Offre de service clinique. Voir autrement pour faire une différence dans la vie des enfants et des familles vulnérables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Offre de service clinique. Voir autrement pour faire une différence dans la vie des enfants et des familles vulnérables"

Transcription

1 Offre de service clinique Voir autrement pour faire une différence dans la vie des enfants et des familles vulnérables Octobre 2013

2

3 Rédaction Monique Weaner, agente de planification, programmation et recherche, Direction du développement de la pratique professionnelle et des affaires universitaires Comité consultatif Lucette Beaumont, adjointe à la Direction du développement de la pratique professionnelle et des affaires universitaires Yannick Fauteux, adjoint à la directrice des ressources humaines Gervais Guérin, directeur adjoint à la Direction de la protection de la jeunesse Robin Paradis, coordonnateur des services au Gouvernail, Direction des services de réadaptation en internat et en foyer de groupe Diane Plourde, adjointe à la Direction générale et responsable des communications et relations avec la communauté Marie-Josée Thériault, coordonnatrice du secteur Québec-Sud, Direction des services aux jeunes et à leur famille Avec la contribution de Frédéric Aublet, coordonnateur RTF-RI et projets de vie alternatifs, Direction des services aux jeunes et à leur famille Sylvie Nadeau, directrice des services aux jeunes et à leur famille Isabelle Simard, directrice du développement de la pratique professionnelle et des affaires universitaires Direction des communications Alexandra Small, agente administrative, Direction du développement de la pratique professionnelle et des affaires universitaires Adopté comme document évolutif par le conseil d administration le Le masculin est utilisé sans aucune discrimination. Il est à noter qu une mise à jour électronique de ce document sera faite périodiquement sur le site Internet de l établissement 3

4

5 Préambule Le présent document vise à faire connaître l engagement et la contribution au quotidien des quelque employés du Centre jeunesse de Québec Institut universitaire (CJQ-IU) à faire une différence dans la vie des enfants et des familles vulnérables de la région de la Capitale-Nationale. Ce document se place en complémentarité du Plan d organisation de l établissement et de celui traitant de sa Planification stratégique auxquels nous référons le lecteur. Il vient décrire en quoi consiste son action pour répondre aux besoins de sa clientèle. Il témoigne du dynamisme, de la rigueur et de la recherche d amélioration continue présents au CJQ-IU depuis sa création en Établissement du réseau de la santé et des services sociaux, institut universitaire dès 1995, premier centre jeunesse à obtenir l agrément du Conseil québécois d agrément et premier établissent du réseau certifié Milieu Novateur, il porte la conviction que la qualité de ses services tient à une proximité d interactions avec la clientèle, son personnel et ses partenaires. Il axe sur le partage des idées, des expériences et des savoirs, pour penser et faire autrement, encore mieux. Acteur privilégié dans la recherche et le rayonnement des meilleures pratiques, il mise sur le développement d expertises, l interdisciplinarité et l alliance thérapeutique. Il agit avec la constante préoccupation du bien-être et du développement de chaque enfant et de sa famille. Attention! Si l offre de service se veut en constante adaptation eu égard aux besoins de sa clientèle, elle se doit donc de demeurer en développement, à l affût de nouvelles réalités, connaissances et données probantes émergentes. Aussi, ce document et son contenu doivent être accueillis comme non statiques, puisqu au moment d y apposer le point final, la réalité continue de changer et l évolution se poursuit. Prière donc de recevoir cette présentation de l offre de service comme dynamique et de considérer ce document, même s il connaît les étapes d une adoption formelle, comme évolutif. Pour vous assurer de disposer d une information à jour, nous vous invitons à consulter notre site Internet à l adresse suivante :

6 Table des matières En quelques mots, ce que nous sommes Offre de service : Notre action à l endroit des enfants et des familles vulnérables Définition et composantes Particularités et défis Engagement Assises théoriques Modèle théorique de base Approches privilégiées Orientations cliniques Réponse aux besoins, des enfants et leur famille, en partenariat Continuum de services et place à l interdisciplinarité Sommaire des services

7 Principaux programmes et projets de concertation en cours Programme de banque mixte Centre d expertise pour le bien-être et le développement des enfants Communication ados-parents : Jonction pour les Ados et leurs Parents (JAP) Communication ados placés-parents : Transfert des acquis (centre de réadaptation) Délinquance : Programmes en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA) Démarche de projet de vie : Activités d accompagnement Développement des habiletés sociales des adolescents placés en centre de réadaptation Employabilité : Programme de réadaptation par le travail Fugue : Projet de concertation régionale Hébergement : Foyers de groupe Intervention en situation de crise : Programme régional Négligence : Projet de concertation régionale Passage à la vie adulte : Programme qualification des jeunes Prostitution juvénile : Projet de concertation régionale Réadaptation avec hébergement dans une unité d encadrement intensif Réadaptation avec hébergement : La Maison Le Petit Blanchon Réadaptation externe : Soutien et accompagnement dans les différents milieux de vie Rétention des signalements : Programme Vérification terrain Santé mentale : Programme Viser l inclusion sociale Scolarisation des adolescents placés en centre de réadaptation Séjour de rupture SOCEN : L approche S occuper des enfants Travail de retour dans le milieu familial : Multiprogramme (centre de réadaptation) Toxicomanie/dépendance Toxico-Justice Violence : Adolescents-Agressifs-Action (Ad-Agr-A) Recherche d adéquation entre besoins/ programmes/projets/activités Tableau des besoins auxquels certains programmes/projets/activités, apportent une réponse particulière en partenariat

8 En quelques mots, ce que nous sommes Le Centre jeunesse de Québec Institut universitaire (CJQ-IU) est un organisme parapublic à vocation régionale, subventionné par le ministère de la Santé et des Services sociaux. Il œuvre auprès des jeunes en difficulté et de leur famille résidant dans la région de la Capitale-Nationale afin de leur permettre de se reprendre en main et, de la sorte, retrouver un mieux-être sur le plan personnel, familial ou social. Il dispense, à cette fin, des services spécialisés de nature psychosociale et de réadaptation en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse et de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents ainsi qu en matière de placement d enfants et d expertise psychosociale, d expertise à la Cour supérieure sur la garde d enfants, de tutelle, d adoption et de recherche d antécédents biologiques. Sa mission universitaire vise à soutenir l implantation des meilleures pratiques, l innovation, le rayonnement, l évaluation rigoureuse des modes d intervention, le développement des connaissances utiles au réseau et le transfert de son expertise. Il agit par le biais d un personnel engagé et qualifié et d un partenariat soutenu avec les milieux communautaires, universitaires et sociaux. Son offre de service se déploie sur la réponse aux besoins de sa clientèle, souvent caractérisée par une aide en contexte d autorité. Aussi, il a le souci d agir avec bienveillance et exemplarité pour que les services soient dispensés avec respect et équité en impliquant les acteurs en coresponsabilité et en veillant avec prévoyance au meilleur intérêt du jeune et de sa famille. 8

9 MISSION Permettre aux jeunes en difficulté ainsi qu à leur famille de se reprendre en main afin de retrouver un mieux-être sur le plan personnel, familial ou social. ÉLÉMENTS-CLÉS RELATIFS À NOTRE MISSION 1 : Notre mission intègre trois missions légales prescrites par la Loi sur la santé et les services sociaux (LSSSS) : 1. Une mission de protection de l enfance et de la jeunesse 2. Une mission de réadaptation 3. Une mission universitaire La clientèle pour qui nous nous mobilisons concerne : Le jeune, ses parents et sa famille : en besoin de protection en difficulté d adaptation, ayant commis un délit en situation d adoption sous tutelle en situation de séparation parentale Le jeune parent en difficulté d adaptation et ses enfants L offre de service clinique du CJQ-IU s inscrit en cohérence avec les orientations qui découlent : du contexte légal; des orientations nationales; des orientations régionales et d une volonté de partenariat; de la planification stratégique de l établissement; des orientations de l Association des centres jeunesse du Québec (ACJQ); du Réseau universitaire intégré jeunesse (RUIJ) 1 Pour plus d informations sur chacun des éléments présentés sur cette page, nous référons le lecteur au document Plan d organisation du CJQ-IU, février

10

11 L OFFRE DE service : NOTRE ACTION À L ENDROIT DES ENFANTS ET DES FAMILLES VULNÉRABLES 11

12 DÉFINITION ET COMPOSANTES L offre de service d un établissement est une présentation de ses services en réponse aux besoins de sa clientèle selon sa mission, ses orientations, ses ressources et en partenariat avec les organismes qui dispensent des services sur le même territoire. Nous vous présentons donc en lien avec notre mission : Les particularités et défis que comporte cette offre de service; L engagement qui sous-tend la dispensation de services; Les modèles théoriques, approches, orientations de même que les besoins de notre clientèle auxquels chercher réponse avec la contribution des partenaires; La réponse en partenariat aux besoins des enfants, parents et familles; Le continuum de services et la place faite à l interdisciplinarité; Le sommaire des services et leur descriptif, à savoir pour chaque secteur, la finalité et nature des services, les programmes impliqués, les ressources et partenariat privilégié, et, à titre indicatif, les principales approches, guides et outils qui soutiennent la dispensation de services; Une présentation des principaux programmes et projets de concertation en cours; Un tableau des besoins auxquels, outre les services réguliers, certains programmes/projets/activités apportent une réponse particulière, en partenariat; Un tableau synthèse de l offre de service de l établissement. 12

13 PARTICULARITÉS ET DÉFIS L offre de service clinique du CJQ-IU se distingue en ce qu elle requiert une spécialisation du fait, notamment, du caractère sociojudiciaire de l intervention 2, du contexte souvent non volontaire dans lequel les services sont dispensés; ainsi que de l expertise clinique de pointe exigée par la complexité des problématiques. De fait, le personnel du CJQ-IU œuvre dans un domaine parmi les plus délicats de tout le système québécois des services sociaux, à savoir «intervenir en contexte d autorité auprès d enfants et de jeunes en très grande difficulté et auprès de leur famille». En effet, ce contexte pose plusieurs enjeux importants se situant autour de la mobilisation des enfants, des jeunes et des parents à se mettre en action pour se reprendre en main alors qu ils n ont pas, pour une bonne part, ressenti et exprimé initialement ce besoin d aide. Pour d autres, il y aura constat que malgré l aide reçue antérieurement, la situation est à ce point détériorée ou à risque de l être qu une aide spécialisée est requise. Si le défi consiste donc dans certains cas à les inviter à entreprendre une démarche pour se reprendre en main et améliorer leur situation, il consiste pour d autres à leur fournir un soutien tangible, pouvant prendre la forme d un accompagnement étroit, voire même une surveillance rigoureuse à effectuer des changements dans le cadre d une obligation légale qui leur est dictée. On peut observer, sous-jacent aux besoins de service que le cumul des difficultés vécues par les enfants et les familles puisse augmenter leur vulnérabilité. Par exemple, leur réalité économique souvent précaire, la présence de séquelles de traumatismes passés, des dispositions biologiques particulières, des problématiques de santé mentale, ou encore un isolement accentué par une instabilité à s ancrer dans un environnement géographique. Trouver réponse à une diversité de besoins, cibler les zones où l emphase doit être mise et dégager celles où les partenariats sont à établir, constituent des préoccupations importantes dans une offre de service. Enfin, soulignons le défi qui consiste à être à l écoute et à l affût des situations particulières susceptibles, de par leur nombre ou caractère répétitif, de devenir en soi des problématiques en émergence pour adopter des modèles d intervention adaptés aux nouvelles réalités. Pour relever ces défis, le CJQ-IU mise sur l engagement et la qualité de son personnel à qui il offre un processus de formation continue et une infrastructure de recherche qui assurent le développement et le maintien du haut niveau de compétence requise par les services spécialisés à dispenser. C est également par l ensemble des contributions des intervenants, gestionnaires et chercheurs et par l écoute des besoins et attentes de la clientèle que l offre de service peut évoluer. C est enfin, et surtout par un travail d équipe interdisciplinaires, interdirections et interétablissements que l accompagnement de la clientèle s effectue sans relâcher la vigilance et le questionnement quant aux meilleurs services à offrir. 2 Voir le document de l ACJQ : Cadre de référence à l étape de l application des mesures, janvier 2007, page 7 : La nature spécialisée des services de protection de la jeunesse se caractérise notamment par : son mandat légal, son contexte d autorité, la nécessité d intervenir en urgence et d être disponible à tout moment, la vulnérabilité des usagers, l intégration d une approche soutenante, mais ferme, visant à renforcer les familles, les 13 problématiques complexes et exceptionnelles, le besoin de collaborer avec une diversité de ressources (notamment communautaires, scolaires, sociosanitaires et judiciaires), le contexte d une pratique susceptible d être examinée par plusieurs instances de contrôle.

14 ENGAGEMENT Pour fournir une réponse adaptée aux besoins de l usager dans le cadre de sa mission, le CJQ-IU fait sien l engagement voulant que l offre de service : Soit conforme à des orientations cliniques claires, adaptées, accessibles, évolutives et près du milieu naturel; Favorise l implication du jeune, de ses parents et des ressources du milieu; Se traduise par une intervention planifiée, rigoureuse, continue, complémentaire, intensive, sécuritaire et confidentielle; S effectue en collaboration étroite avec des ressources de type familial, le réseau sociosanitaire, le milieu scolaire, la justice, les organismes communautaires; Soit offerte par du personnel disponible, compétent, engagé, qui partage des valeurs communes, soutenue par une équipe de gestion qui s assure de la qualité des interventions et de l atteinte des résultats; Soutienne les personnes et favorise leur mobilisation et leur développement; S inscrive dans un cadre universitaire de recherche et d enseignement, d évaluation, de transfert de connaissances, de développement de pratiques de pointe et de rayonnement. Repose sur une allocation optimale des ressources, dans le cadre budgétaire disponible, favorisant l utilisation efficiente de celle-ci. 14

15 ASSISES THÉORIQUES Le CJQ-IU, comme établissement spécialisé dans le Réseau de la santé et services sociaux, a développé une offre de service spécialisée qui s actualise en partenariat avec d autres établissements et qui prend appui sur les éléments suivants : MODÈLES THÉORIQUES DE BASE Notre façon de concevoir et de dispenser l offre de service est de considérer chaque personne comme partie essentielle d un système tout aussi important qu elle (le bien-être de chaque personne est un construit multidimensionnel) et de mobiliser ces personnes et systèmes à participer à trouver réponse à leurs besoins. L approche bioécologique 3 constitue une référence à cet égard. Elle met de l avant trois principes fondamentaux : 1. L enfant participe activement à son développement et contribue à façonner sa trajectoire développementale. 2. L enfant et son environnement sont des systèmes qui s influencent mutuellement. Le développement de l enfant se produit donc dans un contexte qui comporte des facteurs de risque et de protection qui affectent directement ou indirectement celui-ci. 3. Les processus relationnels proximaux dans les milieux de vie des enfants constituent les moteurs de leur développement. Les forces sociales et économiques qui s exercent sur ces milieux affectent la qualité des processus qui s y déroulent. À cette approche, qui invite à considérer l enfant et sa famille dans l ensemble de leurs besoins et réalités personnelles, interactionnelles et sociales qui auront une influence sur leur santé et leur bienêtre, s ajoutent les fondements théoriques suivants qui viennent à leur tour influencer l offre de service. Sont donc considérées comme des assises 4 : En ce qui concerne les besoins en matière de développement de l enfant Les étapes de développement de l enfant, la recherche de son bien-être et de son développement optimal* La théorie de l attachement* La prise en compte des facteurs de risque, de protection et de résilience* 3 Extrait du document «Bien-être et développement des enfants et des familles vulnérables : besoins, droits et services» rapport d évolution, programmation de recherche révisée, plan d action de la mission universitaire, CJQ-IU, avril *Les éléments dotés d un astérisque figurent au document de présentation INITIATIVE AIDES, Chamberland et al., mars 2009, comme des constituants du cadre d analyse britannique de Ward, H., Rose, W. (2002) Approaches to Needs Assesment in Children Services, London, Jessica Kingsley Publisher. 15

16 La considération du vécu de l enfant dans la perspective* qui est la sienne, l impliquant comme acteur à l intervention et mettant de l avant son intérêt supérieur. Pour tout enfant, quel que soit son âge, la stabilité et l ancrage tant affectif que physique au sein d un projet de vie. En ce qui concerne la réponse aux besoins par les figures parentales L implication parentale 5 et les notions d empowerment* mettant de l avant les forces, les principes d autodétermination et la responsabilisation qui leur incombent. Le développement de la sensibilité et des habiletés parentales* de même que le soutien à l exercice des rôles parentaux. En ce qui concerne les facteurs familiaux et environnementaux Les différents styles de familles, leur fonctionnement familial et les forces* dont elles disposent. L implication du milieu et des divers réseaux environnants au concours du mieux-être de l enfant et de sa famille*. Les notions relatives à l intégration sociale*. L influence des conditions de vie*. Les divers modèles de partenariat pour une concertation, une complémentarité et une continuité de réponse à l enfant et à sa famille. 5 La Loi sur la protection de la jeunesse, L.R.Q. chapitre P-34, article 4, indique que «l implication des parents doit toujours être favorisée dans la perspective de les amener et de les aider à exercer leurs responsabilités parentales». 16

17 APPROCHES PRIVILÉGIÉES La façon de concevoir et de dispenser les services du CJQ-IU est influencée par ces courants tout en s appuyant sur des modèles de base que sont l approche psychosociale et le modèle psychoéducatif en réadaptation. À ces perspectives, se greffent, pour des clientèles précises, des approches plus particulières dont le dénominateur commun est toujours de considérer chaque personne dans un système, de les rejoindre et de les mobiliser dans la réponse à leurs besoins, d une façon qui soit favorable à chacun tout en tenant compte des autres. Mentionnons que si une approche permet d envisager la lecture d une réalité et d établir un processus par étapes, elle demeure toujours perméable à une autre approche, car plusieurs traits communs les rassemblent. On peut ainsi situer que les approches vont mettre, selon le cas, l emphase sur les éléments suivants : Encourager et soutenir la réponse aux besoins de ses membres par la famille (approche familiale) Rechercher sur un mode consensuel la réponse aux besoins de chacun (approche de médiation) Accompagner et soutenir chaque jeune, selon là où il se situe, dans sa démarche de changement (approche motivationnelle) Moduler le type et l intensité d interventions au profil de besoins et risques présentés par le jeune et sa famille (approche différenciée et individualisée) Identifier ce qui sous-tend un comportement à changer; apprendre au jeune à reconnaître ses émotions et besoins et à élargir son mode de réponse satisfaisant à ceux-ci; accent mis sur le développement et la pratique d habiletés sociales de base (approche thérapie de la réalité) Évaluer et suivre le développement des enfants selon leurs besoins de concert avec les ressources (approche S occuper des enfants (SOCEN)) Répondre aux besoins d identité personnelle et sociale par le développement de ses rôles sociaux (approche valorisation des rôles sociaux) Individualiser la prestation de services de concert avec les ressources pour une réponse aux besoins non seulement médicaux, mais psychologiques et sociaux des enfants (approche biopsychosociale) Dépister, intervenir de façon préventive pour désamorcer par étapes le passage à l acte pouvant conduire à de la violence (approche sécuritaire) ORIENTATIONS CLINIQUES En plus d assurer une cohérence sur le plan décisionnel, des orientations cliniques bien définies qualifient l offre de service et balisent l intervention auprès des usagers. Toutes les interventions cliniques doivent être : Soutenues par une alliance thérapeutique comme levier de changement tout au long du processus d intervention. Consécutives à une évaluation différentielle des besoins du jeune et de sa famille faite de concert avec eux. 17

18 Adaptées à leur stade de développement. Dispensées, le plus possible, dans le milieu naturel de la clientèle et dans la communauté. Dirigées vers la participation active de la clientèle, et ce, à toutes les étapes du processus clinique et légal. Planifiées et inscrites dans une trajectoire continue de services où les dispensateurs partagent informations, approches cliniques et continuité relationnelle clients-intervenants. Conformes aux prescriptions légales. Clairement décrites dans le plan d intervention de l usager qui lui peut s inscrire dans le cadre d un PSI si requis, définis et révisés périodiquement conjointement avec l usager, sa famille et les partenaires concernés. Respectueuses de la confidentialité, de la diversité des personnes 6 et de leur point de vue. En partenariat serré avec les ressources de la communauté et contribuer avec celles-ci à prévenir et réduire les problématiques présentes sur le territoire. Toutes les interventions cliniques doivent viser : Le meilleur intérêt de l enfant, du jeune ou de l adolescent. La stabilité, la continuité et la permanence comme guides du choix des mesures prises à son endroit, quel que soit l âge du jeune. La préservation et le développement de la famille. Le développement des compétences de l enfant et de sa famille. Elles doivent aussi s appuyer : Sur des outils cliniques pertinents, des données probantes et sur les meilleures pratiques dans le domaine social et prendre en considération le savoir expérientiel des équipes 7. 6 La «Politique-cadre de diversité» a été adoptée par le conseil d administration en Voir le «Cadre de référence pour la désignation universitaire des établissements du secteur des services sociaux : Mission, principes et critères», ministère de la Santé et des Services sociaux, février 2010 et la «Politique sur la mission universitaire» du CJQ-IU,

19 Réponse aux besoins, des enfants et leur famille, en partenariat Le CJQ-IU définit son offre de service en réponse aux besoins particuliers de sa clientèle. Au-delà de la problématique à l origine de l entrée dans les services, des besoins sous-jacents sont identifiés et demandent à être répondus de manière à assurer la sécurité et le développement. C est sur la réponse aux besoins des enfants et de leur famille que s établit une offre de service à la carte. Ces services pourront être dispensés individuellement ou encore en groupe au sein de l établissement et, dans certains cas, en collaboration avec des partenaires. Conscient de la mission qui lui est propre, mais soucieux de la réponse aux besoins de sa clientèle, le CJQ-IU ne limite pas son offre de service à définir les contours de sa gamme de services, mais situe des arrimages avec ses partenaires. En effet, l offre de service prend en compte la contribution des différents acteurs qui évoluent dans la vie de l enfant, non seulement les parents, la fratrie, ou la famille élargie, mais aussi les interlocuteurs des réseaux environnants communautaires et institutionnels. Cette contribution permet à la fois de mieux saisir les difficultés et les forces en présence tout comme elle permet de participer à élaborer des solutions à mettre en place qui perdureront au-delà de la dispensation de services. Dans le cadre de ceux-ci, la contribution des partenaires prend différentes formes allant des ententes formelles aux plans de services individualisés, tables de concertation, comités conjoints, projets en collaboration et mécanismes de référence personnalisée. Réponse aux besoins 8 des enfants/adolescents Besoins primaires Avoir réponse aux besoins d alimentation, d hygiène, de santé, d hébergement, d encadrement, de sécurité de base. Développement physique Se développer ou reprendre le retard de développement. Développement affectif Avoir réconfort, stabilité et constance. Être considéré comme une entité distincte. Développer un lien d attachement sécurisant avec au moins un adulte significatif, une estime de soi, un sentiment de compétence. Exprimer ses émotions de façon adaptée. Interagir positivement avec l entourage. Être encadré, guidé, accompagné. 8 Les besoins identifiés ici sont le fruit de la réflexion d un comité de travail de l ACJQ portant sur la définition d une offre de service aux jeunes 6-11 ans (document de travail). Ce groupe de travail avait repris les réflexions d un comité précédent. Cette nomenclature a été adaptée pour couvrir 19 l ensemble des groupes d âge.

20 20 Traitement des traumatismes, dépendances, etc. Compenser les séquelles découlant des traumatismes vécus. Apprendre à faire face (sans se sentir submergé) aux souvenirs traumatiques, à composer avec les symptômes découlant des traumatismes vécus (ex. : irritabilité, retraits, colères, évitement des situations évoquant les situations d abus). Disposer d une capacité accrue de faire confiance à autrui. Être rejoint dans son modèle du monde et se sentir compris dans ce qu il vit. Mettre fin à des situations de dépendance et à des comportements destructeurs pour soi et les autres. Spécifiquement en contexte d abus physique ou sexuel : rompre le silence entourant les abus, se déculpabiliser, reconstruire son image corporelle, reprendre du contrôle sur son propre corps, corriger d éventuelles distorsions cognitives. Spécifiquement en contexte d abus sexuel : apprendre de nouveaux modes relationnels (ne pas érotiser toutes ses relations, ni tous ses sentiments). Développement intellectuel/intégration à l école Apprendre, améliorer ses connaissances, se découvrir des intérêts sur le plan scolaire, être minimalement capable d attention, de concentration, de planification (ou d anticipation) et de flexibilité. Avoir des temps libres constructifs. Être bien situé dans le temps et dans l espace de même que par rapport aux personnes. Fréquenter l école sur une base régulière. Réaliser des apprentissages tout en vivant certains succès. Vivre des rapports satisfaisants avec son enseignant. Être soutenu dans ses activités académiques. Intégration familiale Être entendu, accompagné et soutenu dans la démarche de son projet de vie et dans les suites qui en découleront. Être bien accepté au sein de sa famille. Être traité de façon égalitaire par rapport à ses frères et sœurs. Participer à la vie familiale d une façon qui soit adaptée à son âge et à son niveau de développement. En cas de placement de l enfant, de séparation ou de divorce entre les parents, à moins de contre-indication, maintenir et préserver des liens avec les membres de sa famille immédiate (père, mère, frère, sœur) et élargie (oncles, tantes, grands-parents). Développement social et relationnel Développer des habiletés relationnelles, des stratégies de résolution de problème, d affirmation de soi et de gestion de la colère. Disposer de modèles d identification significatifs. S intégrer à des groupes d amis. Faire le bon choix d amis. Intégration des normes de conduite Apprendre à obéir (plutôt que de se rebiffer ou obtempérer à contrecœur), à faire les bons choix. Reconnaître la responsabilité de ses actes. Saisir que les règles sont indispensables à un fonctionnement harmonieux en société.

21 Préparation à la vie adulte Développer des connaissances, de l autonomie et un réseau de soutien pour faire la transition entre l adolescence et le monde adulte. Réponse aux besoins des parents Habiletés parentales Développer la sensibilité parentale, apprendre des modèles éducatifs, prendre du recul face à une situation. Être remobilisé dans le rôle parental et la réponse à apporter aux besoins du jeune. Apprendre à soutenir son enfant dans les différents défis qu il a à relever. Apprendre les besoins liés à l âge de développement du jeune. Comprendre la dynamique des abus et de la maltraitance et identifier les éléments personnels, conjugaux et familiaux qui y ont contribué. Comprendre les conséquences de l abus et de la maltraitance pour l enfant. Prendre conscience des conséquences de certaines paroles et de certains gestes. Développer des stratégies parentales adéquates (cohérence). Apprendre à protéger l enfant. Diversifier ses stratégies de communication. Engagement parental Prendre conscience de son mode de vie et de ses impacts sur l enfant. Clarifier son engagement et, s il y a lieu, se résoudre au fait qu il ne constitue peut-être pas la réponse aux besoins de son enfant. Résoudre ses difficultés personnelles Vivre son deuil (abandon), cicatriser sa blessure narcissique. Spécifiquement pour les parents abuseurs sexuels ou maltraitants : se responsabiliser envers les gestes posés. Disposer de ressources de consultation professionnelle ou avoir du soutien pour résoudre ses difficultés personnelles dont celles relatives aux problématiques de santé mentale et de dépendance. Réponse aux besoins de la famille Amélioration du fonctionnement familial Assainir la communication. Clarifier les rôles. Installer des routines et des règles. Établir des mécanismes de résolutions de problèmes. Favoriser l expression affective. Favoriser l engagement affectif. Réponse à ses autres besoins: habitation, revenu, emploi, intégration sociale Être mis en lien avec des ressources pour une consultation professionnelle et avoir du soutien pour résoudre ses difficultés. 21

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

L INTÉGRATION SOCIALE, UN CADRE CONCEPTUEL PORTEUR DE CHANGEMENTS

L INTÉGRATION SOCIALE, UN CADRE CONCEPTUEL PORTEUR DE CHANGEMENTS L INTÉGRATION SOCIALE, UN CADRE CONCEPTUEL PORTEUR DE CHANGEMENTS Pierre KEABLE Centre jeunesse de Montréal - Institut Universitaire pierre.keable@cjm-iu.qc.ca INTRODUCTION C est avec grand plaisir que

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

Les offres de services spécialisés

Les offres de services spécialisés Les offres de services spécialisés Le contexte et les enjeux, incluant les offres de services spécialisés aux familles et aux proches, aux partenaires ainsi que notre engagement dans la collectivité. PAVILLON

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience

Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Standards d accès, de continuité, de qualité, d efficacité et d efficience Ligne provinciale d intervention téléphonique en prévention du suicide 1 866 APPELLE Octobre 2014 Table des matières Contexte...

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

document révisé le 2008-03-05

document révisé le 2008-03-05 document révisé le 2008-03-05 Table des matières Présentation... 3 1.0 Objectifs... 4 2.0 Organisation... 5 3.0 Personnel d encadrement... 7 4.0 Modalités d accès au CRM... 8 5.0 Processus de réintégration

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation

PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES. Sommaire de la démarche de réorganisation PROGRAMME RÉGIONAL DE RÉADAPTATION POUR LA PERSONNE ATTEINTE DE MALADIES CHRONIQUES Sommaire de la démarche de réorganisation SOMMAIRE Le programme régional Traité santé offre des services de réadaptation

Plus en détail

Rapport d agrément Centre jeunesse de l Abitibi-Témiscamingue

Rapport d agrément Centre jeunesse de l Abitibi-Témiscamingue l Rapport d agrément Centre jeunesse de l Abitibi-Témiscamingue 16 mars 2015 La reproduction, par quelque procédé que ce soit, la traduction ou la diffusion du présent document, même partielles, sont interdites

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée?

Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Doit-on craindre les impacts du rapport Trudeau sur la fonction de technicienne ou technicien en éducation spécialisée? Hélène Le Brun, conseillère septembre 2007 D-11815 Centrale des syndicats du Québec

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires

Les programmes des Services éducatifs complémentaires. Juin 2006 R A. Services éducatifs particuliers et complémentaires E Les programmes des Services éducatifs complémentaires X Juin 2006 T Services éducatifs particuliers et complémentaires R A OBJECTIF 3.1 Accompagner l élève, de façon continue, dans la construction de

Plus en détail

Politique et procédures inter-centre jeunesse

Politique et procédures inter-centre jeunesse Politique et procédures inter-centre jeunesse 17 juin 2010 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 1 OBJECTIFS DE LA POLITIQUE ET DES PROCÉDURES INTER-CENTRE JEUNESSE 3 COMITÉ DE SUIVI DE LA POLITIQUE ET DES PROCÉDURES

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

GUIDE DE PRATIQUE En matière de retrait du milieu familial et du placement d un enfant

GUIDE DE PRATIQUE En matière de retrait du milieu familial et du placement d un enfant Centre jeunesse de Québec Institut universitaire GUIDE DE PRATIQUE En matière de retrait du milieu familial et du placement d un enfant Direction du développement de la pratique professionnelle Révisé

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28)

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et

Plus en détail

Logement de transition avec suivi intensif:

Logement de transition avec suivi intensif: Logement de transition avec suivi intensif: de nouveaux partenaires pour innover Résumé Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT Que devez-vous savoir sur la tutelle en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse? LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE

Plus en détail

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services sociaux, Direction des dépendances et de l itinérance Certification des ressources d hébergement en toxicomanie ou en jeu pathologique

Plus en détail

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE CONSIDÉRANT les réels problèmes d accessibilité aux services

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Programme d intéressement pour l implantation du rôle de l infirmière praticienne spécialisée Modalités d application 15-919-04W RÉDACTION Direction des soins infirmiers Direction générale des services

Plus en détail

Repérage de la perte d autonomie

Repérage de la perte d autonomie Repérage de la perte d autonomie France Morissette, MSc. Inf Directrice, Opérations soins 24 novembre 2014 LE GROUPE MAURICE PROFIL CORPORATIF, EN BREF Fondé en 1998 Un seul créneau : l habitation pour

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

Lignes directrices relatives à l'hébergement en famille d'accueil des étudiants étrangers en Colombie-Britannique, de la maternelle à la 12 e année

Lignes directrices relatives à l'hébergement en famille d'accueil des étudiants étrangers en Colombie-Britannique, de la maternelle à la 12 e année Lignes directrices relatives à l'hébergement en famille d'accueil des étudiants étrangers en Colombie-Britannique, de la maternelle à la 12 e année ministère de l'éducation - 2015 Introduction À propos

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO Document d orientation pour l engagement des partenaires francophones en vue de valider les priorités en santé mentale et lutte contre les dépendances en Ontario Réseau franco-santé

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones Édition de février 2011 Réalisé par le Comité patronal de négociation

Plus en détail

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Au cours de l année 2014-2015, Emploi Québec a modifié deux fois le chapitre du Programme d aide et d accompagnement social (PAAS) ACTION

Plus en détail

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Présent pour vous Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Préambule L Ordre des pharmaciens du Québec assure la protection du public en encourageant les pratiques pharmaceutiques de qualité

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

ALLOCATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE AUX TABLES PETITE ENFANCE, JEUNESSE ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DE LA MONTÉRÉGIE

ALLOCATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE AUX TABLES PETITE ENFANCE, JEUNESSE ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DE LA MONTÉRÉGIE ALLOCATIONS DE SANTÉ PUBLIQUE AUX TABLES PETITE ENFANCE, JEUNESSE ET SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DE LA MONTÉRÉGIE Devis d allocation 2015-2016 Novembre 2014 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 : PRÉCISIONS ET CHANGEMENTS

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1

La mission et les résultats en chiffres pour 2006-2007 1 La mission et les résultats en chiffres 1 La mission du Protecteur du citoyen Le Protecteur du citoyen a pour mandat, en vertu de la Loi sur le Protecteur du citoyen et, depuis le 1 er avril 2006, en vertu

Plus en détail

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours

Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Professionnalisation des responsables de secteur 25 jours Les responsables occupent un «poste clé» autant dans l organisation et la gestion des activités que dans l animation de leur équipe et la qualité

Plus en détail

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie Commission de la santé et des services sociaux L autonomie pour tous Consultations particulières sur la création d une assurance autonomie Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études

Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mémoire présenté dans le cadre du chantier sur l aide financière aux études Mai 2013 PRÉAMBULE... 3 1. DISTRIBUER LA BONIFICATION DE 25M$... 4 2. OPTIMISER L AFE... 5 3. AMÉLIORER LA SENSIBILISATION DES

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD)

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) PREFET DE LA VIENNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) [Référence : stratégie nationale

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019

DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 STRATÉGIE DES PARTENARIATS DE LUTTE CONTRE L ITINÉRANCE (SPLI) 2014-2019 Catherine Giroux, Agence de la santé et des services sociaux de Montréal Objectifs de la séance d information Présenter les orientations

Plus en détail

Guide de pratique en matière de contacts supervisés au CJM

Guide de pratique en matière de contacts supervisés au CJM Guide de pratique en matière de contacts supervisés au CJM Adopté par le comité de direction le 22 juin 2010 N/Réf. : 090 005 Rédigé dans le cadre des travaux du comité contacts supervisés 2009-2010. Ce

Plus en détail

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires

Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Point de mire: la réorganisation Bulletin des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle Ministère des Services sociaux et communautaires Réseaux communautaires de soins spécialisés Les

Plus en détail

VIOLENCES CONJUGALES ET SECURITE DU SYSTEME FAMILIAL

VIOLENCES CONJUGALES ET SECURITE DU SYSTEME FAMILIAL VIOLENCES CONJUGALES ET SECURITE DU SYSTEME FAMILIAL Par Sandrine Bodson, Claire Gavroy, Nadia Uwera du CVFE En matière de violence conjugale, l évaluation de la dangerosité des situations est un enjeu

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Le Sommaire constitue un abrégé du document intitulé Bilan de l an I de Solidarité jeunesse : Rapport du Comité aviseur de Solidarité

Plus en détail

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS

REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS REVUE DE L AIDE FISCALE ACCORDÉE AUX PERSONNES AYANT RECOURS À LA VOIE MÉDICALE POUR DEVENIR PARENTS Le présent bulletin d information vise rendre publiques les différentes modifications qui seront apportées

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

Adopté à l automne 2006

Adopté à l automne 2006 Adopté à l automne 2006 PRÉAMBULE Un code d éthique pour l AQEM Notre mission Mise en perspectives Nos principales valeurs Application du code d éthique Chapitre 1 : Deux valeurs fondatrices de l AQEM

Plus en détail

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement.

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Automne 2014 MOT DE BIENVENUE ET PRÉSENTATION DES FORMATRICES Réjeanne Bouchard Guylaine Cloutier

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail