Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant"

Transcription

1 A-10 Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant A. Feifer, M. Anidjar La transplantation rénale est le traitement de choix chez le patient en phase finale de maladie rénale. Grâce au développement de méthodes de prélèvement plus sûres et à l immunosuppression, une amélioration notable des résultats a pu être obtenue ces dernières années, pour le donneur comme pour le receveur. Un rein prélevé chez un donneur vivant reste le facteur le plus important pour la survie du receveur et de l implant. La technique de néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant a révolutionné la transplantation rénale, permettant, en diminuant la morbidité chirurgicale tout en maintenant les chances d un bon résultat chez le receveur, d augmenter le nombre des donneurs. Cette technique est devenue la méthode de prélèvement de référence dans les centres de transplantation partout dans le monde en dépit de sa difficulté technique et de son processus de maturation toujours en cours, particulièrement tôt dans la courbe d apprentissage. Les anciennes contre-indications à la néphrectomie laparoscopique du donneur ne sont plus absolues. Ce chapitre décrit en détails la procédure laparoscopique chez le donneur, en particulier l évaluation préopératoire et la technique opératoire. Une revue de la littérature est également présentée afin de cerner, en comparaison avec les anciennes techniques de prélèvement, les différents aspects relatifs aussi bien au donneur qu au receveur en termes de morbidité et de mortalité Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. Mots clés : Laparoscopie ; Don de rein ; Néphrectomie ; Transplantation ; Courbe d apprentissage ; Radiologie Plan Introduction 1 Histoire du don de rein par donneur vivant 2 Ère actuelle du don de rein par donneur vivant 2 Bilan préopératoire 2 Imagerie préopératoire rénale 3 Technique opératoire 3 Néphrectomie transpéritonéale laparoscopique gauche sur donneur vivant 3 Néphrectomie transpéritonéale laparoscopique droite sur donneur vivant 5 Approche rétropéritonéale 5 Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant, résultats sur dix ans 5 Donneur 5 Receveur 7 Conclusion 8 Introduction La transplantation rénale est à présent le traitement de choix de certains patients ayant une insuffisance rénale terminale. De nouvelles techniques chirurgicales plus sûres, associées aux progrès de l immunosuppression, ont permis à de nombreux patients de mener une vie pratiquement normale après une transplantation rénale, sans les contraintes des dialyses hebdomadaires. Tandis que le nombre de patients en attente de transplantation n a cessé d augmenter aux États-Unis, de en 2001 à en 2004, dont 75 % ayant plus de 50 ans, le nombre d organes de cadavres disponibles n a pas augmenté pour répondre à cette demande. En 2003, la période d attente moyenne d un organe de cadavre était supérieure à deux ans pour plus de 40 % des patients, en Amérique du Nord [1]. Cette pénurie persistante, associée aux énormes avantages du don de rein par donneur vivant, et aux améliorations techniques de l intervention, a induit une augmentation du nombre de transplantations rénales par donneur vivant. Alors que les progrès de l immunologie, de la pharmacologie et de la chirurgie ont amélioré les résultats de la transplantation rénale, le don d organes par des donneurs vivants reste le facteur qui, à lui seul, est responsable de l amélioration de la survie du patient et du greffon [2]. Les études ont clairement démontré que la transplantation par donneur vivant est associée à des taux de fonctionnalité du greffon à long et court terme supérieurs, si l on compare avec la transplantation d organes de cadavre, ainsi qu à des taux d échec technique moindres [1, 3]. Le prélèvement laparoscopique du rein a été développé pour améliorer le nombre de dons d organes en diminuant certains des inconvénients de l approche chirurgicale traditionnelle à ciel ouvert. En réduisant la douleur postopératoire, en raccourcissant la convalescence et la durée de l hospitalisation et en améliorant les inconvénients esthétiques, cette technique a favorisé le don d organes de candidats potentiels qui précédemment refusaient 1

2 A-10 Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant le don à cause de ces inconvénients [4]. Depuis qu il est pratiqué, le don de rein par prélèvement laparoscopique est devenu la technique de référence dans de nombreuses institutions, démontrant ainsi l amélioration des paramètres postopératoires concernant les donneurs, tout en maintenant des résultats équivalents chez les greffés [5-8]. Histoire du don de rein par donneur vivant De nombreux éléments ont changé depuis la première transplantation de rein de cadavre en clinique, effectuée en 1945, et depuis la première transplantation effectuée à partir d un donneur apparenté vivant en 1953 [9]. La première transplantation par donneur vivant apparenté ayant abouti à un succès a été réalisée en 1954 à Boston par Merrill [10]. Au cours des 30 à 40 années suivantes, la néphrectomie pour don d organe par donneur vivant, opération rarement pratiquée, consistait habituellement à réaliser une grande incision du flanc (comme cela se fait encore dans de nombreux centres dans le monde), et à prélever le rein par une approche rétropéritonéale. Les inconvénients de l incision du flanc sont nombreux : douleur postopératoire importante, possibilité de complications (pneumothorax), problèmes au niveau de la plaie opératoire (hernie, diastasis, douleur et hypoanesthésie) [11, 12], retard à la reprise de la marche et convalescence prolongée [5]. Pour cette raison, le don de rein par donneur vivant était souvent la source, pour les patients et leur famille, d importants troubles physiques et émotionnels notamment lors du processus de décision et de l intervention elle-même [13]. Afin de réduire la morbidité du donneur et donc d augmenter le nombre d organes viables disponibles, une intervention chirurgicale mini-invasive a été développée pour la néphrectomie par donneur vivant, et a depuis été améliorée et redéfinie. Après la première néphrectomie laparoscopique effectuée en 1990 [14], Gill et al. ont mis au point la technique sur un modèle porcin [15]. En 1995, Ratner [16] et al. ont effectué la première néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant. Actuellement, plusieurs centres dans le monde utilisent cette technique de prélèvement du rein. Malgré les avantages de la néphrectomie laparoscopique pour donneur de rein vivant, cette technique reste difficile même pour les laparoscopistes les plus expérimentés. La maturation procédurale a, au cours des années, nécessité des raffinements spécifiques des techniques chirurgicales. Ère actuelle du don de rein par donneur vivant Bilan préopératoire Le succès de la néphrectomie pour don de rein par donneur vivant dépend beaucoup de la reconnaissance précise des indications. Ce processus comprend un bilan psychologique, médical et chirurgical complet afin de définir les facteurs qui pourraient faire courir au donneur un risque augmenté, en périopératoire ou à long terme. Contre-indications à la néphrectomie pour don de rein par donneur vivant Des recherches ont été conduites sur la façon d évaluer de manière précise la potentialité de don de reins par donneur vivant [17, 18]. Cependant, il s est avéré difficile d établir des normes standards largement acceptées, les bilans préconisés sont donc variables [19, 20]. Les contre-indications à la néphrectomie pour don d organe ne sont pas spécifiques de la laparoscopie. Les contre-indications absolues au don de rein sont les mêmes pour les interventions ouvertes et laparoscopiques, et se focalisent sur le maintien d une fonction rénale acceptable à long terme chez le donneur. Le patient doit correspondre à certains critères de compatibilité avec les interventions laparoscopiques abdominales. Bien que les antécédents d interventions Conduite à tenir Bilan préopératoire au McGill Transplant Centre Recueil des antécédents et examen clinique complet. Radio de thorax, électrocardiogramme, échocardiogramme. NFS (numération formule sanguine). Électrolytes et créatinine sériques. Bilan de la coagulation. Cholestérol, tests thyroïdiens. VIH (virus de l immunodéficience humaine), maladies vénériennes, CMV (cytomégalovirus), EBV (virus d Epstein-Barr). ANA (anticorps antinucléaires), anticorps anti-adn, marqueurs du complément, -C3, C4, C50. Recueil des urines sur 24 heures à la recherche de protéines et mesure de la clairance de la créatinine. Analyse et culture de l urine. PSA (antigène prostatique spécifique) pour les hommes. b-hcg, frottis de Papanicolaou et mammographie pour les femmes. Glycémie à jeun, épreuve sur 3 heures. Scintigraphie rénale. Consultations de cardiologie, anesthésie et autres consultations médicalement nécessaires. Consultation de psychologie, si jugée nécessaire par le néphrologue transplanteur. abdominales multiples puissent constituer des contreindications relatives, une approche laparoscopique rétropéritonéale ou transpéritonéale peut cependant être tentée de manière sûre. Obésité Des études précédentes ont observé des taux de complication et de conversion plus élevés et des temps opératoires plus longs chez le patient obèse subissant une néphrectomie pour don d organe [21]. La laparoscopie chez le patient obèse peut être plus compliquée du fait d une augmentation des dépôts graisseux intra-abdominaux ainsi que des pressions d insufflation plus élevées nécessaires pour maintenir l espace de dissection, ce qui peut réduire le flux sanguin rénal. Cependant, une étude récente a montré une meilleure convalescence et des taux de complication moindres en cas de chirurgie laparoscopique par rapport aux approches à ciel ouvert, chez les patients ayant un index de masse corporelle supérieur à 30 [22]. Actuellement, les améliorations techniques et une meilleure compréhension des paramètres physiologiques spécifiques des patients obèses ont permis d obtenir de meilleurs résultats. À présent l obésité n est plus considérée comme une contre-indication à la néphrectomie pour don de rein par donneur vivant qu au cours de la période de début de la courbe d apprentissage ou dans les centres à faible activité. Les séries de patients provenant de centres ayant une activité importante ne montrent pas de différence statistique entre les patients obèses et non obèses subissant une néphrectomie pour don d organe, en termes de conversion à la chirurgie à ciel ouvert ou d autres difficultés techniques [23]. Cependant, les temps opératoires tendent à être plus longs dans la population obèse [24]. Des résultats comparables et favorables ont également été observés dans le groupe du Maryland [25]. Anomalies rénovasculaires Des études ont montré que les anomalies rénovasculaires peuvent être associées à une augmentation du temps d ischémie chaude (temps écoulé entre le clampage des artères rénales et le rinçage du greffon avec la solution physiologique de conservation), ainsi qu à un risque augmenté de retard de reprise fonctionnelle du greffon, défini par la nécessité de réaliser une 2

3 Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant A-10 dialyse lors de la première semaine postopératoire ou le fait que la créatinine sérique ne baisse pas de 20 % au cours du premier jour postopératoire [26, 27]. Les institutions qui pratiquent la néphrectomie pour don d organe depuis relativement peu de temps continuent de prélever de manière traditionnelle les reins gauches qui ont une anatomie vasculaire particulière : une seule artère et pas de ramification artérielle précoce inférieure à 1,5 cm depuis l origine de l aorte [28, 29]. Cependant, plusieurs centres importants ayant une forte activité ont montré que les anomalies vasculaires bien diagnostiquées avant l intervention n étaient pas une contre-indication [11, 30-32]. Celles-ci comprennent les artères multiples et les veines rénales rétroaortiques ou circumaortiques [33, 34]. Une publication récente de Singh [35] a montré l absence de complications peropératoires et une fonction du greffon à un an préservée dans une série de 48 patients ayant des anomalies vasculaires. Lin [33] a conforté ces données spécifiquement pour la néphrectomie pour don d organe dans le cas de veines rénales rétroaortiques ou circumaortiques. Rawlins [31] a montré un taux d anomalies rénovasculaires de 35 % chez 100 patients, sans effet sur le temps d ischémie chaude, la durée d intervention ou la perte de sang. Ces résultats favorables sont comparables avec ceux du groupe du Maryland [25, 36]. En ce qui concerne les complications urétérales en relation avec des artères aberrantes du pôle inférieur, plusieurs séries ont montré qu il n y avait pas d augmentation des complications urétérales ou vasculaires chez le receveur [37, 38]. Kavoussi [11] a publié une série de 353 néphrectomies laparoscopiques pour don de rein, et il n a pas mis en évidence de différence en termes de durée d intervention pour le donneur, de temps d ischémie chaude, de perte de sang, de durée d hospitalisation, de complications chirurgicales, de survie du greffon ou de créatininémie sérielle entre les reins présentant une artère unique ou multiple. Cette étude a également mis en lumière des taux similaires de complications urétérales (6 % chez les greffés ayant des artères rénales multiples ou uniques). Bien que de plus petites études montrent une association entre blessures urétérales et vascularisation aberrante [39], des séries plus importantes ne sont pas en faveur de cette notion [11, 31, 32]. Imagerie préopératoire rénale Le bilan anatomique de l allogreffe du donneur est effectué pour choisir le rein à utiliser et pour planifier l approche chirurgicale [40]. Les modalités comprennent l angiographie conventionnelle associée à la pyélographie intraveineuse et excrétrice, l angiographie tomodensitométrique, et l angiographie par résonance magnétique. Classiquement, la pyélographie intraveineuse et excrétrice associée à l angiographie conventionnelle représentait la modalité de choix. L angiographie, bien qu efficace [41], est invasive et associée à des complications importantes dans 1,73 % des cas, dont une thromboembolie (0,14 %), des pseudoanévrismes (0,05 %), des hémorragies (0,26 %), la formation de fistules artérioveineuses (0,01 %), des réactions allergiques (0,03 %), et la mort par troubles cardiaques dans 0,29 % des cas [42]. D autre part, l angiographie nécessite environ 8 heures d observation postopératoire, ce qui représente un inconfort pour les patients et un coût financier, ainsi qu une augmentation de la charge de travail infirmier pour les services de transplantation [43]. Récemment, l utilisation de l urographie intraveineuse et excrétrice et de l angiographie conventionnelle a été concurrencée par l angiographie tomodensitométrique hélicoïdale [25, 34, 44, 45]. L angiographie tomodensitométrique hélicoïdale (Fig. 1) génère des images de haute qualité des structures rénovasculaires et du parenchyme dans tous les plans, avec la possibilité de reconstructions en trois dimensions (3-D) [46]. En dehors de l injection intraveineuse périphérique de produit de contraste, aucune préparation particulière n est nécessaire et la durée de l examen est d environ 20 à 30 minutes. De nombreuses études ont montré que la précision de l angiographie tomodensitométrique était équivalente à celle de l urograghie intraveineuse et excrétrice avec angiographie conventionnelle [47-49]. Del Pizzo a mesuré une sensibilité, une spécificité et une précision de Figure 1. Angiographie tomodensitométrique préopératoire coronale, reconstruction tridimensionnelle. Les flèches noires montrent deux artères rénales gauches. l artériographie tomodensitométrique pour l anatomie vasculaire, respectivement de 65, 100, et 97 % [44]. De même, dans une publication de 47 néphrectomies laparoscopiques pour don d organe de Kaynan et al., des coupes de 1,5 mm ont été utilisées avec reconstruction 3-D secondaire, et la sensibilité et la spécificité artérielles rapportées étaient de 50 % et 100 % [50]. El Fettouh a montré une sensibilité de 98 % [34]. Cette dernière étude a également employé un enregistrement numérique vidéo 3-D qui a probablement contribué à ces résultats impressionnants. Tandis que les nouvelles technologies logicielles permettent ce type d imagerie tridimensionnelle, des études précédentes ont présenté de bons résultats en termes de sécurité obtenus avec l angiographie tomodensitométrique sans capacité 3-D [51, 52]. Le McGill University Health Center a récemment montré qu une angiographie tomodensitométrique bidimensionnelle permettait une planification chirurgicale adéquate lorsqu elle était associée à une dissection laparoscopique et à une coopération complète avec l équipe de transplantation [53]. Une alternative récente à l angiographie tomodensitométrique est l angiographie par résonance magnétique dont les avantages sont une imagerie primaire multiplans, l utilisation d agents de contraste plus sûrs, même en cas de créatininémie élevée (gadolinium) [54, 55], et un meilleur contraste des tissus mous [56]. Un inconvénient majeur de l angiographie par résonance magnétique est l impossibilité de mettre en évidence les calcifications et de vérifier la présence de calculs rénaux concomitants [57]. Néanmoins, plusieurs études récentes comparant l angiographie tomodensitométrique à l angiographie par résonance magnétique ont démontré des performances pratiquement identiques en termes de vérification de l anatomie vasculaire rénale [58]. Dans une étude récente de corrélation de l angiographie par résonance magnétique avec les observations peropératoires, une sensibilité et une précision de 96 % ont été démontrées [59]. Technique opératoire Néphrectomie transpéritonéale laparoscopique gauche sur donneur vivant L introduction de la laparoscopie pour don de rein est associée à une courbe d apprentissage élevée. Initialement dans les grands centres, et encore aujourd hui dans les petits centres de greffe, le côté gauche est le côté traditionnellement choisi du fait de la plus grande longueur de la veine rénale. La voie transpéritonéale est la modalité préférée d une majorité de 3

4 A-10 Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant Figure 2. Positionnement du trocart laparoscopique. Trocart 1 : abord laparoscopique ouvert. Figure 3. Capture de l organe dans un «endobag» (Tyco) avec les structures du hile rénal visibles avant leur section par l Endo GIA TM. centres de greffe dans le monde [11, 25] : le malade est en décubitus latéral modifié, quatre trocarts sont insérés le long des bords costaux (Fig. 2). Initialement, on mesure la distance entre la xiphoïde et le nombril, et on trace une marque sur la peau à deux tiers de la distance au nombril, sur la ligne pararectale (trocart de 5 mm). On trace ensuite une deuxième marque cutanée à8cmdu site initial, le long du bord costal, pour un trocart de 12 mm. Le troisième trocart (5 mm) est placé au niveau de la région sous-costale supérieure, juste au-dessous de la xiphoïde. Le dernier trocart (5 mm) est placé entre le trocart antérieur et le trocart initial. La rate est réclinée médialement et la réflexion péritonéale latérale est incisée le long de la ligne de Toldt. La dissection est poursuivie dans le plan situé entre le fascia de Gerota et le mésentère du côlon descendant. La veine gonadique gauche est suivie en haut jusqu à la veine rénale, disséquée et contrôlée. Une mobilisation ultérieure de la veine rénale peut comprendre le contrôle des veines lombaires et surrénales. Les veines peuvent être contrôlées à l aide d un bistouri à ultrasons (Ethicon Endo-Surgery, Johnson and Johnson), si le diamètre est inférieur ou égal à 3 mm, ou avec des clips Hem-o-lok (Weck Closure Systems). L artère rénale gauche est disséquée à son origine aortique et de la papavérine (30 mg/ml) est appliquée par intervalles pour limiter la vasoconstriction. La glande surrénale est séparée du pôle supérieur du rein et est conservée. L uretère, accompagné de tissu adipeux, est disséqué jusqu au niveau des vaisseaux iliaques. Il est important de réserver le décollement postérieur et latéral du rein au dernier stade de l intervention pour éviter de masquer le hile rénal et de couder les vaisseaux rénaux. Une hydratation intraveineuse avec du mannitol (12,5 mg par voie intraveineuse au début de la dissection vasculaire), avec ou sans furosémide, est nécessaire pour limiter l effet du pneumopéritoine sur le flux sanguin rénal [60]. L incision d extraction est exécutée sur 6 à 8 centimètres de long, le site iliaque étant préféré par rapport au Pfannenstiel, et un trocart de 15 mm est inséré. L uretère gauche est contrôlé au niveau des vaisseaux iliaques par application d une ligne d agrafes automatiques (Autosuture TM, Tyco TM ), et de façon concomitante, unités d héparine intraveineuse sont injectées. Un sac de récupération de 15 mm (Endo-Catch TM,Tyco TM ) est introduit par l incision d extraction pour permettre la saisie préalable du rein (Fig. 3). Cette procédure induit une traction appropriée sur les vaisseaux du hile, ce qui facilite l application d agrafes supplémentaires. L artère rénale est prise par l Endo GIA Roticulator TM (35 mm de long et agrafes de 2,5 mm), qui place trois rangées d agrafes sur les deux berges de l incision. Ceci «consomme» 12 mm de longueur artérielle. À ce moment, l effet de l héparine est annulé par l injection de 50 mg de protamine intraveineuse. La veine rénale gauche est alors contrôlée de la même manière [61]. Un soin extrême doit être apporté à cette étape pour éviter d incorporer les clips des branches de la veine rénale dans la ligne principale des agrafes, et prévenir un dysfonctionnement de la pince d autosuture GIA [62]. Le rein tombe dans le sac et est extrait immédiatement par une extension de l incision de récupération au fascia et au péritoine. Il est ensuite donné au chirurgien transplanteur et perfusé avec une solution physiologique de conservation intracellulaire. L incision d extraction est refermée, le pneumopéritoine est reformé, et l hémostase est vérifiée en prenant garde aux lignes de suture vasculaires. L intervention est alors terminée selon les modalités habituelles. Plusieurs controverses existent au sujet de cette technique. Elles concernent le niveau d hydratation intraveineuse : Bergman et al. [63] ont montré que des stratégies de gestion des volumes liquidiens utilisant des volumes moindres dans la néphrectomie gauche pour don de rein par donneur vivant ne semblent pas détériorer les résultats chez le greffé ni être nuisibles aux donneurs. En outre, dans une cohorte appariée de 70 malades, Ramani [64] et al. ont récemment remis en cause l utilisation systématique de l héparine au cours de la néphrectomie laparoscopique gauche, et n ont observé aucun effet néfaste lorsque l héparine était inhibée en peropératoire. La dopamine utilisée comme agent protecteur rénal a été décrite et utilisée par de nombreux centres [65], bien que son utilisation soit encore controversée. Une publication récente de O Dair et al. [66] n a montré aucun avantage en termes de taux de créatinine postopératoire chez le donneur ou le greffé. Du fait de l importance des équilibres liquidiens peropératoires au cours de la néphrectomie pour don de rein par donneur vivant, des techniques d optimisation et de contrôle cardiaque peropératoires optimales ont été évaluées. Plusieurs études ont concerné les outils de contrôle actuellement utilisés pour optimiser les fonctions physiologiques peropératoires ainsi que les liquides intraveineux infusés pour s opposer aux effets du pneumopéritoine. La pression veineuse centrale et la pression capillaire pulmonaire sont souvent utilisées pour mesurer la précharge des patients en périopératoire. Cependant, ni l une ni l autre ne représentent un indicateur valide de remplissage ventriculaire gauche pendant le pneumopéritoine au CO 2 [67]. L échocardiographie transœsophagienne a aussi été utilisée pour estimer le remplissage ventriculaire gauche pendant le pneumopéritoine, mais elle exige une formation spéciale. Le contrôle par doppler œsophagien est une technique de contrôle hémodynamique continue minimalement invasive et relativement simple, qui a été étudiée au cours de la période périopératoire [68]. Une étude récente a comparé pression veineuse centrale et doppler œsophagien lors de la néphrectomie pour don de rein par donneur vivant et a montré que la pression veineuse centrale ne permet pas de piloter efficacement l administration des liquides par voie intraveineuse, bien que le doppler non invasif puisse être utilisé efficacement [69]. En termes de technique chirurgicale, pour augmenter la longueur d artère disponible, celle-ci peut être contrôlée par 4

5 Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant A-10 l agrafeuse Endo TA TM [11, 31] (trois rangées d agrafes sur le côté aortique seulement), ou agrafée seulement sur le côté aortique et coupée avec des ciseaux [70]. En ce qui concerne l extraction de l organe, plusieurs modalités sont utilisées. Classiquement, un sac laparoscopique (Endobag TM, Autosuture) est inséré à travers l incision iliaque de 6-8 cm, ou à travers une incision de type Pfannenstiel, toutes deux ayant été réalisées avant l extraction [71]. La récupération manuelle a été proposée et a l avantage de nécessiter un temps d ischémie chaude plus court et d être moins coûteuse, sans augmentation concomitante de la morbidité du donneur [72]. Néphrectomie transpéritonéale laparoscopique droite sur donneur vivant Plus récemment, les grands centres ont évalué la néphrectomie transpéritonéale laparoscopique droite sur donneur vivant [73]. Le problème de la néphrectomie laparoscopique droite sur donneur vivant est l obtention d une longueur de vaisseau suffisante. L approche transpéritonéale est presque identique à celle décrite pour le côté gauche ; cependant, un trocart supplémentaire est nécessaire pour la réclinaison antérieure du foie. Pour maximiser la longueur de l artère rénale, des auteurs ont suggéré une dissection prudente dans l espace, l interaortocave [11, 74]. Pour maximiser la longueur de la veine rénale, plusieurs techniques peuvent être employées [75, 76]. Premièrement, les Endo TA TM peuvent être utilisés au lieu de l Endo GIA TM ce qui doit permettre d économiser 6 mm de veine rénale. Deuxièmement, l utilisation de la pince de Satinsky pour clamper latéralement la veine cave est possible [77], par une approche laparoscopique pure [78] ou par une incision transversale du quadrant supérieur droit après mobilisation laparoscopique complète du rein [76]. Plusieurs études ont comparé les taux de complication chez le donneur en cas de néphrectomie pour don de rein droit et gauche ainsi que les résultats chez le greffé. Dans une métaanalyse de sept grands centres, Buell [76] n a observé aucune différence statistique, et les valeurs de la créatinine n étaient pas plus élevées dans le cas de donneurs prélevés par laparoscopie ou par une technique à ciel ouvert. Il a aussi montré un taux de thrombose artérielle faible, une complication inquiétante des premières tentatives de néphrectomie droite pour don de rein par donneur vivant [79]. Husted et al [80] ont décrit des résultats semblables en termes de morbidité du donneur et de résultat chez le receveur dans 243 néphrectomies pour don de rein par donneur vivant (gauches et droites). Poselt et al [81] ont obtenu des résultats satisfaisants dans une série de 387 greffes rénales. Enfin, une révision rétrospective multicentrique récente a évalué les facteurs chirurgicaux et postopératoires après néphrectomies droites du donneur, et montré des résultats identiques à ceux des néphrectomies gauches [76]. En dépit des bons résultats rapportés dans ces séries, la prévalence de néphrectomie laparoscopique droite sur donneur vivant est d environ 12 % des cas, ce qui représente moins de la moitié du taux rapporté lors des néphrectomies ouvertes droites sur donneur vivant [71, 82]. Néanmoins, la néphrectomie laparoscopique droite est de nos jours exécutée dans un nombre croissant de centres de greffe avec des résultats prometteurs. La faisabilité technique entre les mains d un chirurgien laparoscopique expérimenté peut représenter une option de prélèvement minimalement invasive chez les malades qui ont des contreindications au don de rein gauche. Approche rétropéritonéale Un petit nombre de centres utilise une approche rétropéritonéale pour la néphrectomie pour don de rein par donneur vivant avec des succès comparables à l approche transpéritonéale pure [83-85], à la fois gauche et droite. Cette technique a déjà été largement décrite [70]. Les avantages sont une gestion facilitée de la vascularisation rénale droite, une exposition directe de l organe, un contrôle plus facile de la portion rétrocave de l artère rénale droite, et une réduction de la gêne provoquée par les viscères intra-abdominaux. Les difficultés implicites de cette technique sont liées à un espace opératoire plus limité qui exige une plus grande compétence chirurgicale. Bien que la néphrectomie rétropéritonéale pour don de rein par donneur vivant soit utilisée pour les greffes de rein à droite et à gauche, le regain d intérêt pour le prélèvement de rein rétropéritonéoscopique provient de controverses concernant la néphrectomie pour don de rein par donneur vivant du rein droit, lié aux taux de complications considérables observés au début de l histoire de l intervention [86]. Gill a montré que la néphrectomie rétropéritonéale pour don de rein par donneur vivant peut être réalisée avec une morbidité du donneur comparable et des résultats pour le receveur équivalents si on la compare à la néphrectomie pour don de rein par donneur vivant par voie transpéritonéale pure [83].En outre, il a démontré des résultats semblables en comparant la néphrectomie laparoscopique rétropéritonéale pour don de rein par donneur vivant droite et la néphrectomie laparoscopique pour don de rein par donneur vivant gauche quant aux résultats chez le receveur, et des chiffres améliorés en termes de perte de sang et de longueur de veine rénale prélevée, avec une tendance à des temps d ischémie chaude plus longs dans le groupe rétropéritonéal. Hoznek a aussi récemment rapporté le succès de néphrectomies rétropéritonéales pour don de rein par donneur vivant à gauche chez trois malades [84]. Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant, résultats sur dix ans Depuis la première néphrectomie laparoscopique sur donneur réalisée en 1995 par Ratner [16], la diffusion et l utilisation de la technique qui ont suivi, par les programmes de greffe, nous ont fourni un grand nombre de données sur ce type d intervention (Tableau 1). Les limitations inhérentes de la néphrectomie pour don de rein par donneur vivant sont : une courbe d apprentissage élevée, des temps opératoires potentiellement plus longs et des temps d ischémie chaude plus longs. Ces limitations sont à l origine des préoccupations concernant les taux de rejet de greffe et la fonction à court et long terme du greffon [4].Le succès des greffes rénales est traditionnellement mesuré par la récupération et la fonction postopératoire du greffon, ainsi que la morbidité de la procédure pour le donneur et le receveur. Naturellement, les composants de la procédure elle-même contribuent à ces résultats, et la modification des procédures et des protocoles a été beaucoup étudiée pour maximiser les avantages de l intervention. Pour le donneur du rein, les mesures de temps opératoire, la perte du sang, le taux de conversion, le taux de complications, l utilisation d opiacés, la durée d hospitalisation et de convalescence, ainsi que la fonction rénale postopératoire ont été évalués. En ce qui concerne les receveurs du rein, ce sont les temps d ischémie chaude, les complications urétérales, la fonction postopératoire du greffon, et les taux de rejet précoce et tardif du greffon qui ont été évalués. Donneur Durée d intervention La néphrectomie pour don de rein par donneur vivant a une courbe d apprentissage élevée bien documentée qui induit initialement des temps opératoires plus longs. Leventhal a décrit un temps opératoire initial plus long lors de ses 50 premières interventions par rapport aux 50 suivantes [93]. Cela est également montré dans une série publiée par Berends qui met aussi en évidence une courbe d apprentissage initialement élevée [94]. Une méta-analyse de la littérature a documenté des temps opératoires moyens de 183 à 340 minutes contre 95 à 260 minutes pour la néphrectomie pour don de rein par donneur vivant et par chirurgie à ciel ouvert [73]. Cependant, comme cela a été démontré récemment, la durée d intervention diminue avec l expérience [31]. Rawlins a comparé 100 cas de néphrectomies laparoscopiques et 50 néphrectomies à ciel ouvert, et a observé une durée moyenne d intervention plus longue dans le groupe 5

6 A-10 Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant Tableau 1. Comparaison des néphrectomies ouvertes et laparoscopiques du donneur. Auteur Technique Malades (n) Ratner [11] Rawlins [31] Simforoosh [87] Jacobs [25] El-Galley [88] Derweesh [89] Nicholson [90] Kavoussi [91] Wilson [92] Gill [70] Lt/Rt Temps d ischémie chaude (min) EBL (ml) Durée d intervention (min) Conversion ouverte (%) Durée d hospitalisation (jours) Complications urétérales (%) Reprise fonctionnelle différée du greffon (%) S-Cr du receveur (mg/dl) /24 2,66±81 148±95 213±51 n/a n/a 3 23,8 1,44±0,46 (3 ans) Ouverte 35 22/13 n/a 189± ±32 - n/a 1 28,6 1,52±0,49 (3 ans) 20 20/0 5±2 200± ±60 0 3± (à D/C) Ouverte 20 0/20 2± ±43 n/a 5± (à D/C) ± ±29-3,0±0, Ouverte ± ±48-5,7±1, /0 2, ,3 2-1,47 (5 jours) Ouverte 50 37/ ,7 6-1,42 (5 jours) 40 40/0 6,6-251,4 2,5 2,21 0-1,5 (30 jours) Ouverte 40 40/0 2, , ,3 (30 jours) /29 2,81 128± ±52,4 1,6 2,6 4,4 2,6 2,0 (7 jours) Ouverte ,6 (1 an) 28 28/0 3±2 200± ±40 0 2± Ouverte 55-2±1 320± ±24-3± /2 5 n/a ± Ouverte 34 28/6 2 n/a 155 n/a 6± /19 4,9±3,4 344± ±55 2,1 3,3±4,5 7,85 n/a 65,5± 25,8 Ouverte 48 n/a n/a n/a n/a n/a n/a n/a n/a 63,7±28,9 36 8/ ,8 190,4 0 2,6 n/a n/a 1,33 Ouverte / ,2 220,5 0 2,57 n/a n/a 1,29 EBL : estimated blood loss (perte de sang moyenne) ; S-Cr : créatinine sérique ; Lt : gauche ; Rt : droit. laparoscopique (231 versus 209 minutes) [31]. Cependant, avec l augmentation de l expérience de la néphrectomie laparoscopique, le groupe du Maryland a rapporté un temps opératoire en baisse à 226 minutes [25]. Le groupe de Johns Hopkins a récemment rapporté des temps opératoires moyens de 253 ± 55,7 minutes, comparables à ceux d autres grandes séries récemment publiées [95]. Le fait que la durée d intervention puisse être corrélée spécifiquement avec une morbidité augmentée du donneur en rapport avec le pneumopéritoine n a cependant pas été évalué. Quand la néphrectomie laparoscopique rétropéritonéale et transpéritonéale sont comparées en termes de durée d intervention, les études montrent une tendance à une durée d intervention plus courte dans le groupe rétropéritonéal [96]. Perte de sang De nombreuses études ont comparé la perte de sang dans des cohortes laparoscopiques et à ciel ouvert. Douze grandes séries ont évalué cet aspect de la morbidité opératoire, et neuf sur 12 n ont observé aucune différence statistiquement significative des quantités de sang perdues pendant les interventions [11, 82, 87, 91]. Trois études ont rapporté des pertes de sang beaucoup moins importantes avec l approche laparoscopique [72, 74, 78].Un élément présent dans toutes les données laparoscopiques et à ciel ouvert est la faible perte de sang totale généralement observée, ainsi qu un taux de transfusions postopératoires bas dans les deux cas. Néanmoins, aucune étude n a démontré de différences statistiques considérables entre les approches à ciel ouvert et laparoscopique. Complications et conversion peropératoire Les interventions laparoscopiques induisent tous les risques inhérents à la chirurgie, mais aussi des risques spécifiques de cette modalité technique. Les complications concernant le donneur et survenant après une néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant exigent une très grande compétence permettant de les diagnostiquer et de les traiter rapidement. Une décision spécifique de la laparoscopie est de déterminer quand la sévérité des complications impose une conversion en chirurgie ouverte. Il s agit d une décision critique pour tout chirurgien laparoscopiste, mais qui présente une difficulté supplémentaire quand le malade est un donneur vivant d organe. Des blessures de l intestin peuvent se produire au cours de la mise en place du trocart ou de l électrocautère, et peuvent être traitées par suture laparoscopique ou réparation à ciel ouvert. Les blessures spléniques et hépatiques peuvent aussi être traitées par voie laparoscopique par électrocautère, par colle de fibrine [97] ou coagulation par laser Argon [98]. Les blessures vasculaires, si elles sont de petite taille, peuvent aussi être traitées par voie laparoscopique, cependant, les lésions plus importantes peuvent exiger une conversion urgente en chirurgie réparatrice. Les taux de complications de la néphrectomie laparoscopique pour don de rein par donneur vivant ont été rapportés dans de nombreuses grandes séries. Le groupe du Maryland a rapporté une baisse des complications majeures en cas de grande expérience [25]. Sur 738 cas, ils ont rapporté 12 conversions en chirurgie ouverte (dix secondaires à une blessure vasculaire, deux 6

7 Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant A-10 secondaires à une impossibilité de progresser), 15 complications majeures (vasculaires et intestinales) et un faible nombre de complications mineures. Kavoussi a rapporté un taux de complications de 17 % (63 sur 381 patients, dont 29 (7,6 %) majeures et 34 (8,9 %) mineures). Leur taux de conversion en chirurgie à ciel ouvert était de 2,1 %. Siqueira a rapporté un taux de conversion de 3,5 % sur 84 néphrectomies laparoscopiques [99]. Le taux de conversion total varie dans la littérature de 0 à 13 % [100], la cause la plus fréquente étant un saignement incontrôlé, une exposition inadéquate, l obésité du donneur ou une impossibilité de progresser [101]. La courbe d apprentissage élevée a également un impact sur le taux de conversion, les analyses récentes montrant des résultats bas allant jusqu à 1,6-2 % [82, 102] chez des opérateurs expérimentés. Il a aussi été montré que la conversion en chirurgie ouverte se produisait moins au fur et à mesure que la compétence chirurgicale augmentait [23]. Fonction rénale postopératoire du donneur La conservation de la fonction rénale du donneur est un point fondamental. Les facteurs qui affectent directement et indirectement le flux sanguin rénal avant et après la néphrectomie laparoscopique doivent être traités pour maximiser la fonction rénale résiduelle au cours de la période périopératoire. La fonction rénale postopératoire du donneur a été décrite dans des séries laparoscopiques et en chirurgie ouverte. On peut observer un déclin plus important de la fonction rénale lors des prélèvements laparoscopiques à cause de l effet du pneumopéritoine sur le flux sanguin rénal et d une durée d intervention relativement prolongée. Une étude récente a montré une tendance à une créatinine sérique initiale relativement plus élevée chez les donneurs par néphrectomie laparoscopique par rapport aux donneurs prélevés par chirurgie ouverte [103]. Cependant, cette différence n était plus apparente au troisième jour postopératoire. Plusieurs autres séries ont montré qu il n y avait pas de différence à moyen terme ou à long terme de la fonction rénale des donneurs si l on compare les donneurs opérés par voie laparoscopique ou à ciel ouvert [104, 105]. Douleur postopératoire, durée d hospitalisation et reprise d activité professionnelle Les avantages de la néphrectomie laparoscopique en termes de douleur et de récupération par rapport à la chirurgie à ciel ouvert sont bien établis dans la littérature. Le contrôle de la douleur postopératoire est une mesure régulièrement évaluée en termes de morbidité du donneur [11] lors des prélèvements laparoscopiques et à ciel ouvert. Les études qui ont comparé l utilisation d opiacés dans la néphrectomie pour don de rein laparoscopique et à ciel ouvert ont régulièrement montré un contrôle amélioré de la douleur [106] et une utilisation réduite d opiacés par voie parentérale dans le groupe laparoscopique [84, ]. Dans ces études, les doses de morphine postopératoires étaient de 36 à 88 mg chez les donneurs prélevés par laparoscopie contre 60 à 265 mg chez les donneurs prélevés par néphrectomie à ciel ouvert (p < 0,001). La durée pendant laquelle l analgésie parentérale a été nécessaire était aussi moindre dans les groupes laparoscopiques, et s étendait de 17 à 43 heures, contre 38 à 72 heures chez les donneurs prélevés par intervention à ciel ouvert (p < 0,001) [109]. En ce qui concerne la durée d hospitalisation, une étude récente a montré une différence de séjour postopératoire statistiquement considérable lorsque les approches ouvertes et laparoscopiques ont été comparées (3,3 contre 4,7 jours, p < 0,001) [31]. Dans une revue supplémentaire de la littérature, dix études ont évalué la capacité du donneur à reprendre un travail normal, et huit sur dix ont montré un temps de récupération statistiquement plus court du groupe néphrectomie laparoscopique comparé au groupe à ciel ouvert (néphrectomie laparoscopique entre 11 et 36 jours, à ciel ouvert entre 39 et 83 jours) [73]. Convalescence et estimation de la qualité de vie Bien que l on suppose généralement que la néphrectomie laparoscopique soit associée à une convalescence et à une qualité de vie postopératoire améliorée, peu d études ont évalué ces résultats avec des outils d estimation standardisés. Buell [110] a utilisé l indicateur de qualité de vie HRQOL (health-related quality of life) et un questionnaire d évaluation fonctionnelle. Il a montré que les malades ayant subi une néphrectomie laparoscopique ont rapporté un retour plus rapide à une santé complètement normale (69 jours contre 116, p = 0,24), à un travail à temps partiel (21,9 jours contre 23,2, p = 0,09), et ont nécessité moins de consultations postopératoires (2,8 contre 4,4, p = 0,01). Il a démontré en outre que les malades ayant subi une chirurgie ouverte ont rapporté plus de douleurs chroniques postchirurgicales. Dans une autre analyse récente, Bergman a utilisé un instrument standardisé pour comparer le profil de récupération après néphrectomie laparoscopique pour don d organe à celui obtenu avec les mesures traditionnelles. Il a montré que les mesures traditionnelles de documentation de la récupération postopératoire après la néphrectomie laparoscopique pour don d organe étaient contradictoires, en démontrant que les malades ne revenaient pas à leur état de santé antérieur après la chirurgie. Il a recommandé une méthode validée pour évaluer la récupération postopératoire [111]. Résultats esthétiques Un attrait important des interventions laparoscopiques est leur résultat esthétique, conséquence d incisions plus petites. Le prélèvement laparoscopique élimine l incision classique du flanc et la protubérance qui s ensuit. Les tenants de la chirurgie laparoscopique maintiennent que ces résultats sont de loin supérieurs à ceux de la chirurgie ouverte [112]. À notre connaissance, une seule étude a traité des inquiétudes esthétiques des donneurs à 6 mois. Une augmentation statistiquement significative des inquiétudes postopératoires concernant la plaie chez les donneurs par chirurgie ouverte a été démontrée [109]. Avantages en termes de coût À ce jour, trois études ont évalué les avantages en termes de coût de la néphrectomie laparoscopique pour don de rein par donneur vivant par rapport à l approche ouverte conventionnelle. Elles comprennent une évaluation des coûts d hospitalisation directs et indirects, outre les honoraires des professionnels, et une estimation des pertes de revenu des donneurs. Dans une étude de Mullins, il n y avait pas de différences démontrables en termes de coût total [113]. Des observations semblables ont été obtenues par Odland et al. qui ont aussi documenté des coûts plus élevés des procédures mais aucune différence globale entre les néphrectomies laparoscopiques et ouvertes pour don d organe [109]. Une étude européenne incluant une estimation complète des coûts, y compris de la chambre d hôpital et des instruments laparoscopiques jetables, n a pas montré de différences statistiques dans les coûts totaux [108]. Receveur Temps d ischémie chaude Le temps d ischémie chaude continue de représenter un paramètre important de la néphrectomie pour don de rein par donneur vivant. L expérience initiale de cette intervention a suggéré un impact négatif potentiel du temps d ischémie chaude sur la fonction du greffon, immédiatement et à long terme [114]. Ratner a relevé un lien entre temps d ischémie chaude et reprise fonctionnelle différée du greffon [114]. Plusieurs études ont rapporté des temps d ischémie chaude plus longs en cas de néphrectomie laparoscopique par rapport à la chirurgie à ciel ouvert [88]. Dans les centres traitant de grands volumes, le temps d ischémie chaude peut varier de 95 à 300 secondes [73]. Dans les 738 cas de l université du Maryland, le temps d ischémie chaude a atteint la moyenne de 169 ± 90,8 secondes [25].Il a été considéré n être associé à une reprise fonctionnelle différée du greffon que si celui-ci est supérieur à 10 minutes [115].De même, Gill a démontré à partir de 207 cas de néphrectomie laparoscopique pour don d organe [116] qu un temps d ischémie chaude inférieur à 10 minutes n était pas associé à une augmentation de reprise de fonction différée du greffon. Plusieurs 7

8 A-10 Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant études ont comparé et rapporté les temps d ischémie chaude dans des séries de chirurgie ouverte et laparoscopique [90, 108, 109, 117, 118]. Bien qu une tendance évidente à l augmentation du temps d ischémie chaude dans les groupes laparoscopiques existe, les grandes séries ont montré que cette augmentation ne produisait pas de résultats néfastes chez le receveur, immédiatement et à long terme [90, 92]. Fonction postopératoire du greffon La question s est posée de savoir si les techniques spécifiquement laparoscopiques, les effets métaboliques, cardiovasculaires et rénaux du pneumopéritoine pouvaient influencer la fonction postopératoire du greffon. Néanmoins, une analyse récente des facteurs de risque de reprise différée de la fonction du greffon par Gill a montré que seuls des HLA mal appariés et un temps d ischémie froide prolongé, ainsi que des reins de donneur de sexe féminin chez des receveurs de sexe masculin pourraient être des facteurs ayant contribué à une reprise fonctionnelle retardée du greffon [89, 116]. En outre, une revue récente des prélèvements laparoscopiques rénaux a montré des taux semblables de reprise fonctionnelle différée de la greffe (0-10 %) et des taux semblables de dialyse postopératoire dans la néphrectomie laparoscopique et les techniques de prélèvement ouvertes [73, 119]. Une seule étude a montré des taux augmentés de dialyse post-transplantation chez des malades porteurs de reins prélevés par laparoscopie [105]. Plusieurs autres études concluantes ont comparé la fonction rénale postopératoire des reins prélevés par intervention ouverte ou laparoscopique. Dans une étude randomisée récente, Simforoosh et al. ont décrit des niveaux de créatinine postopératoires statistiquement semblables trois jours, 30 jours et 3 mois après la greffe entre reins prélevés par laparoscopie et par chirurgie ouverte [87]. En outre, aucune différence considérable en termes de créatinine sérique n a été observée à 6 mois par Rawlins et al. [31]. Une étude supplémentaire d El-Galley n a pas démontré de différences considérables de fonction du greffon à 7 mois entre la néphrectomie laparoscopique pure du donneur, la néphrectomie ouverte et néphrectomie assistée manuellement [88]. Rejet aigu La reprise fonctionnelle différée de la greffe chez le receveur peut être associée à des risques augmentés de rejet aigu de l organe [114]. En dépit de temps d ischémie chaude prolongés lors des néphrectomies laparoscopiques du donneur, les taux de rejet ultérieurs n ont pas différé considérablement de ceux observés en cas de technique ouverte [116]. Les taux de rejet aigu ont été estimés entre 2 et 30 % après néphrectomie laparoscopique et entre 0 et 32 % pour les néphrectomies ouvertes [73]. Une autre étude a rapporté un taux de perte de greffon à3ans secondaire au rejet de 0à13%,semblable dans les groupes de chirurgie à ciel ouvert et laparoscopique [120]. À l université du Maryland [25], le rejet précoce de la greffe s est produit chez 23 (3 %) des 738 transplantés. Une revue systématique des séries laparoscopiques rapportées n a pas montré de différences entre le taux de rejet aigu après néphrectomie laparoscopique (2 % à 30 %) et après néphrectomie à ciel ouvert du donneur (0 % à 32 %) [73]. Complications urétérales Les expériences initiales de néphrectomies laparoscopiques du donneur ont montré un nombre inquiétant de blessures de l uretère par rapport aux néphrectomies ouvertes (0-11 % contre 0-6 % respectivement) [121]. Deux études supplémentaires ont fait le même constat [105, 122]. Les raisons de ce pourcentage relativement élevé semblent être liées à des apports insuffisants de sang à l uretère du donneur, secondaires à une dissection trop vigoureuse de la graisse périurétérale et à la dévascularisation induite, ou à la transsection d une artère du pôle inférieur, au niveau du hile rénal qui irrigue l uretère proximal [91].Des modifications techniques ultérieures [122], dont la conservation du tissu périurétéral, la dissection méticuleuse et la conservation des artères du pôle inférieur ont réduit la fréquence des lésions de l uretère de 9 % à 3 % au cours de cinq années d expérience pour Ratner et al. [11]. Dans une comparaison plus récente de 122 néphrectomies laparoscopiques pour don d organe et 77 ouvertes, le taux de complications urétérales était de 6,6 % et 4,1 % respectivement [123], sans différence statistiquement significative. Courbe d apprentissage de la néphrectomie laparoscopique pour don de rein par donneur vivant La néphrectomie laparoscopique pour don de rein par donneur vivant a une courbe d apprentissage élevée bien définie [124]. Cette intervention est à présent effectuée sur tous les continents, et de plus en plus de chirurgiens l adoptent sans avoir reçu une formation adéquate. Des inquiétudes concernant la courbe d apprentissage de la néphrectomie laparoscopique pour don de rein par donneur vivant ont été avancées par plusieurs auteurs [31]. Basiri [125] a indiqué que les compétences chirurgicales acquises lors des néphrectomies ouvertes classiques sur donneur et en chirurgie laparoscopique, et une meilleure compréhension de l anatomie rétropéritonéale, facilitent l acquisition des compétences nécessaires à cette intervention. Des bourses d études pour des interventions laparoscopiques dans les centres traitant de nombreux patients ainsi que des programmes de tutorat sont aussi des facteurs de diffusion de la technique [126]. Néanmoins, certains auteurs ont rapporté une sécurité du receveur et du donneur satisfaisante dans leurs séries, sans effet apparent de courbe d apprentissage [31]. Les centres qui introduisent la néphrectomie laparoscopique du donneur peuvent être capables de réduire l impact négatif de la courbe d apprentissage en invitant un chirurgien expérimenté dans un but d enseignement [126, 127]. Conclusion Depuis la première néphrectomie laparoscopique pour don de rein par donneur vivant en 1995, des améliorations très importantes des techniques et des connaissances se sont traduites par une amélioration des résultats pour les donneurs et les receveurs. Les centres ont aussi surmonté le problème de la courbe d apprentissage élevée. Les contre-indications à la néphrectomie laparoscopique pour don de rein par donneur vivant qui existaient par le passé, telles que les vaisseaux rénaux multiples, l obésité et les néphrectomies droites ne sont plus formelles, mais représentent encore des défis pour le chirurgien laparoscopiste. Comparées aux techniques à ciel ouvert, les néphrectomies laparoscopiques pour don de rein par donneur vivant sont supérieures en termes de récupération postopératoire, d esthétique et de qualité de vie postopératoire, réduisant les obstacles au don. La néphrectomie laparoscopique pour don de rein par donneur vivant a aussi démontré son équivalence en termes de perte de sang, de fonction postopératoire du greffon, de taux de rejet aigu, et de taux de blessures de l uretère. Les durées d intervention et les temps d ischémie chaude sont encore actuellement plus longs, mais il n existe pas d éléments décisifs concernant les effets défavorables de ces paramètres sur la fonction du greffon et sur le taux de rejet. En se basant sur les données accumulées au cours des dix dernières années, la néphrectomie laparoscopique pour don de rein par donneur vivant a à présent remplacé la technique ouverte dans de nombreux centres, et devient l intervention de référence de prélèvement de rein. Références [1] United Network for Organ Sharing Data. Highlights May Available at: Accessed February [2] Bay WH, Herbert LA. The living kidney donor in kidney transplantation. Ann Intern Med 1987;106: [3] Thiel G. Living kidney transplantation-new dimensions. Transpl Int 1998;11(suppl1):S50-S56. 8

9 Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant A-10 [4] Ratner LE, Hiller J, Sroka M. Laparoscopic live donor nephrectomy removes disincentives to live donation. Transplant Proc 1997;29: [5] Ratner LE, Kavoussi LR, Sroka M, Hiller J, Weber R, Schulam PG, et al. Laparoscopic assisted live donor nephrectomy: a comparison with the open approach. Transplantation 1997;63: [6] Lee BR, Chow GK, Ratner LE, Kavoussi LR. Laparoscopic live donor nephrectomy: outcomes equivalent to open surgery. J Endourol 2000; 14: [7] Flowers JL, Jacobs S, Cho E, Morton A, Rosenberger WF, Evans D, et al. Comparison of open and laparoscopic live donor nephrectomy. Ann Surg 1997;226: [8] London E, Rudich S, McVicar J, Wolfe B, Perez R. Equivalent renal allograft function with laparoscopic versus open live donor nephrectomies. Transplant Proc 1999;31: [9] Smith SL. Tissue and organ transplantation. St Louis: Mosby-Year Book; [10] Merrill JP, Murray JE, Harrison JH, Guild WR. Successful homotransplantation of the human kidney between identical twins. JAMA 1956;160: [11] Ratner LE, Montgomery RA, Kavoussi LR. Laparoscopic live donor nephrectomy a review of the first 5 years. Urol Clin North Am 2001; 28: [12] Alston C, Spaliviero M, Gill IS. Laparoscopic donor nephrectomy. Urology 2005;65: [13] Johnson EM, Anderson JK, Jacobs C. Long-term follow up of living kidney donors quality of life after donation. Transplantation 1999;67: [14] Clayman RV, Kavoussi LR, Soper NJ, Dierks SM, Merety KS, Darcy MD, et al. Laparoscopic nephrectomy. N Engl J Med 1991;324: [15] Gill IS, Carbone JM, Clayman RV. Laparoscopic live donor nephrectomy. J Endourol 1994;8: [16] Ratner LE, Ciseck LJ, Moore RG. Laparoscopic live donor nephrectomy. Transplantation 1995;60: [17] Kaiske BL, Bia MJ. The evaluation and selection of living kidney donors. Am J Kidney Dis 1995;26: [18] The Ad Hoc Clinical Practice Guidelines Subcommittee of the Patient Care and Education committee of the American Society of Transplant Physicians. The evaluation of living transplant donors: clinical practice guidelines. J Am Soc Nephrol 1996;11: [19] Bia MJ, Ramos EL, Danovitch GM, Gaston RS, Harmon WE, LeichtmanAB, et al. Evaluation of living renal donors. Transplantation 1995;60: [20] Gabodle M, Herve C, Moulin AM. Evaluation selection and follow up of live kidney donors: a review of current practice in French renal transplant centers. Nephrol Dial Transplant 2001;16: [21] Mendoza D, Newman RC,Albala D, Cohen MS, TewariA, Lingeman J, et al. Laparoscopic complications in markedly obese urologic patients (a multi-institutional review). Urology 1996;48: [22] Fazeli-Matin S, Gill IS, Hsu TH, Sung GT, Novick AC. Laparoscopic renal and adrenal surgery in obese patients: comparison to open surgery. JUrol1999;162: [23] Jacobs SC, Cho E, Dunkin B, Bartlett S, Flowers JL, Jarrell B, et al. Laparoscopic nephrectomy in the markedly obese living renal donor. Urology 2000;56: [24] Kuo PC, Plotkin JS, Stevens S. Outcomes of laparoscopic donor nephrectomy in obese patients. Transplantation 2000;69: [25] Jacobs SC, Cho E, Foster C, Liao P, Bartlett ST. Laparoscopic live donor nephrectomy the University of Maryland 6-year experience. JUrol2004;171: [26] Kuo PC, Cho ES, Flowers JL, Jacobs S, Bartlett ST, Johnson LB. Laparoscopic living donor nephrectomy and multiple renal arteries. Am J Surg 1998;176: [27] Rodrigo E, Ruiz JC, Pinera C, Fernandez-Fresnedo G, Escallada R, Palomar R, et al. Creatinine reduction ratio on post-transplant day two as criterion in defining delayed graft function. Am J Transplant 2004; 4: [28] Mandal AK, Cohen C, Montgomery RA, Kavoussi LR, Ratner LE. Should the indications for laparoscopic live donor nephrectomy of the right kidney be the same as for the open procedure? Anomalous left renal vasculature is not a contraindication to laparoscopic left donor nephrectomy. Transplantation 2001;71: [29] Troppmann C, Wiesmann K, McVicar JP, Wolfe BM, Perez RV. Increased transplantation of kidneys with multiple renal arteries in the laparoscopic live donor nephrectomy era: surgical technique and surgical and non-surgical donor and recipient outcomes. Arch Surg 2001;136: [30] Hsu TH, Su LM, Ratner LE, Trock BJ, Kavoussi LR. Impact of renal artery multiplicity on outcomes of renal donors and recipients in laparoscopic donor nephrectomy. Urology 2003;61: [31] Rawlins MC, Hefty TL, Brown SL. Learning laparoscopic donor nephrectomy safely a report on 100 cases. Arch Surg 2002;137: [32] Gurkan A, Kacar S, Basak K. Do multiple renal arteries restrict laparoscopic donor nephrectomy? Transplant Proc 2004;36: [33] Lin CH, Steinberg AP, Ramani AP, Abreu SC, Desai MM, Kaouk J, et al. Laparoscopic live donor nephrectomy in the presence of circumaortic or retroaortic left renal vein. JUrol2004;171:44-6. [34] El Fettouh HA, Herts BR, Nimeh T, Wirth SL, CaplinA, Sands M, et al. Prospective comparison of 3-dimensional volume rendered computerized tomography and conventional renal arteriography for surgical planning in patients undergoing laparoscopic donor nephrectomy. JUrol2003;170: [35] Singh D, Abreu SC, Kilciler M. Laparoscopic living donor nephrectomy in patients with multiple renal arteries or anomalous renal veins. JUrol2004;171(suppl):515. [36] Kou PC, Bartlett ST, Shweitzer EJ, Johnson LB, Lim JW, Dafoe DC. A technique for management of multiple renal arteries after laparoscopic donor nephrectomy. Transplantation 1997;64: [37] Oh HK, Hawasli A, Cousins G. Management of renal allografts with multiple renal arteries resulting from laparoscopic living donor nephrectomy. Clin Transplant 2003;17: [38] Johnston T, Reddy K, Mastrangelo M, Lucas B, Ranjan D. Multiple renal arteries do not pose an impediment to the routine use of laparoscopic donor nephrectomy. Clin Transplant 2001;15:62-5. [39] Carter JT, Freise CE, McTaggart RA, Mahanty HD, Kang SM, Sharon H, et al. Laparoscopic procurement of kidneys with multiple renal arteries is associated with increased ureteral complications in the recipient. Am J Transplant 2005;5: [40] Lowell JA, Taylor RJ. The evaluation of the living renal donor, surgical techniques and results. Semin Urol 2004;12:102. [41] Derauf B, Goldberg ME. Angiographic assessment of potential renal transplant donors. Radiol Clin North Am 1987;25: [42] Hessel SJ, Adams DF, Abrams HL. Complications of angiography. Radiology 1981;138: [43] Whiting JF, Kiberd B, Kalo Z, Keown P, Roels L, Kjerulf M. Costeffectiveness of organ donation: evaluating investment into donor action and other donor initiatives. Am J Transplant 2004;4: [44] Del Pizzo JJ, Sklar GN, You-Cheong JW, Levin B, Krebs T, Jacobs SC. Helical computerized tomography arteriography for evaluation of live renal donors undergoing laparoscopic nephrectomy. JUrol1999;162: [45] Jacobs SC, Cho E, Dunkin BJ, Flowers JL, Schweitzer E, Cangro C, et al. Laprascopic live donor nephrectomy: the university of maryland 3-year experience. JUrol2000;164: [46] Coll DM, Uzzo RG, Herts BR, Davros WJ, Wirth SL, Novick AC. 3-dimensional volume rendered computerized tomography for preoperative evaluation and intraoperative treatment of patients undergoing nephron sparing surgery. JUrol1999;161: [47] Bluemke DA, Chambers PT. Spiral CT angiography: an alternative to conventional angiography (Editorial). Radiology 1995;195:317. [48] Cochran ST, Krasny RM, Danovitch GM, Rajfer J, Barbaric ZM, Wilkinson A, et al. Helical CT angiography for examination of living renal donors. AJR Am J Roentgenol 1997;168: [49] Rubin GD, Alfrey EJ, Dake MD, Semba CP, Sommer FG, Jeffrey RB, et al.assessment of living renal donors with spiral CT. Radiology 1995; 195: [50] Kaynan AM, Rozenblit AM, Figueroa KI, Hoffman SD, Cynamon J, Karwa GL, et al. Use of computerized tomography in lieu of angiography for preoperative assessment of living renal donors. JUrol 1999;161: [51] Lewis GR, Mulcahy K, Brook NR, Veitch PS, Nicholson ML. A prospective study of the predictive power of spiral computed tomographic angiography for defining renal vascular anatomy before live-donor nephrectomy. BJU Int 2004;94: [52] Rydberg J, Kopecky KK, Tann M, Persohn SA, Leapman SB, Filo RS, et al. Evaluation of prospective living renal donors for laparoscopic nephrectomy with multisection CT: the marriage of minimally invasive imaging with minimally invasive surgery. Radiographics 2001; 21(suppl):S223-S236. [53] Feifer AH, Fong BC, Feldman L, Fried G, Stein LA, Metrakos P, et al. Preoperative evaluation of laparoscopic living renal donors with computerized tomography and its effect on donor morbidity and graft function. CanJUrol2005;12: [54] Zhang H, Prince MR. Renal MR angiography. MRI Clin North Am 2004;12:

10 A-10 Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant [55] Nelson HA, Gilfeather M, Holman JM, Nelson EW, Yoon HC. Gadolinium-enhanced breath-hold three-dimensional time-of-flight renal MR angiography in the evaluation of potential renal donors. J Vasc Interv Radiol 1999;10(2Pt1): [56] Israel GM, Lee VS, Edye M, Krisnky GA, Lavelle MT, Diflo T, et al. Comprehensive MR imaging in the preoperative evaluation of living donor candidates for laparoscopic nephrectomy: initial experience. Radiology 2002;225: [57] Subramaniam M, Mizzi A, Roditi G. Magnetic resonance angiography in potential live renal donors: a joint radiological and surgical evaluation. Clin Radiol 2004;59: [58] Halpern EJ, Mitchell DG, Wechsler RJ, Outwater EK, Moritz MJ, Wilson GA. Preoperative evaluation of living renal donors: comparison of CT angiography and MR angiography. Radiology 2000;216: [59] Wang DS, StolpenAH, Bird VG, Ishigami K, Rayhill SC, Winfield HN. Correlation of preoperative three-dimensional magnetic resonance angiography with intraoperative findings in laparoscopic renal surgery. J Endourol 2005;19: [60] London ET, Ho HS, Neuhaus AM, Wolfe BM, Rudich SM, Perez RV. Effect of intravascular volume expansion on renal function during prolonged CO2 pneumoperitoneum. Ann Surg 2000;231: [61] Kavoussi LR, Bishoff JT. Atlas of laparoscopic retroperitoneal surgery. Philadelphia: WB Saunders; [62] Ratner LE, Fabrizio M, Chavin K, Montgomery RA, Mandal AK, Kavoussi LR. Technical considerations in the delivery of the kidney during laparoscopic live-donor nephrectomy. J Am Coll Surg 1999;189: [63] Bergman S, Feldman LS, Carli F, Anidjar M, Vassiliou MC, Andrew CG, et al. Intraoperative fluid management in laparoscopic live-donor nephrectomy: Challenging the dogma. Surg Endosc 2004; 18: [64] RamaniAP, Gill IS, SteinbergAP,Abreu SC, Kilciler M, Kaouk J, et al. Impact of intraoperative heparin on laparoscopic donor nephrectomy. JUrol2005;174: [65] Schnuelle P, Yard BA, Braun C, Dominguez-Fernandez E, Schaub M, Birck R, et al. Impact of donor dopamine on immediate graft function after kidney transplantation. Am J Transplant 2004;4: [66] O Dair J, Evans L, Rigg KM, Shehata M. Routine use of renal-dose dopamine during living donor nephrectomy has no beneficial effect to either donor or recipient. Transplant Proc 2005;37: [67] Marathe US, Lilly RE, Silvestry SC, Schauer PR, Davis JW, Pappas TN, et al. Alterations in hemodynamics and left ventricular contractility during carbon dioxide pneumoperitoneum. Surg Endosc 2000;10: [68] Laupland KB, Bands CJ. Utility of esophageal doppler as a minimally invasive hemodynamic monitor: a review. Can J Anesth 2002;49: [69] Feldman LS, Anidjar M, Metrakos P, Stanbridge D, Fried G, Carli F. Optimization of cardiac preload during laparoscopic donor nephrectomy: a preliminary study of central venous pressure versus esophageal doppler monitoring. Surg Endosc 2004;18: [70] Gill IS, Ng CS, Abreu SC. Right retroperitoneal versus left transperitoneal laparoscopic live donor nephrectomy. Urology 2004; 63: [71] Brook NR, Nicholson ML. Minimally invasive surgery for live kidney donors: techniques and challenges. Prog Transplant 2005;15: [72] Shalhav AL, Siquiera TM, Gardner TA, Paterson RF, Stevens LH. Manual specimen retrieval without a pneumoperitoneum preserving device for laparoscopic live donor nephrectomy. JUrol2002;168: [73] Handschin AE, Weber M, Demartines N. Laparoscopic donor nephrectomy. Br J Surg 2003;90: [74] Mandal AK, Kalligonis AN, Ratner LE. Expanded criteria donors attempts to increase the renal transplant donor pool. Adv Ren Replace Ther 2000;7: [75] Lind MY, Hazebroek EJ, Hop WC, Weimar W, Jaap Bonjer H, et al. Right-sided laparoscopic live-donor nephrectomy: is reluctance still justified? Transplantation 2002;74: [76] Buell JF, Edye M, Johnson M, Li C, Koffron A, Cho E, et al. Are concerns over right laparoscopic donor nephrectomy unwarranted? Ann Surg 2001;233: [77] Buell JF, Hanaway MJ, Potter SR, Koffron A, Kuo PC, Leventhal J, et al. Surgical techniques in right laparoscopic donor nephrectomy. J Am Coll Surg 2002;195: [78] Turk IA, Giessing M, Deger S, Davis JW, Fabrizio MD, Schonberger B, et al. Laparoscopic live donor right nephrectomy: a new technique with preservation of vascular length. Transplant Proc 2003;35: [79] Ratner LE, Montgomery RA, Kavoussi LR. Laparoscopic live donor nephrectomy: the four-year Johns Hopkins University experience. Nephrol Dial Transplant 1999;14: [80] Husted TL, Hanaway MJ, Thomas MJ, Woodle ES, Buel JF. Laparoscoic right living donor nephrectomy. Transplant Proc 2005;37: [81] Poselt AM, Mahanty H, Kang SM, Stoller ML, Meng MV, Roberts JP, et al. Laparoscopic right donor nephrectomy: a large single center experience. Transplantation 2004;78: [82] Barry JM. Editorial comment-laparoscopic live donor nephrectomy: the University of Maryland 3-year experience. JUrol2000;164:1498. [83] Gill IS, Uzzo RG, Steern SB, Goldfarb DA, Noble MJ. Laparoscopic retroperitoneal right donor nephrectomy for purposes of allotrasnplanatation and autotransplantation. JUrol2000;164: [84] Hoznek A, Olsson LE, Salomon L, Saint F, Cicco A, Chopin D, et al. Retroperotoneal laparoscopic living-donor nephrectomy. Eur Urol 2001;40: [85] Buell JF,Abreu SC, Hanaway MJ, Ng CS, Kaouk JH, Clippard M, et al. Right donor nephrectomy: a comparison of hand assisted transperitoneal and retroperitoneal laparoscopic approaches. Transplantation 2004;77: [86] Mandal AK, Cohen C, Montgomery RA, Kavoussi LR, Ratner LE. Should the indications for laparoscopic live donor nephrectomy of the right kidney be the same as for the open procedure? Anomalous left renal vasculature is not a contraindication to laparoscopic left donor nephrectomy. Transplantation 2001;71: [87] Simforoosh N, Bassiri A, Ziaee SA. Laparoscopic versus open live donor nephrectomy the first randomized clinical trial. Transplant Proc 2003;35: [88] El-Galley R, Hood N, Young C. Donor nephrectomy a comparison of techniques and results of open, hand assisted and full laparoscopic nephrectomy. JUrol2004;171:40-3. [89] Derweesh IH, Goldfarb DA, Abreu SC, Goel M, Flechner SM, Modlin C, et al. Laparoscopic live donor nephrectomy has equivalent early and late renal function outcomes compared with open donor nephrectomy. Urology 2004;65: [90] Waller JR, Hiley AL, Mullin EJ, Veitch PS, Nicholson ML. Living kidney donation: a comparison of laparoscopic and conventional open operations. Postgrad Med J 2002;78: [91] Kavoussi LR, Bishoff JT. Atlas of laparoscopic retroperitoneal surgery. Philadelphia: WB Saunders; [92] Wilson CH, Bhatti AA, Rix DA, Soomro NA. Comparison of laparoscopic and open donor nephrectomy: UK experience. BJU Int 2005;95: [93] Leventhal JR, Deeik RK, Joehl RJ, Rege RV, Herman C, Fryer JP, et al. Laparoscopic live donor nephrectomy - is it safe? Transplantation 2000;70: [94] Berends FJ, den Hoed PT, Bonjer JK. Technical considerations and pitfalls in laparoscopic live donor nephrectomy. Surg Endosc 2002;16: [95] Su LM, Ratner LE, Montgomery RA, Jarrett TW, Trock BJ, Sinkov V, et al. Laparoscopic live donor nephrectomy: trends in donor and recipient morbidity following 381 consecutive cases. Ann Surg 2004; 240: [96] Ng CS, Abreu SC, Abou El-Fettouh HI, Kaouk JH, Desai MM, Goldfarb DA, et al. Right retroperitoneal versus left transperitoneal laparoscopic live donor nephrectomy. Urology 2004;63: [97] Canby-Hagino ED, Morey AF, Jatoi I, Perahia B, Bishoff JT. Fibrin sealant treatment of splenic injury during open and laparoscopic left radical nephrectomy. JUrol2000;164: [98] Quinlan DM, Naslund MJ, Brendler CB. Application of argon beam coagulation in urological surgery. JUrol1992;147: [99] Siqueira Jr. M, Ramsay JR, Kuo L. Major complications in 213 laparoscopic nephrectomy cases the Indianapolis experience. JUrol 2002;168: [100] Stifelman MD, Hull D, Sosa RE, Su LM, Hyman M, Stubenbord W, et al. Hand assisted laparoscopic donornephrectomy: a comparison with the open approach. JUrol2001;166: [101] Odland MD, Ney AL, Jacobs DM, Larkin JA, Steffens EK, Kraatz JJ, et al. Initial experience with laparoscopic live donor nephrectomy. Surgery 1999;126: [102] Montgomery RA, Kavoussi LR, Su L, Sinkov V, Cohen C, Maley WR, et al. Improved recipient results after 5 years of performing laparoscopic donor nephrectomy. Transplant Proc 2001;33: [103] Vats HS, Rayhill SC, Thomas CP. Early postnephrectomy donor renal function: laparoscopic versus open procedure. Transplantation 2005; 79:

11 Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant A-10 [104] Flowers JL, Jacobs S, Cho E, Morton A, Rosenberger WF, Evans D, et al. Comparison of open and laparoscopic live donor nephrectomy. Ann Surg 1997;226: [105] Nogueira JM, Cangro CB, Fink JC, Schweitzer E, Wiland A, Klassen DK, et al. A comparison of recipient renal outcomes with laparoscopic versus open live donor nephrectomy. Transplantation 1999;67: [106] Ashcraft EE, Baillie GM, Shafizadeh SF, McEvoy JR, Mohamed HK, Lin A, et al. Further improvements inlaparoscopic donor nephrectomy: decreased pain and accelerated recovery. Clin Transplant 2001;15: [107] Lennerling A, Blohme I, Oestraat O, Loenroth H, Olausson M, Nyberg G. Laparoscopic or open surgery for living donor nephrectomy. Nephrol Dial Transplant 2001;16: [108] Berney T, Malaise J, Mourad M, Morel P, Squifflet JP. Laparoscopic and open live donor nephrectomy: a cost/benefit study. Transpl Int 2000;13: [109] Odland MD, Ney AL, Jacobs DM, Larkin JA, Steffens EK, Kraatz JJ, et al. Initial experience with laparoscopic live donor nephrectomy. Surgery 1999;126: [110] Buell JF, Lee L, Martin JE, Dake NA, Cavanaugh TM, Hanaway MJ, et al. First MR. Woodle ES. Laparoscopic donor nephrectomy vs. open live donor nephrectomy: a quality of life and functional study. Clin Transplant 2005;19: [111] Bergman S, Feldman LS, Mayo NE, Carli F, Anidjar M, Klassen DR, et al. Measuring surgical recovery: The study of laparoscopic live donor nephrectomy. Am J Transplant 2005;5: [112] Hawasli A, Boutt A, Cousins G, Schervish E, Oh H. Laparoscopic versus conventional live donor nephrectomy:experience in a community transplant program. Am Surg 2001;67: [113] Mullins C, Thomas S, Pradel F. The economic impact of laparoscopic living donor nephrectomy on kidney transplantation. Transplantation 2003;75: [114] Ratner LE, Montgomery RA, Maley WR, Cohen C, Burdick J, Chavin KD, et al. Laparoscopic live donor nephrectomy: the recipient. Transplantation 2000;69: [115] Sasaki TM, Finelli F, Bugarin E, Fowlkes D, Trollinger J, Barhyte DY, et al. Is the laparoscopic donor nephrectomy the new criterion standard? Arch Surg 2000;135: [116] Abreu SC, Goldgard DA, Derweesh I, Thornton J, Urbain JL, Mascha E, et al. Factors related to delayed graft function after laparoscopic live donor nephrectomy. JUrol2004;171:52-7. [117] Wolf Jr. JS, Merion RM, Leichtman AB, Campbell Jr. DA, Magee JC, Punch JD, et al. Randomized controlled trial of hand-assisted laparoscopic versus open surgical live donor nephrectomy. Transplantation 2001;72: [118] Hazebroek EJ, Gommers D, Schreve M, van Gelder T, Roodnat JI, Weimar W, et al. Impact of intraoperative donor management on shortterm renal function after laparoscopic donor nephrectomy. Ann Surg 2002;236: [119] Shoskes DA, Cecka JM. Effect of delay graft function on short and long-term kidney graft survival. Clin Transplant 1997: [120] Schweitzer EJ, Wilson J, Jacobs S, Machan CH, Philosophe B, Farney A. Increased rates of donation with laparoscopic donor nephrectomy. Ann Surg 2000;232: [121] Carter J, Freise C, McTaggart R, Mahanty H, Kang SM, Charr SH, et al. Laparoscopic procurement of kidneys with multiple renal arteries is associated with increased ureteral complications in the recipient. Am J Transplant 2005;5: [122] Philosophe B, Kuo PC, Schweitzer EJ, Farney AC, Lim JW, Johnson LB, et al. Laparoscopic versus open donor nephrectomy: comparing ureteral complications in the recipients and improving the laparoscopic technique. Transplantation 1999;68: [123] Lind M, Hazebroek W, Kirkels W. Laparoscopic versus open donor nephrectomy ureteral complications in recipients. Urology 2004;63: [124] Hollenbeck BK, Seifman BD, Wolf Jr. JS. Clinical skills acquisition for hand-assisted laparoscopic donor nephrectomy. JUrol2004;171:35-9. [125] Basiri A, Ziaee SA, Hosseini Moghaddam SM, Maghsoodi R, Shafi MH, Salim NS. Laparoscopic living donor nephrectomy in a center with limited laparoscopic experience. Transplant Proc 2003;35: [126] Hollenbeck BK, Seifman BD, Wolf Jr. JS. Clinical skills acquisition for hand-assisted laparoscopic donor nephrectomy. JUrol2004;171:35-9. [127] Bettschart V, Schneider R, Berutto C, Groos R, Wauters JP, Edye M, et al. A step-by-step approach to laparoscopic live donor nephrectomy. Transplant Proc 2000;32: A. Feifer, Resident. M. Anidjar, Assistant Professor of Urology McGill University Health Center, Royal Victoria Hospital, Department of urology, S6.88 Pine Avenue West, Montréal, Québec, Canada. Toute référence à cet article doit porter la mention : Feifer A., Anidjar M. Néphrectomie laparoscopique sur donneur vivant. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris),, A-10, Disponibles sur Arbres décisionnels Iconographies supplémentaires Vidéos / Animations Documents légaux Information au patient Informations supplémentaires Autoévaluations 11

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Revue Médicale Suisse Prélèvement de rein chez le donneur vivant : l évolution mini-invasive

Revue Médicale Suisse Prélèvement de rein chez le donneur vivant : l évolution mini-invasive Revue Médicale Suisse Prélèvement de rein chez le donneur vivant : l évolution mini-invasive Auteur : N. Fleury J. Schwartz K. Hadaya P.-Y. Martin C. Iselin Numéro : 3136 Sujet: Urologie La transplantation

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

LE COMPTE RENDU OPÉRATOIRE EN COELIOCHIRURGIE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique

LE COMPTE RENDU OPÉRATOIRE EN COELIOCHIRURGIE. Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique LE COMPTE RENDU OPÉRATOIRE EN COELIOCHIRURGIE Séminaire Gynerisq : Prévention des risques opératoires en chirurgie gynécologique CRO EN COELIOCHIRURGIE : PRINCIPES Chirurgie technologiquement dépendante

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Vous avez un cancer de la prostate? Le système chirurgical da Vinci peut être votre meilleure option de traitement

Vous avez un cancer de la prostate? Le système chirurgical da Vinci peut être votre meilleure option de traitement Vous avez un cancer de la prostate? Le système chirurgical da Vinci peut être votre meilleure option de traitement Traitement du cancer de la prostate Le cancer de la prostate est un des cancers les plus

Plus en détail

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca Guide à l intention des patients et des familles 2015 Le don d un rein www.nshealth.ca Le don d un rein Programme de transplantation rénale avec donneur vivant Il n y a jamais assez de dons de reins pour

Plus en détail

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients?

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? HigHligHts 2012: CHiRURgiE Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? Lukasz Filip Grochola a, Hubert John b, Thomas Hess c, Stefan Breitenstein d a Clinique de chirurgie

Plus en détail

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE

ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE ANEVRYSME DE L ARTERE POPLITEE DEFINITION L AAP est une dilatation avec perte de parallélisme des parois de l artère poplitée atteignant au moins 2 fois le diamètre de l artère saine sus jacente, le diamètre

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012 Diabète post-transplantation Formation médicale continue 2012 Evaluation pré-greffe Homme 59 ans GNC HD depuis 1 an T = 1,72m Poids = 87 Kg (IMC = 29) Pas d antécédent familiaux de diabète Pas d antécédent

Plus en détail

Transfusion sanguine UHN. Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options

Transfusion sanguine UHN. Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options Transfusion sanguine Blood Transfusion - French Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options UHN Quels sont les avantages d'une transfusion sanguine? La transfusion

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

PRÉLÈVEMENT DU REIN SUR DONNEUR VIVANT : CŒLIOSCOPIE VERSUS CHIRURGIE «À CIEL OUVERT» Service évaluation technologique Service évaluation économique

PRÉLÈVEMENT DU REIN SUR DONNEUR VIVANT : CŒLIOSCOPIE VERSUS CHIRURGIE «À CIEL OUVERT» Service évaluation technologique Service évaluation économique PRÉLÈVEMENT DU REIN SUR DONNEUR VIVANT : CŒLIOSCOPIE VERSUS CHIRURGIE «À CIEL OUVERT» Service évaluation technologique Service évaluation économique Pour recevoir la liste des publications de l Anaes,

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12

FISTULA CARE. Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 FISTULA CARE Les Complications Liées au Traitement de la Fistule : Directives Concernant les Rapports 12/12/12 EngenderHealth, 440 Ninth Avenue, New York, NY 10001, USA Téléphone: 212-561-8000; Fax: 212-561-8067;

Plus en détail

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile

Drainage du LCR. Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Drainage du LCR Quand et comment? Philippe Piquet, Philippe Amabile Service de Chirurgie Vasculaire Pôle Cardio-Thoracique et Vasculaire Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

SOMMAIRE. Président: B. MILLAT Modérateurs : B. LELONG (Marseille) J.-F. GRAVIE (Toulouse) Un représentant de l'afssaps

SOMMAIRE. Président: B. MILLAT Modérateurs : B. LELONG (Marseille) J.-F. GRAVIE (Toulouse) Un représentant de l'afssaps SOMMAIRE Président: B. MILLAT Modérateurs : B. LELONG (Marseille) J.-F. GRAVIE (Toulouse) Un représentant de l'afssaps Déclarations d'incidents liés à l'utilisation de source d'énergie : les données de

Plus en détail

JORF n 263 du 10 novembre 1996

JORF n 263 du 10 novembre 1996 JORF n 263 du 10 novembre 1996 ARRETE Arrêté du 6 novembre 1996 portant homologation des règles de répartition et d attribution des greffons prélevés sur une personne décédée en vue de transplantation

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Département. service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE. QUELLE RECONSTRUCTION MAMMAIRE ENVISAGEr? >>>

Département. service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE. QUELLE RECONSTRUCTION MAMMAIRE ENVISAGEr? >>> Département chirurgie service CHIRURGIE SÉNOLOGIQUE ET GYNÉCOLOGIQUE Reconstruction mammaire De façon concertée, les spécialistes (radiologues, oncologues médicaux, oncologues radiothérapeutes, médecins

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients transplantés rénaux

Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients transplantés rénaux July 4, 2013 Proposition de stage (Master 2 en Biostatistique/Epidémiologie): Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients

Plus en détail

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale

Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Vous allez avoir une implantation d'une endoprothèse aortique abdominale Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en effet

Plus en détail

Cerclage par voie abdominale. M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005

Cerclage par voie abdominale. M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005 Cerclage par voie abdominale M. ROCHE, interne Cours DES inter-régions 9 mars 2005 Introduction Le cerclage prophylactique par voie transvaginale a fait la preuve de son efficacité chez les patientes ayant

Plus en détail

Brochure suisse pour les donneurs vivants. Aspects importants concernant le don vivant de rein

Brochure suisse pour les donneurs vivants. Aspects importants concernant le don vivant de rein Brochure suisse pour les donneurs vivants Aspects importants concernant le don vivant de rein Sommaire 1. Intaroduction 4 5 2. Aspects généraux du don de rein 6 7 2.1 Qui pourrait être donneur vivant de

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Néphropathie de contraste

Néphropathie de contraste SOINS ET SURVEILLANCE des usagers à risque de Néphropathie de contraste Formation en ligne pour les infirmières Mai 2014 (mise à jour août 2014) Présentation élaborée par: Carole Darsigny, chef intérimaire

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

EXAMENS RADIOLOGIQUES

EXAMENS RADIOLOGIQUES Fixe : Uro.Nephro EXAMENS RADIOLOGIQUES La cystographie : o Examen permettant de visualiser la vessie au moyen d injection d un produit radio opaque soit : Par voie basse : cystographie rétrograde Par

Plus en détail

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Une technique chirurgicale Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la cholécystectomie? C est l intervention chirurgicale pratiquée pour enlever la vésicule biliaire.

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

RECONSTRUCTION MAMMAIRE

RECONSTRUCTION MAMMAIRE Centre Hospitalier Guy de Chauliac Unité Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique Chirurgie Maxillo-Faciale RECONSTRUCTION MAMMAIRE De façon concertée, les spécialistes (radiologues, oncologues

Plus en détail

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit.

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit. JACQUES MARESCAUX CHIRURGIE DU FUTUR GUIDÉE PAR L IMAGERIE NUMÉRIQUE Résumé Introduction L intégration dans une salle d opération des technologies informatiques et robotiques permet d augmenter la sécurité,

Plus en détail

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005

Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Sténoses de la bifurcation carotidienne (133b) Professeur Jean Luc MAGNE, Docteur Sébastien PENILLON, Docteur Carmine SESSA Mai 2005 Pré-requis : Athérosclérose, épidemiologie et physiopathologie (item

Plus en détail

UNE CURE DE HERNIE. Informations générales

UNE CURE DE HERNIE. Informations générales UNE CURE DE HERNIE Informations générales Cette brochure contient les réponses aux questions plus souvent posées à propos de la cure de hernie. Il est donc recommandé de garder cette brochure à la portée

Plus en détail

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges

RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES. A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges RÉPARATIONS PARIÉTALES EN MILIEU SEPTIQUE: APPORT DES IMPLANTS BIOLOGIQUES A Gainant, M Jankowiak CHU Dupuytren Limoges Le risque septique lors des cures d éventration de la paroi abdominale, contre indique

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION PRE - DIALYSE

LIVRET D INFORMATION PRE - DIALYSE LIVRET D INFORMATION PRE - DIALYSE L insuffisance rénale : L insuffisance rénale chronique est la conséquence d une incapacité définitive des reins à remplir leurs fonctions. Chaque rein est composé d

Plus en détail

Prothèse discale lombaire totale Prodisc-L. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis.

Prothèse discale lombaire totale Prodisc-L. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis. Étude clinique prospective randomisée et multicentrique. Prothèse discale lombaire totale. Conception et résultats étude clinique IDE aux États Unis. Table des matières Introduction Indications, contre-indications

Plus en détail

Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006

Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006 Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006 Eléments de réponses aux questions les plus fréquemment posées sur la moelle

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

CURE DE PROLAPSUS GÉNITAL PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Cette fiche d information, rédigée par l Association Française d Urologie *, est destinée aux patients ainsi qu aux usagers du système de santé. Remise lors de votre consultation d urologie avant de pratiquer

Plus en détail

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins?

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Votre médecin peut adapter et compléter ces informations en fonction de votre situation personnelle.

Plus en détail

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse UDM télésurveillée Pour P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse Peut-on être en 2013 opposé au développement de la télémédecine? Pourquoi les patients en insuffisance rénale

Plus en détail

Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous.

Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous. Si vous pensez que c est JUSTE un mal de jambe... détrompez-vous. Découvrez les faits sur la maladie artérielle périphérique (MAP). 50 % des gens qui vivent avec la maladie artérielle périphérique n en

Plus en détail

PANCREATITES AIGUES GRAVES

PANCREATITES AIGUES GRAVES PANCREATITES AIGUES GRAVES QUAND OPERER? QUE FAIRE? K.Turner, service chirurgie hépato-biliaire et digestive, CHU Rennes. Pancreatite aigue grave: -Trt médical dans 85% des cas de PA - PAG:5 à 10% des

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Abords vasculaires pour hémodialyse EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Albert Mouton Clinique de l Archette AIX 12,13? 14 Juin,Juin 2014 Introduction

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISSURE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fissure anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest Pancréatite aiguë sévère Le pronostic d'une pancréatite aiguë dépend de 2 facteurs la défaillance d'un organe la nécrose pancréatique

Plus en détail

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013 Donneurs vivants Risques à long terme Michel R. Pâquet MD, PhD Unité de Transplantation Le Centre Hospitalier de l Université de Montréal Hôpital Notre-Dame Montréal Hôtel-Dieu Hôpital Notre-Dame Cours

Plus en détail

Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE

Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE Bienvenue au Centre de santé et des services sociaux du Granit. Vous serez admise à l hôpital pour une césarienne. Votre séjour sera d environ trois à quatre

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

Risque thrombo-embolique chez l'obèse

Risque thrombo-embolique chez l'obèse Risque thrombo-embolique chez l'obèse Pierre Albaladejo Charles Marc SAMAMA pierre.albaladejo@hmn.aphp.fr Loi de santé publique du 09 août 2004 Recommandations pour la Pratique Clinique (RPC) Prévention

Plus en détail

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 25 e congrès ouest TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi VEndREdi 28 novembre 2014 Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER www.ouest-transplant.org LE

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR :

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : a. Consultation avec le Chirurgien Cardiaque Elle s effectue au centre de consultation de cardiologie médico-chirurgicale (bat H ou G). Cette consultation

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche.

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche. Colectomie gauche Avant l'intervention: Pour certains chirurgiens, la préparation a l'intervention débute 5 à 7 jours avant l'hospitalisation par un régime pauvre en résidu (restreint en fibres). La veille

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg,

L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, Points essentiels L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, l évaluation de la fonction rénale chez le nouveau-né reste très difficile et repose sur la clinique

Plus en détail

LA GASTROPLASTIE VERTICALE CALIBREE AVEC RESECTION GASTRIQUE OU SLEEVE GASTRECTOMIE Sleeve signifie manche ou manchette. C est ainsi que l on nomme cette résection (ablation) de l estomac qui enlève environ

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE

INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE INFECTIONS URINAIRES CANDIDOSIQUES: INTERET DE L L IMAGERIE Introduction Autrefois considérées comme rares, les infections candidosiques urinaires ont connu un regain d intd intérêt du fait de la recrudescence

Plus en détail

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique

MONOGRAPHIE. tenecteplase. Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée. Agent fibrinolytique MONOGRAPHIE Pr TNKase tenecteplase Poudre pour solution - 50 mg/fiole Stérile, lyophilisée Agent fibrinolytique Distribué par : Hoffmann-La Roche Limitée 2455, boulevard Meadowpine Mississauga (Ontario)

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP)

RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP) RECONSTRUCTION DU SEIN PAR LAMBEAU ABDOMINAL (DIEP) Cette fiche d information a été conçue par les chirurgiens du service de Chirurgie, Plastique et Reconstructrice du CHU de TOURS comme un complément

Plus en détail

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE Edwige TROHEL 1 SOMMAIRE 1.- DE QUOI EST COMPOSE LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE 2.- LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE EST SOLLICITE EN PLONGEE, POURQUOI? 3.-LE CŒUR 3.1.- DESCRIPTION et ROLE 3.2.- SON FONCTIONNEMENT

Plus en détail

La greffe rénale un choix à préparer

La greffe rénale un choix à préparer La greffe rénale un choix à préparer Dr François Bayle CHU Grenoble - Néphrologie Fédération Grenoble Transplantation 3 ème rencontres d Education Thérapeutique Lyon - 15 Novembre 2013 Une nouvelle qui

Plus en détail

Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger

Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger Dr N. BOUCHAOUR,Dr L.STOF, Pr B.MANSOURI Service d Imagerie Médicale CHU Beb-el-Oued Alger *Malgré les progrès de dialyse, la transplantation rénale demeure le meilleur choix thérapeutique de l insuffisance

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Avantage de la greffe avec donneur vivant

Avantage de la greffe avec donneur vivant Avantage de la greffe avec donneur vivant Marcelo Cantarovich Programme de transplantation multi-organes CUSM Cours de transplantation Le 5 avril 2013 Sommaire Greffe rénale vs. dialyse Accès à la greffe

Plus en détail

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP)

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) «Dr Claude Benedetto» Votre médecin vous propose de vous mettre en place un accès veineux

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

Ententes interprovinciales en assurance santé

Ententes interprovinciales en assurance santé 284 À l intention des directeurs généraux et des directeurs des finances des établissements hospitaliers autorisés à facturer des services hospitaliers rendus à des résidents des autres provinces et des

Plus en détail

da Vinci Pontage gastrique

da Vinci Pontage gastrique da Vinci Pontage gastrique Une nouvelle approche de la chirurgie bariatrique Êtes-vous intéressé par la dernière option de traitement de l'obésité? Votre docteur peut vous proposer une nouvelle procédure

Plus en détail

Journées du réseau Gard Lozère 19 mars 2010. Dr TRIOPON Grégory Gynécologie CHU Nîmes

Journées du réseau Gard Lozère 19 mars 2010. Dr TRIOPON Grégory Gynécologie CHU Nîmes Journées du réseau Gard Lozère 19 mars 2010 Dr TRIOPON Grégory Gynécologie CHU Nîmes Approches de la chirurgie gynécologique Chirurgie ouverte Chirurgie mini invasive: - Chirurgie vaginale - Coelioscopie

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins?

Le VIH et vos reins. Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Où sont mes reins? Comment fonctionnent mes reins? Que font mes reins? Le VIH et vos reins Le VIH et vos reins Que dois-je savoir au sujet de mes reins? Le VIH peut affecter vos reins et peut parfois causer une maladie rénale. Certains médicaments peuvent être dangereux pour

Plus en détail

Urologie. Chirurgie laparoscopique robot-assistée : bilan après 600 opérations. par le Docteur Hubert Nicolas, Chef du service d Urologie.

Urologie. Chirurgie laparoscopique robot-assistée : bilan après 600 opérations. par le Docteur Hubert Nicolas, Chef du service d Urologie. Dossier Urologie Chirurgie laparoscopique robot-assistée : bilan après 600 opérations par le Docteur Hubert Nicolas, Chef du service d Urologie Robot déployé sur le patient et console de commande 6 Chirurgie

Plus en détail