Retournement Temporel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Retournement Temporel"

Transcription

1 Retournement Temporel Rédigé par: HENG Sokly Encadrés par: Bernard ROUSSELET & Stéphane JUNCA 2 juin 28

2 Remerciements Je tiens tout d'abord à remercier mes responsables de mémoire, M.Bernard ROUSSELET et M.Stéphane JUNCA, pour leurs explications détaillées et leurs bons conseils depuis le début de ce projet. Je remercie également au Service de la Coopération d'action Cuturel (SCAC), à l'ambassade de France au Cambodge, qui me donne une occasion de poursuivre mes études en France. Je remercie aussi au Centre International de Mathématiques Pures et Appliqués (CIMPA), qui essaie de développer les mathématiques dans mon pays. Finalement, je remercie tous les professeures du CIMPA et les professeures au laboratoire de Mathématiques, à l'unsa, qui m'ont donné des cours pendant ma vie étudiant. 1

3 Table des matières Remerciements 1 1 Objectif du projet 4 2 Etude du problème direct Théorique Solution du problème sans conditions aux limites Energie du système Unicité de la solution Comportement en grand temps de la solution Schéma numérique sans conditions aux limites Condition de stabilité Numérique Problème direct avec la condition de Dirichlet Problème direct avec la condition de Neumann Problème direct avec la condition d'impédance Etude du problème retourné Problème retourné avec la condition de Dirichlet Retournement temporel exact Retournement temporel sans changement de vitesses Problème retourné avec la condition de Neumann Retournement temporel exact Retournement temporel sans changement de vitesses. 2 4 Résultats numériques Problème retourné avec la condition de Dirichlet Problème direct avec la condition de Dirichlet Problème direct avec la condition de Neumann Problème direct avec la condition d'impédance Problème retourné avec la condition de Neumann

4 4.2.1 Problème direct avec la condition de Neumann Problème direct avec la condition d'impédance Conclusion 36 Annexe 38 3

5 Chapitre 1 Objectif du projet L'objectif de ce projet est l'étude du problème associé à l'equation des cordes vibrantes en dimension 1 sur un domaine Ω = [, T ] [, 1], où [, T ] est l'intervalle de temps, [, 1] est l'intervalle d'espace, et de faire le retournement temporel de ce problème sur un intervalle de temps [T, 2T ]. On commence premièrement ce projet par l'étude du problème direct. On se donne une force (pontuelle) au second membre de l'équation des cordes vibrantes, une seule fois à l'instant initial t =. C'est-à-dire quand t >, la source n'existe plus. En mettant cette source en une position quelconque x [, 1], on étudie la variation de cette équation à chaque l'instant jusqu'à l'instant nal t = T. A l'étape suivante, on étudie le problème retourné en remontant le temps jusqu'à t = 2T. On fait le retournement temporel du problème ci-dessus sur l'intervalle [T, 2T ] en utilisant les valeurs trouvées dans [, T ]. Finalement, on compare théoriquement et numériquement le résultat de la solution du problème retourné à l'instant nal t = 2T avec la source que l'on a mis dans le problème direct. 4

6 Chapitre 2 Etude du problème direct On s'intéresse au problème associé à l'équation des cordes vibrantes (de vitesse de propagation c = 1) avec le second membre, et avec la condition d'impédance, de coecient z ], 1[, suivant : 2 u (t, x) 2 u (t, x) = δ 2 x 2 t= g (t, x), (t, x) [, T ] [, 1] u (, x) =, x [, 1] (, x) =, x [, 1] (t, ) z (t, ) =, t [, T ] x (t, 1) + z (t, 1) =, t [, T ] x (2.1) où g (t, x) représente le terme source, u (, x) est la valeur initiale, et (, x) est la vitesse initiale. Le problème le plus classique du problème ci-dessus, est avec la condition de Dirichlet ou de Neumann. Dans ces 2 cas, l'énergie du système est conservée. Au contraire, l'énergie du système (2.1) est décroissante exponentiellement qu'on va montrer dans le paragraphe suivant. Dans la partie théorique, on ne traite que le problème (2.1) sans second membre(g = ), avec les conditions initiales u (, x) = u (x) et (, x) = u 1 (x). Dans la partie numérique, on traite 3 problèmes diérents, le problème (2.1), le problème avec la condition de Dirichlet, et le problème avec la condition de Neumann. 2.1 Théorique Dans cette partie, on traite théoriquement l'équation des cordes vibrantes sans second membre(g = ), avec les conditions initiales u (, x) = u (x) et 5

7 (, x) = u 1 (x). On représente cette équation par, 2 u 2 (t, x) 2 u x 2 (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] u (, x) = u (x), x [, 1] 1 (x), x [, 1] (t, ) z x (t, 1) + z x (t, ) =, t [, T ] (t, 1) =, t [, T ] (2.2) Solution du problème sans conditions aux limites Soient Ω = [, T ] ], 1[, et u (t, x) C (Ω) Changement de variables : y = x + t et z = x t x 2 u 2 (t, x) = y (t, x) = y (y, z) z (y, z) z (y, z) (y, z) (t, x) = 2 u α 2 (y, z) 2 2 u y z (y, z) + 2 u z 2 (y, z) 2 u (t, x) = 2 u (y, z) u (y, z) + 2 u (y, z) x 2 y 2 y z z 2 L'équation (2.2) devient : 4 2 u (y, z) = y z ( ) y z (y, z) = = G (z) u (y, z) = G (z) + F (y) z u (t, x) = F (x + t) + G (x t) En t= : u (, x) = F (x) + G (x) = u (x) (, x) = F (x) G (x) = u 1 (x) Soit w une primitive de u 1. Alors, F (x) G (x) = w (x) F (x) = 1 2 (u (x) + w (x)) et G (x) = 1 2 (u (x) w (x)) u (t, x) = 1 2 (u (x + t) + w (x + t) + u (x t) w (x t)) Donc la solution de (2.2) sans conditions aux limites, est de la forme : u (t, x) = 1 2 (u (x + t) + u (x t)) x+t x t u 1 (s) ds, (t, x) Ω Energie du système L'énergie du système (2.2) : E (t) = 1 ( ( ) 2 ( ) ) 2 (t, x) + (t, x) dx, t [, T ] 2 x 6

8 En t =, E = E () = 1 2 ( (u1 (x)) 2 + (u (x)) 2) dx Proposition 2.1 L'énergie E (t) est décroissante. Preuve. On multiplie l'équation 2 u 2 l'intègre sur (, 1). 2 u 2 1 d 1 ( 2 dt (t, x) (t, x) dx 1 2 u (t, x) (t, x) dx = x 2 (t, x)) 2 dx + 1 d 1 2 dt (t, x) 2 u (t, x) = par (t, x) et on x 2 ( (t, x)) 2 [ x dx (t, x) (t, x)] 1 = x ( d ( (E (t)) = z (t, 1)) 2 ( ) dt x + (t, )) 2, t [, T ] x Donc l'énergie E (t) est décroissante. Théorème 2.2 E (t) E γ 2 γ 2t, t [, T ], où γ = 1 z 1+z < 1 Preuve. Posons f (t, x) = (t, x) et g (t, x) = (t, x) x Supposons g (, ) = u () et f (, ) = u 1 (), on a f g (t, x) (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] x g f (t, x) (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] x g (, ) = u () f (, ) = u 1 () f (t, ) zg (t, ) =, t [, T ] f (t, 1) + zg (t, 1) =, t [, T ] Soient X (t, x) = f (t, x) + g (t, x) et Y (t, x) = f (t, x) g (t, x), on a X X (t, x) (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] x Y Y (t, x) + (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] x On multiple par X et Y, on a, (X2 (t, x)) x (X2 (t, x)) =, (t, x) [, T ] [, 1] (Y 2 (t, x)) + (Y 2 (t, x)) =, (t, x) [, T ] [, 1] x En x = 1 { X (t, 1) = f (t, 1) + g (t, 1) = (1 z) g (t, 1), t [, T ] Y (t, 1) = f (t, 1) g (t, 1) = (1 + z) g (t, 1), t [, T ] (2.3) 7

9 X (t, 1) = γy (t, 1), avec γ = 1 z 1+z < 1 En x = { X (t, ) = f (t, ) + g (t, ) = (1 + z) g (t, ), t [, T ] Y (t, ) = f (t, ) g (t, ) = (1 z) g (t, ), t [, T ] Y (t, ) = γx (t, ), avec γ = 1 z 1+z < 1 On intègre (2.3) sur (, 1), on a Et d dt d dt 1 (X2 (t, x)) dx = x (X2 (t, x)) dx = X 2 (t, 1) X 2 (t, ) (X 2 (t, x)) dx = X 2 (t, 1) X 2 (t, ) (Y 2 1 (t, x)) dx = (Y 2 (t, x)) dx = Y 2 (t, ) Y 2 (t, 1) x (Y 2 (t, x)) dx = Y 2 (t, ) Y 2 (t, 1) Posons I (t) = Donc I (t) = 2 ( ( (t, x)) 2 + ( x (t, x)) 2 ) dx = 4E (t), où E (t) est l'énergie du système (2.2). T +1 T T +1 T (X 2 (t, x) + Y 2 (t, x)) dx di dt (t) = d X 2 (t, x) dx + d Y 2 (t, x) dx dt dt = X 2 (t, 1) X 2 (t, ) + Y 2 (t, ) Y 2 (t, 1) X 2 (t, x) dt = Y 2 (t, x) dt = = ( 1 γ 2) ( X 2 (t, ) + Y 2 (t, 1) ), t [, T ] X 2 (t + T, 1) dt = Y 2 (t + T, 1) dt = X 2 (T, 1 t) dt = Y 2 (T, 1 t) dt = X 2 (T, s) ds Y 2 (T, s) ds (Changement de variable et caractéristique) Donc I (T + 1) I (T ) = ( 1 1 γ 2) ( X 2 (T, s) + Y 2 (T, s) ) ds = ( 1 γ 2) I (T ) 8

10 Donc t [, T ], I (T + 1) = γ 2 I (T ) I (T ) = γ 2n I (s), T = n + s, et s [, 1] sup s [,1] I (s) = I () = 4E I (T ) 4E γ 2T 4E γ 2s γ 2T γ 2 E (t) E γ 2 γ2t, où γ = 1 z 1 + z < Unicité de la solution Théorème 2.3 L'équation (2.2) admet une solution unique. Preuve. Soient u et v, 2 solutions distinctes de (2.2). Soit w = u v, on a bien ( ) 2 w (t, x) 2 w 2 u (t, x) = 2 x2 (t, x) 2 u (t, x) 2 x2 ( ) 2 v (t, x) 2 v (t, x) 2 x2 =, (t, x) [, T ] [, 1] w (, x) = u (, x) v (, x) = u (x) u (x) =, x [, 1] w v (, x) = (, x) (, x) = u 1 (x) u 1 (x) =, x [, 1] ( ) w w (t, ) z (t, ) = (t, ) z (t, ) x x ( ) v v (t, ) z (t, ) =, t [, T ] x ( ) w w (t, 1) + z (t, 1) = (t, 1) + z (t, 1) x x ( ) v v (t, 1) + z (t, 1) =, t [, T ] x w Donc w est la solution de (2.2) dans le cas w (, x) =, (, x) =. D'après la Proposition 2.1, on a t [, T ] E w (t) E w () = 1 ( ( w ) 2 ( ) ) 2 w (, x) + (, x) dx = 2 x E w (t) =, car E w (t), t [, T ] t,x w = (, ) w (t, x) = Cte = w (, x) = w (t, x) Donc u et v sont identiques. 9

11 2.1.4 Comportement en grand temps de la solution Lemme 2.4 Soit f C 1 ([, + [, R) + Si f (x) dx est covergente, alors f (x) a une limite quand x +. Preuve du Lemme. On a t [, + [, f (x) = f () + x f (s) ds f () : est une constante x f (s) ds : converge quand x + Donc f (x) a une limite quand x + Proposition 2.5 Soit u (t, x), la solution de (2.2), alors u (t, x) t + u, où u ne dépend que de u et u 1. Preuve. On admet que u converge quand t + Posons I (t) = u (t, x) dx ( ) 2 u (t, x) 2 u (t, x) dx = 2 x 2 2 u 1 (t, x) dx = 2 T T I (t) dt = 1 z 2 u (t, x) dx = [ (t, x)] 1 = ( 1 (t, 1) + (t, )) x 2 x z ( (t, 1) + (t, )) dt I (T ) I () = 1 (u (T, 1) + u (T, ) u (, 1) u (, )) z D'après le Théorème 2.2, on a, I (T ) T + Donc quand T +, D'après le Lemme 2.4, on a u 1 (x) dx = 1 (2u z u (1) u ()) u = 1 2 (u (1) + u ()) + z 2 u 1 (x) dx u (t, x) t + u, où u = 1 2 (u (1) + u ()) + z u 1 (x) dx 2 1

12 2.1.5 Schéma numérique sans conditions aux limites La prise en compte des conditions aux limites de ce schéma est indiquée dans la partie numérique. Soient Ω = [, T ] ], 1[ et u C 4 (Ω). La formule de Taylor donne : u (t + t, x) + u (t t, x) 2u (t, x) = t 2 2 u (t, x) + O ( t 4 ) 2 u (t, x + x) + u (t, x x) 2u (t, x) = x 2 2 u (t, x) + O ( x 4 ) x 2 L'approximation l'ordre 2 en temps de 2 u 2 (t, x) 2 u 1 (t, x) (u (t + t, x) + u (t t, x) 2u (t, x)) 2 t2 L'approximation l'ordre 2 en espace de 2 u x 2 (t, x) 2 u 1 (t, x) (u (t, x + x) + u (t, x x) 2u (t, x)) x2 x2 Soient u n j, l'approximation de u (t n = n t, x j = j x) et β = ( t x Pour approcher le problème (2.2) sans conditions aux limites, on utilise le schéma numérique suivant u n+1 j + u n 1 j 2u n j = β ( ) u n j+1 + u n j 1 2u n j (2.4) Ce schéma est l'ordre 2 en temps et en espace Condition de stabilité Posons u n j = a n e ikx j et u n 1 j = b n e ikx j Le schéma numérique (2.4) devient { ( ) a n+1 = β (e ik x+e ik x ) + 2 (1 β) a n b n ) 2 b n+1 = a n ) = ( an+1 b n+1 ( 2 4βsin 2 k x ) } {{ } Matrice d'amplication A ( an Prenons, θ = 1 2βsin 2 k x 2 Le polynôme caractéristique de A : P A (λ) = λ 2 2θλ + 1 b n ) P A (λ) = λ 2 2θλ + 1 = = θ

13 Si > θ > 1, alors { λ1 = θ + λ 2 = θ Le schéma est instable, car λ 1 > 1 ou λ 2 > 1. Si θ 1, alors { λ1 = θ + i λ 2 = θ i Le schéma est stable si et seulement si λ 1 λ 2 1 λ 2 = λ 1 λ 2 = θ 2 + = 2θ vérié (car θ 1) θ 1 βsin 2 k x 1 α 2 sin 2 k x 1 α 1, avec β = α 2 = ( t 2 2 x Donc le schéma est stable sous la condtion CFL : α = t 1 x 2.2 Numérique Dans cette partie, on étudie l'équation des cordes vibrantes avec second membre et avec la condtion de Dirichlet, de Neumann, et d'impédance. On e t 2 +x 2 2πσ 2 prend la fonction Gaussienne très centrée, g (t, x) = 1 2σ 2, comme le terme source, et on choisit u (t, x) = pour tout t <. Le terme source n'existe qu'à l'instant t =. Soit gj, l'approximation de g (t, x) en (t n =, x j = j x). On a le schéma numérique en t = t, u 1 j = ( t) 2 g j (2.5) Pour approcher les 3 problèmes ci-dessous, on utilise le schéma numérique (2.5) pour t = t et le schéma numérique (2.4) pour t > t Problème direct avec la condition de Dirichlet ) 2 2 u (t, x) 2 u (t, x) = δ 2 x 2 t= g (t, x), (t, x) [, T ] [, 1] u (, x) =, x [, 1] (, x) =, x [, 1] u (t, ) =, t [, T ] u (t, 1) =, t [, T ] Conditions aux limites En x = : u n = En x = 1 : u n 1 J =, où J = x (2.6) 12

14 2.2.2 Problème direct avec la condition de Neumann 2 u (t, x) 2 u (t, x) = δ 2 x 2 t= g (t, x), (t, x) [, T ] [, 1] u (, x) =, x [, 1] (, x) =, x [, 1] x x (t, ) =, t [, T ] (t, 1) =, t [, T ] D'après la formule de Taylor, 1 (t, x) = (u (t, x + x) u (t, x)) + O ( x) x x ou = 1 (u (t, x) u (t, x x)) + O ( x) x On utilise le schéma plus simple d'ordre 1 pour approcher x Conditions aux limites En x = : u n = u n 1 En x = 1 : u n J = un J 1, où J = 1 x (2.7) (t, ) et (t, 1). x Problème direct avec la condition d'impédance 2 u (t, x) 2 u (t, x) = δ 2 x 2 t= g (t, x), (t, x) [, T ] [, 1] u (, x) =, x [, 1] (, x) =, x [, 1] (t, ) z (t, ) =, t [, T ] x (t, 1) + z (t, 1) =, t [, T ] x D'après la formule de Taylor, et (t, x) = 1 (u (t + t, x) u (t, x)) + O ( t) t 1 (t, x) = (u (t, x + x) u (t, x)) + O ( x) x x ou = 1 (u (t, x) u (t, x x)) + O ( x) x On utilise le schéma plus simple d'ordre 1 en temps pour approcher et (t, 1), et d'ordre 1 en espace pour approcher x Conditions aux limites En x = : u n+1 = u n + αz (u n 1 u n ) En x = 1 : u n+1 J = u n J + αz ( u n J 1 ) un J, où J = 1 x 13 (t, ) et x (t, 1). (2.8) (t, )

15 Chapitre 3 Etude du problème retourné Dans ce chapitre, on étudie le problème retourné pour le problème direct dans le chapitre précédent. En réalité, ce problème est posé dans [T, 2T ] [, 1], mais on travaille techniquement dans [, T ] [, 1]. On utilise la même équation comme le problème direct, mais sans second membre (g = ). On traitera théoriquement et numériquement le cas de retournement temporel exact et le cas de retournement temporel sans changement de vitesses, avec la condition de Dirichlet et de Neumann. Les données initiales de ce problème sont les valeurs qu'on a obtenu dans le problème direct. Remarque : On ne fait jamais le retournement temporel avec la condition d'impédance. 3.1 Problème retourné avec la condition de Dirichlet 2 v (t, x) 2 v (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] 2 x 2 v (, x) = v (x) = u (T, x), x [, 1] v (, x) = v 1 = ± (T, x), x [, 1] v (t, ) = u (T t, ), t [, T ] v (t, 1) = u (T t, 1), t [, T ] (3.1) Pour approcher le problème (3.1), on utilise le schéma numérique (2.4), avec les conditions aux limites suivantes : En x = : v n = u L n, où L = T t En x = 1 : v n J = ul n J, où J = 1 x 14

16 3.1.1 Retournement temporel exact 2 v (t, x) 2 v (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] 2 x 2 v (, x) = v (x) = u (T, x), x [, 1] v (, x) = v 1 (x) = (T, x), x [, 1] v (t, ) = u (T t, ), t [, T ] v (t, 1) = u (T t, 1), t [, T ] (3.2) où u est la solution du problème direct, et v est la solution exacte du prolème retourné (3.2). Théorème 3.1 v (T, x) = u (, x) = u (x) Preuve. Soit w (t, x) = u (T t, x) On a bien que : 2 w (t, x) 2 w x (t, x) = 2 u (T t, x) 2 u (T t, x) x = 2 u (t, x) 2 u (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] x w (, x) = u (T, x) = v (x), x [, 1] w (, x) = (T, x) = v 1 (x), x [, 1] w (t, ) = u (T t, ) = v (t, ), t [, T ] w (t, 1) = u (T t, 1) = v (t, 1), t [, T ] Donc w est aussi une solution de (3.2). Par l'unicité de la solution de (3.2), on a, v (t, x) = w (t, x) = u (T t, x) D'où v (T, x) = u (T T, x) = u (, x) = u (x) Proposition 3.2 v (T, x) = (, x) = u 1 (x) Preuve. Soit v (t, x) = u (T t, x), la solution de (3.2). On a, v (t, x) = (T t, x) D'où v (T, x) = (, x) = u 1 (x) Retournement temporel sans changement de vitesses 2 v (t, x) 2 v (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] 2 x 2 v (, x) = v = u (T, x), x [, 1] v (, x) = v 1 (x) = + (T, x), x [, 1] v (t, ) = u (T t, ), t [, T ] v (t, 1) = u (T t, 1), t [, T ] (3.3) 15

17 où u est la solution du problème direct et v est la solution du prolème retourné (3.3). Posons v ex : la solution exacte du prolème retourné (3.2). a). Problème direct avec la condition de Dirichlet ou de Neumann Théorème 3.3 (v (T, x) u (x)) 2 ( dx 2 (T, x)) 2 dx Preuve. Soit R (t, x) = v (t, x) v ex (t, x). ( ) 2 R (t, x) 2 R 2 v (t, x) = 2 x2 (t, x) 2 v (t, x) 2 x2 ( ) 2 v ex (t, x) 2 v ex (t, x) 2 x2 =, (t, x) [, T ] [, 1] R (, x) = v (, x) v ex (, x) = u (T, x) u (T, x) =, x [, 1] R v vex (, x) = (, x) (, x) = 2 (T, x), x [, 1] R (t, ) = v (t, ) v ex (t, ) = u (T t, ) u (T t, ) =, t [, T ] R (t, 1) = v (t, 1) v ex (t, 1) = u (T t, 1) u (T t, 1) =, t [, T ] R Donc R est la solution de (3.1) dans le cas R (, x) =, (, x) = 2 (T, x), R (t, ) = R (t, 1) = Dans ce cas, l'énergie de R est conservée. E R (t) = E R () = 1 2 = 2 ( (T, x) ( R ) 2 (, x) dx + 1 ( ) 2 R (, x) dx 2 x ) 2 dx, t [, T ] On a, R (T, x) = x R (T, x) dx, car R (t, ) =, t [, T ] x 16

18 D'après Cauchy-Schwarz (R (T, x)) 2 = x R x (, x) dx (R (T, x)) 2 dx E R () 2 x dx (2x) 1 2 x ( ) 2 R (T, x) dx x ( ) 2 R (T, x) dx x (2x) E R (T ) = (2x) E R () 2xdx = E R () = 2 (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 2 ( ) 2 (T, x) dx ( ) 2 (T, x) dx (3.4) D'après le Théorème 3.1, on a, v ex (T, x) = u (, x) = u (x). Donc (v (T, x) u (x)) 2 ( dx 2 (T, x)) 2 dx Théorème 3.4 ( v (T, x) u 1 (x) ) 2 1 dx 4 ( (T, x)) 2 dx Preuve. Soit R (t, x) = v (t, x) v ex (t, x). Conservation de l'énergie de R : E R (t) = E R (T ) = E R () = 2 E R (T ) = 1 2 E R (T ) 1 2 ( R (T, x)) 2 dx ( R (T, x)) 2 dx ( R (T, x)) 2 dx 2ER (T ) = 4 ( ) 2 (T, x) dx, t [, T ] ( R x (T, x)) 2 dx ( (T, x)) 2 dx ( v (T, x) v 2 ex (T, x)) 1 ( ) 2 dx 4 (T, x) dxa (3.5) 17

19 D'après la Proposition 3.2, vex (T, x) = (, x) = u 1 (x) On a, v vex (T, x) (T, x) v (T, x) u 1 (x), car u 1 (x) > ( Donc v (T, x) u 1 (x) ) 2 1 ( dx 4 (T, x)) 2 dx b). Problème direct avec la condition d'impédance Théorème 3.5 Preuve. D'après (3.4) (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 4E γ 2T, où γ = 1 z < 1. γ 2 1+z (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 2 Et d'après le Théorème 2.2, Donc, Théorème 3.6 ( ) 2 (T, x) dx E (T ) E γ 2 γ2t, avec γ = 1 z 1 + z < 1 (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 4E γ 2 γ2t (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 4E γ 2T, oùγ = 1 z < 1 γ 2 1+z Preuve. D'après (3.5), ( v vex (T, x) (T, x) ) 2 dx 8E γ 2 γ 2T, où γ = 1 z 1+z < 1. ( v (T, x) v 2 ex (T, x)) 1 ( ) 2 dx 4 (T, x) dx Et d'après le Théorème 2.2, Donc ( v vex (T, x) E (T ) E γ 2 γ2t, avec γ = 1 z 1 + z < 1 ( v (T, x) v ) 2 ex (T, x) dx 8E γ 2 γ2t (T, x) ) 2 dx 8E γ 2 18 γ 2T, où γ = 1 z 1+z < 1.

20 3.2 Problème retourné avec la condition de Neumann 2 v (t, x) 2 v (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] 2 x 2 v (, x) = v (x) = u (T, x), x [, 1] v (, x) = v 1 (x) = ± (T, x), x [, 1] v (t, ) = (T t, ), t [, T ] x x v (t, 1) = (T t, 1), t [, T ] x x D'après la formule de Taylor, 1 (t, x) = (u (t, x + x) u (t, x)) + O ( x) x x ou = 1 (u (t, x) u (t, x x)) + O ( x) x (3.6) On utilise le schéma plus simple d'ordre 1 pour approcher (t, ) et (t, 1). x x Donc, pour approcher le problème (3.6), on utilise aussi le schéma numérique (2.4), avec les conditions aux limites suivantes : En x = : v n = v1 n u L n 1 u L n, où L = T t En x = 1 : vj n = vn J 1 ul n J 1 ul n J, où J = 1 x Retournement temporel exact 2 v (t, x) 2 v (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] 2 x 2 v (, x) = v (x) = u (T, x), x [, 1] v (, x) = v 1 (x) = (T, x), x [, 1] v (t, ) = (T t, ), t [, T ] x x v (t, 1) = (T t, 1), t [, T ] x x (3.7) où u est la solution du problème direct, et v est la solution exacte du problème retourné (3.7). Théorème 3.7 v (T, x) = u (, x) = u (x) Preuve. Soit w (t, x) = u (T t, x) On a bien que : 2 w (t, x) 2 w x (t, x) = 2 u (T t, x) 2 u (T t, x) x = 2 u (t, x) 2 u (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] x 19

21 w (, x) = u (T, x) = v (x), x [, 1] w (, x) = (T, x) = v 1 (x), x [, 1] w (t, ) = (T t, ) = v (t, ), t [, T ] x x w (t, 1) = (T t, 1) = v (t, 1), t [, T ] x x Donc w est aussi une solution de l'équation (3.7). Par l'unicité de la solution de (3.7), on a, v (t, x) = w (t, x) = u (T t, x) D'où v (T, x) = u (T T, x) = u (, x) = u (x) Proposition 3.8 v (T, x) = (, x) = u 1 (x) Preuve. La démonstration est identique à celle de la Proposition Retournement temporel sans changement de vitesses 2 v (t, x) 2 v (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] 2 x 2 v (, x) = v (x) = u (T, x), x [, 1] v (, x) = v 1 (x) = + (T, x), x [, 1] v (t, ) = (T t, ), t [, T ] x x v (t, 1) = (T t, 1), t [, T ] x x (3.8) où u est la solution du problème direct et v est la solution du problème retourné (3.8). Posons, v ex : la solution exacte du problème retourné (3.7). a). Problème direct avec la condition de Neumann Théorème 3.9 (v (T, x) u (x)) 2 dx 2T 2 1 ( (T, x)) 2 dx Preuve. Soit I (t) = di 1 dt = 2 ( ) dr 2 (R (t, x)) (t, x) dx dt 2 (R (t, x)) 2 dx (R (t, x)) 2 dx, où R (t, x) = v (t, x) v ex (t, x) 1 ( dr dt 2 ) 2 (t, x) dx 1 2 ; (Cauchy-Schwarz)

22 I 2 I E R (t) = 2 I E R () T T I 2 dt ER ()dt I I (T ) I () T ER () I (T ) E R () T 2, (car I () = ) (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx E R (T ) T 2 (3.9) D'après le Théorème 3.7, on a, v ex (T, x) = u (, x) = u (x). Donc (v (T, x) u (x)) 2 dx 2T 2 1 ( (T, x)) 2 dx Théorème 3.1 ( v (T, x) u 1 (x) ) 2 1 dx 4 ( (T, x)) 2 dx Preuve. La démonstration est identique à celle du Théorème 3.4 b). Retournement temporel pour le problème direct la condition d'impédance Théorème 3.11 (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 4E T 2 γ 2T, où γ = 1 z < 1. γ 2 1+z Preuve. D'après (3.9), (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 2T 2 Et d'après le Théorème 2.2, Donc, Théorème 3.12 E (T ) E γ 2 γ2t, avec γ = 1 z 1 + z < 1 (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 4E T 2 ( ) 2 (T, x) dx γ 2 γ 2T (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 4E T 2 γ 2T, où γ = 1 z < 1. γ 2 1+z ( v vex (T, x) (T, x) ) 2 dx 8E γ 2 γ 2T, où γ = 1 z 1+z < 1. Preuve. La démonstration est identique à celle du Théorème

23 Chapitre 4 Résultats numériques Dans ce chapitre, on fait numériquement le problème direct avec 3 conditions aux limites diérentes (Dirichlet, Neumann, et Impédance) dans [, T ] [, 1], et le problème retourné avec 2 conditions aux limites diérentes (Dirichlet, Neumann) dans [T, 2T ] [, 1]. Le problème direct : On teste le schéma numérique avec la fonction Gaussienne g centrée une fois en x = 1 2, et une autre en x = 1 4. On prend u t< =, c'est-à-dire u = à l'instant t = t. D'après le schéma (2.5), on peut trouver la valeur u 1 de u à l'instant t = t 1. On peut dire qu'on a mis le terme source sur la vitesse de u à l'instant t = (théorie de distributions). Le problème retourné : On trouve la solution v(retournement temporel sans changement de vitesse), et v ex (retournement temporel exact) en utilisant la solution du problème direct. En théorie, pour le problème direct avec la condition de Dirichlet ou de Neumann, la vitesse de v à l'instant nal 2T, est l'approximation du terme source dans le problème direct qu'on veut trouver. Mais pour le problème direct avec la condition d'impédance, la vitesse de v à l'instant nal 2T, est l'approximation de la vitesse de v ex à l'instant nal 2T qui est le terme source avec le signe opposé. 22

24 4.1 Problème retourné avec la condition de Dirichlet Soient u la solution du problème direct, v ex la solution du problème retourné exact, et v la solution du problème retourné sans changement de vitesse Problème direct avec la condition de Dirichlet Le cas : α =.5, N = 1, T = 1, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 + ( x 1 2) 2 2πσ 2 2σ 2 Problème direct Problème retourné exact Fig. 4.1 u n j Fig. 4.2 v n j 23

25 Problème retourné sans changement de vitesse Fig. 4.3 v n j L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig. 4.4 (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 24

26 Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.7, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 + ( x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig. 4.5 (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 + ( x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig. 4.6 (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 25

27 4.1.2 Problème direct avec la condition de Neumann On a le résultat d'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Le cas : α =.5, N = 1, T = 1, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 2) 2 2πσ 2 2σ 2 Fig. 4.7 (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) Le cas : α =.5, N = 1, T = 2, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 + ( x 1 2) 2 2πσ 2 2σ 2 Fig. 4.8 (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 26

28 4.1.3 Problème direct avec la condition d'impédance Le cas : α =.5, N = 1, T = 1, z =.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 2) 2 2πσ 2 2σ 2 Problème direct Fig. 4.9 u n j Problème retourné exact Fig. 4.1 v n j 27

29 Problème retourné sans changement de vitesse Fig v n j L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 28

30 Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.7, z =.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.5, z =.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 29

31 4.2 Problème retourné avec la condition de Neumann Problème direct avec la condition de Neumann Le cas : α =.5, N = 1, T = 1, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 2) 2 2πσ 2 2σ 2 Problème direct Fig u n j Problème retourné exact Fig v n j 3

32 Problème retourné sans changement de vitesse Fig v n j L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 31

33 Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.7, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 + ( x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 + ( x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig. 4.2 (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 32

34 4.2.2 Problème direct avec la condition d'impédance Le cas : α =.5, N = 1, T = 1, z =.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 2) 2 2πσ 2 2σ 2 Problème direct Fig u n j Problème retourné exact Fig v n j 33

35 Problème retourné sans changement de vitesse Fig v n j L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 34

36 Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.7, z =.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.5, z =.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 35

37 Chapitre 5 Conclusion D'après les résultats ci-dessus, on peut bien retrouver l'approximation et la localisation du terme source que l'on a mis dans le problème direct, en utilisant la méthode de retournement temporel. Le cas T est entier(petit) : Pour le problème direct avec la condition de Dirichlet ou de Neumann, d'après fig. 4.4 et fig. 4.18, on a la bonne approximation et la bonne localisation du terme source ( v (, x) (2T, x)) qui vérie le Théorème 3.4 ou le Théorème 3.1. Pour le problème direct avec la condition d'impédance, on trouve bien la localisation du terme source, mais on n'a pas la bonne approximation de celui-ci (fig et fig. 4.24) car T est petit (Théorème 3.6 ou Théorème 3.12). Le cas T n'est pas entier(petit) : On trouve toujours la localisation du terme source, en utilisant le retournement temporel pour le problème direct avec la condition d'impédance (fig et fig. 4.25). Mais on ne trouve plus ce résultat pour le problème direct avec la condition de Dirichlet ou de Neumann (fig. 4.5 et fig. 4.19). Le cas T est plus grand ou T + : D'après fig. 4.6 et fig. 4.2, le retournement temporel pour le problème direct avec la condition de Dirichlet ou de Nemann, ne donne ni la localisation, ni l'approximation du terme source. Au contraire, on trouve que le retournement temporel pour le problème direct avec la condition d'impédance donne la bonne localisation et la bonne approximation du terme source (fig et fig. 4.26), qui vérie le Théorème 3.6 ou le Théorème 3.12, càd v vex (2T, x) (2T, x). Dans ce cas, on trouve le terme source mais avec le signe opposé. Donc, pour le problème direct avec la condition d'impédance et quand le temps T est plus grand ou tend vers l'inni, le retournement temporel avec la condition de Dirichlet est identique à celui avec la condition de Neumann (fig et fig. 4.26), et nous donne la bonne approximation et la bonne localisation du terme source. 36

38 Bibliographie [1] C. Bardos et M.Fink,Mathematical foundations of the time reversal mirror, Asymptotic Analysis, 29 (22) [2] Wikipedia, http ://en.wikipedia.org/wiki/signal_processing [3] Mathieu Canet, Antoine Jarrier et François-Joseph Mytych,Time reversal of wave propagation in one dimension, janvier 28. http ://math1.unice.fr/ junca/pdles/projetepu28.pdf [4] Lionel Sainsaulieu,Calcul scientique, Dunod, Paris, 2 37

39 Annexe Problème direct avec la condition de Dirichlet // S o l u t i o n d ' équation des cordes v i b r a n t e s // avec l a conditon de D i r i c h l e t // g : Fonction de 2 v a r i a b l e s ( t, x ) // alpha : Rapport de delta_t sur delta_x // N: Nombre de p o i n t s i n t é r i e u r ], 1 [ // T: Nombre de temps // u : s o l u t i o n // x : i n t e r v a l l e d ' espace // t : i n t e r v a l l e de temps f u n c t i o n [ u, x, t ]= s o l _ d i r _ d i r i c h l e t ( g, alpha,n,t) delta_x =1/(N+1); delta_t=alpha delta_x ; betta=alpha ^2; L=i n t (T/ delta_t ) ; x=: delta_x : 1 ; t =: delta_t :T; mat=z e r o s (N+2,L+1) // Valeur de u= en t =, en x= e t en x=1 // Valeur de u en t=t 1 f o r j =2:(N+1) mat( j,2)= delta_t ^2 g (, ( j 1) delta_x ) ; end // Valeur de u pour t>t 1 f o r c o l =3:(L+1) f o r j =2:(N+1) mat( j, c o l )= betta mat( j +1, col 1)+2 (1 betta ) mat( j, col 1) +betta mat( j 1, col 1) mat( j, col 2); end end u=mat ; endfunction 38

Équations non linéaires

Équations non linéaires CHAPTER 1 Équations non linéaires On considère une partie U R d et une fonction f : U R d. On cherche à résoudre { x U 1..1) f x) = R d On distinguera les cas d = 1 et d > 1. 1.1. Dichotomie d = 1) 1.1.1.

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Compte rendu des TP matlab

Compte rendu des TP matlab Compte rendu des TP matlab Krell Stella, Minjeaud Sebastian 18 décembre 006 1 TP1, Discrétisation de problèmes elliptiques linéaires 1d Soient > 0, a R, b 0, c, d R et f C([0, 1], R). On cerce à approcer

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Fonctions analytiques

Fonctions analytiques CHAPITRE Fonctions analytiques Les principaux résultats à retenir : soit U un ouvert de C et f : U C. f est analytique sur U si et seulement si f est développable en série entière au voisinage de chaque

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Examen optimisation Centrale Marseille (2008) et SupGalilee (2008)

Examen optimisation Centrale Marseille (2008) et SupGalilee (2008) Examen optimisation Centrale Marseille (28) et SupGalilee (28) Olivier Latte, Jean-Michel Innocent, Isabelle Terrasse, Emmanuel Audusse, Francois Cuvelier duree 4 h Tout resultat enonce dans le texte peut

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles

Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles Université de Nice-Sophia Antipolis Mémoire de Master 1 de Mathématiques Année 2006-2007 Théorèmes du Point Fixe et Applications aux Equations Diérentielles Auteurs : Clémence MINAZZO - Kelsey RIDER Responsable

Plus en détail

Problème : Calcul d'échéanciers de prêt bancaire (15 pt)

Problème : Calcul d'échéanciers de prêt bancaire (15 pt) Problème : Calcul d'échéanciers de prêt bancaire (15 pt) 1 Principe d'un prêt bancaire et dénitions Lorsque vous empruntez de l'argent dans une banque, cet argent (appelé capital) vous est loué. Chaque

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION. Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique

ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION. Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique 1 ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique G. ALLAIRE 28 Janvier 2014 CHAPITRE I Analyse numérique: amphis 1 à 12. Optimisation: amphis

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2 CNAM UE MVA 210 Ph. Duran Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul ierentiel 2 Jeui 26 octobre 2006 1 Formes iérentielles e egrés 1 Dès l'introuction es bases u calcul iérentiel, nous avons mis en

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

FONCTION EXPONENTIELLE ( ) 2 = 0.

FONCTION EXPONENTIELLE ( ) 2 = 0. FONCTION EXPONENTIELLE I. Définition Théorème : Il eiste une unique fonction f dérivable sur R telle que f ' = f et f (0) =. Démonstration de l'unicité (eigible BAC) : L'eistence est admise - Démontrons

Plus en détail

Les travaux doivent être remis sous forme papier.

Les travaux doivent être remis sous forme papier. Physique mathématique II Calendrier: Date Pondération/note nale Matériel couvert ExercicesSérie 1 : 25 septembre 2014 5% RH&B: Ch. 3 ExercicesSérie 2 : 23 octobre 2014 5% RH&B: Ch. 12-13 Examen 1 : 24

Plus en détail

Théorie de la crédibilité

Théorie de la crédibilité ISFA - Année 2008-2009 Théorie de la crédibilité Chapitre 2 : Prime de Bayes Pierre-E. Thérond Email, Page web, Ressources actuarielles Langage bayesien (1/2) Considérons une hypothèse H et un événement

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R

2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R 2. RAPPEL DES TECHNIQUES DE CALCUL DANS R Dans la mesure où les résultats de ce chapitre devraient normalement être bien connus, il n'est rappelé que les formules les plus intéressantes; les justications

Plus en détail

JEUX NUMÉRIQUES AVEC LE CHAOS

JEUX NUMÉRIQUES AVEC LE CHAOS JEUX NUMÉRIQUES AVEC LE CHAOS PIERRE PUISEUX LMA Université de Pau 1. Introduction Citons Yulij Ilyashenko dans la revue Images des Maths du CNRS En première approche, l'étude des systèmes dynamiques peut

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Construction de l'intégrale de Lebesgue

Construction de l'intégrale de Lebesgue Université d'artois Faculté des ciences Jean Perrin Mesure et Intégration (Licence 3 Mathématiques-Informatique) Daniel Li Construction de l'intégrale de Lebesgue 10 février 2011 La construction de l'intégrale

Plus en détail

Le planimètre polaire

Le planimètre polaire Le planimètre polaire Document d accompagnement des transparents. Bruno eischer Introduction Dans mon exposé à La Rochelle, ou au séminaire de l IREM de Besançon, j ai volontairement consacré une longue

Plus en détail

Les relations de Plücker

Les relations de Plücker Université Claude Bernard LYON 1 Préparation à l'agrégation de Mathématiques Les relations de Plücker Michel CRETIN On montre que l'ensemble des sous-espaces vectoriels de dimension r de K n est la sous-variété

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Une réponse (très) partielle à la deuxième question : Calcul des exposants critiques en champ moyen

Une réponse (très) partielle à la deuxième question : Calcul des exposants critiques en champ moyen Une réponse (très) partielle à la deuxième question : Calcul des exposants critiques en champ moyen Manière heuristique d'introduire l'approximation de champ moyen : on néglige les termes de fluctuations

Plus en détail

Groupes symétriques et alternés

Groupes symétriques et alternés Groupes symétriques et alternés Table des matières 1 Groupe S n 2 2 Cycles 4 2.1 Dénition.................................. 4 2.2 Décomposition d'une permutation..................... 5 3 Classes de conjugaison

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

= 1 si n = m& où n et m sont souvent des indices entiers, par exemple, n, m = 0, 1, 2, 3, 4... En fait,! n m

= 1 si n = m& où n et m sont souvent des indices entiers, par exemple, n, m = 0, 1, 2, 3, 4... En fait,! n m 1 épartement de Physique, Université Laval, Québec Pierre Amiot, 1. La fonction delta et certaines de ses utilisations. Clientèle Ce texte est destiné aux physiciens, ingénieurs et autres scientifiques.

Plus en détail

Loi binomiale Lois normales

Loi binomiale Lois normales Loi binomiale Lois normales Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 204/205 Table des matières Rappels sur la loi binomiale 2. Loi de Bernoulli............................................ 2.2 Schéma de Bernoulli

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Ordonnancement. N: nains de jardin. X: peinture extérieure. E: électricité T: toit. M: murs. F: fondations CHAPTER 1

Ordonnancement. N: nains de jardin. X: peinture extérieure. E: électricité T: toit. M: murs. F: fondations CHAPTER 1 CHAPTER 1 Ordonnancement 1.1. Étude de cas Ordonnancement de tâches avec contraintes de précédences 1.1.1. Exemple : construction d'une maison. Exercice. On veut construire une maison, ce qui consiste

Plus en détail

Stratégie optimale de stockage de déchets à vie longue

Stratégie optimale de stockage de déchets à vie longue Stratégie optimale de stockage de déchets à vie longue Bertrand Villeneuve Université Paris-Dauphine bertrand.villeneuve@dauphine.fr 3 octobre 211 Ce texte présente des calculs théoriques et indications

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

Axiomatique de N, construction de Z

Axiomatique de N, construction de Z Axiomatique de N, construction de Z Table des matières 1 Axiomatique de N 2 1.1 Axiomatique ordinale.................................. 2 1.2 Propriété fondamentale : Le principe de récurrence.................

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL MATHÉMATIQUES

BACCALAUREAT GENERAL MATHÉMATIQUES BACCALAUREAT GENERAL FEVRIER 2014 MATHÉMATIQUES SERIE : ES Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 (ES), 4 (L) 7(spe ES) Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformement à la

Plus en détail

Programme de mathématiques TSI1

Programme de mathématiques TSI1 Programme de mathématiques TSI1 1. PROGRAMME DE DÉBUT D ANNÉE I. Nombres complexes et géométrie élémentaire 1. Nombres complexes 1 2. Géométrie élémentaire du plan 3 3. Géométrie élémentaire de l espace

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche

Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche Bachir Bekka Février 2007 Le théorème de Perron-Frobenius a d importantes applications en probabilités (chaines

Plus en détail

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables

Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Notes du cours MTH1101 Calcul I Partie II: fonctions de plusieurs variables Guy Desaulniers Département de mathématiques et de génie industriel École Polytechnique de Montréal Automne 2014 Table des matières

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL

BACCALAUREAT GENERAL ACCALAUREAT GENERAL Session 2009 MATHÉMATIQUES - Série ES - Enseignement de Spécialité Liban EXERCICE 1 1) 2) C 3) C 4) A Explication 1. Chacun des logarithmes existe si et seulement si x > 4 et x > 2

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

L usage de la calculatrice n est pas autorisé.

L usage de la calculatrice n est pas autorisé. e3a Concours ENSAM - ESTP - EUCLIDE - ARCHIMÈDE Épreuve de Mathématiques A durée 4 heures MP L usage de la calculatrice n est pas autorisé. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

L éther et la théorie de la relativité restreinte :

L éther et la théorie de la relativité restreinte : Henri-François Defontaines Le 16 octobre 2009 L éther et la théorie de la relativité restreinte : Univers absolu ou relatif? Imaginaire ou réalité? «Ether : PHYS. Anc. Fluide hypothétique, impondérable,

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Probabilités. I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : ShotGun. 1- Définitions :

Probabilités. I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : ShotGun. 1- Définitions : Probabilités I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : 1- Définitions : Ω : Ensemble dont les points w sont les résultats possibles de l expérience Des évènements A parties de Ω appartiennent à A une

Plus en détail

Mais comment on fait pour...

Mais comment on fait pour... Mais comment on fait pour... Toutes les méthodes fondamentales en Maths Term.S Édition Salutπaths Table des matières 1) GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS...13 1.Comment déterminer l'ensemble de définition

Plus en détail

Calcul différentiel et intégral

Calcul différentiel et intégral Chapitre 27. Calcul différentiel et intégral 27 Limites... 27 2 Limite en un point fini... 27 2 Limite à droite ou à gauche... 27 2 Limite à l infini... 27 2 Utilisation de conditions... 27 2 Dérivation...

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Master Modélisation Aléatoire Paris VII, Cours Méthodes de Monte Carlo en nance et C++, TP n 2.

Master Modélisation Aléatoire Paris VII, Cours Méthodes de Monte Carlo en nance et C++, TP n 2. Master Modélisation Aléatoire Paris VII, Cours Méthodes de Monte Carlo en nance et C++, TP n 2. Techniques de correction pour les options barrières 25 janvier 2007 Exercice à rendre individuellement lors

Plus en détail

Introduction à la Statistique Inférentielle

Introduction à la Statistique Inférentielle UNIVERSITE MOHAMMED V-AGDAL SCIENCES FACULTE DES DEPARTEMENT DE MATHEMATIQUES SMI semestre 4 : Probabilités - Statistique Introduction à la Statistique Inférentielle Prinemps 2013 0 INTRODUCTION La statistique

Plus en détail

Université de Montréal. Temps de Branchement du Mouvement Brownien Branchant Inhomogène. Jean-Sébastien Turcotte

Université de Montréal. Temps de Branchement du Mouvement Brownien Branchant Inhomogène. Jean-Sébastien Turcotte Université de Montréal Temps de Branchement du Mouvement Brownien Branchant Inhomogène par Jean-Sébastien Turcotte Département de mathématiques et de statistique Faculté des arts et des sciences Mémoire

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE

MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE MATIÈRE DU COURS D'ALGÈBRE ET D'ANALYSE Titulaire : A.M. Tilkin 8h/semaine 1) MATIERE DE 4 e ANNEE a) ALGEBRE - Rappels algébriques concernant la résolution d équations et d inéquations (fractionnaires

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable

Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Chp. 4. Minimisation d une fonction d une variable Avertissement! Dans tout ce chapître, I désigne un intervalle de IR. 4.1 Fonctions convexes d une variable Définition 9 Une fonction ϕ, partout définie

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Fonctions holomorphes

Fonctions holomorphes Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Fonctions holomorphes Christine Laurent-Thiébaut Ceci est le second volet de l étude des fonctions d une variable complexe, faisant suite au chapitre

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique :

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique : Chapitre Chapitre. Séries de Fourier Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction - périodique : c c a0 f x dx c an f xcosnxdx c c bn f xsinn x dx c L objet de

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

Statistiques du nombre de cycles d'une permutation

Statistiques du nombre de cycles d'une permutation Statistiques du nombre de cycles d'une permutation Xavier Caruso et Igor Kortchemski Mai 200 Résumé Le but de ce texte est d'étudier certaines propriétés statistiques du nombre de cycles d'une permutation

Plus en détail

INTRODUCTION. 1 k 2. k=1

INTRODUCTION. 1 k 2. k=1 Capes externe de mathématiques : session 7 Première composition INTRODUCTION L objet du problème est l étude de la suite (s n n définie par : n, s n = Dans une première partie, nous nous attacherons à

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre (BCPST) Discipline : Mathématiques Seconde année Préambule Programme

Plus en détail

Annexe 1 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Annexe 1 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Annexe 1 Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : économique et commerciale Option : Scientifique (ECS) Discipline : Mathématiques- Informatique Première année Ministère de l enseignement

Plus en détail

1.5 0.5 -0.5 -1.5 0 20 40 60 80 100 120. (VM(t i ),Q(t i+j ),VM(t i+j ))

1.5 0.5 -0.5 -1.5 0 20 40 60 80 100 120. (VM(t i ),Q(t i+j ),VM(t i+j )) La logique oue dans les PME/PMI Application au dosage de l'eau dans les bétons P.Y. Glorennec INSA de Rennes/IRISA glorenne@irisa.fr C. Hérault Hydrostop christophe@hydrostop.fr V. Hulin Hydrostop vincent@hydrostop.fr

Plus en détail

Sur certaines séries entières particulières

Sur certaines séries entières particulières ACTA ARITHMETICA XCII. 2) Sur certaines séries entières particulières par Hubert Delange Orsay). Introduction. Dans un exposé à la Conférence Internationale de Théorie des Nombres organisée à Zakopane

Plus en détail

Exercice 3 (5 points) A(x) = 1-e -0039' -0 156e- 0,039x A '() -'-,..--,-,--,------:-- X = (l_e-0,039x)2

Exercice 3 (5 points) A(x) = 1-e -0039' -0 156e- 0,039x A '() -'-,..--,-,--,------:-- X = (l_e-0,039x)2 Les parties A et B sont indépendantes. Partie A Exercice 3 (5 points) Commun à tous les candidats On considère la fonction A définie sur l'intervalle [1 ; + 00 [ par A(x) = 1-e -0039' ' x 1. Calculer la

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

I3, Probabilités 2014 Travaux Dirigés F BM F BM F BM F BM F B M F B M F B M F B M 20 20 80 80 100 100 300 300

I3, Probabilités 2014 Travaux Dirigés F BM F BM F BM F BM F B M F B M F B M F B M 20 20 80 80 100 100 300 300 I3, Probabilités 2014 Travaux Dirigés TD 1 : rappels. Exercice 1 Poker simplié On tire 3 cartes d'un jeu de 52 cartes. Quelles sont les probabilités d'obtenir un brelan, une couleur, une paire, une suite,

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale.

aux différences est appelé équation aux différences d ordre n en forme normale. MODÉLISATION ET SIMULATION EQUATIONS AUX DIFFÉRENCES (I/II) 1. Rappels théoriques : résolution d équations aux différences 1.1. Équations aux différences. Définition. Soit x k = x(k) X l état scalaire

Plus en détail

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES Pour le Jeudi 14 Octobre 2010 NOTATIONS Soit V un espace vectoriel réel ; l'espace vectoriel des endomorphismes de l'espace vectoriel V est désigné par L(V ). Soit f un endomorphisme de l'espace vectoriel

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Equations cartésiennes d une droite

Equations cartésiennes d une droite Equations cartésiennes d une droite I) Vecteur directeur d une droite : 1) Définition Soit (d) une droite du plan. Un vecteur directeur d une droite (d) est un vecteur non nul la même direction que la

Plus en détail

Onveutetudierl'equationdierentiellesuivante

Onveutetudierl'equationdierentiellesuivante Quelques resultats sur l'equation des ondes Onveutetudierl'equationdierentiellesuivante (Ondes) @tu xu=f surr Rd: C'est dratique une equation +jj designature(;d).cettenoteestorganiseedela hyperbolique

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail