Mesure par capacité électrique de la teneur en eau des sables sur bande transporteuse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mesure par capacité électrique de la teneur en eau des sables sur bande transporteuse"

Transcription

1 TRAN NGOC LAN Ingénieur ESE Mesure par capacité électrique de la teneur en eau des sables sur bande transporteuse et A. JALLET Technicien supérieur Laboratoire central INTERET DE LA METHODE La teneur en eau des différentes classes granulaires entrant dans la composition d'un matériau de construction est très importante à connaître puisque d'une part elle intervient dans la teneur en eau globale du matériau, dont dépendent ses caractéristiques telles que la résistance mécanique ou l'aptitude au compactage, et que d'autre part, elle influe, lors du dosage des constituants durant la fabrication, sur la formule obtenue. Il convient donc, pendant la fabrication des mélanges, de mesurer la teneur en eau des granulats et notamment celle du sable avec un appareil suffisamment précis et à temps de réponse suffisamment court pour pouvoir agir sur le dosage. Ce contrôle continu de la teneur en eau permet alors un asservissement des matériels de dosage qui limite l'intervention manuelle du conducteur de la centrale et garantit une plus grande régularité du mélange constitué. Il remplace avantageusement toutes les méthodes de mesure discontinues effectuées après prélèvement d'échantillons, lourdes d'emploi et insuffisamment représentatives. Parmi les nombreuses méthodes existant pour les mesures en continu on peut citer : la méthode par ralentissement de neutrons rapides, la méthode dite de résistivité. La méthode neutronique a déjà fait l'objet de maintes réalisations commerciales. Elle a beaucoup d'avantages, notamment un volume d'action important et une bonne précision ; elle a aussi ses inconvénients, dont un prix relativement élevé, un temps de réponse plus ou moins grand, et certaines précautions d'emploi nécessaires pour satisfaire aux normes de sécurité. A l'opposé, la méthode de résistivité est simple, peu coûteuse et sa réponse immédiate. Etant fondée sur la mesure d'une grandeur électrique, elle se prête très bien à l'automatisation. Son principe comporte cependant un certain nombre de facteurs d'influence difficilement contrôlables, tels que la salinité de l'eau mouillante, la propreté des matériaux, la température... L'intérêt de la méthode capacitive à très haute fréquence décrite dans cet article est de garder les avantages de la méthode résistive, étant elle-même électrique et d'une mise en oeuvre assez semblable, tout en atténuant très sensiblement l'effet des facteurs qui en rendent l'emploi délicat. Après un rappel du principe, on décrit plus particulièrement une application de cette méthode à la mesure de la teneur en eau des sables transportés sur bande. Les essais ont jusqu'à présent porté essentiellement sur les sables à bétons et seront prochainement étendus aux sables utilisés pour la fabrication des autres matériaux. PRINCIPE DE LA METHODE [1] Cette méthode est fondée sur la mesure de la permittivité diélectrique apparente e du sable humide, laquelle résulte de la combinaison des permittivités de l'eau, du sable et de l'air dont les valeurs sont respectivement de 80-5 et 1. Etant donné ces valeurs très contrastées, la permittivité du sable humide tend à être fonction surtout de la quantité d'eau présente dans le volume d'influence du champ électrique, c'est-à-dire de la teneur en eau volumique w VO i et, dans une bien moindre mesure, de la quantité de matière solide dans ce même volume, c'est-à-dire de la densité sèche yd qui agit comme paramètre. 109 Bull. Liaison Labo. P. et Ch mai-juin Réf. 1468

2 Ce principe serait vrai si l'eau, le sable et l'air se comportaient comme des phases indépendantes sans couplage mutuel. Mais les pores du milieu pulvérulent, quand ils sont remplis d'eau, constituent des microdomaines conducteurs qui avoisinent les microdomaines isolants que sont les grains de sable et les pores emplis d'air. Lorsque la fréquence du champ électrique alternatif appliqué est relativement basse, les ions ont le temps de se déplacer et viennent s'accumuler aux frontières des microdomaines conducteurs et isolants, créant un supplément de permittivité d'un ordre de grandeur parfois très supérieur à celui de la permittivité «d'origine diélectrique». Pour obtenir cette dernière, à l'exclusion de tout effet ionique, il faut donc utiliser une fréquence suffisamment élevée. C'est pourquoi la méthode est dite à très haute fréquence. Une fréquence supérieure à 20 MHz est en fait suffisante. La figure 1 tirée de la thèse de M. Descarpentries [2] montre que, pour un sable, le supplément de permittivité d'origine ionique a surtout lieu pour les fréquences inférieures à 10 MHz. Fig. 2 - Sonde montée sur le portique. 100kHz 1MHz 10MHz 100HHz 1GHz 10 GHz Igf Fig. 1 - Variation de la constante diélectrique du sable du Pyla en fonction de 'la fréquence [2]. DESCRIPTION DE L'APPAREILLAGE En pratique, la permittivité e n'étant pas accessible directement, on mesure la capacité, grandeur électrique qui lui est proportionnelle. Dans ce but on introduit une sonde comportant deux électrodes dans le sable humide, formant avec celui-ci un condensateur à pertes dont le schéma électrique équivalent est représenté par une capacité C en parallèle avec une résistance R. La méthode résistive consisterait à mesurer la résistance R ; la méthode capacitive consiste au contraire à mesurer la capacité C et, pour être purement capacitive, cette mesure doit être effectuée à très haute fréquence. On a mis au point un système électronique associé à la sonde pour exploiter d'une façon automatique la variation de la capacité en fonction de la teneur en eau. Sonde Les figures 2 et 3 montrent le capteur et son mode d'implantation sur la bande transporteuse. Fig. 3 - Sonde en position de travail dans la veine de sable. La sonde ayant la forme d'une étrave de bateau (fig. 4) est fixe et opère un sillon longitudinal, au milieu de la veine de sable lorsque cette veine défile sous la sonde. Celle-ci est composée de deux électrodes en acier inoxydable usinées dans la masse et Incorporées dans un moulage en araldlte. Telle qu'elle vient d'être décrite, la sonde a la structure d'un condensateur à électrtfdes coplanaires, c'est-à-dire que les surfaces actives des armatures du condensateur se trouvent dans le même plan. Les électrodes étant de dimension finie, la capacité d'un tel condensateur ne peut être calculée que par voie numérique. On peut cependant indiquer une expression analytique de la capacité qui, bien qu'elle ne soit rigoureuse que si la sonde comporte des électrodes de garde, demeure qualitativement valable. Cette expression montre que la capacité dépend du rapport des largeurs I des électrodes à leur écartement e et est directement proportionnelle à leur longueur L. Par ailleurs la sonde est dimensionnée de façon que son volume utile, défini tel que les matériaux qu'il comprend contribuent pour 95 % au moins à la capacité totale de la sonde, s'inscrive le mieux possible dans la section droite de la veine sableuse. 110

3 Vue de profil Oscillateur [4] 270- C'est un circuit électronique comprenant un élément amplificateur dont une fraction de la tension de sortie est ramenée à l'entrée dans les conditions de gain et de phase de telle sorte qu'il s'établisse des oscillations entretenues. Les oscillations se font approximativement à la fréquence f 0 de résonance du circuit en parallèle R, L, C, chargeant la sortie de l'oscillateur : f o = 1 2^^LC En pratique, le circuit résonant est composé d'une self inductance L, branchée en parallèle sur les électrodes de la sonde dont le schéma équivalent représente R et C. En vertu de la formule ci-dessus, à toute variation de capacité sous l'effet d'une variation de la teneur en eau correspond une variation en sens inverse de la fréquence de l'oscillateur. I Coupe ÂÂ] Fig. 4 - Sonde capacitive pour matériaux sur bande transporteuse. En fait, celle-ci ayant été choisie, les dimensions des électrodes et leur position relative ont été déterminées au préalable sur du papier conducteur à l'aide de l'appareillage destiné habituellement aux études par analogie électrique. La figure 5 montre le réseau des lignes de courant obtenues au sein du sable. On démontre que chaque fuseau compris entre deux lignes consécutives a la même contribution à la capacité totale. La section de la veine contient 10 fuseaux dont 9,5, représentant le volume utile, occupent environ 10 dm 3. Outre le fait que la fréquence doit être assez élevée pour éviter le supplément de capacité d'origine ionique, elle doit être indépendante de la résistance R de la sonde. Dans le cas contraire, cette résistance apporte encore une contribution ionique même si la fréquence est suffisamment élevée. Il faut ajouter enfin que l'oscillateur cesse de fonctionner lorsque la résistance équivalente de la sonde est inférieure à une résistance critique R 0 (100 il). Ce risque de décrochage peut se présenter lorsque le sable est conducteur et que sa teneur en eau est forte. L'oscillateur une fois réalisé, et compte tenu des caractéristiques électriques du sable, il faut dimensionner la sonde en sorte qu'elle puisse fonctionner dans toute la gamme de teneur en eau sans décrochage. On voit donc que le dimensionnement de la sonde est lié aux caractéristiques de l'oscillateur et que la réalisation de l'ensemble résulte d'un compromis tenant compte : de la conductivité du sable, de la résistance de décrochage de l'oscillateur. La figure 6 montre un exemple de courbes caractéristiques de l'oscillateur. Fréquence de l'oscillateur (MHz) Si Fig. 5 - Réseau des équipotentielles et des lignes de champ dans un milieu infini.. Décrocr age de l'oscilla :eur Système électronique associé Celui-ci comporte deux parties : un oscillateur incorporé dans la sonde, servant à convertir les variations de capacité en une variation de fréquence, grandeur facile à mesurer et à «transporter» à distance ; une chaîne de mesure de fréquence, convertissant celle-ci en un signal électrique continu, proportionnel à la teneur en eau Chaîne de mesure (pf) Capacité Fig. 6 Il faut un équipement pouvant mesurer des fréquences allant jusqu'à 50 MHz. En accord avec le LCPC, et la 111

4 société ERAIN (Etudes et réalisation d'automatismes industriels) a mis au point une version industrielle de la chaîne de mesure, très compacte, permettant d'afficher directement la teneur en eau sur le pupitre de commande. Cette société se chargera par ailleurs de la commercialisation de certaines applications industrielles de cette méthode. EXPERIMENTATION Essais en laboratoire Un certain nombre d'essais ont été effectués au préalable en laboratoire dans le but d'évaluer les effets respectifs de la température, de la concentration et de la nature ionique de l'eau mouillante ainsi que de la densité sèche du granulat. Effet de la température ambiante La température modifie aussi bien la constante diélectrique de l'eau mouillante que les caractéristiques de l'électronique associé. Il est donc nécessaire d'évaluer l'effet global de la température sur l'ensemble constitué de la sonde et de l'oscillateur. A titre indi- :30 catif, on a noté, lorsque la température s'élève de 20 C, une variation de fréquence équivalente à celle qu'entraînerait une augmentation de 0,5 % de la teneur en eau pondérale. Effet ionique La figure 7 montre l'effet peu important sur la capacité mesurée à 25,6 MHz, de la nature et de la concentration ionique de l'eau, alors que celles-ci continuent à avoir une influence considérable sur la conductance (fig. 8). C'est l'un des avantages de la méthode capacitive sur la méthode résistive. Effet de la densité sèche Enfin, on constate sur la figure 9 que, lorsque le sable passe de l'état foisonné à l'état de compacité maximal sous l'effet des vibreurs pneumatiques, subissant une variation de densité de l'ordre de 0,2 t/m 3, la capacité augmente d'une quantité égale à celle qu'entraînerait une augmentation d'un point et demi de teneur en eau pondérale. Capacité de la sonde (pf) a. CO Ü xi 0,25 2 9/1 g/i NaCI 0 CaSO«m o Ca(0H) 2 A A x Eau de ville non chargée Teneur en eau volumique (%) Fig. 7 - Influence de la présence d'ions dans l'eau de mouil lage sur la capacité électrique du sable de Melun. le S 6 a 5 o u Ss / / 0,25 2 9/1 g H _ O Na C l o CaS0 4 D - Ca(OH) 2 à 6 s Ss Jí»" 4 x Eau ( ie ville non che rgée k Teneur en eau volumique (%) Fig. 8 - Influence de la présence d'ions dans l'eau de mouillage sur la conductibilité électrique du sable de Melun Fig. 9 - Variation de la capacité en fonction de la densité. La densité du sable peut varier pour diverses raisons. On connaît la variation systématique de la densité du sable foisonné en fonction de la teneur en eau dont l'allure est représentée par la figure 10. L'effet de cette variation, qui peut être très important, est systématiquement pris en compte dans la courbe d'étalonnage si l'on effectue celui-ci dans les mêmes conditions qu'à l'utilisation, et n'entraîne donc pas d'erreur. 112

5 Densité 1,80 1,60 1,40 La centrale à béton à dosage continu SAE de Cergy- Pontoise dans laquelle les essais ont été effectués utilise le deuxième mode d'extraction. Les divers granuláis sont chargés dans les trémies doseuses à raison d'une trémie par granulat. Le sable s'étale, à partir d'une trappe rectangulaire à la base de la trémie, sur la bande transporteuse pour y former une veine relativement homogène. C'est sur cette veine de sable qu'on a choisi d'implanter la sonde. La figure 11 montre un exemple de droite d'étalonnage ainsi que les points expérimentaux dont la dispersion provient en partie des fluctuations résiduelles de la densité et en partie du manque de représentativité des prélèvements, lorsque la teneur en eau du sable est hétérogène. Ceux-ci en effet fournissent des teneurs en eau d'un volume de 1,5 litre, qui peuvent donc être différentes de celles indiquées par la sonde qui sont des teneurs en eau, moyennes dans un volume de 10 litres environ. 1,20 Fig Variation de la densité du sable foisonné en fonction de la teneur en eau. Fréquence de l'oscillateur (MHz) 37,5 \ \ \ \ La densité peut varier aussi d'une façon aléatoire sous l'effet des causes accidentelles telles que les à-coups du chargement du sable sur la bande, des vibrations épisodiques, etc. Ces fluctuations de densité sont cependant atténuées du fait qu'au voisinage de la sonde, qui cisaille le matériau en le pénétrant, un matériau donné, quelle que soit sa densité au départ, ne peut se trouver dans un état ni foisonné ni compact. Il se trouve en fait à sa densité critique ou à une valeur très proche [5] [6]. 35,0 32,5 \t \\ - 0,! 5 % \ \ + 0,5 % Influence de la nature minérale-gique La nature minéralogique des matériaux, ainsi que la forme des grains solides, intervenant dans la valeur de la permittivité du sable humide, la courbe de variation de la capacité en fonction de la teneur en eau, n'est pas la même pour différents matériaux ; il est donc souhaitable de procéder, pour chaque matériau, à un étalonnage de la sonde, cette opération consistant à relever les indications de la sonde en fonction des teneurs en eau des matériaux obtenus par séchage à l'étuve des prélèvements. 30, i Fig Résultats de l'expérimentation à la centrale SAE de Cergy-Pontoise (sable de Seine 0/6). Nombre de points Pour supprimer l'effet des variations systématiques de la densité, il est nécessaire d'effectuer cet étalonnage dans les conditions réelles d'utilisation, c'est-àdire en «vraie grandeur». Etalonnage en «vraie grandeur» L'étalonnage a été effectué en centrale sur du sable de Seine et à la Station d'essai d'éléments de matériel routier de Blois sur du sable de Loire. En centrale Le sable est généralement stocké en trémie mais peut en être extrait de deux manières -. soit par casque, soit par tapis extracteur. - 0,50 + 0, ,30 Ecart pondéral (%) Fig Histogramme de dispersion des points en place par rapport aux droites de régressions journalières (période du au ). Néanmoins, l'histogramme de dispersion (fig. 12) obtenu à partir d'une centaine de points expérimen- 113

6 MHz = 31,60 w % = 8,72 MHz = 32,50 MHz = 31,40 MHz =31,80 w % = 7,66 w % = 9,50 w % = 7,84 MHz = 33,30 w % = 5,60 1 mn 1 mn Fig Exemple d'enregistrement à la centrale de Cergy-Pantoise. taux, montre qu'on peut obtenir une précision de ± 0,5 point de teneur en eau pondérale. Cet histogramme a été obtenu après une correction de dérive des oscillateurs utilisés, dérive qui n'existe plus sur les oscillateurs actuels. Fréquence de l'oscillateur (MHz) La figure 13 représente un exemple d'enregistrement de la fréquence pendant le déroulement de la bande transporteuse, sur lequel on a noté les teneurs en eau des prélèvements et les fréquences correspondantes. On constate des fluctuations parfois très grandes de la teneur en eau du sable d'un instant à l'autre. Il faut ajouter que l'on peut aussi mesurer la teneur en eau des matériaux pendant l'arrêt de la bande transporteuse. La pression de la sonde sur les matériaux étant moins forte à l'arrêt qu'en marche et le contact plus lâche, la fréquence de l'oscillateur est toujours plus élevée, on obtient néanmoins une droite d'étalonnage satisfaisante (fig. 14). Etalonnage à la Station d'essai des éléments de matériels routiers de Blois (SEMR) Un banc des granulats a été réalisé à la SEMR pour tester l'efficacité des différents types de doseurs à granulats. Ce banc permet d'humidifier ou de sécher à volonté les sables transportés sur bande et de les recycler d'une façon permanente. Une sonde a été implantée sur la bande transporteuse de la même manière qu'en centrale. La rampe d'arrosage par pulvérisation permet de modifier de façon continue la teneur en eau ; un certain malaxage s'opère pendant le cycle fermé suivi par le sable, entraînant une homogénéisation relative de la teneur en eau dans toute la masse du sable. L'enregistrement obtenu sur du sable de Loire (fig. 15) est de ce fait très régulier en comparaison de celui obtenu en centrale. La droite d'étalonnage tirée de cet enregistrement est représentée sur la figure Fig Résultats de l'expérimentation à la centrale SAE de Cergy-Pontoise (bande transporteuse à l'arrêt). MHz w % : Fig Exemple d'évolution de la teneur en eau sur le banc d'essai des doseurs à granulats de la SEMR de Blois 114

7 Fréquence de l'oscillateur (MHz) " \ \ \ \ \ \ Des essais ont montré par ailleurs qu'on peut espérer étendre cette méthode à d'autres catégories de granulats moyennant certains aménagements de la sonde. Les expérimentations à venir permettront d'apprécier les domaines et les conditions d'emploi de cet appareil. On peut prévoir l'utilisation de cette méthode dans les centrales à béton ou à graves traitées ; elle y permettrait l'asservissement des divers dosages en fonction de la teneur en eau réelle des matériaux. Dans les postes d'enrobage, la sonde capacitive pourrait servir au réglage automatique du débit du combustible en fonction de la teneur en eau des matériaux à sécher, permettant une économie de combustible. En dehors du domaine routier, on peut songer à son application aux matériaux granulaires tels que les céréales,... BIBLIOGRAPHIE Flg Points expérimentaux obtenus à la Station d'essai de Blois (sable de Loire 0/6). CONCLUSION Les résultats exposés concernent exclusivement les sables à béton et montrent que la méthode capacitive, par la précision qu'on peut en espérer, peut combler en partie une lacune importante puisque le fascicule 28 relatif à l'exécution des chaussées en béton de ciment [6], après avoir souligné le besoin de connaître la teneur en eau des granulats, admet que «l'on ne sait pas encore la mesurer avec précision sur chantier». [1] TRAN NGOC LAN, CHAIGNE P., PHILIPPE A., Expérimentation d'une méthode capacitive pour l'évaluation de l'humidité des sols, Bull, liaison Labo. P. et Ch., 60 (juil.-août 1972), p Mesure des teneurs en eau des sols par les méthodes électriques (Etude d'une méthode capacitive), LCPC, Rapp. de recherche 5 (mars 1970). [2] DESCARPENTRIES M., Contribution à l'étude de la conductivité et de la polarisation complexe dans les milieux hétérogènes, Sable-argile-eau, Institut Français du Pétrole (fév. 1966). [3] AMBROSINO R., RENY, GONDINET, Etude d'un système de mesure de teneur en eau in-silu, Méthode non destructive, L.R. de Bordeaux, Rapport interne. [4] SCOTT R.-F., Proceeding of soil mechanics, Chapitre 7 (1963). [5] WACK B., Détermination expérimentale de la densité d'un sable à l'état de plasticité, C.R. Acad. Se. Paris, t. 260 (26 avril 1965), groupe 2. [6] Fascicule spécial n bis, Cahier des prescriptions communes applicables aux marchés de travaux publics relevant des services de l'équipement. Fascicule 28, Exécution des chaussées en béton de ciment. 115

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

2.5 Les bétons : fabrication et transport

2.5 Les bétons : fabrication et transport .5 Les bétons : fabrication et transport.5.1 - La fabrication du béton Avant d aborder la fabrication du béton, il n est pas inutile de rappeler qu il s agit d un matériau obtenu en mélangeant un ensemble

Plus en détail

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 à é Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 WWW.developpement-durable.gouv.fr Constitution

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu

M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu FR M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu Information Produit Humidité 13.47 % SWR engineering Messtechnik GmbH Emploi M-Sens 2 est conçu spécialement pour déterminer le taux d humidité des

Plus en détail

500 W sur 13cm avec les modules PowerWave

500 W sur 13cm avec les modules PowerWave 500 W sur 13cm avec les modules PowerWave Philippe Borghini / F5jwf f5jwf@wanadoo.fr Janvier 2012 Introduction Tout le monde a déjà vu au moins une fois, sur les puces, ces fameuses platines PowerWave

Plus en détail

4 1 Óâ. itemp Pt TMT180. Information technique

4 1 Óâ. itemp Pt TMT180. Information technique Information technique itemp Pt TMT180 Transmetteur de température pour thermorésistance Pt100, réglable via PC, pour montage en tête de sonde forme B Domaines d'application Transmetteur de tête de sonde

Plus en détail

Conception des Systèmes Numériques et Mixtes

Conception des Systèmes Numériques et Mixtes Conception des Systèmes Numériques et Mixtes Daniela Dragomirescu 1,2, Michael Kraemer 1,2, Marie-Line Boy 3, Philippe Bourdeau d Aguerre 3 1 - Université de Toulouse : INSA Toulouse, 135 Av. de Rangueil

Plus en détail

Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre

Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre Kourou Novembre 2010. MANGOTECHNO Mesure de Salinité Réalisation d'un conductimètre Frédéric BOUCHAR (TENUM Toulouse) Version 1.0 Table des matières 1.Introduction...3 2.Qu'est-ce que la salinité?...3

Plus en détail

ek-i- I Influence du pourcentage de concassé sur la portance d'une chaussée à partir d'essais en laboratoire ling Transports

ek-i- I Influence du pourcentage de concassé sur la portance d'une chaussée à partir d'essais en laboratoire ling Transports CANQ TR 1481 34 Broch. im".0011 ek-i- I 34 Influence du pourcentage de concassé sur la portance d'une chaussée à partir d'essais en laboratoire Ministère des Transports 930, Chemin Ste-Foy Ce étage Québec

Plus en détail

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA)

La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) La conversion de données : Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Convertisseur Numérique Analogique (CNA) I. L'intérêt de la conversion de données, problèmes et définitions associés. I.1. Définitions:

Plus en détail

CP RC. Circuit de résonance pour le test des Postes Sous Enveloppe Métallique (GIS)

CP RC. Circuit de résonance pour le test des Postes Sous Enveloppe Métallique (GIS) CP RC Circuit de résonance pour le test des Postes Sous Enveloppe Métallique (GIS) Une nouvelle approche des tests des Postes Sous Enveloppe Métallique Test des postes blindés jusqu à aujourd hui Les Postes

Plus en détail

2. Les différents types de sols et liants

2. Les différents types de sols et liants Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du génie-civil Contenu : La stabilisation Rédaction : Geffroy Loïc / Tilleuls 3 / 1422 Grandson Date : 05 décembre 2006 Stabilisation à la chaux et au ciment Table

Plus en détail

CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES

CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES PROJECTION DU BETON CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES Colloque ASQUAPRO de 2011 exposé de Claude Resse PARTICULARITES DUES A LA MISE EN ŒUVRE PAR PROJECTION POUR LES CONTRÔLES SUR SITE ET EN LABORATOIRE préambule

Plus en détail

TRANSISTOR BIPOLAIRE

TRANSISTOR BIPOLAIRE I Introduction I.1 Constitution Le transistor bipolaire est réalisé dans un monocristal comportant trois zones de dopage différentes. n p n collecteur base émetteur n C On reconnaît deux jonctions PN p

Plus en détail

SIMULATION EN BIOLOGIE

SIMULATION EN BIOLOGIE 119 R. LESTOURNELLE Les logiciels éducatifs de sciences naturelles sont peu nombreux et certains répondent mal aux objectifs assignés à notre enseignement. C'est pourquoi depuis des années, je me suis

Plus en détail

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K =

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K = Exercice : réponse harmonique de circuits passifs d'ordre Déterminer la fonction de transfert H(j) U 2 /U et tracer les asymptotes des diagrammes de Bode des circuits ci-dessous.! 60 nf 0 kω 50 nf U U

Plus en détail

I) Chauffage par résistance

I) Chauffage par résistance Le chauffage électrique électrique est de plus en plus répandu. Les avantages sont : * Facilité d utilisation * Confort d utilisation * Aucune pollution * Fiabilité et précision de réglage. Dans ce cours

Plus en détail

Norme NF EN 206-1 et DTU 21

Norme NF EN 206-1 et DTU 21 Norme NF EN 206-1 et DTU 21 La norme NF EN 206-1, avec son annexe nationale, devient la base normative pour tous les bétons de structure. Introduction La norme européenne NF EN 206-1 remplace la norme

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë=

ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë= = Note d'information ^ìíéìêë=w=p íê~= o ëé~ì=`bqb= à~åîáéê=ommv= = ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë= `Ü~ìëë Éë= a ééåç~ååéë= NNU= Les différents guides techniques et autres

Plus en détail

ESSAIS DE COMPARAISON INTERLABORATOIRES CAMPAGNE 2010 ESSAIS SUR ENROBES BITUMIMEUX RAPPORT D EVALUATION

ESSAIS DE COMPARAISON INTERLABORATOIRES CAMPAGNE 2010 ESSAIS SUR ENROBES BITUMIMEUX RAPPORT D EVALUATION LPEE/LNM LABORATOIRE PUBLIC D ESSAIS ET D ETUDES LABORATOIRE NATIONAL DE METROLOGIE Km 7, Route d El Jadida OASIS Casablanca Maroc- Fax +212.522 98-25-72 Tél.+212.522 48-87-28/29/27 E.mail : berrada@lpee.ma

Plus en détail

Une production économique! Echangeur d ions TKA

Une production économique! Echangeur d ions TKA Une eau totalement déminéralisée Une production économique! Echangeur d ions TKA Eau déminéralisée pour autoclaves, laveurs, analyseurs automatiques, appareils d'eau ultra pure... SYSTÈMES DE PURIFICATION

Plus en détail

Schéma de principe hydraulique

Schéma de principe hydraulique 1. Schéma de fonctionnement Ces s de fonctionnement sont des solutions préférentielles et éprouvées fonctionnant sans problèmes et permettant une plus haute efficacité de l'installation de pompe à chaleur.

Plus en détail

Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires. Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume

Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires. Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume Déterminer la qualité de l enrobé grâce aux essais préliminaires Le laboratoire mobile WLB 10 S pour la mousse à bitume Qu est-ce que la mousse à bitume? Bitume chaud Eau Air Chambre d expansion avec buse

Plus en détail

RESISTANCES SILOHM ET RHF Résistances fixes de puissance non-inductives

RESISTANCES SILOHM ET RHF Résistances fixes de puissance non-inductives SOMMAIRE APPLICATIONS 3 CHOIX D UNE RESISTANCE 3 LES RESISTANCES SILOHM 4 CARACTERISTIQUES 4 RESISTANCES SILOHM : TUBES ET BÂTONNETS, TYPE RS 5 Gamme de valeur ohmique 5 Puissance maximale admissible 6

Plus en détail

SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES

SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES MOOC Énergies Renouvelables SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES Ce document contient les transcriptions textuelles des vidéos proposées dans la partie «La géothermie très basse température» de la semaine 6 du MOOC

Plus en détail

Le présent document annule et remplace le cahier des charges du DTU 13.1 «Travaux de fondations superficielles» de février 1968.

Le présent document annule et remplace le cahier des charges du DTU 13.1 «Travaux de fondations superficielles» de février 1968. Document Technique Unifié ISBN ISBN 2-86891-116-1 DTU 13.11 mars 1988 DTU P 11-211 fondations superficielles cahier des clauses techniques Le présent document annule et remplace le cahier des charges du

Plus en détail

B31+B32 - Lignes. Ces grandeurs dépendent de la longueur l de la ligne : ce sont des grandeurs dites "réparties".

B31+B32 - Lignes. Ces grandeurs dépendent de la longueur l de la ligne : ce sont des grandeurs dites réparties. G. Pinson - Physique Appliquée Lignes B31+B32-TP / 1 B31+B32 - Lignes But : on veut transmettre des données numériques sous forme d'impulsions binaires dans une ligne, en veillant à minimiser les perturbations

Plus en détail

État de l'eau dans le sol

État de l'eau dans le sol État de l'eau dans le sol Expressions du statut hydrique du sol A) Teneur en eau volumique θ r < θ = Vol eau / Vol tot < θ s Vol tot espace poral θ r Vol eau M eau θ s espace solide M solide sec humide

Plus en détail

Avis Technique 14/14-2017. Giacoflex PE-RT

Avis Technique 14/14-2017. Giacoflex PE-RT Avis Technique 14/14-2017 Annule et remplace l Avis Technique 14/09-1499*V1 Tubes en PE-RT Système de canalisations en PE-RT PE-RT piping system PE-RT Rohresystem Ne peuvent se prévaloir du présent Avis

Plus en détail

La norme béton NF EN 206-1

La norme béton NF EN 206-1 Chapitre2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme NF EN 206-1 2.2 - Domaines d application 2.3 - Évolutions de la norme 9 Chapitre 2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme

Plus en détail

Catégories d'environnement d'exploitation

Catégories d'environnement d'exploitation standard technique note technique Environnement d'exploitation du matériel Liste des mots-clés environnement industriel Objet Cette note donne la définition des catégories d'environnement à travers la

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015 1 DM1 Sciences Physiques MP 20152016 Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09092015 Problème n o 1 Capteurs de proximité E3A PSI 2013 Les capteurs de proximité sont caractérisés par l absence de liaison

Plus en détail

Chambre climatique à conditions constantes pour essais sous contrainte de -10 C à 100 C

Chambre climatique à conditions constantes pour essais sous contrainte de -10 C à 100 C Série KMF (E5.2) Chambres climatiques à conditions constantes Chambre climatique à conditions constantes pour essais sous contrainte de -10 C à 100 C La BINDER KMF offre des conditions d'essai parfaitement

Plus en détail

Précision mesuré. Contenu. Données énergétiques et Rendement pour onduleurs PV Sunny Boy et Sunny Mini Central

Précision mesuré. Contenu. Données énergétiques et Rendement pour onduleurs PV Sunny Boy et Sunny Mini Central Précision mesuré Données énergétiques et Rendement pour onduleurs PV Sunny Boy et Sunny Mini Central Contenu Chaque exploitant d'installation photovoltaïque souhaite être informé au mieux sur la puissance

Plus en détail

IR 5000. Analyseur d humidité en continu avec système infrarouge. Mesures Technique. Protection Incendie. GreCon France. www.grecon.

IR 5000. Analyseur d humidité en continu avec système infrarouge. Mesures Technique. Protection Incendie. GreCon France. www.grecon. GreCon France La Pyramide F-67280 Oberhaslach Telefone +33 (0) 388 50 90 27 Fax +33 (0) 388 50 94 15 E-Mail info@grecon.fr www.grecon.fr Analyseur d humidité en continu avec système infrarouge Mesures

Plus en détail

Systèmes de contrôle. Efficacité et qualité de la production. Minds Inc dec 2013 Bitume Québec

Systèmes de contrôle. Efficacité et qualité de la production. Minds Inc dec 2013 Bitume Québec Systèmes de contrôle des centrales Efficacité et qualité de la production Minds Inc dec 2013 Bitume Québec Efficacité et Qualité de la production Comment un système de contrôle bien compris et bien utilisé

Plus en détail

Capteurs et Métrologie :

Capteurs et Métrologie : République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Mohamed KHIDER Biskra Faculté des Sciences et de la Technologie Département

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Rubans chauffants Heating cables Heizbänder Avis Technique 14/13-1928 Annule et remplace l Avis Technique 14/08-1314 Mise hors gel de tuyauteries, gouttières, chéneaux, déneigement de toiture. Rubans chauffants

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3 La notion de flux thermique La conductance La résistance La convection Principe physique L'effet thermosiphon Nicolas.ixier@grenoble.archi.fr Architectes

Plus en détail

Sonde détectrice HF.

Sonde détectrice HF. Sonde détectrice HF. Une sonde détectrice HF permet de convertir un multimètre classique en voltmètre HF. On l utilise essentiellement pour effectuer des mesures relatives de signaux haute fréquence mais

Plus en détail

Etude des principaux paramètres influençant les caractéristiques mécaniques des graves-laitier

Etude des principaux paramètres influençant les caractéristiques mécaniques des graves-laitier Etude des principaux paramètres influençant les caractéristiques mécaniques des graves-laitier A.ASTESAN Ingénieur - chargé de mission Laboratoire régional de l'ouest parisien RÉSUMÉ Cet article fait la

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

EXIGENCES GÉNÉRALES pour les MACHINES d'ess.ai des M.A

EXIGENCES GÉNÉRALES pour les MACHINES d'ess.ai des M.A ORGANISATION INTERNAT! NA E DE MÉTROLOGIE LÉGALE BUREAU INTERNATIONAL DE MÉTROLOGIE LÉGALE 11, RUE TURGOT- 75009 PARIS- FRANCE Téléphone: 33 (1) 878.12.82 et 285.27.11 Télex: SVPSV 660870 F ATTN OIML RECOMMANDATION

Plus en détail

Hygrométrie. Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008

Hygrométrie. Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008 ACCUEIL Hygrométrie Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

HBLC CAPTEUR ET REGULATEUR

HBLC CAPTEUR ET REGULATEUR Description des fonctions HBLC CAPTEUR ET REGULATEUR Pour la régulation en basse et haute pression des niveaux de liquides dans les systèmes de réfrigération industriels Sommaire Consignes de sécurité...

Plus en détail

Le GBF Générateur basse fréquence

Le GBF Générateur basse fréquence Le GBF Générateur basse fréquence Il génère des signaux alternatifs ( carré, sinusoïdale et triangulaire ) en sa sortie ( output- 50 ) Pour chaque signal, on peut modifier : l amplitude ( en agissant sur

Plus en détail

CleverLevel LBFS/ LFFS. L alternative vraiment intelligente aux détecteurs de niveau à lames vibrantes

CleverLevel LBFS/ LFFS. L alternative vraiment intelligente aux détecteurs de niveau à lames vibrantes CleverLevel LBFS/ LFFS L alternative vraiment intelligente aux détecteurs de niveau à lames vibrantes L alternative vraiment intelligente Avec sa gamme CleverLevel, Baumer révolutionne la technologie de

Plus en détail

Capteurs. Capteur. 1. Position du problème. 2. définitions. s = f(m) 3. Les principes physiques mis en oeuvres

Capteurs. Capteur. 1. Position du problème. 2. définitions. s = f(m) 3. Les principes physiques mis en oeuvres Ce cours est destiné à donner un aperçu : - des possibilités de mesure des grandeurs physiques ; - des principales caractéristiques dont il faut tenir compte lors de l utilisation d un capteur. Bibliographie

Plus en détail

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN EFFET KERR B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN 1 I-Théorie de l effet Kerr L effet Kerr (1875) est un phénomène électro-optique de biréfringence artificielle. Certains milieux, ordinairement non-biréfringents,

Plus en détail

Chambre d'essai de matériau à convection forcée

Chambre d'essai de matériau à convection forcée Série FP 115 Chambres d'essais des matériaux Chambre d'essai de matériau à convection forcée La chambre d'essai de matériau à convection forcée BINDER de la série FP assure des délais de séchage courts

Plus en détail

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42

INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42 CERN INSTRUCTION DE SÉCURITÉ SAFETY INSTRUCTION Ayant force d obligation selon SAPOCO/42 Edms 335813 TIS IS 48 Publié par : TIS/GS Date de Publication : juin 2001 Original : Anglais PREVENTION DES INCENDIES

Plus en détail

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240

PRISE EN MAIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMADZU U.V. 240 I.N.S.. DE ROUEN Laboratoire de Chimie nalytique U.V. N PRISE EN MIN DU SPECTROPHOTOMETRE UV-VISIBLE SHIMDZU U.V. 240. OBJECTIFS - Choix des paramètres nécessaires pour un tracé de spectre. - Utilisation

Plus en détail

Risques électromagnétiques. Comprendre les «Décharges Electrostatiques» V1.2 du 23/08/2008. Dossiers techniques

Risques électromagnétiques. Comprendre les «Décharges Electrostatiques» V1.2 du 23/08/2008. Dossiers techniques Risques électromagnétiques Comprendre les «Décharges Electrostatiques» V1.2 du 23/08/2008 1 Dossiers techniques Introduction Les ESD (Electro Static Discharges), en Français «Décharges Electro Statiques»

Plus en détail

Stockage de céréales

Stockage de céréales Stockage de céréales 1. Présentation 1.1. Nature de l'activité Le stockage des céréales a pour fonction de préserver les grains après la récolte (prévention des pertes et altérations) et de les commercialiser

Plus en détail

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE Polytech'Nice 4 ème Année T.P. d'electronique TP N 6 AIMENTATIONS A DECOUPAGE I. e mécanisme de régulation à découpage e but de cette manipulation est la compréhension du mécanisme de régulation par découpage.

Plus en détail

Information électro-aimants EXPLICATIONS TECHNIQUES ELECTRO- AIMANTS DE COMMUTATION. Pour l'utilisation dans l'hydraulique

Information électro-aimants EXPLICATIONS TECHNIQUES ELECTRO- AIMANTS DE COMMUTATION. Pour l'utilisation dans l'hydraulique EXPLICATIONS TECHNIQUES ELECTRO- AIMANTS DE COMMUTATION Pour l'utilisation dans l'hydraulique Sommaire 1. Préambule 4. Prescriptions de construction et d'essai 2. Genre des électro-aimants 4.1. Essai des

Plus en détail

Electrothermie industrielle

Electrothermie industrielle Electrothermie industrielle K. Van Reusel 1/102 I. Chauffage par résistances 1. Des fours à résistances 2. Chauffage par conduction 3. Chauffage par rayonnement infrarouge II. Techniques électromagnétiques

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Mesure de débit. Le débit se divise au minimum en trois types distincts, soit : déplacement de ce fluide dans sa gaine, et la relation est :

Mesure de débit. Le débit se divise au minimum en trois types distincts, soit : déplacement de ce fluide dans sa gaine, et la relation est : Mesure de débit Définitions : Le débit se divise au minimum en trois types distincts, soit : Débit VOLUMIQUE Le débit volumique dans une conduite de fluide est réduit à la vitesse de déplacement de ce

Plus en détail

Tomographie de la résistivité électrique (ERT)

Tomographie de la résistivité électrique (ERT) Tomographie de la résistivité électrique (ERT) 1 Principe de la mesure Le sondage électrique est une méthode d exploration du sous-sol qui repose sur la mesure de la résistivité électrique ρ (en Ω.m).

Plus en détail

ETALONNAGE D'UN THERMOCOUPLE

ETALONNAGE D'UN THERMOCOUPLE EALONNAGE D'UN HERMOCOUPLE But du.p. - Objectifs On se propose d'effectuer l'étalonnage absolu d'un thermocouple. Ce P, qui parait simple, demande un bon doigté expérimental, du soin ainsi qu'une bonne

Plus en détail

Chambres d'essais pour matériaux à convection forcée

Chambres d'essais pour matériaux à convection forcée Série FP 400 Chambres d'essais des matériaux Chambres d'essais pour matériaux à convection forcée La convection forcée d'une chambre BINDER de la série FP assure des délais de séchage courts et un chauffage

Plus en détail

Capteur Humidité du Sol PS-2163

Capteur Humidité du Sol PS-2163 Capteur Humidité du Sol PS-2163 1 2 PS-2153 Sonde Potentiel Hydrique Equipement inclus Référence 1. Capteur PASPORT humidité du sol PS-2163 2. Sonde Humidité du Sol 514-10696 Accessoires Sonde potentiel

Plus en détail

5.4 Le béton prêt à l emploi BPE

5.4 Le béton prêt à l emploi BPE 5.4 Le béton prêt à l emploi BPE L origine et le développement du BPE L appellation «Béton Prêt à l Emploi» (BPE) est réservée au béton préparé en usine dans des installations fixes (centrales) et transporté

Plus en détail

5. Les capteurs passifs...3 5.1. Définitions...3 5.2. Exemples...3 5.3. Le conditionneur...4

5. Les capteurs passifs...3 5.1. Définitions...3 5.2. Exemples...3 5.3. Le conditionneur...4 Les capteurs Table des matières 1. Chaine d acquisition et d information...1 2. Définitions...2 3. Type et nature de la sortie...2 4. Capteurs actifs...2 4.1. Effet thermoélectrique...2 4.2. Effet pyroélectrique...2

Plus en détail

Avis Technique 14/09-1458 Raccords métalliques à glissement Raccords pour tubes en matière plastique Plastic pipe fittings Kunststoffrohre Verbindungen Ferroplast Titulaire : Braseli Tubos y Accesorios

Plus en détail

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012 Cours d électricité Dipôles simples en régime alternatif Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année: 2011-2012 Plan du

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

MODE D'EMPLOI. Mesureur d'humidité. Référence PX-7668

MODE D'EMPLOI. Mesureur d'humidité. Référence PX-7668 MODE D'EMPLOI Mesureur d'humidité Référence PX-7668 Adaptation/Traduction française : PEARL Diffusion Sarl, 67600 Sélestat Fév. 2012 1 Chère cliente, cher client, Afin d'utiliser au mieux votre nouveau

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Principe Le principe de la séparation par C.P.G. consiste à partager l'échantillon à analyser

Plus en détail

BULLETIN TECHNIQUE. publié par l Association béton Québec

BULLETIN TECHNIQUE. publié par l Association béton Québec Techno-béton BULLETIN TECHNIQUE publié par l Association béton Québec n o 8 LA CURE ) INTRODUCTION L'humidité relative et les conditions climatiques défavorables lors de la mise en place d'un béton exposé

Plus en détail

CATALOGUE AKTA Chaux-Chanvre : Pôle Habitat Ecologique 2013

CATALOGUE AKTA Chaux-Chanvre : Pôle Habitat Ecologique 2013 CATALOGUE AKTA Chaux-Chanvre : Pôle Habitat Ecologique 2013 AKTA - Chanvre Chènevotte calibrée pour le béton de chanvre et enduits isolants Domaine d emploi AKTA Chanvre est issu d un chanvre non-roui.

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Chaleur nucléaire utilisée à des fins industrielles et pour le chauffage urbain

Chaleur nucléaire utilisée à des fins industrielles et pour le chauffage urbain lesquelles peuvent se fonder des recommandations visant à faire admettre les normes éventuellement nécessaires. Ce colloque était le premier que l'agence ait organisé sur le problème particulier des effets

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

Le traitement de sol.

Le traitement de sol. Le traitement de sol. 1 ) Intro : Pourquoi un traitement à la chaux? Les sols fins ont naturellement une qualité médiocre qui empêche de les utiliser en l état. Ils peuvent gonfler, devenir plastique en

Plus en détail

Directives de la Commune d'yverdon-les-bains pour la pose de conduites eau-gaz et tubes PE pour l'électricité (état 8 septembre 2014)

Directives de la Commune d'yverdon-les-bains pour la pose de conduites eau-gaz et tubes PE pour l'électricité (état 8 septembre 2014) Service des Energies Rue de l'ancien-stand 2 Case postale 1295 CH-1401 Yverdon-les-Bains Directives de la Commune d'yverdon-les-bains pour la pose de conduites eau-gaz et tubes PE pour l'électricité (état

Plus en détail

BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS

BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS Technodating «Matériaux durables pour le gros œuvre en construction humide» 17 mai 2013 BÉTONS DE GRANULATS RECYCLÉS (ET AUX LAITIERS DE HAUTS FOURNEAUX) Braymand Sandrine F.Feugeas, C. Fond, N.Serres,

Plus en détail

DIRANA. Analyse de la réponse diélectrique et évaluation de la teneur en humidité dans les isolations huile-papier

DIRANA. Analyse de la réponse diélectrique et évaluation de la teneur en humidité dans les isolations huile-papier DIRANA Analyse de la réponse diélectrique et évaluation de la teneur en humidité dans les isolations huile-papier Mesures diélectriques Pourquoi mesurer la réponse diélectrique? La mesure de la réponse

Plus en détail

Lot n 6: Electricité - Chauffage électrique et VMC CHAPITRE 3 GENERALITES VMC...29 03.01 PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRES...29

Lot n 6: Electricité - Chauffage électrique et VMC CHAPITRE 3 GENERALITES VMC...29 03.01 PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRES...29 CHAPITRE 3 GENERALITES VMC...29 03.01 PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRES...29 03.02 BASE DE CHOIX ET CALCUL...29 03.03 QUALITE DES INSTALLATIONS...29 03.03.01 Matériels...29 03.03.02 Installations électriques...30

Plus en détail

Le rôle du capteur dans les systèmes de mesure

Le rôle du capteur dans les systèmes de mesure MECA2755 Automatisation Industrielle Le rôle du capteur dans les systèmes de mesure H. BUYSE 2004 - Université catholique de Louvain Le rôle du capteur dans les systèmes de mesure Grandeur Physique capteur

Plus en détail

Manuel d'utilisation. Enregistreur de données de température et d humidité. Modèle 42280

Manuel d'utilisation. Enregistreur de données de température et d humidité. Modèle 42280 Manuel d'utilisation Enregistreur de données de température et d humidité Modèle 42280 Introduction Toutes nos félicitations pour votre acquisition du thermomètre et enregistreur de données d'humidité

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

Thermomètre portable Type CTH6500

Thermomètre portable Type CTH6500 Etalonnage Thermomètre portable Type CTH6500 Fiche technique WIKA CT 55.10 Applications Etalonnage de thermomètres Mesure de température pour les besoins d'assurance qualité Mesures dans des applications

Plus en détail

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE

E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE E-I-4V1 : DÉTERMINATION DES MATIERES EN SUSPENSION METHODE PAR FILTRATION SUR FILTRE EN FIBRES DE VERRE ET GRAVIMETRIE 1. Objet La présente méthode de référence spécifie une méthode de détermination gravimétrique

Plus en détail

6.1 Instruments. 6.2 Introduction. L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL

6.1 Instruments. 6.2 Introduction. L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL 6.1 Instruments Un amplificateur opérationnel de type 741. Un oscilloscope à double canon à électron. Un générateur de signaux Wavetek. Un générateur

Plus en détail

Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique

Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique Stéphane GIBOUT*, Erwin FRANQUET, Jean CASTAING-LASVIGNOTTES,

Plus en détail

Séance No. 5 Découplages de circuits électroniques 1 novembre 2010 (CSYEI)

Séance No. 5 Découplages de circuits électroniques 1 novembre 2010 (CSYEI) Séance No. 5 Découplages de circuits électroniques 1 novembre 2010 (CSYEI) 1 Programme du jour 1. Découplage des IC 2. Choix des composants de découplage. 3. Règles de routage des PCB 4. Phénomène de diaphonie

Plus en détail

Description de fonctionnement

Description de fonctionnement Mostec AG M es s- u nd R egeltechnik Lau senerstr.13a CH -4410 Liestal Tel.061/921 40 90 Fax 061/921 40 83 Description de fonctionnement Appar eilde mes u re de condu ctivité Type M 8836 Page 2 A. Garantie:

Plus en détail

les capteurs dans un système d'acquisition

les capteurs dans un système d'acquisition Les capteurs les capteurs dans un système d'acquisition Fonction d'un capteur Caractérisation des capteurs Catégories de capteurs Les Capteurs de position Les différents types de détection Jauge de contrainte

Plus en détail

CONSEIL. La dalle de béton page 2. La préparation page 3&5. Le béton page 6. Le dressage pages 7 REALISER UNE DALLE DE BETON 90.23.

CONSEIL. La dalle de béton page 2. La préparation page 3&5. Le béton page 6. Le dressage pages 7 REALISER UNE DALLE DE BETON 90.23. 90.23 REALISER UNE DALLE DE BETON CONSEIL Castorama La dalle de béton page 2 La préparation page 3&5 Le béton page 6 Le dressage pages 7 page 1/7 LA DALLE DE BETON La dalle de béton (sur terre-plein) est,

Plus en détail

Tuto Multimètre guide d'utilisation

Tuto Multimètre guide d'utilisation Tuto Multimètre guide d'utilisation Je me suis permis de faire un petit guide d'utilisation de ce petit appareil bien pratique pour tripatouiller dans le réseau électrique de nos bécanes J'ai essayé de

Plus en détail

Avantages des postes préfabriqués MT/BT 3. Choix du matériel par utilisation 4. Poste MT/BT à couloir de manœuvre: CLIPPER 6

Avantages des postes préfabriqués MT/BT 3. Choix du matériel par utilisation 4. Poste MT/BT à couloir de manœuvre: CLIPPER 6 SOMMAIRE Avantages des postes préfabriqués MT/BT 3 Choix du matériel par utilisation 4 Poste MT/BT à couloir de manœuvre: CLIPPER 6 Poste MT/BT compartimenté: ALTO L4 8 Poste MT/BT bas de poteau: ALTO

Plus en détail

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur 5 CONDUCTEURS À L ÉQUILIBRE 5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur Dans un isolant, les charges restent à l endroit où elles ont été apportées (ou enlevées). Dans un conducteur, les charges sont

Plus en détail

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Valéry Ferber LCPC Sommaire Objectifs Tassements induits par l humidification des sols fins compactés Conception

Plus en détail