Construction de l'intégrale de Lebesgue

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Construction de l'intégrale de Lebesgue"

Transcription

1 Université d'artois Faculté des ciences Jean Perrin Mesure et Intégration (Licence 3 Mathématiques-Informatique) Daniel Li Construction de l'intégrale de Lebesgue 10 février 2011 La construction de l'intégrale de Lebesgue, par rapport à une mesure positive m, se fait en plusieurs étapes : on commence par dénir, ce qui est toujours possible, l'intégrale des fonctions étagées positives, puis celle des fonctions mesurables positives Ces fonctions seront intégrables, par rapport à la mesure m, si leur intégrale est nie Pour les fonctions mesurables à valeurs réelles, on dénit ensuite leur intégrabilité, puis, lorsqu'elles sont intégrables, leur intégrale, en utilisant leur parties positive et négative Il est important de garder en tête ce schéma de construction, car on aura souvent besoin de s'y référer, bon nombre de résultats concernant l'intégrale de Lebesgue devant se démontrer en revenant à cette construction Il est important aussi de se rappeler que, pour les fonctions mesurables positives, l'int grale a toujours un sens (bien qu'elle puisse être innie), et que l'on a de bons théorèmes de passage à la limite, faciles d'utilisation Dans tout ce chapitre, on xe un espace mesuré (, T, m) 1 Intégration des fonctions étagées positives Dénition 11 oit f : R + une fonction étagée positive, et soit : f = n a k 1I Ak sa représentation canonique : f() = {a 1,, a n }, avec a 1,, a n distincts, et A k = {f = a k } L' intégrale de f, ou plus précisément, l' intégrale de f sur par rapport à m, est dénie par : n f dm = a k m(a k ) 1

2 Autrement dit : f dm = n a k m({f = a k }) On note aussi cette intégrale : f dm = f(x) dm(x), parce que c'est souvent pratique, et pour des raisons historiques, bien que x soit une variable muette, qui n'inue pas sur la valeur de l'intégrale Remarque On a donc : 0 f dm +, et l'intégrale peut être innie : f dm = + si et seulement si il existe (au moins) un indice k tel que m(a k ) = +, avec a k 0 Cas particuliers 1) i f est constante, égale à a, avec a R +, alors f = a1i, et a dm = a m() En particulier, avec la convention 0 = 0, la fonction nulle a une intégrale égale à 0 Par contre, si a > 0, on a a dm < + si et seulement si m() < + 2) i f = 1I A est une fonction indicatrice, mesurable : A T, sa représentation canonique est : f = 1 1I A + 0 1I A c; donc : f dm = 1 m(a) + 0 m(a c ); or 0 m(a c ) = 0, que m(a c ) soit nie ou innie Donc : 1I A dm = m(a) 2

3 Notation On notera E + l'ensemble des fonctions étagées positives sur (, T ) Théorème 12 L'application f E + f dm R + est semi-linéaire, c'est-à-dire que si f, g E +, on a : a) (αf) dm = α f dm, α R + = [0, + [ ; b) (f + g) dm = f dm + g dm On dit aussi que l'intégrale est semi-linéaire sur E + Preuve a) Pour α = 0, c'est évident, car alors αf = 0, et on a vu que 0 dm = 0, parce que 0 f dm = 0, que f dm soit nie ou innie Lorsque α > 0, écrivons f() = {a 1,, a n }, avec a 1,, a n distincts Alors (αf)() = {αa 1,, αa n }, et les nombres αa 1,, αa n sont distincts ; donc : (αf) dm = = n (αa k ) m({αf = αa k }) n [ n ] (αa k ) m({f = a k }) = α a k m({f = a k } = α f dm b) Ecrivons : { f() = {a1,, a n }, avec a 1,, a n distincts, g() = {b 1,, b p }, avec b 1,, b p distincts Pour chaque k = 1,, n, les ensembles : {f = a k, g = b 1 },, {f = a k, g = b p } forment une partition mesurable de {f = a k } Donc : m({f = a k }) = p m({f = a k, g = b l }) ; l=1 d'où : n n p f dm = a k m({f = a k }) = a k m({f = a k, g = b l }) l=1 ymétriquement : p n g dm = b l m({f = a k, g = b l }) ; l=1 3

4 donc : f dm + g dm = n l=1 p (a k + b l ) m({f = a k, g = b l }) D'autre part, pour tout c (f + g)(), notons : I c = {(k, l) {1,, n} {1,, p} ; a k + b l = c} On a : {f + g = c} = {f = a k, g = b l } (k,l) I c Or, pour (k, l) (k, l ), on a : {f = a k, g = b l } {f = a k, g = b l } = (le couple (f, g) ne peut pas prendre, au même point x, les valeurs diérentes (a k, b l ) et (a k, b l = ; donc : m({f + g = c}) = m({f = a k, g = b l }) (k,l) I c Par conséquent : (f + g) dm = c (f + g)()c {f + g = c} = [ ] c (f + g)()c m({f = a k, g = b l }) (k,l) I c = [ ] c (f + g)() (a k + b l ) m({f = a k, g = b l }) (k,l) I c = (a k + b l ) m({f = a k, g = b l }), 1 k n 1 l p car c (f+g)() I c = {1,, n} {1,, p} On obtient donc bien : (f + g) dm = et cela termine la preuve du théorème f dm + g dm, Corollaire 13 i f 1,, f n E + et α 1,, α n R +, on a : ( n ) α k f k dm = 4 n α k( ) f k dm

5 En particulier : ( n ) n α k 1I Ak dm = α k m(a k ) quelques soient les ensembles mesurables A 1,, A n T et quelques soient les nombres réels positifs α 1,, α n R + Il est important de noter que cette dernière égalité a lieu, même si la somme n α k1i Ak n'est pas la représentation canonique de la fonction étagée positive f = n α k1i Ak On n'a donc plus besoin, à partir de maintenant, d'utiliser la représentation canonique pour écrire l'intégrale de f En fait, cette représentation canonique nous a juste servi à montrer que l'expression n α km(a k ) ne dépend pas de la représentation de la fonction étagée positive f comme combinaison linéaire n α k1i Ak, à coecients positifs, de fonctions indicatrices mesurables Proposition 14 On a propriété de croissance suivante ; si f, g E +, alors : f g = f dm g dm Preuve i f, g E + et f g, alors g f E + ; donc son intégrale existe et (g f) dm [0, + ] Comme g = f + (g f), on obtient : g dm = f dm + (g f) dm f dm, en utilisant l'additivité de l'intégrale vu dans le théorème précédent Nous allons maintenant voir l'une des propriétés les plus importantes de l'intégrale de Lebesgue, que ne possède pas l'intégrale de Riemann : la propriété de limite croissante Elle est conséquence de la propriété de limite croissante des mesures positives, et est l'étape intermédiaire vers le Théorème de convergence monotone, l'une des propriétés les plus importantes de l'intégrale de Lebesgue, dont il est un cas particulier Théorème 15 (Propriété de limite croissante de l'intégrale) oit (f n ) n 1 une suite croissante de fonctions étagées positives, telle que f = lim f n soit aussi étagée positive Alors : ( ) ( ) lim f n dm = lim f n dm 5

6 Remarquons que si f n = 1I An, la croissance de la suite (f n ) n 1 se traduit par celle de (A n ) n 1, et comme la propriété du théorème s'écrit : ( m lim 1I A n = 1I lim, An ) lim 1I A n = lim m(a n) ; on retrouve ainsi la propriété de limite croissante pour la mesure positive m, qui apparaît donc comme un cas particulier du Théorème 15 (mais, comme on l'a dit, c'est à partir de ce cas particulier que l'on va montrer le Théorème 15) Preuve 1) Par la propriété de croissance, on a : f 1 dm f 2 dm f n dm f dm La suite ( f n dm ) n 1 est donc croissante ; elle a donc une limite, dans R +, et ( ) lim f n dm f dm 2) L'inégalité inverse résulte directement du lemme suivant Lemme 16 oit (f n ) n 1 une suite croissante de fonctions étagées positives, et soit g E + telle que g lim f n Alors : ( g dm lim ) f n dm Preuve Donnons-nous un nombre c tel que 0 < c < 1 oit, pour tout n 1 : (11) n = {f n c g} (le nombre c est destiné à nous laisser un peu de marge, en diminuant g) Comme la suite (f n ) n 1 est croissante, la suite ( n ) n 1 est, elle aussi, croissante De plus : lim n = En eet, pour tout x, on a : soit g(x) > 0, et alors g(x) > cg(x), donc lim f n > cg(x) ; il existe donc un entier n = n(x) 1 tel que f n (x) > cg(x), c'est-à-dire x n ; soit g(x) = 0, et dans ce cas x n, pour tout n 1 ; dans les deux cas x n 1 n 6

7 Il en résulte que, si g() = {b 1,, b p } (avec les b l distincts), alors, pour chaque l = 1,, p : [ ] lim {g = bl } n = {g = bl }, et donc : (12) m({g = b l }) = lim m( {g = b l } n ) Remarquons maintenant que, pour tout n 1 : (13) f n c g1i n En eet : si x n, alors f n (x) cg(x), par dénition de n ; si x / n, alors cg(x)1i n (x) = 0 f n (x) On a donc : ( ) (14) f n dm c g1in dm Mais : On peut donc écrire : (15) g 1I n = ( g1in ) (x) = { bl si g(x) = b l et x n 0 si x / n p b l 1I [{g=bl } n], l=1 et, bien que cela ne soit pas forcément la décomposition canonique de g1i n, on a, par le Corollaire 13 : ( ) p ( ) g 1In dm = b l 1I [{g=bl } n] dm = l=1 p b l m ( ) {g = b l } n l=1 p b l m({g = b l }), l=1 par la propriété de limite croissante de la mesure positive m Comme cette dernière somme est égale à g dm, il en résulte, grâce à (14), que l'on a : ( ) ( ) lim f n dm c g dm Comme c'est vrai pour tout c < 1, on obtient, en faisant tendre c vers 1 : ( ) lim f n dm g dm, ce qui achève la preuve du Lemme 16 7

8 2 Intégration des fonctions mesurables positives 21 Dénition et premières propriétés Commençons par remarquer la chose suivante Pour chaque fonction f étagée positive, on a, par la croissance de l'intégrale : g E + et g f = g dm f dm Comme f est elle-même dans E +, il en résulte que l'on a : { } (21) f dm = sup g dm ; g E + et g f Cette remarque va nous permettre de dénir l'intégrale pour toutes les fonctions mesurables positives Dénition 21 oit (, T, m) un espace mesuré et f : R + une fonction mesurable positive L' intégrale de f, sur, par rapport à m, est dénie par : { } f dm = sup g dm ; g E + et g f Il résulte de la remarque initiale que, pour f étagée positive, on obtient, via (21), la même valeur que celle dénie auparavant Notons que l'on a 0 f dm +, et que l'intégrale, étant dénie comme une borne supérieure, peut être innie, même si m() < + (cas pour lequel les fonctions étagées positives ont pourtant toutes une intégrale nie) Dénition 22 On dit que la fonction mesurable positive f : R + est intégrable, sur, par rapport à m, ou est m-intégrable si : f dm < + Bien sûr, la Dénition 21 est inexploitable telle quelle, et l'on se servira du théorème suivant Théorème 23 oit f : R + une fonction mesurable positive Alors, pour toute suite croissante (g n ) n 1 de fonctions étagées positives dont la limite est f, on a : f dm = lim g n dm 8

9 Remarques 1 Ce théorème est une nouvelle étape vers le Théorème de convergence monotone, dont il est à nouveau un cas particulier Par la suite, on pourra donc utiliser le Théorème de convergence monotone, quand ce dernier sera démontré, au lieu de celui-ci 2 D'après le Théorème fondamental d'approximation, il existe toujours une suite croissante de fonctions mesurables positives dont la limite est f ; ce théorème permet donc d'obtenir l'intégrale de f de façon explicite Il aurait bien sûr paru plus clair de prendre cette propriété comme dénition de l'intégrale de f, mais il aurait fallu vérier auparavant que la valeur obtenue ne dépendait pas de la suite (g n ) n 1 choisie Preuve Par dénition de l'intégrale, on a : g n dm f dm, n 1 ; donc : ( ) lim g n dm f dm Réciproquement, séparons, pour des questions d'écriture, deux cas i f dm < + Alors, par dénition de l'intégrale de f, pour tout ε > 0, il existe g E + telle que g f et : f dm g dm + ε Comme g f = lim g n, avec g, g n E +, le Lemme 16 dit que : ( g dm lim ) g n dm Donc : f dm lim g n dm + ε, et ainsi : f dm lim g n dm, puisque ε > 0 était quelconque i f dm = + Le raisonnement est le même Pour tout A > 0, il existe g E + telle que g f et g dm A Comme précédemment, le Lemme 16 donne : ( ) g dm lim g n dm, d'où : ( ) lim g n dm A, 9

10 et par conséquent : puisque A > 0 était arbitraire ( ) lim g n dm = + = f dm, La semi-linéarité et la croissance de l'intégrale pour les fonctions étagées positives reste vraie pour toutes les fonctions mesurables positives Théorème 24 Pour toutes fonctions mesurables positives f, g : R +, on a : 1) (αf) dm = α f dm, α R + ; 2) (f + g) dm = f dm + g dm ; 3) f g f dm g dm Preuve 1) Il existe, par le Théorème fondamental d'approximation, une suite croissante de fonctions étagées positives f n E + dont la limite est f Alors αf n E + et la suite (αf n ) n 1 est croissante et a pour limite αf On obtient donc, grâce au Théorème 23, en utilisant le Théorème 12 : [ (αf) dm = lim = α lim ] [ (αf n ) dm = lim α f n dm = α f dm ] f n dm 2) De même, il existe deux suites croissantes (f n ) n 1 et (g n ) n 1 de fonctions étagées positives dont la limite est f et g, respectivement Les fonctions f n + g n sont étagées positives et la suite (f n + g n ) n 1 est croissante et a pour limite f + g Donc, grâce aux Théorème 23 et Théorème 12 : [ ] (f + g) dm = lim (f n + g n ) dm = lim f n dm + lim = lim [ f n dm = 3) Par dénition : { g dm = sup ϕ dm ; ϕ E +, f n dm + f dm + } ϕ g i f = lim f n avec f n E +, on a f n f g, et donc, par dénition : f n dm 10 g dm, ] g n dm g dm

11 pour tout n 1 Il en résulte, grâce au Théorème 23, que : f dm = lim f n dm g dm, et cela termine la preuve du Théorème 24 Notons que pour prouver la croissance, on ne peut pas utiliser (g f), comme on l'a fait pour la Proposition 14, car f et g peuvent prendre la valeur + au même endroit (et donc (g f) ne sera pas dénie) Remarque Il est à noter que le 1) du théorème reste vrai si α = + On verra cela à la n de la section suivante, comme conséquence du Théorème de convergence monotone 22 Le Théorème de convergence monotone Nous en arrivons maintenant au (tant annoncé!) Théorème de convergence monotone, qui, insistons, est l'un des résultats les plus utiles sur l'intégrale de Lebesgue, de par sa simplicité d'utilisation Théorème 25 (Théorème de convergence monotone) Pour toute suite CROIANTE de fonctions f n : R + mesurables POITIVE, on a : ( ) ( ) lim f n dm = lim f n dm Preuve 1) On sait que f = lim f n est mesurable, et positive Par le Théorème 24, 3), la suite ( f n dm ) n 1 est croissante et est majorée par f dm, puisque f n f pour tout n 1 ; on a donc : lim ( ) f n dm f dm 2) Réciproquement, pour chaque n 1, il existe, par le Théorème fondamental d'approximation, une suite croissante (f n,k )) k 1 de fonctions étagées positives f n,k ) E +, qui tend vers f n On va construire une suite croissante (g k ) k 1 de fonctions étagées positives telles que lim k g k = f et g k f k pour tout k 1 cela donnera le résultat puisque le Théorème 23 donne : f dm = lim k g k dm et que g k dm f k dm, puisque g k f k ; on obtient donc nalement : f dm lim f k dm, k 11

12 a) Posons, pour tout k 1 : g k = sup f n,k = max{f 1,k, f 2,k,, f k,k } n k Chaque g k est étagée (elle est mesurable et ne prend qu'un nombre ni de valeurs) et positive g 1 g 2 g k f 1,1 f 1,2 f 1,k f 1,k+1 f 1 f 2,1 f 2,2 f 2,k f 2,k+1 f 2 f k,1 f k,2 f k,k f k,k+1 f k f n,1 f n,2 f n,k f n,k+1 f n De plus, comme : on a, pour tout k 1 : f n,k f n,k+1, n, k 1, f g k = max{f 1,k, f 2,k,, f k,k } max{f 1,k+1, f 2,k+1,, f k,k+1 } max{f 1,k+1, f 2,k+1,, f k,k+1, f k+1,k+1 } = g k+1, et la la suite (g k ) k 1 est donc croissante b) On a g k f k, car, pour tout n 1 : f n,k f n g k = max{f 1,k, f 2,k,, f k,k } max{f 1, f 2,, f k } = f k, puisque le suite (f j ) j 1 est croissante c) On a lim k g k = f En eet, comme g k f k pour tout k 1, on a : lim g k lim f k = f k k D'autre part, par dénition de g k : f n,k g k pour n k ; donc, pour chaque n 1 xé : f n = lim f n,k lim g k, k k et donc : f = lim f n lim k g k Cela achève la preuve du Théorème de convergence monotone 12

13 Lorsque l'on applique ce théorème aux sommes partielles d'une série des fonctions mesurables positives, qui forment donc une suite croissante, on obtient la version du Théorème de convergence monotone pour les séries à termes positifs, particulèrement pratique, puisque seule la positivité (en plus de la mesurabilité) est requise Corollaire 26 Pour toute série n 1 u n de fonctions mesurables positives u n : R +, on a : ( ) ( u n dm = n=1 n=1 ) u n dm Pour nir cette section, montrons que la propriété (α f) dm = α f dm reste vraie si α = +, pour toute f : R + mesurable positive En eet, grâce au Théorème de convergence monotone, on a : (+ f) dm = lim (n f) dm = lim (n f) dm ( ) = lim n f dm = (+ ) f dm 23 Cas de la mesure de comptage Une fonction α: N R dénie sur N s'identie à une suite α = (α k ) k 1 de nombres réels On ne suppose pas qu'elle prend la valeur + car, dans ce cas, ce n'est pas intéressantpour la mesure de comptage sur N (on pourrait bien sûr aussi prendre N au lieu de N ), on a : Proposition 27 i c est la mesure de comptage sur N, alors, pour toute suite α = (α k ) k 1 de nombres réels positifs, on a : N α dc = α k Ainsi la suite à termes positifs α est c-intégrable si et seulement si cette série est (absolument) convergente La théorie de l'intégrale de Lebesgue englobe donc celle des séries (à termes positifs, pour l'instant) En appliquant le corollaire du Théorème de convergence monotone pour les séries à termes positifs dans ce cas, on obtient : Corollaire 28 Pour toute suite double de nombres réels positifs α n,k 0, on a : ( ) ( α n,k = α n,k ) n=1 n=1 13

14 On peut bien sûr démontrer la Proposition 27 directement, mais il est plus intéressant de faire autrement Voyons d'abord ce qui se passe pour une mesure de Dirac Proposition 29 oit un ensemble, non vide, et a Pour toute fonction positive f : R +, on a, pour la mesure de Dirac δ a en a : f dδ a = f(a) Intégrer par rapport à la mesure de Dirac en a revient à prendre la valeur de la fonction en a C'est vrai aussi si f peut prendre la valeur +, mais ce cas est sans intérêt Preuve de la Proposition 29 1) upposons d'abord que f = 1I A, avec A Alors, d'une part : { 1 si a A f dδ a = δ a (A) = 0 si a / A; et d'autre part : f(a) = 1I A (a) = { 1 si a A 0 si a / A On a bien f dδ a = f(a) 2) i f = n c k1i Ak est une fonction étagée positive, la semi-linéarité de l'intégrale donne, en utilisant le cas 1) : f dδ a = n c k 1I Ak dδ a = n c k 1I Ak (a) = f(a) 3) Maintenant, si f est (mesurable) positive quelconque, il existe une suite croissante de fonctions étagées positives f n dont la limite est f En utilisant le Théorème de convergence monotone et le cas 2), on a : ce qui achève la preuve f dδ a = lim f n dδ a = lim f n(a) = f(a), Pour prouver la Proposition 27, il reste juste à remarquer que c = n=1 δ n, et à utiliser le lemme suivant Lemme 210 oit (, T ) un espace mesurable et (m n ) n 1 une suite de mesures positives sur (, T ) Alors, si m = n=1 m n, on a, pour toute fonction f : R + mesurable positive : f dm = n=1 f dm n 14

15 Notons que, en prenant m N+1 = m N+2 = = 0, le lemme est aussi vrai pour une suite nie de mesures positives Preuve 1) Montrons-le d'abord pour f étagée positive, ce qui est immédiat ; en eet : a) si f est la fonction indicatrice f = 1I A d'un ensemble mesurable A, on a, par dénition : f dm = 1I A dm = m(a) = m n (A) = n=1 n=1 1I A dm n = n=1 f dm n, b) et cela reste vrai si f est étagée positive, par la semi-linéarité des intégrales 2) Pour f mesurable positive arbitraire, il existe une suite croissante (f n ) n 1 de fonctions étagées positives, dont la limite est f a) Considérons d'abord une somme de deux mesures positives m 1 et m 2, et posons µ = m 1 + m 2 Alors, grâce au Théorème de convergence monotone pour les mesures µ, m 1 et m 2, et en utilisant le cas 1) pour les f n : ( f dµ = lim f n dµ = lim = lim f n dm 1 + lim = f dm 1 + f dm 2 ) f n dm 1 + f n dm 2 f n dm 2 b) Cela reste vrai pour une somme nie µ = m m n de mesures positives, par récurrence c) Pour m = m k Ecrivons, pour tout n 1, m n = k=n+1 m k ; alors, en utilisant 2), puisque m = m m n + m n et f dm n 0 : f dm = n ( ) f dm k + f dm n Comme c'est vrai pour tout n 1, on obtient : f dm ( f dm k ) n ( f dm k ) Inversement, pour toute fonction étagée positive g f, on a, en utilisant 1) : g dm = g dm k 15

16 Mais g dm k f dm k pour tout k 1 ; donc : g dm f dm k En prenant la borne supérieure sur toutes les g E + telles que g f, on obtient : f dm f dm k, ce qui termine la preuve 24 Le lemme de Fatou Bien que d'une utilisation très courante, le Théorème de convergence monotone nécessite quand même d'avoir une suite croissante (f n ) n 1 de fonctions mesurables positives Lorsque la suite (f n ) n 1 n'est plus croissante, et même si elle converge, on ne garde plus en général de propriété d'interversion des limites et des intégrales On garde toutefois une inégalité Théorème 211 (Lemme de Fatou) Pour toute suite de fonctions mesurables positives f n : R +, on a : ( ) ( ) lim inf f n dm lim inf f n dm Preuve Pour tout p n, on a inf k n f k f p ; donc : ( ) inf f k dm f p dm, p n, k n et donc : ( ) ( ) inf f k dm inf f p dm k n p n La suite de fonctions mesurables positives g n = inf k n f k étant croissante, on peut utiliser, pour cette suite (g n ) n 1, le Théorème de convergence monotone : ( ) lim inf f n dm = lim ce qui donne le Lemme de Fatou [ ( lim inf [ ( inf p n k n f k )] [ ( dm = lim )] ( f p dm = lim inf ) ] dm ) f n dm, inf k n f k Notons que cette inégalité n'est en général pas une égalité, même si la suite (f n ) n 1 converge 16

17 Exemple Prenons = [0, 1], muni de sa tribu borélienne et de la mesure de Lebesgue Considérons f n = n 1I ]0,1/n] Alors (f n ) n 1 converge vers 0 sur [0, 1], tandis que [0,1] f n dλ = n λ(]0, 1/n]) = 1 On peut modier un peu l'exemple en posant : { n 1I]0,1/n] si n est pair f n = 2n 1I ]0,1/n] si n est impair On a : Donc : [0,1] { n λ(]0, 1/n]) = 1 si n est pair f n dλ = 2n λ(]0, 1/n]) = 2 si n est impair ( ) lim inf f n dλ = 1, [0,1] alors que f n (x) 0 pour tout x [0, 1], et donc [0,1] ( lim inf f ) n dm = 0 3 Fonctions intégrables réelles ou complexes 31 Fonctions réelles Dénition 31 oit f : R une fonction mesurable On dit que f est m-intégrable sur si sa valeur absolue f : R + est m-intégrable, c'està-dire : f dm < + Notons que la mesurabilité fait partie de l'intégrabilité Notons aussi que la dénition signie que, pour f : R mesurable, sa m-intégrabilité équivaut à celle de f On a immédiatement, comme conséquence de la croissance de l'intégrale des fonctions mesurables positives ce critère très utile : Proposition 32 i f et g : R sont mesurables et si g f, alors la m-intégrabilité de f entraîne la m-intégrabilité de g Il montre que, pour une fonction mesurable, c'est la taille (la grandeur) de f qui gère son intégrabilité 17

18 An de pouvoir dénir l'intégrale de f, rappelons, que pour toute fonction mesurable f : R, on a déni : f + = max(f, 0) et f = max( f, 0) ; ce sont des fonctions mesurables positives et l'on a : f = f + f et f = f + + f Il résulte de la dénition et de la Proposition 32 que l'on a : Corollaire 33 La fonction mesurable f : R est m-intégrable si et seulement si f + et f sont m-intégrables Preuve i f est m-intégrable, alors f l'est ; donc f + et f le sont aussi, par la Proposition 32 Inversement, si f + et f sont m-intégrables, alors : f dm = f + dm + f dm < +, et donc f est m-intégrable On peut alors dénir l'intégrale de f Dénition 34 oit f : R une fonction m-intégrable on intégrale, sur, par rapport à m, est dénie par : f dm = f + dm f dm Cela a bien un sens, puisque chacune des deux intégrales f + dm et f dm est nie On notera qu'il faut d'abord savoir que f est intégrable avant de pouvoir parler de son intégrale (ce qui n'est pas le cas pour les fonctions positives : leur intégrale existe toujours, bien qu'elle puisse être + ) Remarque importante Il faut aussi noter que, si cette dénition servira dans les parties théoriques concernant l'intégrabilité, en pratique, c'est-à-dire lorsque l'on a des fonctions écrites explicitement, ce n'est pas comme cela que l'on calcule l'intégrale de f On verra plus loin que, pour les fonctions continues par morceaux sur un intervalle de R, l'intégrale coïncide avec celle de Riemann (ou avec les intégrales généralisées absolument convergentes) et que ce sont les techniques vues pour l'intégrale de Riemann (primitives, changement de variable, intégration par parties, etc) qui servent L'inégalité suivante a une preuve très simple, mais comme elle sert très souvent, on l'a élevée au rang de théorème 18

19 Théorème 35 Pour toute fonction m-intégrable f : R, on a : f dm f dm Preuve On a : f dm = f + dm f dm f + dm + f dm = (f + + f ) dm = f dm Notation On notera LR 1(, T, m), ou plus simplement L R 1 (m), et même L 1 (m) quand il n'y a pas d'ambiguïté sur l'ensemble des scalaires, l'ensemble de toutes les fonctions f : R qui sont m-intégrables On fera attention que l'on ne prend que les fonctions à valeurs dans R, et pas dans R (mais on verra au chapitre suivant que, de toute façon, si f : R est m-intégrable, alors elle est m-presque partout nie ; on peut donc la remplacer par une fonction f : R m-intégrable et qui a la même intégrale) Théorème 36 Pour les opérations usuelles, LR 1 (m) est un espace vectoriel réel, et l'intégrale : LR 1 (m) R f f dm est une forme linéaire positive sur L 1 R (m) En d'autres termes : 1 i f L 1 (m) et a R, alors af L 1 (m) et : (af) dm = a f dm ; 2 i f, g L 1 (m), alors (f + g) L 1 (m) et : (f + g) dm = f dm + g dm ; 3 i f, g L 1 (m), alors : f g = f dm g dm Preuve Notons que L 1 (m) est contenu dans l'espace vectoriel de toutes les fonctions mesurables de dans R, et qu'il contient évidemment la fonction nulle 19

20 1 On a, puisque a 0 et f est mesurable positive : af dm = a f dm < + ; donc af est intégrable L'égalité est évidente si a = 0 Pour a > 0, on a (af) + = af + et (af) = af ; donc : (af) dm = = a (af) + dm f + dm a (af) dm = f dm = a f dm i a < 0, alors (af) + = ( a)f et (af) = ( a)f + ; donc : (af) dm = [( a)f ] dm [( a)f + ] dm = ( a) f dm ( a) f + dm = a 2 On a : f + g dm ( f + g ) dm = (af + ) dm (af ) dm f dm f dm + g dm < + ; donc f + g est intégrable D'autre part, on a f + g = (f + g) + (f + g) et aussi f + g = (f + f ) + (g + g ) ; donc : (f + g) + + f + + g = (f + g) + f + + g + ; d'où, puisque toutes les fonctions écrites sont mesurables positives : (f +g) + dm+ f + dm+ g dm = (f +g) dm+ f + dm+ g + dm Comme toutes ces intégrales sont nies, on peut faire des soustractions, et l'on obtient : (f +g) + dm (f +g) dm = f + dm+ g + dm f + dm g dm, soit : (f + g) dm = f dm + g dm 3 Puisque f g, la fonction g f est mesurable positive ; on a donc (g f) dm 0 Mais (g f) est aussi intégrable, par 1 et 2 ; donc : 0 (g f) dm = g dm f dm, et f dm g dm Remarque Il résulte de la preuve de 2, que l'on a (f + g) + f + + g + ; il faut faire attention qu'il n'y a pas égalité en général, comme on s'en convaincra sur des exemples simples 20

21 32 Fonctions à valeurs complexes On copie pratiquement mot pour mot ce qui a été dit dans le cas réel Remarquons d'abord que si f : C est mesurable, alors f est mesurable, comme composée de f : C avec la fonction continue, donc borélienne : z C z R + Dénition 37 oit f : C une fonction à valeurs complexes On dit qu'elle est m-intégrable, sur, ou qu'elle est intégrable sur par rapport à m si elle est mesurable et si son module est intégrable : f dm < + On a immédiatement : Proposition 38 i f et g : C sont mesurables et si g f, alors la m-intégrabilité de f entraîne la m-intégrabilité de g Pour dénir l'intégrale, remarquons que l'on a : Proposition 39 oit f : C une fonction mesurable à valeurs complexes Alors f est m-intégrable si et seulement si les deux fonctions Re f : R et Im f : R sont m-intégrables Preuve Il sut d'utiliser les inégalités Re f f et Im f f, d'une part, et f Re f + Im f, d'autre part Dénition 310 i f : C est m-intégrable, on dénit son intégrale par : f dm = Re f dm + i Im f dm On notera, puisque Re f dm et Im f dm sont réelles, que, par dénition : ( ) ( ) Re f dm = Re f dm et Im f dm = Im f dm Notation On note L 1 C (, T, m), ou plus simplement L 1 C (m), voire L 1 (m) si le corps des scalaires est bien identié, l'ensemble des fonctions m-intégrables f : C 21

22 Théorème 311 LC 1 (m) est un espace vectoriel complexe, et l'intégrale : L 1 C (m) C f f dm est une forme linéaire complexe sur L 1 C (m) Preuve 1 oit a C et f LC 1 (m) On a : af dm = a f dm < + ; donc af LC 1(m) Pour voir l'égalité (af) dm = a f dm, écrivons a = α+iβ, avec α, β R, et f = u + iv, avec u = Re f et v = Im f On a : [ ] (af) dm = (αu βv) + i(αv + βu) dm = (αu βv) dm + i (αv + βu) dm [ ] [ ] = α u dm + i v dm + iβ u dm + i v dm = α f dm + iβ f dm = a f dm 2 i f et g LC 1 (m), alors f + g est mesurable et : f + g dm ( f + g ) dm = f dm + g dm < +, donc f + g LC 1 (m) De plus : (f + g) dm = Re (f + g) dm + i Im (f + g) dm = (Re f + Re g) dm + i (Im f + Im g) dm ( ) = Re f dm + Re g dm + i Im f dm + Im g dm = f dm + g dm Théorème 312 i f : C est m-intégrable, on a : f dm f dm 22

23 Preuve Elle est un peu plus compliquée que dans le cas réel ; on ne peut se contenter de prendre les parties réelle et imaginaire : on perdrait un facteur 2 L'inégalité est évidente si f dm = 0 inon, soit θ l'argument du nombre complexe non nul I = f dm i r = I, on a I = r eiθ, et donc : I = r = e iθ I = e iθ f dm = e iθ f dm, puisque l'intégrale est une forme linéaire complexe Mais cette intégrale, étant égale à I, est un nombre réel (positif) ; donc : ( ) I = e iθ f dm = Re e iθ [ ( f dm = Re e iθ f )] dm Re ( e iθ f ) dm, puisque la fonction Re ( e iθ f ) est réelle Comme Re ( e iθ f ) e iθ f = f, on obtient bien I f dm 4 Comparaison avec l'intégrale de Riemann 41 Cas d'un intervalle compact Il s'avère que dans ce cas, toute fonction Riemann-intégrable (à condition de la supposer mesurable) est intégrable par rapport à la mesure de Lebesgue Théorème 41 Toute fonction borélienne f : [a, b] R qui est Riemannintégrable est intégrable sur [a, b] par rapport à la mesure de Lebesgue De plus, les deux intégrales sont égales : [a,b] f dλ = b a f(x) dx Par contre, on a vu que la fonction 1I Q [a,b] n'est pas Riemann-intégrable sur [a, b], alors qu'elle est λ-intégrable, puisque i nt [a,b] 1I Q [a,b] dλ = λ(q [a, b]) λ(q) = 0 < + On notera que le théorème s'applique en particulier si f est continue, ou plus généralement continue par morceaux Il en résulte que, pour ces fonctions, et pour la mesure de Lebesgue, on peut utiliser toutes les techniques vues pour le calcul des intégrales de Riemann : utilisation de primitives, lorsque f est continue, via le Théorème fondamental du Calcul Intégral, changement de variable, intégration par parties, etc 23

24 Preuve Tout d'abord, puisque f est Riemann-intégrable, elle est, par hypothèse, bornée Comme elle est supposée mesurable, et que la mesure de Lebesgue de l'intervalle compact [a, b] λ([a, b]) = b a est nie, f est λ-intégrable Pour l'égalité des intégrales, on peut supposer f positive ; en eet, si f est Riemann-intégrable, alors f aussi, et il en est de même de f + = 1 2 ( f + f) et f = 1 2 ( f f) i on a l'égalité des intégrales, de Riemann et par rapport à λ, pour les fonctions positives f + et f, on l'aura pour f = f + f upposons donc f Riemann-intégrable positive Il existe alors une suite croissante de fonctions positives en escalier g n, n 1, et une suite décroissante de fonctions, positives, en escalier h n, n 1 telles que g n f h n pour tout n 1, et : (41) R b a ( f(x) dx = lim R b a ) ( g n (x) dx = lim R b a ) h n (x) dx, où l'on a noté provisoirement avec un R les intégrales de Riemann, pour plus de clarté D'autre part, si l'on note : g = lim g n et h = lim h n, le Théorème de convergence monotone (appliqué aux suites positives croissantes (g n ) n 1 et (h 1 h n ) n 1 ) donne : (42) lim g n dλ = g dλ et lim h n dλ = h dλ [a,b] [a,b] Le point essentiel est maintenant que les fonctions en escalier ϕ = J j=1 c j1i Ij sont en particulier des fonctions étagées, et que leur intégrale de Riemann est égale à leur intégrale par rapport à la mesure de Lebesgue : (43) R b a ϕ(x) dx = J c j (b j a j ) = j=1 [a,b] J c j l(i j ) = j=1 [a,b] [a,b] ϕ dλ, si I j est d'extrémités a j et b j, car la mesure de Lebesgue de l'intervalle I j est λ(i j ) = (b j a j ) On obtient donc, en combinant (41), (42), et (43) : (44) [a,b] g dλ = [a,b] h dλ = R b a f(x) dx Cela prouve, puisque g et h sont mesurables positives, qu'elles sont λ-intégrables sur [a, b] Mais, comme g f h, on a : g dλ f dλ h dλ ; [a,b] [a,b] 24 [a,b]

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Cours Intégration MA62. Université de Reims

Cours Intégration MA62. Université de Reims Cours Intégration MA62 Frédéric Hérau Université de Reims mai 2006 Table des matières Introduction 2 1 Préliminaires et Rappels 3 1.1 La droite achevée R............................... 3 1.2 Rappels sur

Plus en détail

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR. MAM 3, Polytech Lyon. Ionel Sorin CIUPERCA COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR MAM 3, Polytech Lyon Ionel Sorin CIUPERCA Le cours s adresse en principal à des élèves des écoles d ingénieurs, filière modélisation mathématique. Une partie

Plus en détail

Le théorème du point xe. Applications

Le théorème du point xe. Applications 49 Le théorème du point xe. Applications 1 Comme dans le titre de cette leçon, le mot théorème est au singulier, on va s'occuper du théorème du point xe de Picard qui a de nombreuses applications. Le cas

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Intégrale de Lebesgue

Intégrale de Lebesgue Intégrale de Lebesgue L3 Mathématiques Jean-Christophe Breton Université de Rennes 1 Septembre Décembre 2014 version du 2/12/14 Table des matières 1 Tribus (σ-algèbres) et mesures 1 1.1 Rappels ensemblistes..............................

Plus en détail

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale

Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale Outils d analyse fonctionnelle Cours 5 Théorie spectrale 22 septembre 2015 Généralités Dans tout ce qui suit V désigne un espace de Hilbert réel muni d un produit scalaire x, y. Définition Soit A une application

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION

THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION Université Pierre et Marie Curie Licence de Mathématiques Années 2004-2005-2006 LM 363 THÉORIE DE LA MESURE ET INTÉGRATION Cours de P. MAZET Edition 2004-2005-2006 Table des matières Table des matières

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y )

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y ) COR TD 2 Année 21 Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R 2 R 2 f 1 x, y = 2x + y, x y f 2 : R R f 2 x, y, z = xy, x, y f : R R f x, y, z = 2x + y + z, y z, x

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Théorie de la Mesure et Intégration

Théorie de la Mesure et Intégration Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 & UE LM365 Intégration 2 Année 2010 11 Théorie de la Mesure et Intégration Responsable des cours : Amaury LAMBERT

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

3 2 Séries numériques

3 2 Séries numériques BCPST 9 5 3 Séries numériques I Généralités A) Dénition Soit (a n ) n N une suite à valeurs dans R. On appelle série de terme général a n, et on note a n la suite dénie par : S n = On dit que S n est la

Plus en détail

L3 Maths : Cours d Intégration (partie I)

L3 Maths : Cours d Intégration (partie I) L3 Maths : Cours d Intégration (partie I) Noureddine Igbida 1 2012-2013 1. Institut de recherche XLIM, UMR-CNRS 6172, Faculté des Sciences et Techniques, Université de Limoges 123, Avenue Albert Thomas

Plus en détail

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13 Maths PCSI Cours Table des matières Suites réelles 1 Généralités 2 2 Limite d une suite 2 2.1 Convergence d une suite....................... 2 2.2 Deux premiers résultats....................... 3 2.3 Opérations

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

MESURE ET INTÉGRATION EN UNE DIMENSION. Notes de cours

MESURE ET INTÉGRATION EN UNE DIMENSION. Notes de cours MSUR T INTÉGRATION N UN DIMNSION Notes de cours André Giroux Département de Mathématiques et Statistique Université de Montréal Mai 2004 Table des matières 1 INTRODUCTION 2 1.1 xercices.............................

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples.

208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples. 208. Espaces vectoriels normés. Applications linéaires continues. Exemples. Pierre Lissy May 29, 2010 Dans totue la suite, E désigne un espace vectoriel sur R ou C. 1 Norme. Espace vectoriel normé 1.1

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret Notes de cours L1 MATH120 Hervé Le Dret 18 octobre 2004 40 Chapitre 3 Vecteurs dans R m Dans ce chapitre, nous allons nous familiariser avec la notion de vecteur du point de vue algébrique. Nous reviendrons

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

Espaces vectoriels normés

Espaces vectoriels normés Espaces vectoriels normés Essaidi Ali 19 octobre 2010 K = R ou C. E un K-espace vectoriel. 1 Normes et distances : 1.1 Normes et distances : Définition : On appelle semi-norme sur E toute application N

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

Exercices corrigés de SQ20

Exercices corrigés de SQ20 1 Exercices corrigés de SQ2 Corrigés TD 1 à 4 Printemps 215 responsable de l'uv : André Turbergue SQ2 TD1 : espaces probabilisés TD1 : espaces probabilisés 1 Énoncés Exercice 1. Calculer si possible une

Plus en détail

THÉORIE DE LA MESURE ET DE L INTÉGRATION.

THÉORIE DE LA MESURE ET DE L INTÉGRATION. THÉORIE DE LA MESURE ET DE L INTÉGRATION. THIERRY GALLAY Transcrit par Tancrède LEPOINT 29 UNIVERSITÉ JOSEPH FOURIER, GRENOBLE TABLE DES MATIÈRES Avant-propos Biographie sommaire...........................................

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Groupes symétriques et alternés

Groupes symétriques et alternés Groupes symétriques et alternés Table des matières 1 Groupe S n 2 2 Cycles 4 2.1 Dénition.................................. 4 2.2 Décomposition d'une permutation..................... 5 3 Classes de conjugaison

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

PC* Devoir 6: Corrigé 2011 2012. Partie I : Généralités

PC* Devoir 6: Corrigé 2011 2012. Partie I : Généralités PC* Devoir 6: Corrigé 20 202 Partie I : Généralités I.A - Questions préliminaires a b c I.A.) M S M = b l m avec (a, b, c, l, m, t) R 6. c m t Les éléments de S sont les matrices de la forme : M = ae +

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Relations binaires Relations d équivalence Exercice 1 [ 02643 ] [Correction] Soit R une relation binaire sur un ensemble E à la fois réflexive

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON MATHEMATIQUES I CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE PARIS DIRECTION DE L ENSEIGNEMENT Direction des Admissions et concours ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES E.S.C.P.-E.A.P. ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE DE LYON CONCOURS

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Théorie de la Mesure et Intégration

Théorie de la Mesure et Intégration Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique Théorie de la Mesure et Intégration Xavier MARY 2 Table des matières I Théorie de la mesure 11 1 Algèbres et tribus de parties d un ensemble

Plus en détail

Théorie de la Mesure et Intégration

Théorie de la Mesure et Intégration Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM365 Intégration 2 Année 2011 12 Théorie de la Mesure et Intégration Amaury Lambert 1 1. Responsable de l UE. Mél : amaury.lambert@upmc.fr

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Plan du cours. Espaces métriques. Espaces vectoriels normés

Plan du cours. Espaces métriques. Espaces vectoriels normés L3 Maths, 1 er semestre 20112012 Espaces métriques Plan du cours On suppose connues les propriétés élémentaires des nombres réels et des espaces vectoriels et, uniquement pour les exemples, quelques propriétés

Plus en détail

19. APPLICATIONS LINÉAIRES

19. APPLICATIONS LINÉAIRES 19. APPLICATIONS LINÉAIRES 1 Dénitions générales. 1. 1 Applications linéaires. On dit qu'une application d'un espace vectoriel E dans un espace vectoriel F est linéaire si elle est compatible avec les

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

1 Espaces vectoriels normés

1 Espaces vectoriels normés Université Paris 7 Denis Diderot Année 2005/2006 Licence 2 MIAS MI4 1 Espaces vectoriels normés 1.1 Définitions Soit E un espace vectoriel sur R. Topologie des espaces vectoriels de dimension finie Définition

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

Jeux à somme nulle : le cas fini

Jeux à somme nulle : le cas fini CHAPITRE 2 Jeux à somme nulle : le cas fini Les jeux à somme nulle sont les jeux à deux joueurs où la somme des fonctions de paiement est nulle. Dans ce type d interaction stratégique, les intérêts des

Plus en détail

Espérance conditionnelle

Espérance conditionnelle Espérance conditionnelle Samy Tindel Nancy-Université Master 1 - Nancy Samy T. (IECN) M1 - Espérance conditionnelle Nancy-Université 1 / 58 Plan 1 Définition 2 Exemples 3 Propriétés de l espérance conditionnelle

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot SOMMES ET PRODUITS 1 Techniques de calcul 1.1 Le symbole Notation 1.1 Soient m et n deux entiers naturels. Alors { a m + a m+1 + + a + a n si m n, a = 0 sinon. On peut aussi noter m n =m a ou encore m,n

Plus en détail

Cours de Probabilités

Cours de Probabilités Université Paris-Daupine Année 2013/2014 DMI2 Cours de Probabilités Joseph Lehec Table des matières 1 Théorie de la mesure 2 1.1 Définitions......................................... 2 1.2 La mesure de

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires

Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires Probabilités 5. Simulation de variables aléatoires Céline Lacaux École des Mines de Nancy IECL 27 avril 2015 1 / 25 Plan 1 Méthodes de Monte-Carlo 2 3 4 2 / 25 Estimation d intégrales Fiabilité d un système

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Théorie de la mesure. S. Nicolay

Théorie de la mesure. S. Nicolay Théorie de la mesure S. Nicolay Année académique 2011 2012 ii Table des matières Introduction v 1 Mesures 1 1.1 Sigma-algèbres................................. 1 1.2 Mesures.....................................

Plus en détail

Probabilités Approfondies

Probabilités Approfondies Université Pierre et Marie Curie Master de Mathématique 2005-2006 Probabilités Approfondies Polycopié: J. Lacroix & P. Priouret, Cours: J. Lacroix 1 Université Pierre et Marie Curie Master de Mathématiques

Plus en détail

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009

Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur. Sup Galilée - année 2008-2009 Notes du cours Mathématiques pour l ingénieur Sup Galilée - année 2008-2009 Benoît Merlet Ces notes de cours s adressent aux élèves ayant suivi le cours. Elles contiennent peu d explications. Elles pourront

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Cours de Probabilités. Jean-Yves DAUXOIS

Cours de Probabilités. Jean-Yves DAUXOIS Cours de Probabilités Jean-Yves DAUXOIS Septembre 2013 Table des matières 1 Introduction au calcul des probabilités 7 1.1 Espace probabilisable et loi de variable aléatoire........ 8 1.1.1 Un exemple

Plus en détail

Rappels sur les applications linéaires

Rappels sur les applications linéaires Rappels sur les applications linéaires 1 Définition d une application linéaire Définition 1 Soient E et F deux espaces vectoriels sur un même corps K et f une application de E dans F Dire que f est linéaire

Plus en détail

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01

+ 1. Qu est ce que cela donne pour notre calcul de 1,01? On pose x = 1,01 donc f (x) 1 + 1 0,01 Eo7 Dérivée d une fonction Vidéo partie. Définition Vidéo partie. Calculs Vidéo partie 3. Etremum local, théorème de Rolle Vidéo partie 4. Théorème des accroissements finis Eercices Fonctions dérivables

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

Calcul rapide des puissances

Calcul rapide des puissances Calcul rapide des puissances Par Mathtous Il s'agit de puissances à exposant entier naturel (avec la convention a 0 = 1, et a 1 = a). Si on applique la dénition pour calculer a n, on calcule de proche

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble. Espaces vectoriels. Bernard Ycart

Université Joseph Fourier, Grenoble. Espaces vectoriels. Bernard Ycart Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Espaces vectoriels Bernard Ycart Vous devez vous habituer à penser en termes de «vecteurs» dans un sens très général : polynômes, matrices, suites, fonctions,

Plus en détail

Remise à niveau en processus stochastiques

Remise à niveau en processus stochastiques M2IR Université Claude Bernard Lyon 1 Année universitaire 212-213 Remise à niveau en processus stochastiques F. Bienvenüe-Duheille Le but de ce poly est de vous mettre à niveau sur les processus stochastiques

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

ŒUVRES DE LAURENT SCHWARTZ

ŒUVRES DE LAURENT SCHWARTZ ŒUVRES DE LAURENT SCHWARTZ LAURENT SCHWARTZ Sur le théorème du graphe fermé C. R. Acad. Sci. Paris Sér. A-B, 263 (1966), p. A602-A605. Extrait des Œuvres de Laurent Schwartz publiées par la Société mathématique

Plus en détail

Université Joseph Fourier, Grenoble. Suites numériques. Bernard Ycart

Université Joseph Fourier, Grenoble. Suites numériques. Bernard Ycart Université Joseph Fourier, Grenoble Maths en Ligne Suites numériques Bernard Ycart Vous savez déjà étudier une suite et calculer sa limite. La nouveauté réside dans la rigueur. La notion de convergence

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Topologie des espaces vectoriels normés

Topologie des espaces vectoriels normés Topologie des espaces vectoriels normés Cédric Milliet Version préliminaire Cours de troisième année de licence Université Galatasaray Année 2011-2012 2 Chapitre 1 R-Espaces vectoriels normés 1.1 Vocabulaire

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS.

Terminale S Spécialité Cours : DIVISIBILITE ET CONGRUENCES DANS. A la fin de ce chapitre vous devez être capable de : connaître différents procédés pour établir une divisibilité : utilisation de la définition, utilisation d identités remarquables, disjonction des cas,

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

Fonctions analytiques

Fonctions analytiques CHAPITRE Fonctions analytiques Les principaux résultats à retenir : soit U un ouvert de C et f : U C. f est analytique sur U si et seulement si f est développable en série entière au voisinage de chaque

Plus en détail

DÉTERMINANTS DANS LE PLAN ET DANS L'ESPACE. par. Benoît Kloeckner

DÉTERMINANTS DANS LE PLAN ET DANS L'ESPACE. par. Benoît Kloeckner DÉTERMINANTS DANS LE PLAN ET DANS L'ESPACE par Benoît Kloeckner L'objectif de ce cours est d'introduire le déterminant d'une famille de vecteurs dans R 2 et R 3, ainsi que le produit vectoriel. Les prérequis

Plus en détail

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J.

Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. Rédigé par un élève de Terminale S à l'aide de ses livres de maths (Indice, Bordas), ses cours, toute sa peine, et son stress pour le bac! J. FAIVRE s de cours exigibles au bac S en mathématiques Enseignement

Plus en détail

Lois normales, cours, terminale S

Lois normales, cours, terminale S Lois normales, cours, terminale S F.Gaudon 6 mai 2014 Table des matières 1 Variables centrées et réduites 2 2 Loi normale centrée et réduite 2 3 Loi normale N (µ, σ 2 ) 4 1 1 Variables centrées et réduites

Plus en détail

Couples de variables aléatoires discrètes

Couples de variables aléatoires discrètes Couples de variables aléatoires discrètes ECE Lycée Carnot mai Dans ce dernier chapitre de probabilités de l'année, nous allons introduire l'étude de couples de variables aléatoires, c'est-à-dire l'étude

Plus en détail

Séminaire TEST. 1 Présentation du sujet. October 18th, 2013

Séminaire TEST. 1 Présentation du sujet. October 18th, 2013 Séminaire ES Andrés SÁNCHEZ PÉREZ October 8th, 03 Présentation du sujet Le problème de régression non-paramétrique se pose de la façon suivante : Supposons que l on dispose de n couples indépendantes de

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t

n N = u N u N+1 1 u pour u 1. f ( uv 1) v N+1 v N v 1 1 2 t 3.La méthode de Dirichlet 99 11 Le théorème de Dirichlet 3.La méthode de Dirichlet Lorsque Dirichlet, au début des années 180, découvre les travaux de Fourier, il cherche à les justifier par des méthodes

Plus en détail

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2. Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année. Ionel Sorin CIUPERCA

COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2. Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année. Ionel Sorin CIUPERCA COURS METHODES MATHEMATIQUES POUR L INGENIEUR 2 Cours de filière MAM, ISTIL deuxième année Ionel Sorin CIUPERCA Le but de ce cours est d introduire un outil très utilisé dans la modélisation mathématique

Plus en détail

Intégration et probabilités (cours + exercices corrigés) L3 MASS, Université de Nice-Sophia Antipolis 2009-2010. Sylvain Rubenthaler

Intégration et probabilités (cours + exercices corrigés) L3 MASS, Université de Nice-Sophia Antipolis 2009-2010. Sylvain Rubenthaler Intégration et probabilités (cours + exercices corrigés) L3 MASS, Université de Nice-Sophia Antipolis 9- Sylvain ubenthaler Table des matières Introduction iii Dénombrement (rappels). Ensembles dénombrables...............................

Plus en détail

202 - Exemples de parties denses et applications

202 - Exemples de parties denses et applications 202 - Exemples de parties denses et applications 1 Généralités et premiers exemples 1.1 Parties denses On xe un espace métrique (X, d). Dénition 1. Soit D X. On dit que D est dense dans X si D = X. Exemple.

Plus en détail

VIII Relations d ordre

VIII Relations d ordre VIII Relations d ordre 20 février 2015 Dans tout ce chapitre, E est un ensemble. 1. Relations binaires Définition 1.0.1. On appelle relation binaire sur E tout triplet R = (E, E, Γ) où Γ est une partie

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail