PLACEMENT SOLIDAIRE CREDIT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLACEMENT SOLIDAIRE CREDIT"

Transcription

1 Administration

2 Comment mesurer l impact social? PLACEMENT SOLIDAIRE CREDIT

3

4 UN PLACEMENT SOLIDAIRE Quels moyens? Pour quelle utilisation? 24 millions placés par 2100 coopérateurs 954 crédits solidaires en investis -> 95 prêtés en moyenne en ère mesure de l impact social

5 UN PLACEMENT SOLIDAIRE Affectation des fonds à des projets solidaires Prospérité économique Viabilité du projet Capacité de rembt Capacité de gestion budgétaire Pertinence sociale Autocréation d emploi Création d emploi de qualité Lutte contre l exclusion Cohésion sociale Impact environnemental Processus de production peu énergivore Energies renouvelables Préservation de la biodiversité Education en dvlpt/recherc he Gouvernance Finalité de service aux membres Primauté des personnes et du travail sur le capital Démocratie participative Autonomie de gestion 2 ème mesure de l impact social

6 Comment mesurer l impact social? PLACEMENT SOLIDAIRE CRÉDIT A FINALITE SOCIALE

7 DU CREDIT A FINALITE SOCIALE 1. Sortie régulière d indicateurs chiffrés: Des exemples: emplois créés/conservés/concernés par un financement en %des personnes qui ont obtenu un microcrédit profes. en 2012 étaient chômeurs ou allocataires sociaux Mesures quantitatives de l impact social

8 DU CREDIT A FINALITE SOCIALE Rapport entre les demandeset les crédits accordés, en microcrédit personnel Demandes reçues Demandes ayant fait l objet d un dossier Demandes présentées en comité Nombre de crédits octroyés

9 DU CREDIT A FINALITE SOCIALE 2. Des enquêtes sont réalisées auprès de nos clients: Des exemples: Mesures qualitatives de l impact social Une étude d impact a été réalisée de mai à juillet 2012 auprès des bénéficiaires d un microcrédit professionnelpour tenter de mesurer l impact sociétal de notre action en termes d inclusion sociale, professionnelle et financière 37% de réponses soit 136 personnes

10 DU CREDIT A FINALITE SOCIALE Quelques enseignements: Bien qu on ne dispose pas d informations concernant 20% des entreprises financées entre 2007 et 2011, parmi les 80% restants, le taux de survie s élève à 51%. Taux de survie supérieur parmi : les personnes ayant une expérience préalable dans le secteur les personnes déjà indépendantes au moment de la demande les secteurs du bâtiment et du transport les personnes ayant un niveau de formation plus élevé

11 DU CREDIT A FINALITE SOCIALE Parmi les entreprises mises à l arrêt, le principal motif est l absence de clients. Ce qui rappelle l importance de l étude de marché préalable au lancement d un projet professionnel. Un faible pourcentage (10%) de personnes a une connaissance chiffrée de son chiffre d affaire, ce qui illustre l importance de l accompagnement dans la gestion quotidienne des entrepreneurs durant les deux premières années de leur entreprise 59% des personnes déclarent avoir amélioré leur qualité de vie. Pourtant seules 41% des personnes estiment avoir de meilleurs revenus aujourd hui qu avant le démarrage de leur activité. Etc.

12 DU CREDIT A FINALITE SOCIALE Autre enquête : une étude d impact a été réalisée en juillet 2013 auprès des bénéficiaires ES 2012 de nos crédits (43% de réponses soit 66 entreprises) 1 crédit sur 5 a permis d améliorer le climat général au sein de l entreprise (paiement des salaires, mise en ordre avec l ONSS/PP) L information la plus difficile à fournir est le plan de trésorerie (52%) Etc. -> nécessité de l accompagnement

13 CONCLUSIONS au-delà des chiffres, les enquêtes sont indispensables pour mesurer l impact qualitatif de nos produits et services sur les bénéficiaires et leur entourage, et sur la société, et si nécessaire, les faire évoluer. Toutefois, la mesure de l impact de ses activités doit s accompagner d une analyse prospective des besoins. Gouvernance citoyenne = gage de pérennité de la finalité sociale

14 Crédal est soutenu par : Administration

15 Merci de votre attention

Séminaire Caraïbes. Economie informelle, création d entreprise et pérennité de l emploi: Quel rôle pour la microfinance? 15 et 16 mars 2016

Séminaire Caraïbes. Economie informelle, création d entreprise et pérennité de l emploi: Quel rôle pour la microfinance? 15 et 16 mars 2016 Séminaire Caraïbes Economie informelle, création d entreprise et pérennité de l emploi: Quel rôle pour la microfinance? 15 et 16 mars 2016 1 Un contexte caribéen favorable à la microfinance Des territoires

Plus en détail

ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ

ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ Introduction Cette étude a pour but de dresser un premier bilan de la situation de l entreprenariat féminin à la suite de l obtention

Plus en détail

Salon CREER 13 septembre 2016

Salon CREER 13 septembre 2016 Salon CREER 13 septembre 2016 1- Autonomie & Solidarité, l essentiel 2- Zoom années 2014-2015 3- Grand prix Autonomie & Solidarité Contact Presse : Sandrine Danno Secrétaire Générale sandrine.danno@autonomieetsolidarite.fr

Plus en détail

Stratégie Europe 2020 : 5 objectifs

Stratégie Europe 2020 : 5 objectifs Stratégie Europe 2020 : 5 objectifs Emploi : taux d emploi à 75% Recherche-développement et innovation: 3% du PIB 2Changement climatique et énergie : - 20 % d émission de gaz à effet de serre par rapport

Plus en détail

NOTRE STRATÉGIE POUR MODERNISER LA DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS (2012-2017)

NOTRE STRATÉGIE POUR MODERNISER LA DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS (2012-2017) NOTRE STRATÉGIE POUR MODERNISER LA DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS (2012-2017) VISION : UNE ADMINISTRATION FISCALE MODERNE. VALEURS FONDAMENTALES : Intégrité Honnêteté Équité Disponibilité Compétence Professionnalisme

Plus en détail

Dossier de demande de subvention mécénat Appel à projets «Promouvoir l insertion des femmes en Picardie»

Dossier de demande de subvention mécénat Appel à projets «Promouvoir l insertion des femmes en Picardie» N DOSSIER : Dossier de demande de subvention mécénat Appel à projets «Promouvoir l insertion des femmes en Picardie» Organisme demandeur :. Eligible au mécénat (art. 238 bis du CGI). : Oui Non Intitulé

Plus en détail

LA PLANIFICATION NATIONALE DU DEVELOPPEMENT DE LA RDC

LA PLANIFICATION NATIONALE DU DEVELOPPEMENT DE LA RDC République Démocratique du Congo LA PLANIFICATION NATIONALE DU DEVELOPPEMENT DE LA RDC Par Professeur Jean-Baptiste NTAGOMA Conseiller Principal en charge du Collège Stratégies et Prospectives Economiques,

Plus en détail

«STRATEGIE NATIONALE DE LA MICROFINANCE»

«STRATEGIE NATIONALE DE LA MICROFINANCE» «STRATEGIE NATIONALE DE LA MICROFINANCE» «Contribution de la micro finance au Développement Humain au Maroc Bilan et perspectives» Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales Université Hassan

Plus en détail

Salon des mandataires 13-14 février 2014. Par Philippe BROGNIET, Inspecteur général.

Salon des mandataires 13-14 février 2014. Par Philippe BROGNIET, Inspecteur général. Salon des mandataires 13-14 février 2014 LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LE SURENDETTEMENT EN WALLONIE. QUELLE PLACE POUR LES POUVOIRS LOCAUX? Par Philippe BROGNIET, Inspecteur général. 1

Plus en détail

Evaluation des finances publiques

Evaluation des finances publiques Evaluation des finances publiques à l occasion du projet de budget pour 2016 et du projet de loi de programmation financière pluriannuelle pour la période 2015-2019 Novembre 2015 Structure de l évaluation

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. S. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 6 Appel n o : GE-13-1616 ENTRE : M. S. M. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

AU MALI: Plan de la présentation. Présentation du Doing Business. Objectif et Historique du programme. Mode d intervention. Activités.

AU MALI: Plan de la présentation. Présentation du Doing Business. Objectif et Historique du programme. Mode d intervention. Activités. PROGRAMME DE REFORME AU MALI: AMELIORER LE CLIMAT DES AFFAIRES POUR LE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR PRIVE Mahamoud Magassouba Coordinateur du programme IFC Mali 17 Mars 2011 En partenariat avec: Plan de la

Plus en détail

I.E.P. de Toulouse - Conférences de méthode d économie S4 Séance du 3 avril 2006 - groupes de M. Lang

I.E.P. de Toulouse - Conférences de méthode d économie S4 Séance du 3 avril 2006 - groupes de M. Lang 2.1.1. Le FMI 2.1.2. Le groupe Banque mondiale 2.1.2.1. Composition et fonctionnement La «Banque Mondiale» est, en fait, un groupe comprenant cinq institutions différentes. Les deux plus importantes sont

Plus en détail

FINANCEMENT DES GRANDES INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES EN AFRIQUE DE L OUEST (CEDEAO) : ENJEUX ET PERSPECTIVES

FINANCEMENT DES GRANDES INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES EN AFRIQUE DE L OUEST (CEDEAO) : ENJEUX ET PERSPECTIVES FINANCEMENT DES GRANDES INFRASTRUCTURES HYDRAULIQUES EN AFRIQUE DE L OUEST (CEDEAO) : ENJEUX ET PERSPECTIVES Mahamane Dédéou TOURE Chargé de Programmes Régionaux CCRE-CEDEAO 1 PLAN DE PRESENTATION 1. Contexte

Plus en détail

Le développement durable en Basse-Normandie

Le développement durable en Basse-Normandie Le développement durable en Basse-Normandie Assemblée générale IRD2 18 01 2013 Nouvelles approches, nouveaux chiffres? - Agendas 21, Grenelle de l environnement - Partenariat Insee, Dreal, Régions, SSP

Plus en détail

Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement rural Fonds européen pour la pêche

Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement rural Fonds européen pour la pêche Comité de suivi des programmes européens de la période 2007-2013 Dossier de Presse FSE FEDER FEADER FEP Fonds social européen Fonds européen de développement régional Fonds européen agricole pour le développement

Plus en détail

Présentation des résultats annuels. 10 novembre 2016

Présentation des résultats annuels. 10 novembre 2016 Présentation des résultats annuels 10 novembre 2016 Faits marquants 2016 Baisse de 7 % du chiffre d affaires à 1 278 M due à un environnement défavorable pour l industrie du tourisme en région parisienne

Plus en détail

Ordonnance sur les améliorations structurelles (OAS)

Ordonnance sur les améliorations structurelles (OAS) Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche DEFR Office fédéral de l agriculture OFAG Ordonnance sur les améliorations structurelles (OAS) Initiatives collectives des producteurs

Plus en détail

AVENIR DYNAMIQUE MAÎTRE)

AVENIR DYNAMIQUE MAÎTRE) E MULTITALENTS A (ex UFF AVENIR DYNAMIQUE) (ex UFF AVENIR DYNAMIQUE MAÎTRE) (ex UFF AVENIR FRANCE MAÎTRE) Fonds Commun de Placement Rapport de gestion Exercice clos le 30 septembre 2013 SOCIÉTÉ DE GESTION

Plus en détail

Une méthode inédite de due diligence et d évaluation. A consulter en ligne, l Evaluation de notre «Cause témoin» : L Aide Alimentaire en France

Une méthode inédite de due diligence et d évaluation. A consulter en ligne, l Evaluation de notre «Cause témoin» : L Aide Alimentaire en France Une méthode inédite de due diligence et d évaluation A consulter en ligne, l Evaluation de notre «Cause témoin» : L Aide Alimentaire en France Une méthode inédite de due diligence et d évaluation L Aide

Plus en détail

L entreprise collective partagée: un outil novateur pour l emploi

L entreprise collective partagée: un outil novateur pour l emploi Forum OCE- Service des EdS 21.09.009 L entreprise collective partagée: un outil novateur pour l emploi Par Thierry Pellet, Secrétaire général 1 L économie sociale et solidaire Un troisième secteur économique

Plus en détail

DOING BUSINESS MADAGASCAR Challenges et opportunités. Kampala OUGANDA 11 au 13 mai 2015

DOING BUSINESS MADAGASCAR Challenges et opportunités. Kampala OUGANDA 11 au 13 mai 2015 DOING BUSINESS MADAGASCAR Challenges et opportunités Kampala OUGANDA 11 au 13 mai 2015 Madagascar, fragilisé par la crise politique de 2009. Avant la crise de 2009, 4 réformes réalisés en 2008/2009 =>

Plus en détail

DEMOMED 75 Etude sur la démographie médicale parisienne

DEMOMED 75 Etude sur la démographie médicale parisienne + Unité REMES DEMOMED 75 Etude sur la démographie médicale parisienne RESTITUTION DES RESULTATS 28 janvier 2014 Hôtel de Ville de Paris + Démomed 75 2 1. Contexte, objectifs et méthode de l enquête 2.

Plus en détail

LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE. Support de cours de M. Omar Hemissi

LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE. Support de cours de M. Omar Hemissi LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE Support de cours de M. Omar Hemissi LE MANAGEMENT PUBLIC : UNE NOUVELLE DISCIPLINE LE CONTEXTE : Le management public est avant tout un objet d'études : la

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA BANQUE

L ESSENTIEL DE LA BANQUE PRÉSENTATION Les banques sont le passage obligé du financement d une économie. Sans les banques, pas de financement ; sans financement, pas de capacité d investissement des entreprises car l autofinancement

Plus en détail

Photos : Thinkstock/gettyimages 90%

Photos : Thinkstock/gettyimages 90% Photos : Thinkstock/gettyimages 90% des personnes âgées souhaitent vieillir chez elles malgré la perte d autonomie. L accès de tous aux services à domicile est aujourd hui menacé par manque de financement.

Plus en détail

Ensemble, mobilisons les citoyens pour la transition énergétique!

Ensemble, mobilisons les citoyens pour la transition énergétique! 1 Ensemble, mobilisons les citoyens pour la transition énergétique! Face à l urgence climatique, les territoires se mobilisent pour répondre aux enjeux des crises climatique et énergétique. Les citoyens

Plus en détail

de la population des PME dans l Union l

de la population des PME dans l Union l Définition et dénombrement d statistique de la population des PME dans l Union l européenne enne Anja Sölter Institut de recherche économique sur les PME et l artisanatl Verena Mertins Université de Göttingen

Plus en détail

Présentation Bpifrance Martinique

Présentation Bpifrance Martinique Présentation Bpifrance Martinique 01. Qui sommes-nous? Bpifrance, partenaire de confiance des entrepreneurs Bpifrance accompagne les entreprises de l amorçage jusqu à la cotation en bourse, du crédit aux

Plus en détail

A quoi sert une banque? Emmanuel ALZAR - Directeur CREDIT MUTUEL 24 clos du verger 78480 Verneuil sur Seine

A quoi sert une banque? Emmanuel ALZAR - Directeur CREDIT MUTUEL 24 clos du verger 78480 Verneuil sur Seine A quoi sert une banque? Emmanuel ALZAR - Directeur CREDIT MUTUEL 24 clos du verger 78480 Verneuil sur Seine La Banque? Quelle Banque? Quelques Banques Quelques Banques A quoi sert une banque? La banque

Plus en détail

Mémoire sur le projet de loi 130. Présenté à la Commission parlementaire sur les finances publiques

Mémoire sur le projet de loi 130. Présenté à la Commission parlementaire sur les finances publiques Présenté à la Commission parlementaire sur les finances publiques Le 23 février 2011 Remerciements Nous aimerions remercier les personnes suivantes pour leur collaboration et leurs généreux conseils :

Plus en détail

VÉRIFICATION DES ÉTATS FINANCIERS

VÉRIFICATION DES ÉTATS FINANCIERS VÉRIFICATION DES ÉTATS FINANCIERS En procédant à l inspection des dossiers d une organisation, il y a deux sortes d opérations qui peuvent être faites une révision ou une vérification.. LA RÉVISION Une

Plus en détail

Projet de Renforcement de la Microfinance chez les femmes et les jeunes dans la région MENA

Projet de Renforcement de la Microfinance chez les femmes et les jeunes dans la région MENA Projet de Renforcement de la Microfinance chez les femmes et les jeunes dans la région MENA Premier Forum sur l Education Financière des Micro-Entrepreneurs et des TPE Casablanca 8 Avril 2014 Projet DE

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS DU PREMIER SEMESTRE 2016

CHIFFRES CLÉS DU PREMIER SEMESTRE 2016 CHIFFRES CLÉS DU PREMIER SEMESTRE 2016 (en M ) S1 2015 S1 2016 (1) Variation à changes constants Variation à changes courants Chiffre d affaires hors taxes 37 739 36 289 +2,2% -3,8% Chiffre d affaires

Plus en détail

Alignement des Programmes d action nationaux sur la Stratégie décennale de l UNCCD

Alignement des Programmes d action nationaux sur la Stratégie décennale de l UNCCD Alignement des Programmes d action nationaux sur la Stratégie décennale de l UNCCD Historique 1992- Sommet de Rio naissance de la CCD et de ses sœurs, les Conventions sur la Biodiversité et sur les Changements

Plus en détail

Les achats de l Etat et de ses établissements publics Objectifs et indicateurs

Les achats de l Etat et de ses établissements publics Objectifs et indicateurs Les achats de l Etat et de ses établissements publics Objectifs et indicateurs Guide de la mesure des résultats Le Service des Achats de l État s assure que les achats de l État et de ses établissements

Plus en détail

Périmètre : les associations au cœur de l ESS

Périmètre : les associations au cœur de l ESS La version définitive du projet de loi sur l Économie sociale et solidaire a été adoptée lundi 21 juillet 2014 par le Parlement. Fruit de près de deux ans de réflexion et de travaux auxquels Le Mouvement

Plus en détail

Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme

Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme Stratégie pour déterminer des indicateurs de résultats en évaluation de programme Expérimentation à partir du programme Fluppy Jenny Tremblay Doctorante en Administration et évaluation en éducation, Université

Plus en détail

NOTE DE SERVICE SG/DMC/N2013-0120 Date: 13 mars 2013

NOTE DE SERVICE SG/DMC/N2013-0120 Date: 13 mars 2013 MINISTERE DE L AGRICULTURE DE L'AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORET Secrétariat général 78 rue de Varenne, 75349 Paris 07 SP Délégation à la mobilité et aux carrières Dossier suivi par : Monique BRICAGE Tél.

Plus en détail

Entreprendre dans l Économie Sociale et Solidaire. Forum Osez l entreprise CCI de Grenoble 20 Novembre h00 13h00

Entreprendre dans l Économie Sociale et Solidaire. Forum Osez l entreprise CCI de Grenoble 20 Novembre h00 13h00 Entreprendre dans l Économie Sociale et Solidaire Forum Osez l entreprise CCI de Grenoble 20 Novembre 2014 12h00 13h00 10% de l emploi et 10% du PIB Entreprendre dans l ESS? Entreprendre dans l ESS c est

Plus en détail

Dynamiques de déforestation dans le bassin du Congo 15-16 mai 2013, Kinshasa

Dynamiques de déforestation dans le bassin du Congo 15-16 mai 2013, Kinshasa Dynamiques de déforestation dans le bassin du Congo 15-16 mai 2013, Kinshasa Perspective de la Banque mondiale Benoît Bosquet, Banque mondiale Aperçu 1. Le rôle des forêts dans le développement 2. Le besoin

Plus en détail

Majoration de la contribution patronale d assurance chômage pour les embauches en CDD

Majoration de la contribution patronale d assurance chômage pour les embauches en CDD Chère cliente, cher client, Veuillez trouver ci-dessous le rappel des nouveautés du mois de juillet 2013: 1 ) Définition de la modulation de la contribution patronale d assurance chômage (source URSSAF)

Plus en détail

L Alliance pour l avenir des villes. Projet de texte soumis à la discussion et au débat

L Alliance pour l avenir des villes. Projet de texte soumis à la discussion et au débat Réunion du Groupe consultatif Montréal, Canada - 12-13 juin 2000 CG/2 L Alliance pour l avenir des villes Projet de texte soumis à la discussion et au débat L ALLIANCE POUR L AVENIR DES VILLES L Alliance

Plus en détail

Caritas Habitat : une foncière pour des. projets très sociaux

Caritas Habitat : une foncière pour des. projets très sociaux Caritas Habitat : une foncière pour des projets très sociaux Un besoin urgent d opérations immobilières très sociales Avec la création de Caritas Habitat, le Secours Catholique - Caritas France s engage

Plus en détail

interfédéral de la pauvreté Baromètre Sécurité sociale Service public fédéral DE STAATSSECRETARIS VOOR MAATSCHAPPELIJKE

interfédéral de la pauvreté Baromètre Sécurité sociale Service public fédéral DE STAATSSECRETARIS VOOR MAATSCHAPPELIJKE DE STAATSSECRETARIS VOOR MAATSCHAPPELIJKE INTEGRATIE EN ARMOEDEBESTRIJDING LE SECRETAIRE D ÉTAT À L INTÉGRATION SOCIALE ET À LA LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Service public fédéral Sécurité sociale DIRECTION

Plus en détail

FONDS AFRICAIN DE GARANTIE ET DE COOPERATION ECONOMIQUE (FAGACE) 35 ANS AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE

FONDS AFRICAIN DE GARANTIE ET DE COOPERATION ECONOMIQUE (FAGACE) 35 ANS AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE FONDS AFRICAIN DE GARANTIE ET DE COOPERATION ECONOMIQUE (FAGACE) 1 35 ANS AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT EN AFRIQUE CREATION ET EVOLUTION DU FAGACE 1977-2007 1985 Changement de nom 1985-2000 Réorientation

Plus en détail

Politique d investissement du Fonds de développement des Territoires (FDT)

Politique d investissement du Fonds de développement des Territoires (FDT) Politique d investissement du Fonds de développement des Territoires (FDT) Préambule La politique d investissement de la MRC de Matawinie repose sur la base de la viabilité. Celle-ci est mesurée selon

Plus en détail

Conséquences de la force actuelle du franc pour l industrie MEM. suisse. Enquête Swissmem (avec le soutien de BAK Basel) de février/mars

Conséquences de la force actuelle du franc pour l industrie MEM. suisse. Enquête Swissmem (avec le soutien de BAK Basel) de février/mars Conséquences de la force actuelle du franc pour l industrie MEM suisse Enquête Swissmem (avec le soutien de BAK Basel) de février/mars 2015 1 Quel fut la part de votre chiffre d affaires dans l UE? ¼ des

Plus en détail

Journée d étude ADL. La couveuse d entreprises Les aides financières. 14 juin 2010

Journée d étude ADL. La couveuse d entreprises Les aides financières. 14 juin 2010 Journée d étude ADL La couveuse d entreprises Les aides financières 14 juin 2010 PLAN 1. La couveuse d entreprises 2. Les aides financières destinées à la préparation du projet au démarrage de l entreprise

Plus en détail

Maladies chroniques et invalidité

Maladies chroniques et invalidité CHRONIQUES Associés Regroupement d associations de personnes touchées par une maladie chronique Et Maladies chroniques et invalidité Les Chroniques Associés demandent une amélioration du dispositif complexe

Plus en détail

Mardi 21 juin 2016, Paris Intervenants Stéphane Donné (DSER) Bernard Tapie (DSER) Aude Cournée (DR)

Mardi 21 juin 2016, Paris Intervenants Stéphane Donné (DSER) Bernard Tapie (DSER) Aude Cournée (DR) LA POLITIQUE DE CONTRÔLE ET DE LUTTE CONTRE LA FRAUDE EN BRANCHE FAMILLE ZOOM SUR LES RESSOURCES Mardi 21 juin 2016, Paris Intervenants Stéphane Donné (DSER) Bernard Tapie (DSER) Aude Cournée (DR) SOMMAIRE

Plus en détail

Plan d'actions État / Région dans le cadre de la Stratégie Régionale de l'innovation

Plan d'actions État / Région dans le cadre de la Stratégie Régionale de l'innovation Plan d'actions État / Région dans le cadre de la Stratégie Régionale de l'innovation >> 22 février 2010 Stratégie régionale de l innovation Poitou-Charentes - 2010 Oser l innovation En Poitou-Charentes

Plus en détail

Conférence du Jeudi 14 avril 2016. «Que peut apporter le crowdfunding aux entreprises et aux investisseurs?»

Conférence du Jeudi 14 avril 2016. «Que peut apporter le crowdfunding aux entreprises et aux investisseurs?» Conférence du Jeudi 14 avril 2016 «Que peut apporter le crowdfunding aux entreprises et aux investisseurs?» Sommaire I. Données du marché du crowdfunding II. III. IV. Données du marché du crowdfunding

Plus en détail

Janvier. Horaires des marées 2015 La Rochelle - Pallice. Matin Soir Matin Soir h mn haut. cœf. h mn haut. cœf. h mn haut. h mn haut.

Janvier. Horaires des marées 2015 La Rochelle - Pallice. Matin Soir Matin Soir h mn haut. cœf. h mn haut. cœf. h mn haut. h mn haut. Janvier 1 J 02:03 5.40 59 14:26 5.45 62 07:27 2.00 19:57 1.95 2 V 02:52 5.55 65 15:14 5.60 69 08:30 1.80 20:54 1.75 3 S 03:34 5.65 73 15:53 5.70 76 09:25 1.60 21:44 1.55 4 D 04:08 5.80 79 16:26 5.75 81

Plus en détail

LE CROISIC Loire Atlantique

LE CROISIC Loire Atlantique JANVIER 2015 Date 1 J 01:53 4.65 59 14:11 4.70 62 07:38 1.50 20:07 1.50 2 V 02:40 4.80 65 14:59 4.85 69 08:38 1.40 21:03 1.35 3 S 03:20 5.00 73 15:39 4.95 76 09:32 1.25 21:52 1.20 4 D 03:55 5.15 79 16:15

Plus en détail

PORNICHET Loire Atlantique

PORNICHET Loire Atlantique JANVIER 2015 Date 1 J 01:58 4.65 59 14:13 4.80 62 07:34 1.65 20:02 1.65 2 V 02:41 4.85 65 14:57 4.90 69 08:35 1.50 20:59 1.50 3 S 03:13 5.00 73 15:34 5.05 76 09:29 1.35 21:48 1.35 4 D 03:46 5.20 79 16:10

Plus en détail

PORNICHET Loire Atlantique

PORNICHET Loire Atlantique JANVIER 2014 Date 1 M 04:00 5.70 96 16:30 5.65 100 10:23 0.65 22:46 0.60 2 J 04:42 5.85 104 17:12 5.70 107 11:15 0.40 23:36 0.50 3 V 05:27 5.95 108 17:54 5.70 108 12:06 0.30 --:-- --.-- 4 S 06:12 5.85

Plus en détail

LE POULIGUEN Loire Atlantique

LE POULIGUEN Loire Atlantique JANVIER 2014 Date 1 M 04:11 5.65 96 16:38 5.55 100 10:23 0.60 22:46 0.60 2 J 04:57 5.85 104 17:22 5.65 107 11:13 0.35 23:35 0.45 3 V 05:42 5.90 108 18:05 5.65 108 12:03 0.30 --:-- --.-- 4 S 06:27 5.85

Plus en détail

L e C i r c u i t é c o n o m i q u e

L e C i r c u i t é c o n o m i q u e L e C i r c u i t é c o n o m i q u e C est un schéma qui résume les relations qui se produisent entre les agents économiques. En fait ces relations sont des flux économiques. Un flux économique et les

Plus en détail

L économie solidaire au Brésil

L économie solidaire au Brésil L économie solidaire au Brésil Vers un pluralisme socioéconomique Analyse à travers une conception polanyienne de l économie Basé sur une recherche doctorale (2009) Andreia Lemaître andreia.lemaitre@uclouvain.be

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. page DÉDICACE RÉSUMÉ REMERCIEMENTS TABLE DES MATIÈRES LISTE DES TABLEAUX LISTE DES SCHÉMAS

TABLE DES MATIERES. page DÉDICACE RÉSUMÉ REMERCIEMENTS TABLE DES MATIÈRES LISTE DES TABLEAUX LISTE DES SCHÉMAS TABLE DES MATIERES DÉDICACE RÉSUMÉ REMERCIEMENTS TABLE DES MATIÈRES LISTE DES TABLEAUX LISTE DES SCHÉMAS i ii v vu xvi xx PREMIÈRE PARTIE: LE RAPPORT DU DIAGNOSTIC-INTERVENTION INTRODUCTION 2 1. LAP.M.E.

Plus en détail

Sujet : le partage de la valeur ajoutée en France. Liste des documents

Sujet : le partage de la valeur ajoutée en France. Liste des documents Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Julien Grenet et Élise Huillery Sujet : le partage de la valeur ajoutée en France Liste des documents Document 1 : Document 2 : Document

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Visite de l entreprise Dollfus & Muller à Heimsbrunn. le 20 avril 2016. Contact presse :

DOSSIER DE PRESSE. Visite de l entreprise Dollfus & Muller à Heimsbrunn. le 20 avril 2016. Contact presse : DOSSIER DE PRESSE Visite de l entreprise Dollfus & Muller à Heimsbrunn le 20 avril 2016 Contact presse : Service Départemental de la Communication Interministérielle de l Etat Cabinet du Préfet - Préfecture

Plus en détail

U P A LA PROMOTION DE LA DEMOCRATIE ET DE L ETAT DE DROIT EN VUE D ASSURER LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT DANS LES PAYS AFRICAINS

U P A LA PROMOTION DE LA DEMOCRATIE ET DE L ETAT DE DROIT EN VUE D ASSURER LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT DANS LES PAYS AFRICAINS U N I O N P A R L E M E N T A I R E A F R I C A I N E U P A LA PROMOTION DE LA DEMOCRATIE ET DE L ETAT DE DROIT EN VUE D ASSURER LA PAIX ET LE DEVELOPPEMENT DANS LES PAYS AFRICAINS Résolution adoptée par

Plus en détail

L AUTO-ENTREPRENEUR Par Jean FISCEL, avocat au Barreau de Cherbourg Le 11 mars 2011 INTRODUCTION

L AUTO-ENTREPRENEUR Par Jean FISCEL, avocat au Barreau de Cherbourg Le 11 mars 2011 INTRODUCTION 1 L AUTO-ENTREPRENEUR Par Jean FISCEL, avocat au Barreau de Cherbourg Le 11 mars 2011 INTRODUCTION Le statut de l auto-entrepreneur résulte de la loi de modernisation de l économie n 2008-776 du 4 août

Plus en détail

Circuit économique, prestations économiques

Circuit économique, prestations économiques Circuit économique, prestations économiques EXERCICES Exercice 40.1 Complétez par un exemple en respectant le sens de la flèche et le genre de flux. Flux réel Entreprises Ménages Exemple : Des marchandises,

Plus en détail

CRANS MONTANA FORUM HIGH LEVEL PANEL

CRANS MONTANA FORUM HIGH LEVEL PANEL CRANS MONTANA FORUM HIGH LEVEL PANEL V I E N N E PAUVRETE ENERGETIQUE AVRIL 2011 PAUVRETE ENERGETIQUE La Gestion Transparente des Ressources Naturelles, Condition de l Investissement Etranger La Gestion

Plus en détail

Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG

Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG Environnement & Technique Juillet / Août 2010 n 298 Philippe Arnaud, Associé KPMG Anne Garans, Senior Manager, KPMG Avec l aimable autorisation de la revue Environnement & Technique : www.pro-environnement.com

Plus en détail

Recueil des circulaires fiscales de la loi de finances complémentaire pour 2001

Recueil des circulaires fiscales de la loi de finances complémentaire pour 2001 Recueil des circulaires fiscales de la loi de finances complémentaire pour 2001 CIRCULAIRE N 01 MF/DGI/DLF/LF/LFC 01 A Messieurs les Directeurs des Impôts de Wilaya En communication à: Messieurs les Directeurs

Plus en détail

Actualité Bancaire nº 385 du 16 septembre 1998

Actualité Bancaire nº 385 du 16 septembre 1998 Actualité Bancaire nº 385 du 16 septembre 1998 SONDAGE : LES BANQUES ET L EURO : CONFIANCE DES FRANÇAIS La dernière enquête de l Observatoire de l opinion, menée par l Ireq en juin 1998, montre aussi que

Plus en détail

GROUPEMENT PARTICIPATIF (GPA) CHARTE ETHIQUE. Voici les éléments indissociables qui rassemblent les signataires de la présente Charte :

GROUPEMENT PARTICIPATIF (GPA) CHARTE ETHIQUE. Voici les éléments indissociables qui rassemblent les signataires de la présente Charte : VDH scafs - société en commandite par actions à finalités sociales et environnementales GROUPEMENT PARTICIPATIF (GPA) CHARTE ETHIQUE Voici les éléments indissociables qui rassemblent les signataires de

Plus en détail

Le modèle d affaires : l inclusion financière à travers la téléphonie mobile

Le modèle d affaires : l inclusion financière à travers la téléphonie mobile Forum international sur l inclusion financière Le modèle d affaires : l inclusion financière à travers la téléphonie mobile Expérience de La Poste Tunisienne Berne le 5 Novembre 2014 Evolution des vecteurs

Plus en détail

Budget transparent et participatif

Budget transparent et participatif République Tunisienne Ministère du Développement Régional et de la Planification Institut Tunisien de la Compétitivité et des Etudes Quantitatives Budget transparent et participatif 1 Contexte - Dresser

Plus en détail

De la notion d évènement indépendant de la volonté d un contribuable au sens de l art. 171, 4, b) cir/92.

De la notion d évènement indépendant de la volonté d un contribuable au sens de l art. 171, 4, b) cir/92. Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 8 juin 2005 - Rôle n 2001/9506/A - Exercice d imposition 1996 De la notion d évènement indépendant de la volonté d un contribuable au sens de l

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises

Politique de soutien aux entreprises Politique de soutien aux entreprises Préambule Suite à l adoption de la Loi 28 par le gouvernement du Québec, des modifications ont été apportées à la mise en œuvre de la nouvelle gouvernance municipale

Plus en détail

ALCOTRA ( INTERREG V) FRANCE ITALIE

ALCOTRA ( INTERREG V) FRANCE ITALIE Présentation du programme coopération transfrontalière ALCOTRA 2014-2020 ( INTERREG V) FRANCE ITALIE St Jean Maurienne 16 juin 2015 Zone éligible ALCOTRA La Maurienne membre la Conférence s Hautes Vallées

Plus en détail

I. FORMATION DES ARCHITECTES LIBERAUX : LES DISPOSITIFS DE SOUTIEN EXISTANTS

I. FORMATION DES ARCHITECTES LIBERAUX : LES DISPOSITIFS DE SOUTIEN EXISTANTS Le comité stratégique du Plan Bâtiment du Grenelle a réuni les organisations représentant les entreprises du bâtiment, les architectes, les bureaux d études et les grandes écoles du bâtiment, afin de renforcer

Plus en détail

Canevas d évaluation des projets de. l Initiative spécifique «accueil de la petite enfance».

Canevas d évaluation des projets de. l Initiative spécifique «accueil de la petite enfance». Canevas d évaluation des projets de l Initiative spécifique «Accueil de la petite enfance» 1. Introduction Ce document vise : à décrire la méthode utilisée en vue de l évaluation des 9 projets retenus

Plus en détail

RÈGLEMENT DES AIDES FINANCIÈRES SUR FONDS PROPRES AUX PARTENAIRES

RÈGLEMENT DES AIDES FINANCIÈRES SUR FONDS PROPRES AUX PARTENAIRES Pour nous contacter : Véronique SERVE Tél. 04 73 14 68 05 / Fax : 04 73 14 68 92 Mail : veronique.serve@cafclermont-fd.cnafmail.fr > Pour télécharger les imprimés de demande, rendez-vous sur le site :

Plus en détail

Les 10 commandements de la gestion. Beau temps, mauvais temps, n oubliez pas les 10 commandements de la gestion! Les 10 commandements de la gestion

Les 10 commandements de la gestion. Beau temps, mauvais temps, n oubliez pas les 10 commandements de la gestion! Les 10 commandements de la gestion Beau temps, mauvais temps, n oubliez pas les 10 commandements! Nadia Déry, agr. Centre d expertise en gestion agricole www.cega.net 1. Introduction 2. 3. Conclusion Collaborateurs: Patrice Carle, Patrick

Plus en détail

I. Qu est-ce que la performance? 1. La notion de performance

I. Qu est-ce que la performance? 1. La notion de performance I. Qu est-ce que la performance? 1. La notion de performance 1 L une des fonctions du manager, que ce soit au niveau stratégique ou au niveau opérationnel, est de contrôler l activité de l entreprise pour

Plus en détail

Prise en charge du tabagisme chez les patients à haut risque: résultats des deux tours d un audit réalisé auprès de 22 médecins généralistes lorrains.

Prise en charge du tabagisme chez les patients à haut risque: résultats des deux tours d un audit réalisé auprès de 22 médecins généralistes lorrains. Prise en charge du tabagisme chez les patients à haut risque: résultats des deux tours d un audit réalisé auprès de 22 médecins généralistes lorrains. THÈSE pour obtenir le grade de DOCTEUR EN MÉDECINE

Plus en détail

Abréviations 9. Recommandations 76

Abréviations 9. Recommandations 76 Sommaire Sommaire Introduction Quelques mots sur ce rapport 1 Abréviations 9 Résumé 13 Première partie : les raisons 19 Recommandations 76 Deuxième partie : l analyse et les faits 93 1 Vue d ensemble :

Plus en détail

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA

MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE MISE A JOUR DU PLAN D AFFAIRE 2014-2018 COOPEC SIFA TOGO JANVIER 2015 Avec l appui financier de DDP N : SIF/01/2015/TOG/FA

Plus en détail

Reddition de comptes annuelle CIBC 2005 Pour ce qui compte dans votre vie

Reddition de comptes annuelle CIBC 2005 Pour ce qui compte dans votre vie 22 La CIBC et la société > Notre personnel Reddition de comptes annuelle CIBC 20 Notre personnel La CIBC et la société Stratégie En vue d être reconnue comme chef de file des relations avec la clientèle,

Plus en détail

LA GOUVERNANCE DES PME L APPORT D UN CONSEIL CONSULTATIF

LA GOUVERNANCE DES PME L APPORT D UN CONSEIL CONSULTATIF LA GOUVERNANCE DES PME L APPORT D UN CONSEIL CONSULTATIF Montréal, 17 octobre 2008 Colloque sur la Gouvernance des PME Document présenté par Alain Robichaud Les objectifs de la rencontre d aujourd hui

Plus en détail

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

L atelier Lundi le 17 juin, 2013, de 13h00 à 17h00 (avec pause!)

L atelier Lundi le 17 juin, 2013, de 13h00 à 17h00 (avec pause!) L atelier Lundi le 17 juin, 2013, de 13h00 à 17h00 (avec pause!) Dynamique des acteurs, communication et innovation : vers la co-construction de stratégies à l échelle des communautés VERS LE MODÈLE: PRÉSENTATION

Plus en détail

Le Conseil Général du Bas-Rhin au de vos vies. Favoriser l accès à l activité physique et sportive des publics en insertion

Le Conseil Général du Bas-Rhin au de vos vies. Favoriser l accès à l activité physique et sportive des publics en insertion Le Conseil Général du Bas-Rhin au de vos vies Favoriser l accès à l activité physique et sportive des publics en insertion appel à projets 2013 Favoriser l accès à l activité physique et sportive des publics

Plus en détail

Mieux connaître les pratiquants de sports de nature en Nord-Pas-de-Calais. pour promouvoir une offre sportive de qualité (expérience de 3 enquêtes)

Mieux connaître les pratiquants de sports de nature en Nord-Pas-de-Calais. pour promouvoir une offre sportive de qualité (expérience de 3 enquêtes) Mieux connaître les pratiquants de sports de nature en Nord-Pas-de-Calais pour promouvoir une offre sportive de qualité (expérience de 3 enquêtes) Valérie OLIVIER DRJSCS Contexte du Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

SYFAAH. Système de Financement et d Assurances Agricoles en Haïti

SYFAAH. Système de Financement et d Assurances Agricoles en Haïti S Conférence régionale sur le développement de la microfinance pour l activité économique Ministère de l Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural (MARNDR) Diagramme du Système :

Plus en détail

Mémoire déposé au Comité spécial sur les coopératives Chambres des communes - Parlement du Canada

Mémoire déposé au Comité spécial sur les coopératives Chambres des communes - Parlement du Canada Mémoire déposé au Comité spécial sur les coopératives Chambres des communes - Parlement du Canada Juillet 2012 Crédits pour la publication Rédaction Marcel Arteau, conseiller senior Hélène Dumais, conseillère

Plus en détail

Outil d éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale, ce kit comprend :

Outil d éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale, ce kit comprend : PRESENTATION DE L OUTIL USB En 2002, dix ans après le Sommet de la Terre de Rio, la communauté internationale s est réunie à Johannesburg afin de faire le point sur la mise en œuvre des décisions prises

Plus en détail

Des formules à taux variable et taux fixe qui font la différence

Des formules à taux variable et taux fixe qui font la différence Des formules à taux variable et taux fixe qui font la différence Le Crédit Foncier se développe à l international et ouvre une succursale à Bruxelles Filiale du Groupe Caisse d Épargne, un des tous premiers

Plus en détail

Dossier de demande de subvention Fondation d entreprise Eiffage

Dossier de demande de subvention Fondation d entreprise Eiffage 28/09/2016 Dossier de demande de subvention Fondation d entreprise Eiffage Nom de l association : Date de dépôt du dossier : Sommaire Page 2 : Étapes et critères de sélection des projets Page 3 : Renseignements

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT. L auto-évaluation annuelle en 10 questions-réponses

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT. L auto-évaluation annuelle en 10 questions-réponses ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT L auto-évaluation annuelle en 10 questions-réponses Mars 2012 1. Qu est-ce que l auto-évaluation annuelle d un programme? L auto-évaluation annuelle est une démarche

Plus en détail