EXAMEN P2 21 mai 2012 UE revêtement cutané

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EXAMEN P2 21 mai 2012 UE revêtement cutané"

Transcription

1 25 QCM divers + 20 QCM-cas cliniques EXAMEN P2 21 mai 2012 UE revêtement cutané QCM divers (indiquez les réponses justes) 1) Histologie de la peau A. Cette coupe histologique de peau se situe au niveau du derme papillaire B. En A, on observe un corpuscule neurosensoriel de Pacini C. La lettre B montre la capsule du corpuscule de Pacini D. En C se trouve une glande exocrine holocrine E. En D on voit une glande sudorale 2) Histologie des annexes cutanées A. On observe la gaine fibreuse d un follicule pileux en A B. En B, il s agit de la tige pilaire C. On voit la cuticule du poil en C D. En D, on a la papille du poil E. La matrice se trouve en E 3) Histologie de la peau A. Il s agit d un fort grossissement de peau en MO B. On observe en A des pores sudoraux C. En B on peut voir des artefacts de préparation D. Cette image montre de nombreux follicules pileux en coupe transversale E. Cette coupe présente de nombreuses glandes sudorales apocrines 4) Les follicules pileux (QCM sans photo) A. La croissance du poil s effectue sur toute la longueur du follicule B. Des cellules souches sont situées au niveau de l insertion des muscles arrecteurs C. Il existe une membrane basale entre les gaines épithéliales et la gaine fibreuse D. La vitesse de croissance des poils varie selon les régions du corps E. Les follicules pileux sont toujours ancrés dans le derme 1

2 5) Le système unguéal : (QCM sans photo) A. La partie proximale du lit de l ongle est responsable de sa croissance B. Le lit de l ongle est formé d un épithelium simple prismatique C. L ongle croit de façon discontinue pendant le cycle unguéal D. Les ongles des mains se renouvellent complétement en 4 à 6 mois E. La matrice de l ongle est appelée hyponychium 6) Histologie des muqueuses associées au système cutané - La vulve : (QCM sans photo) A. Les grandes lèvres sont revêtues d un épithélium stratifié pavimenteux non kératinisé B. Les petites lèvres ne contiennent ni tissu adipeux, ni follicules pileux, ni glandes sudoripares. C. Les glandes de Skène débouchent par 2 petits orifices situés près du méat urinaire D. Les glandes de Skène sont des glandes sébacées modifiées E. Les glandes de Bartholin sont des glandes exocrines muqueuses 7) Les mélanocytes épidermiques : A. Sont des cellules possédant des dendrites B. Sont situés dans la couche basale de l épiderme C. Sont originaires des crêtes neurales D. Sont aussi appelés cellules de Merkel E. Se divisent après irradiation UVB 8) La migration des mélanocytes lors de l embryogenèse : A. Se fait dans le sens dorso-ventral à partir des crêtes neurales B. Les mélanocytes arrivent dans l épiderme vers la 8 ème semaine C. C-kit est important pour la migration des mélanocytes D. Le piebaldisme est une maladie génétique caractérisée par des taches blanches antérieures médianes et une mèche blanche médiane de cheveux E. Le piebaldisme est causé par des mutations du gène ckit 9) L Unité épidermique de mélanisation. Indiquez les réponses justes. A. Est constituée de mélanocytes et de kératinocytes B. Avec un ratio d environ 1/36 M/K C. Les mélanocytes transfèrent le pigment aux kératinocytes D. Chez les sujets de phototype clair, le pigment diffuse à toutes les couches de l épiderme E. Les sujets noirs ont des mélanosomes de grande taille. 10) Biochimie des mélanines : A. MCR-1, le récepteur à la mélanocortine, est important pour orienter l équilibre phéoeumélanine B. Les sujets roux sont caractérisés par des polymorphismes de MCR-1 C. Les noirs produisent surtout de l eu-mélanine D. La production de mélanine a lieu à l extérieur des mélanosomes E. La tyrosinase est l enzyme-clé de la synthèse de mélanines 11) Les phototypes : A. Correspondent à une gradation selon l aptitude à bronzer B. Les coups de soleil sont fréquents chez les sujets de phototype I-II C. L albinisme oculocutané se définit par un phototype VI D. Ne sont pas liés à la capacité à réparer l ADN E. Un sujet de phototype IV bronze facilement 2

3 12) Quelles sont les propositions vraies concernant le système immunitaire cutané? A. La barrière épidermique joue un rôle important dans l immunité innée B. Les cellules de Langerhans font partie des cellules dendritiques dermiques C. Les principales cellules impliquées dans l immunité adaptative sont les lymphocytes T D. Les Toll récepteurs permettent la fixation des micro-organismes à la surface des kératinocytes E. Les ultraviolets ne modifient pas la réponse immunitaire cutanée 13) Le phénomène de Koebner correspond A. à un aspect réticulé des lésions B. à la localisation d une dermatose sur une zone traumatisée C. au décollement de la peau par le frottement D. à la disparition des lésions par la vitropression E. à l apparition de squames lors du grattage des lésions 14) Quelles sont les propositions justes concernant les lasers? A. Le mot «laser» est le nom de marque d un appareil B. L hémoglobine est une des cibles des traitements par laser C. Les lasers CO2 ont une longueur d onde absorbée par l eau intra et extra cellulaire D. Les lasers épilatoires sont efficaces sur les poils clairs E. Certaines lésions pigmentées peuvent être traitées par laser 15) Quelles sont les propositions justes concernant les topiques cutanés? A. Un topique appliqué sur la peau n a jamais d action systémique B. L occlusion favorise l absorption cutanée C. Les pommades sont appliquées préférentiellement sur les lésions suintantes D. La pénétration d un topique varie en fonction de la topographie des applications E. La quantité de produit pénétrant dans la peau varie en fonction de la concentration du principe actif 16) Quelles sont le(s) proposition(s) exacte(s) concernant des lésions pustuleuses? A. Les pustules sont des lésions liquidiennes de moins de 4 mm de diamètre B. Le liquide des pustules contient des lymphocytes altérés C. Une pustule contient un liquide blanc ou jaunâtre D. Une vésicule peut secondairement évoluer vers une pustule E. La pustule est secondaire à une infection bactérienne ou mycosique 17) Quelles sont le(s) proposition(s) exacte(s) concernant des ulcérations? A. Un mal perforant plantaire se caractérise par des douleurs qui réveillent le patient la nuit B. Une escarre siège toujours en regard du sacrum C. Un ulcère correspond à une ulcération chronique D. Un chancre est une ulcération d origine infectieuse E. Une ulcération est une perte de substance qui peut aller jusqu au derme profond 18) Ce patient présente sur les fesses : A. Des plaques érythémato-squameuses B. Des lésions vésiculeuses C. Des érosions D. Un intertrigo E. Un purpura d allure vasculaire 3

4 19) Concernant les lésions érythémateuses A. Elles s effacent à la vitropression B. Elles correspondent une extravasation de sang hors des vaisseaux C. Un érythème localisé dans les plis est dit photodistribué D. Une érythrodermie correspond aux dermatoses où il n existe que des lésions érythémateuses E. Un exanthème associe une atteinte muqueuse 20) Quelles sont les éléments indispensables à mettre sur le bon de demande d examen anatomo-pathologie : A. L'âge du patient B. Le type de lésions cutanées C. Vos principales hypothèses diagnostiques D. Le siège du prélèvement E. Les anticorps à réaliser en immunohistochimie 21) Vous devez prévoir une biopsie pour la technique d'immunofluorescence en présence au niveau cutané de : A. Nodule B. Bulle C. Pustule D. Macule E. Tumeur 22) Le diagnostic de purpura vasculaire se fait à l examen anatomopathologique sur les critères suivants : A. Une infiltration des parois vasculaires B. Une nécrose fibrinoïde C. Une lymphocytoclasie D. Une spongiose dans l épiderme E. La présence de polynucléaires altérés 23) Parmi les critères suivants quels sont ceux qui doivent absolument figurer dans un compte-rendu anatomopathologique de mélanome : A. Son type histologique B. Son épaisseur mesurée au micromètre C. Son épaisseur mesurée macroscopiquement D. Le caractère complet ou non de son exérèse E. Son type cytologique 24) Quels sont le ou les critères séméiologiques suspects pour un naevus? A. Asymétrie d axe B. Grand axe mesurant 3mm au moins C. Couleur brune homogène D. Contours irréguliers E. Il est d aspect identique aux autres naevus du patient 25) Concernant le carcinome baso-cellulaire : A. Il s agit d une lésion non cancéreuse de la peau B. Il est favorisé par l exposition solaire C. Il a une prédominance au niveau des extrémités D. Il donne fréquemment des métastases E. Il est fréquent chez l enfant et l adolescent 4

5 QCM Cas Cliniques Cas Clinique n 1 (QCM n 26 à 30) Un patient de 64 ans se présente en consultation. Il vous montre une lésion de 2 cm de diamètre à la face postérieure de l avant bras gauche. Il ne prend aucun médicament. La lésion est bourgeonnante en relief et saigne au contact. 26) Quels sont les éléments utiles au diagnostic de cette lésion cutanée à demander ou à rechercher lors de l interrogatoire? A. Activité professionnelle et loisirs B. Baisse récente de l acuité visuelle C. Antécédents personnels de lésions cutanées D. Date de début de la lésion E. Latéralité (droitier ou gaucher) 27) Quels sont les éléments de l examen clinique à rechercher : A. Palpation des aires ganglionnaires axillaires B. Examen à la lampe à fente C. Palpation de la peau autour de la tumeur pour juger d adhérences profondes D. Examen dermatologique complet E. Evaluation du pli cutané tricipital 28) Quel(s) est ou sont le ou les examen(s) complémentaire(s) à envisager en premier lieu : A. Biopsie au punch après anesthésie locale en pleine zone bourgeonnante B. Biopsie au bistouri à lame après anesthésie locale à la périphérie de la lésion (jonction zone bourgeonnante et peau saine) C. Scanner corps entier D. Scintigraphie osseuse E. Angiographie à la fluorescéine 29) A l examen anatomopathologique (photo) quel est votre diagnostic? A. Carcinome basocellulaire in situ B. Carcinome épidermoïde in situ C. Carcinome basocellulaire infiltrant D. Carcinome épidermoïde infiltrant E. Mélanome 30) Après le traitement vous donnez des conseils au patient : A. Eviction totale du soleil avec aménagement par vitres anti UV de l habitation et du véhicule. B. Protection solaire systématique par écran total et si possible vêtements ou chapeau. C. Vous le rassurez complètement le risque de récidive étant nul ; il n y a pas de surveillance particulière à envisager. D. Il est agriculteur vous envisagez une réorientation professionnelle et lui conseillez de prévoir un apprentissage. E. Vous lui demandez de rencontrer sa famille pour réaliser une enquête génétique en urgence. 5

6 Cas Clinique n 2 (QCM n 31 à 35) Ce patient de 70 ans présente ces lésions cutanées apparues en 3 semaines. 31) Quelles sont les propositions exactes? A. Il s agit des lésions érythémato-kératosiques B. On observe des érosions C. Il existe des vésicules D. Il existe de bulles E. Il existe des plaques scléreuses 32) Quel(s) signe(s) fonctionnel(s) recherchez vous à l interrogatoire? A. Prurit B. Phénomène de Koebner C. Douleur D. Fièvre E. Signe de Nikolski 33) Vous décidez de faire une biopsie cutanée. Quelles sont les propositions exactes? A. La biopsie est réalisée au punch (bistouri circulaire) B. La biopsie est réalisée grâce à un écouvillon C. La biopsie est placée dans le formol pour l analyse histologique D. Une étude de la biopsie en biologie moléculaire est souvent utile dans ce type de dermatoses bulleuses E. Une étude de la biopsie par immunofluorescence est souvent utile dans ce type de dermatoses bulleuses 34) Sur l examen anatomopathologique (photo) vous observer : A. Une bulle intraépidermique B. Une vésicule C. Une pustule D. Une bulle sous épidermique E. Une bulle sous cornée 35) Concernant l étude en immunofluorescence A. Cette étude peut se faire sur biopsie fixée en formol B. Cette étude peut se faire sur biopsie congelée C. En pathologie bulleuse on recherche des dépôts d anticorps au niveau du derme réticulaire D. Cette étude n est utile que pour les lésions bulleuses E. On peut faire l analyse histologique et l étude en immunofluorescence sur la même biopsie 6

7 Cas Clinique n 3 (QCM n 36 à 40) Cette femme de 60 ans, aide soignante, présente ces lésions des mains évoluant par poussées depuis 1 an. 36) Comment les décrivez-vous? (1 seule réponse) A. Lésions érythémato-squameuses bien limitées B. Lésions érythémato-squameuses à bords émiettés C. Lésions squameuses et bulleuses D. Lésions squameuses et végétantes E. Lésions squameuses à type de pulpite 37) Les lésions squameuses A. Sont parfois folliculaires B. Ne siègent jamais sur le cuir chevelu C. Sont décrites comme scarlatiniformes lorsqu elles sont fines comme de la poussière D. Epargnent toujours le visage E. Sont souvent associées à de l érythème 38) Les lésions squameuses se différencient des lésions kératosiques par A. La présence de prurit B. L atteinte des muqueuses C. La présence de lamelles cornées qui sont peu adhérentes et se détachent facilement D. L atteinte de cuir chevelu E. La présence de lésions bulleuses associées 39) Sur la biopsie, à l examen histopathologique vous observerez : A. Une hyperplasie régulière de l épiderme B. Un décollement sous épidermique C. Une parakératose D. Un infiltrat inflammatoire lymphocytaire dermique E. De nombreux polynucléaires éosinophiles et mastocytes dans le derme 40) Pour traiter les lésions palmaires de cette patiente, vous proposez des dermocorticoïdes A. Vous prescrivez un dermo-corticoïde en lotion B. Vous prescrivez un dermo-corticoïde en pommade C. Vous prescrivez 3 applications /jour D. Vous prescrivez un dermo-corticoïde associé à un kératolytique E. Le risque principal de ce traitement est l atrophie cutanée 7

8 Cas Clinique n 4 (QCM n 41 à 45) Ce sujet a développé plusieurs tumeurs ulcérées sur le visage. 41) D après la photo, indiquez le facteur de prédisposition majeur : A. Albinisme B. Vitiligo C. Xeroderma pigmentosum D. Phototype V E. Mutant MC1-R 42) Quelle ondes arrivant sur la peau favorisent les carcinomes spinocellulaires (épidermoïdes)? A. UVB B. Infra rouges C. Visible D. Electromagnétiques E. Radio 43) Pour le sujet représenté sur la photo, quel déficit est associé à la maladie cutanée? A. Perte de l audition B. Déficit visuel C. Orthopédique D. Retard mental E. Perte de l olfaction 44) Les UV (choisir les propositions vraies) A. Sont nécessaires à la synthèse de vitamine D dans la peau B. Les UVA provoquent des lésions oxydatives qui dégradent les macromolécules C. Les UVB à spectre étroit (311 nm) sont utilisés pour traiter le psoriasis, l eczéma et le vitiligo D. Les UVC sont peu énergétiques et traversent la peau E. Le mélanome n est pas lié à l exposition UV 45) Une protection solaire importante est recommandée aux albinos (sélectionnez la ou les bonnes réponses) A. Parce qu ils synthétisent trop de vitamine D B. Parce qu ils ont une photophobie C. Parce qu ils risquent de développer des cancers cutanés D. Parce qu ils sont allergiques au soleil E. Parce qu ils ne sont pas capables de produire de la mélanine à cause de leur maladie génétique 8

L APPAREIL TÉGUMENTAIRE. N de TALANCE

L APPAREIL TÉGUMENTAIRE. N de TALANCE N de TALANCE Surface :2 m 2 Poids moyen :15 % de celui d un adulte 2 principaux tissus: L épiderme Le derme L hypoderme 1 STRUCTURE: Epiderme:tissu composé de multiples couches,en perpétuel renouvellement

Plus en détail

pemphigoïdes, dermatite herpétiforme et dermatose à IgA linéaire, érythème polymorphe, porphyries, épidermolyses bulleuses

pemphigoïdes, dermatite herpétiforme et dermatose à IgA linéaire, érythème polymorphe, porphyries, épidermolyses bulleuses DIAGNOSTIC HISTOLOGIQUE DES DERMATOSES BULLEUSES ET PUSTULEUSES I BULLES INTRA-EPIDERMIQUES AVEC ACANTHOLYSE : pemphigus et dermatoses avec acantholyse SANS ACANTHOLYSE : toxidermies, bulles virales, eczéma

Plus en détail

Aspects cliniques du mélanome cutané

Aspects cliniques du mélanome cutané MONOGRAPHIE ATLAS Aspects cliniques du mélanome cutané Marie-Françoise Avril* Les aspects du mélanome cutané sont nombreux et souvent trompeurs. Une exérèse cutanée doit donc être facilement pratiquée

Plus en détail

Un été de prévention et de sensibilisation au cancer de la peau

Un été de prévention et de sensibilisation au cancer de la peau Un été de prévention gustaveroussy.fr Suivez-nous sur ET VOUS, COMBIEN DE GRAINS DE BEAUTÉ AVEZ-VOUS DANS LE DOS? QU EST-CE QUE LE MÉLANOME? Le mélanome est une tumeur de la peau de l adulte (rare chez

Plus en détail

Dermatologie Délai d'apparition des différentes toxidermies

Dermatologie Délai d'apparition des différentes toxidermies ü Délai d'apparition des différentes toxidermies Quelques minutes à quelques heures : urticaire De 24 à 48h : - Pustulose éxanthémateuse aiguë généralisée - Erythème pigmenté fixe J7-J21 : - Exanthème

Plus en détail

Psoriasis. Le psoriasis est une dermatose érythematosquameuse chronique évoluant par poussées.

Psoriasis. Le psoriasis est une dermatose érythematosquameuse chronique évoluant par poussées. Psoriasis Comment reconnaître le psoriasis? Le psoriasis est une dermatose érythematosquameuse chronique évoluant par poussées. La lésion élémentaire est une plaque érythematosquameuse arrondie ou ovalaire,

Plus en détail

CANCER DE LA PEAU NON MÉLANOME

CANCER DE LA PEAU NON MÉLANOME CANCER DE LA PEAU NON MÉLANOME Carcinome spinocellulaire Carcinome basocellulaire Kératose actinique Cette brochure a été réalisée avec l'aimable contribution des Docteurs Jean-Michel AMICI et Rafat MESSIKH,

Plus en détail

Vitiligo et psoriasis

Vitiligo et psoriasis Vitiligo et psoriasis Le vitiligo et le psoriasis sont deux maladies relativement fréquentes et partageant de nombreux points communs. Elles ont toutes deux longtemps été considérées à tord comme des pathologies

Plus en détail

Prévention et détection du MÉLANOME. Réseau mélanome Canada. Soyez vigilants. Soyez bien informés

Prévention et détection du MÉLANOME. Réseau mélanome Canada. Soyez vigilants. Soyez bien informés Prévention et détection du MÉLANOME Réseau mélanome Canada Soyez vigilants. Soyez bien informés Qu est-ce que le mélanome? Le mélanome est un cancer de la peau très grave. Il s agit d un cancer des mélanocytes

Plus en détail

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Tumeurs cutanées Mélanome Carcinome basocellulaire

Plus en détail

POILS ET CHEVEUX. Un phanère est une production protectrice apparente de l épiderme des vertébré (poils, plume, ongles, griffes,

POILS ET CHEVEUX. Un phanère est une production protectrice apparente de l épiderme des vertébré (poils, plume, ongles, griffes, POILS ET CHEVEUX Un phanère est une production protectrice apparente de l épiderme des vertébré (poils, plume, ongles, griffes, sabots ) CARACTERISTIQUES MORPHOLOGIQUES DES POILS ET DES CHEVEUX Les cheveux

Plus en détail

Les ondes. Chapitre V : Rayonnements électromagnétique

Les ondes. Chapitre V : Rayonnements électromagnétique Les ondes Chapitre V : Rayonnements électromagnétique Objectifs : Indiquer que l énergie associée au photon W = hv augmente avec la fréquence Présenter les sources de lumières naturelles et artificielles,

Plus en détail

Item 288 Troubles des phanères : onyxis

Item 288 Troubles des phanères : onyxis Item 288 Troubles des phanères : onyxis PATHOLOGIE UNGUÉALE DES DOIGTS Objectif pédagogique Recueillir les données sémiologiques d un onyxis et orienter le diagnostic étiologique. La pathologie unguéale

Plus en détail

Objectif général. Analyser les spécificités de l abord dermatologique en médecine générale E.D. MG 01 03 2006

Objectif général. Analyser les spécificités de l abord dermatologique en médecine générale E.D. MG 01 03 2006 Objectif général Analyser les spécificités de l abord dermatologique en médecine générale E.D. MG 01 03 2006 Prévalence 4% des résultats de consultations selon le CREDES Selon la SFMG: dermatoses: 32ème

Plus en détail

Galaxy. Elles associent Courant de radio-fréquence bipolaire et deux Energies optiques lumineuses disponibles : lumière pulsée ou laser

Galaxy. Elles associent Courant de radio-fréquence bipolaire et deux Energies optiques lumineuses disponibles : lumière pulsée ou laser 1 Galaxy Galaxy (elōs) possède plusieurs outils de traitement spécifiques : a) Aurora qui associe la radio-fréquence bipolaire et la lumière pulsée, b) Polaris qui allie la radio-fréquence bipolaire à

Plus en détail

Item 149 Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques : carcinomes cutanés

Item 149 Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques : carcinomes cutanés 1 Item 149 Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques : carcinomes cutanés COMPLICATIONS INDUITES PAR L'EXPOSITION REPETEE AUX UV CARCINOME BASOCELLULAIRE CARCINOME ÉPIDERMOÏDE Objectifs pédagogiques

Plus en détail

I. Rappel anatomo-physiologique :

I. Rappel anatomo-physiologique : 1. Structure anatomique de la peau : La peau est un tissu plein de pli pour les étirements de cette peau. Cette peau connaît 3 couches : L épiderme : Cellules kératinisés matrice - mélanocytes Le derme

Plus en détail

Les annexes regroupent les glandes cutanées et les phanères

Les annexes regroupent les glandes cutanées et les phanères Comprendre la peau 00;:8S-8 Histologie et histophysiologie de la peau et de ses annexes Structure des annexes cutanées Les annexes regroupent les glandes cutanées et les phanères (fig. ). Les glandes cutanées

Plus en détail

Conférence FLASH DERMATO

Conférence FLASH DERMATO Conférence FLASH DERMATO Item 109: Acné Séborrhée + kératinisation infundibulaire + propionibacterium acnes => inflammation chronique follicule pilosébacée Diagnostic clinique: Séborrhée Lésions rétentionnelles:

Plus en détail

La photothérapie se pratique comme les cabines à UV pour bronzer, seulement les UV sont à visée thérapeutique ici.

La photothérapie se pratique comme les cabines à UV pour bronzer, seulement les UV sont à visée thérapeutique ici. 28/04/2015 GOULLIOUD Marie CR : Julie Chapon Revêtement cutané 8 pages Photothérapie Plan : A. Principes et modes d'action I. Les rayons ultra violet II. Les phototypes B. PUVA thérapie C. UVB thérapie

Plus en détail

Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite)

Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite) UE Revêtement Cutané (2010-2011) Traduction microscopique des lésions élémentaires primaires vues en sémiologie dermatologique (suite) Pr. Béatrice Vergier (service de pathologie, CHU Bordeaux) Lésions

Plus en détail

Pigmentation, UV et cancérogénèse et Systèmes de jonction

Pigmentation, UV et cancérogénèse et Systèmes de jonction UE10 Revêtement cutané 13 h30 16h30 RT : Hadiya Tariq RF : Anouk Steiner Pigmentation, UV et cancérogénèse et Systèmes de jonction Remarques : 1) les diapos sont là pour accompagner le Poly, on doit se

Plus en détail

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES Transverse : Dermatologie PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES I/- Introduction : La peau est un lieu de maladies spécifiques et le mode de révélation de nombreuses maladies internes. Au contact direct des patients

Plus en détail

bronzer oui... mais se protéger!

bronzer oui... mais se protéger! du grain de beauté au mélanome! Le grain de beauté est une tache pigmentée qui apparaît sur la peau dans l enfance. Il est développé à partir de mélanocytes. Chez l adulte on retrouve environ une vingtaine

Plus en détail

PEMPHIGOÏDE DES MUQUEUSES

PEMPHIGOÏDE DES MUQUEUSES PEMPHIGOÏDE DES MUQUEUSES ( pemphigoïde cicatricielle, épidermolyse bulleuse acquise, dermatose à IgA linéaire avec atteinte muqueuse) deuxième fiche d'information pour les patients Les fiches d'informations

Plus en détail

Le mélanome. Comprendre La maladie et son traitement. Le mélanome. généralités

Le mélanome. Comprendre La maladie et son traitement. Le mélanome. généralités Le mélanome Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome généralités Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie J Dr Stéphane Dalle J Pr Luc Thomas

Plus en détail

Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par

Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par le présent site web! Un merci spécial à FatimZahra! Erythème

Plus en détail

Quel est votre diagnostic?

Quel est votre diagnostic? Quel est votre diagnostic? Anik Lepage, résidente IV, dermatologie, Montréal C as n 1 Cette femme présente de multiples petites papules au niveau des deux paupières inferieures depuis plusieurs années.

Plus en détail

Traitements en dermatologie

Traitements en dermatologie UE : Revêtement cutané Pharmacologie Date : 14/03/2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 14h-16h Enseignant : M.S. Doutre Ronéistes : Netter Pierre Jeannière Marion Traitements en dermatologie I. Traitements

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers UE : Biopathologie Oncologie Date : 23 mars 2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : M.Coindre Ronéistes : de LABARRE Marie (marie.delabarre40@laposte.net) ALLOUCHE Justine (justine_ptitezoe@hotmail.fr)

Plus en détail

Item 114. Eczéma contact

Item 114. Eczéma contact Item 114 Eczéma contact Item 183: eczéma de contact Hypersensibilité cellulaire retardée ; Haptène Diagnostic clinique: prurit; érythème, vésicules, suintement, croutes. Recherche par interrogatoire +++,

Plus en détail

Formes histologiques des cancers du sein

Formes histologiques des cancers du sein Formes histologiques des cancers du sein DESC Régional Rennes 24/01/2013 Giretti Giovanni Tours Plan Introduction Histologie du tissu mammaire Carcinome in situ (intra-canalaire et intra-lobulaire) Carcinomes

Plus en détail

Dermatologie et Rhumatologie

Dermatologie et Rhumatologie 3ème Colloque Interface 14 mars 2006 Dermatologie et Rhumatologie Deux disciplines soeurs Le contenu de ces pages est rédigé sous la seule responsabilité de ses auteurs Mastocytoses cutanées Bernard Cribier

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

18 ème de la STPI. B Fazaa Service de Dermatologie Hôpital Charles Nicolle

18 ème de la STPI. B Fazaa Service de Dermatologie Hôpital Charles Nicolle 18 ème Congrès National de la STPI Les Pityrosporoses B Fazaa Service de Dermatologie Hôpital Charles Nicolle Définition Mycoses superficielles à Malassezia (Pityrosporon ovale) Levures lipophiles commensales

Plus en détail

Diagnotic différentiel

Diagnotic différentiel CEC Labial Lésion ulcérée plus ou moins infiltrante, saignotante persistante: biopsie+++ 90% de cancers de la lèvre Plus fréquent sur la lèvre inférieure H>F Après 60 ans 2 étiologies Chéliite actinique

Plus en détail

Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005)

Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Pré-Requis : Lésions élémentaires en dermatologie. Résumé : L'érythème est une rougeur

Plus en détail

DERMATOQUIZZ JUMGA 2010. Dr Anne-Sophie Marchesseau-Merlin

DERMATOQUIZZ JUMGA 2010. Dr Anne-Sophie Marchesseau-Merlin DERMATOQUIZZ JUMGA 2010 Dr Anne-Sophie Marchesseau-Merlin Cas 1 A-Syndrome de Gianotti- Crosti B-Psoriasis C-Purpura rhumatoide Cas 1 A-Syndrome de Gianotti- Crosti B-Psoriasis C-Purpura rhumatoide Acrodermatite

Plus en détail

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008

Le rôle du pathologiste en cancérologie. PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Le rôle du pathologiste en cancérologie PCEM2 Faculté Denis Diderot année 2007-2008 Qu est ce que la Pathologie? patients tissus cellules diagnostic formation recherche Un bon diagnostic permet : d expliquer

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Mélanome. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Mélanome. Comprendre le diagnostic. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Mélanome Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Mélanome Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle peut soulever

Plus en détail

LE RAYONNEMENT SOLAIRE LA COUCHE D OZONE L INDEX UV LES EFFETS DES UV BÉNÉFIQUES NÉFASTES IMMÉDIATS NÉFASTES RETARDÉS LE CAPITAL SOLAIRE LES

LE RAYONNEMENT SOLAIRE LA COUCHE D OZONE L INDEX UV LES EFFETS DES UV BÉNÉFIQUES NÉFASTES IMMÉDIATS NÉFASTES RETARDÉS LE CAPITAL SOLAIRE LES LE RAYONNEMENT SOLAIRE LA COUCHE D OZONE L INDEX UV LES EFFETS DES UV BÉNÉFIQUES NÉFASTES IMMÉDIATS NÉFASTES RETARDÉS LE CAPITAL SOLAIRE LES PHOTOTYPES LES PROTECTIONS SOLAIRES LA PROTECTION PHYSIQUE LA

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané Énoncés Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané N 109 Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique Diagnostiquer l acné, la rosacée, la dermatite séborrhéique.

Plus en détail

Item 232 : Dermatoses faciales : Rosacée

Item 232 : Dermatoses faciales : Rosacée Item 232 : Dermatoses faciales : Rosacée Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS... 3 I Diagnostic... 4 I.1 Diagnostic positif...

Plus en détail

page: 152 alphabétique Chapitre 8: Mycoses image causes lésions élémentaires recherche contenu imprimer dernière page vue précédente suivante

page: 152 alphabétique Chapitre 8: Mycoses image causes lésions élémentaires recherche contenu imprimer dernière page vue précédente suivante Chapitre 8: Mycoses page: 152 Mycoses Dermatophyties page: 153 8.1 Dermatophyties Tinea corporis Macule érythémateuse; Squames Lésion arrondie ou ovalaire comme dans le cas présent dont la bordure nettement

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation

Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Introduction On diagnostique chaque année en France plus de 9 000 nouveaux cas de mélanome. Traité à temps, ce cancer de la peau peut généralement

Plus en détail

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique

1. Cancérogénèse et anatomopathologie. 1.1. Cancérogénèse. 1.2. Anatomie-Pathologique Diagnostiquer une tumeur du sein : argumenter l'attitude thérapeutique et justifier le suivi du patient Professeur X Pivot, Professeur M Marty, Docteur M Espié CHU de Besançon, Hôpital Saint Louis-Paris

Plus en détail

DERMATOSES ECZEMATIFORMES LICHENOIDES ET ERYTHEMATO-SQUAMEUSES

DERMATOSES ECZEMATIFORMES LICHENOIDES ET ERYTHEMATO-SQUAMEUSES DERMATOSES ECZEMATIFORMES LICHENOIDES ET ERYTHEMATO-SQUAMEUSES I ECZEMA ET LESIONS ECZEMATIFORMES II LICHEN PLAN III LICHEN SCLERO-ATROPHIQUE IV MALADIE LUPIQUE V PSORIASIS VI AUTRES Parapsoriasis Kératodermies

Plus en détail

Définition. Physio-Pathologie. épidémiologie. Phénomène de Koebner

Définition. Physio-Pathologie. épidémiologie. Phénomène de Koebner Définition Le Psoriasis est une dermatose érythémato-squameuse chronique Formes cliniques et traitement épidémiologie Physio-Pathologie 1.5 a 6.5% Ratio homme : femme = 1:1 Association statistique Psoriasis

Plus en détail

Prévention et diagnostic précoce des cancers de la peau

Prévention et diagnostic précoce des cancers de la peau 1 Prévention et diagnostic précoce des cancers de la peau Ce sont les cancers les plus fréquents, mais aussi les plus guérissables s ils sont détectés et traités assez tôt. Il en existe deux formes principales

Plus en détail

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers de la peau

Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches. Les cancers de la peau Recherche Information - prévention - dépistage Actions pour les malades et leurs proches Les cancers de la peau G R A N D P U B L I C Les cancers de la peau Ce sont les cancers les plus fréquents, mais

Plus en détail

Module d auto-observation de la peau

Module d auto-observation de la peau Module d auto-observation de la peau Ce module d auto-observation servira de fondement aux cliniciens pour bénéficier d un apprentissage continu dans les domaines de la peau et du traitement des plaies.

Plus en détail

Item 181 Iatrogénie. Diagnostic et prévention. Toxidermies ou réactions cutanées médicamenteuses

Item 181 Iatrogénie. Diagnostic et prévention. Toxidermies ou réactions cutanées médicamenteuses Annales de dermatologie et de vénéréologie (2008) 135S, F168 F174 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Module 11 : Synthèse clinique et thérapeutique Item 181 Iatrogénie. Diagnostic et prévention.

Plus en détail

Peau et soleil. Prévention et comportement. Syndicat National des Dermato-Vénéréologues avec le soutien des Laboratoires Vichy

Peau et soleil. Prévention et comportement. Syndicat National des Dermato-Vénéréologues avec le soutien des Laboratoires Vichy Peau et soleil Prévention et comportement La peau : un organe vital La Peau en chiffres Organe le plus lourd du corps humain : 4,5 kilos Surface : 2 m 2 Nombre de poils sur le corps : 200 000 à 1 million

Plus en détail

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite...

Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Item 204 : Grosse jambe rouge aiguë (d'origine infectieuse), érysipèle, cellulite... Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grosse jambe rouge

Plus en détail

Soleil et peau. UV, vieillissement & cancers cutanés. Syndicat National des Dermato-Vénéréologues avec le soutien des Laboratoires La Roche-Posay

Soleil et peau. UV, vieillissement & cancers cutanés. Syndicat National des Dermato-Vénéréologues avec le soutien des Laboratoires La Roche-Posay Soleil et peau UV, vieillissement & cancers cutanés L exposition solaire : définition Toutes les façons de recevoir les rayons du soleil sur sa peau. Pour les patients "s'exposer au soleil" = bronzage

Plus en détail

D OSSIER. P r incipe de l examen dermatologique et. Introduction. Principes de l examen dermatologique 1. INTERROGATOIRE

D OSSIER. P r incipe de l examen dermatologique et. Introduction. Principes de l examen dermatologique 1. INTERROGATOIRE D OSSIER P r incipe de l examen dermatologique et l es lésions élémentaires dermatologiques Mai 2011 Introduction La peau est un organe aisément accessible à l'examen clinique et à des explorations para-cliniques

Plus en détail

Table des matières 3. I - Rayonnements solaire 7. A.Spectre solaire...7

Table des matières 3. I - Rayonnements solaire 7. A.Spectre solaire...7 PEAU ET SOLEIL Table des matières Table des matières 3 I - Rayonnements solaire 7 A.Spectre solaire...7 1.Radiations ionisantes...7 2.Rayonnement optique:...7 3.Ondes hertziennes...7 B.Arrivée au sol

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic de certitude = biopsie ganglionnaire C - Bilan d extension III - FORMES CLINIQUES IV - PRONOSTIC

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Tumeurs malignes cutanées

Tumeurs malignes cutanées Tumeurs malignes cutanées Carcinomes Carcinomes épidermoïdes cutanés (spino-cellulaires) Carcinomes baso-cellulaires Carcinomes annexiels Mélanomes Carcinomes neuroendocrines Sarcomes Angiosarcomes Les

Plus en détail

Sinergic-massage. Médecine Académique - Programme 2014-2015. Anatomie Physiologie Pathologie. Système tégumentaire 16 heures

Sinergic-massage. Médecine Académique - Programme 2014-2015. Anatomie Physiologie Pathologie. Système tégumentaire 16 heures Médecine Académique - Programme 2014-2015 L objectif de notre module de médecine académique est de transmettre les bases indispensables à la compréhension du corps humain, ainsi qu une approche des différentes

Plus en détail

Thème Approche du monde médical

Thème Approche du monde médical La peau Structure de la peau La peau est une membrane d aspect souple et résistant. Elle est élastique et se plisse facilement. Elle recouvre totalement notre corps et elle est prolongée par des muqueuses

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis!"# $ Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il est strictement

Plus en détail

page: 204 alphabétique Chapitre 10: Psoriasis image causes lésions élémentaires recherche contenu imprimer dernière page vue précédente suivante

page: 204 alphabétique Chapitre 10: Psoriasis image causes lésions élémentaires recherche contenu imprimer dernière page vue précédente suivante Chapitre 10: Psoriasis page: 204 Psoriasis Aspects cliniques page: 205 10.1 Aspects cliniques Psoriasis vulgaire Forme érythémateuse Psoriasis très extensif. Grands placards confluents, essentiellement

Plus en détail

Rachel Frély. Les dermatoses. Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires. Les traitements naturels

Rachel Frély. Les dermatoses. Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires. Les traitements naturels Rachel Frély Les dermatoses Dermatoses allergiques, virales, inflammatoires, mycosiques, bactériennes, parasitaires Les traitements naturels Un ouvrage paru sous la direction de Jean-Luc Darrigol Les dermatoses

Plus en détail

Allergies cutanéo-muqueuses chez l enfant et l adulte

Allergies cutanéo-muqueuses chez l enfant et l adulte Examen National Classant Module transdisciplinaire 8 : Immunopathologie. Réactions inflammatoires Allergies cutanéo-muqueuses chez l enfant et l adulte Eczéma de contact M. BAGOT (Créteil), E. GROSSHANS

Plus en détail

RAPPORT D évaluation CLINIQUE DE L APPAREIL MEDIFLASH 3 EN DERMATOLOGIE ET COSMÉTOLOGIE

RAPPORT D évaluation CLINIQUE DE L APPAREIL MEDIFLASH 3 EN DERMATOLOGIE ET COSMÉTOLOGIE Mars 2009 RAPPORT D évaluation CLINIQUE DE L APPAREIL MEDIFLASH 3 EN DERMATOLOGIE ET COSMÉTOLOGIE Réalisé sur des volontaires recrutés au sein de l hôpital pitié-salpêtrière de paris Intervenants de l

Plus en détail

Item 232 : Dermatoses faciales : Dermatite séborrhéique

Item 232 : Dermatoses faciales : Dermatite séborrhéique Item 232 : Dermatoses faciales : Dermatite séborrhéique Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS... 3 I Diagnostic positif...

Plus en détail

Les cancers de la peau I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N

Les cancers de la peau I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N Les cancers de la peau I N F O R M A T I O N & P R É V E N T I O N Les cancers de la peau Ce sont les cancers les plus fréquents, mais aussi les plus guérissables. Ils peuvent se révéler sous deux formes

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré Structure osseuse de l enfant épiphyse métaphyse Diaphyse Traumatismes de l enfant Interrogatoire Age de l enfant Antécédents

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

Les fonctions du système génital chez l homme

Les fonctions du système génital chez l homme 1 Les fonctions du système génital chez l homme Une fonction exocrine : production des spermatozoïdes (= spermatogenèse) Une fonction endocrine : sécrétion de testostérone Spermatogenèse La spermatogenèse

Plus en détail

Brochure d information

Brochure d information Brochure d information La Néoplasie Endocrinienne Multiple de type 1 1 Question 1 : qu est-ce que la néoplasie endocrinienne multiple de type 1? Pour répondre à cette question, il faut d abord connaître

Plus en détail

Masses kystiques compliquées et complexes du sein de l image échographique à l histologie S.Kechaou, M.Jrad, A.Ayedi,M.Chaabane Ayedi Service de radiologie de l hôpital de l Ariana. Tunis.Tunisie INTRODUCTION

Plus en détail

Tumeurs cutanées, épithéliales et mélaniques (149) E. Cabarrot Mai 2006 (Mise à jour mai 2006)

Tumeurs cutanées, épithéliales et mélaniques (149) E. Cabarrot Mai 2006 (Mise à jour mai 2006) Tumeurs cutanées, épithéliales et mélaniques (149) E. Cabarrot Mai 2006 (Mise à jour mai 2006) Objectifs : Diagnostiquer une tumeur cutanée, épithéliale ou mélanique Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

PATHOLOGIES DE LA PEAU CHEZ. Joëlle OTZ

PATHOLOGIES DE LA PEAU CHEZ. Joëlle OTZ PATHOLOGIES DE LA PEAU CHEZ Joëlle OTZ SOMMAIRE Introduction Examen dermatologique Cas cliniques INTRODUCTION médecine générale est telle que seules les plus fréquente seront traitées dans ce diaporama

Plus en détail

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons.

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons. SANS ORDONNANCE Solutions pour le bain et la douche : Huiles Farine d avoine Sels d Epsom Sels de al Mer Morte Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames.

Plus en détail

Les sens. L anatomie de l œil

Les sens. L anatomie de l œil Les sens Sens Récepteur Perceptions perçues Goût langue Saveurs (salée, sucrée, acide et amer) chaud et froid Odorat nez Odeurs et la douleur Vue yeux couleurs, relief, lignes, luminosité, mouvements et

Plus en détail

INTOLERANCE AUX COSMETIQUES. Docteur MSEDDI Madiha Service de Dermatologie - Sfax

INTOLERANCE AUX COSMETIQUES. Docteur MSEDDI Madiha Service de Dermatologie - Sfax INTOLERANCE AUX COSMETIQUES Docteur MSEDDI Madiha Service de Dermatologie - Sfax Introduction Utilisation des cosmétiques valorise l'apparence, parfumer, protéger,nettoyer (peau, phanères) On y inclue

Plus en détail

Affections dermatologiques

Affections dermatologiques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 8 Affections dermatologiques Affections dermatologiques 314 Affections dermatologiques J. Lambert, V. Rogiers, D. Roseeuw A. Introduction Le vieillissement de la peau

Plus en détail

Les contre-indications au lasers d'épilation sont

Les contre-indications au lasers d'épilation sont Les lasers et les lampes flash pour réaliser des épilations sont des équipements dont le maniement est réservé aux médecins. Il n'est pas conseillé de déléguer ces actes à des opérateurs s'ils n'ont pas

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Cancer de la peau autre que le mélanome. Comprendre le diagnostic

Cancer de la peau autre que le mélanome. Comprendre le diagnostic Cancer de la peau autre que le mélanome Comprendre le diagnostic Cancer de la peau autre que le mélanome Comprendre le diagnostic Lorsqu on lui annonce qu elle a un cancer, une personne peut se sentir

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse Mort cellulaire Lara Chalabreysse 1 1/ Apoptose 2 Définition Forme de mort cellulaire Eliminer les cellules indésirables Étapes coordonnées programmées Gènes dédiés à cette tache Implications Développement

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

Psoriasis 2005 Psoriasis Plus de 5 millions de patients souffrent de psoriasis aux USA Ils dépensent entre 1,6 et 3,2 milliards de dollars par an pour traiter leur maladie Entre 150000 et 260000 nouveaux

Plus en détail

Brûlures de l enfant

Brûlures de l enfant Brûlures de l enfant Epidémiologie 3 e rang des accidents de l enfant 0-4 ans ; moyenne 2 ans ; garçons +++ Etiologies Brûlures thermiques : o Ebouillantage ; projection ; immersion ; flammes, incendies,

Plus en détail

LE SOLEIL. Un danger pour la santé. Léa Fagard & Chloë Laurent.

LE SOLEIL. Un danger pour la santé. Léa Fagard & Chloë Laurent. LE SOLEIL Un danger pour la santé Léa Fagard & Chloë Laurent. SOMMAIRE I. Composition du rayonnement solaire II. Certains rayons sont nuisibles 1. Cancer de la peau 2. Le bronzage : une réaction de défense

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA

CARCINOME PAPILLAIRE DE LA CARCINOME PAPILLAIRE DE LA THYROIDE NIVEAU DU RISQUE DEFINI DANS LE CONSENSUS Epidémiologie: carcinomes papillaires(85-90%) vésiculaires (5-8%) et peu différenciés (3-5%) Très faible niveau de risque:

Plus en détail

HIGH TECH SCHÖNHEIT MIT ZUKUNFT L AVENIR DE LA BEAUTÉ IL FUTURO DELLA BELLEZZA WWW.JP-ROSSELET.CH. Edition: Français

HIGH TECH SCHÖNHEIT MIT ZUKUNFT L AVENIR DE LA BEAUTÉ IL FUTURO DELLA BELLEZZA WWW.JP-ROSSELET.CH. Edition: Français HIGH TECH SCHÖNHEIT MIT ZUKUNFT L AVENIR DE LA BEAUTÉ IL FUTURO DELLA BELLEZZA Edition: Français WWW.JP-ROSSELET.CH 36 WWW.JP-ROSSELET.CH xcell Pur 37 UN TRAITEMENT ENCORE PLUS PRATIQUE ET PLUS RAPIDE.

Plus en détail

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène

Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Mécanismes d'action de l'immunothérapie spécifique de l allergène Cyrille Hoarau, Frédéric Bérard I-Introduction... 2 II-Principe et modalités de l'immunothérapie spécifique de l'allergène... 2 II-1.Principe

Plus en détail

SUN. Écran Solaire aqua-résistant SPF 25 ÉMULSION DE PROTECTION SOLAIRE AQUA-RÉSISTANTE POUR LE VISAGE ET LE CORPS AVEC FPS 25.

SUN. Écran Solaire aqua-résistant SPF 25 ÉMULSION DE PROTECTION SOLAIRE AQUA-RÉSISTANTE POUR LE VISAGE ET LE CORPS AVEC FPS 25. LA GAMME SUN OFFRE UNE PROTECTION SOLAIRE MESURABLE ET UN SOIN CUTANÉ EN PROFONDEUR. PRODUITS NR. DE RÉFÉRENCE CONTENU Écran Solaire aqua-résistant SPF 25 8825 100 ml Écran Solaire SPF 30 8830 150 ml Écran

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT

PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT PRISE EN CHARGE DES PLAIES CHRONIQUES DR JEAN-PAUL LEMBELEMBE GERIATRE CLINIQUE DES AUGUSTINES MALESTROIT POINTS COMMUNS -La prise en charge est globale et interdisciplinaire. - La connaissance et la maîtrise

Plus en détail

Examen clinique des seins

Examen clinique des seins Examen clinique des seins Dr Amouri Habib, Dr Dhouib M, Pr Ag Guermazi. M, Service de gynécologie obstétrique de Sfax Public cible o Les étudiants 2ème année médecine o Les élèves sage femme Objectifs

Plus en détail