livret pour les jeunes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "livret pour les jeunes www.lucide-contre-toutes-les-discriminations.org"

Transcription

1 LUCIDE : Projet de lutte contre les discriminations en Haute-Normandie porté par l Association Régionale des Missions Locales, le Rectorat de l Académie de Rouen, le Centre des Jeunes Dirigeants d entreprises, le MRAP, l association Globules Le Journal de L Ecrit-Santé, OPCALIA Haute-Normandie et l Union Sociale pour l Habitat. livret pour les jeunes

2 DISCRIMINATIONS, DE QUOI PARLE-T-ON DISCRIMINATION 2 = DIFFÉRENCE DE TRAITEMENT 18 CRITÈRES ILLÉGAUX origine, sexe, mœurs, orientation sexuelle, âge, situation de famille, appartenance (vraie ou supposée), à une ethnie, une nation ou une race, opinions politiques, activités syndicales ou mutualistes, convictions religieuses, apparence physique, patronyme, état de santé, handicap, état de grossesse. Discrimination => Réduction des droits, produit des inégalités Les stéréotypes => sources des discriminations Il y a discrimination lorsqu une personne ou un groupe de personnes est traité moins favorablement qu un autre dans une situation comparable en raison de son sexe, de sa race ou de son origine ethnique, de sa religion ou de ses convictions, de son handicap, de son âge, de son orientation sexuelle,... La discrimination désigne tout acte qui, volontairement ou non, exclut, limite les possibilités ou, au contraire, donne la préférence, à certaines personnes pour des motifs illicites défi nis par la loi. C est un délit, sanctionné par une peine de prison pouvant aller jusqu à 3 ans ou une amende. Un stéréotype est une idée ou une image toute faite qu on se fait d un groupe social, une simplifi cation abusive de traits de caractère réels ou supposés de ce groupe («les» jeunes, «les» paysans, «les» blondes, ). Cette image ignore le caractère unique de tout être humain en lui attribuant d offi ce les caractéristi- ques supposées de ce groupe. Par exemple : «les jeunes n aiment pas le travail», «les noirs courent vite». L usage du stéréotype revient à économiser la réfl exion : l opinion sur autrui n est pas basée sur la connaissance de l autre, mais sur des généralisations, l opinion est basée sur des a priori et des représentations. C est un «prêt-à-penser». Nous héritons des stéréotypes véhiculés par notre éducation, la société, la culture, les médias. Nous les transmettons, souvent, sans nous en rendre compte. Ils font partie intégrante de notre façon de penser, on les «intériorise», c est à dire qu on fait, on pense et on agit comme si c était vrai, sans les remettre en cause. Ils peu- vent donner naissance à des convictions extrêmes comme le racisme, le sexisme ou l homophobie. A un niveau individuel - Les pratiques discriminatoires nient les particularités de chaque personne en lui conférant les attributs supposés d un de ses groupes catégoriels (par exemple : c est un gros, donc il est ). Les stéréotypes sont à l origine des discriminations. A un niveau collectif - La discrimination est identifi ée comme une réduction ar- bitraire des droits, contraire à l égalité en droit, et induit une dévalorisation de certains groupes d humains ou au contraire une survalorisation d autres groupes. ILLUSTRATIONS AU MASCULIN J ai le droit de penser, dire ou écrire que les hommes ne sont pas à leur place en changeant les couches des bébés. En tant qu employeur, à diplôme et expérience égal, je n ai pas le droit de refuser un homme au poste de puériculteur à la crèche, sous prétexte que c est un homme. En tant que directrice de crèche, je n ai pas le droit de donner la consigne de communiquer uniquement aux mamans sur les problèmes de santé de bébé. Pour l attribution de la taille des logements, les HLM considèrent la composition de la famille vivant sous le toit. Conséquence : les hommes divorcés se voient, le plus souvent attribuer des studios ou des 2 pièces, puisque la plupart n ont pas la garde de leurs enfants. Ce qui les empêche (entre autre) de recevoir leur enfants pendant les vacances scolaires et gardes alternées. «L institutrice de ma fi lle a demandé des parents pour encadrer une activité de cuisine. Cela me dirait bien, mais je vais encore me retrouver le seul homme» DÉFINITIONS Liberté d expression La liberté d opinion et la liberté d expression sont des droits fondamentaux, inscrits dans la déclaration universelle des droits humains (ONU). Discrimination directe Traiter une personne de manière différenciée parce qu elle appartient à un groupe donné est interdit. C est un délit. Incitation à la discrimination Inciter d autres à faire de même est interdit. C est être complice de discrimination et c est un délit. Discrimination indirecte Intégrer dans le fonctionnement d une institution (entreprise, association, administration, réglementation, politique) des dispositions apparemment neutres qui entraînent un désavantage particulier aux personnes appartenant à un groupe. C est un délit. Auto-discrimination Ne pas oser, s interdire à soi-même de réaliser certaines activités souhaitées parce qu elles ne sont pas conformes aux normes de sexe. Il s agit là d une auto-discrimination. On s infl ige à soi-même une pratique discriminatoire, pour ne pas être dans la transgression des rôles de sexe. Elle impacte évidemment sur sa confi ance en soi, mais n est ni repérée, ni interdite par la loi. ILLUSTRATIONS AU FÉMININ J ai le droit de penser que les femmes ne sont pas à leur place les mains dans le cambouis d un moteur de voiture. Un employeur n a pas le droit de refuser d embaucher une jeune femme au prétexte qu elle pourrait attendre prochainement un enfant. En tant que responsable d une équipe de vendeur-es d automobiles, je n ai pas le droit de leur recommander de ne pas négocier avec des femmes seules. Les réunions du Conseil d administration du club sont toujours programmées après l entraînement des enfants, de 19h à 20h30. A cette heure, la plupart des mères de famille s occupent du repas, il y aura certainement peu de femmes candidates au CA. «J aimerais bien faire des études d ingénieur mais mes profs m ont dit qu en classe préparatoire, il n y a que des garçons. Alors je crois que je vais chercher autre chose» 3

3 DISCRIMINATIONS SEXISTES DE QUOI PARLE-T-ON DROIT DES HOMMES = DROIT DES FEMMES Discrimination sexiste => traitement différent des femmes et des hommes Discriminations sexistes => discriminations quotidiennes mais peu visibles Par l éducation, nous apprenons les rôles que la société attend de nous en fonction de notre sexe. La notion du féminin et du masculin, les rôles et les rapports sociaux de sexe évoluent et changent tout au long de l histoire. Ce sont les discriminations fondées sur l appartenance de sexe, des différences de traitement faites aux femmes et aux hommes ou aux fi lles et aux garçons vivant une situation similaire. Les discriminations sexistes sont le plus souvent admises, rendues invisibles aux yeux des discriminés et des discriminants, que nous som- mes tous plus ou moins, puisqu elles puisent leur source dans les représentations, stéréotypes et croyances de ce que «doit» être et faire une femme ou un homme dans la société dans laquelle nous vivons. Des discriminations qui se fondent sur des différences considérées comme «naturelles» Dans les représentations traditionnelles, les rôles attribués aux femmes étaient centrés sur la maison et la famille, pendant que les rôles des hommes étaient de faire vivre la famille en travaillant à l extérieur et de s occuper de la justice et de la vie publique. Cette division sexuée des rôles, longtemps admise, est en- core persistante dans certains milieux et dans certaines familles, c est pourquoi, il peut sembler «normal» à certaines personnes que les femmes et les hommes soient traités de manière différente, alors qu il s agit de véritables discriminations. De plus, les rôles et activités des femmes et des hommes ne sont pas valorisés de manière identique. Les rôles assignés aux hommes sont plus visibles, plus lucratifs, plus honorifi ques, plus décisionnaires. Les rôles traditionnels des femmes sont moins visibles et s effectuent dans la sphère privée du clos familial. La visibilité participe à la reconnaissance sociale et à l importance qu on donne aux uns et aux autres. Les lieux d exercice des activités et des compétences n étant pas dans le même projecteur, on a longtemps pensé que les hommes étaient plus intelligents (voir les recherches sur le cerveau), plus inventifs, plus négociateurs, plus ambitieux, plus audacieux que les femmes. Les mentalités évoluent, mais cet héritage est vivace et nombre de situations nous démontrent encore aujourd hui la persistance de comportements hiérarchiques entre les sexes dans lesquelles les hommes ou les garçons ont une liberté d action et de décision plus important que les femmes ou les fi lles aussi bien dans la sphère de la famille qu à l école, en politique, dans les entreprises ou dans les espaces publics. Des rôles bien appris A travers leur éducation, les enfants apprennent comment «doit» être un garçon ou une fi lle dans notre société, en leur transmettant des valeurs sociales, ainsi que des exemples de comportements et de rôles socialement acceptables en fonction de leur sexe. L image de chaque sexe (le masculin, le féminin) que l enfant va incorporer tout au long de sa vie commence très tôt par différents moyens comme la littérature, la télévision, les jouets, les attentes parentales, les copains/copines, la bande, l expérience de l école, la publicité,... Ainsi notre éducation nous apprend à intérioriser les rôles sociaux assignés à chaque sexe et l idée d un ordre social reposant sur une hiérarchie entre les sexes. Alors, chacun et chacune nous apprécions autrui au regard de ces normes, comme des lunettes qui permettraient de regarder le monde dans des cadres déterminés. Et si une personne agit en dehors de ces limites admises pour son sexe, elle sera observée, rappelée «à l ordre», voire sanctionnée à travers divers moyens : plaisanteries, critiques, insultes, violences ou discriminations. Changer de lunettes Lutter contre les discriminations sexistes suppose d abord d «apprendre à les voir». Changer de lunette, pour avoir un panorama plus large, moins stéréotypé. Démarche d abord personnelle qui consiste à prendre conscience de l impact des rôles sociaux de sexe sur ses choix, décisions, comportements et attitudes. Et on constate que le chemin est long, tant il est diffi cile de se déprendre de ce conditionnement pour affi rmer sa propre personnalité en toute liberté. On pourra ensuite repérer des situations où nous nous surprenons à être auteur-e de discrimination sexiste et au fi nal à renforcer notre sentiment de légitimité pour lutter contre celles dont nous sommes victimes. Chacun et chacune, auteur/victime, pouvons créer les conditions pour que les discriminations sexistes diminuent leur portée. Les rôles et qualités du féminin et du masculin ne sont pas valorisés de la même manière. => Héritage d un ordre social fondé sur une hiérarchie entre les sexes. Une adhésion forte aux rôles différenciés selon le sexe conduit à des pratiques discriminatoires. Les plaisanteries sexistes s apparentent à des pratiques discriminatoires. Hommes et femmes, on est chacun auteur et victime de discriminations sexistes qui nous enferment dans un rôle. La réduction des discriminations passe par notre comportement individuel. 4 5

4 DES DISCRIMINATIONS QUI MALMÈNENT PARCE QU ON SE CONFORME... COMMENT SE DÉFENDRE... AUX RÔLES ET NORMES DE SEXE Libre choix des activités : Gestion du temps Tâches domestiques Type de métier Temps de travail Postes à responsabilité Type de loisirs Sortir de chez soi Rencontrer des ami-es Liberté de circuler dans l espace public Liberté dans sa manière d être : Normes de beauté Habillement et séduction Attirances et préférences et sexuelles Expression de toutes ses émotions (y compris la tristesse et le chagrin) Goûts personnels et qualités... AUX TRACES DE LA HIÉRARCHIE ENTRE LES SEXES Sur-valorisation des activités et places assignées aux hommes. Dé-valorisation des activités et places assignées aux femmes. Sentiment de supériorité des hommes (responsabilités, pouvoirs, autorité, force,..) et pour les femmes acceptation de l infériorisation (pour plaire, satisfaire, avoir la paix, éviter des heurts et / ou des coups, ). Perpétuation de la hiérarchie dans l éducation des fi lles et des garçons Plusieurs textes et lois protégent des discriminations sexistes et de leurs conséquences : La constitution française (1958). La loi pour l égalité professionnelle femmes/ hommes (2001). La loi contre les discriminations (16 novembre 2001). Protection contre les calomnies, injures Protection contre les violences conjugales (2004). Protection contre les agressions sexuelles et pédophiles. Les recours des victimes et témoins de discriminations Recours pénal La personne faisant l objet d une discrimination peut déposer plainte auprès du Procureur de la République, du commissariat de police, de la gendarmerie ou du doyen des juges d instruction du Tribunal de grande instance afi n que les agissements dont elle est victime soient pénalement sanctionnés par le Tribunal correctionnel. Le recours pénal vise à obtenir la condamnation de l auteur-e à une peine d emprisonnement et/ou d amende. Il appartient à la personne qui s estime victime d apporter la preuve du comportement discriminatoire qu elle dénonce (principe de la présomption d innocence). Recours civil L action devant le juge civil vise exclusivement à obtenir réparation avec la condamnation de l auteur-e à verser des dommages et intérêts. Le demandeur apporte des éléments de faits précis et c est à la personne désignée responsable de l acte discriminatoire de démontrer que sa décision est justifi é par des éléments objectifs étrangers à toute discrimination (aménagement de la charge de la preuve). Recours prud homal Les salarié-es victimes ou témoins de discriminations au travail disposent d un recours devant le conseil de prud hommes. Le recours prud homal vise à faire annuler la mesure ou la décision fondée sur un motif discriminatoire, demander réparation du préjudice subi et pouvoir obtenir des dommages et intérêts. DES ORGANISMES POUR VOUS AIDER À INTERVENIR En région Haute Normandie les Planning Familial identifi ée, ait été avertie et qu elle ne s y associations de lutte contre les 41, rue d Elbeuf Rouen soit pas opposée. discriminations : Tél rue Saint Georges Paris Tél CIDFF 76 (Coût d une communication locale Impacts sur la santé 33 rue pré de la bataille Au niveau national : à partir d un poste fi xe ) Rouen. tél Mésestime de soi, La HALDE Haute autorité de lutte contre les Pour les discriminations trouble de l appétit, maigreur, CIDFF 27 discriminations et pour l égalité au travail : 3, rue du Général Leclerc (HALDE), créée en 2004, est une Inspection du travail inconstance (du rire aux larmes), comportements provocateurs ou hystériques, Evreux. Tél autorité indépendante compétente 2 rue St Sever Rouen pour connaître et lutter contre les etat de colère permanente, sentiment d injustice, MRAP Tél discriminations, directes ou indirectes, 55 rue Louis Ricard Rouen. Bld Chauvin Evreux isolement, perte de communication, interdites par la loi. Elle peut être saisie Tél Tél par toute personne qui s estime victime violences sur soi : hyper-sexualisation, scarifications, anorexie, boulimie, de discrimination ou se saisir d offi ce Organisations syndicales : des cas de discrimination directe ou CFDT, CGT, FO, CFTC, CGE-CGC, Conduites suicidaires : prise de risques, accidents, tentatives de suicide. indirecte dont elle a connaissance, sous SUD, UNSA 6 réserve que la victime, lorsqu elle est 7

5 EGALITÉ DE DROIT, D OÙ VIENT-ON Les femmes mariées peuvent ouvrir un compte épargne (mais pas de retirer de l argent). Droit de vote des hommes Code Napoléon : la femme est une incapable majeure Suppression de la notion de «salaire féminin» (prévoyant des abattements de salaire si l employée était une femme) Reconnaissance du principe d égalité entre les femmes e les hommes par la et Constitution Française Loi Ferry : école primaire obligatoire pour les filles et les garçons. Les femmes mariées peuvent exercer une activité professionnelle sans le consentement de leur mari Légalisation de la contraception Les femmes mariées peuvent disposer librement de leur salaire. Mixité dans les écoles Légalisation pour 5 ans de l interruption volontaire de grossesse les femmes mariées peuvent adhérer à un syndicat sans l autorisation de leur mari. Les époux ont le droit de divorcer si faute de l un d eux. Requalification du viol en crime Ouverture du bac «général» (celui des garçons) aux filles. suppression du bac féminin uniquement dévolu à l économie ménagère. Création d un ministère des droits des femmes Instauration de l assurance maternité (congé de 12 semaines payé à 50 %). Loi sur l égalité professionnelle L avortement est considéré comme un crime contre l état, passible de peine de mort. Congé paternel de 15 jours. Parité politique Droit des vote des femmes Renforcement de la loi sur l égalité professionnelle Création de la HALDE. 9

6 L ÉGALITÉ, OÙ EN EST-ON FEMME HOMME 51 % 49 % la France ENFRANCE 54 % 46 % des français de 25 à 34 ans ayant le bac ou plus 4 % 96 % des prisons 47 % 53 % de la population active 51 % 49 %... des demandeurs d emploi 86 % 13 % des travailleurs à temps partiel FEMME HOMME DANS LA POPULATION DE % 20% des travailleurs pauvres (revenu sous le seuil de pauvreté) 54 % 46 % des jeunes de 18 à 24 ans vivant sous le seuil de pauvreté 26 % 74 % des personnes qui meurent par suicide 27 % 73 % des personnes qui meurent par accident de la circulation 66% 34 % des personnes souffrant d un trouble dépressif déclaré 85 % 15 % des personnes victimes de violences conjugale : 1 femme sur 10 subit des violences, 1 homme sur 60 1 femme meure tous les 3 jours sous les coups de son conjoint les femmes de ans sont 2 fois plus exposées que leurs aînées DANS L EXERCICE DES RESPONSABILITÉS DE % 75 % cadres dans les entreprises privées 30 % 70 % créateur-trices d entreprise 7 % 93 % maires de communes de plus de 3500 habitants 48 % 52 % élu-es régionaux 12 % 88 % députés 30 % 70 % élu-es associatifs 79% 21 % l organisation des tâches domestiques et familiales % 14 % chef de famille monoparentale Sources : INSEE, observatoire de la parité, DRES, CREDOC, DIES, INSEP, ATLAS Santé, ENVEF 2007 En Europe occidentale, femmes et enfants sont victimes de la traite (persuadés par la ruse, achetés, vendus) et contraints à la prostitution ou autre forme d esclavage sexuel. Aux États-Unis, 4 millions de femmes sont victimes d actes de violence de la part de leur compagnon ou de leur conjoint. DANS LEMONDE En Arabie Saoudite la loi interdit aux femmes de conduire. 100 millions de jeunes fi lles sont mariées par leurs parents avant d atteindre l âge adulte. Les femmes occupent 16 % des sièges parlementaires dans le monde entier. En Haïti ou en Syrie, les hommes peuvent, en toute impunité, tuer leur épouse prise en fl agrant délit d adultère. 100 millions de femmes et de jeunes fi lles ont été soumises dans le monde à des pratiques de mutilations sexuelles. En Bosnie, en République Démocratique du Congo et au Timor oriental, des femmes et des jeunes fi lles ont été violées et victimes de sévices sexuels pendant le confl it armé. Au Yémen les femmes doivent être à la disposition de leur mari pour les relations sexuelles et ne peuvent quitter la maison sans son autorisation. Le Pakistan exige des femmes qu elles fassent appel à quatre musulmans adultes pour certifi er devant un tribunal qu ils ont bien été témoins de l acte de pénétration lors d un viol. Les petites fi lles représentant deux tiers des enfants ne fréquentent pas l école primaire dans les pays en développement

7 ÊTRE «AMBASSADEURS- DRICES», C EST QUOI? Un ambassadeur, une ambassadrice a conscience que certaines attitudes, comportements ou habitudes culturelles produisent des discriminations sexistes ou de l auto-discrimination, qui ont des incidences sur la santé physique, psychologique et sociale des personnes victimes de ces discriminations. a envie d agir et de sensibiliser d autres jeunes à la questions des discriminations sexistes. LUCIDE c est quoi? Le projet LUCIDE porte sur tous les types de discriminations (voir les 18 critères de l article du Code Pénal) et sur l ensemble des actes, pratiques, procédures et processus qui entraînent, directement ou indirectement, des discriminations dans la vie quotidienne. Le projet comporte six champs d action correspondant à six domaines clés: l emploi, l éducation, la formation, la santé, le logement, et la communication. Au-delà des actions de sensibilisation auprès des professionnel-le-s, le projet vise à promouvoir l adoption de pratiques et procédures non discriminantes à partir de recherche-actions expérimentales menées en coopération avec des partenaires de terrain. Les auteures et personnes ressources Brigitte Allix, Planning Familial de Rouen Tél Diane Boesch, Mutualité Seine Maritime Tél Katia Lecoeuche, Comité Régional d Éducation à la Santé Tél Nathalie Lecordier, Centre d Information sur le Droit des Femmes et de la Famille 76 Tél Christel Ledun, Economie Plurielle Tél EQUIPE PROJET DE LUCIDE : Marielle Martinez et Jihane Jomni-Coton ARML 7 rue de Sotteville - BP Rouen Cedex 1 Tél

Que faire face à une situation de discrimination à l embauche?

Que faire face à une situation de discrimination à l embauche? Que faire face à une situation de discrimination à l embauche? 1 SOMMAIRE p. 3 > Les différentes formes de discrimination p. 4 > La protection contre les discriminations p. 9 > Les preuves de discriminations

Plus en détail

La protection contre les discriminations

La protection contre les discriminations Accueil > Informations pratiques > Fiches pratiques > Egalité professionnelle / Discrimination Dernière mise à jour le 22 avril 2010 La protection contre les discriminations Synthèse Toute décision de

Plus en détail

Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1

Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1 Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1 1/ Discrimination : de quoi parle-t-on? 2/ Les voies de recours 3/ Le processus de reconnaissance des discriminations 4/ Les discriminations liées

Plus en détail

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique Guide-160x230-V2 2/10/06 11:35 Page 1 L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité Intégration Compétences Emploi Guide juridique et pratique sommaire Préambule Différence entre

Plus en détail

Nom :... Prénom :... Classe :... Date :... 1. A a ) gestion prospective de l emploi

Nom :... Prénom :... Classe :... Date :... 1. A a ) gestion prospective de l emploi QCM Nom :................................ Prénom :... Classe :............................ Date :......... LES RESSOURCES HUMAINES Cochez la bonne réponse. Certaines questions admettent plusieurs réponses.

Plus en détail

Pour que les soirées restent festives et sereines pour tous, garantissons ensemble un respect mutuel... SUIVEZ LE GUIDE!

Pour que les soirées restent festives et sereines pour tous, garantissons ensemble un respect mutuel... SUIVEZ LE GUIDE! Pour que les soirées restent festives et sereines pour tous, garantissons ensemble un respect mutuel... SUIVEZ LE GUIDE! SI L ENTRÉE M EST REFUSÉE DANS UN ÉTABLISSEMENT QUEL QU IL SOIT (DISCOTHÈQUE, BAR,

Plus en détail

LES DISCRIMINATIONS NOUS CONCERNENT TOUS

LES DISCRIMINATIONS NOUS CONCERNENT TOUS LES DISCRIMINATIONS NOUS CONCERNENT TOUS Qu est-ce qu une discrimination? C est un traitement moins favorable subi par une personne par rapport à une autre dans une situation comparable, en raison de critères

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

La prévention et la lutte contre les discriminations

La prévention et la lutte contre les discriminations La prévention et la lutte contre les discriminations Pour tourner Le dos aux PréJugés et aux stéréotypes ÉDITORIAL Le Conseil général de l Isère a adopté, en avril 2009, un premier plan départemental de

Plus en détail

Non aux discriminations : Tournons le dos aux préjugés!

Non aux discriminations : Tournons le dos aux préjugés! Non aux discriminations : Tournons le dos aux préjugés! La prévention et la lutte contre les discriminations Pour tourner Le dos aux Préjugés et aux stéréotypes : Le Conseil général de l Isère a adopté,

Plus en détail

LES DROITS DES AGENTS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE

LES DROITS DES AGENTS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE République française Polynésie française www.cgf.pf LES DROITS DES AGENTS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE (Mode d emploi FPC) SOMMAIRE I Les droits liés à la personne A La définition générale des droits

Plus en détail

Le Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les Femmes et les Hommes

Le Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les Femmes et les Hommes Le Conseil supérieur de l égalité professionnelle entre les Femmes et les Hommes Intervention de Brigitte Grésy, Secrétaire générale du CSEP Commission pour l égalité entre les femmes et les hommes (GEC),

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CCRPA DU 11 MARS 2014 COMMENT FAIRE FACE AUX DISCRIMINATIONS SUBIES PAR LES PERSONNES EN PRECARITE?

COMPTE RENDU DU CCRPA DU 11 MARS 2014 COMMENT FAIRE FACE AUX DISCRIMINATIONS SUBIES PAR LES PERSONNES EN PRECARITE? COMPTE RENDU DU CCRPA DU 11 MARS 2014 COMMENT FAIRE FACE AUX DISCRIMINATIONS SUBIES PAR LES PERSONNES EN PRECARITE? Les participants : 18 personnes (dont 11 personnes accueillies) LE CCRPA : PRÉSENTATION

Plus en détail

Dossier d information LA HALDE Contre les discriminations et pour l Égalité

Dossier d information LA HALDE Contre les discriminations et pour l Égalité H AU TE AU T ORITÉ PO UR LA L UT TE C ONT RE LES DISCRIM INAT ION S ET POU R L É G A L I T É Dossier d information LA HALDE Contre les discriminations et pour l Égalité 2 0 0 5 La Haute autorité de lutte

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations

Plus en détail

LES CRITERES PROHIBES DE LA DISCRIMINATION

LES CRITERES PROHIBES DE LA DISCRIMINATION LES S PROHIBES DE LA DISCRIMINATION (DÉFINITION DES CRITÈRES) La jurisprudence nous aide à définir les critères énoncés à l article 225-1 du code pénal et à l article L.122-45 du code du travail L origine

Plus en détail

25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes

25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes 25 Novembre: Journée internationale de lutte contre toutes les violences faites aux femmes «La violence faite aux femmes désigne tout acte de violence fondé sur l appartenance au sexe féminin, causant

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

«LABEL DIVERSITE» Cahier des charges de labellisation Version 3

«LABEL DIVERSITE» Cahier des charges de labellisation Version 3 «LABEL DIVERSITE» Label relatif à la prévention des discriminations et à la promotion de la diversité dans le cadre de la gestion des ressources humaines Cahier des charges de labellisation Version 3 Applicable

Plus en détail

Questions/Réponses. Question : Vrai ou Faux? Il est interdit de faire travailler un enfant de moins de 16 ans.

Questions/Réponses. Question : Vrai ou Faux? Il est interdit de faire travailler un enfant de moins de 16 ans. Questions/Réponses CATÉGORIE : DISCRIMINATION FONDÉE SUR L ÂGE. Il est interdit de faire travailler un enfant de moins de 16 ans. Faux. Un enfant de moins de 16 ans peut travailler en dehors des heures

Plus en détail

Charte FIGARO CLASSIFIEDS

Charte FIGARO CLASSIFIEDS Charte FIGARO CLASSIFIEDS PARTIE 1 : NOTRE ENGAGEMENT 1. Notre engagement Leader privé du marché des annonces d emploi sur Internet en France, FIGARO CLASSIFIEDS a développé une offre Emploi unique sur

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

B. Pour les travailleurs du Privé

B. Pour les travailleurs du Privé F14 Mémento des droits des personnels des EPST Sntrs-Cgt Lutte contre les discriminations Créée le 15 novembre 2005 - Dernière modification le 9 septembre 2008 A. Dans la fonction publique B. Pour les

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Christina Hausammann, humanrights.ch/mers Sur mandat du Bureau fédéral de l égalité pour les personnes handicapées, du Bureau

Plus en détail

LA DISCRIMINATION : PARLONS-EN!

LA DISCRIMINATION : PARLONS-EN! LA DISCRIMINATION : PARLONS-EN! Hello Jó napot kívánok Je suis croyant Je suis étranger Je suis une femme Je suis vieux Je suis handicapé Nous Nous sommes tous tous DIFFÉRENTS, différents. nous Nous formons

Plus en détail

Titel. Subtitel + auteur

Titel. Subtitel + auteur Titel Subtitel + auteur 1 Les nouvelles obligations en matière de prévention du stress, du burnout, de la violence et du harcèlement au travail 2 Introduction Les risques psychosociaux étaient auparavant

Plus en détail

I. La définition du harcèlement moral au travail

I. La définition du harcèlement moral au travail 1 Protection du fonctionnaire Harcèlement moral au travail NOR : MENH0700398C RLR : 610-7 e CIRCULAIRE n 2007-047 DU 27-2-2007 MEN DGRH B Lien : bulletin officiel n 10 du 8 mars 2007 Texte adressé aux

Plus en détail

La HALDE. Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité

La HALDE. Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité La HALDE Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité 2007 La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été créée par la loi du 30 décembre 2004. C

Plus en détail

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 15/06/2012 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 10-18341 Publié au bulletin Renvoi devant la cour de justice de l u.e. M. Lacabarats (président), président

Plus en détail

Absence pour maladie sans justification

Absence pour maladie sans justification Absence pour maladie sans justification Un salarié engagé comme aide-cuisinier est en arrêt de maladie depuis le 13/11/2003. La reprise du travail est fixée au 14/05/2004. Mais il ne se présente pas au

Plus en détail

Discriminations en entreprise

Discriminations en entreprise Discriminations en entreprise Collection «L essentiel pour agir» Discriminations en entreprise Salariés : savoir s en défendre Employeurs : savoir les éviter Édition 2009 Ouvrage conçu et réalisé sous

Plus en détail

Titre 1 : cadre juridique d une relation de travail : liberté, égalité, fraternité

Titre 1 : cadre juridique d une relation de travail : liberté, égalité, fraternité Titre 1 : cadre juridique d une relation de travail : liberté, égalité, fraternité Chapitre 1 : liberté et droit du travail Jean Emmanuel Ray : on passe du salarié citoyen, au citoyen salarié I. Reconnaissance

Plus en détail

Louer sans discriminer

Louer sans discriminer 1 Louer sans discriminer Guide pratique pour les professionnels de l immobilier Novembre 2010 2 La présente publication est financée par le programme communautaire pour l emploi et la solidarité sociale

Plus en détail

Devenir Assistant maternel

Devenir Assistant maternel Pôle Interdirectionnel Solidarité et Famille Direction Enfance Famille et Insertion Service Protection Maternelle et Infantile Devenir Assistant maternel En choisissant d être assistant maternel, vous

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-179

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-179 Paris, le 08 octobre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-179 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER

JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER JE SUIS UNE FEMME, JE VIS EN COUPLE ET JE VEUX ME SÉPARER OU DIVORCER QUE DOIS-JE FAIRE? Que dois-je faire? Que dois-je savoir avant de prendre ma décision? Quelles sont les démarches légales et de régularisation?

Plus en détail

Projet de loi n o 491

Projet de loi n o 491 PREMIÈRE SESSION QUARANTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 491 Loi sur la neutralité religieuse de l État et la lutte contre l intégrisme religieux et modifiant la Charte des droits et libertés de la personne

Plus en détail

On se fait une loi de vous parler d équité. Prévenir la discrimination et le harcèlement

On se fait une loi de vous parler d équité. Prévenir la discrimination et le harcèlement On se fait une loi de vous parler d équité Prévenir la discrimination et le harcèlement Table des matières 3 L engagement du Barreau envers le droit à l égalité et à l équité 4 Qu est-ce que la discrimination?

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

CHAP. I : L ORGANISATION ET LES MISSIONS DU COLLEGE

CHAP. I : L ORGANISATION ET LES MISSIONS DU COLLEGE FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON (PARTIE I : LE COLLEGIEN) CHAP. I : L ORGANISATION ET LES MISSIONS DU COLLEGE PLAN DU COURS : I/ LE COLLEGE, UN ETABLISSEMENT POUR APPRENDRE II/ LES EQUIPES EDUCATIVES

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94

Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94 Paris, le 13 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD/ 2011-94 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Le droit d alerte «libertés» des Délégués du Personnel

Le droit d alerte «libertés» des Délégués du Personnel page1/13 Le droit d alerte «libertés» des Délégués du Personnel é m e r g e n c e s Note juridique d information 2007 SOMMAIRE L alerte : la mission spécifique de Délégué aux libertés... 1 L alerte : les

Plus en détail

Enquête «Observatoire des discriminations»

Enquête «Observatoire des discriminations» Enquête «Observatoire des discriminations» décembre 2008 janvier 2009 sondage auprès d un échantillon de 1002 personnes conférence de presse du 21 avril 2009 Fiche technique 2 sujet de l étude : la perception

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I

I Le Défenseur des droits I DIVERSIFIER SES RECRUTEMENTS SANS DISCRIMINER la rédaction des offres d emploi Ce qui est interdit Les exceptions autorisées par la loi Comment rédiger une offre d emploi Comment diversifier ses recrutements

Plus en détail

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes L'Assemblée générale, Considérant qu'il est urgent de faire en sorte que les femmes bénéficient universellement des droits et principes

Plus en détail

Mise en œuvre de la procédure civile de l ordonnance de protection

Mise en œuvre de la procédure civile de l ordonnance de protection Mise en œuvre de la procédure civile de l ordonnance de protection Brochure à destination des professionnels La loi du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes, aux violences

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX

POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES MÉDIAS SOCIAUX 1- CONTEXTE Compte tenu de la popularité et de l influence grandissantes des médias sociaux comme véhicule d information, la présente politique a pour

Plus en détail

8 F 10. Règlement intérieur. I. Hygiène et sécurité 8-101 G

8 F 10. Règlement intérieur. I. Hygiène et sécurité 8-101 G (1) L établissement d un règlement intérieur est obligatoire dans les entreprises ou établissements où sont employés habituellement au moins 20 salariés. Règlement intérieur Voir commentaire -1 Le règlement

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

30 mars 2007. Prévention des discriminations dans la fonction publique territoriale : la HALDE et le CNFPT signent une convention

30 mars 2007. Prévention des discriminations dans la fonction publique territoriale : la HALDE et le CNFPT signent une convention 30 mars 2007 Prévention des discriminations dans la fonction publique territoriale : la HALDE et le CNFPT signent une convention SOMMAIRE - Qu est ce qu une discrimination?...p 3 - Les enjeux de la prévention

Plus en détail

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Adopté au Conseil d administration le 29 novembre 2004 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 4 Objectifs, principes et champ

Plus en détail

Les employeurs qui exploitent une entreprise au Canada devraient connaître les lois suivantes en matière d emploi :

Les employeurs qui exploitent une entreprise au Canada devraient connaître les lois suivantes en matière d emploi : Emploi 117 EMPLOI L emploi est un secteur très réglementé au Canada, soumis à la fois à des lois fédérales et provinciales. La majorité des employeurs sont assujettis aux lois provinciales, à l exception

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Délibération n 2008-82 du 28/04/08

Délibération n 2008-82 du 28/04/08 Délibération n 2008-82 du 28/04/08 Etat de grossesse - Emploi secteur public - Recommandation La réclamante, agent contractuel de la fonction publique territoriale, allègue que son contrat de travail à

Plus en détail

Le mémo du délégué du personnel.

Le mémo du délégué du personnel. Le mémo du délégué du personnel. le sommaire. 1. Champ d application 2. Ses attributions et ses rôles 3. Ses moyens d action 4. Protection Légale Préambule Afin de permettre la représentation des salariés

Plus en détail

Pourquoi êtes-vous là? Discriminations dans le monde du travail, sur le marché de l emploi

Pourquoi êtes-vous là? Discriminations dans le monde du travail, sur le marché de l emploi Pourquoi êtes-vous là? Discriminations dans le monde du travail, sur le marché de l emploi Même personne, Mêmes compétences, Mêmes chances? Nous sommes tous victimes de stéréotypes! Cardiologue Cadre

Plus en détail

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Principes de gestion et leadership Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Sommaire Expérience du MFPMA en matière d institutionnalisation de l égalité entre

Plus en détail

1. Classes de filles / Classes de garçons

1. Classes de filles / Classes de garçons 1. Classes de filles / Classes de garçons e e - - - - - é Les inégalités dans la société. - La société française est régie par des lois justes, parce qu elle est une société démocratique. - Tous les français

Plus en détail

SÛRETE, SECURITE : Jean Michel CICHOCKI. Quelques précisions sémantiques

SÛRETE, SECURITE : Jean Michel CICHOCKI. Quelques précisions sémantiques SÛRETE, SECURITE : Quelques précisions sémantiques SÛRETÉ SÉCURITÉ La signification attribuée aux termes «sûreté» et «sécurité» varie selon les métiers et les cultures professionnelles. Par exemple : La

Plus en détail

L organisation française de la justice est fondée sur le principe de la division entre deux ordres de juridiction : l ordre judiciaire

L organisation française de la justice est fondée sur le principe de la division entre deux ordres de juridiction : l ordre judiciaire L organisation française de la justice est fondée sur le principe de la division entre deux ordres de juridiction : l ordre judiciaire pour régler les litiges entre les simples justiciables (juridictions

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

DROITS DE L HOMME. Compétence 7 UE 1.3 S1 F. Poinsignon et V. Croizer

DROITS DE L HOMME. Compétence 7 UE 1.3 S1 F. Poinsignon et V. Croizer DROITS DE L HOMME Compétence 7 UE 1.3 S1 F. Poinsignon et V. Croizer INTRODUCTON Parler d éthique, de morale et de déontologie, c est parler des droits de l homme Définitions Ethique Morale Déontologie

Plus en détail

LA VIE QUOTIDIENNE A TOULOUSE

LA VIE QUOTIDIENNE A TOULOUSE LA VIE QUOTIDIENNE A TOULOUSE Ouvertures et fragmentations Olivier Philippe Chercheur au LaSSP-Sciences Sciences-Po Toulouse Parti pris méthodologiquem Faire «émerger» indirectement les inégalit galités

Plus en détail

Qu arrive-t-il si le payeur ne verse pas la pension?

Qu arrive-t-il si le payeur ne verse pas la pension? La Loi sur les Indiens protège le revenu et les biens détenus dans une réserve par un Indien inscrit et ne protège pas le revenu et les biens des Indiens non inscrits. Comment le BOF procède-t-il? Lorsqu

Plus en détail

Louer sans discriminer

Louer sans discriminer 1 Louer sans discriminer Guide pratique pour les propriétaires Novembre 2010 2 La présente publication est financée par le programme communautaire pour l emploi et la solidarité sociale (2007-2013). Ce

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-2015-273

Décision du Défenseur des droits MDE-2015-273 Paris, le 17 novembre 2015 Décision du Défenseur des droits MDE-2015-273 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 20/03/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 3 mars 2015 N de pourvoi: 13-23857 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00362 Non publié au bulletin Rejet M. Frouin (président), président SCP Meier-Bourdeau

Plus en détail

RECRUTER UN CADRE : ENTRE SÉLECTION ET RISQUE DE DISCRIMINATION

RECRUTER UN CADRE : ENTRE SÉLECTION ET RISQUE DE DISCRIMINATION RECRUTER UN CADRE : ENTRE SÉLECTION ET RISQUE DE DISCRIMINATION LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2013-01 JANVIER 2013 SYNTHÈSE Les discriminations à l embauche ont-elles disparu? Les critères de recrutement

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes :

Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : Agir ensemble contre le sexisme et les violences sexuelles, sexistes et homophobes : On a souvent considéré la mixité comme un fait acquis, comme si le «vivre ensemble» allait de soi. Et pourtant, les

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

Toutes illustrations 2007 Les Éditions Albert-René/Goscinny-Uderzo

Toutes illustrations 2007 Les Éditions Albert-René/Goscinny-Uderzo Des droits pour tous les enfants du monde Dès sa naissance un enfant a besoin d être entouré pour grandir et devenir à son tour un adulte. Ses parents lui parlent, lui sourient, lui racontent des histoires

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

Liste de points concernant le cinquième rapport périodique de la France

Liste de points concernant le cinquième rapport périodique de la France Distr. générale 22 juin 2015 CRC/C/FRA/Q/5 Original: français Anglais, français et espagnol seulement VERSION AVANCEE NON EDITEE Comité des droits de l enfant Soixante-huitième session 11-29 janvier 2016

Plus en détail

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin Ipsos Public Affairs / GEF Février 2007 Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles Regards croisés hommes/femmes GEF Qui sommes-nous? Créé en janvier 2002, GEF regroupe 9 associations

Plus en détail

AU NIVEAU DES TEXTES :

AU NIVEAU DES TEXTES : Fiche n 4 ENSEIGNANTS ET JUSTICE Page 1/5 1 : Sur le plan général : AU NIVEAU DES TEXTES : Etat des lieux : Les fonctionnaires bénéficient, à l occasion de l exercice de leurs fonctions, d une protection

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales Institutions Acteurs Procédures Vos droits Les violences conjugales F i c h e P r a t i q u e Les violences conjugales Toute personne qui subit des violences physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85

Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85 Décision du Défenseur des droits n MLD/2013-85 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la pratique d un établissement de crédit consistant à refuser l accès à ses crédits aux populations d

Plus en détail

Et si... c était un mariage forcé?

Et si... c était un mariage forcé? Et si... c était un mariage forcé? Un mariage forcé, c est un mariage avec une personne que vous n avez pas choisie, qui vous est imposée sans tenir compte de vos choix et de vos désirs, que ce soit le

Plus en détail

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant

PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien. La garde de l enfant PARENTS CÉLIBATAIRES Vos droits et obligations concernant la garde, le droit de visite et les prestations de soutien La garde de l enfant La garde est le droit et la responsabilité de prendre soin d un

Plus en détail

Congés et licenciements

Congés et licenciements GAV Walliser Waldwirtschaft Bei Walliser Wald, Postfach 141, 1951 Sitten C/o Forêt Valais, CP 141, 1951 Sion CCT de l économie forestière valaisanne Tel : 027/327 51 15 Fax : 027/327 51 80 Natel : 077/409

Plus en détail

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple

Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Loi du 4 avril 2006 : Renforcement de la prévention et de la répression des violences au sein du couple Les principales mesures de la nouvelle loi visent à mieux protéger des violences les femmes, notamment

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES CODE DE CONDUITE LE PRÉSENT CODE DE CONDUITE EST FONDÉ SUR LES VALEURS DE GMI- DISTRIBUTION. IL A POUR OBJET DE GARANTIR QUE L ENSEMBLE DES EMPLOYÉS, DES GESTIONNAIRES ET DES DIRIGEANTS DE GMI-DISTRIBUTION

Plus en détail

Association Tutélaire des Majeurs. Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF

Association Tutélaire des Majeurs. Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF Association Tutélaire des Majeurs Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF L ATMP intervient depuis bientôt 40 ans au service des personnes socialement fragilisées qui ne peuvent plus pourvoir seules à

Plus en détail

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 17 DÉCEMBRE 2013 Charte pour la promotion de l égalité et la lutte contre les discriminations dans la fonction publique

Plus en détail

I - ACCREDITATION DES ASSOCIATIONS

I - ACCREDITATION DES ASSOCIATIONS CHARTE DES ASSOCIATIONS - PRINCIPES DE CONDUITE DES ASSOCIATIONS ETUDIANTES Approuvée par le CEVU du 9 octobre 2012, adoptée par le CA du 12 novembre 2012 et modifiée par le CA du 27 janvier 2014 Cette

Plus en détail

Le CE est un acteur principal dans la procédure de licenciement

Le CE est un acteur principal dans la procédure de licenciement Droit du CE en pratique Le CE apparaît comme un acteur essentiel dans la mise en œuvre d une procédure de licenciement pour motif économique. Étant au cœur du processus, il est le mieux placé pour soulever

Plus en détail