journal des auteurs février - avril 2007 / n 144

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "journal des auteurs février - avril 2007 / n 144"

Transcription

1 journal des auteurs février - avril 2007 / n 144

2 n 144 sommaire Cinéma / Théâtre / Musique / Danse / Mise en Scène / Arts du Cirque / Arts de la rue / Télévision / Animation / Radio / Création Interactive Directeur de la publication : Sophie Deschamps Rédactrice en chef : Catherine Walrafen Rédaction : Brigitte Boidot Conception graphique : Éditions Scope Impression : SPEI Conseil d administration Présidente : Sophie Deschamps Premier vice-président : Georges Werler Vice-présidents : Christine Miller et Luc Béraud (télévision), Louis Dunoyer de Segonzac (Musique), Christian Rullier (théâtre), Bertrand Van Effenterre (cinéma) Administrateurs délégués : Guy Carrara (arts du cirque), Daniel Larrieu (danse), Frédéric Michelet (arts de la rue), Yves Nilly (radio), Annabelle Perrichon (animation) Administrateurs : Bruno Allain, Didier Cohen, Jean-Paul Farré, Robert Favreau, Jean-Claude Grumberg, Philippe Hersant, Laurent Heynemann, Luc Jabon, Marie-Anne Le Pezennec, Eduardo Manet, Claude Miller, Charles Nemes, Dominique Probst, Michel Sibra, Christiane Spièro, Bertrand Tavernier, Anne Valton. SACD : 11 bis, rue Ballu Paris Cedex 09 - Tél. : En couverture : Pascal Cervo et Julien Cochelin dans Le Dernier des fous de Laurent Achard. Éditorial... 1 Une société en action Hommage Francis Girod, un créateur et un combattant... 2 Budget Prévisions budgétaires pour Débats L Union des créateurs Actualité La réforme informatique à la SACD... 7 Du côté des auteurs International Une nouvelle FERA... 8 Les actions culturelles à l étranger... 9 Création La commande d écriture Services Nouveau barème amateur Mutuelle des auteurs Juridique : Spectacle vivant Les rencontres Audiovisuel Pleins feux Actions culturelles FIPA Écrire pour la rue Calendrier des événements Éditions soutenues par la SACD Nouvelles de Beaumarchais-SACD Internet Le site de la SACD... 21

3 Édito Supprimer la copie privée serait la fin de l action culturelle Comme vous le savez, les fabricants de supports d enregistrement ont, une fois encore, attaqué la rémunération pour copie privée. Pourquoi payer quelques euros, ou centimes d euro aux auteurs, ces sous-citoyens qui osent demander une rémunération pour leur travail? La réponse est simple : si les auteurs doivent exercer un autre métier pour subsister, il n y aura plus rien à copier puisqu il n y aura plus d œuvres. Sans les actions culturelles menées grâce aux 25 % de la copie privée, légalement et obligatoirement réinvestis dans la création et la promotion des œuvres, notre pays risque fort de devenir un vaste désert culturel. À la SACD, ces 25 % sont entièrement mutualisés entre tous les répertoires. La copie privée audiovisuelle n aide pas seulement les auteurs de cinéma, de télévision, de radio et d animation. Elle aide aussi la création lyrique, dramatique, chorégraphique, ainsi que les auteurs de cirque et des arts de la rue. Grâce à ces aides, nous voyons l émergence de nouveaux auteurs. La création est un tout, de la rémunération des uns dépend la survie des autres. Les sommes dont dispose la SACD sont toutefois limitées ; c est pourquoi nous avons décidé de privilégier «l action directe». L association Beaumarchais, par exemple, dirigée par Paul Tabet, ne distribue pas seulement des bourses, mais accompagne les auteurs dans leur travail d écriture, les met en relation avec le milieu professionnel et aide à la production des œuvres, à leur édition et à leur traduction. En 2006, la SACD a mis en place un fonds d aide pour la création ou la re-création d œuvres du théâtre contemporain et, ces derniers mois, nous avons passé au crible toutes nos actions pour que chaque aide corresponde toujours mieux aux besoins spécifiques des auteurs. Notre seul but étant de valoriser, d accompagner, de défendre la création. Les besoins évoluent, l action culturelle aussi. Pour être réactifs et efficaces, tout en respectant une enveloppe budgétaire en baisse, nous avons dû faire des choix, privilégier l essentiel. Nous vous avions promis d agir, c est chose faite. Des démarches fermes ont, par ailleurs, été entreprises auprès des instances communautaires pour contrer les menaces qui pèsent sur la création. En espérant que la création et la culture seront au cœur des priorités de nos futurs élus français et européens, je vous souhaite une excellente année et vous dis à bientôt. Agence Enguerand Sophie Deschamps

4 une société en action > hommage hommage Francis Girod, un créateur et un combattant Francis Girod nous a quittés le 19 novembre dernier alors qu il tournait, à Bordeaux, un film de télévision sur l affaire Alègre. Scénariste, réalisateur, producteur, Francis Girod est l auteur notamment du Trio infernal, de la Banquière, de René la Canne, du Bon Plaisir, de Descente aux enfers, de Lacenaire, de l État sauvage, du Grand Frère, de Terminale et, dernièrement, de Un ami presque parfait. La Cinémathèque française et la SACD se sont jointes pour rendre un hommage à Francis Girod. Au cours de cette soirée, Laurent Heynemann, administrateur cinéma de la SACD et membre du bureau de la Cinémathèque, a prononcé ce discours. «Francis a été le président de la SACD et, comme il m a succédé à ce poste et que je suis par ailleurs au bureau de la Cinémathèque, j ai intrigué sournoisement pour pouvoir dire quelques mots ce soir. Francis avait été autrefois un président exemplaire de la SRF (la Société des réalisateurs de films). Il y avait déployé une énergie presque tyrannique pour sauver la Quinzaine des réalisateurs et retrouver suffisamment d argent Photo Étienne George pour préserver l association de la faillite. Je me souviens de ces moments. Il avait peu de goût pour la démocratie molle, mais beaucoup d appétence pour l action efficace et les décisions drastiques. Il avait cette qualité rare de croire dans l intelligence de ceux avec qui il débattait et de rendre intelligent ceux avec qui il se confrontait. La question que je me pose au sujet de Francis me vient d une trace rémanente qui apparaît dans de nombreux personnages de ses films. Lui qui en a si bien parlé, lui qui les a si bien montrés Francis était-il lui-même ce que l on appelle un homme de pouvoir? Francis était le contraire d un type consensuel, marque habituelle des hommes de pouvoir. Il détestait les flatteurs, signe qui ne sied pas aux assoiffés de postes présidentiels, mais pratiquait la flatterie avec une gourmandise insolente et une candeur ironique, ce qui pourrait être une indication. Il aimait les sujets qui fâchent, ça, ça ne colle pas, et était capable de hurler pour se faire entendre, ou de chuchoter pour se faire comprendre ; ça, ça entre dans le profil. Je n ai jamais vu Girod faire campagne, ou tenter de plaire à tout le monde, et je suis témoin qu il pouvait refuser de serrer la main à quelqu un qui l avait autrefois conspué ou critiqué, avec le sourire entendu de ceux qui veulent montrer qu ils n ont rien oublié. Mais avant de fournir d autres éléments de réponse à la question : Francis Girod était-il un homme de pouvoir?, je dois vous raconter dans quelles conditions, on trouve un président de la SACD. Certes, il faut un volontaire, mais il faut quelque peu le susciter, lui forcer la main, lui mentir, lui faire croire que le directeur général fait tout le boulot, que le Conseil d Administration le soutiendra sans faille, que l année de présidence est un doux et voluptueux déroulé d honneurs, de déférences admiratives et de moments d extases gratifiantes. Le manque de chance, appelons cela comme il est coutume de l appeler, c est qu il arrive toujours une catastrophe pour gâcher le plaisir. Une plainte devant le Conseil de la concurrence, une campagne de presse vantant les bienfaits de la gratuité, un député sponsorisé par un industriel de l électronique qui dépose un projet de loi pour supprimer la copie privée, un sénateur qui veut la fin de la gestion collective avec une hargne que seule une passion irrationnelle pourrait justifier, et je ne parle là que des broutilles.

5 hommage < une société en action Francis Girod entouré des membres du Conseil d Administration Pour Francis, ce fut, il y a exactement un an, la transposition de la directive européenne sur le droit d auteur. La grande galère, la mauvaise surprise, qui vous gâche les fêtes de fin d année. La transposition de la directive européenne sur le droit d auteur, qui lui avait été présentée comme une véritable promenade de santé avant le réveillon, est devenue, pour des raisons souvent politiciennes et irrationnelles, un véritable chemin de croix dont la première station s appelait la licence globale. Francis a été formidable dans ce combat. Il a battu la campagne, rencontré les élus, mobilisé toutes les énergies de notre métier, pour forcer le débat, convaincre et débusquer la démagogie. Et ce combat, comme beaucoup de ceux que nous avons partagés depuis plus de trente ans, a été gagné. Ces victoires ont été remportées parce que Francis Girod n était pas un véritable homme de pouvoir, parce qu il avait un autre but que l honneur flatteur de présider ses camarades, ce but était simple : que le cinéma reste diversifié dans son inspiration et sa facture, que notre pays demeure un producteur d œuvres et non le simple diffuseur de produits conçus avec un œil sur l audience et l autre sur le porte-monnaie. Je n ai jamais assisté à un tournage de Francis. J ai même décliné l offre qu il m a faite de jouer le rôle du Premier secrétaire du Parti socialiste dans son dernier film, pour lui épargner une cuisante déconvenue concernant mon talent d acteur. Mais je l imagine sur le plateau, comme il était en président : charmeur et colérique, drôle et grave, arrogant et sensible très, très sensible, persifleur et généreux, impatient. Je connais ce curieux mélange des emplois du temps entre la pratique du métier, la recherche d argent pour les films, l écriture, la mise en scène et les moments passés dans les réunions, les commissions, les rendez-vous politiques. Francis Girod, Louis Dunoyer de Segonzac et Thierry Boulanger, Prix Maurice Yvain Ces moments s enchevêtrent. Ils constituent nos vies, nos espoirs, nos désillusions aussi, mais ils bâtissent notre énergie, diluent nos fatigues et nous donnent la lucidité qui évacue les amertumes et brise notre solitude. Dans la cour de la SACD est gravée la liste des anciens présidents sur le marbre du souvenir. Il y a eu peu de cinéastes présidents de la Société. Au XVIII e et au XIX e siècles, aucun, bien sûr. Au XXI e, il y en a eu deux : Francis et votre serviteur. Au XX e siècle, il y en a eu trois : Pierre Tchernia, et deux Marcel : Marcel Bluwal, et le grand Pagnol dont je voudrais citer ce texte : Déjà plusieurs de mes amis sont sortis de scène, quand la sonnette du régisseur des morts les appela dans la coulisse d où ils ne seraient jamais ressortis autrefois. Par bonheur, il nous reste leurs films, et voici qu un rayon de lumière magique suffit à les ressusciter Ce ne sont plus des disparus, leur voix sonne comme jadis, ils marchent et ils font des gestes parmi d autres acteurs qui sont toujours vivants. Ils n ont pas perdu leur talent, ils exercent encore leur art, ils font encore leur métier. C est un grand art, celui qui fixe des chefs-d œuvre éphémères, qui rallume des génies éteints, qui refait danser des danseuses mortes, et qui garde à notre tendresse le sourire des amis perdus.» Laurent Heynemann

6 une société en action > budget budget Prévisions budgétaires pour 2007 Le budget de la SACD pour 2007, élaboré par les services de la Société sur la base des recommandations exprimées par la commission de contrôle du budget (CCB) et des grandes orientations de la SACD en matière de gestion pour cette année, a été adopté à l unanimité par le Conseil d Administration, le 21 décembre L élément marquant de ce budget réside dans la diminution du prélèvement spécifique appliqué sur les droits depuis 2004, lequel est ramené de 1 à 0,75 %, afin de répercuter aux auteurs l amélioration du contexte général de notre environnement économique : renégociation positive du partage intersocial, impact économiquement modéré du fractionnement des apports, aboutissement du projet informatique, hausse du rendement de nos placements financiers. Dans sa construction, notre budget demeure néanmoins prudent : - avec une progression globale de nos charges d exploitation de 3 % par rapport au budget révisé 2006, il repose sur une volonté poursuivie de maîtriser nos dépenses tout en intégrant l inflation (+ 2,1 %) et la prise en compte des charges informatiques et de fonctionnement liées à la mise en production (prévue pour le courant de l année) du nouveau système informatique : mutation, reprise des données, cohabitation technique sur une partie de l année des deux systèmes de gestion, formation du personnel, etc. Les dépenses de personnel progressent moins que l inflation et les charges immobilières sont budgétisées à un niveau identique à celui de du côté des ressources d exploitation qui constituées essentiellement des retenues sur droits sont directement liées au volume des perceptions attendues pour 2007, leur évolution a été évaluée sur la base d hypothèses : reconduisant les volumes atteints en 2006 pour le spectacle vivant, sous déduction des éléments exceptionnels, ce qui conduit en fait à une légère régression (- 1,7 %), mais tablant sur une progression de + 4 % à l audiovisuel, grâce aux effets conjoints du «nouveau» partage intersocial et de l ouverture du marché publicitaire à la grande distribution. La baisse du prélèvement spécifique a été rendue possible, malgré la hausse des charges (notamment informatiques) grâce aux perspectives d un meilleur rendement des marchés de capitaux et donc à l accroissement attendu des produits financiers de la Société auxquels un recours accru est envisagé à titre exceptionnel en 2007, avec une cible à 4,7 me, contre 3,1 me en S agissant enfin des activités sociales et culturelles : - Du côté de l action sociale, les règles mises en œuvre depuis l an dernier pour l affectation spécifique des ressources destinées au financement des libéralités consenties par la Société à ses membres, en complément de leurs retraites, ont été reconduites pour Du côté de l action culturelle, les ressources étant marquées cette année par une nette diminution (- 22 %) liée essentiellement à la baisse des droits «irrépartissables» qui y sont affectés conformément à la loi, il a été décidé de maintenir à 50 % le niveau d imputation des frais de gestion et non de le porter à 60 % comme envisagé précédemment afin de ne pas accroître de façon trop excessive l impact des restrictions budgétaires sur les aides directes. L évaluation prudente des autres ressources du compte de l action sociale et culturelle (celles issues du domaine public notamment) conduit, dans ce contexte, à envisager un déficit du compte de gestion des activités sociales et culturelles à hauteur de 300 KE, dont la charge est absorbée par le compte de gestion. Contacts : Jean-Louis Blaisot, directeur administratif et financier Tél. : Yves Le Coënt, responsable contrôle de gestion Tél. :

7 budget < une société en action Données exprimées en milliers d euros Budget 2006 révisé Budget 2007 Écart Valeur % > COMPTE DE GESTION DES ACTIVITES SOCIALES & CULTURELLES CHARGES ACTION SOCIALE % PRODUITS ACTION SOCIALE % RÉSULTAT ACTION SOCIALE % CHARGES ACTION CULTURELLE % PRODUITS ACTION CULTURELLE % RÉSULTAT ACTION CULTURELLE % RÉSULTAT ACTION SOCIALE & CULTURELLE (A) ns* > COMPTE DE GESTION CHARGES D EXPLOITATION (1) % Dépenses de personnel % Dépenses de fonctionnement % Dépenses immobilières % Dépenses informatiques % Impôts et taxes % CHARGES FINANCIÈRES (2) ,0-5% CHARGES EXCEPT. & PROV. (3) % CHARGES GÉNÉRALES (B) = (1) + (2) + (3) % PRODUITS D EXPLOITATION (4) % Prélèvements sur droits % Autres produits d exploitation % PRODUITS FINANCIERS (5) % PRODUITS EXCEPTIONNELS (6) % PRODUITS GÉNÉRAUX (C) = (4) + (5) + (6) % RÉSULTAT DE GESTION (D) = (C) - (B) ns* Hausse des dépenses Baisse du prélèvement spécifique RÉSULTAT (A) + (D) ,2 ns* RÉSULTAT D EXPLOITATION (4) - (1) % RÉSULTAT FINANCIER (5) - (2) % RÉSULTAT EXCEPTIONNEL (6) - (3) % Progression du résultat financier *Non significatif

8 une société en action > débats débats L union des créateurs L an dernier, à la même époque, nous étions dans l agitation francofrançaise du débat de la loi DADVSI (1). La transposition trop tardive d une directive européenne divisait les milieux de la création et les partis politiques au point d aboutir à des propositions menaçant les principes fondamentaux de la propriété littéraire et artistique. Le débat a eu lieu et un de ses mérites aura été de permettre au Conseil constitutionnel d adopter deux considérants que tous les apprentis législateurs devraient garder en mémoire avant de formuler leurs projets : «14. Considérant que la propriété figure au nombre des droits de l homme consacrés par l article 2 de la Déclaration de 1789 ; que son article 17 proclame : La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l exige évidemment, et sous la condition d une juste et préalable indemnité ; 15. Considérant que les finalités et les conditions d exercice du droit de propriété ont subi depuis 1789 une évolution caractérisée par une extension de son champ d application à des domaines nouveaux ; que, parmi ces derniers, figurent les droits de propriété intellectuelle et notamment le droit d auteur et les droits voisins.» Mais pendant qu à Paris les querelles sur l extension du périmètre de la copie privée occupaient les esprits, quelque part à Bruxelles, dans des officines dévouées au service des puissants lobbies industriels, des fonctionnaires ignorant tout des problèmes de la création préparaient une offensive sans précédent visant, sans aucun contrôle des instances démocratiques (Parlement et Conseil des ministres), à faire disparaître sournoisement, non pas la copie privée, mais sa rémunération. Nous vivons dans un monde où rien n est définitivement acquis. Alors que la copie privée version analogique intéressait peu, car limitée à des supports à faible valeur ajoutée, la copie privée numérique mobilise tous les poids lourds de l industrie électronique et informatique tellement la faculté de copier les œuvres devient un élément indispensable à la commercialisation d appareils aussi variés que les téléphones, les ordinateurs, les téléviseurs. Une mobilisation exceptionnelle des créateurs européens enfin rassemblés a permis, en fin d année, au président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, de prendre conscience de la dimension culturelle du droit d auteur et de refuser la collision, politiquement inacceptable, entre la ratification, par l Union européenne et de nombreux Etats membres, de la convention sur la protection et la promotion de la diversité culturelle négociée dans le cadre de l UNESCO et l adoption d une recommandation appauvrissant tous les acteurs de cette diversité sera, en France, une année de débats, mais nous devons retenir des événements de l année écoulée que la coalition de tous les créateurs est indispensable pour renforcer les outils de la diversité et que cette union ne doit pas se limiter à notre pays, mais occuper tout l espace européen. Pascal Rogard Pour en savoir plus : (1) DADVSI : le droit d auteur et les droits voisins dans la société de l information La SACD ouvre un site dédié à la culture dans les débats qui se déroulent en cette période de campagne électorale La campagne électorale pour la présidentielle va officiellement démarrer. Pourtant, parmi les nombreux débats, déclarations, aucun n a encore vraiment abordé les questions concernant les orientations culturelles de notre pays, le soutien à la création et à la diversité culturelle ou encore la politique en faveur du spectacle vivant, de l audiovisuel ou du cinéma. Est-ce à dire que les enjeux culturels ne sont ni importants ni actuels? Persuadée, au contraire, que la place de la culture doit être au centre de tout projet présidentiel, la SACD a pris l initiative de lancer, depuis le 24 janvier, un site Internet : Ce site a vocation à : - replacer la culture dans les débats de cette élection, - offrir un espace de discussions et d échanges ouvert et diversifié, - être un lieu de confrontation des idées et des propositions sur la culture. Espace d information sur les programmes des candidats et les propositions et initiatives de la SACD, ce site se veut également participatif et se nourrira des contributions que chacun pourra apporter sur les forums de discussion. Ce site est le vôtre. Venez vous y informer, vous y exprimer.

9 actualité < une société en action actualité La réforme informatique à la SACD PIMENT. Derrière ce mot, se cache le Projet Informatique de Migration En Nouvelles Technologies. Vous en découvrirez les effets dans quelques mois.en voici les grandes lignes. Entretien avec Bruno Allain, administrateur théâtre de la SACD et Marie-Noëlle Guiraud, directrice des systèmes d information. Bruno Allain : Pourquoi changer l informatique à la SACD? Marie-Noëlle Guiraud : Un petit rappel s impose. Dans les années 1980, l outil informatique de la SACD a été conçu pour assurer la répartition des droits d auteur pour les exploitations parisiennes du répertoire spectacle vivant. Ensuite, les diffusions audiovisuelles, puis les exploitations en province, ont été informatisées. Depuis vingt ans, les applications informatiques de la SACD n ont pas cessé d évoluer. De plus en plus de tâches ont été informatisées : ces extensions sont venues se greffer sur le système initial sans remise en cause des principes fondateurs qui ont maintenant presque trente ans. Bien sûr, le système est robuste et c est ce qui lui a permis de traverser les années en dépit de l évolution de plus en plus rapide des techniques. Aujourd hui, la situation devient de moins en moins confortable. C est comme si un jeune couple, installé dans un deux pièces, se trouvait toujours dans le même appartement, mais avec cinq enfants. Il est évident qu il faut maintenant se doter d un nouveau cadre informatique. B. A. : Quelles sont les motivations de ce changement? M.-N. G. : Plusieurs motivations ont justifié l ouverture de ce chantier, notamment l amélioration des performances de gestion et l ouverture vers de nouveaux services. Le système existant a aujourd hui atteint ses limites. Les nouvelles technologies vont nous permettre, d une part de mieux maîtriser les coûts de gestion, et d autre part, d être plus réactifs aux évolutions continues de notre cœur de métier. La technique n est pas tout ; les manières de travailler et le métier ont également changé. La réforme informatique et la réorganisation interne de la SACD, déjà en application, vont de pair. L une et l autre sont complémentaires et permettront ainsi d améliorer la gestion des droits d auteur. Réformer le système informatique ne veut pas dire faire table rase du passé. L aboutissement d un cahier des charges et sa mise en application demandent un certain nombre d années. A l arrivée, l évolution technique a déjà dépassé le projet initial. Pour ne pas tomber dans ce travers, mais pour ne pas perdre de temps non plus, le développement se fait par étapes. Les premières réalisations, dont les études ont débuté il y a un an, seront mises en fonction fin Les anciennes bases seront définitivement stoppées pour concentrer toutes les énergies sur le nouveau système d information. La complexité de notre informatique est liée à la variété des métiers que l on peut trouver à la SACD : négociation et suivi de contrats, gestion d un réseau régional pour le suivi des exploitations en spectacle vivant, détection des diffusions audiovisuelles, règles complexes de rémunération des auteurs, suivi des perceptions, interfaces comptables, partenariat avec les sociétés étrangères, l informatique intervient dans toutes ces tâches, et à chaque fois, les besoins et les solutions diffèrent. L enjeu est de mettre en place un outil qui permettra de rendre plus performant le travail administratif : gérer mieux et plus vite. B. A. : Quel intérêt en tirera l auteur? M.-N. G. : Comme il a été dit précédemment, il s agit d avancer par étapes, la première étant de couvrir toutes les opérations déjà existantes. Ce premier changement interne aura des répercussions immédiates pour l auteur : - une perception et un règlement plus rapides, notamment pour les contrats individuels, - des procédures simplifiées, - de meilleures rentrées dues à un contrôle accru des perceptions, à un investissement plus important sur les ressources émanant de nouveaux marchés (notamment en audiovisuel), Le principe de mutualisation restant l un des fondements de la Société, chaque auteur, quel que soit son répertoire, en ressentira les effets bénéfiques puisque, plus les procédés de gestion seront performants, plus les coûts de gestion seront maîtrisés. B. A. : Quelle interactivité peut en attendre l auteur? M.-N. G. : Il s agit d une seconde étape prévue fin 2008, début L auteur, dans un environnement sécurisé qui lui sera dédié, pourra consulter toutes les données relatives à la vie de son œuvre : consultation des bordereaux, de son compte, des droits à venir, les représentations, diffusions, autorisations en cours. Le dépôt et la déclaration de l œuvre sont également des démarches qui pourront être effectuées en ligne. D autres développements seront étudiés : un annuaire des auteurs et de leurs œuvres, un répertoire des compagnies professionnelles, des producteurs et des diffuseurs. Sans attendre cette échéance, quelques services seront ouverts avant juin 2007 : un moteur de recherche pour des aides à la création (résidences, bourses ), l image des bordereaux de droits imprimés, ainsi que l ensemble des avantages de la «carte membre». La SACD est présente dans tous les grands combats pour la défense du droit d auteur et la diversité culturelle : il est nécessaire qu elle soit performante et concurrentielle dans un environnement international pour assurer aux auteurs la meilleure gestion possible de leurs droits tout en leur offrant des services pour les accompagner dans leur vie professionnelle.

10 du côté des auteurs > international international Une nouvelle FERA La Fédération européenne des réalisateurs de l audiovisuel a pris un nouveau départ en Établie à Bruxelles, elle regroupe trente-deux associations membres (ainsi que des membres associés) dans vingt-huit pays européens. João Correa, qui la dirigeait depuis vingt ans, a cédé la place, lors de l assemblée générale de mars 2006, à Cécile Despringre, directrice adjointe pour les affaires européennes de la SACD. Ce mouvement en faveur d un renouveau du fonctionnement et de la stratégie de l association a également élu un nouveau conseil d administration qui, avec la nouvelle déléguée générale, s est donné deux ans pour reconstruire et revitaliser une association déclinante. La nouvelle FERA s est réunie lors des Rencontres cinématographiques de Dijon, en octobre 2006, et a, d ores et déjà, travaillé de manière très active sur de nombreux dossiers européens tels que la révision de la directive Télévision sans frontières, le nouveau programme Media, la copie privée, le développement de la vidéo à la demande et l Europe de la culture. Plus d information : L Europe a ratifié la convention UNESCO sur la diversité culturelle et a déclenché son entrée en vigueur Quatorze mois après son adoption, le 20 octobre 2005, la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l UNESCO a vu le seuil des trente ratifications franchi le 18 décembre 2006 par le dépôt conjoint d instruments de ratification par treize Etats européens et la Communauté européenne. La convention entrera officiellement en vigueur le 18 mars 2007, soit trois mois après le dépôt du 30 e instrument de ratification et organisera sa première conférence des parties au mois de mai Le mouvement de ratification de la convention a été très rapide (45 adhésions début février 2007) et émane de presque toutes les régions du monde, englobant, aux côtés des Etats européens, le Canada bien sûr, pionnier de la diversité culturelle avec la France, l Inde, de nombreux pays africains, y compris l Afrique du Sud, et d Amérique latine (avec, notamment, le Mexique). Le commissaire européen en charge de la culture, Jan Figel, a organisé, le 18 décembre 2006, à Bruxelles, une cérémonie de célébration des ratifications européennes, en présence de Koïchiro Matsuura, directeur général de l UNESCO, de José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, et de nombreux ministres européens de la Culture. La Coalition française pour la diversité culturelle y était naturellement associée, représentée par son président, Pascal Rogard, directeur général de la SACD, et de son vice-président, Bernard Miyet, président du directoire de la SACEM. Commission technique de la CISAC Organisée par la SIAE, société d auteurs italienne, la commission technique des œuvres dramatiques, littéraires et audiovisuelles de la CISAC (Confédération internationale des sociétés d auteurs et compositeurs) s est tenue à Rome, les 17 et 18 octobre 2006, et a réuni cinquante-six participants de trente-trois sociétés. Les discussions ont principalement porté sur la compatibilité des bases de données développées pour l identification des œuvres (IDA, ISAN) et des ayants droit (IPI), sur les méthodes de répartition des sociétés et les formats d échange de documentation, ainsi que sur les problèmes rencontrés par certaines sociétés avec les câblo-opérateurs nationaux. 1 - International Documentation of Audiovisual Works 2 - International Standard Audiovisual Number 3 - Interested Party Information

11 international < du côté des auteurs Les actions culturelles à l étranger Grâce à la copie privée et dans le cadre de son action culturelle, la SACD soutient des initiatives visant à promouvoir et à assurer la diffusion de ses répertoires à l étranger. Elle est particulièrement attentive à la création contemporaine et soutient notamment les écritures dramatiques francophones dans toute leur diversité. Les festivals «Face à Face» en Italie, «France en Scène» en Allemagne et la collection «Scène» en Allemagne, en sont une illustration : «FACE À FACE Parole di Francia per Scene d Italia» Ce cycle de lectures s inscrit dans le programme TERI (Traduire, Editer, Représenter en Italie) initié par l ambassade de France en 2005 et soutenu par la SACD dès l origine. Ce programme triennal, qui couvre l ensemble de la chaîne théâtrale, a pour objectif de promouvoir la dramaturgie contemporaine française en Italie. «Face à Face Parole di Francia per Scene d Italia» fait suite à des ateliers, mises en espace, publications et créations qui se sont déroulés en «Face à Face» propose au public italien d entendre des textes de douze auteurs français de différentes sensibilités au cours de douze soirées qui se dérouleront jusqu au 23 avril 2007, dans les villes de Rome, Udine, Palerme, Florence, Bologne, Naples et Bari. Au cours de chacune de ces soirées, une lecture de texte(s) d un auteur français sera donnée en italien par des comédiens italiens, des extraits seront lus en français par des comédiens français et une brève conversation entre l auteur français et un auteur italien clôturera la manifestation. Les auteurs retenus pour ce programme sont : Valère Novarina, Marie N Diaye, Olivier Py, Enzo Cormann, Marion Aubert, Jean- Luc Lagarce, François Bon, Laurent Gaudé, Fabrice Melquiot, Noëlle Renaude, Jean-Christophe Bailly et Joël Pommerat. Détail du programme sur «FRANCE EN SCENE Theater und Nouveau Cirque» Initié et coordonné par l ambassade de France en Allemagne/ Bureau du théâtre et de la danse et Cultures France, ce festival constitue un événement inédit. Au programme : quatorze compagnies, trente-cinq représentations, des lectures, des rencontres et des projections, du 10 mars au 1 er avril, dans huit institutions de la capitale allemande, plaque tournante de la culture mondiale. Établie en étroite collaboration avec les théâtres partenaires, la programmation, diversifiée et d une grande qualité artistique, présentera du théâtre contemporain, des nouvelles écritures dramatiques et du nouveau cirque, répertoires dans lequel la France joue un rôle pionnier et d excellence incontesté. Détail du programme sur Scène 9 Créée en 1999 avec le Verlag der Autoren et éditée aujourd hui par le Theater der Zeit, sous la responsabilité éditoriale de Barbara Engelhardt, cette publication annuelle, très appréciée par les professionnels allemands, contribue à faire lire et représenter le théâtre français contemporain en Allemagne. Au sommaire du dernier numéro, choisies pour la diversité de leur écriture : - L Extraordinaire Tranquillité des choses, de Lancelot Hamelin, Sylvain Levey, Philippe Malone et Michel Simonot, dans la traduction d Ulrike Bokelmann ; - La Tour de la Défense, de Copi, dans la traduction d Uli Menke ; le spectacle, dans la mise en scène de Marcial Di Fonzo Bo/Théâtre des Lucioles, sera présenté à la Schaubühne am Lehniner Platz en mars 2007, dans le cadre du festival «France en Scène» ; - Chimère et autres bestioles, de Didier-Georges Gabily, dans la traduction de Barbara Engelhardt ; - Terre sainte, de Mohamed Kacimi, dans la traduction de Barbara Engelhardt ; une lecture scénique se déroulera, dans le cadre du festival «Blickwechsel III Deutsch-französische Autorentage», au Badisches Staatstheater Karlsruhe, en avril 2007 ; la création en langue allemande est prévue pour septembre 2007, au Pfalztheater Kaiserslautern. - III, de Philippe Malone, dans la traduction de Bettina Arlt ; en présence de l auteur, une mise en espace du texte a eu lieu en mars 2006, à Berlin, lors du festival «FIND», à la Schaubühne am Lehniner Platz, et des extraits ont été lus au cours des 31 e Journées théâtrales de Mühlheim, au printemps ou Contacts : Sandrine Grataloup, promotion internationale Tél. : Sabine Bossan, Entr Actes Clémence Bouzitat, action culturelle spectacle vivant

12 du côté des auteurs > création création La commande d écriture À l heure où les initiatives se multiplient pour promouvoir la création contemporaine, la commande d écriture se révèle être l un des principaux moyens pour faire connaître de nouveaux auteurs et de nouvelles œuvres. Jean-Louis Martinelli, directeur du Théâtre Nanterre-Amandiers, Christian Siméon, auteur, et Myriam de Colombi, directrice du Théâtre Montparnasse, apportent leurs témoignages. Jean-Louis Martinelli, directeur du Théâtre Nanterre-Amandiers, centre dramatique national. Comment se déroule une commande de texte dramatique à un auteur? Avant de parler du déroulement de la commande, je pense qu il faut se demander pourquoi il est nécessaire de passer des commandes d écriture. S il y a commande, c est soit pour amener des auteurs, des écrivains, qui ne sont pas directement des auteurs de théâtre, à écrire pour la scène, pour accompagner des écrivains qui me touchent, essayer de les «tirer» vers le théâtre et je crois qu on a encore beaucoup de progrès à faire dans ce sens ; soit travailler avec des auteurs qui écrivent pour le théâtre et la commande est alors simplement une façon de les aider à obtenir quelques revenus supplémentaires, à défaut de pouvoir être salariés de façon permanente dans un théâtre ; on appelle cela commande, mais, de toutes façons, l auteur aurait écrit. La commande, ce serait donc les conditions d un accompagnement, une collaboration? C est une collaboration, mis à part que l on n écrit pas à quatre mains. Je ne me suis jamais substitué à un auteur. Je peux faire des renvois, donner des notes en cours d écriture, dire : pourquoi tu ne développerais pas cela? Mais, en même temps, quand le travail d écriture a commencé à cheminer, il trouve son autonomie propre, c est cela qui est important. Il est donc évident que l on ne prend pas la place de l écrivain qui doit développer son univers tout seul même si nous avançons ensemble. Plus qu un travail de collaboration, il s agit d un travail d incitation. Extraits d une interview de Rose Boursier-Mougenot, parue dans le Journal du Théâtre (Nanterre des Amandiers), en novembre 2006 Christian Siméon, auteur La grande majorité des pièces écrites par Christian Siméon est née à la suite de commandes. «Commande ou non, j écris, affirme l auteur, mais j ai toujours cette peur de ne plus avoir de sujet, d histoire à raconter, même si ce n est pourtant pas cela qui manque. Alors, lorsque l on vous demande un texte, et cette demande peut provenir aussi bien de comédiens, de metteurs en scène, de directeurs de théâtre il n y a pas de règle, c est comme si on vous mettait sur la trajectoire d une histoire à laquelle on n avait pas pensé, c est comme une pollinisation qui vient sur l auteur. Ensuite, le résultat plaît ou ne plaît pas au commanditaire, mais sans la commande, le texte n aurait pas existé.» «Écrire dans ce contexte est une situation stimulante», avoue l auteur. Les contraintes qui y sont liées procèdent de l intérêt du projet : qu elles soient dans les thèmes abordés, le nombre de personnages, la longueur du texte, le temps imparti pour l écriture. Lorsqu il est dans l écriture d un texte, Christian Siméon se projette en même temps dans le suivant, avec toujours présent à l esprit que c est l histoire qui prime et que chaque pièce présente une nouvelle problématique. À travers les commandes, Christian Siméon a trouvé un compagnonnage avec le metteur en scène Jean Macqueron et une maison, L Étoile du Nord. «C est cet esprit de confiance qui génère des écritures», reconnaît-il. Et c est ce compagnonnage qui a permis d autres rencontres, avec Jean- Michel Ribes ou Jean-Luc Revol, pour d autres commandes, d autres histoires, d autres théâtres. Le théâtre est pour lui une aventure collective. Ses textes, il les travaille jusqu au dernier moment, pendant les répétitions. Il n hésite pas à faire plusieurs versions. C est pour lui un jeu : «L écriture théâtrale n a de sens qu en bouche. Sur scène. Elle est énergie. Synergie. J ai besoin du regard d un metteur en scène.» C est la raison pour laquelle il ne mentionne que très peu d indications sur la mise en scène. Christian Siméon se sent à l aise aussi bien sur des sujets historiques, Landru, Marguerite Steinheil, que sur des histoires élisabéthaines, ou sur l actualité, comme les événements du 11-Septembre. «Je suis un conteur, donnez-moi une histoire et j écris une pièce.» Une des règles qu applique Christian Siméon : ne jamais refaire la même chose. C est effectivement une nouvelle expérience qu il a entreprise avec sa dernière pièce, une comédie musicale intitulée Le Cabaret des hommes perdus, une commande de Jean-Luc Revol, créée au Théâtre du Rond-Point, en septembre dernier. Ecrite dans une collaboration «de rêve» avec le compositeur Patrick Laviosa, cette pièce très séquencée s est élaborée numéro par numéro, dans la plus pure tradition du cabaret. De nouvelles commandes attendent l auteur qui convient que la commande d écriture est une chance pour l auteur qui est confronté à une grande difficulté : faire connaître et jouer ses textes. Myriam de Colombi, directrice du Théâtre Montparnasse Je n ai pas l habitude de passer des commandes d écriture à proprement parler, mais j aime suggérer à des écrivains d écrire pour le théâtre. L écriture théâtrale est très difficile car il y a beaucoup de contraintes et il faut aussi que l auteur ait le courage de retravailler son texte. Comme le dit si bien Jean-Claude Brisville : «Il faut retravailler le travail.» 10

13 création < du côté des auteurs La Danse de l albatros est une commande différente. J ai une grande admiration pour Pierre Arditi qui est un immense comédien, complet et rare. Un jour qu il me confiait que peu d auteurs contemporains pensaient à lui en écrivant pour le théâtre, j ai eu l idée d en parler à Gérald Sibleyras que j apprécie beaucoup et qui avait créé, pour le Théâtre Montparnasse, Le Vent des peupliers et L Inscription. Il a été très surpris, me disant qu il n avait pas l habitude d écrire sur commande, mais je l ai finalement convaincu et nous avons imaginé ensemble le sujet de la pièce. Pierre a été conquis par cette histoire et ce texte et a accepté de jouer le rôle de ce séducteur d âge mûr. À ma grande joie, la pièce a plu au public et été un des grands succès de ce début de saison. > PASSER UNE COMMANDE D ÉCRITURE Du «sur-mesure» et une rencontre ancrée dans le temps présent. La SACD se charge de la négociation, de la perception et de la répartition des droits. Avant son exploitation sur scène, elle peut aussi intervenir au moment de la commande de l écriture de l œuvre. Elle a élaboré pour vous un modèle de contrat de commande qu elle peut établir, à votre demande, entre le commanditaire un directeur ou un producteur ou un metteur en scène et l auteur (texte ou musique ou toute œuvre relevant des répertoires de la SACD). Le contrat, dont les clauses sont discutées entre les parties : > précise le titre provisoire ou définitif de l œuvre, avec éventuellement une indication sur le lieu et la date de sa création, > détermine un ou des critères sur l œuvre (genre, thème, durée, nombre de personnages ), > prévoit une date de remise de l œuvre, > reprend les obligations du commanditaire lorsqu il aura reçu l œuvre et indique les suites possibles, > mentionne les obligations de l auteur, > fixe le montant de la prime de commande, les pénalités de retard en cas de dépassement du délai prévu pour le règlement, les suites en cas de défaut de paiement, > rappelle qu un contrat de commande est distinct du contrat de cession des droits patrimoniaux de l auteur sur l œuvre en cas de représentation et que, pour toute éventuelle exploitation sur scène, captation ou édition de l œuvre commandée, un contrat distinct du contrat de commande à l écriture devra être établi, > indique les conditions de la résiliation éventuelle du contrat. La SACD adresse au commanditaire la facture avec la somme fixée au contrat, la perçoit et la reverse immédiatement sur le compte de l auteur, déduction faite de la retenue statutaire de 2 % (après le prélèvement spécifique de 0,75 %) et des cotisations sociales et fiscales obligatoires. Comme les droits d auteur, la prime de commande à l écriture est intégrée dans la déclaration fiscale annuelle que prépare la SACD pour chaque auteur. Sur demande auprès du pôle auteurs-utilisateurs, un modèle du contrat de commande, soit en version française, soit version anglaise, peut vous être adressé. La SACD est à votre disposition pour le négocier à vos côtés. > Une aide à l écriture La direction de la musique, de la danse, du théâtre et des spectacles (DMDTS) au ministère de la Culture et de la Communication a mis en place une aide pour la commande d écriture dramatique contemporaine et prend en charge la rémunération de l auteur dans le cadre d une commande qui lui est faite par un organisme culturel. La commande s adresse : à des auteurs dramatiques confirmés, à des écrivains ayant une certaine notoriété et qui souhaitent s engager dans l écriture théâtrale, à de jeunes auteurs encore ni publiés ni joués mais ayant déjà bénéficié d une aide Beaumarchais-SACD ou du Centre national du livre. La commande doit émaner d une structure culturelle soutenue par le ministère et qui s engage à créer l œuvre. Les projets retenus par la DMDTS bénéficient d une aide forfaitaire de E pour un texte original et de E pour une adaptation. Calendrier de dépôt des dossiers : - 15 mars 2007, pour la session de juin - 15 septembre 2007, pour la session de décembre. DMDTS, 53, rue Saint-Dominique, Paris Rémy Paul : Tél. :

14 du côté des auteurs > services services Nouveau barème amateur (applicable depuis le 1 er octobre 2006) Comme chaque année, le barème amateur est indexé au 1 er octobre selon l indice mensuel des prix à la consommation publié par l INSEE. Voici donc le nouveau barème appliquable pour les perceptions des droits d auteur des œuvres gérées par la SACD et représentées en Amateur. Pour toute information vous pouvez contacter le pôle auteurs-utilisateurs : Tél. : spectacle TROUPES FÉDÉRÉES TROUPES NON FÉDÉRÉES TARIF Tarif majoré (si non-demande d autorisation*) TARIF Tarif majoré (si non-demande d autorisation*) MINIMUM SEANCES TAUX/MINIMA PAYANTES Taux (1) 9,90 % Minima (2) (3) 79,49 E Taux 12 % Minima (2) (3) 95,39 E Taux 12 % Minima (2) (3) 98,85 E Taux 14 % Minima (2) (3) 118,62 E MINIMUM SEANCES GRATUITES 48,92 E 58,70 E 61,15 E 73,38 E * Au moins un mois avant la première représentation. (1) Assiette de perception = recette de billetterie. (2) Minima : ils comprennent la contribution à caractère social et administratif (1/10e des droits) et la contribution diffuseur au régime de l AGESSA (1 % des droits). (3) Abattement de 50 % sur les minima lorsque la durée de l œuvre est inférieure à un acte (30 minutes). Les sommes perçues au titre des droits d auteur seront majorées, lors de la facturation, d une TVA au taux de 5,5 %, en application de l article 279 du code général des impôts. Domaine public : simplification du barème Mutuelle des auteurs - cotisations Symboles de la mutualisation, les retenues au titre des emprunts au domaine public bénéficient à la collectivité des auteurs en alimentant exclusivement le compte d action sociale et culturelle de votre Société. Dans un souci de simplification et d équilibre, la SACD a engagé une vaste réflexion sur son barème s appliquant en cas d emprunt au domaine public dans une œuvre. Le premier acte de cette simplification a été écrit par le Conseil d Administration, le 7 décembre A l issue d un vote à l unanimité, il a été décidé de supprimer, à compter du 1 er janvier 2007, les deux extrémités du barème. Est donc supprimé le taux de retenue de 5 % qui s appliquait aux emprunts de thème, de personnage ou de titre. De même, disparaît le taux de 40 % qui pouvait s appliquer s il y avait adaptation uniquement en vue d une nouvelle version scénique. La réflexion continue sur les autres composants de ce barème et de son application. La SACD espère pouvoir aboutir à une réforme plus générale à la fin du premier trimestre À compter du 1 er janvier 2007, le montant des cotisations est fixé de la manière suivante : - Membre participant : 504 E à l année - Membre conjoint : 504 E à l année - Membre enfant : 192 E à l année (cotisation plafonnée à deux enfants, exonération à partir du 3 e ) Membre honoraire : 100 E à l année. Les cotisations des membres participants sont payables soit : - par chèques annuellement, semestriellement ou trimestriellement ; - par prélèvements bancaires mensuels. Les cotisations des membres honoraires sont payables par chèque. Pour toute information : ou Tél. : et Fax : , rue Ballu, PARIS 12

15 services < du côté des auteurs De nouveaux documents d information - Les aides pour le spectacle vivant et l audiovisuel Ces deux brochures recensent des organismes auprès desquels vous pouvez, personnellement en tant qu auteur ou à travers la structure avec laquelle vous travaillez, effectuer des démarches pour obtenir une aide afin de faire avancer votre projet. Un moteur de recherche multicritère est également disponible sur le site de la SACD : Vous pouvez également vous adresser à Elisa Fourniret, au pôle auteurs-utilisateurs. Tél. : Fiction radio et création sonore À travers dix scènes, Yves Nilly, administrateur délégué pour la radio, pose son regard sur la place de l auteur de fiction radiophonique dans un support en pleine révolution : interrogations, constats, enjeux, espoirs jalonnent ce texte riche d informations. Un guide des auteurs de l audiovisuel est joint à ce document. - Le guide des auteurs de one-man-show avec toutes les démarches, conseils, services pour vous accompagner dans votre création. Les documents sont en ligne sur : Pour obtenir des exemplaires de ces documents, adressez-vous à Sylvie Bragard. Tél. : juridique Spectacle vivant Transmettre son autorisation de représentation via la SACD : une obligation statutaire instaurée pour protéger l auteur Certains entrepreneurs de spectacle vivant incitent les auteurs membres de la SACD à contracter directement avec eux à des conditions, notamment pécuniaires, inférieures à celles définies par le Conseil d Administration de la SACD. De plus, les contrats qu ils proposent prévoient, dans la plupart des cas, la rémunération directe des auteurs par le producteur. De telles pratiques mettent en péril les intérêts fondamentaux de la collectivité des auteurs et les poussent à violer leurs obligations statutaires. Contracter directement avec un producteur vous expose aux risques : - de signer un contrat contenant des clauses non conformes à la loi gouvernant le droit d auteur puisque votre Société est dans l impossibilité de les vérifier, - d accepter notamment des conditions financières défavorables pour vous et, plus largement, pour vos pairs, - de ne pas bénéficier des conseils juridiques et des services offerts par la SACD (comme son réseau de perception en région), - de ne pas systématiquement cotiser aux régimes de protection sociale si les droits vous sont réglés directement par le producteur, - de ne pas avoir les moyens de recouvrer les droits impayés et de ne pas pouvoir bénéficier du service de recouvrement de la SACD. En mettant ainsi votre Société dans l impossibilité de transmettre votre autorisation aux conditions «plancher» fixées par la collectivité des auteurs et de percevoir vos droits, vous ne respectez pas le mandat que vous avez confié à la SACD ni les obligations statutaires que vous avez souscrites en adhérant. Consciente des pressions auxquelles vous pouvez parfois être confrontés, la direction du spectacle vivant est à votre disposition pour vous apporter conseils et soutien dans la négociation de vos contrats. Contact : Isabelle Meunier, responsable du service juridique Anne Branchereau, tél.: En bref... Réforme de la retraite des auteurs dramatiques Depuis le 1 er janvier de cette année, le processus de réforme de la retraite des auteurs dramatiques de l audiovisuel (cinéma et fiction TV) est arrivé à son terme. Dorénavant, sur tous les versements de droits d auteur effectués directement par les productions, un prélèvement de 8 % est opéré à la source, dont un quart, soit 2 %, est à la charge de ces productions. 13

16 du côté des auteurs > rencontres les rencontres Audiovisuel Qu ils soient scénaristes ou réalisateurs, qu ils travaillent pour le cinéma ou la télévision, en France ou à l étranger, tous ressentent le besoin de confronter leurs expériences, d échanger sur leurs méthodes de travail, de comprendre les environnements dans lesquels ils évoluent. Afin de répondre à ces attentes, la SACD organise des journées de débats suivies par un public de professionnels nombreux et attentifs. La fiction télévisée britannique vue par ses auteurs Cette 2 e rencontre, organisée par la commission télévision de la SACD, à l initiative de Sophie Deschamps (dans le cadre de l action culturelle financée, notamment, par la copie privée), rassemblait, en novembre dernier, les auteurs et producteurs britanniques : Antonia Bird, Norman Stone, Heidi Thomas et Alan J.W. Bell. Le débat était animé par Maurice Frydland, président du Groupe 25 Images et délégué général des Rencontres internationales de Reims. Parmi les nombreux thèmes abordés, celui des rapports avec les responsables des chaînes anglaises : leur influence sur l avenir d un projet, leurs interventions sur le contenu, la tendance à multiplier les coupures publicitaires, leur décision unilatérale sur l heure et la manière de diffuser la fiction. Les participants ont déploré les restrictions budgétaires qui influent sur l écriture, l absence de formation des jeunes auteurs formatés pour les soap operas, le peu de passerelles entre le cinéma et la télévision britanniques et, d une manière générale, l absence de circulation des programmes. Compte rendu complet et extraits vidéo : Les rencontres CNC-SACD Ce cycle de rencontres, organisées par le CNC et la SACD, a pour objectifs de faire témoigner des auteurs sur leur parcours, que ce soit dans le cinéma, la télévision ou le multimédia, d informer sur les dispositifs de soutien pour la création et la production et de favoriser les rencontres entre jeunes auteurs et professionnels de l audiovisuel. La première rencontre s est tenue sur le thème : «Le passage au premier long métrage et a rassemblé de nombreux professionnels.» La deuxième rencontre parlait de l écriture : «Écrire pour la télévision : les nouvelles écritures pour la fiction?» Frédéric Krivine, scénariste réalisateur, coprésident de l Union-Guilde des Scénaristes, qui animait le débat, était entouré d Alexandre Astier, scénariste, concepteur, producteur, Olivier Szulzynger, directeur d écriture, Nicolas Durand-Zouky, scénariste, Céline Sciamma, réalisatrice, Christian Biegalski, directeur du Conservatoire européen de l écriture audiovisuelle, Thierry Depambour, directeur littéraire de la société Son et Lumière, Christophe Ledannois, directeur adjoint de l audiovisuel à la SACD. Chaque intervenant a exposé ses méthodes de travail. Pour certains, l écriture collective, encore timide en France, suppose une habitude de travail en atelier. Cette pratique s impose dès lors que l on entre dans une logique industrielle. Pour autant, chacun apporte son talent et en reste l auteur. Pour d autres, la solitude de l écriture est plus rassurante et, surtout, offre plus de liberté : pouvoir s affranchir de la contrainte d une «bible» ou de «fiches-personnages» et avoir le confort d avancer sans que tout soit «balisé». Ces œuvres de collaboration nécessitent un cadre juridique adapté à chaque situation pour préserver les droits des coauteurs. Il est donc nécessaire de négocier, dès le départ, des contrats précis, évitant ainsi les risques de conflits au cours du développement d une série. À la question «comment faire sa place à la télévision?», plusieurs exemples ont été évoqués : un premier travail peut servir de carte de visite, débuter sans avoir la certitude d être rémunéré mais acquérir une expérience, pouvoir montrer des pilotes, quelquefois plus convaincants que des scénarios. Quant au pouvoir de l auteur dans ce nouveau contexte d écriture, certains le définissent comme un pouvoir de fait puisqu il est le moteur de l économie. Le propos est plus nuancé lorsque d autres rappellent que «c est celui qui paie qui décide», en l occurrence la chaîne, ce qui n exclue pas les discussions avec l auteur. En conclusion, un constat se dégage : la fiction est en train d évoluer. On n écrit plus de la même manière, ce qui a pour conséquence de faire apparaître de nouveaux sujets. Le résultat sera visible sur les écrans d ici deux ou trois ans. Les thèmes des prochaines rencontres : «Animation et télévision : écrire pour quels publics?» Un jeune auteur, un auteur confirmé, un producteur et un responsable d une école spécialisée en animation font part de leurs expériences. «La notion de dramaturgie dans les jeux vidéo : les spécificités de l écriture?» Interventions d un auteur sortant d une école spécialisée et de son directeur qui évoqueront les métiers liés à ce secteur. Un auteur, un producteur et un agent artistique témoigneront de leur parcours personnel. «Les nouveaux formats (très courts) et les nouveaux supports de diffusion (téléphonie mobile, etc.)» Producteurs et auteurs témoigneront des spécificités de ces nouveaux champs de création. Informations, comptes rendus et extraits vidéo sur ces rencontres : 14

17 rencontres < du côté des auteurs Spectacle vivant Auteur Studio : une leçon d écriture Faire découvrir la diversité des écritures, tel est l objet de ces rencontres animées par le journaliste Pascal Paradou, où les auteurs nous révèlent leur manière de travailler, leurs parcours, leurs rencontres et nous font partager leur «coup de cœur» pour un autre auteur. Joël Pommerat inaugurait cette série de rencontres en décembre dernier. «Depuis Pôle, mon premier texte, à Je tremble, qui est pour l instant en rêverie, je n ai pas envie de tirer de fil thématique au sein de mon travail ; ce sont aux autres de le faire s ils en ont envie. Il n est pas important pour moi de mettre des mots sur mon travail car ce n est pas enrichissant ; s expliquer n est pas stimulant pour l acte de création», déclarait-il en préambule. Petit à petit, l auteur nous livre ses méthodes d écriture dont le titre est le premier facteur déclencheur. Suit une période de «rêverie», avant de coucher sur le papier les mots qu il fera vivre immédiatement avec les répétitions. «Je laisse au texte faire son propre chemin ; c est un grand luxe que de pouvoir procéder ainsi.» Ce processus justifie la quasi-absence de didascalies dans ses textes. Son écriture se poursuit dans la mise en scène qu il assure pour chacune de ses œuvres tout en se défendant d être un metteur en scène : «Je ne suis pas metteur en scène, je ne monte pas d autres textes que les miens De g. à dr. : Bruno Mantovani / Joël Pommerat car je n en ai pas le goût. La mise en scène est un exercice laborieux, je le fais parce que c est le moyen d aller au bout de l acte de l écriture. Ce qui m intéresse, c est d inventer un imaginaire.» Énigmatique, Joël Pommerat se situe à un moment charnière de la création où le théâtre devient un lieu d expériences humaines. À travers une lecture, Caroline Baratoux, son invitée, nous a fait découvrir l un de ses textes, Le Petit Poucet. Bruno Mantovani était le second invité. Son premier opéra, De l autre côté, a été créé par l Opéra de Strasbourg, dans le cadre du Festival Musica. Au mois de février, Auteur Studio accueillera le cinéaste Jacques Audiard puis en mars Dany Boon. Les rendez-vous d Auteur Studio sont enregistrés par France Culture et seront retransmis dans le courant de cet été. Les dates seront précisées sur le site de la SACD. Écoutez l intégralité de ces rencontres et regardez des extraits vidéo sur Saison 1 / Chorégraphies «Le 1 er décembre 2006, s est déroulée, au Centre national de la danse, à Pantin, une journée sur le droit d auteur dans le domaine chorégraphique où nombre de questions concernant les problèmes soulevés par les différents emprunts du domaine littéraire, musical, plastique, ou graphique, ont trouvé des réponses à travers l expérience de la SACD, mais aussi d autres sociétés qui défendent le droit d auteur et des juristes qui s intéressent, mais oui, à la question chorégraphique. Une bonne manière de rappeler que nous devons respecter les différents droits d auteur lorsque nous citons un texte, utilisons une musique ou collaborons, en diverses manières, à des projets, et demander au préalable les autorisations. À présent, l Internet et les nouvelles routes de l information via les supports mobiles, et certains artistes eux-mêmes, obligent à repenser les périmètres du droit d auteur. Les questions portant sur les installations numériques chorégraphiques en est un exemple : comment déclarer ces œuvres dont la destinée est d être exposée ou d autres nouveaux systèmes de créations ou de collaboration qui rebondissent loin des cadres traditionnels? La règle que je retiens de cette journée éclairante sur le droit d auteur et les obligations des chorégraphes (et de leurs administrateurs qui les gèrent le plus souvent à la place de l auteur) est d établir la déclaration de l œuvre AVANT la création et d anticiper. Souvent, il est trop tard pour agir, la déclaration arrive après les dates de représentations. De plus, les déclarations d œuvres dansées dépassent le seul domaine du spectacle vivant. Un chorégraphe peut être aussi un réalisateur de film, intervenir au théâtre, dans un opéra, auteur de textes Nous aurons l occasion de refaire un point sur le droit d auteur pour la chorégraphie, mais, d ores et déjà, puissions-nous, les uns et les autres, faire un effort pour que nos œuvres soient déclarées avant la date de création. Je rencontre, depuis que je vous représente, nombre d entre vous, qui ne connaissent pas leurs droits et leurs devoirs. Je leur rappelle ici que le pôle auteurs de la SACD a été mis en place pour répondre à vos questions et vous aider à établir vos contrats et vos déclarations. Qu il serait dommage de ne pas mieux se former sur le statut et le droit d auteur. Il faut aussi que nous puissions raconter, transmettre comment nous travaillons dans les mondes de la danse, dans nos diversités, et dans quelle mesure le travail de création chorégraphique établit des situations qui évoluent constamment. Enfin, je vous demande d être particulièrement attentifs à ce qui vient de se produire au sujet de la copie privée. En effet, ces sommes prélevées sur les supports vierges viennent, pour une grande partie, financer des aides pour la danse, comme Le Vif du Sujet, mais aussi des manifestations qui, par leur singularité, méritent un soutien. Ce fut le cas, en janvier 2007, de Faits d Hiver, à Paris. C est dire à quel point l argent de la copie privée joue un grand rôle sur la scène du spectacle vivant par le biais de l action culturelle.» Daniel Larrieu, administrateur délégué à la danse 15

18 pleins feux > actions culturelles actions culturelles Festival international de programmes audiovisuels (FIPA) Le FIPA a fêté ses vingt ans avec, pour nouvelle présidente, Caroline Huppert. Partenaire du Festival depuis sa création, la SACD a organisé, en partenariat avec la SCAM, un débat sur le thème : «Les élections : une image ou un programme?» La culture ne se défend qu avec les engagements de la présidence de la République. Ce débat, alors que se profile l élection présidentielle, a offert une tribune aux représentants des candidats des principaux partis pour réagir et s engager face aux professionnels réunis au FIPA. Pascal Rogard, directeur de la SACD, et Alain de Sédouy, auteur et administrateur de la SCAM, animaient ce débat. Ils étaient entourés de Ghislain Achard (PS), membre du comité stratégique pour le numérique, Catherine Morin-Desailly (UDF), sénatrice de Seine-Maritime, Francis Parny (PC), vice-président du conseil régional d Ilede-France en charge de la culture. La commission de l audiovisuel, présidée par Christine Miller, Luc Béraud et le comité belge représenté par son président Luc Jabon, ont invité des scénaristes et réalisateurs pour présenter, devant des professionnels, le projet qui leur tient à cœur, sous forme de pitch de sept minutes : Luc Chaumar, Nicolas Cuche, Jérôme Enrico, Samuel Lampaert, Soraya Meflah, Pascale Memery, Badreddine Mokrani, Philippe Niang, Catherine Verlaguet, se sont prêtés avec talent à cet exercice. Le FIPA a également rendu hommage à Francis Girod et Charles Brabant. L intégralité des débats est disponible sur : > Jamel Comedy Club Lancé par Jamel Debbouze, le Jamel Comedy Club a pour objectif de faire découvrir de nouveaux talents dans le domaine de l humour, sous la forme de «stand up» : art de la tchatche, né de la rue, du rire sans fioriture, pas de sketchs ni d accessoires, juste un artiste, un micro et le contact avec le public. Douze artistes, sélectionnés, se produisent au Casino de Paris, du 30 janvier au 25 février, puis en tournée à travers la France. La SACD s est associée à ce projet afin d accompagner ces auteurs émergents. > Fonds SACD Nouvelle commission La deuxième commission de sélection du fonds d aide à la production est composée de : Gérald Sibleyras, auteur dramatique, Jean-Pierre Bigard, producteur, Frédéric Franck, directeur de théâtre privé, Anne-Laure Liégeois (metteuse en scène), directrice de théâtre public, Marion Bierry, metteur en scène, Michèle Bernier, actrice, Gérard Mordillat, cinéaste. Date limite de dépôt des dossiers : 28 mars La commission se réunira le 15 mai > Actes du Théâtre humour Avec l éditorial de Joëlle Goron, des entretiens avec François- Xavier Demaison, Jean-Pierre Bigard, des regards croisés sur la perception de l humour à l étranger, la revue retrace un panorama du répertoire actuel des spectacles de one-man-show et de l humour plus généralement. Ce 22 e numéro est le dernier dans sa version papier. Désormais, Entr Actes s adressera à ses interlocuteurs par l intermédiaire d une lettre d information transmise par courrier électronique. Plus d informations : 16

19 actions culturelles < pleins feux CONCOURS > Écrire pour la Rue - 2 e édition Dispositif d accompagnement des écritures originales pour l espace public, Écrire pour la Rue est un dispositif d aide, initié dans le cadre du Temps des Arts de la Rue, institué par le ministère de la Culture et de la Communication en partenariat avec la SACD. Son objectif est d améliorer la qualité des écritures pour l espace public, d impulser leur originalité et de mieux structurer les méthodes d élaboration. L aide financière proposée dans le cadre de ce dispositif vise à accompagner l artiste/concepteur dans la phase de recherche et d écriture précédant la création et la production de l œuvre. Les projets sont étudiés et évalués par une commission composée d artistes et de personnalités qualifiées nommées par la DMDTS et la SACD. Frédéric Michelet, administrateur délégué pour les arts de la rue à la SACD, a participé l année dernière au lancement de ce projet qui voit aujourd hui sa deuxième édition. Critères d éligibilité Tout artiste (ou groupe d artistes) pouvant justifier d une expérience ou d une contribution significative à l écriture et au montage d une œuvre originale vivante pour l espace public peut solliciter une aide au titre de ce dispositif. La démarche de l artiste/concepteur doit être soutenue par une structure pouvant répondre aux besoins du projet d écriture lui-même (organismes, lieux d accueil et de création ). Constitution du dossier de demande pour une bourse Écrire pour la Rue : - un curriculum vitæ de l artiste/concepteur porteur du projet d écriture, - une note d intention explicitant la démarche artistique singulière globale dans laquelle s inscrit la demande, - un descriptif des collaborations prévues, - l engagement écrit des organismes, structures et tous lieux partenaires de la démarche, - le calendrier et les différentes étapes de travail prévues, celles-ci devant être commencées dans l année d attribution de l aide, - tout document ou support utile à la compréhension de la démarche. Pour cette deuxième édition, le montant de l aide ainsi que le calendrier pour la remise des dossiers et le résultat des attributions seront fixés dans les prochains mois. CALENDRIER FÉVRIER À MAI au 11 février : Festival de Luchon 22 au 25 février : Les Musicals, à Béziers 7 au 9 mars : Cartoon Movie, à Postdam 10 et 11 mars : Rencontres FNCTA Le théâtre amateur tiendra sa réunion à la Maison des Auteurs de la SACD avec, pour invité, Philippe Minyana. 14 au 18 mars : Rencontres internationales de télévision à Reims dereims.fr 16 et 17 mars : Festival d un jour, à Valence 22 mars au 2 avril : Paris Comédie dans plus de 35 salles parisiennes 28 mars au 1 er avril : Festival des scénaristes, à Bourges 30 mars au 6 avril : Juste pour Rire, à Nantes 2 avril : remise du grand prix de littérature dramatique du ministère de la Culture et de la Communication Printemps 2007 : colloque «Vestige, vertige» au Mas de la danse, à Fontvieille 16 au 20 avril : Milia, à Cannes Avril : Les molières 26 au 29 avril : Festival national du film d animation, à Auch 16 au 27 mai : Festival de Cannes Une information sera en ligne sur 17

20 pleins feux > actions culturelles édition Éditions soutenues par la SACD Panorama de la danse contemporaine par Rosita Boisseau Dans ce premier livre de référence sur la danse contemporaine, Rosita Boisseau nous fait découvrir quatre-vingt-dix chorégraphes du monde entier, à travers des portraits, des interviews, des croquis et notes de travail, le tout accompagné de photos de spectacles. Éditions Textuel, 607 pages, 59 E. Le Poing dans la vitre Scénaristes et dialoguistes du cinéma français ouvrage collectif sous la direction d Alain Ferrari «Le cinéma s est nourri, se nourrit encore de littérature.» Ce livre étudie l apport au cinéma des scénaristes et dialoguistes français de 1930 à Coédition SACD/Institut Lumière/Actes Sud, 687 pages, 28 E. Faustus, The Last Night (DVD) de Pascal Dusapin, d après The Tragical History of Doctor Faustus(1588), de Christopher Marlowe, sous la direction de Jonathan Stockhammer, mise en scène de Peter Mussbach, réalisation d Yvon Gérault. Enregistré à l Opéra de Lyon. En bonus, des entretiens avec Pascal Dusapin, Jonathan Stockhammer, Georg Nigl, interprète de Faustus. L Opéra passionnément de Jean Prodromidès Paroles de musicien : livre/dvd-rom, coédité par l INA et Michel de Maule 152 pages, 25 E. De la musique, des langues et des oiseaux, de François-Bernard Mâche Paroles de musicien : livre/dvd-rom, coédité par l INA et Michel de Maule 312 pages, 25 E. PRIX > Le prix des Cent Livres Une idée toute simple, et c est la naissance du prix des Cent Livres : une association d auteurs se doit d être vigilante quand elle estime que les droits de ses adhérents ne sont pas respectés. Elle doit aussi savoir souligner le travail qui s accomplit sur le terrain pour mieux faire connaître et circuler l écriture théâtrale d aujourd hui. Tous les ans, le prix des Cent Livres distingue une association, une bibliothèque, un cours d art dramatique, une compagnie bref, une collectivité qui met particulièrement en relief nos œuvres. Le prix des Cent Livres, c est un peu un prix à l envers : habituellement, des lecteurs distinguent des auteurs ; là, ce sont les auteurs qui saluent leurs lecteurs! Le prix : cent livres de théâtre bien sûr, cent livres offerts par les adhérents des EAT (Ecrivains Associés du Théâtre), cent livres différents pour continuer à partager la passion du théâtre. Ce prix est solennellement remis à la structure lauréate dans les salons d honneur de la SACD, à la fin de la saison théâtrale. Les dossiers de candidature et le règlement sont disponibles auprès des EAT. Date limite de dépôt des dossiers : 30 avril. Informations et dossier sur 18

Société française des intérêts des auteurs de l écrit

Société française des intérêts des auteurs de l écrit Découvrez la Sofia Le droit de prêt La rémunération pour copie privée numérique La retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs L action culturelle Société française des intérêts des auteurs

Plus en détail

GUIDE DE LA RETRAITE 2015 DES AUTEURS DRAMATIQUES, DU SPECTACLE VIVANT, ET DES AUTEURS DE FILMS À L USAGE DES AUTEURS ET PRODUCTEURS

GUIDE DE LA RETRAITE 2015 DES AUTEURS DRAMATIQUES, DU SPECTACLE VIVANT, ET DES AUTEURS DE FILMS À L USAGE DES AUTEURS ET PRODUCTEURS GUIDE DE LA RETRAITE 2015 DES AUTEURS DRAMATIQUES, DU SPECTACLE VIVANT, ET DES AUTEURS DE FILMS À L USAGE DES AUTEURS ET PRODUCTEURS LA RETRAITE DES AUTEURS DRAMATIQUES, DU SPECTACLE VIVANT, ET DES AUTEURS

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Consultation 2014 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ET CONSULTATION ANNUELLE 3 DÉCEMBRE 2014

Consultation 2014 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ET CONSULTATION ANNUELLE 3 DÉCEMBRE 2014 1 Consultation 2014 ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ET CONSULTATION ANNUELLE 3 DÉCEMBRE 2014 QUI EST RECYCLEMÉDIAS? 2 RecycleMédias est un organisme privé à but non lucratif. Formé en décembre 2000 et agréé par le

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Le regroupement de crédits, la solution?

Le regroupement de crédits, la solution? JANVIER 2014 N 28 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le regroupement de crédits, la solution? Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

DOSSIER BNP D INFORMATION Paribas & D ADHÉSION. Avenir Retraite. Vous accompagner dans vos décisions

DOSSIER BNP D INFORMATION Paribas & D ADHÉSION. Avenir Retraite. Vous accompagner dans vos décisions DOSSIER BNP D INFORMATION Paribas & D ADHÉSION Avenir Retraite Vous accompagner dans vos décisions Accompagnement Visibilité Engagements Garanties Prévoyance 3 //// VOTRE RETRAITE Accompagnement Visibilité

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015)

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) RÈGLEMENT GÉNÉRAL DU FONDS D AIDE RÉGION HAUTE-NORMANDIE (adopté par le Conseil d Administration du 2 décembre 2015) Sommaire I - Soutien à la production 2 Œuvres cinématographiques de longue durée Œuvres

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT. Éric Delamarre. Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8. 2 e édition

Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT. Éric Delamarre. Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8. 2 e édition Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT Éric Delamarre Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8 2 e édition Avant-propos Être photographe professionnel indépendant, c est avant tout concevoir,

Plus en détail

Année 2016. Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle

Année 2016. Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle Année 2016 Dossier de demande de subvention de fonctionnement et/ou exceptionnelle Pour les subventions de fonctionnement : date limite de dépôt : 31 Octobre 2015 Pour les subventions exceptionnelles :

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE

REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE REGLES GENERALES D AUTORISATION ET DE TARIFICATION ETABLISSEMENTS DE SANTE ETABLISSEMENTS CONCERNES Établissements de santé assurant, avec ou sans hébergement, des soins de courte durée, des soins de suite

Plus en détail

TFOU d ANIMATION concours de scénario SACD CONCOURS TFOU d ANIMATION 2014/2015 découvrir de nouveaux talents plaisir de lire

TFOU d ANIMATION concours de scénario SACD CONCOURS TFOU d ANIMATION 2014/2015 découvrir de nouveaux talents plaisir de lire Pour la 5ème édition de son concours de talents TFOU d ANIMATION, l équipe artistique jeunesse de TF1 a imaginé, pour la première fois, un concours de scénario. Co-organisé avec la SACD, le CONCOURS TFOU

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

www.leguidedupatrimoine.com

www.leguidedupatrimoine.com Pour vivre pleinement votre retraite, prenez les devants ASSOCIATION D ÉPARGNE VIAGÈRE LA TONTINE Votre assurance sur l avenir La retraite, une nouvelle vie! La retraite, c est une nouvelle étape dans

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Découvrir de nouveaux talents et se mobiliser contre le changement climatique!

Découvrir de nouveaux talents et se mobiliser contre le changement climatique! Découvrir de nouveaux talents et se mobiliser contre le changement climatique! Pour cette 6 ème édition de son concours de talents TFOU d ANIMATION, l équipe artistique jeunesse de TF1 s inscrit dans une

Plus en détail

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et 1 InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et reconnus, InvestirLoiPinel.fr vous met en relation avec

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

FAQ sur le metteur en scène

FAQ sur le metteur en scène FAQ sur le metteur en scène I. LE STATUT SOCIAL DU METTEUR EN SCENE Le metteur en scène est-il juridiquement considéré comme un artiste? Oui. Le droit du travail donne une liste non exhaustive des artistes

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement DÉCEMBRE 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

> Présentation de l Association Petits Princes. > Dominique Bayle, une femme de coeur

> Présentation de l Association Petits Princes. > Dominique Bayle, une femme de coeur Dossier de Presse 2015 > Présentation de l Association Petits Princes > Bénévole à l Association Petits Princes : une aventure humaine exceptionnelle > Pour un même enfant, plusieurs rêves réalisés avec

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR)

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Page 1 / 8 Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Art. 1 Constitution I. Constitution, siège Sous la dénomination «Pôle scientifique et technologique

Plus en détail

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE Donnez de l assurance à votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas Cardif assure

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

Le vrai gain finalement,

Le vrai gain finalement, Le vrai gain finalement, c est ma liberté d action curabill s occupe de la facturation de mes prestations et m ouvre ainsi des espaces de liberté tant sur le plan professionnel que personnel. Au cabinet

Plus en détail

Direction des programmes DPAC. Novembre 2014

Direction des programmes DPAC. Novembre 2014 Direction des programmes DPAC Novembre 2014 Sommaire Services assujettis à la contribution réglementaire Définitions et obligations Assiettes et contribution réglementaire Ensemble des services de télévision

Plus en détail

Multisupport. Préparer efficacement votre retraite tout en profitant dès aujourd hui de déductions fiscales

Multisupport. Préparer efficacement votre retraite tout en profitant dès aujourd hui de déductions fiscales PERP Multisupport Préparer efficacement votre retraite tout en profitant dès aujourd hui de déductions fiscales Pourquoi est-il indispensable de préparer dès aujourd hui votre retraite? Aujourd hui, 10

Plus en détail

Mission Création et Internet Réponses de la CSDEM (Chambre Syndicale de l Edition musicale, représentant plus de 80 entreprises et 80% du marché 1 )

Mission Création et Internet Réponses de la CSDEM (Chambre Syndicale de l Edition musicale, représentant plus de 80 entreprises et 80% du marché 1 ) MissionCréationetInternet RéponsesdelaCSDEM (ChambreSyndicaledel Editionmusicale, représentantplusde80entrepriseset80%dumarché 1 ) Préambule:leséditeursdemusiquetiennentàrappelerleurprofondattachementaudroitexclusif

Plus en détail

Investir dans la pierre

Investir dans la pierre GE Money Bank Financements immobiliers Investir dans la pierre GE imagination at work* *GE l imagination en action Investir dans la pierre Vous avez fait le choix d un investissement immobilier locatif,

Plus en détail

Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise

Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise Août 2010 Projet de réforme des retraites : Premières conséquences pour les régimes d entreprise Madame, Monsieur, Le projet de réforme des retraites a été adopté par le Gouvernement le 13 juillet, puis

Plus en détail

La SACD en 2010. Ensemble, créons de nouvelles perspectives

La SACD en 2010. Ensemble, créons de nouvelles perspectives La SACD en 2010 Ensemble, créons de nouvelles perspectives La SACD en 2010 Nos chantiers 2010-2011 Améliorer tous les aspects de nos répartitions Versements réguliers, répartitions clarifiées, niveaux

Plus en détail

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets

Gérer son patrimoine. Édition. Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine Édition 2013 Organiser son épargne pour réussir ses projets Gérer son patrimoine 1 2 Placer son épargne pour financer ses projets 05 Se constituer une épargne de précaution Acquérir

Plus en détail

ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION

ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION ATTENTION, TRAVAUX!, THÉÂTRE ET PRÉVENTION 4 avril 2006 ATTENTION, TRAVAUX! LE THÉÂTRE, LIEU D ÉCHANGE Attention, travaux! est une pièce de théâtre, écrite, mise en scène et jouée pour les 20 000 collaborateurs

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

Phi est un contrat d assurance-vie

Phi est un contrat d assurance-vie unique Document non contractuel à caractère publicitaire. Pour connaître le détail et l étendue des conditions de garantie, reportez-vous aux conditions générales et particulières du contrat. Phi est un

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Le droit de prêt en bibliothèque

Le droit de prêt en bibliothèque Les droits collectifs Le droit de prêt en bibliothèque p. 45 Le principe La loi du 18 juin 2003 relative à la «rémunération au titre du prêt en bibliothèque et renforçant la protection sociale des auteurs»

Plus en détail

COMPLÉTER MA RETRAITE EN BÉNÉFICIANT DE REVENUS À VIE

COMPLÉTER MA RETRAITE EN BÉNÉFICIANT DE REVENUS À VIE Pair Retraite Perp, plan d épargne retraite populaire COMPLÉTER MA RETRAITE EN BÉNÉFICIANT DE REVENUS À VIE Document à caractère publicitaire S associer pour l essentiel avec Se constituer une retraite

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 Entre les adhérents aux présents statuts est constituée une association qui

Plus en détail

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe

L assurance de Groupe. 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe L assurance de Groupe Un must, aussi pour les PME 10 questions souvent posées sur l assurance de groupe Les pensions complémentaires ont le vent en poupe La pension légale d un travailleur salarié belge

Plus en détail

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Directeur de production activité 1 APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Le directeur de production assume les responsabilités de la préparation, de la gestion budgétaire et du bon déroulement

Plus en détail

Direction de l audiovisuel et de la création numérique Point d étape : le soutien à la production documentaire

Direction de l audiovisuel et de la création numérique Point d étape : le soutien à la production documentaire Direction de l audiovisuel et de la création numérique Point d étape : le soutien à la production documentaire Sunny Side of the doc, La Rochelle, 22 juin 2015 1 Au programme Les chiffres-clés de la production

Plus en détail

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants :

(J.O. 11 juillet 2001-29 décembre 2001) Les dispositions du présent décret sont applicables aux éditeurs de services de télévision suivants : Décret n 2001-609 du 9 juillet 2001 pris pour l application du 3 ème de l article 27 et de l article 71 de la loi n 86-1067 du 30 septembre 1986 et relatif à la contribution des éditeurs de services de

Plus en détail

CONSULTANTE EN IMMOBILIER. Micol Singarella

CONSULTANTE EN IMMOBILIER. Micol Singarella CONSULTANTE EN IMMOBILIER Micol Singarella - Avez vous entendu parler de toutes les bonnes affaires sur Berlin mais pas encore de moi? Pas de problème, il est encore temps! Je suis une consultante en agence

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Relevant du livre II SIREN 776 950 677

Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Mutuelles de France 70 Boulevard Matabiau BP 7051 31069 TOULOUSE CEDEX 7 Tél 0 810 131 111 Fax 05 61 63 03 77 Règlement intérieur MUTAMI page 1/5 suite à l Assemblée

Plus en détail

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR :

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Préambule du rapport n 12 Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Ce rapport vous propose d autoriser la signature d une convention de groupement de commandes entre CHAMBERY METROPOLE et la Ville de CHAMBERY afin

Plus en détail

SAISON DOSSIER DE PRESSE

SAISON DOSSIER DE PRESSE 2015 SAISON DOSSIER DE PRESSE ÉDIT OBJECTIF INDÉPENDANCE : LA SÉRIE TÉLÉ QUI INNOVE! «Cette campagne d information est une grande première en France car très peu de programmes télé donnent la parole aux

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

q u e s t i o n s / réponses

q u e s t i o n s / réponses dossier de presse À paraître février 2012 «100 Questions/réponses sur» est une collection qui aborde des thèmes sociaux à travers 100 questions qui interrogent tous les aspects du sujet. À ces questions,

Plus en détail

Capital garanti à vie * Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Allianz Continuité

Capital garanti à vie * Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Allianz Continuité Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Capital garanti à vie * Allianz Continuité La garantie décès qui prend le relais de vos assurances professionnelles pour sécuriser l avenir de ceux que vous

Plus en détail

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2

Gestion & Actualité. La note d information du CGL SOMMAIRE. Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 EXTRAITS DU N 51 mars 20145 Gestion & Actualité La note d information du CGL SOMMAIRE Page 2 Page 3 Page 4 Des taux actualisés IR : barème 2014 Le coin de la TVA 1 & 2 Parlons de révisions Autour du repas

Plus en détail

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Philippe Busquin Commissaire Européen pour la Recherche La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Discours à la Conférence «Priorité à la science» Lisbonne 31 mai 2004 Monsieur le Président

Plus en détail

Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle

Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle Droits Syndicat français des artistes interprètes Les artistes interprètes et les droits de propriété intellectuelle Les droits des artistes interprètes sont des droits de propriété littéraire et artistique,

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

C est avec grand plaisir que j ouvre le séminaire de cette matinée, consacré aux nouvelles normes comptables de l Etat.

C est avec grand plaisir que j ouvre le séminaire de cette matinée, consacré aux nouvelles normes comptables de l Etat. Séminaire sur les normes comptables de l Etat Intervention d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Bercy, 1 er décembre 2003 Mesdames, Messieurs, C est avec grand plaisir

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE Année:. DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION AIDE A PROJET OU EVENEMENT D INTERET COMMUNAUTAIRE Nom de l association:.. Cadre réservé à l administration Date d arrivée du dossier à la Communauté de Communes

Plus en détail

Construisez votre projet en toute sécurité

Construisez votre projet en toute sécurité Construisez votre projet en toute sécurité arez et p é r P roj hui p e r vot ujourd' dès a ENTRE NOUS, C EST FACILE DE SE COMPRENDRE Toutes les garanties de Vous constituez votre épargne à votre rythme

Plus en détail

Société française des intérêts des auteurs de l écrit

Société française des intérêts des auteurs de l écrit Société française des intérêts des auteurs de l écrit Le droit de prêt La rémunération pour copie privée numérique La retraite complémentaire des écrivains et des traducteurs L action culturelle Les livres

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville L immobilier en centre ville Photos non contractuelles FACTEURS DE RISQUES Vous investissez dans une SCPI fiscale «Déficits fonciers», permettant au porteur de parts de bénéficier du régime fiscal dit

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

GUIDE DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE DES AUTEURS ET COMPOSITEURS D ŒUVRES MUSICALES

GUIDE DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE DES AUTEURS ET COMPOSITEURS D ŒUVRES MUSICALES GUIDE DE LA RETRAITE DES AUTEURS ET COMPOSITEURS D ŒUVRES MUSICALES 2014 Chères Consœurs, Chers Confrères, Suite à la grande réforme diligentée par le gouvernement à propos des Caisses de Retraite, le

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

Profession. administrateur. de production de films. Christophe MAHÉ-MENANT. Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13283-0

Profession. administrateur. de production de films. Christophe MAHÉ-MENANT. Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13283-0 Profession administrateur de production de films Christophe MAHÉ-MENANT Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13283-0 Profession administrateur de production de films À cela peuvent venir s ajouter d

Plus en détail

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2 Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE page Audition de M. Yves Doutriaux, Ambassadeur de France auprès de l

Plus en détail

Un piano dans chaque école

Un piano dans chaque école Notre idée : dans chaque école, mettre à disposition des enfants un vrai piano, en accès libre. BUDGET PARTICIPATIF 2015 Un piano dans chaque école Description du projet Pour un enfant, avant d être un

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO

REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO REGLEMENT INTERIEUR ASSOCIATION DON BOSCO Ce règlement vient préciser les statuts de l Association tels qu ils ont été votés par l Assemblée Générale Extraordinaire en date du 9 janvier 2014 1. Modalités

Plus en détail

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine NEU NOUVEAU NUOVO NOVO 12.03.2009 Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine Entré en vigueur le 1er avril 2009 Titre I er Dispositions générales Article 1er - Objet

Plus en détail

Négocier une transaction de départ

Négocier une transaction de départ Didier BOUDINEAU Paul CHALIVEAU EMPLOYEURS SALARIÉS Négocier une transaction de départ, 2004 ISBN : 2-7081-3036-6 4 Les éléments de la négociation Une préparation minutieuse, exhaustive et réaliste des

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

L après sondage. Location d équipement

L après sondage. Location d équipement L après sondage Suite aux résultats du sondage, l équipe de Paraloeil s est concentrée sur 5 constats généraux. Ces constats ont été présentés lors de la rencontre avec les membres le 26 avril denier.

Plus en détail

épargne VIVÉPARGNE II FORMULE GÉNÉRATIO TRANSMETTRE

épargne VIVÉPARGNE II FORMULE GÉNÉRATIO TRANSMETTRE épargne VIVÉPARGNE II FORMULE GÉNÉRATIO INVESTIR aujourd hui POUR LEUR TRANSMETTRE DEMAIN Accompagner tous les projets futurs de vos petitsenfants Investissez aujourd hui pour les aider demain S installer

Plus en détail

RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS

RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS RAPPORT DU SEMINAIRE DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DES MEDIAS OFFICIELS Dans le cadre de l élection présidentielle du 15 avril 2015, la Haute Autorité de l Audiovisuel et de la Communication (HAAC) a

Plus en détail

Profitez d un maximum d atouts pour dynamiser votre capital

Profitez d un maximum d atouts pour dynamiser votre capital JANVIER 2007 Profitez d un maximum d atouts pour dynamiser votre capital PREDISSIME 9 VOUS SOUHAITEZ PRÉPARER UN PROJET OU VALORISER UN CAPITAL. VOUS RECHERCHEZ LES MEILLEURES POSSIBILITÉS POUR UNE DIVERSIFICATION

Plus en détail

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT 1 Le 11 mars 2015 RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT Le groupe de travail sur la gouvernance du Sénat présidé par M. Gérard LARCHER, Président du Sénat, propose, sur

Plus en détail

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN Vous avez conclu la transaction, mais il vous faut maintenant des liquidités pour démarrer la production. C est alors que votre crédibilité est en jeu.

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

Le compte chèque jeune monabanq.

Le compte chèque jeune monabanq. - 1 - Le compte chèque jeune monabanq. Découvrez notre offre dans son intégralité : 0810 002 001 (N Azur, prix d un appel local depuis un poste fixe, de 8h à 22h en semaine et de 8h à 20h le samedi). Principaux

Plus en détail

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ;

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ; Projet de fusion des associations fondatrices de fbs Alumni I - Objectif du projet de fusion Le Conseil d administration a validé lors du CA du 12 juin 2013 la décision de procéder à la fusion/absorption

Plus en détail

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec L Environnement Social de l Artisan En partenariat avec SOMMAIRE Présentation de l APTI Les besoins d un jeune créateur La loi Madelin La Santé La Prévoyance La Retraite L environnement social de l artisan

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail