MOBILISATION DES RESSOURCES INTERIEURES AU SENEGAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MOBILISATION DES RESSOURCES INTERIEURES AU SENEGAL"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple-un But-Une Fois.. MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES CENTRE D ETUDES DE POLITIQUES POUR LE DEVELOPPEMENT COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST.. COMMISIONNER FOR MACROECONOMIC POLICY ECONOMIC POLICY UNIT MOBILISATION DES RESSOURCES INTERIEURES AU SENEGAL Souleymane DIALLO Novembre 2011

2 TABLE DES MATIERES Liste des figures... 2 Liste des Tableaux... 2 Liste des abréviations et acronymes... 3 Résumé... 4 Résumé analytique... 4 I. CONTEXTE, REVUE DE LITTERATURE ET HYPOTHESES DE TRAVAIL... 5 II. Politique économique de Mobilisation de Ressources intérieures L environnement politique L environnement institutionnel III. Performances en matière de mobilisation de ressources intérieures Recouvrement de recettes budgétaires Le Marché des titres publics Le Marché financier Le secteur des assurances Institutions de sécurité sociale IV. Efficacité de la gestion des ressources intérieures Critères de convergence de la CEDEAO : Politiques inappropriées et exonérations V. Défis liés à la mobilisation de ressources intérieures VI. Recommandations pour une meilleure politique de mobilisation de ressources intérieures CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXES Notes de fin de page Liste des figures Figure 1: Evolution du ratio recettes douanières rapportées aux recettes fiscales Figure 2: Emission de Bons de Trésor en milliards de FCFA Figure 3: Evolution des taux d'épargne privée nationale et intérieure Figure 4: Evolution de la part des crédits bancaire à l'économie Figure 5: Comparaison du déficit budgétaire hors dons (% du PIB) au seuil communautaire Liste des Tableaux Tableau 1: indicateurs macroéconomiques de 2000 à Tableau 2: Ecart épargne investissement en moyenne sur la période Tableau 3: principales taxes au Sénégal Tableau 4: produits d'épargne proposés par les principales banques en Tableau 5: Types de crédits accordés par les principales banques en Tableau 6: Types de branches d'assurance au Sénégal

3 Tableau 7: financement des branches de la sécurité sociale dans le secteur privé (IPRES et CSS) Tableau 8: Répartition des banques au niveau des régions en mai Tableau 9: Evolution de la structure fiscale de 2000 à Tableau 10: dépôts au niveau des établissements financiers à caractère bancaire suivant le terme. 21 Tableau 11: Crédit accordé par les établissements financiers à caractère bancaire suivant le terme 22 Tableau 12: l'épargne mobilisée auprès des institutions de micro finance Tableau 13: évolution crédits accordés par la micro finance Tableau 14: Structure des placements du secteur des assurances Tableau 15: critères de convergence de second rang Tableau 16: bilan dépenses fiscales en Tableau 17 Tableau synoptique des avantages accordés aux investisseurs (hors secteur minier) Tableau 18: Tableau synoptique des recommandations au pays Tableau 19: matrice de corrélation linéaire entre les variables explicatives du modèle Tableau 20: estimation équation à long terme Tableau 21: Test de racine unitaire pour le résidu de l'équation de long terme Tableau 22: estimation économétrique MCE relation de court terme Liste des abréviations et acronymes AMAO BCEAO BRVM CA CDC CEDEAO CFCE CIMA CGU : CSS DGCPT DGID DGD DMC EFE : FCFA FNR IADM IMEC IMF IPRES IRPP IRVM/IRCM IS OCDE OMD PIB PPTE SFD TOB TVA UEMOA Agence Monétaire de l Afrique de l Ouest Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest Bourse Régionale des Valeurs Mobilières Chiffre d Affaires Caisse de Dépôts et Consignations Communauté Economique des Etats de l Afrique de l Ouest Contribution Forfaitaire à la Charge de l Employeur Conférence Interafricaine des Marchés d Assurance Contribution Globale Unique Caisse de Sécurité Sociale Direction Générale de la Comptabilité Publique et du Trésor Direction Générale des Impôts et Domaines Direction Générale des Douanes Direction de la Monnaie et du Crédit Entreprise Franche d Exportation Franc de la Communauté Financière Africaine Fonds National de Retraite Initiatives d Allègement de la Dette Multilatérale Institutions mutualistes d Epargne et de Crédit Impôt Minimum Forfaitaire Institut de Prévoyance Retraite du Sénégal Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques Impôt sur le Revenu des Valeurs Mobilières et des Capitaux Mobiliers Impôt sur les Sociétés Organisation de Coopération et de Développement Economique Objectifs du Millénaire pour le Développement Produit Intérieur Brut Pays Pauvres Très Endettés Systèmes Financiers Décentralisés Taxe sur les Opérations bancaires Taxe sur la Valeur Ajoutée Union Economique et Monétaire Ouest Africaine 3

4 Résumé L objet de cette étude est d explorer les opportunités qu offre l économie pour une mobilisation efficiente des ressources intérieures au Sénégal en vue d assurer le financement du développement et corriger le déséquilibre extérieur structurel. La collecte de recettes budgétaires est contrainte par le poids du secteur informel mais elle pourra être accrue à court terme par un meilleur suivi des entreprises, un système d échange de données entre les régies et les banques et direction de transport terrestre et une simplification du système fiscal. A long terme, les réformes nécessaires sont le développement du secteur financier et la collecte des taxes foncières ainsi que la rationalisation des dépenses fiscales. Pour la mobilisation de l épargne privée, il faut un renforcement de la supervision du système financier, la stabilité du cadre macroéconomique, la participation active des sociétés d assurance et des institutions de prévoyance sociale au marché financier, qui sera étendu à la CEDEAO, un maillage du territoire par les établissements de crédit avec des produits innovants, notamment les plans d épargne actions. Mots clés : ressources intérieures, CEDEAO, recettes budgétaires, épargne privée. Résumé analytique Le Sénégal est un pays côtier et sahélien, membre de l UEMOA et de la CEDEAO. Il a réalisé des performances économiques au cours des dernières années. Cependant, il enregistre un déficit structurel des transactions courantes imputable aussi bien à l Etat qu au secteur privé. Aussi, la mobilisation de ressources intérieures dans le pays est-elle indispensable pour corriger ce déficit et financer le développement économique et social. L environnement politique et institutionnel de mobilisation de ressources intérieures y est bien encadrée, par des textes nationaux et de l UEMOA. Toutefois, la multiplicité des textes de référence dans le système fiscal nécessite une rationalisation et une unification en un document unique. De même, la concentration des établissements de crédit dans la région de Dakar et le vieillissement du personnel des régies financières imposent des mesures de correction à travers une politique optimale de recrutement. Grâce au cadre politique et institutionnel et à la performance économique des dernières années, les ressources intérieures (publiques et privées) ont progressé continuellement, mais demeurent insuffisantes pour assurer le financement des programmes de développement et corriger le déséquilibre extérieur structurel de l économie. Toutefois, des marges de progression importantes des ressources intérieures persistent en raison de : (i) l étendue des dépenses fiscales ; (ii) des perspectives de croissance économique favorables à moyen et long terme ; iii) de la bonne santé financière des établissements de crédit ; (iv) du nombre limité de comptes de la clientèle au niveau des établissements de crédit ; (v) de la faible couverture de la population en police d assurance ; et (vi) de la timide participation des ménages, des entreprises et des institutions de prévoyance sociale au marché financier. Les principaux défis à relever pour réussir le pari de mobilisation de ressources intérieures portent sur la formalisation du secteur informel, la mise en place d un mécanisme efficace de prélèvement des taxes urbaines, la rationalisation des dépenses fiscales, la réforme des systèmes de retraite, le développement du secteur financier à travers la réduction des transactions en espèces, l établissement d un marché financier à l échelle de la CEDEAO et l instauration d une culture financière pour une plus grande participation des ménages, des entreprises, des sociétés d assurance et des institutions de prévoyance sociale au marché financier. Les établissements financiers doivent étendre leur maillage du territoire avec des produits innovants, notamment les plans d épargne actions au niveau des banques ou des sociétés d assurance. Par ailleurs, la politique de mobilisation de ressources intérieures doit être en cohérence avec la stratégie de croissance et de développement pour éviter une épargne privée oisive et une épargne publique qui affecte la compétitivité de l économie. Enfin, la CEDEAO doit élaborer une politique régionale de fiscalisation du secteur minier pour éviter des concurrences nuisibles entre les pays membres. 4

5 I. CONTEXTE, REVUE DE LITTERATURE ET HYPOTHESES DE TRAVAIL Le Sénégal est un pays côtier membre de UEMOA et de la CEDEAO. Il a accédé à l indépendance en 1960 et instauré le multipartisme politique en Sa population est estimée à environ 12 millions d habitants en 2010 pour une superficie de Km 2, soit une densité de 61 habitants/ Km 2. Le Sénégal est un pays sahélien avec une saison des pluies qui s étale de juin à octobre et qui est caractérisée par des précipitations moyennes de 894 mm en 2010, variant du nord au sud où les précipitations moyennes annuelles dépassent 1200 mm. Le Sud Ouest du pays subit depuis 1982 une rébellion indépendantiste y installant un climat d insécurité, sur une superficie de Km2, soit 7,5% du territoire national entre la Gambie et la Guinée Bissau. Présentation de l économie sénégalaise L agriculture concentre, en moyenne, plus de la moitié de la population active occupée, en particulier en milieu rural. Les principales cultures du pays sont l arachide, le mil et le sorgho, tandis que la principale denrée alimentaire du pays est le riz dont la production intérieure a atteint l équivalent du tiers de la consommation totale. Encore sujette aux aléas climatiques, l agriculture voit son poids baisser dans l économie. La valeur ajoutée de l agriculture passe de 14% du PIB dans les années 80 à 8% en Par ailleurs, grâce à 714 Km de côtes réputées parmi les plus poissonneuses au monde avec celles de la Mauritanie, l activité de pêche est le deuxième secteur d exportation du pays (163,2 milliards FCFA en 2010, soit 15,6% des exportations de biens), après le tourisme. Au total, le secteur primaire (agriculture, élevage, forêt, chasse et pêche) représente 15% du PIB en 2010 contre 20% dans les années 80 et 25% pendant les années 60. Misant sur sa position géographique de carrefour vers l Afrique, l Europe et l Amérique, le Sénégal a opté dès les années 60 pour le développement du tourisme qui, depuis 2007 constitue la 1 ère source de devises du pays (222,8 milliards en 2010, soit 3,5% du PIB correspondant à environ touristes). L économie sénégalaise est essentiellement tertiaire (commerce, transport et télécommunications, services immobiliers, tourisme et autres services) avec les services marchands qui représentent plus de 45% du PIB en Au total, le secteur tertiaire contribue à plus de 60% à la formation du PIB. Le secteur secondaire contribue à un peu plus de 20% à la formation du PIB. Il est constitué essentiellement d industries alimentaires, d industries chimiques (fabrication d acide phosphorique, cimenteries, et raffinerie de pétrole) et du BTP. Les activités extractives ont longtemps concerné : (i) le phosphate exploité dans la région de Thiès pour la fabrication d engrais et d acide phosphorique dont les exportations constituent la troisième source de devises du pays (103,2 milliards FCFA en 2010) ; (ii) le sel, extrait particulièrement au niveau de la petite côte (entre Dakar et Kaolack), (iii) le calcaire à la sortie de la capitale pour la fabrication de ciment et (iv) le sable pour les besoins de construction de BTP. Depuis 2009, l exploitation de l or au Sénégal oriental a pris une importance avec des exportations dépassant 80 milliards par année, soit la quatrième source de devises du pays. En ce qui concerne le secteur informel, son poids a peu changé depuis les années 80 ; il a généré 49,4% de la valeur ajoutée totale de l économie sur la période et 46,8% en Le secteur informel constitue l essentiel du secteur primaire (98%) tandis qu il est moins important dans les secteurs secondaire (43,5% sur la période ) et tertiaire (46,3%). L économie a enregistré de 1960 à 1994 une croissance inférieure au croît démographique (2,7%), en raison notamment d une faible compétitivité. En 1994, la monnaie nationale commune à tous les pays de l UEMOA, le FCFA, a été dévaluée de 50% en monnaie étrangère par rapport au Franc Français de l époque, auquel elle était arrimée, suivant une parité fixe avec une convertibilité illimitée. A la faveur de la dévaluation et de l ensemble du programme de réformes structurelles ayant suivi, l économie a enregistré l une 5

6 des meilleures performances macroéconomiques en Afrique subsaharienne, au cours des années avec un taux de croissance moyen annuel du PIB réel de 4,5%. Tableau 1: indicateurs macroéconomiques de 2000 à 2010 Source : DPEE Cependant l économie est restée vulnérable et a connu en 2002 une croissance de 0,7%, à la suite d une baisse de 34,5% de l activité agricole. La flambée des cours internationaux des produits énergétiques et alimentaires s est traduite en 2007 et 2008 par une inflation de 6% contre une moyenne de 2,4%. Y compris l impact de la crise financière de 2009, le taux de croissance économique est tombé à 3,2% en moyenne annuelle sur la période Depuis 2010, une reprise est amorcée, en liaison avec le redressement de l activité économique mondiale et les politiques intérieures de relance initiées. Le taux de croissance économique est estimé à 4,2% en 2010 et est projeté à 4% en La gestion budgétaire est marquée au cours de la dernière décennie ( ) par un solde public structurellement déficitaire. Le déficit public s est accentué lors de la deuxième moitié des années 2000, en raison d une hausse plus rapide des dépenses publiques que des recettes totales (dons compris). Les investissements publics sont orientés vers les secteurs sociaux (25% des investissements publics) et les infrastructures, en vue de l atteinte des OMD et de taux de croissance économique plus élevés. Ils représentent 40% des dépenses publiques totales et sont financés depuis 2005, à hauteur de 60% sur ressources intérieures. La dette publique est composée essentiellement de la dette extérieure qui a bénéficié de l initiative PPTE dont le point d achèvement est obtenu en 2004 et de l initiative IADM en Au total, le taux d endettement public extérieur est tombé à 18% en 2006 contre 70% en En 2010, la dette publique extérieure est évaluée à 1750,3 milliards, soit 27,5% du PIB et la dette publique totale à 34,4% du PIB; ce qui dénote d une accumulation rapide de la dette publique. Sur le plan des échanges avec l extérieur, l économie est également structurellement déficitaire. Le déficit extérieur courant (transferts officiels compris) a tourné autour de 7,9% du PIB sur la période avec des pics en 2007 (11,6% du PIB) et 2008 (14,2% du PIB), reflétant la facture des importations de produits alimentaires et énergétiques. Hors dons, il s est situé systématiquement au dessus de la norme communautaire de la CEDEAO de 5% (cf. tableau 1) avec des pics pendant les années 2007 (12,6%) et 2008 (-14,7%). L économie est ainsi caractérisée par un déficit structurel d épargne publique et privée vis-à-vis de l investissement, donnant lieu à un déficit des échanges courants avec l extérieur. 6

7 Tableau 2: Ecart épargne investissement en moyenne sur la période Epargne - investissement Source : DPEE et nos calculs Secteur public Secteur privé Secteur extérieur -3% -4,9% -7,9% Pertinence de l étude La persistance du déficit commercial chronique signifie que : le Sénégal trouve structurellement des devises nécessaires pour le financement d importations au-delà des possibilités offertes par les recettes d exportation. La nature des importations, le faible taux d épargne intérieure et les difficultés que rencontre l économie à réaliser les taux de croissance nécessaires à l atteinte des OMD et l émergence économique, appellent conjointement des investissements plus porteurs d exportations et de valeur ajoutée et des exportations génératrices davantage de revenus et d épargne intérieure. L accroissement de l épargne traduirait ainsi une moindre préférence pour le présent et ouvrirait la voie à l amélioration du profil de consommation et d importations. Il permettrait également de renforcer les ressources intérieures disponibles pour financer le développement ; les besoins en devises associés au financement du déficit commercial sont satisfaits à travers l appartenance du Sénégal à l UEMOA mais également par les flux d aide publique au développement, les envois de fonds des sénégalais de l extérieur et dans une moindre mesure, les flux d investissement direct étranger. Or depuis 2008, ces flux de devise sont frappés d incertitude avec la crise économique et sociale profonde dans les économies de l OCDE, origine des flux d aide publique, de capitaux privés et de touristes pour le Sénégal et destination majeure des émigrés sénégalais. Pour faire face aux menaces que fait peser ce climat d incertitude sur l économie, le Sénégal doit compter davantage sur les ressources intérieures. C est ainsi que le Consensus de Monterrey de 2002 sur le financement du Développement a établi que les ressources financières extérieures ne permettraient pas à elles seules d atteindre les OMD et qu il était nécessaire de mettre en place des stratégies de mobilisation de ressources intérieures, notamment celles publiques plus stables, avec un effet limité sur la dette publique et susceptibles de créer une plus grande responsabilité dans la gestion de ces ressources. À l image des pays développés, les pays en développement doivent s appuyer essentiellement sur les ressources intérieures pour financer leur économie. Le Gouvernement du Sénégal a compris l intérêt de la mobilisation de ressources intérieures et a intégré cette dimension dans les documents de politiques économiques. Toutefois, les résultats obtenus demeurent modestes avec une pression fiscale de 18,9% du PIB en 2010 contre un plancher communautaire de la CEDEAO de 20% et un financement bancaire de l économie de 26% du PIB. Il convient dès lors d élever au rang de priorité la mobilisation de ressources intérieures. Au vu des récents développements économiques et sociaux que connait le Sénégal, la mobilisation de ressources intérieures signifie, dans la présente étude, l accroissement optimal des recettes budgétaires, une hausse significative de l épargne intérieure et son orientation vers des investissements encore plus riches en emplois productifs et en flux d exportations. L objet de la présente étude est d explorer les opportunités qu offre l économie pour une telle mobilisation efficiente des ressources intérieures ; ce qui lui assure toute sa pertinence. Revue de littérature. S agissant des ressources intérieures publiques, Tanzi et Zee (2000) ont confirmé que le ratio de l impôt au PIB dans un pays donné est déterminé par un ensemble de facteurs structurels, principalement le revenu par habitant, le degré d urbanisation, le taux 7

8 d alphabétisation, la part de l industrie, de l agriculture et des industries extractives dans le PIB et le niveau des échanges commerciaux. Ces études ont été corroborées par Bird et autres (2004). Cependant, DIAGNE et THIAW (2008) ont affirmé que le secteur informel au Sénégal ne constitue pas un grand gisement fiscal dans la mesure où l impôt théoriquement dû par les entreprises du secteur informel ne représente environ que 3% de leur chiffre d affaires. Toutefois, il convient de signaler que si ces entreprises se formalisaient, elles seraient soumises au régime normal qui leur appliquera des taxes plus importantes. Madai et autres, (2008) ont relevé, en sus de ces variables, le degré de monétarisation de l économie et la préférence pour la liquidité parmi les déterminants de la fiscalité au Niger. Le degré de monétarisation de l économie est appréhendé par le ratio de la masse monétaire au PIB nominal (coefficient de liquidité). Il favorise la traçabilité des transactions économiques et donc leur imposition. S agissant de la préférence pour la liquidité, elle est estimée par la part des billets et pièces dans la masse monétaire. Elle apprécie le poids des transactions effectuées sur billets et pièces ou en cash au détriment de transactions avec des moyens de paiement beaucoup plus modernes (chèques, cartes et virements bancaires, etc.). Elle est préjudiciable au recouvrement de recettes budgétaires. Selon Piancastelli (2001), les comparaisons de performances en matière de recouvrement de recettes fiscales doivent être fondées sur la capacité contributive du pays qui est le rapport entre la pression fiscale effective et l estimation du potentiel de recouvrement fiscal de l économie. L application de cette méthode dans le rapport de la Banque Africaine de Développement et de l OCDE sur les perspectives économiques en Afrique de 2010 montre que sur 42 pays africains, ce ratio varie entre 0,5 et 3 en 2007 et que le niveau élevé de l effort fiscal de la plupart des pays s explique essentiellement par les ressources minières (pétrole, pierres précieuses). Pour le cas du Sénégal, ce ratio est évalué à environ 1 ; ce qui signifie que le niveau de recouvrement est conforme aux caractéristiques structurelles de l économie. Cette étude est reprise par l AMAO (2001) pour les pays de la CEDEAO. Cabrillace et autres (2008) ont précisé l importance du marché des titres publics, qui constitue la 1 ère étape pour développer le marché des titres privés par la mise en place d infrastructures de marché appropriées, par les effets d apprentissage des acteurs de marché et par la constitution d un portefeuille de titres de référence. Ce marché des titres publics permet, par ailleurs de stimuler l épargne des ménages, de réduire le risque de change global et de faciliter le financement par l Etat de son programme d investissement (emprunts obligataires) et de couvrir ses besoins temporaires de trésorerie (Bons de Trésor). S agissant de l épargne privée, Serres et Pelgrin (2001) estiment qu elle est influencée par les taux d épargne du secteur public, la structure démographique de la population (mesurée par le ratio de dépendance des personnes âgées), le taux de croissance de la productivité de la main-d oeuvre, les variations des termes de l échange, le taux d intérêt réel et le taux d inflation. En ce qui concerne les marchés financiers, Mac-Kinnon (1973) et Shaw (1973) soulignent que pour améliorer leur efficacité, il faut nécessairement une libéralisation financière. Toutefois, Mac-Kinnon (1991) indique que la discipline budgétaire et le contrôle monétaire sont les préalables à la mise en place de politiques de libéralisation financière. Pour Johnston et Pazarbasioglu (1995), les politiques macro-économiques de stabilisation constituent le préalable à toute libéralisation. Quant à Fry (1998), il insiste sur les différences institutionnelles (les modes et la qualité de la supervision prudentielle). Serieux (2008) met en évidence la nécessité de changements structurels plus profonds probablement au-delà de la politique financière si l on souhaite améliorer sensiblement la mobilisation des ressources intérieures en Afrique subsaharienne. Définition du Problème et objectifs L objet de cette étude est d identifier les pistes ou solutions à mettre en œuvre pour améliorer de manière significative la mobilisation de ressources intérieures au Sénégal. Ces solutions déboucheront sur des recommandations qui pourront être classées suivant l échéance (court terme et moyen et long terme). Pour cela, l étude vise spécifiquement à : 8

9 évaluer les performances du Sénégal en matière de mobilisation de ressources intérieures (publiques et privées) ; passer en revue l efficience dans la gestion des ressources intérieures examiner les défis aux quels il convient de faire face pour faciliter la mobilisation des ressources ; et dégager les recommandations idoines pour une meilleure politique de mobilisation de ressources intérieures. Méthodes d analyse et source des données La démarche adoptée sera fondée essentiellement sur la description et l analyse des tableaux, figures et statistiques disponibles. Au besoin, des résultats seront tirés d une étude économétrique. Les données proviennent de revues documentaires et de statistiques secondaires produites par les services nationaux et internationaux. L étude a été enrichie par les observations des services en charge de la mobilisation de ressources intérieures (régies financières, système bancaire, administrations en charge de la politique de crédit et d assurance etc.). Avant d aborder les points ci-dessus relevés, il convient au préalable de passer en revue l environnement politique et institutionnel qui encadre la mobilisation de ressources intérieures au Sénégal. II. Politique économique de Mobilisation de Ressources intérieures Dans cette partie, il sera examiné l environnement politique de mobilisation de ressources intérieures, à savoir le système fiscal et les différents produits d épargne privée. Par la suite, l environnement institutionnel sera passé en revue. 1. L environnement politique Politique de mobilisation de recettes budgétaires La politique nationale de recouvrement des recettes budgétaires est encadrée sur le plan législatif et règlementaire par : le Code général des Impôts, qui a connu plusieurs modifications, notamment : (i) en 2001 avec la transposition dans le dispositif interne, des directives de l UEMOA en matière de fiscalité indirecte et ; (ii) en 2004 avec la simplification du système fiscal. Ce Code régit les impôts directs et indirects, les droits d enregistrement, de timbre et de publicité foncière et ; le Code des douanes qui précise les droits fiscaux et les droits qui doivent être payés par les importateurs et exportateurs de biens et services à partir du territoire douanier sénégalais. En outre, il existe un certain nombre de régimes dérogatoires, notamment : le Code des investissements qui précise des avantages accordés pendant la phase de réalisation et d extension des investissements d un montant supérieur ou égal à 15 millions FCFA ainsi que pendant la phase d exploitation. le Statut de l'entreprise franche d'exportations (EFE) pour une entreprise exerçant une activité éligible i, et dont le potentiel d'exportation est d'au moins 80 pour cent de son chiffre d'affaires. La durée de validité du statut est de 25 ans non renouvelable. le code minier qui régit la recherche, l exploitation et la concession des gîtes des substances minérales classées en régime minier. Il a été modifié en 2003 pour introduire des avantages fiscaux et douaniers pour une durée de 7 ans, pouvant aller jusqu à 15 ans pour les grands projets d investissements. le Code pétrolier, accordant des avantages fiscaux et douaniers dans l exploration, le développement et l exploitation des hydrocarbures et ; le Code forestier, consacrant le paiement de permis d exploitation, d amendes et de pénalités. 9

10 Tableau 3: principales taxes au Sénégal Taxe Nature de la taxe Déductions et exemptions Taux IS Taxe annuelle sur les bénéfices des sociétés. l administration publique et les activités qui tournent autour de l agriculture - 25% - 15% pour les entreprises sous le régime d Entreprise Franche d Exportation IMF sur les sociétés taxe annuelle appliqué lorsque l entreprise ne déclare pas de bénéfice. Entreprises publiques parapubliques 1ère année d activité ; journaux ; et si CA 250 millions ; si 250 < CA et 500 millions et ; - 1 million si CA > 500 millions I.R.P.P taxe proportionnelle levée sur les salaires, revenus, pensions et rentes viagères La taxe graduelle concerne le revenu total des résidants IRVM/IRCM Revenus issus des dividendes et intérêts CGU synthétique pour les entreprises dont CA 50 millions. CFCE appliquée sur les salaires, revenus et allocations Contribution foncière des propriétés bâties (CFPB) et non bâties Droits d enregistrement Droits de timbre TVA Annuelle sur le revenu ou la rente des immeubles de plus de 5ans. création ou fusion d entreprises, capitalisation, transfert d actions, et d obligations, transactions, mariages, décès. Documents à caractère civil, juridique et judiciaire Prélevée sur la production et l importation. Dérogations pour les allocations de retraite et indemnités de licenciement Rentes, pensions alimentaires et primes d assurances vie. Revenu taxable divisé en parts suivant la taille de la famille du contribuable. Taille maximale de 5. Activités commerciales non Administration centrale et locale, organisations internationales Buildings administratifs, religieux, établissements scolaires, entrepôts agricoles. Exportations, éducation, santé, services administratifs et : 0 - > : 11% Par escaliers (10 catégories) dont : Moins de : 0% et Plus de : 50% Revenus actions : 10% ; bonds de trésor : 13% ; obligations (>5ans) : 6% autres revenus : 16% comptes de dépôts et courants : 8% CA en milliers de FCFA Varie par escaliers entre 5000 (CA ) et (CA compris entre 47 et 50 millions). 3% pour tous les salariés nationaux et étrangers 15% pour les propriétés bâties et taxe annuelle de 5% de la valeur vénale pour celles non bâties Taux proportionnel variant entre 0,2% et 15% Si capital <10 millions : ; sinon 1% du capital. Taxes variant entre 2000 et , suivant l acte Montant variant entre 100 FCFA et FCFA 18% et 10% pour le tourisme 10

11 Taxe Nature de la taxe Déductions et exemptions Taux Droits d accise Prélevée sur le tabac, l alcool, les boissons gazeuses, le thé, les noix de cola, le café, les corps gras et les parfums Produits pétroliers Droits de porte Appliquée sur la valeur Caf des importations TOB Taxe sur les contrats d assurance Taxe sur les véhicules à moteur intérêts et commissions des banques et institutions financières primes d assurance et autres frais collectés par l assureur Taxe annuelle administrée suivant la puissance du véhicule. Source : FMI (2011) et rapport pays du FMI (2005) d assurance. Exportations et alcool utilisé pour des besoins de médicaments ou religieux Les produits originaires de l UEMOA bénéficient d une réduction de 5% Assurance vie et produits similaires Alcool : 40% ; Parfums : 12,5% Boissons gazeuses : 2,75% Thé et café : 3,8% ; Cola : 30% tabacs économiques : 20% tabacs «premium» : 45% corps gras : 5%, 12% et 15% Super : 206,65 FCFA/litre Ordinaire : 188,47 FCFA/litre Essence pirogue : 38,56 FCFA/litre Diesel : 93,95 FCFA/litre produits de première nécessité : 0%, biens d équipement : 5%, biens de consommation intermédiaire : 10% consommation finale : 20% Taux normal : 17% Taux réduit : 7% sur les transactions relatives aux exports Incendie : 20% Transport maritime, aérien et fluvial : 5% Assurance groupe : 3% Rentes viagères : 6% crédit d exports : 0,25% autres : 10% Véhicules administratifs Particuliers : de à ; Commerciaux : de 7500 à ; Taxe additionnelle véhicules sociétés : à L examen du système fiscal révèle que : - il a été simplifié au cours des dernières années avec l instauration d un taux unique de TVA (18%) et la baisse de l Impôt sur les bénéfices des sociétés à 25% ainsi que l agrégation des diverses taxes payées par les Petites et Moyennes Entreprises en une taxe unique : la CGU. - il est attractif pour l exportation et l agriculture. - En revanche, il persiste une multitude de documents de référence régissant la politique de mobilisation de recettes budgétaires par l Etat ; ce qui affecte son efficacité. - la complexité de la fiscalité directe, en particulier en ce qui concerne, l IRPP avec 10 catégories et la CGU (20 catégories) ainsi que l IMF, constitue une contrainte aussi bien pour le contribuable que les services de recouvrement et ; - l étendue des exonérations dont l efficacité en matière d attraction d investissement n est pas avérée. Politique de mobilisation de ressources privées Secteur bancaire La politique de mobilisation de ressources intérieures privées est assurée : (i) sur le plan communautaire par la BCEAO et (ii) au niveau national par la DMC du Ministère de l Economie et des Finances. 11

12 La BCEAO a en charge, notamment la définition de la loi bancaire applicable aux banques et aux établissements financiers. La DMC est chargée : (i) de participer à l élaboration et de veiller à l application de la réglementation relative à l exercice de la profession bancaire et des professions s y rattachant et (ii) d assurer l exercice de la tutelle et du contrôle du Ministère de l Economie et des Finances sur les banques et les établissements financiers. A ce titre, la DMC accorde les agréments aux banques et établissements financiers visant à exercer leur activité sur le territoire national. Les produits d épargne et les types de crédits accordés par les trois plus grandes banques de la place sont résumés ainsi qu il suit : Tableau 4: produits d'épargne proposés par les principales banques en 2011 NATURE TAUX DE REMUNERATION DUREE Logement 4 à 4,5% 2 à 4 ans Epargne retraite 3,5% Durant vie active Epargne-crédit 3,5% Minimum 12 mois Epargne jeunes 3,5% à 4% Maximum 18 ans Bons de caisse A négocier avec la banque 1 à 3 ans Compte à terme A négocier avec la banque 1 à 3 ans voire 8 ans ( car huit) Source : sites Web de SGBS, CBAO, BICIS Il apparaît une multitude de produits d épargne offerts aux particuliers et aux entreprises. Toutefois, la rémunération semble faible, variant entre 3,5% et 4,5%. Avec l inflation qui est de 2% en moyenne, les taux d intérêt réels fluctuent autour de 2%. Ce faible taux de rémunération des dépôts est imputable à la concurrence limitée. Des produits d épargne plus attractifs peuvent être établis, notamment les Plans d Epargne Actions (PEA), prenant la forme d un compte titre qui permet de gérer un portefeuille d actions. Les opérations boursières sur le PEA sont exonérées d'impôt s il est détenu durant une période minimale (5 ans par exemple) ainsi que les dividendes des produits. Tableau 5: Types de crédits accordés par les principales banques en 2011 NATURE TAUX D INTERET DUREE Crédit épargne-logement 5,5% à 6% Maximum 20 ans Epargne-crédit 10% Maximum 60 mois Immobilier 10% (ou négocier avec banque) Maximum 20 ans Consommation 12% Maximum 60 mois Automobile 11% (ou négocier avec banque Maximum 60 mois Etudes 9,36% ou négocier avec banque 5 à 7 ans Découvert 14% 1 an Crédit d investissement A négocier avec la banque Au minimum 2 ans avec possibilité de dépasser 7 ans Crédit de fonctionnement Négocier avec banque Négocier avec banque, en fonction Opérations diverses-placements Placements BRVM au taux du marché Source : sites Web de SGBS, CBAO, BICIS du projet Dépend du marché sous-régional 12

13 S agissant du crédit, les taux sont élevés (au minimum 9% à l exception du crédit épargne-logement). Pour la plupart des prêts, la durée et le coût sont négociés avec la banque dans une fourchette qui reste élevée avec beaucoup de garanties exigées. Globalement, le taux de base moyen ressort à 8,3%. Au total, la marge des banques est assez importante, même si elle a légèrement baissé au cours des dernières années, passant de 7,1 en 2006 à 6,8 en En comparaison aux autres pays de l UEMOA, elle semble tout de même plus faible sauf au Bénin. De 2006 à 2009, elle s est établie à 7,5 dans l UEMOA. La concurrence doit être instaurée, notamment par l information du public sur les conditions de banque et la sensibilisation des associations de consommateurs. Secteur de la micro finance Une forme alternative de financement est apparue ces dernières années : la micro finance qui a pour objectif de promouvoir des structures de financement capables d'assurer la mobilisation de la petite épargne en milieu rural et urbain et de créer les conditions d'une insertion progressive du secteur informel dans l'économie moderne. Le cadre réglementaire régissant l activité des Institutions de Micro-Finance au Sénégal est structuré autour de la loi portant réglementation des IMEC. Cette loi vise notamment l'intégration de la finance informelle dans le cadre légal. Les SFD sont des institutions dont l'objet principal est d'offrir des services financiers à des personnes qui n'ont généralement pas accès aux opérations des banques et établissements financiers. Ils sont régis par la loi du 03 septembre Secteur des assurances Le secteur des assurances est régi au Sénégal par la CIMA et regroupant les pays de la zone franc de l Afrique de l Ouest, du Centre et des Îles Comores. La politique de développement du secteur relève de la Direction des Assurances chargée de la mise en œuvre de la politique nationale en matière d assurance. Tableau 6: Types de branches d'assurance au Sénégal Assurance vie et capitalisation Grande branche collectives complémentaire capitalisation acceptation Autres risques Assurance dommage Accidents corporels automobiles Incendies et autres dommages aux biens R.C générale transport Acceptation et autres risques Source : Rapport sur le secteur des assurances (2008), Direction des Assurances En dehors du système bancaire et du secteur des assurances, il existe la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) basée à Abidjan avec des antennes nationales dans chaque pays membre de l UEMOA. La Sécurité sociale La sécurité sociale est prise en charge au Sénégal par : (i) le FNR, (ii) l IPRES et (iii) la CSS. Elle porte sur le régime de retraite, les prises en charge médicales et les allocations familiales ainsi que les réparations des accidents du travail. Le FNR concerne le personnel soumis au statut général des fonctionnaires et aux statuts portant législation des magistrats, militaires et paramilitaires. Le personnel du secteur privé est soumis à l IPRES (retraite) et à la CSS (autres prestations sociales). Les cotisations sociales à l IPRES et au FNR sont obligatoires et proportionnelles au revenu, ainsi que le montant des pensions. Les pensions sont reversées aux retraités, aux veufs ou veuves et orphelins de père ou de mère, à charge en cas de décès d un salarié ou d un retraité. 13

14 Le régime de retraites au Sénégal a un fonctionnement par répartition : redistribution au cours de l année, sous forme de pensions versées aux retraités, des cotisations encaissées la même année auprès des actifs. Tableau 7: financement des branches de la sécurité sociale dans le secteur privé (IPRES et CSS) Branches Part employeur Part salarié Total Plafond Prestations familiales 7%.. 7% mensuel (FCFA) Accidents de travail et 1% ; 3% ; 5 selon.. 1% ; 3% ; 5 selon maladies professionnelles risques encourus risques encourus Vieillesse IPRES 8,4% 5,6% 14% Vieillesse Complémentaire 3,6% 2,4% 6% Maladies (IPM) 3% 3% 3% Source : Centre des Liaisons Européennes et Internationales de Sécurité Sociale Dans le cas du FNR, la contribution à la charge de l employé est de 12% et elle comprend la solde indiciaire ; le complément spécial de solde ; l indemnité de résidence ; l indemnité différentielle dégressive en cas de changement de corps ; l indemnité spéciale pour l enseignement ; et les augmentations et ajustements de salaire. Quant à la contribution patronale, elle est de 23%, soit un total de 35%. 2. L environnement institutionnel Environnement institutionnel de mobilisation de ressources publiques La DGID a en charge la liquidation et le recouvrement des recettes budgétaires intérieures (fiscales et non fiscales) ii. Les recettes fiscales du cordon douanier sont liquidées par la DGD et les paiements sont effectués auprès de la DGCPT. Toutefois, le recouvrement des recettes issues du revenu du domaine minier et forestier pose problème. En effet, les opérateurs dans ces deux secteurs ont pour interlocuteurs directs respectivement la Direction des Mines et de la géologie et la Direction des Eaux et Forêts qui délivrent les permis d exploitation et procèdent à l arrestation des contrevenants à la loi pour les besoins d amende et de pénalité. La DGID et la DGD ont signé chacun un contrat de performance avec le Ministère de l Economie et des Finances, respectivement en 2009 et en 2011, qui induit des objectifs de performance à atteindre aussi bien en termes de service de qualité aux usagers que de maîtrise de l assiette et de contrôle et recouvrement ; l objectif étant de porter la pression fiscale à plus de 20%. En contre partie, les conditions de travail de ces deux régies doivent être améliorées par la tutelle. Ils portent sur : L informatisation à travers l installation du logiciel dénommé SIGTAS (Système Informatique de Gestion des Taxes au Sénégal) et de l intranet dans tous les Centres de Services Fiscaux (CSF) de la DGID et le déploiement effectif du système Gaindé 2010 à la Douane ; L équipement de tous les CSF et bureaux de douane en véhicules tout terrain, groupes électrogènes, équipement de reprographie et ; Le renforcement du maillage du territoire par la construction de CSF, brigades spécialisées, services d accueil et le renforcement des ressources humaines. En ce qui concerne la DGID, elle a identifié dans son contrat de performance, un besoin de 578 personnes à recruter à moyen terme pour rendre opérationnels les services fiscaux départementaux (150 personnes), les services d accueil (19 agents), les brigades spécialisées (20 agents) ainsi que pour faire face à la mise à niveau des services (238 agents) et aux départs à la retraite (151 agents). S agissant des titres publics, les Bons de trésor sont d une durée inférieure ou égale à 2 ans qui servent à l émetteur (Etat) à gérer ses décalages de trésorerie et au souscripteur à 14

15 placer temporairement ses excédents de trésorerie. Ils sont émis par la DGCPT, sous forme de Bons sur formules ; Bons en comptes de dépôts ou en compte courants. Ils peuvent être émis en relation avec la BCEAO qui assure la fonction de conseiller des pays membres de l UEMOA. Dans ce cas, l on parle d émission de titres publics par adjudication. Les emprunts obligataires ou obligations sont également émises par le Ministère de l Economie et des Finances qui met en place un comité présidé par un Conseiller Technique du Ministère et composé de la DGCPT et de structures en charge des questions économiques, telles que la Direction de la Prévision et des Etudes Economiques. Des sociétés de gestion et d intermédiation sont contactées pour assurer le rôle d arrangeur et de co-chefs de file des placements des opérations. Les obligations du Trésor ont des maturités supérieures à deux (02) ans. La valeur nominale des obligations du Trésor est de dix mille (10.000) FCFA ou d'un multiple de ce montant. Le marché où les emprunts sont levés est appelé marché des capitaux. Les premières émissions de titres au niveau de ce marché remontent en Les obligations du Trésor peuvent être échangées sur le marché secondaire, à la BRVM ou en dehors de la BRVM. En outre, il est créé depuis janvier 2011, une Direction de la Dette publique au sein de la DGCPT qui regroupe la gestion de la dette extérieure et intérieure. Elle vise à renforcer l efficacité de la politique d endettement public. Enfin, il est mis en place, en 2006, sous l autorité du MEF, un établissement public à statut spécial : la CDC. La CDC est chargée principalement de gérer les dépôts (CNE et comptes d épargne logement) appartenant aux organismes et aux fonds qui y sont tenus ou qui le demandent ainsi que les services relatifs aux caisses ou aux fonds dont la gestion lui a été confiée. Environnement institutionnel de mobilisation de ressources privées secteur bancaire Le système bancaire est composé de la BCEAO et des banques commerciales qui collectent des dépôts et accordent des crédits à l Etat, aux entreprises et aux ménages. Le réseau bancaire est composé de 19 banques dont deux d origine nigériane (UBA et Diamond Bank), et une dont le capital est majoritairement d origine marocaine (CBAO- ATWB). Celle-ci dispose d un maillage du territoire beaucoup plus important au niveau national avec 75 agences dont plus de la moitié (37) sont à Dakar. Elle est suivie de la SGBS (50 agences) et d Ecobank (34 agences) considérée comme la plus dynamique du fait notamment de sa vitesse de déploiement dans le pays, malgré sa faible expérience. Au total, il existe 298 agences bancaires au niveau national dont 62% sont concentrées à Dakar. Seules les régions de Thiès (29), Diourbel (21) et Saint-Louis (20) disposent de plus de 10 agences bancaires. Malgré la présence d agences régionales de la BCEAO, les régions de Kaolack et de Ziguinchor ne disposent respectivement que de 9 et 7 agences bancaires. Cette répartition géographique des banques induit une contrainte d accès au financement pour la plupart des régions, notamment celle de Fatick ne disposant que d une seule agence (la CNCAS), sur une population d environ habitants et celle de Kaffrine n ayant aucune agence bancaire. Au total, malgré les disparités entre les régions, le nombre d agences bancaires a progressé au cours des des dix dernières années en s établissant à 298 à fin mai 2011 contre une centaine d agences il y a 10 ans. Il existe également au Sénégal deux établissements financiers, tous basés à Dakar, à savoir : Locafrique et Alios, soit au total 21 établissements financiers à caractère bancaire. 15

16 Tableau 8: Répartition des banques au niveau des régions en mai 2011 RESEAU BANCAIRE A FIN MAI 2011 Régions Banques Dakar Thiès Diourbel Louga Saint Louis Matam Kédougou Tamba Kaffrine Kaolack Fatick Ziguinchor Kolda Sédhiou TOTAL CBAO ATWB BICIS SGBS Bank Of Africa (BOA) Ecobank CNCAS UBA BRS Crédit du Sénégal BIS BHS Banque Atlantique BSIC BIMAO Citibank Crédit International Diamond Bank BRM ICB TOTAL % 61,7 9,7 7,0 3,0 6,7 1,7 0,7 2,0 0,0 3,0 0,3 2,3 1,3 0,3 100,0 Source : DMC Secteur de la micro finance On dénombre 342 systèmes financiers décentralisés (SFD) en Elles se répartissent en deux catégories : les Institutions Mutualistes ou Coopératives d Epargne et de Crédit (340) et les sociétés commerciales (2). Au total, le taux de bancarisation est de l ordre de 20%, en tenant compte des SFD. Les SFD sont bien représentés au niveau national ; une cartographie numérisée avec un détail allant jusqu au niveau des communautés rurales est consultable sur le site internet la Direction de la Règlementation et de la Supervision des Systèmes Financiers Décentralisés (DRS/SFD) : Toutefois, une enquête a relevé la forte mortalité de ces structures (81 SFD) en 2010 et l existence de structures non agréées (36), exerçant dans l illégalité. Secteur des assurances Les sociétés d assurance sont affiliées à la Fédération Sénégalaise des Sociétés d Assurance. Elles comprennent : (i) 15 sociétés d assurance dommage ; (ii) 06 sociétés d assurance vie ; (iii) une société de Réassurance ; (iv) une compagnie nationale d assurance agricole créée en 2009 et (v) un fonds de garantie automobile. III. Performances en matière de mobilisation de ressources intérieures Ce chapitre analyse les performances des rubriques suivantes: les recettes budgétaires, le marché des titres publics (capitaux et monétaires), le marché financier, la sécurité sociale et le secteur des assurances. 1. Recouvrement de recettes budgétaires Les recettes budgétaires sont constituées de recettes fiscales et de recettes non fiscales. Elles ont progressé continuellement de 1997 à 2010, à l exception de l année 2009 où elles ont régressé de 2,6%, en liaison avec la crise financière. Ainsi, elles sont passées de 432,2 milliards en 1997 à 1245,7 milliards en 2010, soit un taux d accroissement moyen annuel d environ 9%. 16

17 a) Les recettes fiscales Les recettes fiscales ont enregistré au cours des dernières années un taux de croissance moyen annuel de 9%, de sorte que le montant a triplé entre 1997 et 2010, passant de 401 milliards à 1199,4 milliards. Cette performance est imputable à l activité économique avec un taux de croissance moyen annuel du PIB nominal de 6,8% et à l élargissement de l assiette. Au Sénégal, la pression fiscale (ratio recettes fiscales rapportées au PIB nominal) est estimée à 18,9% en 2010, soit à un niveau supérieur au seuil de convergence de l UEMOA (17%) mais inférieur à celui de la CEDEAO (20%). Globalement, les recettes fiscales sont constituées essentiellement d impôts indirects qui représentent en moyenne environ 13% du PIB, soit à un niveau supérieur à celui des pays en développement et ceux industrialisés où le taux tourne autour de 10% du PIB. S agissant des impôts directs, ils tournent autour de 4,7% du PIB sur la période , soit à un niveau inférieur à la moyenne des pays de l Afrique subsaharienne (7% du PIB) et des pays de l OCDE (plus de 20%) ; ce qui dénote d une étroitesse de la base fiscale des impôts directs. Tableau 9: Evolution de la structure fiscale de 2000 à 2010 Structure des recettes fiscales IMPOTS DIRECTS 24,3% 25,2% 28,5% impôts sur les sociétés 9,2% 9,9% 9,4% IRPP 11,8% 11,9% 15,6% IRVM / IRCM 1,9% 2,2% 2,4% Taxe sur la plus value immobilière 0,1% 0,2% 0,2% CFCE 1,2% 1,1% 0,9% 2- IMPOTS INDIRECTS 72,1% 70,7% 67,1% 2.1 TAXES SUR BIENS ET SERVICES (yc.tva porte) 55,2% 54,4% 51,4% Taxes sur biens et services intérieurs 34,5% 32,3% 31,0% TVA intérieure hors pétrole 14,2% 16,8% 18,0% TVA intérieure pétrole 5,3% 1,7% 1,7% Taxe sur les opérations. Bancaires (TOB) 1,7% 2,1% 2,6% Taxe sur la Consommation Hors pétrole 1,2% 2,4% 1,4% Taxe spécifique pétrole 10,2% 7,4% 6,3% FSIPP 0,00% 0,00% 0,94% pm : TOTAL Droits de Douanes 37,5% 38,4% 35,2% TVA à l'import 20,7% 22,1% 20,4% 2.2 DROIT DE PORTE 16,8% 16,3% 14,8% 3- DROITS ENREGIST. ET TIMBRE 3,7% 4,1% 4,4% RECETTES FISCALES 100% 100% 100% Source : Données DPEE et nos calculs L analyse dynamique de cette structure au cours des dix dernières années montre une progression lente et continue des impôts directs et des droits d enregistrement et de timbre qui passent respectivement de 24,3% et 3,7% du total des recettes fiscales, en 2000, à 28,5% et 4,4% en La progression des impôts directs est imputable essentiellement à l Impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) qui représente 54,8% des impôts directs, en 2010 contre 48,6% en Le dynamisme de l IRPP est le fait des retenues à la source. Quant à l Impôt sur les sociétés (IS), son poids a baissé entre 2005 et

18 Parallèlement, le poids des impôts indirects a baissé de 5 points de pourcentage par rapport à 2000 pour se situer à 67,1% et Cette situation est le fait aussi bien des taxes sur biens et services intérieures que des droits de douane. Impôts directs Les impôts directs sont constitués essentiellement de l impôt sur le revenu (65% des impôts directs en 2010) qui regroupe l IRPP et l Impôt sur le revenu des valeurs mobilières et des capitaux mobiliers (IRVM/IRCM). L impôt sur les revenu a progressé plus vite que le PIB hors secteur primaire. Cette situation peut s expliquer par la hausse des revenus, notamment dans le secteur public où le salaire moyen est passé de FCFA en 2002 à FCFA en 2010 ainsi que par l augmentation de l emploi dans le secteur moderne. S agissant de l impôt sur les bénéfices des sociétés (IS), il a connu une évolution continue et accélérée jusqu en 2005 avec un taux de croissance moyen annuel de 14,7%. Cependant, à partir de 2006, il a amorcé une tendance baissière qui pourrait découler plutôt des exonérations accordées aux entreprises. Par ailleurs, l IS reste concentré sur trois secteurs : les télécommunications, le secteur bancaire et le commerce qui génèrent au total plus de 65% de la taxe dont plus de 40% est imputable au sous-secteur des télécommunications. Cette situation traduit une vulnérabilité et ce, d autant plus que le sous-secteur des télécommunications ne compte que trois sociétés (SONATEL, SENTEL et Expresso) dont le chiffre d affaires ralentit depuis Impôts indirects L analyse par type de taxe des impôts indirects, révèle que la Taxe sur la Valeur ajoutée (TVA) est la principale pourvoyeuse de recettes. Son poids a progressivement augmenté dans le temps, passant de 48,4% du total des impôts indirects en à 60% en Elle représente 36,3% des recettes fiscales en 2010, et se décompose en deux parties : la TVA intérieure et la TVA de porte liquidée au niveau du cordon douanier. La TVA intérieure hors pétrole est générée à plus de 50% par le secteur industriel. Par branches d activités, le sous-secteur des télécommunications reste le principal pourvoyeur de TVA (27%), suivi des industries alimentaires (25%) et du commerce. Les droits de porte constituent la deuxième ligne génératrice d impôts indirects (22,1% des impôts indirects). Les Droits de porte hors pétrole ont progressé de 6% sur la période , suite au boom enregistré en 2001 (+30,8%). Les produits pétroliers ont généré 18,1% des recettes fiscales en moyenne sur la période avec une contribution plus importante des taxes spécifiques (45% en 2010). Cette situation s explique par le nombre élevé de surtaxes, notamment depuis 2006 : taxes spécifiques et Fonds de Sécurisation des Importations de Produits Pétroliers (FSIPP). Figure 1: Evolution du ratio recettes douanières rapportées aux recettes fiscales Source : DPEE et nos calculs 18

19 En ce qui concerne les recettes douanières, elles épousent une tendance baissière, reflétant la transition fiscale au profit de la fiscalité intérieure. D ailleurs, depuis 1998, les recettes douanières représentent moins de 45% des recettes fiscales totales, conformément au premier critère sur la transition fiscale au sein de l UEMOA iii. Droits d enregistrement et de timbre Les droits d enregistrement et de timbre (DET) tournent autour de 4,1% des recettes fiscales en moyenne. Ils sont tirés, de façon générale par les droits d enregistrement dont le poids est passé de moins de 60% des DET en 1997 à plus de 75% en Encadré : Déterminants de la pression fiscale au Sénégal b) Les recettes non fiscales Les recettes non fiscales représentent en moyenne 0,8% du PIB et 4,7% des recettes budgétaires en moyenne sur la période ( ), ce qui est assez faible eu égard au potentiel de l économie sénégalaise. Elles sont composées essentiellement de dividendes et produits financiers (plus de 60% en moyenne des recettes non fiscales) ainsi que de revenus du domaine (plus de 25% des recettes non fiscales). En ce qui concerne les dividendes, ils proviennent des sociétés à participation publique. De nos jours, seule la SONATEL verse des dividendes alors que le portefeuille de l Etat est composé de plus de 20 entreprises parapubliques. 2. Le Marché des titres publics a) Les Bons de Trésor Sur la période , les émissions de Bons de Trésor iv ont crû continuellement pour atteindre 95 milliards en Ces titres ont permis de financer en moyenne 30% du déficit public par année. Les émissions de Bons de trésor représentent 25% des levées de bons de Trésor dans la zone UEMOA v, faisant du Sénégal le second animateur du marché sous-régional derrière la Côte d Ivoire. 19

20 Figure 2: Emission de Bons de Trésor en milliards de FCFA Source : BCEAO ( ) et DPEE ( ) b) Les emprunts obligataires Globalement, l encours du marché régional des capitaux à fin juin 2011 est estimé à 1271,4 milliards de FCFA, soit environ 4% du PIB de la zone UEMOA. L Etat du Sénégal a lancé avec succès pour la 1 ère fois, en 2005, un emprunt obligataire pour un montant de 45 milliards au taux de 5,5% sur la période Cet emprunt visait à financer le Programme d Amélioration de la Mobilité Urbaine (PAMU). En 2009 et 2010, le Sénégal a également levé des emprunts obligataires pour des montants respectifs de 130 et 143 milliards dont 20% et 10% sont issues des autres pays membres de l UEMOA. De façon générale, la durée moyenne d émission des emprunts obligataires est de 5 ans. Toutefois, des emprunts obligataires pour des échéances respectives de 10 ans et 3 ans ont été émis avec succès en 2007 et en en avril Les émissions totales de titres publics en 2010 (225 milliards) représentent 3,5% du PIB en 2010 et dépassent pour la 1 ère fois les tirages sur ressources extérieures, y compris l assistance PPTE (209,6 milliards). Le taux d intérêt rémunérateur des obligations a tout de même augmenté, en passant de 5,5% sur la période à 6,5% en Cette situation pourrait refléter une détérioration de la qualité de la signature de l Etat, en raison notamment de l aggravation du déficit public depuis 2006 (cf. III efficacité de la gestion des ressources intérieures). 3. Le Marché financier Le marché financier est constitué, au niveau local, du système bancaire et de la micro finance, et à l échelle de l UEMOA, par la BRVM. Le marché mobilise l épargne des ménages et des entreprises qu il transforme en crédits. L épargne nationale a progressé en passant de 16,7% du PIB en moyenne sur la période à 17,4% du PIB en (cf. tableau ci-dessous). Toutefois, elle demeure faible bien qu elle soit supérieure au niveau moyen dans l UEMOA (14,6% du PIB). Dans la CEDEAO, le taux d épargne nationale n est élevé qu au Nigeria et au Cap Vert avec des niveaux dépassant 30% du PIB. En conséquence, il devient difficile de mobiliser une épargne suffisante à transformer en crédits, tant au niveau local que régional (UEMOA), sans élargir le marché à la CEDEAO. L installation de banques nigérianes dans l UEMOA, notamment au Sénégal (UBA et Diamond Bank) constitue un début d exportation de leur épargne excédentaire qu il convient d encourager. 20

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Royaume du Maroc Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Introduction Définition Avantages fiscaux accordés par l Etat en vue d encourager des personnes physiques ou morales, en renonçant

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 3 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2001-2002 18 juillet 2002 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2002

Plus en détail

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE»

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» «LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» I. Introduction II. Définitions des notions clés III. Optimisation des régies financières IV. Conclusion INTRODUCTION

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements»

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements» Les dépenses fiscales Les difficultés de définir la norme Les dépenses fiscales s analysent comme «des dispositions législatives ou réglementaires dont la mise en œuvre entraîne pour l Etat une perte de

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 341 II. LISTE DES TABLEAUX... 341 III. PRESENTATION... 342 IV. METHODOLOGIE... 342 V. DÉFINITIONS... 342 VI. SOURCES DE DOCUMENTATION...

Plus en détail

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13 Impression : 23/04/13 RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATON ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition?

Impôts 2015. Revenus des valeurs et capitaux mobiliers. les revenus imposables. les revenus exonérés d impôt sur le revenu. quelle imposition? Impôts 2015 Revenus des valeurs et capitaux mobiliers les revenus imposables les revenus exonérés d impôt sur le revenu quelle imposition? abattements, crédits d impôt, prélèvements sociaux Les revenus

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

L ASSURANCE DANS UNE AFRIQUE EN MUTATION

L ASSURANCE DANS UNE AFRIQUE EN MUTATION L ASSURANCE DANS UNE AFRIQUE EN MUTATION Saliou BAKAYOKO Directeur Général de LMAI-VIe Membre du Groupe SUNU 1 «Sans système de protection sociale, pas de développement économique et sociale durable» 2

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA

NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA 1 MGE CONSEIL 2 NOTRE ZONE D INTERVENTION : L UEMOA L Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) est une organisation de l Afrique de l ouest, qui a comme mission la réalisation de l'intégration

Plus en détail

SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE

SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE SYMPOSIUM SUR LA PROTECION SOCIALE Abidjan, 24-26 Juin 2015 1 Thème : PLACE DES ASSUREURS PRIVES DANS LE SYSTEME DE PROTECTION SOCIALE : ENJEUX ET PERSPECTIVES Par Saliou BAKAYOKO Directeur Général de

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES 1 II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES II.4.1. FINANCES PUBLIQUES Les opérations financières du Trésor se sont clôturées sur un déficit budgétaire (base droits constatés) plus lourd, passant de 19.477,7 à

Plus en détail

LES ECHOS DE LA BOURSE

LES ECHOS DE LA BOURSE LES ECHOS DE LA BOURSE Newsletter N 041(25 au 29/07/2011) Dans ce numéro : Evolution graphique des indices 25 au 29 Juillet 2011 Evolution des indices au cours de la période BILAN DE LA SEMAINE AGENDA

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS

LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS LE NOUVEAU CODE DES INVESTISSSEMENTS I) CONTEXTE II) LES GRANDS CHANGEMENTS III) DISPOSITIF DE GESTION DU CODE REGIMES: BENEFICE DES AVANTAGES PLUS FAVORABLES MECANISME DE CONTRÔLE ET DE SUIVI EVALUATI

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Lettre de demande de données pour l Annuaire des SFP 2014 RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Récapitulatif des modifications apportées au système de classification

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

III. PROFILS DE TRÉSORERIE 2003-2004

III. PROFILS DE TRÉSORERIE 2003-2004 III. PROFILS DE TRÉSORERIE 2003-2004 RÉGIME GÉNÉRAL BAPSA FSPOEIE CANSSM CNRACL La notion de besoin de trésorerie doit être distinguée de celles de besoin de financement ou de résultat comptable. Ces dernières

Plus en détail

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Par : Service de fiscalité PRÉSENTATION Veuillez prendre note qu'il ne s'agit pas d'un résumé exhaustif de toutes les mesures contenues

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

La réforme de l administration fiscale au Cameroun

La réforme de l administration fiscale au Cameroun Conférence sur la mobilisation des recettes fiscales dans les pays en développement Washington, 17-19 avril 2011 La réforme de l administration fiscale au Cameroun Alfred Bagueka ASSOBO Introduction (02)

Plus en détail

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN

DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN 4 th Forum (4 ème Forum) of Debt Management Facility Stakeholder s 2-3 May, 2013 Berlin (Germany) DEBT SUSTAINABILITY AND DEBT MANAGEMENT STRATEGY IN DEVELOPING COUNTRIES THAT ARE SEEKING NON CONCESSIONAL

Plus en détail

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN EXTRAIT DE LA LOI N 2013/004 DU 11 AVRIL 2013 TITRE II CHAPITRE I DES INCITATIONS FISCALES ET DOUANIERES ARTICLE 5. Les incitations

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

Contribution de la Direction de la Monnaie et du Crédit au rapport thématique 2011 du Ministère de l Economie et des Finances

Contribution de la Direction de la Monnaie et du Crédit au rapport thématique 2011 du Ministère de l Economie et des Finances Contribution de la Direction de la Monnaie et du Crédit au rapport thématique 2011 du Ministère de l Economie et des Finances Cette contribution porte sur la situation du secteur bancaire et sur les autres

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015 1 Introduction 1. Généralités Le particulier est confronté à titre principal à trois impositions : - l imposition de sa consommation (TVA, taxes sur les carburants, tabacs, alcools,...) : c est l imposition

Plus en détail

LA COORDINATION DECISIONS DE REFORMES PORTANT SUR LA FISCALITE ET LA PARAFISCALITE

LA COORDINATION DECISIONS DE REFORMES PORTANT SUR LA FISCALITE ET LA PARAFISCALITE REPUBLIQUE DU CONGO -------------------------- LA COORDINATION DECISIONS DE REFORMES PORTANT SUR LA FISCALITE ET LA PARAFISCALITE Mai 2013 Sommaire Sommaire...2 A - La situation Congo avant des les réformes

Plus en détail

Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale

Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale Avant-projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 présenté aux caisses nationales de sécurité sociale Dossier de presse 6 juin 2014 Une poursuite de la réduction du déficit

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE

COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE Pour mieux comprendre COMPÉTITIVITÉ EMPLOI EN AGRICULTURE LE GOUVERNEMENT S ENGAGE L agriculture est un secteur stratégique pour l économie française et dispose d atouts considérables. Avec ses 450 000

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme

Analyse Financière. A souscrire. INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme INTRODUCTION EN BOURSE Offre Publique à Prix Ferme Augmentation de capital et admission au marché principal de la cote de la bourse par Offre à Prix Ferme auprès du public de 1 million d actions nouvelles

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Tableau de Bord des Finances Publiques

Tableau de Bord des Finances Publiques Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de Bord des Finances Publiques février 2010 Sommaire Note de présentation I Tableaux des indicateurs statistiques et graphiques

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail