5. UN EXEMPLE DE FORMULATION DE NIVEAU 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "5. UN EXEMPLE DE FORMULATION DE NIVEAU 1"

Transcription

1 5. UN EXEMPLE DE FORMULATION DE NIVEAU 1 Nous présentons ci-dessous un exemple courant de formulation. L enrobé à formuler consiste en un enrobé du type ESG-10 utilisé sur une route régionale à faible volume de circulation située sur la Rive-Sud de la région de Montréal. Notons que l exemple ne comprend pas le choix des granulats et du bitume qui relèvent de la sélection des composants et font l objet d autres publications. Nous verrons donc dans ce qui suit le choix de la granularité de l enrobé; le calcul du volume de bitume effectif; les autres calculs nécessaires à l évaluation de l enrobé. L enrobé ESG-10 formulé est un enrobé qui peut être utilisé sur tout type de route. Sur les autoroutes, un bitume de classe PG est habituellement utilisé pour assurer une longévité accrue du revêtement, ce type de bitume étant très effi cace au regard de la résistance à la fi ssuration thermique et de la résistance à l arrachement et au désenrobage. Un gain à l égard de la résistance à l orniérage est également notable dans ce cas. Sur les routes nationales et régionales, trois classes de bitume sont disponibles. Pour des volumes de circulation faible, le bitume de classe PG est recommandé. L exemple de formulation ne considère pas la classe de bitume utilisée. 5.1 Les caractéristiques des composants Les classes granulaires utilisées ici sont les classes 0-5 mm et 5-10 mm. Nous avons également employé un fi ller pour permettre d augmenter la teneur en fines (passant au tamis de 80 mm. Le tableau 10 résume les caractéristiques des composants qui seront utilisés pour la formulation. 69

2 Tableau 10 Caractéristiques des composants pour la formulation Tamis 0-5 mm 5-10 mm Filler Granulats Bitume 14 mm Classe Caractéristiques 10 mm ,672 5 mm mm 2,5 mm P e1 0,35 1,25 mm ,631 1, µm mm 315 µm P e2 0, µm Filler 3 2, µm 3,5 1,3 82,2 P e3 0, La granulométrie L enrobé désiré étant un ESG-10, les points de contrôle du tableau 11 devront être respectés. Il faut donc déterminer les proportions de chaque classe granulaire pour produire un combiné granulométrique répondant aux exigences de l enrobé. La zone de restriction est à éviter pour s assurer que la granulométrie de l enrobé contient suffisamment de vides intergranulaires (VAM permettant d incorporer le volume de bitume effectif (V be nécessaire. Lorsque les granulats utilisés sont de formes très angulaires, la zone de restriction a une infl uence moindre sur le VAM et l enrobé produit peut souvent contenir le bitume nécessaire et donner de bons résultats. Dans notre exemple, nous avons choisi des proportions de 44, 53 et 3 % pour les classes granulaires 0-5 mm, 5-10 mm et le fi ller respectivement, de manière que le pourcentage passant au tamis de 5 mm se situe à l intérieur des exigences. Également, les proportions de classes granulaires font passer la courbe granulométrique du combiné sous la zone de restriction. 70

3 Tableau 11 Exigences granulométriques de l enrobé ESG-10 Tamis 0-5 mm 5-10 mm Filler Combiné Points de contrôle 44 % 53 % 3 % 100 % min. (% max. (% Restriction* min. (% max. (% 14 mm mm mm ,5 mm ,1 46,1 1,25 mm ,7 36,7 630 µm ,8 26,8 315 µm ,1 18,1 160 µm µm 3,5 1,3 82,2 4, * Zone de restriction recommandée. 5.3 La détermination de la densité brute du granulat combiné ( Les proportions de classes granulaires indiquées à la section précédente sont utilisées ici. La valeur de la densité brute du granulat combiné ( est calculée selon l équation 4 de la section 3 P 1 + P P N P 1 + P 2 dgb P N N où P 1, P 2, P N densité brute du granulat combiné; pourcentage respectif en poids de chaque classe granulaire utilisée; 71

4 1, 2, N densité brute respective de chaque classe granulaire utilisée. 44 2, , ,700 2, Le calcul du pourcentage d eau absorbé par le granulat Les granulats ayant des pourcentages d absorption de l eau différents, on calcule une valeur moyenne pondérée proportionnelle aux classes granulaires utilisées. L équation 18 est utilisée Pe (P1 x Pe1 / (P2 x Pe2 / (PN x PeN / 100 Équation 18 où Pe pourcentage d eau absorbé par le granulat combiné; P1, P2, PN pourcentages respectifs en poids de chaque classe granulaire utilisée; Pe1, Pe2, PeN pourcentage d eau absorbé pour chaque classe granulaire utilisée. En utilisant les données du tableau 10, nous avons Pe ( 44 % x 0,35 % / (53 % x 0,70 % / (3 % x 0 % / 100 0,53 % 5.5 La détermination de la densité effective du granulat (d ge Pour la détermination de la densité effective du granulat composant l enrobé (d ge, il est nécessaire de mesurer la densité maximale de l enrobé fabriqué à une teneur en bitume voisine de celle qui sera précisée à la fi n de la formulation. Il est essentiel d établir la densité maximale de l enrobé avec un enrobé fabriqué au moyen du même bitume qui sera utilisé durant la production. Le pourcentage d absorption de l eau par le granulat étant de 0,53 %, la valeur du pourcentage de bitume absorbé est voisine de ceci P ba 0,5 x P e P ba 0,5 x 0,53 0,27 % 72

5 À l aide de l équation calculant le pourcentage de bitume initial dans l enrobé, on établit un pourcentage de bitume estimé (, est. qui est suffi samment précis pour obtenir une valeur de teneur en bitume près de la valeur fi nale. L équation 7 de la section 3 est alors utilisée V be + P ba (100 - V be / 100,est. x 100 (100 - V be + V be + P ba (100 - V be / 100 où, est. V be P ba masse de bitume initiale exprimée en pourcentage de la masse de l enrobé; volume de bitume effectif exprimé en pourcentage par rapport à 0 % de vides interstitiels exigé pour l enrobé à formuler; densité du bitume; densité brute du granulat combiné; masse de bitume absorbé exprimée en pourcentage de la masse du granulat. En utilisant les valeurs du tableau 10 et celles qui ont été déterminées précédemment, nous avons (12,2 x 1, ,27 x 2,651 (100-12,2 / 100,est. 2,651 (100-12,2 + (12,2 x 1, ,27 x 2,651 (100-12,2 / 100 x ,44 + 0,63 13,07,est. x 100 x 100 5,32 % 232, ,44 + 0,63 245,83 La détermination de la densité maximale de l enrobé fabriqué selon les proportions de classes granulaires indiquées au tableau 11 et avec la valeur de,est. de 5,32 % donne une valeur de 2,475, valeur déterminée conformément à la méthode d essai LC Pour la détermination de la densité effective des granulats (d ge, l équation 5 de la section 3 est utilisée d ge P mm,est. P mm P,est. bi d mm 73

6 où d ge P mm,est. d mm densité effective du granulat; masse de l enrobé total non compacté exprimée en pourcentage de la masse de l enrobé, c est-à-dire 100; masse de bitume initiale estimée exprimée en pourcentage de la masse de l enrobé; densité maximale de l enrobé (sans vides interstitiels; densité du bitume (habituellement 1,02. En utilisant les valeurs du tableau 10 et celles qui ont été déterminées précédemment, nous avons d ge 100-5,32 94, ,32-40,40-5,22 2,475 1,020 2, Le calcul du pourcentage de bitume absorbé (P ba par les granulats L absorption est calculée et exprimée en pourcentage par rapport à la masse des granulats. Rappelons que la valeur déterminée à la section 5.5 est approximative. À partir des valeurs d essai et de celles qui ont été calculées précédemment, l équation 6 de la section 3 est alors utilisée (d P ba 100 x (d ge gb d gb db x d ge où P ba d ge masse de bitume absorbé exprimée en pourcentage de la masse du granulat; densité effective du granulat; densité brute du granulat combiné; densité du bitume. 74

7 Si l on utilise la densité effective calculée précédemment, on obtient P ba 100 x 2,691-2,651 0,040 x 1, x 2,651 x 2,691 7,134 x 1,020 0,57 % 5.7 Le calcul de la teneur en bitume initiale ( pour la formulation de l enrobé Les caractéristiques des granulats étant maintenant connues, une nouvelle teneur en bitume initiale est calculée. L équation 7 de la section 3 est alors utilisée V be + P ba (100 - V be / 100,est. x 100 (100 - V be + V be + P ba (100 - V be / 100 où V be P ba masse de bitume initiale exprimée en pourcentage de la masse de l enrobé; volume de bitume effectif (exprimé en pourcentage par rapport à 0 % de vides interstitiels exigé pour l enrobé à formuler; densité du bitume; densité brute du granulat combiné; masse de bitume absorbé exprimée en pourcentage de la masse du granulat. Dans l équation du calcul du, on se sert des valeurs déterminées précédemment (12,2 x 1, ,57 x 2,651(100-12,2 / 100 2,651(100-12,2 + (12,2 x 1, ,57 x 2,651(100-12,2 / 100 x ,44 + 1,33 232, ,44 + 1,33 x ,77 246,53 x 100 5,59 % 75

8 5.8 La détermination de la densité maximale de l enrobé (d mm pour une teneur en bitume ( La nouvelle teneur en bitume ( a pour effet de changer la densité maximale de l enrobé déterminée à la section 5.5. Une nouvelle valeur est calculée en utilisant alors l équation 8 de la section 3 d mm P mm P g + d ge où d mm P mm P g d ge densité maximale de l enrobé; masse de l enrobé total non compacté exprimée en pourcentage de la masse de l enrobé, c est-à-dire 100; masse du granulat exprimée en pourcentage de la masse de l enrobé; densité effective du granulat; masse de bitume initiale exprimée en pourcentage de la masse de l enrobé; densité du bitume. Si l on utilise le pourcentage de bitume ( et la densité effective des granulats (d ge calculés précédemment, on obtient d mm 94, ,691 5,59 1, ,08 + 5,48 2, L essai à la presse à cisaillement giratoire En premier lieu, il convient de déterminer la masse d enrobé à utiliser pour effectuer l essai. La valeur de h(min de l éprouvette est de 115 mm il s agit de la hauteur où les vides interstitiels sont égaux à zéro. Cette valeur sert de référence pour le calcul des vides dans l enrobé. La masse d enrobé est calculée en utilisant l équation 16 de la section 4 76

9 m dmm x x x Ø 2 4 x h(min où m d mm ρ Ø h(min masse d enrobé exprimée en grammes; densité maximale de l enrobé; masse volumique de l eau (on utilise la valeur de 0,001 g/mm 3 ; diamètre du cylindre de moulage exprimé en millimètres; hauteur de l éprouvette à 0 % de vides interstitiels exprimée en millimètres (115 mm. Si l on utilise la valeur de la densité maximale calculée à la section 5.8, la masse d enrobé nécessaire est la suivante m 2,465 x 0,001 x x 149,92 4 x ,7 g 5.10 La détermination de la courbe vides/girations à la presse à cisaillement giratoire L essai à la presse à cisaillement giratoire est effectué selon la méthode d essai LC sur une éprouvette d enrobé. La masse d enrobé nécessaire est de 5002,7 g, comme cela a été calculé précédemment. Cependant, il faut préparer une quantité plus grande d enrobé pour tenir compte des pertes durant les opérations. Généralement, une quantité de 5300 g de granulats est suffi - sante. La teneur en bitume étant de 5,59 %, l enrobé sera ainsi composé Bitume 5300 g x 5,59 / 94,41 313,8 g Les granulats doivent avoir été séchés à 110 o C avant d être pesés pour la fabrication de l enrobé. Les granulats étant pesés dans les proportions calculées à la section 5.2, on obtient Masses cumulatives Classe 5-10 mm 5300 g x 53 % 2809 g 2809 g Classe 0-5 mm 5300 g x 44 % 2332 g 5141 g Filler 5300 g x 3 % 159 g 5300 g 77

10 Le bitume utilisé étant de classe PG 58-28, la température des granulats est portée à 165 o C et celle du bitume, à 150 o C. Une fois la température atteinte, il ne faut pas y maintenir le bitume plus de 4 heures. Dans une étuve préalablement chauffée à la température des granulats sont placés le ou les cylindres de moulage, la ou les pastilles, le récipient verseur, le bol à malaxage et les accessoires pour une période d au moins 30 minutes. Les granulats chauffés et secs sont ensuite placés dans le bol de malaxage préalablement chauffé et sali, et le tout est homogénéisé manuellement. Un cratère est formé dans les granulats et la quantité nécessaire de bitume préchauffé y est déposée. Les granulats et le bitume sont combinés jusqu à l obtention d un mélange homogène. Des précautions doivent être prises en vue d éviter la perte d enrobé durant le malaxage et les manipulations subséquentes. L enrobé est placé dans un récipient métallique et celui-ci est déposé dans l étuve à la température de chauffage pour le compactage (150 o C. Une fois la température atteinte, la durée de chauffage ne doit pas dépasser 2 heures. Comme nous l avons décrit à la section , l essai à la presse à cisaillement giratoire est alors effectué. Les vides interstitiels dans l enrobé sont calculés selon l équation 11 de la section 3 V i 100 x où h(ng - h(min h(ng V i h(ng h(min pourcentage de vides interstitiels dans l enrobé; hauteur de l éprouvette à un nombre de girations donné (mm; hauteur de l éprouvette à 0 % de vides interstitiels (115 mm. Si, pour chacun des nombres de girations nécessaires (10g, N des, 200g, le pourcentage de vides interstitiels dans l enrobé est conforme aux exigences, on procède à la vérifi cation de l essai; sinon il faut apporter une modifi cation à la formule (voir la section Dans le cas présent, on suppose que les vides interstitiels répondent aux exigences. L essai est complété en préparant deux éprouvettes supplémentaires. On procède au calcul du pourcentage de vides aux nombres de girations requis (10g, N des, 200g de chaque éprouvette et on détermine l étendue (X max X min des résultats de pourcentage de vides des trois éprouvettes. 78

11 Si l étendue (X max X min des trois résultats est égale ou inférieure à l étendue critique (CR au niveau de probabilité de 95 % CR 0,95 f(n σ r, selon le tableau 12, on procède à l acceptation des vides dans l enrobé, sinon on rejette l éprouvette qui ne répond pas au critère d acceptabilité et on refait une ou trois éprouvettes de façon à respecter l étendue critique. Pour chacun des nombres de girations requis par les exigences de l enrobé à formuler, on fait le calcul de la moyenne des pourcentages de vides dans l enrobé sur les éprouvettes. Si, pour chacun des nombres de girations requis, la moyenne des pourcentages de vides dans l enrobé satisfait aux exigences, la formulation est terminée et la teneur en bitume initiale ( devient la teneur en bitume totale (P b, sinon on apporte une modifi cation à la formule selon le paragraphe «La modifi cation de la formule». Le tableau 12 présente les résultats obtenus à cette étape. Tableau 12 Détermination de l étendue critique n f(n σ r CR 0,95 3 3,3 0,25 (1 0,8 Résultats des essais à la presse à cisaillement giratoire V i (% Validation de l essai Nombre de Essai 1 Essai 2 Essai 3 Étendue girations 10 12,6 12,0 11,9 0,7 80 6,1 5,5 5,3 0, ,8 3,2 3,0 0,8 1. Écart type de la répétabilité de la méthode LC L étendue des résultats aux nombres de girations requis est conforme pour l exemple traité ici et les hauteurs moyennes des éprouvettes pour les nombres de girations principaux obtenus sont indiquées au tableau 13. Ce dernier est complété en calculant pour les nombres de girations indiqués les vides interstitiels dans l enrobé (V i, les volumes des vides intergranulaires (VAM et les vides comblés par le bitume (V cb. 79

12 Les vides intergranulaires dans l enrobé (VAM sont calculés en utilisant l équation 14 de la section 3 V be x (100 - V i VAM où V i VAM volume des vides intergranulaires dans l enrobé compacté exprimé en pourcentage; V be V i volume de bitume effectif exprimé en pourcentage par rapport à 0 % de V i ; volume des vides interstitiels dans l enrobé exprimé en pourcentage. Tableau 13 Caractéristiques de l enrobé obtenues à la presse à cisaillement giratoire Nombre de girations Hauteur (mm Exigences V i (% VAM (% VCB (% ,0 > 11 % 12,2 22,9 46, ,6 9,9 20,9 52, ,6 7,7 19,0 59, ,9 6,4 17,9 64, ,9 4-7 % 5,6 17,2 67, ,1 5,1 16,7 69, ,8 4,0 15,8 74, ,0 > 2 % 3,3 15,1 78,0 80

13 Dans cet exemple, la valeur de teneur en bitume utilisée est de 5,59 %, soit la valeur exacte calculée par l équation du. Lorsque la valeur de teneur en bitume ( est arrondie à une décimale ou ajustée de ± 0,1 % pour la formulation de l enrobé, la valeur du volume de bitume effectif (V be à utiliser dans l équation précédente pour le calcul du VAM doit être calculée selon l équation 19 V be 100 x (100P ba - (100P b - (P ba P b (100P b - (100P b - (P ba P b - ( (100P ba Équation 19 Les vides comblés par le bitume (VCB sont calculés en utilisant l équation 15 de la section 3 VCB 100 x où VAM - V i VAM VCB pourcentage de vides intergranulaires occupé par le volume de bitume effectif; VAM volume des vides intergranulaires dans l enrobé compacté exprimé en pourcentage; V i volume des vides interstitiels dans l enrobé exprimé en pourcentage. Précisons que la méthode LC ne comporte pas d exigences pour les valeurs des vides intergranulaires (VAM et des vides comblés par le bitume (VCB. Cependant, ces valeurs sont des indicateurs de performance de l enrobé. Pour un enrobé fortement sollicité dont la dimension de grosseur nominale maximale des granulats est de 10 mm, des valeurs de VAM minimal de 15 % et de VCB se situant entre 65 et 75 % sont préférables pour 4,0 % de vides interstitiels. Dans le cas actuel, ces valeurs sont respectées. Lorsque les vides à 80 girations se rapprochent de la limite supérieure de 7 %, l épaisseur de pose devrait tendre vers la limite supérieure recommandée. Dans le cas actuel, les vides interstitiels se situent à 5,6 % et les granulats utilisés sont très angulaires, le bitume étant modifi é au polymère cet enrobé pourrait donc être mis en place entre 50 et 60 mm. 81

14 Si cet enrobé doit être posé à une épaisseur approximative de 40 mm, il est fortement conseillé de modifi er les proportions des constituants pour en arriver à des teneurs en vides interstitiels plus faibles pour chaque giration. Dans le cas actuel, il est probable que le fait d augmenter la teneur en bitume ( de 0,1 % serait suffi sant. On pourrait aussi songer à hausser légèrement la proportion de la classe granulaire 0-2,5 mm, la valeur du VAM à 4 % de vides interstitiels le permettant. Dans tout projet de formulation d enrobé, les connaissances de l usage de celui-ci sont donc absolument nécessaires pour arriver à concevoir un enrobé dont la mise en place se fera aisément, ce qui assurera ainsi une meilleure performance à l usage. 82

Formulation des enrobés Méthode LC

Formulation des enrobés Méthode LC Formulation des enrobés Méthode LC Pierre Langlois, ing. Les enrobés bitumineux : formulation, fabrication, mise en place. Montréal 2006. 1 Méthode LC Plusieurs entreprises d enrobés du Québec œuvrent

Plus en détail

Alan Carter Formation technique BQ 2013

Alan Carter Formation technique BQ 2013 Alan Carter Formation technique BQ 2013 Ref PPT de Pierre Langlois PPT de Michel Paradis Formulation des enrobés au Québec Avant 1990: Marshall modifié; 1990: Début de l usage de l orniéreur. Pourquoi

Plus en détail

Présenté par : Dominic Sabourin, tech. chef d équipe

Présenté par : Dominic Sabourin, tech. chef d équipe Contrôle de la qualité du retraitement en place à froid (externe donneur d ouvrage ou laboratoire) Présenté par : Dominic Sabourin, tech. chef d équipe SUJETS ABORDÉS 1. Introduction 2. Contrôle au chantier

Plus en détail

Correction STMG Antilles-Guyane septembre 2015

Correction STMG Antilles-Guyane septembre 2015 orrection STMG Antilles-Guyane septembre 2015 Durée : 3 heures EXERIE 1 4 points Dans un supermarché ouvert de 9 h à 20 h, on a relevé le nombre de clients présents en caisse à différentes heures de la

Plus en détail

Chapitre 2: Propriétés générales des Matériaux

Chapitre 2: Propriétés générales des Matériaux 1. Introduction Chapitre 2: Propriétés générales des Matériaux Les propriétés principales des matériaux peuvent être divisées en plusieurs groupes tels que: Propriétés physiques: (la densité; la masse

Plus en détail

La vérification des formules de mélanges

La vérification des formules de mélanges La vérification des formules de mélanges Pierre Langlois, ing., M.Ing. Formation technique 2011 Gestion de la qualité en chaussées souples 30 novembre et 1 er décembre 2011 Formules de mélanges (d enrobés)

Plus en détail

Règles particulières de la marque NM BPE (NM 019)

Règles particulières de la marque NM BPE (NM 019) Règles de certification NM BPE 1 Référentiels Règles générales de la marque NM Règles particulières de la marque NM BPE (NM 019) La norme NM 10.1.008 et les normes auxquelles elle se réfère (Annexe I des

Plus en détail

Volumétrie et méthode de formulation Marshall. Pierre Langlois, M. ing.

Volumétrie et méthode de formulation Marshall. Pierre Langlois, M. ing. Volumétrie et méthode de formulation Marshall Pierre Langlois, M. ing. Pourquoi travailler en volume? Les granulats ont des densités variées; Pour un même volume d'enrobé, les rapports de masses sont variables.

Plus en détail

Le Lièvre et la Tortue

Le Lièvre et la Tortue Le Lièvre et la Tortue Épreuve pratique d algorithmique et de programmation Concours commun des Écoles normales supérieures Durée de l épreuve: 3 heures 30 minutes Juin/Juillet 2012 ATTENTION! N oubliez

Plus en détail

Statistique. Rappels de notions vues les années précédentes. La moyenne. Pour les données condensées, on utilise la formule : Exemple :

Statistique. Rappels de notions vues les années précédentes. La moyenne. Pour les données condensées, on utilise la formule : Exemple : Rappels de notions vues les années précédentes La moyenne Statistique Pour les données condensées, on utilise la formule : Exemple : Appréciation Effectif 1 6 2 12 3 24 4 18 5 10 L'appréciation moyenne

Plus en détail

SESSION 2016 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE. Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 4 ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ

SESSION 2016 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE. Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 4 ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2016 MATHÉMATIQUES - Série ES ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 MATHÉMATIQUES - Série L ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ Durée de l épreuve :

Plus en détail

1 Méthodes directes de résolution des systèmes linéaires en petite dimension

1 Méthodes directes de résolution des systèmes linéaires en petite dimension 1 Méthodes directes de résolution des systèmes linéaires en petite dimension révisions} : résolution des systèmes linéaires calcul de déterminant. Ce chapitre est censé n être qu une révision de méthodes

Plus en détail

LOGISTIQUE. TP 4 Navision Planification et MRP

LOGISTIQUE. TP 4 Navision Planification et MRP LOGISTIQUE TP 4 Navision Planification et MRP Cet exercice consiste à calculer des plannings régénératifs. Il fait référence au MRP en plus du PDP. Comme ce TP est étroitement lié au TP 3, nous conseillons

Plus en détail

COMPTE RENDU TP PS93. TP n 1 : Focométrie des lentilles minces

COMPTE RENDU TP PS93. TP n 1 : Focométrie des lentilles minces COMPTE RENDU TP PS93 TP n 1 : Focométrie des lentilles minces Objectif : Déterminer la distance focale d une lentille mince (convergente ou divergente par différentes méthodes et les comparer. Elodie Benezech

Plus en détail

Probabilités - Exercices corrigés

Probabilités - Exercices corrigés Probabilités - Exercices corrigés Y. Morel Exercice 1 Soit X une variable aléatoire qui suit la loi uniforme sur [ 5; ]. Calculer : a P X La fonction densité de probabilité de la loi uniforme sur [ 5;

Plus en détail

Liant autopercolant pour enrobés

Liant autopercolant pour enrobés P R O D U I T S S P É C I A U X Liant autopercolant pour enrobés Percocem Liant autopercolant pour enrobés domaines d application Percocem est un produit permettant de réaliser des sols à très hautes performances.

Plus en détail

Procédures d essais d étanchéité des conduites extérieures chez Cosvegaz SA

Procédures d essais d étanchéité des conduites extérieures chez Cosvegaz SA Procédures d essais d étanchéité des conduites extérieures chez Cosvegaz SA Ce document donne toutes les indications et procédures à appliquer par les sous-traitants pour les essais d étanchéité sur les

Plus en détail

Classification automatique : introduction

Classification automatique : introduction Chapitre 8 Classification automatique : introduction La classification (clustering) est une méthode mathématique d analyse de données : pour faciliter l étude d une population d effectif important (animaux,

Plus en détail

Tubes polyéthylène PE 40 PE 80 PE 100.

Tubes polyéthylène PE 40 PE 80 PE 100. FICHE TECHNIQUE FTA/50/10-C Tubes polyéthylène PE 40 PE 80 PE 100. Date d approbation : 28 juin 2012 Nombre de pages : 5 NOTES PRELIMINAIRES 1) S'il est fait mention de normes, de plans types, de plans

Plus en détail

Règlement sur la formation continue obligatoire des avocats

Règlement sur la formation continue obligatoire des avocats Règlement sur la formation continue obligatoire des avocats Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 94, par. o; 2008, c. 11, a. 62) SECTION I MOTIFS ET OBJET 1. Le présent règlement est justifié par

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE. Epreuve : MATHÉMATIQUES. Séries : STI2D et STL spécialité SPCL

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE. Epreuve : MATHÉMATIQUES. Séries : STI2D et STL spécialité SPCL BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Session 2015 Epreuve : MATHÉMATIQUES Séries : STI2D et STL spécialité SPCL Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 4 Le sujet comporte 7 pages, numérotées de 1 à 7. Les calculatrices

Plus en détail

Analyse de la dureté de l eau D après une idée de Louise Guilbert, adaptée par l équipe PISTES et la communauté de pratique

Analyse de la dureté de l eau D après une idée de Louise Guilbert, adaptée par l équipe PISTES et la communauté de pratique Analyse de la dureté de l eau D après une idée de Louise Guilbert, adaptée par l équipe PISTES et la communauté de pratique 1. Dureté de l eau : La détermination par titrage Notions préalables : La première

Plus en détail

Chapitre 4. Les techniques d échantillonnage. Page 1. Le problème à résoudre? Population prévalence réelle inconnue

Chapitre 4. Les techniques d échantillonnage. Page 1. Le problème à résoudre? Population prévalence réelle inconnue Chapitre 4 Les techniques d échantillonnage 17/04/2006 Claude Saegerman 1 Le problème à résoudre? La plupart des enquêtes épidémiologiques correspondent à des enquêtes par sondage : - concernent un échantillon

Plus en détail

AJUSTEMENTS. Noguet Lycée Blaise Pascal Colmar Ajustements cours. 24/03/2009 1/6

AJUSTEMENTS. Noguet Lycée Blaise Pascal Colmar Ajustements cours. 24/03/2009 1/6 AJUSTEMENTS 1.- Domaine d application : Un ajustement concerne toujours deux pièces : le contenu et le contenant. Le cas le plus fréquemment rencontré est celui de l arbre et de l alésage (pièces cylindriques)

Plus en détail

SUJET. Mercredi 24 Juin 2015

SUJET. Mercredi 24 Juin 2015 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Session 2015 MATHÉMATIQUES Série ES ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ SUJET Mercredi 24 Juin 2015 Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 7 L usage de la calculatrice est autorisé. Le

Plus en détail

Cahier des charges du dimensionnement des chauffe-eau thermodynamiques autonomes éligibles au Label Promotelec Habitat Neuf

Cahier des charges du dimensionnement des chauffe-eau thermodynamiques autonomes éligibles au Label Promotelec Habitat Neuf Cahier des charges du dimensionnement des chauffe-eau thermodynamiques autonomes éligibles au Label Promotelec Habitat Neuf Version 1 SOMMAIRE 1. DOMAINE D APPLICATION... 3 2. OBJECTIF DE LA MÉTHODE...

Plus en détail

BILAN DE LA QUALITE DE L EAU AU ROBINET DU

BILAN DE LA QUALITE DE L EAU AU ROBINET DU BILAN DE LA QUALITE DE L EAU AU ROBINET DU CONSOMMATEUR VIS-A-VIS DES NITRATES EN 2012 Le code de la santé publique (CSP) établit le programme d analyses du contrôle sanitaire des eaux à mettre en œuvre

Plus en détail

Groupe seconde chance Feuille d exercice n 12

Groupe seconde chance Feuille d exercice n 12 Groupe seconde chance Feuille d exercice n 2 Exercice (D après CRPE Antilles Guyane 995) Monsieur Dupré achète un terrain triangulaire dont les côtés mesurent 20 m, 96 m et 72 m.. Quels sont en millimètres

Plus en détail

Travaux Pratiques de Physique Expérience n 5

Travaux Pratiques de Physique Expérience n 5 Expérience n 5 MESURE DE LA PERMITTIVITE DU VIDE 0 Domaine: Electromagnétisme, électricité Lien avec le cours de Physique Générale: Cette expérience est liée aux chapitres suivants du cours de Physique

Plus en détail

Deux principales caractéristiques du scanner doivent être déterminées avec cette étude : la précision et la répétabilité de la prise de mesure.

Deux principales caractéristiques du scanner doivent être déterminées avec cette étude : la précision et la répétabilité de la prise de mesure. OT World 2014 Evaluation de la technologie des caméras de profondeur (type Kinect) pour l acquisition de données 3D pour la réalisation d appareillages orthopédiques I. But de l étude Ce document vise

Plus en détail

17 Cycle de vie des neutrons

17 Cycle de vie des neutrons 17 Cycle de vie des neutrons Un neutron de type courant, de la naissance comme neutron de fission instantané jusqu à l absorption dans le combustible, survit environ 0,001 s (durée de vie du neutron) dans

Plus en détail

Correction de l exercice du cours Gestion de patrimoine (2009-1010 T2) : «Analyse de la marge d un produit à capital garanti»

Correction de l exercice du cours Gestion de patrimoine (2009-1010 T2) : «Analyse de la marge d un produit à capital garanti» Correction de l exercice du cours Gestion de patrimoine (29-11 T2) : «Analyse de la marge d un produit à capital garanti» A. Analyse du produit Question 1 : représenter graphiquement la rentabilité du

Plus en détail

lim f ( x ) = L si tout intervalle ouvert contenant L contient toutes les valeurs f ( x ) dès que x est

lim f ( x ) = L si tout intervalle ouvert contenant L contient toutes les valeurs f ( x ) dès que x est Chapitre II : Limite de fonctions Etrait du programme : I. Limite d une fonction en l infini. Limite finie en Définition : f ( ) = L si tout intervalle ouvert contenant L contient toutes les valeurs f

Plus en détail

A1 DIMENSIONNEMENT DE L'EOLIENNE

A1 DIMENSIONNEMENT DE L'EOLIENNE A1 DIMENSIONNEMENT DE L'EOLIENNE Déterminer les caractéristiques d'entrée et de sortie de la chaîne de transmission de puissance. Exploiter une documentation technique pour dimensionner un composant. Tracer

Plus en détail

5.2.1 Abaque d écoulement 5.2.2 Essais d étanchéité 5.2.4 Dilatations 5.2.5 Rayons de courbures 5.2.6 Séries Classe de rigidité des tubes

5.2.1 Abaque d écoulement 5.2.2 Essais d étanchéité 5.2.4 Dilatations 5.2.5 Rayons de courbures 5.2.6 Séries Classe de rigidité des tubes Table des matières 5.2 PE-Canalisation Fiches techniques 5.2.1 Abaque d écoulement 5.2.2 Essais d étanchéité 5.2.4 Dilatations 5.2.5 Rayons de courbures 5.2.6 Séries Classe de rigidité des tubes Dimensions

Plus en détail

SECTION A - 4 DÉFINITIONS ET CONCEPTS

SECTION A - 4 DÉFINITIONS ET CONCEPTS SECTION A - 4 DÉFINITIONS ET CONCEPTS AUTEURE SECTION A - 4 Julie Brodeur Institut national de santé publique du Québec SECTION A - 4 DÉFINITIONS ET CONCEPTS TABLE DES MATIÈRES 1 PROPRIÉTÉS PHYSICO-CHIMIQUES...

Plus en détail

MANUEL D INSTRUCTIONS

MANUEL D INSTRUCTIONS MANUEL D INSTRUCTIONS SCISSOMÈTRE D INSPECTION Modèle H-60 Roctest Limitée, 2011. Tous droits réservés. L installation et l utilisation de ce produit peuvent parfois s avérer dangereuses ; elles doivent

Plus en détail

Historique et mise à jour de la méthode LC

Historique et mise à jour de la méthode LC Direction du Laboratoire des chaussées Historique et mise à jour sur les enrobés du MTQ Louise Boutin, ing. Laboratoire des chaussée Service des matériaux d infrastructure Survol de la présentation Historique

Plus en détail

9 CONTRAINTES DANS LES POUTRES EN FLEXION

9 CONTRAINTES DANS LES POUTRES EN FLEXION 9 CONTRAINTES DANS LES POUTRES EN FLEXION 9.1 CONTRAINTES NORMALES DE FLEXION 9.1.1 Généralités Au chapitre 8, nous avons élaboré des méthodes permettant de déterminer les efforts internes qui surviennent

Plus en détail

COMPRENDRE LE PROCESSUS D EXAMEN D ACTIVITÉ ET DE DÉLIVRANCE DE PERMIS D AVANTAGE PLUS QUE COMPENSATOIRE

COMPRENDRE LE PROCESSUS D EXAMEN D ACTIVITÉ ET DE DÉLIVRANCE DE PERMIS D AVANTAGE PLUS QUE COMPENSATOIRE LE PROCESSUS D EXAMEN ET D ÉVALUATION D ACTIVITÉ ET DE DÉLIVRANCE DE PERMIS D AVANTAGE PLUS QUE COMPENSATOIRE AUX TERMES DE LA LOI SUR LES ESPÈCES EN VOIE DE DISPARITION (LEVD). COMPRENDRE LE PROCESSUS

Plus en détail

CALCUL DES EQUIVALENCES DE COMPOSITIONS DES LAITS DE CONSOMMATION EN FONCTION DE LEUR TENEUR EN MATIERE GRASSE.

CALCUL DES EQUIVALENCES DE COMPOSITIONS DES LAITS DE CONSOMMATION EN FONCTION DE LEUR TENEUR EN MATIERE GRASSE. CALCUL DES EQUIVALENCES DE COMPOSITIONS DES LAITS DE CONSOMMATION EN FONCTION DE LEUR TENEUR EN MATIERE GRASSE. 1 / PROBLEMATIQUE : Le règlement Européen 2597/97 du 18.12.97 fixe des exigences de composition

Plus en détail

Baccalauréat STI2D/STL spécialité SPCL Antilles-Guyane 18 juin 2015

Baccalauréat STI2D/STL spécialité SPCL Antilles-Guyane 18 juin 2015 Durée : heures Baccalauréat STID/STL spécialité SPCL Antilles-Guyane 8 juin 05 EXERCICE 3 points. Le temps d attente en minute à un péage est une variable aléatoire qui suit la loi eponentielle de paramètre

Plus en détail

COURS : STATISTIQUES CHAPITRE 14. Extrait du programme de la classe de Troisième :

COURS : STATISTIQUES CHAPITRE 14. Extrait du programme de la classe de Troisième : CHAPITRE 14 COURS : STATISTIQUES Extrait du programme de la classe de Troisième : Statistique CONTENU COMPÉTTENCES EXIGIBLES COMMENTAIRES Il s agit essentiellement, d une part de faire acquérir aux élèves

Plus en détail

Grandeurs unités mesures

Grandeurs unités mesures Grandeurs unités mesures On mesure des grandeurs physiques de différentes sortes. On ne peut pas additionner des grandeurs physiques de natures différentes. Tout résultat expérimental s exprime par un

Plus en détail

Rapport d essai dit «1200 joules» Grille 16x16 pour costière acier dont la corde est comprise entre 0.65 et 3 m - Montage usine et chantier

Rapport d essai dit «1200 joules» Grille 16x16 pour costière acier dont la corde est comprise entre 0.65 et 3 m - Montage usine et chantier Grille 16x16 pour costière acier dont la corde est comprise entre 0.65 et 3 m - Montage usine et chantier Rapport d essais de résistance à la traversée verticale d un corps mou de grande dimension dit

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Amérique du Nord 30 mai 2014

Baccalauréat ES/L Amérique du Nord 30 mai 2014 Durée : 3 heures Baccalauréat ES/L Amérique du Nord 30 mai 2014 A. P. M. E. P. Exercice 1 Commun à tous les candidats 4 points Cet exercice est un questionnaire à choix multiples. Une réponse exacte rapporte

Plus en détail

Correction du TP MIROIRS SPHERIQUES. I. Préliminaires : Comment reconnaître rapidement la nature d un miroir

Correction du TP MIROIRS SPHERIQUES. I. Préliminaires : Comment reconnaître rapidement la nature d un miroir Introduction Correction du TP MIROIRS SPHERIQUES On étudie, dans ce TP, les caractéristiques (position et dimension) de l image d un objet par un miroir sphérique concave. Cette étude est faite pour une

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Indice de Révision Date de mise en application B 01/09/2014 Référentiel Produit nº14 ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, avenue du Recteur-Poincarré, 75782 Paris Cedex 16 Tel. 33.(0)1.64.68.84.97

Plus en détail

LE COMPARTIMENT MOTEUR. Sommaire. Ventilation : Raison d être.. 3. Mise en situation moteur / compartiment. 4. Ventilation forcée par extracteur 5

LE COMPARTIMENT MOTEUR. Sommaire. Ventilation : Raison d être.. 3. Mise en situation moteur / compartiment. 4. Ventilation forcée par extracteur 5 1/7 2 / 7 Sommaire Page Ventilation : Raison d être.. 3 Mise en situation moteur / compartiment. 4 Ventilation forcée par extracteur 5 Ventilation : exigences minimales. 5 Section consommation d air du

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Session 2013 MATHÉMATIQUES Séries STI2D et STL spécialité SPCL Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 4 Ce sujet comporte 6 pages numérotées de 1 à 6. L utilisation d une

Plus en détail

LES METHODES DE COMPOSITION DE BETON

LES METHODES DE COMPOSITION DE BETON LES METHODES DE COMPOSITION DE BETON Safi B. 1 I- METHODES DE COMPOSITION DES BETONS L étude de la composition d un béton, consiste à définir le mélange optimal des différents granulats dont on dispose

Plus en détail

Determination de l'extrait sec total par gravimetrie

Determination de l'extrait sec total par gravimetrie Méthode OIV-MA-BS-09 Méthode de type II 1. Champ d'application Cette méthode convient pour la détermination de l extrait sec des boissons spiritueuses d origine vitivinicole contenant moins de 15 g/l de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.11/2007/18 31 août 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

LES ENROBES D ASSISESD

LES ENROBES D ASSISESD LES ENROBES D ASSISESD Graves Bitumes (GB) Enrobés à Module Élevé (EME) Les Enrobés Bitumineux : Formulation, Fabrication, Mise en Place - Montréal 2006 1 TERMINOLOGIE Bétons bitumineux Couche Base Base

Plus en détail

Chapitre n 10 L A M É C A N I Q U E D E N E W T O N

Chapitre n 10 L A M É C A N I Q U E D E N E W T O N T ale S Chapitre n 10 L A É C A N I Q U E D E N E W T N I- Rappels 1 )Le vocabulaire a) Système Le système est l objet, ou l ensemble des objets, auquel on s intéresse pour l étude de son mouvement. Ex.:

Plus en détail

MESURES DE TENDANCE CENTRALE ET DE DISPERSION

MESURES DE TENDANCE CENTRALE ET DE DISPERSION MESURES DE TEDACE CETRALE ET DE DISPERSIO On considère sur un échantillon de individus la variable statistique X = (X, X 2,..., X ).. IDICATEURS DE TEDACE CETRALE Les mesures de tendance centrale permettent

Plus en détail

Devoir 3 Date d échéance :

Devoir 3 Date d échéance : Question 1 Les diagrammes de quartiles ci-dessous montrent les distributions des vitesses maximales (en miles par heure) atteintes par des Montagnes russes aux États-Unis, classées selon si la piste est

Plus en détail

Politique institutionnelle d'évaluation des programmes du. Collège Montmorency

Politique institutionnelle d'évaluation des programmes du. Collège Montmorency Politique institutionnelle d'évaluation des programmes du Collège Montmorency Juin 2014 Introduction Le Collège Montmorency est un établissement d enseignement collégial public. Une nouvelle version de

Plus en détail

PROTOCOLE CADRE POUR L EVALUATION BIOLOGIQUE

PROTOCOLE CADRE POUR L EVALUATION BIOLOGIQUE COMITÉ PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SÉCHERESSE AU SAHEL COMITÉ SAHÉLIEN DES PESTICIDES (CSP) PROTOCOLE CADRE POUR L EVALUATION BIOLOGIQUE DES INSECTICIDES AU SAHEL LUTTE ANTIACRIDIENNE Champ

Plus en détail

NOTICE DE POSE. Généralités

NOTICE DE POSE. Généralités NOTICE DE POSE Généralités Les pierres sont des matériaux naturels caractérisés par une variété de couleurs et nuances ;ce qui participe à leur aspect unique et à leur beauté La couleur de l OPUS QUARTZITE

Plus en détail

Caractéristiques des câbles souterrains HTA

Caractéristiques des câbles souterrains HTA Référentiel technique Caractéristiques des câbles souterrains HTA HISTORIQUE DU DOCUMENT Indice Nature de la modification Date publication V1.1 Création 12/09/2005 V1.2 Ajout de la capacité des câbles

Plus en détail

RAPPORT DE TEST D ÉTANCHÉITÉ selon les normes NF EN 1507 et NF EN 12237

RAPPORT DE TEST D ÉTANCHÉITÉ selon les normes NF EN 1507 et NF EN 12237 RAPPORT DE TEST D ÉTANCHÉITÉ selon les normes NF EN 1507 et NF EN 12237 Donneur d ordre : Projet : Gestionnaire : SAVETO 18 rue de Bailleul 59190 Staple France Validation des méthodes de fabrication et

Plus en détail

LES CARTOUCHES CHAUFFANTES. pièces des composantes

LES CARTOUCHES CHAUFFANTES. pièces des composantes LES CARTOUCHES CHAUFFANTES pièces des composantes pièces des composantes LES CARTOUCHES CHAUFFANTES SÉLECTION SÉLECTION DE VOTRE CARTOUCHE CHAUFFANTE WATTCO Les sections suivantes vous aideront à sélectionner

Plus en détail

Chapitre I ; Généralité, classement des matériaux et leur propriétés 2011

Chapitre I ; Généralité, classement des matériaux et leur propriétés 2011 ENSH LE 10/04/2011 Chapitre I : GÉNÉRALITÉS, CLASSEMENT DES MATÉRIAUX ET LEURS PROPRIÉTÉS 1.1 Généralité Sont considérés comme matériaux de construction tous les matériaux utilisés pour la réalisation

Plus en détail

Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) Documentation sur les poids ménages. Juin 2009

Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) Documentation sur les poids ménages. Juin 2009 Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) Documentation sur les poids ménages Juin 2009 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1 2. VUE D ENSEMBLE DE LA PONDÉRATION...1 3. PONDÉRATION

Plus en détail

Exercice 1 : (6 points) On considère le programme de calcul suivant : Choisir un nombre Ajouter 5 Prendre le carré de cette somme

Exercice 1 : (6 points) On considère le programme de calcul suivant : Choisir un nombre Ajouter 5 Prendre le carré de cette somme Brevet blanc de Mathématiques Janvier 2014 Durée : 2h La calculatrice est autorisée. Aucun échange de matériel pendant l'épreuve. Le soin et la qualité de la rédaction seront notés sur 4 points. Exercice

Plus en détail

Roulements à deux rangées. de billes. Roulements à deux rangées. de billes à contact radial 262. de billes à contact oblique 266

Roulements à deux rangées. de billes. Roulements à deux rangées. de billes à contact radial 262. de billes à contact oblique 266 Roulements à deux rangées de billes Roulements à deux rangées de billes à contact radial 262 Définition et aptitudes 262 Séries 262 Tolérances et jeux 262 Eléments de calcul 263 Suffixes 263 Caractéristiques

Plus en détail

Linteau Stalton Linteau composite en béton précontraint

Linteau Stalton Linteau composite en béton précontraint Linteau composite en béton précontraint DESCRIPTION Le linteau Stalton est un linteau préfabriqué, en béton précontraint, enrobé de terre cuite. Le linteau Stalton est disponible en 3 largeurs, dans tous

Plus en détail

Effet de la température sur la masse volumique de l'eau

Effet de la température sur la masse volumique de l'eau Joe Bleau Snc2dB Effet de la température sur la masse volumique de l'eau Travail présenté à François Lépine Enseignant de sciences École Secondaire Catholique Renaissance Aurora, Ontario Le 1 février 2010

Plus en détail

2

2 1 2 3 4 5 6 Selon la partie 5.2.4.3.2. «Ajout d eau sur le chantier» de la norme A23.1 5.2.4.3.2 Ajout d eau sur le chantier Lorsque l affaissement du béton est inférieur àla valeur prescrite, de l eau

Plus en détail

Ouvrages de pierres naturelles

Ouvrages de pierres naturelles Ouvrages de pierres naturelles DEVIS NORMALISÉ VILLE DE GATINEAU TABLEAU DES MODIFICATIONS / RÉVISIONS CAHIER : A Généralités 1. Les modifications ou révisions effectués dans le présent cahier, par rapport

Plus en détail

Chapitre 4 - CALCUL MATRICIEL. Définition 1

Chapitre 4 - CALCUL MATRICIEL. Définition 1 4.1 Généralités sur les matrices Chapitre 4 - CALCUL MATRICIEL Définition 1 Une matrice de taille m x n est un tableau de nombres formé de m lignes n colonnes. Une telle matrice s'écrit sous la forme :

Plus en détail

Calcul des structures en bois

Calcul des structures en bois Calcul des structures en bois Yves Benoit Bernard Legrand Vincent Tastet Deuxième édition 2009 AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009 ISBN AFNOR : 978-2-12-272121-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-12481-1 9 Justification

Plus en détail

Cahier des Charges Consultation n 11764 pour la contractualisation de Réserves rapides et complémentaires activables sur le Mécanisme d Ajustement

Cahier des Charges Consultation n 11764 pour la contractualisation de Réserves rapides et complémentaires activables sur le Mécanisme d Ajustement Cahier des Charges Consultation n 11764 pour la contractualisation de Réserves rapides et complémentaires activables sur le Mécanisme d Ajustement 1. INTRODUCTION... 2 1.1 Objet... 2 1.2 Contexte... 2

Plus en détail

RP Robinets à piston. IM-P118b05 ST BEf-01 6.1.1.056. Notice de montage et d'entretien

RP Robinets à piston. IM-P118b05 ST BEf-01 6.1.1.056. Notice de montage et d'entretien RP Robinets à piston IM-P118b05 ST BEf-01 6.1.1.056 Notice de montage et d'entretien Mise en service A la première mise en marche ou après le remplacement des rondelles, fermer le robinet et resserrer

Plus en détail

À QUOI EST-CE QU'IL FAUT FAIRE ATTENTION QUAND VOUS ENVISAGEZ D'INSTALLER UN PONT ROULANT?

À QUOI EST-CE QU'IL FAUT FAIRE ATTENTION QUAND VOUS ENVISAGEZ D'INSTALLER UN PONT ROULANT? Page 1 of 6 home entreprise produits service après vente pour étudiants occasion contact Ponts roulants et portiques: points de considération basic+ custom special accessoires À QUOI EST-CE QU'IL FAUT

Plus en détail

Créateurs d entreprise Conseils en création d entreprise Centres de formalité des entreprises Comptables et experts-comptables

Créateurs d entreprise Conseils en création d entreprise Centres de formalité des entreprises Comptables et experts-comptables FICHE DE RECOMMANDATIONS N 1 : CREER SA SOCIETE EN EUROS Objet : Au cours de la période transitoire, créer une société commerciale en la dotant directement d un capital social libellé en euros. Destinataires

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE A (XE) Le rayonnement solaire pour la navigation spatiale

COMPOSITION DE PHYSIQUE A (XE) Le rayonnement solaire pour la navigation spatiale ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE PC COMPOSITION DE PHYSIQUE A (XE) (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices n est

Plus en détail

Atelier de Mécanique Générale & R.D.M. TP N 2: Flexion Simple. (Licence N1 /Durée 3H) Objectifs :

Atelier de Mécanique Générale & R.D.M. TP N 2: Flexion Simple. (Licence N1 /Durée 3H) Objectifs : (Licence N1 /Durée 3H) Objectifs : Se familiariser avec l appareil d étude de flexion des poutres (les pièces constitutives, mode d emploi...) Bien maitriser les étapes qui mènent à l élaboration des différents

Plus en détail

Travaux Dirigés - Master Matériaux UCBL M1-01

Travaux Dirigés - Master Matériaux UCBL M1-01 Travaux Dirigés - Master Matériaux UCBL M1-01 Année 2006-2007 Table des matières 1 ÉQUILIBRES CHIMIQUES 2 1.1 Exercice 1 : ellingham de Al et Cr........................ 2 1.2 Exercice 2 : équilibre des

Plus en détail

2. Devoir de diligence Programme de travail courtiers et agents d'assurances non-liés

2. Devoir de diligence Programme de travail courtiers et agents d'assurances non-liés . Devoir de diligence Programme de travail courtiers et agents d'assurances non-liés Certaines 'attentes de l'autorité de contrôle' ne s'appliquent pas dans tous les cas. Lorsqu'une 'attente' est applicable,

Plus en détail

Désignation d un compte en fiducie comme compte bancaire pour l enregistrement électronique

Désignation d un compte en fiducie comme compte bancaire pour l enregistrement électronique PAIEMENTS DE DROITS D ENREGISTREMENT ET DE DROITS DE CESSION IMMOBILIÈRE Renseignements généraux Conformément à l entente sur les systèmes d enregistrement électronique Teraview (l entente Teraview), un

Plus en détail

TP N 1 : Recyclage du cuivre en milieu aqueux.

TP N 1 : Recyclage du cuivre en milieu aqueux. TP N 1 : Recyclage du cuivre en milieu aqueux. Introduction : Les domaines d applications du cuivre sont très étendus. Le cuivre est utilisé dans l industrie électrique et électronique, le secteur de la

Plus en détail

LES ERREURS DE MESURE

LES ERREURS DE MESURE Chapitre 11 I- INTRODUCTION : LES ERREURS DE MESURE Les seuls mesurandes dont la valeur est parfaitement connue sont les grandeurs étalons puisque leur valeur est fixée par convention. La valeur de tout

Plus en détail

Historique. Assurance Qualité. Applications. Protection contre la corrosion. Installation rapide

Historique. Assurance Qualité. Applications. Protection contre la corrosion. Installation rapide 2 Historique La gamme de système de fixation E-Klips est née en Angleterre il y a 25 ans. La société Furse est reconnue pour offrir une méthode facile, rapide et sûre de fixation pour charpente métallique

Plus en détail

Mathématiques Statistiques II

Mathématiques Statistiques II Définition du domaine d'examen MAT-4104-2 Mathématiques Statistiques II Mesure et collecte de données Définition du domaine d'examen MAT-4104-2 Mathématiques Statistiques II Mesure et collecte de données

Plus en détail

Thermodynamique TD8 TSI 2015-2016. Exercice 1 : Lois d association des résistances. Deux matériaux thermostatés

Thermodynamique TD8 TSI 2015-2016. Exercice 1 : Lois d association des résistances. Deux matériaux thermostatés Thermodynamique TD8 TSI 2015-2016 Exercice 1 : Lois d association des résistances Deux matériaux thermostatés aux températures et sont initialement séparés par un milieu équivalent à du vide. On les relie

Plus en détail

DIRECTIVE POUR L IMPORTATION ET LA MISE EN CIRCULATION DE PRODUITS MEDICAUX EXPERIMENTAUX

DIRECTIVE POUR L IMPORTATION ET LA MISE EN CIRCULATION DE PRODUITS MEDICAUX EXPERIMENTAUX PROJET MODELE [NOM DE L AUTORITE NATIONALE DE REGLEMENTATION] DIRECTIVE POUR L IMPORTATION ET LA MISE EN CIRCULATION Pour les essais cliniques à mener à/au/en (NOM DU PAYS) 2 TABLE DES MATIERES Pages 1.

Plus en détail

Leçon n 10 : du coût variable au coût spécifique

Leçon n 10 : du coût variable au coût spécifique Leçon n 10 : du coût variable au coût spécifique PLAN DE LA LEÇON : 1. ADAPTATIONS DU MODELE DU SEUIL DE RENTABILITE... 1 1.1. Seuil de rentabilité et modifications de la structure des coûts...2 1.2. Hypothèse

Plus en détail

Article publié dans Porc Québec - Octobre 2003 ÉCONOMIE

Article publié dans Porc Québec - Octobre 2003 ÉCONOMIE NÉGOCIER UN CONTRAT D INTÉGRATION Article publié dans Porc Québec - Octobre 2003 ÉCONOMIE YVES DESJARDINS, AGRONOME, LES CONSULTANTS DENIS CHAMPAGNE Une comparaison des types de contrats de production

Plus en détail

Notice d utilisation. «Outil de calcul automatique de résistance et de déphasage thermiques»

Notice d utilisation. «Outil de calcul automatique de résistance et de déphasage thermiques» Cd2e mai 2012 / p1 Notice d utilisation «Outil de calcul automatique de résistance et de déphasage thermiques» Cet outil permet d évaluer de manière rapide: La durée de déphasage thermique (en heures)

Plus en détail

CALCUL DU COÛT RÉSIDENTIEL INSTRUCTIONS

CALCUL DU COÛT RÉSIDENTIEL INSTRUCTIONS Mises en garde CALCUL DU COÛT RÉSIDENTIEL INSTRUCTIONS Cette application de calcul ne fait pas partie du Manuel d évaluation foncière du Québec (MEFQ) et son utilisation n est pas prescrite par la réglementation

Plus en détail

Exercice n 1 : (9,5 points) LES ONDES SISMIQUES... Les parties A et B sont indépendantes.

Exercice n 1 : (9,5 points) LES ONDES SISMIQUES... Les parties A et B sont indépendantes. Afrique 2003 http://labolycee.org Partie A: Étude d'un séisme. LES ONDES SISMIQUES... Les parties A et B sont indépendantes. Exercice n 1 : (9,5 points) Lors d'un séisme, la Terre est mise en mouvement

Plus en détail

Notice pour portail à battants

Notice pour portail à battants Notice pour portail à battants Limites d utilisation Le portail à battants manuel est destiné à être installé sur les enclos privés et sur les enclos des locaux industriels ou commerciaux. Son utilisation

Plus en détail

Les essais qualitatifs réalisés sur les enrobés et leurs constituants

Les essais qualitatifs réalisés sur les enrobés et leurs constituants Les essais qualitatifs réalisés sur les enrobés et leurs constituants Formation sur la gestion de la qualité en chaussées souples Par: Alexis Mailloux Jacques Chénard 30 novembre et 1 er décembre 2011

Plus en détail

Les planchers surélevés des centres de données sont-ils en voie de disparition? Présenté par Ronald Desparois Président

Les planchers surélevés des centres de données sont-ils en voie de disparition? Présenté par Ronald Desparois Président Les planchers surélevés des centres de données sont-ils en voie de disparition? Présenté par HISTORIQUE Fournir un plancher structurel élevé afin répartir la charge du poids des cabinets. Utiliser cet

Plus en détail

EXERCICE II : LA VITAMINE C (9 points)

EXERCICE II : LA VITAMINE C (9 points) Bac S Septembre 205 Polynésie CORRECTION : http://labolycee.org EXERCICE II : LA VITAMINE C (9 points). À propos de l acide ascorbique... acide L-ascorbique..2 * * L acide L-ascorbique possède deux atomes

Plus en détail

BTS OPTICIEN LUNETIER Mathématiques SESSION 2012

BTS OPTICIEN LUNETIER Mathématiques SESSION 2012 BTS OPTICIEN LUNETIER Matématiques SESSION 212 Note : ce corrigé n a pas de valeur officielle et n est donné qu à titre informatif sous la responsabilité de son auteur par Acuité. Proposition de corrigé

Plus en détail

- C - Caractéristiques de dispersion et de forme d une distribution statistique. Introduction. I. Caractéristiques de dispersion

- C - Caractéristiques de dispersion et de forme d une distribution statistique. Introduction. I. Caractéristiques de dispersion Introduction - C - Caractéristiques de dispersion et de forme d une distribution statistique Les caractéristiques de tendance centrale donnent des informations sur les valeurs importantes de la distribution

Plus en détail

Introduction aux enrobés. Pierre Langlois, M. ing.

Introduction aux enrobés. Pierre Langlois, M. ing. Introduction aux enrobés Pierre Langlois, M. ing. Composition des enrobés Composition des enrobés Les granulats sont enrobés d'un mince film ou feuil de bitume. Composition des enrobés Granulats Vides

Plus en détail