Mesurer la pauvreté : l apport de l approche par les capabilités. L exemple de l aire urbaine parisienne en 2010

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mesurer la pauvreté : l apport de l approche par les capabilités. L exemple de l aire urbaine parisienne en 2010"

Transcription

1 Nombre de signes : Mesurer la pauvreté : l apport de l approche par les capabilités L exemple de l aire urbaine parisienne en 2010 TOVAR Élisabeth, maître de conférences, Université Paris Ouest et EconomiX (UMR 7235) Notule bibliographique Économiste, maître de conférences à l Université Paris Ouest (laboratoire EconomiX), Élisabeth Tovar travaille sur la justice sociale dans la ville et développe des indicateurs spatialisés de mesure du bien-être, de la pauvreté, de la ségrégation et des inégalités. Résumé de l article L approche par les capabilités offre une cadre d analyse particulièrement bien adapté pour mesurer la pauvreté : au-delà des conditions de vie des individus, le bien-être capabiliste est en effet sensible à leur capacité de conversion des ressources disponibles, mais aussi à l éventail des opportunités de vie qui leur sont accessibles et à leur liberté de choix. Il rompt également avec la conception subjective du bien-être couramment utilisée en économie et qui peut conduire à sous-estimer la pauvreté si les personnes pauvres se résignent à leurs conditions difficiles. Dans cet article, nous proposons un exemple critique de mise en œuvre pratique de l approche par les capabilités pour mesurer la pauvreté pour les communes de l aire urbaine de Paris en Introduction Aujourd hui, la pauvreté est perçue comme le produit de carences multiples : faiblesse du revenu et rigueur des conditions de vie, mais aussi difficultés d appropriation des ressources disponibles et limitation des perspectives d avenir des personnes pauvres. Pour mesurer la pauvreté, il ne suffit plus d apprécier le déficit du revenu des personnes relativement à un seuil défini comme acceptable dans leur société : il faut désormais rendre compte d un phénomène complexe et multidimensionnel, ce qui soulève la délicate question de la sélection et de la hiérarchisation des éléments à intégrer dans sa mesure. S appuyer sur l approche par les capabilités (1) d Amartya Sen permet de se placer dans un cadre théorique offrant une définition riche et nuancée du bienêtre particulièrement pertinente dans le cadre de la mesure de la pauvreté, comme on le présentera dans la première partie de cet article. Cependant, dériver des mesures opérationnelles de la pauvreté d un tel cadre théorique ne va pas sans poser de nouveaux problèmes. Dans la seconde partie de l article, on

2 présente un exemple critique d une mise en œuvre concrète de l approche par les capabilités en mesurant la pauvreté des communes de l aire urbaine de Paris en Un cadre théorique riche et flexible pour mesurer la pauvreté L approche par les capabilités possède deux caractéristiques qui la rendent intéressante pour mesurer la pauvreté : le point de vue non subjectif de la mesure du bien-être des personnes et le caractère multidimensionnel du bienêtre capabiliste. Pauvreté réellement vécue vs. pauvreté ressentie : une mesure objective Une première caractéristique essentielle de l approche par les capabilités est de ne pas reposer sur le «ressenti» des individus pour mesurer leur bien-être, rompant ainsi avec l approche traditionnellement utilisée en économie où le bienêtre des individus est défini par leur utilité subjective, c est-à-dire par leur niveau de bonheur ressenti (ou, dans une version plus moderne, par le degré de satisfaction de leurs préférences). Or, parce qu ils obéissent à un principe de réalité, les individus adaptent leurs préférences et leurs aspirations à ce qu ils peuvent raisonnablement espérer obtenir. Ainsi, parce que les pauvres peuvent internaliser la difficulté de leur situation, utiliser une mesure subjective et le «ressenti» des individus pour apprécier leur bien-être risque donc de surestimer le bien-être réel des pauvres. Même si les pauvres peuvent être heureux car résignés à leur condition, estime A. Sen, il faut que l indicateur qui mesure leur bien-être adopte un autre point de vue que le leur afin de capturer la réalité de leur condition. L approche par les capabilités propose un étalon de mesure du bien-être ne reposant pas uniquement sur l utilité subjective, car des éléments décrivent objectivement l existence des individus «du point de vue de la société». Bien sûr, cette posture peut être accusée de paternalisme : qui plus que les individus eux-mêmes peut être légitime pour dire ce qu ils sont et ce à quoi ils aspirent? Comment garantir que les éléments choisis pour décrire «objectivement» le bien-être des individus ne découlent pas de la subjectivité de l évaluateur? Il n y a pas vraiment de réponse à cette critique ; tout au plus peut-on préférer être paternaliste à surestimer le bien-être des pauvres. A. Sen propose pour sa part de lancer un véritable débat citoyen sur la façon d évaluer le bien-être, afin de faire émerger un consensus «objectif» défini au niveau de la société. D un point de vue pratique, on peut remarquer que le fait que les variables statistiques disponibles soient coûteuses à collecter contraint l évaluateur à se contenter, in fine, des informations sur le bien-être les plus valorisés par la société. Un bien-être sensible aux opportunités et à la liberté d accomplir La seconde caractéristique de l approche par les capabilités repose sur sa nature multidimensionnelle qui lui permet d intégrer des dimensions de l existence humaine particulièrement intéressantes pour la mesure de la pauvreté. La première dimension renvoie aux réalisations effectives des individus, que A. Sen mesure dans l espace des «fonctionnements» («functionnings»). Les

3 «fonctionnements» renvoient à la collection des éléments qui décrivent l existence humaine (en anglais, les «beings» et les «doings» des individus) : être heureux, mais aussi être bien nourri, être bien logé Ces fonctionnements dépendent des ressources accessibles aux individus mais aussi de leur inégale faculté de conversion de ces ressources en réalisations, ce qui confère une grande plasticité à l approche. On peut ainsi tenir compte des effets de situations de handicap ou de tabou social sur le bien-être des individus, indépendamment de leurs dotations objectives. C est un élément intéressant pour la mesure de la pauvreté car ce ne sont souvent pas tant les ressources qui font défaut aux pauvres que la capacité de convertir les ressources qui leur sont accessibles en accomplissements réels. La deuxième dimension du bien-être capabiliste est celle de leur matrice des capabilités, c est-à-dire de l ensemble de tous les vecteurs de fonctionnements qui leurs sont potentiellement accessibles. Cette dimension de liberté d opportunité («well-being freedom») est intéressante pour apprécier la pauvreté car celle-ci se caractérise précisément par l enfermement des individus dans un seul mode d existence : à réalisations identiques, on est plus pauvre lorsqu il nous est impossible, ou plus difficile, de choisir un autre destin. Enfin, la liberté de choix («agency freedom») est un second type de liberté qui reflète la maîtrise exercée par les individus sur leur propre destinée. L inclusion de cette dimension permet de rendre compte de l épineux problème des relations de causalité entre la situation des individus et leurs libres choix passés. En quoi faudrait-il remédier à la pauvreté d individus objectivement démunis mais qui auraient choisi leur situation, ou qui en seraient d une façon ou d une autre responsables? Inversement, dans le cas d une sobriété véritablement choisie, peut-on tolérer d améliorer les réalisations effectives des individus contre leur gré? L intérêt de l approche par les capabilités n est pas tant de résoudre le conflit potentiel entre réalisations et liberté de choix, mais de fournir un cadre qui permet de l expliciter et où les gains et les pertes obtenus dans ces deux dimensions peuvent se compenser pour donner une image nuancée du bien-être individuel. 3. Mesurer la pauvreté capabiliste : l exemple de Paris Si la finesse théorique de l approche par les capabilités la rend séduisante pour définir ce qu est être pauvre, sa mise en œuvre pratique pour mesurer la pauvreté est loin d être aisée. Comment trouver des indicateurs statistiques pour apprécier les capacités de conversion des ressources disponibles ou, pis encore, mesurer l étendue des existences potentiellement accessibles à chaque individu? Par construction, l appareil statistique ne peut que collecter des données sur ce que les individus accomplissent, et il faut se contenter d inférer les deux autres dimensions du bien-être capabiliste des seuls fonctionnements réalisés : mettre en œuvre l approche par les capabilités entraîne nécessairement une certaine trahison de la complexité du cadre théorique. Nous présentons ici à titre d exemple une mesure capabiliste de la pauvreté des communes de l aire urbaine de Paris en La définition du bien-être capabiliste utilisée est spatialisée, en ce sens qu elle accorde une attention particulière au rôle de la localisation dans la ville sur les trois dimensions du bien-être capabiliste. Nous reprenons, de manière simplifiée, le cadre proposée

4 par Élisabeth Tovar (2008, 2012) et amélioré par E. Tovar et Lise Bourdeau- Lepage (2013). Le choix des indicateurs statistiques Les données communales utilisées sont issues du Recensement Général de la Population (INSEE), de la Base Permanente des Équipements (INSEE) et des données locales INSEE-DGI sur les revenus fiscaux communaux médians par unité de consommation. Il s agit bien sûr proxies statistiques fortement contraintes par les données disponibles à l échelon communal. Les réalisations effectives sont appréciées à l aide de trois indicateurs, qui renvoient aux fonctionnements «être bien rémunéré», «être bien employé» et «être bien logé». Le revenu médian de la commune par unité de consommation résume classiquement le niveau de vie général de la population. C est aussi l indicateur traditionnellement utilisé pour rendre compte du niveau d utilité des individus (2) ; La qualité de l emploi de la population est simplement mesurée à l aide de la proportion des salariés résidents employés en contrat à durée déterminée ou titulaires de la fonction publique ; La qualité du logement (résidences principales) de la commune est appréciée de manière composite, avec la proportion de propriétaires parmi la population, la proportion d habitations dotées de sanitaires, la proportion de maisons individuelles et le nombre de pièces moyen par habitation. Pour mesurer la liberté d opportunité, on utilise des éléments des fonctionnements réalisés que l on estime raisonnablement pouvoir influencer la richesse et la diversité des existences potentielles alternatives des habitants des communes étudiées. Le niveau d éducation médian de la commune est un indicateur souvent mobilisé dans les transcriptions empiriques de l approche par les capabilités ; On utilise également la diversité sociale (catégories socio-professionnelles) des résidents de la commune, mais aussi des actifs travaillant sur son territoire ; l argument est que vivre dans un environnement divers et côtoyer des individus différents de soi améliore la perception des possibilités qui s offrent aux individus, et joue donc un rôle positif sur leur liberté d opportunité. On apprécie la diversité des opportunités de vie offertes par les communes en mesurant les divers services aux particuliers et aménités sportives culturelles et commerciales par habitant (3). Plus la ville offre de ressources commerciales, sanitaires, administratives, juridiques, sportives ou culturelles, plus elle favorise la diversité et la richesse des existences potentielles vécues par ses habitants. Enfin, la liberté de choix est appréciée à l aide du droit de vote politique des habitants et leur capacité à être mobiles dans l espace de la ville. La proportion de la population des communes qui possède le droit de vote capture le degré de maîtrise des habitants sur le destin collectif de la

5 société et, en retour, sur les règles qui leur seront appliquées. Il s agit d une mesure basique mais fondamentale de la liberté de choix ; Le deuxième indicateur insiste sur le caractère spatialisé de l existence humaine et apprécie la possibilité pour les individus de s extraire de leur environnement local afin de s approprier les ressources fournies par l aire urbaine. Cette dimension essentielle de mobilité est simplement captée par la proportion d habitants ayant accès à une voiture dans leur ménage et par la présence ou non d une gare de réseau ferré dans leur commune. Agrégation des indicateurs statistiques dans un indice unique Au total, nous obtenons 8 indicateurs qui reflètent les trois dimensions du bienêtre capabiliste. Sans entrer dans les détails techniques de sa mise en œuvre (4), nous présentons les étapes à suivre pour obtenir un indicateur de pauvreté dit «multidimensionnel» qui résume cette information en un niveau de pauvreté global pour chaque commune de l aire urbaine de Paris. La première étape est de rendre commensurables tous les indicateurs collectés afin de pouvoir agréger dans un même indice des informations aussi différentes que le niveau de diplôme médian et le revenu de la population. Ensuite, il faut choisir la formule mathématique à de l indicateur parmi les nombreuses possibilités proposées dans la littérature. Nous choisissons ici la version multidimensionnelle de l indicateur de pauvreté classique de Foster, Greer et Thobecke (1984). Cet indicateur multidimensionnel, développé par François Bourguignon et Satya Chakarvarty (2003), peut simplement se lire comme une moyenne pondérée «améliorée» des dimensions du bien-être. Une troisième étape consiste à choisir le poids relatif des différentes dimensions du bien-être et à décider si l on accepte qu elles puissent se compenser. Dans cet exemple, nous choisissons de pondérer les trois dimensions du bien-être capabiliste de la même manière et de ne permettre qu une faible compensation entre elles. Enfin, la dernière étape, commune à tout calcul de pauvreté, est celui du choix du seuil en-deçà duquel on considère qu un individu (ici, une commune) est pauvre. Dans cet exemple, comme dans l appareil statistique européen, on estime qu une commune est pauvre dans une dimension donnée du bien-être capabiliste si son score est inférieur à 60% de la médiane des communes de l aire urbaine de Paris dans cette dimension. Résultats : une pauvreté moins intense mais plus diffuse La Figure 1 présente les niveaux de pauvreté capabiliste et monétaire des communes de l aire urbaine de Paris en Si l on compare avec l approche monétaire standard, on perçoit certes toujours nettement la zone très défavorisée centrée en Saint-Denis, mais les différences sont notables pour le reste de l'aire urbaine.

6 Figure 1. La pauvreté des communes de l aire urbaine de Paris en 2010 Pauvreté capabiliste Pauvreté monétaire Source : calculs de l auteur sur données INSEE et DGI. Traitement statistique et cartes réalisés sur R.

7 De façon frappante, les communes à faible revenu de la périphérie lointaine ne sont plus perçues comme pauvres à l'aune capabiliste. À l'opposé, l'approche par les capabilités révèle au cœur de l'aire urbaine une pauvreté moins intense mais plus diffuse : traversant désormais Paris par l'est, la zone pauvre empiète sur des portions non négligeables des Hauts-de-Seine et s'étend, à l'est, jusqu'à Bussy-Saint-Georges. Le fait qu il existe des écarts entre les deux approches est prévisible : si les éléments qui le constituent ne sont pas parfaitement corrélés, l étalon de mesure capabiliste, plus riche, a de grandes chances de capturer des facettes de la pauvreté qui restent sous le «radar» de la seule mesure monétaire. L approche par les capabilités permet d identifier plus finement les zones souffrant de niveaux élevés de pauvreté, mais elle apporte aussi la possibilité de nuancer la nature de cette pauvreté, notamment via le degré de compensation mutuelle que l'on accepte pour les dimensions du bien-être : c est ce qui se produit ici pour les zones de la périphérie de l aire urbaine, où les faibles scores dans la dimension «réalisations effectives» sont compensés par de meilleures performances dans les deux autres dimensions du bien-être capabiliste. Cette possibilité de décomposer la mesure de la pauvreté en éléments de nature différente fait tout l intérêt pratique de l approche par les capabilités. L approche quantitative et pleinement agrégative présentée ici permet de contraster ses résultats avec l approche traditionnelle fondée sur le revenu, mais elle permet aussi le déploiement d autres techniques d analyse des données comme la construction de typologies des communes pauvres. 4. Conclusion La complexité et sa plasticité de l'approche par les capabilités en font un outil bien adapté à la mesure de la pauvreté. Cependant, lors de sa mise en œuvre concrète, sa richesse même soulève de nombreuses questions : comment rendre compte de la diversité des existences potentielles avec des indicateurs statistiques ne capturant que peu d aspects des existences vécues par les individus? Quel degré de compensation est-il légitime de tolérer entre ce qu un individu réalise et sa liberté d accomplir? Chaque mise en œuvre singulière de l approche par les capabilités suppose une réponse tout aussi singulière à ces questions. L absence de «recette» automatique pour la mise en œuvre de l approche pour les capabilités pourrait être perçue comme une limite insurmontable à la diffusion de cette approche. Cependant, il n est pas sûr qu une telle «formule magique» soit souhaitable, bien au contraire : avec A. Sen, on pourrait argumenter que c est justement le caractère «asymptotique» de cette approche et la nécessité de l adapter, de façons argumentée, au contexte étudié qui en garantissent une utilisation pertinente et raisonnée. Bibliographie Bourguignon F., Chakravarty S., 2003, «The Measurement of Multidimensional Poverty», Journal of Economic Inequality, vol. 1, n 1, p Foster J., Greer J., THorbecke E. (1984) «A Class of Decomposable Poverty Measures», Econometrica, vol 52, n 3, p Sen A., 2010, L Idée de justice, Paris, Le Seuil.

8 Sen A., 1993, Éthique et économie, Paris, PUF. Tovar E., 2012, «Paris, une ville ségrégée? Une approche capabiliste», in Bourdeau-Lepage L., Repenser la Ville, Economica, Anthropos, Paris, p. Tovar E., Bourdeau-Lepage L. (2013) «Quelle fracture socio-spatiale à l heure du Grand Paris? Le cœur de l Île-de-France à la dérive», Revue d Économie Régionale et Urbaine, n 3. Notes de fin 1 On trouvera dans «L Idée de Justice» (2010) et «Éthique et économie» (1993) une présentation approfondie de l approche par les capabilités. 2 Cela n est pas aussi simpliste qu il n y paraît au premier abord. La monnaie sert en effet d étalon de mesure de la valeur accordée aux biens et services marchands ; dans une situation où ces biens sont rares, les prix monétaires résultent de la confrontation entre l offre et la demande, «traduisant» ainsi les préférences collectives pour ces biens. Utiliser le revenu monétaire pour appréhender le bien-être des individus, c est donc utiliser l étalon de mesure qui sert précisément à réaliser la synthèse de l'agrégation des préférences individuelles dans une société donnée à un moment donné. 3 Sont retenus : les services d action sociale, les médecins généralistes, les centres de santé, les hyper et supermarchés, supérettes et épiceries, les boulangeries, boucheries-charcuteries et poissonneries, les stations-services, les librairies-papeteries, les postes de police et de gendarmerie, les trésoreries publiques, tribunaux et agences de Pôle Emploi et d intérim, les banques, les bureaux de Poste, les plombiers, serruriers, chauffagistes et électriciens et enfin les établissements sportifs et culturels. 4 Pour les détails techniques de la construction de l indicateur, on pourra consulter Tovar (2012) et Tovar et Bourdeau-Lepage (2013).

PAUVRETÉ ET PRÉCARITÉ EN CHIFFRES

PAUVRETÉ ET PRÉCARITÉ EN CHIFFRES PAUVRETÉ ET PRÉCARITÉ EN CHIFFRES Julien Damon Professeur associé à Sciences Po www.eclairs.fr Quantifier la pauvreté dans ses différentes acceptions n est pas chose aisée, tant le sujet est sensible.

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 La pauvreté et le bien-être en Belgique Chiffres de la pauvreté selon l'enquête SILC Le risque de pauvreté reste stable autour de 15% en Belgique ; 21%

Plus en détail

Les Budgets de référence : une méthode d évaluation des besoins pour une participation effective à la vie sociale. Rapport ONPES 2014-2015

Les Budgets de référence : une méthode d évaluation des besoins pour une participation effective à la vie sociale. Rapport ONPES 2014-2015 Les Budgets de référence : une méthode d évaluation des besoins pour une participation effective à la vie sociale Rapport ONPES 2014-2015 L Union européenne a initié une réflexion sur ce que pourrait être

Plus en détail

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Laurence Bloch Directrice Régionale, Insee Champagne-Ardenne La pauvreté : mieux la comprendre pour mieux agir Le prix

Plus en détail

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION

SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION ÉPREUVE de Droit et d'économie Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 Indications de correction La commission de choix de sujets a rédigé

Plus en détail

Revenus et patrimoine des ménages

Revenus et patrimoine des ménages Direction de la Diffusion et de l'action Régionale Division Communication Externe Bureau de Presse Dossier de presse Synthèses n 65 Revenus et patrimoine des ménages Edition 2002-2003 - Au sommaire du

Plus en détail

Conférence de presse sur la précarité énergétique liée au logement

Conférence de presse sur la précarité énergétique liée au logement Conférence de presse sur la précarité énergétique liée au logement 17 Alexandre GIRAUD Chef de projets, Insee Poitou-Charentes Étienne DE PINS-LOZE Chargé d études, AREC Poitou-Charentes La précarité énergétique

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Radioscopie de la fiscalité Le tissu fiscal vendéen en question Décembre 2007

Radioscopie de la fiscalité Le tissu fiscal vendéen en question Décembre 2007 Radioscopie de la fiscalité Le tissu fiscal vendéen en question Décembre 2007 La Vendée est un département où, nous dit-on, il fait bon vivre! Le SNUI syndicat national unifié des impôts membre de l Union

Plus en détail

Le produit intérieur brut (PIB)

Le produit intérieur brut (PIB) Le produit intérieur brut (PIB) Un rôle fondamental Le produit intérieur brut (PIB) est de très loin l'agrégat le plus connu de la comptabilité nationale, il est même plus connu que la comptabilité nationale

Plus en détail

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS IRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.1 - N 2.1 SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS Par de nombreuses caractéristiques, les salariés à «bas

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Croissance et développement en Afrique subsaharienne

Croissance et développement en Afrique subsaharienne Croissance et développement en Afrique subsaharienne Thèmes La création de richesses et la croissance économique 2.1 Les finalités de la croissance Le développement économique 2.2 La dynamique de la croissance

Plus en détail

L écart entre la mesure statistique des 282 V. Lorraine : L approche par les capabilités. www.insee.fr/lorraine

L écart entre la mesure statistique des 282 V. Lorraine : L approche par les capabilités. www.insee.fr/lorraine www.insee.fr/lorraine N 282 V Lorraine : Justin BISCHOFF Le revenu n est pas le seul déterminant du bien-être de la population ; d autres facteurs interviennent, comme l insertion sur le marché du travail,

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

Les approches de la précarité : entre vision par le budget disponible et vision par les conditions de vie Bruno MARESCA CREDOC

Les approches de la précarité : entre vision par le budget disponible et vision par les conditions de vie Bruno MARESCA CREDOC Les approches de la précarité : entre vision par le budget disponible et vision par les conditions de vie Bruno MARESCA CREDOC Réunion du Cotech du 19 juin Les notions de pauvreté et de précarité Les définitions

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve

Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve Le tableau de bord On peut le définir comme la présentation synoptique d indicateurs relatifs au suivi d une bibliothèque, d un projet, d un service.

Plus en détail

Devoir Maison : «La petite poule rousse» Conté par Bernard Chéze et Bruno Heitz de SUEIL Jeunesse.

Devoir Maison : «La petite poule rousse» Conté par Bernard Chéze et Bruno Heitz de SUEIL Jeunesse. Cours de Théories de la Justice Année universitaire 2012-2013 Par Elisabeth Tovar Devoir maison pour le 1 Mars 2013 Devoir Maison : «La petite poule rousse» Conté par Bernard Chéze et Bruno Heitz de SUEIL

Plus en détail

Philippe Villemus. Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres... Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5

Philippe Villemus. Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres... Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5 Philippe Villemus Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres..., 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5 En synthèse, qu est-ce qu être riche? «Pour un pays comme pour un individu, ce n est

Plus en détail

Octobre 2015 Comment va la vie en France?

Octobre 2015 Comment va la vie en France? Octobre 2015 Comment va la vie en France? Pour accéder à des informations complémentaires, notamment aux données utilisées pour réaliser cette note, consulter : www.oecd.org/statistics/hows-life-2015-country-notes-data.xlsx.

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

NVIS 2c. CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006)

NVIS 2c. CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006) NVIS 2c CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006) Ce texte est provisoire et fragmentaire. Il vise à alimenter une discussion sur les éléments qui

Plus en détail

Mobilité et précarités

Mobilité et précarités Mobilité et précarités JP Orfeuil Université Paris Est et Institut pour la ville en mouvement Observatoire national de la précarité énergétique, 22/03/ 2013 1 Plan Le statut de la mobilité Le statut de

Plus en détail

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels

Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels Etude de quelques grandeurs et leur calcul 1 Les principaux secteurs institutionnels 1.3 Le PIB 1.3.1 L'approche en termes de circuit Le PIB permet de synthétiser en un seul chiffre la valeur d'ensemble

Plus en détail

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%).

> Le taux de chômage annuel moyen à Paris (7,4%) est l un des plus élevé d Ile-de-France (6,6%). Contexte socio-économique Revenus > Les revenus fiscaux médians sont plus élevés à (23 408 ) qu en (20 575 ) et en (17 497 ), mais les différences à sont particulièrement marquées entre les plus riches

Plus en détail

Niveaux de vie comparés des retraités et des actifs : évolutions récentes

Niveaux de vie comparés des retraités et des actifs : évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 octobre 2009 9 h 30 «Niveau de vie des retraités» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Niveaux de vie comparés des retraités

Plus en détail

par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions

par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions La réforme des aides au logement dans le secteur locatif par Alain Jacquot CNAF Responsable du bureau des Prévisions En 1999, par le biais des aides au logement (aide personnalisée au logement et allocation

Plus en détail

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR JUILLET 2012 L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR MÉTHODOLOGIE Les résultats présentés dans cette étude sont le fruit d une enquête qualitative réalisée en mai-juin 2011 pour mieux cerner la pratique

Plus en détail

NOYAU DUR DE LA PAUVRETE AU SENEGAL. Par Oumar Diop DIAGNE Salimata FAYE Ousmane FAYE

NOYAU DUR DE LA PAUVRETE AU SENEGAL. Par Oumar Diop DIAGNE Salimata FAYE Ousmane FAYE NOYAU DUR DE LA PAUVRETE AU SENEGAL Par Oumar Diop DIAGNE Salimata FAYE Ousmane FAYE INTRODUCTION Questions pratiques pour lutter contre la pauvreté qui est pauvre? de quoi il est pauvre? Différence des

Plus en détail

Choix de Portefeuille

Choix de Portefeuille Année 2007-2008 Choix de Portefeuille Christophe Boucher Chapitre 1. Théorie de la décision en avenir incertain Critère d espérance d utilité L attitude vis-à-vis du risque Chapitre 2. Rendements et critères

Plus en détail

Évolution de la pauvreté

Évolution de la pauvreté PREMIÈRE PARTIE Évolution de la pauvreté CAHIER 1 Actualisation des données relatives à la pauvreté Niveaux de vie et pauvreté monétaire en 2007, Jérôme Pujol, Magda Tomasini (INSEE) 17 Niveaux de vie

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT DE LA GESTION. DROIT et ÉCONOMIE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT DE LA GESTION. DROIT et ÉCONOMIE SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT DE LA GESTION Durée de l'épreuve : 3 heures Coefficient : 5 DROIT et ÉCONOMIE Le sujet comprend 8 pages numérotées de 1/8

Plus en détail

La construction d un maillage idéal : Approche et méthode Fiche méthodologique synthétique

La construction d un maillage idéal : Approche et méthode Fiche méthodologique synthétique I. Eléments de cadrage La construction d un maillage idéal : Approche et méthode Fiche méthodologique synthétique Créé en 1986, Carglass est Leader du remplacement et de la réparation de vitrage automobile

Plus en détail

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie»

Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» JOURNEE IFRES 2014 Atelier 2 : Articulation théorie-pratique en enseignement supérieur «Méthodes et technologies pour une meilleure synergie» Les élèves moniteurs, piliers d une méthode pédagogique active

Plus en détail

Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1

Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1 Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1 INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Démographie La communauté locale des Grands-Monts était composée

Plus en détail

Carte scolaire et prix immobiliers à Paris

Carte scolaire et prix immobiliers à Paris Carte scolaire et prix immobiliers à Paris Gabrielle Fack et Julien Grenet * Résumé : À partir de données éducatives et immobilières très riches, cette étude montre que l attractivité des collèges publics

Plus en détail

Focus. Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon

Focus. Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon Focus Un baromètre de la santé en Brabant wallon, une initiative de la Mutualité chrétienne Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon Nous ne pouvons commencer sans une présentation sommaire

Plus en détail

Une méthode innovante pour connaître les quartiers de gare

Une méthode innovante pour connaître les quartiers de gare [ ÉTUDE STATISTIQUE ] Une méthode innovante pour connaître les quartiers de gare Par Sylvie Florette, Séverin Baron et Julie Leroux Sujet prééminent dans les débats franciliens actuels (Grand Paris et

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris MAIRIE DE PARIS - DU - MCC Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2010 SEPTEMBRE 2011 L Observatoire parisien de l insertion et de la lutte contre l exclusion

Plus en détail

La capacité d achat immobilier en Île-de-France :

La capacité d achat immobilier en Île-de-France : La capacité d achat immobilier en Île-de-France : Évaluation dynamique et disparités géographiques Kevin Beaubrun-Diant Juillet 2010 2 La capacité d achat immobilier en Île-de-France Introduction La compréhension

Plus en détail

GUIDE. Remplir votre Passeport. Orientation/Formation

GUIDE. Remplir votre Passeport. Orientation/Formation GUIDE Remplir votre Passeport Orientation/Formation Qu est-ce que le Passeport orientation / formation? Le passeport orientation / formation est établi ou complété à votre initiative, il est votre propriété.

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Programme PNF EPS-Santé Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2014

Programme PNF EPS-Santé Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2014 Programme PNF EPS-Santé Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2014 Synthèse des synthèses des ateliers du jeudi 13 novembre 2014 Pia HENAFF-PINEAU pour les «amis critiques» des ateliers Liliane Giordano, Sophie

Plus en détail

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER

PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER PERFORMANCES ET EFFICACITE DU SFD A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU NIGER COLLOQUE UEMOA-CRDI OUAGADOUGOU- BURKINA FASO NOUFOU Insa, MACROECONOMISTE PLAN DE PRESENTATION Introduction et Problématique Les

Plus en détail

OPTEER. Indicateurs de vulnérabilité énergétique des ménages. 8 avril 2013

OPTEER. Indicateurs de vulnérabilité énergétique des ménages. 8 avril 2013 OPTEER Indicateurs de vulnérabilité énergétique des ménages 8 avril 2013 Elaboration d indicateurs pour OPTEER Suite au 1 er comité technique d OPTEER (7 juin 2011), 7 groupes de travail ont été définis

Plus en détail

Qu est-ce qu être pauvre aujourd hui? Comment évolue la pauvreté? Activités pour l élève

Qu est-ce qu être pauvre aujourd hui? Comment évolue la pauvreté? Activités pour l élève Qu est-ce qu être pauvre aujourd hui? Comment évolue la pauvreté? Activités pour l élève Répondez par vrai ou faux 1. Être pauvre, c est avoir des difficultés de paiement 2. Être pauvre signifie vivre

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs

POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs POUVOIR D ACHAT : la condition de vie des travailleurs Séminaire CGTM Mercredi 19 mars 2008 Danielle LAPORT Sociologue Ingénieur Social Equipe de Recherche REV Université Paris XII Val-de-Marne Il me revient

Plus en détail

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie 5. La féminisation du travail transforme les modes de vie Féminisation du travail 1968 2002 Population active féminine (millions) 7,7 12,1 Population active masculine 13,8 14,5 Part des femmes dans la

Plus en détail

q u estions Hommes 28 % 22 % 21 % 18 % *Voir l encadré «indicateurs d état de santé utilisés», p. 2 Source : Enquête décennale santé 2002-2003

q u estions Hommes 28 % 22 % 21 % 18 % *Voir l encadré «indicateurs d état de santé utilisés», p. 2 Source : Enquête décennale santé 2002-2003 Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé résultats Repères Créées par la loi d orientation pour l aménagement et le développement territorial du 4 février 1995,

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX

BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX BILAN ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU VAL D OISE 1998-1999 LES ÉQUIPEMENTS COMMUNAUX 1 - Des communes inégalement desservies en terme d équipements 2 - Des pôles majeurs d attraction en terme d équipements 3 -

Plus en détail

Pauvreté précarité en Franche-Comté

Pauvreté précarité en Franche-Comté n 52 février 2010 ISSN 1967-6158 Pauvreté précarité en Franche-Comté données 2008 emploi formation insertion Franche-Comté Fin 2008, près de 22 % des francs-comtois âgés de moins de 65 ans vivent avec

Plus en détail

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie

Le diagnostic territorial emploi formation: propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie : propositions pour un socle commun aux territoires de Picardie Les ateliers régionaux de l orientation tout au long de la vie Amiens, le 23 novembre 2010 Sommaire Le diagnostic territorial, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

Enquête EPCI 2014 : l appropriation des TIC par les intercommunalités bretonnes

Enquête EPCI 2014 : l appropriation des TIC par les intercommunalités bretonnes Enquête EPCI 2014 : l appropriation des TIC par les intercommunalités bretonnes Nicolas Deporte & Margot Beauchamps Observatoire du GIS M@rsouin Prenant en compte le rôle croissant de l échelon intercommunal

Plus en détail

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux L'analyse des Besoins Sociaux (ABS) sur le territoire de la commune de la Bordeaux est une procédure annuelle qui doit permettre une appréhension globale des

Plus en détail

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVES LE TEST DU Chi2

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVES LE TEST DU Chi2 ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVES LE TEST DU Chi2 Dominique LAFFLY Maître de Conférences, Université de Pau Laboratoire Société Environnement Territoire UMR 5603 du CNRS et Université de Pau Domaine

Plus en détail

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES

Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Fiche-action n UNE PEDAGOGIE DE PROJET POUR UN L ENSEIGNEMENT D EXPLORATION SES Objectif : Donner du sens aux Enseignements d Exploration en évaluant les compétences, placer les dispositifs d évaluation

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 QUESTION NIVEAU 1: FACTURE... 4

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité?

Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité? Accueillir Héberger Accompagner Insérer Travailleurs pauvres: fantasme ou réalité? Comité d Etude et d Observation 14 octobre 2008 FNDSA Comité d Etude et d Observation 14_10_2008 1 Les critères de référence

Plus en détail

Rapport annuel 2014 du comité de déontologie et d éthique

Rapport annuel 2014 du comité de déontologie et d éthique Rapport annuel 2014 du comité de déontologie et d éthique Document présenté au conseil d administration du 27 mars 2015 Au cours de l année 2014, le comité de déontologie et d éthique (CDE), a vu évoluer

Plus en détail

La mise en commun. (D après Michel Barlow, Le travail en groupes des élèves, Paris, A. Colin, 1993, pp. 38-44)

La mise en commun. (D après Michel Barlow, Le travail en groupes des élèves, Paris, A. Colin, 1993, pp. 38-44) La mise en commun (D après Michel Barlow, Le travail en groupes des élèves, Paris, A. Colin, 1993, pp. 38-44) 1. Définition et buts. Après le travail en groupe d élèves, la mise en commun permet de «reconstituer

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA MOBILITÉ DES PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE

ENQUÊTE SUR LA MOBILITÉ DES PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE ENQUÊTE SUR LA MOBILITÉ DES PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE Plan de l intervention Introduction et contexte : 15 min Présentation du questionnaire Identification / échanges : 20 min Présentation du questionnaire

Plus en détail

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - novembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

LA DEMOGRAPHIE DES MEDECINS EN REGION ILE DE FRANCE Situation au 1 er juin 2011. Jean VILANOVA DCDEV /RIM La Médicale jean.vilanova@ca-predica.

LA DEMOGRAPHIE DES MEDECINS EN REGION ILE DE FRANCE Situation au 1 er juin 2011. Jean VILANOVA DCDEV /RIM La Médicale jean.vilanova@ca-predica. LA DEMOGRAPHIE DES MEDECINS EN REGION ILE DE FRANCE Situation au 1 er juin 2011 Jean VILANOVA DCDEV /RIM La Médicale jean.vilanova@ca-predica.fr Préambule Préambule La région Ile-de-France concentre à

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE»

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» > PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L INDICE DE LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE POSITIVE 2014 UNE INITIATIVE DE DÉROULÉ DE LA CONFÉRENCE

Plus en détail

Compas études. compas. Des départements d Outre-mer marqués par les difficultés sociales et les inégalités

Compas études. compas. Des départements d Outre-mer marqués par les difficultés sociales et les inégalités Compas études n 9 - octobre 2013 compas Au service du sens Des départements d Outre-mer marqués par les difficultés sociales et les inégalités Oubliés de bien des études nationales, les départements d

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE 18/04/2011 MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DIPLOME D'ETAT DE CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE NOTICE D ACCOMPAGNEMENT 18/04/2011 Cette

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? p.7 La qualification, c est quoi? p.8

Plus en détail

Outplacement. Conseil individuel en dynamique de carrière

Outplacement. Conseil individuel en dynamique de carrière Outplacement Conseil individuel en dynamique de carrière Une forme de reconnaissance La proposition d'une prestation d'outplacement représente une marque de considération de la part de l'entreprise envers

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Dynamiques résidentielles dans l aire métropolitaine lyonnaise

Dynamiques résidentielles dans l aire métropolitaine lyonnaise Dynamiques résidentielles dans l aire métropolitaine lyonnaise Synthèse de la présentation devant le Conseil du Pôle métropolitain / 21 mars 2013 Agence d urbanisme - Lyon - F. Guy, M.-P. Ruch Juillet

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS 14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS La mise en place de la prestation d accueil du jeune enfant (PAJE) en 2004, et plus particulièrement la création du

Plus en détail

Les relations de pouvoir dans les organisations

Les relations de pouvoir dans les organisations Bouteiller Charlotte Master DGRH Crombez Claire Année 2003/04 Verbecq Antoine Les relations de pouvoir dans les organisations Introduction : Il y a deux ans, une loi réprimant le harcèlement moral a été

Plus en détail

Faut-il (vraiment) augmenter les frais d inscription? David Flacher Université Paris 13 CEPN CNRS UMR 7234

Faut-il (vraiment) augmenter les frais d inscription? David Flacher Université Paris 13 CEPN CNRS UMR 7234 Faut-il (vraiment) augmenter les frais d inscription? David Flacher Université Paris 13 CEPN CNRS UMR 7234 Un enjeu majeur Enjeu théorique à Des débats sur l efficacité de la mesure au regard de 3 grands

Plus en détail

Avoir un emploi rend la pauvreté plus difficile à vivre

Avoir un emploi rend la pauvreté plus difficile à vivre ISSN 029-997 N 2 avril 07 Avoir un emploi rend la pauvreté plus difficile à vivre Marie-Odile Simon, Christine Olm, Élodie Alberola L emploi ne protège plus de la pauvreté, même la plus extrême: 28% des

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

Initialement centrée sur le prix des terrains

Initialement centrée sur le prix des terrains Marchés fonciers L enquête sur le prix des terrains à bâtir Une enquête nationale annuelle permet de suivre le marché des terrains à bâtir pour maisons individuelles mais pas seulement. Quelles en sont

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE D'ÉCONOMIE-DROIT ÉLÉMENTS DE CORRIGÉ

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE D'ÉCONOMIE-DROIT ÉLÉMENTS DE CORRIGÉ BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR Session 2013 ÉPREUVE D'ÉCONOMIE-DROIT ÉLÉMENTS DE CORRIGÉ La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs

Plus en détail

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF Notice d accompagnement Diplôme d Etat de Conseiller en Economie Sociale Familiale DECESF ((( Cette notice a pour objectif principal de vous aider à remplir votre livret de présentation des acquis de

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

VULNERABILITE ENERGETIQUE DES MENAGES EN MATIERE DE DEPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL

VULNERABILITE ENERGETIQUE DES MENAGES EN MATIERE DE DEPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL Octobre 2013 VULNERABILITE ENERGETIQUE DES MENAGES EN MATIERE DE DEPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL Contenu Sommaire détaillé...4 Synthèse...2 Préambule...9 Méthodologie...10 1. Consommation d énergie pour

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Observatoire des marchés de l Habitat de l ADIL 93

Observatoire des marchés de l Habitat de l ADIL 93 Les primo accédants très modestes de Seine-Saint-Denis Extrait des données statistiques issues de l étude sur le Prêt à taux Zéro en 2010 (Juin 2012) Sources: DRIEA-IF selon SGFGAS/Exploitation ANIL/représentation

Plus en détail

Infos, Intox et Alternative pour le financement des retraites et de la protection sociale et la compétitivité

Infos, Intox et Alternative pour le financement des retraites et de la protection sociale et la compétitivité Infos, Intox et Alternative pour le financement des retraites et de la protection sociale et la compétitivité Contribution au débat Daniel SANCHIS Paris mai 2010 La part de la richesse nationale produite

Plus en détail