L Agence nouvelle des Solidarités actives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Agence nouvelle des Solidarités actives"

Transcription

1 agence nouvelle des Solidarités actives Microcrédit personnel de la Ville de Grenoble Premiers bilans Rapport remis en avril 2010 Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable

2 L Agence nouvelle des Solidarités actives L Agence nouvelle des solidarités actives est une association sans but lucratif et reconnue d'intérêt général, créée en janvier 2006 pour mettre en œuvre des actions locales, expérimentales et innovantes de lutte contre la pauvreté, en partenariat avec les collectivités territoriales, l'etat et les entreprises. Sur le sujet du microcrédit personnel, Solidarités actives : A réalisé une étude nationale à la demande de la Caisse des Dépôts «Microcrédit social : diagnostic et perspectives de développement», avril A travaillé ou travaille sur de nombreux projets opérationnels en lien avec des collectivités locales, notamment les Conseils généraux de Loire Atlantique, Savoie, Allier, Somme et le Centre d Action Sociale de la Ville de Grenoble. Dans le cadre de son programme «Aides Sociales et Inclusion Financière», Solidarités actives a développé une approche globale et systémique des problématiques de l inclusion financière et bancaire des particuliers. Elle préconise ainsi un développement et une articulation de l ensemble des réponses qui peuvent être apportées aux usagers pour prévenir et traiter leurs difficultés budgétaires, facteurs d exclusion sociale. Ces différentes réponses, dont le microcrédit personnel, les aides sociales, la procédure de surendettement, la formation à la gestion du budget et l accompagnement budgétaire individuel, appellent une logique de complémentarité. En effet, face aux difficultés budgétaires rencontrées par une personne, il est nécessaire de pouvoir apprécier les actions à mettre en place au regard de l ensemble des dispositifs disponibles. Il semble essentiel de pouvoir l orienter vers la solution la plus adaptée pour lui permettre d atteindre rapidement une autonomie financière. Pour la mise en place de projets opérationnels, et précisément dans le cas du projet mené à Grenoble, Solidarités actives bénéficie du soutien financier de la Caisse des Dépôts et Consignations et de la DIIESES 1. Agence nouvelle des Solidarités actives Association loi 1 er juillet 1901 N SIRET : passage du Génie Paris Contact pour ce projet : Arthur Lhuissier, 1 Délégation interministérielle à l'innovation et l'expérimentation sociale et l'économie sociale Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 2

3 Sommaire Introduction La genèse du projet Contexte : les problématiques d accès au crédit en France La création du Fonds de Cohésion Sociale et le développement du microcrédit personnel Le projet du CCAS de Grenoble Le fonctionnement du dispositif «Microcrédit pour tous» Le public ciblé Le produit proposé Le processus de traitement des demandes Les moyens mis en œuvre Mobilisation des équipes du CCAS Mise en œuvre de partenariats Formation & outils La communication Outils de suivi Les premiers bilans Les appels téléphoniques Les rendez-vous d instruction Les microcrédits octroyés Le taux de transformation L impact de la communication L appropriation du dispositif La performance du dispositif Conclusion Index Annexes Annexe 1 La déclinaison du dispositif de microcrédit pour les jeunes Annexe 2 Des actions concrètes pour améliorer l efficacité de l action sociale : la prévention et la gestion des difficultés budgétaires des particuliers Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 3

4 Introduction Début 2009, le Centre Communal d Action Sociale (CCAS) de la Ville de Grenoble a décidé de développer un dispositif de microcrédit personnel pour les habitants de la commune. Son objectif est de construire un dispositif efficace et d ampleur, apte à répondre à l ensemble des besoins du territoire communal. Le CCAS a fait appel à Solidarités actives, à partir de janvier 2009, pour l appuyer dans la mise en œuvre de ce projet. Tout au long de l année, en relation étroite avec les équipes opérationnelles et les équipes dirigeantes du CCAS, des chargés de mission de Solidarités actives ont travaillé à l ingénierie, à la mise en œuvre, au suivi et au développement du dispositif de microcrédit personnel. Sept mois après le lancement du dispositif courant mai 2009, le présent rapport a pour objet de dresser un premier bilan sur le fonctionnement du dispositif de microcrédit personnel. Ce document ne saurait constituer un rapport d évaluation complet et impartial. Solidarités actives ayant contribué à la mise en œuvre et au pilotage du dispositif, les descriptions et analyses proposées, bien qu elles en aient l intention, n ont pas l objectivité que peut apporter le regard d un tiers extérieur au projet. En accord avec les partenaires du projet, ce document a notamment pour objectif de rendre accessibles au plus grand nombre les principaux enseignements du projet. Le rapport est descriptif dans ses premières parties. Il détaille les motivations et les objectifs attachés au lancement du projet (partie 1), puis décrit successivement le fonctionnement du dispositif pour les usagers (partie 2) et les moyens mis en œuvre par les partenaires opérationnels (partie 3). La deuxième moitié du rapport regroupe les analyses de Solidarités actives : le bilan quantitatif et qualitatif du dispositif entre son lancement en mai 2009 et le 31 décembre 2009 (partie 4). Les données et descriptions présentées dans ce document sont issues : Des éléments collectés au fur et à mesure du déroulement du projet : o Les temps de travail au sein du CCAS (réunions, formations, échange de mail et téléphone) ; o Les échanges avec les différents partenaires rencontrés (en réunion ou en bilatéral). Des éléments de bilan issus : o De l extraction des données collectées dans l application informatique mise à disposition par Solidarités actives et utilisée par les agents du CCAS ; o D une enquête par questionnaire, réalisée par Solidarités actives auprès des agents du CCAS acteurs dans le dispositif ; o Des données transmises par le partenaire bancaire, le Crédit Municipal de Lyon, sur l encours de prêt ; o Des données transmises par la Caisse des Dépôts et Consignations sur l activité de microcrédit personnel dans le département de l Isère et la région Rhône Alpes. Ce rapport s appuie également sur de nombreux travaux et publications, précisés au fil du texte. Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 4

5 Solidarités actives tient à souligner l intérêt de ce projet expérimental de microcrédit personnel pour alimenter de manière constructive les débats sur l accès au crédit en France et sur les passerelles entre crédit et action sociale. En effet, le CCAS de Grenoble a : fixé des objectifs clairs et ambitieux pour le dispositif; mobilisé des moyens nécessaire à sa mise en œuvre ; utilisé des outils de suivi de l activité. Ces principes ont permis, dès les premiers mois de fonctionnement, de toucher un public important 2 tout en permettant la collecte de données concernant l activité du dispositif. Enfin, les chargés de missions de Solidarités actives souhaitent remercier l équipe du CCAS pour son accueil, son professionnalisme et sa disponibilité tout au long du projet ainsi que la société Expertime pour son engagement citoyen au sein de ce projet. 2 Par comparaison avec la grande majorité des expérimentations de microcrédit personnel existantes Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 5

6 1. La genèse du projet 1.1 Contexte : les problématiques d accès au crédit en France L exclusion bancaire 3 en France alimente les débats, sur le terrain de l action sociale comme au Parlement et dans les média. Les problématiques d accès et d usage du crédit, à l origine de certaines formes de l exclusion bancaire, tiennent la tête d affiche dans un contexte caractérisé à la fois par la baisse historique enregistrée dans la distribution du crédit à la consommation (-13,5%) 4 et l explosion du surendettement officiel (+14,8%) 5. Concernant le crédit à la consommation, plusieurs études analysent les origines des difficultés d accès à ce crédit pour certaines catégories de la population. Pour plus de détails, nous renvoyons notamment aux travaux du chercheur Georges Gloukoviezoff 6 et au rapport réalisé par Solidarités actives en 2008 en réponse à une commande de la Caisse des Dépôts et Consignations: «Microcrédit social : diagnostic et perspectives de développement» 7. Nous ne reprenons ici que quelques éléments de synthèse qui permettent de mieux appréhender le contexte dans lequel s inscrit le microcrédit personnel : Les modalités d octroi du crédit à la consommation génèrent de l exclusion. Pour des raisons liées notamment à la recherche de rentabilité, les établissements de crédits s appuient largement sur des systèmes statistiques pour valider ou refuser une demande de prêt. Il s agit des fameux systèmes de scoring, propres à chaque établissement, dont la Commission Nationale de l Informatique et des Libertés (CNIL) donne la définition suivante : «la technique du credit scoring consiste à analyser les demandes de crédit à partir de modèles statistiques d évaluation du risque de défaillance des emprunteurs obtenus au vu des caractéristiques des précédents emprunteurs et des modalités de remboursement de leurs crédits». Schématiquement, un client, en fonction de ses caractéristiques socioprofessionnelles au moment de sa demande de prêt, est rattaché à un segment de population par l établissement de crédit sollicité. A partir de l historique interne des remboursements enregistrés sur ce segment de population, l établissement détermine un risque client. Lorsque que le risque est trop élevé pour permettre de rentabiliser les prêts octroyés à ce segment de population, autrement dit lorsque que les intérêts 8 captés sur les prêts remboursés ne permettent plus de couvrir les pertes générées par les prêts non remboursés, l établissement de crédit refuse le prêt. Par exemple, un segment de population qui pour un produit de prêt présente un risque de non remboursement de 5% (le pourcentage varie en 3 Nous retenons la définition donnée par le Centre Walras : l exclusion bancaire est «un processus par lequel une personne rencontre de telles difficultés bancaires d accès et/ou d usage qu elle ne peut mener une vie sociale normale dans la société qui est la sienne». 4 Selon l association des sociétés financières, le nombre de prêts à la consommation accordés en 2009 par les organismes spécialisés a baissé de 13,5% par rapport à Le nombre de dossiers de surendettement déposés par les particuliers en 2009 s élève à , chiffre en augmentation de 14,8% par rapport à Source Banque de France. 6 Disponible sur le site internet suivant : 7 Disponible sur le site 8 Réglementés par le taux d usure en France. Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 6

7 fonction des établissements, des différents produits de prêts, etc.) sera systématiquement exclu du prêt. En conséquence, le scoring aboutit à l exclusion «injuste» du crédit de 95% des personnes du segment qui auraient pourtant remboursé leur prêt. Des personnes aux ressources limitées ou aux situations professionnelles instables (notamment les employés en intérim ou en CDD), ayant pourtant une capacité de remboursement adaptée au prêt qu elles sollicitent, peuvent se retrouver confrontées à l une des deux situations suivantes : o Etre totalement exclues du crédit à la consommation. Aucun prêt ne leur est accessible. Cela n est pas sans poser problème compte tenu de l utilité que peut jouer un crédit à la consommation utilisé à bon escient : permettre un investissement (par exemple achat d une chaudière, d un véhicule, etc.) ou amortir une dépense imprévue en étalant son coût dans la durée. o Ne pouvoir accéder qu aux formes de crédits les plus chères : les crédits revolving, réserve d argent ou encore les découverts bancaires. Ces types de prêt affichent des taux d intérêt pouvant atteindre 20%. Ils sont par ailleurs assortis de pratiques commerciales agressives et de mécanismes de fonctionnement qui encouragent leur reconduction sur de très longues périodes 9. Ils sont présents dans 89% des dossiers de surendettement déposés par les particuliers 10. Ainsi, les personnes aux situations les plus précaires, lorsqu elles peuvent y accéder, paient le crédit très cher (cf. illustration 1 ci-dessous). En l absence de statistiques officielles, la mesure de ces problématiques renvoie à des estimations plus ou moins précises. Selon un rapport publié par Terra Nova 11 «L accès au crédit à la consommation «classique» (ou «amortissable») est étroit : il est réservé aux clients fortement solvables, et quasi-impossible pour au moins 25% des Français, notamment les familles modestes et les jeunes». Par ailleurs, le rapport Babeau 12, réalisé pour le Comité consultatif du secteur financier (CCSF), estime à le nombre de ménages «solvables» appartenant aux 2 déciles les plus modestes de la distribution des ménages selon le revenu. Selon les auteurs, ces ménages seraient capables de rembourser sans risque excessif un crédit à la consommation bien adapté à leur situation. Ils sont pourtant très largement exclus du crédit (refus des banques et/ou auto exclusion). Ce chiffre, présenté comme un minorant par les auteurs du rapport, représente 2,52% des ménages français (INSEE 1999). Le microcrédit personnel peut offrir une solution adaptée pour répondre à certaines de ces situations d exclusion du crédit Les mécanismes de fonctionnement sont notamment détaillés dans le e rapport Athling réalisé pour le CCSF : «Pour un développement responsable du crédit renouvelable en France», Source Banque de France «Baromètre du surendettement à fin septembre 2009» 11 Jean Delour, Laurence Girard, Paquita Carmel1 et Franck Nicolaieff «Réformer le crédit à la consommation», avril La demande des ménages en matière de crédit à la consommation et les ajustements nécessaires pour y répondre, BIPE, 2006 Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 7

8 Illustration 1 Les différentes formes de crédit à la consommation Le crédit à la consommation est un crédit accordé par un établissement de crédit à un particulier pour ses besoins non professionnels pour une durée supérieure à 3 mois et dont le montant n excède pas On en dénombre plusieurs types définis dans le code de la consommation. Type Crédit personnel Crédit affecté Crédit renouvelable/ Crédit revolving Découvert bancaire Location avec option d'achat (LOA) Définition Crédit amortissable accordé sans justification de l affectation des fonds Crédit destiné à un financement dont l objet est précisé dans le contrat de crédit et l achat. Ceci a pour conséquence de protéger le consommateur en lui permettant l annulation : - de l achat proposé si le crédit est refusé ; - du crédit si la vente est annulée. Réserve d argent mise à disposition de l emprunteur qui se renouvelle, dans la limite du plafond fixé, au fil des remboursements. Il est souvent associé à une carte dont les fonctions varient (carte de fidélité, de retrait, de paiement, etc) Crédit destiné à couvrir le solde négatif d'un compte courant. Ses modalités sont définies dans la convention de compte établie entre le client et sa banque Contrat de location portant sur un bien dont le client ne devient propriétaire, s il le souhaite, qu à l issue du contrat en abandonnant le dépôt de garantie versé au départ. Taux d'usure au 1 janvier 2010 Part du crédit à la consommaiton distribué en France 8,88% 47,4% 19,71% 18,9% 19,71% 23,1% 19,71% Non concerné 2,3% Sources : - Le taux d usure, soit le taux d intérêt maximum autorisé sur le territoire français, est publié tous les trimestres sur le site de la Banque de France. - Le détail de la distribution du crédit à la consommation est issue du rapport Babeau, «La demande des ménages en matière de crédit à la consommation et les ajustements nécessaires pour y répondre»; Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 8

9 1.2 La création du Fonds de Cohésion Sociale et le développement du microcrédit personnel La Loi de Programmation pour la Cohésion Sociale (LPCS, art. 80 al.iii) institue en 2005 la création du Fonds de Cohésion Sociale (FCS) destiné notamment à garantir les microcrédits personnels octroyés par les établissements de crédit conventionnés. Ce fonds de garantie est abondé par l Etat 13. Sa gestion est confiée à la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), son pilotage stratégique est assuré par le Comité d Orientation et de Suivi de l Emploi des Fonds (COSEF), présidé par Michel Camdessus, gouverneur honoraire de la Banque de France. Le microcrédit personnel n a pas de définition législative. Ses caractéristiques, définies par le COSEF, n ont pas de fondement juridique. Par défaut, il est assimilé à un crédit à la consommation défini par les articles L et suivants du code de la consommation. Cette situation pourrait évoluer avec le projet de loi portant sur la réforme du crédit à la consommation qui sera débattu à l Assemblée Nationale au premier semestre La commission spéciale mise en place par le Sénat, dans son rapport sur ce projet de loi remis le 2 juin 2009, propose d instaurer un cadre légal au microcrédit. Elle donne la définition suivante du MCP à l alinéa 2a) de son article 18 bis : «[ ] prêts destinés à participer au financement des projets d'insertion accordés à des personnes physiques confrontées à des difficultés de financement, dont les capacités de remboursement de ces prêts sont jugées suffisantes par les prêteurs et qui bénéficient d'un accompagnement social. Ces prêts sont accordés dans une perspective d'accès, de maintien ou de retour à un emploi. Ils peuvent également être accordés pour la réalisation de projets d'insertion sociale qui ne sont pas directement liés à un objectif professionnel». Le fonctionnement du FCS est simple : les établissements financiers agréés par le fonds bénéficient d une garantie à hauteur de 50% pour les pertes encourues sur des microcrédits personnels octroyés. La part complémentaire du risque est à la charge de l établissement financier prêteur 14. Les microcrédits personnels octroyés doivent répondre aux caractéristiques suivantes afin de pouvoir bénéficier de la garantie du FCS : un montant compris entre 300 à 3000 euros, une durée de remboursement comprise entre 6 et 36 mois, aucun frais de dossier, ni timbre fiscal, aucune caution, ne pas être accordés à des personnes inscrites sur le fichier des incidents de paiements des crédits aux particuliers (FICP) Le fonds est doté de 73 millions d euros, dont environ 20% sont affectés au microcrédit personnel, la grande majorité des fonds étant affectée au microcrédit professionnel. 14 Dans certains cas, l établissement financier demande également une participation de l acteur social à la prise de risque. Par exemple le Crédit Municipal de Lyon demande à ses partenaires de prendre en charge 15% du risque. 15 A la suite d une décision du COSEF fin 2008, certains établissements financiers bénéficient d un accord leur permettant d octroyer, après l accord de la commission de surendettement locale, un certain quota de MCP à des personnes suivant un plan de surendettement. Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 9

10 Dès la création du FCS, l accent a été mis sur l accompagnement. Aussi, la distribution du microcrédit personnel repose sur des partenariats entre acteurs sociaux (par exemple CCAS ou associations) et établissements financiers. Illustration 2 - Schéma type de fonctionnement des dispositifs de microcrédit personnel FCS Demandeur de MCP Association ou institution (CCAS ) -Accueil -Expertise sociale -Réorientation éventuelle -Constitution d une demande de MCP Garantie de 50% sur les pertes Acteur bancaire Expertise bancaire sur le dossier Contrat de prêt entre la banque et l emprunteur Refus du crédit Réorientation éventuelle vers une autre solution Si nécessaire, mise en place d un accompagnement dans la durée par l acteur social Au 31 décembre 2009, soit plus de 4 ans après la création du FCS : microcrédits personnels ont été octroyés 16 ; 21 partenaires financiers bénéficient de l agrément du FCS : o o o Des banques : Caisse d Epargne, Crédit Mutuel, Crédit Coopératif, Crédit Agricole, La Banque Postale, BNP-Paribas Guyane, BNP-Paribas Grand Est, Société Générale (uniquement pour le Prêt Jeune Avenir) ; Des caisses de crédit municipal : Bordeaux, Nantes, Roubaix, Boulogne sur Mer, Dijon, Toulouse, Lyon ; Des établissements financiers spécialisés : Laser Cofinoga, BNP Paribas Personal Finance (ex Cetelem), Cofidis. Plus de 260 portes d entrée réparties sur le territoire national sont référencées sur le site internet développé à cet effet par la CDC, Selon l UNCCAS 17, environ 90 CCAS sont engagés dans ce dispositif ayant accordé plus de microcrédits personnels. 16 Source Caisse des Dépôts et Consignations. Ce chiffre ne comprend pas les données des dispositifs spécifiques suivants : prêts de BTP Banque (prêts pour des jeunes en formation en alternance dans le BTP), 38 prêts de BNP Guyane (offre spécifique à la Guyane pour permettre aux jeunes de s équiper en matériels informatiques) et PJA (Prêt Jeune Avenir) de la Société générale. 17 Union National des Centres Communaux d Action Sociale Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 10

11 1.3 Le projet du CCAS de Grenoble Fin 2008, plus de 3 ans après la création du FCS, le microcrédit personnel est encore très peu développé dans le département de l Isère. Selon la Caisse des Dépôts et Consignations, 21 microcrédits personnels ont été octroyés entre 2006 et 2007, et une trentaine l ont été en Cette situation s explique notamment par le faible nombre de dispositifs existants. Illustration 3 Les dispositifs de microcrédits personnels recensés en Isère à fin 2009 Date de lancement Porte d'entrée microcrédit personnel en Isère Partenaire bancaire Référencé sur France Microcrédit Février 2008 Udaf 38 Crédit coopératif oui Janvier 2009 Crésus Isère Laser Cofinoga oui Mai 2009 CCAS Grenoble Crédit Municipal de Lyon oui Fin 2009 CCAS Pont de claix Crédit mutuel oui Fin 2009 Adie Adie oui Fin 2009 Secours Catholique Crédit Municipal de Lyon non 2009 Parcours Confiance Caisse d'epargne non 2009 Caisse Régionale du Crédit Agricole Crédit Agricole non? PRO BTP Crédit Coopératif non? Urhaj Crédit Coopératif non? FNARS Crédit Coopératif oui Sources : - Une partie de ces dispositifs sont recensés sur le site internet développé en 2008 par la Caisse des Dépôts pour permettre aux usagers potentiels de trouver facilement les dispositifs de microcrédit personnel présents dans leur département - Les dispositifs du Secours Catholique, du Parcours Confiance, de l Urhaj, ou du Crédit Agricole ont été découverts à travers les différentes rencontres organisées pour le développement du projet. Par ailleurs, les portes d entrée présentes avant 2009 sur le territoire ont peu communiqué sur leur dispositif. L Udaf38 nous a indiqué, lors de notre rencontre, que les sources de financement actuelles de son activité de microcrédit personnel ne lui permettent pas de répondre à la demande que susciterait une communication large sur son dispositif. La FNARS précise qu elle s'adresse exclusivement aux personnes accompagnées par les associations adhérentes à la FNARS. Enfin le dispositif de PRO BTP cible un public restreint : les jeunes en alternance dans le secteur du BTP 18. Pour le CCAS de Grenoble, le développement du microcrédit personnel sur son territoire semblait insuffisant pour répondre aux besoins suscités par les problématiques d exclusion financières (cf. partie 1.1). Le nombre de microcrédits personnels distribués dans des zones géographiques où le développement des dispositifs est plus ancien et plus dynamique semble corroborer cette analyse. A titre d exemple, les régions Pays de Loire et Poitou-Charentes, regroupant 8,2% de la population 18 L établissement de formation est le premier interlocuteur du jeune. Le jeune retire le dossier de demande de prêt auprès du CFA ou de l'organisme de formation en alternance ou le télécharge sur Il remet ensuite le dossier complété à l'administration de son établissement de formation qui, après validation, l'adresse à PRO BTP. PRO BTP accompagne le demandeur tout au long de son projet d emprunt, en s assurant notamment de sa viabilité. Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 11

12 française 19, représentent au 30 septembre 2009, 25% des microcrédits personnels octroyés en France depuis Aussi, le CCAS de Grenoble a délibéré par l intermédiaire de son Conseil d administration, début 2009, le lancement d une expérimentation d un dispositif communal de microcrédit personnel. L objectif est de rendre accessible un crédit responsable à tous les grenoblois pour qui il constitue une solution adaptée et qui actuellement en sont exclus ou sont contraints de s orienter vers des solutions de remplacement chères et dangereuses (par exemple le cumul de crédits revolvings). Le CCAS a souhaité s appuyer sur les expériences et les bonnes pratiques relevées depuis la mise en place du FCS, afin de proposer le dispositif le plus efficace et le plus pertinent possible. Partageant très largement les constats et recommandations dressés par Solidarités actives dans son étude nationale sur le développement du microcrédit personnel 21, le CCAS a fait appel à Solidarités actives pour un appui stratégique et technique dans la mise en œuvre de cette expérimentation. Dès le mois de février 2009 une équipe projet a été constituée, composée du directeur en charge du développement social au CCAS, de la responsable du service Aide Sociale Facultative du CCAS et de chargés de mission de Solidarités actives. Cette équipe chargée du développement du projet est en relation étroite avec l élu de la Ville en charge de la solidarité et les équipes opérationnelles du CCAS. L équipe projet a appuyé ses travaux de mise en œuvre sur les grandes lignes directrices suivantes, définies en concertation avec les responsables du CCAS : Proposer un crédit responsable L adjectif responsable renvoie : o Aux caractéristiques du crédit. Il s agit d un prêt amortissable avec un taux d intérêt raisonnable, c'est-à-dire à un coût non supérieur à celui que peut obtenir un client «classique». o Aux modalités d instruction du crédit. Le crédit doit être établi dans la clarté et la transparence et correspondre à la capacité de remboursement de l emprunteur. Il s agit donc de se donner les moyens de la déterminer précisément en permettant, par la même occasion, à l emprunteur de faire un point détaillé sur son budget et sa situation financière. Le crédit doit également être utile pour l emprunteur et répondre à son besoin. Par ailleurs, le microcrédit personnel est envisagé comme un complément des dispositifs d action sociale. Aussi, une personne sollicitant un microcrédit pour financer un projet trouvant une solution dans le droit commun est encouragée à faire valoir ses droits. 19 Insee 2007 : Recensements de population, Estimations de population. 20 Caisse des Dépôts et Consignations 21 «Microcrédit social : diagnostic et perspectives de développement», avril Réalisé suite à une commande de la Caisse des Dépôts et Consignations Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 12

13 Proposer un crédit accessible L accessibilité du crédit nécessite d une part que le dispositif soit connu de ses usagers potentiels. Cela suppose une diffusion de l information par les circuits de l action sociale mais également par une communication directe auprès du grand public. D autre part, le dispositif se doit d être réactif, proposant à l usager de délais courts et des processus simples. Des procédures fastidieuses et trop «inquisitrices», risquent de décourager des usagers qui se réorienteront vers des formes de financement plus rapides (crédit révolving, recours au secteur informel, etc.) mais plus chères et plus dangereuses. Enfin, le dispositif doit se doter de critères d éligibilité les plus souples possibles afin de ne pas générer d exclusion sur la base de statuts. Ces éléments supposent notamment d accepter, dans ce cadre expérimental, un taux d impayés plus élevé que celui généralement constaté dans la distribution du crédit. C est dans le bon équilibre entre le caractère responsable du prêt et son accessibilité que réside l une des clés de l efficacité du dispositif et de son intérêt. Rendre rapidement le projet opérationnel Il s agissait d octroyer le premier prêt fin avril ou début mai afin de pouvoir rapidement confronter le dispositif envisagé aux réalités locales et de répondre à une volonté politique d être réactif pour proposer un outil pouvant trouver son utilité en période de crise. Compte tenu des délais courts pour construire le dispositif, il a été choisi de s appuyer sur un partenaire bancaire, déjà identifié par le CCAS : le Crédit Municipal de Lyon, qui dispose d une agence à Grenoble. Suivre l activité du dispositif Pour le CCAS, le volume d activité du dispositif, notamment le nombre de microcrédits personnels octroyés, rapporté aux moyens mobilisés sera l un des critères utilisés pour justifier ou non de la pérennisation du dispositif. Il s agit notamment dans cette expérimentation de vérifier si le coût du dispositif rapporté à son efficacité sociale 22 justifie la mobilisation d argent public. Etre efficace pour répondre au besoin des usagers consiste notamment à professionnaliser l instruction, par la dispense de formation et la mise en place d outils. Par ailleurs des outils doivent permettre de suivre en temps réel l activité du dispositif afin de permettre son adaptation. 22 Mesurée notamment par le nombre de personnes qui ont pu trouver une solution adaptée pour financer leur projet tout en prenant en compte le nombre de difficultés de remboursement enregistrées. Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 13

14 2. Le fonctionnement du dispositif «Microcrédit pour tous» Cette partie du rapport vise à décrire le fonctionnement du dispositif de microcrédit personnel mis en œuvre par le CCAS. 2.1 Le public ciblé Afin de ne pas risquer d exclure des personnes pouvant trouver par le microcrédit personnel une solution adaptée à leur projet, il a été choisi de ne retenir aucun critère d éligibilité au niveau du statut ou des revenus du demandeur. Tous les Grenoblois, y compris les personnes fichées, sont éligibles. Le CCAS ayant une compétence sur le territoire communal, les personnes ne résidant pas à Grenoble intra muros ne peuvent bénéficier du dispositif. Les seuls critères pris en compte pour déterminer l éligibilité des usagers sont les suivants : Avoir plus de 18 ans 23. Avoir une capacité de remboursement adaptée au prêt demandé. Ne pas être éligible à un crédit à la consommation amortissable. Il n est toutefois pas nécessaire pour l usager de produire une notification de refus, le partenaire bancaire du dispositif pouvant lors de l étude du dossier, identifier les demandeurs de microcrédit à réorienter vers un prêt classique. Par ailleurs ces situations se présentent très rarement. Avoir un objet à financer entrant dans le cadre du microcrédit personnel défini par le FCS, ce qui signifie un projet concourant à l insertion sociale ou professionnelle de l emprunteur. Si le rachat de dette est le seul objet exclu par principe, les principaux objets visés par le dispositif concernent la mobilité, la formation, l accès, le maintien ou l équipement du logement, la santé et les accidents de la vie (divorces, obsèques, etc.). 2.2 Le produit proposé Les microcrédits proposés présentent les caractéristiques suivantes : Prêt octroyé par le Crédit Municipal de Lyon (cf. partie 3.2.2) Taux d intérêt (TEG) : 4, 5 % NB : les frais de dossier (1%) sont inclus dans le TEG mais seront déduits du capital prêté au moment du versement Montant : de 300 à Durée maximum de remboursement : 36 mois 23 Début 2010, dans le cadre de l appel à projet réalisé par le Haut Commissaire à la Jeunesse, le CCAS lance une expérimentation de microcrédit personnel spécifique pour les publics jeunes âgés de 16 à 25 ans. Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 14

15 Assurance décès facultative, en pourcentage du capital prêté : o 0,18 % pour les prêts d une durée inférieure à 18 mois ; o 0,33 % de 18 à 24 mois ; o 0,38% de 24 à 30 mois ; o 0,52% de 30 à 36 mois. Aucune caution demandée 2.3 Le processus de traitement des demandes Les étapes pour l usager Pour l usager, le traitement de sa demande de microcrédit personnel nécessite la réalisation de trois démarches successives : Un contact avec la plateforme téléphonique du CCAS pour obtenir, lorsque sa demande est éligible, un rendez-vous avec une conseillère en économie sociale et familiale (CESF). Un rendez-vous avec une CESF du CCAS, dans l un des 11 centres sociaux de la ville, pour l instruction détaillée de la demande. Un rendez-vous avec le conseiller du crédit municipal de Lyon, dans son agence de Grenoble, lorsque la demande est acceptée, pour la signature du contrat de prêt. Illustration 4 Présentation schématique des étapes de traitement d une demande de microcrédit personnel Plateforme téléphonique Chargé d aide Centre social CESF Crédit Municipal de Lyon Conseiller - Renseignements - Prise de rendez-vous -Etablissement de la demande de crédit -Signature contrat de crédit -Chèque au nom du prestataire ou argent versé sur le compte bancaire de l emprunteur Concernant les délais d octroi, l objectif fixé est de pouvoir donner une réponse à l usager dans les deux semaines en respectant les principes suivants : Pouvoir proposer un rendez-vous à l usager dans la semaine suivant son appel Transmettre en flux tendu les dossiers complets au Crédit Municipal de Lyon qui se prononce dans un délai de 3 à 5 jours. Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 15

16 La chaine de traitement des demandes comprend deux étapes supplémentaires, réalisées sans la présence de l usager. La centralisation des dossiers et leur vérification par les chargées d aide suite au rendez-vous d instruction avec la CESF et l instruction de la demande, sur dossier, par le conseiller du Crédit Municipal de Lyon. Illustration 5 Présentation schématique de la chaine de traitement des demandes de microcrédit personnel Etapes réalisées sans la présence de l usager Plateforme téléphonique Centre social CCAS Chargée d aides CESF Chargée d aides Crédit Municipal de Lyon Conseiller Crédit Municipal de Lyon Conseiller - Information de l usager -1 ière analyse du projet pour Réorientation Prise de rendez-vous -Accueil de l usager -Analyse du projet -Analyse budget Réorientation Constitution dossier -Finalisation et vérification du dossier pour Réorientation Transmission au CML -Expertise bancaire sur le -Accueil de l usager dossier -Signature contrat Réorientation Prise de RDV avec usager si accord sur la demande Rôle et organisation de la plateforme téléphonique du CCAS La plateforme téléphonique est gérée, au siège du CCAS, par le service des Aide Sociale Facultative. Ce sont les chargées d aides qui répondent aux appels. Ces agents administratifs ont pour mission traditionnelle d analyser les demandes d aides financières transmises au service par les travailleurs sociaux du CCAS ou des partenaires locaux (Conseil général, Caf) via l utilisation d un formulaire unique de demande d aide. La plateforme téléphonique est accessible par un numéro unique à tarification locale du lundi au vendredi de 8H30 à 12H30 et de 13H45 à 17H. En dehors de ces horaires d ouverture, un répondeur indique à l usager les horaires auxquels il peut joindre la plateforme. L utilisation d un numéro vert, évoquée à l origine du projet, a été écartée en raison du surcoût qu elle entraine pour les utilisateurs de téléphone portable 24. Les objectifs de la plateforme sont de dispenser des renseignements sur le dispositif et de faire une première analyse de l éligibilité des demandes afin de : proposer des rendez-vous aux usagers dont le projet semble, a priori, relever du microcrédit personnel. proposer, le cas échéant, une orientation vers d autres dispositifs susceptibles d apporter une réponse adaptée à la situation des usagers. Cette forme d organisation a été retenue en prévision du nombre important de sollicitations attendues concernant des personnes non éligibles au microcrédit personnel. Un contact téléphonique permet de limiter la mobilisation des agents tout en évitant à l usager de se déplacer lorsque sa demande n est pas éligible, ce qui est le cas dans la majorité des appels. 24 Ces numéros sont généralement avantageux pour les utilisateurs de téléphones fixes (tarif réduit ou gratuité) mais ils sont dans la majorité des cas comptabilisés «hors forfait» par les opérateurs de téléphonie mobile. Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 16

17 Une trame d entretien téléphonique a été construite afin de permettre aux chargées d aide de cadrer le déroulement de l appel téléphonique qui se compose de 3 étapes : Dispenser des renseignements sur le dispositif selon les demandes de l usager Effectuer une première analyse du projet pour vérifier si la personne et son projet correspondent aux critères fixés par le dispositif (habitant de Grenoble, montant, objet, etc). Proposer une solution adaptée à la situation de l usager. Si le MCP apparaît adapté : prise de rendez-vous avec une CESF dans l un des 11 centres sociaux de Grenoble. En fonction de ses priorités l usager peut privilégier la proximité géographique (rendez-vous dans le centre social le plus proche de chez lui) ou les créneaux horaires (premier rendez-vous disponible sur la ville, rendez-vous sur tel jour, etc). Les chargées d aide indique ensuite le nom de la CESF qui assure le rendez-vous et précise les pièces justificatives que l usager doit nécessairement apporter. Si la personne n est pas éligible au microcrédit personnel, les chargées d aides essaient, dans la mesure du possible, de proposer des pistes d orientation aux personnes. Il s agit de donner une information sur l existence d un dispositif qui semble, à première vue, adapté à la situation de la personne. Aucun suivi n est effectué, aucun engagement n est pris par rapport à l effectivité de cette piste. Par exemple pour une personne n habitant pas Grenoble et dont la demande semble rentrer dans le cadre du microcrédit personnel, les coordonnées des dispositifs présents en Isère seront transmises à l usager. La prise de rendez-vous avec un assistant social ou le contact d un organisme d accompagnement à la création d entreprise peuvent également être cités. Les chargées d aides utilisent une application informatique partagée pour relever les informations collectées au cours des appels (informations anonymes pour les personnes non orientées vers un rendez-vous) et programmer les rendez-vous. L application est présentée plus en détail dans la partie Rôle et organisation de l entretien avec la CESF L entretien entre la CESF et l usager constitue le cœur de l instruction de la demande. Il est réalisé dans le bureau de la CESF au sein du centre social, espace fermé et confidentiel, et comprend plusieurs étapes : Le rappel et la précision du projet de la personne. La CESF a déjà à disposition les éléments recueillis par les chargées d aide lors de l entretien téléphonique notamment l objet et le montant du prêt sollicité, la situation familiale et professionnelle de l usager. L évaluation de la situation budgétaire du demandeur. Il s agit d analyser, avec le demandeur, ses revenus et ses charges afin de déterminer s il possède une capacité de remboursement suffisante pour absorber des mensualités correspondantes au montant du prêt demandé. Ce budget est réalisé sur le déclaratif du demandeur et corroboré par les pièces justificatives qu il doit fournir. L orientation de la demande. A partir des éléments collectés, la CESF analyse si le microcrédit personnel constitue une réponse adaptée à la situation de la personne et à son besoin. Si c est le cas un formulaire de demande de microcrédit personnel est complété. Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 17

18 S il existe une solution mieux adaptée à la situation de la personne (activation d une aide de droit commun, etc) ou que le budget ne permet pas l octroi d un microcrédit, la CESF en informe l usager. Dans certain cas la CESF peut compléter le formulaire même si elle sait que la demande ne sera pas éligible au microcrédit personnel afin de se prémunir face à l insistance de l usager. A la fin du rendez-vous, la CESF remet à l usager une copie de la grille budgétaire constituée. Si le dossier est complet, elle explique à l usager le processus de traitement de la demande et transmet le dossier le jour même au service Aide Sociale Facultative du CCAS par navette interne. Lorsqu il manque des pièces justificatives, la CESF invite l usager à venir les lui déposer et conserve le dossier. Tout au long de l entretien, la CESF utilise la même application informatique partagée que les chargées d aide (cf. partie 3.3.1). Illustration 6 Liste des pièces justificatives demandées à l usager pour l instruction de son dossier Lors de l entretien téléphonique, il est précisé à l usager que sa demande ne pourra pas être instruite si son dossier n est pas complété par les pièces suivantes : Une photocopie recto-verso d une pièce d identité en cours de validité (ou titre de séjour) Les deux dernières fiches de salaire ou la dernière attestation d assurance chômage Le dernier avis d imposition ou de non imposition La quittance de loyer Les relevés des comptes bancaires des deux derniers mois La dernière attestation de prestations CAF (à défaut le numéro d allocataire peut permettre à la CESF de consulter les informations sur Cafpro) Par ailleurs l usager doit présenter une estimation précise du coût de son projet : devis, facture pro format, etc. Pour les personnes ayant des crédits permanents en cours, les derniers relevés mensuels de ces crédits sont demandés. Pour les autres prêts, les contrats sont demandés. Les personnes bénéficiant d un plan de surendettement doivent apporter le détail de ce plan La centralisation des dossiers par le service Aide Sociale Facultative Les chargées d aides traitent les demandes de microcrédit personnel en flux tendu. Lorsqu un dossier est transmis par une CESF, elles réalisent, dans la journée ou le lendemain, les actions suivantes : o Vérification de la complétude du dossier o Vérification du calcul du reste-à-vivre et de la capacité de remboursement En cas de problème (pièce ou information manquante), la chargée d aide contacte la CESF qui a instruit le dossier. Cette étape permet d assurer une harmonisation dans le traitement des dossiers instruits par les CESF et d apporter un second regard sur les situations. Les dossiers finalisés avec avis favorable du CCAS sont transmis à l agence de Grenoble du Crédit Municipal de Lyon par la navette du CCAS. Les autres dossiers font l objet d un courrier notifié à Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 18

19 l usager : ce courrier, établi par le service Aide Sociale Facultative, précise à l usager les raisons du refus d accorder un microcrédit personnel L analyse des dossiers par le conseiller du Crédit Municipal de Lyon Le conseiller étudie les demandes à partir des dossiers transmis par le CCAS. Il consulte les fichiers de la Banque de France (FICP et FCC) et analyse les relevés de comptes. Sauf dans les cas où le «regard bancaire» apporte de nouveaux éléments déterminants, le conseiller ne revient pas sur l analyse du CCAS pour ce qui concerne le calcul de la capacité de remboursement ou l adéquation entre le projet et la situation de l usager. Le conseiller transmet sa réponse à l usager dans les 2 à 5 jours à compter de la réception du dossier. En cas d avis favorable le conseiller en informe l usager par téléphone et lui propose un rendez-vous afin de signer le contrat de prêt. En parallèle le conseiller informe le CCAS de l issu du dossier. Pour les avis défavorables le conseiller en discute avec le CCAS et envoie un courrier notifié à l usager La mise en place du prêt L usager est reçu par le conseiller du Crédit Municipal de Lyon, à l agence de Grenoble, pour signer un contrat de prêt ainsi qu une charte d engagement. Suite à l écoulement du délai légal de rétractation de 7 jours (Loi Scrivener), les fonds sont débloqués. Un chèque au nom du prestataire lié à l objet du prêt est mis à disposition de l usager. D une manière générale, le remboursement de la première mensualité se fait au cinquième jour du deuxième mois suivant l octroi du prêt. Par exemple, si le prêt est octroyé le 10 mars, le prélèvement de la première mensualité a lieu le 5 mai. Les mensualités suivantes sont prélevées chaque 5 du mois. En accord avec le partenaire bancaire, cette date peut être reportée au 10 ou 30 du mois pour s adapter à la temporalité des ressources de la personne. Illustration 7 Procédure spécifique pour les personnes ayant déposé un dossier de surendettement Pour les personnes qui bénéficient de l application d une procédure de surendettement, l octroi d un microcrédit personnel est soumis à l autorisation de la commission de surendettement. Ainsi, lorsque de la demande est acceptée (validation du CCAS et du Crédit Municipal), ces personnes doivent adresser, par écrit, à la commission de surendettement : Une lettre faisant état de leur demande ; Une copie de leur dossier de demande de microcrédit personnel avec les pièces justificatives ; Un document du Crédit Municipal qui indique les modalités du prêt octroyé par le Crédit Municipal (montant, durée) en cas d accord de la commission. Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 19

20 2.3.7 Le suivi post-prêt Le suivi au long du prêt repose sur une collaboration tripartite (usager, CCAS, CML). Un accompagnement spécifique n est pas proposé par les CESF. Au cours de l instruction et lors de la mise en place du prêt, l usager est informé qu il peut et doit solliciter la CESF rencontrée ou le conseiller du Crédit Municipal dès qu il anticipe une difficulté de remboursement. Ce point figure dans la charte d engagement signée lors de l octroi du prêt. Le Crédit Municipal suit, tous les mois, le remboursement des échéances. En cas d impayé constaté, le Crédit Municipal informe le CCAS. Le conseiller du Crédit Municipal et la CESF ayant instruit le dossier contactent l usager pour analyser la situation. Des aménagements, tel un report d échéance, sont possibles. En cas d incident répété, le Crédit Municipal peut engager la procédure de recouvrement classique (mise en demeure, injonction de payer, etc) En dernier recours, si l emprunteur ne parvient pas à rembourser, les fonds de garantie sont activés. Une procédure détaillée de gestion des situations d impayés, précisant notamment les articulations entre le service contentieux du Crédit Municipal et les CESF du CCAS, est en cours de définition à partir des premiers cas constatés. Agence nouvelle des Solidarités actives - Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable 20

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

Présentation du dispositif Permis à un euro par jour avec caution du Fonds de Cohésion Sociale

Présentation du dispositif Permis à un euro par jour avec caution du Fonds de Cohésion Sociale Présentation du dispositif Permis à un euro par jour avec caution du Fonds de Cohésion Sociale 1 Introduction Le permis : une nécessité Les jeunes salariés sont toujours plus nombreux à travailler dans

Plus en détail

Connaissance du dispositif. Projet. État civil. Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande

Connaissance du dispositif. Projet. État civil. Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande Connaissance du dispositif Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande Affiche dans un centre d aide sociale Affiche dans une agence bancaire Panneau

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

à rebondir le mini-prêt qui vous aide Paris Ile-de-France LE MICROCRÉDIT PERSONNEL, Nom et prénom du demandeur : Cachet de la structure instructrice :

à rebondir le mini-prêt qui vous aide Paris Ile-de-France LE MICROCRÉDIT PERSONNEL, Nom et prénom du demandeur : Cachet de la structure instructrice : Nom et prénom du demandeur : Paris Ile-de-France LE MICROCRÉDIT PERSONNEL, le mini-prêt qui vous aide à rebondir Cachet de la structure instructrice : Nom et prénom de l instructeur : Coordonnées de l

Plus en détail

LE MICROCREDIT PERSONNEL PARIS ILE-DE-FRANCE

LE MICROCREDIT PERSONNEL PARIS ILE-DE-FRANCE LE MICROCREDIT PERSONNEL PARIS ILE-DE-FRANCE LE MICROCREDIT EN FRANCE LE MICROCRÉDIT PROFESSIONNEL LE MICROCRÉDIT PERSONNEL - Retour à l autonomie financière par la création de son propre emploi - Crédit

Plus en détail

LE RÈGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES Année 2015

LE RÈGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES Année 2015 Direction de la solidarité Centre Communal d'action Sociale Service action sociale - 02/03/2015 LE RÈGLEMENT DES AIDES FACULTATIVES Année 2015 Le Centre Communal d'action Sociale inscrit son action, dans

Plus en détail

Note préparatoire Petit déjeuner du 27/05/13

Note préparatoire Petit déjeuner du 27/05/13 Note préparatoire Petit déjeuner du 27/05/13 L exclusion bancaire Contexte et enjeux de l exclusion bancaire L utilisation de biens et services bancaires est devenu une nécessité pour chacun dans sa vie

Plus en détail

Guide du crédit à la consommation

Guide du crédit à la consommation Guide du crédit à la consommation Ce qu il faut savoir avant de s engager Sommaire Le crédit à la consommation, qu est-ce que c est?... page 4 Ce qu il faut savoir avant de s engager...page 12 Que faire

Plus en détail

Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr

Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr Enjeux Enjeux Surendettement déclaré en hausse constante depuis 20 ans : 230 000 dossiers

Plus en détail

Communiqué de presse. Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance

Communiqué de presse. Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance Paris, le 22 septembre 2010 Communiqué de presse Rapport 2009 de l Observatoire de la Microfinance Le deuxième rapport annuel de l Observatoire de la microfinance met en relief des évolutions notables

Plus en détail

Georges Gloukoviezoff. Nicolas Rebière. 2G Recherche Lyon. Comptrasec UMR CNRS 5114. Université Bordeaux IV

Georges Gloukoviezoff. Nicolas Rebière. 2G Recherche Lyon. Comptrasec UMR CNRS 5114. Université Bordeaux IV Georges Gloukoviezoff 2G Recherche Lyon Nicolas Rebière Comptrasec UMR CNRS 5114 Université Bordeaux IV Juin 2013 Nous tenons à remercier les emprunteuses et emprunteurs ainsi que les personnes refusées

Plus en détail

PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL

PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL PROGRAMME DE LA FORMATION DE FORMATEURS SPECIALISTES EN MICROCREDIT PERSONNEL Introduction (ANDML) : rappel de la convention CDCANDML encadrant la recherche-action de trois ans sur le développement du

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel»

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» DOSSIER DE PRESSE Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» Lundi 21 janvier 2013 à 15h30 A l Hôtel du Département, à Rouen En présence de : Didier MARIE, Président du

Plus en détail

FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT. des Alpes-Maritimes

FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT. des Alpes-Maritimes FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT des Alpes-Maritimes Règlement Intérieur 15/04/2013 Le Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL) des Alpes-Maritimes s inscrit dans le cadre juridique suivant : VU

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau des prestations familiales

Plus en détail

Microcrédit personnel. coup. un de. pouce. Microcrédit personnel garanti Guide pratique. www.unccas.org. Avec le soutien de la Caisse des Dépôts

Microcrédit personnel. coup. un de. pouce. Microcrédit personnel garanti Guide pratique. www.unccas.org. Avec le soutien de la Caisse des Dépôts Microcrédit personnel coup pouce un de Microcrédit personnel garanti Guide pratique à l intention des CCAS/CIAS Avec le soutien de la Caisse des Dépôts 1 SOMMAIRE INTRODUCTION 2 Introduction.......................................................................................

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-444 du 29 avril 2014 relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par :

REGLEMENT INTERIEUR. Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : REGLEMENT INTERIEUR Les modalités de fonctionnement du Conseil d Administration du Centre Communal d Action Sociale sont fixées par : - le Code Général des Collectivités Territoriales La plupart des règles

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Economie et des Finances Décret n relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés

Plus en détail

Journée régionale d échanges sur le microcrédit personnel en Rhône-Alpes. 26 Novembre 2013 Lyon

Journée régionale d échanges sur le microcrédit personnel en Rhône-Alpes. 26 Novembre 2013 Lyon Journée régionale d échanges sur le microcrédit personnel en Rhône-Alpes 26 Novembre 2013 Lyon Ouverture Monsieur Patrick FRANCOIS Directeur régional Rhône-Alpes de la Caisse des dépôts Agence nouvelle

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

Conseil national de l information statistique

Conseil national de l information statistique Conseil national de l information statistique Commission Système financier et financement de l économie Accessibilité et inclusion bancaire 25 septembre 2014 1 Pourquoi la Croix-Rouge française s occupe-t-elle

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT

LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT LE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DEPARTEMENTAL DE GARANTIE ET DE CAUTION DES LOYERS POUR L ACCES AU LOGEMENT Le Fonds Départemental de Garantie et de Caution des Loyers pour l accès au logement est mis

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif»

Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif» Positionnement de l UNCCAS relatif au registre national des crédits aux particuliers ou «fichier positif» Ce registre national des crédits aux particuliers a été introduit (article 22) dans le projet de

Plus en détail

CMP-Banque, une banque municipale et sociale

CMP-Banque, une banque municipale et sociale CMP-Banque, une banque municipale et sociale Un acteur de la politique sociale CMP-Banque, la banque du Crédit Municipal de Paris, est une institution bancaire ancienne et singulière où la responsabilité

Plus en détail

Micro-crédit personnel garanti :

Micro-crédit personnel garanti : Micro-crédit personnel garanti : bilan d étape des expérimentations menées par les CCAS, dans le cadre de la convention entre l Union nationale des CCAS/CIAS (UNCCAS) et la Caisse des Dépôts Dossier de

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT Les différents crédits à la consommation Aujourd hui, un tiers des ménages - soit 9 millions - ont un crédit à la consommation. Ce

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1

Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs 1 Relations avec les banques et les assurances : faciliter le quotidien des consommateurs Déplacement de Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics et Carole Delga, secrétaire d État chargée

Plus en détail

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général PRÉFET DE DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ET DES ELECTIONS Xxxx, le Bureau des finances et du contrôle budgétaire Affaire suivie par Mél. xx@xxx.gouv.fr Le préfet de la région de

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Règlement intérieur du Fonds d aide à l insertion

Règlement intérieur du Fonds d aide à l insertion Règlement intérieur du Fonds d aide à l insertion Annexe 1 - OBJET DE L AIDE : Les aides individuelles facultatives du Fonds d Aide à l Insertion (FAI) sont destinées à accompagner financièrement les bénéficiaires

Plus en détail

Le Fonds de solidarité pour le logement (FSL)

Le Fonds de solidarité pour le logement (FSL) Le Fonds de solidarité pour le logement (FSL) Pour faciliter vos démarches et bénéficier d une aide du FSL Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Vous avez des droits en matière de logement a Vos droits

Plus en détail

Envoyé en préfecture le 13/07/2015 Reçu en préfecture le 13/07/2015 Affiché le ID : 091-219102282-20150625-CM20150625_08-DE

Envoyé en préfecture le 13/07/2015 Reçu en préfecture le 13/07/2015 Affiché le ID : 091-219102282-20150625-CM20150625_08-DE 1 Préambule Chaque usager doit être conscient des droits et devoirs qu entraîne son inscription et la fréquentation à des activités municipales. Ce règlement intérieur a été adopté en conseil municipal

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION ET DE CAUTION EN LOGEMENTS CROUS ANNEE UNIVERSITAIRE 2015/2016. NOM(S) PRENOM(S) de(s) étudiant(e)(s) : Numéro INE :..

DOSSIER D ADMISSION ET DE CAUTION EN LOGEMENTS CROUS ANNEE UNIVERSITAIRE 2015/2016. NOM(S) PRENOM(S) de(s) étudiant(e)(s) : Numéro INE :.. IDES AU LOGEMENT Ministère de l Education Nationale de l Enseignement Supérieur et de la Recherche CENTRE REGIONAL DES OEUVRES UNIVERSITAIRES ET SCOLAIRES D AMIENS-PICARDIE (CROUS) DOSSIER D ADMISSION

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF EXTERNE BANQUE DE FRANCE 1 Endettement et surendettement des ménages Interventions successives du législateur 1989 : première loi (dite loi Neiertz)

Plus en détail

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION suscitée par la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Réforme du crédit à la consommation et lutte contre le

Plus en détail

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues Juillet 2013 SOMMAIRE I. L utilité du crédit à la consommation Quel est le rôle du crédit dans l économie? Le marché du crédit à la consommation. A

Plus en détail

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX

P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX P.A.R.A.D.S. PÔLES D ACCUEIL EN RÉSEAU POUR L ACCÈS AUX DROITS SOCIAUX MAI 2011 SOMMAIRE ADMINISTRATIF - DOMICILIATION - C.N.I Carte Nationale d Identité - EXTRAIT D ACTE DE NAISSANCE - DEMANDE D ASILE

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL

APPEL À PROJETS FDVA NATIONAL Ministère des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Fonds pour le développement de la vie

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière

Le droit au compte. Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Direction de la Surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Initialement conçu comme une mesure destinée à concilier le principe de liberté contractuelle en matière d ouverture

Plus en détail

Edito. Catherine Martin Directrice

Edito. Catherine Martin Directrice Edito Les sociétés de crédit ont mauvaise presse. Outre les drames liés au surendettement dans notre pays, la crise des subprimes aux USA et l emballement de certaines économies (Islande par exemple),

Plus en détail

PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP

PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP DOSSIER N :. PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP Emprunteur Co-emprunteur Mr Mme Mr Mme Nom d usage (en majuscules) :..... Nom de famille (nom de jeune fille) :.. Prénoms :.. Nom d usage (en majuscules)

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE PRÊT «AMELIORATION DU CADRE DE VIE» Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires

Plus en détail

OFFRES TARIFAIRES AU PERSONNEL DE LA CEIDF

OFFRES TARIFAIRES AU PERSONNEL DE LA CEIDF OFFRES TARIFAIRES AU PERSONNEL DE LA CEIDF 1- Conditions d éligibilité aux avantages tarifaires bancaires Etre salarié sous contrat à durée indéterminée à la CEIDF, après validation de la période d essai.

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

I- Modalités d application de la condition de résidence

I- Modalités d application de la condition de résidence @ POINT CMU N 73 Le 2 août 2007 I- Modalités d application de la condition de résidence Le décret n 2007-354 du 14 mars 2007 modifie les modalités de vérification de l effectivité de la condition de résidence

Plus en détail

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers MES CRÉDITS Vous avez de nombreux projets en tête à la suite de votre entrée dans la vie active : équipement de votre logement, achat d une voiture, voyages Et aussi, pourquoi pas, acquisition de votre

Plus en détail

M_CONTRAN Contrats nouveaux

M_CONTRAN Contrats nouveaux M_CONTRAN Contrats nouveaux Présentation Le document M_CONTRAN recense, de manière exhaustive, les nouveaux contrats de crédit libellés en euros, conclus avec les particuliers, les sociétés non financières,

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit à la consommation

L essentiel sur. Le crédit à la consommation L essentiel sur Le crédit à la consommation Prêt personnel Prêt affecté Crédit renouvelable Qu est ce que c est? Le crédit à la consommation sert à financer l achat de biens de consommation (votre voiture,

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

le guide de l accompagnement

le guide de l accompagnement Microcrédit personnel le guide de l accompagnement L E S M I N I - G U I D E S B A N C A I R E S Mars 2011 - Hors-série Ce mini-guide vous est offert par : «Le présent guide est exclusivement diffusé à

Plus en détail

Demande de Prêt «Aide au Logement Remboursable (ALR) - Acquisition / Construction»

Demande de Prêt «Aide au Logement Remboursable (ALR) - Acquisition / Construction» Demande de Prêt «Aide au Logement Remboursable (ALR) - Acquisition / Construction» Partenariat entre la Mutuelle de l Armée de l Air et la Banque Française Mutualiste BANQUE FRANCAISE MUTUALISTE Profession

Plus en détail

Règlement d Action Solidaire modifié par l Assemblée générale des 15 et 16 septembre 2014 Mis à jour au 1 er janvier 2015

Règlement d Action Solidaire modifié par l Assemblée générale des 15 et 16 septembre 2014 Mis à jour au 1 er janvier 2015 1 Conformément aux articles 5 des statuts et 11 du règlement intérieur, ce présent règlement précise les conditions de mise en œuvre de l action solidaire de la Mutuelle. Chapitre I CONDITIONS GENERALES

Plus en détail

FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT

FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT Annexe à la convention de partenariat et d objectifs FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT REGLEMENT INTERIEUR Le Fonds de Solidarité Logement a été institué par la loi n -449 du 31 mai 19 visant à la mise

Plus en détail

La réforme du crédit à la consommation «Lagarde»

La réforme du crédit à la consommation «Lagarde» La réforme du crédit à la consommation «Lagarde» Sommaire 1. Les objectifs de la réforme 2. Le calendrier 3. Les changements apportés 4. Les nouveaux documents 5. Pour en savoir plus 2 1. Les objectifs

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS Rachat de Crédits (Locataire & Propriétaire)

RENSEIGNEMENTS Rachat de Crédits (Locataire & Propriétaire) Votre Partenaire Financier RENSEIGNEMENTS Rachat de Crédits (Locataire & Propriétaire) Etat Civil : Emprunteur : AGE : ADRESSE (N, rue): Né(e) à : Le : Co-Emprunteur : AGE : ADRESSE (N, rue): Né(e) à :

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT

DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT COMMISSION DE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS Code de la consommation - Livre III - Titre III DÉCLARATION DE SURENDETTEMENT Cachet du secrétariat de la commission compétente AVEZ-VOUS DÉJÀ DÉPOSÉ UN DOSSIER?

Plus en détail

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction Générale de l Offre de Soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau de l efficience

Plus en détail

Réforme du Crédit à la Consommation

Réforme du Crédit à la Consommation Réforme du Crédit à la Consommation Christine LAGARDE Ministre de l Economie, des Finances et de l Industrie Vendredi 29 avril 2011 Dossier de presse www.economie.gouv.fr Contacts Presse : Cabinet de Christine

Plus en détail

Eléments d évaluation du dispositif de Micro-Crédit Social Universel Régional

Eléments d évaluation du dispositif de Micro-Crédit Social Universel Régional Gilles Caire Eléments d évaluation du dispositif de Micro-Crédit Social Universel Régional Rapport pour la Région Poitou-Charentes Version définitive - Mars 2008 1 Sommaire Lettre de mission 3 Méthodologie

Plus en détail

Le cercle des initiés, mode d emploi

Le cercle des initiés, mode d emploi Janvier 2012 - Illustrations Jean-Philippe Delhomme - Le Bon Marché - 414 728 337 RCS de Paris - 24 rue de Sèvres 75007 Paris Le cercle des initiés, mode d emploi Accueil au 2 e étage du Bon Marché Rive

Plus en détail

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE «PRÊT SOCIAL» Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires : agents de droit public rémunérés

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

Réunion de concertation avec les associations de consommateurs sur la réforme du crédit à la consommation

Réunion de concertation avec les associations de consommateurs sur la réforme du crédit à la consommation Réunion de concertation avec les associations de consommateurs sur la réforme du crédit à la consommation Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Luc CHATEL Secrétaire

Plus en détail

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15

JORF n 0088 du 13 avril 2012. Texte n 15 Le 13 avril 2012 JORF n 0088 du 13 avril 2012 Texte n 15 ARRETE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES Des produits et services proposés par Groupama Banque Applicables au 1 er JANVIER 2015 Clientèle DES PROFESSIONNELS AGRICOLES Des artisans, commerçants et prestataires de services

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DES LOISIRS SENIORS

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DES LOISIRS SENIORS REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DES LOISIRS SENIORS SOMMAIRE ARTICLE 1 : LES SORTIES ET LES ATELIERS... 3 1. Les conditions d accès... 3 2. Les modalités d inscription... 3 3. La confirmation des sorties et

Plus en détail

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Gamme complète 2015 France Active bénéficie du soutien de NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Garantie France Active Créateur, repreneur d entreprise, entreprise

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

Délibération N CR 59-15

Délibération N CR 59-15 CONSEIL REGIONAL D ILE DE FRANCE 1 CR 59-15 Délibération N CR 59-15 DU 19 juin 2015 Partenariats avec la FNARS Ile-de-France, la Fondation Abbé Pierre, la Fédération nationale Solidarités femmes (FNSF),

Plus en détail

surendettement ommission des inancières ndividuelles F I aux amilles Guide Cafif pour les travailleurs sociaux et les partenaires EDITION 2012

surendettement ommission des inancières ndividuelles F I aux amilles Guide Cafif pour les travailleurs sociaux et les partenaires EDITION 2012 > familles monoparentales nta prévention du surendettement soutien à la parentalité familles nombreuses des C A ides F ommission > aides aux projets aux F I amilles inancières ndividuelles Guide Cafif

Plus en détail

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Ministère des finances et des comptes publics Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents

Plus en détail

L assurance emprunteur en crédit immobilier

L assurance emprunteur en crédit immobilier Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Arrêté du 4 avril 2012 portant approbation des programmes de formation des intermédiaires en opérations

Plus en détail

Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice de leur clientèle

Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice de leur clientèle Commission nationale de l informatique et des libertés Communication présentée en séance plénière le 3 juin 2004 Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice

Plus en détail

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation, de la réforme de l État et de la fonction publique Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR :

Plus en détail

LES RISQUES DU CREDIT

LES RISQUES DU CREDIT FACTEURS Prévention Santé Environnement E1 LES RISQUES DU CREDIT 1- Analyse de la situation. Le surendettement survient de plus en plus à la suite d une perte d emploi, de la maladie ou d un divorce. C

Plus en détail

Centre communal Action sociale. Règlement des aides facultatives

Centre communal Action sociale. Règlement des aides facultatives Centre communal Action sociale Règlement des aides facultatives Sommaire Droits et garanties apportés aux Lavallois 4 Conditions générales d accès aux aides 5 Modalités d attribution des aides 6 Conditions

Plus en détail

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS

CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS CHARTE BNP Paribas Personal Finance DU TRAITEMENT AMIABLE DES RECLAMATIONS RECLAMATION & MEDIATION «BNP Paribas Personal Finance» veille à apporter à ses clients la meilleure qualité de service. Toutefois,

Plus en détail