Gestion, contraintes, innovations et perspectives dans le domaine de la gestion de l eau des piscines publiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion, contraintes, innovations et perspectives dans le domaine de la gestion de l eau des piscines publiques"

Transcription

1 Journées d Etude Nationales, 21 mars 2012 Gestion, contraintes, innovations et perspectives dans le domaine de la gestion de l eau des piscines publiques Serge Lucas, directeur de la piscine sports loisirs de Cesson Sévigné, Président de l ANDIISS Bretagne Bertrand Poitou, directeur des sports de Joué les Tours, Vice-Président de l ANDIISS

2 Plan de l intervention 1) Contraintes et qualité des eaux de piscine 2) Les techniques employées pour le traitement de l eau 3) Innovation et réflexion sur le traitement et la gestion de l eau, cas particulier de la piscine de Cesson Sevigné et autres exemples

3 1) Contraintes et qualité des eaux de piscine a) Les contraintes réglementaires de traitement (Annexe1) b) Éléments influençant la qualité de l eau (Annexe 2) - les effectifs présents - l activité proposée - la saison - l hygiène des locaux et des baigneurs

4 2) Les techniques employées pour le traitement de l eau a) Le recyclage b) La filtration (annexe 3) 1. Filtre à sable 2. Filtre à diatomée c) La désinfection/chloration (annexe 4) 1. Le chlore 2. L ozone (annexe 5) 3. Le PHMB d) La déchloramination 1. Lampe à Ultra Violet

5

6 JEN 2012, gestion, contraintes, innovations, perspectives dans le domaine de la gestion de l eau des piscines publiques Filtre à sable Ozonateur Filtre à diatomée Lampe UV

7 3) Innovation et réflexion sur le traitement et la gestion de l eau, cas particulier de la piscine de Cesson Sevigné et autres exemples a) Ultrafiltration b) Billes de verre polarisées c) Récupération des eaux des analyseurs d) Récupération de chaleur sur le circuit d eau usée e) Pompe à débit variable f) Déchloration de l eau à l air g) Tour de striping : limitation THM (TriHaloMéthane)

8 ULTRAFILTRATION Description du principe L ultrafiltration est un ensemble de module de filtration supplémentaire et de désinfection des eaux de lavage Bac tampon Retour bassin ou bac tampon Egout

9 ULTRAFILTRATION Avantages Réduction de l eau d appoint et récupération des eaux de lavage d où un gain d énergie Temps d amortissement court Exploitation entièrement automatique Double barrière antivirus L appareil est également compatible avec l eau salée des bassins de piscine Intervalle de récupération est auto-optimisé Structure compacte, peu encombrante Inconvénients Prévoir un bas tampon complémentaire Investissement aux alentours de 40k Difficile à adapter dans le cadre d une restructuration d équipement Exemple(s) : En service dans la piscine de Pornic (44)

10 BILLES DE VERRE POLARISÉES Principe Des billes de verre polarisées sont utilisées en remplacement du sable pour la filtration de l eau La polarisation des billes, par son magnétisme, favorise la capture des particules d impuretées Avantages Une eau beaucoup plus transparente Des lavages de filtres plus espacés Économie d eau et d énergie Inconvénients Cout d achat de cette masse filtrante Obligation de remplacer les crépines des fonds de filtre Peu de retour dans le temps sur la fiabilité du produit Exemple(s) : Piscine de Carpiquet à proximité de Caen (14), Chevreuse (78)

11 RECUPERATION DES EAUX DES ANALYSEURS Principe Réemployer l eau servant aux analyses obligatoires des eaux de baignades Avantages Economie d eau (1 litre/mn par appareil de mesure soit 540 m3 par an à Cesson Sévigné) Économie de chauffage Inconvénient peu Exemple(s) : Piscine de Cesson Sévigné

12 RECUPERATION DE CHALEUR SUR CIRCUIT D EAU USÉE Principe Préchauffage de l apport d eau neuve par échange thermique avec le circuit d eau usée Avantages Gain énergétique Inconvénients Mise en œuvre et cout de l installation Exemple(s) : Piscine de Levallois (cf annexe)

13 TOUR DE STRIPING : LIMITATION DES THM Principe Aspiration de l eau présente dans les bacs tampon, puis pulvérisation de celle ci dans une colonne (réacteur) dans laquelle de l air est propulsé. Cette action, cumulée avec une extraction de l air vers l extérieur permet d éliminer en grand nombre les THM présents initialement dans l eau.

14 TOUR DE STRIPING : LIMITATION DES THM Extraction extérieur Eau pulvérisée Bac tampon Air pulsé Retour vers filtration

15 TOUR DE STRIPING : LIMITATION DES THM Avantages Amélioration du confort des usagers et des personnels Installation simple même sur des piscines existantes Réduction de l adduction d eau neuve Inconvénients Rejet en extérieur des THM (atténué cependant par la présence de filtre à charbon actif) Cout de l installation Exemple(s) : Piscine de Cesson Sévigné (35)

16 DECHLORAMINATION DE L EAU A L AIR Principe Récupération des eaux allant à l égout dans des bassins de décantation à l air libre, une succession de trois bassins permet de déchlorer cette eau en 72h Avantages Economie sur les taxes à la contribution du retraitement des eaux usées Réemploi de l eau : arrosage espace vert, nettoyage urbain, réutilisation pour les sanitaires de la piscine Faible cout d investissement Rapide retour sur investissement Inconvénients Difficile à mettre en œuvre dans un équipement déjà en place S assurer d une bonne maitrise du chlore Exemple(s) : Piscine de St Lô (50)

17 Pour prolonger nos échanges et consulter cette présentation et les annexes Serge Lucas Bertrand Poitou

18 Annexe 1 Textes de référence

19 Gestion de l eau au quotidien Code de la santé publique - Articles L à L Article L Légifrance (Modifié par Ordonnance n du 23 février art. 7) Sont déterminées par décret les modalités d application du présent chapitre relatives aux eaux de baignade, et notamment : 1 Les règles sanitaires auxquelles doivent satisfaire les eaux de baignade en fonction notamment de la nature, de l usage et de la fréquentation des installations, et suivant qu il s agit d installations existantes ou à créer ;

20 ANALYSE DES EAUX DE PISCINE 1.CONTROLE DE LA CHLORATION 2.A. CHLORE ACTIF 3.B. CHLORE LIBRE 4.C. CHLORAMINES 5.D. CHLORE TOTAL : ACIDE HYPOCHLOREUX + HYPOCHLORITE + CHLORAMINES 6.POTENTIEL HYDROGENE (PH) 7.APPORTS D'EAU NEUVE

21 Article D L'eau des bassins des piscines doit répondre aux normes physiques, chimiques et microbiologiques suivantes : 1 Sa transparence permet de voir parfaitement au fond de chaque bassin les lignes de nage ou un repère sombre de 0,30 mètre de côté, placé au point le plus profond ; 2 Elle n'est pas irritante pour les yeux, la peau et les muqueuses ; 3 La teneur en substance oxydable au permanganate de potassium à chaud en milieu alcalin exprimée en oxygène ne doit pas dépasser de plus de 4 mg/l la teneur de l'eau de remplissage des bassins ; 4 Elle ne contient pas de substances dont la quantité serait susceptible de nuire à la santé des baigneurs ; 5 Le ph est compris entre 6,9 et 8,2 ; 6 Le nombre de bactéries aérobies revivifiables à 37 C dans un millilitre est inférieur à 100 ; 7 Le nombre de coliformes totaux dans 100 millilitres est inférieur à 10 avec absence de coliformes fécaux dans 100 millilitres ; 8 Elle ne contient pas de germes pathogènes, notamment pas de staphylocoques pathogènes dans 100 ml pour 90 % des échantillons.

22 APPORTS D'EAU NEUVE 1Article D L'eau des bassins doit être filtrée, désinfectée et désinfectante. L'alimentation en eau des bassins doit être assurée à partir d'un réseau de distribution publique. Toute utilisation d'eau d'une autre origine doit faire l'objet d'une autorisation prise par arrêté préfectoral sur proposition du directeur général de l'agence régionale de santé après avis du conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques.

23 Gestion des apports d eau neuve Art. 1er - Les dispositions suivantes sont applicables aux piscines visées à l'article 1er du décret N du 7 avril Art. 2 - L'apport d'eau neuve au circuit des bassins doit se faire en amont de l'installation de traitement par surverse dans un bac de disconnexion. Toutes dispositions doivent être prises pour éviter la contamination de l'eau des réseaux de distribution par celle des circuits intérieurs des piscines et celles des bassins des eaux usées. Art. 3 - Un renouvellement de l'au des bassins à raison d'au moins 0,03 mètres cube par baigneur ayant fréquenté l'installation doit être effectué chaque jour d'ouverture; cette valeur peut être augmentée par le préfet lorsque les résultats d'analyses font apparaitre que l'eau d'un bassin est de qualité insuffisante. Un ou plusieurs compteurs totalisateurs réservés exclusivement à l'enregistrement des renouvellements journaliers sont installés. Afin de mieux maitriser les apports d apports d eau neuve dans un équipement aquatique La pose de sous compteur par alimentation et par bassin en aval du comptage principal est nécessaire

24 EXIGENCES DE TRAITEMENT (Piscine recevant du public) 1) En l'absence de stabilisant : ph : 6, 9 à 7,7 chlore libre actif : 0,4 à 1,4 mg/l déterminé en fonction du ph et de la teneur en chlore libre (demander la table CIFEC 556 donnant les résultats en lecture directe), chlore combiné : pas plus de 0,6 mg/l de chloramines. 2) En présence de stabilisant : ph : 6,9 à 7,7. Chlore libre déterminé avec DPD1 au moins 2 mg/l, chlore combiné : pas plus de 0,6 mg/l de chloramines. stabilisants : teneur inférieure ou égale à 75 mg/l. EXIGENCE DE RECYCLAGE (Piscines publiques de plus de 240 m2) en 1/2 heure pour les pataugeoires ; (débit en m3/h = volume en m3 multiplié par 2), en 8 heures pour les bassins et fosses de plongée (débit en m3/h = volume en m3 divisé par 8 ou multiplié par 0,125), en 1 h 30 pour les parties des autres bassins de profondeur égale ou inférieure à 1,50 m : (soit débit en m3 = volume des parties concernées des bassins exprimé en m3 divisé par 1,5 ou multiplié par 0,667), en 4 h pour les parties des autres bassins de profondeur supérieure à 1,50 m (débit en m3/h = volume des parties concernées, exprimé en m3, divisé par 4 ou multiplié par 0,25). en 10 minutes pour les spas collectifs et bains bouillonnants Source : doc CIFEC, Piscine publique les 8 étapes

25 Annexe 2 Etude de cas sur la gestion de l eau des piscines faite par l Université Aix Marseille

26 Annexe 3 Document de la piscine municipale de Saint Paul lès Dax expliquant les principes de filtration

27 Annexe 4 Document sur l analyse des eaux de piscine

28 Annexe 5 Ozonation

29 Annexe 6 Exemple : Hygiène piscine DDASS Dordogne

30 Annexe 7 «Degrés bleus» ville de Levallois Chauffage de l eau de piscine par récupération de calories du réseau d eaux usées

31 Annexe 8 Schéma d exploitation

32 vers bac tampon eau de ville 10 injection chlore débitmètre compteur injection acide bac disconnexion clapet 3 refoulement 2 fond 1 bac tampon 8 préfiltre pompe eau non filtrée FILTRE 9 6 voyant égout Schéma d exploitation Vannes ouvertes Vannes fermées dif. manos 800 gr ou 9 et ou 9 et 11 eau non filtrée eau filtrée egout eau de vile égout

TRAITEMENT DES EAUX DE PISCINES PUBLIQUES

TRAITEMENT DES EAUX DE PISCINES PUBLIQUES Le traitement de l'eau des piscines collectives est soumis à un contrôle exigeant et une règlementation précise régit par les Directions Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales. Sovica-Loisirs

Plus en détail

Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011

Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011 Cas particulier des bains à remous 30 juin 2011 ARS Ile de France - Délégation Territoriale des Yvelines Service Contrôle et Sécurité Sanitaires des Milieux 2 Généralités sur la circulaire DGS du 27 juillet

Plus en détail

SOVICA-LOISIRS 57, montée de St Menet ZI Delta - La Valentine MARSEILLE Tél : Fax : RCS : Marseille B

SOVICA-LOISIRS 57, montée de St Menet ZI Delta - La Valentine MARSEILLE Tél : Fax : RCS : Marseille B SOVICA-LOISIRS 57, montée de St Menet ZI Delta - La Valentine 13011 MARSEILLE Tél : 04 91 43 21 84 - Fax : 04 91 27 07 61 RCS : Marseille B 070801022 Le traitement de l'eau des piscines collectives est

Plus en détail

DECLARATION D'OUVERTURE D UNE PISCINE / D'UN SPA

DECLARATION D'OUVERTURE D UNE PISCINE / D'UN SPA DECLARATION D'OUVERTURE D UNE PISCINE / D'UN SPA Je soussigné(e), Nom :... Qualité :... déclare procéder à l'installation d'une piscine à............ La date d'ouverture est fixée au... La fréquentation

Plus en détail

Validée par le Comité national de pilotage des Agences régionales de santé le 21 juillet 2010 N de visa : CNP 2010-164

Validée par le Comité national de pilotage des Agences régionales de santé le 21 juillet 2010 N de visa : CNP 2010-164 Ministère de la Santé et des Sports Direction générale de la Santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation Bureau de la qualité des eaux DGS/EA4 personnes

Plus en détail

Un ou plusieurs compteurs totalisateurs réservés exclusivement à l enregistrement des renouvellements journaliers sont installés.

Un ou plusieurs compteurs totalisateurs réservés exclusivement à l enregistrement des renouvellements journaliers sont installés. Arrêté du 7 avril 1981 (JO du 10 avril 1981) fixant les dispositions techniques applicables aux piscines modifié par arrêté du 28 septembre 1989 (JO 21 oct. 1989) et arrêté du 18 janvier 2002 (JO 23 janv.)

Plus en détail

DECLARATION D'OUVERTURE D UNE PISCINE Je soussigné(e), Nom :... Qualité :... déclare procéder à l'installation d'une piscine à Adresse :............ La date d'ouverture est fixée au... La fréquentation

Plus en détail

INAUGURATION DE L UNITE DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE BRIE

INAUGURATION DE L UNITE DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE BRIE F.GAUTHIER 27/06/13 INAUGURATION DE L UNITE DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE BRIE La mise en service de l usine de production d eau potable du Maine Joizeau a eu lieu le 27 mars 2012. Cette unité a la particularité

Plus en détail

Etablissements de natation recevant du public

Etablissements de natation recevant du public Agence Régionale de Santé de Haute-normandie délégation territoriale de l Eure Etablissements de natation recevant du public Ministère de la Santé ARS Délégation territoriale de l Eure Articulation autour

Plus en détail

Comment bien gérer sa piscine

Comment bien gérer sa piscine Comment bien gérer sa piscine conditions d un bon état sanitaire de la piscine Département sécurité des sanitaire des personnes et de l environnement 19 9 février mars 2015 2015 Piscine et hôtellerie de

Plus en détail

BORDEREAU DE Réhabilitation de la Piscine des Avenières

BORDEREAU DE Réhabilitation de la Piscine des Avenières 11 Traitement d'eau 1 Généralités 1.1 Objet du document 1.2 Consistance des travaux 1.2.1 Contenu des prix 1.2.2 Essais 1.2.3 Réception des travaux 1.2.4 Exploitation de l'installation 1.3 Documents à

Plus en détail

Données Principales caractéristiques des piscines ouvertes au public en France **** Agences régionales de santé

Données Principales caractéristiques des piscines ouvertes au public en France **** Agences régionales de santé Principales caractéristiques des piscines ouvertes au public en France **** Données 2007 Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation

Plus en détail

La meilleure des eaux pour votre piscine Tout d une seule source.

La meilleure des eaux pour votre piscine Tout d une seule source. La meilleure des eaux pour votre piscine Tout d une seule source. Nous redéfinissons le monde du traitement de l eau descon LE TRAITEMENT DE L EAU EN PERFECTION TOUT D UNE SEULE SOURCE. Fondée en 2010

Plus en détail

Protocole de mise en service et d arrêt de réseaux saisonniers d'alimentation en eau

Protocole de mise en service et d arrêt de réseaux saisonniers d'alimentation en eau Services de la réglementation et des opérations/service de l eau potable 1007, rue Century, Winnipeg (Manitoba) R3H 0W4 www.manitoba.ca/drinkingwater Protocole de mise en service et d arrêt de réseaux

Plus en détail

Délibération n 23/CP du 1 juin 2010

Délibération n 23/CP du 1 juin 2010 Délibération n 23/CP du 1 juin 2010 Guide d application DIRECTION DES AFFAIRES SANITAIRES ET SOCIALES Cellule Santé Environnement 5 Rue Gallieni BPN4 98851 Nouméa Cedex TEL : 24 37 17 FAX : 24 37 33 E-mail

Plus en détail

Les fi chessynteau. réutilisation DEs Eaux usées traitées : reuse. a Eaux usées n 5. intérêts. utilisations

Les fi chessynteau. réutilisation DEs Eaux usées traitées : reuse. a Eaux usées n 5. intérêts. utilisations Les fi chessynteau a Eaux usées n 5 NOVEMBRE 2012 réutilisation DEs Eaux usées traitées : reuse La réutilisation des eaux usées traitées (REUSE) a connu une croissance mondiale considérable lors des dix

Plus en détail

Rejets de piscine. 1. Activités/polluants potentiels. Activités concernées :

Rejets de piscine. 1. Activités/polluants potentiels. Activités concernées : Rejets de piscine 1. Activités/polluants potentiels Activités concernées : Entrants : Piscines à usage unifamilial Piscines ouvertes au public : ludiques ou de soin Eau (Alimentation en Eau Potable -AEP,

Plus en détail

LES DISCONNECTEURS. Alain Morissonnaud

LES DISCONNECTEURS. Alain Morissonnaud LES DISCONNECTEURS Alain Morissonnaud 2010 1 Généralités Rôles du système de remplissage Règlement sanitaire départemental Différents types de disconnecteurs Disconnecteur à zone de pression réduite non

Plus en détail

REFERENCES SPECIFIQUES 5 Dernières Années

REFERENCES SPECIFIQUES 5 Dernières Années REFERENCES SPECIFIQUES 5 Dernières Années AIRE AQUATIQUE PISCINE BUISSON ROND CHAMBERY ( 73 ) 2016 (en cours) CHAMBERY METROPOLE Architecte : Studio Arch ( Challes les eaux) 156 700 TTC BE Fluides : ABAC

Plus en détail

Extrait du CCTP du bassin de nage

Extrait du CCTP du bassin de nage Extrait du CCTP du bassin de nage Le bassin de nage couvre une surface de 510 m². Sa profondeur (2 m) est constante sur toute sa surface. La température de l eau du bassin est maintenue entre 28 et 30

Plus en détail

piscines en Languedoc- Roussillon

piscines en Languedoc- Roussillon BILAN 2010 DES CONTRÔLES EFFECTUÉS PAR L AGENCE RÉGIONALE DE SANTÉ LANGUEDOC-ROUSSILLON La qualité de l eau des piscines en Languedoc- Roussillon Sommaire UNE PISCINE: COMMENT CELA FONCTIONNE? LES RISQUES

Plus en détail

GESTION DE L'EAU. Process industriel. Sanitaires Local technique. Eau de sour GESTION DE L EAU

GESTION DE L'EAU. Process industriel. Sanitaires Local technique. Eau de sour GESTION DE L EAU Alors que la ressource en eau est impactée par l'accroissement quotidien de nos consommations et les modifications climatiques, il existe une ressource naturelle, gratuite et de très bonne qualité : l'eau

Plus en détail

QUALITE DES EAUX DE PISCINE

QUALITE DES EAUX DE PISCINE QUALITE DES EAUX DE PISCINE Département de la LOZERE Résultats 2009 et évolution depuis l année 2000 DELEGATION TERRITORIALE DE LA LOZERE Immeuble «Le Saint-Clair» - Avenue du 11 novembre BP 136-48005

Plus en détail

Piscines : point réglementaire

Piscines : point réglementaire Piscines : point réglementaire 02octobre 2012 Principales références juridiques: Articles L1332-1 à L1332-9, articles D1332-1 à D1332-13, et annexe 13-6 (installations sanitaires) du code de la santé publique.

Plus en détail

Bonnes pratiques de récupération d eau de pluie pour des usages professionnels

Bonnes pratiques de récupération d eau de pluie pour des usages professionnels Bonnes pratiques de récupération d eau de pluie pour des usages professionnels Plan de l intervention Contexte Installation et mise en œuvre, Réception et mise en service de l installation. 1. Contexte

Plus en détail

PISCINES PUBLIQUES Echanges sur les aspects techniques d une Piscine Publique

PISCINES PUBLIQUES Echanges sur les aspects techniques d une Piscine Publique PISCINES PUBLIQUES Echanges sur les aspects techniques d une Piscine Publique Une piscine, des ambiances La piscine est un lieu qui sollicite les 5 sens d une personne La vue, l ouie, l odorat, le toucher,

Plus en détail

Laboratoire de l Environnement et de l Alimentation de la Vendée

Laboratoire de l Environnement et de l Alimentation de la Vendée Laboratoire de l Environnement et de l Alimentation de la Vendée Organisation du LEAV Accréditation COFRAC (1-1064) : Prélèvements + mesures terrain + analyses (EIL+ audit externe tous les 15 mois) Tous

Plus en détail

Récupération et désinfection

Récupération et désinfection Série - + 366 Modules de récupération des eaux de pluie pour habitats individuels et petits collectifs Série AQUADA 370 Système de traitement U.V. pour habitats individuels et petits collectifs Xylem Water

Plus en détail

Les piscines à usage collectif

Les piscines à usage collectif Les piscines à usage collectif Guide des bonnes pratiques ARS PACA 132, Boulevard de Paris CS 50039-13331 Marseille Cedex 03 www.ars.paca.sante.fr Services Santé Environnement des Délégations Départementales

Plus en détail

Traitement de l eau pour les hôtels et complexes touristiques

Traitement de l eau pour les hôtels et complexes touristiques Traitement de l eau pour les hôtels et complexes touristiques L accès à de l eau propre et sûre est d une importance primordiale pour les complexes touristiques et hôtels. Cette eau peut être destinée

Plus en détail

Tomate hors sol Désinfection par ultrafiltration des solutions nutritives recyclées Bilan du projet 2013-2015

Tomate hors sol Désinfection par ultrafiltration des solutions nutritives recyclées Bilan du projet 2013-2015 Tomate hors sol Désinfection par ultrafiltration des solutions nutritives recyclées Bilan du projet 2013-2015 Fiche APREL 15-048 2015 Benjamin Gard, Ctifl / APREL Anne Terrentroy, CA13 Marianne De Conninck,

Plus en détail

Apports d'eau retenus (m3 / mois)

Apports d'eau retenus (m3 / mois) Nbre de baigneurs Apports d'eau retenus (m3 / mois) ratio l/ baigneur janvier 4 022 1 093 272 février 5 746 670 117 mars 6 299 715 114 avril 4 902 575 117 mai 5 695 650 114 juin 4 851 757 156 juillet 6

Plus en détail

Contrôle sanitaire des piscines essonniennes

Contrôle sanitaire des piscines essonniennes Qualité de l eau potable en Essonne Contrôle sanitaire des piscines essonniennes Essonne qui bouge 02/02/2016 Raphaël POVERT - 14/02/2014 - Fontainebleau 1 2 1 - L alimentation en eau potable : de la ressource

Plus en détail

Epuration Assainissement autonome

Epuration Assainissement autonome Epuration Assainissement autonome P20.1/2 Réglementation P20.3/4 Différentes filières de traitement P21 Fosses toutes eaux P22 Fosse toutes eaux polyéthylène P23 Micro station 20.0 Epuration Aspect réglementaire

Plus en détail

ljbntl B'll/III PrtIt UI RÉPUBUQ..UE FuNÇAISE Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports

ljbntl B'll/III PrtIt UI RÉPUBUQ..UE FuNÇAISE Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports ljbntl B'll/III PrtIt UI RÉPUBUQ..UE FuNÇAISE Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l'environnement et à

Plus en détail

Vade-Mecum. pour les piscines

Vade-Mecum. pour les piscines Vade-Mecum pour les piscines Construction Maintenance Exploitation Securité des lieux et des utilisateurs S OMMAIRE INTRODUCTION CHAPITRE 1 : LÉGISLATION 1.1. La législation relative aux bassins de natation

Plus en détail

Depuis plus de soixante-dix ans, produits et technologies pour le traitement de l eau. Institutional

Depuis plus de soixante-dix ans, produits et technologies pour le traitement de l eau. Institutional Depuis plus de soixante-dix ans, produits et technologies pour le traitement de l eau Institutional TABLEAU A. Normes pour l eau en entrée et contenue dans le bassin PARAMÈTRE EAU EN ENTRÉE EAU DU BASSIN

Plus en détail

L EAU DANS L HABITAT. Table ronde avec le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment

L EAU DANS L HABITAT. Table ronde avec le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment L EAU DANS L HABITAT Table ronde avec le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment Les consommations d eau dans l habitat 125 litres / personne / jour soit 42 m 3 / personne / an (340 jours) 95 litres

Plus en détail

D E S P I S C I N E S

D E S P I S C I N E S C O N S E I L D E P A R T E M E N T A L D E L O R D R E D E S M A S S E U R S - K I N E S I T H E R A P E U T E S D E L A G I R O N D E 26.02.2016 D E S P I S C I N E S TEXTES APPLI- CABLES Art D 1332-1

Plus en détail

exploitant des réseaux VEOLIA utilisateurs de l eau, la Communauté de Communes de Haute Saintonge, et la ville de Jonzac

exploitant des réseaux VEOLIA utilisateurs de l eau, la Communauté de Communes de Haute Saintonge, et la ville de Jonzac Commune de JONZAC Régularisation de l usage de l eau des forages du Roquet, de Thomazeau, de Champeau et d Heurtebise pour la baignade au complexe des Antilles et pour la baignade Les Prés des Roches DEMANDE

Plus en détail

ROF 2007_001. Ordonnance. modifiant le règlement sur l énergie. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg. Arrête: du 12 décembre 2006

ROF 2007_001. Ordonnance. modifiant le règlement sur l énergie. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg. Arrête: du 12 décembre 2006 Ordonnance du 12 décembre 2006 Entrée en vigueur : 01.01.2007 modifiant le règlement sur l énergie Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 9 juin 2000 sur l énergie; Arrête: Art. 1 Le règlement

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES - DESCRIPTIF TECHNIQUE

CAHIER DES CHARGES - DESCRIPTIF TECHNIQUE MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES REMPLACEMENT DU SYSTEME DE FILTRATION DU BASSIN 25,00 M X 12,50 M CAHIER DES CHARGES - DESCRIPTIF TECHNIQUE MAITRISE D OUVRAGE : Communauté

Plus en détail

Réussir l entretien de votre piscine

Réussir l entretien de votre piscine Réussir l entretien de votre piscine LES BONS CONSEILS POUR FAIRE SOI-MÊME! 1 L entretien de votre piscine L eau de votre piscine est sujette à une pollution permanente et doit être changée à peu près

Plus en détail

Dossier d informations sur les températures eau des bassins - air de la piscine du Naye

Dossier d informations sur les températures eau des bassins - air de la piscine du Naye Dossier d informations sur les températures eau des bassins - air de la piscine du Naye Mai 2012 A B C D Explication du fonctionnement de la piscine construite en 1974 Relevés températures eau (piscine

Plus en détail

MARCHE TYPE P2 PFI DECEMBRE 2015

MARCHE TYPE P2 PFI DECEMBRE 2015 MARCHE DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES POUR LA CONDUITE ET L ENTRETIEN (P 2 PFI) DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE ET DE PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE DE L EREA JACQUES BREL 92380 GARCHES ANNEXE

Plus en détail

PRESENTATION ET PROCEDURE DE NETTOYAGE DE LA PISCINE AVEC FILTRE A SABLE

PRESENTATION ET PROCEDURE DE NETTOYAGE DE LA PISCINE AVEC FILTRE A SABLE PRESENTATION ET PROCEDURE DE NETTOYAGE DE LA PISCINE AVEC FILTRE A SABLE L entretien de votre piscine L eau de votre piscine est sujette à une pollution permanente et doit être changée à peu près tous

Plus en détail

Cuisines professionnelles

Cuisines professionnelles Fiche commerciale Cuisines professionnelles Lumispace p l a f o n d f i lt r a n t INNOVATION 2010 Communiqué de presse Lumispace Plafond filtrant Un plafond filtrant fermé design à voûtes muni d un éclairage

Plus en détail

Guide pratique de l autosurveillance des piscines

Guide pratique de l autosurveillance des piscines Guide pratique de l autosurveillance des piscines 1 2 Introduction SOMMAIRE La baignade en piscine est un plaisir et doit le rester. C est également un facteur d attrait touristique dans notre région.

Plus en détail

23/05/2013. Prise en compte dans la PEB. Chauffage et ventilation. Déperditions calorifiques. Aspects importants pour le chauffage

23/05/2013. Prise en compte dans la PEB. Chauffage et ventilation. Déperditions calorifiques. Aspects importants pour le chauffage Prise en compte dans la PEB Chauffage et ventilation Bâtiments à haute performance énergétique Mai 2013 Les systèmes de chauffage et de ventilation sont pris en compte dans la PEB Consommation en énergie

Plus en détail

LA DÉSINFECTION DE L EAU DES PISCINES À L OZONE

LA DÉSINFECTION DE L EAU DES PISCINES À L OZONE LA DÉSINFECTION DE L EAU DES PISCINES À L OZONE INTERVENTION POUR L' ANDIISS Le 11 septembre 2008 Association Nationale des Directeurs et des Intervenants d Installation et des Services des Sports LES

Plus en détail

Lavage et désinfection : procédure manuelle. Lavage et désinfection : procédure en LDE. Lavage et stérilisation : autoclavage

Lavage et désinfection : procédure manuelle. Lavage et désinfection : procédure en LDE. Lavage et stérilisation : autoclavage Lavage et désinfection : procédure manuelle Lavage et désinfection : procédure en LDE Lavage et stérilisation : autoclavage Procédure manuelle DM utilisés en endoscopie : - Stérilisables - A défaut Désinfection

Plus en détail

L'eau chaude du futur RÉSERVOIR TAMPON CHAUFFAGE ET EAU GLACÉE MAINTIEN DE PRESSION FILTRE MAGNÉTIQUE. Fabrication Française

L'eau chaude du futur RÉSERVOIR TAMPON CHAUFFAGE ET EAU GLACÉE MAINTIEN DE PRESSION FILTRE MAGNÉTIQUE. Fabrication Française L'eau chaude du futur RÉSERVOIR TAMPON CHAUFFAGE ET EAU GLACÉE MAINTIEN DE PRESSION FILTRE MAGNÉTIQUE Fabrication Française TAMFROID-TAMPAC RÉSERVOIR TAMPON USAGE COLLECTIF CARACTÉRISTIQUES Les réservoirs

Plus en détail

Une eau cristalline, à la douceur incomparable.

Une eau cristalline, à la douceur incomparable. Une eau cristalline, à la douceur incomparable. Traitement de l eau exclusif à base de magnésium MagnaPool est un système qui révolutionne le traitement de l eau de la piscine. Le magnésium, un extraordinaire

Plus en détail

40 ml (volume du bouchon) de RENOLIT ALKORPLUS 81059 pour Pourquoi tout le monde demande la membrane RENOLIT ALKORPLAN? Pour son

40 ml (volume du bouchon) de RENOLIT ALKORPLUS 81059 pour Pourquoi tout le monde demande la membrane RENOLIT ALKORPLAN? Pour son 40 ml (volume du bouchon) de RENOLIT ALKORPLUS 81059 pour Pourquoi tout le monde demande la membrane RENOLIT ALKORPLAN? Pour son entretien facile. 50 m3 d eau; hebdomadairement pendant la saison. Ceci

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Réunion d informations. Communauté de Communes du Val de Saire

Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Réunion d informations. Communauté de Communes du Val de Saire Service Public d Assainissement Non Collectif (SPANC) Réunion d informations Communauté de Communes du Val de Saire Sommaire LE SPANC - Qu est ce que l Assainissement Non Collectif (ANC)? - Le SPANC -

Plus en détail

Traitement du lisier et des digestats - Tour d horizon et retour d expérience des procédés actuels -

Traitement du lisier et des digestats - Tour d horizon et retour d expérience des procédés actuels - Journées Technique Agricole, 20 juin 2013, Agroscope ART Tänikon Traitement du lisier et des digestats - Tour d horizon et retour d expérience des procédés actuels - Schéma de base du traitement Produit

Plus en détail

Guide du traitement d eau. l oxygène actif ou le chlore

Guide du traitement d eau. l oxygène actif ou le chlore Guide du traitement d eau l oxygène actif ou le chlore BEGINNING OUVERTUREOF SEA- 1. NETTOYER LA PISCINE Contrôler le bon fonctionnement de votre installation (filtre, pompe...) Nettoyer la ligne d eau

Plus en détail

Guide pratique de l autosurveillance des piscines

Guide pratique de l autosurveillance des piscines Guide pratique de l autosurveillance des piscines 1 Document édité par l Agence Régionale de Santé d Auvergne - Juin 2015 Directeur de la publication : François Dumuis Coordination : Cellule relations

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION De votre Piscine Oplus

GUIDE D UTILISATION De votre Piscine Oplus GUIDE D UTILISATION De votre Piscine Oplus SARL O+ Piscines ZA l Arnouzette 123, rue Brillât Savarin 11000 CARCASSONNE 04 68 10 10 01 contact@piscines-oplus.com Votre guide O+ Piscines CONSIGNES IMPORTANTES

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Santé environnementale SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Santé environnementale MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation Bureau

Plus en détail

Le plan piscines. Les quatre priorités

Le plan piscines. Les quatre priorités Le plan piscines 2010-2020 La Communauté urbaine de Strasbourg gère un parc de neuf piscines accueillant près de 1,3 million d usagers par an : Wacken, Centre nautique de Schiltigheim, Kibitzenau, Bains

Plus en détail

Usage et entretien de la piscine

Usage et entretien de la piscine Usage et entretien de la piscine!!! Ne jamais laisser les enfants seuls dans l eau ou à proximité de la piscine!!!!!! le portillon d accès doit toujours être fermé à clé et la poignée retirée quand personne

Plus en détail

Les meilleures solutions de traitement des eaux

Les meilleures solutions de traitement des eaux Les meilleures solutions de traitement des eaux Des solutions de pointe pour le traitement des eaux ZEOLIS est le nouveau système de recyclage d eau créé pour aider nos clients à améliorer la gestion de

Plus en détail

Bonnes pratiques de récupération d eau de pluie dans un bâtiment public

Bonnes pratiques de récupération d eau de pluie dans un bâtiment public Bonnes pratiques de récupération d eau de pluie dans un bâtiment public Plan de l intervention Installation et mise en œuvre, Réception et mise en service de l installation. Type d utilisation : Intérieur

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) COMMUNE de : DOSSIER de Mme / Mr : FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME Pour tous renseignements

Plus en détail

Le chauffage solaire thermique. Profitez d une énergie gratuite et du crédit d impôt

Le chauffage solaire thermique. Profitez d une énergie gratuite et du crédit d impôt Le chauffage solaire thermique Profitez d une énergie gratuite et du crédit d impôt Nos installations solaires se caractérisent par leur capacité d adaptation aux besoins de chaque client en fonction de

Plus en détail

Afth. thermoludisme Problématique de l alimentation en eau minérale naturelle d un Centre Thermoludique. CADRE REGLEMENTAIRE

Afth. thermoludisme Problématique de l alimentation en eau minérale naturelle d un Centre Thermoludique. CADRE REGLEMENTAIRE AFTH Bagnères de Bigorre le 7/11/2008 Jean-Bernard Bardet, CODEF CADRE REGLEMENTAIRE Décret n 81-324 modifié du 07.04.1981 fixant les normes d hygiène et de sécurité applicables aux piscines et aux baignades

Plus en détail

Les installations de ventilation à double flux doivent être munies de récupérateurs de chaleur

Les installations de ventilation à double flux doivent être munies de récupérateurs de chaleur Aide à l'application Installations de ventilation 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière d'énergie. Le présent

Plus en détail

Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002

Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002 Décrets n 2002-335 du 14 Février 2002 Décret n 2002-335 du 14 Février 2002, fixant le seuil duquel la consommation des eaux est soumise à un diagnostic technique, périodique et obligatoire des équipements,

Plus en détail

L énergie géothermique: un choix stratégique en matière de développement durable

L énergie géothermique: un choix stratégique en matière de développement durable L énergie géothermique: un choix stratégique en matière de développement durable Choix énergétiques, environnement et santé globale UQAM (Montréal) 17 novembre 2007 Denis Tanguay Président directeur-général

Plus en détail

Journée d information : les chloramines

Journée d information : les chloramines Journée d information : les chloramines 17 octobre 2013 Le décret du 7 avril 1981 Art 3 : l eau des bassins doit être filtrée, désinfectée et désinfectante Le décret du 7 avril 1981 Art 4 : Sauf pour

Plus en détail

Module solaire 120/200. Manuel d'utilisation. es de

Module solaire 120/200. Manuel d'utilisation. es de Module solaire 120/200 Manuel d'utilisation es de Contenu 1. Généralités 3 1.1 Utilisation 3 1.2 Exemple d'utilisation 3 2. Description 4 3. Avertissements 4 4. Structure du module solaire 4 5 Consignes

Plus en détail

Approvisionnement en eau industrielle

Approvisionnement en eau industrielle Approvisionnement en eau industrielle L eau est grandement utilisée dans l industrie, qu il s agisse d eau naturelle, d eau de procédé ou d eaux usées. Très souvent l eau d appoint doit être traitée avant

Plus en détail

Filtration. les standards PERMO 04 # L ES TECHNIQUES DE FILTRATION

Filtration. les standards PERMO 04 # L ES TECHNIQUES DE FILTRATION Filtration les standards PERMO 04 # L ES TECHNIQUES DE FILTRATION Agro-alimentaire Médical Santé Pharmacie Bio-technologies Micro-Électronique Cosmétique Chimie & Pétrole Energie Mécanique Métallurgie

Plus en détail

La nouvelle Vie de l Eau!

La nouvelle Vie de l Eau! La nouvelle Vie de l Eau! La ressource EAU, à l infini L accès à l eau et son utilisation raisonnée du 21e siècle. Selon l ONU et le Conseil mondial de l eau, la crise de l eau affectera près de la moitié

Plus en détail

Qualité des eaux des piscines estivales dans le Morbihan

Qualité des eaux des piscines estivales dans le Morbihan Qualité des eaux des piscines estivales dans le Morbihan Les piscines sont un espace de loisirs et de détente très apprécié des estivants. De nombreux établissements de villégiature disposent d une piscine

Plus en détail

TRAITEMENT D'EAU DE CHAUFFAGE ET SYSTEMES ENR : APPROCHE SYNTHETIQUE DES CAUSES ET DES SOLUTIONS

TRAITEMENT D'EAU DE CHAUFFAGE ET SYSTEMES ENR : APPROCHE SYNTHETIQUE DES CAUSES ET DES SOLUTIONS TRAITEMENT D'EAU DE CHAUFFAGE ET SYSTEMES ENR : APPROCHE SYNTHETIQUE DES CAUSES ET DES SOLUTIONS Les installations de chauffage hautes et basses températures : chaudières PAC Air/Eau réseaux sans glycol

Plus en détail

1. GES 10 : Traitement de surface des métaux électrodéposition et électroformage du nickel

1. GES 10 : Traitement de surface des métaux électrodéposition et électroformage du nickel 1. GES 10 : Traitement de surface des métaux électrodéposition et électroformage du nickel Cycle de vie Utilisation finale DU de Ni métal Titre libre et court Traitement de surface des métaux électrodéposition

Plus en détail

Laboratoires Ultrateck Inc.

Laboratoires Ultrateck Inc. Laboratoires Ultrateck Inc. Stérilisateurs Naturels UVC pour Piscine Jacuzzi ou Spa POUR UNE MEILLEURE QUALITÉ DE VIE Fini les Odeurs Désagréables Toxique de Chlore et les Yeux qui Piquent Stérilisateurs

Plus en détail

Bilan trimestriel des analyses du contrôle sanitaire sur le réseau d'eau potable dans la commune de :

Bilan trimestriel des analyses du contrôle sanitaire sur le réseau d'eau potable dans la commune de : Agence Régionale de Santé Délégation Territoriale des Hauts-de-Seine Préfecture des Hauts-de-Seine Bilan trimestriel des analyses du contrôle sanitaire sur le réseau d'eau potable dans la commune de :

Plus en détail

Médias filtrants granulaires. Rôle et enjeux en Piscines publiques.

Médias filtrants granulaires. Rôle et enjeux en Piscines publiques. Médias filtrants granulaires - Rôle et enjeux en Piscines publiques contact@oceanprojects.fr 1. Présentation Ocean Projects Aquarium/Zoo/centre de recherche Traitement d eau Piscines/industrie/agro-alimentaire

Plus en détail

Rapport d information du Conseil communal au Conseil général concernant l assainissement des filtres à sable des piscines du Nid-du-Crô

Rapport d information du Conseil communal au Conseil général concernant l assainissement des filtres à sable des piscines du Nid-du-Crô SPORTS 06-010 Rapport d information du Conseil communal au Conseil général concernant l assainissement des filtres à sable des piscines du Nid-du-Crô (Du 19 avril 2006) Monsieur le Président, Mesdames,

Plus en détail

NOUVELLES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES FICHE D INFORMATION TECHNIQUE. Puroseptic

NOUVELLES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES FICHE D INFORMATION TECHNIQUE. Puroseptic NOUVELLES TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES FICHE D INFORMATION TECHNIQUE Puroseptic Domaines d application : Fiche de niveau : Commercial, institutionnel et communautaire En démonstration Mars

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Version : 1 du 01 décembre 2013 Page : 1 / 5 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Formule déposée au centre antipoison de Marseille Permanence médicale téléphonique : Marseille : 04 91 75 25 25 (24h / 24 et 7

Plus en détail

Principe général. Définition des «eaux usées assimilées domestiques» EUAD

Principe général. Définition des «eaux usées assimilées domestiques» EUAD Principe général La loi dite "Warsmann 2" 1 du 17 mai 2011 de simplification et d'amélioration de la qualité du droit a modifié significativement le régime de déversement des eaux usées dans les réseaux

Plus en détail

La piscine autoportante série Garden Leisure

La piscine autoportante série Garden Leisure Fabricant exclusif de modules béton armé Installation de piscines en béton de l'usine à chez vous Vente de produits / accessoires / Matériel de filtration Le clos du «château F-01320 CHALAMONT : 04.74.46.94.37

Plus en détail

LA QUALITÉ DES EAUX DE LOISIRS DANS N LE VAL-D OISE BILAN

LA QUALITÉ DES EAUX DE LOISIRS DANS N LE VAL-D OISE BILAN BILAN LA QUALITÉ DES EAUX DE LOISIRS DANS LE VAL-D OISE BILAN 2014 Piscines publiques et privées à usage collectif Baignade de la base de loisirs de Cergy-Pontoise juin 2015 0 SOMMAIRE SOMMAIRE... 1 1-

Plus en détail

Centre aquatique version 2.0

Centre aquatique version 2.0 Centre aquatique version 2.0 Histoire de piscine Thermes romains = détente, socialisation Les bains publics = hygiène, loisirs La piscine «semi-olympique» = sport Le retour des centres aquatiques Le

Plus en détail

Annexe. Liste des travaux subventionnables par l'anah

Annexe. Liste des travaux subventionnables par l'anah Annexe Liste des travaux subventionnables par l'anah destinés à l'amélioration de l'habitat en matière de sécurité, de salubrité ou d'équipement des Immeubles (bâti) Raccordements et branchements Gros-œuvre

Plus en détail

LOI DU 10 JUIN 1999 RELATIVE AUX ÉTABLISSEMENTS CLASSÉS EXPOSE SUCCINCT

LOI DU 10 JUIN 1999 RELATIVE AUX ÉTABLISSEMENTS CLASSÉS EXPOSE SUCCINCT LOI DU 10 JUIN 1999 RELATIVE AUX ÉTABLISSEMENTS CLASSÉS EXPOSE SUCCINCT EXP-251 N 251 : Installations de natation version du 08.10.2004 EXPOSE SUCCINCT Règlement grand-ducal modifié du 16 juillet 1999

Plus en détail

Traitement des eaux potables

Traitement des eaux potables Traitement des eaux potables Daniel Thévenot & Gilles Varrault Cereve Université Paris XII-Val de Marne, ENPC, ENGREF (UMR-MA 102) http://www.enpc.fr/cereve/homepages/thevenot/ enseignement.html Sommaire

Plus en détail

E.M.G.C. Etudes et Missions en Génie Climatique 10, Avenue Pierre BROSSOLETTE CRETEIL Tél : e.mail

E.M.G.C. Etudes et Missions en Génie Climatique 10, Avenue Pierre BROSSOLETTE CRETEIL Tél : e.mail E.M.G.C. Etudes et Missions en Génie Climatique 10, Avenue Pierre BROSSOLETTE 94000 CRETEIL Tél : 01.49.81.06.60 01.42.07.11.09 e.mail :emgc@orange.fr INSTITUT DE FRANCE 23 quai Conti 75006 PARIS Rénovation

Plus en détail

LA QUALITÉ DES EAUX DE LOISIRS DANS N LE VAL-D OISE BILAN

LA QUALITÉ DES EAUX DE LOISIRS DANS N LE VAL-D OISE BILAN BILAN LA QUALITÉ DES EAUX DE LOISIRS DANS LE VAL-D OISE BILAN 2015 Piscines publiques et privées à usage collectif Baignade de l île de loisirs de Cergy-Pontoise juin 2016 0 SOMMAIRE SOMMAIRE... 1 1- LA

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Version : 1 du 01 décembre 2013 Page : 1 / 6 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Formule déposée au centre antipoison de Marseille Permanence médicale téléphonique : Marseille : 04 91 75 25 25 (24h / 24 et 7

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Coiffure Coiffure à domicile Si vous réalisez aussi des soins du visage, du corps, des UV, reportez-vous à la fiche «Institut de beauté». L environnement dans l Artisanat Les déchets Vos déchets peuvent

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE. Engrais NPK 12/12/17 + 2MgO

FICHE DE DONNEES DE SECURITE. Engrais NPK 12/12/17 + 2MgO 1 : IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / MELANGE ET DE LA SOCIETE / ENTREPRISE 1.1 : Identification du produit Nom de produit : ENGRAIS BLEU NPK : 12.12.17+2 SK «pauvre en chlore» ENGRAIS BLEU COMPLET Engrais

Plus en détail

HYGIENE ET SECURITE DES PISCINES D HYDROTHERAPIE. Dr.Sadok Gahbiche

HYGIENE ET SECURITE DES PISCINES D HYDROTHERAPIE. Dr.Sadok Gahbiche Ecole supérieure des sciences et techniques de santé de Sousse Section : Physiothérapie 2 ème année Physiothérapie Certificat Hydrothérapie HYGIENE ET SECURITE DES PISCINES D HYDROTHERAPIE Dr.Sadok Gahbiche

Plus en détail

COMPLEXITÉ D UNE RÉFECTION DE PISCINE AGPI / ASSOCIATION DES GESTIONNAIRES DE PARCS IMMOBILIERS INSTITUTIONNELS

COMPLEXITÉ D UNE RÉFECTION DE PISCINE AGPI / ASSOCIATION DES GESTIONNAIRES DE PARCS IMMOBILIERS INSTITUTIONNELS AGPI / ASSOCIATION DES GESTIONNAIRES DE PARCS IMMOBILIERS INSTITUTIONNELS COMPLEXITÉ D UNE RÉFECTION DE PISCINE RÉJEAN SAVARD, M.SC., M.ING., MBA / BEAUDOIN HURENS CLAUDE POIRIER, ARCH. / POIRIER FONTAINE

Plus en détail

Vous branchez vous vous baignez

Vous branchez vous vous baignez Piscines Coque Polyester Vous branchez vous vous baignez Garantie Décennale Fabrication Française française par Capitalisation Composition du kit» Le bassin» Une notice de pose» Une notice d utilisation»

Plus en détail

G14 L'eau dans notre environnement. Réponse séance 2

G14 L'eau dans notre environnement. Réponse séance 2 G14 L'eau dans notre environnement Séance 1 : L'eau autour de nous L'eau en Europe Les principaux fleuves en France Notre fleuve L'oison Trace écrite séance 1 Réponse séance 1 Séance 3 : L'eau est une

Plus en détail