au rendement probable de zone. Le résultat exprimé en % est appliqué au rendement probable du producteur afin de déterminer un rendement réel de l année. Comparer ce rendement «ajusté» au rendement de la partie affectée. Exemple : Champ d avoine Rendement réel de zone (CCMS) de l année : Rendement probable de zone : Rendement probable du producteur : Rendement de la partie affectée : Calcul : (A)/(B) x 100 : 83,3 % (C) x (A)/(B) : kg/ha (E) (E) (D) : 799 kg/ha manquant kg/ha (A) kg/ha (B) kg/ha (C) kg/ha (D) 799 kg/ha x 243 $/1 000 kg x 80 % de la perte : 155,33 $/ha En absence de rendement probable du producteur, utiliser le rendement réel de zone (CCMS) comparé au rendement échantillonné de la partie affectée.

1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN

1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN Page 1 1. INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN 1.1. Principe général L indemnité versée à un client correspond à la valeur assurable à son certificat multipliée par sa perte nette calculée (perte

Plus en détail

1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE

1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE 1. OBJECTIFS DU PRÉSENT CADRE Applicable à partir de l année d assurance 2014 CADRE D APPLICATION DES NORMES EN MATIÈRE DE PRATIQUES CULTURALES Annexe VIII Page 1 Assurer l uniformité de la gestion des

Plus en détail

1 INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN

1 INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN Assurance récolte Foin, céréales, maïs fourrager Page 1 1 INDEMNITÉ POUR RISQUE DE ZONE DANS LE FOIN 1.1 Principe général L indemnité versée à un client correspond à la valeur assurable à son certificat

Plus en détail

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Sirop d érable Section 16,4 Indemnité

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Sirop d érable Section 16,4 Indemnité Page 1 Date de mise à jour : 2014-05-05 1 INDEMNITÉ EN BAISSE DE RENDEMENT Pour le sirop d érable, les pertes encourues sont indemnisables en baisse de rendement seulement. Une indemnité en baisse de rendement

Plus en détail

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Sirop d érable Section 16,3 Protection et expertise

Applicable à partir de l année d assurance 2014 Assurance récolte Sirop d érable Section 16,3 Protection et expertise Page 1 Date de mise à jour : 2014-05-05 1 RISQUES COUVERTS La protection d assurance récolte pour le sirop d érable est offerte selon le système individuel. L assurance protège la culture assurée contre

Plus en détail

Guide pour le modèle de cautionnement

Guide pour le modèle de cautionnement Guide pour le modèle de cautionnement Le formulaire de cautionnement qui accompagne ce guide est le fruit d une collaboration entre l Association canadienne de caution et le ministère du Développement

Plus en détail

1. CHOIX DE LA MÉTHODE D'EXPERTISE

1. CHOIX DE LA MÉTHODE D'EXPERTISE Assurance récolte Céréales, maïs-grain et protéagineuse Page 1 Les normes concernant le décompte physique se retrouvent à la procédure générale d assurance récolte à la section 10,32. Cependant, les normes

Plus en détail

1. CONSTATATION DE DOMMAGES

1. CONSTATATION DE DOMMAGES Assurance récolte Générale Section 10,32 Expertise Page 1 1. CONSTATATION DE DOMMAGES 1.1. Formulaire Les constatations de dommages doivent être rédigées sur un formulaire spécifique (annexe XX). S'il

Plus en détail

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec

BILAN ROUTIER 2014. Société de l assurance automobile du Québec BILAN ROUTIER 2014 Société de l assurance automobile du Québec SAAQ BILAN ROUTIER 2014 1 SOMMAIRE IL Y A EU 336 DÉCÈS SUR LES ROUTES EN 2014, SOIT 55 DE MOINS QU EN 2013, CE QUI REPRÉSENTE UNE DIMINUTION

Plus en détail

1. CHOIX DE LA MÉTHODE D'EXPERTISE

1. CHOIX DE LA MÉTHODE D'EXPERTISE Page 1 Les normes concernant l échantillonnage se retrouvent à la procédure générale d assurance récolte à la section 10,32. Cependant, les normes particulières au programme «Céréales, maïs-grain et protéagineuses»

Plus en détail

Protocole d inventaire de la ressource

Protocole d inventaire de la ressource Protocole d inventaire de la ressource L inventaire L inventaire se réalise en trois étapes qui consistent en : 1. L analyse cartographique du territoire à inventorier et la première visite sur le terrain

Plus en détail

Parlons assurance. Un régime d assurance équitable

Parlons assurance. Un régime d assurance équitable Parlons assurance Taux de prime 2006 Parlons assurance Un régime d assurance équitable La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) fournit un service d assurance essentiel aux entreprises

Plus en détail

La rénovation des prairies

La rénovation des prairies La rénovation des prairies Jérôme WIDAR, Sébastien CREMER, David KNODEN et Pierre LUXEN. - 1 - 3.5. Rénovation après dégâts de sangliers La rénovation d une prairie ayant subi des dégâts de sangliers est

Plus en détail

TABLEAU 1. BUTS ET PRATIQUES CIBLÉS DANS LES PLANS DES INTERVENTIONS Pratique à améliorer

TABLEAU 1. BUTS ET PRATIQUES CIBLÉS DANS LES PLANS DES INTERVENTIONS Pratique à améliorer Article publié dans Porc Québec Octobre 2001 ENVIRONNEMENT SYLVAIN PIGEON M. Sc., ingénieur LE SUIVI DES PLANS DES INTERVENTIONS AGROENVIRONNEMENTALES ISABELLE DEMERS Agronome BPR Groupe-conseil Collaboratrice:

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER

SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC BILAN ROUTIER 2013 SOMMAIRE Depuis 1978,... le nombre de décès a chuté de 77,4 %. Il y a eu 399 décès sur les routes en 2013, soit 22 de moins qu en 2012, ce

Plus en détail

Partie V Convention d assurance des cultures légumières

Partie V Convention d assurance des cultures légumières Partie V Convention d assurance des cultures légumières Légumes de transformation Moyenne du rendement agricole A. Dispositions générales La présente partie s applique à la betterave à sucre, à la betterave

Plus en détail

Parlons assurance 2013. Taux de prime. www.csst.qc.ca

Parlons assurance 2013. Taux de prime. www.csst.qc.ca Parlons assurance 2013 Taux de prime www.csst.qc.ca La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) fournit un service d assurance essentiel aux travailleurs ainsi qu aux employeurs établis

Plus en détail

Procédure Assurance stabilisation

Procédure Assurance stabilisation Procédure refus de participer aux études de coûts de production ASRA Préparé par DIRECTION DE L INTÉGRATION DES PROGRAMMES Applicable à partir de l année d assurance 2015 () Page 1 TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Outaouais. Portrait régional

Outaouais. Portrait régional Outaouais Portrait régional Été 2013 2 Table des matières Occupation du territoire p. 4 Démographie p. 5 Conditions de vie p. 6 Structure économique p. 7 Secteur des entreprises p. 8 Économie p. 9 Dernières

Plus en détail

Q1 Quel est votre sexe?

Q1 Quel est votre sexe? Q1 Quel est votre sexe? Répondues : 458 Ignorées : 0 Homme Femme Homme Femme 18,56% 85 81,44% 373 Total 458 1 / 11 Q2 Quel est votre âge? Répondues : 458 Ignorées : 0 18-24 ans 25-34 ans 35-44 ans 45-54

Plus en détail

Renseignements relatifs aux baux de location pour 2014-2015

Renseignements relatifs aux baux de location pour 2014-2015 Renseignements relatifs aux baux de location pour 2014-2015 Siège social Siège social 1400, boul. Guillaume-Couture Lévis (Québec) G6W 8K7 6 735,7 1 654 611,60 $ Abitibi-Témiscamingue-Nord-du-Québec 53,

Plus en détail

La gestion de la santé et de la sécurité du travail,

La gestion de la santé et de la sécurité du travail, La gestion de la santé et de la sécurité du travail, c est rentable! Un accident du travail, ça coûte cher! La gestion de la santé et de la sécurité du travail, c est rentable! L employeur inscrit à la

Plus en détail

Pour mieux comprendre le mode de

Pour mieux comprendre le mode de L Avis de calcul du taux 2011 Le Sommaire des données ayant servi au calcul du taux 2011 Les Données financières ayant servi au calcul du taux 2011 En s adressant au personnel du Service aux employeurs

Plus en détail

Si la tendance se maintient, quelle sera l évolution des clientèles de la formation professionnelle, du collégial et de l universitaire?

Si la tendance se maintient, quelle sera l évolution des clientèles de la formation professionnelle, du collégial et de l universitaire? Colloque de l Aide financière aux études, 14 novembre 2006 Si la tendance se maintient, quelle sera l évolution des clientèles de la formation professionnelle, du collégial et de l universitaire? Claudine

Plus en détail

Essence ordinaire PRIX MOYEN AFFICHÉ

Essence ordinaire PRIX MOYEN AFFICHÉ 2013 Prix moyen affiché - hebdomadaire janvier à mars page 2 avril à juin page 3 juillet à septembre page 4 octobre à décembre page 5 Prix moyen affiché - mensuel janvier à décembre page 6 Moyenne cumulative

Plus en détail

Laurentides. Portrait régional

Laurentides. Portrait régional Laurentides Portrait régional Été 2013 2 Table des matières Occupation du territoire p. 4 Démographie p. 5 Conditions de vie p. 6 Structure économique p. 7 Secteur des entreprises p. 8 Économie p. 9 Dernières

Plus en détail

VALEUR DES TERRES AGRICOLES DANS LES RÉGIONS DU QUÉBEC

VALEUR DES TERRES AGRICOLES DANS LES RÉGIONS DU QUÉBEC «ÉDITION 2010 La tendance à la hausse de la valeur moyenne des terres transigées au Québec depuis quelques années s est poursuivie en 2009, avec une croissance de 12,3 % pour les terres en culture et de

Plus en détail

L assignation temporaire

L assignation temporaire L assignation temporaire pour favoriser la réadaptation du travailleur et assurer son retour au travail Qu est-ce que l assignation temporaire? L assignation temporaire consiste à affecter un travailleur

Plus en détail

La CSST a besoin de l avis d un autre professionnel de la santé : ce qu il faut savoir. www.csst.qc.ca

La CSST a besoin de l avis d un autre professionnel de la santé : ce qu il faut savoir. www.csst.qc.ca À L INTENTION DES TRAVAILLEUSES ET DES TRAVAILLEURS La CSST a besoin de l avis d un autre professionnel de la santé : ce qu il faut savoir. www.csst.qc.ca Vous avez subi un accident du travail, vous souffrez

Plus en détail

Structure de cotisation parallèle pour le transport interprovincial. www.csst.qc.ca

Structure de cotisation parallèle pour le transport interprovincial. www.csst.qc.ca www.csst.qc.ca Structure de cotisation parallèle pour le transport interprovincial La Structure de cotisation parallèle Les commissions des accidents du travail de toutes les provinces canadiennes et des

Plus en détail

Parlons assurance 2015. Travailleurs. La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST)

Parlons assurance 2015. Travailleurs. La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) Voici les étapes à retenir en ce qui concerne la prime d assurance : Octobre 2014 La CSST informe l employeur de la classification de ses activités. Elle lui transmet sa Décision de classification, dans

Plus en détail

Le trio, un outil de gestion indispensable!

Le trio, un outil de gestion indispensable! Le trio, un outil de gestion indispensable! Relevé à la moyenne et à la grande entreprise Parce que le Québec a besoin de tous ses travailleurs www.csst.qc.ca Le trio comporte : Le Relevé des prestations

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L AUTORISATION ET AU REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR. Adoptée au Comité exécutif du 29 mai 2000

POLITIQUE RELATIVE À L AUTORISATION ET AU REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR. Adoptée au Comité exécutif du 29 mai 2000 POLITIQUE RELATIVE À L AUTORISATION ET AU REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR Adoptée au Comité exécutif du 29 mai 2000 Direction des ressources financières 4 e révision CA du 2 février

Plus en détail

Les impacts des modifications au Programme d assurance stabilisation des revenus agricoles

Les impacts des modifications au Programme d assurance stabilisation des revenus agricoles Les impacts des modifications au Programme d assurance stabilisation des revenus agricoles Alain Pouliot Vice-président Assurances et protection du revenu Sommaire Évolution des coûts ASRA Orientations

Plus en détail

Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES. 1.- Inventaires

Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES. 1.- Inventaires Développement d une gestion durable des peuplements irréguliers feuillus Septembre 2003 Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES 1.- Inventaires Inventaire pied à pied (en

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT POUR LES ACTIVITÉS DE TRANSFORMATION DANS LES RÉGIONS RESSOURCES

CRÉDIT D IMPÔT POUR LES ACTIVITÉS DE TRANSFORMATION DANS LES RÉGIONS RESSOURCES CRÉDIT D IMPÔT POUR LES ACTIVITÉS DE TRANSFORMATION DANS LES RÉGIONS RESSOURCES Le crédit d impôt pour les activités de transformation est prolongé jusqu au 31 décembre pour les régions ressources éloignées

Plus en détail

Sexe et groupe d'âge Bas-Saint-Laurent Saguenay Lac-Saint- Jean. Capitale-Nationale Mauricie et Centre-du- Québec

Sexe et groupe d'âge Bas-Saint-Laurent Saguenay Lac-Saint- Jean. Capitale-Nationale Mauricie et Centre-du- Québec Sexe et groupe d'âge Bas-Saint-Laurent Saguenay Lac-Saint- Jean Capitale-Nationale Mauricie et Centre-du- Québec Estrie Montréal Hommes Moins de 1 an 213 0,4 277 0,5 573 0,4 519 0,5 369 0,5 3 580 0,7 1

Plus en détail

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR

POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR POLITIQUE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE SÉJOUR ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 14 FÉVRIER 2012 Production : Denis Bernier Directeur des services administratifs Collaboration

Plus en détail

TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT.

TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT. TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT. CHAPITRE I : LE REGLEMENT TECHNIQUE Ce règlement est celui de la F.F.B.S.Q., Comité National Quilles de Huit. Il édicte les règles de jeu,

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE À LONG TERME

POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE À LONG TERME PRÉAMBULE POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE À LONG TERME Le conseil municipal et l ensemble des gestionnaires de la Ville de Lac-Mégantic doivent accorder une place prépondérante à la gestion financière

Plus en détail

Mise à l herbe, les années se suivent!

Mise à l herbe, les années se suivent! Mise à l herbe, les années se suivent! Les vaches laitières du centre de formation ont été mises à l herbe de-nouveau un jeudi. En 2010 c était le 1 er avril, cette année ce fut le 31 mars 2011. La mise

Plus en détail

Parlons assurance. Taux de prime

Parlons assurance. Taux de prime Parlons assurance Taux de prime 2010 La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) fournit un service d assurance essentiel aux entreprises établies au Québec. Cette assurance obligatoire

Plus en détail

Le régime d examen des plaintes en santé et services sociaux

Le régime d examen des plaintes en santé et services sociaux Le régime d examen des plaintes en santé et services sociaux Office des personnes handicapées du Québec Un peu d histoire Dans les années 70, la plupart des personnes handicapées vivaient en institution.

Plus en détail

Annexe 4 LES LOYERS MÉDIANS DU MARCHÉ (2015) ET LA NOTION DE REVENU MODESTE POUR LES PROJETS EN COURS DE RÉALISATION

Annexe 4 LES LOYERS MÉDIANS DU MARCHÉ (2015) ET LA NOTION DE REVENU MODESTE POUR LES PROJETS EN COURS DE RÉALISATION Annexe 4 LES LOYERS MÉDIANS DU MARCHÉ (2015) ET LA NOTION DE REVENU MODESTE Octobre 2015 1. LES LOYERS MÉDIANS DU MARCHÉ DE 2015 Les loyers médians du marché (LMM) présentés ci-après sont ceux reconnus

Plus en détail

Parlons assurance. Taux de prime

Parlons assurance. Taux de prime Parlons assurance Taux de prime 2011 La Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) fournit un service d assurance essentiel aux entreprises établies au Québec. Cette assurance obligatoire

Plus en détail

LE FORMULAIRE, LIGNE PAR LIGNE

LE FORMULAIRE, LIGNE PAR LIGNE LE FORMULAIRE, LIGNE PAR LIGNE LE formulaire, LiGnE Par LiGnE Voici les instructions de base dont il faut tenir compte pour remplir le Formulaire de fixation des pensions alimentaires pour enfants. Ces

Plus en détail

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE

ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE ON A SIGNALÉ LA SITUATION DE VOTRE ENFANT AU DPJ LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE SOUS LA SUPERVISION DU SERVICE DES JEUNES ET DES FAMILLES DU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

DOCUMENT DE PRÉSENTATION SUR LA CARAVANE

DOCUMENT DE PRÉSENTATION SUR LA CARAVANE DOCUMENT DE PRÉSENTATION SUR LA CARAVANE DES RÉSISTANCES ET SOLIDARITÉS FÉMINISTES MARCHE MONDIALE DES FEMMES 2015 Objectifs : Pourquoi organiser une tournée lors des actions de l automne 2015? En octobre

Plus en détail

Protocole d inventaire de la ressource Branches de sapin baumier (Abies balsamea) Fabrication de couronne de Noël

Protocole d inventaire de la ressource Branches de sapin baumier (Abies balsamea) Fabrication de couronne de Noël Protocole d inventaire de la ressource Branches de sapin baumier (Abies balsamea) Fabrication de couronne de Noël L inventaire se réalise en trois étapes qui consistent en : 1. L analyse cartographique

Plus en détail

L état des cultures au Québec

L état des cultures au Québec Rapport nº 7 Bilan au 23 août 2016 Parution le 26 août 2016 Publié par La Financière agricole du Québec En bref Depuis le début du mois d août, le climat a été généralement favorable aux cultures; Le battage

Plus en détail

Guide de déclaration

Guide de déclaration Enquête sur les loyers commerciaux Division des prix à la production Guide de déclaration Le présent guide a été conçu pour vous aider à participer à l Enquête sur les loyers commerciaux. Si vous avez

Plus en détail

Parlons assurance 2016 TAUX DE PRIME. csst.qc.ca

Parlons assurance 2016 TAUX DE PRIME. csst.qc.ca Parlons assurance 2016 TAUX DE PRIME csst.qc.ca La CSST fournit un service d assurance essentiel aux travailleurs ainsi qu aux employeurs établis au Québec. Travailleurs Protection du revenu Cette assurance

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2. La création d une pelouse page 3. L entretien exceptionnel page 6

SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2. La création d une pelouse page 3. L entretien exceptionnel page 6 60.02 SEMER ET ENTRETENIR UNE PELOUSE C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2 La création d une pelouse page 3 L entretien normal page 5 L entretien exceptionnel page 6 page 1/6 OUTILLAGE

Plus en détail

ANNEXE DES REGLES INTERNATIONALES DU JEU (pages 64 à 68) * TRACÉ ET DIMENSIONS DU TERRAIN DE JEU AVERTISSEMENT

ANNEXE DES REGLES INTERNATIONALES DU JEU (pages 64 à 68) * TRACÉ ET DIMENSIONS DU TERRAIN DE JEU AVERTISSEMENT ANNEXE DES REGLES INTERNATIONALES DU JEU (pages 64 à 68) * TRACÉ ET DIMENSIONS DU TERRAIN DE JEU AVERTISSEMENT Le plan du terrain de jeu de la page VI et les notes de la page VII (des règles internationales

Plus en détail

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail!

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l aide d une couverture d assurance globale contre les aléas climatiques. AU SERVICE

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

L amélioration du boisé lors des coupes

L amélioration du boisé lors des coupes L amélioration du boisé lors des coupes Feuillet technique 1 Les propriétaires de boisés présents sur le territoire de l Agence de mise en valeur des Appalaches sont très actifs dans leurs boisés comme

Plus en détail

Indicateurs de persévérance scolaire au secondaire. Le Saguenay Lac-Saint-Jean, le réseau public québécois et l ensemble du Québec

Indicateurs de persévérance scolaire au secondaire. Le Saguenay Lac-Saint-Jean, le réseau public québécois et l ensemble du Québec Indicateurs de persévérance scolaire au secondaire Le Saguenay Lac-Saint-Jean, le réseau public québécois et l ensemble du Québec Mai 2013 Sous la coordination de : Julie Auclair Avec la collaboration

Plus en détail

Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses

Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses A. Dispositions générales La présente partie s applique à l arachide, au blé de printemps, au blé d hiver, au canola, à l épeautre

Plus en détail

Taux de décrochage (ou sorties sans diplôme) et taux de diplomation après sept ans

Taux de décrochage (ou sorties sans diplôme) et taux de diplomation après sept ans Indicateurs de persévérance scolaire au secondaire Taux de décrochage (ou sorties ) et taux de diplomation après sept ans Le Saguenay Lac-Saint-Jean, le réseau public québécois et l ensemble du Québec

Plus en détail

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est

Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est Section locale 2000 Table des matières Mise en contexte...3 Historique...3 1995...3 Lettre d entente no 54... 3 1996...3 Diagnostic du plan Imbeault, le plan qui est actuellement en vigueur... 3 1997...3

Plus en détail

GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES

GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES 5 2 GLISSEMENTS DE TERRAIN DANS LES DÉPÔTS MEUBLES 2.1 Contexte géologique général En raison de l immensité de son territoire et des divers environnements géologiques qui le composent, le Québec est exposé

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

Faits saillants - Québec*

Faits saillants - Québec* L e m a r c h É d e l h a b i t a t i o n Rapport Sur le marché Locatif Faits saillants - Québec* S o c i é t é c a n a d i e n n e d h y p o t h è q u e s e t d e l o g e m e n t Date de diffusion : Figure

Plus en détail

CONCEPTION DES TABLEAUX ET FIGURES MISE EN PAGE

CONCEPTION DES TABLEAUX ET FIGURES MISE EN PAGE AUTEURS Jean-Marc Daigle Unité programmes de dépistage, génétique et lutte au cancer Direction systèmes de soins et politiques publiques Institut national de santé publique du Québec Michel Beaupré Direction

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE TOURISTIQUE. 1 er mai au 1 er septembre 2014 Nombre de répondants : 148

ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE TOURISTIQUE. 1 er mai au 1 er septembre 2014 Nombre de répondants : 148 ÉVALUATION DE LA PERFORMANCE TOURISTIQUE 1 er mai au 1 er septembre 2014 Nombre de répondants : 148 Septembre 2014 Monsieur, madame, En septembre de chaque année, Tourisme Chaudière-Appalaches sollicite

Plus en détail

Pour mieux comprendre le mode de tarification au taux personnalisé

Pour mieux comprendre le mode de tarification au taux personnalisé Pour mieux comprendre le mode de tarification au taux personnalisé Tarification 2008 La tarification à la CSST Il existe trois modes de tarification à la CSST : le taux de l unité, le taux personnalisé

Plus en détail

Régime d assurance pour les fraises

Régime d assurance pour les fraises Assurance-production Aperçu du régime Fraises Régime d assurance pour les fraises Établir un lien entre producteurs et programmes Ce que vous devez savoir sur la protection de vos cultures de fraises grâce

Plus en détail

Épargnez-vous bien des formalités

Épargnez-vous bien des formalités -------------------------------------------------------- --------------------------------------- ----------------------------------------------------------------- ------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Objectifs du programme. Admissibilité

Objectifs du programme. Admissibilité PROGRAMME SOUTIEN AU TRAITEMENT DES ARCHIVES 2013-2014 Objectifs du programme Ce programme s adresse aux organismes sans but lucratif et aux organismes publics qui souhaitent contribuer à faire connaître

Plus en détail

CONDITIONS DE DÉLIVRANCE DES PERMIS DE CONSTRUCTION

CONDITIONS DE DÉLIVRANCE DES PERMIS DE CONSTRUCTION CHAPITRE 5 CONDITIONS DE DÉLIVRANCE DES PERMIS DE CONSTRUCTION 5.1 Administration du règlement.... 77 5.2 Conditions de délivrance des permis de construction..77 5.3 Exemptions à l'application de certaines

Plus en détail

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE

POLICES FRANÇAISES D ASSURANCE MARCHANDISES TRANSPORTÉES PAR VOIE MARITIME, TERRESTRE, AÉRIENNE OU FLUVIALE CLAUSE ADDITIONNELLE Les clauses ci-dessous sont mises à la disposition de toute personne intéressée, sur simple demande. Elles sont indicatives, les parties pouvant convenir de conditions d assurance différentes. Pour toute

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

La qualité de l'eau. dans les services de garde

La qualité de l'eau. dans les services de garde La qualité de l'eau dans les services de garde Une ressource précieuse L eau nous accompagne dans toutes nos activités quotidiennes. Elle nous désaltère, fait pousser nos fruits, cuit nos aliments, assure

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

CONSTAT DE DOMMAGES. Guide de préparation et formulaires. Direction du rétablissement Décembre 2011

CONSTAT DE DOMMAGES. Guide de préparation et formulaires. Direction du rétablissement Décembre 2011 Programme général d aide financière lors de sinistres réels ou imminents Décret n 1271-2011 CONSTAT DE DOMMAGES Guide de préparation et formulaires Direction du rétablissement Décembre 2011 1150, Grande

Plus en détail

www.csst.qc.ca À propos du remboursement de vos frais de déplacement et de séjour

www.csst.qc.ca À propos du remboursement de vos frais de déplacement et de séjour www.csst.qc.ca À propos du remboursement de vos frais de déplacement et de séjour Ce document est réalisé par la Direction de l indemnisation et de la réadaptation, en collaboration avec la Direction des

Plus en détail

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance.

1.4 Inciter les contribuables à acquitter leurs comptes, selon l échéance. POLITIQUE RELATIVE À LA PERCEPTION DES CRÉANCES Unité administrative : Ressources financières 1. LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE 1.1 Mettre en place des mécanismes qui permettent à la Commission scolaire

Plus en détail

PROCESSUS DE CONSTESTATION DE SON ÉVALUATION FONCIÈRE

PROCESSUS DE CONSTESTATION DE SON ÉVALUATION FONCIÈRE PROCESSUS DE CONSTESTATION DE SON ÉVALUATION FONCIÈRE PRÉSENTATION DEVANT LA FÉDÉRATION DES PRODUCTEURS FORESTIERS DU QUÉBEC 30 MAI 2013 PAR MARCO FOURNIER, ING.F., É.A., M.SC. LES CONSULTANTS FORESTIERS

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

Guide de l employeur

Guide de l employeur L ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES un partenariat entre les employeurs et le Cégep Guide de l employeur Planifiez votre relève, embauchez un stagiaire! Guide de l employeur Service de recherche et de développement

Plus en détail

Politique d intervention en matière de développement économique

Politique d intervention en matière de développement économique Politique d intervention en matière de développement économique Ville de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix Février 2013 1. Objectif du programme POLITIQUE D INTERVENTION EN MATIÈRE DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Plus en détail

PRIME-VERT. Aide financière pour une agriculture respectueuse de l environnement

PRIME-VERT. Aide financière pour une agriculture respectueuse de l environnement PRIME-VERT Aide financière pour une agriculture respectueuse de l environnement Gestion des surplus de matières fertilisantes Le programme Prime-Vert aide financièrement les agriculteurs et le secteur

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES

ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES ANNEXE 1 PRINCIPAUX TYPES DE RETRAIT DES TERRES ET DE GELS AIDES PAR DES FONDS EUROPEENS ET GLOSSAIRE DES TERMES LES PLUS FREQUEMMENTS UTILISES Principaux types de gel communautaires Les différents types

Plus en détail

RECUEIL DES TARIFS DE CAMIONNAGE EN VRAC DU MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC. Volume 3. En vigueur le 1 er janvier 2014

RECUEIL DES TARIFS DE CAMIONNAGE EN VRAC DU MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC. Volume 3. En vigueur le 1 er janvier 2014 RECUEIL DES TARIFS DE CAMIONNAGE EN VRAC DU MINISTÈRE DES TRANSPORTS DU QUÉBEC Volume 3 En vigueur le 1 er janvier 2014 Parution le 3 décembre 2013 NOTE DU RÉDACTEUR Modifications au Recueil de tarifs

Plus en détail

La valorisation des terres en friche

La valorisation des terres en friche La valorisation des terres en friche Les plans de développement de la zone agricole et la mise en valeur des terres en friche La valorisation des terres en friche constitue assurément un des moyens d atteindre

Plus en détail

STADES PHÉNOLOGIQUES ET ÉTAT DES CULTURES

STADES PHÉNOLOGIQUES ET ÉTAT DES CULTURES Carotte, céleri, laitue, oignon, poireau, ail Avertissement No 03 23 mai 2014 Situation générale : vents forts causant quelques dommages dans les laitues. Stades phénologiques et état des cultures. Carotte

Plus en détail

DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE

DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE DEVIS SPÉCIFIQUE 1 INTRODUCTION ET CONTEXTE La MRC des Laurentides est située au cœur de la région du même nom. Elle s étale sur 2 500 km 2 et compte 20 villes et municipalités locales. Sa population de

Plus en détail

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS)

Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Taux de participation au Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) Introduction Le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS) offre, à tous les deux ans, une mammographie

Plus en détail

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE

PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE OBJECTIF DU PROCESSUS ADMINISTRATIF DE SUIVI ET DE TRAITEMENT D UNE DEMANDE Le processus administratif de suivi et de traitement d une demande

Plus en détail

Avis de résiliation de la location parce que le locateur veut démolir le logement locatif, y effectuer des réparations ou l affecter à un autre usage

Avis de résiliation de la location parce que le locateur veut démolir le logement locatif, y effectuer des réparations ou l affecter à un autre usage Formule N13 Avis de résiliation de la location parce que le locateur veut démolir le logement locatif, y effectuer des réparations ou l affecter à un autre usage Directives Section A : Quand utiliser cet

Plus en détail

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS

Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Plate-forme Les Barges Résultats des orges 1896 Vouvry/VS Exploitants : Groupement d agriculteurs de Vouvry Récolte : 30 juin 2015 avec Syngenta Procédé cultural orge Exploitant : Groupement d agriculteurs

Plus en détail

Circulation Des Joueurs

Circulation Des Joueurs Circulation Des Joueurs Date Effective : 3 septembre 2014 Approuvé par le CA : mai 2012 Révisé par Le CA : décembre 2014 ARS Lanaudière Circulation des Joueurs (euses) Date Effective : 3 septembre, 2014

Plus en détail

Direction générale adjointe des ressources humaines (DGARH) Juillet 2014. Personnel des intervenants externes

Direction générale adjointe des ressources humaines (DGARH) Juillet 2014. Personnel des intervenants externes Direction générale adjointe des ressources humaines (DGARH) Juillet 2014 Personnel des intervenants externes 1. INTRODUCTION 1.1 Introduction générale L application «Services en lignes des intervenants

Plus en détail

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04

Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Politique de recours à l intention des étudiantes et étudiants 94.04.10.04 amendée 08.06.18.04 Introduction Conformément à sa mission qui est de se consacrer au développement de ses étudiants dans la perspective

Plus en détail