Le chauffage au bois Un générateur de polluants de l atmosphère?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le chauffage au bois Un générateur de polluants de l atmosphère?"

Transcription

1 Le chauffage au bois Un générateur de polluants de l atmosphère? Christian Schwab, ing. en génie chimique, SEVEN

2 Un saut de génération dans les années 90

3 Polluants Lorsqu'on brûle du bois, une centaine de composés chimiques sont émis dans l'atmosphère. Les principaux polluants sont : CO le monoxyde de carbone, CO 2 le dioxyde de carbone, principale cause de l'effet de serre, HC des hydrocarbures, COV des composés organiques volatils HAP des hydrocarbures aromatiques polycycliques NOx des oxydes d'azote (NO + NO 2 ), des particules de nombreux produits irritants, comme : HCHO formaldéhyde (acide formique) CH 3 CHO acétaldéhyde (acide acétique) CH 2 CHCHO acroléine (acide acréolinique) C 6 H 5 CHO benzaldéhyde (acide benzenique)

4 Polluants Parmi les composés chimiques émis dans l'atmosphère lors de la combustion du bois, on compte 17 contaminants considérés comme prioritaires. 14 sont reconnus comme potentiellement cancérigènes ou mutagènes, 4 sont co-cancérigènes 6 peuvent avoir des effets négatifs sur le système respiratoire. + Des nuisances dues à la présence d'odeurs la souillure des bâtiments une diminution de la visibilité.

5 Poussières poussières fines (PM10) Granulométrie des émissions particulaires des chauffages au bois Chaudière alimentée avec des plaquettes forestières humides Taille des particules Pleine charge Charge partielle

6 Poussières poussières fines (PM10) Granulométrie des émissions particulaires des chauffages au bois Chaudière alimentée avec des plaquettes forestières demi-sèches Taille des particules Pleine charge Charge partielle

7 Polluants Poussières poussières fines (PM10) Bois

8 Polluants Poussières poussières fines (PM10) Filtres à particules Bois

9 Polluants Poussières poussières fines (PM10) Bois usagé

10 Polluants Poussières poussières fines (PM10) Huile lourde

11 Polluants Poussières poussières fines (PM10) Huile EL

12 Comment allumer un un feu avec un un minimum d émission de de fumées Disposition des bûches selon la forme du foyer Kit d allumage

13 Comparaison des émissions de de poussières de de diverses sources Installation/unités à l'émission mg/nm 3 Nm 3 /h g/j Kg/an Chauffage au bois, plaquettes forestières semi-sèches 3 MW, état 2006 avant assainissement Chauffage au bois, plaquettes forestières semi-sèches 3 MW, état 2007 après mise en service d'un avec filtre électrostatique Chauffage aux déchets de bois usagé (bois de démolition) 2.5 MW avec filtre à manches '500 54' '000 11'000-24' ' ' Poêle à bois à feu traversant 8 kw, 10 heures de feu par jour Poêle à bois à feu traversant 8 kw avec accumulateur de chaleur, alimenté avec des bûches de 30 cm, 5 heures de feu par jour Cheminée de salon 8 kw, foyer fermé par une vitre, avec récupérateur de chaleur, 2 heures par jour Potager chauffage central à feu traversant 18 kw alimenté avec des bûches de 30 cm, 10 heures de feu par jour Chauffage au bois, bûches, foyer inversé 30 kw, alimenté avec des bûches de 50 cm 1' ' Chauffage au bois, bûches, foyer inversé 45 kw, alimenté avec des bûches de 50 cm Chauffage aux pellets 35 kw Chauffage aux pellets 35 kw avec filtre électrostatique Autres installations à titre de comparaison Tridel, usine d'incinération de Lausanne ' '436 Verrerie '750 88'740 32'390 Voiture diesel 120 km/h Euro 3 1 h/j, 250 j/an Les teneurs en poussières (mg/nm 3 ) dans les effluents ont été mesurées sur des installations existantes Les débits d'effluents gazeux (Nm 3 /h) ont été mesurés sur les grandes installations, pour les petites, ils ont été calculés d'après la puissance de l'installation Les émissions en grammes par jour (g/j) ont été calculées en fonction d'un nombre d'heures moyen d'utilisation Les émissions annuelles se rapportent à la période d'utilisation moyenne (nombre de jours par an) soit sur toute l'année, soit durant la période de chauffage.

14 OPair 2007 Puissance calori Puissance calorifique jusqu à 70 kw de 70 kw à 500 kw de 500 kw à 1 MW de 1 MW à 10 MW plus de 10 MW Bois de chauffage Grandeur de référence: les valeurs limites se rapportent à une teneur en oxygène des effluents gazeux de %vol Particules solides au total: à partir du 1 er septembre 2007 mg/m à partir du 1 er janvier 2008 mg/m à partir du 1 er janvier 2012 mg/m Monoxyde de carbone (CO): pour le bois de chauffage selon l annexe 5, ch. 3, al. 1, let. a, b et d à partir du 1 er septembre 2007 à partir du 1 er janvier 2012 mg/m 3 mg/m pour le bois de chauffage selon l annexe 5, ch. 3, al. 1, let. c à partir du 1 er septembre 2007 mg/m à partir du 1 er janvier 2012 mg/m Oxydes d azote (NO x ), exprimés en dioxyde d azote (NO 2 ) mg/m Substances organiques sous forme gazeuse, exprimées en carbone total (C) mg/m 3 50 Ammoniac et composés de l ammonium, exprimés en ammoniac 4 mg/m

15 OPair Installations pour l incinération de bois usagé, de déchets de papier et d autres déchets similaires 721 Champ d application 1 Le présent chiffre s applique aux installations pour l incinération ou pour la décomposition thermique de bois usagé et de déchets des matières suivantes, mélangés ou non à du bois de chauffage au sens de l annexe 5: a. Bois usagé selon l annexe 5, ch. 3, al. 2, let. a; b. Papier et carton; c. Autres déchets dont l incinération produit des émissions similaires à celles des déchets mentionnés aux let. a et b. 2 Lorsque de tels déchets sont incinérés avec des déchets selon le ch. 711, le ch. 71 est applicable. 3 Le présent chiffre ne s applique pas aux fours à ciment (ch. 11) 722 Grandeur de référence Les valeurs limites d émission se rapportent à une teneur en oxygène des effluents gazeux de 11 % (% vol). 723 Poussières Les émissions sous forme de poussières ne dépasseront pas les valeurs suivantes: a. pour les installations ayant une puissance calorifique inférieure ou égale à 10 MW: 20 mg/m 3 b. pour les installations ayant une puissance calorifique supérieure à 10 MW: 10 mg/m 3

16 OPair Plomb et zinc Les émissions de plomb et de zinc ne dépasseront pas au total 5 mg/m Substances organiques 1 Les limitations des émissions selon l annexe 1, ch. 7, ne sont pas applicables. 2 Les émissions de substances organiques sous forme de gaz sont exprimées en carbone total et ne dépasseront pas 50 mg/m Monoxyde de carbone 1 Les émissions de monoxyde de carbone ne dépasseront pas 250 mg/m 3. 2 Les émissions d oxydes d azote des installations ayant une puissance calorifique supérieure à 10 MW, exprimées en dioxyde d azote, ne dépasseront pas 150 mg/m Régulation de la combustion L installation doit fonctionner avec une régulation automatique du système de commande de la combustion.

17 OPair INSTALLATIONS POUR L INCINÉRATION DES DÉCHETS BIOGÈNES ET DES PRODUITS ISSUS DE L AGRICULTURE 741 CHAMP D APPLICATION 1 Le présent chiffre s applique aux installations d incinération ou de décomposition thermique des déchets biogènes solides et des produits issus de l agriculture, mélangés ou non à du bois de chauffage au sens de l annexe 5. Les engrais de ferme et les autres déchets et produits à odeur forte ne doivent être ni incinérés ni décomposés thermiquement dans de telles installations. 2 Lorsque de tels déchets et produits sont incinérés avec des déchets selon le ch. 711 ou 721, les dispositions des ch. 71 et 72 sont applicables. 3 Lorsque de tels déchets et produits sont incinérés avec d autres combustibles au sens de l annexe 5, la valeur limite du mélange selon l annexe 3, ch. 82, est applicable. 4 Les dispositions du présent chiffre ne s appliquent pas aux fours à ciment (ch. 11).

Ordonnance sur la protection de l air

Ordonnance sur la protection de l air (OPair) Projet du x.x.2012 Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I Les annexes 2, 3 et 5 l ordonnance sur la protection l air du 16 décembre 1985 1 sont modifiées conformément aux textes joints.

Plus en détail

WEISS FRANCE CHAUDIERES BOIS ET BIOMASSE

WEISS FRANCE CHAUDIERES BOIS ET BIOMASSE 1 WEISS FRANCE CHAUDIERES BOIS ET PRESENTATION WEISS FRANCE PEB INNOVATION BOIS ENERGIE FORESTIERS "Principes de la combustion, technologies, focus sur l'analyse des fumées pour optimiser la performance

Plus en détail

POLLUTION. Historique

POLLUTION. Historique Historique La réglementation sur la pollution des véhicules industriels n est arrivée que tardivement. La première directive applicable (88/77 CEE) n a été mise en application qu en 1990. Avant cette date,

Plus en détail

Conception des ouvrages - Indicateurs procédés

Conception des ouvrages - Indicateurs procédés Conception des ouvrages - Indicateurs procédés 1 Définition d indicateurs Indicateur? Instrument de mesure Pourquoi développer d des indicateurs? Quantifier de façon objective et mesurer des évolutions

Plus en détail

I. Projets nécessitant un préavis du Service de l'air, du bruit et des rayonnements non ionisants

I. Projets nécessitant un préavis du Service de l'air, du bruit et des rayonnements non ionisants au bois Informations concernant la mise en place, le renouvellement ou la transformation d'une installation productrice de chaleur alimentée au bois I. Projets nécessitant un préavis du Le projet de mise

Plus en détail

Qualités de mazout et environnement

Qualités de mazout et environnement Qualités de mazout et environnement 2 Le combustible composant essentiel du système de chauffage Au cours des dernières années, les installations de chauffage au mazout sont devenues plus propres, plus

Plus en détail

Colloque OFEV / Cercl Air, novembre 2011 Roland Rüfenacht

Colloque OFEV / Cercl Air, novembre 2011 Roland Rüfenacht Exécution des dispositions de l OPair sur les chauffages au bois / Etat des travaux du groupe de travail Cercl Air «Chauffages au bois / révision OPair 2007» Tâches principales / mandat Coordonner l exécution

Plus en détail

Michel Guay, ing. M.Sc. Direction des politiques de la qualité de l atmosphère

Michel Guay, ing. M.Sc. Direction des politiques de la qualité de l atmosphère Les exigences du Règlement sur l assainissement de l atmosphère applicables aux centrales d enrobage Congrès annuel Bitume Québec 21 mars 2013 Michel Guay, ing. M.Sc. Direction des politiques de la qualité

Plus en détail

Une semaine de rencontres au

Une semaine de rencontres au Une semaine de rencontres au Jeudi 1 er octobre 2015 Les enjeux actuels et à venir de l incinération De l UIOM à l UVTD ou de l incinération de déchets urbains à la valorisation énergétique des déchets

Plus en détail

Nouvelles réglementations sur l air l RAA et RDOCÉCA

Nouvelles réglementations sur l air l RAA et RDOCÉCA Nouvelles réglementations r sur l air l au Québec : RAA et RDOCÉCA CA Michel Goulet, directeur Direction des politiques de la qualité de l atmosphère Ministère du Développement durable, de l Environnement

Plus en détail

ENVITHERM. 3.3 Chaudières à plaquettes. Fiche n 3 : chaudiere bois. Générateur de chaleur. Les foyers. 4 technologies des chaufferies bois

ENVITHERM. 3.3 Chaudières à plaquettes. Fiche n 3 : chaudiere bois. Générateur de chaleur. Les foyers. 4 technologies des chaufferies bois ENVITHERM Société d études et d ingénierie de l énergie Industrie Collectivités - Tertiaire Fiche n 3 : chaudiere bois ZAE Les Avants - 5, avenue du Grand Chêne 34270 St Mathieu de Treviers Tel : 04.67.60.98.98

Plus en détail

Classe de seconde HYERES (Var ~ France) 27 mars 2013~ Université de Toulon et du Var

Classe de seconde HYERES (Var ~ France) 27 mars 2013~ Université de Toulon et du Var Classe de seconde HYERES (Var ~ France) 27 mars 2013~ Université de Toulon et du Var 1 Le dioxyde de carbone, gaz incolore, inerte et non toxique, est le principal gaz à effet de serre naturel avec la

Plus en détail

Qualité de l air à Toulouse et dans son agglomération

Qualité de l air à Toulouse et dans son agglomération Typologie des stations : Trafic Industrielle Périurbaine Urbaine NO2 = dioxyde d azote O3 = ozone SO2 = dioxyde de soufre NO = monoxyde d azote CO = monoxyde de carbone BTEX = benzène, toluène, éthylbenzène,

Plus en détail

Chapitre 1 : Diagnostics

Chapitre 1 : Diagnostics Chapitre 1 : Diagnostics I/ Pollutions atmosphériques 1) La qualité de l'air : «toxicité de l'air» 2) L'ozone stratosphérique : «trou d'ozone» 3) Effets radiatifs et changement climatique : «Gaz à effet

Plus en détail

Profils environnemenaux

Profils environnemenaux Profils environnemenaux Les PAC en chiffres Cumulative energy demand (MJ p /MJ th ) heat, light fuel oil, at boiler 1kW condensing, non-modulating heat, light fuel oil, at boiler 1kW, non-modulating heat,

Plus en détail

1. Situation du bois énergie en Suisse 2. Combustion du bois et protection de l air

1. Situation du bois énergie en Suisse 2. Combustion du bois et protection de l air 1. Situation du bois énergie en Suisse 2. Combustion du bois et protection de l air 13 mars 2014, Lausanne Séance d information Hoval Habitat & Jardin 2014 Richard Golay Energie-bois Suisse golay@energie-bois.ch

Plus en détail

Qualité de l'air. Enjeux du développement durable. Limiter les émissions de polluants et de gaz à effet de serre dans l atmosphère

Qualité de l'air. Enjeux du développement durable. Limiter les émissions de polluants et de gaz à effet de serre dans l atmosphère 1 Fiche Qualité de l'air Axe 1 Lutter contre le changement climatique, Protéger l atmosphère et faciliter les déplacements Enjeux du développement durable Limiter les émissions de polluants et de gaz à

Plus en détail

BOIS ENERGIE ET QUALITE DE L AIR

BOIS ENERGIE ET QUALITE DE L AIR BOIS ENERGIE ET QUALITE DE L AIR Thierry de MAULEON 1 Politique de développement des ENR GRENELLE ET SES SUITES Directive européenne 2009/28 sur la promotion des ENR (3 x 20%) Plan d action national en

Plus en détail

CAP MAINTENANCE AUTOMOBILE

CAP MAINTENANCE AUTOMOBILE CAP MAINTENANCE AUTOMOBILE Technologie zone 5 THÈME : ALLUMAGE ALIMENTATION - INJECTION DÉPOLLUTION CORRIGÉ Savoir : S 2.2.2. L alimentation en carburant et air 1/ COMPOSITION DES GAZ D ÉCHAPPEMENT Le

Plus en détail

Brûleur biomasse à gazéification GASCLEAN

Brûleur biomasse à gazéification GASCLEAN CHALEUR ET ELECTRICITE BIOMASSE Brûleur biomasse à gazéification GASCLEAN Mars 2014 Présentation de la société Création : Janvier 2009 Siège : Lyon Effectifs : 10 Activité : Conception, fabrication et

Plus en détail

Combustion des Granulés de Bois

Combustion des Granulés de Bois 1/15 Combustion des Granulés de Bois Yann ROGAUME Professeur Université de Nancy ENSTIB/LERMAB Yann.Rogaume@enstib.uhp-nancy.fr Présentation Structure /15 Approche filière de la valorisation énergétique

Plus en détail

Les polluants atmosphériques

Les polluants atmosphériques Les polluants atmosphériques * Les principaux polluants qui retentissent sur la santé (Particules Ozone - Oxydes d'azote -Benzène) p 2-5 * Durée de vie des polluants p 6 * Origine des émissions, devenir

Plus en détail

Valeur limite. Le long du trafic. Loin du trafic

Valeur limite. Le long du trafic. Loin du trafic Mise à jour : juillet 2013 La qualité de l air Les polluants problématiques La qualité de l air quotidienne reste insatisfaisante en Île-de-France pour certains polluants. En 2011, on estime qu environ

Plus en détail

Recommandation Cercl Air n o 31h Fiches d exécution pour la surveillance des émissions

Recommandation Cercl Air n o 31h Fiches d exécution pour la surveillance des émissions Cercl Air Schweizerische Gesellschaft der Lufthygiene-Fachleute Società svizzera dei responsabili della protezione dell aria Swiss society of air protection officers Recommandation n o h Fiches d exécution

Plus en détail

Dioxyde d azote (NO2)

Dioxyde d azote (NO2) Polluants dépassant les normes de qualité de l air de façon récurrente Dioxyde d azote (NO2) Le dioxyde d azote est un polluant indicateur des activités de transport, notamment le trafic routier. Il est

Plus en détail

PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA QUALITÉ DE L'ATMOSPHÈRE EXTRAIT POUR LE PROJET TRANCANADA ENERGY LTD

PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA QUALITÉ DE L'ATMOSPHÈRE EXTRAIT POUR LE PROJET TRANCANADA ENERGY LTD PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA QUALITÉ DE L'ATMOSPHÈRE EXTRAIT POUR LE PROJET TRANCANADA ENERGY LTD VERSION TECHNIQUE DU 26 JUILLET 2002 ET MODIFIÉ LE 7 MAI 2003 DIRECTION DES POLITIQUES

Plus en détail

Ordonnance sur la protection de l air

Ordonnance sur la protection de l air Ordonnance sur la protection de l air (OPair) Modification du 14 octobre 2015 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 16 décembre 1985 sur la protection de l air 1 est modifiée comme suit:

Plus en détail

DE MESURES TEMPORAIRES

DE MESURES TEMPORAIRES CAMPAGNE DE MESURES TEMPORAIRES Du 18 septembre au 12 octobre 2001 MONT VENTOUX Date de publication : novembre 2003 Référence dossier : DR/YCM/RA/03.11/02 Surveillance de la qualité de l air de l Est des

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de la pollution liée au chauffage au bois

Les conséquences sanitaires de la pollution liée au chauffage au bois Les conséquences sanitaires de la pollution liée au chauffage au bois Colloque ADEME-DREAL «Chauffage au bois - Bien se chauffer en limitant les émissions» 14 novembre 2016 Jerome.lebouard@ars.sante.fr

Plus en détail

Aix-en-Provence Cours Sextius

Aix-en-Provence Cours Sextius Campagne de mesures temporaire Aix-en-Provence Cours Sextius Du 14 au 26 septembre 2 Date de publication : novembre 21 Référence dossier : PGR/YCM/RA/9.16 AIRMARAIX pour la surveillance de l air sur l

Plus en détail

Calcul des émissions dans l air et mesure de la qualité de l air. Maman-Sani ISSA, Agence Béninoise pour l Environnement

Calcul des émissions dans l air et mesure de la qualité de l air. Maman-Sani ISSA, Agence Béninoise pour l Environnement Calcul des émissions dans l air et mesure de la qualité de l air Maman-Sani ISSA, Agence Béninoise pour l Environnement Principaux critères de base Complétude: toutes les sources pertinentes doivent être

Plus en détail

Bilan 2015 de la qualité de l air en Alsace

Bilan 2015 de la qualité de l air en Alsace Bilan 2015 de la qualité de l air en Alsace 2015, des fluctuations cycliques qui restent à surveiller Les évolutions des niveaux de polluants sont dues à la fois aux variations des conditions météorologiques

Plus en détail

État de la filière biomasse forestière

État de la filière biomasse forestière État de la filière biomasse forestière Jean-Pierre Bourque, ing., M.Sc. Conseiller en développement industriel biomasse et bioénergie Direction du développement de l industrie des produits du bois MFFP

Plus en détail

Conférence SIFEE, Angers, 22 Juin 2005

Conférence SIFEE, Angers, 22 Juin 2005 Conférence SIFEE, Angers, 22 Juin 2005 Quantification des impacts environnementaux associés au traitement biologique et à l'utilisation agricole des produits organiques bilan des connaissances P. Mallard,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Arrêté du

Plus en détail

Surveillance de la qualité de l air, place Arson et quartier du port de Nice

Surveillance de la qualité de l air, place Arson et quartier du port de Nice Surveillance de la qualité de l air, place Arson et quartier du port de Nice Station de mesure Arson à Nice : La station de mesure sur la place Arson est une station qualifiée «d urbaine», c est-à-dire

Plus en détail

Prévention des risques sanitaires et écologiques - Air

Prévention des risques sanitaires et écologiques - Air 50 Prévention des risques sanitaires et écologiques - Air Une qualité de l air globalement bonne mais des inquiétudes dans certains secteurs géographiques et d activité. Des impacts sur la santé vécus

Plus en détail

Cours VET «Environnement atmosphérique et qualité de l air» Introduction

Cours VET «Environnement atmosphérique et qualité de l air» Introduction Cours VET «Environnement atmosphérique et qualité de l air» Introduction Christian Seigneur Cerea Qu est ce que la pollution atmosphérique? Changement climatique Diminution de la couche d ozone Impacts

Plus en détail

Bilan de la journée. Ville de Tours

Bilan de la journée. Ville de Tours Samedi 22 septembre 1 Journée internationale «En ville, sans ma voiture!» Bilan de la journée Ville de Tours Lig Air - 13, rue du Faubourg Bannier - 4 ORLEANS Tél : 2 38 78 9 49 - Fax : 2 38 78 9 4 - E-mail

Plus en détail

Fonctionnement des moteurs Nicolas-Ivan HATAT

Fonctionnement des moteurs Nicolas-Ivan HATAT Fonctionnement des moteurs Nicolas-Ivan HATAT Ingénieur, Docteur de L Ecole Centrale de Nantes Fonctionnement des moteurs Un moteur thermique permet de produire une énergie mécanique à partir d une énergie

Plus en détail

Visites bois - énergie

Visites bois - énergie Conférences et visites Visites bois - énergie Creil et Chantilly (60) Date 15/04/2013 Auteur MD Version 0 Résumé Visites sur site des chaufferies de Creil et Chantilly, le mercredi 10 avril 2013, organisées

Plus en détail

LES NOTIONS DE LA COMBUSTION

LES NOTIONS DE LA COMBUSTION Page 1 / 8 La combustion est une réaction chimique qui a lieu lors de la combinaison entre l oxygène (comburant) et une matière combustible (carburant). Cette réaction produit essentiellement un grand

Plus en détail

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux INDICATEURS EAU Indicateurs d'activité Volume total d'eau prélevée Volume total des rejets Consommation d'eau totale DBO 5 (Demande Biochimique en Oxygène)

Plus en détail

JORF n 0253 du 31 octobre Texte n 3

JORF n 0253 du 31 octobre Texte n 3 Le 4 décembre 2009 JORF n 0253 du 31 octobre 2009 Texte n 3 ARRETE Arrêté du 15 septembre 2009 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts

Plus en détail

Evolution des émissions atmosphériques en France et dans les Bouches-du-Rhône. Juin

Evolution des émissions atmosphériques en France et dans les Bouches-du-Rhône. Juin Juin 2005 Evolution des émissions atmosphériques en France et dans les Bouches-du-Rhône -1- Résumé Il s agit ici de mettre en regard l évolution des émissions de certains polluants inventoriés, au niveau

Plus en détail

L air de Besançon Entrée Est sous surveillance

L air de Besançon Entrée Est sous surveillance L air de Besançon Entrée Est sous surveillance L ASQAB, association agréée par le Ministère de l Ecologie, du Développement et de l Aménagement Durables, a pour missions de surveiller, de prévoir et de

Plus en détail

Base de données non road, mode d'emploi 1. Dezember 2015 Anleitung_Online Non Road DB.docx. 1. Fonctionalité. Benedikt Notter, INFRAS

Base de données non road, mode d'emploi 1. Dezember 2015 Anleitung_Online Non Road DB.docx. 1. Fonctionalité. Benedikt Notter, INFRAS 1. Dezember 2015 Anleitung_Online Non Road DB.docx Von Benedikt Notter, 1. Fonctionalité Principe L outil internet appelé base de données non road réunit les données de base indispensables au calcul des

Plus en détail

Recommandation Cercl Air n o 31c Fiches d exécution pour la surveillance des émissions

Recommandation Cercl Air n o 31c Fiches d exécution pour la surveillance des émissions Cercl Air Schweizerische Gesellschaft der Lufthygiene-Fachleute Società svizzera dei responsabili della protezione dell aria Swiss society of air protection officers Recommandation n o c Fiches d exécution

Plus en détail

Union Pétrolière Suisse romande Centre Information Mazout CH 1008 Prilly (VD) Philippe CORDONIER Ing. méc. EPFL

Union Pétrolière Suisse romande Centre Information Mazout CH 1008 Prilly (VD) Philippe CORDONIER Ing. méc. EPFL Union Pétrolière Suisse romande Centre Information Mazout CH 1008 Prilly (VD) Philippe CORDONIER Ing. méc. EPFL www.mazout.ch Partenaire de Le pétrole, une énergie naturelle et disponible pour plusieurs

Plus en détail

U.I.O.M. DOUCHY LES MINES. Résultats environnementaux Rejets atmosphériques Année 2014

U.I.O.M. DOUCHY LES MINES. Résultats environnementaux Rejets atmosphériques Année 2014 U.I.O.M. DOUCHY LES MINES Résultats environnementaux Rejets atmosphériques Année 2014 U.I.O.M DOUCHY - FOUR N 1 - ANNEE 2014 - POUSSIERES moyenne jour 2 18,0 Teneurs en poussières en mg/nm 3 16,0 14,0

Plus en détail

Qualité de l air Tome 2

Qualité de l air Tome 2 Qualité de l air Tome 2 recueil sur CD-ROM Référence : 3212092 ISBN : 978-2-12-212092 Année d édition : 2011 Analyse Pour répondre aux exigences réglementaires sur la qualité de l air, une série de normes

Plus en détail

C8-BUS, VÉHICULES D ENTRETIEN ET DE VOIRIE

C8-BUS, VÉHICULES D ENTRETIEN ET DE VOIRIE C8-BUS, VÉHICULES D ENTRETIEN ET DE VOIRIE CETTE FICHE CONCERNE: LES VÉHICULES DESTINÉS AU TRANSPORT DE PERSONNES COMPTANT PLUS DE NEUF PLACES ASSISES, CONDUCTEUR COMPRIS (MINIBUS, AUTOCARS, AUTOBUS ET

Plus en détail

chauffage au bois Vallée de l Arve Tous acteurs de la qualité de l air! & qualité de l AIR

chauffage au bois Vallée de l Arve Tous acteurs de la qualité de l air! & qualité de l AIR chauffage au bois & qualité de l AIR Vallée de l Arve Tous acteurs de la qualité de l air! Sommaire Le chauffage au bois, 3 paramètres indissociables... 3 S'équiper d'un système performant... 4 Tous les

Plus en détail

Marseille - Montredon

Marseille - Montredon Campagne de mesures temporaire Marseille - Montredon Du 21 octobre au 17 décembre 1999 Date de publication : novembre 2000 Référence dossier : PGR/YCM/RA/10-1299/09 AIRMARAIX pour la surveillance de l

Plus en détail

Le chauffage au mazout moderne

Le chauffage au mazout moderne Le chauffage au mazout moderne 1 2 Avant d assainir son chauffage au mazout, les questions suivantes se posent au propriétaire: Dois-je procéder à l isolation du bâtiment? Dois-je changer de source d énergie?

Plus en détail

compact et sobre, peut être posé sur le sol, sur un socle maçonné ou sur un socle Stûv consommation de bois faible rejet de CO et de particules fines

compact et sobre, peut être posé sur le sol, sur un socle maçonné ou sur un socle Stûv consommation de bois faible rejet de CO et de particules fines 16/58-cube Le foyer aspect compact et sobre, peut être posé sur le sol, sur un socle maçonné ou sur un socle Stûv ergonomie accessibilité à tous les mécanismes haut rendement économique faible consommation

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N août S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N août S o m m a i r e 2625 MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 153 4 août 2016 S o m m a i r e Règlement grand-ducal du 23 juillet

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Dioxyde d'azote

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Dioxyde d'azote page 1/5 Consensus Scientifique sur la Pollution de l'air Dioxyde d'azote Source : OMS (2003-2004) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - En Europe, la pollution de l'air par le dioxyde d'azote (NO 2

Plus en détail

LES OXYDES D AZOTE (NO x )

LES OXYDES D AZOTE (NO x ) LES OXYDES D AZOTE (NO x ) Qu appelle-t-on NO x? Où, quand et comment se forme-t-il? Quels sont ses dangers? Les émissions de NO 2 sont-elles réglementées? Comment peut-on s en débarrasser? Quel est le

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 1

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 1 Convention N 2470 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1863 rév. 1 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

La mesure de la qualité de l'air est effectuée par le réseau de mesure régional d'airparif, association agréée.

La mesure de la qualité de l'air est effectuée par le réseau de mesure régional d'airparif, association agréée. Dispositif réglementaire de gestion de la qualité de l'air dans l'agglomération de Paris par R. ALARY*, R. RENAUD**, V. EUDES*, H. VIELLARD* *Laboratoire Central de la Préfecture de Police ** Service Technique

Plus en détail

Etat de la situation en Rhône-Alpes

Etat de la situation en Rhône-Alpes Décembre 2014 Pollution atmosphérique de l'évaluation à la gestion des risques Etat de la situation en Rhône-Alpes JOURNÉE RÉGIONALE DE VEILLE SANITAIRE Didier CHAPUIS - Directeur territorial www.air-rhonealpes.fr

Plus en détail

Évaluation de la qualité de l air à Sept-Îles

Évaluation de la qualité de l air à Sept-Îles Évaluation de la qualité de l air à Sept-Îles Analyse préliminaire d une partie des résultats de la campagne de mesure de juin 2012 à juin 2013 Pierre Walsh Ph.D. MDDEFP Août 2013 Objectif principal :

Plus en détail

Analyse d incertitude concernant l estimation des émissions dans certains secteurs. Préparé pour: Environnement Canada

Analyse d incertitude concernant l estimation des émissions dans certains secteurs. Préparé pour: Environnement Canada Analyse d incertitude concernant l estimation des émissions dans certains secteurs Préparé pour: Environnement Canada Février 2012 ISBN : 978-0-660-20573-1 N o de cat.: En14-88/2013F-PDF Le contenu de

Plus en détail

L enquête SUMER 2003 montre que les émissions diesel constituent la 1 ere exposition à un cancérogène avec plus de personnes concernées.

L enquête SUMER 2003 montre que les émissions diesel constituent la 1 ere exposition à un cancérogène avec plus de personnes concernées. Etude Engin de chantier et filtre à particules Constats L enquête SUMER 2003 montre que les émissions diesel constituent la 1 ere exposition à un cancérogène avec plus de 700 000 personnes concernées.

Plus en détail

Maacht är Heizung fit De Bierger informéieren an sensibiliséieren. E Bäitrag zum Klimaschutz an enger méi propperer Loft

Maacht är Heizung fit De Bierger informéieren an sensibiliséieren. E Bäitrag zum Klimaschutz an enger méi propperer Loft Maacht är Heizung fit De Bierger informéieren an sensibiliséieren E Bäitrag zum Klimaschutz an enger méi propperer Loft Les installations de chauffage... en relation avec la pollution de l air la performance

Plus en détail

Jean ROLAND. Contexte Les impacts de la combustion de la biomasse

Jean ROLAND. Contexte Les impacts de la combustion de la biomasse Centrales biomasse et contraintes environnementales Jean ROLAND Contexte Les impacts de la combustion de la biomasse Avantages Bois Energie par rapport aux Energies fossiles Bilan 2 Energie locale et pérenne

Plus en détail

Simulation de la dispersion du panache de la Chaufferie rue Anne Frank à Lons-le-Saunier

Simulation de la dispersion du panache de la Chaufferie rue Anne Frank à Lons-le-Saunier Surveillance régionale SURVEILLANCE SYNTHESE D ETUDE DE LA QUALITE DE LA DE L AIR EN FRANCHE-COMTE QUALITE DE L AIR PM10 Simulation de la dispersion du panache de la Chaufferie rue Anne Frank à Lons-le-Saunier

Plus en détail

Améliorer & préserver la qualité de l air?

Améliorer & préserver la qualité de l air? Qualité de l air PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR Améliorer & préserver la qualité de l air? Air PACA vous accompagne www.airpaca.org L amélioration de la qualité de l air et la lutte contre le changement climatique

Plus en détail

Février 2007. 9 - Etude qualité de l air

Février 2007. 9 - Etude qualité de l air Février 2007 9 - CONSEIL GENERAL DE LA MANCHE DESSERTE DE LA COTE OUEST LIAISON SAINT-LO - COUTANCES COMPARAISON DES VARIANTES ETUDE QUALITE DE L AIR MANDATAIRE CO-TRAITANT ARCADIS 17, place Magellan

Plus en détail

1 / LES PRINCIPALES SOURCES DE POLLUTION. Pour les moteurs thermiques différentes sources de rejets de polluants sont possibles.

1 / LES PRINCIPALES SOURCES DE POLLUTION. Pour les moteurs thermiques différentes sources de rejets de polluants sont possibles. 1 / LES PRINCIPALES SOURCES DE POLLUTION. Pour les moteurs thermiques différentes sources de rejets de polluants sont possibles. Les vapeurs d'essence qui s'évaporent du réservoir sont emprisonnées dans

Plus en détail

QUALITÉ DE L AIR. Méthodologie et résultats

QUALITÉ DE L AIR. Méthodologie et résultats QUALITÉ DE L AIR Méthodologie et résultats PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. Méthodologie 2. Niveaux actuels de pollution (air ambiant) 3. Émissions des véhicules 4. Résultats 3 MÉTHODOLOGIE MÉTHODOLOGIE Conforme

Plus en détail

ANNEXE C. Qualité de l air

ANNEXE C. Qualité de l air ANNEXE C Qualité de l air PROJET DE TURBOALTERNATEUR TEMBEC TÉMISCAMING Addenda A 1 INTRODUCTION Cette annexe apporte les réponses à la question 7 a) et b) relative à la description de la qualité de milieu

Plus en détail

Suivi des émissions de polluants de véhicules en circulation par analyseurs embarqués

Suivi des émissions de polluants de véhicules en circulation par analyseurs embarqués JOURNEE VEHICULES TRACEURS Toulouse 10 décembre 2010 Laboratoire Transports et Environnement Suivi des émissions de polluants de véhicules en circulation par analyseurs embarqués Didier PILLOT, INRETS-LTE

Plus en détail

LE SECTEUR RESIDENTIEL FICHE SYNTHESE. Lorsque la combustion est incomplète, sont retrouvés dans les fumées : le monoxyde de carbone (CO),

LE SECTEUR RESIDENTIEL FICHE SYNTHESE. Lorsque la combustion est incomplète, sont retrouvés dans les fumées : le monoxyde de carbone (CO), LE SECTEUR RESIDENTIEL FICHE SYNTHESE Lorsque la combustion est incomplète, sont retrouvés dans les fumées : le monoxyde de carbone (CO), les imbrûlés solides (suies, goudrons, charbon,..), les Composés

Plus en détail

Agriculture et qualité de l air

Agriculture et qualité de l air Journée d échanges techniques «Agriculture et qualité de l air : enjeux, outils et leviers d action pour demain» Agriculture et qualité de l air Audrey Joly Pôle climat air énergie Service prévention des

Plus en détail

1. Les oxydes d'azote (NO x )

1. Les oxydes d'azote (NO x ) 1. Les oxydes d'azote (NO x ) Les NO x regroupent le monoxyde d azote (NO) et le dioxyde d azote (NO 2 ), ils sont formés dans toutes les combustions fossiles, à haute température et par association de

Plus en détail

2G Solutions. Valeurs limites d émissions- Nouvelles règlementations, technologies et surcoûts

2G Solutions. Valeurs limites d émissions- Nouvelles règlementations, technologies et surcoûts 2G Solutions Valeurs limites d émissions- Nouvelles règlementations, technologies et surcoûts Sommaire 1. Règlementations 2. Principe Techniques - fonctionnement 3. Investissement et consommable 4. Exemples

Plus en détail

ETUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR AU SEIN DU CENTRE DES CONGRÈS DE REIMS CAMPAGNE Protégeons ensemble l'air que nous respirons.

ETUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR AU SEIN DU CENTRE DES CONGRÈS DE REIMS CAMPAGNE Protégeons ensemble l'air que nous respirons. ETUDE DE LA QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR AU SEIN DU CENTRE DES CONGRÈS DE REIMS CAMPAGNE 2010 Cette étude a pour but d évaluer l existence d un transfert de la pollution de l air extérieur vers l air intérieur,

Plus en détail

37. EMISSIONS ATMOSPHÉRIQUES GÉNÉRÉES PAR LES INCINÉRATEURS DE

37. EMISSIONS ATMOSPHÉRIQUES GÉNÉRÉES PAR LES INCINÉRATEURS DE 37. EMISSIONS ATMOSPHÉRIQUES GÉNÉRÉES PAR LES INCINÉRATEURS DE 1.Prescriptions légales DÉCHETS En Région de Bruxelles-Capitale, les installations d incinération de déchets sont tenues de respecter des

Plus en détail

sous le foyer faible consommation de bois plusieurs largeurs et teintes disponibles puissance nominale plage d utilisation

sous le foyer faible consommation de bois plusieurs largeurs et teintes disponibles puissance nominale plage d utilisation 30-in P Le foyer 3 portes porte vitrée, porte pleine, feu ouvert maîtrise de la flamme étanchéité excellent rendement réglage fin de l air de combustion maîtrise de la répartition de l'air de combustion,

Plus en détail

Combustion de la Biomasse : place, procédés et enjeux

Combustion de la Biomasse : place, procédés et enjeux 1/35 Combustion de la Biomasse : place, procédés et enjeux Yann ROGAUME Yann.Rogaume@univ-lorraine.fr Biomasse dans les ENR 2/35 1 source d énergie renouvelable en EUROPE Baromètre EUR OBSERVER 2011 Biomasse

Plus en détail

Technologies des bioénergies à base de la biomasse forestière et leurs impacts sur la qualité de l air

Technologies des bioénergies à base de la biomasse forestière et leurs impacts sur la qualité de l air Technologies des bioénergies à base de la biomasse forestière et leurs impacts sur la qualité de l air Conférence organisée par l APCAS «Contrôle des émissions et assainissement de l atmosphère» Présenté

Plus en détail

C0V COV. Les composés organiques volatils POLLUANT ATMOSPHÉRIQUE SURVEILLÉ EN NOUVELLE-CALÉDONIE : ORIGINES, IMPACTS ET SURVEILLANCE

C0V COV. Les composés organiques volatils POLLUANT ATMOSPHÉRIQUE SURVEILLÉ EN NOUVELLE-CALÉDONIE : ORIGINES, IMPACTS ET SURVEILLANCE C0V Les composés organiques volatils POLLUANT ATMOSPHÉRIQUE SURVEILLÉ EN NOUVELLE-CALÉDONIE : ORIGINES, IMPACTS ET SURVEILLANCE Mesurer - Surveiller - Informer Origines Les Composés Organiques Volatils

Plus en détail

La valorisation énergétique des ordures ménagères

La valorisation énergétique des ordures ménagères La valorisation énergétique des ordures ménagères La collecte et le traitement des déchets ménagers Le Grand Lyon assure le service public d élimination des déchets ménagers et assimilés (collecte, traitement

Plus en détail

Les tendances de la pollution atmosphérique en Ile-de-France

Les tendances de la pollution atmosphérique en Ile-de-France N 7 - s u r v e i l l a n c e d e l a q u a l i t é d e l a i r e n i l e - d e - f r a n c e Les tendances de la pollution atmosphérique en Ile-de-France La pollution de l air en Ile-de-France s aggrave-t-elle

Plus en détail

FIXANT DES OBJECTIFS DE REDUCTION DE NOX, SO2, COV, NH3 ET PM 2.5 SPW. Michèle Loutsch

FIXANT DES OBJECTIFS DE REDUCTION DE NOX, SO2, COV, NH3 ET PM 2.5 SPW. Michèle Loutsch PROPOSITION DE DIRECTIVE EU FIXANT DES OBJECTIFS DE REDUCTION DE NOX, SO2, COV, NH3 ET PM 2.5 SPW Michèle Loutsch Table des matières Objet et fondements de la directive Contexte général et Contexte transfrontière

Plus en détail

POELE A BOIS OBJET UNE ENERGIE RENOUVELABLE

POELE A BOIS OBJET UNE ENERGIE RENOUVELABLE POELE A BOIS OBJET Cette fiche fait le point sur la mise en place d appareils de chauffage au bois dans les maisons individuelles rénovées au niveau BBC-Rénovation : inserts, foyers fermés et poêles fonctionnant

Plus en détail

GUIDE D ESTIMATION DE LA CONCENTRATION DE DIOXYDE D AZOTE (NO 2 ) DANS L AIR AMBIANT LORS DE L APPLICATION DES MODÈLES DE DISPERSION ATMOSPHÉRIQUE

GUIDE D ESTIMATION DE LA CONCENTRATION DE DIOXYDE D AZOTE (NO 2 ) DANS L AIR AMBIANT LORS DE L APPLICATION DES MODÈLES DE DISPERSION ATMOSPHÉRIQUE GUIDE D ESTIMATION DE LA CONCENTRATION DE DIOXYDE D AZOTE (NO 2 ) DANS L AIR AMBIANT LORS DE L APPLICATION DES MODÈLES DE DISPERSION ATMOSPHÉRIQUE Août 2008 ÉQUIPE DE PRODUCTION Auteur : Mise en page :

Plus en détail

Cédric SOUS Evaluation des risques sanitaires liés aux chaufferies collectives au bois

Cédric SOUS Evaluation des risques sanitaires liés aux chaufferies collectives au bois Cédric SOUS cedric.sous@ademe.fr Evaluation des risques sanitaires liés aux chaufferies collectives au bois Contexte et objectifs de l étude ANTEA 1994 1er programme bois-énergie 500 chaufferies urbaines

Plus en détail

Sciences et métiers : «Le technicien de la qualité de l'air» «L ingénieur analyste de l air»

Sciences et métiers : «Le technicien de la qualité de l'air» «L ingénieur analyste de l air» SVT Physique Technologie Sciences et métiers : «Le technicien de la qualité de l'air» «L ingénieur analyste de l air» Collège Niveau indicatif : 4 ème ou 3 ème La qualité de l air Mise en situation réelle

Plus en détail

La pollution de l air. La pollution de l air est l introduction dans l air d éléments toxiques pour l homme et pour la nature.

La pollution de l air. La pollution de l air est l introduction dans l air d éléments toxiques pour l homme et pour la nature. Cycle : 3 Compétence : La pollution de l air. Matériel : Une feuille polycopiée de documents sur la pollution de l air par enfant. Classe : CM2 Sous compétences Déroulement Consigne Phase F.T. Durée Observation

Plus en détail

Pollution - consommation : l amalgame à éviter

Pollution - consommation : l amalgame à éviter Pollution - consommation : l amalgame à éviter François Roby - UPPA - septembre 2007 Pour la grande majorité des automobilistes, un véhicule qui consomme peu est un véhicule qui pollue peu, car cette association

Plus en détail

TAXE GÉNÉRALE SUR LES ACTIVITÉS POLLUANTES (TGAP) DÉCHETS : TAUX 2015

TAXE GÉNÉRALE SUR LES ACTIVITÉS POLLUANTES (TGAP) DÉCHETS : TAUX 2015 N 42 Développement durable n 7 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 17 mars 2015 ISSN 1769-4000 TAXE GÉNÉRALE SUR LES ACTIVITÉS POLLUANTES (TGAP) DÉCHETS : TAUX 2015 L essentiel La Taxe Générale

Plus en détail

La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de

La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de La qualité de l air à proximité des plates formes aéroportuaires d Île de France, bilan annuel de l observatoire SURVOL L Agence Régionale de Santé d Île de France (ARS IdF) a confié à Airparif l élaboration

Plus en détail

«Comment concilier bois-énergie et biodiversité en forêt»

«Comment concilier bois-énergie et biodiversité en forêt» Forum WSL Suisse Romande, 19 avril 2016 «Comment concilier bois-énergie et biodiversité en forêt» Open Space 5 : Différentes formes de bois énergie : quels sont leurs impacts sur l environnement? Johanna

Plus en détail

ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE

ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE Essonne - données 212 Février 216 Le bilan des e missions polluantes, mode d emploi La gestion de la qualité de l air à l échelle des territoires

Plus en détail

Composantes, sous-composantes et sujets statistiques du CDSE 2013

Composantes, sous-composantes et sujets statistiques du CDSE 2013 Composantes, sous-composantes et sujets statistiques du CDSE 2013 Composante 3: Résidus 6. Protection, gestion et engagement en matière d environnement 2. Ressources environnementale s et leur utilisation

Plus en détail

La compagnie Brittany Ferries a souhaité réaliser des travaux d'évaluation de la biotechnologie Xbee.

La compagnie Brittany Ferries a souhaité réaliser des travaux d'évaluation de la biotechnologie Xbee. FIOUL LOURD IFO 380 FIOUL LOURD IFO 380 Description du contexte La compagnie Brittany Ferries a souhaité réaliser des travaux d'évaluation de la biotechnologie Xbee. Le ferry M/F Mont St Michel a été choisi

Plus en détail

Valorisation énergétique des sous-produits agroalimentaires par Chaudière à biomasse.une installation unique!!!

Valorisation énergétique des sous-produits agroalimentaires par Chaudière à biomasse.une installation unique!!! Valorisation énergétique des sous-produits agroalimentaires par Chaudière à biomasse.une installation unique!!! 27 e Congrès annuel de l AQME 8 mai 2013 Journée Biomasse Martin Gauthier, Chef de secteur

Plus en détail