UNE HISTOIRE D AVENIR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE HISTOIRE D AVENIR"

Transcription

1 UNE HISTOIRE D AVENIR

2

3 Sommaire PARTIE 1 - LES ÉLECTROTECHNOLOGIES : UNE HISTOIRE D AVENIR Pages 5-11 Éditorial du Président Introduction par les Vice-présidents de la Fédération L industrie, avenir de notre civilisation - par Pierre Gattaz PARTIE 2-40 ANS DE LA FIEEC : LA SYNERGIE EN ACTION Pages Le Tournant de : Le déploiement de l action fédérale PARTIE 3 - UNE HISTOIRE PLUS QUE CENTENAIRE Pages Les Présidents de la profession : Rétrospective historique PARTIE 4 - UNE ORGANISATION POUR ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DU SECTEUR Pages Synoptique de la filière Présentation des partenaires PARTIE 5 : L ESPACE HAMELIN : UN LIEU DE VIE COLLECTIF Pages Un regroupement géographique progressif Des services sur mesure pour la profession PARTIE 6 - LES INDUSTRIES ÉLECTROTECHNOLOGIQUES, AUJOURD HUI ET DEMAIN Page Chiffres clés et syndicats Rapport stratégique, en route vers l industrie du futur...

4

5 LES ÉLECTROTECHNOLOGIES UNE HISTOIRE D AVENIR

6 Il y a deux façons de lire l histoire, notre histoire. Celle consistant à retracer les grandes étapes de notre vie syndicale et prendre la mesure des réalisations passées, de la richesse de l héritage ainsi légué et de marquer le temps pour laisser un témoignage non apocryphe à nos successeurs. Mais il y a aussi celle visant à analyser et projeter cette histoire dans notre avenir collectif, bien comprendre afin de capitaliser sur le passé pour bâtir une aventure sans cesse renouvelée, être plus forts et visionnaires dans un monde dont le mouvement s accélère. Et si ces deux voies se complètent utilement, c est bien la seconde qui a guidé la rédaction du présent ouvrage de référence sur les électrotechnologies, tant le rôle des industries électriques, électroniques et de communication est central dans nos sociétés modernes. Notre réflexion commence par un anniversaire : le 1 er juillet 1975, les organisations professionnelles représentant les industries électriques et électroniques décident de fusionner pour renforcer leurs actions au service des entreprises de la profession. L industrie électrique, d un côté, est déjà centenaire et auréolée des progrès considérables que son essor avait produit sur la civilisation tout au long du XX ème siècle. L industrie électronique, de l autre, est un peu plus jeune, mais également en plein essor et déjà fière de grandes réalisations économiques et sociétales. Cette alliance inédite des courants forts et des courants faibles vient dès lors sanctuariser la naissance d un secteur industriel de premier plan pour notre pays. Elle marque le début d une aventure professionnelle, dont les organisations attendent de fortes synergies et retombées bénéfiques en termes de fonctionnement et d efficacité dans l action collective. Quarante ans plus tard, ce qui frappe d emblée l observateur, c est l incroyable modernité de ce mouvement et son caractère visionnaire. A l heure où de nouvelles technologies disruptives bouleversent les paradigmes de notre société, les enseignements de ce passé d innovation et de complémentarité technologique apparaissent particulièrement éclairants. Cette démarche fut exemplaire à plus d un titre. Elle renforce tout d abord une conviction forte : celle de l utilité et de la force de l action collective pour exploiter au mieux les synergies entre des secteurs industriels très complémentaires. 6

7 Éditorial du Président L organisation professionnelle devient le vecteur de cette synergie, son berceau et son ferment naturel. Celle-ci permet à l ensemble d une profession de parler d une voix unifiée, de mieux anticiper les évolutions majeures de la société pour apporter des réponses pertinentes aux entreprises, aux pouvoirs publics et plus généralement à nos concitoyens. Elle vient ce faisant mettre en lumière la prise de conscience de l interpénétration profonde entre nos industries et la société dans son ensemble. Depuis plus d un siècle en effet, les électrotechnologies riment avec le progrès civilisationnel. Tous les besoins fondamentaux de notre société ont bénéficié des avancées permises par l électrification ou plus récemment par le déploiement des infrastructures numériques pour notre pays. Ces effets positifs en termes de santé, de sécurité, d amélioration de la qualité de vie sous tous ses aspects ou de création de richesses et de bien-être, sont aujourd hui possibles grâce à l intégration massive des technologies de l électronique, de l électricité et du numérique : l industrie du futur, le développement des objets connectés, les nouvelles formes de mobilité ou l intégration des technologies dans le bâtiment sont autant d exemples qui révèlent que notre profession est non seulement au cœur mais aussi à la source de l évolution technologique! Cette position centrale nous confère un rôle sociétal majeur et une responsabilité de poids qui nous incline à poursuivre plus fortement nos actions, innover sans cesse pour demeurer un moteur de progrès pour l ensemble de la société. Notre profession, guidée par cette conscience des enjeux, est fière de son histoire et résolument ancrée dans l avenir. Au nom de tous les acteurs de nos industries, saluons les réalisations passées et projetons nous ensemble dans ce futur enthousiasmant et plein de promesses. Les entreprises, les syndicats professionnels et votre Fédération entendent donc bien amplifier cette force de propositions qui caractérise notre profession pour relever ensemble les nombreux défis du XXI ème siècle qui nous font face. Cet ouvrage est le vôtre et je vous en souhaite une bonne lecture. Gilles SCHNEPP Président de la FIEEC PDG de LEGRAND 7

8 LA RICHESSE DE NOS ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES... Animées de longue date par une profonde volonté d action collective, nos industries partagent une valeur forte : celle de la nécessaire mise en perspective des différentes actions sectorielles pour renforcer notre mission de représentation institutionnelle au bénéfice d une profession de premier plan pour notre pays. Cette spécificité d actions vient avant tout des entreprises de la profession, regroupées autour de syndicats professionnels représentés par notre Fédération. Cette diversité d acteurs représente notre plus grande richesse collective, dont la bonne complémentarité génère des opportunités fortes pour tous et pour chacun. La famille des industries électrotechnologiques que nous représentons a en effet su s étoffer et s adapter au gré des naissances d organisations nouvelles, de regroupements de syndicats, de dissensions parfois mais aussi de retrouvailles Gérard SALOMMEZ avec des cousins pas si lointains. Ce mouvement de consolidation va d ailleurs se poursuivre et, quelle que soit sa place dans notre grande famille, chaque adhérent mesure la force de l action collective et son apport pertinent aux enjeux de la profession dans son ensemble. Cette approche permet au demeurant de capitaliser, dans le cadre de filières structurées autour des acteurs leaders de notre chaine de valeur, sur les grandes actions menées par nos syndicats professionnels. De cette organisation, dont la maturité rime avec l adaptation permanente, découlent des synergies qui constituent autant de piliers sur lesquels s appuient aujourd hui nos actions syndicales et fédérales. La gouvernance de notre profession reflète aujourd hui cette diversité. Luc REMONT Les vice-présidences statutaires, liées à l industrie électrique et électronique, se sont ainsi progressivement étoffées pour intégrer la spécificité des biens de consommation, les questions financières, la dimension numérique, mais aussi muscler la nécessaire approche européenne ou liée à l innovation, dont notre profession est un fer de lance industriel. Cette dynamique repose avant tout sur la notion de mutualisation. Cette dernière, au-delà d effets d échelle évidents, met en lumière la mise en commun de nos différents métiers pour mieux aborder les nombreux marchés d avenir et le renforcement de notre compétitivité. Laurent TARDIF Car c est bien en ce sens qu il est possible d amplifier notre valeur ajoutée collective pour parler d une voix forte sur des priorités partagées ; c est ainsi que peuvent se dégager les consensus les plus larges possibles sur les thèmes structurants pour la profession dans son ensemble. La FIEEC s inscrit dans son rôle d instance de coordination et de fédération d intérêts, pour anticiper, projeter et accompagner utilement les profondes mutations à l œuvre aujourd hui. 8

9 Introduction par les Vice-présidents de la Fédération... AU SERVICE DE LA SOCIÉTÉ. Notre société doit en effet faire face à de profonds enjeux qui concernent très directement nos industries. Face à la numérisation croissante de la société, les demandes sociétales de sécurité et de renforcement des libertés individuelles peuvent sembler contradictoires. Notre Fédération œuvre pour mettre en place des solutions qui allient la protection des biens et des personnes en garantissant la confiance des moyens engagés. Jean-Pierre QUEMARD L électrification du pays a vu l essor de modèles économiques d excellence et le déploiement du très haut débit sur le territoire répond aux mêmes exigences d une société plus «smart» qui suscite des potentialités économiques formidables. Les enjeux des smart grids, des nouvelles formes de mobilité, le bâtiment et l efficacité énergétique, les objets connectés ou la sécurité - numérique en particulier - viennent en ce sens pointer du doigt les défis de la transition énergétique, de l allongement de l espérance de vie, de l urbanisation croissante, de moyens de production modernes, de la santé de nos concitoyens ou encore de la recherche légitime du mieux vivre chez soi. Ces défis sont les nôtres. Ils nous imposent de relever ensemble de nouveaux challenges, en termes de formation, d attractivité des métiers, de simplification réglementaire, de normalisation ou encore d innovation. Mais ces défis sont aussi à relever avec les partenaires de nos industries pour être encore plus forts et consolider notre force de propositions. Au niveau européen tout d abord avec une Europe qui s est imposée comme la plus importante source Joseph PUZO réglementaire, mais aussi sur le plan national avec nos partenaires clefs, professionnels ou institutionnels. Cette étroite collaboration est indéniablement une condition pour le déploiement efficace de nos travaux et priorités. La volonté commune de nos pères fondateurs visait à dessiner ensemble les contours d une profession visionnaire, innovante, engagée et responsable. C est un enseignement majeur et d actualité autour de cette pierre angulaire que constitue désormais la responsabilité sociétale des entreprises. Patrick BERTRAND Ce message est notre plus bel héritage pour écrire ensemble l avenir passionnant de notre histoire. Gérard MATHERON 9

10 La FIEEC fête ses 40 ans. 40 ans au service de l industrie, c est être 40 ans au service du progrès, 40 ans au service de l excellence française, 40 ans au service de «la France qui gagne», 40 ans au service de l humanité. L industrie, c est le réel augmenté par l homme. L industrie a créé le monde «moderne», a façonné et continue de façonner la vie humaine, améliorant les conditions de vie, révolutionnant le rapport de l homme à son environnement, au temps, à l espace, modifiant son regard. L industrie est de tous les combats qui n ont qu un objectif : faire du bien-être de l humanité la norme. Au-delà, l industrie a révolutionné le monde de l art, imposé un nouveau mode d inspiration esthétique, un nouvel urbanisme. Éternellement moderne parce qu en devenir perpétuel, l industrie accomplit aujourd hui, avec le numérique, une nouvelle révolution et ce n est pas un hasard si la FIEEC fête aujourd hui ses 40 ans l âge de la maturité - au moment où cette révolution, à laquelle elle contribue activement avec ses entreprises de pointe, se diffuse à grande vitesse, modifiant en profondeur notre vie quotidienne et bouleversant la vie des entreprises. Avec le numérique - un des relais de croissance que nous avons identifié dans notre projet «France 2020 faire gagner la France» - ce sont de nouveaux modes de production, de distribution, de nouveaux business models. Le numérique bouscule aussi les cadres de pensée en redessinant le périmètre des compétences, des responsabilités, créant de nouveaux métiers, instaurant de nouvelles formes de relations professionnelles. La 4 ème grande révolution technologique rebat aujourd hui les cartes du pouvoir et de la richesse. Grâce au talent de ses ingénieurs, l industrie s est toujours renouvelée. Et l avenir aujourd hui, c est le numérique. Le numérique, c est un réservoir de conquêtes de marchés. Et c est une filière d excellence française. Avec ses techniciens et ses ingénieurs aux compétences reconnues dans le monde entier, la France a tous les atouts pour tirer profit de ce virage technologique mondial. Nous avons une vraie culture du numérique en France associée à une créativité et une inventivité, la fameuse «French touch» si appréciée. Je l ai vérifié cette année encore au CES de Las Vegas où sur les deux cents entreprises présentes figuraient en bonne place 40 start-up françaises. Parmi les 10 prix attribués 4 l ont été à des sociétés françaises. Le numérique est un facteur d innovation, de performance et de compétitivité. Si les grandes entreprises ont déjà pris ce virage, les petites et moyennes entreprises restent attentistes : le digital n est une priorité que pour 8 % des entreprises industrielles françaises, selon le dernier baromètre de la compétitivité du Cabinet Deloitte. 10

11 L industrie, avenir de notre civilisation Par Pierre Gattaz, Président du MEDEF Or, il n y a pas d alternative possible : les entreprises réticentes à cette évolution s affaibliront avant de disparaître. Les outils numériques permettent aux entreprises de réduire leurs coûts et donc d améliorer leurs marges, de gagner un temps précieux et donc d être plus productives et plus compétitives. Avec à la clé une montée en gamme qui leur permettra de se repositionner sur la place internationale. C est pour les sensibiliser et les aider à relever ce nouveau défi que nous avons organisé récemment au siège du Medef «L Université du Numérique». Tout l enjeu aujourd hui est de créer en France un terreau fertile qui favorisera l éclosion de tous ces talents. À économie nouvelle, nouveau modèle économique et social. La révolution numérique nous oblige à repenser notre fiscalité, notre droit du travail, notre cadre réglementaire. La compétitivité des entreprises reposant sur la création de valeur, il est impératif de sanctuariser le crédit impôt-recherche et de mettre en place une fiscalité simple, prédictible, compétitive, incitative et attractive pour les investisseurs et les entrepreneurs. Un nouveau modèle social s impose également. Avec son cadre rigide et formel, notre droit du travail est obsolète et notre réglementation contraignante est souvent contre-productive et ne répond pas aux impératifs de souplesse, de rapidité, de liberté qu exigent les nouvelles formes de travail collaboratif et d organisation moins pyramidales. Avec la suppression progressive des échelons intermédiaires, notre droit du travail doit ainsi évoluer vers un droit de la relation professionnelle. L industrie, c est l expression du génie de l homme, de sa créativité, de son inventivité. L activité industrielle est consubstantielle à l homme. Comme toutes celles qui l ont précédée, la révolution numérique est schumpétérienne : elle détruira des emplois mais elle en créera d autres fondés sur la matière grise qui devient la ressource essentielle. Dans ce contexte, il appartient aux entreprises d amplifier leur effort de formation pour les moins qualifiés mais aussi pour les «digital natives» qui leur apporteront des compétences sans cesse renouvelées. C est dans cette perspective que nous avons réformé la formation professionnelle. La révolution technologique libère l homme des tâches ingrates parce que répétitives, sollicite son intelligence, sa créativité, son esprit d initiative, son autonomie, elle le tire vers l exigence. Cette évolution contribuera à changer radicalement la perception - erronée - de l industrie et à attirer les jeunes talents. De quoi imposer le silence aux Cassandre qui annoncent régulièrement l avènement d une société post-industrielle sans industrie. Et de montrer une nouvelle fois que l industrie, c est l homme au service de ses semblables. Pierre GATTAZ Président du MEDEF Président d Honneur de la FIEEC 11

12

13 40 ANS DE LA FIEEC LA SYNERGIE EN ACTION

14

15

16 Des origines proches, une structure qui s imbrique, des activités qui s entrecroisent : le Syndicat Général de la Construction Electrique (SGCE) et la Fédération Nationale des Industries Électroniques (FNIE) ont toutes les raisons de se rapprocher davantage. Au tournant des années 1970, ces deux organisations engagent une réflexion active sur leurs convergences et sur les synergies qui pourraient être mises en œuvre dans le cadre d un rapprochement. Cette réflexion conduit ces deux secteurs très complémentaires et déjà partiellement imbriqués à la double conclusion que leurs priorités industrielles communes, qui sont de plus en plus nombreuses, seront mieux entendues si elles sont portées de concert et que l efficacité de leurs actions respectives peut être très fortement renforcée en mutualisant un certain nombre de services. Fortes de cette volonté d atteindre ensemble des objectifs hors de portée de chacune SYNDICATS NON DOMICILIÉS 16

17 Le Tournant de 1975 d elles individuellement, les industries électriques et électroniques se sont donc résolument engagées sur la voie du regroupement et de l optimisation des services rendus aux entreprises de leurs secteurs. Il suffit de mettre côte à côte la composition des deux organisations pour se rendre compte de leur imbrication. La FNIE est en effet proche de l organisation électrique et partage avec elle cinq de ses neuf syndicats adhérents. SYNDICATS NON DOMICILIÉS 17

18 LES ANNÉES 1970 : PRIORITÉ AU REGROUPEMENT ET À L EXPORT La décision prise par le SGCE et la FNIE de réunir leurs moyens d actions trouve sa première concrétisation, très rapidement, dans le domaine des exportations. Ce n est pas une surprise : l entité de l électronique, depuis plusieurs années, participe aux manifestations à l étranger en lien avec l organisation de l électricité. Dès la fin 1971, les deux structures soudent leurs services d informations pour enrichir l information apportée aux adhérents concernant les affaires internationales. Le bulletin hebdomadaire commun, qu elles diffusent à partir de cette date, se fait l écho du commerce extérieur à travers quatre pages consacrées aux exportations, la rubrique couvrant la moitié du bulletin d information. Les deux structures ont des raisons de fournir cet effort : les ventes à l étranger représentent 30% du chiffre d affaires des industries électriques et électroniques. Aussi, c est tout naturellement que les services liés aux exportations combineront leurs efforts au sein de la nouvelle Fédération. 14 janvier 1976, deux cents chefs d entreprises à l assemblée générale consacrée aux exportations En ouvrant les discussions de regroupement, les deux organisations prennent le pari de suivre le chemin d actions encore plus pratiques et concrètes. Dès la constitution de la nouvelle Fédération en 1975, le Bureau désigne un groupe de travail consacré aux exportations. Celui-ci, présidé par un chef d entreprise de la profession est chargé d étudier le rôle que doit jouer l organisation pour la promotion des exportations. Le groupe de travail remplit sa fonction : six mois plus tard, le commerce extérieur est le thème principal de l Assemblée générale qui se tient au siège en présence de plus de deux cents chefs d entreprises. Nous sommes le 14 janvier La nouvelle Fédération multiplie ainsi, durant plusieurs années, les actions destinées à encourager le commerce extérieur. Jusqu à poser la question de savoir si l adjectif «française» doit figurer dans son titre de façon à faciliter la tâche des services travaillant avec l étranger. Mais au moment de sa constitution, la Fédération retient finalement la dénomination FIEE plutôt que FIEEF : Fédération des Industries Électriques et Électroniques Françaises. 18

19 L Exportation comme déclencheur Le commerce extérieur fait les gros titres de la presse. La revue professionnelle, elle aussi, s en fait l écho. Début des années soixante-dix, les industries électriques et électroniques cherchent à s imposer sur le marché international. Les Présidents en font le sujet de la plupart de leurs éditoriaux. «La situation réelle d une industrie ne s apprécie pas seulement par son chiffre d affaires et sa place dans l économie nationale. Elle s apprécie davantage par comparaison avec les industries étrangères concurrentes : 5% il y a 50 ans, 11 % il y a 20 ans, 16 % il y a dix ans et 28 % l an dernier», écrit le Président de l organisation de l électricité en Accompagner les adhérents dans ce domaine devient la mission que les organisations souhaitent remplir. En 1971, le Président de la FNIE signe un article dans lequel il écrit : «Pour les entreprises petites et moyennes, les actions collectives peuvent être considérablement développées. Jusqu ici, malgré les avantages qu elles comportent, cette formule n a été utilisée que par un trop petit nombre d entreprises». L idée de mutualiser les moyens d action naît de cette analyse que les deux entités partagent. La profession a été également avant-gardiste via la création de trois groupements à l exportation (le GEXMET Groupement à l exportation sur la météo, le GEXLUM dédié à l éclairage ou encore IT EDUTEC, groupement centré sur le matériel pédagogique pour la formation professionnelle des techniciens et ingénieurs à l étranger). Ces réunions ont permis des avancées très significatives pour la profession et ont notamment donné lieu à un plan à l exportation pour les industries électriques et électroniques, dont le lancement a été présidé par Raymond BARRE, alors Ministre du commerce extérieur. Pour une efficacité renforcée L autre motivation du regroupement tient au fait que les deux organisations ont le souhait partagé de faciliter les rapports entre les syndicats primaires et les services fédéraux. En effet, cette bonne coordination est seule capable d assurer la cohérence des actions d ensemble, notamment vis-à-vis des pouvoirs publics et des autorités de la Communauté Economique Européenne (CEE). Cette coordination fédérale et la cohérence qu elle permet est clairement identifiée comme étant le gage de l efficacité des actions du secteur. Cela passe en premier lieu par l information. A cette époque, l information circule mal et lentement entre les syndicats primaires et les services fédéraux. C est pourquoi un Groupe de travail «Structures» émet de nombreuses propositions d amélioration. 19

20 Le bulletin d information professionnelle entre également dans le cadre des propositions du Groupe de travail «Structures» : si sa vocation est d informer les entreprises adhérentes, il est également destiné à améliorer la circulation de l information ascendante et descendante entre les syndicats primaires et les services fédéraux. Pour créer les conditions de circulation de l information, les entités instaurent par ailleurs une «Réunion Exécutive» qui se tient toutes les quinzaines et à laquelle les Présidents des organisations et les Délégués des syndicats membres assistent ; les discussions portant sur la répartition des tâches, l emploi des hommes et les coûts de fonctionnement. De fait, le regroupement permet de générer des économies comme peut le proclamer, dès 1979, le Président Jean-Louis Pilliard à l occasion d un discours durant lequel il déclare : «La nouvelle organisation a permis d importantes économies dues aux réductions des effectifs et des frais généraux.» Mais l essentiel est ailleurs : l objectif principal du regroupement est de permettre aux hommes et aux entreprises qui constituent le monde électrique et électronique et aux syndicats primaires qui les représentent de mieux se connaître et de mieux échanger. L enjeu est de faire en sorte que les réflexions stratégiques, leurs déclinaisons concrètes soient désormais partagées et élaborées en bonne coordination au sein de la Fédération. L objectif est d éviter les logiques de silos et les redondances, mais aussi d amplifier l efficacité des actions au service de toutes les entreprises du secteur grâce aux synergies ainsi obtenues. La fusion des publications comme étape 1972 : les deux organisations réunissent leurs services d information. A partir de cette date, les bulletins diffusés aux adhérents de l organisation de l électricité et l entité de l électronique fusionnent en seule publication : une revue trimestrielle de cinquante pages, dont le rôle est de faire rayonner les industries électriques et électroniques à l extérieur. Décembre 1971, les organisations annoncent le changement de formules. Elles ont consulté les adhérents pour mettre au point les maquettes, et ont édité un numéro «zéro». 20

21 Le regroupement des locaux comme condition 1974 : les organisations envisagent l étape suivante : le regroupement des locaux. Depuis plusieurs années, les syndicats de l électricité sont installés rue Hamelin. Les syndicats de l électronique les y rejoignent progressivement. Pour cela, les organisations font l acquisition de deux nouveaux immeubles, les 17 et 20 rue Hamelin qui s ajoutent aux bâtiments 11, 13 et 15 que possèdent déjà les syndicats de l électricité. Les conditions du regroupement sont alors réunies. 26 av r il sept nov mars av r il er juillet 1975 LA FUSION DES ORGANISATIONS Huit personnalités industrielles prennent place autour de Marcel Laveran, Président du Syndicat Général de la Construction Electrique et Vice-Président de la Fédération Nationale des Industries Électroniques pour étudier les modalités selon lesquelles les deux entités peuvent se rapprocher. Le Groupe de Travail «Structures», au bout de quatre réunions, remet un rapport dans lequel les bases d un rapprochement sous la forme d une organisation fédérale sont jetées. Le projet reçoit un accueil réservé parmi les syndicats de l électronique, plusieurs se montrent réticents. La mécanique, quoi qu il en soit, s enclenche. Le Bureau du Syndicat Général approuve les dispositions du Rapport Laveran. Les syndicats membres officialisent la réforme lors d un vote en assemblée générale extraordinaire. Roland Koch, un mois plus tard, est nommé Président de la nouvelle structure et Marcel Laveran, Vice-président. A l entrée en application des nouveaux statuts, les deux organisations fusionnent en une seule structure. Naissance de La Fédération des Industries Électriques et Électroniques 21

22 22

23 ZOOM SUR LES HOMMES DU REGROUPEMENT Ces 4 Présidents avaient la conviction qu un rapprochement était nécessaire. Suite à la fusion, Marcel Laveran devient Vice-président et Roland Koch Président de la nouvelle Fédération des Industries Électriques et Électroniques. 23

24 LES ANNÉES 1980 : PRIORITÉ AUX SYNERGIES INTERENTREPRISES - EXPORT, FORMATION ET ATTRACTIVITÉ DU SECTEUR Début des années 80, une crise économique de grande ampleur touche le pays, avec pour effet secondaire de créer des tensions dans les relations entre les entreprises La situation se détériore dans toutes les branches de l industrie à tel point que le Conseil National du Patronat Français souhaite réagir et adresse une lettre à toutes les organisations professionnelles. «Je vous demande, chers Présidents, de bien vouloir attirer l attention de vos adhérents sur cet aspect important». A la Fédération des Industries Électriques et Electroniques, le message est entendu. En 1983, lorsque François de Laage de Meux est élu président de la FIEE, il inscrit en tête des priorités l amélioration de la coopération entre les grandes et les petites entreprises. En effet, les grandes entreprises ont créé des réseaux commerciaux, des centres de recherche et des organismes de formation à la mesure de la concurrence mondiale. L idée du Président de la FIEE est de faire en sorte que les PMI puissent également avoir accès et profiter de ces structures. En sens inverse, il invite les grandes entreprises à utiliser les capacités des PMI, en particulier leur souplesse d adaptation. La Fédération mène des actions concrètes dans ce sens. Le 26 janvier 1984, la première journée de rencontre dévolue à la coopération interentreprises se tient. Alex Clément, chargé d accueillir les participants, prend la parole. «Trop souvent, les français cultivent le goût de l individualisme alors que nos concurrents savent serrer les rangs. Il est essentiel pour nous aussi de faire jouer les synergies». La journée, à laquelle assistent dix-neuf acheteurs d entreprises et soixante LE SAVIEZ-VOUS? La FIEE lance des actions pour l industrie du futur en 1983 Les applications dans le domaine industriel, également, s accélèrent. En 1983, la Fédération contribue à une opération dont l objectif est de promouvoir l automatisation des process industriels. Les chefs d entreprises, dans le cadre de cette opération, se voient proposer la visite d experts qui établissent gratuitement un diagnostic sur les opportunités d automatisation. commerciaux, remporte un immense succès. Trois mois plus tard, un deuxième rendez-vous est organisé et ces journées deviennent régulières. Pour améliorer la communication entre les entreprises adhérentes aux syndicats membres, la Fédération, dès 1983, crée une rubrique d annonces «Coopération interentreprises» dans le bulletin d information de la profession. Sous-traitants à la recherche de marchés, donneurs d ordre désireux d élargir leurs appels d offres, exportateurs à la recherche de réseaux commerciaux, fournisseurs en quête de produits spécifiques toutes les entreprises peuvent insérer des petites annonces. 24

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication

Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 Engagements RSE dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication MEDEF - ORSE octobre 2014 Guide sur les initiatives RSE sectorielles Fiche n 6 dans le secteur des industries électriques, électroniques et de communication Fédération des Industries Electriques, Electroniques

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

FORUM E G8 CONTRIBUTION DE LA FIEEC

FORUM E G8 CONTRIBUTION DE LA FIEEC FORUM E G8 CONTRIBUTION DE LA FIEEC La Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication (FIEEC) est un acteur clé et structurant de l industrie française par sa représentation des

Plus en détail

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE Introduction Depuis plus de 30 ans, Syntec Numérique, première chambre syndicale des métiers du numérique, représente les entreprises de son secteur pour défendre

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Garage de GE à Paris

Garage de GE à Paris Garage de GE à Paris 26 6 Novembre 2015 Espace Commines 17 Rue Commines 75003 Paris France 26 10h 17h 26 19h 22h Garage de GE Venez participer aux portes ouvertes du Garage de GE. Au Garage, vous pourrez

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

DEPLOIEMENT DES INFRASTRUCTURES A FIBRES UNE REPONSE DE L INDUSTRIE AUX ENJEUX OPTIQUES ET DES SERVICES TRES HAUT DEBIT

DEPLOIEMENT DES INFRASTRUCTURES A FIBRES UNE REPONSE DE L INDUSTRIE AUX ENJEUX OPTIQUES ET DES SERVICES TRES HAUT DEBIT Développement du numérique DEPLOIEMENT DES INFRASTRUCTURES A FIBRES OPTIQUES ET DES SERVICES TRES HAUT DEBIT UNE REPONSE DE L INDUSTRIE AUX ENJEUX SOCIETAUX, DE CROISSANCE ET D EMPLOI SUR LE TERRITOIRE

Plus en détail

Bilan du FIMIEEC : Un an après le lancement

Bilan du FIMIEEC : Un an après le lancement Dossier de Presse Bilan du FIMIEEC : Un an après le lancement (Fonds d Investissement pour la Modernisation de l Industrie Electrique, Electronique et de Communication) Contact presse: Yoann Kassianides

Plus en détail

LA RSE, levier d action syndicale

LA RSE, levier d action syndicale Confédération Française de l Encadrement - CGC LA RSE, levier d action syndicale Dialogue social Gouvernance Développement humain Respect de l écosystème de l entreprise Nouvelle boussole pour la performance

Plus en détail

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique,

Investissements d Avenir Premier bilan du FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, fonds dédié aux PME innovantes du domaine numérique, MINISTERE DELEGUEE CHARGEE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, DE L INNOVATION ET DE L ECONOMIE NUMERIQUE COMMISSARIAT GENERAL A L INVESTISSEMENT C o m m u n i q u é d e p r e s s e C o m m u n i q u

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien

DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien «En vue de la grande Conférence de l ONU Paris Climat 2015, le dispositif Solutions COP 21 lancé par le Comité 21 avec le Club France Développement

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 17 juillet 2013 LABEL RSE SCOP BTP PRÉAMBULE La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) est la contribution des organisations au développement durable

Plus en détail

Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme

Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme Conférence de Presse jeudi 19 mars 2015 Salon Mondial du Tourisme Sommaire Edito Présentation du Welcome City Lab Le Welcome City Lab: les chiffres Paris&CO La nouvelle promotion de startups L état rentre

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

3 ème édition. Dossier de présentation

3 ème édition. Dossier de présentation 3 ème édition Dossier de présentation Les trophées Cet événement national et annuel a pour objectif d accompagner les dirigeants de PME-PMI dont les innovations sont en adéquation avec les attentes sociétales

Plus en détail

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER»

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» 28/04/15 1 «LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» Le 6 novembre 2014, le Président de la République a officiellement annoncé la candidature de la France à l organisation

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Novembre 2013. Regard sur service desk

Novembre 2013. Regard sur service desk Novembre 2013 Regard sur service desk édito «reprenez le contrôle grâce à votre service desk!» Les attentes autour du service desk ont bien évolué. Fort de la riche expérience acquise dans l accompagnement

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH»

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS POUR ÊTRE LABELLISÉE «MÉTROPOLE FRENCH TECH», UNE MÉTROPOLE DOIT

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires Contribuer au Développement de Territoires Solidaires des entreprises en mouvement! Les 500 adhérents* COORACE défendent depuis 1985 le droit au travail pour tous. Ils participent sur l ensemble du territoire

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA CROIX-ROUGE FRANÇAISE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Règlement intérieur de la Croix-Rouge française adopté par l assemblée générale extraordinaire du 20 janvier 2012 et approuvé par le ministre de l Intérieur RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

Cloud Computing. Une feuille de route pour la France

Cloud Computing. Une feuille de route pour la France Cloud Computing Une feuille de route pour la France Le Cloud computing annonce la fin d une ère de l informatique - celle des systèmes d informations juxtaposés, de façon parfois chaotique au sein de

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes.

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. Recommandations : 16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. 17- Assurer non seulement une meilleure lisibilité

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions

ISO 26000? Was ist das? C est quoi. che cosa è? Qué es? ? Hablas. Do you speak L ISO ? 26000. en 10 questions ISO 26000 Kezako che cosa è C est quoi donc Qué es Was ist das Hablas ISO 26 000 Do you speak ISO 26000 26000 L ISO en 10 questions 7 Bonnes questions centrales Environnement pratiques des affaires SOMMAIRE

Plus en détail

Paris, 2 décembre 2014

Paris, 2 décembre 2014 Paris, 2 décembre 2014 1 Au nom de tous nos adhérents, Bienvenue! 2 Le mot du Président La Distribution 2014-2020 Le Marché Les Enjeux 2014-2020 Le SPDEI Pascal Fernandez 3 19èmes Trophée du SPDEI 2 décembre

Plus en détail

COALITION FRANCE POUR L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

COALITION FRANCE POUR L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE COALITION FRANCE POUR L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE PROPOSITIONS COMMUNES Mise en œuvre de la rénovation énergétique du parc existant de bâtiments Contact CFEE : Joël VORMUS Tél. : 01 55 86 80 08 joel.vormus@cler.org

Plus en détail

Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité

Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité dans le cadre de la «Mobilisation pour la petite enfance et la parentalité», menée par le Ministère délégué chargé de la

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Elaboration du plan France Numérique 2020

Elaboration du plan France Numérique 2020 Paris, le 30 septembre 2011 Elaboration du plan France Numérique 2020 Réponse de l ARPP à la consultation publique Organisme de régulation professionnelle de la publicité en France, l Autorité de Régulation

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI

REPUBLIQUE DU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES TELECOMMUNICATIONS DE L INFORMATION, DE LA COMMUNICATION ET DES RELATIONS AVEC LE PARLEMENT CABINET DU MINISTRE DISCOURS DE LA MINISTRE DES TELECOMMUNICATIONS, DE L

Plus en détail

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Préambule A l horizon 2015, la Région Picardie souhaite dynamiser son offre touristique pour permettre aux acteurs régionaux

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

BREST LILLE LYON NICE ROUEN

BREST LILLE LYON NICE ROUEN BORDE BREST AUX IS D PAR GRAN BLE GRENO LILLE LYON EILLE MARS ER PELLI T N O M ES NANT NICE ES RENN ROUEN BOURG STRAS USE TOULO COMMUNIQUÉ DE PRESSE SIMI 2014 L immobilier de bureaux et l attractivité

Plus en détail

«sortez surfer» Participez aux réunions d information. la capa lance le wifi gratuit du pays ajaccien. Dossier de presse. territoire numérique.

«sortez surfer» Participez aux réunions d information. la capa lance le wifi gratuit du pays ajaccien. Dossier de presse. territoire numérique. SEPTEMBRE 2012 Dossier de presse Liberte Egalite Tous connectes Paesi N 8 AOÛT / d Aiacciu Le magazine de la Communauté d Agglomération du Pays Ajaccien Nouvelle station d épuration des Sanguinaires Participez

Plus en détail

Parce que vous faire grandir, c est grandir ensemble Notre succès repose sur notre capital humain evenir un hub pour les opérations économiques mondiales, tel est le défi à relever par le Maroc les prochaines

Plus en détail

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010

Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 Evaluation des cursus «Information & Communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Haute Ecole Galilée Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président Mme Martine SIMONIS, MM. Mihai COMAN, Bruno

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

Message du président du conseil

Message du président du conseil 17 Messages du président du conseil et du président et chef de la direction 18 Message du président du conseil Le conseil d administration de la Caisse se réjouit des solides rendements obtenus durant

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

Prix Duo@Work. 2 ème édition. Excellence partagée entre architecte et industriel. Appel à candidature

Prix Duo@Work. 2 ème édition. Excellence partagée entre architecte et industriel. Appel à candidature Duo@Work 2 ème édition 1 Excellence partagée entre architecte et industriel Appel à candidature Un prix créé par l Unsfa Ile-de-France, en partenariat avec ARCHITECT@WORK Paris Excellence partagée entre

Plus en détail

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université

Revaloriser les métiers au service des missions de l Université Revaloriser les métiers au service des missions de l Université PREAMBULE Le capital humain est notre richesse première. La force de l Université tient à la qualité de ses universitaires et à celle de

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014

Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014 Digital Lëtzebuerg Conférence de presse du 20 octobre 2014 Initiative «Digital Lëtzebuerg» Pour la définition, l élaboration et la mise en œuvre d une stratégie numérique globale pour le Luxembourg 1.

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015?

Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015? Les grandes tendances Data & Analytics 2015 L épreuve de la réalité janvier 2015 Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015? 2014 a confirmé l intérêt croissant pour la donnée au sein

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions

Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Contributions de la FEP au développement du sport : Enjeux et propositions Présentation Rassemblant les syndicats et associations

Plus en détail

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre

Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Nouveaux dispositifs des aides aux entreprises de la région Centre Accès facilité aux dispositifs et renforcement de la communication, Valorisation et reconnaissance des pratiques des entreprises régionales

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ : FAIRE CONVERGER PERFORMANCE ET DYNAMIQUE TERRITORIALE

LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ : FAIRE CONVERGER PERFORMANCE ET DYNAMIQUE TERRITORIALE 310 N U M É R O Vendredi 4 juillet 2008 LES PÔLES DE COMPÉTITIVITÉ : FAIRE CONVERGER PERFORMANCE ET DYNAMIQUE TERRITORIALE RAPPORTEUR : ANDRÉ MARCON AU NOM DE LA SECTION DES ÉCONOMIES RÉGIONALES ET DE

Plus en détail

Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris

Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris Discours d Anne Hidalgo, Maire de Paris Seul le prononcé fait foi Mes cher(e)s collègues, Dimanche, les Parisiens m ont fait confiance pour être la première femme maire de Paris. Ce choix m'honore et m'oblige.

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail