Mesure par capacité électrique de la teneur en eau des sables sur bande transporteuse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mesure par capacité électrique de la teneur en eau des sables sur bande transporteuse"

Transcription

1 TRAN NGOC LAN Ingénieur ESE Mesure par capacité électrique de la teneur en eau des sables sur bande transporteuse et A. JALLET Technicien supérieur Laboratoire central INTERET DE LA METHODE La teneur en eau des différentes classes granulaires entrant dans la composition d'un matériau de construction est très importante à connaître puisque d'une part elle intervient dans la teneur en eau globale du matériau, dont dépendent ses caractéristiques telles que la résistance mécanique ou l'aptitude au compactage, et que d'autre part, elle influe, lors du dosage des constituants durant la fabrication, sur la formule obtenue. Il convient donc, pendant la fabrication des mélanges, de mesurer la teneur en eau des granulats et notamment celle du sable avec un appareil suffisamment précis et à temps de réponse suffisamment court pour pouvoir agir sur le dosage. Ce contrôle continu de la teneur en eau permet alors un asservissement des matériels de dosage qui limite l'intervention manuelle du conducteur de la centrale et garantit une plus grande régularité du mélange constitué. Il remplace avantageusement toutes les méthodes de mesure discontinues effectuées après prélèvement d'échantillons, lourdes d'emploi et insuffisamment représentatives. Parmi les nombreuses méthodes existant pour les mesures en continu on peut citer : la méthode par ralentissement de neutrons rapides, la méthode dite de résistivité. La méthode neutronique a déjà fait l'objet de maintes réalisations commerciales. Elle a beaucoup d'avantages, notamment un volume d'action important et une bonne précision ; elle a aussi ses inconvénients, dont un prix relativement élevé, un temps de réponse plus ou moins grand, et certaines précautions d'emploi nécessaires pour satisfaire aux normes de sécurité. A l'opposé, la méthode de résistivité est simple, peu coûteuse et sa réponse immédiate. Etant fondée sur la mesure d'une grandeur électrique, elle se prête très bien à l'automatisation. Son principe comporte cependant un certain nombre de facteurs d'influence difficilement contrôlables, tels que la salinité de l'eau mouillante, la propreté des matériaux, la température... L'intérêt de la méthode capacitive à très haute fréquence décrite dans cet article est de garder les avantages de la méthode résistive, étant elle-même électrique et d'une mise en oeuvre assez semblable, tout en atténuant très sensiblement l'effet des facteurs qui en rendent l'emploi délicat. Après un rappel du principe, on décrit plus particulièrement une application de cette méthode à la mesure de la teneur en eau des sables transportés sur bande. Les essais ont jusqu'à présent porté essentiellement sur les sables à bétons et seront prochainement étendus aux sables utilisés pour la fabrication des autres matériaux. PRINCIPE DE LA METHODE [1] Cette méthode est fondée sur la mesure de la permittivité diélectrique apparente e du sable humide, laquelle résulte de la combinaison des permittivités de l'eau, du sable et de l'air dont les valeurs sont respectivement de 80-5 et 1. Etant donné ces valeurs très contrastées, la permittivité du sable humide tend à être fonction surtout de la quantité d'eau présente dans le volume d'influence du champ électrique, c'est-à-dire de la teneur en eau volumique w VO i et, dans une bien moindre mesure, de la quantité de matière solide dans ce même volume, c'est-à-dire de la densité sèche yd qui agit comme paramètre. 109 Bull. Liaison Labo. P. et Ch mai-juin Réf. 1468

2 Ce principe serait vrai si l'eau, le sable et l'air se comportaient comme des phases indépendantes sans couplage mutuel. Mais les pores du milieu pulvérulent, quand ils sont remplis d'eau, constituent des microdomaines conducteurs qui avoisinent les microdomaines isolants que sont les grains de sable et les pores emplis d'air. Lorsque la fréquence du champ électrique alternatif appliqué est relativement basse, les ions ont le temps de se déplacer et viennent s'accumuler aux frontières des microdomaines conducteurs et isolants, créant un supplément de permittivité d'un ordre de grandeur parfois très supérieur à celui de la permittivité «d'origine diélectrique». Pour obtenir cette dernière, à l'exclusion de tout effet ionique, il faut donc utiliser une fréquence suffisamment élevée. C'est pourquoi la méthode est dite à très haute fréquence. Une fréquence supérieure à 20 MHz est en fait suffisante. La figure 1 tirée de la thèse de M. Descarpentries [2] montre que, pour un sable, le supplément de permittivité d'origine ionique a surtout lieu pour les fréquences inférieures à 10 MHz. Fig. 2 - Sonde montée sur le portique. 100kHz 1MHz 10MHz 100HHz 1GHz 10 GHz Igf Fig. 1 - Variation de la constante diélectrique du sable du Pyla en fonction de 'la fréquence [2]. DESCRIPTION DE L'APPAREILLAGE En pratique, la permittivité e n'étant pas accessible directement, on mesure la capacité, grandeur électrique qui lui est proportionnelle. Dans ce but on introduit une sonde comportant deux électrodes dans le sable humide, formant avec celui-ci un condensateur à pertes dont le schéma électrique équivalent est représenté par une capacité C en parallèle avec une résistance R. La méthode résistive consisterait à mesurer la résistance R ; la méthode capacitive consiste au contraire à mesurer la capacité C et, pour être purement capacitive, cette mesure doit être effectuée à très haute fréquence. On a mis au point un système électronique associé à la sonde pour exploiter d'une façon automatique la variation de la capacité en fonction de la teneur en eau. Sonde Les figures 2 et 3 montrent le capteur et son mode d'implantation sur la bande transporteuse. Fig. 3 - Sonde en position de travail dans la veine de sable. La sonde ayant la forme d'une étrave de bateau (fig. 4) est fixe et opère un sillon longitudinal, au milieu de la veine de sable lorsque cette veine défile sous la sonde. Celle-ci est composée de deux électrodes en acier inoxydable usinées dans la masse et Incorporées dans un moulage en araldlte. Telle qu'elle vient d'être décrite, la sonde a la structure d'un condensateur à électrtfdes coplanaires, c'est-à-dire que les surfaces actives des armatures du condensateur se trouvent dans le même plan. Les électrodes étant de dimension finie, la capacité d'un tel condensateur ne peut être calculée que par voie numérique. On peut cependant indiquer une expression analytique de la capacité qui, bien qu'elle ne soit rigoureuse que si la sonde comporte des électrodes de garde, demeure qualitativement valable. Cette expression montre que la capacité dépend du rapport des largeurs I des électrodes à leur écartement e et est directement proportionnelle à leur longueur L. Par ailleurs la sonde est dimensionnée de façon que son volume utile, défini tel que les matériaux qu'il comprend contribuent pour 95 % au moins à la capacité totale de la sonde, s'inscrive le mieux possible dans la section droite de la veine sableuse. 110

3 Vue de profil Oscillateur [4] 270- C'est un circuit électronique comprenant un élément amplificateur dont une fraction de la tension de sortie est ramenée à l'entrée dans les conditions de gain et de phase de telle sorte qu'il s'établisse des oscillations entretenues. Les oscillations se font approximativement à la fréquence f 0 de résonance du circuit en parallèle R, L, C, chargeant la sortie de l'oscillateur : f o = 1 2^^LC En pratique, le circuit résonant est composé d'une self inductance L, branchée en parallèle sur les électrodes de la sonde dont le schéma équivalent représente R et C. En vertu de la formule ci-dessus, à toute variation de capacité sous l'effet d'une variation de la teneur en eau correspond une variation en sens inverse de la fréquence de l'oscillateur. I Coupe ÂÂ] Fig. 4 - Sonde capacitive pour matériaux sur bande transporteuse. En fait, celle-ci ayant été choisie, les dimensions des électrodes et leur position relative ont été déterminées au préalable sur du papier conducteur à l'aide de l'appareillage destiné habituellement aux études par analogie électrique. La figure 5 montre le réseau des lignes de courant obtenues au sein du sable. On démontre que chaque fuseau compris entre deux lignes consécutives a la même contribution à la capacité totale. La section de la veine contient 10 fuseaux dont 9,5, représentant le volume utile, occupent environ 10 dm 3. Outre le fait que la fréquence doit être assez élevée pour éviter le supplément de capacité d'origine ionique, elle doit être indépendante de la résistance R de la sonde. Dans le cas contraire, cette résistance apporte encore une contribution ionique même si la fréquence est suffisamment élevée. Il faut ajouter enfin que l'oscillateur cesse de fonctionner lorsque la résistance équivalente de la sonde est inférieure à une résistance critique R 0 (100 il). Ce risque de décrochage peut se présenter lorsque le sable est conducteur et que sa teneur en eau est forte. L'oscillateur une fois réalisé, et compte tenu des caractéristiques électriques du sable, il faut dimensionner la sonde en sorte qu'elle puisse fonctionner dans toute la gamme de teneur en eau sans décrochage. On voit donc que le dimensionnement de la sonde est lié aux caractéristiques de l'oscillateur et que la réalisation de l'ensemble résulte d'un compromis tenant compte : de la conductivité du sable, de la résistance de décrochage de l'oscillateur. La figure 6 montre un exemple de courbes caractéristiques de l'oscillateur. Fréquence de l'oscillateur (MHz) Si Fig. 5 - Réseau des équipotentielles et des lignes de champ dans un milieu infini.. Décrocr age de l'oscilla :eur Système électronique associé Celui-ci comporte deux parties : un oscillateur incorporé dans la sonde, servant à convertir les variations de capacité en une variation de fréquence, grandeur facile à mesurer et à «transporter» à distance ; une chaîne de mesure de fréquence, convertissant celle-ci en un signal électrique continu, proportionnel à la teneur en eau Chaîne de mesure (pf) Capacité Fig. 6 Il faut un équipement pouvant mesurer des fréquences allant jusqu'à 50 MHz. En accord avec le LCPC, et la 111

4 société ERAIN (Etudes et réalisation d'automatismes industriels) a mis au point une version industrielle de la chaîne de mesure, très compacte, permettant d'afficher directement la teneur en eau sur le pupitre de commande. Cette société se chargera par ailleurs de la commercialisation de certaines applications industrielles de cette méthode. EXPERIMENTATION Essais en laboratoire Un certain nombre d'essais ont été effectués au préalable en laboratoire dans le but d'évaluer les effets respectifs de la température, de la concentration et de la nature ionique de l'eau mouillante ainsi que de la densité sèche du granulat. Effet de la température ambiante La température modifie aussi bien la constante diélectrique de l'eau mouillante que les caractéristiques de l'électronique associé. Il est donc nécessaire d'évaluer l'effet global de la température sur l'ensemble constitué de la sonde et de l'oscillateur. A titre indi- :30 catif, on a noté, lorsque la température s'élève de 20 C, une variation de fréquence équivalente à celle qu'entraînerait une augmentation de 0,5 % de la teneur en eau pondérale. Effet ionique La figure 7 montre l'effet peu important sur la capacité mesurée à 25,6 MHz, de la nature et de la concentration ionique de l'eau, alors que celles-ci continuent à avoir une influence considérable sur la conductance (fig. 8). C'est l'un des avantages de la méthode capacitive sur la méthode résistive. Effet de la densité sèche Enfin, on constate sur la figure 9 que, lorsque le sable passe de l'état foisonné à l'état de compacité maximal sous l'effet des vibreurs pneumatiques, subissant une variation de densité de l'ordre de 0,2 t/m 3, la capacité augmente d'une quantité égale à celle qu'entraînerait une augmentation d'un point et demi de teneur en eau pondérale. Capacité de la sonde (pf) a. CO Ü xi 0,25 2 9/1 g/i NaCI 0 CaSO«m o Ca(0H) 2 A A x Eau de ville non chargée Teneur en eau volumique (%) Fig. 7 - Influence de la présence d'ions dans l'eau de mouil lage sur la capacité électrique du sable de Melun. le S 6 a 5 o u Ss / / 0,25 2 9/1 g H _ O Na C l o CaS0 4 D - Ca(OH) 2 à 6 s Ss Jí»" 4 x Eau ( ie ville non che rgée k Teneur en eau volumique (%) Fig. 8 - Influence de la présence d'ions dans l'eau de mouillage sur la conductibilité électrique du sable de Melun Fig. 9 - Variation de la capacité en fonction de la densité. La densité du sable peut varier pour diverses raisons. On connaît la variation systématique de la densité du sable foisonné en fonction de la teneur en eau dont l'allure est représentée par la figure 10. L'effet de cette variation, qui peut être très important, est systématiquement pris en compte dans la courbe d'étalonnage si l'on effectue celui-ci dans les mêmes conditions qu'à l'utilisation, et n'entraîne donc pas d'erreur. 112

5 Densité 1,80 1,60 1,40 La centrale à béton à dosage continu SAE de Cergy- Pontoise dans laquelle les essais ont été effectués utilise le deuxième mode d'extraction. Les divers granuláis sont chargés dans les trémies doseuses à raison d'une trémie par granulat. Le sable s'étale, à partir d'une trappe rectangulaire à la base de la trémie, sur la bande transporteuse pour y former une veine relativement homogène. C'est sur cette veine de sable qu'on a choisi d'implanter la sonde. La figure 11 montre un exemple de droite d'étalonnage ainsi que les points expérimentaux dont la dispersion provient en partie des fluctuations résiduelles de la densité et en partie du manque de représentativité des prélèvements, lorsque la teneur en eau du sable est hétérogène. Ceux-ci en effet fournissent des teneurs en eau d'un volume de 1,5 litre, qui peuvent donc être différentes de celles indiquées par la sonde qui sont des teneurs en eau, moyennes dans un volume de 10 litres environ. 1,20 Fig Variation de la densité du sable foisonné en fonction de la teneur en eau. Fréquence de l'oscillateur (MHz) 37,5 \ \ \ \ La densité peut varier aussi d'une façon aléatoire sous l'effet des causes accidentelles telles que les à-coups du chargement du sable sur la bande, des vibrations épisodiques, etc. Ces fluctuations de densité sont cependant atténuées du fait qu'au voisinage de la sonde, qui cisaille le matériau en le pénétrant, un matériau donné, quelle que soit sa densité au départ, ne peut se trouver dans un état ni foisonné ni compact. Il se trouve en fait à sa densité critique ou à une valeur très proche [5] [6]. 35,0 32,5 \t \\ - 0,! 5 % \ \ + 0,5 % Influence de la nature minérale-gique La nature minéralogique des matériaux, ainsi que la forme des grains solides, intervenant dans la valeur de la permittivité du sable humide, la courbe de variation de la capacité en fonction de la teneur en eau, n'est pas la même pour différents matériaux ; il est donc souhaitable de procéder, pour chaque matériau, à un étalonnage de la sonde, cette opération consistant à relever les indications de la sonde en fonction des teneurs en eau des matériaux obtenus par séchage à l'étuve des prélèvements. 30, i Fig Résultats de l'expérimentation à la centrale SAE de Cergy-Pontoise (sable de Seine 0/6). Nombre de points Pour supprimer l'effet des variations systématiques de la densité, il est nécessaire d'effectuer cet étalonnage dans les conditions réelles d'utilisation, c'est-àdire en «vraie grandeur». Etalonnage en «vraie grandeur» L'étalonnage a été effectué en centrale sur du sable de Seine et à la Station d'essai d'éléments de matériel routier de Blois sur du sable de Loire. En centrale Le sable est généralement stocké en trémie mais peut en être extrait de deux manières -. soit par casque, soit par tapis extracteur. - 0,50 + 0, ,30 Ecart pondéral (%) Fig Histogramme de dispersion des points en place par rapport aux droites de régressions journalières (période du au ). Néanmoins, l'histogramme de dispersion (fig. 12) obtenu à partir d'une centaine de points expérimen- 113

6 MHz = 31,60 w % = 8,72 MHz = 32,50 MHz = 31,40 MHz =31,80 w % = 7,66 w % = 9,50 w % = 7,84 MHz = 33,30 w % = 5,60 1 mn 1 mn Fig Exemple d'enregistrement à la centrale de Cergy-Pantoise. taux, montre qu'on peut obtenir une précision de ± 0,5 point de teneur en eau pondérale. Cet histogramme a été obtenu après une correction de dérive des oscillateurs utilisés, dérive qui n'existe plus sur les oscillateurs actuels. Fréquence de l'oscillateur (MHz) La figure 13 représente un exemple d'enregistrement de la fréquence pendant le déroulement de la bande transporteuse, sur lequel on a noté les teneurs en eau des prélèvements et les fréquences correspondantes. On constate des fluctuations parfois très grandes de la teneur en eau du sable d'un instant à l'autre. Il faut ajouter que l'on peut aussi mesurer la teneur en eau des matériaux pendant l'arrêt de la bande transporteuse. La pression de la sonde sur les matériaux étant moins forte à l'arrêt qu'en marche et le contact plus lâche, la fréquence de l'oscillateur est toujours plus élevée, on obtient néanmoins une droite d'étalonnage satisfaisante (fig. 14). Etalonnage à la Station d'essai des éléments de matériels routiers de Blois (SEMR) Un banc des granulats a été réalisé à la SEMR pour tester l'efficacité des différents types de doseurs à granulats. Ce banc permet d'humidifier ou de sécher à volonté les sables transportés sur bande et de les recycler d'une façon permanente. Une sonde a été implantée sur la bande transporteuse de la même manière qu'en centrale. La rampe d'arrosage par pulvérisation permet de modifier de façon continue la teneur en eau ; un certain malaxage s'opère pendant le cycle fermé suivi par le sable, entraînant une homogénéisation relative de la teneur en eau dans toute la masse du sable. L'enregistrement obtenu sur du sable de Loire (fig. 15) est de ce fait très régulier en comparaison de celui obtenu en centrale. La droite d'étalonnage tirée de cet enregistrement est représentée sur la figure Fig Résultats de l'expérimentation à la centrale SAE de Cergy-Pontoise (bande transporteuse à l'arrêt). MHz w % : Fig Exemple d'évolution de la teneur en eau sur le banc d'essai des doseurs à granulats de la SEMR de Blois 114

7 Fréquence de l'oscillateur (MHz) " \ \ \ \ \ \ Des essais ont montré par ailleurs qu'on peut espérer étendre cette méthode à d'autres catégories de granulats moyennant certains aménagements de la sonde. Les expérimentations à venir permettront d'apprécier les domaines et les conditions d'emploi de cet appareil. On peut prévoir l'utilisation de cette méthode dans les centrales à béton ou à graves traitées ; elle y permettrait l'asservissement des divers dosages en fonction de la teneur en eau réelle des matériaux. Dans les postes d'enrobage, la sonde capacitive pourrait servir au réglage automatique du débit du combustible en fonction de la teneur en eau des matériaux à sécher, permettant une économie de combustible. En dehors du domaine routier, on peut songer à son application aux matériaux granulaires tels que les céréales,... BIBLIOGRAPHIE Flg Points expérimentaux obtenus à la Station d'essai de Blois (sable de Loire 0/6). CONCLUSION Les résultats exposés concernent exclusivement les sables à béton et montrent que la méthode capacitive, par la précision qu'on peut en espérer, peut combler en partie une lacune importante puisque le fascicule 28 relatif à l'exécution des chaussées en béton de ciment [6], après avoir souligné le besoin de connaître la teneur en eau des granulats, admet que «l'on ne sait pas encore la mesurer avec précision sur chantier». [1] TRAN NGOC LAN, CHAIGNE P., PHILIPPE A., Expérimentation d'une méthode capacitive pour l'évaluation de l'humidité des sols, Bull, liaison Labo. P. et Ch., 60 (juil.-août 1972), p Mesure des teneurs en eau des sols par les méthodes électriques (Etude d'une méthode capacitive), LCPC, Rapp. de recherche 5 (mars 1970). [2] DESCARPENTRIES M., Contribution à l'étude de la conductivité et de la polarisation complexe dans les milieux hétérogènes, Sable-argile-eau, Institut Français du Pétrole (fév. 1966). [3] AMBROSINO R., RENY, GONDINET, Etude d'un système de mesure de teneur en eau in-silu, Méthode non destructive, L.R. de Bordeaux, Rapport interne. [4] SCOTT R.-F., Proceeding of soil mechanics, Chapitre 7 (1963). [5] WACK B., Détermination expérimentale de la densité d'un sable à l'état de plasticité, C.R. Acad. Se. Paris, t. 260 (26 avril 1965), groupe 2. [6] Fascicule spécial n bis, Cahier des prescriptions communes applicables aux marchés de travaux publics relevant des services de l'équipement. Fascicule 28, Exécution des chaussées en béton de ciment. 115

2.5 Les bétons : fabrication et transport

2.5 Les bétons : fabrication et transport .5 Les bétons : fabrication et transport.5.1 - La fabrication du béton Avant d aborder la fabrication du béton, il n est pas inutile de rappeler qu il s agit d un matériau obtenu en mélangeant un ensemble

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 à é Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 WWW.developpement-durable.gouv.fr Constitution

Plus en détail

Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre

Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre Kourou Novembre 2010. MANGOTECHNO Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre Frédéric BOUCHAR (TENUM Toulouse) Version 1.0 Table des matières 1.Introduction...3 2.Qu'est-ce que la salinité?...3

Plus en détail

500 W sur 13cm avec les modules PowerWave

500 W sur 13cm avec les modules PowerWave 500 W sur 13cm avec les modules PowerWave Philippe Borghini / F5jwf f5jwf@wanadoo.fr Janvier 2012 Introduction Tout le monde a déjà vu au moins une fois, sur les puces, ces fameuses platines PowerWave

Plus en détail

ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë=

ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë= = Note d'information ^ìíéìêë=w=p íê~= o ëé~ì=`bqb= à~åîáéê=ommv= = ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë= `Ü~ìëë Éë= a ééåç~ååéë= NNU= Les différents guides techniques et autres

Plus en détail

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions:

Plus en détail

Capteurs et Métrologie :

Capteurs et Métrologie : République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Mohamed KHIDER Biskra Faculté des Sciences et de la Technologie Département

Plus en détail

4 1 Óâ. itemp Pt TMT180. Information technique

4 1 Óâ. itemp Pt TMT180. Information technique Information technique itemp Pt TMT180 Transmetteur de température pour thermorésistance Pt100, réglable via PC, pour montage en tête de sonde forme B Domaines d'application Transmetteur de tête de sonde

Plus en détail

Une production économique! Echangeur d ions TKA

Une production économique! Echangeur d ions TKA Une eau totalement déminéralisée Une production économique! Echangeur d ions TKA Eau déminéralisée pour autoclaves, laveurs, analyseurs automatiques, appareils d'eau ultra pure... SYSTÈMES DE PURIFICATION

Plus en détail

Etude des principaux paramètres influençant les caractéristiques mécaniques des graves-laitier

Etude des principaux paramètres influençant les caractéristiques mécaniques des graves-laitier Etude des principaux paramètres influençant les caractéristiques mécaniques des graves-laitier A.ASTESAN Ingénieur - chargé de mission Laboratoire régional de l'ouest parisien RÉSUMÉ Cet article fait la

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

CleverLevel LBFS/ LFFS. L alternative vraiment intelligente aux détecteurs de niveau à lames vibrantes

CleverLevel LBFS/ LFFS. L alternative vraiment intelligente aux détecteurs de niveau à lames vibrantes CleverLevel LBFS/ LFFS L alternative vraiment intelligente aux détecteurs de niveau à lames vibrantes L alternative vraiment intelligente Avec sa gamme CleverLevel, Baumer révolutionne la technologie de

Plus en détail

Conception des Systèmes Numériques et Mixtes

Conception des Systèmes Numériques et Mixtes Conception des Systèmes Numériques et Mixtes Daniela Dragomirescu 1,2, Michael Kraemer 1,2, Marie-Line Boy 3, Philippe Bourdeau d Aguerre 3 1 - Université de Toulouse : INSA Toulouse, 135 Av. de Rangueil

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

Le GBF Générateur basse fréquence

Le GBF Générateur basse fréquence Le GBF Générateur basse fréquence Il génère des signaux alternatifs ( carré, sinusoïdale et triangulaire ) en sa sortie ( output- 50 ) Pour chaque signal, on peut modifier : l amplitude ( en agissant sur

Plus en détail

Les effets de température

Les effets de température Les effets de température 1. Introduction La chaleur issue du combustible est transférée au caloporteur (eau) grâce au gradient de température qui existe entre ces deux milieux. Combustible Gaine Eau Profil

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

technologie de séchage

technologie de séchage technologie de séchage we process the future Technologie de traitement LA TÂCHE Dans tous les domaines de l industrie, le séchage constitue une étape nécessaire du processus de traitement. Tous les produits

Plus en détail

ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE

ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE ANALYSE DES MATERIAUX PAR SPECTROSCOPIE D IMPEDANCE APPLICATION AU VERRE BOROSILICATE F.HAMOU Prof N.ZEKRI Laboratoire d Etude Physique des Matériaux (LEPM) Département de physique Faculté des sciences

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB

Avis Technique 14/13-1922*V1 DISTRITUB Avis Technique 14/13-1922*V1 Annule et remplace l Avis Technique 14/13-1922 Tubes en PE-Xc Système de canalisations en PEX PEX piping system PEX Rohresystem Ne peuvent se prévaloir du présent Avis Technique

Plus en détail

Thermomètre portable Type CTH6500

Thermomètre portable Type CTH6500 Etalonnage Thermomètre portable Type CTH6500 Fiche technique WIKA CT 55.10 Applications Etalonnage de thermomètres Mesure de température pour les besoins d'assurance qualité Mesures dans des applications

Plus en détail

Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux

Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux Belkacem MOUSSAI Docteur Laboratoire de géotechnique Gérard DIDIER Docteur-Ingénieur Maître de conférences

Plus en détail

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie La mesure de 1* état énergétique de 1* eau contenue dans le sol et les tissus végétaux complète celle de la teneur en eau

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

La géothermie avec Thermo Pieux

La géothermie avec Thermo Pieux La géothermie avec Thermo Pieux Mini colloque sur les électro technologies Avril 2010 La présentation Le Groupe Techno Pieux; Les Produits; La géothermie avec les capteurs géothermiques Thermo Pieux (THP);

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Guide d utilisation Version abrégée Table des matières 1 OBJECTIFS... 2 2 VERSION... 2 3 SPÉCIFICATION DU BÉTON À

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

HI 935005 - HI 935005 N HI 935002 - HI 935009

HI 935005 - HI 935005 N HI 935002 - HI 935009 Manuel d'utilisation HI 935005 - HI 935005 N HI 935002 - HI 935009 Thermomètres portables à microprocesseur Thermocouples type K HI 935005 Edition 1 Date : 23/04/03 w w w. h a n n a i n s t. c o m Ces

Plus en détail

Qu est ce qu un matériau de référence?

Qu est ce qu un matériau de référence? Qu est ce qu un matériau de référence? Guide ISO 30 : Matériau de référence (ou MR) = Matériau ou substance dont certaines propriétés sont suffisamment homogènes et bien définies pour permettre de les

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

1.5 0.5 -0.5 -1.5 0 20 40 60 80 100 120. (VM(t i ),Q(t i+j ),VM(t i+j ))

1.5 0.5 -0.5 -1.5 0 20 40 60 80 100 120. (VM(t i ),Q(t i+j ),VM(t i+j )) La logique oue dans les PME/PMI Application au dosage de l'eau dans les bétons P.Y. Glorennec INSA de Rennes/IRISA glorenne@irisa.fr C. Hérault Hydrostop christophe@hydrostop.fr V. Hulin Hydrostop vincent@hydrostop.fr

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES DISPOSITIFS DE TYPE BANCS A ROULEAUX, DE CONTROLE DU FREINAGE DES VEHICULES DE PLUS DE 3,5 TONNES SOMMAIRE

CAHIER DES CHARGES DES DISPOSITIFS DE TYPE BANCS A ROULEAUX, DE CONTROLE DU FREINAGE DES VEHICULES DE PLUS DE 3,5 TONNES SOMMAIRE Transports INSTRUCTION TECHNIQUE B 1/19 SOMMAIRE 1 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION 2 REFERENCES NORMATIVES ET REGLEMENTAIRES 3 DEFINITIONS 4 CARACTERISTIQUES 4.1. FREINOMETRE 4.1.1. Conception générale

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

Circuits intégrés micro-ondes

Circuits intégrés micro-ondes Chapitre 7 Circuits intégrés micro-ondes Ce chapitre sert d introduction aux circuits intégrés micro-ondes. On y présentera les éléments de base (résistance, capacitance, inductance), ainsi que les transistors

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

MultiSense un nouveau concept de contrôle de niveau et de mousses. Même encrassé, ce capteur ne détecte que les vraies situations.

MultiSense un nouveau concept de contrôle de niveau et de mousses. Même encrassé, ce capteur ne détecte que les vraies situations. MultiSense un nouveau concept de contrôle de niveau et de mousses. Même encrassé, ce capteur ne détecte que les vraies situations. Le MultiSense est un tout nouveau concept dans le contrôle de niveau,

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Evaluation. technique européenne du 7 janvier 2015. Ceci est une traduction. En cas de doutes, veuillez-vous référer à l original allemand.

Evaluation. technique européenne du 7 janvier 2015. Ceci est une traduction. En cas de doutes, veuillez-vous référer à l original allemand. Member of EOTA www.eota.eu Zulassungsstelle Bauprodukte und Bauarten Bautechnisches Prüfamt Un organisme de droit public financé conjointement par la fédération et les régions Désigné selon l'article 29

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Agrément technique général. Association professionnelle de la construction en bottes de paille Allemagne Sieben Linden 1 D-38486 Bandau

Agrément technique général. Association professionnelle de la construction en bottes de paille Allemagne Sieben Linden 1 D-38486 Bandau No d agrément : Z-23.11-1595 INSTITUT ALLEMAND DES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION Etablissement de droit public 10 février 2006 10829 Berlin Kolonenstr. 30 L Tel. (49) 030 78730-332 Fax. (49) 030 78730-320

Plus en détail

Metrohm. ph-mètre 780 ph-/ionomètre 781. Un nouveau concept qui fait référence. Analyse des ions

Metrohm. ph-mètre 780 ph-/ionomètre 781. Un nouveau concept qui fait référence. Analyse des ions Metrohm Analyse des ions ph-mètre 780 ph-/ionomètre 781 Un nouveau concept qui fait référence Des fonctions multiples faciles à utiliser Le ph-mètre 780 et le ph-/ionomètre 781 associent la qualité Metrohm

Plus en détail

Méthodes de Caractérisation des Matériaux. Cours, annales http://www.u-picardie.fr/~dellis/

Méthodes de Caractérisation des Matériaux. Cours, annales http://www.u-picardie.fr/~dellis/ Méthodes de Caractérisation des Matériaux Cours, annales http://www.u-picardie.fr/~dellis/ 1. Symboles standards et grandeurs électriques 3 2. Le courant électrique 4 3. La résistance électrique 4 4. Le

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009

Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Edition janvier 2009 Aide à l'application EN-1 Part maximale d'énergies non renouvelables dans les bâtiments à construire Contenu et but Cette aide à l application traite des exigences à respecter concernant la part maximale

Plus en détail

Chapitre 5 Mesures géophysiques

Chapitre 5 Mesures géophysiques Chapitre 5 Mesures géophysiques Plan 5.1 Introduction 5.2 Sismique réfraction 5.3 Prospection électrique 5.4 Radar géologique 5.1 Introduction Pour tous les projets de construction connaissance préalable

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES Joseph ABDO LE CONTEXTE LA ROUTE, UNE NÉCESSITN CESSITÉ La route : moyen de communication nécessaire au développement. - Mais, sa construction et son

Plus en détail

L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TP

L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TP 63 L'UTILISATION DU MICRO-ORDINATEUR EN TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES NATURELLES Perspectives pour une Expérimentation Assistée par Ordinateur (EX.A.O.) Serge CESARANO, André VIDEAUD I- OBJECTIFS DE L'EXPÉRIMENTATION

Plus en détail

NOUVEL IMPREGNATEUR AUTOMATIQUE

NOUVEL IMPREGNATEUR AUTOMATIQUE NOUVEL IMPREGNATEUR AUTOMATIQUE VANDA FRANCE Téléphone : 0033 2 47 59 13 35 Courriel : info@vanda-france.fr Site internet : www.vanda-france.fr Le nouvel imprégnateur monoposte VANDA FRANCE permet l'imprégnation

Plus en détail

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 9 février 2015 Réf. : CODEP-DCN-2015-002998 Monsieur le Directeur Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre

Plus en détail

FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING.

FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING. FORMATION TECHNIQUE BQ 2012 FRÉDÉRIC NOËL ING. Le contrôle de la mise en œuvre des liants d accrochage par le MTQ o Seulement dans les cas de malfaçon o Les malfaçons sont décrites dans le CCDG Selon le

Plus en détail

Mesure de la surface spécifique

Mesure de la surface spécifique Mesure de la surface spécifique Introducing the Acorn Area TM Acorn Area est un instrument révolutionnaire conçu pour mesurer la surface spécifique des nanoparticules en suspension dans un liquide. Utilisant

Plus en détail

SIMULATION EN ELECTRONIQUE

SIMULATION EN ELECTRONIQUE 1 sur 8 SIMULATION EN ELECTRONIQUE PLAN: OBJECTIF - PUBLIC - MATERIEL - LOGICIEL - METHODE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT INTRODUCTION MANIPULATION 1 : Prise en main A) Montage inverseur

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

Décharge électrostatique

Décharge électrostatique Décharge électrostatique F. Rachidi École Polytechnique Fédérale de Lausanne Groupe Compatibilité Électromagnétique Farhad.Rachidi@epfl.ch http://emcwww.epfl.ch 1 Contenu Génération des charges statiques

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS Rapport Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS A.AZOULAY T.LETERTRE R. DE LACERDA Convention AFSSET / Supélec 2009-1 - 1. Introduction Dans le

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique :

I-1 Introduction : I-2.Etude bibliographique : I-1 Introduction : La production de l énergie thermique à partir de l énergie solaire par les capteurs plans connait de nos jours de nombreuses applications vue leurs innombrables intérêts économiques

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

ENREGISTREUR DE TEMPERATURE

ENREGISTREUR DE TEMPERATURE ENREGISTREUR DE TEMPERATURE Jean-Pierre MANDON 2005 www.pictec.org Cet enregistreur de température a été réalisé dans le cadre de la construction d'un chauffe eau solaire. Il me permet d'enregistrer les

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

TT 956530/31 Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique

TT 956530/31 Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique TEMATEC Löbach GmbH Adresse postale: de livraison: Telefon (49) 0 22 4287030 BP 1261 Löhestr. 37 Telefax (49) 0 22 42870320 http: // www.tematec.de 53759 Hennef 53773 Hennef email: team@ tematec.de Fiche

Plus en détail

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006

Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Licence Professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique PROJET TUTORE 2005-2006 Rudy ROBIN Dominique LEMAIRE année 2005/2006 Licence professionnelle Électronique Analogique et Micro Électronique

Plus en détail

JUMO dtrans T03 J, B, T Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique

JUMO dtrans T03 J, B, T Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique Fiche technique 9.30 Page 1/10 JUMO dtrans T03 J, B, T Convertisseur de mesure analogique, 2 fils avec réglage numérique JUMO dtrans T03 BU, TU Convertisseur de mesure analogique, 3 fils avec réglage numérique

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

Les capteurs et leurs branchements

Les capteurs et leurs branchements bts mi 2 \ COURS\Technologie des capteurs et leurs branchements 1 1. Les Modules Entrées Les capteurs et leurs branchements Module d extension d Entrées/Sorties TOR Module réseau : communication entre

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

PLAN D ASSURANCE QUALITE

PLAN D ASSURANCE QUALITE PLAN D ASSURANCE QUALITE Site de Balan : Site de Château-Gaillard : Route départementale 84b RD 77 Les Millettes 01360 BALAN 01500 CHATEAU-GAILLARD Tél : 04 72 25 44 37 Tél : 04 74 38 14 04 Création le

Plus en détail

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE Objectif d'une étude de sol sur site L'objectif d'une étude de sol d'avant projet de construction (étude géotechnique G12.) est de définir ta contrainte ou portance

Plus en détail

L efficience énergétique...

L efficience énergétique... ......Une technique intelligente de régulation au service Edgar Mayer Product Manager CentraLine c/o Honeywell GmbH 02 I 2009 Grâce aux techniques de régulation intelligentes d aujourd hui, il est possible

Plus en détail

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps

Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps Isofast 21 Condens Isotwin Condens Isomax Condens condens Chaudières murales gaz condensation accumulées dynamiques Un grand volume d'eau chaude en un minimum de temps La gamme Iso à condensation est la

Plus en détail

Guide d application technique Correction du Facteur de Puissance. Solution en Compensation Facteur de puissance

Guide d application technique Correction du Facteur de Puissance. Solution en Compensation Facteur de puissance Guide d application technique Correction du Facteur de Puissance Solution en Compensation Facteur de puissance Solutions complètes dans la régulation de la Qualité de l onde Note : 4.1.2 Banques

Plus en détail

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE BELAC 2-003 Rev 1-2014 POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site

Plus en détail

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire

Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire Service d information sur les économies d énergie Fiche-conseil C5 Production d eau chaude sanitaire 1 Préparation de l eau chaude sanitaire 2 1) Différents systèmes de production A Chaudière combinée

Plus en détail

Capteur à CO2 en solution

Capteur à CO2 en solution Capteur à CO2 en solution Référence PS-2147CI Boîtier adaptateur Sonde ph Sonde température Sonde CO2 Page 1 sur 9 Introduction Cette sonde est conçue pour mesurer la concentration de CO 2 dans les solutions

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

La polarisation des transistors

La polarisation des transistors La polarisation des transistors Droite de charge en continu, en courant continu, statique ou en régime statique (voir : le transistor) On peut tracer la droite de charge sur les caractéristiques de collecteur

Plus en détail

QFA31... Sondes d'ambiance. Building Technologies HVAC Products. Symaro. pour température et humidité relative

QFA31... Sondes d'ambiance. Building Technologies HVAC Products. Symaro. pour température et humidité relative 1 858 1858P01 1858P02 Symaro Sondes d'ambiance pour température et humidité relative QFA31... Alimentation 24 V~ ou 13,5...3 Signal de sortie 0...10 V / 4 20 ma pour humidité relative et température Très

Plus en détail

RUBIS. Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée. www.magnumgs.fr

RUBIS. Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée. www.magnumgs.fr RUS Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée www.magnumgs.fr Producteurs d'eau chaude instantanés RUS Le système intégré de production d'eau chaude sanitaire instantané permet, à

Plus en détail

Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation

Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation GmbH & Co. KG Régulation SAS Fiche technique 907020 Page 1/7 Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation Pour la mesure de l humidité relative de l air

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Europâisches Patentamt 09) J» European Patent Office Numéro de publication: 0 001 192 Office européen des brevets A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 78400084.6 @ Date de dépôt: 30.08.78 IntCl.2:

Plus en détail

1) Mesure de température :

1) Mesure de température : PAGE : ) Mesure de température : Elément sensible Les mesureurs de température analogiques transforment la température d un fluide ou d une enceinte en un signal 0/0V, 4-0mA Doigt de gant Fixation Ils

Plus en détail