Retournement Temporel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Retournement Temporel"

Transcription

1 Retournement Temporel Rédigé par: HENG Sokly Encadrés par: Bernard ROUSSELET & Stéphane JUNCA 2 juin 28

2 Remerciements Je tiens tout d'abord à remercier mes responsables de mémoire, M.Bernard ROUSSELET et M.Stéphane JUNCA, pour leurs explications détaillées et leurs bons conseils depuis le début de ce projet. Je remercie également au Service de la Coopération d'action Cuturel (SCAC), à l'ambassade de France au Cambodge, qui me donne une occasion de poursuivre mes études en France. Je remercie aussi au Centre International de Mathématiques Pures et Appliqués (CIMPA), qui essaie de développer les mathématiques dans mon pays. Finalement, je remercie tous les professeures du CIMPA et les professeures au laboratoire de Mathématiques, à l'unsa, qui m'ont donné des cours pendant ma vie étudiant. 1

3 Table des matières Remerciements 1 1 Objectif du projet 4 2 Etude du problème direct Théorique Solution du problème sans conditions aux limites Energie du système Unicité de la solution Comportement en grand temps de la solution Schéma numérique sans conditions aux limites Condition de stabilité Numérique Problème direct avec la condition de Dirichlet Problème direct avec la condition de Neumann Problème direct avec la condition d'impédance Etude du problème retourné Problème retourné avec la condition de Dirichlet Retournement temporel exact Retournement temporel sans changement de vitesses Problème retourné avec la condition de Neumann Retournement temporel exact Retournement temporel sans changement de vitesses. 2 4 Résultats numériques Problème retourné avec la condition de Dirichlet Problème direct avec la condition de Dirichlet Problème direct avec la condition de Neumann Problème direct avec la condition d'impédance Problème retourné avec la condition de Neumann

4 4.2.1 Problème direct avec la condition de Neumann Problème direct avec la condition d'impédance Conclusion 36 Annexe 38 3

5 Chapitre 1 Objectif du projet L'objectif de ce projet est l'étude du problème associé à l'equation des cordes vibrantes en dimension 1 sur un domaine Ω = [, T ] [, 1], où [, T ] est l'intervalle de temps, [, 1] est l'intervalle d'espace, et de faire le retournement temporel de ce problème sur un intervalle de temps [T, 2T ]. On commence premièrement ce projet par l'étude du problème direct. On se donne une force (pontuelle) au second membre de l'équation des cordes vibrantes, une seule fois à l'instant initial t =. C'est-à-dire quand t >, la source n'existe plus. En mettant cette source en une position quelconque x [, 1], on étudie la variation de cette équation à chaque l'instant jusqu'à l'instant nal t = T. A l'étape suivante, on étudie le problème retourné en remontant le temps jusqu'à t = 2T. On fait le retournement temporel du problème ci-dessus sur l'intervalle [T, 2T ] en utilisant les valeurs trouvées dans [, T ]. Finalement, on compare théoriquement et numériquement le résultat de la solution du problème retourné à l'instant nal t = 2T avec la source que l'on a mis dans le problème direct. 4

6 Chapitre 2 Etude du problème direct On s'intéresse au problème associé à l'équation des cordes vibrantes (de vitesse de propagation c = 1) avec le second membre, et avec la condition d'impédance, de coecient z ], 1[, suivant : 2 u (t, x) 2 u (t, x) = δ 2 x 2 t= g (t, x), (t, x) [, T ] [, 1] u (, x) =, x [, 1] (, x) =, x [, 1] (t, ) z (t, ) =, t [, T ] x (t, 1) + z (t, 1) =, t [, T ] x (2.1) où g (t, x) représente le terme source, u (, x) est la valeur initiale, et (, x) est la vitesse initiale. Le problème le plus classique du problème ci-dessus, est avec la condition de Dirichlet ou de Neumann. Dans ces 2 cas, l'énergie du système est conservée. Au contraire, l'énergie du système (2.1) est décroissante exponentiellement qu'on va montrer dans le paragraphe suivant. Dans la partie théorique, on ne traite que le problème (2.1) sans second membre(g = ), avec les conditions initiales u (, x) = u (x) et (, x) = u 1 (x). Dans la partie numérique, on traite 3 problèmes diérents, le problème (2.1), le problème avec la condition de Dirichlet, et le problème avec la condition de Neumann. 2.1 Théorique Dans cette partie, on traite théoriquement l'équation des cordes vibrantes sans second membre(g = ), avec les conditions initiales u (, x) = u (x) et 5

7 (, x) = u 1 (x). On représente cette équation par, 2 u 2 (t, x) 2 u x 2 (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] u (, x) = u (x), x [, 1] 1 (x), x [, 1] (t, ) z x (t, 1) + z x (t, ) =, t [, T ] (t, 1) =, t [, T ] (2.2) Solution du problème sans conditions aux limites Soient Ω = [, T ] ], 1[, et u (t, x) C (Ω) Changement de variables : y = x + t et z = x t x 2 u 2 (t, x) = y (t, x) = y (y, z) z (y, z) z (y, z) (y, z) (t, x) = 2 u α 2 (y, z) 2 2 u y z (y, z) + 2 u z 2 (y, z) 2 u (t, x) = 2 u (y, z) u (y, z) + 2 u (y, z) x 2 y 2 y z z 2 L'équation (2.2) devient : 4 2 u (y, z) = y z ( ) y z (y, z) = = G (z) u (y, z) = G (z) + F (y) z u (t, x) = F (x + t) + G (x t) En t= : u (, x) = F (x) + G (x) = u (x) (, x) = F (x) G (x) = u 1 (x) Soit w une primitive de u 1. Alors, F (x) G (x) = w (x) F (x) = 1 2 (u (x) + w (x)) et G (x) = 1 2 (u (x) w (x)) u (t, x) = 1 2 (u (x + t) + w (x + t) + u (x t) w (x t)) Donc la solution de (2.2) sans conditions aux limites, est de la forme : u (t, x) = 1 2 (u (x + t) + u (x t)) x+t x t u 1 (s) ds, (t, x) Ω Energie du système L'énergie du système (2.2) : E (t) = 1 ( ( ) 2 ( ) ) 2 (t, x) + (t, x) dx, t [, T ] 2 x 6

8 En t =, E = E () = 1 2 ( (u1 (x)) 2 + (u (x)) 2) dx Proposition 2.1 L'énergie E (t) est décroissante. Preuve. On multiplie l'équation 2 u 2 l'intègre sur (, 1). 2 u 2 1 d 1 ( 2 dt (t, x) (t, x) dx 1 2 u (t, x) (t, x) dx = x 2 (t, x)) 2 dx + 1 d 1 2 dt (t, x) 2 u (t, x) = par (t, x) et on x 2 ( (t, x)) 2 [ x dx (t, x) (t, x)] 1 = x ( d ( (E (t)) = z (t, 1)) 2 ( ) dt x + (t, )) 2, t [, T ] x Donc l'énergie E (t) est décroissante. Théorème 2.2 E (t) E γ 2 γ 2t, t [, T ], où γ = 1 z 1+z < 1 Preuve. Posons f (t, x) = (t, x) et g (t, x) = (t, x) x Supposons g (, ) = u () et f (, ) = u 1 (), on a f g (t, x) (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] x g f (t, x) (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] x g (, ) = u () f (, ) = u 1 () f (t, ) zg (t, ) =, t [, T ] f (t, 1) + zg (t, 1) =, t [, T ] Soient X (t, x) = f (t, x) + g (t, x) et Y (t, x) = f (t, x) g (t, x), on a X X (t, x) (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] x Y Y (t, x) + (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] x On multiple par X et Y, on a, (X2 (t, x)) x (X2 (t, x)) =, (t, x) [, T ] [, 1] (Y 2 (t, x)) + (Y 2 (t, x)) =, (t, x) [, T ] [, 1] x En x = 1 { X (t, 1) = f (t, 1) + g (t, 1) = (1 z) g (t, 1), t [, T ] Y (t, 1) = f (t, 1) g (t, 1) = (1 + z) g (t, 1), t [, T ] (2.3) 7

9 X (t, 1) = γy (t, 1), avec γ = 1 z 1+z < 1 En x = { X (t, ) = f (t, ) + g (t, ) = (1 + z) g (t, ), t [, T ] Y (t, ) = f (t, ) g (t, ) = (1 z) g (t, ), t [, T ] Y (t, ) = γx (t, ), avec γ = 1 z 1+z < 1 On intègre (2.3) sur (, 1), on a Et d dt d dt 1 (X2 (t, x)) dx = x (X2 (t, x)) dx = X 2 (t, 1) X 2 (t, ) (X 2 (t, x)) dx = X 2 (t, 1) X 2 (t, ) (Y 2 1 (t, x)) dx = (Y 2 (t, x)) dx = Y 2 (t, ) Y 2 (t, 1) x (Y 2 (t, x)) dx = Y 2 (t, ) Y 2 (t, 1) Posons I (t) = Donc I (t) = 2 ( ( (t, x)) 2 + ( x (t, x)) 2 ) dx = 4E (t), où E (t) est l'énergie du système (2.2). T +1 T T +1 T (X 2 (t, x) + Y 2 (t, x)) dx di dt (t) = d X 2 (t, x) dx + d Y 2 (t, x) dx dt dt = X 2 (t, 1) X 2 (t, ) + Y 2 (t, ) Y 2 (t, 1) X 2 (t, x) dt = Y 2 (t, x) dt = = ( 1 γ 2) ( X 2 (t, ) + Y 2 (t, 1) ), t [, T ] X 2 (t + T, 1) dt = Y 2 (t + T, 1) dt = X 2 (T, 1 t) dt = Y 2 (T, 1 t) dt = X 2 (T, s) ds Y 2 (T, s) ds (Changement de variable et caractéristique) Donc I (T + 1) I (T ) = ( 1 1 γ 2) ( X 2 (T, s) + Y 2 (T, s) ) ds = ( 1 γ 2) I (T ) 8

10 Donc t [, T ], I (T + 1) = γ 2 I (T ) I (T ) = γ 2n I (s), T = n + s, et s [, 1] sup s [,1] I (s) = I () = 4E I (T ) 4E γ 2T 4E γ 2s γ 2T γ 2 E (t) E γ 2 γ2t, où γ = 1 z 1 + z < Unicité de la solution Théorème 2.3 L'équation (2.2) admet une solution unique. Preuve. Soient u et v, 2 solutions distinctes de (2.2). Soit w = u v, on a bien ( ) 2 w (t, x) 2 w 2 u (t, x) = 2 x2 (t, x) 2 u (t, x) 2 x2 ( ) 2 v (t, x) 2 v (t, x) 2 x2 =, (t, x) [, T ] [, 1] w (, x) = u (, x) v (, x) = u (x) u (x) =, x [, 1] w v (, x) = (, x) (, x) = u 1 (x) u 1 (x) =, x [, 1] ( ) w w (t, ) z (t, ) = (t, ) z (t, ) x x ( ) v v (t, ) z (t, ) =, t [, T ] x ( ) w w (t, 1) + z (t, 1) = (t, 1) + z (t, 1) x x ( ) v v (t, 1) + z (t, 1) =, t [, T ] x w Donc w est la solution de (2.2) dans le cas w (, x) =, (, x) =. D'après la Proposition 2.1, on a t [, T ] E w (t) E w () = 1 ( ( w ) 2 ( ) ) 2 w (, x) + (, x) dx = 2 x E w (t) =, car E w (t), t [, T ] t,x w = (, ) w (t, x) = Cte = w (, x) = w (t, x) Donc u et v sont identiques. 9

11 2.1.4 Comportement en grand temps de la solution Lemme 2.4 Soit f C 1 ([, + [, R) + Si f (x) dx est covergente, alors f (x) a une limite quand x +. Preuve du Lemme. On a t [, + [, f (x) = f () + x f (s) ds f () : est une constante x f (s) ds : converge quand x + Donc f (x) a une limite quand x + Proposition 2.5 Soit u (t, x), la solution de (2.2), alors u (t, x) t + u, où u ne dépend que de u et u 1. Preuve. On admet que u converge quand t + Posons I (t) = u (t, x) dx ( ) 2 u (t, x) 2 u (t, x) dx = 2 x 2 2 u 1 (t, x) dx = 2 T T I (t) dt = 1 z 2 u (t, x) dx = [ (t, x)] 1 = ( 1 (t, 1) + (t, )) x 2 x z ( (t, 1) + (t, )) dt I (T ) I () = 1 (u (T, 1) + u (T, ) u (, 1) u (, )) z D'après le Théorème 2.2, on a, I (T ) T + Donc quand T +, D'après le Lemme 2.4, on a u 1 (x) dx = 1 (2u z u (1) u ()) u = 1 2 (u (1) + u ()) + z 2 u 1 (x) dx u (t, x) t + u, où u = 1 2 (u (1) + u ()) + z u 1 (x) dx 2 1

12 2.1.5 Schéma numérique sans conditions aux limites La prise en compte des conditions aux limites de ce schéma est indiquée dans la partie numérique. Soient Ω = [, T ] ], 1[ et u C 4 (Ω). La formule de Taylor donne : u (t + t, x) + u (t t, x) 2u (t, x) = t 2 2 u (t, x) + O ( t 4 ) 2 u (t, x + x) + u (t, x x) 2u (t, x) = x 2 2 u (t, x) + O ( x 4 ) x 2 L'approximation l'ordre 2 en temps de 2 u 2 (t, x) 2 u 1 (t, x) (u (t + t, x) + u (t t, x) 2u (t, x)) 2 t2 L'approximation l'ordre 2 en espace de 2 u x 2 (t, x) 2 u 1 (t, x) (u (t, x + x) + u (t, x x) 2u (t, x)) x2 x2 Soient u n j, l'approximation de u (t n = n t, x j = j x) et β = ( t x Pour approcher le problème (2.2) sans conditions aux limites, on utilise le schéma numérique suivant u n+1 j + u n 1 j 2u n j = β ( ) u n j+1 + u n j 1 2u n j (2.4) Ce schéma est l'ordre 2 en temps et en espace Condition de stabilité Posons u n j = a n e ikx j et u n 1 j = b n e ikx j Le schéma numérique (2.4) devient { ( ) a n+1 = β (e ik x+e ik x ) + 2 (1 β) a n b n ) 2 b n+1 = a n ) = ( an+1 b n+1 ( 2 4βsin 2 k x ) } {{ } Matrice d'amplication A ( an Prenons, θ = 1 2βsin 2 k x 2 Le polynôme caractéristique de A : P A (λ) = λ 2 2θλ + 1 b n ) P A (λ) = λ 2 2θλ + 1 = = θ

13 Si > θ > 1, alors { λ1 = θ + λ 2 = θ Le schéma est instable, car λ 1 > 1 ou λ 2 > 1. Si θ 1, alors { λ1 = θ + i λ 2 = θ i Le schéma est stable si et seulement si λ 1 λ 2 1 λ 2 = λ 1 λ 2 = θ 2 + = 2θ vérié (car θ 1) θ 1 βsin 2 k x 1 α 2 sin 2 k x 1 α 1, avec β = α 2 = ( t 2 2 x Donc le schéma est stable sous la condtion CFL : α = t 1 x 2.2 Numérique Dans cette partie, on étudie l'équation des cordes vibrantes avec second membre et avec la condtion de Dirichlet, de Neumann, et d'impédance. On e t 2 +x 2 2πσ 2 prend la fonction Gaussienne très centrée, g (t, x) = 1 2σ 2, comme le terme source, et on choisit u (t, x) = pour tout t <. Le terme source n'existe qu'à l'instant t =. Soit gj, l'approximation de g (t, x) en (t n =, x j = j x). On a le schéma numérique en t = t, u 1 j = ( t) 2 g j (2.5) Pour approcher les 3 problèmes ci-dessous, on utilise le schéma numérique (2.5) pour t = t et le schéma numérique (2.4) pour t > t Problème direct avec la condition de Dirichlet ) 2 2 u (t, x) 2 u (t, x) = δ 2 x 2 t= g (t, x), (t, x) [, T ] [, 1] u (, x) =, x [, 1] (, x) =, x [, 1] u (t, ) =, t [, T ] u (t, 1) =, t [, T ] Conditions aux limites En x = : u n = En x = 1 : u n 1 J =, où J = x (2.6) 12

14 2.2.2 Problème direct avec la condition de Neumann 2 u (t, x) 2 u (t, x) = δ 2 x 2 t= g (t, x), (t, x) [, T ] [, 1] u (, x) =, x [, 1] (, x) =, x [, 1] x x (t, ) =, t [, T ] (t, 1) =, t [, T ] D'après la formule de Taylor, 1 (t, x) = (u (t, x + x) u (t, x)) + O ( x) x x ou = 1 (u (t, x) u (t, x x)) + O ( x) x On utilise le schéma plus simple d'ordre 1 pour approcher x Conditions aux limites En x = : u n = u n 1 En x = 1 : u n J = un J 1, où J = 1 x (2.7) (t, ) et (t, 1). x Problème direct avec la condition d'impédance 2 u (t, x) 2 u (t, x) = δ 2 x 2 t= g (t, x), (t, x) [, T ] [, 1] u (, x) =, x [, 1] (, x) =, x [, 1] (t, ) z (t, ) =, t [, T ] x (t, 1) + z (t, 1) =, t [, T ] x D'après la formule de Taylor, et (t, x) = 1 (u (t + t, x) u (t, x)) + O ( t) t 1 (t, x) = (u (t, x + x) u (t, x)) + O ( x) x x ou = 1 (u (t, x) u (t, x x)) + O ( x) x On utilise le schéma plus simple d'ordre 1 en temps pour approcher et (t, 1), et d'ordre 1 en espace pour approcher x Conditions aux limites En x = : u n+1 = u n + αz (u n 1 u n ) En x = 1 : u n+1 J = u n J + αz ( u n J 1 ) un J, où J = 1 x 13 (t, ) et x (t, 1). (2.8) (t, )

15 Chapitre 3 Etude du problème retourné Dans ce chapitre, on étudie le problème retourné pour le problème direct dans le chapitre précédent. En réalité, ce problème est posé dans [T, 2T ] [, 1], mais on travaille techniquement dans [, T ] [, 1]. On utilise la même équation comme le problème direct, mais sans second membre (g = ). On traitera théoriquement et numériquement le cas de retournement temporel exact et le cas de retournement temporel sans changement de vitesses, avec la condition de Dirichlet et de Neumann. Les données initiales de ce problème sont les valeurs qu'on a obtenu dans le problème direct. Remarque : On ne fait jamais le retournement temporel avec la condition d'impédance. 3.1 Problème retourné avec la condition de Dirichlet 2 v (t, x) 2 v (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] 2 x 2 v (, x) = v (x) = u (T, x), x [, 1] v (, x) = v 1 = ± (T, x), x [, 1] v (t, ) = u (T t, ), t [, T ] v (t, 1) = u (T t, 1), t [, T ] (3.1) Pour approcher le problème (3.1), on utilise le schéma numérique (2.4), avec les conditions aux limites suivantes : En x = : v n = u L n, où L = T t En x = 1 : v n J = ul n J, où J = 1 x 14

16 3.1.1 Retournement temporel exact 2 v (t, x) 2 v (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] 2 x 2 v (, x) = v (x) = u (T, x), x [, 1] v (, x) = v 1 (x) = (T, x), x [, 1] v (t, ) = u (T t, ), t [, T ] v (t, 1) = u (T t, 1), t [, T ] (3.2) où u est la solution du problème direct, et v est la solution exacte du prolème retourné (3.2). Théorème 3.1 v (T, x) = u (, x) = u (x) Preuve. Soit w (t, x) = u (T t, x) On a bien que : 2 w (t, x) 2 w x (t, x) = 2 u (T t, x) 2 u (T t, x) x = 2 u (t, x) 2 u (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] x w (, x) = u (T, x) = v (x), x [, 1] w (, x) = (T, x) = v 1 (x), x [, 1] w (t, ) = u (T t, ) = v (t, ), t [, T ] w (t, 1) = u (T t, 1) = v (t, 1), t [, T ] Donc w est aussi une solution de (3.2). Par l'unicité de la solution de (3.2), on a, v (t, x) = w (t, x) = u (T t, x) D'où v (T, x) = u (T T, x) = u (, x) = u (x) Proposition 3.2 v (T, x) = (, x) = u 1 (x) Preuve. Soit v (t, x) = u (T t, x), la solution de (3.2). On a, v (t, x) = (T t, x) D'où v (T, x) = (, x) = u 1 (x) Retournement temporel sans changement de vitesses 2 v (t, x) 2 v (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] 2 x 2 v (, x) = v = u (T, x), x [, 1] v (, x) = v 1 (x) = + (T, x), x [, 1] v (t, ) = u (T t, ), t [, T ] v (t, 1) = u (T t, 1), t [, T ] (3.3) 15

17 où u est la solution du problème direct et v est la solution du prolème retourné (3.3). Posons v ex : la solution exacte du prolème retourné (3.2). a). Problème direct avec la condition de Dirichlet ou de Neumann Théorème 3.3 (v (T, x) u (x)) 2 ( dx 2 (T, x)) 2 dx Preuve. Soit R (t, x) = v (t, x) v ex (t, x). ( ) 2 R (t, x) 2 R 2 v (t, x) = 2 x2 (t, x) 2 v (t, x) 2 x2 ( ) 2 v ex (t, x) 2 v ex (t, x) 2 x2 =, (t, x) [, T ] [, 1] R (, x) = v (, x) v ex (, x) = u (T, x) u (T, x) =, x [, 1] R v vex (, x) = (, x) (, x) = 2 (T, x), x [, 1] R (t, ) = v (t, ) v ex (t, ) = u (T t, ) u (T t, ) =, t [, T ] R (t, 1) = v (t, 1) v ex (t, 1) = u (T t, 1) u (T t, 1) =, t [, T ] R Donc R est la solution de (3.1) dans le cas R (, x) =, (, x) = 2 (T, x), R (t, ) = R (t, 1) = Dans ce cas, l'énergie de R est conservée. E R (t) = E R () = 1 2 = 2 ( (T, x) ( R ) 2 (, x) dx + 1 ( ) 2 R (, x) dx 2 x ) 2 dx, t [, T ] On a, R (T, x) = x R (T, x) dx, car R (t, ) =, t [, T ] x 16

18 D'après Cauchy-Schwarz (R (T, x)) 2 = x R x (, x) dx (R (T, x)) 2 dx E R () 2 x dx (2x) 1 2 x ( ) 2 R (T, x) dx x ( ) 2 R (T, x) dx x (2x) E R (T ) = (2x) E R () 2xdx = E R () = 2 (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 2 ( ) 2 (T, x) dx ( ) 2 (T, x) dx (3.4) D'après le Théorème 3.1, on a, v ex (T, x) = u (, x) = u (x). Donc (v (T, x) u (x)) 2 ( dx 2 (T, x)) 2 dx Théorème 3.4 ( v (T, x) u 1 (x) ) 2 1 dx 4 ( (T, x)) 2 dx Preuve. Soit R (t, x) = v (t, x) v ex (t, x). Conservation de l'énergie de R : E R (t) = E R (T ) = E R () = 2 E R (T ) = 1 2 E R (T ) 1 2 ( R (T, x)) 2 dx ( R (T, x)) 2 dx ( R (T, x)) 2 dx 2ER (T ) = 4 ( ) 2 (T, x) dx, t [, T ] ( R x (T, x)) 2 dx ( (T, x)) 2 dx ( v (T, x) v 2 ex (T, x)) 1 ( ) 2 dx 4 (T, x) dxa (3.5) 17

19 D'après la Proposition 3.2, vex (T, x) = (, x) = u 1 (x) On a, v vex (T, x) (T, x) v (T, x) u 1 (x), car u 1 (x) > ( Donc v (T, x) u 1 (x) ) 2 1 ( dx 4 (T, x)) 2 dx b). Problème direct avec la condition d'impédance Théorème 3.5 Preuve. D'après (3.4) (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 4E γ 2T, où γ = 1 z < 1. γ 2 1+z (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 2 Et d'après le Théorème 2.2, Donc, Théorème 3.6 ( ) 2 (T, x) dx E (T ) E γ 2 γ2t, avec γ = 1 z 1 + z < 1 (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 4E γ 2 γ2t (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 4E γ 2T, oùγ = 1 z < 1 γ 2 1+z Preuve. D'après (3.5), ( v vex (T, x) (T, x) ) 2 dx 8E γ 2 γ 2T, où γ = 1 z 1+z < 1. ( v (T, x) v 2 ex (T, x)) 1 ( ) 2 dx 4 (T, x) dx Et d'après le Théorème 2.2, Donc ( v vex (T, x) E (T ) E γ 2 γ2t, avec γ = 1 z 1 + z < 1 ( v (T, x) v ) 2 ex (T, x) dx 8E γ 2 γ2t (T, x) ) 2 dx 8E γ 2 18 γ 2T, où γ = 1 z 1+z < 1.

20 3.2 Problème retourné avec la condition de Neumann 2 v (t, x) 2 v (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] 2 x 2 v (, x) = v (x) = u (T, x), x [, 1] v (, x) = v 1 (x) = ± (T, x), x [, 1] v (t, ) = (T t, ), t [, T ] x x v (t, 1) = (T t, 1), t [, T ] x x D'après la formule de Taylor, 1 (t, x) = (u (t, x + x) u (t, x)) + O ( x) x x ou = 1 (u (t, x) u (t, x x)) + O ( x) x (3.6) On utilise le schéma plus simple d'ordre 1 pour approcher (t, ) et (t, 1). x x Donc, pour approcher le problème (3.6), on utilise aussi le schéma numérique (2.4), avec les conditions aux limites suivantes : En x = : v n = v1 n u L n 1 u L n, où L = T t En x = 1 : vj n = vn J 1 ul n J 1 ul n J, où J = 1 x Retournement temporel exact 2 v (t, x) 2 v (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] 2 x 2 v (, x) = v (x) = u (T, x), x [, 1] v (, x) = v 1 (x) = (T, x), x [, 1] v (t, ) = (T t, ), t [, T ] x x v (t, 1) = (T t, 1), t [, T ] x x (3.7) où u est la solution du problème direct, et v est la solution exacte du problème retourné (3.7). Théorème 3.7 v (T, x) = u (, x) = u (x) Preuve. Soit w (t, x) = u (T t, x) On a bien que : 2 w (t, x) 2 w x (t, x) = 2 u (T t, x) 2 u (T t, x) x = 2 u (t, x) 2 u (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] x 19

21 w (, x) = u (T, x) = v (x), x [, 1] w (, x) = (T, x) = v 1 (x), x [, 1] w (t, ) = (T t, ) = v (t, ), t [, T ] x x w (t, 1) = (T t, 1) = v (t, 1), t [, T ] x x Donc w est aussi une solution de l'équation (3.7). Par l'unicité de la solution de (3.7), on a, v (t, x) = w (t, x) = u (T t, x) D'où v (T, x) = u (T T, x) = u (, x) = u (x) Proposition 3.8 v (T, x) = (, x) = u 1 (x) Preuve. La démonstration est identique à celle de la Proposition Retournement temporel sans changement de vitesses 2 v (t, x) 2 v (t, x) =, (t, x) [, T ] [, 1] 2 x 2 v (, x) = v (x) = u (T, x), x [, 1] v (, x) = v 1 (x) = + (T, x), x [, 1] v (t, ) = (T t, ), t [, T ] x x v (t, 1) = (T t, 1), t [, T ] x x (3.8) où u est la solution du problème direct et v est la solution du problème retourné (3.8). Posons, v ex : la solution exacte du problème retourné (3.7). a). Problème direct avec la condition de Neumann Théorème 3.9 (v (T, x) u (x)) 2 dx 2T 2 1 ( (T, x)) 2 dx Preuve. Soit I (t) = di 1 dt = 2 ( ) dr 2 (R (t, x)) (t, x) dx dt 2 (R (t, x)) 2 dx (R (t, x)) 2 dx, où R (t, x) = v (t, x) v ex (t, x) 1 ( dr dt 2 ) 2 (t, x) dx 1 2 ; (Cauchy-Schwarz)

22 I 2 I E R (t) = 2 I E R () T T I 2 dt ER ()dt I I (T ) I () T ER () I (T ) E R () T 2, (car I () = ) (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx E R (T ) T 2 (3.9) D'après le Théorème 3.7, on a, v ex (T, x) = u (, x) = u (x). Donc (v (T, x) u (x)) 2 dx 2T 2 1 ( (T, x)) 2 dx Théorème 3.1 ( v (T, x) u 1 (x) ) 2 1 dx 4 ( (T, x)) 2 dx Preuve. La démonstration est identique à celle du Théorème 3.4 b). Retournement temporel pour le problème direct la condition d'impédance Théorème 3.11 (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 4E T 2 γ 2T, où γ = 1 z < 1. γ 2 1+z Preuve. D'après (3.9), (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 2T 2 Et d'après le Théorème 2.2, Donc, Théorème 3.12 E (T ) E γ 2 γ2t, avec γ = 1 z 1 + z < 1 (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 4E T 2 ( ) 2 (T, x) dx γ 2 γ 2T (v (T, x) v ex (T, x)) 2 dx 4E T 2 γ 2T, où γ = 1 z < 1. γ 2 1+z ( v vex (T, x) (T, x) ) 2 dx 8E γ 2 γ 2T, où γ = 1 z 1+z < 1. Preuve. La démonstration est identique à celle du Théorème

23 Chapitre 4 Résultats numériques Dans ce chapitre, on fait numériquement le problème direct avec 3 conditions aux limites diérentes (Dirichlet, Neumann, et Impédance) dans [, T ] [, 1], et le problème retourné avec 2 conditions aux limites diérentes (Dirichlet, Neumann) dans [T, 2T ] [, 1]. Le problème direct : On teste le schéma numérique avec la fonction Gaussienne g centrée une fois en x = 1 2, et une autre en x = 1 4. On prend u t< =, c'est-à-dire u = à l'instant t = t. D'après le schéma (2.5), on peut trouver la valeur u 1 de u à l'instant t = t 1. On peut dire qu'on a mis le terme source sur la vitesse de u à l'instant t = (théorie de distributions). Le problème retourné : On trouve la solution v(retournement temporel sans changement de vitesse), et v ex (retournement temporel exact) en utilisant la solution du problème direct. En théorie, pour le problème direct avec la condition de Dirichlet ou de Neumann, la vitesse de v à l'instant nal 2T, est l'approximation du terme source dans le problème direct qu'on veut trouver. Mais pour le problème direct avec la condition d'impédance, la vitesse de v à l'instant nal 2T, est l'approximation de la vitesse de v ex à l'instant nal 2T qui est le terme source avec le signe opposé. 22

24 4.1 Problème retourné avec la condition de Dirichlet Soient u la solution du problème direct, v ex la solution du problème retourné exact, et v la solution du problème retourné sans changement de vitesse Problème direct avec la condition de Dirichlet Le cas : α =.5, N = 1, T = 1, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 + ( x 1 2) 2 2πσ 2 2σ 2 Problème direct Problème retourné exact Fig. 4.1 u n j Fig. 4.2 v n j 23

25 Problème retourné sans changement de vitesse Fig. 4.3 v n j L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig. 4.4 (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 24

26 Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.7, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 + ( x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig. 4.5 (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 + ( x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig. 4.6 (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 25

27 4.1.2 Problème direct avec la condition de Neumann On a le résultat d'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Le cas : α =.5, N = 1, T = 1, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 2) 2 2πσ 2 2σ 2 Fig. 4.7 (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) Le cas : α =.5, N = 1, T = 2, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 + ( x 1 2) 2 2πσ 2 2σ 2 Fig. 4.8 (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 26

28 4.1.3 Problème direct avec la condition d'impédance Le cas : α =.5, N = 1, T = 1, z =.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 2) 2 2πσ 2 2σ 2 Problème direct Fig. 4.9 u n j Problème retourné exact Fig. 4.1 v n j 27

29 Problème retourné sans changement de vitesse Fig v n j L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 28

30 Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.7, z =.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.5, z =.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 29

31 4.2 Problème retourné avec la condition de Neumann Problème direct avec la condition de Neumann Le cas : α =.5, N = 1, T = 1, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 2) 2 2πσ 2 2σ 2 Problème direct Fig u n j Problème retourné exact Fig v n j 3

32 Problème retourné sans changement de vitesse Fig v n j L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 31

33 Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.7, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 + ( x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 + ( x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig. 4.2 (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 32

34 4.2.2 Problème direct avec la condition d'impédance Le cas : α =.5, N = 1, T = 1, z =.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 2) 2 2πσ 2 2σ 2 Problème direct Fig u n j Problème retourné exact Fig v n j 33

35 Problème retourné sans changement de vitesse Fig v n j L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 34

36 Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.7, z =.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) Le cas : α =.5, N = 1, T = 1.5, z =.5, σ =.5, g (t, x) = 1 e t 2 +(x 1 4) 2 2πσ 2 2σ 2 L'approximation de la vitesse de v, v ex à l'instant nal t = 2T, et de la vitesse de u à l'instant initial t = (le terme source). Fig (, x), v vex (2T, x), et (2T, x) 35

37 Chapitre 5 Conclusion D'après les résultats ci-dessus, on peut bien retrouver l'approximation et la localisation du terme source que l'on a mis dans le problème direct, en utilisant la méthode de retournement temporel. Le cas T est entier(petit) : Pour le problème direct avec la condition de Dirichlet ou de Neumann, d'après fig. 4.4 et fig. 4.18, on a la bonne approximation et la bonne localisation du terme source ( v (, x) (2T, x)) qui vérie le Théorème 3.4 ou le Théorème 3.1. Pour le problème direct avec la condition d'impédance, on trouve bien la localisation du terme source, mais on n'a pas la bonne approximation de celui-ci (fig et fig. 4.24) car T est petit (Théorème 3.6 ou Théorème 3.12). Le cas T n'est pas entier(petit) : On trouve toujours la localisation du terme source, en utilisant le retournement temporel pour le problème direct avec la condition d'impédance (fig et fig. 4.25). Mais on ne trouve plus ce résultat pour le problème direct avec la condition de Dirichlet ou de Neumann (fig. 4.5 et fig. 4.19). Le cas T est plus grand ou T + : D'après fig. 4.6 et fig. 4.2, le retournement temporel pour le problème direct avec la condition de Dirichlet ou de Nemann, ne donne ni la localisation, ni l'approximation du terme source. Au contraire, on trouve que le retournement temporel pour le problème direct avec la condition d'impédance donne la bonne localisation et la bonne approximation du terme source (fig et fig. 4.26), qui vérie le Théorème 3.6 ou le Théorème 3.12, càd v vex (2T, x) (2T, x). Dans ce cas, on trouve le terme source mais avec le signe opposé. Donc, pour le problème direct avec la condition d'impédance et quand le temps T est plus grand ou tend vers l'inni, le retournement temporel avec la condition de Dirichlet est identique à celui avec la condition de Neumann (fig et fig. 4.26), et nous donne la bonne approximation et la bonne localisation du terme source. 36

38 Bibliographie [1] C. Bardos et M.Fink,Mathematical foundations of the time reversal mirror, Asymptotic Analysis, 29 (22) [2] Wikipedia, http ://en.wikipedia.org/wiki/signal_processing [3] Mathieu Canet, Antoine Jarrier et François-Joseph Mytych,Time reversal of wave propagation in one dimension, janvier 28. http ://math1.unice.fr/ junca/pdles/projetepu28.pdf [4] Lionel Sainsaulieu,Calcul scientique, Dunod, Paris, 2 37

39 Annexe Problème direct avec la condition de Dirichlet // S o l u t i o n d ' équation des cordes v i b r a n t e s // avec l a conditon de D i r i c h l e t // g : Fonction de 2 v a r i a b l e s ( t, x ) // alpha : Rapport de delta_t sur delta_x // N: Nombre de p o i n t s i n t é r i e u r ], 1 [ // T: Nombre de temps // u : s o l u t i o n // x : i n t e r v a l l e d ' espace // t : i n t e r v a l l e de temps f u n c t i o n [ u, x, t ]= s o l _ d i r _ d i r i c h l e t ( g, alpha,n,t) delta_x =1/(N+1); delta_t=alpha delta_x ; betta=alpha ^2; L=i n t (T/ delta_t ) ; x=: delta_x : 1 ; t =: delta_t :T; mat=z e r o s (N+2,L+1) // Valeur de u= en t =, en x= e t en x=1 // Valeur de u en t=t 1 f o r j =2:(N+1) mat( j,2)= delta_t ^2 g (, ( j 1) delta_x ) ; end // Valeur de u pour t>t 1 f o r c o l =3:(L+1) f o r j =2:(N+1) mat( j, c o l )= betta mat( j +1, col 1)+2 (1 betta ) mat( j, col 1) +betta mat( j 1, col 1) mat( j, col 2); end end u=mat ; endfunction 38

Travaux dirigés. Résolution numérique des équations diérentielles ordinaires. Département MIDO année 2013/2014 Master MMDMA

Travaux dirigés. Résolution numérique des équations diérentielles ordinaires. Département MIDO année 2013/2014 Master MMDMA Université Paris-Dauphine Méthodes numériques Département MIDO année 03/04 Master MMDMA Travaux dirigés Résolution numérique des équations diérentielles ordinaires Exercice. Pour α > 0, on considère le

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

9. Équations différentielles

9. Équations différentielles 63 9. Équations différentielles 9.1. Introduction Une équation différentielle est une relation entre une ou plusieurs fonctions inconnues et leurs dérivées. L'ordre d'une équation différentielle correspond

Plus en détail

Le théorème du point xe. Applications

Le théorème du point xe. Applications 49 Le théorème du point xe. Applications 1 Comme dans le titre de cette leçon, le mot théorème est au singulier, on va s'occuper du théorème du point xe de Picard qui a de nombreuses applications. Le cas

Plus en détail

3 2 Séries numériques

3 2 Séries numériques BCPST 9 5 3 Séries numériques I Généralités A) Dénition Soit (a n ) n N une suite à valeurs dans R. On appelle série de terme général a n, et on note a n la suite dénie par : S n = On dit que S n est la

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Construction de solutions proches de solitons instables. d'équations dispersives non-linéaires surcritiques. Vianney Combet. Orsay, 9 janvier 2009

Construction de solutions proches de solitons instables. d'équations dispersives non-linéaires surcritiques. Vianney Combet. Orsay, 9 janvier 2009 Solitons gkdv Rapport d'activité Construction de solutions proches des solitons d'équations dispersives non-linéaires surcritiques Orsay, 9 janvier 2009 Thèse sous la direction de Luc Robbiano et Yvan

Plus en détail

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12 TS. 01/013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 0/11/1 Exercice 1 : ( 6,5 pts) Première partie : Démonstration à rédiger { Démontrer que si ( ) et (v n ) sont deux suites telles

Plus en détail

Contents. Systèmes d'équations non linéaires 2 1. Dichotomie 2 2. Point xe 3 3. Méthodes de Newton et et de la sécante 5

Contents. Systèmes d'équations non linéaires 2 1. Dichotomie 2 2. Point xe 3 3. Méthodes de Newton et et de la sécante 5 Contents Systèmes d'équations non linéaires 2 1. Dichotomie 2 2. Point xe 3 3. Méthodes de Newton et et de la sécante 5 1 Systèmes d'équations non linéaires On considère un intervalle I R (borné ou non)

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique

Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option B : Calcul Scientifique Agrégation externe de mathématiques, session 2013 Épreuve de modélisation, option (Public2014-B1) Résumé : On présente un exemple de système de deux espèces en compétition dans un environnement périodique.

Plus en détail

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales

Recueil d annales en Mathématiques. Terminale S Enseignement obligatoire. Intégrales Recueil d annales en Mathématiques Terminale S Enseignement obligatoire Frédéric Demoulin Dernière révision : 3 juin 2 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 2. frederic.demoulin

Plus en détail

Equations dierentielles

Equations dierentielles Equations dierentielles Université Mohammed I Faculté des Sciences Département de Mathématiques Oujda. Plan 1 Introduction 2 3 Résponsable du cours : Pr. NAJIB TSOULI. 1 Introduction 2 3 Introduction Une

Plus en détail

Équations non linéaires

Équations non linéaires CHAPTER 1 Équations non linéaires On considère une partie U R d et une fonction f : U R d. On cherche à résoudre { x U 1..1) f x) = R d On distinguera les cas d = 1 et d > 1. 1.1. Dichotomie d = 1) 1.1.1.

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48

Méthodes de quadrature. Polytech Paris-UPMC. - p. 1/48 Méthodes de Polytech Paris-UPMC - p. 1/48 Polynôme d interpolation de Preuve et polynôme de Calcul de l erreur d interpolation Étude de la formule d erreur Autres méthodes - p. 2/48 Polynôme d interpolation

Plus en détail

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y )

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y ) COR TD 2 Année 21 Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R 2 R 2 f 1 x, y = 2x + y, x y f 2 : R R f 2 x, y, z = xy, x, y f : R R f x, y, z = 2x + y + z, y z, x

Plus en détail

Examen optimisation Centrale Marseille (2008) et SupGalilee (2008)

Examen optimisation Centrale Marseille (2008) et SupGalilee (2008) Examen optimisation Centrale Marseille (28) et SupGalilee (28) Olivier Latte, Jean-Michel Innocent, Isabelle Terrasse, Emmanuel Audusse, Francois Cuvelier duree 4 h Tout resultat enonce dans le texte peut

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

COURBES PARAMÉTRÉES. t + 1. c ex :]0, [ R n, t + Γ ex := c ex (I). c est une courbe paramétrée de classe C 2.

COURBES PARAMÉTRÉES. t + 1. c ex :]0, [ R n, t + Γ ex := c ex (I). c est une courbe paramétrée de classe C 2. COUBES PAAMÉTÉES 1 Propriétés géométriques des courbes paramétrées Soit n = 2 ou 3 et E n un espace ane associé à l'espace vectoriel n Soit une norme sur n Dénition 11 Une courbe paramétrée est une application

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

FONCTION EXPONENTIELLE ( ) 2 = 0.

FONCTION EXPONENTIELLE ( ) 2 = 0. FONCTION EXPONENTIELLE I. Définition Théorème : Il eiste une unique fonction f dérivable sur R telle que f ' = f et f (0) =. Démonstration de l'unicité (eigible BAC) : L'eistence est admise - Démontrons

Plus en détail

Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique

Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique Solutions globales pour les équations décrivant des écoulements insaturés en milieux poreux, avec une pression capillaire dynamique J. Bodin 12, T. Clopeau 2, A. Mikelić 2 1 Agence Nationale pour la gestion

Plus en détail

Calculs approchés d un point fixe

Calculs approchés d un point fixe M11 ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2013 - Partie D TITRE : Calculs approchés d un point fixe Temps de préparation :.. 2 h 15 minutes Temps de présentation devant les examinateurs :.10 minutes Dialogue avec les

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

MPSI FORMULAIRE LIONEL PORCHERON DANIEL PORCHERON MAGALI DÉCOMBE VASSET. Le Formulaire MPSI

MPSI FORMULAIRE LIONEL PORCHERON DANIEL PORCHERON MAGALI DÉCOMBE VASSET. Le Formulaire MPSI MPSI FORMULAIRE LIONEL PORCHERON DANIEL PORCHERON MAGALI DÉCOMBE VASSET Le Formulaire MPSI Conception et création de couverture : Atelier 3+ Collaboration technique : Thomas Fredon, ingénieur Télécom Bretagne

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/200 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 6 : PRIMITIVES ET INTEGRATION - COURS + ENONCE EXERCICE - 39 . Tableau

Plus en détail

4. Equation de Schröninger

4. Equation de Schröninger 4. Equation de Schröninger Introduction Particule libre Paquets d ondes Particule libre localisée Puits de potentiel de profondeur infinie Puits de potentiel de profondeur finie Barrière de potentiel Microscope

Plus en détail

Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes

Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes Logiciels Scientifiques (Statistiques) Licence 2 Mathématiques Générales Feuille n 2 : Contrôle du flux de commandes Exercice 1. Vente de voiture Mathieu décide de s acheter une voiture neuve qui coûte

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

Projets scilab. L3 Maths Appliquées lagache@biologie.ens.fr 02 Avril 2009

Projets scilab. L3 Maths Appliquées lagache@biologie.ens.fr 02 Avril 2009 Projets scilab L3 Maths Appliquées lagache@biologie.ens.fr 2 Avril 29 REMARQUE: quelques résultats importants concernant le théorème central limite et les intervalles de confiance sont rappelés dans la

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Compte rendu des TP matlab

Compte rendu des TP matlab Compte rendu des TP matlab Krell Stella, Minjeaud Sebastian 18 décembre 006 1 TP1, Discrétisation de problèmes elliptiques linéaires 1d Soient > 0, a R, b 0, c, d R et f C([0, 1], R). On cerce à approcer

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

En 2005, année de sa création, un club de randonnée pédestre comportait 80 adhérents. Chacune des années suivantes on a constaté que :

En 2005, année de sa création, un club de randonnée pédestre comportait 80 adhérents. Chacune des années suivantes on a constaté que : Il sera tenu compte de la présentation et de la rédaction de la copie lors de l évaluation finale. Les élèves n ayant pas la spécialité mathématique traiteront les exercices 1, 2,3 et 4, les élèves ayant

Plus en détail

Les travaux doivent être remis sous forme papier.

Les travaux doivent être remis sous forme papier. Physique mathématique II Calendrier: Date Pondération/note nale Matériel couvert ExercicesSérie 1 : 25 septembre 2014 5% RH&B: Ch. 3 ExercicesSérie 2 : 23 octobre 2014 5% RH&B: Ch. 12-13 Examen 1 : 24

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Direction des Admissions et concours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

Chapitre 9 Les équations différentielles

Chapitre 9 Les équations différentielles Chapitre 9 Les équations différentielles A) Généralités Une équation différentielle est une équation dont l inconnue est une fonction et dans laquelle apparaissent une ou plusieurs dérivées de cette fonction.

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Devoir maison Info 2 A rendre pour le 15 décembre au plus tard

Devoir maison Info 2 A rendre pour le 15 décembre au plus tard Devoir maison Info 2 A rendre pour le 15 décembre au plus tard Exercice 1 : Exécutez un algorithme Considérez l algorithme suivant. Variables A, B, C en Entier; Début Lire A; Lire B; TantQue B 0 C A; TantQue

Plus en détail

Distributions, analyse de Fourier, EDP Amphi no. 1. Distributions, Fourier, EDP

Distributions, analyse de Fourier, EDP Amphi no. 1. Distributions, Fourier, EDP Distributions, analyse de Fourier, EDP Amphi no. 1 Organisation du cours/ressources Un problème à rendre en petite classe avant les vacances de Noël Contrôle classant le lundi 20 janvier 2014 Documents

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux

Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Université Pierre et Marie Curie Master de sciences et technologie Interaction matière-rayonnement Effet d une onde électromagnétique sur un atome à deux niveaux Introduction On considère un système atomique

Plus en détail

Taux d'évolution, cours de Terminale STG

Taux d'évolution, cours de Terminale STG Taux d'évolution, cours de Terminale STG F.Gaudon 7 novembre 2007 Table des matières Évolutions 2 2 Évolutions successives 3 2. Taux global............................ 3 2.2 Taux moyen............................

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Chapitre 6 La dérivation

Chapitre 6 La dérivation Capitre 6 La dérivation A) Nombre dérivé et tangente 1) Tangente en un point à une courbe et nombre dérivé Soit f(x) la fonction dont la courbe est représentée ci-dessus, et prenons deux points A et B

Plus en détail

1 Fonctions de plusieurs variables

1 Fonctions de plusieurs variables Université de Paris X Nanterre U.F.R. Segmi Année 006-007 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II. Chapitre 1 Fonctions de plusieurs variables Ce chapitre est conscré aux fonctions

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Cahier de vacances. Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme

Cahier de vacances. Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme Cahier de vacances Exercices PCSI - PC, Lycée Dupuy de Lôme Votre année de PCSI a été bien remplie et il est peu probable que l année de PC qui arrive vous paraisse plus facile. C est pourquoi, je vous

Plus en détail

1 Topologies, distances, normes

1 Topologies, distances, normes Université Claude Bernard Lyon 1. Licence de mathématiques L3. Topologie Générale 29/1 1 1 Topologies, distances, normes 1.1 Topologie, distances, intérieur et adhérence Exercice 1. Montrer que dans un

Plus en détail

Fiche d exercices 3 : Continuité, Dérivabilité et Etude de fonctions Continuité

Fiche d exercices 3 : Continuité, Dérivabilité et Etude de fonctions Continuité Fiche d eercices : Continuité, Dérivabilité et Etude de fonctions Continuité Eercice On considère la fonction f définie sur [ ; + [ par : f() E() pour [ ; 4[ f() 4 + 4 pour [ 4 ; + [ a. Tracer la représentation

Plus en détail

Espaces de Sobolev. Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques 2001 2002. medp-sobolev.tex (2001nov24)

Espaces de Sobolev. Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques 2001 2002. medp-sobolev.tex (2001nov24) Espaces de Sobolev Résumé du cours de MEDP Maîtrise de mathématiques 2001 2002 medp-sobolevtex (2001nov24) Sauf mention explicite du contraire, toutes les fonctions considérées seront à valeurs réelles

Plus en détail

Définition d une norme

Définition d une norme Définition d une norme Définition E est un K-ev. L application N : E R + est une norme sur E ssi 1. x E, N(x) = 0 x = 0. 2. k K, x E, N(k.x) = k N(x). 3. x, y E, N(x + y) N(x) + N(y) Notation N,. Propriété

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Dérivation Primitives

Dérivation Primitives Cours de Terminale STI2D Giorgio Chuck VISCA 27 septembre 203 Dérivation Primitives Table des matières I La dérivation 3 I Rappels 3 I. exemple graphique............................................. 3

Plus en détail

M42. Compléments d analyse (résumé).

M42. Compléments d analyse (résumé). Université d Evry-Val-d Essonne. Année 2008-09 D. Feyel M42. Compléments d analyse (résumé). Table. I. Rappels sur les suites. Limites supérieure et inférieure. II. Topologie élémentaire. III. Fonctions

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 Le sujet est numéroté de 1 à 5. L annexe 1 est à rendre avec la copie. L exercice Vrai-Faux est

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

CH12 : Solide en mouvement de translation

CH12 : Solide en mouvement de translation BTS électrotechnique 1 ère année - Sciences physiques appliquées CH12 : Solide en mouvement de translation Motorisation des systèmes Enjeu : Problématique : En tant que technicien supérieur, il vous revient

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

Cours de mathématiques.

Cours de mathématiques. Orsay 008-009 IFIPS S Mathématiques (M160). Cours de mathématiques. 1. Equations différentielles linéaires du second ordre. La fonction C : x cos x est indéfiniment dérivable sur R, et C (x) = S(x), avec

Plus en détail

Modélisation et Simulation

Modélisation et Simulation Cours de modélisation et simulation p. 1/83 Modélisation et Simulation G. Bontempi Département d Informatique Boulevard de Triomphe - CP 212 http://www.ulb.ac.be/di Cours de modélisation et simulation

Plus en détail

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2 CNAM UE MVA 210 Ph. Duran Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul ierentiel 2 Jeui 26 octobre 2006 1 Formes iérentielles e egrés 1 Dès l'introuction es bases u calcul iérentiel, nous avons mis en

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION. Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique

ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION. Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique 1 ANALYSE NUMERIQUE ET OPTIMISATION Une introduction à la modélisation mathématique et à la simulation numérique G. ALLAIRE 28 Janvier 2014 CHAPITRE I Analyse numérique: amphis 1 à 12. Optimisation: amphis

Plus en détail

TOPOLOGIE. une partie X d'un métrique est dite bornée ssi il existe une boule contenant X ; définition : diamètre : diam(x)=min{ r R

TOPOLOGIE. une partie X d'un métrique est dite bornée ssi il existe une boule contenant X ; définition : diamètre : diam(x)=min{ r R TOPOLOGIE 1) DISTANCE, ESPACES MÉTRIQUES a : distances : d'après le cours de M. Nicolas Tosel professeur en MP* au Lycée du Parc, Lyon Année 2004 2005 une distance est une application d de E dans R + telle

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

Equations différentielles

Equations différentielles Equations différentielles Mathématiques Martine Arrrou-Vignod FORMAV 2009 I Equations différentielles linéaires à coefficients constants du premier ordre 3 I.1 Vocabulaire Définitions......................

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Chapitre 2 : Les systèmes d équations récurrentes linéaires. dans

Chapitre 2 : Les systèmes d équations récurrentes linéaires. dans Chapitre 2 : Les systèmes d équations récurrentes linéaires dans Sommaire Sandrine CHARLES 1 Introduction... 3 2 Rappels sur les formes de Jordan réelles dans... 4 2.1 Deux valeurs propres réelles distinctes

Plus en détail

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES

RAPPELS DE MATHEMATIQUES. ORTHOPHONIE Première année. Dr MF DAURES RAPPELS DE MATHEMATIQUES ORTHOPHONIE Première année 27 28 Dr MF DAURES 1 RAPPELS DE MATHEMATIQUES I - LES FONCTIONS A - Caractéristiques générales des fonctions B - La fonction dérivée C - La fonction

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

Objectifs: connaître les propriétés des fonctions élémentaires pour pouvoir étudier des fonctions plus complexes.

Objectifs: connaître les propriétés des fonctions élémentaires pour pouvoir étudier des fonctions plus complexes. FONCTIONS DE REFERENCE Objectifs: connaître les propriétés des fonctions élémentaires pour pouvoir étudier des fonctions plus complexes. I. LES FONCTIONS ELEMENTAIRES ce sont les touches «fct» de la calculatrice

Plus en détail

«L art de la réussite consiste à s entourer des meilleurs» STAGE INTENSIF OBJECTIF BAC PRIMITIVES, INTEGRALES & CALCUL D AIRES

«L art de la réussite consiste à s entourer des meilleurs» STAGE INTENSIF OBJECTIF BAC PRIMITIVES, INTEGRALES & CALCUL D AIRES «L art de la réussite consiste à s entourer des meilleurs» STAGE INTENSIF OBJECTIF BAC PRIMITIVES, INTEGRALES & CALCUL D AIRES LIBAN 2015 Une entreprise artisanale produit des parasols. Elle en fabrique

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

Suites et Convergence

Suites et Convergence Suites et Convergence Une suite c est se donner une valeur (sans ambigüité) pour chaque N sauf peutêtre les premiers n. Donc une suite est une fonction : I R où I = N: = N. Notation : On note ( ) I R pour

Plus en détail

Problème: si les tableaux que l'on trie sont déjà à peu près triés, l'algorithme n'est pas efficace.

Problème: si les tableaux que l'on trie sont déjà à peu près triés, l'algorithme n'est pas efficace. Traonmilin Yann traonmil@enst.fr MOD Algorithmique Probabiliste 1. Deux exemples 1.1. Quicksort randomisé. Dans l'algorithme de tri classique Quicksort, le pivot est choisi au début du tableau puis on

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

CHAPTER 1. Introduction

CHAPTER 1. Introduction CHAPTER Introduction.. Quelques notions mathématiques indispensables... Voisinage. On appelle voisinage d'un point x R tout intervalle ouvert ]x h, x + h[, avec h >, centré sur x. Une propriété P t est

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

Planche n o 19. Applications linéaires continues, normes matricielles. Corrigé

Planche n o 19. Applications linéaires continues, normes matricielles. Corrigé Planche n o 19. Applications linéaires continues, normes matricielles. Corrigé n o 1 *I : 1 Soit P E. Si on pose P = + a k X k, il existe n N tel que k > n, a k =. Donc P = { k= P k } Sup k!, k N = Max{

Plus en détail

Fonctions analytiques

Fonctions analytiques CHAPITRE Fonctions analytiques Les principaux résultats à retenir : soit U un ouvert de C et f : U C. f est analytique sur U si et seulement si f est développable en série entière au voisinage de chaque

Plus en détail

Exercice 1 QCM. 4 i. e π ou. e π, ou : 4 ( i) 1 /4. e π. e π Réponse d. 1. Le carré de z est : ce qui donne : soit : , soit 4i

Exercice 1 QCM. 4 i. e π ou. e π, ou : 4 ( i) 1 /4. e π. e π Réponse d. 1. Le carré de z est : ce qui donne : soit : , soit 4i TSTI2D - Bac 203 - Polynésie STI2D -.0 - Corrigé.doc - Page /5 Terminale STI2D - Bac 203 - Polynésie - Corrigé. TSTI2D - Bac 203 - Polynésie STI2D -.0 - Corrigé.doc - Page 2/5 Exercice QCM. Le carré de

Plus en détail