L'ARCHIVAGE ELECTRONIQUE : PRINCIPES, PROMESSES ET PIEGES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'ARCHIVAGE ELECTRONIQUE : PRINCIPES, PROMESSES ET PIEGES"

Transcription

1 L'ARCHIVAGE ELECTRONIQUE : PRINCIPES, PROMESSES ET PIEGES 1) PRINCIPES 1.1 Deux questions Une des questions que se pose l'archiviste confronté à des documents électroniques est de savoir si ce nouveau type de document doit l'amener à réviser plus ou moins complètement les principes de l'archivistique. On peut formuler une question voisine mais plus concrète en se demandant si les particularités propres au document électronique nécessitent de recourir à une méthode spéciale pour le conserver. Ce sont ces deux questions que je vais brièvement évoquer dans cette première partie de mon propos. 1.2 Conserver un objet numérique Archiver un document numérique signifie conserver un objet numérique. Un objet numérique présente des caractéristiques particulières qui ont des conséquences sur la façon de le conserver. Traditionnellement, les archivistes conservent des documents qui se présentent sous la forme d'informations indissociables d'un support physique (papier, parchemin etc.). La conservation matérielle de ces documents se ramène donc à la conservation des supports physiques. Il n'en va pas ainsi avec les documents électroniques qui permettent au contraire la dissociation de l'information et de son support. En fait, un objet numérique est un composé de trois notions, habituellement intimement liées, et que l'informatique dissocie : l'information, sa structure et son support 1.3 La triade information, structure, support 1

2 En d'autres termes, il faut distinguer : - le concept; - la représentation de ce concept; - l'inscription du concept sur un support physique; Par exemple, une lettre contient des idées ou des informations (des concepts), celles-ci sont exprimées (représentées) dans une langue donnée (français, anglais, chinois, etc.) en utilisant une écriture particulière (latine, arabe, cyrillique, etc.) et le tout est inscrit sur un support (papier, parchemin, etc.). Dans un environnement traditionnel ces trois aspects sont indissociables. La technique informatique permet de les séparer en autant d'objets différents. Un objet numérique comprend donc en fait trois objets : - objet conceptuel - objet logique - objet physique Pour reprendre l'exemple de la lettre déjà évoqué, mais cette fois sous forme électronique, un courrier électronique est d'abord un message (objet conceptuel). C'est aussi un flux binaire inscrit sur des supports informatiques (objet physique) et c'est enfin un fichier informatique structuré selon des règles précises, celles du logiciel utilisé pour créer et exploiter ce courrier (objet logique). Or ces trois objets sont non seulement séparés mais aussi substantiellement différents et relativement autonomes les uns par rapport aux autres. Ainsi, un seul fichier logique peut parfaitement être stocké dans plusieurs fichiers physiques; de même ce que nous (opérateurs humains) appréhendons comme une seule entité conceptuelle peut être divisé, pour les besoins du traitement par l'ordinateur, en plusieurs fichiers logiques. 1.4 Conséquences pour la conservation En conservant un objet numérique, on souhaite, en fait, conserver le concept (ou l'information) qu'il contient. Cela signifie-t-il qu'il faille, pour atteindre ce but, conserver les objets logiques et physiques correspondants? 2

3 La réponse qui vient naturellement à l'esprit est "oui, bien sûr". Elle n'est pourtant pas adaptée à l'environnement numérique. En fait, cette réponse est le fruit d'une habitude, liée à l'environnement traditionnel dans lequel les trois aspects sont indissolublement combinés en un objet unique, le document. Mais, dès lors que, dans le monde numérique, un même concept peut avoir plusieurs représentations distinctes mais équivalentes, il n'y a aucune raison de s'astreindre à les conserver toutes. Je n'entrerai pas ici dans le détail des méthodes de conservation qui découlent de cette constatation, puisque ce sera l'essentiel de nos débats d'aujourd'hui. 1.5 Evolution ou révolution archivistique? La spécificité des objets numériques entraîne-t-elle une rupture avec les principes cardinaux de l'archivistique? Je dirai d'emblée que s'il y a bien évolution de ces principes, il n'y a pas de rupture radicale. Ainsi le respect des fonds s'applique aussi aux documents électroniques. C'est une notion fondamentalement indépendante du support et de la forme matérielle des documents. On peut même soutenir que, loin de causer une rupture, l'archivage des documents électroniques nous amène à une application plus rigoureuse de nos principes : par exemple en mettant l'accent sur l'importance de l'action en amont de l'archiviste (auprès des producteurs de données numériques), ou en développant la notion de métadonnées (qu'est-ce qu'un instrument de recherche archivistique sinon un ensemble structuré de métadonnées relatives à un fonds d'archives?). Pour autant, il y a bien des évolutions dans la théorie archivistique. D'abord l'affaiblissement (je ne dis pas disparition) de la notion de document. Dans le monde numérique, dont on a vu qu'il dissociait les trois composantes du document, l'unité de base est plutôt l'information que le document. Parallèlement, on constate que la théorie des trois âges s'applique moins aisément aux documents électroniques, par essence très évolutifs. On parle plutôt de cycle de vie du document en insistant plus sur la continuité du processus que sur ses étapes ; mais cette évolution n'est pas spécifique au document électronique. 2) PROMESSES 3

4 L'archivage électronique est parfois présenté comme une solution (quasi miraculeuse) à des problèmes traditionnels de l'archiviste : manque d'espace, explosion de la masse documentaire, difficultés de l'évaluation et des tris, etc. Qu'en est-il exactement et peut-on vraiment dire que l'archivage électronique est la " terre promise " de l'archiviste moderne? 2.1 La fin du problème de l'espace? L'évolution des supports informatiques va clairement dans le sens d'une densité toujours plus grande. Cela s'applique d'ailleurs aussi aux supports d'informations qui ont précédé l'informatique : de la pierre taillée au manuscrit, du manuscrit à l'imprimé, de l'imprimé à la microforme, la quantité d'informations inscrites dans un même volume est croissante. L'électronique apporte un effet multiplicateur considérable qui permet de penser que la question de l'espace de stockage, parfois si aiguë pour l'archiviste, est définitivement réglée. Mais ce succès comporte un revers : la densité croit, mais aussi, la fragilité : les inscriptions lapidaires de l'antiquité sont toujours lisibles deux mille ans plus tard ; les " cuvettes " d'un CD durent tout au plus une dizaine d'années. En outre, plus un support contient d'informations, plus sa perte sera sensible. 2.2 La fin du tri? Si l'espace de stockage est virtuellement illimité, pourquoi ne pas tout conserver? Cette question volontairement provocante recouvre en réalité deux problèmes distincts. Une politique d'évaluation de ce qui mérite d'être conservé a-t-elle un sens appliquée aux archives électroniques? Ma réponse est oui, car si l'archiviste choisit de conserver ceci et pas cela, ce n'est pas seulement parce que ses capacités de stockage physique sont limitées (limitations qui disparaîtrait avec l'électronique) mais c'est aussi, et peut-être surtout, parce que les capacités humaines d'exploitation des archives sont, par nature, limitées. Seconde question : si un tri est toujours nécessaire, ne peut-on cependant envisager qu'il soit moins sévère, bref, que l'on conserve plus? Là aussi ma réponse est positive, et c'est un des apports de l'archivage électronique. Un bon exemple de cela est donné par les bulletins 4

5 individuels de recensement. Sous leur forme papier, on n'en conserve qu'un échantillon ; la version électronique, elle, est conservée intégralement. Bref, l'archivage électronique modifie nos pratiques de tri, les assouplit, mais ne les supprime pas. 2.3 L'archivage automatisé? La puissance de traitement de l'informatique a conduit certains à penser, qu'appliquée à l'archivage, elle permettrait d'automatiser ce processus comme cela s'est vu pour d'autres tâches du même ordre. Et puisqu'il s'agit d'archiver des documents électroniques cette possibilité d'automatisation pourrait même aller plus loin encore, l'objet traité étant lui-même le produit d'un traitement automatisé. On peut envisager, par exemple, le transfert automatique de documents du service producteur vers le service d'archives, ce transfert étant accompagné de la génération, elle aussi automatique, des métadonnées nécessaires et donc, de l'instrument de recherche habituel. Le vieux rêve de l'archiviste - des archives qui se créent, s'organisent et " se versent " toutes seules, dûment décrites - serait-il sur le point de se réaliser? Bien sûr, je caricature. Personne ne promet que l'archivage électronique puisse aboutir à ce résultat. Mais on estime généralement qu'une grande part d'automatisation sera introduite dans le processus d'archivage, ce qui le facilitera grandement. Je pense qu'il faut être nuancé sur ce point. L'archivage électronique comporte naturellement une grande part de processus automatiques ; c'est même une des conditions de son succès, dans la mesure où il doit être capable de traiter une masse importante de données (en d'autres termes il doit être " industriel "). Mais ces processus automatiques seront toujours encadrés par des points de contrôle ou d'intervention humains. 5

6 Pour conclure cette partie de mon propos, je dirai que si l'archivage électronique apporte de nouvelles solutions à d'anciens problèmes, il ne les supprime pas. 3) PIEGES : IDEES RECUES ET DIFFICULTES Pour finir, voyons quelques idées fausses qui traînent encore sur l'archivage électronique et essayons d'identifier quelques unes de ses difficultés réelles. 3.1 Les deux sœurs ennemies : "c'est impossible" et "c'est facile" Le discours ambiant sur l'archivage électronique oscille souvent entre deux positions contradictoires. Pour la première, il s'agit d'une entreprise impossible, vouée à l'échec. Et il est certain que lorsque l'on a été confronté à l'impossibilité de relire un texte vieux de quatre ou cinq ans, pieusement conservé sur une disquette, on peut avoir des raisons d'être sceptique. Il ne faut pas se dissimuler que l'archivage électronique repose en partie sur un pari sur l'avenir. Mais je suis convaincu que ce pari n'est pas plus risqué que celui qu'on fait nos prédécesseurs confrontés au passage du parchemin au papier, ou, plus tard, du papier au papier industriel. Les archives des sociétés anciennes ont subi l'épreuve des incendies ; celles de la société de l'information connaîtront les pertes dues aux " bugs ", mais il n'y a aucune raison d'imaginer que les secondes seront plus irrémédiables que les premières, sauf à penser que la société tout entière y succombera, mais dans ce cas il n'y a rien à faire...au demeurant, l'archiviste n'a pas le choix : si la société produit des documents électroniques il doit les archiver. Personne n'imagine que l'archiviste dicte à ses contemporains le choix de leurs moyens de communication, et il n'a jamais rempli ce rôle dans le passé. A l'opposé, on présente parfois l'archivage électronique comme une tâche facile à accomplir, en tout cas plus facile et moins coûteuse que l'archivage traditionnel. Cette idée est souvent répandue chez les décideurs qui voient là l'occasion tant attendue de faire plus pour moins cher (et, en prime, c'est moderne). C'est évidemment une illusion et il faut rappeler que l'archivage électronique suppose des moyens spécifiques qui sont à la fois techniques 6

7 (logiciels, matériels, support de stockage), et humains (archivistes et informaticiens) ; à quoi il faut ajouter un effort de recherche permanent (veille technologique). 3.2 Une affaire de spécialistes? Autre idée reçue, l'archivage électronique serait l'affaire de spécialistes. Par spécialistes on entend à la fois des techniciens de l'informatique et des archivistes spécialisés dans le domaine, les premiers, pouvant, dans certaines variantes de ce discours, se substituer entièrement aux seconds. Que l'archivage électronique réclame des compétences spécialisés, c'est certain. Mais il ne s'ensuit pas pour autant qu'il doive être réservé à des spécialistes. En ce qui concerne les archivistes, ceux-ci doivent bien se convaincre qu'il s'agit d'une question qui concerne toute la profession. Les archives contemporaines seront de plus en souvent des archives électroniques. L'archiviste contemporain doit donc être capable de les traiter. Ceci ne signifie pas qu'ils doivent se transformer en informaticien. Ils doivent en revanche acquérir une culture technique suffisante pour dialoguer avec les informaticiens et conduire le processus d'archivage dont ils sont, et eux seuls, les responsables ultimes. Pour prendre une image, il n'est pas nécessaire, pour conduire une voiture, d'être mécanicien automobile, mais quelques notions de mécaniques sont utiles pour parler avec son garagiste ou choisir son futur véhicule Les défis actuels. Pour finir ce propos liminaire, je voudrai indiquer quelques uns des chantiers actuels de l'archivage électronique. Mon énumération sera nécessairement subjective et incomplète, mais je la crois représentative. - La signature électronique (sécurisée ou non) qui fait, en ce moment, couler beaucoup d'encre. On peut généraliser le problème en s'interrogeant sur la notion d'authenticité électronique. 7

8 - La conservation d'objets numériques particulièrement "évanescents ", tels que les sites internet ou les plans créés par ordinateur. - Le développement de l'administration électronique et ses conséquences pour les responsables d'archives publiques ; je citerai, à titre d'exemple, l'apparition de fichiers centralisés au niveau national (minutier électronique, état civil, etc ;), dont l'équivalent papier n'existe qu'au niveau local ce qui pose la question de l'organisation territoriale de l'archivage électronique. - Et, plus généralement, la question centrale, à mes yeux, du financement de l'archivage électronique, ou pour le dire autrement, de l'effort financier que la société moderne, qui a fait le choix de l'informatisation, est prête à consentir pour assumer les conséquences archivistiques de ce choix. Joël Poivre, conservateur en chef, Minutier central des notaires de Paris Centre historique des Archives nationales décembre

Procédure Création : 04/05/2009 ARCHIVAGE DE LA MESSAGERIE

Procédure Création : 04/05/2009 ARCHIVAGE DE LA MESSAGERIE Procédure Création : 04/05/2009 DSIO / Direction Système d Information et Organisation ARCHIVAGE DE LA MESSAGERIE TABLE DES MATIÈRES 1. Objet de l opération... 2 2. Rappel des bonnes pratiques... 3 3.

Plus en détail

Archivage des données

Archivage des données Archivage des données Module : Saisie, Comptabilité et Gestion Version : 3.03a Date : 05 janvier 2006 Mise à jour : 01 décembre 2009 Objectif Si vous gérez un volume important de données sur Aidavocat

Plus en détail

B2i. LE B2i Brevet Informatique et Internet. Niveau : tous. 1 S'approprier un environnement informatique de travail. b2ico1.odt.

B2i. LE B2i Brevet Informatique et Internet. Niveau : tous. 1 S'approprier un environnement informatique de travail. b2ico1.odt. 1 S'approprier un environnement informatique de travail 1.1) Je sais m'identifier sur un réseau ou un site et mettre fin à cette identification. 1.2) Je sais accéder aux logiciels et aux documents disponibles

Plus en détail

INF Z10 - Cours Théorique n 8 TRAITEMENT ELECTRONIQUE DES TEXTES 1

INF Z10 - Cours Théorique n 8 TRAITEMENT ELECTRONIQUE DES TEXTES 1 INF Z10 - Cours Théorique n 8 TRAITEMENT ELECTRONIQUE DES TEXTES 1 Bref historique de l'écrit L'écriture peut se définir comme la représentation de la pensée par des signes graphiques conventionnels. C'est

Plus en détail

Initiation au mail. Sommaire : 1. Qu'est-ce qu'un mail?...3 2. Deux types d'outils pour consulter ses mails...4

Initiation au mail. Sommaire : 1. Qu'est-ce qu'un mail?...3 2. Deux types d'outils pour consulter ses mails...4 Initiation au mail Sommaire : 1. Qu'est-ce qu'un mail?...3 2. Deux types d'outils pour consulter ses mails...4 2.1. Les logiciels de gestion de mail...4 2.2. Les webmails...5 3. Se connecter au webmail...6

Plus en détail

Lettre Blanche. Sécurité de vos secrets. Informatique. A ne pas mettre entre toutes les mains

Lettre Blanche. Sécurité de vos secrets. Informatique. A ne pas mettre entre toutes les mains Lettre Blanche A ne pas mettre entre toutes les mains Informatique Sécurité de vos secrets Pour votre intimité, celle de vos cercles d amis, et celle de tous vos contacts discrets, sensibles voici comment

Plus en détail

Motivations des médecins informatisés > évolution informatique > réduire l'utilisation du papier

Motivations des médecins informatisés > évolution informatique > réduire l'utilisation du papier moins de papiers dossiers papier trop volumineux et difficilement consultable.zéro papier si possible. OBJECTIF ZERO PAPIERS ++ Moins de paperasse médicale pour diminuer mon bordel ambiant, moins de papiers

Plus en détail

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401)

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) "Préface explicative" Chiffre Cette NAS donne des instructions sur un audit

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Utilisation de Mathenpoche en classe de BEPA Vente de produits frais

Utilisation de Mathenpoche en classe de BEPA Vente de produits frais Utilisation de en classe de BEPA Vente de produits frais Professeur de Mathématiques et de Sciences Physiques LEGTA Bel Air Fontenay-le-Comte (85) 1/16 Table des matières 1 Problématique...4 2...5 2.1

Plus en détail

HP Backup and Recovery Manager

HP Backup and Recovery Manager HP Backup and Recovery Manager Guide de l'utilisateur Version 1.0 Table des matières Introduction Installation Comment installer Support des langues HP Backup and Recovery Manager Rappels Sauvegardes planifiées

Plus en détail

Madame la Présidente, Chère Anne Verneuil, Mesdames, Messieurs, chers amis,

Madame la Présidente, Chère Anne Verneuil, Mesdames, Messieurs, chers amis, Discours Discours d'aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé en ouverture du 60 ème Congrès de l'association des bibliothécaires de France, à Paris, le 19 juin 2014 Madame

Plus en détail

CONTENU DE FORMATION, année 2008. Comprendre ce qu'est une image numérique. Deux grandes catégories de fichiers images : bitmap & vectoriels

CONTENU DE FORMATION, année 2008. Comprendre ce qu'est une image numérique. Deux grandes catégories de fichiers images : bitmap & vectoriels CONTENU DE FORMATION, année 2008 Par Pierrick Brissier, IANTE arts plastiques / 61100 Flers / pierrick.brissier@ac-caen.fr Comprendre ce qu'est une image numérique Deux grandes catégories de fichiers images

Plus en détail

Bien choisir son système RAID

Bien choisir son système RAID Bien choisir son système RAID par Pierre SALAVERA Service Technique ACTN «Lorsque nous dimensionnons un NAS ou un serveur, nous nous posons souvent la question : Quel système RAID vais-je choisir? Est-il

Plus en détail

Plan d action spécifique. Archivage

Plan d action spécifique. Archivage Plan d action spécifique Présenté dans le cadre de la 165 e réunion régulière du Conseil d administration (CAO-16514) Les 15, 16 et 17 août 2014 À Montréal Plan d action spécifique 1 Table des matières

Plus en détail

Capacités : les Octets

Capacités : les Octets Capacités : les Octets Maintenant que l'on connait les différents périphériques de mémoire en informatique, nous allons aborder synthétiquement les unités de taille d'un ordinateur : les octets. 1. Comment

Plus en détail

CPLN 20/08/2009 MBO Service ICT et Pédagogie

CPLN 20/08/2009 MBO Service ICT et Pédagogie La clé USB Présentation De première vue, une clé USB est un simple "morceau de plastique". Hors, elle est très utile et de plus en plus utilisée. Elle permet de stocker des fichiers (et dossiers) tout

Plus en détail

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours 0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage 3- Organisation du cours Le présent cours constitue une introduction pour situer le langage C++, beaucoup des concepts

Plus en détail

Archivage électronique

Archivage électronique Archivage électronique Mesdames Lourdes Fuentes-Hashimoto, des archives diplomatiques et Marie Laperdrix des Archives nationales de France, Fontainebleau nous ont proposé des ateliers pratiques sur comment

Plus en détail

Les temps changent! Tout fout le camp? La conservation à l'ère du numérique

Les temps changent! Tout fout le camp? La conservation à l'ère du numérique Les temps changent! Tout fout le camp? La conservation à l'ère du numérique Textes exposés Partie 2 : Thèmes THÈME PAGE ÉVALUATION 2 LE PLAN DE CLASSEMENT 2 LE CALENDRIER DE CONSERVATION 2 LE VERSEMENT

Plus en détail

Maison du Barreau - Colloque du 14 novembre 2008

Maison du Barreau - Colloque du 14 novembre 2008 LA RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE DE L AVOCAT ET SON ASSURANCE DES PISTES A EXPLOITER INTERVENTION DE MONSIEUR LE BATONNIER ALAIN MARTER PRESIDENT DE L UNCA Société de Courtage des Barreaux Maison

Plus en détail

Comité économique et social européen. BUREAU 538 e réunion 10 juillet 2007 POUR INFORMATION

Comité économique et social européen. BUREAU 538 e réunion 10 juillet 2007 POUR INFORMATION Comité économique et social européen BUREAU 538 e réunion 10 juillet 2007 Point 7 c) Objet: Point 7 c) de l'ordre du jour) Assistance aux Conseillers/services informatiques POUR INFORMATION La présente

Plus en détail

Partie 2 : Transmettre des données de page en page 141/361. Les cookies

Partie 2 : Transmettre des données de page en page 141/361. Les cookies Partie 2 : Transmettre des données de page en page 141/361 Les cookies Travailler avec des cookies fonctionne à peu près de la même façon qu'avec des sessions, à quelques petites différences près que nous

Plus en détail

Business Power For Your Workplace

Business Power For Your Workplace 1 Business Power For Your Workplace ELO DMS Desktop ELO DMS Desktop Toute la force de la gestion documentaire pour votre poste de travail MS Word MS Excel Fonction de GED ELO MS Powerpoint MS Outlook MS

Plus en détail

Visual Studio.NET et Visual SourceSafe - Part 2

Visual Studio.NET et Visual SourceSafe - Part 2 Visual Studio.NET et Visual SourceSafe - Part 2 Utilisation de VSS avec VS.NET Dans la première partie nous avons présenté la configuration de l'outil d'archivage et de 'versionning' des sources proposé

Plus en détail

Archivage des e-mails : présentation à l'intention des décideurs

Archivage des e-mails : présentation à l'intention des décideurs Archivage des e-mails : présentation à l'intention des décideurs La mise en œuvre d'une solution d archivage d e-mails peut apporter de nombreux avantages, tant sur le plan juridique et technique que financier,

Plus en détail

Les paradoxes du dirigeant

Les paradoxes du dirigeant Les paradoxes du dirigeant En bref On appelle coaching l'accompagnement d'un responsable ou une équipe dans leur vie professionnelle. Il s'agit d'avoir le regard d'un entraîneur sur un champion ou sur

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE

SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES. 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE SEMINAIRE SUR LA QUALITE DE LA LEGISLATION : PERSPECTIVES ESPAGNOLES 9 juin 2006 ALLOCUTION D OUVERTURE Claire-Françoise Durand INTRODUCTION C est pour moi un grand plaisir et un grand honneur d ouvrir

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation

Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation 102-1406 Esther Blondin, Québec, G1Y 3S5 www.sane-solution.com 418-952-3243 Évaluation au rendement: D'une culture d'évaluation à une culture d'appréciation Lorsqu'on parle d'évaluation au rendement, voici

Plus en détail

Foire aux Questions Salariés. Avec les relevés et documents en ligne vivez autrement votre épargne salariale

Foire aux Questions Salariés. Avec les relevés et documents en ligne vivez autrement votre épargne salariale Avec les relevés et documents en ligne vivez autrement votre épargne salariale Foire aux Questions Salariés BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / épargne / services financiers spécialisés Foire aux Questions Salariés

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

Distinguer entre «Enregistrer» et «Sauvegarder»

Distinguer entre «Enregistrer» et «Sauvegarder» Compétence D1.4 IV - : Pérenniser ses données IV Assurer une sauvegarde 33 Compresser / Décompresser un fichier ou un ensemble de fichiers / dossiers 35 A. Assurer une sauvegarde Distinguer entre «Enregistrer»

Plus en détail

Accès au site de l'amicale

Accès au site de l'amicale Accès au site de l'amicale En saisissant "wwwamicale-bayardorg" comme adresse sur votre navigateur, vous accéderez à cette page (voir à gauche) Plusieurs solutions : * Vous êtes nouveau, ancien de Bayard,

Plus en détail

Conservation des documents numériques

Conservation des documents numériques Conservation des documents numériques Qu'est ce qu'un document numérique? Matthieu GIOUX matthieu.gioux@bnf.fr Contexte de la préservation des documents numériques Une croissance en expansion Développement

Plus en détail

Si la fiche de fabrication est l'écrit plébiscité en classe, il en existe bien d'autres...exemples...

Si la fiche de fabrication est l'écrit plébiscité en classe, il en existe bien d'autres...exemples... Si la fiche de fabrication est l'écrit plébiscité en classe, il en existe bien d'autres...exemples... NB. : Ces cadres ne sont pas aux bonnes dimensions pour un usage direct en classe. Recherche documentaire

Plus en détail

Sixièmes Rencontres de l Épargne Salariale

Sixièmes Rencontres de l Épargne Salariale Palais du Luxembourg Sixièmes Rencontres de l Épargne Salariale 2 juin 2008 Sixièmes Rencontres de l Épargne Salariale Palais du Luxembourg 2 juin 2008 1 2008 : un très bon millésime Sixièmes Rencontres

Plus en détail

Identifier les entités présentes

Identifier les entités présentes Merise Analyser un Système d Information déroute parfois le non-initié, car traduire un environnement de travail en symboles cabalistiques n est pas très habituel pour qui ne connaît pas. Pourtant, avec

Plus en détail

3. Qu'est-ce qu'une image numérique? 3.1 Pixels et niveaux de gris

3. Qu'est-ce qu'une image numérique? 3.1 Pixels et niveaux de gris 3. Qu'est-ce qu'une image numérique? 3.1 Pixels et niveaux de gris PLAN 3.1.1 Image numérique et image analogique 3.1.2 Résolution 3.1.3 Niveaux de gris 3.1.4 L'image numérique : un tableau d'entiers 3.1.1

Plus en détail

Courriel Archiver Version 2: Sommaire. Email Archiver : Sommaire. Comment ça marche Support Technique Préférences. Recherche

Courriel Archiver Version 2: Sommaire. Email Archiver : Sommaire. Comment ça marche Support Technique Préférences. Recherche Email Archiver Manuel Tom Andersen, Keaten House, Ltd. mai 2011 Keaten House, Ltd. 046516 vold Mail Rd RR 4 Meaford, ON N4L 1W7 http://www.spotdocuments.com (Archiveur de Courriels) Email Archiver : Sommaire

Plus en détail

PROFIL TIC ET INFORMATIONNEL DES ÉLÈVES Techniques d intervention en loisir 0.1 UTILISER UN POSTE DE TRAVAIL

PROFIL TIC ET INFORMATIONNEL DES ÉLÈVES Techniques d intervention en loisir 0.1 UTILISER UN POSTE DE TRAVAIL Habileté 0 : Maîtriser l environnement de travail 0.1.1.1 Expliquer comment l'information est codée dans un ordinateur. 0.1.1.1.1 Utiliser les valeurs, les noms et les symboles des unités de mesure de

Plus en détail

Conférence des directeurs d'archives suisses CDA www.adk-cda.ch. Statistiques d Archives suisses Explications

Conférence des directeurs d'archives suisses CDA www.adk-cda.ch. Statistiques d Archives suisses Explications Conférence des directeurs d'archives suisses CDA www.adk-cda.ch Statistiques d Archives suisses Version 1.0, 18. mai 2016 1. Introduction 1.1 Teneur et but des statistiques La Conférence des directeurs

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Mathématiques Programmes 2008 La soustraction au CE1

Mathématiques Programmes 2008 La soustraction au CE1 Mathématiques Programmes 2008 La soustraction au CE1 Animation pédagogique Présentation Les programmes 2008 placent désormais la mise en place de la technique opératoire de la soustraction au CE1. Ce changement

Plus en détail

de la productivité individuelle...... au travail collaboratif

de la productivité individuelle...... au travail collaboratif de la productivité individuelle...... au travail collaboratif 1 2 Plan La bureautique personnelle Productivité individuelle Les outils de communication Accélérer les échanges de documents (réduire le papier

Plus en détail

Pourquoi créer un site Web?

Pourquoi créer un site Web? Créer mon site Web Vous avez une passion, un centre d'intérêt, un "hobbie", et vous souhaitez en parler, partager autour de ce sujet. Vous avez bien pensé à utiliser l'espace web pour faire connaître votre

Plus en détail

Avec le pare-feu Windows Vista, vous protégez votre ordinateur contre les attaques provenant d'internet.

Avec le pare-feu Windows Vista, vous protégez votre ordinateur contre les attaques provenant d'internet. 1. Etape: Activer le pare-feu Avec le pare-feu Windows Vista, vous protégez votre ordinateur contre les attaques provenant d'internet. Cliquez sur Démarrer > Panneau de configuration > Sécurité > Pare-feu

Plus en détail

La GEIDE. Dans une solution GEIDE, il est possible d'associer au sein même d'un dossier:

La GEIDE. Dans une solution GEIDE, il est possible d'associer au sein même d'un dossier: La GEIDE Historique de La GEIDE Anciennement "Archivage électronique", La Gestion électronique de Documents "GED" est apparu dans les années 80. Mais le terme GED paraissait restrictif par rapport à ses

Plus en détail

Etude des auteurs Sciences de l'information et de la Communication

Etude des auteurs Sciences de l'information et de la Communication SUAREZ PIERRE Master 2 Documentation Enseignement (2012-2013) Etude des auteurs Sciences de l'information et de la Communication Fiche de lecture : Titre : Le langage silencieux Titre original : The silent

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Informatique pour Tous

Informatique pour Tous Informatique pour Tous Introduction et plan d'un cours en 15 chapitres François Guiberteau Introduction Analogie L'apprentissage de notions nouvelles, souvent abstraites, est complexe. L'informatique fait

Plus en détail

Chapitre 1 I:\ Soyez courageux!

Chapitre 1 I:\ Soyez courageux! Chapitre 1 I:\ Soyez courageux! Pour ne rien vous cacher, le langage d'assembleur (souvent désigné sous le terme "Assembleur", bien que ce soit un abus de langage, puisque "Assembleur" désigne le logiciel

Plus en détail

Connaissance des Nouvelles Technologies

Connaissance des Nouvelles Technologies Connaissance des Nouvelles Technologies Les gagnants L'informatique et Internet ne font qu'un. Il n'y a pas de distinction entre informatique et internet La majorité des personnes évoque l'informatique

Plus en détail

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012 Vitro Paris Cas en comptabilité Place à la jeunesse 2012 Nous sommes le 1 er octobre 2012 et vous êtes à votre deuxième semaine de travail chez Vitro Paris. La fin d'année est le 31 juillet 2012 de ce

Plus en détail

Compétences du B2i collège et activités documentaires

Compétences du B2i collège et activités documentaires Compétences du B2i collège et activités documentaires Aujourd hui, les activités de recherche documentaire intègrent nécessairement l utilisation de l informatique, du multimédia et de l Internet. Lors

Plus en détail

Procédure : Créer et Restaurer une sauvegarde avec Acronis True Image Home

Procédure : Créer et Restaurer une sauvegarde avec Acronis True Image Home Procédure : Créer et Restaurer une sauvegarde avec Acronis True Image Home Contenu I. Présentation... 2 II. Booter sur le CD... 2 III. Choix de démarrage... 2 IV. Effectuer une sauvegarde... 3 A. Sauvegarde...

Plus en détail

3.1.1 Image numérique et image analogique.

3.1.1 Image numérique et image analogique. PLAN 3.1.1 Image numérique et image analogique 3.1.2 Résolution 3.1.3 Niveaux de gris 3.1.4 L'image numérique : un tableau d'entiers 3.1.1 Image numérique et image analogique. Image numérique se dit digital

Plus en détail

Archivage et conservation des archives informatiques. L'expérience belge

Archivage et conservation des archives informatiques. L'expérience belge Archivage et conservation des archives informatiques. L'expérience belge par Jean PIEYNS Archives de l'etat - LIÈGE 709 Donnons tout d'abord une définition de ce que sont les archives informatiques et

Plus en détail

Guide de l informatique Fichiers et dossiers

Guide de l informatique Fichiers et dossiers Guide de l informatique Fichiers et dossiers Pour mieux comprendre le fonctionnement d'un PC, il est indispensable de bien cerner les notions de fichiers et de dossiers. A dire vrai, l'ensemble des données

Plus en détail

UltimaX EDM for Microsoft Dynamics AX TM

UltimaX EDM for Microsoft Dynamics AX TM UltimaX EDM for Microsoft Dynamics AX TM Au sein d une organisation, une gestion de l information non structurée se révèle être parfois très compliquée pour l ensemble des collaborateurs. La surcharge

Plus en détail

Aplicaciones Informâticas en Arqueologia: Teorîas y sistemas. Saint-Germain-en Laye, 1.991. Bilbao

Aplicaciones Informâticas en Arqueologia: Teorîas y sistemas. Saint-Germain-en Laye, 1.991. Bilbao Aplicaciones Informâticas en Arqueologia: Teorîas y sistemas Saint-Germain-en Laye, 1.991 Bilbao L'ARCHEOLOGIE, SYSTEME D'INFORMATION SCIENTIFIQUE Patrick DESFARGES Bruno HELLY Un examen des banques de

Plus en détail

Fiche pratique problèmes de tri sélectif. Notions de droit

Fiche pratique problèmes de tri sélectif. Notions de droit Fiche pratique problèmes de tri sélectif Si la majorité des collectivités territoriales en France organisent une collecte sélective des déchets (en porte à porte ou en borne d apport volontaire), sa mise

Plus en détail

Sauvegarder / restaurer. ses données personnelles. Avec Windows 7. LoRdi Dell de 2011 à 2014

Sauvegarder / restaurer. ses données personnelles. Avec Windows 7. LoRdi Dell de 2011 à 2014 Dell de 2011 à 2014 page 1 / 14 Introduction Si chaque utilisateur d'un ordinateur à une hantise aujourd'hui c'est bien celle de perdre ses données. Il existe des moyens plus ou moins simples pour effectuer

Plus en détail

Soutien aux projets de mise en place de systèmes d'archivage numérique

Soutien aux projets de mise en place de systèmes d'archivage numérique MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Direction générale des Patrimoines Service interministériel des Archives de France Soutien aux projets de mise en place de systèmes d'archivage numérique

Plus en détail

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com L essentiel Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base web aucotec.com Les défis La globalisation des structures d ingénierie avec le travail en réseau sur des sites dispersés

Plus en détail

Sage Start Archivage de fichiers Instructions. A partir de la version 2015 09.10.2014

Sage Start Archivage de fichiers Instructions. A partir de la version 2015 09.10.2014 Sage Start Archivage de fichiers Instructions A partir de la version 2015 09.10.2014 Table des matières 1.0 Introduction 3 1.1 Modules avec archivage de fichiers 3 1.2 Informations générales 3 1.2.1 Suppression

Plus en détail

LES ARCHIVES ELECTRONIQUES

LES ARCHIVES ELECTRONIQUES Les Petits Déjeuners Thématiques LES ARCHIVES ELECTRONIQUES Lundi 25 avril 2016 QUELQUES DEFINITIONS ARCHIVES NUMERIQUES : Scan d un document original papier ARCHIVES ELECTRONIQUES : Document natif électronique,

Plus en détail

La postproduction. 2014 Pearson France Canon EOS 70D Philippe Garcia

La postproduction. 2014 Pearson France Canon EOS 70D Philippe Garcia 7 La postproduction 7 n La postproduction Revenons maintenant à la photo. Vous venez d immortaliser un instant et vous êtes satisfait de la prise de vue que vous avez contrôlée sur l écran arrière. Attention,

Plus en détail

Règles de destruction des records

Règles de destruction des records Règles de destruction des records Ces instructions définissent les 5 règles à suivre pour les bureaux des Nations Unies afin de s'assurer que les records sont détruits de façon adéquate et responsable.

Plus en détail

Mesures de distances : la parallaxe pour les objets inaccessibles. G. Paturel, Observatoire de Lyon

Mesures de distances : la parallaxe pour les objets inaccessibles. G. Paturel, Observatoire de Lyon AVEC NOS ÉLÈVES Mesures de distances : la parallaxe pour les objets inaccessibles G. Paturel, Observatoire de Lyon Résumé : L'exercice que nous vous proposons ici est, nous l'espérons, formateur. Il présente

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES RELATIVE À LA PROTECTION DES DONNÉES MÉDICALES (adoptée par le Comité des ministres le 13 février

Plus en détail

Il vous faudra contrôler plusieurs critères lors de son achat, notamment sa capacité ou encore sa vitesse de rotation.

Il vous faudra contrôler plusieurs critères lors de son achat, notamment sa capacité ou encore sa vitesse de rotation. Le disque dur est l'élément permettant de stocker les données de votre ordinateur. Le système d'exploitation ainsi que vos jeux, programmes et documents seront donc stockés sur ce périphérique. Lors de

Plus en détail

Swiss Olympic 2015. Prendre de bonnes décisions

Swiss Olympic 2015. Prendre de bonnes décisions michael harth schützenstrasse 41 8702 zollikon mh@harth.ch www.harth.ch mobile +41 763992607 fixe +41 44 552 05 70 fax +41 445520572 Swiss Olympic 2015 13 pièges dans la prise de décision Kai-Jürgen Lietz,

Plus en détail

Le Portefeuille d Etudes Yphise

Le Portefeuille d Etudes Yphise à l attention des décideurs, managers et cadres pour réfléchir, agir et se former Manager - Investir - Aligner - Produire Recherche indépendante en informatique d entreprise MOe et MOa depuis 1985 LE PORTEFEUILLE

Plus en détail

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur.

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur. Extrait de cours de maths de 6e Chapitre 1 : Les nombres et les opérations I) Chiffre et nombre 1.1 La numération décimale En mathématique, un chiffre est un signe utilisé pour l'écriture des nombres.

Plus en détail

BASES DU RAISONNEMENT

BASES DU RAISONNEMENT BASES DU RAISONNEMENT P. Pansu 10 septembre 2006 Rappel du programme officiel Logique, différents types de raisonnement. Ensembles, éléments. Fonctions et applications. Produit, puissances. Union, intersection,

Plus en détail

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net Article rédigé avec epsilonwriter puis copié dans Word La théorie des mouvements

Plus en détail

Rencontres de l'accessibilité en Savoie Chambéry 19 janvier 2012. Discours de Christophe Mirmand, préfet de la Savoie

Rencontres de l'accessibilité en Savoie Chambéry 19 janvier 2012. Discours de Christophe Mirmand, préfet de la Savoie PRÉFET DE LA SAVOIE Rencontres de l'accessibilité en Savoie Chambéry 19 janvier 2012 Discours de Christophe Mirmand, préfet de la Savoie Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux de participer à l'ensemble

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES?

COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? COMMENT DELEGUER A MON COURTIER MES ASSURANCES DE PRET AVEC SUCCES? Que dit exactement la Loi Lagarde? Publiée en juillet 2010, et entrée en vigueur le 2 septembre 2010, la loi Lagarde prévoit des obligations

Plus en détail

2. Technique d analyse de la demande

2. Technique d analyse de la demande 1. Recevoir et analyser une requête du client 2. Sommaire 1.... Introduction 2.... Technique d analyse de la demande 2.1.... Classification 2.2.... Test 2.3.... Transmission 2.4.... Rapport 1. Introduction

Plus en détail

EpiFiles - Mode d emploi pour les utilisateurs

EpiFiles - Mode d emploi pour les utilisateurs EpiFiles - Mode d emploi pour les utilisateurs Le Concept d EpiFiles EpiFiles est basé sur le concept d entrepôt : Un entrepôt est divisé en plusieurs zones, les utilisateurs sont répartis dans ces zones

Plus en détail

Un duo de choc : DocuWare et Microsoft Outlook

Un duo de choc : DocuWare et Microsoft Outlook Connect to Outlook Product Info Un duo de choc : DocuWare et Microsoft Outlook Avec Connect to Outlook, vous pouvez archiver vos e-mails directement depuis MS Outlook dans DocuWare. Grâce à la recherche

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

La boussole : sommaire du module

La boussole : sommaire du module LE CIEL ET LA TERRE LA BOUSSOLE Point du programme Les points cardinaux et la boussole COMPLEMENTS Fiche connaissance Malle Programmation Télécharger au format PDF 88 KO Qu'est-ce-que ça prouve? Objectifs

Plus en détail

NATO SANS CLASSIFICATION Communicable à l ALBANIE et à la CROATIE

NATO SANS CLASSIFICATION Communicable à l ALBANIE et à la CROATIE 6 février 2009 DOCUMENT Procédure d accord tacite : 2 mars 2009 18:00 POLITIQUE RELATIVE À LA CONSERVATION ET À LA DESTINATION FINALE DE L INFORMATION OTAN Note du secrétaire général 1. Au sommet de Riga,

Plus en détail

Introduction à l'algorithmique II

Introduction à l'algorithmique II Introduction à l'algorithmique II CHAPITRE HAPITRE: : FICHIERS F ICHIERSET ET : F ENREGISTREMENTS ANNÉE NNÉE: 2014 : 2014-2015 Fichiers Lesfichiersservent à stocker des informations de manière permanente,

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

Qu est-ce que le monitoring?

Qu est-ce que le monitoring? Qu est-ce que le monitoring? Aujourd'hui je vous propose un cours spécifiquement sur le monitoring. C'est un sujet assez technique dont on parle peu, et pourtant il s'agit de notions que tout preneur de

Plus en détail

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI!"#-t-! $!#%&'!( PARTIE I? Expliquez ses idées en vos propres mots et commentez-les (environ

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE

POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE Rédaction par M. Mathieu Beaudin (technicien en documentation) Révision des textes par Mme Guylaine Roy (secrétaire de direction) Révision juridique par Me Gérald Laprise

Plus en détail

Réseau d'entreprise. 1. Comment fonctionne l'informatique en entreprise. 2. Schéma type d'un réseau d'entreprise

Réseau d'entreprise. 1. Comment fonctionne l'informatique en entreprise. 2. Schéma type d'un réseau d'entreprise Réseau d'entreprise 1. Comment fonctionne l'informatique en entreprise 1.1 Un réseau en entreprise, pour quoi faire? Définition / Réseau d'entreprise catégorie : informatique traduction : Network Le réseau

Plus en détail

DISCOURS DU PREMIER MINISTRE Hourtin, lundi 25 août 1997 Université de la Communication

DISCOURS DU PREMIER MINISTRE Hourtin, lundi 25 août 1997 Université de la Communication 54 SOMMAIRE DISCOURS DU PREMIER MINISTRE Hourtin, lundi 25 août 1997 Université de la Communication PRÉPARER L'ENTRÉE DE LA FRANCE DANS LA SOCIÉTÉ DE L'INFORMATION I - L'entrée de la France dans la société

Plus en détail

Sauvegarder Bcdi (réseau Novell / Gespere)

Sauvegarder Bcdi (réseau Novell / Gespere) Sauvegarder Bcdi (réseau Novell / Gespere) Remarque importante : dans l'académie, l'installation du logiciel Bcdi est faite sous Novell avec l'interface Gespere dont la dernière version en fin d'année

Plus en détail

LE BINAIRE ET LE CODAGE DES INFORMATIONS

LE BINAIRE ET LE CODAGE DES INFORMATIONS LE BINAIRE ET LE CODAGE DES INFORMATIONS Objectifs : Connaître le système binaire, le bit et l'octet. Comprendre le codage des informations en informatique I LE SYSTEME BINAIRE ) Le binaire L informatique

Plus en détail

Lunettes de lecture des textes électroniques

Lunettes de lecture des textes électroniques L'analyse de texte assistée par ordinateur Lunettes de lecture des textes électroniques Parcours d'une métaphore La métaphore de la lunette de lecture peut être prise dans son sens médical de béquille

Plus en détail

Conseil International des Archives (ICA)

Conseil International des Archives (ICA) Conseil International des Archives (ICA) Section des associations professionnelles de records management et d'archivistique CRÉATION D'UN PROGRAMME DE RECORDS MANAGEMENT : DIRECTIVES DESTINÉES AUX ASSOCIATIONS

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail