MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ"

Transcription

1 MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction des affaires financières Bureau F4 SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Circulaire DHOS/F4 n du 19 octobre 2009 relative aux règles de facturation des soins dispensées dans les établissements de santé NOR : SASH C Date d application : immédiate. Catégorie : directives adressées par le ministre aux services chargés de leur application, sous réserve, le cas échéant, de l examen particulier des situations individuelles. Résumé : guide rassemblant des fiches relatives aux règles de facturation des soins dispensés dans les établissements de santé. Mots clés : accidents du travail activité libérale des praticiens hospitaliers admission d un mineur assuré social de l outre-mer centres de rétention administrative «cliniques ouvertes» CMU dispositifs médicaux forfait ATU forfait FFM forfait journalier hospitalier forfait SE forfait technique des scanners IRM et TEP franchise médicale gardés à vue interruptions volontaires de grossesse maladies professionnelles médicaments parcours de soins coordonnés participation forfaitaire de 1 prise en charge de moins d une journée rétrocession des médicaments services mobiles d urgence tarifs de prestations ticket modérateur forfaitaire de 18. Annexe : Guide des règles de facturation des soins dispensés dans les établissements de santé qui abroge le code des règles de gestion publié au Bulletin officiel du ministère de la santé, n o bis. La ministre de la santé et des sports à Mesdames et Messieurs les directeurs des agences régionales de l hospitalisation ; Mesdames et Messieurs les préfets de département (directions départementales des affaires sanitaires et sociales [pour information et diffusion]) ; Mesdames et Messieurs les directeurs d établissements de santé (pour mise en œuvre). Dans le cadre de l amélioration du processus de facturation et de recouvrement des produits hospitaliers, un guide pratique relatif aux procédures d admission des patients dans les établissements de santé a été, en 2008, édité et diffusé aux établissements de santé par la MEAH. Ce guide a été mis en ligne sur le site du ministère de la santé (1) et mis à jour au fur et à mesure des évolutions réglementaires. Une deuxième phase a été engagée en 2009 pour élaborer des fiches plus spécifiques aux règles de facturation ; ces fiches ont été regroupées dans le document ci-joint et mises en ligne. Comme le guide précédent, il vise à faire le point sur l état de la réglementation, sans pour autant se substituer à la documentation de base que constituent les textes législatifs et réglementaires et les circulaires auxquels il convient également de se référer, en tant que de besoin. Il s adresse aux professionnels de santé (directeurs d établissements, éditeurs de logiciel, caisses d assurance maladie, services de tutelle) et à toute personne désireuse d obtenir des informations sur les procédures d admission et de facturation des soins dispensés dans les établissements de santé. (1) BO Santé Protection sociale Solidarités n o 2009/11 du 15 décembre 2009, Page 195.

2 Je vous remercie de bien vouloir assurer la plus large diffusion de cette information, l objectif étant, dans un contexte budgétaire très contraint et dans la perspective de la facturation directe à l assurance maladie, d aider les établissements à améliorer la qualité de leur facturation et à optimiser le recouvrement de leurs recettes. Ce guide annule et remplace le code des règles de gestion applicables aux prestations dispensées dans les établissements publics de santé et les établissements privés participant au service public hospitalier, publié au Bulletin officiel du ministère de la santé, n o 4-12 bis. Pour la ministre et par délégation : La directrice de l hospitalisation et de l organisation des soins, A. PODEUR GUIDE DES RÈGLES DE FACTURATION DES SOINS DISPENSÉS DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Avant-propos Dans le cadre de l amélioration du processus de facturation et de recouvrement des produits hospitaliers, un guide pratique relatif aux procédures d admission des patients dans les établissements de santé a été, en 2008, édité et diffusé aux établissements de santé par la MEAH. Ce guide a été mis en ligne sur le site du ministère de la santé et des sports et mis à jour au fur et à mesure des évolutions règlementaires. Une deuxième phase a été engagée en 2009 pour élaborer des fiches plus spécifiques aux règles de facturation ; ces fiches ont été regroupées dans le document ci-joint. Comme le guide précédent, il vise à faire le point sur l état de la réglementation, sans pour autant se substituer à la documentation de base que constituent les textes législatifs et réglementaires et les circulaires, référencés sur chaque fiche, auxquels il convient de se référer, en tant que de besoin. Il s adresse aux ARH, aux directeurs d établissement, aux caisses d assurance maladie, aux éditeurs de logiciel et à toute personne désireuse d obtenir des informations sur les procédures d admission et de facturation des soins dispensés dans les établissements de santé. Afin de faciliter l accès aux différents thèmes traités, ces fiches ont été classées par ordre alphabétique, elles sont également disponibles sur le site du ministère de la santé et des sports (les règles de facturation, règles de facturation, santé, dossiers, ministère de la santé et des sports). Ce guide annule et remplace le code des règles de gestion applicables aux prestations dispensées dans les établissements publics de santé et les établissements privés participant au service public hospitalier, publié au Bulletin officiel du ministère de la santé, n o 4-12 bis. Ont collaboré à la réalisation de ce guide : Bruno Assouline (CNAMTS) ; Laurent Butor (direction de la sécurité sociale) ; Virginie Deldossi (MSA) ; Joëlle Dubois (ATIH) ; Véronique Fouché (centre hospitalier d Epernay) ; Marcel Galles (DHOS) ; Edith Galloux (DHOS) ; Michel Martin (CNAMTS) ; Jean-François Noury (ATIH) ; Xavier Romulus (CNAMTS) ; Martine Vassaux (DHOS). BO Santé Protection sociale Solidarités n o 2009/11 du 15 décembre 2009, Page 196.

3 TABLE DES MATIÈRES ACCIDENTS DU TRAVAIL (AT) 2. La gestion du risque «accidents de travail» (AT) 2.1. Généralités 2.2. Rôle de l hôpital 2.3. Rôle des caisses d assurance maladie 3. Les accidents gérés par les employeurs, des assurances privées ou des régimes autres que le régime général 4. Facturation des frais de soins ACTIVITÉ LIBÉRALE DES PRATICIENS STATUTAIRES EXERÇANT À TEMPS PLEIN DANS LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTÉ (EPS) 2. Modalités d exercice de l activité libérale dans les EPS 2.1. Le contrat d activité libérale (articles R et suivants du CSP) 2.2. La commission de l activité libérale 3. Activités concernées 4. Conditions d accès aux soins exercés dans le cadre de l activité libérale d un praticien 5. Modalités d encaissement des honoraires du praticien 5.1. Directement 5.2. Par l intermédiaire de l administration de l hôpital 5.3. Pour les patients assurés sociaux 6. La redevance due à l hôpital par les praticiens hospitaliers à temps plein exerçant une activité libérale dans les EPS 6.1. Actes soumis à redevance 6.2. Calcul de la redevance 6.3. Actes non soumis à redevance ADMISSION D UN MINEUR DANS UN ÉTABLISSEMENT DE SANTÉ 2. L âge de la majorité 2.1. L âge de la majorité en France 2.2. Les exceptions 3. Application de l autorité parentale 3. : code civil 3.2. Les actes usuels et non usuels 3.3. Qui exerce l autorité parentale? 4. L admission d un mineur hors cas d urgence 4.1. Les formalités de l admission 4.2. Documents à joindre au dossier 5. L admission d un mineur en urgence 6. En cas de refus d autorisation des parents 6.1. Hors cas d urgence 6.2. En cas d urgence 7. Les situations particulières 8. Les interruptions volontaires de grossesse BO Santé Protection sociale Solidarités n o 2009/11 du 15 décembre 2009, Page 197.

4 9. Le refus d hospitalisation 10. L autorisation d opérer et de soins (art. L du CSP) 11. La sortie du mineur 12. Le droit au secret au profit des mineurs ASSURÉ SOCIAL DE L OUTRE-MER 2. Champ d application 3. Facturation des frais d hospitalisation et de consultations externes 3.1. Assurés des départements et régions d outre-mer (DOM-ROM) 3.2. Assurés des collectivités d outre-mer (COM) et des collectivités à statut particulier 4. Formulaires devant être présentés par les ressortissants de Nouvelle-Calédonie, de Polynésie française et de Mayotte CENTRES DE RÉTENTION ADMINISTRATIVE 2. Les centres de rétention administrative (CRA) 3. La prise en charge des soins STRUCTURES SPÉCIFIQUES D HOSPITALISATION : «CLINIQUES OUVERTES» 2. Définition 3. Conditions d admission (articles L , R et R du CSP et article R du CSS) 4. Le paiement des médecins libéraux intervenant en clinique ouverte 4.1. Modalités de paiement 4.2. Calcul des redevances 5. Valorisation de l activité réalisée en clinique ouverte, en MCOO COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE DE BASE (CMU DE BASE) 2. Définition 3. Conditions à remplir 3.1. Conditions de stabilité de la résidence 3.2. Conditions de régularité de la résidence 3.3. Conditions de ressources et cotisations 4. Procédure d affiliation 4.1. Constitution du dossier 4.2. Transmission du dossier et date d affiliation 5. Les prestations couvertes DISPOSITIFS MÉDICAUX 2. Définition des dispositifs médicaux (DM) 3. Modalités de prise en charge par l assurance maladie 4. Liste des produits et prestations pris en charge en sus des prestations d hospitalisation FORFAIT ACCUEIL ET TRAITEMENT DES URGENCES «ATU» 2. Définition 3. Champ d application BO Santé Protection sociale Solidarités n o 2009/11 du 15 décembre 2009, Page 198.

5 4. Règles de facturation 5. Modalités 5.1. Dans les établissements ex-dg 5.2. Facturation dans les établissements ex-oqn 5.3. Forfait ATU et ticket modérateur forfaitaire de 18 FORFAIT «DE PETIT MATERIEL» (FFM) 2. Définition 3. Champ d application 4. Règles de facturation 4.1. Principes généraux 4.2. Modalités 5. Forfait FFM et ticket modérateur forfaitaire de 18 FORFAIT JOURNALIER HOSPITALIER 2. Définition 3. Champ d application 4. Cas d exonération 5. Modalités de facturation et, pour les établissements ex-dg, de modalités de prise en compte dans la valorisation des séjours 5.1. Pour les patients non exonérés du ticket modérateur 5.2. Pour les patients exonérés du ticket modérateur FORFAITS «SÉCURITÉ ENVIRONNEMENT» (SE) 2. Définition 3. Champ d application 4. Règles de valorisation 4.1. Principes généraux 4.2. Modalités 5. Forfait ATU et ticket modérateur forfaitaire de 18 FORFAIT TECHNIQUE FACTURABLE AU TITRE DES ACTES DE SCANOGRAPHIE (SCA), DE REMNO- GRAPHIE (IRM) ET DE TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE PROTONS (TEP) 2. Définition et tarifs 3. Modalités de facturation 3.1. Principes généraux 3.2. La tenue d un registre chronologique 3.3. Le décompte des forfaits techniques (FT) 3.4. Facturation dans les établissements ex-dg 3.5. Facturation dans les établissements ex-oqn 4. La co-utilisation FRANCHISE MÉDICALE 2. Définition 3. Champ d application BO Santé Protection sociale Solidarités n o 2009/11 du 15 décembre 2009, Page 199.

6 3.1. Les assurés sociaux 3.2. Les prestations 3.3. Les transports sanitaires 4. Plafond annuel 5. Modalités de prélèvement GARDES À VUE 2. Schéma de référence 3. Les différentes modalités de gardes a vue 3.1. Intervention d un médecin libéral au commissariat ou à la brigade 3.2. Transfert de la personne gardée à vue dans un établissement de santé 4. Les modalités de prise en charge des gardés à vue INTERRUPTIONS VOLONTAIRES DE GROSSESSE (IVG) 2. Conditions d admission 3. Réalisation de l acte médical 3.1. Techniques possibles 3.2. Lieu de réalisation de l IVG 4. Les tarifs 4.1. Pour les établissements ex-dg 4.2. Pour les établissements de santé privés ex-oqn 4.3. Pour les médecins ou les centres de planification effectuant des IVG par voie médicamenteuse, dans le cadre d une convention conclue avec un établissement de santé 5. Facturation des IVG 5.1. Dans les établissements ex-dg 5.2. Dans les établissements ex-oqn, par assimilation, un RUM unique doit également être produit pour l ensemble de ces étapes 5.3. Cas particuliers 6. Conditions de prise en charge des IVG 6.1. Conditions de prise en charge des assurées sociales 6.2. Conditions de prise en charge des non-assurées sociales MALADIES PROFESSIONNELLES (MP) 2. Définition des maladies professionnelles 3. Déclaration de maladie professionnelle 3.1. Qui déclare? 3.2. Instruction du dossier 4. La prise en charge des soins 5. Conditions de prise en charge des soins hospitaliers MÉDICAMENTS 2. Définitions 3. Réglementation applicable aux médicaments 3.1. Autorisation de mise sur le marché (AMM) ou autorisation d importation 3.2. Autorisation temporaire d utilisation (ATU) BO Santé Protection sociale Solidarités n o 2009/11 du 15 décembre 2009, Page 200.

7 4. Conditions de prise en charge par l assurance maladie 4.1. Médicaments dispensés en établissement de santé 4.2. Médicaments dispensés en ville : liste des spécialités pharmaceutiques remboursables aux assurés sociaux (article L du CSS) PARCOURS DE SOINS COORDONNÉS 2. Définition 3. Principes 3.1. Champ d application 3.2. Le médecin traitant 4. Les différentes situations du parcours de soins 4.1. Le patient est dans le parcours de soins dans les cas suivants 4.2. Le patient est hors parcours de soins dans les cas suivants 5. Les dispositions financières applicables 5.1. Lorsque le patient est dans le parcours de soins 5.2. Lorsque le patient est hors parcours de soins PARTICIPATION FORFAITAIRE DE 1 2. Principes de la participation forfaitaire de Champ d application 2.2. Plafonnement de la participation forfaitaire 3. Modalités de prélèvement PRISES EN CHARGE DE MOINS D UNE JOURNÉE 2. Définition 3. Conditions de facturation 3.1. Prise en charge de moins d une journée dans une unité d hospitalisation de courte durée 3.2. Prise en charge de moins d une journée hors unité d hospitalisation de courte durée (UHCD) 4. Situations correspondant à la facturation des forfaits SE ou FFM RÉTROCESSION DES MÉDICAMENTS 2. Définition 3. Liste des médicaments rétrocédables 3.1. Médicaments pouvant être inscrits sur la liste de rétrocession 3.2. Sont inscrits d office sur la liste (R ) 3.3. Cas particuliers 4. Modalités de remboursement et de facturation des médicaments rétrocédés 4.1. Fixation du prix de cession au public 4.2. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) 4.3. La marge forfaitaire 4.4. Modalités de facturation 4.5. Cas particuliers SERVICES MOBILES D URGENCE (SMUR) 2. Mission et organisation des SAMU et des SMUR BO Santé Protection sociale Solidarités n o 2009/11 du 15 décembre 2009, Page 201.

8 2.1. Les services d aide médicale urgente (SAMU) 2.2. Les services mobiles d urgences et de réanimation (SMUR) 3. Modalités de facturation des transports d urgence 3.1. Les transports primaires 3.2. Les transports secondaires TARIFS DE PRESTATIONS 2. Définition 2.1. Les tarifs d hospitalisation 2.2. Les tarifs du SMUR 2.3. Les tarifs des unités de soins de longue durée (USLD) 2.4. Le régime d hospitalisation 3. Utilisation des tarifs de prestations 4. Modalités de décompte des tarifs journaliers de prestations 4.1. En hospitalisation complète 4.2. En hospitalisation partielle ou pour les séances 4.3. Les transferts dans un autre établissement TICKET MODÉRATEUR FORFAITAIRE DE Définition 3. Cas dans lesquels le ticket modérateur forfaitaire de 18 est dû 3.1. Patients redevables du TMF de Actes donnant lieu à application du TMF de Cas dans lesquels le ticket modérateur forfaitaire de 18 n est pas dû (article R du CSS) SIGLES BO Santé Protection sociale Solidarités n o 2009/11 du 15 décembre 2009, Page 202.

9 ACCIDENTS DU TRAVAIL (AT) Code de la sécurité sociale (CSS) Articles L (définition de l accident du travail), L (prestations prises en charge), L (versement aux établissements des remboursements relatifs aux prestations en nature), L , L (frais d hospitalisation dans un établissement privé). Articles L (obligation de délivrance par l employeur d une feuille d accident nécessaire à la prise en charge des soins), R et R (modalités d utilisation de la feuille accident du travail). Article R (carte Vitale et demande de prise en charge). Circulaires Circulaire n o 122 du 15 novembre 1985 relative aux délais de transmission des informations de séjour en cas de demande de prise en charge (règle du délai de quarante-cinq jours). Circulaire DSS/2A/DHOS/F3 n o du 3 juillet 2006 relative à la mise en œuvre dans les établissements de santé du ticket modérateur forfaitaire. 2. La gestion du risque «accidents de travail» (AT) 2.1. Généralités Le risque AT couvre la totalité des frais d hospitalisation, y compris le forfait journalier hospitalier. Par ailleurs, les assurés du régime général notamment ne sont pas concernés par le ticket modérateur forfaitaire (18 ) pour les actes supérieurs à 91, prévu par l article R du code de la sécurité sociale (cf. fiche). A la différence des autres risques, le risque AT n est pas systématiquement pris en charge par les régimes d assurance maladie. Dans certains cas, d autres organismes se substituent aux régimes d assurance maladie, par exemple : certains employeurs gèrent eux-mêmes ce risque (exemple : les établissements publics de santé) ; les assurés non salariés peuvent souscrire une assurance privée (exemple : les exploitants agricoles, les travailleurs indépendants) Rôle de l hôpital Lors de l admission du patient, qu il s agisse de consultations externes, y compris dans les services d urgence, ou d hospitalisation, il convient de recueillir avec exactitude la date de l accident du travail et les références de l employeur (nom, adresse, numéro de téléphone) et de se procurer le plus rapidement possible la feuille d accident du travail délivrée par l employeur (anciennement dénommée «triptyque accident du travail»). Dans tous les cas, le patient doit présenter cette feuille d accident du travail établie par l employeur, qu il s agisse des premiers soins ou de suite de soins. Le renouvellement de la feuille est réalisé par la caisse d assurance maladie. En l absence de ce document, le patient doit demander à l employeur de fournir ce document sous quarante-huit heures. Il est très fréquent que le patient dispose de ce document immédiatement après l accident. Dans le cas de suite de soins, il est nécessaire de demander un certificat de suite d accident du travail, précisant que les soins ou l hospitalisation sont bien en rapport avec l accident du travail cités dans la feuille de l employeur. Dans toutes les hypothèses, la carte Vitale et une pièce d identité doivent être utilisées pour recueillir les informations relatives aux coordonnées de la personne Rôle des caisses d assurance maladie L ouverture des droits La dispense de demande de prise en charge qui prévaut pour les risques maladie et maternité ne s applique pas au risque «accident du travail». Des demandes de prise en charge doivent donc être systématiquement effectuées auprès de la caisse pivot, qui les ventile vers les caisses gestionnaires concernées. Rôle des caisses gestionnaires et de la caisse pivot Les caisses gestionnaires vérifient si l hospitalisation est en rapport avec la déclaration d accident par l employeur. BO Santé Protection sociale Solidarités n o 2009/11 du 15 décembre 2009, Page 203.

10 La caisse pivot dispose d un délai de cinquante jours (45 jours + 5 jours à compter de la réception des demandes de prise en charge) pour faire parvenir aux hôpitaux les réponses des organismes gestionnaires. Au-delà de ce délai, la prise en charge est présumée acquise, conformément au principe des accords tacites (cf. circulaire ministérielle n o 122 du 15 novembre 1985) : l hôpital peut facturer en AT, sauf si l organisme gestionnaire, qui n a pu traiter la demande dans le délai de cinquante jours, lui adresse, par l intermédiaire de la caisse pivot, une décision suspensive. 3. Les accidents gérés par les employeurs, des assurances privées ou des régimes autres que le régime général La prise en charge doit être demandée directement auprès de l organisme gérant le risque. Pour les principaux régimes d assurance maladie autres que le régime général, les modalités sont les suivantes : régime des exploitants agricoles : depuis le 1 er avril 2002, il existe une assurance AT/MP obligatoire pour les exploitants agricoles (les salariés agricoles bénéficient du risque AT) ; régime des indépendants (RSI) : le risque AT n est pas couvert, les assurés doivent souscrire une assurance privée ; SNCF, RATP : le risque AT est couvert par ces régimes ; fonctionnaires : le risque AT est géré par l employeur ; personnel de la Banque de France : le risque AT est géré par l employeur ; Caisse autonome de sécurité sociale dans les mines : gestion du risque AT par l employeur pour les agents des houillères ou par les sociétés de secours minières (potasse, fer, ardoisières) ; Caisse d assurance maladie des cultes (CAMAC) : le risque AT n est pas couvert. 4. Facturation des frais de soins Si le régime ou l organisme sollicité a donné un accord de prise en charge, le séjour lui est facturé, conformément aux règles qui lui sont applicables. En cas de refus, le séjour est pris en charge au titre du risque maladie, le ticket modérateur et/ou le forfait journalier devant être, le cas échéant, facturé(s) au patient ou à son organisme complémentaire. ACTIVITÉ LIBÉRALE DES PRATICIENS STATUTAIRES EXERÇANT À TEMPS PLEIN DANS LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE (EPS) Code de la santé publique (CSP) Partie législative : articles L (sanctions), L (information des usagers), L , L , L (activités exclues de l activité libérale) ; articles L à L (conditions d exercice de l activité libérale). Partie réglementaire : articles R et suivants, R (exercice de l activité libérale), R à R (redevances) ; articles D à D (redevances) et D et suivants (commission d activité libérale). Article L Code de la sécurité sociale (CSS) Arrêtés Arrêté du 15 mai 2008 fixant la liste des actes mentionnés au deuxième alinéa du 3 o de l article D du code de la santé publique. Arrêté du 2 octobre 2008 fixant le seuil prévu à l article L Circulaires Circulaire n o DH/AF3/2000/280 du 25 mai 2000 relative à l assujettissement à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de certaines prestations offertes par les établissements de santé. Circulaire DHOS/F4/M2/DGCP/6B n o du 26 novembre 2001 relative à l application des dispositions relatives à l activité libérale dans les établissements publics de santé pour le recouvrement des honoraires des praticiens. Circulaire DHOS/M2 n o du 14 octobre 2005 relative au contrôle de l activité libérale. Circulaire DHOS/M3 n o du 16 octobre 2008 relative à l application des décrets n o du 15 mai 2008 et n o du 14 octobre 2008 relatifs à la redevance due à l hôpital par les praticiens statutaires à temps plein exerçant une activité libérale dans les établissements publics de santé. BO Santé Protection sociale Solidarités n o 2009/11 du 15 décembre 2009, Page 204.

11 Convention nationale organisant les rapports entre les médecins libéraux et l assurance maladie approuvée par arrêté du 3 février 2005 et ses avenants. 2. Modalités d exercice de l activité libérale dans les EPS Les praticiens statutaires exerçant à temps plein sont autorisés à exercer une activité libérale dans l établissement public de santé où ils sont nommés (art. L du CSP), dès lors que l intérêt du service public hospitalier n y fait pas obstacle. Ils doivent à cet effet conclure un contrat d activité libérale, le bon déroulement de cette activité étant soumis au contrôle d une commission d activité libérale Le contrat d activité libérale (art. R et suivants du CSP) Ce contrat décrit les modalités d exercice de l activité libérale ; il est conclu entre le praticien concerné et l établissement public de santé (EPS), sur la base du contrat type prévu par l article R , annexe 61-2 du CSP. Il doit être approuvé par le directeur de l agence régionale de l hospitalisation après avis du conseil d administration et de la commission médicale d établissement (art. R du CSP), pour une durée de cinq ans renouvelable. L approbation vaut autorisation d exercice de l activité libérale. Cette autorisation peut être suspendue ou retirée par le directeur de l agence régionale d hospitalisation, après avis ou sur proposition de la commission d activité libérale, lorsque le praticien méconnaît ses obligations La commission de l activité libérale Dans chaque EPS où s exerce une activité libérale, une commission de l activité libérale doit veiller au bon déroulement de cette activité : respect des dispositions législatives et réglementaires et des stipulations des contrats des praticiens (cf. art. R et suivants et D et suivants du CSP). 3. Activités concernées L activité libérale peut concerner les consultations externes, les actes médico-techniques et les soins en hospitalisation (art. L du CSP). Toutefois : le praticien hospitalier qui exerce une activité libérale doit exercer personnellement et à titre principal une activité de même nature dans le secteur hospitalier public ; la durée de l activité libérale ne doit pas dépasser 20 % de la durée du service hospitalier hebdomadaire à laquelle sont astreints les praticiens ; les périodes, demi-périodes ou fractions de temps correspondant à l activité libérale doivent être clairement identifiées dans le tableau de service nominatif ; le nombre de consultations et le volume d actes effectués au titre de l activité libérale doivent être inférieurs au nombre de consultations et au volume d actes effectués au titre de l activité publique. Le volume des actes correspond, selon le cas, aux coefficients affectés aux lettres-clés figurant dans la nomenclature générale des actes professionnelles (NGAP) ou à la valorisation tarifaires des actes codés par la classification commune des actes médicaux (CCAM). Sont exclues de l activité libérale et ne peuvent donner lieu à rémunération à l acte : les prélèvements d organes (art. L du CSP) ; les greffes d organes (art. L ) ; les prélèvements de tissus en vue de dons (art. L du CSP) ; les activités de recueil, traitement, conservation et cession de gamètes (art. L du CSP). Enfin, «aucun lit ni aucune installation médico-technique ne doit être réservé à l exercice de l activité libérale». 4. Conditions d accès aux soins exercés dans le cadre de l activité libérale d un praticien Les patients peuvent demander à être soignés ou hospitalisés dans le cadre de l activité libérale d un praticien statutaire exerçant à temps plein. Celui-ci doit respecter les obligations prévues, notamment à l article L du CSP (cf. modalités en annexe) : information écrite préalable du patient sur le tarif des actes effectués, le montant du dépassement éventuel et les conditions de leur remboursement par l assurance maladie. Cette information doit également être fournie lorsque des actes hors nomenclature sont réalisés ; affichage, de façon visible et lisible (dans la salle d attente ou, à défaut, dans le lieu d exercice), des tarifs des honoraires pratiqués, dépassements éventuels compris. Le praticien est également tenu de fixer ses honoraires avec tact et mesure (art. R du CSP). En cas d hospitalisation, si le patient souhaite être traité en secteur libéral, il (ou un ayant droit) doit formuler cette option par écrit, dès son entrée, après qu il a pris connaissance des conditions particulières qu implique son choix (1). A défaut, la responsabilité de l établissement peut être mise en cause. (1) CAA Marseille, Assistance publique de Marseille c/mme Tronçon, 7 avril BO Santé Protection sociale Solidarités n o 2009/11 du 15 décembre 2009, Page 205.

12 Le dossier d admission est constitué dans les mêmes conditions que celles applicables aux admissions dans le secteur public. Les frais d hospitalisation sont également calculés et valorisés selon les mêmes modalités, le praticien encaissant ses honoraires en sus. A noter : aucun patient ne peut être transféré du secteur d activité libérale d un praticien hospitalier s il a été admis au titre du secteur public, et inversement, sauf demande motivée du patient (ou de ses ayants droit) et après avis du chef de service (art. R du CSP) ; pour les bénéficiaires de la CMU complémentaire (CMUc), les médecins doivent appliquer le tarif de remboursement de l assurance maladie. 5. Modalités d encaissement des honoraires du praticien Les praticiens exerçant une activité libérale peuvent percevoir leurs honoraires soit directement, soit par l intermédiaire de l administration de l hôpital (cf. schéma en annexe) Directement Les praticiens doivent transmettre au directeur de l hôpital un état récapitulatif de leur activité libérale, cet état devant faire figurer au regard de chaque acte (lettres clés de la NGAP ou code regroupement de la CCAM) ou consultation, les honoraires correspondants et le cas échéant les dépassements Par l intermédiaire de l administration de l hôpital Dans ce cas, les sommes sont encaissées par le régisseur de l établissement, qui les enregistre sur un quittancier particulier et les reverse au comptable du Trésor aux fins de comptabilisation sur le compte «Comptes individuels des praticiens». L établissement reverse mensuellement les honoraires encaissés au praticien. Les actes non encaissés ou partiellement encaissés en régie donnent lieu à émission, par l établissement, d un avis de recouvrement spécifique (1) à l encontre du patient concerné ; cet avis de recouvrement précise notamment le nom et l adresse du patient, la date et la nature de l acte, le montant des honoraires. Les praticiens doivent transmettre le même état récapitulatif que celui établi par les praticiens encaissant directement leurs honoraires Pour les patients assurés sociaux Le praticien doit établir une feuille de soins et y porter la cotation des actes réalisés et l intégralité des honoraires demandés : si le patient a réglé la totalité de ses soins, le praticien (ou l établissement si l encaissement a été effectué par son intermédiaire) lui remet la feuille de soins, à charge pour lui d en demander le remboursement à l assurance maladie ; si le patient a été dispensé de l avance des frais, le praticien (ou l établissement si l encaissement a été effectué par son intermédiaire) transmet la feuille de soins à l organisme gestionnaire dont dépend le patient. Les éventuels dépassements d honoraires restent à la charge du patient ou de son organisme complémentaire. Parallèlement, tous les six mois, les organismes d assurance maladie communiquent au directeur de l établissement et au président de la commission d activité libérale, les informations sur les honoraires, le nombre et le volume des actes effectués par les praticiens concernés (art. L du CSP). 6. La redevance due à l hôpital par les praticiens hospitaliers à temps plein exerçant une activité libérale dans les EPS 6.1. Actes soumis à redevance En contrepartie du service rendu par l établissement au praticien, autorisé à percevoir une rémunération à l acte tout en bénéficiant des installations et du personnel de l EPS (2), l activité libérale donne lieu au versement d une redevance (art. L du CSP). Cette redevance, assujettie à la TVA de 19,6 %, est fixée en pourcentage des honoraires perçus par le praticien, dépassements éventuels compris (art. D du CSP). Ce pourcentage est égal (art. D du CSP) : pour les consultations, à : 16 % pour les centres hospitaliers universitaires ; 15 % pour les centres hospitaliers ; pour les actes autres que les actes d imagerie, de radiothérapie, de médecine nucléaire, de biologie, à : 28 % pour les centres hospitaliers universitaires ; (1) Ces avis de recouvrement ne donnent pas lieu à prise en charge budgétaire. (2) Décisions du Conseil d Etat n os et BO Santé Protection sociale Solidarités n o 2009/11 du 15 décembre 2009, Page 206.

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE

Plus en détail

Organisation du processus de facturation hospitalière. Guide de facturation. Procédures d admission des patients

Organisation du processus de facturation hospitalière. Guide de facturation. Procédures d admission des patients Organisation du processus de facturation hospitalière Guide de facturation Procédures d admission des patients Avant-propos La mise en œuvre de la tarification à l activité et la réforme du régime budgétaire

Plus en détail

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé Selfassurance Santé Questions/Réponses 1. Souscrire une assurance santé Les différents Régimes Obligatoires Le Régime Obligatoire d assurance maladie de Sécurité sociale française dont relève l assuré

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau couverture maladie universelle

Plus en détail

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU LA COMPLÉMENTAIRE CMU La complémentaire CMU (Couverture maladie universelle) est une protection maladie complémentaire de service public, gratuite, sous condition de ressources, dont le contenu est défini

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L

Plus en détail

Ateliers Santé Ville de Marseille

Ateliers Santé Ville de Marseille Ateliers Santé Ville de Marseille QUESTIONS-REPONSES SUR LES DROITS A LA COUVERTURE MALADIE Dernière mise à jour : 30 janvier 2008 Ce document est destiné aux professionnels concernés par les questions

Plus en détail

SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES I. DÉPLACEMENTS PENDANT LA JOURNÉE 302. 1 - Déplacements des élèves des collèges 2 - Déplacements des élèves des lycées

SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES I. DÉPLACEMENTS PENDANT LA JOURNÉE 302. 1 - Déplacements des élèves des collèges 2 - Déplacements des élèves des lycées F I C H E 3 7 SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES I. DÉPLACEMENTS PENDANT LA JOURNÉE 302 1 - Déplacements des élèves des collèges 2 - Déplacements des élèves des lycées II. SORTIES ET VOYAGES COLLECTIFS D ÉLÈVES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-390 du 3 avril 2015 autorisant les traitements de données à caractère

Plus en détail

Le service social hospitalier. Le financement des soins. L accueil des personnes âgées en résidence d hébergement. L accueil des personnes handicapées

Le service social hospitalier. Le financement des soins. L accueil des personnes âgées en résidence d hébergement. L accueil des personnes handicapées Le service social hospitalier Le financement des soins L accueil des personnes âgées en résidence d hébergement. L accueil des personnes handicapées Intervention IFAS 10/09/2015 MP Hervé 1. Le service

Plus en détail

CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT «Etablissements hospitaliers 1»

CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT «Etablissements hospitaliers 1» CONVENTION DE DÉLÉGATION DE PAIEMENT «Etablissements hospitaliers 1» ENTRE : (nom de l établissement ou du groupement d établissements) Sis au Représenté par.. en qualité de. et dûment mandaté à cet effet,

Plus en détail

LE REGLEMENT MUTUALISTE OBLIGATIONS DE LA MUTUELLE ET DE SES ADHERENTS

LE REGLEMENT MUTUALISTE OBLIGATIONS DE LA MUTUELLE ET DE SES ADHERENTS LE REGLEMENT MUTUALISTE OBLIGATIONS DE LA MUTUELLE ET DE SES ADHERENTS Le règlement mutualiste établi en conformité avec l article 4 des statuts de la M.F.C., fixe les rapports entre la mutuelle et ses

Plus en détail

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE N 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL POUR LA COUVERTURE DU RISQUE HOSPITALISATION TITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX ARTICLE 1-1 CATÉGORIES COUVERTES Sont admis à bénéficier des

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE Entériné par l Assemblée Générale du 1 er juin 2013

REGLEMENT MUTUALISTE Entériné par l Assemblée Générale du 1 er juin 2013 REGLEMENT MUTUALISTE Entériné par l Assemblée Générale du 1 er juin 2013 Chapitre I. Dispositions générales Article 1. Caractère interprofessionnel de la mutuelle La mutuelle accepte les adhésions des

Plus en détail

Le droit de choisir librement le praticien, l établissement et les prestations L admission en établissement de santé ou médico-social

Le droit de choisir librement le praticien, l établissement et les prestations L admission en établissement de santé ou médico-social Le droit de choisir librement le praticien, l établissement et les prestations L admission en établissement de santé ou médico-social Sommaire : Comment s organise la délivrance des soins en prison?. Erreur!

Plus en détail

Parcours d accès aux carrières territoriales (PACTE)

Parcours d accès aux carrières territoriales (PACTE) Parcours d accès aux carrières territoriales (PACTE) Textes de référence Lois 84-23 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale, et notamment son article

Plus en détail

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative)

CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative) CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (Nouvelle partie Législative) Première partie : Protection générale de la santé Livre I er Protection des personnes en matière de santé Titre I er Droits des personnes malades

Plus en détail

protection juridique

protection juridique ATMP 14 ASSOCIATION TUTÉLAIRE DES MAJEURS PROTÉGÉS DU CALVADOS Flickr protection juridique des majeurs Résumé des principales dispositions de la loi du 5 mars 2007. La protection des majeurs est instaurée

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats

Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats Décret n 2008-355 du 11 Février 2008, relatif à l organisation et au fonctionnement de la caisse de prévoyance Et de retraite des avocats Le Président de la République; Sur proposition du ministre des

Plus en détail

LE RAISONNEMENT ET LA DECISION EN MEDECINE : LES BASES EN ASSURANCE MALADIE

LE RAISONNEMENT ET LA DECISION EN MEDECINE : LES BASES EN ASSURANCE MALADIE LE RAISONNEMENT ET LA DECISION EN MEDECINE : LES BASES EN ASSURANCE MALADIE Dr J. BEZ, Médecin Conseil Chef du Service Médical de la Haute-Garonne CNAMTS Le Service du Contrôle Médical de l Assurance Maladie

Plus en détail

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 Siège social : 37 Quai d Orsay 75007 PARIS Relevant des Livres I et II du code de la Mutualité RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 SERVICES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE. Direction de l administration générale du personnel et du budget. Service des ressources humaines

ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE. Direction de l administration générale du personnel et du budget. Service des ressources humaines ADMINISTRATION ADMINISTRATION GÉNÉRALE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Direction

Plus en détail

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux LA CMU COMPLÉMENTAIRE

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux LA CMU COMPLÉMENTAIRE couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux LA CMU COMPLÉMENTAIRE Juillet 2015 LA CMU COMPLÉMENTAIRE La CMU complémentaire offre une couverture maladie complémentaire

Plus en détail

- agression ou voie de fait subie par l agent et en relation directe avec son travail. I - FORMALITES A REMPLIR ET CONSTITUTION DU DOSSIER

- agression ou voie de fait subie par l agent et en relation directe avec son travail. I - FORMALITES A REMPLIR ET CONSTITUTION DU DOSSIER Nice, le 02 février 2009 L Inspecteur d Académie Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale à Mesdames et Messieurs les Directeurs I nspection Académique des Alpes-Maritimes Boulevard

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Mrs les Directeurs Date : Mrs les Agents Comptables 24/01/86 des Caisses Régionales d'assurance Maladie

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau des prestations familiales

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Les prérogatives du mineur sur sa santé

Les prérogatives du mineur sur sa santé 5e Rencontres médico-juridico-sociales autour de l enfant Protection de l enfance et santé Les prérogatives du mineur sur sa santé Claire Quennesson - Doctorante CERFAP Introduction Mineur Personne âgée

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

CROIX-ROUGE FRANÇAISE Hôpital d'enfants Margency. 18, rue Roger Salengro Tél 01 34 27 42 00 95580 - MARGENCY Fax 01 34 27 45 91

CROIX-ROUGE FRANÇAISE Hôpital d'enfants Margency. 18, rue Roger Salengro Tél 01 34 27 42 00 95580 - MARGENCY Fax 01 34 27 45 91 18, rue Roger Salengro Tél 01 34 27 42 00 95580 - MARGENCY Fax 01 34 27 45 91 DOSSIER ADMINISTRATIF DU PATIENT A renvoyer à Christine ANDRIEUX 18, rue Roger Salengro 95580 MARGENCY Tél 01.34.27.42.09 Fax

Plus en détail

CONVENTION TYPE AVEC UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONVENTION TYPE AVEC UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONVENTION TYPE AVEC UN ETABLISSEMENT DE SANTE Entre D une part : L Union Technique de la Mutualité Malienne, dont le siège est à Badalabougou SEMA II rue 134 porte 772, représentée par Monsieur Babassa

Plus en détail

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables 1/ Objet et domaine d application date de mise à jour : 31 juillet 2012 - harmoniser les pratiques et améliorer la coordination entre

Plus en détail

Tout savoir sur l'assurance santé

Tout savoir sur l'assurance santé Tout savoir sur l'assurance santé Protéger votre santé avec Generali Il est important que vous ayez les moyens de rester en bonne santé. Or les frais de santé en France sont de plus en plus élevés. Disposer

Plus en détail

Protection sociale et responsabilité civile en France

Protection sociale et responsabilité civile en France Protection sociale et responsabilité civile en France Comment est assuré l étudiant stagiaire? Tous les stagiaires, sous couvert d une convention de stage, bénéficient d une protection contre le risque

Plus en détail

La Déclaration de grossesse

La Déclaration de grossesse Les démarches pendant la grossesse La Déclaration de grossesse Le médecin ou la sage-femme vous remet un formulaire de déclaration de grossesse avant la fin du 3 e mois de grossesse (lors de la 1 ère consultation.)

Plus en détail

Guide pratique frais de santé

Guide pratique frais de santé www.mutuelle-saint-martin.fr Guide pratique frais de santé Bien vous accompagner dans le quotidien de votre complémentaire santé Mutuelle Saint-Martin Bien vous accompagner dans le quotidien de votre complémentaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ/ECT/4B/AM/S- NOR INT/D/02/00133/C Paris, le 3 JUIN 2002 LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES A

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

MUTUELLE DE PREVOYANCE DES SALARIES M. P. S. REGLEMENT MUTUALISTE

MUTUELLE DE PREVOYANCE DES SALARIES M. P. S. REGLEMENT MUTUALISTE MUTUELLE DE PREVOYANCE DES SALARIES M. P. S. REGLEMENT MUTUALISTE 13, rue de la Mairie 92324 CHATILLON Cedex Tél : 01 42 31 03 03 R.N.M.432 683 787 JUILLET 2008 2 ARTICLE 1 OBJET DE LA GARANTIE Garantie

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

L'ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

L'ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE -------- NOR : DSP0200553DL L'ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, DELIBERATION N 2002-55 APF DU 28 MARS 2002 ----------------------------------------------------------

Plus en détail

- 27 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 27 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 27 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi visant à supprimer les franchises médicales et participations forfaitaires. Réunie le mercredi 4 mars 2015, la commission n a pas adopté de texte sur la proposition

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2011-467 du 27 avril 2011 relatif aux états statistiques des entreprises d assurances, des mutuelles

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Décret n o 2015-1542 du 26 novembre 2015 portant publication de l accord entre le Gouvernement

Plus en détail

Annexes : Tableau récapitulatif des catégories d assurés soumises ou non au parcours de soins.

Annexes : Tableau récapitulatif des catégories d assurés soumises ou non au parcours de soins. MINISTERE DES SOLIDARITES, DE LA SANTE, ET DE LA FAMILLE REPUBLIQUE FRANCAISE DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE Division des affaires communautaires et internationales Le ministre des solidarités, de la

Plus en détail

Le Transport. des assurés sociaux

Le Transport. des assurés sociaux Le Transport des assurés sociaux 1 Arrêtés du 23.12.2006 Prise en charge des frais de transports exposés par les assurés sociaux. Référentiel de prescription des transports. 2 Décret du 10.03.2011 Prise

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL

RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL RÈGLEMENT MUTUALISTE GÉNÉRAL Approuvés par l Assemblée Générale du 7 Décembre 2010 CHAPITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 : Objet Le présent règlement définit le contenu des engagements contractuels

Plus en détail

INSPECTION ACADEMIQUE DE L ALLIER Division des Personnels Septembre 2010 Tableau n 1 : récapitulatif congés de maladie

INSPECTION ACADEMIQUE DE L ALLIER Division des Personnels Septembre 2010 Tableau n 1 : récapitulatif congés de maladie INSPECTION ACADEMIQUE DE L ALLIER Division des Personnels Septembre 2010 Tableau n 1 : récapitulatif congés de maladie Nature du Durée Traitement Modalités et Délais Situation Administrative Observations

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR N NOR : Paris, le LE MINISTRE DE L INTERIEUR A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction

Plus en détail

N DGS/MC1/DGEF/2014/64

N DGS/MC1/DGEF/2014/64 Ministère de l intérieur Direction générale des étrangers en France Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de la santé Instruction interministérielle N DGS/MC1/DGEF/2014/64 du

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Direction

Plus en détail

Loi du pays n 2010-3 du 21 janvier 2010 portant diverses dispositions d ordre fiscal. Chapitre Ier - Dispositions générales.

Loi du pays n 2010-3 du 21 janvier 2010 portant diverses dispositions d ordre fiscal. Chapitre Ier - Dispositions générales. portant création d un régime d aides en faveur des personnes en situation de handicap et des personnes en perte d autonomie Historique : Créée par Complétée par portant création d un régime d aides en

Plus en détail

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT)

sociales (pour information) CIRCULAIRE DGS(SD6/A)/DGAS/DSS/2002/551 / du 30 octobre 2002 relative aux appartements de coordination thérapeutique (ACT) Le Ministre de la Santé, de la Famille Et des personnes Handicapées A Mesdames et Messieurs les Préfets de région Direction régionales des affaires sanitaires et sociales Mesdames et Messieurs les Préfets

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

LA CMU COMPLÉMENTAIRE

LA CMU COMPLÉMENTAIRE Vous êtes artisan ou commerçant, le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. Vous exercez une profession libérale, le RSI gère votre assurance

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

A - ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE. Loi de financement de la sécurité sociale

A - ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE. Loi de financement de la sécurité sociale I MAJ.09-2015 SOMMAIRE A - ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET CONTENTIEUX ORGANISATION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Tutelle Loi de financement de la sécurité sociale Organigramme général Organisation de

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

STAGES ETUDIANTS EN ENTREPRISE

STAGES ETUDIANTS EN ENTREPRISE STAGES ETUDIANTS EN ENTREPRISE CHAPITRE I : PREAMBULE Une charte des stages étudiants en entreprise a été rédigée par les services de l Etat, les représentants des entreprises, des établissements d enseignement

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE INTRODUCTION Ce règlement, adopté en séance plénière du 22 juin 2009, fixe, à

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès

Plus en détail

Demande de pension À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ

Demande de pension À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ cerfa N 12231*03 À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ Pour remplir ce formulaire, consultez la notice jointe Envoyez ce formulaire et les documents

Plus en détail

garanties décès Vos Référence : 0004787 OCIRP NOVALIS Prévoyance NOVALIS Prévoyance verse des prestations en cas : de décès du participant,

garanties décès Vos Référence : 0004787 OCIRP NOVALIS Prévoyance NOVALIS Prévoyance verse des prestations en cas : de décès du participant, NOVALIS Prévoyance Institution de prévoyance régie par le Code de la Sécurité sociale Vos garanties décès Référence : 0004787 OCIRP NOVALIS Prévoyance verse des prestations en cas : de décès du participant,

Plus en détail

CONVENTION REGIONALE AUDIOPROTHESISTES

CONVENTION REGIONALE AUDIOPROTHESISTES CONVENTION REGIONALE AUDIOPROTHESISTES Entre : LA CAISSE RÉGIONALE d'assurance MALADIE ALSACE-MOSELLE à STRASBOURG LA CAISSE de MUTUALITÉ SOCIALE AGRICOLE d ALSACE à COLMAR LA CAISSE de MUTUALITÉ SOCIALE

Plus en détail

Version approuvée par l Assemblée Générale du 26/06/2009

Version approuvée par l Assemblée Générale du 26/06/2009 Règlement Mutualiste Version approuvée par l Assemblée Générale du 26/06/2009 Le présent règlement mutualiste présente le contenu et la durée des engagements existants entre l adhérent et la Mutuelle dans

Plus en détail

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat

Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat ou d un magistrat Nous sommes là pour vous aider Demande de retraite d un fonctionnaire de l Etat Articles D.1 et D.21 du code des pensions civiles et militaires de retraite Important : ce formulaire est réservé aux personnels

Plus en détail

Mots-clés : Taxe de solidarité additionnelle aux cotisations d'assurance dite «taxe CMU» Contribution CMU Organismes complémentaires.

Mots-clés : Taxe de solidarité additionnelle aux cotisations d'assurance dite «taxe CMU» Contribution CMU Organismes complémentaires. 1 Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l'etat Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Direction

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession de diététicien de libre pratique

CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession de diététicien de libre pratique REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de la Santé Publique La Sous Direction de la Réglementation et du Contrôle des Professions de Santé Tél : 71 561 032 CAHIER DES CHARGES relatif à l exercice de la profession

Plus en détail

Droits et accueil des usagers

Droits et accueil des usagers Système de santé Droits et accueil des usagers Les règles d accessibilité aux informations de santé à caractère personnel Que ce soit lors d une consultation en ville ou, au sein d un établissement de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS

Plus en détail

ANNEXE N 1 TABLEAUX DES MONTANTS OU TAUX DES COTISATIONS ET PRESTATIONS CHAPITRE PREMIER COTISATIONS

ANNEXE N 1 TABLEAUX DES MONTANTS OU TAUX DES COTISATIONS ET PRESTATIONS CHAPITRE PREMIER COTISATIONS ÉTRANGER FRANCE et MONACO ANNEXE N 1 TABLEAUX DES MONTANTS OU TAUX DES COTISATIONS ET PRESTATIONS CHAPITRE PREMIER COTISATIONS I. MEMBRES PARTICIPANTS CATÉGORIES ASSIETTE DE LA COTISATION DE BASE TAUX

Plus en détail

Introduction. Introduction. Pulinx Erlend - INAMI - formation soins de santé 25/09/08 section CPAS 1 ASSURANCE OBLIGATOIRE SOINS DE SANTE

Introduction. Introduction. Pulinx Erlend - INAMI - formation soins de santé 25/09/08 section CPAS 1 ASSURANCE OBLIGATOIRE SOINS DE SANTE ASSURANCE OBLIGATOIRE SOINS DE SANTE Introduction L assurance obligatoire soins de santé et indemnités est une branche de la sécurité sociale à côté des branches relatives aux: - accidents de travail et

Plus en détail

LES FRAIS D HEBERGEMENT EN EHPAD PERSONNES AGEES

LES FRAIS D HEBERGEMENT EN EHPAD PERSONNES AGEES LES FRAIS D HEBERGEMENT EN EHPAD PERSONNES AGEES CONDITIONS GENERALES Age : art. L 113-1 du CASF Toute personne âgée de 65 ans ou 60 ans en cas d inaptitude, peut bénéficier de l Aide Sociale pour la prise

Plus en détail

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE

Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE Fonds européen pour les réfugiés Les prestations sociales LA COUVERTURE MALADIE La Convention de Genève reconnaît aux réfugiés les mêmes droits qu'aux nationaux en matière d'assistance publique et de sécurité

Plus en détail

ZOAST (ZONE ORGANISÉE D ACCÈS AUX SOINS TRANSFRONTALIERS)

ZOAST (ZONE ORGANISÉE D ACCÈS AUX SOINS TRANSFRONTALIERS) ZOAST La convention «ZOAST Ardennes» met en œuvre des dispositifs de simplifications administrative et financière en matière d accès aux soins à l étranger. Celle-ci garantit aux patients, dans le cadre

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

LA DRC EST À VOTRE DISPOSITION POUR REPONDRE A VOS QUESTIONS L ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE

LA DRC EST À VOTRE DISPOSITION POUR REPONDRE A VOS QUESTIONS L ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE LA DRC EST À VOTRE DISPOSITION POUR REPONDRE A VOS QUESTIONS L ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE DE BASE LES QUESTIONS ESSENTIELLES POUR UN PROFESSIONNEL DE LA SANTE DANS LE SECTEUR PUBLIC Q 1- Qu est ce que

Plus en détail

Offre MMJ - Ouverture

Offre MMJ - Ouverture M U T U E L L E D U M I N I S T E R E D E L A J U S T I C E Bulletin d adhésion Offre MMJ - Ouverture MES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Merci de renseigner les informations demandées EN LETTRES CAPITALES N

Plus en détail

Manuel de Gestion Agents affiliés à la CNRACL

Manuel de Gestion Agents affiliés à la CNRACL GRAS SAVOYE PÔLE COLLECTIVITES LOCALES & ETABLISSEMENTS PUBLICS Filière Statutaire Manuel de Gestion Gestion de votre contrat d assurance statutaire GUIDE PRATIQUE Sommaire Maladie ordinaire Longue maladie,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 8233. ENTREPRISES DE TRAVAUX AGRICOLES ET RURAUX (Haute-Normandie) (3 juillet 1970)

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

Article II. ORGANISATION DES INSCRIPTIONS

Article II. ORGANISATION DES INSCRIPTIONS Adopté au Conseil Municipal du 9 février 2015 Article I. PRÉSENTATION La Mairie de Montmorency propose aux enfants montmorencéens de partir en séjour pendant les vacances scolaires. Les vacances constituent

Plus en détail

ASSURANCE COMPLEMENTAIRE FRAIS DE SANTE RELEVANT DE L ACCORD DE LA CHAMPAGNE DELIMITEE

ASSURANCE COMPLEMENTAIRE FRAIS DE SANTE RELEVANT DE L ACCORD DE LA CHAMPAGNE DELIMITEE ASSURANCE COMPLEMENTAIRE FRAIS DE SANTE GUIDE DE L EMPLOYEUR RELEVANT DE L ACCORD DE LA CHAMPAGNE DELIMITEE POUR LES SALARIES NON CADRES DES EXPLOITATIONS ET CUMA VITICOLES DU 8 JUILLET 2009 A effet du

Plus en détail

CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES

CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES Décret exécutif n 07-321 du 10 Chaoual 1428 correspondant au 22 octobre 2007 portant organisation et fonctionnement des établissements hospitaliers privés.... Le Chef du Gouvernement, Sur le rapport du

Plus en détail

1 sur 5 28/02/2012 11:15

1 sur 5 28/02/2012 11:15 1 sur 5 28/02/2012 11:15 Direction Juridique et Réglementation Nationale Département réglementation national Circulaire n 2012/17 du 14 février 2012 Caisse nationale d'assurance vieillesse Direction des

Plus en détail

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique PROTOCOLE Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte Les objectifs Les bénéficiaires Les étapes de la prise

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE SE SOIGNER A MOINDRE FRAIS... 2 La CMU de BASE... 3 LA CMU COMPLEMENTAIRE... 5 L ACS... 7 TABLEAU... 8 L'AME... 9 LE CMP...

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana --------- MINISTERE DE LA POPULATION DE LA PROTECTION SOCIALE ET DES LOISIRS ------

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana --------- MINISTERE DE LA POPULATION DE LA PROTECTION SOCIALE ET DES LOISIRS ------ REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana --------- MINISTERE DE LA POPULATION DE LA PROTECTION SOCIALE ET DES LOISIRS ------ MINISTERE DE LA JUSTICE DECRET N 2006-596 du 10 Août 2006

Plus en détail

Convention de stage. 1. L établissement d enseignement ou de formation. Année universitaire :..

Convention de stage. 1. L établissement d enseignement ou de formation. Année universitaire :.. Convention de stage Nota : pour faciliter la lecture du document, les mots «stagiaire», «enseignant référent», «tuteur de stage», «représentant légal», «étudiant» sont utilisés au masculin. 1. L établissement

Plus en détail

MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ÉTAT MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE. à l attention de

MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ÉTAT MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE. à l attention de MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ÉTAT MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE B7 N B9 N 2BPSS N 6BRS N / La ministre du budget, des comptes publics et de la réforme de l'etat, porte-parole

Plus en détail

VOTRE ACTIVITE. Le vendeur colporteur de presse a un statut spécifique, tant sur le plan social et administratif, que sur le plan fiscal.

VOTRE ACTIVITE. Le vendeur colporteur de presse a un statut spécifique, tant sur le plan social et administratif, que sur le plan fiscal. VOTRE ACTIVITE Le vendeur colporteur de presse est un travailleur indépendant qui assure la vente et/ou la distribution de publications quotidiennes nationales, régionales et départementales, ainsi que

Plus en détail