(VM(t i ),Q(t i+j ),VM(t i+j ))

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1.5 0.5 -0.5 -1.5 0 20 40 60 80 100 120. (VM(t i ),Q(t i+j ),VM(t i+j ))"

Transcription

1 La logique oue dans les PME/PMI Application au dosage de l'eau dans les bétons P.Y. Glorennec INSA de Rennes/IRISA C. Hérault Hydrostop V. Hulin Hydrostop T. Le Quézourec Jessica Ouest Résumé Le dosage automatique de l'eau pour la fabrication de béton est un problème assez dicile. Il faut en eet obtenir le plus rapidement possible un produit de plasticité donnée, alors que la plasticité réelle n'est connue qu'après un temps de malaxage et d'homogénéisation assez long. La société Hydrostop commercialise un procédé empirique assez able pour le dosage de l'eau, mais a souhaité l'améliorer pour réduire si possible le temps de malaxage et introduire des sécurités qui n'existent pas à l'heure actuelle. Un nouveau procédé, basé sur la logique oue, a été développé grâce au soutien de Jessica Ouest. Le principe consiste à prédire en temps réel la plasticité du béton. Pour cela, un apprentissage en ligne permet de constituer automatiquement une base de connaissances à partir de quelques points de mesure initiaux. Mots clés : intelligence articielle, logique oue, sonde virtuelle, diagnostic, prévision du volume d'eau, apprentissage automatique. 1 Introduction La société Hydrostop est une très petite entreprise de quatre personnes, qui contrôle environ 70% du marché français des systèmes de dosage automatique de l'eau dans le béton. Le béton produit est destiné à être versé dans des moules pour obtenir des produits assez variés : plaques, parpaings, tuyaux etc. Selon son utilisation, le béton qui sort du malaxeur doit avoir une plasticité donnée, fonction de sa teneur en eau : trop sec, le remplissage des moules serait mal eectué ; trop mouillé, le produit démoulé se déformerait. Hydrostop a mis au point un procédé empirique simple assez able, en utilisant une sonde résistive pour estimer la teneur en eau du mélange. La diculté du problème vient du fait que la plasticité réelle n'est connue que lorsque le mélange agrégat-ciment-eau est parfaitement homogénéisé : la résistivité achée n'est pas égale à la résistivité réelle 1. De ce fait, un manque ou un excès d'eau ne peuvent pas être détectés à temps : dans les deux cas la gâchée est perdue. Le procédé actuel consiste à apporter de l'eau en continu jusqu'à un 1. Elle ne le devient qu'après un temps de malaxage susamment long.

2 certain point, xé par l'utilisateur ou automatiquement, puis à compléter le dosage par des petites impulsions d'eau. Pour abiliser le procédé, Hydrostop a fait appel à Jessica Ouest, qui a nancé une expertise sur la faisabilité d'un procédé basé sur la logique oue, ainsi qu'une formation en entreprise. Le plan de l'exposé est le suivant. Le paragraphe 2 présente rapidement la logique loue. Le problème posé par Hydrostop est décrit au paragraphe 3 et la méthode utilisée au paragraphe 4. 2 La logique oue La logique oue possède de multiples facettes, mais, dans cet exposé, nous n'aborderons que son utilisation pour le traitement des connaissances dans des problèmes industriels. Le traitement des connaissances comprend trois aspects : la représentation des connaissances, sous une forme proche du langage naturel, l'extraction automatique de connaissances interprétables, à partir de données numériques, la réactualisation des connaissances en tenant compte des erreurs. Les connaissances humaines sont souvent exprimées en utilisant des termes ous, comme petit, lent, chaud, etc, termes qui n'ont aucune signication intrinsèque mais qui sont immédiatementinterprétés correctement dans un contexte donné. Cette représentation présente l'avantage d'être totalement compréhensible et de décrire simplement des situations types. Un système d'inférence oue (SIF) se présente alors comme un outil de traitement de l'information en utilisant les connaissances disponibles. Une démarche basée sur la logique oue comporte plusieurs étapes. 1. Pour chaque variable (par exemple, la température, la quantité d'eau...), on réalise une partition grossière du domaine de variation. Cette partition est caractérisée par des sous-ensembles ous auxquels on associe des termes linguistiques. Cette partition permet de résumer de façon qualitative les valeurs de la variable : x est petit est une caractérisation d'un ensemble de valeurs que peut prendre la variable x. petit moyen grand 0,6 0,4 x 0 Fig. 1Partition oue sur le domaine d'une variable

3 2. Il faut ensuite dénir, sur le domaine de chaque variable, des fonctions d'appartenance associées aux sous-ensembles ous. Ces fonctions d'appartenance permettront de quantier précisément à quel degré une observation donnée de la variable appartient à un sous-ensemble ou. Par exemple, dans la gure 1, l'observation notée x 0 sera considérée comme petite à 40% et moyenne à 60%. 3. Il faut enn écrire, manuellement ou automatiquement, la base de règles. Il existe des algorithmes permettant d'enchaîner ces étapes. L'utilisateur n'a juste qu'à xer le nombre de sous-ensembles ous qu'il veut utiliser pour caractériser qualitativement les variations d'une variable, voir [1]. Les Systèmes d'inférence oue (SIF) peuvent approximer avec une précision xée à l'avance toute fonction continue d'un espace à n dimensions dans R : on parle de propriété d'approximation universelle. Cette propriété est vériée par d'autres modèles numériques, comme les ondelettes, les séries de Fourier, les réseaux de neurones etc. Les avantages de la logique oue par rapport aux autres modèles sont les suivants : les réponses d'un SIF sont prévisibles et explicables ; le degré de abilité d'une réponse est quantiable : si la base de connaissance ne permet pas de traiter un cas précis, l'utilisateur peut en être averti ; les règles peuvent être validées individuellement, soit a priori en utilisant la connaissance d'un expert, soit a posteriori après extraction automatique des règles. L'inconvénient majeur est qu'il faut se limiter à des problèmes de petite dimension, de moins de cinq ou six variables explicatives. Pour aller au delà, et si on veut garder une base de connaissances lisible, on doit utiliser des arbres de régression ous. 3 Application au dosage de l'eau dans les bétons Chaque usage du béton nécessite une plasticité déterminée. Cette plasticité est mesurée par une sonde résistive et est ensuite traduite par un nombre, appelé valeur de mouillage (VM), variant entre 0 (mélange très sec) à 120 (mélange très mouillé). Les systèmes de dosage commandent l'arrivée d'eau pour obtenir une VM de consigne. De nombreux paramètres interviennent dans une gâchée : le volume de la gâchée, la teneur en eau initiale des agrégats, leur température, la granulométrie des composants, la quantité d'eau versée, la valeur de la consigne. Par ailleurs, la mesure de résistivité n'est pas linéaire : elle est innie pour un mélange très sec et tend vers zéro quand il devient très mouillé. Enn, les mesures intermédiaires de résistivité ne sont pas ables. Pour réduire la complexité, chaque usage du béton correspond à un ensemble de paramètres regroupés dans une recette. Une centrale à béton utilise généralement plusieurs dizaines de recettes qui sont utilisées dans un ordre quelconque, en fonction des besoins et de la disponibilité des moules. Lors de l'établissement d'une recette, l'exploitant ajuste à vue la quantité d'eau nécessaire pour obtenir la plasticité requise, attend l'homogénéisation complète et enregistre la VM mesurée : cette VM devient alors la consigne associée à la recette. Cependant, pour une même VM de consigne, les quantités d'eau nécessaires varient de manière trop importante d'une gâchée à une autre, si bien que cette valeur ne peut pas être associée à la recette.

4 En analysant 44 gâchées consécutives eectuées sur trois jours dans le même malaxeur, on constate que la VM réelle en n de cycle dépasse souvent la consigne de quelques unités. Dans le tableau 1, la colonne écart indique le dépassement en n de cycle, en unités de VM ; les colonnes suivantes donnent le nombre de cas où ce dépassement est observé ainsi que le pourcentage ; enn, la colonne VM donne la valeur moyenne des VM pour lesquelles le dépassement a été observé. Sur les 44 gâchées analysées, cette dernière colonne montre nettement que les consignes de mouillage faibles sont plus diciles que les autres à respecter. Le tableau montre aussi qu'il y a manifestement une certaine diculté à règler nement les diérents paramètres d'une gâchée. écart nombre % VM ,8 106, ,6 100, ,5 95, ,8 95, ,1 95, ,1 78,5 Tab. 1 Analyse de 44 gâchées consécutives portant sur 9 recettes et diérentes VM de consigne. Une première partie de l'étude a consisté à rechercher un modèle ou du procédé. Le problème principal provenant de l'inertie de la sonde, il a été décidé de chercher à modéliser la VM réelle instantanée, c'est-à-dire la VM qui serait mesurée si on arrétait l'arrivée d'eau et si on attendait l'homogénéisation. Cette valeur modélisée est par la suite appelée VM virtuelle et notée VM v (t). Les variables explicatives sont: la résistivité du mélange initial, avant tout apport d'eau et après un temps de malaxage susant, notée VM init, la quantité d'eau à l'instant t, Q(t), Le modèle est donc : VM v (t) =f(vm init,q(t)) (1) La fonction de régression, f, est un SIF pour lequel le domaine de variation des deux entrées a été découpé en quatre sous-ensembles ous, ce qui conduit à un système de 16 règles. Ces règles ont été extraites automatiquement à partir de données réelles provenant d'un même malaxeur et pour une même recette. Les données ont été divisées en deux : une partie pour l'apprentissage et l'autre pour tester les capacités de généralisation du SIF obtenu. La gure 2 montre que les erreurs de modélisation restent inférieures à deux unités, ce qui est très satisfaisant. Il est donc possible d'utiliser un tel modèle pour agir sur l'électro-vanne d'eau. 4 Le nouveau procédé de dosage Chaque centrale à béton et chaque recette constituent des cas particuliers. Il n'est donc pas possible d'écrire a priori un système de règles unique, valable dans tous les cas. Il n'est pas, non plus, envisageable d'exiger une campagne de mesure comme préalable à

5 Fig. 2Erreur de modélisation pour une recette. l'établissement d'une recette. Les contraintes à respecter sont très fortes et peuvent être résumées comme suit : le système doit être totalement auto-adaptatif, il ne doit nécessiter que une ou deux gâchées pour l'initialisation d'une recette 2 l'apprentissage doit se faire en ligne. Un nouveau protocole a donc été adopté. Il se divise en deux : un protocole pour l'établissement d'une recette et un second pour l'exploitation normale. 4.1 Etablissement d'une recette L'objectif est d'obtenir le plus de renseignements possible à partir de la gâchée d'initialisation. La seule diérence avec le protocole précédent, c'est qu'il sera demandé à l'exploitant d'eectuer des poses au cours de la gâchée d'initialisation, pour permettre des homogénéisations intermédiaires. Le but est d'obtenir des triplets : (VM(t i ),Q(t i+j ),VM(t i+j )) avec i 0 et j 1. VM(t i ) représente la VM mesurée à l'instant t i, Q(t i+j ) représente la quantité d'eau versée jusqu'à l'instant t i+j et VM(t i+j ) la VM résultante, VM init = VM(t 0 ). Ces triplets permettront seulement de n'initialiser que quelques règles du SIF. Les autres règles seront alors obtenues par diusion de la connaissance (voir [1]). Elles devront être conrmées ultérieurement par apprentissage en ligne. L'établissement d'une recette permet donc de remplir complètement la base de règles de valeurs réalistes, en partant d'une base de règles vide. 4.2 Exploitation du modèle Dès l'initialisation, le modèle précédent est exploitable mais demande à être ané : certaines règles, qui correspondent à des situations très diérentes de celles qui ont été rencontrées lors de l'initialisation, ne sont que des estimations. Le protocole standard peut 2. Actuellement, il faut nécessairement une gâchée d'initialisation pour chaque recette.

6 être décrit de la façon suivante. 1. Malaxage initial pour obtenir une valeur able de VM init. 2. Apport d'eau en continu tant que VM v (t) <VM cons ɛ (2) où VM cons représente la consigne et ɛ une marge de sécurité. 3. Malaxage nal pour obtenit la VM réelle. 4. Correction éventuelle des règles si l'erreur de modélisation dépasse un seuil. Comme le SIF peut acher le degré de abilité de sa réponse, il est aussi possible de modier automatiquement le protocole standard pour permettre l'introduction de points de mesures complémentaires. Cette fonctionnalité ne sera cependant pas implémentée dans l'immédiat. 5 Conclusion La nouvelle version du système de dosage de l'eau est en cours de codage sur les automates de Hydrostop. Parallèlement, une applet écrite en langage Java a été écrite et sera bientôt disponible sur le site Web de Hydrostop. Cet applet aura pour but : de servir de démonstrateur du nouveau système, mais aussi de permettre une prise en main plus aisée par les utilisateurs. En eet, un modèle de gâchée a été implémenté et l'utilisateur pourra s'entrainer dans des conditions proches des conditions réelles. Références [1] P.Y. Glorennec, Algorithmes d'apprentissage pour systèmes d'inférence oue, Editions Hermès, 1999.

Gestion d'un entrepôt

Gestion d'un entrepôt Gestion d'un entrepôt Épreuve pratique d'algorithmique et de programmation Concours commun des écoles normales supérieures Durée de l'épreuve: 3 heures 30 minutes Juin/Juillet 2010 ATTENTION! N oubliez

Plus en détail

Compte-rendu de projet de Système de gestion de base de données

Compte-rendu de projet de Système de gestion de base de données Compte-rendu de projet de Système de gestion de base de données Création et utilisation d'un index de jointure LAMBERT VELLER Sylvain M1 STIC Université de Bourgogne 2010-2011 Reponsable : Mr Thierry Grison

Plus en détail

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours 0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage 3- Organisation du cours Le présent cours constitue une introduction pour situer le langage C++, beaucoup des concepts

Plus en détail

Couples de variables aléatoires discrètes

Couples de variables aléatoires discrètes Couples de variables aléatoires discrètes ECE Lycée Carnot mai Dans ce dernier chapitre de probabilités de l'année, nous allons introduire l'étude de couples de variables aléatoires, c'est-à-dire l'étude

Plus en détail

GOUTTE. Analyse Statistique des Données Cours 4. Master 2 EID. LUISS, Libera Università Internazionale degli Studi Sociali

GOUTTE. Analyse Statistique des Données Cours 4. Master 2 EID. LUISS, Libera Università Internazionale degli Studi Sociali LUISS, Libera Università Internazionale degli Studi Sociali Université Paris 13 Laboratoire Analyse, Géométrie et Applications UMR 7539 GOUTTE Analyse Statistique des Données Cours 4 Master 2 EID goutte@math.univ-paris13.fr

Plus en détail

La Solution Crypto et les accès distants

La Solution Crypto et les accès distants La Solution Crypto et les accès distants Introduction L'objectif de ce document est de présenter les possibilités d'accès distants à La Solution Crypto. Cette étude s'appuie sur l'exemple d'un groupement

Plus en détail

Calcul rapide des puissances

Calcul rapide des puissances Calcul rapide des puissances Par Mathtous Il s'agit de puissances à exposant entier naturel (avec la convention a 0 = 1, et a 1 = a). Si on applique la dénition pour calculer a n, on calcule de proche

Plus en détail

Introduction à la gestion de projets. Laurent Poinsot. Introduction. 26 janvier 2009

Introduction à la gestion de projets. Laurent Poinsot. Introduction. 26 janvier 2009 26 janvier 2009 Le modèle du est une méthodologie de développement logiciel qui est devenue un standard de l industrie logicielle. Ce modèle est constitué de deux phases : l une est dite descendante et

Plus en détail

Codage des données en machine.

Codage des données en machine. Codage des données en machine. 1 Entiers naturels Changements de base Codage en machine 2 Entiers relatifs : codage en complément à 2 Dénition Addition et calcul de l'opposé en complément à 2 3 Représentation

Plus en détail

Morgan Beau Nicolas Courazier

Morgan Beau Nicolas Courazier EPSI - 2010 Rapport projet IA Conception et mise en œuvre d un générateur de systèmes experts Morgan Beau Sommaire Cahier des charges 3 Présentation générale 4 Analyse et modélisation 6 Le moteur d inférence

Plus en détail

Estimation des charges. «Le travail se dilate jusqu à remplir le temps disponible»

Estimation des charges. «Le travail se dilate jusqu à remplir le temps disponible» «Le travail se dilate jusqu à remplir le temps disponible» Le savoir faire du chef de projet Pas d excès d optimisme Retour sur expérience Toujours garder de la marge Identifier les points à risque Ne

Plus en détail

REPRÉSENTATION DES NOMBRES EN MACHINE

REPRÉSENTATION DES NOMBRES EN MACHINE Info 2 REPRÉSENTATION DES NOMBRES EN MACHINE Problématique Dans la mémoire d'un ordinateur, les données sont représentées sous forme de séquences de 0 et de 1. Par conséquent, toute information mémorisée

Plus en détail

L addition et la multiplication en binaire

L addition et la multiplication en binaire Objectifs : Leçon A1-1 : L addition et la multiplication en binaire OS 1 - Exécuter en binaire une opération arithmétique de base. OS 2 - Représenter un nombre entier relatif. OS 3 - Mettre en œuvre un

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

ELEMENTS DE BUREAUTIQUE

ELEMENTS DE BUREAUTIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENTET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION ELEMENTS

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

Poker. A rendre pour le 25 avril

Poker. A rendre pour le 25 avril Poker A rendre pour le 25 avril 0 Avant propos 0.1 Notation Les parties sans * sont obligatoires (ne rendez pas un projet qui ne contient pas toutes les fonctions sans *). Celles avec (*) sont moins faciles

Plus en détail

Initiation à la fouille de données et à l apprentissage automatiq

Initiation à la fouille de données et à l apprentissage automatiq Initiation à la fouille de données et à l apprentissage automatique 1 Laboratoire d Informatique Fondamentale de Marseille Université de Provence christophe.magnan@lif.univ-mrs.fr www.lif.univ-mrs.fr/

Plus en détail

6. ETATS DE SURFACE 6.2. Défauts de rugosité

6. ETATS DE SURFACE 6.2. Défauts de rugosité 6. ETATS DE SURFACE 6.1. Définition Une surface réelle usinée n'est jamais parfaite, elle présente toujours des défauts par suite des erreurs systématiques d imperfections, admissibles dans la fabrication.

Plus en détail

Projet de cryptographie. Algorithme de cryptage de type Bluetooth

Projet de cryptographie. Algorithme de cryptage de type Bluetooth Projet de cryptographie Algorithme de cryptage de type Bluetooth Le but de ce projet est de créer une application qui crypte et décrypte des fichiers en utilisant le principe de cryptage du Bluetooth.

Plus en détail

EXEMPLE D'UNE INSTALLATION

EXEMPLE D'UNE INSTALLATION T H E R M O P T I M PRISE EN MAIN EXEMPLE D'UNE INSTALLATION DE CONDITIONNEMENT D'AIR VERSIONS JAVA 1.3 ET SUPERIEURES R. GICQUEL SEPTEMBRE 2013 2 SOMMAIRE PRISE EN MAIN DE THERMOPTIM... 3 INSTALLATION

Plus en détail

Les principes généraux de la Comptabilité

Les principes généraux de la Comptabilité Les principes généraux de la Comptabilité présentés par Georg NANEIX Conseiller fiscal gnaneix@fiscal-legal.net 1. Introduction Il est toujours nécessaire, voire indispensable, de connaître les principes

Plus en détail

Classes et templates C++

Classes et templates C++ Classes et templates C++ Ce TP propose une application des classes, des templates et du polymorphisme au travers du design de classes permettant de gérer des courbes de Bézier. Contents 1 Bézier unidimensionnelle

Plus en détail

Système Expert pour Smartphones

Système Expert pour Smartphones INSA Rennes Département INFORMATIQUE Système Expert pour Smartphones Rapport de Planification Olivier Corridor;Romain Boillon;Quentin Decré;Vincent Le Biannic;Germain Lemasson;Nicolas Renaud;Fanny Tollec

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

L artisan de sa maison maçonnerie

L artisan de sa maison maçonnerie L artisan de sa maison maçonnerie Michel & christophe Branchu Groupe Eyrolles, 2011 ISBN 978-2-212-13316-5 Sommaire 1 Béton 4 a. Gâcher du béton 4 b. Gâcher du mortier 9 Tableau de dosage du béton 8 Tableau

Plus en détail

Coup de Projecteur sur les Réseaux de Neurones

Coup de Projecteur sur les Réseaux de Neurones Coup de Projecteur sur les Réseaux de Neurones Les réseaux de neurones peuvent être utilisés pour des problèmes de prévision ou de classification. La représentation la plus populaire est le réseau multicouche

Plus en détail

Économie d'entreprise

Économie d'entreprise Économie d'entreprise Leneant 27 Économie d'entreprise Variation de l' et positionnement produit Variation de l' et positionnement produit 1/17 Économie d'entreprise Leneant 27 Sommaire 1. Objet...3 2.

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

I. STRUCTURE D UNE FORMULE

I. STRUCTURE D UNE FORMULE Chapitre C II I. Structure d une formule... 1 II. Les fonctions intrinsèques de Excel... 2 II.1. Somme automatique... 2 II.2. La fonction Somme... 3 II.3. La fonction Moyenne... 3 II.4. La Fonction Entier...

Plus en détail

Informatiques. Module : Outils RAD

Informatiques. Module : Outils RAD Management de Projets Informatiques Module : Outils RAD Niveau : S4 du L2/ISIL Génie Logiciel Le terme génie logiciel (en anglais software engineering) désigne l'ensemble des méthodes, des techniques et

Plus en détail

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION

LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION LA PROGRAMMATION LINEAIRE : UN OUTIL DE MODELISATION Dans les leçons précédentes, nous avons modélisé des problèmes en utilisant des graphes. Nous abordons dans cette leçon un autre type de modélisation.

Plus en détail

Polytech Lille GIS4 Projet de PPO

Polytech Lille GIS4 Projet de PPO Polytech Lille GIS4 Projet de PPO 2014-2015 http ://weppes.studserv.deule.net/ bcarre/gis4/2014/tutorat-ppo L'objectif est de concevoir un noyau de représentation et de calcul pour grilles de tableurs

Plus en détail

Compte-rendu de projet de Cryptographie

Compte-rendu de projet de Cryptographie Compte-rendu de projet de Cryptographie Chirement/Déchirement de texte, d'images de sons et de vidéos LAMBERT VELLER Sylvain M1 STIC Université de Bourgogne 2010-2011 Reponsable : Mr Pallo Table des matières

Plus en détail

Vers l'ordinateur quantique

Vers l'ordinateur quantique Cours A&G Vers l'ordinateur quantique Données innies On a vu dans les chapîtres précédents qu'un automate permet de représenter de manière nie (et même compacte) une innité de données. En eet, un automate

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

ANGLAIS, LANGUE SECONDE

ANGLAIS, LANGUE SECONDE ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS 1999 Quebec ANGLAIS, LANGUE SECONDE PRÉSECONDAIRE ANG-P005-2 ANG-P006-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MARS

Plus en détail

Ressources pour le lycée technologique

Ressources pour le lycée technologique éduscol Enseignement de mathématiques Classe de première STMG Ressources pour le lycée technologique Dérivation : Approximation affine et applications aux évolutions successives Contexte pédagogique Objectifs

Plus en détail

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB

RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB RAPPORT SUR L ETUDE DES DONNEES FINANCIERES ET STATISTIQUES A L AIDE DU LOGICIEL SCILAB PAR : MAROOF ASIM DAN BENTOLILA WISSAM ESSID GROUPE 1 LM206 Lundi 10H45 INTRODUCTION : ( Ce rapport est un compte

Plus en détail

Projet Système Distribué : Implémentation d'un serveur générateur de certicats. BEUQUE Eric, CORNEVAUX Sébastien, MOUTENET Cyril 13 janvier 2009

Projet Système Distribué : Implémentation d'un serveur générateur de certicats. BEUQUE Eric, CORNEVAUX Sébastien, MOUTENET Cyril 13 janvier 2009 Projet Système Distribué : Implémentation d'un serveur générateur de certicats BEUQUE Eric, CORNEVAUX Sébastien, MOUTENET Cyril 13 janvier 2009 1 Table des matières 1 Sujet 3 2 Analyse 4 3 Création clé

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

Mesure, précision, unités...

Mesure, précision, unités... 1. Introduction Mesure, précision, unités... La physique, science expérimentale, impose un recours à l'expérience pour élaborer, infirmer ou confirmer les théories. Mais cette démarche qui fait qu'une

Plus en détail

METHODOLOGIE : INGENIERIE DES SYSTEMES

METHODOLOGIE : INGENIERIE DES SYSTEMES METHODOLOGIE : INGENIERIE DES SYSTEMES L ingénierie de systèmes regroupe l ensemble des activités de pilotage des projets de construction effective d un système en s appuyant sur sa décomposition architecturale

Plus en détail

Présentation du binaire

Présentation du binaire Présentation du binaire Vers la fin des années 30, Claude Shannon démontra qu'à l'aide de "contacteurs" (interrupteurs) fermés pour "vrai" et ouverts pour "faux" on pouvait effectuer des opérations logiques

Plus en détail

Héritage en java : Calculatrice SDC

Héritage en java : Calculatrice SDC Programmation orientée objet L3 MIAGE Héritage en java : Calculatrice SDC Travail à rendre : le code complet du projet SDC sous forme d une archive tar.gz. L archive comportera trois répertoires : un répertoire

Plus en détail

NOTICE D'UTILISATION DE LA BARATTE À BEURRE Référence BAR01

NOTICE D'UTILISATION DE LA BARATTE À BEURRE Référence BAR01 NOTICE D'UTILISATION DE LA BARATTE À BEURRE Référence BAR01 Merci de lire ce mode d'emploi avant toute utilisation afin d'obtenir un fonctionnement correct et en toute sécurité. NE PAS LAISSER UN ENFANT

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés ENSEIRB-MATMECA PG-113 014 TP6: Optimisation au sens des moindres carrés Le but de ce TP est d implémenter une technique de recalage d images qui utilise une méthode vue en cours d analyse numérique :

Plus en détail

Guide pour la conception d'une application en C

Guide pour la conception d'une application en C Guide pour la conception d'une application en C Ph. Preux DESS IMST, ULCO Novembre 1999 1 Principes généraux Une application informatique, dès qu'elle dépasse une centaine de lignes de code, doit impérativement

Plus en détail

Les graphes d intervalles

Les graphes d intervalles Les graphes d intervalles Complément au chapitre 3 «Vol aux archives cantonales» Considérons un ensemble de tâches ayant chacune une heure de début et une heure de fin bien précises. Supposons qu on demande

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

3.1.1 Image numérique et image analogique.

3.1.1 Image numérique et image analogique. PLAN 3.1.1 Image numérique et image analogique 3.1.2 Résolution 3.1.3 Niveaux de gris 3.1.4 L'image numérique : un tableau d'entiers 3.1.1 Image numérique et image analogique. Image numérique se dit digital

Plus en détail

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00090679 1 EXTRAIT DU REGLEMENT INTERNE APPLIQUE PAR L'ADMINISTRATION DANS L'ATTRIBUTION DES MARCHES DU CERN 1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS 1.0 Ouverture et évaluation

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

Réunion des comités roulements et GPS

Réunion des comités roulements et GPS 24 Réunion des comités roulements et GPS Dès publication de la nouvelle version de la norme ISO 492, les tolérances dimensionnelles des roulements et les systèmes ISO de limites et d ajustements pourront

Plus en détail

Comment connecter des sondes PT100 sur les voies d excitation courant (Ix) d une centrale de mesure CR3000?

Comment connecter des sondes PT100 sur les voies d excitation courant (Ix) d une centrale de mesure CR3000? Note Technique N CSLF070812 Comment connecter des sondes PT100 sur les voies d excitation courant (Ix) d une centrale de mesure CR3000? Auteur : Service technique du bureau France de Campbell Scientific

Plus en détail

MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE

MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE MODE OPERATOIRE OPENOFFICE BASE Openoffice Base est un SGBDR : Système de Gestion de Base de Données Relationnelle. L un des principaux atouts de ce logiciel est de pouvoir gérer de façon efficace et rapide

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Druais Cédric École Polytechnique de Montréal. Résumé

Druais Cédric École Polytechnique de Montréal. Résumé Étude de load balancing par un réseau de neurones de types HME (Hierarchical Mixture of s). Druais Cédric École Polytechnique de Montréal Résumé Cet article tente d introduire le principe de load balancing

Plus en détail

Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes

Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes Niveau : terminale S. Thème : Calcul d incertitudes à l aide d outils numériques Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes

Plus en détail

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique

Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Introduction Description du logiciel Smart-MED-Parks Article technique Depuis le lancement du projet en février 2013, différentes actions ont été effectuées dans le but d'accroître la sensibilisation et

Plus en détail

Condensation dynamique de modèle par sousstructuration. Fascicule u2.07 : Méthodes pour réduire la taille de la modélisation

Condensation dynamique de modèle par sousstructuration. Fascicule u2.07 : Méthodes pour réduire la taille de la modélisation Titre : Condensation dynamique de modèle par sous- structu[...] Date : 24/07/2015 Page : 1/7 Condensation dynamique de modèle par sousstructuration statique Résumé : Ce document décrit un mode d utilisation

Plus en détail

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique

La programmation linéaire : une introduction. Qu est-ce qu un programme linéaire? Terminologie. Écriture mathématique La programmation linéaire : une introduction Qu est-ce qu un programme linéaire? Qu est-ce qu un programme linéaire? Exemples : allocation de ressources problème de recouvrement Hypothèses de la programmation

Plus en détail

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES

CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES CONSEIL D'ORIENTATION ÉNERGÉTIQUE DANS LES BATIMENTS CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE Introduction page 2 I - Objectifs du COE page 2 II - Description de la prestation page 2 III - Modalités de réalisation

Plus en détail

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ

PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ PETIT GUIDE POUR LA RÉDACTION DU RAPPORT D ACTIVITÉ EN PREAMBULE C est une épreuve de concours à part entière. C est le résultat d un vrai travail personnel. C est la pièce principale du dossier d inscription

Plus en détail

Guide Calc. Annexe C Codes erreurs Calc

Guide Calc. Annexe C Codes erreurs Calc Version 4.0 Guide Calc Annexe C Codes erreurs Calc LibreOffice est une marque déposée de The Document Fondation Plus d informations sur fr.libreoffice.org Copyright Ce document est Copyright 2010 2013

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion

Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion Évaluation de Reading, de la lecture et des notions de calcul des élèves de 3 e année et évaluation de la lecture des élèves de 4 e année d immersion française É VALUATION DE R EADING, DE LA LECTURE ET

Plus en détail

CHAPITRE 6. Capteurs intelligents

CHAPITRE 6. Capteurs intelligents CHAPITRE 6 Capteurs intelligents Gwenaëlle TOULMINET asi 2002-2003 1 Introduction Développement industriel nécessite une instrumentation coûteuse Maîtrise des procédés de fabrication. Maîtrise de la qualité

Plus en détail

7 DEMONSTRATEUR CD BRIME SUD. Projet : Détection et reconnaissance de l identité d un véhicule dans une scène naturelle 30/05/2003

7 DEMONSTRATEUR CD BRIME SUD. Projet : Détection et reconnaissance de l identité d un véhicule dans une scène naturelle 30/05/2003 7 DEMONSTRATEUR CD BRIME SUD a développé un démonstrateur vidéo permettant de visualiser les travaux effectués sur la reconnaissance de l identité d un véhicule dans une scène principale. Ce démonstrateur

Plus en détail

StockMalin l application pour les brocanteurs!

StockMalin l application pour les brocanteurs! StockMalin l application pour les brocanteurs! Conçue en intégralité par Quentin Comte-Gaz StockMalin Gestion de stock/clients/fournisseurs en ligne (2014) 1/15 Sommaire Introduction...3 PARTIE 1 : DESCRIPTION

Plus en détail

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance

Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance Laurent Denant Boemont octobre 2008 Chapitre 4. Fondements économiques de la demande d'assurance 2 J. Hamburg (2005) Along came Polly 1 Introduction

Plus en détail

Le tableur. Table des matières

Le tableur. Table des matières Le tableur Table des matières 1 Présentation 2 1.1 Repèrage des cellules........................... 2 1.2 Édition des cellules............................ 2 1.3 Contenu d une cellule..........................

Plus en détail

***I PROJET DE RAPPORT

***I PROJET DE RAPPORT PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des transports et du tourisme 20.6.2013 2011/0327(COD) ***I PROJET DE RAPPORT sur la proposition de directive du Parlement européen et du Conseil modifiant la directive

Plus en détail

Les réseaux bayésiens

Les réseaux bayésiens Les réseaux bayésiens Un outil de modélisation des connaissances incertaines par apprentissage à partir des données par modélisation interactive 2/1/23 SAMOS - BAYESIA 1 etit exemple contre-intuitif La

Plus en détail

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs!

Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! France Le Data Mining au service du Scoring ou notation statistique des emprunteurs! Comme le rappelle la CNIL dans sa délibération n 88-083 du 5 Juillet 1988 portant adoption d une recommandation relative

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

COMMENT PRÉPARER UN ENSEIGNEMENT PAR APP

COMMENT PRÉPARER UN ENSEIGNEMENT PAR APP 1 sur 5 16/03/2007 15:03 COMMENT PRÉPARER UN ENSEIGNEMENT PAR APP (PCEM2 - DCEM1) L élaboration de cas d APP est un processus multisequentiel exécutable par étapes : I- constitution d un groupe de travail

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5

Claude Delannoy. Exercices C++ en langage. 3 e édition. Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Claude Delannoy Exercices en langage C++ 3 e édition Groupe Eyrolles, 1997, 1999, 2007, ISBN : 978-2-212-12201-5 Chapitre 3 Les fonctions Rappels Généralités Une fonction est un bloc d instructions éventuellement

Plus en détail

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE Projet de Fin d Etudes réalisé à Apave Liban Par Corentin Demolder Encadré par Bassam Habre Tuteur

Plus en détail

Livret du Stagiaire en Informatique

Livret du Stagiaire en Informatique Université François-Rabelais de Tours Campus de Blois UFR Sciences et Techniques Département Informatique Livret du Stagiaire en Informatique Licence 3ème année Master 2ème année Année 2006-2007 Responsable

Plus en détail

Modbus 06/05/2013. Version 1.3

Modbus 06/05/2013. Version 1.3 06/05/2013 Version 1.3 Le protocole Modbus TCP, mode «Maître» Table des matières 1 Pré-requis... 3 2 Connecteur Modbus... 3 2.1 Ajout d un connecteur Modbus TCP... 3 2.2 Configuration d un connecteur Modbus

Plus en détail

Simulation avancée du procédé d injection

Simulation avancée du procédé d injection Simulation avancée du procédé d injection JT «Conception et optimisation numérique en plasturgie» Jeudi 30 juin Ronan Le Goff Sommaire Introduction Modèle numérique Cas d étude Paramètres rhéo Stratégies

Plus en détail

Mode Opératoire. Lancement des restitutions PMS. AMUE DCSI / Projet SIHAM

Mode Opératoire. Lancement des restitutions PMS. AMUE DCSI / Projet SIHAM Mode Opératoire Lancement des restitutions PMS AMUE DCSI / Projet SIHAM Table des matières 1. PRESENTATION DU CONTEXTE... 3 2. PREREQUIS POUR L ENSEMBLE DES RESTITUTIONS... 3 3. LANCEMENT DES RESTITUTIONS...

Plus en détail

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE :

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE : Page 1/7 Indice Date Objet Rédigé par Visa Vérifié par Visa Approuvé par Visa B 19/01/2006 Changement de logo S. LE NAGUARD J. ROBERT Ph. EVENAT C 27/10/2006 Distinction fournisseur / sous-traitant. A.

Plus en détail

Gestion de projet - la phase de réalisation du projet

Gestion de projet - la phase de réalisation du projet Gestion de projet - la phase de réalisation du projet GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables

NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables NC 11 Norme comptable relative aux Modifications comptables Objectifs 01. La divulgation des informations financières repose sur les caractéristiques qualitatives prévues par le cadre conceptuel, notamment,

Plus en détail

Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé EXERCICE 1 5 points Commun à tous les candidats 1. Réponse c : ln(10)+2 ln ( 10e 2) = ln(10)+ln ( e 2) = ln(10)+2 2. Réponse b : n 13 0,7 n 0,01

Plus en détail

Les types somme. 1 Préparation du TP. 2 Interface du module Carte. Algorithmes et Programmation Impérative 2. 2.1 Les types de donnees

Les types somme. 1 Préparation du TP. 2 Interface du module Carte. Algorithmes et Programmation Impérative 2. 2.1 Les types de donnees Univ. Lille1 - Licence Informatique 2ème année 2014-15 Algorithmes et Programmation Impérative 2 Les types somme 1 Préparation du TP Dans le prochain TP, vous allez réaliser un programme de jeu de poker

Plus en détail

Journées d études IARD

Journées d études IARD Journées d études IARD Gestion des risques liés à la refonte tarifaire d un portefeuille automobile Niort, le 20 mars 2014 Marie Foucher mfoucher@galea-associes.eu Pierre Thérond ptherond@galea-associes.eu

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

GIND5439 Systèmes Intelligents. Septembre 2004

GIND5439 Systèmes Intelligents. Septembre 2004 GIND5439 Systèmes Intelligents Septembre 2004 Contenu du cours Introduction aux systèmes experts Intelligence artificielle Représentation des connaissances Acquisition de connaissances Systèmes à base

Plus en détail

STS Web Rentrée 2015

STS Web Rentrée 2015 CONTENU 1 LES CAMPAGNES DE RÉPARTITION DE SERVICE...2 1.1 GENERALITES...2 1.2 CAMPAGNES DE RENTREE...2 1.3 CAMPAGNES DE MISE À JOUR...3 1.4 LES DONNEES À RENSEIGNER POUR POUVOIR VALIDER LE CALCUL...4 1.5

Plus en détail

Thème incertitude de mesure

Thème incertitude de mesure Thème incertitude de mesure Etude d'une démarche de métrologie en BTSA première année Production Aquacole (Dany Vert, LEGTA D'AHUN) Objectifs du référentiel et prérequis : Objectifs Objectif 4.2 : Réaliser

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Gestion de projet - suivi budgétaire du projet

Gestion de projet - suivi budgétaire du projet Gestion de projet - suivi budgétaire du projet GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table

Plus en détail